Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Lieux et Signes du Pouvoir

Turris et reliques

Michel Fixot

Texte intégral

  • 1 A. Ben Abed, M. Bonifay, M. Fixot, S. Roucole, « Les basiliques chrétiennes de Sidi Jdidi », Rivis (...)
  • 2 M. Fixot, J.-P. Pelletier, Saint-Victor, dans : Marseille, Carte archéologique de la Gaule (dir. M (...)
  • 3 G. Demians D’Archimbaud, M. Fixot, J.-P. Pelletier, L. Vallauri, « Marseille, abbaye Saint-Victor, (...)
  • 4 Longue bibliographie avec quelques titres de rappel : H. Reinhardt et E. Fels, « Les églises-porch (...)

1Cette contribution est issue d’un travail en cours sur deux dossiers archéologiques distincts, relatifs à l’architecture religieuse de l’Antiquité tardive. Le premier se rapporte à l’interprétation des données d’une fouille de basiliques chrétiennes africaines1, tandis que le second consiste en la reprise, à l’intention du volume marseillais de la Carte archéologique de la Gaule2, d’un travail d’équipe relatif aux fouilles réalisées à Saint-Victor de Marseille entre 1969 et 1978 sous la direction de G. Démians d’Archimbaud3. Tous deux ont pour objet la même période, celle de la fin de l’Antiquité et chacun donne l’occasion d’aborder l’étude de formes architecturales à plan centré assemblées à des nefs basilicales4.

2Le dossier africain a trait à la fouille, sur le territoire de la Tunisie actuelle, des églises d’une petite cité identifiée comme Aradi. La topographie chrétienne connue est relativement simple. Une basilique méridionale (basilique I) paraît destinée à un culte de reliques tandis qu’au nord, le groupe épiscopal respecte le principe de la cathédrale double en comprenant une église occidentale (basilique II) et une église orientale (basilique III), chacune accompagnée d’annexes. Entre les deux églises du groupe s’intercale un îlot à fonction domestique, voire caritative.

  • 5 N. Duval, Les églises africaines à deux absides, 2 vol., Paris, 1971 et 1973.

3Ces monuments ont souffert de la persécution vandale. Pour le groupe épiscopal, après la reconquête byzantine, seule l’église occidentale fut restaurée, la seconde église et l’îlot intermédiaire étant abandonnés. Auparavant, dès le Ve siècle, l’organisation intérieure de la basilique II avait été marquée par le dépôt d’un sarcophage à l’extrémité de l’église opposée à l’abside, en arrière du mur de façade percé seulement de deux portes desservant chacune un collatéral. Ainsi, selon une organisation liturgique dont le principe est bien reconnu5, l’espace était divisé entre deux pôles liturgiques, l’un sans doute marqué par un autel disposé au nord sur une estrade au-devant de l’abside primitive, l’autre résultant d’une séparation dont on ignore la nature, mais qui guida certains aménagements ultérieurs.

4La reconstruction byzantine (fig. 1) décalqua le plan de l’église antérieure et accentua la bipolarité. La fonction funéraire ou martyrologique fut mise en valeur, de même que la fonction baptismale exprimée par la restauration d’un grand baptistère cruciforme. Les deux premières travées de l’église furent isolées par un refend transversal lancé d’un mur latéral à l’autre. Dans la nef centrale, la surface située en avant du sarcophage reçut un plan carré, affirmé par des murs latéraux construits à l’aplomb des anciennes grandes arcades de la deuxième travée. Ainsi, dans l’emprise de l’église ancienne, était constitué un plan centré, monument dans le monument, ouvert par une simple porte en direction de la nef centrale. Les deux premières travées de chacun des collatéraux devinrent un vestibule desservant à la fois les travées restantes de l’église et la partie à plan centré. Au centre de celle-ci fut placé un autel.

5La restitution des élévations reste hypothétique, mais il est vraisemblable que la partie à plan centré possédait une hauteur plus importante que celle du reste de la nef et de ses annexes. En avant de l’église, la nouvelle organisation dégagea une cour occupée par le cimetière et non plus encombrée de bâtiments comme dans l’état originel. Depuis la rue, un portail monumental laissait découvrir la perspective du plan centré dont le traitement évoque un martyrium.

  • 6 M. Fixot, « Saint Victor, Saint-Victor, à propos d’un livre récent », dans : Trames et paysages ur (...)

6Pour Saint-Victor de Marseille, on ne se situe plus dans le cas d’une cathédrale, mais dans celui d’une basilique suburbaine mentionnée par Grégoire de Tours (HF, IX, 22). On ne reviendra pas ici sur la discussion relative à ses origines6. Le complexe monumental paléochrétien, proche d’un cimetière étendu sur le rivage sud du Lacydon et en usage depuis l’époque grecque, utilisait partiellement la cavité offerte par une petite carrière dont l’entaille fut prolongée à dessein vers le sud pour placer un sanctuaire semi-rupestre. Il était précédé, au nord, par un système d’accès (la future chapelle Saint-André) consistant en un vestibule axial vers lequel les fidèles étaient renvoyés par un mur barrant toute l’ouverture de l’ancienne galerie d’exploitation (fig. 2 et 3).

7Plus loin, le sanctuaire était composé de deux parties : une petite basilique de trois travées, composée d’une nef centrale et de deux couloirs de circulation latéraux, était suivie d’une composition architecturale complexe. La partie médiane occupait le prolongement de la petite basilique. Elle était de plan carré et son élévation est encore conservée sur une hauteur suffisamment importante pour montrer deux niveaux superposés d’arcades doubles contenus par un mur périmétral dissimulant le rocher. Cet espace à plan centré était complété, sur deux de ses côtés, à l’est et à l’ouest, par une annexe dont le sol était surélevé de trois mètres environ. L’une des lunettes des arcatures hautes a gardé la trace d’une baie qui faisait visuellement communiquer ces tribunes avec l’espace central.

8Les vestiges actuels évoquent donc une élévation calquée sur celle des grands monuments à plan centré. Elle comprenait d’abord des arcades inférieures, aveugles en l’occurrence, portées par des piles. Les ouvertures des tribunes s’intercalaient ensuite, sur deux côtés seulement, entre les deux niveaux d’arcs. La disposition du montant conservé suggère deux baies comprises dans chaque lunette supérieure. Au-dessus, sous la reprise médiévale, le mur antique, élargi progressivement à chaque niveau d’arcades, comptait une épaisseur de 1,80 m, suffisante pour que l’on puisse envisager un étage de claire-voie, habituel dans la famille des monuments à plan centré, ainsi qu’une coupole couvrant le tout. Des fenêtres s’ouvraient au nord, au-dessus de la toiture de la petite basilique, et au sud, au-dessus du rocher. L’appui du couvrement des tribunes interdisait l’existence d’ouvertures semblables à l’est et à l’ouest.

  • 7 Incipiunt versus basilicae : primum a parte orientis… Haec tuta est turris trepidis, objecta super (...)
  • 8 N. Duval, « Les descriptions d’architecture et de décor chez Grégoire de Tours, le cas de Saint-Ma (...)
  • 9 R. Boyer, Y. Codou, P. Guerard, Saint-Hermentaire (Draguignan, Var), Saint-Hermentaire, une église (...)
  • 10 Fouille de M. Moliner, à paraître.

9La conception de chacun de ces deux monuments africain et marseillais est donc fondée sur l’association d’un martyrium de forme carrée et d’un plan basilical, ce qui conduit à proposer un rapprochement avec un autre édifice contemporain situé en Gaule, Saint-Martin de Tours, réinterprété récemment de manière éclairante par N. Duval, à partir, d’une part, de la description faite par Grégoire de Tours pour célébrer l’édifice de l’évêque Perpetuus (HF II, 14) et d’autre part de la sylloge connue sous le nom de Martinellus, qui recense les inscriptions que le monument contenait. Dans ce dernier document, la première inscription concernant la basilique est composée de 16 vers et N. Duval a bien montré qu’elle se trouvait exposée à l’entrée orientale7. L’une des traditions manuscrites précise d’ailleurs l’emplacement : in turre a parte orientis8, localisation importante pour la suite de l’interprétation puisqu’elle associe le texte non seulement à une porte, mais la situe dans la tour elle-même. Cette tour que le dernier terme du vers oppose à la tour de Babel construite sous l’effet de la superbia avait toujours été considérée comme une sorte de tour-porche, selon le schéma accoutumé pour les édifices médiévaux, et cette restitution se trouvait apparemment confortée, en dépit de la disposition orientale, par l’existence de trois portes munies chacunes de leur titulus. La répartition avait donc fait penser aux portails triples médiévaux. N. Duval a restitué l’emplacement authentique de cette élévation à l’est de la basilique et l’a mise en rapport avec la tombe de Martin. À l’intention des pèlerins, le lieu des reliques était donc desservi par un accès direct depuis l’extérieur comme on en constate parfois dans d’autres édifices martyrologiques, ainsi, pour rester en Provence, à Saint-Hermentaire de Draguignan9 ou dans la grande basilique funéraire découverte récemment à Marseille, rue Malaval10.

  • 11 La bibliographie est réunie par N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. (...)
  • 12 L. Pietri, La ville de Tours du IVe au VIe siècle, naissance d’une cité chrétienne, Rome, 1983.
  • 13 N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. 29.
  • 14 Ibid., p. 38-40.
  • 15 N. Duval, « Le chœur de l’église de Siagu (Tunisie) », Études d’archéologie chrétienne nord-africa (...)

10Mais peut-être est-il possible de prolonger la réflexion à la lumière des deux dossiers archéologiques présentés en introduction, en s’appuyant sur cette proposition de réorientation du monument et en reprenant les données architecturales contenues dans les deux sources anciennes. On sait que ces descriptions, qui ne se recoupent pas exactement dans leurs précisions chiffrées, distinguent une partie dite in altario et une partie dite in capso. Prenant leur place dans la suite d’un long débat historiographique11, L. Pietri12 et N. Duval s’accordent à identifier l’expression in altario avec le cadre architectural de l’autel proche de la tombe et l’expression in capso avec la nef. En dépit de divergences entre elles, les deux sources suggèrent pour l’espace contenant la tombe et celui contenant l’autel un grand développement et une richesse particulière. Dans la description faite par Grégoire, le nombre de colonnes – 79, en tenant compte du nombre total défalqué du nombre donné pour la nef – et celui des fenêtres (32) se révèle même plus important dans le chœur que dans la nef, ce qui peut sembler paradoxal. Le Martinellus redonne l’avantage à la nef avec 79 colonnes contre 41 in altario, et 42 fenêtres contre 32, mais on ignore à laquelle des deux sources donner la préférence. Depuis longtemps, les commentateurs confrontés à cette question ont essayé d’imaginer des solutions pour trouver une place à un si grand nombre de supports et de baies, notamment pour l’altarium qu’ils imaginaient très développé en profondeur, à l’image des chœurs médiévaux. N. Duval, pour sa part13, restitue une basilique à cinq nefs, ce qui est tout à fait acceptable. Quant à l’altarium14, il le présente selon une forme qui reste plutôt réservée aux basiliques constantiniennes suburbaines de Rome, et malgré tout exceptionnelle, même si on ajoute une basilique africaine15. Cette partie aurait été isolée par un simple chancel.

  • 16 On pense à un édifice comme celui identifié à Saint-Hermentaire de Draguignan : R. Boyer, Y. Codou(...)
  • 17 G. Cantino-Wataghin, « Les édifices à rotonde de l’Antiquité tardive, quelques remarques », dans : (...)
  • 18 Il est naturellement impossible de proposer une répartition détaillée des colonnes mais un chiffre (...)
  • 19 Inscription n° 12, voir : L. Pietri, La ville de Tours…, op. cit. n. 12, p. 809.

11À la lumière des deux dossiers présentés, on peut aussi se demander s’il ne s’agissait pas à Tours d’un assemblage du type de celui de la basilique marseillaise associant une partie dont on peut admettre qu’elle possédait cinq nefs, capsum, et une partie à plan centré et tribune, altarium. Cette dernière aurait pu sans doute respecter une forme en rotonde ou en semi-rotonde16, avec déambulatoire, recueillant la tradition triomphale et funéraire de l’architecture de prestige antique17. Mais elle aurait pu se présenter selon un plan carré, comme à Saint-Victor ou à Aradi, plan qui a l’avantage d’offrir une articulation plus aisée avec les nefs et de ne pas poser de difficultés particulières pour la répartition des baies et surtout de colonnes en nombre impair18. De manière générale, cette proposition permettrait de séparer, aussi nettement que le font les sources, deux parties architecturalement distinctes et de ne pas faire seulement reposer l’identité de chacune sur un simple mobilier, en l’occurrence des chancels. Les deux parties auraient été différenciées par un arc de tête ou arc diaphragme (super arcum absidis altaris) portant l’inscription paraphrasant l’exclamation de Jacob à Béthel Metuendus est locus iste19, introduction appropriée à l’accès dans un grand sanctuaire nettement défini par une structure propre. Le volume compris sous les tribunes aurait permis un dégagement autour de l’autel et du tombeau placés à une certaine distance l’un de l’autre, le second plus accessible de la part des pèlerins fréquentant le déambulatoire. En plan, la restitution paraît plus satisfaisante que le plan « cirquiforme », tout en présentant des avantages comparables. Le plan carré aurait simultanément permis de répartir clairement les trois portes sur chacune des faces libres, en réservant l’inscription principale à la porte d’axe. On peut toujours se poser la question de savoir si les tribunes que l’on propose d’imaginer en périphérie de cet espace ne se seraient pas prolongées au-dessus du collatéral intérieur.

  • 20 N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. 47-49.
  • 21 L. Pietri, La ville de Tours…, op. cit. n. 12, p. 804.
  • 22 Par exemple Raban Maur, Comment. in Genesim, II, 11 : turris haec superbiam hujus mundi significat (...)

12Enfin, les sources citent deux termes qui peuvent aider à suggérer l’élévation de l’altarium. Tous deux ont été longuement commentés, en dernier lieu par N. Duval20. Le premier, turris, est connu par le Martinellus dans l’inscription associée à la porte orientale21. L’inscription engage le pèlerin à regarder d’emblée vers les hauteurs et à éprouver son humilité. Les deux vers médians du poème rassemblent l’idée essentielle dans une formule : haec tuta est turris trepidis, objecta superbis/Elata excludens, mitia corda tegens en opposant la tour de Martin à la tour de Babel, fruit de la superbia22. Cette tour orientale est donc essentielle dans la composition architecturale pour fournir l’argument même de la première inscription proposée au pèlerin.

  • 23 L. Pietri, La ville de Tours…, op. cit. n. 12, p. 210.
  • 24 Sulpice Sévère, Dial., III, 15.

13Le deuxième terme utilisable dans une restitution, machina, est employé par Grégoire à l’occasion d’un miracle (VM, I, 38, p. 156, l. 4-9) ; il évoque l’élévation qui domine l’autel. Cette machina est le lieu d’escalade d’un énergumène qui se précipite depuis la charpente (selon la démonstration de N. Duval) et qui sort miraculeusement indemne de sa chute. Ce terme apparaît dans un autre titulus du même monument, composé par Sidoine Apollinaire pour être reproduit in absida23. Il désigne le monument qui avait été construit par l’évêque Brice sur le même aplomb. Le successeur de Martin à l’épiscopat souhaitait ainsi signaler le tombeau de son prédécesseur. Le mot qui, en lui-même, n’est pas péjoratif, est dévalorisé par l’expression plebeio cultu dans la mesure ou Sidoine veut magnifier la réalisation de Perpetuus. La réputation contestée de Brice rejaillit aussi sans doute sur la construction dont il était l’auteur24. Ici, le contexte d’emploi du terme machina est donc funéraire et martyrologique, voire triomphal : on peut imaginer un mausolée qui n’était sans doute pas de qualité si médiocre dans la mesure où son couvrement, vraisemblablement de bois puisqu’il se montra réutilisable, fut l’objet d’un réemploi par Perpetuus pour la basilique qu’il dédia aux apôtres.

  • 25 Sermo de combustione basilicae B. Martini, PL 133, col. 731-733.

14Dans un sermon attribué à Odon de Cluny, c’est le terme machina qui revient pour une évocation de la basilique de Martin et de son élévation extérieure alors qu’elle venait d’être détruite par un incendie. Cette élévation est comparée à un monticulus en or25. Certes, il ne s’agit plus alors de la toiture originelle mais de celle qui fut restaurée par Euphronius, le prédécesseur de Grégoire de Tours, dont le coût fut financé par Clotaire (HF IV, 20, p. 153, l. 3). On peut néanmoins faire usage de ce texte pour évoquer la silhouette de la basilique de Perpetuus dans la mesure où la toiture était adaptée au squelette architectural originel.

  • 26 Grégoire de Tours, GM., 71.

15Dans la littérature contemporaine, il existe d’autres occurrences du terme machina, déjà relevées par N. Duval. C’est une structura machinae qui signale les reliques de Saint-Félix de Gérone dans une basilique de Narbonne26. Machina et turris sont équivalents chez Grégoire de Tours lorsqu’il décrit une turris associée à l’autel et aux reliques d’Anatolien à la basilique de Clermont (GM. 45). On s’est demandé s’il s’agissait d’une sorte de ciborium ou de baldaquin ou bien d’une structure architecturale. Le terme turris désigne bien ici une construction de pierre qui s’ajoute aux murs périmétraux, et qui comprend des colonnes, des arcs, des marbres (de Paros), des supports (heracliis). La suite du texte évoque l’effondrement de la machina, terme qui désignait à Saint-Martin de Tours l’élévation qui dominait l’autel. Pour prévenir l’accident, en vain car la construction s’est faite en bousculant inconsidérément des corps de saints, l’évêque Avitus fait enlever les tegnos asseresque vel tegulas (matériaux de couverture (?), chevrons et tuiles). L’autel est miraculeusement protégé, mais les mots utilisés pour le couvrement indiquent bien une élévation extérieure et non un ciborium.

16On retiendra donc que les mots machina ou turris semblent désigner une élévation culminante d’ordre architectural à l’aplomb d’un autel et de reliques. On proposera même d’identifier celle-ci avec la partie à plan centré d’une église. À Saint-Martin de Tours, la turris ne serait pas une partie de l’altarium, mais l’altarium lui-même vu de l’intérieur et désigné par sa fonction, turris étant le terme désignant la vue extérieure.

17En effet, dans un certain nombre de textes, turris désigne très vraisemblablement l’élévation d’un lieu de culte de plan centré. La première attestation dans le domaine de l’architecture chrétienne concerne les constructions réalisées par Sulpice Sévère dans son domaine de Primuliacum. On sait par Paulin de Nole (Epist. 32) que celles-ci consistaient en deux églises, aula duplex, images de l’Ancien et du Nouveau Testament. Déjà les basiliques de Cimitile se trouvaient réunies, à Nola, par un monument martyrologique placé dans une cour de plan carré dont on pourrait dire que la voûte céleste constituait la couverture. À Primuliacum, l’union entre les deux testaments se faisait, non par le martyrium, mais par le baptistère contenant les images de Martin et de Paulin. Ce dernier, dans une lettre passée dans les anthologies, envoya les tituli qui complètaient le décor et expliquaient la signification des bâtiments ; iste duas inter diversi culminis aulas/Turrito fontem tegmen constituit. En dépit du style poétique, il y a peu de doutes sur la forme du plan compte tenu de la famille d’édifices à laquelle appartient ce bâtiment. Cette indication ancienne témoigne d’un terme métaphorique en usage pour désigner un plan centré.

  • 27 Venance Fortunat, Carm., III, 7, v. 31 sq., cité dans : N. Duval, « Les descriptions d’architectur (...)

18C’est bien à la même évocation d’une partie dominante à plan centré que l’on est confronté en reprenant les usages du terme turris et de ses dérivés relevés par N. Duval. Dans sa description célèbre de la cathédrale de Nantes, commencée à l’initiative de l’évêque Eumerius, puis achevée et consacrée par son successeur Félix entre 566 et 573, Venance Fortunat évoque une tour à l’occasion d’un poème dont on a pensé qu’il pouvait s’agir d’un titulus27 : in medium, turritus apex super ardua tendit. Cette partie médiane de l’église était consacrée aux apôtres Pierre et Paul dont Félix avait fait venir des brandea de Rome. Selon le mouvement du texte, la tour, avec un couvrement en coupole, peut être mise en rapport avec les reliques principales et avec leur signalement. À cette église dominée par une turris médiane était dévolue une fonction martyrologique dans un groupe épiscopal constitué selon le principe des cathédrales doubles.

  • 28 J. Le Maho, « Tours et entrées occidentales des églises de la basse vallée de la Seine (IXe-XIIe s (...)
  • 29 N. Duval, J.-P. Caillet, « La recherche sur les « églises doubles » depuis 1936, historique et pro (...)

19S’agissant d’une cathédrale, le cas de figure renvoie architecturalement à la disposition décrite par J. Le Maho à propos de l’église nord du groupe rouennais dans la nef de laquelle, à l’époque carolingienne, fut conçue une rotonde de 10 m de diamètre autour d’une petite fosse maçonnée qui aurait pu servir de réceptacle à un reliquaire28. Ainsi, l’église nord, par cette transformation architecturale, aurait mieux exprimé la fonction de réceptacle à reliques établie depuis l’époque de l’évêque Victrice. Pour citer un autre exemple cathédral dans lequel ce type de disposition a été reconnu, on peut rappeler l’église nord du groupe épiscopal de Trêves à la fin du IVe siècle29.

  • 30 Vita Boniti : Insignis micat sanctae Virginis Dei genitricis Mariae, atque celsior eminet turris p (...)
  • 31 De vita sanctae Radegundis, M.G.H, SS. Rer. Merov., 2, p. 394 : Rogaverunt desursum ut subtus turr (...)

20En recherchant d’autres attestations relatives à des turres, on trouve la mention d’une tour de hauteur particulière mentionnée au monastère de Grandlieu30. Mais dans ce texte, le rapport de la tour avec un sanctuaire ou avec la disposition intérieure de l’abbatiale n’est pas précisé. Une forme de plan centré est possible, suggérée par le vocable marial. Dans la Vie de Radegonde par Baudonivie, la turris de la basilique funéraire suburbaine, placée aussi sous le vocable de la Vierge, joue un rôle particulier : c’est en passant sous la tour que s’arrête la procession funéraire et que commencent les miracles. Il n’est pas dit que le corps ait été inhumé ailleurs31.

  • 32 Melanius autem Redonicae urbis episcopus… emicuit saeculo ; super cuius sepulchrum miram christian (...)

21Un autre terme, fabrica, est susceptible de désigner une élévation de même nature. On le trouve usité chez Grégoire à propos du tombeau de l’évêque de Rennes Melanius (GC, 54)32. La mention des tuiles évoque encore une élévation extérieure, au-dessus de reliques.

22Ainsi, la turris ou quelques autres termes, machina ou éventuellement fabrica, plus neutres, désigneraient dans quelques textes du haut Moyen Âge une architecture convenable pour un culte funéraire. Dans un certain nombre de cas, on peut suggérer que le mot désigne une partie à plan centré assemblée avec une ou plusieurs nefs, une forme architecturalement complexe qu’il ne faut pas assimiler trop vite à une tour de croisée semblable à celle de certaines églises médiévales, même s’il est probable d’y voir une anticipation. Naturellement, cette forme n’est ni universelle ni obligée, mais semble avoir connu un certain succès. Elle participe avec d’autres, à la diversité ou la variété recherchée des formes architecturales chrétiennes.

  • 33 Miracula s. Liutwini, M.G.H, SS, XV, p. 1265, cité par A. Verbeek, « Zentralbauten in der Nachfolg (...)

23On peut vérifier, par des usages ultérieurs, que le terme turris sert toujours à désigner un édifice à plan centré, en dépit d’acceptions plus générales. À défaut d’un corpus plus complet, on trouve deux édifices identifiés ainsi, et, parmi eux, la chapelle palatine d’Aix. Un texte, par exemple, relate la construction en 990, au monastère de Mettlach, d’une nouvelle église, sous le vocable de Sainte-Marie, destinée à accueillir les reliques du fondateur du monastère, Liutwin, mort en 713. La rédaction des Miracula s. Liutwini est un peu postérieure à l’événement, mais est intervenue avant 1095. Le passage incriminé évoque clairement le modèle33 : Aquisgrani Palatium mittens et exinde similitudinem sumens turrim quae adhuc superest erexit. Ici, les connotations du terme turris relèvent non seulement du martyrium mais aussi de l’imitation de la chapelle d’Aix et du vocable marial, ce qui est valide également pour Aix. On connaît le monument de Mettlach dont le plan et l’élévation ne correspondent pas réellement à la chapelle palatine. Mais plan et élévation relèvent d’une tradition architecturale de l’Antiquité tardive. La silhouette de l’édifice n’était pas marquée par un Westwerk. Elle restait donc simple.

  • 34 De multro, traditione et occisione Karoli comitis Flandriarum (éd. Pirenne, cité dans : A. Verbeek(...)

24En revanche, un autre édifice bien connu, Sainte-Marie de Bruges, imitation d’Aix aussi, n’est pas désigné comme turris dans son ensemble, en tant que silhouette, mais il est décrit comme étant composé d’un plan centré et d’un massif occidental qui, pour sa part, est désigné comme turris. On le connaît à la fois par la fouille et par le texte de Gualbert de Bruges34 rédigé en 1127-28, pour des faits relatifs à la fin du siècle précédent. On attribue la construction de cette chapelle du comte de Flandre à la fin du IXe ou à la première moitié du Xe siècle. À côté de la tour principale, les deux autres turres qui entrent en composition avec elle montrent qu’une autre acception s’est fait jour, pour désigner les tours-porches et façades harmoniques issues de l’évolution des Westwerke.

  • 35 Historia ecclesiae Haugustaldensis : Sunt autem praeterea, in eadem villa duae adhuc aliae ecclesi (...)

25Dans un registre proche, c’est-à-dire à l’occasion de deux descriptions successives très postérieures à la construction relatée, mais également pour une église placée sous le vocable de la Vierge, on peut retenir l’exemple de l’église de Hexham élevée par Wilfrid de Ripon et désignée comme turris. Le texte le plus ancien est dû au prieur Richard de Hexham. La description fut reprise par Aelred, abbé de Rievaulx35.

  • 36 H. Bernard, « Saint-Riquier, fouilles et découvertes récentes », dans : Avant-nefs et espaces d’ac (...)
  • 37 Hariulf, Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier (éd. F. Lot) : Ingentem turrem post cancellum et i (...)

26À partir de l’époque carolingienne, l’emploi du terme turris devient un peu mieux contrôlable par référence à des formes archéologiques. Celles-ci recouvrent dans bien des cas le schéma qui est à l’origine de notre démarche et présentent un plan centré, au noyau octogonal ou carré, assemblé avec une forme basilicale. La partie de plan centré, le Westwerk de l’historiographie, assume souvent le rôle privilégié d’écrin. Il n’est pas utile de s’attarder sur le cas de Saint-Riquier. Quantité d’auteurs ont glosé sur la turris occidentale contenant l’autel du Sauveur qui est mentionnée dans la Vita Angilberti d’Anscher. Il en est de même pour les deux turres évoquées dans la Chronique d’Hariulf. L’important est que ces textes ont pu faire l’objet d’une réinterprétation récente fondée sur l’exploration archéologique36. Ces travaux ont mis en évidence deux « rotondes » octogonales rigoureusement semblables en plan, l’une à l’ouest, avec crypte, déambulatoire et tribunes au niveau supérieur, l’autre à l’est, avec déambulatoire et tribunes. Elles servaient respectivement d’écrin à la Capsa major et au Thronus Richarii. On est ici dans un cas d’école, celui de deux plans centrés réunis par le vestibulum37. De plus, ces deux rotondes pourraient bien avoir été conçues comme des imitations de la chapelle d’Aix et en rappeler la valeur de reliquaire.

  • 38 S. Balcon, W. Berry, « Le massif occidental de la cathédrale de Reims », dans : Avants-nefs et esp (...)
  • 39 A. 873 : hoc anno, fundamenta trium turrium posita in Corbeia Nova a venerabili Adalgario abbate ; (...)
  • 40 Ekkehardi casus s. Galli, cap. LXVII, cité dans : H. Reinhardt, E. Fels, « Les églises-porches car (...)

27C’est de ce type de forme, mais de plan carré, que relève la turris vetus de la cathédrale de Reims, connue par un ordinaire antérieur à la reconstruction gothique et qui était un pôle liturgique organisé autour d’une chapelle haute dans laquelle était célébrée la mémoire du pape Calixte38. Retrouvée en plan, elle était composée de trois parties, un porche à l’ouest cantonné de deux tourelles, le massif occidental proprement dit avec ses cinq nefs révélées par les fondations filantes (l’arcuatum opus détruit par Adalbéron) et une travée intermédiaire avec la nef. La dépendance de Corvey par rapport à cette famille de formes s’impose ; on sait que la disposition dont demeure l’essentiel et qui est désignée dans les Annales de l’abbaye en tant que tres turres39 dépendait d’un modèle occidental qui n’était pas celui de Corbie. À Saint-Gall, la même formule triple se résout en une turris unique comme en témoigne le moine Ekkehardt40.

  • 41 Anno Dominicae incarnationis DCCCCXLIII, dedicavit Wigfridus, reverendissimus archipraesul, turrim (...)
  • 42 Media occidentalium turris nostra ab utroque latere habet unam (turrim) eodem muro sibi compactam (...)
  • 43 Sancti Stephani basilicae turrim cum gemellis campanaribus… a fundamentis extruxit, cité dans : H. (...)
  • 44 F. Hebert-Suffrin, « Metz, la cathédrale Saint-Étienne, des origines à la consécration de 1040 », (...)

28Dans le domaine allemand, le terme turris est attesté pour le massif occidental de Werden41. En Lotharingie, l’abbaye de Saint-Trond à la fin du Xe siècle, fournit un exemple de cette composition en illustrant bien la confusion des termes désignant massif occidental et tours d’escaliers, mais le Westwerk est bien conçu comme une turris42. Parfois, les auteurs se font plus précis, distinguant la turris proprement dite des élévations annexes, ainsi à propos de la cathédrale de Toul pour la campagne de construction effectuée par l’évêque Pibon43. Toujours en Lotharingie, on pourrait aussi mentionner la turris située à l’extrémité occidentale de la cathédrale ottonienne de Metz, qui est connue par un cérémonial du XIIe siècle, même si les auteurs ont hésité sur sa forme exacte44.

  • 45 … remanserat autem ibi de veteris monasterii structura turris admodum magna, ingredientibus panden (...)

29Certains textes révèlent une disposition architecturale semblable aux précédentes, mais associée à une fonction reliquaire bien attestée : ainsi, à l’église du monastère de Saint-Matthias à Trêves, décrite en 1124 pour être le lieu de dépôt, et en l’occurrence du vol, des reliques de l’évêque Agricius45.

  • 46 Cité dans : A. Grabar, Martyrium, p. 555, d’après F. Loher, J. Laporte, Société de l’histoire de N (...)
  • 47 J. Le Maho, « Tours et entrées occidentales… », op. cit. n. 28, p. 284.

30En Normandie, région dans laquelle on connaît l’importance, jusqu’en pleine époque romane, de ces dispositifs hérités de l’époque carolingienne, la turris construite par l’abbé Anségise (807-833) au monastère de Fontenelle à l’ouest de l’église Saint-Pierre et qui est dédiée au Sauveur paraît bien être un massif occidental de plan carré dont les dimensions, 30 pieds de côté sont données46. À partir des vestiges existants, J. Le Maho propose aussi de restituer un massif occidental de plan carré à l’ouest de Saint-Pierre de Jumièges, aux dimensions de celui de Fontenelle47. Mais, dans ces deux exemples, la fonction précise de la tour n’est pas connue, autrement que par le vocable du Sauveur à Fontenelle et l’existence d’une tribune susceptible d’avoir contenu un sanctuaire à Jumièges

  • 48 Ibid., p. 284.

31Le même auteur a pensé à une réinterprétation du texte de Guillaume de Jumièges faisant le récit de la reconstruction de l’abbatiale Notre-Dame en comprenant le terme turris comme désignant un plan centré. Revenant sur les interprétations traditionnelles, il récuse celle qui identifiait comme tourelles d’escalier les deux vieilles turres qui auraient survécu à la destruction intervenue en 940. Ce n’est donc pas leur réemploi par l’abbé Thierry qui aurait donné naissance à la façade harmonique romane. L’une aurait été un massif occidental de type carolingien auquel aurait répondu l’autre turris, sous le vocable de la Vierge, formant le pôle liturgique oriental. Entre les deux turres, la nef, ou le vestibulum, pour reprendre les termes utilisés pour Centula, aurait disparu au milieu du Xe siècle48.

  • 49 Vita Gauzlini abbatis floriacensis monasterii, éd. R.-H. Bautier, G. Labory, Paris, 1969, p. 80 : (...)
  • 50 Historia nova Francorum : Extruxit etiam ibidem ipse Gauzlinus turrim ex quadris lapidibus ad occi (...)

32Dans l’Ouest, c’est encore le terme turris qui, chez deux auteurs du XIe siècle, moines sur place, désigne la construction bien connue élevée à l’ouest de l’abbatiale de Fleury-sur-Loire par Gauzlin, qu’il s’agisse d’André de Fleury49 qui écrit vers 1042 ou de Hugues de Sainte-Marie qui, vers 1100, paraphrase le précédent50. Dans cette région, au XIe siècle, la tour conserve toujours sa valeur de reliquaire ou de signalement et sa forme reste architecturalement complexe : à Saint-Hilaire de Poitiers, la tour élevée au nord de la nef conduisait directement le pèlerin au tombeau d’Hilaire situé dans la travée correspondante de la nef principale. Malheureusement, aucun texte ne donne le nom sous lequel elle était désignée.

  • 51 Guibert de Nogent, (éd. Labande), 1981, p. 466-469.

33De manière plus précise quant à l’indication de la fonction, on sait par Guibert de Nogent qu’une tour-écrin avait encore été offerte à l’abbaye de Saint-Denis par Guillaume le Conquérant. Cette tour, dont on ne connaît pas l’emplacement, abritait l’autel du bienheureux Edmond et de nombreux autres autels51. Elle s’effondra en cours de construction et on ne la connaît que grâce au récit de deux miracles. Vers la fin du XIe siècle, ces anecdotes rappellent encore une relation bien établie entre turris et reliques.

34Ce dossier relatif aux sources écrites conduit maintenant de l’autre côté de la Manche, à Canterbury, au XIe siècle. On se servira des monuments renommés élevés dans cette cité à l’époque préromane et romane pour illustrer le fait que la tour, dans ses nouveaux traitements romans, maintient encore certaines des valeurs traditionnelles de la turris, ainsi que pour évoquer son emploi dans des circonstances dans lesquelles il est fait référence à un passé historique prestigieux, à connotation d’antiquité chrétienne.

  • 52 Vita Audoeni auctore Eadmero, cité dans O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen…, 1955, op. cit. n. 3 (...)
  • 53 Ibid. : ... dein, sub medio longitudinis aulae ipsius, duae turres erant prominentes ultra ecclesi (...)

35La cathédrale saxonne est décrite dans la Vita de l’archevêque d’York Audoenus, rédigée par le clerc Eadmer, mort en 1124. Celui-ci prétend avoir connu le monument avant sa destruction en 1067. S’appuyant sur le témoignage de Bède, l’auteur atteste que l’église était construite selon une référence romaine52. La description des tours latérales est intéressante53. Chacune abritait un sanctuaire, vraisemblablement situé au rez-de-chaussée. Celui du sud était élevé en l’honneur de Grégoire le Grand. La porte principale de la cathédrale était adjacente à elle. C’est là que se tenait la curia regis qui jugeait ce qui n’avait pu être jugé par les juridictions plus basses. La tour symétrique ouvrait vers le cloître. Elle était proche du lieu d’instruction des jeunes moines, selon un balancement entre pouvoir temporel royal (Grégoire) et pouvoir spirituel (Martin).

  • 54 Primo igitur opus Lanfranci a maiore turre incipiens summatim describam… Turris ergo in medio eccl (...)

36Le dossier de Canterbury a trait ensuite à la cathédrale normande qui succéda à la précédente et qui fut construite par Lanfranc suite à un incendie accidentel intervenu en 1067. Cette cathédrale, à nouveau détruite par un incendie, fut décrite vers la fin du XIIe siècle par le moine Gervais qui avait vu le monument encore en élévation. La description commence par la turris autour de laquelle s’organise l’ensemble du bâtiment et que l’on peut dorénavant assimiler à une tour de croisée54. Elle abrite le sanctuaire majeur placé sous le vocable de la croix.

37Cette valeur privilégiée de la tour trouve un écho contemporain dans l’autre église de Canterbury, celle du monastère Pierre et Paul, et l’on ne peut manquer de comparer la composition de chacune des deux constructions, l’une plus « novatrice » en tant que tour de croisée, l’autre plus « antiquisante » en tant que rotonde réminiscente de valeurs anciennes.

  • 55 Arx civitatis praementissima, ac decentissima totius regni regia, ubi ille dux suae propagationis (...)

38Le moine Gocelinus écrivit entre 1097 et 1099 une Historia translationis s. Augustini episcopi, La translation fut réalisée en 1091, suite aux travaux réalisés par trois abbés successifs qui gouvernèrent l’abbaye dans la deuxième moitié du siècle, Wulfric, Scotland et Wido. Le projet consistait à réunir les deux églises saxonnes disposées approximativement selon le même axe, celle de la Vierge à l’est, et celle qui, sous le vocable de Pierre et Paul, avait accueilli les tombes royales d’Aethelbert et de Berthe, ainsi que la sépulture d’Augustin et celle de ses successeurs. Pour réunir ces monuments, il fallait détruire le chevet de l’église de la Vierge et une partie de la nef de l’église Pierre et Paul. Wulfric aurait payé de sa vie, en 1059, l’offense faite aux saints en détruisant de sa propre autorité une partie des lieux consacrés. Les travaux furent repris par Scotland qui prit la précaution d’obtenir de Rome la permission de reprendre les démolitions : il commença l’élévation d’une rotonde reliant les deux anciens lieux de culte pour ne plus former qu’une seule église désignée par son promoteur en termes triomphaux55.

  • 56 Sed monasterarchia ubi turrim praefatis porticibus supereminentem augusto fastigio extulerat dum r (...)

39Valeur de pouvoir et valeur militaire se conjuguent donc dans une atmosphère à connotations romaines. Un véritable panthéon était destiné à rapprocher et à abriter les restes des fondateurs d’un royaume chrétien, laïques et clercs, un peu comme les deux tours de la cathédrale saxonne pouvaient avoir été l’image ou la signalisation des deux pouvoirs. La partie inférieure du monument était conçue comme une crypte placée sous le vocable de la Vierge, au plan en forme d’anneau complet, dont la partie centrale laissée ouverte permettait au pèlerin de découvrir les tombeaux depuis le rez-de-chaussée de la basilique. C’est comme turris que cette partie de l’élévation est désignée par le moine Gocelin à l’occasion du miracle qui se produisit lors de la destruction prématurée de la nef de la vieille église Saint-Pierre et-Paul56.

  • 57 … quia turritum erat tumulum. Mais pourquoi remplacer gratuitement turritus par testudinatus comme (...)
  • 58 … fulgent quidem gemmis auroque calices, praeminent turres, migant coronae, respendent candelabra  (...)

40Le rapport entre turris et reliques, ou turris et sanctuaire, peut également être illustré par les arts mineurs avec les premières attestations de reliquaires en forme de tour. Pour en revenir à des périodes hautes, il en était ainsi pour le tombeau de Denis tel que Grégoire de Tours décrit son couvrement (GM., 371)57. Mais la forme existe également dans l’orfèvrerie : Didier de Cahors s’est illustré, entre autres par la construction d’églises, mais également en enrichissant leur mobilier58. L’objet le plus ancien relevant de ce type est le reliquaire de Bégon qui appartient au trésor de Conques. Son élévation rappelle celle de mausolées antiques et il appartient à une famille très fournie d’ornamenta ecclesiae.

  • 59 … patenam auream cum turrem ex auro purissimo cum columbam ornatam gemmis prasinis et yachintis : (...)
  • 60 Ibid., p. 108 et 109.

41De fait, il apparaît que le motif de la turris est attesté très anciennement afin de contenir ou de signaler par exemple les espèces eucharistiques. Dans sa version de la vie du pape Sylvestre, le Liber Pontificalis évoque le don fait par Constantin à la basilique du Latran59. Innocent Ier, d’après la même source, aurait fait un cadeau comparable à la basilique de Gervais et Protais à l’occasion de sa consécration : turrem argenteam cum patena et columba, tandis que le pape Hilaire apparaît dans le même ouvrage comme donateur à la basilique Saint-Laurent à Rome d’une turrem argenteam cum delphinos. Il aurait fait la même offrande au baptistère du Latran60.

  • 61 … lecta igitur passione cum reliquis lectionibus, quas canon sacerdotalis invexit, tempus ad sacri (...)

42Ce type d’objet n’était pas réservé à Rome, ni aux générosités d’origine pontificale, c’est ce dont témoigne encore Grégoire de Tours, à propos d’un incident intervenu lors de la célébration de la messe pour la fête de Polycarpe à Riom (GM., 85)61. Naturellement, on doit comprendre ces objets en tant qu’images interprétées d’architectures réelles.

  • 62 De Universo, XIV, 1.
  • 63 Fiat pax in virtute tua et abundantia in turribus tuis : turres enim sunt quae objectu et altitudi (...)

43Les connotations symboliques du terme ne peuvent pas être totalement éludées pour l’interprétation des formes architecturales. Certes, le plus grand nombre de commentaires sur le terme turris se rapporte à la tour de Babel et ce n’est pas un hasard si le texte de l’inscription située à la porte principale de l’élévation abritant les reliques de Martin fait indirectement allusion à elle. Pour ce qui est de l’interprétation des autres textes scripturaires faisant référence à la turris, on en trouve une sorte de bilan chez Raban Maur dans son ouvrage encyclopédique, à propos des édifices de la ville, et ici, peu importe qu’il s’agisse des tours d’enceinte car le commentaire vaut de manière générale pour l’image de la turris. Sont rassemblées dans ce passage à peu près l’ensemble des allusions traditionnelles recouvrant les valeurs christologiques, scripturaires, écclésiales et mariales62. Plus spécifique pour notre sujet est le commentaire que fait Cassiodore du Ps. CXXII en assimilant les tours aux martyrs63.

  • 64 Cité dans O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen…, op. cit. n. 35, p. 562-563 : oratoria quoque quam (...)
  • 65 Cum D(e)o factum est omnia et sine D(e)o nic(h)il factum est. Ista in tur(r)i D(o)m(i)n(i) quet (= (...)

44L’image de la tour s’enrichissait de cette culture scripturaire. Une référence explicite à cette valeur allégorique de l’architecture se rencontre à propos de la turris de Hexham déjà citée : Richard de Hexham évoque les autels qu’elle contenait64. Ceux-ci sont évoqués comme turres et propugnacula, ce qui n’est pas très éloigné de l’interprétation précédente. Mais surtout, le passage fait une référence claire au passage du Cantique évoquant l’une des tours de l’enceinte de Jérusalem (IV, 3). Semblable allusion allégorique est aussi suggérée par une inscription funéraire retrouvée en Afrique sur les bords du lac de Tunis dans laquelle est évoqué le repos éternel dans la tour65.

  • 66 G. Demians d’Archimbaud, Y. Esquieu, M. Fixot, A. Hartmann-Virnich, « Espaces d’accueil et pôles o (...)
  • 67 M. Fixot, J.-P. Pelletier, Saint-Victor de Marseille, de la basilica paléochrétienne à l’abbaye mé (...)

45À la période médiévale, le Midi de la Gaule paraît sans doute moins riche en formes architecturales susceptibles d’entrer dans le champ de cette étude. Néanmoins, avaient été relevés naguère quelques exemples de tours romanes occidentales ou latérales susceptibles d’avoir contenu un pôle liturgique associé à des reliques, par exemple à Saint-Restitut, à Notre-Dame d’Aubune, à la cathédrale d’Avignon, ou à la cathédrale de Viviers66. Il n’avait pas été question de Saint-Victor de Marseille. Or, à une date située au commencement du XIIe siècle, la partie basse d’une tour y fut élevée, attribuée à l’abbé Isarn selon une dénomination traditionnelle mais erronée, puisque cet abbé disparut en 104767. Cette campagne de construction correspond au projet d’une abbatiale qui ne fut achevée qu’au siècle suivant selon un projet moins ambitieux. Elle fut élevée au nord du complexe paléochrétien, à l’aplomb de l’axe ancien qui menait au pôle liturgique principal, la turris de l’Antiquité tardive. Une correspondance dut être recherchée entre la turris paléochrétienne et la turris médiévale, en positions symétriques par rapport à l’église projetée. Ce n’est que l’achèvement de l’abbatiale au XIIIe siècle qui effaça cette composition en coiffant l’élévation ancienne de la turris méridionale par des bâtiments monastiques dépendant du cloître.

  • 68 G. Demians d’Archimbaud, « Les fouilles de Saint-Victor », Comptes rendus de l’Académie des inscri (...)

46Outre cette correspondance avec le monument ancien, la Tour d’Isarn, répondait à des caractéristiques complexes : rôle de signalement en raison de son emplacement face à la ville et écrin d’une élévation paléochrétienne qui était l’ancienne entrée du complexe cultuel. Elle peut aussi être considérée comme une tour-porche puisque ce passage était maintenu en fonction. À l’étage supérieur, celui de l’église en gestation, la Tour ne communiquait qu’avec l’abbatiale : elle reçut une fonction funéraire privilégiée68. Du principe de complexité architecturale généralement reconnu dans les autres exemples, elle retenait encore un volume supérieur laissé à l’état d’ébauche, qui comportait une large ouverture vers la nef, en forme de tribune. La trace de cette ouverture est encore visible dans le mur nord de l’actuel collatéral. Ce curieux monument trouve son équivalent dans la cathédrale languedocienne de Maguelonne avec la tour Saint-Augustin.

47La réflexion sur les données archéologiques relatives à deux monuments paléochrétiens a provoqué cette présentation. En dépit de leurs différences, tous deux sont apparus composés par association d’un plan centré, le martyrium proprement dit, et d’un plan basilical. C’était le résultat d’une évolution liturgique et architecturale pour l’exemple africain, d’une conception a priori pour l’exemple marseillais. Il est apparu que, par le plan et par l’élévation susceptible d’être proposée, la structure de ces bâtiments répondait assez bien à ce que les sources suggèrent pour un autre monument martyrologique, naturellement plus développé et plus riche, plus renommé aussi. C’est ainsi que le terme turris ou secondairement celui de machina, confronté à d’autres sources ou emplois, a semblé conforter, pour la basilique de Martin, l’image d’un sanctuaire de plan centré dominant une partie basilicale. En dépit d’un usage plus général qui laisse une part d’hypothèse, le terme turris, paraît avoir été utilisé selon cette acception particulière tout au long du haut Moyen Âge, soit que le plan centré ait été usité pour l’ensemble d’un édifice, soit qu’il soit entré en composition avec une ou plusieurs nefs. La turris ainsi conçue recueille la tradition triomphale, funéraire ou martyrologique qui caractérise un type de plan hérité de l’Antiquité et adopté dans l’architecture chrétienne. Éventuellement, il caractérise une architecture qui a rapport avec le pouvoir. Naturellement, le traitement architectural des tours se modifie notablement au cours du haut Moyen Âge. Néanmoins, la fonction et le sens anciens sont encore clairement décelables à l’époque romane pour certaines de ces élévations. Dans l’un des monuments étudiés, en l’occurrence Saint-Victor de Marseille, il a semblé que cette tradition était toujours présente dans la Tour d’Isarn. En dépit de la diversification des formes, un certain nombre des significations de la turris antique pouvaient donc se trouver encore perceptibles, voire recherchées, au XIIe siècle. Identifiées à Marseille dans un monument particulier, quelques textes et quelques exemples architecturaux, rassemblés sans doute de manière un peu aléatoire, permettent de montrer qu’elles ne sont pas absentes d’autres réalisations contemporaines à valeur commémorative ou reliquaire. Elles étaient symboles de la tuitio qu’apportent les saints, ce qu’annonçait déjà l’inscription de Saint-Martin : Haec tuta est turris trepidis… Elles pouvaient apparaître, à l’occasion, rivales de la tuitio qu’offraient aussi pour leur part les turres profanes.

Fig. 1. Le groupe épiscopal de Aradi : la basilique II et son baptistère à l’époque byzantine (S. Roucole)

Fig. 2. Saint-Victor de Marseille : plan des bâtiments dans la deuxième moitié du Ve siècle (LAMM J.-P. Pelletier)

Fig. 3. Saint-Victor de Marseille : coupe nord-sud et élévation restituée du sanctuaire de la deuxième moitié du Ve siècle (LAMM J.-P. Pelletier)

Notes

1 A. Ben Abed, M. Bonifay, M. Fixot, S. Roucole, « Les basiliques chrétiennes de Sidi Jdidi », Rivista di archeologia cristiana, LXXVI, 2000, p. 555-587 ; idem, « Les deux baptistères de Sidi Jdidi », Antiquité tardive, 11, 2003, p. 129-149 ; voir également : « Chronique des activités de l’École », MEFRA, 1991 à 2004 ; idem, « Les deux baptistères de Sidi Jdidi », Antiquité tardive, 11, 2003, p. 129-149.

2 M. Fixot, J.-P. Pelletier, Saint-Victor, dans : Marseille, Carte archéologique de la Gaule (dir. M. Provost), à paraître.

3 G. Demians D’Archimbaud, M. Fixot, J.-P. Pelletier, L. Vallauri, « Marseille, abbaye Saint-Victor, vestiges paléochrétiens », Les premiers monuments chrétiens de la France, I, Le Sud-Est et la Corse (dir. N. Duval), Paris, 1995, p. 125-141.

4 Longue bibliographie avec quelques titres de rappel : H. Reinhardt et E. Fels, « Les églises-porches carolingiennes et leurs survivances dans l’art roman », Bulletin monumental, 1933, p. 331-365 et 1937, p. 425-469 ; J. Hubert, L’art préroman, Paris 1938 ; A. Grabar, Martyrium, recherches sur le culte des reliques et l’art chrétien antique, 3 vol., Paris, 1946 ; J. Hubert, L’architecture religieuse du haut Moyen Âge en France, Paris, 1952 ; C. Heitz, Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l’époque carolingienne, Paris, 1963 ; M. Vieillard-Troiekouroff, Les monuments religieux de la Gaule d’après Grégoire de Tours, Paris, 1974 ; C. Heitz, L’architecture religieuse carolingienne, les formes et leurs fonctions, Paris, 1980 ; C. Heitz, La France préromane, archéologie et architecture religieuse du haut Moyen Âge, IVe siècle-An Mil, Paris, 1987.

5 N. Duval, Les églises africaines à deux absides, 2 vol., Paris, 1971 et 1973.

6 M. Fixot, « Saint Victor, Saint-Victor, à propos d’un livre récent », dans : Trames et paysages urbains, Marseille de Gyptis au Roi René, Études massaliètes, 7, p. 235-254.

7 Incipiunt versus basilicae : primum a parte orientis… Haec tuta est turris trepidis, objecta superbis (vers 5).

8 N. Duval, « Les descriptions d’architecture et de décor chez Grégoire de Tours, le cas de Saint-Martin de Tours », dans : La naissance de la ville chrétienne, Mélanges en hommage à N. Gauthier (dir. B. Beaujard), Université de Tours, 2002, p. 21-58, voir p. 29 et 56.

9 R. Boyer, Y. Codou, P. Guerard, Saint-Hermentaire (Draguignan, Var), Saint-Hermentaire, une église de l’Antiquité tardive, de la villa gallo-romaine au prieuré rural, Draguignan 1993. Curieusement, la restitution proposée en maquette ne tient pas compte de la valeur architecturale du baptistère, et lui refuse une silhouette propre en tant que turris placée à l’ouest de l’église ; en revanche, on retiendra infra la forme de l’abside en semi-rotonde.

10 Fouille de M. Moliner, à paraître.

11 La bibliographie est réunie par N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. 24.

12 L. Pietri, La ville de Tours du IVe au VIe siècle, naissance d’une cité chrétienne, Rome, 1983.

13 N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. 29.

14 Ibid., p. 38-40.

15 N. Duval, « Le chœur de l’église de Siagu (Tunisie) », Études d’archéologie chrétienne nord-africaine, XII, dans Felix Ravenna, 1984-1985, CXXVII-CXXX, p. 159-199.

16 On pense à un édifice comme celui identifié à Saint-Hermentaire de Draguignan : R. Boyer, Y. Codou, P. Guerard, Saint-Hermentaire…, op. cit. n. 9 ; Y. Codou, « Draguignan, église Saint-Hermentaire », Les premiers monuments chrétiens de la France, I, Le Sud-Est et la Corse (dir. N. Duval), Paris, 1995, p. 151-154.

17 G. Cantino-Wataghin, « Les édifices à rotonde de l’Antiquité tardive, quelques remarques », dans : Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes (dir. M. Janet et Chr. Sapin), Actes du colloque de Dijon, 1993, Dijon, 1996, p. 203-228.

18 Il est naturellement impossible de proposer une répartition détaillée des colonnes mais un chiffre impair est concevable en raison de l’agencement particulier du côté de la turris ouvert en direction de la nef. Ainsi à Saint-Victor, une proposition de restitution permet de compter 17 colonnes. Mais il est vrai que pour la partie dite in capsum correspondant aux nefs, les deux sources donnent des chiffres impairs, ce qui ne rend pas facile la répartition.

19 Inscription n° 12, voir : L. Pietri, La ville de Tours…, op. cit. n. 12, p. 809.

20 N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. 47-49.

21 L. Pietri, La ville de Tours…, op. cit. n. 12, p. 804.

22 Par exemple Raban Maur, Comment. in Genesim, II, 11 : turris haec superbiam hujus mundi significat, vel impia dogmata haereticorum ; ou encore le commentaire de Lc 14, 28 : quis enim ex vobis volens turrem aedificare non prius sedens computat sumptus qui necessarii sunt : turris, virtus humilitatis, ut in evangelio : quis ex vobis volens turrim aedificare, id est humilitatem in se construere (Allegoriae in sacram scripturam).

23 L. Pietri, La ville de Tours…, op. cit. n. 12, p. 210.

24 Sulpice Sévère, Dial., III, 15.

25 Sermo de combustione basilicae B. Martini, PL 133, col. 731-733.

26 Grégoire de Tours, GM., 71.

27 Venance Fortunat, Carm., III, 7, v. 31 sq., cité dans : N. Duval, « Les descriptions d’architecture… », op. cit. n. 8, p. 49, trad. M. Reydellet citée dans : L. Pietri, « Nantes », Topographie chrétienne des cités de la Gaule, Province ecclésiastique de Tours (éd. N. Gauthier, J.-Ch. Picard, p. 89).

28 J. Le Maho, « Tours et entrées occidentales des églises de la basse vallée de la Seine (IXe-XIIe siècle) », dans : Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église entre le IVe et le XIIe siècle (dir. Chr. Sapin), Actes du colloque d’Auxerre (1999), Paris, 2002, p. 282 ; idem, « La rotonde de l’église nord du groupe épiscopal de Rouen », dans : Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, dir. M. Janet et Chr. Sapin, 1996, p. 109-118, voir en particulier p. 116.

29 N. Duval, J.-P. Caillet, « La recherche sur les « églises doubles » depuis 1936, historique et problématique », Antiquité tardive, 4, 1996, p. 22-37 : « le culte des martyrs et l’intégration d’un martyrium dans l’église double représentent un schéma d’explication classique » ; pour Trêves, voir p. 24 : « à la fin du IVe siècle (sous Gratien), le chevet a été reconstruit sous la forme d’un écrin carré ».

30 Vita Boniti : Insignis micat sanctae Virginis Dei genitricis Mariae, atque celsior eminet turris pentacona, quadriangulo emergeret fulcro : supra gradiens ceteris, prominet una (Vita Boniti, éd. Krusch, M.G.H, SS Rer. Merov., VI, p. 128).

31 De vita sanctae Radegundis, M.G.H, SS. Rer. Merov., 2, p. 394 : Rogaverunt desursum ut subtus turrem repausaretur feretrum in quo beata portabatur, graviter sustinentes eius abstentiam. Sed ut suam fidelem Dominus declararet in medio populi, ibi, dum pausaretur sanctum corpus caecum inluminavit.

32 Melanius autem Redonicae urbis episcopus… emicuit saeculo ; super cuius sepulchrum miram christiani fabricam celsitudine levaverunt. Suite à un incendie diabolique, le tombeau du saint est épargné alors que l’édifice est détruit : ruunt tegulae cum ligaturis et reliquo tecti… una tamen e trabibus, flammata capite, impetu ruinae propulsa, super tumulum sancti ruit.

33 Miracula s. Liutwini, M.G.H, SS, XV, p. 1265, cité par A. Verbeek, « Zentralbauten in der Nachfolge der Aachener Pfalzkapelle », dans : Das erste Jahrtausend, Textband II, Düsseldorf 1964, p. 898-947.

34 De multro, traditione et occisione Karoli comitis Flandriarum (éd. Pirenne, cité dans : A. Verbeek, « Zentralbauten in der Nachfolge der Aachener Pfalzkapelle », p. 915) : in parte quoque templi occidentem versus, turris fortissima… essentia altiore statura eminebat, in supremis dividens se in duas turres acutiores.

35 Historia ecclesiae Haugustaldensis : Sunt autem praeterea, in eadem villa duae adhuc aliae ecclesiae, una haud procul a muro matris ecclesiae mirandi operis, et ipsa, scilicet, in modum turris erecta, et fere rotunda, a quattuor partibus totidem porticus habens, in honorem s. Mariae Virginis dedicata. Altera, in honore s. Petri apostoli, aliquantulum remotior. De sanctis ecclesiae Haugustaldensis, et eorum miraculis libellus, auct. Aelredo abbate Rievallensi : construxerat quondam b. Wilfridus in eodem vico ecclesiam in honore beatissimae virginis Mariae opere rotundo, quam quattuor porticus, quattuor respicientes mundi climata ambiebant. Haec, sub persecutione Dacorum destructa, a presbitero quodam fuerat reparata… Verum ubi eam (ecclesiam) beatisssimus praesul Wilfridus, adductis secum ex partibus transmarinis artificibus, miro lapideo tabulatu, ut in praesentiarum cernitis, renovavit, et, ad devotionem rudis adhuc plebis conciliandam, picturis et caelaturis multiphariam decoravit. Textes cités dans O. Lehmann-Brockhaus, Lateinische Schriftquellen zur Kunst in England, Wales und Schottland vom Jahre 901 bis zum Jahre 1307, Band I, 1955 : 2109, 2111 et 2112, p. 562-563.

36 H. Bernard, « Saint-Riquier, fouilles et découvertes récentes », dans : Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église, op. cit. n. 28, p. 88-107.

37 Hariulf, Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier (éd. F. Lot) : Ingentem turrem post cancellum et interposito vestibulo, alia turris versus occidentem habetur priori aequalis (VII, 7, p. 54).

38 S. Balcon, W. Berry, « Le massif occidental de la cathédrale de Reims », dans : Avants-nefs et espaces d’accueil dans l’église, op. cit. n. 28, p. 108.

39 A. 873 : hoc anno, fundamenta trium turrium posita in Corbeia Nova a venerabili Adalgario abbate ; A. 885 : dedicatio trium turrium : cité dans : H. Reinhardt, E. Fels, « Les églises-porches carolingiennes », op. cit. n. 4, p. 348, note 1.

40 Ekkehardi casus s. Galli, cap. LXVII, cité dans : H. Reinhardt, E. Fels, « Les églises-porches carolingiennes », op. cit. n. 4, 1933, p. 361, note 1.

41 Anno Dominicae incarnationis DCCCCXLIII, dedicavit Wigfridus, reverendissimus archipraesul, turrim Sanctae Mariae, cité dans : H. Reinhardt, E. Fels, « Les églises-porches carolingiennes », op. cit., 1933, p. 363, note 4.

42 Media occidentalium turris nostra ab utroque latere habet unam (turrim) eodem muro sibi compactam perque singularum cocleas ad primum et secundum et tertium statum ascenditur usque ad campanas, deinde media relicta humilis (cité dans : H. Reinhardt, E. Fels, op. cit. n. 4, « Les églises-porches carolingiennes », 1937, p. 459, note 2.

43 Sancti Stephani basilicae turrim cum gemellis campanaribus… a fundamentis extruxit, cité dans : H. Reinhardt, E. Fels, « Les églises-porches carolingiennes », 1937, op. cit. n. 4, p. 441, d’après M.G.H, SS, VIII, p. 647.

44 F. Hebert-Suffrin, « Metz, la cathédrale Saint-Étienne, des origines à la consécration de 1040 », Congrès archéologique de France, Les Trois évêchés et l’ancien diocèse de Bar, Paris, 1995, p. 431-445.

45 … remanserat autem ibi de veteris monasterii structura turris admodum magna, ingredientibus pandens introitum studiosissime quondam a venerabili Bertulfo abbate constructa : Acta inventionis s. Matthiae, cité dans : O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen zur Kunstgeschichte des 11. und 12. Jahrhunderts für Deutschland, Lothringen und Italien, Berlin 1938 : 1459, p. 289.

46 Cité dans : A. Grabar, Martyrium, p. 555, d’après F. Loher, J. Laporte, Société de l’histoire de Normandie, 1936, p. 106.

47 J. Le Maho, « Tours et entrées occidentales… », op. cit. n. 28, p. 284.

48 Ibid., p. 284.

49 Vita Gauzlini abbatis floriacensis monasterii, éd. R.-H. Bautier, G. Labory, Paris, 1969, p. 80 : turrim ex quadris lapidibus construere statuit… tale inquit quod omni Gallie sit in exemplum.

50 Historia nova Francorum : Extruxit etiam ibidem ipse Gauzlinus turrim ex quadris lapidibus ad occidentalem praefati monasterii plagam (PL 163, col. 893).

51 Guibert de Nogent, (éd. Labande), 1981, p. 466-469.

52 Vita Audoeni auctore Eadmero, cité dans O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen…, 1955, op. cit. n. 35 : 658, p. 176 : Romanorum opere facta et ex quadam parte ad imitationem ecclesiae beati apostolorum principis Petri… decenter composita.

53 Ibid. : ... dein, sub medio longitudinis aulae ipsius, duae turres erant prominentes ultra ecclesiae alas.

54 Primo igitur opus Lanfranci a maiore turre incipiens summatim describam… Turris ergo in medio ecclesiae maximis subnixa pilariis posita est sicut in medio circumferentiae centrum : Chronica Gervasii monachi Cantuariensis, cité dans : O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen…, 1955, op. cit. n. 35 : 665, p. 179.

55 Arx civitatis praementissima, ac decentissima totius regni regia, ubi ille dux suae propagationis ecclesiarum, princeps comitum beatorum, hoc est princeps principum et in suo apostolatu sanctus sanctorum Augustinus… posuit triumphum : Historia translationis s. Augustini episcopi, auct. Goscelino, cité dans : O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen…, op. cit. n. 35, 1955 : 682, p. 184-185.

56 Sed monasterarchia ubi turrim praefatis porticibus supereminentem augusto fastigio extulerat dum reliquam templi navim protendere flagrat, illud beatorum cubiculum morae impatiens, qua sancti eruerentur, forti ariete subvertit… : ibid., 700, p. 190.

57 … quia turritum erat tumulum. Mais pourquoi remplacer gratuitement turritus par testudinatus comme le fait M. Wyss, Atlas historique de Saint-Denis, op. cit. n. 1, p. 32.

58 … fulgent quidem gemmis auroque calices, praeminent turres, migant coronae, respendent candelabra : Vita Desiderii Cadurcae urbis episcopi, M.G.H, SS. Rer. Merov., IV, p. 576.

59 … patenam auream cum turrem ex auro purissimo cum columbam ornatam gemmis prasinis et yachintis : M.G.H, Gesta pontificum rom., I, 1, p. 58.

60 Ibid., p. 108 et 109.

61 … lecta igitur passione cum reliquis lectionibus, quas canon sacerdotalis invexit, tempus ad sacrificium offerendum advenit. Accepta quoque turre diaconus, in qua mysterium dominici corporis habebatur, ferre coepit ad ostium, ingressus templum ut eam altari superponeret, elapsa (est) de manu ejus…

62 De Universo, XIV, 1.

63 Fiat pax in virtute tua et abundantia in turribus tuis : turres enim sunt quae objectu et altitudine sua civitates defendunt et venientes inimicos prima fronte suscipiunt. Unde non improbe martyres significatos advertimus qui oppositione corporis sui civitatem Dei pia confessione defendunt : Expositio in psalterium, Ps. CXXII, 7, PL 70, col. 913.

64 Cité dans O. Lehmann-Brockhaus, Schriftquellen…, op. cit. n. 35, p. 562-563 : oratoria quoque quam plurima, superius et inferius, secretissima et pulcherrrima in ipsis porticibus cum maxima diligentia et cautela constituit.

65 Cum D(e)o factum est omnia et sine D(e)o nic(h)il factum est. Ista in tur(r)i D(o)m(i)n(i) quet (=quiebit) cui Bonifatiu(s) in(v)idet : CIL VIII, 24513, Par ailleurs, on ne peut ignorer dans les connotations de la forme architecturales le texte du Pasteur d’Hermas qui fait apparaîtrel’Église sous la forme d’une tour en construction (Vision III et Similitude IX) : Hermas, Le Pasteur, éd. R. Joly, Sources chrétiennes, 1968. Voir par exemple : G. de Spirito, « La tour, un thème primeur de l’art paléochrétien », dans : Le Codex des Visions, dir. A. Hurst et J. Rudhardt, Genève, 2002, p. 27-33.

66 G. Demians d’Archimbaud, Y. Esquieu, M. Fixot, A. Hartmann-Virnich, « Espaces d’accueil et pôles occidentaux dans l’architecture religieuse préromane et romane de Provence », dans : Avants-nefs et espaces d’accueil…, op. cit. n. 28, p. 180-203.

67 M. Fixot, J.-P. Pelletier, Saint-Victor de Marseille, de la basilica paléochrétienne à l’abbaye médiévale, Marseille, 2004.

68 G. Demians d’Archimbaud, « Les fouilles de Saint-Victor », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1971, p. 87-117.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le groupe épiscopal de Aradi : la basilique II et son baptistère à l’époque byzantine (S. Roucole)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Fig. 2. Saint-Victor de Marseille : plan des bâtiments dans la deuxième moitié du Ve siècle (LAMM J.-P. Pelletier)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 3. Saint-Victor de Marseille : coupe nord-sud et élévation restituée du sanctuaire de la deuxième moitié du Ve siècle (LAMM J.-P. Pelletier)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540