Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nativité et le temps de Noël

 | 
Régis Bertrand

Les dévotions du temps de Noël au miroir des confréries des XVIIe et XVIIIe siècles

Bernard Dompnier

Texte intégral

  • 1 Liturgistes et historiens ont souvent rivalisé dans ces oppositions faciles, les premiers ayant un (...)
  • 2 Cette démarche est notamment présentée et mise en œuvre dans B. DOMPNIER (éd.), La circulation des (...)

1L’historien des mentalités et des sensibilités religieuses, désireux de cerner au plus près la piété des catholiques des siècles passés, cherche tout à la fois à connaître quelle place occupait chacune des fêtes dans la vie religieuse et quelle coloration spirituelle l’accompagnait. Le calendrier et les livres liturgiques apportent une première réponse à ces questionnements, par leurs informations sur la forme des rites et le contenu des offices. Mais il faut aller plus avant et, pour cela, entreprendre une analyse des dévotions, sous l’angle de leur agencement par rapport aux fêtes de l’Église. Une telle démarche permet de dépasser les antagonismes aussi simples qu’erronés entre le clérical et le « populaire » ou entre la liturgie et la dévotion « privée »1 ; elle postule au contraire que le calendrier des fêtes fournit une trame sur laquelle viennent se fixer, en grappes plus ou moins denses, des objets et des pratiques de dévotion. Les ensembles ainsi formés, particulièrement labiles, présentent des configurations changeantes selon les dates et les lieux, d’où leur principal intérêt pour l’historien : ce qui est saisi n’est nullement une image presque intemporelle de la piété, mais un ensemble de démarches dévotionnelles situées et datées, qui dévoilent les accents et les tonalités qui imprègnent la célébration des fêtes du point de vue de la spiritualité2.

2L’approche proposée, appliquée au temps de Noël, doit permettre de mesurer la place du « cycle des Douze jours » dans le calendrier dévotionnel des XVIIe et XVIIIe siècles et d’évaluer la part respective de chacune des fêtes qui le composent ; surtout, elle aide à comprendre autour de quels objets principaux la dévotion s’organise en cette période de l’année ; elle suggère aussi la diversité – ou l’inégal « succès » – que ces derniers peuvent rencontrer dans les diverses parties de la catholicité.

Les titres et les fêtes des confréries

3Le choix de conduire l’investigation à partir des confréries s’explique aisément : la croissance de leur nombre aux XVIIe et XVIIIe siècles, leur ample diffusion géographique, leur perméabilité aux orientations nouvelles de la piété et de la spiritualité sont autant de facteurs qui invitent à les prendre comme des indicateurs privilégiés des mutations dévotionnelles à l’échelle de la catholicité. Surtout, chaque confrérie porte un titre renvoyant selon les cas à un patronage (tel saint Joseph) ou à un objet (par exemple les âmes du Purgatoire). La fréquence d’une titulature témoigne ainsi du « succès » d’une dévotion et, au-delà, d’une forme de sensibilité religieuse ; l’historien peut de la sorte aller au-delà du seul inventaire des formes dévotionnelles et prendre la mesure de la faveur que rencontre chacune. D’autre part, toute confrérie solennise un certain nombre de fêtes au cours de l’année, et plus particulièrement l’une d’entre elles qui correspond ordinairement au jour où les confrères peuvent bénéficier d’une indulgence plénière. Parfois, le lien entre titulature et fête relève de l’évidence, comme pour la plupart des associations placées sous le patronage d’un saint, dont les principales cérémonies ont lieu le jour où l’Église fait mémoire de celui-ci. Pour l’historien, le cas des confréries dont le titre ouvre la possibilité à diverses solennités présente davantage d’intérêt car il permet, dans ce jeu subtil entre une titulature et l’éventail des fêtes possibles, de saisir au plus près ce que l’on se propose de dénommer la « dévotion » des confréries.

  • 3 Sur la place de l’indulgence dans le catholicisme moderne, on consultera en particulier J. DELUMEA (...)
  • 4 Cette rubrique, particulièrement importante pour le présent propos, est aussi celle qui est la moi (...)
  • 5 Un exploitation méthodique des registres de brefs et des archives des archiconfréries a été entrep (...)

4Il va de soi que la validité d’une analyse de ce type dépend en grande partie des garanties offertes par le corpus dépouillé, qui doit répondre aux deux critères essentiels de l’approche sérielle : l’importance du volume d’informations disponibles et l’homogénéité du corpus. On s’en doute, la collecte des renseignements dans les archives locales ne conduirait pas très loin et ne permettrait pas les comparaisons souhaitées dans le temps et dans l’espace. La source exploitée ici est assez logiquement romaine, la capitale de la catholicité conservant dans ses archives des documents relatifs à toutes les contrées soumises à l’autorité pontificale3. Il s’agit en l’occurrence des registres d’indulgences expédiées par la Secrétairerie des brefs aux confréries qui en faisaient la demande. Au nombre de 40 000 environ pour une période qui court du milieu du XVIIe au milieu du XIXe siècle, d’une rédaction très stéréotypée comme le veut le genre, ces brefs apportent pour chacune des confréries bénéficiaires – situées dans les diverses contrées de la catholicité – une riche série d’informations : titulature et patronage, localisation géographique (avec notamment l’indication du diocèse), nature de l’église où l’association a son siège (église paroissiale, couvent, chapelle…), date de l’indulgence plénière annuelle4, date de la concession du bref. Certes, on pourrait objecter que, malgré son ampleur, un tel corpus ne correspond qu’à une très faible part des confréries présentes dans les limites de la catholicité de l’époque moderne et que rien ne permet de conclure à sa réelle représentativité. Trois éléments peuvent être apportés en réponse. Le premier est fourni par l’analyse de la source elle-même : des vérifications l’ont prouvé, les confréries qui sollicitent un bref le font souvent peu après leur fondation ou leur restauration ; elles reflètent donc l’innovation en matière dévotionnelle, observation essentielle dans la perspective d’une étude des mutations de la piété à l’époque de la Réforme catholique. Il faut ensuite tenir compte que les informations contenues dans les registres des brefs peuvent être croisées avec une autre source romaine, indépendante mais complémentaire, celle des agrégations aux archiconfréries, qui fournit des données du même type pour des ensembles relativement cohérents sur le plan dévotionnel. Enfin, l’objectif n’est pas une impossible inventaire exhaustif, mais bien le repérage de lignes de force, permettant la formulation d’hypothèses et de pistes de recherche, que viendront utilement approfondir, vérifier ou infirmer les travaux conduits à partir d’autres sources. La difficulté réside plutôt, dans l’immédiat, dans l’exploitation méthodique du corpus, tâche encore peu avancée, ce qui contraint à ne proposer présentement que les résultats d’un échantillonnage5.

Échantillon

1653-1662

1676-1684

Nombre de confréries (date de fête connue)

2063

1423

Fête-Dieu

158

75

Assomption

120

87

Saint Antoine de Padoue

104

29

Saint Joseph

100

68

Nativité de la Vierge

90

59

Invention de la Croix

81

53

Conception de la Vierge

75

79

Défunts

66

25

Noël

58

20

Rosaire

47

14

Circoncision

44

23

Annonciation

42

35

Total des 12 fêtes retenues

985
48 %

567
40 %

Fig. 1. Les fêtes des confréries. Dates les plus fréquentes

  • 6 Les 2 063 confréries dont la date de la fête est connue représentent 82,9 % de l’ensemble.
  • 7 En fait, les confréries du Saint-Sacrement sont peu présentes dans le corpus des brefs, puisqu’ell (...)
  • 8 Parmi les confréries dont la fête est située le jour de la fête d’un saint, beaucoup sont des conf (...)

5Le premier sondage proposé porte sur les années 1653-1662, avec un échantillon de 2 488 brefs6. Sans que cela surprenne vraiment, on observe une grande dispersion des dates des fêtes. Toutefois, les douze d’entre elles qui apparaissent avec plus de 40 occurrences chacune correspondent à un ensemble de 985 brefs et rassemblent 48 % des confréries dont la fête est connue. La Fête-Dieu est la date choisie le plus fréquemment en un temps où l’intense promotion du culte eucharistique se traduit notamment par la multiplication des confréries du Saint-Sacrement7. Si l’Assomption ne vient qu’en deuxième place, l’ensemble des fêtes de la Vierge représente au total 38 % des dates retenues par les confréries. Rassemblant chacun un peu plus de 5 % des confréries autour de leur solennité, saint Joseph et saint Antoine de Padoue apparaissent comme les protecteurs dont le culte se répand au XVIIe siècle, avec le concours actif des ordres religieux. Le temps de Noël, quant à lui, ne prend place que dans la seconde moitié de cette liste des douze principales fêtes, avec deux mentions toutefois : la Nativité (58 occurrences) et la Circoncision (44 occurrences). Même en ajoutant les 10 solennités qui sont placées à l’Épiphanie et les 17 situées un autre jour du cycle8, ce ne sont donc environ que 6 % des confréries qui choisissent alors de célébrer leur fête annuelle au temps de Noël. Un quart de siècle plus tard, les grands équilibres observés ne se modifient que très légèrement ; tout au plus, la dispersion des solennités est-elle un peu plus grande puisque les douze fêtes retenues ne représentent plus que 40 % du total. Au rang des solennisations en progrès, se distingue particulièrement le cycle de la Vierge, qui rassemble désormais 48 % des fêtes des confréries, mais qui connaît aussi des reclassements internes : le Rosaire, qui bénéficie à cette date d’un réseau de confréries déjà bien implanté, est désormais peu présent dans les demandes de brefs, alors que l’Annonciation et surtout la Conception de la Vierge apparaissent comme des dévotions en essor. Noël et la Circoncision, de leur côté, ne trouvent place qu’en fin de la liste des douze fêtes retenues.

Fête

Titulatures

Géographie

Siège

Noël (58)

Fam. de l'Enfant J. : 27
Enfant Jésus : 11
Sainte Famille : 8
Divers (5 tit) : 12

France : 51
Pénins. Ibér. : 5
Italie : 1
Monde germ. : 1

Oratoriens : 19
Ursulines : 9
Autres ordres (11) : 14
Paroisses-chapelles : 16

Circoncision (44)

Saint Nom de Jésus : 21
Jésus-Marie-Joseph : 5
Âmes du Purgatoire : 4
Divers (12 tit) : 14

Pénins. Ibér. : 17
France : 15
Italie : 5
Monde germ. : 5

Paroisse-chapelles : 38
Franciscains: 3
Augustins: 2

Épiphanie (10)

Épiphanie (Rois) : 2
Saint-Sacrement : 2
Jésus-Marie-Joseph : 2
Saint Nom de Jésus : 1

Italie : 5
France: 3
Pénins. Ibér.: 2

Paroisses- chapelles : 7
Franciscains: 2
Bénédictins: 1

Fig. 2. Les fêtes du temps de Noël les plus solennisées par les confréries (1653-1662)

  • 9 La faible présence de l’Italie s’explique par le rôle plus grand que l’agrégation aux archiconfrér (...)
  • 10 La place de Noël et de la Circoncision serait sans doute augmentée par la prise en compte des conf (...)

6En revenant au premier échantillon, l’analyse peut être approfondie en recherchant quelles sont les confréries qui solennisent Noël et la Circoncision. Celles qui choisissent le 25 décembre pour fête principale sont ordinairement placées sous le vocable de l’Enfant Jésus, qu’elles soient dites Pueri Jesu ou Infantis Jesu (11 confréries), ou qu’elles portent le titre de Familia Infantis Jesu (27 cas) ; mais on rencontre aussi à cette date 8 confréries de la sainte Famille. Très majoritairement (51 des 58 occurrences), les confréries qui solennisent Noël sont françaises. Enfin, les indications sur leur siège laissent entendre que deux familles religieuses jouent un rôle majeur dans la diffusion des dévotions évoquées par les titulatures : 19 associations sont établies dans une église des oratoriens, 9 dans un monastère d’ursulines. Le groupe des confréries qui choisissent la fête de la Circoncision pour gagner leur indulgence annuelle ne présente pas une grande homogénéité de caractères, puisque les 44 associations concernées se dispersent entre 15 titulatures différentes, même si l’une d’elles vient largement en tête de cette série : près de 50 % de ces confréries sont en effet placées sous le patronage du Saint Nom de Jésus. L’implantation géographique de ces confréries est également assez variée, même si deux pays – l’Espagne et la France – en abritent les trois quarts9. Par ailleurs, si l’on considère qu’une implantation conventuelle des confréries traduit la nouveauté dévotionnelle, alors que les paroisses abriteraient plutôt les formes de la piété devenues familières, il faut conclure que les titulatures rencontrées en association avec la Circoncision sont acceptées depuis longtemps, puisque la plupart des confréries concernées ont leur siège dans des églises paroissiales ou des chapelles10. Il faut enfin relever que les titulatures associées à la Circoncision se rencontrent aussi à d’autres dates du calendrier liturgique : certaines confréries placées sous le patronage de Jésus, Marie et Joseph ou du Saint Nom de Jésus choisissent de solenniser plutôt l’Épiphanie ou la fête du Saint Nom de Jésus.

  • 11 Cette statistique porte sur l’ensemble des titulatures déjà repérées comme liées au temps de Noël, (...)

7Les observations précédentes mettent en relief une poignée de titulatures de confréries associées plus ou moins étroitement au temps de Noël, dont il est possible de tenter une pesée globale entre le milieu du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe, à travers cinq coupes de 2 000 à 2500 brefs chacune11.

Fig. 3. Les principales titulatures liées au temps de Noël

  • 12 Les saints dont la fête se célèbre pendant le cycle des Douze jours ne connaissent globalement qu’ (...)

8Deux dévotions se distinguent au sein de l’ensemble ainsi dessiné. Tout d’abord, malgré un tassement progressif, les confréries placées sous le titre du Saint Nom de Jésus bénéficient tout au long de la période d’un important succès. À l’exception de la coupe située à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, elles occupent toujours la première place parmi les titulatures retenues. Le groupe constitué par les diverses confréries dédiées à l’enfance de Jésus, qui rassemble les trois titulatures Enfant Jésus, Famille de l’Enfant Jésus et Jésus de Nazareth, présente de son côté une effectif presque équivalent au précédent, mais avec une distribution chronologique beaucoup plus irrégulière. Enfin, le pôle que constituent les confréries de la sainte Famille d’une part, de Jésus, Marie et Joseph de l’autre, apparaît en léger retrait par rapport aux deux autres. Il forme cependant un ensemble significatif, qui se détache nettement des autres titulatures liées au temps de Noël, réduites à la portion congrue : seules 6 confréries sont dédiées à la Nativité de Jésus et 5 à l’Épiphanie (confréries ordinairement dites « des Trois Rois »)12. Globalement, les confréries de la Réforme catholique, tout en célébrant les grands épisodes de la vie de Jésus par le choix de leurs fêtes, semblent placer au cœur de la démarche qu’elles proposent les états du Christ, ou encore les modèles de comportement que représente son entourage, choisissant des intitulés qui rappellent aux fidèles quelles principales vertus sont attendues de ceux qui s’enrôlent dans leurs rangs.

Les dévotions liées à la Nativité et à l’enfance du Christ

9Chacun des trois ensembles de confréries mis en évidence présente des traits spécifiques du point de vue de son extension géographique, de son histoire, des réseaux qui propagent la dévotion, ou encore des accents spirituels. Tous, par ailleurs, n’accordent pas la même place au temps de Noël dans le calendrier de leurs fêtes. L’étude des aspects particuliers de chacune de ces familles dévotionnelles appellerait le dépouillement d’archives de confréries et l’analyse de la littérature éditée à leur intention. Mais, en amont d’une telle recherche, l’exploitation des brefs d’indulgences permet d’esquisser quelques pistes pour les travaux à venir.

Les confréries du Saint Nom de Jésus

  • 13 Les remarques sur la date des fêtes valent particulièrement pour les confréries qui obtiennent un (...)
  • 14 Dictionnaire de Spiritualité, t. 8, col. 1118, s.v. « Jésus (Nom de) ».
  • 15 Ibid., col. 1123 ; Dom P. GUÉRANGER, L’année liturgique. Le temps de Noël, t. 1, 20e éd., Tours, 1 (...)
  • 16 Indulgences, statuts, reglements et prières pour servir aux Confrères et consoeurs de la Confrérie (...)
  • 17 Fr. BERINGER, Les indulgences. Leur nature et leur usage, traduction française Ph. Mazoyer, Paris, (...)
  • 18 A. CABANTOUS, Histoire du blasphème en Occident. XVIe-XIXe siècle, Paris, 1998, p. 44-46.
  • 19 Archivio Segreto Vaticano, Gonfalone, 1238.

10Avec plus de 150 occurrences, il s’agit du type de confréries le plus fréquent parmi ceux qui retiennent notre attention. Ces groupements choisissent fréquemment pour fête principale la Circoncision13, jour de l’imposition du nom à l’enfant dans la tradition juive ; dés le XIVe siècle, les prédicateurs plaçaient à cette date du calendrier liturgique leurs sermons consacrés au Nom de Jésus14. D’autres confréries préfèrent toutefois retenir une date de la mi-janvier (du 13 au 15) pour leur fête, choix qui s’explique par la présence d’une fête du Saint Nom de Jésus le 15 janvier dans certains calendriers liturgiques à partir du XVe siècle, avant qu’Innocent XII, en 1721, ne fixe la solennité au deuxième dimanche après l’Épiphanie15. Les confréries du Saint Nom de Jésus se rencontrent surtout en France (54 occurrences dans le corpus) et en Espagne (41) ; dans la péninsule italienne (27), elles sont principalement présentes dans les contrées sous domination espagnole. Quelques sondages dans d’autres sources permettent de confirmer leur fréquence en France, où des manuels sont édités, comme à Reims en 1704 ou Paris en 171616. Pendant toute la période étudiée, le siège des confréries du Saint Nom de Jésus est le plus souvent établi dans les églises paroissiales (65 % des cas). Dans 10 % des cas, toutefois, ces groupements sont hébergés dans une église de Mendiants (franciscains, et surtout dominicains), souvenir d’une époque où ces ordres avaient propagé la dévotion : les dominicains espagnols s’étaient montrés particulièrement zélés à son égard au XVIe siècle, et le Général de l’ordre avait reçu de Paul V, en 1606, le pouvoir d’ériger des confréries du Saint Nom de Jésus dans toutes les églises publiques17. Lorsque la titulature des confréries associe d’autres éléments à ce patronage, les pratiques semblent varier avec le temps : ce sont tout d’abord les titres de la Vierge, avec évocation de la Passion du Christ ou des fins dernières, qui se rencontrent le plus fréquemment ; puis, au XVIIIe siècle, le culte du Nom de Jésus semble se rapprocher de celui de la sainte Famille, avec en particulier l’apparition de la titulature l’associant à la Vierge et à saint Joseph. Toutefois, en raison de la progression de la dévotion à saint Joseph comme patron de la Bonne Mort, on est invité à penser qu’il s’agit davantage d’une inflexion que d’une véritable rupture par rapport aux groupements de dévotions proposés par les titulatures composées du XVIIe siècle. L’invocation du Nom de Jésus demeure ainsi tout au long des deux siècles un rempart pour les fidèles, notamment au moment de l’agonie. Parallèlement, les confréries placées sous ce patronage remplissent fréquemment une fonction de disciplinement social, en s’engageant pour certaines d’entre elles dans la lutte contre le blasphème18. Est-ce cette visée qui les conduit parfois, comme celle de Valréas, à associer à leurs activités pieuses l’assistance des prisonniers et des condamnés à mort19 ? L’hypothèse mérite d’être avancée.

Les confréries de l’Enfant Jésus

  • 20 On notera toutefois que certaines confréries, en Provence et dans le Comtat, choisissent le 15 jui (...)

11Même si certaines confréries de l’Enfant Jésus choisissent au XVIIIe siècle de solenniser le deuxième dimanche après l’Épiphanie et de rapprocher ainsi leur dévotion de celle adressée au Nom de Jésus, la plupart privilégient le temps de Noël pour leur fête principale ; au XVIIe siècle, près de la moitié d’entre elles la placent même le jour même de la Nativité du Christ, les autres optant pour la Circoncision ou pour l’Épiphanie20. Fortement homogène sur le plan dévotionnel, ce groupe de confréries ne l’est pas moins du point de vue de son implantation géographique ou de la chronologie de l’obtention des brefs. Le royaume de France abrite en effet à lui seul 75 % des confréries de l’Enfant Jésus, dont les demandes de brefs sont fortement regroupées sur la seconde moitié du XVIIe siècle. Les mêmes traits se retrouvent, de manière encore plus accusée, avec les confréries de la Famille de l’Enfant Jésus. Le corpus constitué en compte 33, toutes localisées en France et appartenant toutes au même échantillon des registres de brefs (la décennie 1653-1662). Ajoutons encore que 27 d’entre elles placent leur fête principale le jour de Noël. Tout invite donc à les rapprocher des confréries de l’Enfant Jésus. De fait, il s’agit bien d’une même dévotion dont l’histoire, déjà retracée dans ses grandes lignes, se précise à l’examen des brefs d’indulgences romains.

  • 21 Sur cette question, nous empruntons largement à l’article d’I. NOYE dans le Dictionnaire de Spirit (...)
  • 22 R. BERTRAND, « Carmes et confréries en Provence (XVIIe-XIXe siècle) », in B. HOURS (éd.), Carmes e (...)

12On connaissait déjà le rôle tenu par l’Oratoire de France dans la diffusion de cette dévotion. On savait aussi que l’intérêt de la congrégation pour celle-ci s’explique certes par l’insistance théologique de son fondateur, Pierre de Bérulle, sur le thème de l’Enfance du Verbe incarné, emprunté au Carmel thérésien, mais aussi – et de manière peut-être plus déterminante encore – par l’influence de Marguerite du Saint-Sacrement, carmélite de Beaune et véritable propagandiste du culte de l’Enfant Jésus21. Un des membres de la congrégation, Joseph Parisot, qui avait été le confesseur de la carmélite, en devient un biographe et fonde des confréries de la Famille de l’Enfant Jésus en Provence lorsqu’il est nommé à la tête de l’Oratoire d’Aix22. Précisément, l’intérêt des registres des brefs est de montrer que l’attitude de Parisot n’est pas isolée. Alors que l’on souligne ordinairement que la dévotion née au carmel de Beaune ne donne que rarement naissance à de véritables confréries, mais prend plutôt le tour de réseaux informels, il apparaît clairement que les oratoriens érigent des confréries en d’assez nombreuses villes et en des régions variées ; si la Provence constitue un pôle important, avec des fondations dans les diocèses d’Aix, de Fréjus ou de Grasse, beaucoup d’autres régions connaissent la dévotion par l’intermédiaire de la congrégation, tels les diocèses de Lyon, de Langres ou encore de La Rochelle, de Bourges, de Chartres ou de Troyes. En plus des associations dites de la Famille de Jésus Enfant, les églises oratoriennes abritent encore des confréries simplement dénommées de l’Enfant Jésus, qui apparaissent dès le premier échantillon analysé (années 1650), mais encore au-delà, signe peut-être de fondations plus tardives ; on rencontre ainsi dans les registres romains des mentions relatives aux diocèses de Grenoble en 1677, de Rouen en 1680. Toutefois, les sondages effectués dans les brefs du XVIIIe siècle ne mentionnent plus de confréries dans les églises des oratoriens.

13Outre la congrégation fondée par Bérulle, les ursulines s’emploient également au rayonnement de la dévotion à l’Enfant Jésus par l’intermédiaire de confréries. Celles que l’on rencontre dans leurs églises sont assez souvent dites de la Famille de l’Enfant Jésus, comme chez les oratoriens ; d’autre part, la chronologie des mentions romaines est identique à celle déjà rencontrée : elles sont surtout présentes dans le premier échantillon, plus faiblement dans celui des années 1670-1680, puis disparaissent totalement. Ces caractères manifestent clairement que les ursulines participent directement des mêmes réseaux que les oratoriens, ceux qui se mettent en place autour du carmel de Beaune pour relayer la dévotion de Marguerite du Saint-Sacrement. Si l’on se déplace ensuite dans les années 1670-1680, on constate que la dévotion, toujours assez étroitement cantonnée dans l’espace français (21 des 25mentions de l’échantillon), est désormais devenue un bien commun : les confréries se rencontrent dans les églises conventuelles d’une dizaine de familles religieuses différentes ; surtout, 11 ont leur siège dans une église paroissiale. Mais ce processus assez courant d’élargissement de l’assise de la dévotion au-delà des églises de ses premiers propagandistes, connaît un rebondissement peu ordinaire dans le cas présent. À la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, si les paroisses continuent d’abriter la majorité des confréries mentionnées, les églises du Carmel, jusqu’alors absentes, apparaissent de manière significative (7 des 21 mentions), notamment dans l’espace français (diocèses de Paris, Rennes, Vannes, Toul, Verdun). Dans tous les cas, il s’agit de la branche masculine de l’ordre, ce qui suggère que l’héritage de la spiritualité thérésienne de l’Enfance du Christ a suivi ici d’autres voies que celle de l’Oratoire et du carmel de Beaune.

  • 23 Il convient de relever que la confrérie romaine de Gesù Nazareno, reconnue officiellement en 1775, (...)
  • 24 Sur cette orientation de la dévotion, que Jeanne Perraud contribue à développer, H.BREMOND, Histoi (...)
  • 25 Je remercie Régis Bertrand d’avoir attiré mon attention sur ce point dans la discussion qui a suiv (...)
  • 26 Pour une évocation d’autres aspects de la dévotion à Jésus enfant que ceux rencontrés dans les bre (...)

14En Espagne et dans son empire, où les confréries de l’Enfant Jésus sont rares, se rencontrent en revanche des associations dites de Jésus de Nazareth, qui fleurissent aussi – quoique plus tardivement – en Pologne, à l’initiative des Trinitaires23. Ces confréries solennisent soit la Circoncision, soit l’une des deux fêtes de la Croix, ce qui témoigne d’une orientation dévotionnelle sensiblement différente de celle des confréries françaises. Le choix de la Circoncision invite à rapprocher ces confréries de celles du Saint Nom de Jésus, dont on a vu l’importance en Espagne ; l’insistance sur la Croix évoque pour sa part une autre facette spirituelle de la dévotion à l’Enfant Jésus, celle qui le présente chargé des instruments de la Passion24 ; le lien entre les diverses fêtes retenues par ces confréries est, quant à lui, à rechercher sans doute dans la préfiguration de la Passion que les auteurs spirituels voient dans la circoncision, premier moment où coula le sang du Christ25. Les nuances qu’introduisent les confréries espagnoles viennent utilement rappeler que le culte de l’Enfant Jésus connaît un essor important au XVIIe siècle, mais présente aussi une gamme étendue d’orientations spirituelles, que les brefs d’indulgences ne saisissent que partiellement ; par exemple, ils ne disent rien de l’essor de la dévotion à l’Enfant Jésus de Prague26. Sans doute serait-il nécessaire de dessiner une géographie des variantes du culte, d’analyser méthodiquement le rôle des moniales dans la piété centrée sur l’enfance du Christ, comme il faudrait aussi s’interroger sur le recul apparent de celle-ci au XVIIIe siècle, peut-être relayée par la dévotion au Sacré Cœur, peut-être aussi victime de l’antimysticisme.

Les confréries de la sainte Famille

  • 27 On pourrait encore joindre à cet ensemble les quelques confréries dites de la Sainte conversation (...)
  • 28 Cette association est en réalité présente dès les origines du culte ; voir Dictionnaire de Spiritu (...)

15La dénomination Sacra Familia n’apparaît qu’assez peu dans le corpus de confréries étudiées, bien qu’elle soit présente dans chacun des échantillons retenus. Plaçant le plus souvent leur fête à Noël, ces associations se situent souvent dans la mouvance de l’Oratoire de France au début de la période d’observation, puis elles semblent s’implanter davantage dans les églises paroissiales. Le phénomène principal à observer semble toutefois se situer dans le glissement du centre de gravité de la dévotion : dans l’échantillon des années 1760, le monde germanique accueille 9 des 11 confréries mentionnées. C’est dans le même espace que se rencontrent aussi majoritairement les confréries de Jésus, Marie et Joseph, nombreuses surtout dans les brefs des décennies 1690-170027. Comme cela est fréquent dans cette aire géographique, où l’implantation des confréries accompagne la reconquête catholique à partir du milieu du XVIIe siècle, c’est dans les églises paroissiales davantage que dans les couvents que sont établies les nouvelles dévotions. Au départ, elles solennisent des fêtes variées (Circoncision, Saint-Joseph, diverses fêtes de la Vierge), mais les plus tardivement mentionnées privilégient nettement la fête de saint Joseph, sur laquelle semble bien se greffer solidement la dévotion à la sainte Famille28, qui s’écarte ainsi nettement du temps de Noël.

  • 29 L. CHÂTELLIER, La religion des pauvres. Les sources du christianisme moderne. XVIe-XIXe siècles, P (...)

16On le constate, les brefs d’indulgences des confréries permettent d’ébaucher plusieurs types de réponses pour une histoire des dévotions dans la catholicité moderne. En particulier, ils fournissent l’esquisse de la géographie et des rythmes de leur diffusion ; ils mettent également sur la piste des agents de propagation de l’innovation dévotionnelle. Dans un autre registre, ils montrent, à travers les associations de dénomination ou le choix de leurs fêtes par les confréries, comment s’articulent concrètement des thèmes importants de la piété. Pour le temps de Noël, les brefs disent sans doute d’abord le rôle de la France du milieu du XVIIe siècle dans la naissance et l’essor de la dévotion à l’Enfant Jésus, et la place que tiennent d’abord les oratoriens et les ursulines dans la diffusion de cette dévotion, sans oublier le relais pris plus tardivement par le Carmel ; ils montrent aussi que cette forme de la dévotion à l’Enfance du Christ peine à sortir du cadre du royaume, voire à trouver un ancrage solide au XVIIIe siècle, sans doute en raison de la concurrence de nouvelles dévotions prenant en charge la quête d’une piété affective. Par comparaison, la dévotion au Saint Nom de Jésus, fortement entée sur le temps de Noël d’après le calendrier des fêtes que choisissent les confréries placées sous ce vocable, jouit d’un succès durable, dans une aire géographique assez large, avec notamment une forte implantation en France et en Espagne. Quant à la dévotion à la sainte Famille, à l’essor de laquelle la France n’est pas étrangère, elle déplace progressivement son centre de gravité vers la catholicité de l’Europe septentrionale et centrale et s’associe de plus en plus nettement au culte de saint Joseph, le père nourricier, en un temps et en des lieux où le catholicisme choisit le plus nettement sans doute de répondre aux attentes des fidèles des milieux les plus humbles, en devenant une « religion des pauvres »29. Ce n’est finalement que très tardivement, à l’époque contemporaine, que la sainte Famille se trouve fortement associée au temps de Noël, au terme d’une migration – en plusieurs étapes – de la date de sa fête dans le calendrier liturgique : Léon XIII la place en 1893 au troisième dimanche après l’Épiphanie ; Benoît XV, en1920, au premier dimanche après l’Épiphanie ; enfin, à partir de 1969, c’est le dimanche dans l’octave de Noël que les catholiques célèbrent la sainte Famille. Ces modifications de la date d’une fête en témoignent, comme le donne aussi à voir l’analyse des brefs d’indulgences, les dévotions ont une histoire, et celle-ci ouvre à celle de la réception des courants de spiritualité et à celle des sensibilités religieuses.

Notes

1 Liturgistes et historiens ont souvent rivalisé dans ces oppositions faciles, les premiers ayant une prédilection pour la « prière de l’Église » qui constitue leur objet d’étude, les seconds ne voulant porter intérêt – surtout dans la décennie 1970 – qu’aux seules manifestations de la piété du « plus grand nombre ».

2 Cette démarche est notamment présentée et mise en œuvre dans B. DOMPNIER (éd.), La circulation des dévotions, Clermont-Ferrand, 2000, 150 p. (Siècles. Cahiers du CHEC, 12).

3 Sur la place de l’indulgence dans le catholicisme moderne, on consultera en particulier J. DELUMEAU, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 1989, p. 352-384 (« Le système des indulgences »).

4 Cette rubrique, particulièrement importante pour le présent propos, est aussi celle qui est la moins bien renseignée, la Secrétairerie des brefs laissant souvent toute latitude à la confrérie pour le choix de sa fête principale (ad libitum indiquent souvent les brefs).

5 Un exploitation méthodique des registres de brefs et des archives des archiconfréries a été entreprise sous la direction de Ph. Boutry, B. Dompnier et M.- H. Froeschlé-Chopard, dans le cadre d’un programme commun à l’École française de Rome, à l’EHESS (CARE) et à l’Université Blaise-Pascal (CHEC). Pour une présentation de l’enquête et de ses premiers résultats, M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD et Fr. HERNANDEZ, « Les dévotions des confréries, reflet de l’influence des ordres religieux ? », in Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1994, 2, p. 104-126.

6 Les 2 063 confréries dont la date de la fête est connue représentent 82,9 % de l’ensemble.

7 En fait, les confréries du Saint-Sacrement sont peu présentes dans le corpus des brefs, puisqu’elles se font ordinairement agréger à l’archiconfrérie de Santa Maria sopra Minerva. Sur ces confréries, M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, Espace et sacré en Provence (XVIe-XXe siècle). Cultes, images, confréries, Paris, 1994, p. 509-557.

8 Parmi les confréries dont la fête est située le jour de la fête d’un saint, beaucoup sont des confréries professionnelles. Pour des exemples français, Images de confréries parisiennes. Catalogue […] de la collection de M. Louis Ferrand, Paris, 1992.

9 La faible présence de l’Italie s’explique par le rôle plus grand que l’agrégation aux archiconfréries joue dans ce pays. Pour le monde germanique, il faut tenir compte de l’essor globalement plus tardif (fin XVIIe et XVIIIe siècles) des confréries dévotionnelles.

10 La place de Noël et de la Circoncision serait sans doute augmentée par la prise en compte des confréries agrégées aux archiconfréries, en particulier à celle de la Natività di Nostro Signore degli Agonizzanti, dont Noël est l’une des fêtes principales.

11 Cette statistique porte sur l’ensemble des titulatures déjà repérées comme liées au temps de Noël, sans tenir compte de la date de la fête de chaque confrérie.

12 Les saints dont la fête se célèbre pendant le cycle des Douze jours ne connaissent globalement qu’un succès limité dans le monde confraternel : 19 confréries sont sous le patronage de sainte Geneviève (dont 17 en France), 13 sous celui de saint Jean l’Évangéliste, 9 sont dédiées à saint Étienne et 3 à saint Silvestre.

13 Les remarques sur la date des fêtes valent particulièrement pour les confréries qui obtiennent un bref au XVIIe siècle, les indications à ce sujet devenant plus rares dans les registres du XVIIIe siècle.

14 Dictionnaire de Spiritualité, t. 8, col. 1118, s.v. « Jésus (Nom de) ».

15 Ibid., col. 1123 ; Dom P. GUÉRANGER, L’année liturgique. Le temps de Noël, t. 1, 20e éd., Tours, 1920, p. 547-548.

16 Indulgences, statuts, reglements et prières pour servir aux Confrères et consoeurs de la Confrérie du Très-Saint Nom de Jésus instituée en l’église de Saint-Pierre le Vieil de Reims, Reims, 1704 ; Les Offices du Très-Saint Sacrement de l’autel et adorable Nom de Jésus […] pour les confrères et sœurs de la confrérie royale du Très-Saint Sacrement et du Très-Saint Nom de Jésus, Paris, 1716.

17 Fr. BERINGER, Les indulgences. Leur nature et leur usage, traduction française Ph. Mazoyer, Paris, s.d. [1925], t. II, p. 79. Ce privilège est confirmé en 1678.

18 A. CABANTOUS, Histoire du blasphème en Occident. XVIe-XIXe siècle, Paris, 1998, p. 44-46.

19 Archivio Segreto Vaticano, Gonfalone, 1238.

20 On notera toutefois que certaines confréries, en Provence et dans le Comtat, choisissent le 15 juin pour jour de leur fête. Cette particularité, qui se rencontre particulièrement dans les couvents des augustins déchaux, traduit l’influence de Jeanne Perraud. Cf. Dictionnaire de Spiritualité, t. 4/1, col.673. Pour une analyse plus approfondie de la dévotion de cette mystique, H. BREMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, t. 3/1 (La conquête mystique. L’École française), p. 569-582, ainsi que la contribution de Marcel Bernos dans le présent volume.

21 Sur cette question, nous empruntons largement à l’article d’I. NOYE dans le Dictionnaire de Spiritualité, t. 4/1, col. 665-673. Pour la dévotion de Marguerite du Saint-Sacrement et sa diffusion, H. BREMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux, op. cit., p. 532-569 ; J. SIMARD, Une iconographie du clergé français au XVIIe siècle. Les dévotions de l’École française et les sources de l’imagerie religieuse en France et au Québec, Québec, 1976, p. 25-52 ; Marguerite du Saint-Sacrement. Correspondance. Lettres reçues à son sujet, présentées par Sœur Marie-Françoise Grivot, Saint-Apollinaire, 4 vol. publiés, 1997-2002 ; B. HOURS, « Réseaux laïques de dévotion à l’enfance autour du Carmel de Beaune : le cas parisien au XVIIe siècle », in Les mouvances laïques des ordres religieux, Saint-Étienne, 1996, p. 451-461.

22 R. BERTRAND, « Carmes et confréries en Provence (XVIIe-XIXe siècle) », in B. HOURS (éd.), Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours, Paris, 2001, p. 190-202 (ici, p. 199).

23 Il convient de relever que la confrérie romaine de Gesù Nazareno, reconnue officiellement en 1775, est également agrégée à l’ordre des trinitaires en 1778 (« Repertorio degli archivi delle confraternitate romane », in Ricerche per la storia religiosa di Roma, 6, 1985, p. 214).

24 Sur cette orientation de la dévotion, que Jeanne Perraud contribue à développer, H.BREMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux, op. cit., p. 569-582 ; J.SIMARD, Une iconographie du clergé français, op. cit., p. 42-45.

25 Je remercie Régis Bertrand d’avoir attiré mon attention sur ce point dans la discussion qui a suivi cette communication.

26 Pour une évocation d’autres aspects de la dévotion à Jésus enfant que ceux rencontrés dans les brefs, Dictionnaire de Spiritualité, t. 4/1, col. 676-677. Pour l’ensemble des représentations iconographiques liées à ce culte, É. MÂLE, L’art religieux de la fin du XVIe siècle, du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, 2e éd., Paris, 1972, p. 325-332.

27 On pourrait encore joindre à cet ensemble les quelques confréries dites de la Sainte conversation de Jésus, Marie et Joseph.

28 Cette association est en réalité présente dès les origines du culte ; voir Dictionnaire de Spiritualité, t. 5, col. 85, s.v. « Famille (Dévotion à la sainte Famille »). Par ailleurs, comme la sainte Famille bénéficie de plus en plus souvent d’une analogie avec la Trinité, son « caractère de grandeur […] contribua à l’exaltation de saint Joseph » (É. MÂLE, L’art religieux, op. cit., p. 313).

29 L. CHÂTELLIER, La religion des pauvres. Les sources du christianisme moderne. XVIe-XIXe siècles, Paris, 1993.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. Les principales titulatures liées au temps de Noël
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteur

Professeur à l’Université Blaise-Pascal – Clermont-Ferrand

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540