Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Lieux et Signes du Pouvoir

Ville et pouvoir : Arles capitale

Louis Stouff

Texte intégral

  • 1 Histoire de la France urbaine, tome 1, Paris, 1980, p. 13.
  • 2 R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du XIVe au XVIIIe siècle, 3 (...)

1« Tout au long de son histoire, la ville, ne se caractérise ni par le nombre ni par les activités des hommes qui y font résidence, mais par des traits particuliers de statut juridique, de sociabilité et de culture. Ces traits dérivent du rôle primordial que remplit l’organe urbain. Ce rôle n’est pas économique. Il est politique. “Polis”, l’étymologie n’est pas trompeuse. La ville se distingue du milieu qui l’environne en ce qu’elle est, dans le paysage, le point d’enracinement du pouvoir. L’état crée la ville. Sur la ville, l’état prend assise ». Ainsi s’exprime Georges Duby et il ajoute : « Instrument de régulation, la ville, dès que se dissipent les ténèbres de la protohistoire, apparaît, par essence, capitale. Centrale. Elle est au milieu d’un système de souveraineté »1. Au début de son Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du XIVe au XVIIIe siècle, le Père Mols essaie de donner une définition de la ville et il écrit que son caractère essentiel est sa « fonction centrale »2. À propos de toutes les villes on peut se poser la question : ont-elles eu cette fonction centrale ? Ont-elles été une capitale ? C’est cette question qu’on peut se poser à propos de l’une des villes les plus importantes de la Provence antique et médiévale : Arles. L’Arles médiévale a-t-elle été une capitale ?

Les destinées d’une cité romaine

2Tout commence en 46 av. J.-C. Cette année-là, César fonde une colonie, la colonia Julia Paterna Arelate Sextanorum. La nouvelle colonie profite du châtiment de Marseille qui avait pris parti pour Pompée. Elle reçoit un immense territoire qui s’étire entre les territoires d’Aix et de Marseille et s’étend du Rhône au Gapeau, au-delà de Hyères. Cette cité a prospéré. Elle est devenue le grand port de la Gaule romaine sur la Méditerranée et le facteur économique a joué un rôle dans l’essor de la ville. Mais au départ il y a eu le facteur politique. Arles est une cité romaine, c’est-à-dire une agglomération urbaine qui dirige un territoire. Jusqu’à la fin du IVe siècle, Arles joue ce rôle central, exerce son autorité sur un très vaste espace.

  • 3 Sur la date du transfert de la préfecture du prétoire de Trèves à Arles, les historiens ne sont pa (...)
  • 4 Sidoine Apollinaire, Lettres, tome 2, I-XI, p. 35-41.

3La fonction de capitale s’accroît brusquement à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle3. Devant le péril barbare la préfecture du prétoire des Gaules est transférée à Arles et le vicaire du diocèse méridional quitte Bordeaux. Arles est une capitale de repli, une capitale dans un empire en pleine crise, mais une capitale. Le préfet du prétoire y réside, le concile des Sept Provinces s’y réunit, un certain nombre de fonctionnaires impériaux y sont installés. Au Ve siècle, plusieurs empereurs y séjournent et à deux reprises – en 452 Avitus et en 459 Majorien – des empereurs y sont proclamés. Les aristocrates de la Gaule y accourent. On se promène au milieu des statues et des colonnes du forum. On y organise des jeux du cirque. Sidoine Apollinaire, dans une lettre de 469, raconte une visite qu’il a faite à Arles en 461. On y retrouve l’atmosphère de la ville : la présence de l’empereur, le forum, le cirque4.

  • 5 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Les Belles Lettres, 2 vol., Paris, 1963, tome 1, p. 58, 88 (...)

4Le rôle d’Arles dans la période qui suit la chute de l’Empire romain d’Occident est diversement apprécié par les historiens qui ont écrit sur le haut Moyen Âge provençal. Pour les uns, l’administration romaine s’effondre, la préfecture du prétoire disparaît. Arles perd sa fonction de capitale. Pour les autres, sous les Ostrogoths, l’administration romaine a été rétablie. Une chose est certaine : si pendant un siècle les chefs barbares se sont efforcés de s’emparer d’Arles, c’est parce qu’elle était une capitale. Les Wisigoths font quatre fois le siège de la ville : en 427, 453, 459, 471. En 471, ils s’en emparent. Le roi Euric y réside et y meurt. Quant au Franc Théodebert, il y séjourne et organise des jeux dans l’amphithéâtre. Arles figure dans plusieurs passages de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours5. Mais jamais plus elle ne retrouvera la place qui était la sienne au Ve siècle, jamais plus elle n’exercera son autorité sur un espace comparable aux Sept Provinces du temps d’Honorius. Sous les Wisigoths et les Ostrogoths, Arles garde une certaine prééminence en Provence. Sous les Mérovingiens, à partir de 673-675, un patrice dirige la Provence ; il siège à Marseille. Sous les Carolingiens, le patrice disparaît ; la Provence est divisée en comtés. Arles, où se trouve un comte, n’est qu’une ville parmi d’autres en Provence.

Origines et existence d’un royaume d’Arles

  • 6 Les historiens sont loin d’être d’accord sur ce point. E. Duprat, dans Les Bouches du Rhône. Encyc (...)

5Le milieu du IXe siècle est le temps d’un nouveau départ. Pour lutter efficacement contre le péril sarrasin, l’empereur regroupe les comtés provençaux sous l’autorité d’un duc résidant à Arles. Celle-ci retrouve dans une certaine mesure une fonction de capitale6.

  • 7 P. Fournier, Le royaume d’Arles et de Vienne (1138-1378). Étude sur la formation territoriale de l (...)
  • 8 J. Schneider, « Lotharingie, Bourgogne ou Provence ? L’idée d’un royaume d’Entre-deux aux derniers (...)
  • 9 Lantelme de Romieu, Histoire des antiquités d’Arles, (1574), Bibliothèque municipale d’Arles, manu (...)
  • 10 F. Mistral, Le poème du Rhône, 1897, éd. dans Œuvres poétiques complètes, Aix-en-Provence, 1966.

6D’autre part la dislocation de l’Empire carolingien aboutit à la formation en 855 d’un royaume de Provence d’abord dans les mains de Charles Ier fils de Lothaire, puis de Boson, beau-frère de Charles le Chauve, en 879. Ce royaume de Provence correspond en gros au bassin rhodanien limité par la mer, les Alpes et en partie au moins par le Rhône. Au nord l’actuelle Franche Comté et la Bourgogne transjurane forment le royaume de Bourgogne. En 933, le royaume de Provence est intégré au royaume de Bourgogne. On appelle cet état « royaume de Bourgogne », « royaume d’Arles et de Vienne » ou encore tout simplement « royaume d’Arles ». Cette expression, flatteuse pour la ville, est en réalité d’apparition tardive. Les premières mentions sont de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle : rex Arelatensis (Godefroy de Viterbe), mareschalus regni Arelatensis (Gervais de Tilbury), regnum Viennense quod et Arelatense dicitur (lettre de Frédéric II à Guillaume de Baux en 1215), rex Arelatensis (Frédéric II dans le préambule des constitutions de Melfi de 1231)7. Ce royaume figure dans un certain nombre de textes des XIIIe, XIVe et XVe siècles8. Au XVIe siècle, l’érudit Lantelme de Romieu évoque les roys d’Arles9. Quant à Frédéric Mistral il évoque, dans le Poème du Rhône, l’élection de Boson : E li baroun e li evesque T’an aclama rei d’Arle dius Mantaïo10.

  • 11 R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), Paris, 1920.

7Il serait intéressant de mesurer le véritable rôle d’Arles dans ce royaume. Une première approche consiste à examiner les actes passés par les rois de Provence. De 855 à 928, on a conservé 69 actes, 42 ont été passés dans une localité inconnue, 20 à Vienne, 6 à Lyon, 1 à Arles11. Ces chiffres ne témoignent pas de son importance : Vienne l’emporte nettement sur elle. Arles joue pourtant un rôle de premier plan. Depuis 905, le roi Louis l’Aveugle réside à Vienne. Mais, à Vienne, il y a un roi infirme. La réalité du pouvoir est dans les mains de son cousin Hugues, plus connu sous le nom d’Hugues d’Arles. Louis lui a concédé les titres de duc de Provence et de marquis de Viennois. Il est très actif dans la basse vallée du Rhône. Il retient pour lui les comtés les plus notables de son duché, notamment le comté d’Arles. Hugues réside à Arles de 911 à 926. Il est le maître du royaume de Provence. Lorsqu’il devient roi d’Italie, il installe son frère Boson comme comte d’Arles. Lorsqu’il revient d’Italie en 946, il s’établit à Arles où il a gardé des possessions et son influence. Arles est le centre de son pouvoir. Elle joue un rôle de capitale.

  • 12 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale. 879-1166, Paris, 1976, p. 31 et suiv.

8Après la mort de Louis l’Aveugle, Rodolphe roi de Bourgogne réunit le royaume de Provence à son propre royaume. Trois souverains se succèdent à la tête du nouvel état : Rodolphe II (933-937), Conrad le Pacifique (937-993), Rodolphe III le Fainéant (993-1030). On insiste traditionnellement sur la faiblesse de ce royaume : incursions sarrasines, destinée tragique de Louis l’Aveugle, faiblesse des rois qui n’ont aucun domaine et par suite aucun véritable pouvoir (tous les biens du fisc royal sont passés dans les mains d’Hugues d’Arles). Jean-Pierre Poly a nuancé cette présentation. Il montre, à partir de 963, un Conrad très actif à Arles. En 963, il délivre un diplôme à l’abbaye de Montmajour. En 964, il est présent à Arles. En 976 et 978, il tient un plaid dans la ville. Pour Jean-Pierre Poly, la royauté est toujours respectée en Provence jusque vers 980 et Arles est le point d’ancrage du pouvoir au sud du royaume12. Après cette date, les rois de Bourgogne, puis les empereurs (à partir de 1038, le royaume est intégré à l’Empire) ne se manifestent plus. Entre 1038 et 1144, les archives de l’archevêché d’Arles ne renferment aucun texte émanant de la chancellerie impériale.

9Ce royaume dit « royaume d’Arles » continue à exister aux XIe, XIIe, XIIIe, XIVe siècles et on peut se demander quelles en ont été les conséquences :

  • Un premier élément est constitué par l’action des empereurs qui confirment des privilèges aux comtes, à l’archevêque, aux abbayes, à la famille de Baux.
  • Un deuxième élément est représenté par des déplacements auprès de l’Empereur. En 1046, l’archevêque Raimbaud de Reillane assiste au sacre d’Henri III. En 1248, l’archevêque et le comte Raymond-Bérenger V se rendent à Vérone auprès de Frédéric II.
  • Un troisième élément est fourni par les voyages des empereurs à Arles. En un peu plus de trois siècles seuls deux sont venus. En 1178, le 31 juillet, Frédéric Barberousse est couronné à Saint-Trophime entouré de nombreux prélats et seigneurs laïques. Au bas d’un acte en faveur de l’Église d’Arles, il est écrit : Datum in palatio Arelatensi, III kalendas Augusti, die dominico quo coronatus est in aeclesia Arelatensi imperator13. L’empereur Charles IV est venu en 1365 et le 4 juin il a été couronné. Le chroniqueur Bertrand Boysset a laissé un récit de l’événement : L’an Me tres sens LXV a quatre de juin fon monsen Karles segon emparador d’Alemanha en la sieutat d’Arle per esser coronat e fon coronat dereire l’autar de San Trofeme, e coronet lo monsen Guilhem de la Garda, arcivesque d’Arle ; e fon i present R. d’Agout senesqual de Proensa, il conte de Savoia, lo duc de Borbon e motas quavalies e grans senhos. Item deisendet al arsivesquat. Item era granda roanada, quant intret en Arle. Intret per lo portal dela quavalaria14.
  • 15 J. Schneider, cf. supra n. 8.
  • 16 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, M.G.H Scriptores, tome XXVII, Hanovre, 1885.
  • 17 J. Schneider, cf. supra n. 8.
  • 18 P. Fournier, cf. supra n. 7, p. 473.

10Les couronnements de Frédéric Ier et de Charles IV sont des événements isolés. Pas plus que quelques actes de confirmations de privilèges, ils ne constituent une politique impériale dans le royaume d’Arles. Frédéric Ier, Frédéric II, Henri VII ont tenté d’intervenir. Charles IV en 1365 profite des désastres de la Guerre de Cent Ans qui paralysent le roi de France pour donner un dernier éclat à sa politique bourguignonne et provençale, mais comme l’a écrit Jean Schneider : « Cette politique d’apparat cachait mal une impuissance irrémédiable »15. Un siècle et demi plus tôt Gervais de Tilbury reprochait vivement aux souverains allemands de ne pas avoir de politique et de présence dans le royaume d’Arles16. Même les empereurs les plus actifs, tout à leurs ambitions italiennes, l’ont négligé. Ils se heurtent d’ailleurs à l’hostilité des princes de la région. En 1314, le comte Amédée de Savoie et Jean dauphin de Viennois s’opposent à toute restauration du pouvoir royal par Henri VII17. Celui-ci ne peut obtenir l’hommage du comte de Provence Robert. Il est à noter que ni le comte Alphonse Ier n’a assisté au sacre de Frédéric Barberousse en 1178, ni la reine Jeanne à celui de Charles IV en 1365. La souveraine obtient de Charles des lettres de non préjudice par lesquelles il est expressément déclaré que le couronnement d’Arles ne peut porter atteinte à ses droits sur la Provence18.

  • 19 P. Fournier, op. cit., p. 499 et J. Schneider, op. cit., cf. supra n. 8.
  • 20 J. Schneider, (cf. supra note 8) cite le texte suivant : Item, demande satisfaction et amendise de (...)

11Les empereurs sont impuissants à diriger eux-mêmes ce royaume, mais ils sont aussi incapables de le confier à des princes vassaux. À la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle, il y a un courant réformiste favorable à l’institution de vicaires dans les quatre royaumes qui constituent l’Empire : Allemagne, Lombardie, Toscane, Arles. Humbert de Romans, Jourdan d’Osnabrück, Tholomée de Lucques soutiennent ces théories qui ne reçoivent aucune application. En fait le royaume d’Arles est parfois une arme dans les mains de l’empereur : en 1215, Frédéric II le confie à Guillaume de Baux. Il sert de point d’appui pour les ambitions dynastiques de plusieurs maisons princières. En 1257, Charles d’Anjou rachète à Raymond de Baux les droits confiés en 1215 à Guillaume. Habsbourgs et Plantagenets sont encouragés par certains papes, inquiets des ambitions angevines en Italie, à poser leur candidature au royaume d’Arles. Humbert II, dauphin de Viennois, est, en 1335, poussé sur la même voie par Louis de Bavière. Le roi de France, Charles V, n’est pas insensible à ce royaume : en 1378, il obtient de Charles IV le vicariat sur le royaume d’Arles pour son fils le Dauphin19. Le même Charles IV, au retour de son voyage sur les bords du Rhône, frappe des pièces d’or et d’argent sur lesquelles il s’intitule : « Charles IV, par la clémence divine, empereur, roi de Bohême et d’Arles ». En 1445, René d’Anjou tente de justifier sa juridiction sur Metz par la souveraineté qu’il exerce sur Arles20. Du XIIe au XVe siècle, tous les princes qui prétendent au royaume d’Arles, poursuivent une chimère. Comme plus au nord en Lotharingie, dans ces « Pays de l’Entre-deux », tiraillés entre le royaume de France et l’Empire, aucune construction politique n’est durable.

  • 21 J.-P. Poly, op. cit. n. 12, p. 38.

12Arles est la capitale d’un état fantôme. Il est certain qu’on la considère comme une capitale. Un texte des années 976-978 proclame : Quoniam Arelas caput est et esse debet istius Gallie21. Gervais de Tilbury parle à son propos de Caput regni Burgundie. Mais cela n’a eu que peu de conséquences concrètes pour la ville. Deux empereurs y ont été couronnés, mais aucun n’y a résidé. Le roi Conrad y a séjourné deux ou trois fois et tenu des plaids au Xe siècle. À la fin du IXe siècle on y a frappé des pièces au nom de Carloman et de Charles le Gros. Le bilan est maigre.

  • 22 Gervais de Tilbury, Le livre des merveilles, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 1 à 17.
  • 23 E. Engelmann, Zur städtischen Volksbewegung in Südfrankreich. Kommunefreiheit und Gesellschaft. Ar (...)

13Y avait-il à Arles des personnages représentant l’empereur ? Le premier exemple est fourni par Gervais de Tilbury. Cet Anglais né vers 1155, mort vers 1234, appartient à l’entourage d’Otton de Brunswick, l’adversaire de Frédéric II. Il est nommé par Otton maréchal de la Cour impériale au royaume d’Arles. Il y réside dans les années 1210-1215 et exerce une fonction plus honorifique que réelle22. Au moment le plus violent de la lutte du patriciat contre l’archevêque, au temps de ce qu’on a appelé la « République d’Arles », Frédéric II essaie de profiter de la situation. En 1237, il désigne un personnage qui le représente dans la ville appelé tantôt vicaire tantôt podestat. En 1238, il nomme le comte Bernard de Lorette vice-roi du royaume d’Arles avec Arles comme résidence. Cette présence inquiète les grands en Provence et l’archevêque. Le vice-roi a la maladresse d’encourager la confrérie (nom du mouvement d’émancipation urbaine en lutte contre l’archevêque). L’archevêque s’adresse au comte de Provence, Raymond-Bérenger V qui chasse le vice-roi. C’est la dernière et presque la seule tentative d’installation à Arles d’un représentant du pouvoir impérial23.

  • 24 Lantelme de Romieu, cf. supra n. 9.
  • 25 J.-H. Albanes et U. Chevalier, cf. supra n. 13.
  • 26 Bertrand Boysset, cf. supra n. 14.
  • 27 E. Baratier, Enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252-1278), Par (...)

14Sur le plan monumental y a-t-il du moins des signes visibles de cette fonction de capitale ? Lantelme de Rouvière parlant du Palais de la Trouille (les thermes de Constantin actuels) : lequel on présume avoir été jadis le palais des rois d’Arles24. À la fin du XIIe siècle, il y avait ce palais remontant à l’époque romaine : en 1178, Frédéric Barberousse passe des actes in palatio Arelatensi25. En 1365, Bertrand Boysset écrit que Charles IV deisendet al arsivesquat26. Entre temps le palais a été occupé par les comtes, qui l’ont loti et qui perçoivent des cens sur les biens immobiliers qui s’y trouvent. On peut lire dans l’enquête de Charles Ier d’Anjou que le comte possède In primis domum seu palatium que vocatur Trullia ubi sunt multe domus27. Les livres terriers du XVe siècle révèlent que nombre d’Arlésiens possèdent des maisons, des étables, des caves, des entrepôts pour lesquels ils versent un cens. Une partie du palais est restée publique : c’est la carcer animalium, le local où sont enfermés les animaux divagants. Le palais royal utilisé comme fourrière : quel symbole ! Arles, quelle curieuse capitale d’un royaume !

Arles capitale du comté de Provence

  • 28 J.-P. Poly, op. cit. n. 12, p. 49.
  • 29 Ibidem, p. 291.

15La fonction d’Arles capitale d’un royaume a été théorique, celle de capitale du comté de Provence a été réelle. En 948, le roi Conrad manifeste son autorité en nommant des comtes à Apt, à Avignon et à Arles. À Arles, il installe un certain Boson d’origine bourguignonne. Ses descendants vont réussir à rendre la dignité comtale héréditaire dans leur famille : c’est la dynastie qu’on a pris l’habitude de désigner sous le nom de « Bosonides ». Des deux fils de Boson l’un est comte d’Avignon, Roubaut, l’autre comte d’Arles, Guillaume. Ils exercent en commun leurs fonctions. En 972, Guillaume, avec l’aide de Roubaut, avec celle du comte de Turin et des membres de l’aristocratie de la Provence occidentale, chasse les Sarrasins du Freinet. Guillaume en reçoit un accroissement de prestige, acquiert des domaines considérables en Provence orientale. En 975, Conrad lui attribue le titre de « marquis de Provence ». C’est l’époque où les rois et les empereurs sont de plus en plus discrets et où les comtes d’Arles sont les véritables maîtres du pays et ils sont d’autant plus forts qu’ils ont dans leurs mains les biens du fisc royal. En Provence, le pouvoir est à Arles. Autour du comte, dans la ville, se tiennent des plaids. Des juges y résident. Presque tous les notables y ont une résidence28. Ce n’est pas un hasard si Arles se caractérise par l’extrême précocité de son essor. Alors que les autres villes provençales sommeillent, Arles entre la fin du Xe et le début du XIIe siècle se caractérise par un remarquable essor topographique au moment même où son rôle politique est prépondérant29.

  • 30 F. Benoit, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone. Alphonse (...)

16Les premières décennies du XIIe siècle ne changent pas les choses. La Provence rhodanienne reste au premier plan des préoccupations des nouveaux comtes. C’est la Provence arlésienne que se disputent les comtes catalans, les comtes de Toulouse, les Baux. Il faut ajouter à la puissance des princes laïques, celle des archevêques d’Arles qui sont les véritables chefs de l’épiscopat provençal : pour ne citer que le plus célèbre, Raimbaud de Reillane archevêque de 1030 à 1070. Il ne fait aucun doute que de 970 à 1130, Arles domine l’histoire provençale. Elle est une véritable capitale. On peut se demander quel est le siège de la puissance comtale dans la ville. Le premier aperçu que l’on puisse avoir est tardif : il date du règne de Raymond-Bérenger V. Entre 1209 et 1245, 34 actes de ce comte sont passés à Arles : 9 en des lieux non précisés, 1 dans l’abbaye de Saint-Césaire, 6 chez des particuliers, 5 dans le palais de la Trouille, 9 dans celui de l’archevêque, 4 in palatio communis. Le palais de la Trouille, possession du comte, mais en cours de lotissement, ne joue qu’un rôle faible. À côté du comte apparaissent d’autres puissances locales : l’archevêque, la commune, des particuliers (les Porcelet). À travers ces actes de Raymond-Bérenger V, apparaît le recul d’Arles : 15 % sont passés à Arles, 27 % à Aix. Les deux derniers tiers du XIIe siècle sont le moment où le destin d’Arles capitale du comté se joue30.

  • 31 N. Coulet dans Histoire d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, 1977, p. 68-69.

17Une série d’éléments lui sont défavorables. À partir de 1130 et pour plus d’un siècle les mouvements d’émancipation urbaine dans les villes du bas Rhône (Avignon, Arles) ne peuvent qu’inciter les comtes à s’éloigner de cette région turbulente. La venue de Frédéric Barberousse en 1178, la présence d’un archevêque puissant ont agi dans le même sens. À partir de 1178-1186, le roi d’Aragon Alphonse Ier et le comte Raymond-Bérenger IV choisissent comme résidence Aix. Raymond-Bérenger V est le premier comte à résider de façon permanente à Aix. « D’abord étape de prédilection sur les itinéraires comtaux, Aix devient progressivement, dans le premier quart du XIIIe siècle, sous Alphonse II et surtout sous Raymond-Bérenger V, résidence ordinaire du prince et siège de sa cour. Le centre du pouvoir se déplace en même temps que les centres d’intérêt de sa politique. La grande affaire du moment est alors la prise en main du comté de Forcalquier. Le comte s’efforce en outre de mieux contrôler la Provence orientale et les Alpes du sud et s’intéresse de plus à Marseille. Par sa position géographique, Aix convient à ses nouveaux desseins »31.

18Parce qu’elle est moins périphérique, parce qu’elle risque moins d’être inquiétée par l’empereur, le comte de Toulouse ou les Baux, parce qu’elle ne possède dans ses murs ni consulat ni archevêque prestigieux, Aix supplante Arles. Les comtes d’Arles ont pu s’imposer comme comtes de Provence pendant un siècle et demi. Arles a pu s’imposer comme capitale de la Provence, mais elle n’a pas pu rester capitale de la Provence.

19Elle n’a même pas pu être la véritable capitale d’une circonscription administrative de la Provence. Au milieu du XIIIe siècle, le comté est divisé en vigueries où siège le représentant du comte, le viguier. Arles est le chef-lieu d’une viguerie, mais d’une viguerie un peu particulière par son découpage. La Camargue ne fait pas entièrement partie de la viguerie d’Arles : les Saintes-Maries de la mer, le Vaccarès, Albaron sont rattachés à la viguerie de Tarascon. La viguerie d’Arles se confond avec le territoire d’Arles. Arles n’est chef-lieu ou capitale que d’elle-même.

20Capitale théorique d’un royaume fantôme, chef-lieu d’une viguerie inexistante, résidence pendant plus de cent cinquante ans des comtes, mais ne réussissant pas à devenir de façon durable la capitale du comté : telle est la destinée d’Arles.

  • 32 Cet aspect a été traité par L. Stouff, « Le comte de Provence et Arles : un seigneur ou un souvera (...)
  • 33 Sur les seigneurs d’Arles et sur le consulat, cf. J.-P. Poly, op. cit. n. 12, et E. Engelmann, op. (...)

21Le thème de la capitale est décevant à son propos, mais ce n’est pas le seul moyen d’aborder la question des rapports ville et pouvoir. À partir du moment où se développent les principautés, un nouveau problème se pose aux villes, leurs relations avec le prince ; les relations d’Arles avec le comte à partir de 125032. Il y a aussi le pouvoir dans la ville : de l’an mil à 1250, la place et le rôle des seigneurs à l’intérieur des murs, puis de 1130 à 1250, le consulat qui conteste le pouvoir des seigneurs, enfin pendant les derniers siècles du Moyen Âge, un pouvoir municipal dominé par les nobles et les bourgeois33.

Notes

1 Histoire de la France urbaine, tome 1, Paris, 1980, p. 13.

2 R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du XIVe au XVIIIe siècle, 3 vol., Louvain 1954-1956, t. 1, p. XXI : « La ville est une agglomération qui se distingue du plat pays environnant par une fonction centrale suffisamment développée ».

3 Sur la date du transfert de la préfecture du prétoire de Trèves à Arles, les historiens ne sont pas d’accord : fin IVe ou début Ve siècle : cf. J.-R. Palanque, « La date du transfert de la préfecture des Gaules de Trèves à Arles », Revue des Études Anciennes, 1934, p. 359-365 et « Du nouveau sur la date du transfert de la préfecture des Gaules de Trèves à Arles », Provence Historique, 1973, p. 29-38 ; A. Chastagnol, « Le repli sur Arles des services administratifs gaulois en l’an 407 de notre ère », Revue Historique, 1973, p. 29-38.

4 Sidoine Apollinaire, Lettres, tome 2, I-XI, p. 35-41.

5 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Les Belles Lettres, 2 vol., Paris, 1963, tome 1, p. 58, 88, 167, 184, 209, 212 ; tome 2, p. 162, 190, 241, 305.

6 Les historiens sont loin d’être d’accord sur ce point. E. Duprat, dans Les Bouches du Rhône. Encyclopédie départementale. Ière partie : Des origines à 1789. Tome II : Antiquité et Moyen Âge, écrit : « Supposer que le comte arlésien est au-dessus des autres comtes provençaux… pour l’époque ne me paraît pas admissible », G. de Manteyer dans La Provence du Ier au XIIe siècle, 2 vol., Paris, 1905 et Gap, 1926 est d’avis qu’il devait exister à Arles un comte chargé de l’administration de tout le comté de Provence et R. Poupardin dans Le royaume de Provence sous les Carolingiens, 1901 dit : « Il est possible que la prééminence du comte d’Arles remonte à une époque ancienne. Déjà sous le règne de l’empereur Lothaire, un Foucré (Fulcradus) est qualifié de duc d’Arles ».

7 P. Fournier, Le royaume d’Arles et de Vienne (1138-1378). Étude sur la formation territoriale de la France dans l’Est et le Sud-Est, Paris, 1891, p. XXI.

8 J. Schneider, « Lotharingie, Bourgogne ou Provence ? L’idée d’un royaume d’Entre-deux aux derniers siècles du Moyen Âge », dans Liège et Bourgogne, Paris, 1972, p. 15-44.

9 Lantelme de Romieu, Histoire des antiquités d’Arles, (1574), Bibliothèque municipale d’Arles, manuscrit 240, chapitre 10, f° 6.

10 F. Mistral, Le poème du Rhône, 1897, éd. dans Œuvres poétiques complètes, Aix-en-Provence, 1966.

11 R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), Paris, 1920.

12 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale. 879-1166, Paris, 1976, p. 31 et suiv.

13 J.-H. Albanes, U. Chevalier, Gallia Christiana Novissima. Histoire des archevêchés, évêchés et abbayes de France. Arles, Valence, 1901, col. 248-249, n° 637.

14 Bertrand Boysset, Mémoires, éd. Ehrle sous le titre : Die Chronik des Garoscus Veteri und Bertrand Boysset (1365-1415), Archiv für Literatur und Kirchengeschichte des Mittelalters, tome 7, Freiburg-im-Breisgau, 1900, p. 317.

15 J. Schneider, cf. supra n. 8.

16 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, M.G.H Scriptores, tome XXVII, Hanovre, 1885.

17 J. Schneider, cf. supra n. 8.

18 P. Fournier, cf. supra n. 7, p. 473.

19 P. Fournier, op. cit., p. 499 et J. Schneider, op. cit., cf. supra n. 8.

20 J. Schneider, (cf. supra note 8) cite le texte suivant : Item, demande satisfaction et amendise de ce que la cité a par force de menace et constraint ses subjetz de les non vouloir lasser rappeller a Arles lo Blanc de jugement ou santances de Mets pourtant que desdict appel il doit avoir cognoissance ad cause de la seigneurie de ladicte Arle que luy appartient.

21 J.-P. Poly, op. cit. n. 12, p. 38.

22 Gervais de Tilbury, Le livre des merveilles, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 1 à 17.

23 E. Engelmann, Zur städtischen Volksbewegung in Südfrankreich. Kommunefreiheit und Gesellschaft. Arles, 1200, 1250, p. 161-165.

24 Lantelme de Romieu, cf. supra n. 9.

25 J.-H. Albanes et U. Chevalier, cf. supra n. 13.

26 Bertrand Boysset, cf. supra n. 14.

27 E. Baratier, Enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252-1278), Paris, 1969, p. 402.

28 J.-P. Poly, op. cit. n. 12, p. 49.

29 Ibidem, p. 291.

30 F. Benoit, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone. Alphonse II et Raymond-Béranger V. 1196-1245, Monaco, 1925.

31 N. Coulet dans Histoire d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, 1977, p. 68-69.

32 Cet aspect a été traité par L. Stouff, « Le comte de Provence et Arles : un seigneur ou un souverain », dans Vie privée et ordre public à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1987, p. 159-176.

33 Sur les seigneurs d’Arles et sur le consulat, cf. J.-P. Poly, op. cit. n. 12, et E. Engelmann, op. cit. n. 23.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540