Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Le Pouvoir et les pouvoirs

Les feux de joie : liesse populaire et vie politique à la fin du Moyen Âge

Christiane Raynaud

Texte intégral

  • 1 P. Contamine, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple (481-1514), Paris, Seuil, 2002 (...)
  • 2 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la chronique de Charles VI du Religieu (...)
  • 3 Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités. Actes du Congrès i (...)
  • 4 Le petit peuple, op. cit., p. 719. Cl. Gauvard relève que le pouvoir semble avoir été confisqué au (...)
  • 5 Cl. Gauvard et A. Gokalp, « Les conduites du bruit et leur signification à la fin du Moyen Âge : l (...)
  • 6 E. H. Kantorowicz, Laudes regiae. A study in Liturgical Acclamations and Medieval Ruler Worship, B (...)

1Des ouvrages récents1 viennent éclairer sous un jour nouveau la vie politique en France à la fin du Moyen Âge. Bernard Guenée2, d’après la Chronique du Religieux de Saint-Denis, met en évidence, entre 1380 et 1420, le poids de l’opinion publique. Elle ne se restreint plus aux gens d’autorité, aux sages et s’élargit au commun, voire aux plus modestes, même si Michel Pintoin se sent surtout proche des élites. Le règne de Charles VI marque à cet égard un progrès décisif. Bon gré, mal gré le peuple3 apparaît comme une composante incontournable de la vie politique4. Ses moyens d’expression restent cependant limités. Pour exprimer sa joie, manifester son approbation, les feux de joie sont sans doute un des plus riches et des moins étudiés, à la différence des conduites de bruit, du charivari5 et des cris6. Mon propos n’est pas d’en décrire les aspects matériels. Les coutumes, les registres municipaux, avec les dispositions réglementaires, les dépenses, et les délibérations des conseils fournissent sur leur organisation des données irremplaçables. Les lettres de rémission, à l’occasion des incidents, offrent aussi un témoignage coloré sur ces pratiques. D’autres sources sont ici sollicitées : à partir d’une quinzaine de chroniques, de journaux, de mémoires sont étudiés l’image que les auteurs veulent en donner à leurs lecteurs, celle que s’en font les élites politiques, religieuses et lettrées et le rôle qu’elles leur attribuent. L’évolution, qui se rencontre déjà pour le charivari, semble confirmée. Le rite profane emprunte au rituel liturgique, se transforme en cérémonie politique. Manifestation d’une unanimité un peu suspecte, il devient l’indice de tensions. Soixante-dix mentions ou descriptions éclairent la préparation des feux de joie, leur déroulement, l’association avec d’autres signes de liesse. Leur succès est tel qu’ils apparaissent en des circonstances nouvelles. Le regard critique des auteurs amène cependant à s’interroger sur leur insertion dans la vie politique. Malgré tout, par leur diversité et leur polysémie remarquable, ils reflètent bien l’équilibre des forces au sein de la société médiévale.

L’expression de la liesse populaire

2Les chroniqueurs et mémorialistes retiennent dans l’ensemble fort peu et de manière très inégale les feux de joie, dont l’existence est attestée de longue date.

Les témoignages

  • 7 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et L. Mirot, Paris, 1869-1975, 15 vol. (Sociét (...)
  • 8 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449 [JBP], texte original et intégral présenté et comme (...)
  • 9 Pierre Cochon, Chronique Normande, éd. partielle Vallet de Viriville, in Chronique de la Pucelle o (...)
  • 10 Enguerrand de Monstrelet, Chronique en deux livres avec pièces justificatives, 1400-1444 [EM], éd. (...)
  • 11 Jean de Wavrin, Anchiennes Croniques d’Engleterre par Jehan de Wavrin seigneur du Forestel [JW], p (...)
  • 12 Jean de Roye, Journal connu sous le nom de Chronique scandaleuse (1460-1483) [JR], publié par B. d (...)
  • 13 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII [JA], éd. R. de Maulde La Clavière, Paris, 1889-1895, 4 vol. (...)
  • 14 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI [JU], éd. J. A. C. Buchon, Paris, 1838 (Choix des (...)
  • 15 Jean le Fèvre, Chronique de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy [JLF], publié par Fr. Morand, Pa (...)
  • 16 Clément de Fauquembergue, Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris, 141 (...)
  • 17 Olivier de la Marche, Mémoires d’Olivier de la Marche, maître d’hôtel et capitaine des gardes de C (...)
  • 18 Mathieu d’Escouchy, Chronique 1444-1461 [ME], nelle éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-186 (...)
  • 19 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne [AB], texte établi pat M.-L. Auger et G. Jeanneau, (...)
  • 20 Par contre Chastellain ne mentionne jamais les feux de joie. Georges Chastellain, Œuvres de George (...)

3Des œuvres majeures du XIVe siècle, les Chroniques de Froissart, la Chronique des quatre premiers Valois, la Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, les Grandes chroniques de France pour la même période, n’en font pas état7. Les mentions se concentrent surtout dans six œuvres qui couvrent tout le XVe siècle : le Journal d’un Bourgeois de Paris8 (1405-1449) avec vingt et une occurrences ; la Chronique normande9 de Pierre Cochon (1405/6-1430), sept ; la Chronique10 d’Enguerrand de Monstrelet (1400-1444), qui se présente comme le successeur de Froissart, cinq ; les Anciennes Chroniques d’Angleterre de Jean de Wavrin11 (des origines à 1413-1471), trois ; le Journal de Jean de Roye12 (1460-1479), source de premier ordre pour l’histoire de Paris, neuf et l’Histoire de Louis XII de Jean d’Auton13 (1462-1515), douze. Elles sont moins nombreuses (une à deux par auteur) et brèves dans l’Histoire de Charles VI de Jean Juvénal des Ursins14 (1380-1422), la Chronique de Jean Lefèvre seigneur de Saint-Rémy15 (1408-1436), le Journal de Clément de Fauquembergue16, greffier du parlement de Paris (1417-1435), les Mémoires17 d’Olivier de la Marche (1435-1488), la Chronique18 de Mathieu d’Escouchy (1444-1461), continuateur de Monstrelet, les Grandes Chroniques de Bretagne19 d’Alain Bouchart (jusqu’en 1488). Les sept auteurs favorables aux Bourguignons20 (l’anonyme du Journal d’un bourgeois de Paris, Olivier de la Marche, Pierre Cochon, Jean Lefèvre, Monstrelet, Wavrin et Escouchy) réunissent quarante et une mention sur soixante dix.

4Sur douze auteurs dont l’œuvre est un peu ample, en dehors de Jean d’Auton qui constitue une sorte de point d’aboutissement à l’extrême fin de la période, paraissent les plus prolixes : deux clercs (le chanoine de Notre-Dame auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris et Pierre Cochon) et un notaire du Châtelet de Paris, Jean de Roye. Le genre littéraire qui privilégie les feux de joie est le journal : récit au jour le jour, au champ étroit, présentant l’histoire urbaine d’une capitale, Paris, Rouen. D’une œuvre à l’autre l’inégalité de traitement est grande. Les mémorialistes et les chroniqueurs, attachés aux fastes de la cour et à la grande politique, donnent peu de choses. À l’inverse, les clercs sont plus attentifs aux feux de joie. Ces hommes, moins proches du pouvoir et parfaitement insérés dans un tissu urbain dense et ses réseaux, sont au fait de la puissance montante des forces nouvelles. Le parti réformateur bourguignon, proche de la bourgeoisie parisienne et très populaire, est le plus représenté parmi les auteurs qui font mention des feux, ce qui atteste un intérêt véritable pour le peuple loin de l’obligation de démagogie dénoncée d’ordinaire. Enfin, la deuxième moitié du règne de Charles VI et la première partie du règne de Charles VII, quand la situation du pays est la plus mauvaise, constituent des temps forts dans l’attention qui leur est porté et dans leur utilisation politique.

La préparation, l’organisation, la réalisation

  • 21 JBP : 1, 2, 5, 6, 7, 9, 10, 11, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20.
  • 22 Les Parisiens : 68 ; les Tournaisiens : 42, 61 ; les Troyens : 62, 63 ; les Londoniens : 35 ; les (...)
  • 23 Respectivement : 69, 30, 28.

5Les textes évoquent peu la réalisation des feux de joie. Les formules les plus courantes sont : on fit faire les feux, les feux furent faits21. L’initiative est diluée pour rendre l’idée de joie universelle, de consensus. Des formules vagues soulignent le rôle d’une communauté (les Parisiens, les Tournaisiens, les Troyens, les Londoniens, les Napolitains, les Gantois22). Parfois une fraction de cette communauté est seule évoquée, les bourgeois de Rouen, de Paris, les bourgeois et habitants de Paris23. Avec le temps, l’implication du roi paraît plus importante : dès 1430 il donne l’impulsion, puis il est relayé par les autorités de la ville. Le rôle des partis (3), des bourgeois, des bonnes gens (4), des chefs de maison (58) ou ménagers est notable. Par contre, le peuple, les pauvres laboureurs, le commun ne sont pas évoqués à ce stade.

  • 24 En 1410, le duc de Bourgogne et Pierre des Essarts, le prévôt de Paris, sont très populaires à Par (...)

6La mise en œuvre est surtout l’affaire des responsables politiques : les commissaires chargés par les membres des conseils de Tournai (61), de Troyes (62, 63), Ceux de la Loi à Bruges (32), les gouverneurs de Paris en 1430 (12), les échevins de Paris (28), le roi en 1430 (27), 1440 (17), 1478 (44), 1500 (46), 1501 (47, 48), 1507 (57). Les textes laissent aussi deviner le rôle des bourgeois réunis en assemblées (30), d’une partie des nobles et du peuple. Des artisans peuvent être rémunérés pour assurer l’approvisionnement en bois : en 1486 un huilier, Nicolas Bourgeois, est défrayé pour avoir apporté du bois pour faire du feu devant l’hôtel du roi le jour de son arrivée à Troyes (63). Les ménagers sont mobilisés sans doute en utilisant l’organisation militaire du guet et de la garde par quartier, comme pour faire les feux de guet24. La durée de la préparation ne retient guère nos auteurs. Il précise parfois : incontinent (40), soudainement (4), aussitôt (3), le matin pour le soir (32, 46), au point du jour pour le soir (22), le lendemain, en fait le temps de livrer le bois et les fagots, qui sont déjà prêts (63). La collecte des matériaux peut être spécifique, elle est prévue dans les droits d’usage. Elle peut aussi se confondre avec l’approvisionnement en bois de chauffage, qui fait l’objet d’un contrôle, à l’entrée de l’hiver et au printemps. Au temps de la collecte s’ajoute le temps de la réalisation du bûcher, au pire quelques heures pour les plus sophistiqués.

  • 25 Dans ces lettres royales, Louis XII annonce au royaume la prise de Milan (JA, t. I, p. 267, note 3 (...)

7Il convient d’accorder une place particulière à ceux qui allument le feu. Cette information n’est donnée que pour la Saint-Jean. En 1438 (16), la fille du roi, religieuse à Poissy, intervient avec Arthur de Richemont, gouverneur de Paris. En 1468, le prince de Piémont est envoyé par Louis XI procéder à l’opération à sa place (39), en 1470, il le fait en personne (41). La participation d’un personnage féminin n’est pas évoquée. Les feux de la Saint-Jean prennent alors une forte connotation politique. L’éventail des participants est large, mais les princes restent dans leurs hôtels ou leur palais. Les textes mentionnent le commun de Tournai (31), le menu peuple (12), le peuple (8, 21), les habitants (65), les ménagers de Paris (12), les bonnes gens (2) et les bourgeois des bonnes villes (30). Parfois ils énumèrent les bourgeois en livrée, les gens d’Église, le peuple, la foule (27), alors que les lettres royales de Louis XII citent petits et grands25. Les nobles sont mentionnés ès qualités une fois (24). La présence de femmes ne fait de même l’objet que d’une mention lorsque 4000 Parisiennes sympathisent avec les Armagnacs. Le Journal d’un Bourgeois de Paris les décrit comme sans honneur et sans état (12). La participation des enfants, évoquée lors des processions des entrées, n’est pas rappelée pour les feux. Les marginaux sont exclus sinon du rite du moins de sa description.

  • 26 1, 8, 9, 11, 22, 49, mais aussi JA, t. I, p. 267, note 3 et t. II, p. 73-74, note 2.
  • 27 14, 15, 16, 32, 34, 38, 41, 63, 67.
  • 28 JBP : 4, 5, 8 ; 1, 7 ; 10, 12, 14.

8Dans quarante trois cas, le moment n’est pas précisé. Les perturbations météorologiques, bruine (34) et orage et leurs conséquences (16 et 25), apparaissent trois fois. Les textes précisent six fois qu’il s’agit du soir26, après le souper (18), à vêpres (27), à huit heures (4). Neuf fois les feux brûlent la nuit27, ce qui rend compte pour toute une partie de la période de l’absence de représentations. Pour la durée, les feux n’ont souvent lieu qu’un jour, il est parfois précisé qu’ils durent toute la nuit (14), un jour et une nuit (28), deux jours (1). Quatre jours et quatre nuits (60), huit jours et huit nuit plus un soir (63) sont exceptionnels. Ces feux n’interviennent pas le même jour dans la semaine : on trouve surtout le samedi et le dimanche, puis le vendredi28. Dans l’année, les feux se concentrent en juin, douze fois, en avril et en juillet, sept fois chacun, et en mai, six fois. Les feux sont plutôt réservés à la belle saison, sans exclusive.

  • 29 1, 3, 21, 25, 27, 65.
  • 30 Pour le premier cas : 5, 19, 32, 46, 57, 65 ; pour le second : 2, 51, 55 ; le troisième : 30, JA, (...)

9Dans vingt-huit cas, la fête se déroule au même endroit que l’événement qui lui sert de support. Dans trente-sept cas, le lieu est différent de celui où sont faits les feux. Reste alors à savoir combien de temps s’écoule entre l’événement, l’annonce de la nouvelle et les feux, ou au moins comment les habitants et les organisateurs de la fête sont prévenus. P. Contamine relève que les sources prouvant la qualité de la circulation des nouvelles sont pour la fin du Moyen Âge très nombreuses et convergentes. En fin de période, dans nos sources, l’attention portée à cet aspect est générale et donne lieu à des descriptions précises. Leur longueur, plusieurs lignes, excède largement celle du récit des manifestations de joie, qui se fait en une ligne. L’organisation de la diffusion des nouvelles comporte désormais l’affichage et la lecture publique de lettres. Six textes29 se contentent de souligner qu’il y a eu diffusion de la nouvelle sans préciser comment et que les feux interviennent ensuite. Dans trois cas (2, 12, 26), les feux sont faits sur de simples rumeurs, dont le caractère infondé ne se révèle que quelques jours après. Trois situations se présentent : 1/ la publication de l’événement par lettre se fait avant la fête ; 2/ la fête précède la publication officielle de l’événement ; 3/ une série de lettres annonce l’événement, la fête se déroule et une nouvelle série de lettres vient s’ajouter à la première pour donner la relation détaillée des réjouissances30.

10L’intervention du roi est de plus en plus signalée et fréquente. Il signifie à la population l’événement qui déclenche les feux, l’informe de sa volonté de diverses manières, donne ordre ou commande de faire des feux. Le roi d’Angleterre fait savoir aux Londoniens qu’il a fait alliance avec Philippe le Bon, en s’affichant dans Londres avec l’ordre de la Toison d’or dont il est chevalier (35). Trois fois (4, 22, 32) par sa venue, le roi manifeste sa bienveillance à l’égard d’une ville. Il annonce une bonne nouvelle en envoyant un émissaire ou un héraut (18) : Franche-Comté, ou même Jean le Roye, seigneur de La Tour, qui fait partie des gentilshommes de la Reine (57). De manière traditionnelle, un cri (1, 5, 17, 32, 67) accompagné des trompettes (2, 5) annonce la nouvelle. Le roi informe aussi les organisateurs par des lettres closes ou des mandements. La diffusion peut être directe : en 1477 (42) le corps d’Adolphe de Gueldre, capitaine qui assiège Tournai, est ramené sur son cheval dans la ville déclenchant de grandes réjouissances. Elle est le plus souvent indirecte. D’après Monstrelet (28), en 1414, lors de la paix d’Arras, le roi prévient les bourgeois de Paris, qui à leur tour informent le prieur des Carmes. Ce dernier transmet l’information à la population avec les directives du roi et les explique. En 1419, pour la paix de Pontoise, le roi n’avise que les grands corps, le Parlement, la Chambre des comptes et les Requêtes du Palais (30). Cette attention portée à la bonne diffusion de la nouvelle est l’expression d’une prise de conscience de l’intérêt politique de la manifestation. La médiation a l’avantage quand la population est rétive de ne pas compromettre l’autorité du roi. Le refus opposé par les Parisiens à ces intermédiaires est un avertissement bien compris par Henri VI en décembre 1431 (13).

  • 31 35, 40, 45, 46, 48, 53, 68, 70 et 57 pour Italie.
  • 32 56 des personnages qui représentent des anges portent des torches.
  • 33 9, 12, 16, 18, 28, 31, 32, 49, 69.
  • 34 3, 6, 9, 12, 18, 19. 21, 22, 23, 24, 26, 27, 34. La formule revient constamment sous la plume de P (...)

11Le lieu du déroulement de la fête et l’emplacement des bûchers sont convenus. Neuf fois les textes soulignent le caractère général des feux qui se font dans tout le royaume, par tout le royaume, dans le pays, en tous les pays du roi de France et quand il est en Italie dans tous les pays de delà les mons31. Le phénomène est urbain. Il affecte les villes ou les bonnes villes du royaume (1, 12, 13, 30, 31), dans trente-sept cas, Paris, dans douze, d’autres villes : Naples, Gênes, Milan, Londres, Tournai, Pontarlier, Bruges, Saint-Riquier, Gand, Lyon, Troyes, Tours, Rouen, pour l’essentiel des capitales politiques ou des places stratégiques. Si les villages, les petites villes et les bourgs sont aussi concernés, les textes ne prennent pas la peine d’en faire état. Une seule fois, à Gênes (49), les feux ont lieu en dehors de la ville. Au contraire les autres textes soulignent qu’ils se déroulent à l’intérieur de la ville à tous côtés (59), en tous lieux (31, 32, 46, JA, t. 1, p. 267, note 3), par tout Paris (1, 6, 10, 11 39, 68), parmi la ville (59, 61, 29, 66, 67), dans toute la ville (JA, t. I, p. 267, note 3), par la ville (54), par toute la ville (46) ; treize fois dans les rues, parmi les rues (19, 43, 44, 46), par les rues (27, 38, 59, 65, 69), en mi les rues (1, 4, 14), en particulier dans les rues ayant un certain renom (4), deux fois dans les rues et les carrefours (28, JA, t. II, p. 73-74, note 2), une fois aux carrefours (30). La seule place mentionnée est celle de Grève (26, 39, 41). Le Journal d’un Bourgeois de Paris permet de savoir que le bûcher de la Saint-Jean se fait près de la Croix (35) et en cas d’inondation devant l’hôtel de ville. À Troyes, les feux ont lieu le jour devant l’hôtel de la Sale et le soir dans les rues (63). Une fois les feux ont été installés sur des échafauds32 (32). Le feu est dit accoutumé (26) pour la Saint-Jean. Ils sont décrits comme beaux (34) voire très beaux (32), huit fois comme grands33. Le pluriel est préféré au singulier quarante-quatre fois, ce qui n’indique pas dans les autres cas qu’il n’y ait qu’un seul feu. Treize fois vient la comparaison avec les feux de la Saint-Jean34, dont on a seulement quatre exemples (16, 25, 39, 41) alors que le rite est annuel. Ils sont composés plus volontiers de bûches du moins quand les prix le permettent (12), de fagots au pire de fagots verts (13). La combustion du bois vert difficile devait s’accompagner de fumées. Pour le faire prendre, on devait sans doute avoir recours à de la paille ou du foin, voire à des produits ignifuges. Le bois de récupération n’est pas utilisé pour des raisons symboliques. La pratique de jeter des animaux vivants dans le feu, chat ou renard enfermé dans un sac, n’est pas signalée dans nos sources, ni celle, qui consiste à brûler un personnage symbolique.

L’association avec les autres manifestations de la joie populaire

12Dans les descriptions, les feux de joie sont associés à d’autres manifestations. Dix fois, ils apparaissent en dernier, après la longue évocation d’une entrée ou, en cas de victoire, après une célébration dont le cœur est le Te Deum. Dans quatorze cas, les feux sont signalés au milieu d’autres démonstrations, liées à la célébration de la paix, à une entrée, à une victoire. Trente fois les feux sont indiqués d’abord : ils sont le premier réflexe pour fêter la paix et, même en cas de rituels simplifiés, pour une entrée.

  • 35 Ces manifestations leur donnent une part de leur signification, comme le feu liturgique de Pâques (...)
  • 36 M. Sahlin, Étude sur la carole médiévale, Uppsala, 1940.

13Les feux sont une des desmontrances de la joie. La série de manifestations de liesse dans laquelle ils s’insèrent est décrite en termes généraux : la joye, la fête, les joyeusetés, la recréation, les esbatements, le soulas, les solennités. Le vocabulaire met en valeur la force du phénomène : grande, très grande, moult grande, l’exaltation de joie, la joie universelle. Il souligne aussi l’association du plaisir et de la distraction. Dans les entrées, les feux s’ajoutent aux mystères, aux tableaux vivants, aux mimes, la ville est décorée, parfois ont lieu des joutes. Des dons ou des présents sont remis au prince avant les feux. Les gestes politiques : amnistie, libération de prisonniers, suppression des impôts, présentés comme devant accompagner ces manifestations, ne sont signalés qu’une fois (13). Dans un ordre très variable, les feux sont aussi associés à des cérémonies religieuses35 : processions, prières, oraisons, suffrages, pèlerinages, messes et jeux d’orgue, chants religieux. Les plus nombreuses sont l’acclamation Noël et les laudes, les Te Deum, les sonneries de cloches. À l’inverse, les acclamations : vive le roi, vive le très chrétien Louis sont rares. Quelles que soient les circonstances, les feux de joie sont accompagnés de danses ou caroles36, de musique, avec trompes, trompettes, et de concert de casseroles (bassiner, 1). Ils sont complétés par des bombances et des libations, à volonté. La bonne chère est décrite en termes généraux : grande et joyeuse chère (41). Il est question de banquet et surtout de mangier public (64), de table ronde (38, 40 et JA, t. II, p. 73-74, note 2), alors que les meubles de cette forme sont rares. Les auteurs décrivent des fontaines en forme de personnages (32) ou de sirènes dont les mamelles donnent du vin et du lait (27). Parfois il est simplement question de souper (1, 18), de manger et de boire (15, 28, 67), de vin et de viande (62, 69). L’important est le partage de la nourriture et de la boisson qui crée un lien supplémentaire entre les participants.

  • 37 É. Desjardin-Lecuppre, « Les lumières de la ville : recherche sur l’utilisation de la lumière dans (...)
  • 38 Rien n’évoque des illuminations comparables à celles de Lübeck. En 1437 on avait simulé l’embrasem (...)
  • 39 En 1389, le parvis de Notre-Dame est illuminé pour l’arrivée de la reine Isabeau. En 1470, la port (...)

14Les feux de joie peuvent être associés à des illuminations37. L’expression feux de joie apparaît en 1414, feux de la Saint-Jean seulement en 1680. Dès 1188 feu signifie source de lumière. Au bûcher s’ajoutent des luminaires au sens d’illuminations, par exemple lorsque Philippe le Bon entre dans Gand et accorde son pardon (67). Les textes donnent quelques indications sur la manière dont elles sont réalisées. Elles sont faites avec des torches. À Naples, en 1416, les feux et les torches sont allumés en même temps à l’entrée du roi Jacques, comte de la Marche (29). Jean d’Auton décrit Gênes pompeusement illuminée à l’entrée de Louis XII avec tant de torches qu’aussi clair faisoit que le jour (50). Le roi est précédé d’enfants qui courent devant lui avec des failles (torches de paille) et des flambeaux de feu. Quand, en 1503, Philippe d’Autriche est accueilli aux Pays-Bas, il y a tant d’allumeries de torches qu’il lui semble être reçu comme le seigneur du pays (JA, t. II, p. 205). Cette pratique n’est pas réservée aux princes. Le Cardinal d’Ascagne, qui vient poser sa candidature à l’élection pontificale, est escorté pour son entrée dans Rome par 30 000 personnes avec 10 000 torches (51). Leur fonction n’est pas seulement décorative. Elles n’ont pas pour seule vocation d’illuminer les rues et la ville. Elles jouent un rôle de sécurité, comme les feux de guet. Louis XII donne ordre à Savoie que chacun place devant sa fenêtre sur la rue une torche ou une chandelle brûlant toute la nuit, pour que les rues soient éclairées comme le jour et que l’on puisse reconnaître les gens et éviter la brigue (58). Le mot flambeau apparaît en 1393, pour désigner une grosse torche de cire. Les flambeaux sont surtout des carcasses de bois. Une fois apparaît le terme falots. À Tournai, le 6 février 1464, pour la première entrée du roi Louis XI, les commissaires décident cinq mois à l’avance, si le roi arrive la nuit, de faire placer des falots et des flambeaux dans les rues et que chaque homme vêtu de blanc ait un flambeau à la main (61). Le terme falot est d’origine italienne : falo, qui signifie en Toscane, à la fin du XIIIe siècle et au XIVe siècle, un feu allumé pour fêter quelque chose. Il désigne une torche, une lanterne, puis un récipient empli de suif et de poix, d’artifices qui servent à éclairer les abords d’un lieu de fête, les cours des maisons, il a pour synonyme pot à feu. Il est quasi synonyme de flambeau. En 1371, il désigne une grosse lanterne. À Tournai, en 1464, est aussi prévu que des lanternes et d’autres clartés seront pendus aux huis et aux fenêtres pour éclairer les seigneurs qui yront la nuit au long des rues (61). À Troyes en 1486, la ville a les mêmes préoccupations : allumer de nuit au long des rues des falots les huit premiers jours du séjour du roi et le soir où il rentre de la chasse (63). Guillaume le Parmentier et Simon Camus doivent les fournir, les entretenir et les allumer. Jean d’Auton est le seul à décrire les chandelles posées devant chaque fenêtre sur la rue38. Pourtant on sait que, depuis le XIVe siècle au moins, les rues étaient illuminées de cierges fichés dans des plats d’étain ou des plateaux de bois empêchant la cire de couler sur les passants. Les cierges étaient disposés en lignes ou en herses formant des cercles superposés suspendus39. Des illuminations aussi sophistiquées supposent de gros moyens et une préparation qui laisse peu de place à l’improvisation. L’effet recherché dans nos sources avec moins de moyens est identique. En 1440, lors du mariage de Charles d’Orléans, les Brugeois placent la nuit dans toute la ville de moult beaux feux sur hauts échafauds et tant que tout resplendissoit (32).

Élargissement et succès de la pratique

  • 40 En Angleterre, des hommes et des jeunes garçons déguisés traversent le village en procession. Ils (...)
  • 41 Le dimanche des Brandons ou des Bures, on allume des grands feux ou bien on se promène avec des to (...)
  • 42 Dans la religion chrétienne, le solstice d’été est en rapport avec Jean-Baptiste et le Christ (il (...)

15Depuis longtemps, la population est amenée à faire des feux de joie à intervalles réguliers dans le cours de l’année liturgique : le lundi après l’Épiphanie40, le premier dimanche de Carême ou de Quadragésime41. À la Saint-Jean, au solstice d’été42, ils sont allumés partout. Durant la nuit la plus courte de l’année, autour du bûcher ont lieu des danses de fertilité, des sauts, des caroles et des chants.

Les circonstances traditionnelles

  • 43 À Florence, les feux de la Saint-Jean sont un temps fort de la vie politique. Le triomphe de la ci (...)

16Chroniqueurs et mémorialistes ne retiennent pas d’ordinaire ces manifestations banales, qui se maintiennent à travers toute la période et au-delà. Les feux de la Saint-Jean43 ne sont décrits que lorsque leur bon déroulement est perturbé, ce qui paraît de mauvais augure au plan politique. Lors des crues catastrophiques de la Seine en 1426, un orage éteint le feu (25). En 1438 les inondations obligent à le déplacer (16). La personnalité de ceux qui l’allument explique parfois que les chroniqueurs la relèvent. Le choix en 1438, à côté d’une religieuse sœur du roi, du gouverneur de Paris, le connétable Arthur de Richemont, considéré comme un traître, choque les Parisiens. En 1468, le Prince de Piémont (39) est envoyé par Louis XI à Paris, pour le faire à sa place et en 1470 (41), il le fait en personne, ce qui prouve qu’allumer les feux est un honneur. L’usage par le roi n’en est pas constant. Les autres feux sont explicitement réalisés sur leur modèle. Ils sont attendus, convenus en quatre circonstances : en cas de victoire militaire, de paix, de naissance et d’entrées royales.

  • 44 Guillaume le Breton, Gesta Philippi Augusti, éd. et trad. G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, (...)
  • 45 N. Offenstadt, Discours et gestes de paix pendant la guerre de Cent ans, thèse de doctorat d’Histo (...)
  • 46 4, 5, 18, 21, 29, 45, 46, 48, 51, 65, 67, 70.

17Onze fois, les feux sont associés à la célébration d’une victoire44 avec deux temps forts : les pires moments de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, puis la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle avec la Ligue du Bien public et les Guerres d’Italie. Les feux de joie accompagnent un Te Deum, surtout en fin de période, et un grand concours de célébrations religieuses qui expriment la reconnaissance du vainqueur à l’égard de Dieu qui lui a donné la victoire. Les feux de joie participent à la célébration de la paix45 qui met fin au scandale que constitue la guerre civile, du moins on l’espère : en 1412 avec la paix d’Auxerre (2), en 1419 avec la paix de Pontoise (30), en 1435 avec la paix d’Arras (66), en 1440 avec la paix entre Charles VII et le futur Louis XI (17) et 1469 avec la réconciliation entre Louis XI et son frère Charles de Berry (40)46.

18Les feux de joie sont liés aux entrées royales. Toutes ne sont pas mentionnées par les textes et il n’est pas assuré qu’elles donnent toujours lieu à des feux. Sont évoquées : la première entrée à Paris après le sacre puis dans les bonnes villes (en 1464 à Tournai pour Louis XI, 61), enfin les entrées en quelque sorte ordinaires qui scandent les déplacements du roi : la tournée de Charles VI qui suit l’écrasement de la révolte flamande (1382) et les entrées liées aux difficultés du règne de Charles VIII.

19Les feux de joie accompagnent aussi des circonstances heureuses. La naissance d’un garçon, héritier présomptif du trône, donne lieu à des réjouissances dont la mention n’est pas systématique. Les chroniqueurs ne les relèvent qu’en 1421, pour la naissance d’Henri VI (6, 23), en 1423, pour celle de Louis XI (31) et en 1446, celle du duc de Berry, son frère (68). C’est-à-dire au moment où la mésentente avec son père est consommée au point que, d’après Jean de Roye, Charles VII envisage de le déshériter. Les textes rapportent les feux pour les mariages royaux ou princiers, en cas de bouleversements majeurs des alliances et de la carte politique. Ainsi le mariage du duc de Bedford, frère d’Henri V, roi d’Angleterre, avec une sœur du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, en 1423 (24), celui de Charles d’Orléans avec la demoiselle de Clèves (32), du Dauphin avec Marguerite d’Autriche en 1482 (45), de Claude de France, la fille de Louis XII, avec François d’Angoulême en 1506 (53).

L’élargissement à d’autres circonstances

20Sous la pression de la population et du prince, sans qu’il soit possible de déterminer qui précisément joue un rôle moteur dans l’innovation, il y a extension à des événements proches. Cet élargissement a toujours une signification forte, il met en valeur les modifications qui affectent les différents pouvoirs. Les Parisiens font des feux pour célébrer deux fois l’unité retrouvée de l’Église, lors de l’élection le jeudi 11 juillet 1405 du pape Alexandre V (65) et le 14 avril 1449 pour le maintien du pape Nicolas, reconnu par son compétiteur le plus sérieux (19). En fin de période, en 1507, la seule annonce de la grossesse de la reine (57) est célébrée dans tout le royaume sans doute dans l’espoir de la naissance d’un fils, espoir déçu puisqu’elle est enceinte de sa seconde fille Renée, mariée ensuite à Hercule d’Este duc de Ferrare.

21La pratique des feux de joie, dans de nouvelles circonstances, concerne surtout les entrées et s’accompagne d’une triple évolution : déplacement dans le temps, nouveaux acteurs et modalités différentes. Désormais les feux sont allumés pour la première entrée dans une ville avant le sacre, le prince n’étant même pas présent, mais seulement annoncé. Le Journal d’un Bourgeois de Paris (12) le rapporte pour Henri VI en avril et juin 1430 à Paris. Pierre Cochon dans sa Chronique normande l’évoque pour Rouen la même année (26). Cette innovation est ici une preuve supplémentaire de la méconnaissance profonde des réalités françaises par Bedford et ses conseillers. Elle est une faute politique et ne fait qu’accentuer le trouble de la population.

22Les feux sont peu à peu allumés pour d’autres personnages que le roi, le 27 octobre 1411 pour Jean sans Peur (22), le 8 septembre 1424 pour Bedford qui entre à Paris, juste après Verneuil (11). Dans les deux cas, toute une fraction de la population a été choquée par le procédé. Comme pour Henri VI, la spontanéité et l’enthousiasme des participants est tout à fait douteuse. Cela n’est guère le cas en 1467 (38), quand les feux sont faits pour la reine de France, Charlotte de Savoie, qui entre seule dans Paris. Enfin le 8 septembre 1424, quand l’entrée se transforme en véritable triomphe à la romaine, ils contribuent à souligner en mauvaise part le caractère païen de la cérémonie.

La conjonction de multiples circonstances

23D’ordinaire, il faut que plusieurs raisons de faire des feux se conjuguent pour que les textes les mentionnent. Des événements connexes se greffent sur un fait majeur : entrée, accord de paix. Les entrées sont ainsi revivifiées par la conjonction avec la célébration d’une victoire. L’entrée du roi dans une ville libérée, après une longue et dure occupation, est l’occasion de célébrations exceptionnelles qui font communier l’ensemble des participants dans une même ferveur loyaliste. Ainsi en 1437 les feux sont célébrés dès la prise de Sainte-Catherine de Rouen et d’une grande partie de la ville par Charles VII, alors que la capitulation du château n’intervient que le 29 octobre et l’entrée officielle le 12 novembre (14). La libération définitive de la ville martyre n’est possible qu’en 1449 et Charles VII entre dans une ville exsangue.

24L’entrée du roi dans une ville rebelle, soumise après qu’il ait essuyé de graves revers, et le pardon qu’il accorde à ses sujets sont aussi l’occasion de manifestations d’une grande intensité. En 1440, Philippe II le Bon pardonne aux habitants de Bruges, il entre dans la ville et fait célébrer le mariage de Charles d’Orléans, libéré après 25 ans de captivité, et qui épouse Marie de Clèves (32). En 1453 Philippe le Bon pardonne aux Gantois, qu’il vient de battre à Rupelmonde et à Gavre. Il fait son entrée dans la ville en liesse qui dresse des feux de joie, sans participer. Il préfère retourner le soir à Gavre et le lendemain il fait porter devant lui les bannières des métiers de Gand (67).

25La paix est l’occasion de démonstrations qui manquent parfois de spontanéité et de conviction. La joie ne paraît véritable que lorsque les populations échappent enfin et pour longtemps à la guerre, ainsi en 1482, lors de la paix entre le roi et les Flamands (45) : Tours célèbre un Te Deum et fait des feux. La conjonction avec d’autres événements est parfois bien nécessaire dans une atmosphère morose où les raisons de se réjouir apparaissent rares. En 1414, l’échec du futur Charles VII qui ne parvient pas à prendre Arras, le contraint à faire la paix. Apprenant la nouvelle, le 11 septembre, la première réaction des Parisiens est de faire sonner toutes les cloches, il faut attendre le 13 octobre et l’entrée du roi à Paris, pour que se déroule une grande fête avec des feux (4). En février 1415, les Parisiens célèbrent la paix entre les Français et les Bourguignons conclue à Arras (5) sans l’accord des Anglais en même temps que les Quatre Temps des Brandons, qui donnent seuls du souffle à la célébration. Sous couleur de fêter le retour de la paix apparaissent des sentiments moins nobles. Le 19 septembre 1422, les Parisiens, qui allument des feux de joie pour la paix et l’entrée de Charles VI et d’Isabeau de Bavière, expriment ainsi un intense soulagement à la mort d’Henri V (8). Les lendemains de fête sont parfois sombres. En 1416, le roi de Naples, le comte de la Marche, Jacques de Bourbon, connétable de France, qui avait épousé en 1415 Jeanne II d’Anjou puis l’avait fait enfermer pour inconduite, entre dans sa capitale en liesse (29). Il est renversé dès le surlendemain et jeté en prison. L’élargissement des circonstances dans lesquelles apparaissent les feux, la conjonction de multiples événements qu’ils sanctionnent sont une preuve du succès de la pratique et d’une prise de conscience de son rôle politique.

Les problèmes

26Pour apprécier la signification des feux de joie, faute de toujours pouvoir distinguer les manifestations, qui sont consensuelles ou spontanées de celles qui sont apprêtées et sans implication véritable des populations, il convient de suivre les critiques exprimées explicitement ou de manière voilée par les auteurs. Les plus sévères sont présentées à titre personnel ou partagées avec les élites politiques. Elles tiennent à l’opportunité de la fête. Une deuxième catégorie porte sur son déroulement. Enfin nos auteurs recensent ratés et dérapages.

Les condamnations les plus fortes portent sur l’opportunité de faire des feux de joie

  • 47 Le Journal d’un Bourgeois de Paris donne le prix du bois et évoque sa disponibilité : p. 85, 122 ; (...)

27Pierre Cochon qui dénonce la paix fourrée de 1408, réalisée par crainte, met l’accent sur le caractère incongru des manifestations de joie qu’il décrit (21). L’auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris, à propos de la paix d’Auxerre, d’août 1412 condamne une paix voulue par les Armagnacs (2), qui abusent de la vulnérabilité du roi malade et de son fils trop jeune et les manœuvrent à leur guise. Les signes de joie dans ces conditions sont déplacés et suspects compte tenu de la terreur que les Armagnacs font régner à coups d’emprisonnements et de bannissements. Pierre Cochon dénonce la manipulation réalisée le 25 avril 1430 par l’occupant pour remonter le moral d’une population ébranlée par les revers anglo-bourguignons. Ces derniers font annoncer à Rouen (26) le jeune Henri VI venu pour se faire sacrer (27), alors qu’il n’est encore qu’à Calais et que l’entrée n’intervient qu’en juillet. L’auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris rapporte le même procédé. Henri VI est fêté à Paris en avril et juin 1430. Il est supposé avoir débarqué à Boulogne, il ne vient en fait qu’en décembre 1431 (12). Lors de l’évocation des feux pour la paix d’Arras en 1435 (66), Olivier de la Marche ne manque pas de souligner qu’elle met fin à une situation de guerre scandaleuse et honteuse. Surtout la célébration d’une défaite française face aux Anglais donne lieu à de longs paragraphes. Ainsi l’auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris, pourtant bourguignon convaincu, n’a pas de mots assez durs pour flétrir les réjouissances qui accompagnent la défaite des Armagnacs à Cravant (9). Les Parisiens ne savent pas ce qui leur pend au nez, conclue-t-il. Pourtant avec une inconséquence révélatrice il adhère, quelques folios plus loin, à la célébration de Verneuil (10) qu’il explique par l’exaspération d’une population meurtrie sans pouvoir la justifier vraiment. Enfin pour 1431, l’auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris explique longuement (13) l’absence de réjouissances traditionnelles et de feux de joie lors du sacre d’Henri VI par l’absence de libération de prisonniers et surtout celle d’abolition et même de réduction de l’impôt qu’il qualifie de maltôte et de mauvaise coutume. Il donne à cette occasion un bilan en forme de réquisitoire : la population de la capitale s’est effondrée, les salaires sont au plus bas, tout est cher, même la saison est mauvaise comme si Dieu manifestait son mécontentement par le dérèglement des saisons. De toute façon, le prix du bois est trop élevé pour faire des feux de joie47. Cette condamnation, qui ne surprend pas de la part d’un ecclésiastique, manifeste une vraie compassion pour les victimes.

Tout manquement à l’unanimité obère la qualité et la légitimité de la fête

28Ainsi, en 1414, seuls les bandés, c’est-à-dire les Armagnacs, font la fête lors d’une défaite des Bourguignons en Hainaut (3). Mathieu d’Escouchy souligne insidieusement en 1467, pour l’arrivée de la reine de France à Paris, l’opposition entre les réjouissances à l’hôtel du roi et dans la ville, à l’hôtel des Tournelles et dans la rue (38). La présence ou l’absence de certains participants est significative. La femme de Bedford, comme en quelque sorte un mauvais génie, ne le quitte pas un instant lors de son entrée à Paris (11). L’absence du duc de Bourgogne aux festivités organisées par les Gantois, à qui il vient de donner son pardon, en donne les limites (67). Lors du mariage de Bedford et de Richmond avec les sœurs du duc de Bourgogne, seuls les Anglais et les Bourguignons font la fête (24). Les auteurs n’hésitent pas à rappeler la diversité des motivations. Pour Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris, la naissance d’Henri VI ne donne lieu à des démonstrations de joie que parce qu’elle est associée au retour de Charles VI à Paris (CF, t. 2, p. 33, n. 2). En 1441 (18), le Journal d’un Bourgeois de Paris souligne en utilisant cinq fois moult l’intense soulagement des pauvres laboureurs recrutés de force à la sortie des églises de Paris par des sergents pour qu’ils participent au siège de Creil. La chute de la ville les libère. Le même auteur rappelle en 1449 (20) que la chute de Rouen est due à la seule volonté du commun et qu’elle s’est faite sans effusion de sang : la fête pour la paix marque là encore le soulagement de la population. Chemin faisant les auteurs dressent un portrait sans complaisance du peuple. Monstrelet critique la manière dont le comte de la Marche est fêté à Naples en soulignant que le lendemain il est emprisonné sans que la population réagisse. Le peuple est acharné, le Journal d’un Bourgeois de Paris le montre après la prise de Montereau, contre les Anglais larrons et meurtriers (14). Le désir de vengeance des Parisiens est si fort qu’ils renoncent à faire des feux quand ils leur échappent. Le peuple est superstitieux, en 1430, il s’étonne des revers des Anglais après l’aventure de Jeanne (12), s’inquiète des inondations qui obligent à déplacer les feux de la Saint-Jean (16) et plus encore des orages qui les éteignent (25). À l’inverse, il voit dans la forte pluie qui accompagne l’entrée de Charles VI en 1414, un signe de retour de la prospérité (4). Les élites politiques ne sont pas épargnées. Monstrelet critique la paix de Pontoise (30) en faisant l’inventaire des espoirs déçus et en donnant la liste de ceux qui l’ont signé et sont les premiers à ne pas avoir respecté leurs engagements. Deux travers qui se conjuguent sont surtout visés.

Les critiques les plus nombreuses portent sur le coût de ces manifestations

29Les auteurs en relèvent la durée. Les huit jours de feux de joie et de fête pour la première entrée de Charles VIII à Troyes en 1486 (63) donnent lieu à de si grandes dépenses qu’il faut les couvrir par un impôt spécial. Les auteurs remarquent que de telles fêtes sont sans précédent, ainsi selon Monstrelet, l’accueil réservé à Philippe le Bon par Bruges en 1440 (32). Le Journal d’un Bourgeois de Paris indique en d’autres circonstances qu’elles sont les plus grandes qu’on eut vu depuis deux cents ans (1) ou qu’il y eut plus de démonstrations de liesse que toutes les autres fois devant dites (5). Il remarque avec perfidie qu’à l’entrée de Charles VII Paris fait autant de réjouissances que pour le sacre d’Henri VI (15). Pour les entrées, la liste des attractions est donnée en mettant l’accent sur les plus chères et en soulignant que le vin et la nourriture sont distribués à volonté. Pierre Cochon, pour l’entrée d’Henri VI en juillet 1430 (27) à Rouen, note que les Bourgeois se sont revêtus à leurs frais sur ordre du roi de livrées identiques. À propos des réjouissances proposées le long du parcours, il conclue : coustèrent ces mirelifiques et fatras beaucoup d’argent aux dépends de la ville de Rouen. Le Journal d’un Bourgeois de Paris remarque à propos des fêtes précédant la venue du jeune prince, que le menu peuple n’était pas bien content pour la bûche qui tant était chère (12) et répugne d’autant plus à la dépense qu’Henri VI n’a pas débarqué.

30Les critiques les plus mordantes portent sur le caractère excessif de ces manifestations. Elles sont indirectes par le biais de la juxtaposition d’un tableau des difficultés de la population et de la description du faste des entrées. Les auteurs marquent leur irritation par l’interruption d’une description qu’ils jugent trop longue à faire. Les critiques sont aussi directes. La condamnation peut être globale et morale. En 1414, d’après le Journal d’un Bourgeois de Paris, dès la chute de Soissons et la défaite des Armagnacs, les Parisiens se réjouissent et font des feux comme si ce eussent été Sarrasins ou mécréants qu’on eût détruits (3). En 1447 les Tournaisiens font des feux comme s’ils eussent assommé le grand Turc (42). L’évolution des entrées, avec la population qui crie Noël à l’arrivée de Jean sans Peur, Philippe le Bon ou Bedford (11) suscite l’indignation. Pierre Cochon s’étonne que l’on fête avec des feux, comme à la Saint-Jean, l’entrée en armes et avec 4000 soldats de Jean sans Peur à Paris (22), la naissance d’Henri VI (23), le mariage de Bedford (24) ou l’entrée du jeune Henri VI à Rouen. Certaines démonstrations font l’objet d’une désapprobation indignée. Pierre Cochon remarque que les rues de Rouen où passe Henri VI sont mieux tendues qu’elles ne l’ont jamais été le jour du sacrement. D’après le Journal d’un Bourgeois de Paris, le régent est reçu à Notre-Dame comme si ce fût Dieu (11), car les processions le reçoivent avec le plus grand honneur, en chantant, en jouant des orgues, des trompes, en sonnant les cloches. À l’entrée de Charles VII, le 12 novembre 1437, les bourgeois de Paris lui mirent un ciel sur sa tête comme on a à la saint Sauveur à porter Notre Seigneur (15). Une autre forme d’excès est dénoncée : le bruit. Le Journal d’un Bourgeois de Paris relève que le 13 octobre 1414, les Parisiens, à partir de huit heures du soir, font un concert de casseroles, commencèrent … à bassiner le plus grandment qu’on eût vu passé cent ans devant (4). Les cloches font un vacarme assourdissant. L’Histoire de Charles dernier duc de Bourgogne note qu’à Saint-Riquier même les cloches du beffroi sonnent (36). À l’annonce de l’arrivée d’Henri VI à Rouen, on sonne toutes les cloches des monastères au point que Bedford et sa femme viennent s’enquérir dans les rues des auteurs de telles solennités (26). Leur crainte du charivari est parfaitement justifiée.

Dérapages et ratés

31Enfin les chroniqueurs décrivent les ratés, qui suscitent la méfiance des uns, l’inquiétude des autres. Ils rapportent, parfois avec une complaisance complice, les dérapages. Certains raillent la médiocrité des prestations. Pierre Cochon pour juillet 1430 remarque avec une solide mauvaise foi qu’on ne sait si sont figurés sur les tentures des lions ou des léopards et que les antilopes couronnées ont des chaînes au cul. Il note la présence d’armoiries qu’il ne connaît pas et d’un mystère qu’il ne comprend pas, la foule l’empêchant de voir, foule attirée seulement par la perspective de faire ripaille (27) !

  • 48 Chez Jean d’Auton, les habitants de Vintimille croient à la prise de Monaco (55).

32Le Journal d’un Bourgeois de Paris, qui a relevé les intempéries qui gâchent la Saint-Jean, souligne avec d’autres que des feux sont faits pour des événements qui n’ont pas eu lieu48. Surtout il mentionne le refus de la population d’en faire lors du sacre d’Henri VI, qui n’insiste pas (13). Il est vrai qu’il a sans doute en tête l’accueil réservé à Rouen un an plus tôt, où le peuple marque son hostilité, faute de pouvoir s’exprimer librement, par un excès de zèle et des conduites de bruit caractéristiques. La signification est si bien comprise par les autorités qu’elles les font interdire aussitôt ou tentent de le faire. D’après Pierre Cochon (27), tous les bourgeois se mettent à crier : Noël, dès qu’ils voient le roi et dès le gibet passé ! À l’intérieur de la ville, à la sortie de l’Église Notre-Dame, le peuple crie tellement Noël qu’Henri VI dit que l’on cessa pour la noise que l’en lui faisoit. Puis il se dirige vers le château de Rouen ou sonnoient les cloches plus forts que si Dieu feut descendu du chiel. Du coup, les feux comme à la Saint-Jean paraissent un moindre mal. La tentative de contrôle de ces manifestations peut donc être avec une certaine facilité mise en échec.

33Le Journal d’un Bourgeois de Paris offre sur les feux de joie un témoignage abondant et un peu plat qui a du moins le mérite de faire ressortir la complexité d’une pratique en apparence simple mais qui n’est pas anodine. D’une manière générale, dans les chroniques et les mémoires, malgré les signes d’humeur rencontrés ici et là dans la première moitié du XVe siècle, les feux de joie restent une manifestation consensuelle, qui marque une large et chaleureuse adhésion à des valeurs communes, le bien public et la paix. Ils restent cependant susceptibles de servir d’avertissement, voire de tempérer une pratique déréglée du pouvoir souverain. Ils sont un révélateur. Les élites politiques qui visent à la concorde, à l’utilité publique, au bien commun ne peuvent le négliger, même si cette mauvaise humeur ne s’accompagne pas d’incendie volontaire. La féroce répression des incendies de 1358 l’explique peut-être, plus sûrement la conscience de l’opinion publique, y compris du commun, de pouvoir se faire entendre sans en arriver à ces brûlantes extrémités. Même si cette expression de la liesse populaire est largement minorée par les sources, elles n’en dissimulent par l’intérêt politique.

Notes

1 P. Contamine, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple (481-1514), Paris, Seuil, 2002. Dans la 4e partie, 1285-1514, l’auteur analyse les conditions et les cadres de la vie politique, les modèles et les pratiques de gouvernement, avec la naissance difficile d’une royauté où le pouvoir du souverain est réglé, tempéré par la religion, la justice et l’héritage de ses prédécesseurs.

2 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la chronique de Charles VI du Religieux de Saint-Denis, Paris, 2002.

3 Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités. Actes du Congrès international tenu à l’Université de Montréal, 18-23 octobre 1999, réunis par P. Boglioni, R. Delort, Cl. Gauvard, Paris, 2002, p. 719. Fondamental.

4 Le petit peuple, op. cit., p. 719. Cl. Gauvard relève que le pouvoir semble avoir été confisqué au petit peuple, mais le peuple est loin de rester totalement passif, il paraît en particulier indispensable pour proclamer le pouvoir du prince.

5 Cl. Gauvard et A. Gokalp, « Les conduites du bruit et leur signification à la fin du Moyen Âge : le charivari », Annales ESC, 1974, p. 693-704.

6 E. H. Kantorowicz, Laudes regiae. A study in Liturgical Acclamations and Medieval Ruler Worship, Berkeley et Los Angeles, 1946. Dir. D. Lett et N. Offenstadt, Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003.

7 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et L. Mirot, Paris, 1869-1975, 15 vol. (Société de l’Histoire de France) ; Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. S. Luce, Paris, 1862, (SHF 109) ; Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, Paris, 1910-1920, 4 vol. (SHF) ; Les Grandes chroniques de France, éd. J. Viard, Paris, 1920-1953, 10 vol. (SHF).

8 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449 [JBP], texte original et intégral présenté et commenté par C. Beaune, Paris, 1990 : 6 (1), p. 32-33 ; 55 (2), p. 54 ; 102 (3), p. 78-79 ; 113 (4), p. 82 ; 121 (5), p. 85 ; 326-327 (6), p. 177 ; 340 (7), p. 183 ; 358-359 (8), p. 191-192 ; 387-388 (9), p. 203-204 ; 409 (10), p. 216 ; 410 à 413 (11), p. 216-217 ; 533 et 538 (12), p. 275 à 277 ; 597 (13), p. 311 ; 724 (14), p. 372 ; 724-725 (15), p. 373 ; 742-743 (16), p. 379-380 ; 785 (17), p. 396 ; 801 (18), p. 403-404 ; 893-894 (19), p. 443 ; 903 (20), p. 445. Ordre des références (1), (2)... repris dans le cours du texte de cet article.

9 Pierre Cochon, Chronique Normande, éd. partielle Vallet de Viriville, in Chronique de la Pucelle ou chronique de Cousinot suivie de la chronique normande de P. Cochon relative aux règnes de Charles VI et Charles VII [PC], Paris, 1859 : p. 401 (21), 413 (22), 448-449 (23-24), 452 (25), 466 (26), 467-468 (27).

10 Enguerrand de Monstrelet, Chronique en deux livres avec pièces justificatives, 1400-1444 [EM], éd. L. Douët-D’Arcq, Paris, 1857-1862, 6 vol. (SHF) : t. III, p. 47 (28), 170 (29), 330 (30) ; t. IV, p. 173 (31) ; t. V, p. 447 (32).

11 Jean de Wavrin, Anchiennes Croniques d’Engleterre par Jehan de Wavrin seigneur du Forestel [JW], publiées par Melle Dupont, Paris, 1858-1863, 3 vol. (SHF) : t. I, p. 97 (33) ; t. II, p. 121 (34), 394-395 (35), 310 (36).

12 Jean de Roye, Journal connu sous le nom de Chronique scandaleuse (1460-1483) [JR], publié par B. de Mandrot, Paris, 1894-1896, 2 vol. (SHF) : t. I, p. 133-134 (37), 178 (38), 206 (39), 231 (40), 260 (41) ; t. II, 55 (42), 79 (43), 123 (44), 127 (45), et t. II, p. 54, note 3 ; Jean Molinet, Chronique, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, 1935-1937, t. II p. 68 et suivantes.

13 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII [JA], éd. R. de Maulde La Clavière, Paris, 1889-1895, 4 vol. (SHF) : t. I, p. 266 (46), 267 note 3 : Lettres nouvelles de Milan ; t. II, p. 65-66 (47), 73-74 (48), 73-74 note 2 : lettre sur la prise du royaume de Naples, 205 ; t. III, p. 61 (49), 65 (50), 156 (51), 205 (52) ; t. IV, p. 47 (53), 49 note 1 (54), 126-127 (55), 294 (56), 355 (57), 360 (58).

14 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI [JU], éd. J. A. C. Buchon, Paris, 1838 (Choix des chroniques et mémoires sur l’histoire de France) et Paris, BNF, ms. fr. 5031, fol. 56-57 verso cité par B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, éd. CNRS, 1968, p. 144 (60). Pour les entrées : ibidem, p. 119 (59) (sic), 189 (61), 267 (62), 290 et 294 (63).

15 Jean le Fèvre, Chronique de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy [JLF], publié par Fr. Morand, Paris, 1876-1881, 2 vol. (SHF) : t. II, p. 21-22 (64), 37.

16 Clément de Fauquembergue, Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris, 1417-1436 [CF], publié par A. Tuetey avec la collaboration d’H. La Caille, Paris, 1903-1915, 3 vol. (SHF) : t. 2, p. 33 note 22, 306 (65). Pour l’annonce d’une autre bonne nouvelle : Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, publié par L. Douët-D’Arcq, Paris, 1863 (SHF), t. I, p. 319.

17 Olivier de la Marche, Mémoires d’Olivier de la Marche, maître d’hôtel et capitaine des gardes de Charles le Téméraire [OM], éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, 1883-1888, 4 vol. (SHF) : t. I, p. 196 (66), t. II, p. 332 (67).

18 Mathieu d’Escouchy, Chronique 1444-1461 [ME], nelle éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864, 3 vol. (SHF) : t. I, p. 111 (68), 243 (69).

19 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne [AB], texte établi pat M.-L. Auger et G. Jeanneau, sous la dir. de B. Guenée, Paris, éd. CNRS, 1986-1998, 3 vol. (Sources d’Histoire médiévale 18) : t. II, p. 411 (70).

20 Par contre Chastellain ne mentionne jamais les feux de joie. Georges Chastellain, Œuvres de Georges Chastellain, éd. E. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1866, 8 vol.

21 JBP : 1, 2, 5, 6, 7, 9, 10, 11, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20.

22 Les Parisiens : 68 ; les Tournaisiens : 42, 61 ; les Troyens : 62, 63 ; les Londoniens : 35 ; les Napolitains : 29, les Gantois : 67.

23 Respectivement : 69, 30, 28.

24 En 1410, le duc de Bourgogne et Pierre des Essarts, le prévôt de Paris, sont très populaires à Paris car ils se déplacent en armes de nuit et de jour avec un grand nombre d’hommes d’armes et chaque nuit ils font faire sous la direction des quarteniers, des cinquanteniers et des dizeniers le guet et de grands feux dans toutes les rues jusqu’au jour (JBP, p. 35). Le 29 mai 1418, les Bourguignons entrent dans Paris, les Armagnacs tentent une ultime résistance. Tanguy du Châtel s’enfuit avec le Dauphin. Le dimanche soir, le lundi et le mardi suivant, par peur des assauts des Armagnacs, sont faits des guets et des feux. Les Armagnacs occupent la Bastille Saint-Antoine jusqu’au 12 juin. On maintient la vigilance populaire et l’état d’excitation par des feux et par des cris pour empêcher les gardes de dormir (JBP, p. 110-114). Jean de Roye en fait aussi mention, 37.

25 Dans ces lettres royales, Louis XII annonce au royaume la prise de Milan (JA, t. I, p. 267, note 3) et celle de Naples (JA, t. II, p. 73-74, note 2).

26 1, 8, 9, 11, 22, 49, mais aussi JA, t. I, p. 267, note 3 et t. II, p. 73-74, note 2.

27 14, 15, 16, 32, 34, 38, 41, 63, 67.

28 JBP : 4, 5, 8 ; 1, 7 ; 10, 12, 14.

29 1, 3, 21, 25, 27, 65.

30 Pour le premier cas : 5, 19, 32, 46, 57, 65 ; pour le second : 2, 51, 55 ; le troisième : 30, JA, t. I ; p. 267, note 3 et JA, t. II, p. 73-74, note 2.

31 35, 40, 45, 46, 48, 53, 68, 70 et 57 pour Italie.

32 56 des personnages qui représentent des anges portent des torches.

33 9, 12, 16, 18, 28, 31, 32, 49, 69.

34 3, 6, 9, 12, 18, 19. 21, 22, 23, 24, 26, 27, 34. La formule revient constamment sous la plume de Pierre Cochon.

35 Ces manifestations leur donnent une part de leur signification, comme le feu liturgique de Pâques (le lucernaire de la nuit pascale), le feu béni de la chandeleur, la danse des Brandons du premier dimanche du Carême ou de la nuit de la Saint-Jean (DACL, 1922, t. 5, col. 1466-1470 et J. Heers, Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, Conférence Albert Le Grand 1971, Paris, Montréal, 1971, p. 53). Mais à la différence de l’eau, le feu n’a pas été élevé à la dignité de matière sacramentelle.

36 M. Sahlin, Étude sur la carole médiévale, Uppsala, 1940.

37 É. Desjardin-Lecuppre, « Les lumières de la ville : recherche sur l’utilisation de la lumière dans les cérémonies bourguignonnes (XIVe-XVe s.) », Revue historique 301/1, 1999, p. 23-43. Feu et lumière au Moyen Âge. Travaux du groupe de Recherche « Lectures médiévales »Université de Toulouse II, Toulouse, 1998. É. Palazzo, La lumière et la liturgie au Moyen Âge, PRISMA, XVII : 1, 2001, p. 91-104. C. Vincent, « Lumière et luminaires dans la vie religieuse en Occident du XIIIe siècle au début du XVIe siècle », Histoire religieuse de la France, à paraître, aux éd. du Cerf.

38 Rien n’évoque des illuminations comparables à celles de Lübeck. En 1437 on avait simulé l’embrasement complet et instantané de l’église dans laquelle on représentait le mystère de l’Annonciation. À Bourg en 1451, pour l’entrée du duc de Savoie, on figura en feu grégeois une jeune fille au sommet d’une tour.

39 En 1389, le parvis de Notre-Dame est illuminé pour l’arrivée de la reine Isabeau. En 1470, la porte Saint-Éloi à Douai, toute revêtue de draps rouges pour l’entrée de Marguerite d’York, est éclairée de la même manière.

40 En Angleterre, des hommes et des jeunes garçons déguisés traversent le village en procession. Ils tirent une charrue, s’arrêtent de porte en porte pour demander du bois. Puis on allume un grand feu à travers lequel passe la charrue qui acquiert par ce contact un pouvoir fertilisant, d’après P. Contamine, La guerre de Cent ans, France et Angleterre, Paris, 1994.

41 Le dimanche des Brandons ou des Bures, on allume des grands feux ou bien on se promène avec des torches après souper. Les gens ont coutume de s’assembler, danser et les jeunes valets et les enfants de sauter par-dessus ces feux quand ils ont diminué.

42 Dans la religion chrétienne, le solstice d’été est en rapport avec Jean-Baptiste et le Christ (il faut que lui grandisse et que moi je décroisse, Jean 3,3). Le feu est considéré comme un agent entre la terre et le ciel. Dans l’Écriture sainte, il a une vertu purificatrice et rénovatrice. Sa puissance destructrice est souvent interprétée comme le moyen qui mène à la renaissance dans un état supérieur. Dans la mythologie grecque, romaine et pour les Pères de l’Église, le Phénix, qui renaît de ses cendres est le symbole de l’immortalité. Le feu a aussi un rôle apotropaïque. Chez les Germains, il protège contre les mauvais esprits. Enfin les feux et la bombance se retrouvent dans l’hestiasis des Romains, liturgie par laquelle on offre un banquet aux membres d’une tribu ou d’un dème, pour un coût fort élevé.

43 À Florence, les feux de la Saint-Jean sont un temps fort de la vie politique. Le triomphe de la cité se place sous l’invocation de saint Jean-Baptiste, son saint patron. Pendant trois jours, la Seigneurie recevait l’hommage de ses fidèles lors de grandes cérémonies publiques. Le soir, on allumait des feux sur la place de la Seigneurie, face au palais communal. L’offrande des cierges et la procession religieuse se donnaient sur la Piazza di San Giovanni, face à la cathédrale. La place et les rues voisines étaient couvertes de grands ciels de tissu bleu frappés du lys d’or, aux fenêtres on tendait des tapisseries et de riches étoffes (R. Trexler, Public life in Renaissance Florence, New York, 1980).

44 Guillaume le Breton, Gesta Philippi Augusti, éd. et trad. G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, 1973, p. 93-94. Ici : 3, 7, 9, 10, 14, 18, 20, 42, 43, 46, 47 et JA, t. I, p. 267, note 3 ; JA, t. II, p. 73-74, note 2.

45 N. Offenstadt, Discours et gestes de paix pendant la guerre de Cent ans, thèse de doctorat d’Histoire, Paris I, Panthéon Sorbonne, 2001, dactylographiée.

46 4, 5, 18, 21, 29, 45, 46, 48, 51, 65, 67, 70.

47 Le Journal d’un Bourgeois de Paris donne le prix du bois et évoque sa disponibilité : p. 85, 122 ; p. 103, 173-174 ; p. 125, 219 ; p. 126, 220 ; p. 131, 132, 228 ; p. 135, 234 ; p. 138, 242 ; p. 148, 260 ; p. 164, 294 ; p. 270, 522 ; p. 272, 526 ; p. 277, 538 ; p. 284, 550 ; p. 303, 583 ; p. 312, 599 ; p. 366, 717 ; p. 412, 825.

48 Chez Jean d’Auton, les habitants de Vintimille croient à la prise de Monaco (55).

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540