Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire des femmes

Histoire sociale, histoire culturelle, histoire politique : la question du droit de cité des femmes

Dominique Godineau

Texte intégral

1Plus qu’un bilan, je voudrais présenter ici quelques réflexions d’ordre historiographique et méthodologique portant sur la question du droit de cité des femmes, et plus largement sur leur inscription dans la cité, sur la reconnaissance de leur existence politique de citoyennes. Ces interrogations sont bien évidemment centrales. Et, dans la mesure où elles concernent tout autant l’histoire politique que l’histoire sociale ou culturelle, elles se situent au carrefour de différents champs historiographiques.

  • 1 D. Godineau, « Le vote des femmes pendant la Révolution française », E. Viennot (dir.), La Démocra (...)

2À première vue, l’énoncé du problème paraît simple, pouvant se formuler de la façon suivante : alors que, pour un temps certes bref, de 1792 à 1795, tous les hommes dans l’étendue de la République possèdent les droits politiques du citoyen, les femmes en restent, elles, exclues pendant toute la Révolution. La précision « du citoyen » est importante. Rappelons en effet que les femmes possèdent certains droits politiques : pétitionner, se réunir en société (même après l’interdiction des clubs de femmes le 30 octobre 1793, elles peuvent être membres des quelques sociétés populaires mixtes), manifester (du moins jusqu’à ce que, à la suite de l’échec de Prairial an III, les députés leur interdisent de s’attrouper dans la rue). Ajoutons que la loi du 10 juin 1793 stipule que l’éventuel partage des biens communaux sera décidé dans chaque commune par le vote des « individus de tout sexe » majeurs et domiciliés1. Si ce vote leur confère une « citoyenneté communale » (F. Gauthier), il ne les insère pas pleinement dans l’espace de la citoyenneté politique : il a lieu au sein de « l’assemblée des habitants » et non de l’assemblée primaire des citoyens, il n’est pas le suffrage par lequel le citoyen participe à la souveraineté et élit ses représentants. Ainsi restent-elles exclues des droits politiques définissant la citoyenneté (suffrage et service dans la garde nationale). L’énoncé du problème ne saurait être complet sans ajouter que cette exclusion est contraire aux principes mêmes déclarés par les révolutionnaires, principes de l’égalité et de la réciprocité des droits.

Une question centrale, aux approches variées et croisées

  • 2 On pense en particulier à : L. Hunt, Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkele (...)
  • 3 Voir par exemple les travaux de J. Guilhaumou sur Sieyès.

3La question a suscité plusieurs approches historiographiques qui, loin d’être incompatibles ou étanches, sont souvent croisées. L’une consiste à s’interroger sur les ressorts de l’exclusion. Depuis une quinzaine d’années les historiens ont recherché des éléments de réponse dans l’analyse du système de représentations à l’œuvre dans la société. Dans l’optique d’une histoire du genre, ils se sont intéressés aux représentations du masculin, du féminin, de la différence des sexes et par conséquent des fonctions, des espaces (public/privé) répartis entre hommes et femmes. Dans ces représentations s’articulent d’une part la situation nouvelle créée par la Révolution et d’autre part l’héritage, qu’il soit proche (écrits de Rousseau ou des médecins des Lumières tel Pierre Roussel) ou plus lointain. En ce sens, plusieurs études portent sur les dernières années de l’Ancien Régime pour y saisir des éléments permettant de mieux saisir les raisons de l’exclusion. Ayant ouvert des pistes très fécondes, que l’on n’a pas fini d’explorer, ces travaux2, menés au départ surtout par l’historiographie anglo-saxonne, font une grande place à l’analyse du discours, de l’imaginaire. L’approche pourrait d’ailleurs être enrichie par celle des systèmes de pensée politique des dirigeants révolutionnaires, encore peu faite de ce point de vue : qu’est-ce qui, dans la pensée des révolutionnaires, peut conduire à l’exclusion d’un groupe de la population3 ?

  • 4 Cf. P.-M. Duhet (éd.), 1789. Cahiers de doléances des femmes, Paris, 1981, 1989. Les Femmes dans l (...)

4Une seconde démarche, développée depuis les premiers travaux sur les femmes, consiste à s’intéresser aux revendications émises contre l’exclusion. Les révolutionnaires l’ayant clairement dénoncée paraissent à première vue être assez peu nombreux et écrire surtout dans les premières années révolutionnaires : on pense à Condorcet et Olympe de Gouges, auxquels il faudrait ajouter plusieurs auteures de brochures des années 1789-17904, ainsi que ceux que l’on cite moins souvent, en particulier le député Pierre Guyomar et, dans une moindre mesure, Gilbert Romme ou Jean-Marie Lequinio. Rappelons au passage que, alors que les tenants de l’exclusion mettent l’accent sur les différences entre hommes et femmes, présentées comme « naturelles », à l’inverse les partisans du droit de cité des femmes soulignent la commune humanité des deux sexes : par leur nature même d’êtres humains, ils partagent la même capacité de raison et devraient donc jouir des mêmes droits, et cela quelles que soient les différences d’ordre social – et non naturel – qui existent entre eux.

5Une troisième approche est encore possible pour l’historien, et a été explorée depuis une quinzaine d’années : elle consiste à voir comment fonctionne l’exclusion, et donc à repérer les tensions, les configurations particulières qu’elle produit nécessairement, ainsi que les moments où elle est remise en cause, et pas seulement dans des discours clairement revendicatifs. Cela – et c’est d’ailleurs valable quelle que soit la démarche – nécessite de ne pas plaquer des schémas préconçus sur la période révolutionnaire : il faut ainsi tenter de ne pas l’aborder avec les conceptions que l’on a aujourd’hui de la citoyenneté – actuellement assimilée le plus souvent à l’exercice du droit de vote – en oubliant que celles-ci sont aussi le produit de deux siècles d’histoire. Ce point de méthode me semble indispensable si l’on veut que les recherches sur les femmes enrichissent notre compréhension et notre savoir sur la Révolution française, et particulièrement sur cette question de la citoyenneté. En effet, travailler sur les femmes « au politique », en étant attentif au sens que leurs pratiques pouvaient avoir pendant la Révolution, pour elles et pour les autres, et en tenant compte également du système culturel de représentations qui sous-tendent ces pratiques, peut nous permettre de déplacer notre regard d’historien. À condition d’analyser discours et actions en se référant aux schémas de pensée des révolutionnaires, hommes et femmes, et pas seulement en les abordant avec les catégories élaborées depuis par les sciences politiques.

  • 5 H. B. Applewhite et D. G. Levy, « Women, Radicalization and the Fall of the French Monarchy », Wom (...)

6« Déplacer notre regard » : en l’occurrence cela signifie ne plus s’en tenir à la formule binaire « les femmes n’étaient pas citoyennes »/ « quelques rares personnalités ont revendiqué la citoyenneté ». En effet, entre les positions claires et opposées émises par exemple d’un côté par Condorcet ou Olympe de Gouges revendiquant le droit de cité et de l’autre par le député Amar rappelant fermement que les femmes ne peuvent exercer les droits politiques, il existe un large espace. Un espace où les choses sont peut-être moins bien délimitées, plus mouvantes, moins évidentes, mais que l’on peut découvrir et tenter d’explorer en recherchant le sens que certains événements, pratiques, discours avaient pour les révolutionnaires. Pour cela, avec modestie – ou prétention –, il faut accepter que ce qui nous paraît peut-être aujourd’hui simple rhétorique n’était pas alors entendu ainsi par beaucoup. Ne pas sous-estimer non plus ce qu’on pourrait appeler la force agissante des principes pendant la Révolution. Et se rappeler enfin que, ni fermé ni figé, l’espace politique était en pleine construction, et donc qu’être citoyen(ne), membre du Souverain, ne dépendait pas entièrement des définitions données à l’Assemblée5.

  • 6 D. Godineau, « Autour du mot citoyenne », Mots, n° 16, 1988. A. Geffroy, « Citoyen/Citoyenne », Di (...)

7Ainsi peut-on souligner que le « simple » fait d’être appelées citoyennes n’est pas anodin6 : même si elles n’ont pas les droits politiques du citoyen, que les Françaises soient ainsi désignées par un mot qui a un sens politique et les inclut d’emblée dans la nation, forme une faille dans l’exclusion. Faille que plusieurs ont su exploiter en se revendiquant citoyennes dotées d’une existence politique, membre d’un peuple « libre », autrement dit d’un peuple qui a recouvré ses droits ; et nombreuses sont celles qui, dans des discours à première vue non revendicatifs, insistent sur ce point et affirment que la Déclaration des Droits est commune à l’un et à l’autre sexe. Membres d’un peuple libre mais ne possédant pas l’intégralité des droits : situation paradoxale, génératrice d’une tension qui rend l’exclusion pure et simple du corps politique plus difficile que le ne laisserait croire une conception figée de la citoyenneté.

8Une tension identique sous-tend le rapport femmes/souveraineté. En effet, au moins dans la conception populaire, le Souverain n’est pas réduit aux seuls détenteurs légaux du droit de cité : sans posséder les droits du citoyen, on peut faire partie, on fait partie du Souverain, pense-t-on, même si l’on n’y a évidemment ni la même place, ni les mêmes possibilités d’action. Bien qu’exclues des droits inhérents à la souveraineté, les citoyennes appartiennent pourtant bien au Souverain : elles l’affirment en agissant (« Nous sommes le Souverain ») et personne ne le nie, même parmi les plus farouches adversaires de leur participation politique. L’exclusion existe indéniablement, il n’est pas question de la sous-estimer ; mais est-elle pour autant celle du Souverain ? Les lois sur l’exercice des droits politiques peuvent-elles d’ailleurs définir le Souverain, le limiter ? C’est à ce type d’interrogations qui, on le voit, ne concernent pas seulement les femmes, que peuvent conduire les recherches sur le droit de cité des femmes pendant la Révolution.

9Interroger les évidences, repérer les tensions et les failles, analyser la façon dont les acteurs révolutionnaires en ont tiré partie pour affirmer une existence politique de citoyennes ou ont au contraire tenter de les réduire pour repousser les femmes hors de la sphère politique : ces différentes pistes constituent une approche particulièrement fructueuse quand elle mêle les différentes démarches rapidement esquissées ici. La question du droit de cité des femmes est donc centrale, en ce sens qu’elle amène à croiser plusieurs domaines de recherche – étude des pratiques révolutionnaires féminines, étude des représentations, des discours, étude des concepts politiques, etc. Centrale également dans la mesure où les travaux sur les femmes pendant la Révolution peuvent rarement y échapper, comme on voudrait maintenant l’illustrer à partir de différents exemples.

Une question centrale, au cœur de travaux d’histoire sociale, culturelle ou politique

  • 7 Voir par exemple la présentation par M. Lapied des travaux de l’UMR Telemme.
  • 8 Notamment dans : M.-F. Brives (dir.), Les Femmes et la Révolution française, 3 vol., Toulouse, 198 (...)

10Ainsi en est-il d’abord de l’action des femmes pendant la Révolution. De mieux en mieux connu pour Paris et la province7, ce champ de la recherche est cependant loin d’être entièrement labouré. Certaines régions restent encore dans l’ombre : malgré plusieurs études ponctuelles8, on aimerait par exemple en savoir plus sur le Sud-Ouest, où la densité de clubs féminins est particulièrement élevée, sans qu’on puisse vraiment bien l’expliquer. Il y aurait aussi beaucoup à faire sur le refus populaire de la Révolution par certaines catégories de la population comme les petites marchandes ou les mères de jeunes gens réquisitionnés par l’armée. Et ce ne sont là que certaines pistes parmi de nombreuses autres. Quoi qu’il en soit, je dirai par expérience que, même si le chercheur ne souhaite s’intéresser qu’aux interventions féminines, en laissant de côté la question de l’exclusion des droits et de leurs revendications, il/elle s’aperçoit vite qu’il est impossible de faire l’impasse sur ce point.

11D’une part parce que la pratique politique féminine révolutionnaire s’est développée en fonction de cette situation particulière : ne pas jouir de l’exercice des droits inhérents à la citoyenneté tout en ayant la conscience de faire partie du Souverain, tout en ayant aussi la volonté de rendre effective cette appartenance. Ainsi, si les militantes populaires parisiennes sont si nombreuses dans les tribunes de la Convention, à tel point qu’en l’an II elles sont appelées habituées des tribunes, c’est, entre autres, parce qu’il y a là une façon pour elles de montrer symboliquement qu’elles appartiennent au Souverain en exerçant un de ses attributs : le contrôle des élus.

  • 9 D. Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, (...)

12De plus, l’exclusion du droit de cité pèse sur la participation féminine au mouvement révolutionnaire, la limite, les citoyennes apparaissant toujours au second plan dans les événements menés par les assemblées sectionnaires ou la garde nationale. De cela rendent compte de façon particulièrement flagrante les journées de Prairial an III. Alors que les témoignages caractérisent le 1er prairial par la primauté de l’action féminine (des contemporains parlent de « la journée des femmes », disent être « du parti des femmes »), elles disparaissent des récits de la journée du 2 prairial : sans être pourtant absentes des rues de Paris, elles sont renvoyées dans l’ombre des assemblées générales et des bataillons sectionnaires, qui tiennent alors le principal rôle ; elles ressurgissent d’ailleurs le lendemain, au premier rang des actions non organisées – délivrer un émeutier emprisonné, prôner la résistance. De même, le 31 mai 1793, tout en félicitant les Citoyennes Républicaines Révolutionnaires pour leur « zèle » dans l’action contre les Girondins, les autorités sans-culottes parisiennes leur assurent avec « regret » qu’elles ne peuvent faire partie du comité insurrectionnel, composé des représentants des assemblées générales et non de clubistes9.

  • 10 Rappelons qu’il s’agit là d’une revendications du Tiers État dans les années pré-révolutionnaires, (...)
  • 11 D. Godineau « Le vote… », op. cit.
  • 12 D. Godineau, Citoyennes tricoteuses
  • 13 H. B. Applewhite et D. G. Levy, op. cit.

13Enfin, il faut souligner que, même si les femmes révolutionnaires ont très rarement revendiqué ouvertement le droit de cité, elles n’ont cependant pas été insensibles à la question, qu’elles ont abordée plusieurs fois indirectement. En demandant par exemple d’être armées au sein de la garde nationale ou, plus rarement mais tout aussi significativement, d’avoir accès aux places et emplois civils et militaires10. En témoigne également l’acceptation de la Constitution de 1793 par des militantes qui, en juin, se réunissent dans différentes villes, votent et envoient des adresses à la Convention pour lui signifier leur adhésion à « l’acte constitutionnel soumis à la sanction du Peuple souverain » : si ce geste n’a aucun poids légal, en se réunissant et en informant solennellement les députés de leur vote, elles transforment un acte privé, celui d’un individu exclu des droits du citoyen, en un acte public de citoyennes marquant leur appartenance au Souverain et leur inscription dans la cité, se réappropriant un droit dont elles n’ont légalement pas l’exercice11. On pourrait encore citer la campagne lancée en septembre 1793 par la sans-culotterie féminine pour que les femmes soient elles aussi obligées de porter la cocarde12, emblème de la citoyenneté, ou la pratique du serment féminin d’adhésion à la Nation13.

  • 14 D. Godineau, « Citoyennes, boutefeux et furies de guillotine », C. Dauphin et A. Farge (dir.), De (...)
  • 15 S. Maza, op. cit.
  • 16 L. Hunt, op. cit.
  • 17 D. Godineau, « De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin (...)

14Si on quitte le domaine des actions concrètes pour s’intéresser aux représentations, on s’aperçoit par exemple que le stéréotype de la révolutionnaire violente et sanguinaire vise en fait les militantes populaires et leurs interventions politiques dans l’espace révolutionnaire. Ainsi en l’an III, les termes de furies de guillotine et tricoteuses désignent-ils explicitement non pas celles qui assistent aux exécutions, mais les habituées des tribunes, auxquelles on reproche en premier lieu d’avoir pris la parole dans l’espace politique. Présenter leurs revendications, fondées en raison sur le droit déclaré, comme les « vociférations des furies de guillotine », comme des cris inhumains et sans intelligence est une façon de les renvoyer hors du monde politique rationnel, hors de la cité en construction dans laquelle il est affirmé sans ambages qu’elles n’ont rien à faire14. C’est à la fois parce qu’elles sont des femmes et des femmes du peuple que les militantes sont stigmatisées en l’an III. Pour certains la furie de guillotine, la tricoteuse symbolisent le peuple révolutionnaire, sauvage hors cité. De même, à la fin de l’Ancien Régime le peuple souffrant, humilié, sans droits pouvait éventuellement être représenté par des images de femmes (la rosière de Sennely lors d’un retentissant procès en 1773-177415, la paysanne des gravures de 1789 sur les Trois Ordres). En revanche, en 1792-1794, les femmes perdent cette capacité à symboliser le peuple politique, Peuple souverain qui a recouvré ses droits, et qui est représenté, L. Hunt l’a bien montré16, par un Hercule à la virilité affirmée. Ainsi, quand le Peuple n’a pas droit de cité, il peut être incarné par des représentations féminines, ce qui n’est plus le cas dès qu’il est souverain17.

  • 18 Les Autorités constituées du Département de Paris… Aux Républicaines Révolutionnaires (30 juin 179 (...)

15Dernier exemple, à première vue fort éloigné du droit de cité : celui de la beauté, de la parure, de la coquetterie dans une société révolutionnée. Quelques révolutionnaires, hommes et femmes, ont abordé cette question. Une nouvelle fois, derrière les positions des uns et des autres, est en jeu, non pas bien sûr l’accès à la citoyenneté, mais la question préalable de l’existence politique des femmes, de leur inscription ou non dans le temps de l’histoire et dans la sphère politique. Ainsi, pour certains, révolution ou pas, le goût de la parure et la coquetterie sont inhérents au sexe féminin. L’affirmation apparaît généralement lorsqu’il est question des droits des femmes : car les décrire ainsi comme étant uniquement préoccupées par leur toilette et les hommages privés des hommes, c’est leur dénier tout intérêt pour la chose publique, et de facto leur dire qu’elles n’ont pas à y participer, c’est les exclure de la sphère révolutionnaire. Et cela doublement. En les réduisant à une frivolité qui n’appartient pas au politique. En affirmant l’existence d’un « éternel féminin », d’une nature féminine hors du temps, soustraite au cours de l’histoire – ce qui est aussi moyen de les exclure de la reconstruction de la cité. À ce discours dominant, d’autres répondent que, pas plus que les hommes, les femmes ne peuvent échapper aux transformations présentes, que les Françaises ne sont plus les femmes frivoles et « dégradées » (par les hommes ajoutent certaines) de l’Ancien Régime, mais des citoyennes prêtes à se dépouiller des artifices de la séduction. Rubans et bijoux sont, disent-elles(ils), à la fois les « signes honteux » de leur esclavage passé et les emblèmes d’une servitude qui, avant la Révolution, pesait politiquement et culturellement non pas sur les seules femmes, mais sur l’ensemble de la société. Et, continuent ces auteurs, apprécier les femmes pour leur beauté et leurs grâces, les considérer comme des membres d’un « éternel sérail », comme des « êtres du second ordre, uniquement destinées à donner quelques couronnes de fleurs à leur mari, à faire l’ornement de la société comme les roses font celui des jardins », est une attitude indigne de républicains, d’hommes libres, une attitude qui doit être laissée « aux cours des despotes », aux « esclaves abrutis », aux « peuples asservis »18. Ce n’est certes pas là revendiquer les droits politiques du citoyen, mais c’est néanmoins affirmer que les femmes appartiennent à la cité révolutionnaire ; c’est aussi replacer la rencontre privée entre les sexes dans un temps historicisé, et non dans la sphère de l’intemporel.

16Portant sur des thèmes aussi différents que l’intervention féminine dans la Révolution, la représentation de la femme violente ou celle du peuple, ou encore les rapports privés de séduction entre hommes et femmes, ces exemples révèlent que, à chaque fois, le chercheur en vient à intégrer dans son analyse la question du droit de cité, pris au sens large. On pourrait en donner d’autres montrant de même que ce thème ne constitue pas un champ de recherche particulier, délimité, mais qu’il irrigue la majorité des travaux sur les femmes pendant la Révolution, que ceux-ci entrent dans le champ de l’histoire sociale, ou culturelle ou bien entendu politique.

  • 19 D. Godineau, « Autour du mot citoyenne », op. cit.

17En conclusion, je voudrais revenir sur le mot citoyenne. À la fin de l’Ancien Régime, la seule citoyenne que l’on trouve dans les dictionnaires est l’« habitante d’une cité » ; lorsque le mot est lié à la possession de droits politiques, il est défini comme un « substantif masculin » – c’est par exemple le cas dans l’article Citoyen, écrit par Diderot dans l’Encyclopédie. Pendant la Révolution, les femmes sont appelées citoyennes, mais le mot n’a pas le même sens pour tous. Pour certains, il signifie qu’elles sont épouses de citoyens, admises dans la cité par leur relation privée avec un homme et ne devant pas participer à la chose publique. Pour d’autres il sous-entend au contraire qu’elles appartiennent au Souverain et que, membres de la cité, elles ont le devoir de coopérer à la chose publique, voire d’exercer les droits du citoyen. Si dès le Directoire l’appellation citoyenne tombe en désuétude, il n’en reste pas moins que, désormais, plus aucun dictionnaire ne considère le mot, même dans son acception politique, comme un substantif uniquement masculin19. Il s’est donc indéniablement passé quelque chose. Et c’est l’analyse, la compréhension de ce « quelque chose » qui me paraît être un des axes majeurs de l’histoire des femmes pendant la Révolution, et un axe ouvrant sur un champ de la recherche encore loin d’être complètement débroussaillé.

18À travers la présentation rapide de diverses approches historiographiques ou à travers quelques exemples, on a voulu souligner comment cette question de l’accès à un statut de citoyenne révèle l’intérêt d’approches méthodologiques variées, et également valables pour d’autres domaines de l’histoire révolutionnaire. L’histoire des femmes nous invite à ne pas cloisonner les différents champs historiographiques, à ne pas limiter le politique aux « grands textes » et au discours d’assemblée, à ne pas réduire au simple descriptif l’histoire des pratiques révolutionnaires, à ne pas envisager les représentations sur « coussin d’air » (M. Vovelle), mais dépendantes du contexte social et politique et révélatrices de conflits et de tensions. Si l’on veut vraiment comprendre, saisir dans toute sa latitude ce « quelque chose » qui s’est passé pendant la Révolution – et qui, entre autres, a permis d’inscrire le mot citoyenne dans les dictionnaires –, il est, me semble-t-il, nécessaire de mêler, dans ce champ de la recherche comme dans d’autres, histoire de la pensée politique, histoire sociale des pratiques politiques, histoire culturelle des représentations.

Notes

1 D. Godineau, « Le vote des femmes pendant la Révolution française », E. Viennot (dir.), La Démocratie « à la française » ou les femmes indésirables, Paris, 1996.

2 On pense en particulier à : L. Hunt, Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkeley, 1984 ; « Révolution française et vie privée », M. Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4, Paris, 1987 ; Eroticism and the Body Politic, Baltimore, 1991 ; Le Roman familial de la Révolution française, Berkeley, 1992, Paris, 1995 ; J. B. Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, 1988 ; D. Outram, The Body and the French Revolution ; sex, class and political culture, New-Haven, 1989 ; G. Fraisse, Muse de la Raison. Aix-en-Provence, 1989, Paris, 1995 ; S. Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France pré-révolutionnaire, Berkeley, 1993, Paris, 1997. Pour plus de précisions, voir la contribution de L. Hunt dans le présent volume.

3 Voir par exemple les travaux de J. Guilhaumou sur Sieyès.

4 Cf. P.-M. Duhet (éd.), 1789. Cahiers de doléances des femmes, Paris, 1981, 1989. Les Femmes dans la Révolution, Paris, 1982.

5 H. B. Applewhite et D. G. Levy, « Women, Radicalization and the Fall of the French Monarchy », Women and Politics in the Age of the Democratic Revolution, Ann Arbor, 1990.

6 D. Godineau, « Autour du mot citoyenne », Mots, n° 16, 1988. A. Geffroy, « Citoyen/Citoyenne », Dictionnaire des usages socio-politiques, t. 4, Paris, 1989. J. Heuer, « ‘Afin d’obtenir le droit de citoyen… en tout ce qui peut concerner une personne de son sexe’ : devenir ou cesser d’être femme française à l’époque napoléonienne », Clio HFS, n° 12, 2000.

7 Voir par exemple la présentation par M. Lapied des travaux de l’UMR Telemme.

8 Notamment dans : M.-F. Brives (dir.), Les Femmes et la Révolution française, 3 vol., Toulouse, 1989-1991.

9 D. Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, 1988.

10 Rappelons qu’il s’agit là d’une revendications du Tiers État dans les années pré-révolutionnaires, reprise par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (art. 6) et celle de 1793 (art. 5).

11 D. Godineau « Le vote… », op. cit.

12 D. Godineau, Citoyennes tricoteuses

13 H. B. Applewhite et D. G. Levy, op. cit.

14 D. Godineau, « Citoyennes, boutefeux et furies de guillotine », C. Dauphin et A. Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, 1997.

15 S. Maza, op. cit.

16 L. Hunt, op. cit.

17 D. Godineau, « De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution française », Sociétés & Représentations, n° 8, 1999.

18 Les Autorités constituées du Département de Paris… Aux Républicaines Révolutionnaires (30 juin 1793). Discours prononcé… par la jeune Citoyenne Joséphine Fontanier… (14 décembre 1793). Cf. D. Godineau, « Beauté, respect et vertu : la séduction est-elle républicaine ? (1770-1794) », C. Dauphin et A. Farge (dir.), Séduction et sociétés. Approches historiques, Paris, 2001.

19 D. Godineau, « Autour du mot citoyenne », op. cit.

Auteur

Université de Rennes 2, CNRS-UMR 6040

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540