Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les textes de seize communications présentées au cours des années universitaires 2002-2004 dans le cadre du séminaire de l’Équipe de Recherches SICMA (Sociétés, Idéologies, Croyances au Moyen Âge. EA 2204) rattachée à l’Université de Provence. La réflexion sur le pouvoir au Moyen Âge, sur son exercice à des périodes et au sein de sociétés diverses, sur les idéologies et les croyances dont il a été l’expression et qui en ont forgé les modèles, est l’un des axes majeurs de la recherche au sein de l’Équipe SICMA, pour ses membres et pour les doctorants qui y sont rattachés. Elle a, en l’occurence, bénéficié du concours d’intervenants extérieurs, spécialistes reconnus de l’histoire et des formes d’expression du pouvoir au Moyen Âge. Seize communications, seize articles ne prétendent pas constituer une Somme sur le thème de cette réflexion. On remarquera toutefois qu’ils recouvrent un large espace chronologique et géopolitique, qu’ils mettent en œuvre une large gamme de sources où l’écrit n’est pas exclusif même s’il est abondamment sollicité dans sa riche typologie : la sigillographie, l’iconographie, l’archéologie apportent ici leurs informations indispensables lorsqu’on est amené à s’interroger sur les lieux, les signes et toutes les composantes de l’image du pouvoir.

2Pouvoir : au singulier et dans le champ politique, le mot suggère communément l’idée d’une souveraineté incarnée dans une personne ou représentée par un groupe, par une institution. Il implique aussi un ou des lieux qui ont pour fonction de rassembler les signes visibles de cette souveraineté. Hommes, lieux et signes du pouvoir sont ici au centre de plusieurs études concernant des périodes et des espaces bien différents. « Sorte de théâtre urbain » du pouvoir, comme l’écrit Michel Balivet, Byzance, la Nouvelle Rome qui se veut unique héritière de l’Urbs des Césars, offre à la vénération du peuple une figure impériale autour de laquelle s’ordonne le cérémonial de cour, liturgie et hiérarchie en harmonie avec celles de la Jérusalem céleste. Effet inattendu de sa confrontation séculaire avec les musulmans, la pénétration à partir du XIIIe siècle de coutumes, de rituels et de titres honorifiques venus des espaces et des civilisations arabes et turques qui s’ajoutent à l’héritage romain et contribuent à l’originalité de la civilisation et du pouvoir byzantins. Dans l’Occident médiéval chrétien, Rome mise à part, Arles est aussi une « capitale » où le pouvoir central survit à la chute de l’Empire romain. « Capitale de repli » puis « capitale d’un État fantôme » selon Louis Stouff qui en présente l’historique du Ve au XIVe siècle. À la fin du Moyen Âge, privée de la présence du roi ou empereur, cette « capitale » d’un royaume qui porte alors son nom a perdu tous les signes emblématiques du pouvoir central. Or le signe visible du pouvoir est primordial pour marquer sa présence, et ce même en l’absence du souverain qui en est l’incarnation. La chapelle palatine d’Aix, par exemple, a été conçue pour mettre en scène un pouvoir d’origine divine : le trône impérial – qui a dû contenir un reliquaire – fait face à l’autel du Sauveur. Ce modèle de turris, « édifice à plan centré », élément significatif de l’important dossier archéologique rassemblé par Michel Fixot, témoigne du lien entre le pouvoir et le sacré. Bien d’autres exemples de ce dossier, de l’antiquité chrétienne au XIIe siècle et de l’Afrique de saint Augustin à l’Angleterre saxonne et normande, signalent le pouvoir protecteur et médiateur du saint, servi par le pouvoir politique. Repris dans l’orfèvrerie, ce motif de la turris peut signaler, en renfermant les Espèces eucharistiques, la présence réelle du Corps du Christ. C’est pour marquer, d’une autre façon, la continuité d’une présence protectrice qu’églises et abbayes invoquent la mémoire d’un fondateur lointain, mythique. Suivant l’expression de Georges Bischoff, la « mémoire militante » du roi Dagobert (I ou II) est invoquée par plusieurs abbayes vosgiennes, entre le XIIe et le XVIe siècle, qui font ainsi remonter leur fondation aux origines de la christianisation des Francs. D’où une autre reconstruction mythique, celle du pouvoir impérial dont la renaissance en Occident pourrait trouver ses prémices sous le règne de Dagobert.

3Détenteur d’un pouvoir d’origine sacré, d’un pouvoir ritualisé, le roi ou l’empereur du Moyen Âge chrétien œuvre au salut de son peuple, au côté des prêtres. Il se distingue du tyran dans l’exercice d’une bonne justice, indissociable de cette œuvre salutaire. Le pouvoir de justice reconnu aux rois des Francs ou de France, depuis les temps mérovingiens jusqu’à la fin du Moyen Âge, peut aller jusqu’à la peine de mort. Ce châtiment est-il révélateur de la puissance du prince ? Sert-il l’ordre et la paix dont le prince est le garant ? Claude Gauvard revient sur cette question à partir de l’exemple de la France dans les derniers siècles du Moyen Âge. En dehors de quelques cas spectaculaires retenus par les Chroniques, la peine de mort est rarement prononcée. Car c’est précisément pour préserver la paix dans une société où la vengeance est coutumière, où la mort peut entraîner la mort, que le pouvoir renonce à cette peine. Dans l’application de la loi, en effet, le roi, ses juges ne sont pas les seuls acteurs. Le peuple, présent dans la mise en scène de la peine, peut la rejeter : or l’émeute, perturbatrice de la paix, doit avant tout être évitée. À ce stade, le peuple n’est plus cantonné dans la subordination. Il est devenu, comme l’écrit Christiane Raynaud, une composante de la vie politique, même si ses moyens d’expression restent limités. Parmi ceux-ci, les « feux de joie », phénomène essentiellement urbain, souvent associé à d’autres manifestations « populaires » et, comme elles, organisé et surveillé par tous les pouvoirs, du roi aux autorités urbaines civiles et religieuses. Le peuple, quand il en a l’initiative, exprime par ce moyen son attachement au pouvoir même si, parfois, il s’en sert comme d’un avertissement. En définitive, si le Moyen Âge chrétien met en avant l’origine divine de tout pouvoir il n’est pas fondateur de l’absolutisme. Pour s’en tenir au pouvoir laïc, il s’exerce dans un consensus entre le souverain, son entourage et ses représentants et même le peuple des non-nobles. Si l’on revient à Byzance, le gouvernement des marges de l’Empire, étudié ici par Jean-Claude Cheynet, souligne la nécessité où se trouve le basileus de composer avec les responsables locaux du pouvoir pour assurer la paix et la défense de tout l’Empire, de l’Italie méridionale pré-normande à l’Asie Mineure. La distribution de titres militaires et civils qui les honorent fait entrer les plus éminents d’entre eux dans l’amitié et la familiarité de l’empereur qui peut aller jusqu’à leur reconnaître le gouvernement d’une région conquise, tenue jusque-là par leur famille. L’exemple de la noblesse portugaise, présenté par Stéphane Boissellier, donne un autre aperçu de la complexité des liens entre le roi et la société du pouvoir. À partir d’une « source unique » et exemplaire, trois livres de lignages composés entre la fin du XIIIe siècle et celle du XIVe siècle, il est non seulement possible de reconstituer les réseaux de parenté entre les nobles, entre eux et le roi, mais surtout de percevoir la façon dont les nobles se situent par rapport à la dynastie portugaise. Considérée comme la guerre du roi, la Reconquête est ainsi minimisée par eux au profit des guerres privées et de leurs propres faits d’armes. Pour autant, ils ne contestent pas, bien au contraire, le lien féodal de la tenure reçue du roi, qui les distingue des agents de l’administration locale.

4On le voit, l’étude du pouvoir souverain débouche sur celle des pouvoirs. La féodalité voit se mettre en place, à des époques variables, des voies nouvelles conduisant à l’ordre dans la paix. La résolution d’un conflit entre un prince territorial, Raymond VI de Toulouse et l’Église, sur fond d’hérésie et de Réforme grégorienne, apporte ici un cas exemplaire minutieusement démonté puis reconstitué par Jacques Paul : le retour à la paix dans le Bas-Rhône, à la suite d’un crime contre l’Église couvert par le comte, passe par les rituels des procédures coutumières et des cérémonies pénitentielles mais, loin de satisfaire la partie lésée, il finit par mettre en évidence le poids des pouvoirs locaux. Moins de deux siècles auparavant, en pays ligérien où nous conduit Jean-Hervé Foulon, la rivalité entre les familles princières d’Anjou et de Blois, difficilement arbitrée par le roi capétien, transforme l’immunité et l’exemption naissante en moyen de combat, que les princes mettent au service de leur puissance plus qu’à celui de la défense des « pauvres ». En Italie méridionale byzantine et lombarde, la féodalité s’est progressivement installée avec les Normands. Mais les coutumes qu’elle a introduites n’ont pas mis fin aux lois écrites ni aux usages antérieurs. Et si les Normands, leurs comtes et ducs, puis leurs rois, n’ont pas partagé le pouvoir des armes, ils ont dû tenir compte et se servir des élites locales et des structures administratives en place. Le meilleur exemple de ce modus vivendi vient certainement de la justice. Rémi Fixot, à partir d’une documentation homogène, en montre le fonctionnement par l’analyse de cas concrets, qui réunissent tous les détenteurs et les agents du pouvoir judiciaire, du iudex lombard au bayle normand, du roi aux nouveaux seigneurs normands et lombards.

5À ce stade de la réflexion il est nécessaire de revenir sur la notion même de pouvoir, sur les mots qui l’expriment de manière récurrente au Moyen Âge, sur les idéologies et les croyances qui en sont les fondements. Aussi était-il nécessaire, comme l’a fait Yves Sassier, d’analyser à nouveau les notions d’auctoritas et de potestas et les textes du pape Gélase Ier souvent cités en référence à leur propos, mais parfois à contre-temps. Ce retour à des sources connues permet de faire l’historique précis de leur réception et de leur interprétation par l’entourage d’hommes d’Église, de lettrés, des souverains. Le règne de Louis le Pieux apparaît alors comme une période où la réflexion sur ces deux notions a été particulièrement féconde et s’est prolongée sous le règne de Charles le Chauve avec Hincmar de Reims. Particulièrement féconde aussi en modèles de gouvernement et de souverain, dont le plus célèbre et le plus diffusé a été celui de Charlemagne sous la plume d’Eginhard. Claude Carozzi revient sur la véritable structure de la Vita Karoli, préalable nécessaire à la compréhension du propos de l’auteur et à l’appréciation de sa culture antique et chrétienne. Dans ce modèle de gouvernement, les notions d’auctoritas et de potestas sont à interpréter en référence aux trois fonctions immanentes de la souveraineté, fondements de sa légitimité. Deux siècles plus tard environ, ces notions sont toujours au sein de la réflexion sur le pouvoir politique et les origines mêmes du pouvoir dans le monde et dans l’Église. En référence ou non aux textes gélasiens, la période de la Réforme grégorienne et de la Querelle des Investitures multiplie les débats sur le Sacerdoce et le Règne. Au nom du bienfait et de l’utilité du pouvoir bien exercé, le tyran est dénoncé en la personne du mauvais roi et aussi du mauvais prélat. Le Commentaire du Premier Livre des Rois ou Livre de Samuel, écrit en Italie du Sud au début du XIIe siècle par Pierre, moine de La Cava en Campanie puis abbé d’une fondation normande en Pouille, livre une exégèse originale sur les origines de la royauté, le « droit du roi » et l’exercice du pouvoir dans la Bible et dans la chrétienté du XIIe siècle. L’analyse qu’en donne ici Huguette Taviani-Carozzi montre comment, à partir de la critique du roi- et du prélat-tyran, Pierre de Cava fait de l’Église la matrice de tout pouvoir, auctoritas et potestas, tout en évitant de se prononcer sur la primauté pétrine comme sur le gouvernement de son roi, Roger II de Sicile. À la même époque saint Bernard, l’un de ceux qui qualifièrent Roger II de tyran, est amené à tracer le portrait du bon prélat dans l’exercice de son ministère et dans sa fonction de seigneur temporel. Damien Boquet, avec son commentaire d’une importante lettre de saint Bernard « sur les mœurs et l’office des évêques », commence par nuancer les idées reçues sur l’attitude de l’abbé de Clairvaux envers l’exemption, montre comment il parvient à délimiter les territoires respectifs d’action de l’abbé et de l’évêque, et conclut sur la nécessité pour le prélat de parvenir à exercer un pouvoir sur lui-même, sur son « homme intérieur », pour prétendre exercer utilement le pouvoir sur ses fidèles et sur ses dépendants.

6La réflexion sur le pouvoir a donc occupé les Pères de l’Église, les exégètes et tous les lettrés, clercs et laïcs, dont le propos était de faire la louange du souverain, de le conseiller dans son gouvernement, ou encore de le critiquer. Ce faisant, l’homme de savoir participait au pouvoir, individuellement ou dans un corps constitué. À partir du XIIIe siècle, l’Université, qui détient et dispense le savoir, a elle aussi livré sa réflexion sur le pouvoir à travers les traités de tel ou tel de ses maîtres. La question posée par Jacques Verger sur le lien entre regnum et studium invite le lecteur à quitter le Moyen Âge et à réfléchir sur le lien entre savoir et pouvoir, en tout temps et de notre temps. Au Moyen Âge le souverain dispense ses faveurs aux universités, les protège et cherche à les faire passer sous son autorité pour les soustraire à celle de l’Église, ce qui conforte son propre pouvoir. En même temps, il répugne à intervenir de manière autoritaire dans la vie des universités. L’homme de savoir peut être alors pris entre son désir de servir le pouvoir et celui de préserver son indépendance, indépendance nécessaire au savoir et fondée sur le savoir. Mais, quand il va jusqu’à briguer le pouvoir, ne sort-il pas de sa mission spécifique, celle du conseil qui autorise la critique ? Un séminaire sur le pouvoir au Moyen Âge peut se clore sur une question toujours d’actualité.

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540