Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Images et Histoire

La figure de Prométhée dans l’œuvre de Jacques Réattu

Claude Badet

Texte intégral

  • 1 En particulier à Marseille (Marseille en Révolution, Centre de la Vieille Charité) et Arles (La Ré (...)
  • 2 Cette œuvre, pratiquement inconnue, a été retrouvée par Katrin Simons et redécouverte au moment de (...)

1L’image choisie pour servir d’illustration au programme du colloque est en quelque sorte emblématique de ce que le Bicentenaire de la Révolution a initié. En effet, il s’agit d’une œuvre de Jacques Réattu, peintre arlésien redécouvert à l’occasion des manifestations provençales de 19891 et provenant du musée éponyme d’Arles. Ce dessin, représentant Prométhée dérobant le feu sacré, est une esquisse préparatoire à une composition peinte plus importante. Grâce à l’apport de travaux récents, l’ensemble de l’œuvre de Réattu autour de Prométhée peut désormais être appréhendée2.

2Jacques Réattu, né à Arles en 1760, se trouve à Paris à l’Académie Royale de peinture et sculpture en 1775. Il travaille dans les ateliers de Jullien puis de Régnault et va se tourner vers la peinture d’histoire. S’il se présente au Prix de Rome à plusieurs reprises, ce n’est qu’en 1790 qu’il remporte le 1er prix. Il est donc admis comme pensionnaire à l’Académie de France à Rome où il arrive en 1791.

3Là, sa vie est celle d’un élève studieux. C’est à l’automne de 1792 que nous avons les témoignages de son engagement pour les idées de la Révolution, de sa solidarité avec les autres pensionnaires ainsi que de la rencontre avec le peintre Topino-Lebrun qui travaille dans la capitale romaine à ce moment-là. Le procès puis la mort du Roi entraînent des violences qui rendent la situation dangereuse pour les pensionnaires. Le peintre est d’ailleurs, comme ses camarades, parti à Naples se mettre à l’abri. Enfin, il quitte l’Italie en novembre 1793, et débarque, désargenté, à Marseille.

Jacques Réattu, dessin préparatoire pour Prométhée, élevé par le Génie et protégé par Minerve, dérobe le feu du ciel, musée Réattu, Arles

  • 3 Lettre à son ami Gibert du 12 septembre 1792, manuscrit 593/42 et 43. Cité par Fernand Benoît, Les (...)

4C’est pendant cette période italienne, plus précisément au cours de l’année 1792, que Réattu compose son Prométhée. En septembre, l’agitation contre la France provoquée par la proclamation de la République le contraint à cesser d’y travailler3.

  • 4 L’examen attentif de la peinture semble indiquer que Réattu n’a pu achever son travail sur cette œ (...)

5Nous ignorons si son travail s’est arrêté là, ou s’il a pu le continuer mais il est possible d’imaginer qu’il a dû emporter le tableau avec lui, soit lorsqu’il a quitté l’Italie pour Marseille soit lorsqu’il y est retourné en 17964.

  • 5 Il existe également au musée Réattu trois autres études pour le Prométhée : une de draperie, une d (...)

6Avant de commencer la peinture du Prométhée, le peintre a réalisé un certain nombre de travaux préparatoires : au moins deux dessins et une esquisse peinte5. Le premier dessin, sur papier huilé, traduit l’idée initiale de Réattu. Le personnage de Minerve, incliné, comme en suspension, est placé au-dessus d’un Prométhée vêtu. Celui-ci tient une torche presque entièrement cachée par le bouclier de Minerve qui la protège. Le Génie est absent de cette composition. Les deux personnages se trouvent dans les deux tiers supérieurs du dessin, orientés vers le soleil, placé dans le coin supérieur gauche aux rayons dessinés tandis que, vers le bas, à droite, on devine le globe terrestre.

7L’autre dessin, qui fait l’objet de la présente analyse, se rapproche cependant beaucoup plus de la composition peinte. Il est signé et daté de Rome en 1792.

8Les personnages, désormais au nombre de trois avec la présence du Génie, sont disposés en triangle et occupent la presque totalité de la surface de la feuille. Le soleil est sorti de la composition, sa position est suggérée hors de la feuille, plus haut et plus au centre que précédemment, par les traits figurant ses rayons. Prométhée et le Génie ne sont pas vêtus au contraire de Minerve. Dans le bas du dessin, le globe terrestre est toujours suggéré.

9La comparaison entre ce dessin préparatoire et la composition finale fait apparaître un certain nombre de modifications opérées par l’artiste. Le vêtement (peplon et manteau) de Minerve traité dans le dessin d’une manière plutôt baroque est désormais d’une facture néo-classique.

10Dans la peinture, la déesse, élevée d’une quinzaine de centimètres vers le haut, se retrouve dans une position plus inclinée, ce qui entraîne un changement dans la position du bras qui soutient celui de Prométhée. La main tenant le bouclier est mise dans une position de protection alors qu’elle était plutôt dessinée dans une position d’effort et de lutte. Minerve s’écarte de Prométhée tandis que le soleil semble avoir été légèrement déplacé vers l’angle supérieur gauche. La tête de Prométhée n’est plus tournée vers le soleil, vers le haut. Le regard se porte désormais vers le feu dérobé.

11Ces différences semblent indiquer que Réattu a voulu changer le moment de la scène. Sur le dessin, l’effort fait par les personnages tend à montrer qu’il s’agit du moment où Prométhée va toucher le feu du ciel, nous nous trouvons encore dans une phase ascendante. La composition peinte, de son côté, montre l’instant précis où Prométhée vient de dérober ce feu. Moment de suspension, de relâchement qui pourrait expliquer l’attitude de Minerve tout comme celle de Prométhée, en effet la déesse tient le bras droit de Prométhée différemment dans le dessin (juste au niveau du coude et sur l’avant-bras) et dans la peinture (juste avant le poignet).

12Dans le bas du tableau les changements sont également évidents. Réattu est passé d’une suggestion du globe terrestre à une vue de montagnes dans le lointain surmontées de nuages plus importants s’éclaircissant au fur et à mesure que l’on s’élève vers le ciel.

13Dans cette composition en triangle tête en bas (Minerve à gauche, Génie à droite), Katrin Simons note l’influence du style académique, références puisées dans les œuvres de Raphaël à la villa Farnèse (Mercure), de Guido Reni et Giambologna ainsi qu’à partir d’études sur des Antiques tels le gladiateur Borghèse ou l’Athena Velletri. On peut également y voir l’influence de l’ouvrage de Claude-Nicolas Cochin fils Iconologie ou Traité de la science des allégories, paru en 1791, notamment pour l’utilisation de la figure du Génie (la Vérité) et de celle de Minerve (la Sagesse).

  • 6 Une réflexion est actuellement en cours en compagnie de Jacques Guilhaumou sur le Prométhée de Réa (...)

14Quant au choix de Prométhée – et de cette scène en particulier – comme travail principal à l’Académie, il s’agit d’un thème peu traité pendant la période, l’explication se trouvant sans nul doute dans l’adhésion de l’artiste aux idéaux révolutionnaires, dans l’originalité de son inspiration ainsi que dans sa propre conception du rôle de l’homme. Sans revenir sur le mythe prométhéen et notamment sur l’étude du mythe au XVIIIe siècle qu’en a fait Michel Delon dans le catalogue de l’exposition de Vizille, nous pouvons suivre Jean-Pierre Vernant dans ses commentaires sur la figure de Prométhée. Prométhée est un bien sûr un être d’intelligence et d’esprit comme Zeus, mais, à la différence de Zeus, il n’est pas le souverain d’un ordre divin, mais celui qui déplace le divin de l’ordre des dieux vers l’ordre des hommes par la contestation même de l’ordre divin. À ce titre, il donne aux hommes ce qui leur permet de vivre, tout en introduisant une rupture entre les dieux et les hommes. Prométhée est donc une figure qui se prête particulièrement bien à la représentation imagée d’une nouvelle divinité de l’homme situé hors du divin, donc dans son propre mouvement6.

  • 7 Pierre Poize est un graveur dont nous connaissons bon nombre d’œuvres pendant la période révolutio (...)

15Cette œuvre semble avoir inspiré au moins deux gravures ayant servi d’en-tête de lettre, créées par des artistes qui ont été des proches du peintre arlésien lors de son retour à Marseille. Le premier en-tête est celui du général Saint-Hilaire alors commandant la 8e division militaire à Marseille (jusqu’en novembre 1800). Elle représente une Liberté et une Victoire ailée et casquée, tenant un faisceau de palmes dans la main gauche au dessus d’un globe terrestre émergeant des nuages, allégorie du monde parcouru par les idées nouvelles. Minerve s’est transformée en Victoire, le Génie a disparu, le globe, lui, rappelle le dessin préparatoire du Prométhée. Cet en-tête est l’œuvre de Pierre Poize, graveur marseillais, qui s’est lié d’amitié avec Réattu dès l’arrivée de celui-ci à Marseille7.

  • 8 L’en-tête du général Macdonald est antérieur à février 1800, Bibliothèque nationale, De Vinck 7286
  • 9 Philippe Bordes, « Réattu et le Temple de la Raison de Marseille », Marseille en Révolution, Marse (...)

16Le second est dessiné par Chabrier et gravé par Folo pour le général Macdonald, commandant à Rome en l’an VI8. Devant un parterre de trophées, une République armée marche sur le globe (où l’on devine en fait tous les pays d’Europe) en se protégeant des atteintes de l’ennemi par un bouclier. Minerve, le Génie et Prométhée ont disparu au profit d’une figure unique. La représentation du globe, ici aussi, et surtout la présence du bouclier et sa tenue montrent que l’auteur s’est fortement inspiré du travail de Réattu. Chabrier, avant de s’engager dans l’armée d’Italie, est l’architecte qui a travaillé avec Réattu à transformer l’église des Prêcheurs de Marseille en Temple de la Raison9.

17Il ne fait dès lors aucun doute que Réattu a montré à ses amis artistes de Marseille au moins le second dessin préparatoire et, peut-être l’esquisse peinte voire la composition finale. Mais au moment où les deux en-têtes sont gravés, la figure de Prométhée n’a plus lieu d’être. Nous sommes désormais dans la phase de stabilisation directoriale, des classes politiques concurrentes et constituées existent et organisent un autre espace politique. Il est notable de constater cependant une continuité dans l’héritage des catégories et dans l’utilisation de l’image.

18Par l’originalité de son inspiration, la qualité de son travail, Jacques Réattu montre avec ce Prométhée toute la richesse de son univers culturel et intellectuel. Artiste majeur de la période, il devient la figure de proue d’un milieu artistique marseillais, solidaire et ouvert, caractérisé par la circulation des idées, la discussion et l’échange des sources d’inspiration.

Notes

1 En particulier à Marseille (Marseille en Révolution, Centre de la Vieille Charité) et Arles (La Révolution arlésienne, Espace Van Gogh).

2 Cette œuvre, pratiquement inconnue, a été retrouvée par Katrin Simons et redécouverte au moment de sa restauration puis à son exposition au musée de la Révolution française à Vizille où elle est commentée dans la catalogue Jacques Réattu, sous le signe de la Révolution, Musée de Révolution française/Actes Sud, Arles, 2000.

3 Lettre à son ami Gibert du 12 septembre 1792, manuscrit 593/42 et 43. Cité par Fernand Benoît, Les années romaines du peintre Réattu, Aix-en-Provence, 1926, p. 13-14. Il précise qu’il voudrait l’achever promptement pour pouvoir aller dessiner sur le motif.

4 L’examen attentif de la peinture semble indiquer que Réattu n’a pu achever son travail sur cette œuvre et qu’il n’a pas souhaité y revenir plus tard.

5 Il existe également au musée Réattu trois autres études pour le Prométhée : une de draperie, une du Génie et enfin une de Minerve nue. L’esquisse peinte, que Réattu avait l’habitude d’exécuter avant de passer à la réalisation définitive, et dont nous savons qu’elle a existé (Katrin Simons, Jacques Réattu, peintre de la Révolution française, Paris, Arthéna, 1985, p. 18) a été perdue. Nous ignorons donc si elle était plus proche du dessin préparatoire ou de la composition finale.

6 Une réflexion est actuellement en cours en compagnie de Jacques Guilhaumou sur le Prométhée de Réattu en tant que figure du mouvement ascendant/descendant pendant la Révolution française

7 Pierre Poize est un graveur dont nous connaissons bon nombre d’œuvres pendant la période révolutionnaire. Il voit ses commandes chuter après l’an III, c’est alors qu’il se tourne provisoirement vers la gravure d’en-têtes de lettres pour pouvoir survivre. L’en-tête du général Saint-Hilaire, alors commandant la 8e division militaire à Marseille, est antérieur à juin 1800, Bib. Mun. Marseille, ms 1619 p. 125. Sur Poize : Claude Badet, « Pierre Poize, itinéraire d’un artiste en Révolution », Mélanges Michel Vovelle, volume aixois, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1996.

8 L’en-tête du général Macdonald est antérieur à février 1800, Bibliothèque nationale, De Vinck 7286.

9 Philippe Bordes, « Réattu et le Temple de la Raison de Marseille », Marseille en Révolution, Marseille, Rivages/Musées de Marseille, 1989, p. 159-173 et Claude Badet, « Le décor du Temple de la Raison à Marseille ou la construction de la citoyenneté vertueuse », Jacques Réattu, sous le signe de la Révolution, op. cit., p. 87-97.

Table des illustrations

Légende Jacques Réattu, dessin préparatoire pour Prométhée, élevé par le Génie et protégé par Minerve, dérobe le feu du ciel, musée Réattu, Arles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k

Auteur

Centre interrégional de conservation et restauration du patrimoine, Marseille

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540