Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Lieux et Signes du Pouvoir

Pratiques et représentations du pouvoir à Byzance entre Rome et le monde musulman

Michel Balivet

Texte intégral

1Il convient tout d’abord d’expliquer une formulation quelque peu inattendue : est-il possible de situer Byzance entre Rome et le monde musulman autrement que géographiquement ? C’est ce que va tenter de mettre en relief la petite réflexion qui suit, dans le domaine particulier de la représentation du pouvoir à Byzance.

  • 1 La bibliographie sur cette question est vaste. Signalons notamment L. Brehier, Les institutions de (...)

2Nous commencerons, dans un premier temps, en rappelant l’idée bien connue selon laquelle Byzance, succédant chronologiquement et sans solution de continuité à Rome, récupéra la plus grande part de l’idéologie impériale romaine, en la christianisant dès le IVe siècle et en l’orientalisant, surtout à partir du VIIe siècle, plus encore que ce qu’elle avait pu l’être à l’époque des derniers empereurs du IIIe siècle (Dioclétien, etc…)1.

  • 2 Sur la titulature byzantine d’origine mulsumane, voir M. Balivet, Byzantins et Ottomans ; relation (...)

3Dans un second temps, on montrera que la longue confrontation de Byzance avec le monde musulman pendant 800 ans a, petit à petit, permis un processus inattendu : l’introduction d’un certain nombre d’éléments arabo- puis turco-musulmans dans des domaines pourtant aussi conservateurs que le protocole et la titulature de la cour impériale2.

4Autres précisions d’importance à signaler en commençant :

  • une précision terminologique tout d’abord, à rappeler sans cesse pour qui s’occupe de l’Empire d’Orient : Byzance ou Byzantin sont des appellations qui n’existent que très peu ou tardivement dans la langue du pouvoir impérial. Il n’y est question que de Pωµαῖoς- Romain pour désigner Empire et sujets de l’Empire. Il n’y est jamais non plus question de Eλλɳν- Hellène, si ce n’est pour accuser tel ou tel philosophe nostalgique de l’Antiquité polythéiste. Hellène veut donc dire païen à Byzance. Y est encore moins toléré le terme latin de Graecus, emploi occidental qui donna lieu à bien des frictions diplomatiques entre l’Empire romain d’Occident carolingien et othonien – Empire pseudo-romain vu de Byzance – et le seul authentique empereur romain, le basileus de Constantinople. Liutprand de Crémone, ambassadeur d’Otton II, au Xe siècle, auprès de Nicéphore Phokas, en fit l’amère expérience, lui qui osa traiter le Basileus des Romains (Bασιλεύς ‛ Pωµαίων) d’imperator Graecorum !
  • deux précisions thématiques ensuite : on n’abordera pas ici le thème des pratiques et représentations du pouvoir ecclésiastique trop vaste sujet dans le cadre restreint de cet article. Sur cette question, je renvoie à la magistrale étude de Jean Darrouzès sur les ὀϕϕίκια, dignités ecclésiastiques à Byzance3. On parlera ici essentiellement du centre de l’État, les marges de l’Empire byzantin ayant été évoquées dans une autre intervention de ce recueil. Le centre, c’est Constantinople, « Nouvelle Rome aux sept collines », et le cœur politique de ce centre c’est le Palais ou plutôt les palais, les deux principaux qui abritèrent l’empereur et la cour, le Grand Palais ou Palais Sacré, siège du pouvoir jusqu’au XIe siècle et le Palais des Blachernes qui lui succède comme résidence des dynasties Comnène, Ange et Paléologue, jusqu’à la chute de l’Empire.

5À Byzance comme en occident chrétien et en monde musulman médiéval, comme partout et toujours d’ailleurs, gouverner c’est paraître et l’espace du pouvoir est une sorte de théâtre où se donne une représentation qui se joue « à guichets fermés » dans le Palais Sacré, à l’intention d’un petit nombre (hauts dignitaires, ambassadeurs etc…), ou qui se transporte en un lieu ouvert à tous comme l’Hippodrome, la Grande Église impériale de Sainte-Sophie, les avenues à portiques comme la Mésa, axe urbain et colonne vertébrale de Byzance, à l’occasion de tel triomphe militaire à la romaine ou de telle procession religieuse en marche vers l’un des innombrables sanctuaires de la capitale.

6Cette théâtralité du pouvoir est héritée de Rome, en particulier de la Rome du IIIe siècle, elle-même très influencée déjà par les rites auliques d’origine persane, tradition achéménide relayée par Alexandre, Babylone et le décorum partho-sassanide. Tout cela, bien sûr, encadré et tempéré par le christianisme à partir de Constantin et de ses successeurs, dès le IVe siècle : en ce qui concerne par exemple la divinisation de l’empereur, le deus ou filius dei romain devient le représentant du Christ sur terre, partageant cette fonction avec le patriarche en une « dyarchie » fluctuante et souvent remise en cause. Le « pouvoir-spectacle » est aussi une liturgie, reflet terrestre de la liturgie céleste. C’est également une hiérarchie à la fois pyramidale, réplique de la hiérarchie céleste, divine et angélique, exprimée chez le pseudo-Denys l’Aréopagite, et concentrique où le centre, Saint-des-Saints, Palais Sacré est séparé de la périphérie par une série de voiles, de cercles ou de cours, assez semblables aux conceptions vétéro-testamentaires concernant le Temple de Jérusalem, omniprésent dans l’idéologie impériale byzantine (cf. la célèbre exclamation attribuée à Justinien lors de l’inauguration de Sainte-Sophie « Salomon je t’ai vaincu ! »).

7À Byzance, l’idée de « centre-omphalos », héritée en partie de Rome, est donc essentielle : au centre de l’État, se trouve l’empereur en sa capitale, entouré de cercles de sujets-serviteurs (δoύλoι). L’Empire est lui-même au centre de l’oïkouménè, et plus on s’éloigne de ce centre politique, plus le monde devient imparfait : il y a d’abord les peuples soumis, chrétiens certes mais non grecs, les Bulgares, les Slaves, les Valaques, etc..., lesquels se rallient progressivement à l’ethnos chrétien ; puis sur la grande périphérie, les « nations » (τά ἔθνη, les « Gentils »), barbares, non grecques, non chrétiennes, non soumises à l’Empire, autant dire le monde du chaos et des forces obscures non contrôlées.

8Autre idée majeure, l’idée d’ordre : à l’idée de centre-omphalos, on peut joindre la notion romaine d’ordre (ordo), qui, à Byzance, sera de plus en plus régie par un cérémonial (τάξις) complexe expliqué entre autres par les taktika. Le taktikon est un document officiel qui décrit l’ordre des préséances à la cour byzantine ; c’est aussi un traité militaire. Tout ce cérémonial a pour but de légitimer et de sacraliser le pouvoir impérial dans des rites essentiels comme celui de l’investiture qui mêle anciens usages romains et cérémonie chrétienne.

9Le pivot de cette construction étatique, c’est l’empereur, homme providentiel dans le maintien de l’ordre terrestre. C’est une vieille idée romaine : Octave ramène l’Âge d’or (Virgile), Trajan instaure la Pax Romana, et Constantin établit le règne universel du Christ. Ce rôle cosmique du souverain entraîne un riche rituel d’investiture de tradition composite certes, mais dont le noyau est romain : comme les étendards représentant la Fortune (Tύχη) ou les acclamations en l’honneur du nouveau monarque, par l’armée, le sénat et le peuple. D’origine romaine également, l’élévation sur le pavois, avec le don à l’imperator, chef de l’armée, d’un collier d’or (torquis), ce rite se perpétuant à Byzance aussi tard qu’au XIVe siècle. Ces cérémonies d’investiture d’origine romaine sont bien entendu progressivement christianisées par une consécration effectuée par le patriarche (don du diadème et onction du monarque dans Sainte-Sophie) bien que la fonction impériale reste rituellement autonome, le basileus endossant lui-même la chlamyde et les bottines de pourpre et prenant en main hostie et calice pour la communion.

  • 4 Le titre de Basileus n’entre dans le protocole qu’au VIIe siècle, sous Héraclius, vainqueur du Gra (...)

10D’autre part, il y a à Byzance, comme à Rome, deux conceptions opposées de la légitimité du pouvoir : légitimité par adoption ou par hérédité dynastique. Cette dernière a besoin de rites et de titres qui mettent à part la seule famille régnante comme par exemple l’appellation « Porphyrogénète » qui, au IXe siècle, est attribuée aux princes et princesses du sang nés dans la « Porphyra », salle du palais dallée de porphyre, où accouchent les impératrices. Cette titulature qui désigne la famille régnante et plus généralement la classe dirigeante, à côté de noms d’origine persane comme la célèbre appellation impériale de Basileus (« Grand Roi4 »), traduit souvent une origine romaine hellénisée (Kyrios pour Dominus) ou conservée sous sa forme latine : ainsi le titre d’Augusta désignant l’impératrice ou celui de César, porté, à partir du Xe siècle, surtout par des dignitaires alliés par mariage à la famille impériale. Dans la hiérarchie des fonctionnaires, les titres latins, correspondant à un service réel ou devenus honorifiques, restent relativement nombreux tout au long de l’histoire de Byzance : les praepositi (πραιπόσιται) du service du palais ou de la chancellerie, le magister officiorum, le praitor, le patrice ou le questeur, les ducs ou les comtes et, bien sûr, les sénateurs témoignent de l’attachement des Byzantins aux institutions de la Rome impériale, sans pour autant que les fonctions médiévales attachées à ces titres restent les mêmes que celles de l’Antiquité.

  • 5 Traité des Offices, (n. 1) chap. 83, vol. II, p. 169.

11Même attachement à la langue latine, oubliée de tous au siècle de Constantin Porphyrogénète mais qui subsiste dans son Traité des Offices, sous la forme d’acclamations rituelles. Pour la Nativité, par exemple, des prières « sont chantées en latin par les chanceliers du questeur, lors des cortèges solennels des souverains se rendant à la Grande Église : de Maria Virgine natus et Magi de Oriente cum muneribus adorantes ; tout cela, bien entendu, transcrit en caractères grecs pour pouvoir être lu par les chantres : « ∆ὲ Mαρίε Bέργηνε ἐτ Mάγια δ’ ωριεντε κoὺμ μoύνερα ἀδoράντες » !5

  • 6 Le terme bid’a, en islam, a, à peu-près, la même signification péjorative d’innovation blâmable.

12Si la conservation méticuleuse de certains éléments formels de l’héritage romain de l’Antiquité se comprend bien de la part d’un État byzantin se considérant comme l’héritier exclusif de l’Empire des Césars, il est plus difficile de saisir les raisons précises de l’introduction à Byzance de titres honorifiques appartenant à une civilisation concurrente, celle de l’adversaire musulman que l’Empire d’Orient doit affronter pendant de nombreux siècles avant d’être détruit par lui. Ces emprunts au monde musulman se firent, en fait, au nom d’un état d’esprit bien byzantin, à la fois fidèle à un farouche conservatisme – le καινoτoμία, « innovation » est une déviation intellectuelle et religieuse passible des tribunaux6 –, mais aussi capable de s’adapter avec une souplesse sans cesse renouvelée à toute situation géopolitique et culturelle nouvelle. À Byzance, rigorisme conservateur, voire immobilisme, et flexibilité d’une « real-politik » qui permet d’assimiler des éléments franchement étrangers, sont deux attitudes qui cohabitent en bien des domaines, y compris celui, particulièrement figé pourtant, des titres honorifiques du protocole impérial. Il nous faut donc évoquer ici la curieuse présence, au cœur de l’appareil étatique byzantin, d’un certain nombre d’offices portant des noms manifestement empruntés au monde musulman, arabe, persan et turc. Cette présence atteste d’une certaine fascination exercée sur les dirigeants byzantins par la brillante civilisation des califats arabo-musulmans puis des sultanats irano-turcs, fascination d’ailleurs réciproque.

13Depuis une époque ancienne, on connaît à Byzance les titres islamiques, politiques ou religieux. Quand ils renoncent à « archaïser » les réalités du jour, les Byzantins savent assez clairement ce qu’est un calife ou un sultan. Anne Comnène, au XIIe siècle, est bien consciente que celui que l’on s’obstine à appeler, par bon ton littéraire, un satrape perse ou achéménide est en fait un émir turc. Les dignités musulmanes de moindre importance ne sont pas ignorées non plus : le mot tchelebi (titre donné à un prince ou à un lettré) est attesté dans le grec du XIIIe siècle ; on connaît le akhi (membre d’une confrérie religieuse et professionnelle), le hodja (professeur), le hadj (pèlerin) ; on a entendu parler des titres de danichmend (savant) ou de mevlâna (« notre maître », titre utilisé quand on s’adresse à un professeur et à un maître spirituel). De cette manière, certaines appellations administratives musulmanes s’infiltrent dans l’Empire dès le haut Moyen Âge. Le terme turc de Tchaouch est adopté par la cour des Comnène (XIe-XIIe s.) et des Lascaris (XIIIe s.) et se perpétue jusqu’à la fin de l’Empire.

14Sous les Paléologue (XIIIe-XVe s.), le processus s’accentue en même temps que la pression politique turque et l’amenuisement de l’État byzantin. Les Turcs, d’ailleurs, ne sont pas seulement aux portes de Byzance mais ils sont à l’intérieur de la ville et au cœur même du palais, ce qui ne dut pas manquer de faciliter certains emprunts orientaux.

  • 7 Pseudo-Codinos, p. 181-182, 210.

15Depuis longtemps, la garde turque des Vardariotes (turcophones originaires de la région du fleuve Vardar en Macédoine) occupe une place de premier plan dans le cérémonial de la cour impériale. Bien que convertis anciennement, les Vardariotes continuent à arborer les signes distinctifs de leurs origines culturelles et linguistiques : « Sur la tête ils portent une coiffure persane ». Fouet en main, ils font régner l’ordre autour de l’empereur qu’ils accompagnent jusque devant les autels, aux moments les plus solennels de la liturgie. Le Pseudo-Codinos spécifie bien que c’est en langue turque qu’ils acclament le basileus lors des cérémonies palatines7.

16Turcs convertis également, anciens prisonniers de guerre, les mourtatoi sont les archers du palais. Ils ont à leur tête un stratopédarque. Le terme qui les désigne, vient de l’arabo-turc mürted, « renégat », et s’est intégré sans difficulté dans le vocabulaire palatin des Paléologue.

  • 8 Gregoras, éd. Bonn, XVIII, 40, vol. 3, p. 202.

17Il y a enfin ces Turcs restés « bruyamment » musulmans et qui désolent tant le chroniqueur byzantin, Nicéphore Grégoras, au milieu du XIVe siècle : cet entourage « barbare » de l’empereur qui, aux portes mêmes de l’église palatine « alors que se déroule la sainte messe, (…) hurlent les odes et les hymnes de Mahomet, détournant à leur profit l’attention des fidèles assemblés dans l’église »8.

18C’est probablement l’une ou l’autre catégorie de cette suite turque de l’empereur, que désigne l’historien Syropoulos en parlant des « janissaires » du basileus Jean VIII au concile de Florence (1439), employant par analogie avec la cour ottomane un mot que connaissaient bien les Grecs du XVe siècle.

19Par le fait de cette omniprésence turque, l’époque des Paléologue en particulier, voit surgir un certain nombre de termes protocolaires d’origine musulmane : Andronic II crée la dignité navale d’amèralios (amiral). Certaines listes d’offices contiennent des titres turco-musulmans comme amyrtzantarios (emir djandar, capitaine de la garde) ou amèratochanakantos (emir doğan, grand fauconnier).

  • 9 Pseudo-Codinos, p. 184.

20Paradoxalement les termes grecs traditionnels finissent par être mal compris et il faut les expliquer par une appellation turque plus usitée : ainsi « le grand diermèneutès est le premier des interprètes que, communément, on appelle drogmans »9. L’akolouthos porte également le nom de chourtzès (turco-mongol kürci). Certaines fonctions sont, à Trébizonde, plus volontiers désignées par un vocable turc : emir doğan, delal (nyktotalatios, veilleur de nuit) etc...

  • 10 Ibid., p. 166, 302-310, 323, 337, 346, 349.

21Même des titres appartenant spécifiquement à la religion musulmane peuvent parfois s’introduire dans la liturgie palatine : c’est le cas du terme seyyîd porté entre autres par les descendants du prophète Mohammed ; or une appellation aussi marquée religieusement, accolée en outre à un autre titre aussi typiquement musulman qu’émir, fait son apparition dans la hiérarchie palatine du XIVe siècle byzantin, sous la forme grecque de Myrtaïtis ou Mirsaïtis (« emîr-seyyîd »). Pseudo-Codinos décrit ainsi le courtisan byzantin portant ce titre musulman : le Grand Myrtaïtis porte manteau rouge et bâton d’argent « avec des ornements d’orfèvrerie en forme de gamma » ; Il figure dans toutes les listes de dignités palatines du XIVe siècle, intégré dans la hiérarchie aulique10.

  • 11 J.-P. Migne, Patrologie Grecque, vol. 111, p. 28. Le savant byzantin Michel Psellos dit en substan (...)
  • 12 Le miroir de l’islam, Paris, 1971, repris et chronologiquement élargi dans Chrétiens d’Orient et I (...)

22Pour conclure, je reviendrai rapidement sur la formulation initiale de cette réflexion : Byzance se situe-t-elle en quelque façon entre Rome et le monde musulman autrement que par sa situation territoriale ? Il n’est évidemment pas question de comparer dans les pratiques et représentations du pouvoir byzantin, le poids énorme de l’héritage romain (héritage à la fois bien réel et idéologiquement revendiqué, parfois jusqu’à l’utopie) avec les quelques entrées ponctuelles de notions, titres ou coutumes originaires du monde musulman. L’intérêt d’analyser la civilisation byzantine dans son double contexte, romain et musulman, se situe ailleurs que dans une fausse symétrie : l’arrière-plan romain est fruit de la « continuité-adaptation » millénaire d’un antique modèle impérial christianisé ; l’environnement musulman, lui aussi presque millénaire (VIIe-XVe s.) permit, au-delà des conflits islamo-byzantins quasi permanents, l’acquisition paradoxale d’une familiarité voire d’une mutuelle fascination entre mondes « impériaux » voisins, le califat arabe (puis le sultanat turc) et l’Empire romain d’Orient, que le patriarche de Constantinople, Nicolas Mystikos, comparait, au Xe siècle, « aux deux grands luminaires » (δύo μεγάʎoι ϕωστῆρες) qui éclairent l’univers par leur stabilité politique et leur raffinement culturel11. Autant dire que cette double approche, celle de la réalité et des revendications « romaines » de Byzance, et celle de ses relations-échanges permanents avec le voisin musulman, si elle est menée concurremment, affine notre perception de la subtile identité byzantine, farouchement occidentale par sa fidélité « romaine » mais membre à part entière, avec les Etats musulmans frontaliers, de cette « communauté orientale », bien mise en relief par un ouvrage devenu classique d’Alain Ducellier12.

  • 13 G. Pachymerès, Relations historiques, éd. A. Failer, vol. II, p. 471, Paris, 1984.

23Si le monde musulman accepta sans difficulté l’identité romaine de Byzance en désignant sans cesse l’Empire grec médiéval comme le seul et légitime État romain (Bilâd al-Rûm, Diyâr-e Rûm), l’occident chrétien, dans sa frange la plus hostile, refusant de considérer le basileus autrement que comme empereur, voire comme « roi des Grecs » (rex Graecorum), finit même par percevoir les Byzantins, pour leurs accointances avec leurs voisins musulmans, comme des sortes de « musulmans au teint clair » (λευκoί ’ Aγαρηνoί)13. Dans un tel excès de langage, on voit que, d’une certaine façon, les voisins de Byzance situaient idéologiquement cette dernière dans une zone un peu floue entre Rome et le monde musulman.

Notes

1 La bibliographie sur cette question est vaste. Signalons notamment L. Brehier, Les institutions de l’empire byzantin, Paris, 1949, qui reste une somme extrèmement utile ; il faut citer aussi les travaux récents de l’école byzantinologique française : entre autres, G. Dagron Empereur et prêtre – Étude sur le (césaropapisme) byzantin, Paris, 1996 ; A. Ducellier, Byzance et le monde orthodoxe, Paris, 1986 ; J.-C. Cheynet, Byzance – L’Empire romain d’Orient, Paris, 2001 ; voir également, M. Gallina, Potere e Società a Bisanzio, Turin, 1995. Les deux sources les plus importantes sur les pratiques et représentations du pouvoir impérial byzantin sont : 1/ Le Livre des Cérémonies, écrit par l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (905-959), et édité et traduit par A. Vogt, 4 vol. , Paris, 1935-1940 ; 2/ Le Traité des Offices du Pseudo-Codinos, texte du XIVe siècle, édité et traduit par J. Verpeaux, Paris, 1966.

2 Sur la titulature byzantine d’origine mulsumane, voir M. Balivet, Byzantins et Ottomans ; relations, interaction, succession, Istanbul, 1999.

3 J. Darrouzès, Recherches sur les ΩФФIKIA de l’Église byzantine, Paris, 1970.

4 Le titre de Basileus n’entre dans le protocole qu’au VIIe siècle, sous Héraclius, vainqueur du Grand Roi de Perse. À la disparition de ce dernier, l’empereur s’arroge le droit d’utiliser à son usage exclusif le titre de Basileus, les autres souverains n’ayant droit qu’à l’appellation de Rex, d’où les nombreux conflits protocolaires avec l’Occident.

5 Traité des Offices, (n. 1) chap. 83, vol. II, p. 169.

6 Le terme bid’a, en islam, a, à peu-près, la même signification péjorative d’innovation blâmable.

7 Pseudo-Codinos, p. 181-182, 210.

8 Gregoras, éd. Bonn, XVIII, 40, vol. 3, p. 202.

9 Pseudo-Codinos, p. 184.

10 Ibid., p. 166, 302-310, 323, 337, 346, 349.

11 J.-P. Migne, Patrologie Grecque, vol. 111, p. 28. Le savant byzantin Michel Psellos dit en substance la même chose au sultan turc Malik Châh au XIe siècle, dans une lettre, éd. P. Gautier, Revue d’Études Byzantines, 35 (1977), p. 73-97.

12 Le miroir de l’islam, Paris, 1971, repris et chronologiquement élargi dans Chrétiens d’Orient et Islam au Moyen Âge, Paris, 1996.

13 G. Pachymerès, Relations historiques, éd. A. Failer, vol. II, p. 471, Paris, 1984.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540