Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Images et Histoire

La Révolution donnée à voir1

Bernard Cousin

Texte intégral

  • 1 Cette contribution n’a pas donné lieu à une communication ou un rapport lors du colloque. Elle a é (...)
  • 2 Sur l’histoire de cette dernière, voir Christine Peyrard et Michel Vovelle, Héritages de la Révolu (...)
  • 3 Jacques Godechot, Les Révolutions (1770-1799), Paris, PUF, 1963 ; deuxième édition revue et augmen (...)

1Il est banal de rappeler que la Révolution française a été une période privilégiée de prise de parole. Elle a été aussi un moment particulièrement producteur de documents, devenus des archives recensées, classées et partiellement publiées depuis la fin du XIXe siècle, à l’initiative notamment du Comité des travaux historiques et scientifiques et de la Commission Jaurès2. Les historiens cependant ont longtemps négligé le fait que cette expression, qu’elle soit pour ou contre la Révolution, soit largement passée par l’image. À l’exception de l’art pictural, mais qui est un domaine particulier ayant ses propres spécialistes – les historiens de l’art –, l’image était ignorée, du moins en tant que source, jusqu’aux années soixante. Pour s’en convaincre, prenons le volume consacré à la Révolution, dans la collection qui faisait alors référence pour fournir aux étudiants les bases documentaires et bibliographiques : « Nouvelle Clio. L’Histoire et ses problèmes »3. Dans le chapitre II « Les Sources », p. 15 à 33, aucune mention de sources iconographiques ; et dans le chapitre III « Les travaux », aucun ouvrage ou article à l’exception de cinq références relatives à l’art de la période révolutionnaire. Même délivré en creux, le message est clair : l’histoire – savante – s’écrit à partir de l’analyse des seuls documents écrits.

  • 4 Il s’agit du célèbre Malet-Isaac (Hachette) édition de 1960, du Coquerelle et Genet (Hatier) 1960, (...)

2À l’image, au mieux, peut-on accorder un rôle d’illustration, comme le font les manuels du secondaire de l’époque. Quatre d’entre eux, parmi les plus usités4, font une large place à la reproduction d’estampes ou de gravures de la période révolutionnaire. Ainsi, par exemple, l’arrestation du roi à Varennes est illustrée par une image différente dans chacun des livres, mais aucun ne donne la référence précise du document, et deux seulement (le Malet-Isaac et le Girard) l’accompagnent d’un texte, qui est un court récit des conditions de l’arrestation, et constitue donc plus un contre-point de l’image qu’un commentaire de celle-ci.

  • 5 Albert Soboul, La civilisation et la Révolution française, collection « Les grandes civilisations  (...)

3Dans les mêmes années, des historiens spécialistes de la Révolution publient des ouvrages largement illustrés5, puisant abondamment dans les richesses du Musée Carnavalet et du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale. C’est déjà le signe d’un intérêt éditorial pour l’image révolutionnaire, mais les illustrations sont distinctes de la partie rédactionnelle ; bien qu’assorties d’une identification plus précise que dans les manuels du secondaire, elles sont accompagnées d’un texte qui constitue un récit de l’événement en lui-même, et non un commentaire de l’image. Celle-ci a donc bien dans ces ouvrages le statut d’illustration et non de source.

Nouveaux regards

  • 6 Jean Starobinski, L’invention de la liberté 1700-1789, collection Art-Idées-Histoire, Genève, Skir (...)
  • 7 Jean Adhémar, La gravure originale au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Somogy, 1963.
  • 8 L’art de l’estampe et la Révolution française, 1977.

4Toujours dans les années soixante à soixante-dix, apparaissent de nouveaux regards sur les images de la période révolutionnaire. Ils concernent d’abord la production artistique. Celle du grand art d’une part : peinture, mais aussi sculpture et architecture, avec les deux beaux livres de Jean Starobinski, L’invention de la liberté, et Les emblèmes de la raison6, mettant en perspective l’art du XVIIIe siècle, dans son rapport à la société et aux mouvements idéologiques et culturels. Puis l’abondante production gravée, d’autre part, connue certes déjà des spécialistes et collectionneurs, mais qu’un public plus large découvre à travers le livre de Jean Adhémar7, et l’exposition du Musée Carnavalet8.

  • 9 Mona Ozouf, « La fête sous la Révolution française » dans Jacques Le Goff et Pierre Nora, Faire de (...)
  • 10 Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Par (...)
  • 11 Hans-Jurgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, « La prise de la Bastille comme événement total », L’évén (...)
  • 12 Auguste Boppe et Raoul Bonnet, Les vignettes emblématiques sous la Révolution française, Paris, Be (...)
  • 13 Dès 1881, la revue La Révolution française insiste sur l’importance des images révolutionnaires ; (...)

5Dans les années soixante-dix, encore, par les voies quelque peu détournées des études sur la fête révolutionnaire9 et sur la symbolique républicaine10, l’image se constitue en document. Concernant la fête, moment fugace de sociabilité plus ou moins ordonnée, il reste quelques témoignages écrits, comme l’ordre des cortèges ; mais c’est l’image, peinte ou gravée, qui en donne une restitution dans l’espace, montrant notamment les monuments éphémères dressés à cette occasion. La symbolique républicaine, elle, se cherche dans des déesses Raison ou Liberté, avant de s’incarner dans Marianne : de l’icône vivante à la statuaire, en passant par les représentations iconographiques, c’est bien une imagerie qui est ici en question. Mais d’autres images ont, dès le début, symbolisé la Révolution : que l’on pense aux multiples représentations de la prise de la Bastille11, ou encore à celle du bonnet phrygien12, qui ornait nombre de vignettes révolutionnaires. Des historiens (re)découvrent13 donc la place tenue par l’image dans une société où un homme sur deux et trois femmes sur quatre ne maîtrisaient pas l’écrit.

Le rôle pionnier de Michel Vovelle

  • 14 Comme le souligne Catherine Duprat dans sa préface aux Mélanges Michel Vovelle. Volume de l’Instit (...)
  • 15 Gaby et Michel Vovelle, Vision de la mort et de l’au-delà en Provence, du XVe au XIXe siècle, d’a (...)
  • 16 Il s’agit du colloque du Centre Méridional d’Histoire tenu à Fontblanche, qui a donné lieu à publi (...)
  • 17 Les images de la Révolution française, études réunies par Michel Vovelle, Paris, Publications de l (...)
  • 18 Ibidem, p. 8.

6Les années quatre-vingt, bénéficiant du contexte favorable dû à la préparation du Bicentenaire, vont voir s’ouvrir largement les chantiers de recherche sur les images de la période révolutionnaire. Michel Vovelle, par ses travaux personnels comme par l’impulsion qu’il donna à des entreprises collectives, joua un rôle essentiel14. Bien avant de devenir Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, et Président de la Commission de Recherche Historique pour le Bicentenaire de la Révolution française, alors qu’il travaillait sur la mort, il avait questionné les images, retables ou statuaire, pour cerner les mentalités de groupes ou d’individus15, et il avait suscité dès 1976 une rencontre interdisciplinaire sur l’usage de l’image comme source historique, qui posait les problèmes méthodologiques à travers l’analyse de cas concrets16. Dix ans plus tard, le premier colloque qu’il organise à la Sorbonne, où il occupe depuis peu la chaire d’histoire de la Révolution, est exclusivement consacré aux images17 ; ce pari audacieux et réussi (le colloque réunit une quarantaine de chercheurs, historiens et historiens de l’art) confère à l’image révolutionnaire, longtemps négligée ou reléguée au rang d’illustration, un statut de source à part entière, comme le souligne Michel Vovelle dans son introduction : « L’image n’est plus conçue aujourd’hui uniquement comme illustration mais bien comme une source d’une exceptionnelle richesse qu’il convient de valoriser dans toutes les dimensions de ce qu’elle peut nous apporter. L’Histoire des mentalités, nouvelle venue, mais exigeante, prospectant les domaines de l’imaginaire trouve dans l’iconographie une source différente, qu’aucun texte ne saurait remplacer. Et la séquence révolutionnaire, par l’ampleur même des bouleversements qu’elle entraîne tant dans les sensibilités et représentations collectives, que dans les modes d’expression, notamment graphiques accroît encore cet intérêt »18. Ce colloque montre aussi l’ampleur du champ documentaire offert, et ses potentialités : la peinture, bien sûr, et la gravure, déjà bien connues grâce aux historiens d’art, mais aussi l’importance de la caricature, la place de l’allégorie, enfin les images figurant sur des supports autres que le papier ou la toile : monnaies, faïences, armes…, sans oublier les représentations postérieures : images des livres d’histoire et des manuels scolaires, images animées du cinéma et de la télévision.

  • 19 Michel Vovelle, La Révolution française : images et récit, 5 vol. , Paris, Livre Club Diderot, 198 (...)
  • 20 Michel Vovelle, Histoires figurales, des monstres médiévaux à Wonderwoman, Paris, Usher, 1989.
  • 21 Michel Vovelle, Combats pour la Révolution française, Paris, La Découverte – Société des études ro (...)

7Dès lors les travaux et publications vont se multiplier, à commencer par ceux de Michel Vovelle lui-même : son grand œuvre La Révolution française, images et récit19 révèle la richesse et l’ampleur de cette source, avec près de 3000 reproductions illustrant les divers usages de l’image révolutionnaire : descriptif, mémoriel, commémoratif, mais aussi militant, dénonciateur, créateur de symboles… ; puis son recueil de textes sur l’image20, où la période révolutionnaire est la plus étoffée, enfin son livre manifeste sur la Révolution21, dont la quatrième partie est consacrée aux images. Dans ces deux derniers volumes, constitués pour l’essentiel d’articles précédemment publiés dans des revues, on trouve aussi bien des analyses de cas, à travers l’étude de gravures satiriques, d’estampes, d’allégories, que des réflexions d’ensemble sur la production iconographique révolutionnaire en France, mais aussi à l’étranger, notamment en Italie.

Le contexte du Bicentenaire

  • 22 Voir notamment Michel Vovelle et Antoine De Baecque, Recherches sur le Révolution. Un bilan des tr (...)
  • 23 Laure Beaumont-Maillet (sous la direction de), Images de la Révolution française, un vidéodisque e (...)
  • 24 À titre d’exemple le guide des sources pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur comprend une part (...)

8Le mouvement d’intérêt concernant les images de la Révolution, impulsé par Michel Vovelle et le colloque de 1985, trouve son épanouissement en 1988-89 dans le contexte du Bicentenaire à travers notamment la mise à disposition de sources, les expositions, les colloques, les publications22. Parmi ce foisonnement, l’entreprise la plus lourde est certainement l’édition du vidéodisque Images de la Révolution française par la Bibliothèque Nationale, comprenant 40 000 images, provenant de divers fonds, et principalement du cabinet des estampes23. Grâce à cette publication, les chercheurs peuvent accéder, d’une manière commode, à une documentation considérable jusqu’alors difficilement accessible. La majorité des estampes de la période révolutionnaire sont d’origine parisienne ; il ne faut pas négliger toutefois celles qui furent imprimées à l’étranger : Angleterre, Italie, Allemagne, Pays-Bas… En revanche la production provinciale reste limitée. Toutefois les musées de province possèdent des tableaux, dessins, objets que les expositions et publications réalisées à l’occasion du Bicentenaire ont permis de découvrir24. Un travail important a été entrepris au Musée de la Révolution française de Vizille, pour la collecte et la mise en valeur de ces images et objets, qui s’est traduit par la réalisation de plusieurs expositions. À Paris en 1989 la Bibliothèque Nationale organisa deux expositions sur la Révolution, dont l’une sur la caricature. Au Forum du Centre Georges Pompidou (Beaubourg), un « mur d’images » est au centre du dispositif commémoratif, proposant à travers une fresque de 3 000 images de donner à voir la Révolution dans l’esprit de ce qu’était, deux siècles plus tôt, l’imagerie révolutionnaire. Au Musée du Louvre, un colloque est consacré à David. À l’université Paris VIII, une rencontre est organisée sur Les images de la Révolution française en Europe. À l’étranger aussi des initiatives mettent en valeur ces documents. L’Université de Californie à Los Angeles présente fin 1988, en collaboration avec la BN l’exposition, avec catalogue, Politique et polémique. La caricature française et la Révolution 1789-1799, que l’on verra quelques mois plus tard à Paris. À Montréal une exposition au Musée des Beaux-Arts est l’occasion d’un colloque sur les Images de la Révolution ; à Trèves, ce sont les images de la Bastille qui sont à l’honneur.

  • 25 L’image de la Révolution française, 3 volumes, Paris, Pergamon Press, 1989.

9Plus généralement l’image a souvent sa place dans des manifestations scientifiques qui ne lui sont pas exclusivement consacrées. C’est le cas au congrès mondial qui se tient à la Sorbonne en juillet 1989, où une dizaine des trois cents communications sont consacrées aux images révolutionnaires25. Il en va de même dans d’autres colloques en Province, comme celui tenu à Marseille à l’initiative de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard : Paroisses, Confréries, Dévotions à l’épreuve de la Révolution où une des séances est consacrée à l’iconographie, ou à celui organisé par Jean Ehrard à Clermont-Ferrand sur le vandalisme révolutionnaire.

  • 26 Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS, 1988. Antoine De Ba (...)

10Des travaux individuels sur l’image sont également publiés, bénéficiant du label de la « librairie du Bicentenaire de la Révolution française ». Dès 1988, Claude Langlois et Antoine De Baecque proposent, en deux ouvrages abondamment illustrés qui se répondent, une présentation de la caricature politique, qui fleurit dès le début de la Révolution26. Cinq ans plus tard, l’un et l’autre, publient un nouveau livre : de la présentation d’une source, ils passent à son utilisation.

Images du roi

  • 27 Antoine De Baecque, Le corps de l’histoire. Métaphore et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lév (...)
  • 28 Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos Economica, 1993, p. 1.

11Certes c’est d’abord à partir des multiples libelles parus dans les premières années de la Révolution, donc de l’écrit, que Antoine de Baecque construit sa réflexion sur la métaphore du corps, de celui du roi à celui de la Nation, pour aboutir à ceux des martyrs de la Révolution27. Mais souvent l’image accompagne le texte, et l’auteur s’appuie aussi sur l’iconographie, notamment dans le très suggestif ensemble qu’il réunit autour du thème de « l’impuissance » de Louis XVI, de ce corps « défait », bien avant d’être guillotiné. C’est aussi à la représentation du corps du roi que s’intéresse Claude Langlois, en sept dossiers iconographiques, qui donnent à voir « que les images de la mort du roi sont plurielles, qu’elles apparaissent tôt, précédant non seulement sa mort réelle, mais même sa mise à mort symbolique au lendemain de Varennes »28. Dans ce livre, l’image est au cœur de la démarche, avec des corpus restreints, quelques dizaines de documents, parmi lesquels la caricature a la part belle, mais sans exclusive ; images confrontées aux textes, sur quelques « dossiers » précis, qui sont aussi, à leur manière, des discours de la méthode du bon usage de documents iconographiques en histoire.

  • 29 Reprise sous forme d’ouvrage : Annie Duprat, Le roi décapité : essai sur les imaginaires politique (...)

12C’est aussi aux images du roi que s’intéresse Annie Duprat, dans sa thèse préparée sous la direction de Claude Langlois et soutenue en 1991 : Repique est Capet. Louis XVI dans la caricature : naissance d’un langage politique29. Travaillant sur le corpus des caricatures, elle insiste sur le tournant essentiel de Varennes, et le retournement de l’image royale, qui passe de celle du père de la Nation à celle de l’animal, et notamment du porc. Mais l’automne 1791 voit aussi des caricatures émanant des milieux royalistes, avant la grande offensive de 1792 orchestrée par le ministère Roland. La mort du roi fait que son image est désormais reprise par l’estampe souvenir issue des milieux contre-révolutionnaires ; mais après le coup d’État de Fructidor an V, apparaissent à nouveau des caricatures contre Louis XVI.

Images européennes

  • 30 Dans sa thèse préparée sous la direction de Michel Vovelle et soutenue en 1995 : Les signes extéri (...)

13Au-delà des frontières, la Révolution française a aussi suscité ou importé des images. Rolf Reichardt a donné de nombreuses analyses sur les images dans l’espace germanique. Christian-Marc Bosséno s’est intéressé à celles de l’Italie du « triennio »30. S’il existe une production d’images contre-révolutionnaires favorables aux Bourbons en Italie, il faut attendre 1796 et l’arrivée des Français pour assister à une explosion de l’imagerie révolutionnaire. L’armée d’Italie, et son chef victorieux, Bonaparte, sont souvent représentés. Mais que ce soit dans le Milanais ou en Vénétie, la gravure, et notamment la caricature, met aussi en scène le bouleversement politique et social : nobles purgés, Lion de Venise terrassé. Elle a parfois recours, pour exprimer cette situation nouvelle, à des codes iconiques et des archétypes anciens détournés, comme ceux de Pantalon et Arlequin. Mais quand sonne l’heure du recul militaire des Français, une centaine de gravures contre-révolutionnaires voient le jour, dénonçant des pillards en tricolore, ou, retrouvant une iconographie proche de l’ex-voto, célèbrent le retour de Ferdinand IV à Naples avec l’aide de saints protecteurs.

  • 31 Dans sa thèse préparée sous la direction Claude Mazauric et soutenue en 1998, et à ce jour inédite (...)
  • 32 Marina Bujoli achève en 2003 une thèse sous ma direction sur Louis XVI dans les documents iconogra (...)

14Pascal Dupuy a recensé, dans une trentaine de fonds, 838 gravures publiées en Angleterre entre 1789 et 1802 concernant la Révolution31. Toutefois les trois-quarts de ces caricatures concernent, au moins partiellement, la situation anglaise. Elles mettent en place des stéréotypes anti-français, à travers une représentation caricaturale de la Révolution, mais elles montrent aussi la peur qu’inspire une foule révolutionnaire, assoiffée de sang ; elles témoignent ainsi d’une crainte de l’insurrection populaire et des mouvements d’opposition en Grande-Bretagne. L’ampleur de ce corpus confirme à la fois l’importance que revêt l’événement révolutionnaire français en Angleterre et la primauté de la caricature anglaise en Europe au XVIIIe siècle. C’est en effet l’âge d’or de ces caricatures féroces et librement diffusées, vendues dans les boutiques londoniennes et exposées dans des galeries attenantes. Elles constituent un matériau iconographique d’une grande richesse historique32.

  • 33 Claude Badet, La Révolution en Provence. Images et Histoire. Avignon, Éditions Barthélemy, 1989. V (...)
  • 34 Voir note 15.
  • 35 Voir notamment : Philippe Bordes, Pierre Narcisse Guérin : La mort de Brutus, Musée de la Révoluti (...)

15Fonds parisiens et fonds étrangers ont donc récemment livré leurs richesses. Peut-on attendre d’autres découvertes en province ? La production iconique provinciale n’est certes pas comparable avec celle de la capitale. Une prospection systématique révèle toutefois quelques heureuses surprises. À titre d’exemple, la Provence livre à la fois quelques gravures d’événements unanimistes, comme la fête de la Fédération, les dessins de Marchand rendant compte des destructions d’églises, les aquarelles de Meunier gravées en 1797, les toiles de Topino-Lebrun en hommage à Babeuf, les grisailles de Réattu pour le temple de la Raison de Marseille33, quelques ex-voto et graffiti et le monument cénotaphe de Joseph Sec34. Au-delà des initiatives régionales, le travail réalisé sur la durée au Musée de la Révolution de Vizille contribue à faire connaître ce patrimoine35.

Images cinématographiques

  • 36 Voir note 17.

16Si la période révolutionnaire a été grande productrice d’images, les deux siècles qui ont suivi ont repris ou récréé des images sur la Révolution. L’analyse de ces images postérieures est aussi d’un grand intérêt pour l’historien, dans une perspective d’histoire des représentations. Dès le colloque de 1986 à la Sorbonne36 cette approche était présente. Dans les années qui ont suivi, des recherches importantes ont révélé comment le cinéma et la télévision ont montré la Révolution.

  • 37 Thèse préparée sous la direction de Marc Ferro et soutenue en 1987 : La Révolution française à tra (...)
  • 38 « Les écrans de la Révolution », Vertigo, n° 4, 1989. Ce numéro comprend les contributions d’une v (...)

17Les principaux travaux sur le cinéma ont été réalisés dans l’approche ou le cadre du Bicentenaire. On retiendra particulièrement la thèse de Sylvie Dallet37 et le numéro spécial de la revue Vertigo coordonné par Christian-Marc Bosséno38 La période révolutionnaire a inspiré plus de deux cents films, et ce dès le début du cinéma muet. La moitié de cette production est française : le réalisateur André Capellani est l’auteur de dix films sur la Révolution entre 1908 et 1914. L’adaptation d’œuvres romanesques ou théâtrales du XIXe siècle est fréquente. La vision donnée de la Révolution, et particulièrement du peuple, dans les films étrangers est très négative, notamment dans Madame Du Barry de Lubitsch (1919) et Les deux orphelines de Griffith (1921) qui connurent un grand succès. En France le courant romantique est exalté par le Napoléon d’Abel Gance (1927). Le cinéma, notamment hollywoodien, s’en tient à quelques scènes et personnages historiques obligés, et un certain nombre d’archétypes. Il en ressort une perception romanesque de l’histoire qu’incarne bien le destin de Marie-Antoinette, dont la vie a fait l’objet de plusieurs adaptations. En France, Sacha Guitry propose une approche très personnelle de cette vision de l’Histoire.

  • 39 La Révolution française : les années lumière de Robert Enrico, La Révolution française : les année (...)

18En revanche La Marseillaise de Jean Renoir (1937) tranche sur la production cinématographique consacrée à la Révolution. Réalisé dans le contexte du Front populaire, le film ne donne pas les premiers rôles aux grandes figures de la Révolution, mais à des hommes du peuple qui incarnent un élan national. Accueilli de manière mitigée à sa sortie, il ne connaîtra le succès qu’au lendemain de la guerre. Avec les années soixante-dix, les renouvellements formels sont visibles dans les films consacrés à la période révolutionnaire, que ce soit dans une comédie, comme Les mariés de l’an II de Jean-Paul Rappeneau (1971), ou l’adaptation d’une œuvre théâtrale avec 1789 d’Ariane Mnouchkine (1974). Au début des années quatre-vingt ce sont trois réalisateurs étrangers (mais dans des coproductions françaises) qui proposent les visions les plus originales et personnelles de la période révolutionnaire : le polonais A. Wajda dans Danton, adaptation d’une pièce de théâtre de 1929 qu’il tire vers des significations très contemporaines sur la Pologne à la fin de la période communiste ; l’italien E. Scola dans La nuit de Varennes, œuvre de fiction où il fait voyager ensemble, dans une voiture qui suit la route empruntée par la famille royale, Restif de la Bretonne, Casanova et Thomas Paine ; et l’égyptien Y. Chahine qui dans Adieu Bonaparte, avec un grand souci documentaire, essaie de restituer la vision de deux mondes confrontés lors de l’expédition d’Égypte. À côté de ces œuvres fortes, le film en deux volets réalisé à l’occasion du Bicentenaire39 fait figure de reconstitution attendue, et illustre la difficulté de traiter un grand sujet d’histoire au cinéma.

Images télévisuelles

  • 40 Isabelle Veyrat-Masson, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran, Paris, Fa (...)

19Mais depuis les années cinquante la télévision a pris une place grandissante de manière générale dans la société, mais aussi dans les représentations de l’histoire, qui justifie que des recherches spécifiques lui soient consacrées. Deux beaux livres récents viennent combler cette lacune historiographique. Dans le tableau d’ensemble qu’elle brosse de l’histoire au petit écran dans la deuxième moitié du XXe siècle40, Isabelle Veyrat-Masson est amenée, à plusieurs reprises, à évoquer les émissions concernant la Révolution. En effet cet événement a tenu une place importante dans deux séries emblématiques de la télévision française : « La caméra explore le temps » d’Alain Decaux, André Castelot et Stellio Lorenzi d’abord (1957-1965), avec les deux volets de La Terreur et la Vertu diffusés en octobre 1964, qui constituent l’un des sommets de ces « reconstitutions dramatisées de moments historiques clefs », mettant en scène des grands personnages, ici Danton et Robespierre ; les « Dossiers de l’écran » d’Armand Jammot ensuite (1967-1991), occupant toute une soirée autour d’un thème avec un film suivi d’un débat entre spécialistes et l’intervention des téléspectateurs par téléphone. Les questions historiques ont été l’objet d’un dossier de l’écran sur deux, et parmi elles la période révolutionnaire a été évoquée à plusieurs reprises, avec comme invités des historiens universitaires ; c’est pour l’une ce ces soirées qu’a été réalisé par Maurice Failevic le remarquable téléfilm 1788, qui retrace la vie d’un village à l’époque de la rédaction des cahiers de doléances et des élections aux États généraux.

  • 41 Maryline Crivello-Bocca, L’écran citoyen. La Révolution française vue par la télévision de 1950 au (...)
  • 42 Voir aussi une autre thèse inédite soutenue en 1993 à Paris IV : France Renucci, Le Bicentenaire d (...)

20Ces émissions phares font également l’objet d’études approfondies par Maryline Crivello qui s’intéresse aux représentations télévisuelles de la Révolution française41. Si des années cinquante à la fin des années quatre-vingt cette production suit une progression lente, le Bicentenaire « change le jeu », avec une profusion commémorative qui culmine au mois de juillet 1989 et le défilé sur les Champs Élysées orchestré par Jean-Paul Goude et retransmis en direct. Mais permanence du thème ne veut pas dire continuité dans son traitement : après l’époque pionnière des dramatiques, vient celle des feuilletons à épisodes qui connaît son apogée dans les années 70-80 et dont la durée permet de traiter des sujets inscrits dans la décennie révolutionnaire (La fin du marquisat d’Aurel, Fabien de la Drôme…) ; par ailleurs, dès la fin des années soixante, on remarque la multiplication des documentaires, et le recours aux historiens de métier, intervenant à titre de spécialistes. Dans les thématiques on passe des représentations des grandes figures nationales et des événements marquants à « l’histoire des gens », anonymes et provinciaux, suivant en cela une inflexion des recherches de l’histoire universitaire. La période du Bicentenaire, avec le rôle incitatif de la Mission, et le contexte de concurrence des chaînes qui privilégie la programmation par rapport à la réalisation, apparaît comme un tournant essentiel42. Après la retombée commémorative, la Révolution n’apparaît plus guère sur les écrans ; et plus généralement l’histoire, en dehors de celle du XXe siècle, disparaît des tranches horaires privilégiées des grandes chaînes généralistes.

Images et Histoire

21Des caricatures de 1789 aux émissions de télévision commémoratives de 1989, ces quinze dernières années ont vu les historiens s’intéresser (enfin !) aux représentations imagées de la Révolution : découverte (ou redécouverte) des sources, constitution de corpus, élaboration de méthodes empruntant au quantitatif et au qualitatif, et travaux de recherche nombreux. Certes, on pourrait faire la même remarque pour l’utilisation des sources iconographiques de manière plus générale en histoire. La période de la Révolution apparaît cependant comme un cas emblématique, vu l’abondance de la production ; elle est aussi, du moins dans l’histoire française, la première période où la production d’images profanes (et en l’occurrence souvent politiques) prend le dessus, en nombre, sur les images à thème religieux. Le contexte du Bicentenaire a eu aussi sa part dans cet intérêt pour l’image révolutionnaire. En ce sens le colloque organisé en 1986 à La Sorbonne par Michel Vovelle m’apparaît comme un moment historiographiquement décisif.

  • 43 Michèle Ménard, Annie Duprat (direction), Histoire, Images, Imaginaires (fin XVe siècle – début XX(...)

22Et depuis ? Nombre de travaux entamés à cette occasion ont abouti à la fin des années quatre-vingt ou au début des années quatre-vingt-dix. Il n’y a probablement plus de grand corpus d’images à découvrir. Mais des travaux continuent. J’en donnerai pour conclure seulement deux exemples. En mars 1996 se tenait au Mans un important colloque rassemblant une quarantaine de communicants sur Image et Histoire de la fin du XVe au début du XXe siècle ; or, l’un des cinq thèmes y était consacré au « fait révolutionnaire figuré »43.

  • 44 En 1998, n° 313, Christian-Marc Bosséno, « Je me vis dans l’histoire : Bonaparte de Lodi à Arcole, (...)

23L’autre témoignage émane de la grande revue spécialisée sur l’histoire de Révolution, Annales historiques de la Révolution française. Alors que les travaux sur des sources iconographiques y étaient rares auparavant, on note en 1992 une livraison complète (n° 289) consacrée aux « Images et symboles », et sur les dernières années quatre articles s’appuyant sur des documents iconographiques44.

24Le bilan de ces vingt dernières années est donc considérable. Il me semble en effet que l'on ne peut pas distinguer nettement, pour les travaux concernant les images de la Révolution, les années de la préparation du Bicentenaire, de celles qui ont suivi. Il y a eu croisement de deux conjonctures historiographiques : le regain des études et publications sur la Révolution avec 1989, et le développement de travaux historiques prenant l'image pour objet et pour source, depuis le début des années quatre-vingt. Découverts, ou redécouverts, à l'approche du Bicentenaire, les corpus d'images concernant la Révolution ont suscité des travaux dont plusieurs se sont achevés dans les années quatre-vingt-dix. D'autres ont suivi. Aujourd'hui, les images de la Révolution sont définitivement entrées dans le territoire de l'historien.

Notes

1 Cette contribution n’a pas donné lieu à une communication ou un rapport lors du colloque. Elle a été rédigée ultérieurement, à la demande des organisatrices, en vue de la publication de ce volume. Elle ne prétend point à la synthèse, mais se présente comme un point de vue. Par ailleurs la question des « estampes et caricatures » a été traitée par Rolf Reichardt dans le présent volume, dans son intervention sur « Histoire de la culture et des opinions ». Je souscris totalement aux « trois principes généraux » qu’il dégage (p. 189), et renvoie aux nombreuses références bibliographiques qu’il fournit.

2 Sur l’histoire de cette dernière, voir Christine Peyrard et Michel Vovelle, Héritages de la Révolution à la lumière de Jaurès, Aix-en-Provence, PUP, 2002.

3 Jacques Godechot, Les Révolutions (1770-1799), Paris, PUF, 1963 ; deuxième édition revue et augmentée, 1965, ici consultée.

4 Il s’agit du célèbre Malet-Isaac (Hachette) édition de 1960, du Coquerelle et Genet (Hatier) 1960, du Brelingard (Hachette) 1962, et du Girard (Bordas) sans date (1968 ?). Les deux premiers privilégient les reproductions en noir et blanc, les deux autres font une large place aux images en couleur. Sur les images de la Révolution dans les ouvrages scolaires de l’enseignement élémentaire voir les travaux d’Yves Gaulupeau.

5 Albert Soboul, La civilisation et la Révolution française, collection « Les grandes civilisations », Paris, Arthaud, 3 volumes, 1970-1983 ; François Hincker et Claude Mazauric, Histoire de la France contemporaine (collection coordonnée par Jean Élleinstein), tome 1, 1789-1799, Paris, Éditions sociales-Livre Club Diderot, 1977.

6 Jean Starobinski, L’invention de la liberté 1700-1789, collection Art-Idées-Histoire, Genève, Skira, 1964 et 1789 Les emblèmes de la raison, Paris, Flammarion, 1973.

7 Jean Adhémar, La gravure originale au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Somogy, 1963.

8 L’art de l’estampe et la Révolution française, 1977.

9 Mona Ozouf, « La fête sous la Révolution française » dans Jacques Le Goff et Pierre Nora, Faire de l’histoire, t. III, Paris, Gallimard, 1970 ; Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1976 ; Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, Aubier-Flammarion, 1976.

10 Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979.

11 Hans-Jurgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, « La prise de la Bastille comme événement total », L’événement, Actes du colloque du Centre Méridional d’Histoire, Aix-en-Provence, PUP, 1986, p. 77-102. On peut voir en couverture de ce volume la photographie d’une peinture murale assez naïve (aujourd’hui disparue) représentant la prise de la Bastille, et effectuée par les soldats de l’armée d’Italie, en campement dans le château de Tourrettes-sur-Loup (06). Voir également Rolf Reichardt, « La construction d’un événement-clé historique par l’image ; le cas du 14 juillet 1789 », Histoire, Images, Imaginaires, actes du colloque du laboratoire d’histoire anthropologique du Mans, Université du Maine, 1998, p. 353-363.

12 Auguste Boppe et Raoul Bonnet, Les vignettes emblématiques sous la Révolution française, Paris, Berger-Levrault, 1911, ainsi que Élisabeth Liris, « Autour des vignettes révolutionnaires : la symbolique du bonnet phrygien », Les images de la Révolution française, études réunies par Michel Vovelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

13 Dès 1881, la revue La Révolution française insiste sur l’importance des images révolutionnaires ; voir Patrick Garcia, Jacques Lévy, Marie-Flore Mattéi, Révolutions, fin et suite., Paris, Espaces Temps, 1991, p. 180.

14 Comme le souligne Catherine Duprat dans sa préface aux Mélanges Michel Vovelle. Volume de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française, Paris, Société des Études Robespierristes, 1997.

15 Gaby et Michel Vovelle, Vision de la mort et de l’au-delà en Provence, du XVe au XIXe siècle, d’après les autels des âmes du purgatoire, Cahier des Annales, Paris, A. Colin, 1970. Michel Vovelle, L’irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d’Aix, Aix-en-Provence, Édisud, 1975

16 Il s’agit du colloque du Centre Méridional d’Histoire tenu à Fontblanche, qui a donné lieu à publication : Iconographie et Histoire des Mentalités, Paris, Éditions du CNRS, 1979.

17 Les images de la Révolution française, études réunies par Michel Vovelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

18 Ibidem, p. 8.

19 Michel Vovelle, La Révolution française : images et récit, 5 vol. , Paris, Livre Club Diderot, 1986.

20 Michel Vovelle, Histoires figurales, des monstres médiévaux à Wonderwoman, Paris, Usher, 1989.

21 Michel Vovelle, Combats pour la Révolution française, Paris, La Découverte – Société des études robespierristes, 1993.

22 Voir notamment Michel Vovelle et Antoine De Baecque, Recherches sur le Révolution. Un bilan des travaux scientifiques du Bicentenaire, Paris, La Découverte -IHRF-Société des Études Robespierristes, 1991 qui consacre tout une partie aux travaux concernant l’image et la représentation.

23 Laure Beaumont-Maillet (sous la direction de), Images de la Révolution française, un vidéodisque et trois volumes, Paris, Bibliothèque nationale et Pergamon Press, 1990. Le vidéodisque est complété par trois volumes donnant l’ensemble des références, ainsi que divers index ; ces informations sont également disponibles sur un programme informatique pour PC, permettant de piloter le vidéodisque.

24 À titre d’exemple le guide des sources pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur comprend une partie sur les images et objets (p. 137-153) : Claude Badet, Régis Bertrand, Bernard Cousin, Pierre Santoni, Guide des sources régionales pour l’histoire de la Révolution française, Aix-en-Provence, PUP, 1987.

25 L’image de la Révolution française, 3 volumes, Paris, Pergamon Press, 1989.

26 Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS, 1988. Antoine De Baecque, La caricature révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS, 1988.

27 Antoine De Baecque, Le corps de l’histoire. Métaphore et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993.

28 Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos Economica, 1993, p. 1.

29 Reprise sous forme d’ouvrage : Annie Duprat, Le roi décapité : essai sur les imaginaires politiques, Paris, Le Cerf, 1992.

30 Dans sa thèse préparée sous la direction de Michel Vovelle et soutenue en 1995 : Les signes extérieurs. Diffusion, réception et image de la culture française dans l’Italie du triennio (1796-799). Voir aussi Christian-Marc Bosséno, Christophe Dhoyen, Michel Vovelle, Immagini della Libertà. L’Italià in Rivoluzione, 1789-1799, Rome, Editori riuniti, 1988.

31 Dans sa thèse préparée sous la direction Claude Mazauric et soutenue en 1998, et à ce jour inédite : L’Angleterre face à la Révolution. La représentation de la France et des Français à travers la caricature.

32 Marina Bujoli achève en 2003 une thèse sous ma direction sur Louis XVI dans les documents iconographiques et objets produits en Grande-Bretagne : une certaine image de la monarchie, de la France et des Français.

33 Claude Badet, La Révolution en Provence. Images et Histoire. Avignon, Éditions Barthélemy, 1989. Voir également : Marseille en Révolution, catalogue de l’exposition du Centre de la Vieille Charité, Marseille, Éditions Rivages, 1989. Voir aussi, dans le présent ouvrage, la contribution de Claude Badet sur Réattu, et sur son Prométhée reproduit en couverture.

34 Voir note 15.

35 Voir notamment : Philippe Bordes, Pierre Narcisse Guérin : La mort de Brutus, Musée de la Révolution française de Vizille, 1996 ; Jacques Réattu sous le signe de la Révolution, catalogue de l’exposition, Musée de la Révolution française de Vizille, coédition Actes Sud, 2000. Aux marges de la thématique de la présente contribution, la question de la sauvegarde des œuvres et de la création des musées a été profondément renouvelée par Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine (1789-1815), Paris, Gallimard, 1997. Voir aussi Christophe Loir, La sécularisation des œuvres d’art en Brabant (1773-1842). La création du musée de Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1998.

36 Voir note 17.

37 Thèse préparée sous la direction de Marc Ferro et soutenue en 1987 : La Révolution française à travers le cinéma et la télévision. Elle a donné lieu à la publication d’un ouvrage : Sylvie Dallet, La Révolution française et le cinéma, Paris, Lherminier – Éditions des quatre-vents, 1988.

38 « Les écrans de la Révolution », Vertigo, n° 4, 1989. Ce numéro comprend les contributions d’une vingtaine de collaborateurs.

39 La Révolution française : les années lumière de Robert Enrico, La Révolution française : les années terribles de Richard Heffron.

40 Isabelle Veyrat-Masson, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran, Paris, Fayard, 2000. Ce livre fait suite à une thèse préparée sous la direction de Jean-Noël Jeanneney.

41 Maryline Crivello-Bocca, L’écran citoyen. La Révolution française vue par la télévision de 1950 au Bicentenaire, collection Communication et Civilisation, Paris, L’Harmattan, 1998. Cet ouvrage, construit à partir d’une thèse préparée sous ma direction et soutenue en 1993 à l’Université de Provence, s’appuie sur l’analyse de six cents émissions, dont le tiers (400 heures de programmes) a pu être visionné.

42 Voir aussi une autre thèse inédite soutenue en 1993 à Paris IV : France Renucci, Le Bicentenaire de la Révolution à la télévision.

43 Michèle Ménard, Annie Duprat (direction), Histoire, Images, Imaginaires (fin XVe siècle – début XXe siècle), Le Mans, Université du Maine, 1998.

44 En 1998, n° 313, Christian-Marc Bosséno, « Je me vis dans l’histoire : Bonaparte de Lodi à Arcole, généalogie d’une image de légende » ; en 1999, n° 318, Pascal Dupuy, « Le 18 Brumaire en Grande-Bretagne : le témoignage de la presse et de la caricature » ; en 2001, n° 326, Éveline Koolhaas-Grosvel, « Une nouvelle image des Pays-Bas. L’identité nationale par l’estampe » ; en 2002, n° 330, Annie Duprat, « Provinces-Paris, ou Paris-Provinces. Iconographie et Révolution française ».

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540