Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nativité et le temps de Noël

 | 
Régis Bertrand

Fêtes et coutumes de Noël en Alsace au XXe siècle

Bernard Vogler

Texte intégral

1En Alsace Noël a une résonance particulière. C’est la fête majeure annuelle au XXe siècle de toute la population et qui est liée à la sensibilité commune à l’ensemble de l’aire culturelle alémanique dont l’Alsace avait longtemps fait partie. Sur ce plan il y a une différence totale de sensibilité avec le monde francophone : la crête des Vosges marque ici une frontière de sensibilité. Il s’agit d’une tradition ancienne qui a généré de nombreuses coutumes et suscité récemment un tourisme de Noël.

Une tradition ancienne1

  • 1 L’essentiel de la documentation des deux premières parties est tirée de G. LESER, Noël – Wihnachte (...)

2La tradition qui s’est formée progressivement depuis la fin du Moyen Âge se compose de cinq éléments majeurs dans la seconde moitié du XXe siècle.

3Le plus significatif est le sapin, qui apparaît en Alsace au XVIe siècle avec son décor et son environnement.

4La première référence écrite remonte à 1521 dans la ville libre de Sélestat, membre de la Décapole alsacienne. Dans un document municipal il est fait état de l’usage de couper des arbres en forêt pour la fête de Noël, une autorisation contenue dans le règlement forestier.

5Le décor des sapins apparaît à la fin du XVIe siècle : on accroche alors aux branches des hosties, des pommes (symbole d’Adam), des roses en papier qui symbolisent la fidélité et l’arbre de Jessé. Par la suite apparaissent des friandises, des sucreries et des poupées.

6La dimension familiale se développe au cours du XVIIIe siècle avec la distribution de modestes cadeaux aux enfants après un chant de Noël. À cette époque apparaissent les premières bougies, suivies après 1800 d’une décoration en verre avec l’essor des verreries dans les Vosges du Nord et en Lorraine.

7La diffusion du sapin est assurée par divers milieux : les milieux protestants, la bourgeoisie urbaine et l’école (fête scolaire à Noël) après 1800. Après 1871 les autorités allemandes se servent du sapin comme élément de germanisation dans l’ensemble de l’Alsace, car il demeurait encore inconnu dans certaines sous-régions comme le Sundgau. De leur côté la plupart des optants alsaciens le diffusent à travers la France. Aujourd’hui la décoration, très variée, consiste principalement en des boules miroitantes, des cheveux d’ange, des guirlandes scintillantes, des pommes de pin argentées, des bougies et des cierges magiques.

8Le second élément sont les bredle, des petits gâteaux aux multiples recettes, confectionnés pendant la période de l’Avent par la maîtresse de maison pour Noël et les jours suivants et qui constituent une véritable délicatesse. Leur préparation répand une odeur caractéristique avec un parfum de beurre et de cannelle. Ils sont découpés selon des motifs variés, liés tantôt au symbolisme de Noël (cœur, étoile), tantôt à la culture rurale (sabot, trèfle…). La plupart portent des noms magiques : Anisbredle, Schwowebredle, Kokosbredle ou Butterbredle. Une variété sont les springerle au parfum anisé. À La Petite Pierre une section du musée des sceaux est consacrée aux diverses formes des springerle.

9La crèche de Noël remonte très loin au Moyen Âge, car elle apparaît déjà dans le Hortus Deliciarum, un manuscrit qui date des environs de 1180. Mais après 1520 cette coutume se limite aux seuls catholiques. Certaines paroisses possèdent actuellement une superbe crèche qui attire de nombreux visiteurs, à l’image de celle de Grendelbruch. Chez les protestants la crèche, tant paroissiale que familiale ne se diffuse qu’après 1950.

10Le quatrième élément est le marché de Noël de Strasbourg, connu sous le nom alsacien de Christkindelmarik (marché de l’enfant Jésus). Créé en 1570, sa durée est longtemps limitée à trois jours à la veille de Noël. Installé devant la cathédrale, il est transféré en 1830 sur la place Kléber, puis en 1871 sur la place Broglie où il est établi jusqu’à l’heure actuelle. Au XXe siècle sa durée s’est élargie à toute la période de l’Avent : il débute régulièrement le dernier samedi de novembre et baisse le rideau le 24 décembre en fin d’après-midi. Depuis quelques années le marché s’est étendu sur le parvis de la cathédrale. Les stands proposent tout l’éventail des objets de Noël, en particulier la décoration pour le sapin, des santons, des personnages pour la crèche, des guirlandes, des pommes d’amour, des petits jouets, ainsi que des objets d’artisanat. La restauration est étroitement limitée, avec en particulier des pains d’épices, des gaufres à l’odeur sucrée et du vin chaud à la cannelle.

11Enfin chaque année l’apogée est la soirée de Noël, la fête familiale par excellence en Alsace, qui réunit les parents, les enfants, éblouis par les jouets désirés, et les grands parents qui se remémorent les Noëls de leur enfance. Pour permettre à tous de fêter Noël en famille tous les commerces et services, y compris la très grande majorité des restaurants, sont fermés à 17 heures, ce qui étonne régulièrement les Français d’outre-Vosges. La soirée se déroule autour du sapin admirablement décoré. Dans de nombreuses familles un Christkindel, accompagné du Hans Trapp, vient apporter les cadeaux aux enfants sages. Le soir « Strasbourg n’est plus qu’une ville morte, une ville investie par les forces de la joie ». La distribution des cadeaux est en général précédée de chants de Noël, les deux les plus populaires étant Mon beau sapin et Douce nuit, chantés en français ou en allemand. Puis ont lieu un goûter de bredle et de discrètes agapes familiales, suivies d’un office religieux vers 21-22 heures ou la messe de minuit. C’est ce soir que la différence de sensibilité suscite souvent un agacement devant les programmes des chaînes de télévision française centrées sur une fête entièrement profane et le réveillon, alors que les chaînes allemandes présentent des chants, des méditations et des récits de Noël, le tout enveloppé d’une dimension religieuse, intérieure et familiale.

Les coutumes du cycle de Noël

12Dans l’ancien temps liturgique et de la coutume le cycle de Noël s’étend sur la période qui va du 30 novembre à l’Épiphanie. Il se divise en trois parties, l’Avent, Noël et l’après-Noël ou petite année.

13L’Avent comprend les quatre dimanches précédant Noël, débutant selon les années entre le 27 novembre et le 3 décembre. Il marque le début de la nouvelle année liturgique. Cette période se veut une époque d’humilité et de préparation, d’où des restrictions alimentaires, un temps clos pour les mariages (y compris longtemps aussi chez les protestants) et autrefois l’absence de spectacles. Aujourd’hui cette période se caractérise par la préparation des bredle, de nombreux concerts de musique religieuse, instrumentale ou vocale (une cinquantaine à Strasbourg en 2000) et la représentation d’un conte de Noël par le Théâtre alsacien. La plupart des entreprises et des administrations organisent une fête de Noël à tonalité souvent laïque pour les enfants de leur personnel.

14Le XXe siècle a introduit deux innovations. D’abord la couronne de l’Avent, composée de branches de sapin avec quatre bougies, allumées successivement chacun des quatre dimanches. Elle a été introduite en Alsace par les mouvements de jeunesse protestante entre 1920 et 1939, et elle a connu une diffusion massive après 1945. C’est ensuite le calendrier de l’Avent, diffusé depuis l’Allemagne. Il s’agit d’une grande illustration d’un thème lié à Noël comportant 24 volets à ouvrir du 1er au 24 décembre. À l’intérieur se trouvent, au choix, des chocolats, des illustrations ou des versets bibliques.

15Durant cette période d’attente, caractérisée par les achats de cadeaux, trois jours occupent une place à part. La Saint-André (30 novembre) est le saint protecteur des jeunes filles cherchant à se marier. C’est aussi le jour de diverses pratiques de divination, notamment pour obtenir des indices relatifs à la prévision de l’avenir.

16Le 4 décembre est la Sainte-Barbe. Autrefois on coupait ce jour des rameaux d’arbres fruitiers pour les placer dans un vase installé sur un poêle en faïence. La qualité des bourgeons et des fleurs éventuelles à Noël est considérée comme une indication sur la floraison et la récolte des fruits de l’année à venir. Sainte-Barbe est aussi la patronne des pompiers, ce qui donne lieu à une grande fête le samedi le plus proche de ce jour.

17Le 6 décembre, Saint-Nicolas, protecteur des jeunes gens qui veulent se marier, fait la tournée des familles avec enfants pour leur distribuer des cadeaux s’ils ont été sages : il s’agit autrefois surtout de fruits, symboles de l’abondance et de la fertilité cosmique, en particulier des pommes, des poires, des noix, des noisettes, ainsi que des pains d’épice avec l’image du saint, et parfois une paire de sabots.

18Le moment central est constitué par la fête de Noël : Wihnachte en alsacien (nuit sainte). Autour de cette fête se cristallisent divers rites et coutumes qu’on peut regrouper autour de trois thèmes : les rites liés à la célébration de la naissance du Christ, mais aussi le solstice de l’hiver, où se rencontrent la liturgie de l’Église et les pratiques magiques et les rites liés au changement d’année, la fin de l’ancienne et le début de la nouvelle.

19En Alsace le moment fort est la soirée du 24 : une réunion de la famille autour du sapin et des cadeaux apportés par le Christkindel, accompagné de Hans Trapp. C’est une femme voilée déguisée en blanc, portant une robe ou enveloppée d’un drap, portant une couronne sur la tête, munie d’une clochette et d’un panier rempli de friandises. Elle est accueillie par les enfants qui récitent une comptine devant le sapin aux bougies allumées, puis elle s’informe si les enfants ont été sages. Cette coutume est au départ une spécificité protestante, avant de se généraliser aux XVIIIe-XIXe siècles. Ce qui pose problème, c’est que l’enfant Jésus est un garçon, alors que le Christkindel est toujours une jeune femme déguisée. Il est perçu comme un personnage céleste, issu du monde divin, qui rappelle le don de Dieu aux hommes, à savoir la naissance du Christ.

20Le Hans Trapp (Père Fouettard) incarne l’aspect sombre et nocturne de l’hiver (les nuits les plus longues au moment du solstice). Il est déguisé en vieil homme portant un grand chapeau, une longue barbe, un manteau sombre ou une fourrure, toujours muni d’un bâton ou gourdin et d’un grand sac pour emporter les enfants non sages. Il fait un grand bruit avec des chaînes, des sabots ou des chaussures cloutées. Il a une voix rude et sévère et incarne le génie du mal comme le diable. Il est perçu comme un homme méchant, un être diabolique. Son origine est un personnage historique, Hans von Trotha, mort en 1503, un chevalier résidant au nord de Wissembourg, dont il terrorise les habitants. Après sa mort il est transformé en épouvantail pour les mauvais garnements et son mythe est amplifié à l’époque du romantisme. Mais le nom est aussi la juxtaposition du prénom Hans, qui symbolise l’Alsacien moyen, et du verbe trappen, qui signifie marcher pesamment avec du bruit et qui rappelle les chevauchées demeurées tristement célèbres. Il apparaît aussi comme le valet de saint Nicolas et il existe dans le monde rhénan et alémanique de nombreuses figures semblables. En fait c’est un masqué de l’hiver qui a pour fonction de chasser les influences négatives.

21Lors de cette soirée on mange des douceurs, des bredle, des springerle, des pains d’épices et des gâteaux à base de fruits séchés.

22On procède dans la cheminée à la crémation d’une grande bûche, dont les cendres sont censées protéger de la foudre et dont une partie est répandue dans les jardins et les champs comme signe de fertilité.

23Depuis plusieurs décennies la plupart des familles placent dans la Stube une plante à bulbe, la rose de Jéricho ou de Noël aux fleurs rouges.

24Après 1945 la figure du Père Noël se répand partout, mais elle n’a aucune racine régionale en Alsace.

25Le jour de Noël (25) est une des grandes fêtes avec l’assistance – en recul – à un office religieux et un repas de famille à midi, comportant souvent une oie truffée ou une dinde et au dessert une bûche ou un biscuit à l’ancienne.

26La Saint-Étienne (26) est un jour férié en Alsace depuis 1887, où les loisirs consistent surtout en bals et en soirées festives.

27Durant ces deux jours Strasbourg est une ville assez déserte : les gens se consacrent aux obligations familiales (repas, visites), les fleuristes demeurent la plupart fermés et les brasseries sont peu fréquentées.

28Les jours suivants constituent la « petite année » (Kleinjahr) : ce sont les 12 Lostage, du 26 décembre à l’Épiphanie. C’est un cycle de 12 jours qui résument les 12 mois à venir et qui bénéficient d’une forte charge affective. Lostag signifie le sort de chaque mois de l’année à venir, ce qui explique que dans les campagnes la météorologie de ces 12 jours est toujours soigneusement notée.

29Parmi ces 12 jours cinq occupent une place particulière. Le 27 est le jour de la Saint-Jean l’Évangéliste avec la boisson de Saint-Jean, un vin porte-bonheur destiné à guérir les maladies, à fortifier la santé et à protéger contre les actions maléfiques des mauvais esprits.

30Le 28, jour des Saints-Innocents, ont lieu les cortèges de la Becht, sous la forme de tournées et de quêtes par les enfants de chœur.

31Pendant longtemps le réveillon de la Saint-Sylvestre n’était pas considéré comme une grande fête. L’usage consistait en un office religieux, puis une soirée en famille où l’on buvait du vin chaud et mangeait une pâtisserie spécifique appelée Neujahrswecke ou Neujahrstolle. À minuit toutes les cloches sonnent, tandis que les jeunes font sauter des pétards. La pratique du réveillon est assez récente : elle consiste en un repas au restaurant et une vie sociale entre amis ou membres d’une association.

32Le jour de l’an les enfants rendent visite aux parrains et marraines. Les souhaits oraux de bonne année demeurent très répandus, alors que les cartes de vœux sont en net recul, remplacées parfois par le téléphone.

33Le 6 janvier sont tirés dans beaucoup de familles les rois. Il n’y a pas de coutume spécifique, alors que dans certains Länder allemands c’est un jour férié. Il marque la fin du cycle de Noël, ce qui se traduit souvent par l’enlèvement de la décoration de Noël et du sapin ce jour-là.

Noël et le tourisme2

  • 2 Les informations viennent pour la plupart du : Guide de Noël à Strasbourg, supplément décembre 200 (...)

34Depuis une dizaine d’années Noël a pris une formidable dimension touristique. En 1991 la Ville de Strasbourg a lancé une campagne de promotion touristique avec le slogan « Strasbourg capitale de Noël » sur le modèle des grands marchés allemands dont Nuremberg. Puis en 1998 c’est le Comité régional de tourisme qui prend le relais pour une promotion de toute l’Alsace divisée en sept pays clairement identifiés avec des dénominations qui font rêver.

  • Pays des mystères de Noël au nord avec Wissembourg et Haguenau, pays de Hans Trapp et d’être mythiques qui ont suscité de nombreux contes.
  • Pays des lumières dans le nord-ouest (Saverne) avec des fenêtres décorées et illuminées et les cristalleries.
  • Pays des saveurs : Marché de Noël de Strasbourg avec des centaines de cabanes en bois, l’artisanat des métiers de bouche, les cierges, les odeurs des gaufres, des pommes d’amour, des pâtisseries épicées et du vin chaud aux épices.
  • Pays du sapin dans le sud du Bas-Rhin (Sélestat, Obernai).
  • Pays des étoiles à Colmar et dans le Vignoble qui propose des expositions et un programme culturel. Kaysersberg a su conserver un marché authentique avec un artisanat local de qualité.
  • Pays des étoffes et des chants dans le sud de l’Alsace. Le musée de l’impression des étoffes de Mulhouse présente une riche gamme de tissus de Noël. Y subsiste la coutume des chanteurs à l’Étoile et des chants de Noël par des chorales.
  • Pays des veillées : l’Écomusée d’Ungersheim restitue la préparation de Noël et les veillées d’autrefois.

35Actuellement on recense près de 80 marchés de Noël – de qualité très inégale – à travers l’Alsace et près de 800 manifestations : concerts, expositions, animations et ateliers. Chacun des sept pays propose des manifestations phares. En 2000 le Conseil régional a accordé 100 000 F à chacun des sept pays, à quoi il faut ajouter la contribution de l’EDF qui a fait de grands efforts d’illumination, en particulier un chemin de lumière de la gare à la cathédrale à Strasbourg, où est installé chaque année un grand sapin de 30 m de haut sur la place Kléber.

36Une originalité est la bière de Noël proposée du 6 décembre au 6 janvier. Elle se caractérise par la couleur du pain d’épice, son taux d’alcool plus élevé (6 % au lieu de 5 %), fabriquée avec des grains d’orge grillés puis caramélisés avec des épices (cannelle, gingembre) et des écorces d’orange.

37Le bilan économique est plutôt positif avec l’arrivée chaque week-end de dizaines d’autocars, de trains spéciaux et d’avions complets. En décembre 2000 on a connu 13 % de nuitées en plus dans les hôtels et 14 % dans les gîtes, ce qui place ce mois en sixième position dans l’année et en fait un mois touristique. Le séjour semble bien perçu car 85 % des touristes ont exprimé le souhait de revenir en Alsace.

38Mais ce succès et cet afflux comportent aussi un risque, c’est le développement du factice, du clinquant, d’éléments tapageurs qui suscitent un agacement, en particulier la vente de nombreux objets qui n’ont aucun lien avec Noël. Le seul marché à conserver son caractère d’authenticité est celui de Kaysersberg, parce que la ville demeure très exigeante.

39Noël en Alsace est incontestablement une réussite : en 1999 on a recensé 1,2 millions de visiteurs. En sept ans le taux d’occupation des hôtels alsaciens en décembre a progressé de 35 à 60 %. Le risque est réel que la dimension spirituelle et intérieure soit occultée par des préoccupations purement commerciales, comme l’extension de l’ouverture à Strasbourg d’une partie du marché jusqu’au 31 décembre. C’est pour préserver cet esprit de Noël que la nouvelle municipalité de Strasbourg élue en mars 2001 envisage de modifier l’offre du marché de Noël.

Notes

1 L’essentiel de la documentation des deux premières parties est tirée de G. LESER, Noël – Wihnachte en Alsace, Mulhouse, 1989.

2 Les informations viennent pour la plupart du : Guide de Noël à Strasbourg, supplément décembre 2000 des Dernières Nouvelles d’Alsace.

Auteur

Professeur à l’Université de Strasbourg II

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540