Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nativité et le temps de Noël

 | 
Régis Bertrand

Le culte de l’Enfant Jésus chargé des instruments de la Passion, à Aix-en-Provence, au XVIIe siècle

Marcel Bernos

Texte intégral

1Le 15 juin 1658, dans la chapelle de N.-D. des Sept Douleurs, chez les Augustins déchaussés à Aix-en-Provence, une laïque de vingt-sept ans a la vision de l’Enfant Jésus, âgé de trois ans, chargé des instruments de la Passion, et va œuvrer pour en répandre la dévotion.

2Le culte de Jésus Enfant est bien antérieur au XVIIe siècle. Il présente une histoire complexe, traversée par les débats christologiques qui se sont multipliés dès les IIIe et IVe siècles. Ses formes variées sont intimement liées aux différentes significations données à ce mystère fondamental du christianisme qu’est l’Incarnation : lorsque Dieu accepte, pour sauver les hommes, de se compromettre dans le temps de l’histoire, en revêtant la nature de sa créature.

  • 1 Cf. la statue de l’« Enfant-Jésus fondateur » qui se trouve au carmel de Chambéry. Originaire du c (...)
  • 2 L’Adoration du Verbe incarné, ibidem, p. 137, sa représentation est fréquente dans ses maisons.
  • 3 Ajoutons à ces dévotions contredisant la « pastorale de la peur », le culte, à peu près contempora (...)

3Pendant le XVIIe siècle, la dévotion à l’Enfant Jésus connaît, en Provence, comme en France, un essor considérable, principalement sous l’impulsion du Carmel (1604)1 et de l’Oratoire (1611)2, avec des formes propres, que différentes communications nous ont montrées. Les unes voient en Jésus enfant le parangon de l’innocence ; d’autres, devant son abaissement, en font l’icône de l’humilité de Dieu… Toutes, notons-le, contredisent absolument la conception d’un Dieu Tout-Puissant, roi absolu, Père sans doute, mais sévère, et juge inexorable… tel qu’il était présenté par tout un pan de la catéchèse et de la prédication d’alors3.

4Le culte qui suit la vision de Jeanne Perraud n’est pas « parachuté » dans un désert dévotionnel concernant l’Enfant Jésus. La dévotion au « Petit Roi de gloire », initiée par sœur Marguerite du Saint-Sacrement, au Carmel de Beaune (circ. 1638), s’est répandue à travers la France. Elle est parvenue jusqu’à Aix-en-Provence, où elle est introduite par l’oratorien Parisot († 1678), maillon militant d’un de ces réseaux spirituels, comme il en existe tant au XVIIe siècle. Confesseur de Marguerite du Saint-Sacrement de 1637 à 1643, puis son disciple, Parisot devient, en 1652, supérieur de la maison d’Aix, l’une des plus importantes de France (un noviciat y est établi). Rapidement, il propose aux fidèles la dévotion à l’Enfant Jésus de Beaune en publiant un Petit office, avec litanies et élévations, et en fondant une confrérie. En 1657, il publie à Aix une Explication de la dévotion à la Sainte Enfance de Jésus-Christ. Son confrère, Pierre Flœur, édite en 1666, toujours à Aix, L’adorateur de l’Enfant-Jésus. Il existe donc, à Aix, au milieu du XVIIe siècle déjà, un culte de type oratorien rendu à Jésus-Enfant. Il va être détrôné par une nouvelle dévotion établie par une simple laïque qui allie solidairement le mystère de l’Incarnation et le drame de la Passion. Mais là encore, il ne s’agit pas d’une innovation.

  • 4 Lettrine ornée, Graduel de F. Zollner, Bibliothèque de l’abbaye de Novacella, en Italie.
  • 5 Londres, National Gallery, prêt à Birmingham, signé, daté, 1521, huile sur bois, 89 X 74 cm ; du m (...)
  • 6 Cf. Monastère de St (sic) Catherine au Sinaï, éd. en Grèce chez E. Tzaferi SA, 1985, illustration (...)

5À la fin du Moyen Âge déjà, la mort programmée du Christ se trouve parfois annoncée dès sa conception : Dieu s’est incarné pour sauver les hommes, or c’est la crucifixion qui est l’acte rédempteur. Dans une miniature italienne du XVe siècle représentant une Annonciation, le rayon fécondant émanant du Père vers la Vierge, « projette » un Enfant-Jésus portant une croix4. La Passion peut être encore évoquée à la Nativité. Dans un tableau de Lorenzo Lotto, Vierge à l’Enfant avec saint Jérome et saint Antoine de Padoue (1521)5, l’enfant est debout sur un cercueil, tandis que saint Jérôme contemple un crucifix. Du même Lotto, La Nativité (1523), où un crucifix portant le Christ, pend dans le coin gauche. Parfois, un ange montre la croix au nouveau-né, comme dans Une Nativité de Jésus et l’annonce aux bergers du milanais Bernardino Luini (1485-1532). En outre, au dessus de la crèche, un jeu de poutres placées orthogonalement fait peser l’ombre de la croix. Il y aurait un inventaire à faire sur les esquisses et les variantes d’un culte de Jésus-enfant annonçant la Passion, et sur les représentations qu’on s’en est fait… L’Orient, par exemple, en a donné des formes propres. Au monastère de Sainte-Catherine, dans le Sinaï, on peut voir une « Vierge de Passion », icône du XVIe siècle, portant sur son bras gauche l’Enfant-Jésus, tandis que de part et d’autre, se tiennent deux anges en adoration. Celui de droite présente la croix et trois clous, celui de gauche la pique, le roseau surmonté de l’éponge et un vase6.

La vision de Jeanne Perraud

  • 7 Pour plus de détails sur la vie et l’œuvre de J. Perraud, voir mon article : « Encore la Provence (...)
  • 8 La vie et les vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant-Jésus, religieuse du Tiers-Ordre (...)
  • 9 Cf. A. VERMEYLEN, Sainte Thérèse en France au XVIIe siècle, 1600-1660, Louvain, 1958.

6Le 15 juin 1658, donc, Jeanne Perraud voit l’Enfant Jésus, âgé de trois ans, chargé des instruments de la Passion. Jeanne (1631-1676) a vécu à Aix à partir de 16547. Malgré sa prétention à être la fille d’un écuyer, elle a mené une vie pauvre, oscillant entre la mendicité et la pratique de la couture qu’elle avait apprise étant jeune orpheline. Sa vie est bien connue grâce à la biographie que son confesseur, le père Raphaël, augustin déchaussé, a fait paraître en 1680, quatre ans seulement après sa mort, peut-être dans la perspective d’un procès de béatification qui aurait profité à son couvent et à son ordre8. Puis, il publie, en 1682, ses Œuvres spirituelles comprenant 105 courts traités, abordant toutes sortes de questions spirituelles, et où se fait sentir la forte influence thérésienne qui s’était répandue en France depuis le début du XVIIe siècle9.

7Jeanne apparaît comme une personne très croyante, on pourrait dire « obsédée » par Dieu, mais un peu instable. Elle a fait trois courtes expériences de vie conventuelle, successivement chez les Ursulines de Lambesc et de Barjols, puis chez les Dominicaines de Saint-Maximin. Après avoir tenté – quelques jours – la vie érémitique, elle se persuade que sa vocation est hors règle, rentre à Aix, et y mène la vie pieuse d’une laïque consacrée. Sa vie spirituelle se rattache fortement aux Augustins réformés. C’est chez eux qu’elle pratique ses dévotions, chez eux qu’elle fonde une chapelle dédiée au culte du Saint-Enfant. Bien qu’appelée couramment « sœur » par le père Raphaël, elle n’appartient réellement au Tiers ordre des Augustins que dans les derniers mois de sa vie.

  • 10 Œuvres spirituelles, discours 11, p. 215 et 216.
  • 11 Dans un avertissement en tête de ses Œuvres spirituelles, elle donne la liste des « titres qui lui (...)

8Toute sa vie, elle est affectée de maladies psychosomatiques graves ; toute sa vie, elle se livre à des pratiques ascétiques forcenées, et est victime d’épreuves supra-naturelles, visuelles, auditives,… fréquentes et parfois un peu suspectes. Cet ensemble de symptômes semble prendre son origine dans des troubles psychiques, qu’on aurait qualifiés naguère d’hystériques. Peut-on aller jusqu’à parler de folie ? Elle confesse elle-même que ses douleurs la rendent « comme frénétique », que son entourage la prend « pour une fantasque et imaginaire »10. Sa mégalomanie par rapport à son œuvre écrite, qu’elle prétend dictée par l’Esprit-Saint, met parfois mal à l’aise11. Le célèbre mystique marseillais, François Malaval, consulté pour juger de l’orthodoxie de ses écrits, manifeste quelque réticence. Quant aux autorités ecclésiastiques, elles considèrent avec réserve son zèle, parfois intempestif, à enseigner, à convertir. Ainsi, lorsqu’elle veut fonder une congrégation consacrée à la Sainte-Enfance de Jésus, les « Filles anéanties », la règle qu’elle a préparée est si austère que les familles prennent peur et qu’elle n’a pas de candidates. Pourtant, dans une société habituée à la fois aux macérations outrées – que les directeurs même exigeants doivent limiter –, aux discours hyperboliques sur les vérités de la foi, aux révélations privées, et à une banalité du merveilleux, elle ne présente pas une anormalité insupportable : elle est contemporaine de Jean-Joseph Surin et de Louise du Néant.

9Jeanne ne manque d’ailleurs pas de qualités personnelles : piété sincère, générosité, sociabilité qui la servent dans la diffusion de la dévotion qu’elle propose. Son biographe, toujours hyperlaudatif, écrit :

« il semblait que Dieu l’eût rendue la maîtresse des cœurs, lui donnant une certaine onction dans ses paroles, une force si insinuantes dans son discours, et une simplicité si agréable dans sa manière d’agir, qu’on était charmé de la voir et de l’entendre parler ; si bien que non seulement on ne lui refusait point ce qu’elle demandait, mais on le lui donnait avec plaisir, et on prévenait bien souvent ses demandes pour seconder son zèle du Saint Enfant ».

  • 12 La même année 1658, un Jésus tout joyeux, âgé de 12 ans et la révélation de l’humanité de Jésus au (...)
  • 13 Le passage de la Vie, p. 96-97, a été utilisé par J. SIMARD, Une iconographie du clergé français a (...)

10Dès le moment de sa conversion (vers 1650-51), Jeanne est sujette à des visions12. Celle de l’« Enfant Jésus, âgé de trois ans, chargé des instrument de la Passion » est sa préférée13. Ce 15 juin 1658, après la communion, elle le vit, dit-elle

« des yeux du corps, en l’air, qui se penchait vers moi avec un visage riant et une joie extrême ; il me regardait, comme si nous eussions été pareils en âge ; il était âgé à peu près de trois ans. Sa beauté était sans exemple ; ses cheveux blonds qui venaient battre sur l’épaule avec trois anneaux, l’un plus long que l’autre ; les pieds nus ; la robe blanche toute ondée comme de la moire, sans aucune ceinture qui le ceignît. Il portait à son bras gauche une croix d’une longueur et d’une grosseur disproportionnée à sa petitesse, comme celle sur laquelle il est mort, pour marquer que, dès son enfance, il a autant souffert que lorsqu’il est mort sur la croix. Elle tombait de son bras avec ses instruments […] car tous les instruments de sa Passion étaient joints ensemble, et liés avec la croix par une grosse corde. Il n’y avait point de clous, mais, à la réserve de cela, tous les instruments y étaient, jusque même à la colonne. Il me tendit son bras droit en me regardant et tenant la croix en l’autre en façon qu’il semblait qu’elle allait tomber ».

  • 14 Le tableau est représenté en frontispice de la Vie de Jeanne Perraud ; pour la description, cf. ib (...)

11Elle en fait un dessin qu’elle met dans son livre d’heures, puis fait exécuter un tableau, haut de plus de deux pieds, dont elle dicte à l’artiste-exécutant une description extrêmement précise, presque tatillonne (fig. 1)14. Achevée en 1661, la toile est d’abord placée dans sa chambre au-dessus d’une sorte d’autel, avec des chandelles et une lampe, qu’elle allume le 15 de chaque mois en mémoire de l’apparition [est-ce pour concurrencer les « vingt-cinquièmes » jours du « Petit-Roi de Gloire » des Carmélites ?].

  • 15 Vie de Jeanne Perraud, p. 157.

12Elle a une passion pour ce tableau, baisant les pieds de l’Enfant, s’adressant à lui en termes si exaltés que, dit son biographe, « ils semblaient choquer les bienséances et la modestie »15. Ce n’est pas un hasard si Jeanne privilégie cette dévotion à un Jésus âgé de trois ans, alors qu’elle a eu plusieurs autres visions. Ce choix correspond à sa nature craintive et, pourrait-on ajouter, à un aspect de sa pathologie : une peur panique des hommes adultes, même simplement croisés dans la rue. Cette interprétation est confirmée dans une autre manifestation de son attachement au Christ : lorsqu’elle conclut, le 13 mai 1663, un « mariage mystique » avec lui, c’est encore avec Jésus-Enfant.

  • 16 Vie de Jeanne Perraud, p. 167 et J. SIMARD, op. cit., p. 43. Il s’agit des Thomassin-Saint-Paul, u (...)

13La dévotion proposée par Jeanne reçoit un bon accueil à Aix. Elle y est confortée par un miracle consécutif à un vœu, événement « d’autant plus considérable qu’il arriva en une conjoncture très importante, et en faveur d’une très illustre famille ». Il s’agit de la guérison du petit-fils, âgé de cinq ans, du conseiller de Thomassin. En ex-voto, un tableau plus grand, avec un rétable, est alors installé chez les Augustins déchaussés, dans la chapelle de cette famille de parlementaires, bienfaitrice du couvent depuis sa création, « une des plus belles chapelle de Provence » d’après le père Raphaël16. Elle devient le siège d’une confrèrie de l’Enfance approuvée par Rome dès 1665, donc très rapidement.

  • 17 Vie de Jeanne Perraud, p. 169.

« Ce n’était pas une de ces dévotions populaires, où tout le monde courent à la foule, parce que les autres y sont allés, et où l’on ne va que par curiosité ou par compagnie, ou bien par vanité, pour dire qu’on y a été comme les autres ; c’était une dévotion fondée sur les merveilles qui s’y opéraient, et qui s’y opèrent encore tous les jours [donc en 1680, date de la biographie], vraisemblablement par l’intercession de la sœur Jeanne (que nous pouvons croire pieusement être dans le ciel) »17.

14Dans son zèle, elle aurait voulu, affirme le même texte,

« que toutes les grandeurs de la terre lui eussent rendu leurs hommages, que tout ce qu’il y a de plus riche au monde eût été consacré à ses autels, que tous les peuples y fussent accourus (et) elle disait qu’il ne fallait pas craindre qu’elle eût aucune vue de complaisance et d’amour propre sur elle-même dans l’applaudissement universel qu’on donnait à cette dévotion ».

  • 18 J’ai déjà rencontré des miracles à l’origine de la « promotion » d’établissements religieux, cf. M (...)
  • 19 S. GAGNIERE, Catalogue de l’imagerie populaire religieuse avignonnaise, Avignon, 1943, en signale (...)

15Nouveauté – au moins locale – de la dévotion, promotion zélée, miracles y attenant, il n’en faut pas plus dans une petite ville de 23000 habitants, pour que cette dévotion s’enracine18 et supplante bientôt celle qu’avait apportée le père Parisot. Elle se répand en Provence. Comme il est fréquent, c’est la gravure, support peu onéreux, qui, dès 166019, la diffuse soit en mettant à portée de gens modestes l’image à vénérer, soit en fournissant à des artistes les arguments pour de nouvelles représentations : tableau, statue, ou… gravure, avec d’éventuelles variantes.

  • 20 Cf. J. SIMARD, op. cit., gravure 15, p. 75.
  • 21 Cf. dans H. BRÉMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux en France…, Paris, 1925, t. III : (...)
  • 22 Cf. Ibidem, p. 575-576.

16Un bois illustrant L’adorateur de l’Enfant-Jésus, de l’oratorien Pierre Flœur, publié à Aix en 166620, reproduit le même thème. Cependant, l’enfant est debout, le doigt de la main droite pointé vers un ange qui lui présente un calice ; la croix est dressée et, appuyés contre elle, la lance, le roseau avec l’éponge pour la boisson amère, les verges ; par terre, le marteau ; tout à fait à droite, la colonne de la flagellation ; en bas et à gauche le coq du reniement. Une autre gravure, de 1681, représente l’Enfant Jésus debout, tenant serrée dans son bras droit la croix posée à terre ; il lève la main gauche tenant une couronne d’épine, derrière lui, en paysage, un ville non identifiée21. La seule originalité de cette dernière représentation se réduit au clou des pieds encore fiché dans le bois de la croix, alors qu’il n’y a pas de clous dans la vision de Jeanne, variante qui plongait l’abbé Brémond dans un abîme de perplexité22.

  • 23 Cf. J. SIMARD, op. cit., planche 16.
  • 24 Paru à Anvers, J. Verdussium, in-12, 1629 ; rééd. en 1631, 1632, 1647 in-4°, chez S. Huret ; 1666, (...)
  • 25 Cf. H. BRÉMOND, op. cit., p. 575-576.

17Dans les nombreuses éditions de gravures, on constate, outre des modifications de détails, une inversion de l’image, probablement due à l’utilisation d’une chambre claire, permettant de répliquer facilement une illustration, mais au prix d’un résultat symétrique. Ainsi, un Enfant-Jésus gravé par Pierre Mariette porte sur l’épaule gauche la croix, l’échelle, la pique, l’éponge, et dans la main droite, un panier dans lequel se trouvent les clous, la tenaille, un fouet23. La date proposée par Simard, vers 1650, qui la ferait antérieure à la vision de Jeanne, semble trop précoce, Mariette étant né en 1634. En revanche, cette gravure est pratiquement la copie d’une vignette figurant sur la page-titre du livre de François Bourgoing (troisième supérieur de l’Oratoire, † 1660), Les vérités et excellences de Jésus-Christ Notre Seigneur24. Or cet ouvrage est antérieur à la dévotion d’Aix puisque toutes ses éditions, depuis 1629, porte déjà cette vignette25. Cela tendrait à prouver que, si Jeanne Perraud a été la zélatrice et la propagatrice de cette dévotion, elle ne l’a pas « inventée », contrairement à ce que croyait l’abbé Brémond. On peut noter encore que l’image de Mariette est inversée : la croix est portée à droite. Le personnage aussi est légèrement modifié : le graveur lui a rajouté des sandales, alors que l’Enfant Jésus de la vignette de Bourgoing, comme celui de la vision de Jeanne, marche pieds nus.

  • 26 La statue vient d’être restaurée. Photo de M. André Salen, Phox Photo Provence, qui nous a aimable (...)
  • 27 Les Paroisses du diocèse d’Aix. Leurs souvenirs et leurs monuments, Aix, Makaire, 1890, p. 59.
  • 28 D’après J. Simard, Émile Mâle, la datait, de 1677.

18L’Enfant Jésus de Jeanne se trouve purement et simplement exprimée dans une statue de cire conservée par la cathédrale d’Aix-en-Provence (fig. 2)26. On constatera qu’elle est fidèle au dessin initial de la visionnaire. On sait peu de choses sur son origine, sinon qu’elle provient de la chapelle des Augustins à Aix. L’abbé Constantin, historien des « monuments du diocèse d’Aix » – plus pieusement zélé que toujours sûr –27note dans son catalogue : « Jésus enfant (cire), donné aux augustins de Saint-Pierre par la comtesse de l’Hospital, 1667 ». Cette courte mention n’est pas sans poser question : on a trouvé à l’intérieur du corps de la statue de cire, lors de la récente restauration, un papier ancien, sur lequel sont mentionnées plusieurs dates. La plus récente, le 14 octobre 1675, pourrait marquer le terme a quo pour la réalisation de cette statue. Dans ces conditions, deux hypothèses se présentent : soit il y a eu une restauration dans la décennie qui a suivi la facture de la statue, ce qui paraît peu probable ; soit, plus plausible, l’imprimeur de l’abbé Constantin a inversé des chiffres (ce qui ne serait pas exceptionnel, comme le vérifient les fréquentes erreurs de pagination des livres). Il aurait donc daté de 1667 ce qui aurait dû l’être de 1676, laquelle année est, de surcroît, celle du décès de Jeanne28. La statue est en tous cas exposée en 1679 chez les Augustins déchaussés : elle est en effet mentionnée par l’historien d’Aix, Pierre-Joseph de Haitze, dans l’ouvrage où il décrit les curiosités artistiques de la ville, paru cette année-là.

  • 29 P.-J. de HAITZE, Les curiositéz les plus remarquables de la ville d’Aix, Aix, 1679, p. 191. Citati (...)

« Dans cette même église, écrit-il, on montre une figure de cire du Saint Enfant Iesus, comme nature, portant tous les instrumens de sa Passion, si beau qu’il se puisse, aussi l’estoit-il, dit le Prophète royal, entre tous les enfans des hommes : Speciosus forma prae filiis hominum »29.

19La Provence offre d’autres images inspirées de cette vision. À Avignon, une gravure de 1685, intitulée : « Dévot image honoré dans l’Église des Augustins déchaussés d’Avignon », duplique un tableau, de date inconnue, qui se trouve aujourd’hui à Saint-Symphorien-les-Carmes. Elle reproduit assez fidèlement la vision de Jeanne, mais l’enrichit d’un entourage où figurent Dieu le Père, la colombe de l’Esprit et sept anges. Deux phylactères précisent l’option théologique des Augustins vers « l’esprit d’enfance ». L’un, porté par deux anges proclame : « Quiconque se rendra petit comme est cet enfant sera le plus grand dans le roy(aume) » ; l’autre surmontant le Christ dit : « Qui veut venir après moi qu’il prenne sa croix et me suive ». Sylvain Gagnière, dans son Catalogue de l’imagerie populaire religieuse avignonnaise, signale plusieurs autres tirages, certains avec des variantes d’attitude ou d’entourage, jusqu’en 1739 encore.

20À Beaurecueil, l’église paroissiale conserve une autre statue de cire de l’Enfant Jésus avec une croix. Jésus est penché vers l’avant, comme assoupi. À Malaucène (Vaucluse), dans l’église paroissiale, un tableau de Pierre Savournin, daté de 1687, reproduit assez exactement la vision perraldienne, en y ajoutant un encadrement avec Marie, Joseph et des anges.

  • 30 Cf. M.-C. HOMET, Michel Serre et la peinture baroque en Provence, Aix, Édisud, 1987, p. 102.

21Au XVIIIe siècle, deux grands peintres, autorisent à penser que la dévotion n’est pas oubliée. Michel Serre peint, après 1720, un Enfant-Jésus avec les instruments de la Passion. Derrière lui, dressé au sommet de la composition, une croix, la pique, la perche avec l’éponge et la couronne d’épine semblent soutenues par les anges qui l’entourent. On connaît la toile, grâce à Marie-Claude Homet, par des inventaires et catalogues, mais on a perdu sa trace après une vente, depuis une trentaine d’années30.

  • 31 Ancienne église des frères précheurs. La toile lui a été dévolue par la Révolution.

22Un des derniers repères date de 1762, lorsque Charles-Amédée-Philippe Van Loo peint Jésus enfant auquel un ange présente les instruments de la Passion, tableau visible dans l’église de la Madeleine, à Aix-en-Provence31. Le peintre accomplit alors – tardivement – un vœu de son père pour un « miracle » qui avait eu lieu en 1705. Dans Nice assiégée, son oncle, alors nouveau-né, avait échappé à une bombe tombée sur le lit où il se trouvait quelques instants auparavant. La toile, est envoyée de Paris, en 1770, aux Augustins réformés d’Aix, ce qui la relie logiquement à la dévotion de Jeanne Perraud. Son programme est pourtant sensiblement différent puisqu’un ange debout présente à Jésus, assis sur un nuage, une très haute croix.

  • 32 Si, au cours de promenades dominicales, vous repériez une représentation de l’Enfant-Jésus, portan (...)

23Cet inventaire est sûrement fort incomplet et serait à poursuivre32.

  • 33 J. SIMARD, op. cit., planche 15.

24Depuis le Moyen Âge, on l’a vu, les œuvres de nombreux artistes ont lié les mystères de la Nativité et de la Passion, comme si Jésus était né pour être crucifié, voire n’était né que pour être crucifié. Le thème de « Jésus Enfant chargé des instruments de la Passion » n’est donc pas une nouveauté. Ce qui reste intéressant, ce sont les « contaminations » et interactions entre différentes dévotions qui méritent d’être étudiées. Ainsi, en 1666, la gravure, déjà citée, de L’adorateur de l’Enfant Jésus, publiée à Aix par le père Flœur dans l’esprit du carmel de Beaune et du « Roi de Gloire », reproduit formellement à peu près l’image de la vision de Jeanne, mais en lui donnant une signification très différente33.

  • 34 Cf. I. ROORYCK, « L’Enfant-Roi de la Tourette ou ce que peut évoquer un enfant, lorsqu’il s’appell (...)

25Un dernier exemple troublant se trouve dans un tableau provenant de l’église de Tourette, près d’Ussel en Limousin. Il représente Jésus-enfant avec les instruments de la Passion, mais le globe du « Roi de gloire » est posé devant lui34. Ce qui aurait pu passer pour une sorte de syncrétisme iconographique de deux dévotions surtout développées dans la seconde moitié du XVIIe siècle, est daté, sur la toile même, de 1639, donc antérieur de dix-neuf ans à la vision de Jeanne Perraud, et plutôt contemporain de celle de Marguerite du Saint-Sacrement, ou de la vignette du livre de Bourgoing. Comment interpréter cette représentation ? La concomitance entre l’Incarnation et la Passion a certes un passé et une logique théologique. Mais, ici, coexistent deux sujets apparemment contradictoires : l’un triomphant, l’autre « anéanti ». Sauf, si le globe surmonté d’une croix posé par terre symbolise le fait que l’« Homme-dieu » (comme on appelle Jésus-Christ parfois au XVIIe siècle, entre autres chez les Oratoriens) a déposé dès le début de sa vie terrestre tout pouvoir et toute domination pour se livrer au supplice salvateur. Nous resterons sur cette interrogation.

Fig. 1. Œuvres spirituelles de Jeanne Perraud, publiées six ans après sa mort par son confesseur, le père Raphaël. Cliché de l’auteur

Fig. 2. Statuette en cire du XVIIe siècle, réalisée selon la vision de Jeanne Perraud. Cliché d’André Salen (Phox Photo Provence)

Notes

1 Cf. la statue de l’« Enfant-Jésus fondateur » qui se trouve au carmel de Chambéry. Originaire du couvent de Gènes, elle a été apporté du couvent d’Avignon, à l’établissement de celui de Chambéry en 1634, par Marie Liesse de Luxembourg, duchesse de Ventadour. L’art du XVIIe siècle dans les Carmels de France, catalogue de l’exposition au Petit-Palais, Paris (7.11.1982-15.02.1983), p. 130-131.

2 L’Adoration du Verbe incarné, ibidem, p. 137, sa représentation est fréquente dans ses maisons.

3 Ajoutons à ces dévotions contredisant la « pastorale de la peur », le culte, à peu près contemporain, du Sacré Cœur, dont l’intention expresse était de rendre Dieu plus proche et compatissant. Cf. ma note « Face à la peste janséniste : Mgr de Belsunce et le Sacré Cœur », dans Marseille, 1er trim. 1980, n° 120, p. 33-35. Le 15 juin 1673, six mois avant la vision de l’ursuline Marguerite-Marie Alacoque à Paray-le-Monial, Jeanne Perraud, d’Aix, voit le Christ à la poitrine ouverte dans laquelle son sang bouillonnait. Elle interprète cette apparition comme : « un démenti à ces hérétiques qui s’opposent à l’amour (de Dieu), qui mettent des bornes à sa miséricorde et qui veulent détruire la rédemption universelle des hommes. Il a voulu, sans doute, autoriser par un miracle si évident et par la bouche d’une simple fille, des décrêts des Souverains Pontifes, suivis des Ordonnances de nos Rois Très Chrétiens ».

4 Lettrine ornée, Graduel de F. Zollner, Bibliothèque de l’abbaye de Novacella, en Italie.

5 Londres, National Gallery, prêt à Birmingham, signé, daté, 1521, huile sur bois, 89 X 74 cm ; du même : L’Enfant-Jésus avec saint Jean-Baptiste et sainte Catherine (1522).

6 Cf. Monastère de St (sic) Catherine au Sinaï, éd. en Grèce chez E. Tzaferi SA, 1985, illustration 107.

7 Pour plus de détails sur la vie et l’œuvre de J. Perraud, voir mon article : « Encore la Provence mystique : Jeanne Perraud d’Aix », dans Aspects de la Provence, Marseille, Société de statistiques, d’histoire et d’archéologie de Marseille et de Provence, 1983, p. 97-124.

8 La vie et les vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant-Jésus, religieuse du Tiers-Ordre de Saint-Augustin, par un religieux augustin déchaussé, Marseille, C. Garcin, 1680, et Bibl. mun. de Marseille, ms n° 1250, 866 p. et un index.

9 Cf. A. VERMEYLEN, Sainte Thérèse en France au XVIIe siècle, 1600-1660, Louvain, 1958.

10 Œuvres spirituelles, discours 11, p. 215 et 216.

11 Dans un avertissement en tête de ses Œuvres spirituelles, elle donne la liste des « titres qui lui sont venus » pour cet ouvrage, parmi lesquels : Le fléau des athées, L’Arrêt de condamnation et de mort contre ceux qui ne croient pas à la réalité du Très Saint Sacrement de l’autel, La terreur des démons, La Lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, La force des pusillanimes, Le soutien de ceux qui sont tombés lorsqu’ils prennent de nouvelles pénitences, Le port assuré de ceux qui se rendent conformes à Jésus-Christ !…

12 La même année 1658, un Jésus tout joyeux, âgé de 12 ans et la révélation de l’humanité de Jésus au milieu de l’hostie. Le 30 novembre 1660, le Sauveur lui apparaît, âgé de 33 ans, de grande taille, le maintien doux, la barbe fort longue (« comme un grand prêtre »), le poil châtain. Sa vision, la plus importante dans l’histoire des dévotions au XVIIe siècle, est celle, on l’a dit, du Christ à la poitrine ouverte (15 juin 1673). Il y en a d’autres, comme en mai 1674, la révélation de l’immensité de l’être de Dieu, etc.

13 Le passage de la Vie, p. 96-97, a été utilisé par J. SIMARD, Une iconographie du clergé français au XVIIe siècle. Les dévotions de l’École française et les sources de l’imagerie religieuse en France et au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 1976, p. 42.

14 Le tableau est représenté en frontispice de la Vie de Jeanne Perraud ; pour la description, cf. ibidem, p. 154-156, et aussi J. SIMARD, op. cit., p. 43.

15 Vie de Jeanne Perraud, p. 157.

16 Vie de Jeanne Perraud, p. 167 et J. SIMARD, op. cit., p. 43. Il s’agit des Thomassin-Saint-Paul, une des familles les plus considérables de la robe aixoise ; l’illustre théologien Louis de Thomassin (1619-1695), de l’Oratoire, appartenait à l’autre branche, celle des seigneurs de Taillas. Sur le couvent : J. BOYER, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix-en-Provence, Aix, 1972, p. 287-290.

17 Vie de Jeanne Perraud, p. 169.

18 J’ai déjà rencontré des miracles à l’origine de la « promotion » d’établissements religieux, cf. M. BERNOS, Recherches sur l’Ordre des Servites en Provence (1483-1720), Rome, 1977, p. 61-68.

19 S. GAGNIERE, Catalogue de l’imagerie populaire religieuse avignonnaise, Avignon, 1943, en signale plusieurs, nos 4, 5 et 6, p. 8-11. Dans J.SIMARD, op. cit., planche 14, décrite p. XVIII.

20 Cf. J. SIMARD, op. cit., gravure 15, p. 75.

21 Cf. dans H. BRÉMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux en France…, Paris, 1925, t. III : « La conquête mystique », 1ère Partie : « L’école française », HT, p. 576/577.

22 Cf. Ibidem, p. 575-576.

23 Cf. J. SIMARD, op. cit., planche 16.

24 Paru à Anvers, J. Verdussium, in-12, 1629 ; rééd. en 1631, 1632, 1647 in-4°, chez S. Huret ; 1666, chez F. Léonard, etc. Renseignement aimablement communiqué par le père Montfort, de l’Oratoire.

25 Cf. H. BRÉMOND, op. cit., p. 575-576.

26 La statue vient d’être restaurée. Photo de M. André Salen, Phox Photo Provence, qui nous a aimablement autorisé à la reproduire et que nous remercions vivement.

27 Les Paroisses du diocèse d’Aix. Leurs souvenirs et leurs monuments, Aix, Makaire, 1890, p. 59.

28 D’après J. Simard, Émile Mâle, la datait, de 1677.

29 P.-J. de HAITZE, Les curiositéz les plus remarquables de la ville d’Aix, Aix, 1679, p. 191. Citation extraite de Ps. 45 (44). 3.

30 Cf. M.-C. HOMET, Michel Serre et la peinture baroque en Provence, Aix, Édisud, 1987, p. 102.

31 Ancienne église des frères précheurs. La toile lui a été dévolue par la Révolution.

32 Si, au cours de promenades dominicales, vous repériez une représentation de l’Enfant-Jésus, portant les instruments de la Passion (ou de thème approchant) : peinture, sculpture, gravure,… ayez la gentillesse de me le signaler par l’intermédiaire de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Merci d’avance.

33 J. SIMARD, op. cit., planche 15.

34 Cf. I. ROORYCK, « L’Enfant-Roi de la Tourette ou ce que peut évoquer un enfant, lorsqu’il s’appelle l’Enfant-Jésus portant les instruments de sa Passion future », dans Lemouzi, Histoire, archéologie, Lettres et traditions limousines, Tulle, 5e série, n° 67, juillet 1978, p. 165-175.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Œuvres spirituelles de Jeanne Perraud, publiées six ans après sa mort par son confesseur, le père Raphaël. Cliché de l’auteur
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 2. Statuette en cire du XVIIe siècle, réalisée selon la vision de Jeanne Perraud. Cliché d’André Salen (Phox Photo Provence)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

UMR Telemme – Aix-en-Provence

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540