Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire des femmes

Une comparaison entre Italie et France sur femmes, écriture et pensée politique

Laura Pisano

Texte intégral

1Le sujet de mon intervention concerne l’expression politique des femmes et leur écriture publique en France et en Italie. Au moment de la Révolution française et des événements qui suivirent dans la première moitié du XIXe siècle, dans ces deux pays à vocation européenne et méditerranéenne, la diffusion exceptionnelle de la presse, à laquelle on a souvent fait référence dans ce colloque, eut des conséquences importantes sur l’expression publique des hommes, mais également des femmes.

2Cela nous permet d’évaluer, dans une perspective nouvelle, l’apport des femmes au journalisme contemporain et particulièrement leur apport à la construction de la démocratie politique. La question de la présence et de l’affirmation de la pensée et de l’action politique de nombreuses femmes devient alors un problème historiographique important. Ces femmes n’appartenaient pas toutes à une élite sociale ; elles s’exprimaient dans écrits dits ou jugés « éphémères » que, soit les contemporains, soit l’historiographie du XIXe et de la majorité du XXe siècle, ont complètement oubliés, sinon cachés.

  • 1 L. Pisano, C. Veauvy, Parole inascoltate. Le donne e la costruzione dello Stato-nazione in Italia (...)

3En partant d’une étude que j’ai conduite en commun avec une chercheuse française1, je voudrais proposer quelques éléments de recherche sur une période qui a été considérée pendant longtemps, par les historiens contemporanéistes, comme la moins habitée par la présence active des femmes en politique : la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle.

4L’analyse des écrits des femmes entre Révolution française et unification nationale italienne (1861) démontre, je crois, que le temps de considérer avec un nouveau regard ce que le journalisme dit « des femmes » et son apport à la construction de la démocratie politique est arrivé.

5Cette étude se fonde sur plusieurs préalables et constatations. Il faut d’abord inclure les journaux pour les femmes, y compris les journaux de mode, dans l’histoire du journalisme qui en parle toujours comme de bizarreries ou d’implications logiques du luxe du XVIIIe siècle – ou bien comme de témoignages de l’existence d’un espace à part pour les femmes tout au long du XIXe siècle – mais jamais comme de l’expression des opinions et des idéologies de et sur la femme et ses intérêts.

6Il faut également prendre conscience que, surtout à partir de 1830, en coïncidence avec la Révolution de Juillet, avec le développement du saint-simonisme, avec l’émigration politique d’Italiens en France, les femmes expriment leur goût pour la vie politique et commencent à fonder et à diriger des journaux politiques, comme l’attestent les journaux de la princesse italienne Cristina di Belgiojoso, exilée en France entre 1830 et 1848, des femmes saint-simoniennes, des femmes de 1848.

  • 2 Michelle Perrot, Femmes publiques, Textuel, Paris, 1997.

7La plupart des titres des journaux pour les femmes, au XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle, sont dédiés à la femme, aux femmes, à la tribune des femmes, à la femme libre, à la politique des femmes, à la liberté des femmes, à la voix des femmes, et conjuguent très explicitement les idéaux proclamés par la Révolution française avec le désir des femmes de prendre la parole dans la sphère et l’espace publics, « espace problématique » comme dit Michelle Perrot, qui définit l’écriture « comme une des premières conquêtes féminines, et une de celles qui suscitent la plus forte résistance »2.

8L’intérêt pour l’éducation et l’instruction – évidents dans la plupart des titres des journaux pour les femmes du XIXe siècle – masque un intérêt politique, comme la philanthropie masque presque toujours un désir d’action politique et sociale de la femme.

9La famille et la mode, qui donnent encore la plupart des titres aux journaux pour les femmes du XIXe siècle, correspondent à la division acquise des espaces sociaux des sexes, et souvent les femmes journalistes sont capables de dépasser ces barrières pour proposer une vision moins partielle de la vie sociale et politique.

10Le patriotisme romantique de l’Italie pré-unitaire fait vivre une conception de la nation complètement extérieure au nationalisme qui sortira de la première guerre mondiale, qui fut plutôt la déformation moderne du patriotisme, du sens de la nation et de la patrie, telle qu’elle empêche la solidarité entre citoyens de différents sexes et nations au nom des idéaux communs (liberté, égalité, libre commerce, instruction généralisée, etc.). Ce qui été, par contre, l’inspiration principale du patriotisme du Risorgimento.

11Je me suis longtemps demandé si, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, en l’absence d’un scénario politique reconnaissant les droits des femmes et les formes d’organisation politiques ou culturelles ouvertes aux femmes, il était possible d’individualiser des interventions féminines, une culture des femmes, qui représente la différence des sexes aux différents niveaux de la vie sociale.

  • 3 C. Geerz, The interpretation of Cultures, New York 1973.Trad. ital. : Interpretazione di culture, (...)
  • 4 L. Hunt, Politics, culture and Class in the French Revolution, University of California Press, Ber (...)

12Il est évident qu’à condition d’étendre le concept de culture à toutes les manifestations et élaborations intellectuelles auxquelles participent les femmes en qualité d’acteurs sociaux, on peut sortir de l’impasse du vide, ou au moins de la pauvreté, des études sur les expressions culturelles et politiques des femmes dans la période historique considérée. Dans la recherche anthropologique, je crois que c’est Clifford Geerz3 qui a le mieux expliqué les deux implications du concept de culture : d’un côté une dimension symbolique (la culture est faite de symboles qui subsistent à condition d’être partagés par toute la communauté) et de l’autre côté une dimension de variabilité et de particularité (la division des symboles coïncide avec la construction de communautés qui acquièrent le sens de leur identité). Cela implique la nécessité de développer une stratégie de recherche qui pose comme question initiale la signification des actes sociaux et la signification que les individus en société attribuent à ces mêmes actes. Mais, conférer une signification n’est pas un fait individuel, c’est au contraire un fait social, qui coïncide avec la signification qu’on lui confère « publiquement », et qui, en conclusion, renvoie à la culture comme réseau de significations. C’est la leçon qui nous vient aussi des études historiques de Lynn Hunt4, qui a tracé une analyse magistrale du langage, des valeurs, de la rhétorique révolutionnaire, des rituels, en accord avec les intuitions d’historiens comme Maurice Agulhon, Mona Ozouf, Michel Vovelle, concernant l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, la fête révolutionnaire de 1789 à 1799, les métamorphoses de la fête en Provence.

  • 5 M. Mauss, Essai sur le don, in « Année sociologique », a.II, 1923-24, trad. ital. : Teoria general (...)

13Il me semble fondamental de suivre l’enseignement qui vient de la lecture anthropologique des documents et des comportements, des messages symboliques des femmes, que j’ai examinés dans les aspects de la culture qui sont les plus négligés, en liant, le plus étroitement possible, l’analyse des formes symboliques aux événements sociaux concrets, à l’univers public de la vie en commun. Cet appel au concret de l’action sociale est très bien énoncé par Clifford Geerz : il se traduit par une invitation à l’utilisation sociale des symboles, leur utilisation effective par les hommes et les femmes qui vivent en société. Il s’agit d’un appel que C. Geerz lance avec une référence explicite à Marc Bloch et qui, dans le domaine de l’anthropologie et de l’ethnologie, a été exprimé avec vigueur par Marcel Mauss qui affirmait qu’il faut imiter les historiens, c’est à dire « observer ce qui a été donné »5.

14Les écrits des femmes, de la Révolution française au Risorgimento italien, constituent une texture de documents et d’actions, de « documents agis » (et sur la complexité de symboles que l’écriture, la parole et les actes de femmes comportent) en relation à un sujet qui, en général, est considéré comme en dehors de leurs intérêts au début de l’époque contemporaine : c’est à dire la localisation de la femme dans l’État, la formation de l’idée de citoyenneté comprenant tous les individus, pensées qui sont les conditions d’une conception politique de la vie.

  • 6 Aujourd’hui la recherche historique sur la création des identités nationales est toujours plus sen (...)

15L’attention portée aux dimensions symboliques de l’action sociale6 peut donc constituer un moyen de lire et de comprendre les dilemmes existentiels exprimés par les écrits de femmes, comme en anthropologie culturelle, pour trouver là ce qui nous échappe en regardant en grand (ce qui est la référence fondamentale de la micro-histoire).

16La recherche d’une clef de lecture du langage symbolique peut donner un cadre au développement du journalisme des femmes et pour les femmes entre la Révolution en France et l’unification nationale en Italie.

  • 7 J. Landes, Women and the public sphere in the Age of the French Revolution, 1990; N. Rattner Gelba (...)

17La catégorie de « journaux des femmes et pour les femmes », indiquée par Joan Landes et par Nina Rattner Gelbart7, permet d’inclure dans l’analyse historique et sociale une quantité de journaux, y compris les journaux de mode, d’actualité, de défense des travailleuses, de conseils pour la vie quotidienne, de journaux politiques, d’instruction, etc…

18Les journaux donnent aux femmes l’occasion de s’exprimer pour des interventions sur les événements politiques, dans les étapes de la construction de l’État-Nation en Italie (femmes du Triennio jacobin, femmes du Risorgimento) à propos de la représentation qu’elles se font de la place des femmes dans le nouvel État qui va se configurer (et dont les saint-simoniennes et les femmes de 1848 en France avaient donné une hypothèse de développement).

19Comme revendication d’égalité entre homme et femme, l’idéologie révolutionnaire maintient une ambiguïté sur la possibilité pour les femmes de participer à la vie politique, ainsi s’ouvre le discours sur les droits des femmes. Mais, ce discours porte obligatoirement à s’interroger sur la longue divergence historique entre la proclamation du principe abstrait de l’individualisme, principe universaliste, et la réalité de l’exclusion des femmes de la citoyenneté.

  • 8 Voir sa préface à Parole inascoltate. Le donne e la costruzione dello Stato-nazione in Italia e in (...)

20Le rapport entre femmes et institutions publiques est une partie importante de la recherche du lien entre l’histoire de l’émancipationnisme et les thèmes généraux qui concernent la vie de tous les citoyens du nouvel État administratif, comme le démontrent plusieurs recherches, notamment en Italie celles de Ginevra Conti Odorisio, quand elle affirme qu’il faut étudier l’évolution de la condition féminine dans la conviction que cette partie de l’histoire ne concerne pas seulement les femmes, mais la société dans sa totalité8. C’est « seulement au moment où cette connaissance deviendra héritage commun, que la démocratie pourra se dire complète », disait en 1865 Cristina di Belgiojoso. C’est à dire qu’il faut mieux lire les écrits et les témoignages des femmes (non seulement pour introduire des nouveautés méthodologiques dans l’histoire du journalisme, ou dans l’histoire des femmes, mais pour réaliser une histoire de la société contemporaine dans laquelle les femmes sont comprises, individus comme les hommes). Le problème est de ne pas organiser, ou favoriser, de nouvelles barrières dans les chemins de l’histoire, mais au contraire de trouver la façon d’abattre celles qui survivent.

  • 9 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Flammarion, Paris, 1998.

21Les écrits « éphémères » des femmes ont beaucoup à nous dire sur la vie politique et la présence active des femmes du passé, quand, sous l’influence du romantisme, grâce à son exaltation des sentiments, des traditions, de la vie individuelle et collective, du passé historique, des manifestations populaires et nationales, la littérature et l’écriture suscitent l’intérêt d’un grand nombre de femmes, comme Michelle Perrot l’a expliqué et démontré magistralement9. Ce sont des femmes qui mûrissent la conviction romantique que l’État peut favoriser l’expression d’une communauté homogène en croyances et en style de vie, qui n’exclut personne. L’élan de l’écriture féminine dans les journaux vient de cette conviction, et cherche les thèmes qui lui sont les plus favorables : l’éducation et l’instruction, la famille, le rôle de la femme, la maison, la mode, c’est à dire la façon de se présenter en société. Les écrits des femmes témoignent d’une variété d’attitudes envers la formation de l’État et donnent des significations différentes à la conception qu’elles élaborent de la représentation politique, du gouvernement, des institutions politiques, de la patrie.

22Plusieurs femmes, italiennes et françaises, qui écrivaient dans des journaux étaient persuadées de pouvoir atteindre une présence influente en politique et se servaient de cette conviction comme d’un instrument de pression et de pouvoir (Belgiojoso, femmes du 1848 autour de La voix des femmes). Les journaux permettent alors d’édifier un réseau de relations hommes/femmes et femmes/femmes.

23Les écrits des femmes posent clairement quelques thèmes spécifiques qui les concernent et qui regardent une nouvelle conception de la famille, de l’éducation, des relations entre les sexes. Il est évident que l’idée d’État-Nation qu’elles élaborent se fonde sur le sens d’appartenance à une communauté créée par la volonté des citoyens qui, collectivement, décident de s’organiser en État et de s’y soumettre.

24L’idée que l’État-Nation se fonde sur des principes de démocratie politique est absolument claire dans la pensée des femmes dont j’ai analysé les écrits. Surtout dans celle des saint-simoniennes, qui partent, comme Mary Wollstonecraft, de la critique de la séparation entre raison masculine et sentiment féminin. Mais, si Wollstonecraft avait cherché à introduire les femmes dans le domaine de la raison pour leur éviter les pièges du sentiment, les saint-simoniennes s’opposent à cette séparation et proclament l’harmonie entre raison et sentiment, disposées à en payer le prix. Ces femmes d’origine artisanale ou petite-bourgeoise, éduquées en politique par une idéologie qui proclamait la complémentarité des sexes comme base d’une nouvelle humanité, dénoncent la tromperie en partant de leur expérience concrète, et la divergence entre théorie et pratique des hommes en valorisant de la conscience de leur différence en tant que femmes.

  • 10 Ces mots nous les trouvons dans l’édition française plus récente de ce livre, avec introduction de (...)

25Il s’agit donc d’une expérience collective dans laquelle on prête une grande attention aux différences individuelles, qui sont exprimées avec une variété de formes. Par exemple, la grande quantité de prénoms qui signent les articles de leur journal est un symbole de cette attention pour les différences individuelles : prénoms, parce qu’elles refusent le nom, et se définissent « les prénommées ». La raison est plusieurs fois énoncée sur leur journal par la brodeuse Suzanne Voilquin (qui quelques années après signera ses Souvenirs d’une fille du peuple Suzanne V.) et déclare : « un nom d’homme semblait à mon esprit indépendant un joug trop lourd : moi, je l’ai déposé »10. Mais la grande innovation portée par la pensée des saint-simoniennes, qui est en même temps la raison et la conséquence de leur autonomie, consiste en leur capacité à traduire le sujet féminin abstrait dont parlaient leur « Pères », c’est à dire la Femme, dans les sujets féminins concrets, les femmes, et en conséquence la capacité de construire une structure collective fondée sur la solidarité plutôt que sur la reconnaissance d’une autorité supérieure.

  • 11 J.W. Scott, Les femmes qui n’ont que des paradoxes à offrir. Féministes françaises 1789-1945, La p (...)

26En conclusion, je suis persuadée que la période comprise entre 1789 et 1860 représente le moment inaugural de la politique moderne des femmes, thèse qui peut se reconnaître non seulement dans les études sur le féminisme des origines (Joan Scott, Karen Offen, Claire G. Moses, Geneviève Fraisse, Jane Abray), mais aussi dans toute l’œuvre de nombreuses autres historiennes françaises et italiennes (G. Conti Odorisio, Anna Rossi Doria, Michelle Perot, etc.). En effet, la Révolution française a inauguré soit la lutte des femmes pour l’accès à la citoyenneté, soit leur effort pour en redéfinir les termes : les deux choses vont ensemble dès le début, parce que ce fut alors l’affirmation du concept moderne de citoyenneté, comme il l’avait été pour le concept classique de citoyenneté, non seulement à coté, mais aussi grâce à l’exclusion des femmes. Comme l’a écrit Joan Scott, l’opposition à la particularité féminine assure l’universalité à la représentation masculine11. C’est grâce à cette commune origine historique que sont restés centraux jusqu’à aujourd’hui soit le lien entre féminisme et démocratie, soit la nécessité pour le premier de redéfinir le deuxième. Le paradoxe de longue durée d’une égalité formellement universelle, mais concrètement limitée à ceux qui possèdent certains caractères physiques, est le terrain sur lequel le féminisme trouvera, de ses origines à aujourd’hui, les plus grands obstacles, mais aussi de nombreuses sollicitations pour critiquer la démocratie et pour élaborer un concept d’égalité non alternatif, qui ne soit pas en contradiction, avec le concept de différence. C’est aujourd’hui le défi principal que la démocratie doit relever pour sortir de sa crise.

  • 12 Un des livres les plus intéressants, publiés en Italie, à ce sujet est celui de A. Rossi Doria, Il (...)

27Jusqu’à il y a très peu de temps, l’histoire des femmes dans la Révolution française n’a pas été occultée, mais a été insérée dans un des plus classiques schémas binaires qui vient de l’idée de la complémentarité des sexes : celui pour lequel les femmes appartiennent à la sphère sociale et les hommes à la sphère politique. Jusqu’au récent développement de l’historiographie féministe, et malgré l’intérêt de quelques grands historiens français pour les femmes de la Révolution, leur débâcle politique pendant la Révolution et ses conséquences de longue durée avaient été complètement cachées. Des recherches plus récentes, à partir de l’étude de Lynn Hunt, démontrent que, dans le cours de la Révolution, la prétendue demande de citoyenneté des femmes avait été beaucoup plus large que la demande des droits politiques12. À travers la participation féminine non légale au vote politique, l’usage des cocardes tricolore, la demande de porter les armes, la présence dans les tribunes des clubs, les femmes cherchent à constituer et utiliser un système de symboles qui renvoie à leur volonté concrète d’être citoyennes. Les contemporains, et après les historiens, réagirent avec incrédulité et embarras à tout cela, en construisant une image d’excès, d’intempérance, de monstruosité des révolutionnaires, sans-culottes de 89, vésuviennes de 1848, pétroleuses de la Commune : la gravure et la caricature ont leur part de responsabilité, comme l’a démontré Rolf Reichardt dans sa communication à ce colloque.

28Il me semble que le bilan des études sur la Révolution française aujourd’hui peut souligner ces aspects. La récente production historiographique a beaucoup contribué à nous rendre une image plus riche et variée, profonde et complexe, souvent contradictoire, de la Révolution et de ses extraordinaires influences européennes et extra-européennes, et aussi à nous faire connaître la réflexion sur les droits politiques des femmes à partir de la quantité de documents et de journaux de l’époque qui sortirent de leur plume. Ce bouleversement important de la pensée et du comportement politique peut reconnaître à la Révolution de 89 ses mérites par rapport à l’histoire des femmes, bien avant le féminisme organisé et le suffragisme de la seconde moitié du XIXe siècle.

Notes

1 L. Pisano, C. Veauvy, Parole inascoltate. Le donne e la costruzione dello Stato-nazione in Italia e in Francia, pref. de Ginevra Conti Odorisio, Editori Riuniti, Roma 1994, trad. fr. : Paroles oubliées. Les femmes et la construction de l’État-Nation en France et en Italie, préface de Michelle Perrot, Armand Colin, Paris, 1997.

2 Michelle Perrot, Femmes publiques, Textuel, Paris, 1997.

3 C. Geerz, The interpretation of Cultures, New York 1973.Trad. ital. : Interpretazione di culture, Il Mulino, Bologna, 1987.

4 L. Hunt, Politics, culture and Class in the French Revolution, University of California Press, Berkeley 1984; trad. ital. : La Rivoluzione francese. Politica, cultura e classi sociali, Il Mulino, Bologna 1989.

5 M. Mauss, Essai sur le don, in « Année sociologique », a.II, 1923-24, trad. ital. : Teoria generale della magia e altri saggi, Torino, Einaudi, 1965, p. 288.

6 Aujourd’hui la recherche historique sur la création des identités nationales est toujours plus sensible à cette approche : cf. A.M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999.

7 J. Landes, Women and the public sphere in the Age of the French Revolution, 1990; N. Rattner Gelbart, Le donne giornaliste e la stampa nel XVIIe XVIIIe secolo, Storia delle donne in Occidente. Dal Rinascimento all’età moderna, a cura di N. Zemon Davis e A. Farge, Laterza, Roma-Bari 1991, p. 435-454 ; N. Rattner Gelbart, Feminine and opposition journalism in old regime France : Le Journal des Dames, University of California Press, Berkeley 1987.

8 Voir sa préface à Parole inascoltate. Le donne e la costruzione dello Stato-nazione in Italia e in Francia, op. cit. ; voir aussi le bilan historiographique tracé par Les femmes et la politique, sous la direction de Armelle Le Bras Chopard et Janine Mossuz-Lavau, L’Harmattan, Paris, 1997.

9 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Flammarion, Paris, 1998.

10 Ces mots nous les trouvons dans l’édition française plus récente de ce livre, avec introduction de L. Elhadad, sans oublier que l’édition italienne des Souvenirs a été publiée par Ginevra Conti Odorisio en 1991.

11 J.W. Scott, Les femmes qui n’ont que des paradoxes à offrir. Féministes françaises 1789-1945, La politique des droits. Citoyenneté et construction des genres aux 19e et 20e siècles, sous la direction de H.U. Jost, M. Pavillon, F. Valloton, Éditions Kimé, Paris, 1994 ; et J. W. Scott, La citoyenne paradoxale. Les féministes Françaises et les droits de l’homme, Albin Michel, Paris, 1998.

12 Un des livres les plus intéressants, publiés en Italie, à ce sujet est celui de A. Rossi Doria, Il primo femminismo (1791-1834), Edizioni Unicopli, Milano 1993.

Auteur

Università di Cagliari

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540