Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nativité et le temps de Noël

 | 
Régis Bertrand

Chanter Noël en Provence et en provençal

Dominique Javel

Texte intégral

1Le terme de « Noël » recouvre plusieurs sens et sans les évoquer tous, il en est un qui nous intéressera ici, celui lié au chant. Chanter Noël ou chanter un noël fait référence à un texte de littérature populaire dont le thème est justement la fête de la naissance du Christ. Dans son dictionnaire, Lou Tresor dóu Felibrige, Frédéric Mistral précise à propos du terme « nouvé » qu’il s’agit d’une sorte « d’idylle ou de cantique sur la naissance de Notre Seigneur ». Et l’expression « canta de nouvé, ajoute-t-il, révèle un “usage fort en vogue pendant la quarantaine de Noël« ». Il s’agit donc d’un chant auquel est prêté un sens religieux, destiné avant tout à une utilisation populaire et, pourrait-on ajouter, de dimensions assez réduites ainsi qu’il est d’usage dans les cantiques.

  • 1 J. QUÉNIART dir., Le chant, acteur de l’histoire, Rennes, 1999, 359 p.

2La place des chants dans l’histoire a été l’objet d’études récentes1 et notre propos est ici d’aborder ces textes de cantiques de Noël non pas dans une perspective linguistique, mais plutôt dans un objectif historique. En quoi le chant est-il ici un acteur de l’Histoire ?

3Trois grandes parties structureront notre propos : les compositeurs, des textes pour l’historien et les rôles et les fonctions des Noëls.

Compositeurs de noëls

  • 2 D. ARBAUD, Chants populaires de la Provence, Aix, 1862, tome 2, p. 215.

4Le premier noël provençal attesté a été publié par Damase Arbaud en 18622. Celui-ci date, cette « Cantinella in natali Domini », au plus tard de 1442. Elle est contenue dans le manuscrit de la Vita de saint Honnorat de Lérins et Arbaud penche pour l’attribuer au troubadour Raimond Féraud qui vécut au XIIIe siècle. Quoiqu’il en soit de l’auteur, ce texte présente les caractéristiques propres au noël que nous développerons dans la seconde partie.

  • 3 P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », in Annales d’Avignon et du Comtat Vena (...)
  • 4 Il a été trouvé en 1885 dans la reliure d’un volume de minutes notariales de 1684.
  • 5 Le recueil contient en outre 74 noëls en langue française.
  • 6 Y. ESQUIEU, « Autour des Noëls de Notre-Dame des Doms : la musique des campagnes provençales au XV (...)
  • 7 D. ARBAUD, Chants populaires de la Provence, op. cit., tome I, p. 23.

5Quelques textes plus tardifs se retrouvent dans les dépôts des bibliothèques et le docteur Pansier en a fait un inventaire très précieux3. Il signale tout d’abord un texte d’Orange de 1584, 28 couplets de 4 vers décasyllabiques dans lequel toute la société orangeoise est passée en revue. À peu près à la même époque sont composés une série de textes, dits de Notre-Dame des Doms, cathédrale métropolitaine d’Avignon, dont l’histoire du manuscrit relève presque du hasard4. Ces cinquante-deux textes en langue provençale5 ont été étudiés par Yves Esquieu6 sous l’angle des instruments de musique cités dans les textes, et des mélodies. Il démontre le caractère éminemment populaire de ces noëls composés vraisemblablement entre 1570 et 1610. Cela confirme ce qu’écrit Pansier : les auteurs des noëls provençaux seraient issus du bas personnel de la métropole : sacristains, sonneurs, enfants de chœur, bedeaux, maîtres de chapelle, chantres, musiciens. Sans doute à cause d’une tendance trop satirique, les noëls furent soumis à partir de 1604 à l’approbation du chapitre de Notre-Dame des Doms. Un autre texte, sans doute du XVIe siècle est cité par Damase Arbaud7 : « lou premier miracle ». Il s’inspire d’un épisode des livres apocryphes.

  • 8 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, Paris, Bruxelles, Genève, s.d. [1879].
  • 9 Jean Chapelon, de Saint-Étienne-en-Forez (1648-1695).

6C’est au XVIIe siècle que le noël « arrive à sa maturité »8 avec comme personnalité centrale Nicolas Saboly. Avant d’en venir à l’auteur sans doute le plus connu, évoquons quelques uns de ces prédécesseurs immédiats. À Avignon le noéliste C. Brunel a laissé en 1620 deux noëls comtadins et quatre noëls dialogués dans lesquels l’ange parle en français et les bergers en comtadin. La Provence n’a pas l’exclusivité des productions de noëls : Le Velay, l’Auvergne, le Forez9 ont produit des cantiques en langue d’Oc

  • 10 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 106.

7Pierre Goudouli, né à Toulouse en 1579, est, selon Terris « essentiellement le noéliste de la période savante ; sa rime est toujours riche, sa prosodie irréprochable ; il possède au suprême degré l’art d’enchâsser une pensée fine et juste dans un écrin richement ciselé. Ses pièces sont, pour la plupart, des odes pieuses admirables plutôt que des scènes pastorales ou bibliques. Ce n’est que dans les derniers noëls que les bergers font leur apparition »10.

  • 11 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 110.
  • 12 Cf. P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 164.

8Revenons en Provence où l’on remarque le chanoine Puech, d’Aix-en-Provence à qui l’on attribue le noël « Sus, campanié, reviha-vous » qui figure sous le nom de Saboly dans la plupart des recueils. Et Terris de trancher : « cette pièce s’écarte tellement du faire du noéliste comtadin, qu’on peut s’étonner à bon droit qu’il ait eu, une fois, une inspiration aussi haute »11. Le frère Sérapion, dont la véritable identité est inconnue12 a laissé dans l’histoire des noëls provençaux une liste de 15 textes dont « Guilhaume, Tòni, Pèire » attribué à tort à Nicolas Saboly.

  • 13 H. MOUCADEL, Recherches sur Nicolas Saboly et les noëls provençaux du XVIIe siècle, Thèse de Docto (...)
  • 14 La liste en est publié par P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., (...)

9Nicolas Saboly (1614-1675) dont la bibliographie est surabondante a fait l’objet d’une étude très récente qui éclaire ce personnage souvent cité comme le parangon du noéliste provençal13. Né à Monteux dans le Comtat Venaissin, Saboly fait ses études au collège des jésuites à Carpentras, puis à l’université d’Avignon. Bénéficiaire à Carpentras en 1633, il y reçoit deux ans plus tard les ordres mineurs et majeurs et est nommé organiste et maître de chapelle à la cathédrale Saint-Siffrein. Il assure les mêmes fonctions de septembre 1643 à mars 1646 à Saint-Trophime d’Arles puis à Saint-Pierre d’Avignon jusqu’à sa mort. De très nombreux textes lui sont attribués, jusqu’à quatre-vingt noëls par ses biographes au milieu du XIXe siècle. En fait, du vivant de Saboly, ce sont 48 noëls que l’on peut lui attribuer avec certitude14, imprimés entre 1669 et 1674 par les imprimeurs Offray et Chastel qui publient deux fascicules en 1669 et un par an par la suite. La popularité de Saboly s’illustre par le très grand nombre de rééditions dont il est l’objet, même s’il n’existe plus qu’une seule série de ses éditions originales à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris.

  • 15 Les Noëls de Taulignan en langue d’oc du XVIIe siècle, Édition, introduction et notes de Jean-Clau (...)

10Contemporains de Saboly sont les noëls dits de Taulignan qu’une très récente édition vient de mettre en valeur15. Les circonstances de leur création restent obscures, et la seule date que l’on peut avancer est celle de 1673, année de copie du manuscrit qui contient dix textes.

11Le XVIIIe siècle voit la multiplication de rééditions de noëls anciens et de très nombreuses créations : Pansier en recense environ quatre cents. Parmi ceux-ci, quelques auteurs émergent et méritent une mention. L’abbé Pellegrin (1663-1745) de Marseille, qui n’écrivit qu’en français mais dont un des textes les plus connus est « Venez divin Messie ». Bruel d’Avignon (vers 1710), Vigne de Cabanne (vers 1740) ou Joseph Domergue doyen d’Aramon qui publia en 1763 « De matin ai rescountra lou trin » plus connu sous le titre de Marche des rois dont la Marche de Turenne constitue la mélodie.

  • 16 Cf. Ph. PRÉVÔT, Antoine Peyrol (1709-1779), slnd [1933], 119 p.
  • 17 P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 218.

12Deux auteurs sont comparables aux yeux de Pansier : Nalis, de Beaucaire et Peyrol d’Avignon qui, bien que les bonnes strophes y soient rares, sont très populaires de leur vivant et méritent à ce titre une mention. Nalis, cordonnier à Beaucaire écrivait, comme nombre de ses contemporains, à la fois en français et en provençal et a produit dans cette langue onze noëls. Quant à Peyrol (1709-1779)16, négociant en bois, il en a produit 42 qui, d’après Pansier, « ne sont pas d’un grand intérêt ni au point de vue linguistique, ni au point de vue historique, encore moins au point de vue littéraire »17.

  • 18 « Deux chants religieux en Provençal recueillis par J.-J.-T. Bonnet », Provence Historique, tome X (...)

13La période révolutionnaire n’est pas féconde en productions « noëliques ». On peut évoquer l’abbé Damian, curé de Serres à Carpentras ou l’abbé François Honoré, curé de Saint-Sauveur à Aix-en-Provence. On peut signaler également le curieux et intéressant « Noël des sans-culottes » de 1792 publié par Régis Bertrand18.

  • 19 Nouveau recueil de Noëls sur des airs connus et faciles, Avignon, chez Antoine Aubanel, 1803, 42 p
  • 20 A. PAYARD, Noëls de Joseph Arnaud, Culture provençale et Méridionale, Raphèle-lès-Arles, 1980.

14Les premiers recueils du XIXe siècle portent les dates de 180319, 1804 et 1807 et se contentent de reprendre des chants anciens. En 1815 J.-T. Mathieu dont on sait peu de choses, sinon qu’il était débitant de tabac à Avignon publia un recueil de Noëls de piètre qualité. La même année, Joseph Arnaud (1754-1829), cordonnier à L’Isle-en-Venaissin, et surnommé par l’abbé Marcel Petit le « Saboly l’Islois », publie ses Noëls dont la postérité fut un peu plus développée20.

  • 21 P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 262.
  • 22 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 176.
  • 23 Trésor des Noëls provençaux, avec musique et illustrés, Raphèle-lès-Arles, 1981.

15Le jugement tranché de Pansier sur les félibres nous prive d’une étude exhaustive sur le XIXe siècle : « la période félibréenne a produit et produit encore une infinité de noëls. Ils ont le sort des roses. Mais ici je m’arrête ; dans les cénacles félibréens le dithyrambe est obligatoire et la critique est considérée comme un sacrilège »21. Tout autre est l’avis de l’abbé Paul Terris : « c’est une heureuse inspiration qui a porté l’école néo-provençale à déposer au pied de la crèche les premières fleurs de son jardin »22. Le Trésor des Noëls provençaux23 recense 96 noëls de 50 félibres dont les noms les plus connus de la renaissance provençale : Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, William Bonaparte-Wyse, Louis Roumieux, Théodore Aubanel, B. Chalvet, Glaup, Auguste Boudin.

  • 24 Cl. ROZIER, Histoire de dix cantiques, Paris, 1966, p. 147.

16Deux autres chants seraient à évoquer en raison essentiellement de leur popularité. Il s’agit tout d’abord de « l’Adeste Fideles » qui figure noté comme une pièce grégorienne dans les éditions des missels de Solesmes. Or le texte latin n’apparaît vraissemblablement pas avant 1815 en France et serait l’œuvre d’un Anglais, John Francis Wade dans les années 176024. La diffusion de ce noël a été très rapide en France. On en trouve une traduction provençale qui le fait s’intégrer dans la tradition méridionale.

17L’autre texte a connu également une traduction récente en provençal et son origine est en partie méridionale par le hasard des circonstances. Il s’agit du « Minuit Chrétiens » dont la naissance eut lieu à Roquemaure, dans le Gard. Un négociant en vins, Placide Cappeau, qui avait de l’attirance pour la versification, écrivit un noël que l’épouse de l’ingénieur Laurey, chargé de construire le pont suspendu sur le Rhône, se proposa de chanter sur une musique qu’elle obtint d’Adolphe Adam, Directeur de l’Opéra comique. L’église de Roquemaure fut le théâtre de la création de ce noël qui connut une immense postérité bien au-delà des rives du Rhône. Le Marseillais Jean Monné réemploya la musique en 1869 pour son noël « l’iage d’or ».

  • 25 Cf. A. GIRAUD, Inventaire bibliographique des pastorales théâtrales en Provence, Marseille, 1984, (...)

18La pastorale, récit de nativité théâtralisé, née à Marseille avec l’ouvrier miroitier Antoine Maurel (1815-1897), puis son développement dans toute la Provence, a contribué à la survivance des chants de Noël. C’est pour la Noël 1842-1843 qu’a été jouée pour la première fois, dans une salle de la rue Nau à Marseille, cette forme de théâtre qui mêle dialogues parlés et chants. Si l’on compte environ 300 pastorales, la « Maurel » reste la plus populaire concurrencée parfois par L’Oulo d’Arpian (Marius Chabrand, 1904), La Neissènço dóu Crist (Joseph François Audibert en 1896 puis Joseph Fallen en 1901), Lou Proudigue (Abbé Gabriel Pinet, 1934), et, plus récemment, mais en français, La pastorale des santons de Provence d’Yvan Audouard, en 196025.

19Des compositeurs et poètes contemporains harmonisent et composent toujours des Noëls, même si leur nombre n’a rien à voir avec leurs devanciers des siècles précédents. On peut citer Henri Tomasi, Guy Morançon ou Guy Bonnet et Pierre Vouland dont la pastorale des enfants de Provence connaît un succès d’audience.

Des textes qui interrogent l’historien

20Jésus est-il né en « Provence, entre Avignon et les Saintes-Maries » ainsi que le chantait Robert Miras en 1974 ? Reprendre interrogativement cette affirmation formulée par un chanteur français semble évidente pour un historien qui se doit de faire connaître la vérité des textes. L’exégèse a montré scientifiquement que les événements de Noël se sont bien déroulés en Palestine au temps du roi Hérode, sous la domination romaine. Toutefois la lecture des chants de Noël laisse perplexe l’historien qui voit dans ces textes à la fois une surabondance d’anachronismes et des allusions permanentes à des événements historiques.

21Lieux et personnages des noëls sont illustrés dans leur grande majorité par les figurines que l’on peut voir dans les crèches et qui portent le nom de santons dont la naissance – dans leur configuration actuelle – remonte à la fin de la Révolution. Le premier des santonniers, Jean-louis Lagnel (1764-1822) trouva son inspiration auprès de ses contemporains. Il faut sans doute chercher dans la même direction l’origine de la muse des noëlistes. Il semble que plus on avance dans le temps, plus les anachronismes sont légion.

22Le premier des anachronismes est évidemment de faire parler l’ensemble des personnages en langue vulgaire, la langue d’oc. L’intérêt est double. D’une part, il s’agit de se faire comprendre d’un peuple qui parle et comprend mal le français. D’autre part, la fête de Noël reste éminemment populaire et la motivation religieuse est claire : en faisant parler les personnages des noëls comme ceux à qui ils s’adressent crée une sorte d’empathie propice à une appropriation des idées développées.

  • 26 H. MOUCADEL, Recherches sur Nicolas Saboly et les noëls provençaux du XVIIe siècle, op. cit., tome (...)

23Nicolas Saboly ne fait pas un grand usage de personnages anachroniques. Il y a d’abord ceux qui ne posent aucune difficulté d’anachronisme : l’enfant Jésus, Marie, Joseph, les anges et les bergers. Ceux-ci sont cités par les Évangiles canoniques. Mais il ne se prive pas de donner un prénom aux bergers : Cristòu (« Venès lèu, vèire la piéucello »), Tòni, Guihèn, Peiroun, Jouan, Estève, Sauvaire, ou Guihaume (« Pastre dei moutagno » et « Touro-louro-louro »). D’autres personnages évoquent les contemporains du compositeur. Les enfants de chœur (« Nautre sian d’enfant de cor ») dont les prénoms correspondent à ceux de l’église Saint-Pierre en 167026 se promènent en Judée et en Galilée. Le diable est cité plusieurs fois sous les noms de Satan, Lucifer ou le « banaru ».

24Le noël « Reviho-te, Nanan », attribué souvent à Saboly, met en scène le juif Nathan dont la femme appelle à la conversion et à la reconnaissance du Messie.

  • 27 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 110.

25Le chanoine Puech, d’Aix, eut l’idée assez étrange dans son noël Lei Boumian, de faire dire la bonne aventure à l’Enfant-Jésus par des bohémiens. Mais c’est un motif qui avait été développé par Lope de Vega27 et qui reçut l’approbation de l’Inquisition espagnole.

26Au XIXe siècle, avec la renaissance provençale, le genre « noélique » connaît un enrichissement de ses thèmes traditionnels et le peuple provençal est fortement présent dans les noëls, la pastorale contribuant également à ce développement. La thématique des offrandes portées à l’Enfant Jésus, qui existe déjà chez Saboly, est alors amplifiée. B. Chalvet dresse une longue liste de présents dans le noël « Courrèn à Betelèn » : un sifflet, une robe, une chemise, une fougasse, des œufs, un pot de miel, une chèvre. De même, le dixième noël de Taulignan met en scène les habitants du village qui chacun apportent leur présent à la crèche :

  • 28 Louis porte la poule,/ Nicolas le jambon,/ Petit Jean la semoule,/ Et Bérard le mouton,/ Etienne l (...)

Louis poarte la poule
Nicoulas lou chanboun
Picho Jouan la soumoule
Et Berard lou moutoun
Estieni lou formage
Per ly fayre un potage
Et Gabrien soun cousin
Un flascou de soun vin28

27On peut voir également dans la façon dont sont habillés certains personnages que la ressemblance avec les habits d’un berger de Palestine sont lointains. C’est le cas dans le noël « Li pastre » de Sabatier daté de 1852 :

  • 29 Donne-moi vite, Janette/mes pantalons de cadis/mon gilet de petite serge/et mon bonnet de la même (...)

Baio-me lèu Janeto
Mi braio de cadis,
Moun courset de sargeto,
E moun bounet metis,
Car me fau lèu ana
Vèire lou Diéu qu’es na29.

28La galerie des personnages décrits dans les noël est relativement variée. Auguste Boudin met en scène un pauvre à qui l’on a pris sa courge (lou Paure), un vagabond (Lou Barrulaire). Marius Girard évoque des bûcherons (Li Bouscatié). G. Azaïs met en scène les trois sœurs du mas de « Penriéu », Marie, Isabelle et Louisette. Le noël des Marseillais de Jean Monné (1869) fait se déplacer les portefaix et les poissonnières sans oublier le maire. Avec Glaup, en 1852, ce sont les avocats qui sont à l’honneur, même s’ils ne sont pas désirés à l’étable :

  • 30 Ils ont trop péché/les avocats/dit Joseph, nous ne les voulons pas !

An trop pecat
Lis avoucat,
Diguè Jóusè, li voulèn pas30 !

29B. Chalvet (1852) passe en revue différents artisans qui se repentent de pratiques peu honnêtes qu’ils attribuent au diable : la vente de brebis en lieu et place de moutons pour un boucher, le cabaretier coupant son vin avec de l’eau, le tailleur et sa femme rognant sur le tissu ou le cordonnier qui insérait du carton entre les semelles. Auguste Boudin, quant à lui, met en scène un soldat dénommé Balthazard dont la hallebarde brillait par miracle en pleine nuit (« Lou bon sóudard », 1861).

30Jusqu’aux animaux qui participent à la joie de l’année : deux pigeons chez Roumanille (Li dous pijoun), une véritable ménagerie dans « lou nouvè dei bèsti » de Jean-Baptiste Gaut (1852), la « catarineta » (coccinelle) de Freol de Magalouna ou des hirondelles (« La dindouleto », J.-B. Gaut, « De que fas dindouleto ? » et « Dindouleto ma mìo »).

  • 31 « La fille aveugle ».

31L’adoration devant la crèche est le théâtre de nombreux miracles : l’Enfant nouveau-né parle et fait des prodiges. Il permet par exemple un mariage (« un mariage à Betelèn » d’Albert Arnavielle, 1869). « La chato avuglo »31 (J. Roumanille) recouvre la vue. Les pastorales ont fait de ces événements le ressort de leur dénouement. Combien de boîteux ne claudiquent plus, de sourds entendent, de muets parlent ou de « bóumian » redeviennent honnêtes devant l’étable de Béthléem en Provence !

32Il y a même jusqu’au bon larron déjà présent devant la crèche dans le noël de Jules Canonge, « lou bon larroun ». Ses intentions coupables de dérober les présents offerts sont miraculeusement transformées. Le dernier couplet du chant annonce la scène de la passion :

  • 32 Quand sur la croix il sauva notre misère,/ le Rédempteur/trouva crucifié, comme lui sur le Calvair (...)

Quand sus la crous sauvè nosto misèro,
Lou Redemtur
Trouvè planta, coume éu, sus lou Calvèro,
Li dous voulur.
Lou bon larroun, en vesènt lou Sauvaire,
Cridè : « Perdoun ! »
E l’Ome-Diéu enmené vers soun Paire
Lou bon larroun,
Lou bon larroun32 !

33Si les anachronismes sont légion, il n’en reste pas moins qu’à travers eux nous est offert un témoignage sur des réalités historiques ou sociologiques contemporaines des auteurs.

  • 33 H. MOUCADEL, Recherches sur Nicolas Saboly et les noëls provençaux du XVIIe siècle, op. cit., p. 4 (...)

34Nicolas Saboly a eu la chance d’être étudié très récemment par Henri Moucadel qui a bien mis en évidence l’ensemble des allusions historiques parsemées dans les noëls. Il fête l’avènement du pape Clément IX en 1667, fait l’éloge du dévouement de M. d’Anguissole et de Mgr de Libelle lors de l’inondation du Rhône en novembre 1674. « Plus généralement, on s’aperçoit que les réalités locales sont plus présentes encore qu’on ne le pensait jusqu’ici, mais en filigrane, ce qui signifie qu’elles n’envahissent pas un texte à consonance foncièrement religieuse : citons par exemple les règlements relatifs aux auberges, aux vagabonds, à la propreté de la ville, le parcours des processions, les lieux de telle entrée royale ou des fêtes en l’honneur de la naissance du Dauphin. Tout cela s’ajoutant à l’évocation de divers faits “nationaux”, notamment plusieurs allusions à la guerre de Hollande, on peut affirmer que l’événementiel, chez Saboly, représente plus que la “poussière d’histoire” habituelle dans ce genre »33.

  • 34 M.-Cl. MAURON, « Iéu ai vist lou Piémount », in Lou Prouvençau à l’escolo, n° 73 (1976).

35Le noël « Iéu ai vist lou Piémount », attribué à N. Saboly, a été étudié par Marie-Claude Mauron34. Des événements nationaux y sont clairement évoqués : le traité de Westphalie en 1648, le traité des Pyrénées en 1659, le contrat de mariage entre Louis XIV et l’infante Marie-Thérèse et le mariage par procuration qui s’en est suivi à Bayonne le 3 juin 1660 de même que l’entrée triomphale à Paris de la reine le 26 août 1660. Le deuxième couplet évoque quant à lui un événement local : la visite de Louis XIV à Avignon en mars 1660. Auguste Marin avec le noël des marins écrit en 1886, nous permet d’évoquer un type de texte qui ne reprend pas le thème traditionnel du voyage à Béthléem mais qui évoque la fête de Noël telle qu’elle est vécue. Ici, ce sont les marins qui célèbrent la nativité sur une mer apaisée (bressarello). Dans le même registre se situait Auguste Boudin en 1859 avec « la Proucessioun de l’Inmaculado » à l’occasion de laquelle l’anachronisme est évident :

  • 35 Un berger qui prophétisait,/ dans l’étable de Béthléem,/ devant Marie, chantait ainsi,/ avec un vi (...)

« Un pastre que proufetisavo,
Dins l’estable de betelèn,
Davans Marìo ansin cantavo,
Em’un visage trelusènt:
Avignoun, la villo papalo,
Pèr prouclama la councepcioun,
A ’spandi sa raubo vierginalo ;
Moun Diéu, que bello proucessioun !
Jamai tant bello proucessioun35 !

36Ce noël est un compte rendu versifié de la grande procession qui eut lieu à Avignon en octobre 1859 pour l’inauguration de la statue de l’Immaculée Conception érigée sur le clocher de la cathédrale Notre-Dame des Doms. Le tableau dressé par A. Boudin est évocateur de la liesse qui s’est emparée d’Avignon à l’occasion de cet événement. La publication de ce texte en trois éditions distinctes chez des imprimeurs avignonnais (Bonnet Fils et François Seguin aîné) ainsi que dans la Revue des Bibliothèques paroissiales en 1859 et dans le Libre Calendau, un recueil de noëls anciens et modernes en 1865 et 1869 témoigne de l’élan de popularité que ce chant a suscité alors qu’il n’aurait pu être qu’un hymne de circonstance. Cette postérité est sans doute à mettre à l’actif en partie de l’archevêque d’Avignon, Mgr Debelay, qui a voulu témoigner ainsi, peu après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, de ses sentiments mariaux et ultramontains.

37Outre les détails historiques que l’on peut déceler dans certains noëls, l’intérêt de tels textes – au-delà de l’anachronisme – est bien évidemment d’offrir un portrait de la société contemporaine des auteurs eux-mêmes.

38On a bien là un reflet de la vie quotidienne qui donne aux noëls des sens multiples que nous allons voir maintenant.

Rôles et fonctions des noëls

39Il est possible d’attribuer aux noëls plusieurs fonctions. On peut en déceler une première à caractère politique, voire satirique. Le noël de Nicolas Saboly que nous avons déjà évoqué, « Iéu ai vist lou Piémount » dépasse le cadre strict d’une relation événementielle. La visite du roi à Avignon n’est rien à côté de ce que l’auteur a pu voir à Béthléem :

Bèn qu’acò fusse bèu, n’es pas rèn
Auprès de ce qu’ai vist dedins Betelèn.

40Et la paix qui s’est établie en Europe n’est pas à mettre au crédit de Louis XIV ou du cardinal Mazarin, mais bien de l’Enfant-Jésus :

Es verai qu’acò vèn dins lou tèm
Qu’aquéu qu’a fa la pas es dins Betelèn

41Se dégage une ironie dans le ton qui ne semble pas concorder avec les opinions pro-monarchistes de N. Saboly. On sait en effet que Saboly s’était rangé du côté des pevoulins, partisans du roi, lors de l’agitation avignonnaise entre 1652 et 1659. Ce noël, si toutefois il l’a écrit, démontre que le noéliste comtadin savait affirmer sa foi en Dieu avant celle du roi.

  • 36 La « quarantaine de Noël » (25 décembre-2 février) a été développée à Aix et Marseille par les Ora (...)

42Jusqu’au concile Vatican II le propre de la messe était chanté en grégorien et les noëls en langue vulgaire n’y avaient aucune place. Ceux-ci pouvaient être chantés avant ou après l’office ou bien dans les familles et sur une longue période allant du premier dimanche de l’Avent au 2 février36.

  • 37 A. GASTOUÉ, Le cantique populaire en France, 1924, p. 123-124.

43Cette place originale et marginale par rapport à la cérémonie elle-même a donné sans doute aux noëls un rôle de premier plan dans l’évangélisation. Quelques témoignages puisés dans la littérature nous indiquent la place qu’occupaient les noëls dans les familles. Ainsi, le chancelier Etienne Pasquier en 1571 : « En ma jeunesse c’estoit une coustume que l’on avoit tournée en cérémonie, de chanter tous les soirs, presque en chaque famille, des Nouëls qui estoient chansons spirituelles faicte en l’honeur de Nostre-Seigneur, lesquelles on chante encore en plusieurs églises pendant qu’on célèbre la grand’messe le jour de Nouël lorsque le prestre reçoit les offrendes »37.

  • 38 Dans une note du chant VII de Mirèio puis dans le chapitre II des Memòri e raconte.
  • 39 « De sept heures du soir à minuit, il y a cinq belles heures d’horloge qui sont longues comme un j (...)
  • 40 « Toute la table se levait (…) ; les saintes grâces dites, on faisait un rond devant la bûche béni (...)

44Concernant la Provence, les témoignages recueillis sont plus récents. Frédéric Mistral, alors qu’il a évoqué par deux fois les fêtes de la Nativité du Christ38, ne mentionne nulle part les chants. C’est son contemporain Joseph Roumanille qui en parle : « De sèt ouro sounado à mièjo-niu, i’a cinq bèllis ouro de reloge que soun longo coume un jour sèns pan, quand avès pas lou biais de lis acourchi : lis acourchiguerian, coume tant d’autre, en cantant (es de rigour) de Nouvè de Saboly, de Peyròu e de Roumaniho »39. Un autre témoignage vient confirmer celui-ci. Il s’agit du félibre de Notre-Dame, l’abbé Eugène Imbert, qui relate dans Lou Cacho-Fiò de 1881 ses souvenirs de Noël. Après la bénédiction de la bûche raconte-t-il, « touto la taulado s’aubouravo (…) ; li sànti gràci dicho, se fasié grand round davans lou cacho-fiò flamejant ; e, en avans Saboly ! Res avié pòu de s’enclouta lou gousié (…). Basto ! enjusco que mièjo-niue sounèsse, se calavo pas »40. Les fêtes de noël ont inspiré de nombreux autres écrivains de langue provençale ou française.

  • 41 Ph. PRÉVÔT, Antoine Peyrol (1709-1779), op. cit., p. 68.

45La fonction religieuse est ici nettement affirmée, étroitement liée à la famille. En effet, on ne chante pas des noëls seuls. Peyrol, qui n’envisageait pas immédiatement de faire publier ses noëls les composa toutefois pour un petit cénacle de parents et d’amis41.

46La démarche d’Auguste Boudin est différente. Ses noëls sont vendus au profit d’œuvres pieuses : « lou Bon sóudard » pour les conférences de Saint-Vincent-de-Paul, « la proucessioun de l’Inmaculado » pour la Nouvelle Nativité de la paroisse de Saint-Agricol à Avignon.

  • 42 Y. ESQUIEU, « Autour des Noëls de Notre-Dame des Doms : la musique des campagnes provençales au XV (...)
  • 43 J. QUÉNIART dir., Le chant, acteur de l’histoire, op. cit., p. 351-352.

47Ce qu’il faut souligner ici, est la fonction catéchétique des noëls. Des paroles facilement mémorisables portée par une musique populaire permettent une pénétration en profondeur du sens de la fête de Noël. Il est nécessaire en effet de tenir compte des mélodies que nous ne pourrons pas évoquer, ne faisant pas œuvre de musicologie. Yves Esquieu42 reconnaît dans les noëls de Notre-Dame des Doms les thèmes de plusieurs chansons populaires ou savantes ainsi que des airs de danse. Nicolas Saboly n’a semble-t-il pas composé les musiques de ses noëls. Hormis « Ailas que noun aurié piéta » qui porte la mention « air nouveau », tous les autres noëls sont composés sur des airs vraisemblablement connus. L’objectif visé était une diffusion avant tout populaire et les felibres du XIXe siècle vont reprendre en grande partie cet usage. Mais il faut être conscient des risques du réemploi de mélodies qui, en voulant effacer les paroles profanes anciennes les maintiennent dans les faits43.

Conclusion

48Le chant, et tout particulièrement les chants de noël sont sans doute des acteurs d’une histoire de la religion populaire. Par leurs paroles en langue vulgaire, par leur musique simple et par leurs thèmes récurrents ils offrent à l’ensemble de la population la possibilité de participer à la fête de Noël, fête populaire par excellence. Transparaît par-delà les textes un souci pédagogique et catéchétique : révéler à tous les hommes la nouvelle de la naissance du Christ, événement fondateur pour le christianisme.

  • 44 J. QUÉNIART dir., Le chant, acteur de l’histoire, op. cit., p. 355.

49Si le chant s’impose comme élément d’identification ou d’appartenance locale44, les noëls participent sans aucun doute de ce phénomène. Le processus identitaire joue à plein dans le cadre d’une fête annuelle célébrée en langue provençale et ornée d’une grande variété de coutumes (blé de la sainte-Barbe, crèches, santons, pastorales, caho-fiò – bénédiction d’une bûche par le plus vieux et le plus jeune de la maison –, pastrages – offrande d’un mouton à l’église –, pastorales). Cet esprit de fête collective se retrouve dans d’autres pays et d’autres traditions et constitue un très fort marqueur identitaire.

50Se pose tout de même le problème d’une tradition figée. Les noëls et les images qu’ils véhiculent apparaissent comme immuables. Les tentatives récentes d’adapter à la société contemporaine les pastorales ou les noëls ne rencontrent pas encore un large succès. La modernité s’est peu aventurée sur le terrain de la fête de Noël et les chants traditionnels, justement, en sont un témoignage éloquent.

Notes

1 J. QUÉNIART dir., Le chant, acteur de l’histoire, Rennes, 1999, 359 p.

2 D. ARBAUD, Chants populaires de la Provence, Aix, 1862, tome 2, p. 215.

3 P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », in Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 14e année, 1928, p. 124-279.

4 Il a été trouvé en 1885 dans la reliure d’un volume de minutes notariales de 1684.

5 Le recueil contient en outre 74 noëls en langue française.

6 Y. ESQUIEU, « Autour des Noëls de Notre-Dame des Doms : la musique des campagnes provençales au XVIe siècle », Provence Historique, tome XXX, fascicule 121, juillet-août-septembre 1980, p. 237-250.

7 D. ARBAUD, Chants populaires de la Provence, op. cit., tome I, p. 23.

8 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, Paris, Bruxelles, Genève, s.d. [1879].

9 Jean Chapelon, de Saint-Étienne-en-Forez (1648-1695).

10 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 106.

11 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 110.

12 Cf. P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 164.

13 H. MOUCADEL, Recherches sur Nicolas Saboly et les noëls provençaux du XVIIe siècle, Thèse de Doctorat, Aix-Marseille I, 1997.

14 La liste en est publié par P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 176-178.

15 Les Noëls de Taulignan en langue d’oc du XVIIe siècle, Édition, introduction et notes de Jean-Claude Rixte, traduction française de Marie-Christine Coste-Rixte, Taulignan et Montélimar, 2000.

16 Cf. Ph. PRÉVÔT, Antoine Peyrol (1709-1779), slnd [1933], 119 p.

17 P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 218.

18 « Deux chants religieux en Provençal recueillis par J.-J.-T. Bonnet », Provence Historique, tome XXXV, fascicule 142, 1985, p. 447-451.

19 Nouveau recueil de Noëls sur des airs connus et faciles, Avignon, chez Antoine Aubanel, 1803, 42 p.

20 A. PAYARD, Noëls de Joseph Arnaud, Culture provençale et Méridionale, Raphèle-lès-Arles, 1980.

21 P. PANSIER, « Les Noëls à Avignon du XIVe au XIXe siècle », art. cit., p. 262.

22 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 176.

23 Trésor des Noëls provençaux, avec musique et illustrés, Raphèle-lès-Arles, 1981.

24 Cl. ROZIER, Histoire de dix cantiques, Paris, 1966, p. 147.

25 Cf. A. GIRAUD, Inventaire bibliographique des pastorales théâtrales en Provence, Marseille, 1984, 71 p.

26 H. MOUCADEL, Recherches sur Nicolas Saboly et les noëls provençaux du XVIIe siècle, op. cit., tome 1, p. 41.

27 Abbé P. TERRIS, Les Noëls, essai historique et littéraire, op. cit., p. 110.

28 Louis porte la poule,/ Nicolas le jambon,/ Petit Jean la semoule,/ Et Bérard le mouton,/ Etienne le fromage/pour lui faire un potage/et Gabriel, son cousin,/ un flacon de son vin. Les Noëls de Taulignan en langue d’oc du XVIIe siècle, op. cit., p. 60.

29 Donne-moi vite, Janette/mes pantalons de cadis/mon gilet de petite serge/et mon bonnet de la même matière/car il me faut vite aller/voir le Dieu qui est né.

30 Ils ont trop péché/les avocats/dit Joseph, nous ne les voulons pas !

31 « La fille aveugle ».

32 Quand sur la croix il sauva notre misère,/ le Rédempteur/trouva crucifié, comme lui sur le Calvaire/les deux voleurs./ Le bon larron, en voyant le Sauveur,/ cria : « pardon ! »/ et l’Homme-Dieu emmena chez son Père/le bon larron !

33 H. MOUCADEL, Recherches sur Nicolas Saboly et les noëls provençaux du XVIIe siècle, op. cit., p. 41.

34 M.-Cl. MAURON, « Iéu ai vist lou Piémount », in Lou Prouvençau à l’escolo, n° 73 (1976).

35 Un berger qui prophétisait,/ dans l’étable de Béthléem,/ devant Marie, chantait ainsi,/ avec un visage illuminé :/ Avignon, la ville pontificale,/ pour proclamer la Conception/a étendu sa robe virginale ;/ mon Dieu, quelle belle procession !/ on n’a jamais vu si belle procession !

36 La « quarantaine de Noël » (25 décembre-2 février) a été développée à Aix et Marseille par les Oratoriens vers 1650 qui désiraient favoriser la dévotion à l’Enfant Jésus (voir les travaux de Régis Bertrand)

37 A. GASTOUÉ, Le cantique populaire en France, 1924, p. 123-124.

38 Dans une note du chant VII de Mirèio puis dans le chapitre II des Memòri e raconte.

39 « De sept heures du soir à minuit, il y a cinq belles heures d’horloge qui sont longues comme un jour sans pain, quand vous ne savez pas comment les raccourcir : nous les raccourcîmes, comme tant d’autres, en chantant, (c’est de rigueur) des Noëls de Saboly, de Peirols et de Roumanille ».
Armana prouvençau pèr lou bèl an de Diéu 1855, p. 46.

40 « Toute la table se levait (…) ; les saintes grâces dites, on faisait un rond devant la bûche bénie en train de brûler ; et en avant Saboly ! Personne avait peur de se déformer le gosier (…). Bref ! Jusqu’à ce que minuit sonnât, on n’arrêtait pas ».

41 Ph. PRÉVÔT, Antoine Peyrol (1709-1779), op. cit., p. 68.

42 Y. ESQUIEU, « Autour des Noëls de Notre-Dame des Doms : la musique des campagnes provençales au XVIe siècle », art. cit., p. 247.

43 J. QUÉNIART dir., Le chant, acteur de l’histoire, op. cit., p. 351-352.

44 J. QUÉNIART dir., Le chant, acteur de l’histoire, op. cit., p. 355.

Auteur

Agrégé et docteur en Histoire – Avignon

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540