Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire des femmes

L’histoire des femmes : accomplissements et ouvertures

Lynn Hunt

Texte intégral

  • 1 Jacques Guilhaumou, « Note critique : histoire des femmes, histoire tout court », Équipe pluridisc (...)

1L’histoire des femmes n’est pas un sujet comme les autres ; elle intègre l’histoire sociale, l’histoire culturelle, l’histoire politique, qui entrent toutes dans l’histoire des femmes. Il existe des incertitudes en ce qui concerne le sujet lui-même car l’histoire des femmes résiste à toute définition simple. Pour ne citer que quelques-unes des questions que l’on pourrait poser : l’histoire des femmes est-elle définie par ce que les femmes d’une époque ont fait, par le discours et les attitudes des hommes vis-à-vis des femmes, ou plutôt par le système de rapports sexuels, économiques, politiques, ou culturels dans lequel se trouvaient ces femmes ? Existe-t-il même un point de départ sûr ou une problématique qui réunirait toutes les approches ? Bien que l’on ait parfois essayé de dire que telle ou telle réponse était la meilleure, heureusement les recherches continuent tous les fronts. À mon avis, la question qui s’impose est la suivante : comment ces études foisonnantes ont-elles transformé notre vision globale de la Révolution française ? Ou, pour reprendre les termes avancés par Jacques Guilhaumou dans une « note critique » de 1997, dans quelle mesure l’histoire des femmes est-elle devenue l’histoire « tout court ? »1

2Je n’ai pas l’intention de lancer ici un débat franco-américain sur ces thèmes. Nous – Américaines et Françaises – sommes peut-être parties de positions divergentes, mais je vois maintenant plutôt des convergences, convergences à la fois d’approches et de résultats. Je n’insisterai donc ni sur une particularité française, ni sur une particularité américaine. Ceci dit, il y eut, sans doute, au début, des points de départs différents. Les études françaises et américaines de l’histoire des femmes pendant la Révolution française ont avancé sous les signes de deux Allemands : Karl Marx pour les travaux français et Jürgen Habermas pour les travaux américains. Ce n’est pas vrai pour tous les travaux, bien entendu, et je ne veux pas dire que tous les travaux français sont marxistes ou que tous les travaux américains sont, par contre, habermasiens. Moi-même, j’étais plus marxiste qu’habermasienne et, de toute façon, plus intéressée en fin de compte par la psychanalyse que par Marx ou Habermas.

  • 2 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution fr (...)
  • 3 Olwen H. Hufton, Women and the limits of citizenship in the French Revolution, Toronto, University (...)

3Pour le cas français, prenons comme exemple le livre de Dominique Godineau, Les citoyennes tricoteuses, l’étude la plus importante de l’histoire des femmes pendant la Révolution française2. Le poids de la problématique marxiste est évident, à mon avis, surtout dans la question centrale posée par le livre : comment les femmes du peuple ont-elles participé au « phénomène révolutionnaire », au mouvement révolutionnaire. Godineau a écrit des très belles pages sur les relations familiales et les femmes au travail, mais ce n’est pas par hasard que se trouvent parmi les titres des parties principales : « Le Quotidien révolutionnaire des femmes du peuple » et « Un mouvement féminin de masse. » C’est donc le mouvement révolutionnaire qui domine l’analyse. Je ne conteste pas ce choix, mais je voudrais souligner qu’il s’agit d’un choix. Godineau aurait pu mettre l’accent sur la participation féminine au mouvement contre-révolutionnaire, comme l’a fait l’historienne anglaise Olwen Hufton3. La participation des femmes à la Contre-Révolution a peut-être eu plus d’influence sur l’attitude des révolutionnaires à l’égard des femmes, surtout après 1795, que la présence des femmes dans le mouvement révolutionnaire. La tradition républicaine du dix-neuvième siècle – et même jusqu’en 1944 – était imprégnée par une hostilité furieuse vis-à-vis des femmes ignorantes, superstitieuses, et fanatiques, c’est-à-dire, des femmes dominées par les prêtres. Ainsi la Contre-Révolution a marqué le tournant critique dans les rapports entre la République et les femmes.

  • 4 Ithaca, NY, Cornell University Press, 1988.
  • 5 Joan B. Landes, Women and the Public Sphere, p. 171.
  • 6 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la (...)

4Les historiennes américaines ont plutôt penché vers les travaux d’Habermas, en partie parce qu’elles cherchaient une alternative au marxisme – l’allergie américaine au marxisme est trop connue pour y insister – et en partie parce que le croisement public-privé était devenu le nœud central de beaucoup d’analyses féministes américaines, soit dans l’histoire américaine, soit dans les études de sciences politiques ou de sciences économiques. Le livre d’histoire le plus décisif dans cette problématique est celui de Joan B. Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution [Les femmes et la sphère – ou l’espace public – à l’époque de la Révolution française]4. Quoique souvent discutée, l’analyse de Landes a frayé le chemin d’une nouvelle tendance féministe qui a été dominante tout au long des années 1990 dans les études américaines et anglaises des femmes pendant la Révolution française. La tendance peut être résumée ainsi : la Révolution a été mauvaise pour les femmes parce que, d’après Landes, « la République a été construite contre les femmes et pas seulement sans elles. »5 L’analyse de Landes est habermasienne dans le sens qu’elle prend comme point de départ la contribution d’Habermas à l’étude de l’espace public6. L’influence de Habermas aux États-Unis a été curieusement retardée, à cause de l’histoire des traductions. Son livre sur l’espace public a été publié en allemand en 1962 ; il a été traduit en français en 1978, et il n’a finalement été traduit en anglais qu’en 1989. Landes, elle-même, a utilisé la traduction française. L’orientation habermasienne du livre de Landes a eu beaucoup plus de retentissement parce que sa publication a coïncidé avec la traduction d’Habermas en anglais.

  • 7 Joan B. Landes, Women and the Public Sphere, p. 7.

5Tout comme Godineau qui a seulement pris la problématique marxiste comme point de départ et a dû ensuite la nourrir avec ses propres enquêtes empiriques et théoriques, Landes a essayé de corriger Habermas en insistant sur le fait que « l’exclusion des femmes de l’espace public bourgeois n’a pas été fortuite mais plutôt essentielle à son incarnation. »7 Suivant Habermas, Landes met l’espace public – et non les classes sociales – au centre de son examen, mais elle ajoute une analyse plus approfondie de l’exclusion des femmes de ce même espace. Pour montrer les modalités de cette expulsion des femmes, Landes a examiné les écrits de Montesquieu et surtout de Rousseau sur l’influence des femmes dans l’espace public. Ces écrits, et surtout la Lettre à M. d’Alembert sur les spectacles, ont jeté la base théorique des décisions politiques prises contre les sociétés politiques féminines pendant la Révolution. Landes établit alors une chaîne formée par les écrits de Rousseau, la suppression de la Société des Républicaines-Révolutionnaires, et le Système de politique positive d’Auguste Comte (1851-1854). Cette chaîne constitue une sorte de cercle vicieux qui a défini le statut des femmes à l’époque contemporaine : reléguées dans la vie privée, destinées à cultiver des vertus domestiques, les femmes n’ont pu résister la montée des attitudes anti-féministes.

6Même ceux – ou celles – qui ont discuté les thèses de Landes, comme par exemple Dena Goodman ou moi-même, l’ont suivie dans la problématique choisie. C’est-à-dire que nous avons toutes posé la même question : pourquoi les hommes révolutionnaires (à part quelques exceptions) ont-ils refusé le droit de cité aux femmes ? Nous n’avons pas demandé par exemple pourquoi si peu de femmes elles-mêmes l’ont revendiqué. Nous avons pris, alors, le refus des hommes comme la chose qu’il fallait expliquer. C’était pendant la Révolution française que l’on avait refusé d’octroyer le droit de cité aux femmes, c’était les jacobins qui l’avaient rejeté explicitement, donc les jacobins et la Révolution étaient mauvais pour les femmes.

  • 8 Lynn Hunt, « Forgetting and Remembering: The French Revolution Then and Now », American Historical (...)
  • 9 François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978.
  • 10 Joan Wallach Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme ; (...)

7Dans un article publié en 1995, j’ai essayé de tirer des conséquences inattendues de cette problématique : les études anglophones féministes – la mienne comprise – se sont rejointes ici avec l’interprétation de François Furet, quoique pour des raisons différentes8. En bref, la Révolution n’a pas avancé la cause de l’humanité, mais l’a plutôt retardée. Furet a expliqué les origines du problème par le fonctionnement de la politique révolutionnaire et les défauts d’une certaine conception de la démocratie9. Landes – et après elle Joan Scott – ont suivi la piste à l’intérieur soit du républicanisme soit d’une conception libérale de l’individu10. Mais tous ont vu la Révolution, non pas comme l’ouverture d’horizons politiques nouveaux, mais plutôt comme le commencement d’une série de désastres.

  • 11 Dorinda Outram, The Body and the French Revolution: Sex, Class and Political Culture, New Haven, Y (...)
  • 12 Voir, par exemple, Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard (...)
  • 13 Dorinda Outram, The Body and the French Revolution, p. 2-3. Ma traduction.
  • 14 Ibid., p. 163.
  • 15 James Livesey, Making Democracy in the French Revolution, Harvard University Press, 2001.

8L’influence d’un Français – Michel Foucault – sur les études historiques féministes anglophones, évidente par exemple dans l’analyse de Scott ou le livre de Dorinda Outram, a joué un rôle semblable mais peut-être encore plus décisif11. Foucault renverse le récit de l’ouverture à la modernité et insiste plutôt sur les origines d’une société disciplinaire ou carcérale qui n’a rien à voir avec les positions politiques habituelles de droite ou de gauche12. Ainsi Outram, citant Foucault à plusieurs reprises, a déclaré que la Révolution française a formé un espace public propice au fascisme du vingtième siècle : « La Révolution française a abandonné les changements dans la présentation publique et la signification publique des corps des individus. Ces changements étaient cruciaux pour la formation de l’espace public au dix-neuvième siècle… cet espace public était mûr pour une prise de pouvoir suivant les lignes des mouvements totalitaires du vingtième siècle. » Ou encore, toujours citant Outram : « L’effacement de la distinction entre l’État et la société civile [pendant la Révolution française] est la condition préalable caractéristique de l’apparence… des états fascistes du vingtième siècle. »13 Nous voici très loin d’une Révolution comme avènement, quelque difficile qu’il ait été, de la démocratie. Au contraire, d’après Outram, « la tendance entière de la culture politique [de la Révolution] était la collusion avec la terreur d’état. »14 Est-il que possible que la tendance ait maintenant changé ? Un livre, qui vient d’être annoncé, offre une analyse de la Révolution comme berceau de la démocratie européenne15.

  • 16 The Twilight of the Goddesses: Women and Representation in the French Revolutionary Era, 1992, p. (...)

9J’ai dû me différencier de la position de mes collègues anglophones en ce qui concerne le renversement complet de valeurs que l’on peut trouver, par exemple, dans le livre d’Outram. Dans la tradition marxiste, la Révolution est l’inauguration d’un avenir qui va être, éventuellement, plus heureux ; dans le récit furetien, la Révolution se trouve aux débuts du totalitarisme ; dans le récit féministe anglophone, la Révolution marque, comme l’a dit Madelyn Gutwirth, « la défaite historique des femmes » et « la restauration d’une suprématie masculiniste indiscutable. »16 Quand il faut choisir entre le récit de l’ouverture d’un côté (même si on peut discuter le sens exact de cette ouverture) et le récit du déclin de l’autre, pour moi le choix est clair. D’autant plus parce que le récit du déclin a jeté les Lumières dans la même poubelle de l’histoire. Ceci suit naturellement de la position énoncée par Landes, bien qu’elle ait eu le grand mérite d’avoir offert une relecture des philosophes de ce point de vue. [Il faut rappeler, quand même, que le livre de Paul Hoffman, La Femme dans la pensée des lumières (1977), a ouvert cette voie et l’a fait d’une façon bien nuancée.]

10Nous avons découvert que les philosophes ont souvent partagé – quant aux femmes, quant aux juifs, quant aux africains – les sentiments de la plupart des hommes européens du dix-huitième siècle, des sentiments qui duraient parfois depuis des siècles. C’était important de le dire, mais en fin de compte, cette découverte n’est ni tellement étonnante, ni tellement déterminante. Voltaire, Montesquieu, et Rousseau ont été des hommes d’une certaine époque historique. Ils n’ont pas écrit dans le vide. Il est vrai aussi que les révolutionnaires ont puisé leur anti-féminisme aux sources philosophiques du dix-huitième siècle, mais le côté anti-féministe de ces sources n’avait rien de neuf. Ce qui était nouveau dans les écrits de Rousseau, par exemple, c’était sa façon de vanter l’importance du rôle de la mère, c’est-à-dire, son insistance sur le rôle du privé dans la formation des hommes et donc dans leur éventuelle participation aux affaires publiques. Ce qui était nouveau dans l’attitude des révolutionnaires, ce n’était pas leur refus du suffrage des femmes, mais le fait très simple qu’ils aient dû discuter publiquement le rôle des femmes et ensuite qu’ils aient dû justifier systématiquement, et pour la première fois, l’exclusion des femmes de la chose publique.

  • 17 Quant aux Lumières, voir par exemple, Karen Offen, « Reclaiming the European Enlightenment for fem (...)

11Donc, en bref, je suis pour la Révolution et pour les Lumières. Il pourrait paraître bizarre que j’y insiste, mais la convergence de la critique post-structuraliste (ou foucaldienne) et de la critique féministe (au moins dans les pays anglophones) dans une attaque dirigée à la fois contre les Lumières et la Révolution demande une riposte. Heureusement, cette riposte vient maintenant de plusieurs horizons17. Pour résumer les tendances actuelles d’une façon bien trop schématique, les analyses anglophones de la génération qui me suit vont plutôt dans la direction tracée par Godineau que dans celle indiquée par Landes. Elles ne sont pourtant pas marxistes ou même marxisantes, mais ces historiennes ont opté pour deux des caractéristiques importantes de l’approche de Godineau : 1) l’attention à la fois empirique et théorique portée à la richesse de la vie ordinaire des femmes ; et 2) le choix d’un récit d’ouverture au lieu d’un récit de déclin ou de clôture.

  • 18 Lisa DiCaprio, « Women Workers, State-Sponsored Work, and the Right to Subsistence During the Fren (...)
  • 19 David Garrioch, « The Everyday Lives of Parisian Women and the October Days of 1789 », Social Hist (...)
  • 20 Ibid., p. 249. Ma traduction.
  • 21 Clare Haru Crowston, Fabricating Women: The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham, (...)

12Parfois, l’influence de Godineau est très visible, comme, par exemple, dans l’étude de Lisa DiCaprio des ateliers de filature établis pour les ouvrières en chômage en 1790 et 179118. DiCaprio a pris l’un des sujets entamés par Godineau et elle l’a suivi plus loin. David Garrioch, dans son analyse des journées d’octobre 1789, a même essayé de réconcilier les thèses de Godineau avec certaines de celles d’Olwen Hufton en insistant sur « l’autorité morale des femmes dans la rue et sur les marchés », c’est-à-dire, la présence des femmes dans l’espace public parisien19. D’après Garrioch, les journées d’octobre ont renoué avec la tradition de participation féminine aux taxations populaires mais, en même temps, cette participation a pris des directions nouvelles grâce à la Révolution : « Grâce à l’articulation des vieux usages politiques et des conventions politiques nouvelles, la Révolution a rapidement remanié le paysage politique. Les femmes parisiennes ont participé à ce remaniement, tout comme elles ont participé à la configuration de la culture politique de l’Ancien Régime. »20 L’influence de l’approche de Godineau sur le livre très important de Clare Crowston, qui vient deparaître aux États-Unis : Fabricating Women : The Seamstresses of Old Regime France, 1675-179121 est peut-être moins évidente mais tout de même perceptible. Crowston, une élève de Steven Kaplan, a suivi le corps des couturières à Paris afin de montrer que les femmes n’ont pas seulement travaillé mais qu’elles ont aussi appris assez vite comment elles pouvaient utiliser le système de corps à leur avantage collectif. Les couturières elles-mêmes ont beaucoup contribué à l’idéologie de la différence sexuelle en insistant sur l’affinité entre la femme et les travaux d’aiguille. Cette affinité n’était pas évidente puisque, avant l’établissement du corps des couturières en 1675, les corps des tailleurs d’habits dominaient le métier.

  • 22 Stephanie A. Brown, Women on Trial: The Revolutionary Tribunal and Gender, PhD diss Stanford Unive (...)
  • 23 Stephanie A. Brown, p. 232.
  • 24 Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière : (...)

13Une élève de Keith Baker, Stephanie A. Brown, annonce aux premières pages de sa thèse de doctorat sur les femmes au tribunal révolutionnaire qu’elle s’inspire des méthodes de Godineau pour répondre aux questions suivantes : quelles formes la participation politique féminine a-t-elle prises ? Ces formes étaient-elles spécifiquement féminines ? Quel a été le statut (l’âge, mariée ou non, mère, etc…) des femmes jugées par le tribunal22 ? Brown insiste sur le fait que, même si les femmes étaient exclues en principe de la participation politique, elles pouvaient très bien être jugées pour leurs activités politiques. Parmi les 325 femmes jugées par le tribunal révolutionnaire de Paris, 30 % étaient accusées d’intelligence avec l’ennemi, 23 % étaient dénoncées pour leurs opinions contre-révolutionnaires, et 15 % pour simple conspiration23. Ce qui me frappe dans l’étude de Brown, c’est qu’elle a suivi l’approche de Godineau en analysant les femmes inculpées pour les activités contre-révolutionnaires. Est-ce si loin des résultats de l’étude de Martine Lapied et Jacques Guilhaumou sur « Les Femmes dans les archives des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône »24 ? Ils ont montré que la visibilité des femmes dans l’espace public peut jouer dans plus d’un sens.

14Toutes ces études nouvelles – et on pourrait en ajouter encore plus du côté français – attirent l’attention sur l’aptitude politique des femmes ordinaires. Au lieu de l’image des sociétés politiques féminines prohibées, on trouve le portrait des femmes engagées à la fois pour leurs propres intérêts et pour la chose publique. Au lieu de femmes limitées par le discours et les décisions politiques des hommes, on trouve des femmes ordinaires qui sont très capables d’agir dans l’espace public avant et après octobre 1793. Cette image est renforcée par trois études anglophones importantes qui redéfinissent le champs d’action des femmes. Ces études méritent une discussion un peu plus approfondie, surtout parce qu’elles insistent toutes les trois sur le récit d’ouverture : Carla Hesse, The Other Enlightenment : How French Women Became Modern ; Jacqueline Letzter and Robert Adelson, Women Writing Opera : Creativity and Controversy in the Age of the French Revolution ; et le livre déjà anticipé par quelques articles de Suzanne Desan, La famille en jugement dans la France révolutionnaire.

  • 25 Carla Hesse, The Other Enlightenment: How French Women Became Modern, Princeton, Princeton Univers (...)
  • 26 Jacqueline Letzter and Robert Adelson, Women Writing Opera: Creativity and Controversy in the Age (...)
  • 27 Carla Hesse, p. 154.

15Hesse et Letzter et Adelson montrent qu’il y avait beaucoup plus de femmes auteurs et de compositrices de musique qu’on ne l’aurait imaginé. Certes, il y avait nettement plus d’hommes auteurs que de femmes, mais Hesse a quand même trouvé 329 femmes qui ont publié 657 œuvres pendant l’époque révolutionnaire de 1789-1800. Olympe de Gouges, Stéphanie de Genlis, Germaine de Staël, et Louise de Kéralio n’étaient pas des exceptions, et les femmes auteurs ont publié deux fois plus de pamphlets politiques que de romans25. Letzter et Adelson, quant à eux, insistent de la même manière sur le poids des femmes parmi les compositeurs et les librettistes d’opéras. Pour la période 1770-1820, ils ont trouvé 54 œuvres par 23 femmes, soit comme compositrices, soit comme librettistes26. Les deux livres, d’ailleurs, proposent à peu près la même chronologie : une ouverture aux femmes qui commence après 1750, peut-être après 1770 (c’est-à-dire, au milieu des Lumières), une floraison à l’époque révolutionnaire, et puis une diminution qui ne commence qu’après 1820 (et donc qui n’a pas commencé pendant le régime de Napoléon). Ces auteurs ont consacré beaucoup de temps à des recherches approfondies. Ils ont essayé d’établir la bibliographie complète des femmes dans ces deux domaines. Et ils ont réussi à peindre un portrait étonnant de l’activité créatrice des femmes. Hesse tire la conclusion à la fin de son livre : « La Révolution française était l’ère d’un grand réveil philosophique pour les femmes. Elle les a libérées pour commencer à réimaginer le monde dans leurs propres termes. Ces années tumultueuses ont donc mis en motion le projet culturel de la modernité. »27 Voici le récit d’ouverture redécouvert. Il ne s’agit pas de la participation des femmes aux assemblées politiques, mais il s’agit quand même de leur participation à l’espace public, un espace dont elles étaient en principe exclues.

  • 28 Voir, par exemple, Suzanne Desan, « ‘War Between Brothers and Sisters’: Inheritance Law and Gender (...)

16Les articles – et le livre prévu – de Suzanne Desan étendent le thème de l’ouverture à un autre domaine, celui des lois concernant la famille et la propriété28. Elle offre, elle aussi, un récit de l’ouverture politique. Au lieu de limiter les femmes à l’espace privé de la famille, la Révolution a fait du terrain du soi-disant privé un lieu privilégié de contestation sociale et politique. Les femmes, comme les hommes, ont intenté des procès autour de questions de divorce, d’héritages, et de puissance paternelle. Les femmes, comme les hommes, utilisaient l’idéologie révolutionnaire afin de négocier ces problèmes. Ainsi la Révolution a transformé l’équilibre à l’intérieur des familles en même temps qu’elle a dû répondre aux revendications des individus et des familles. Les sœurs, les épouses, et les jeunes filles ont appris à articuler leurs doléances. Par exemple, la reconstruction du social après la Terreur, qui occupe une place importante dans l’analyse de Desan, aurait pris une direction très différente sans cette intervention féminine. Bien que ces réformes juridiques aient eu des conséquences très variées (quelques femmes ont gagné tandis que d’autres femmes ont perdu), les nouvelles lois ont créé des espérances nouvelles que même le gouvernement de la Restauration a dû prendre en compte (surtout quant aux héritages). Au lieu de constituer « la défaite historique des femmes », la Révolution a donc rendu possible plusieurs sortes d’activités nouvelles, dans les palais de justice, dans les familles, dans l’écriture et la musique, dans l’église ainsi que dans la rue et même dans les structures politiques. Rien n’allait sans dire, et les femmes elles-mêmes ont beaucoup parlé.

  • 29 Jacques Guilhaumou, « Note critique », op. cit.

17Qui peut douter que la question des femmes soit au centre d’un système politique ? Je vois dans la chronologie des tendances de l’histoire des femmes la trajectoire suivante : au début (de Michelet jusqu’aux années 1970) les chercheurs ont essayé d’établir le bilan de la contribution féminine à la Révolution, en insistant sur le fait que les femmes ont aussi joué un rôle, surtout dans les grandes journées révolutionnaires (un récit optimiste mais qui dans la plupart des cas insistait sur le rôle relativement mineur des femmes) ; les études des années 1980 et 1990, comme l’a déjà remarqué Jacques Guilhaumou, ont plutôt mis l’accent sur la constitution dynamique de la différence homme-femme, soit en analysant les discours d’hommes, soit en examinant le rôle des femmes dans un système de différences sexuelles (un récit souvent pessimiste bien qu’il ait insisté sur l’importance des femmes) ; au tournant du siècle, finalement, je vois les analyses qui insistent plus sur les actions concrètes et spécifiques que sur les discours d’assemblée (un récit encore une fois optimiste mais en même temps réaliste quant aux obstacles que les femmes allaient affronter)29.

18Les premiers pas n’ont pas eu beaucoup d’influence sur l’histoire de la Révolution tout court ; les études des années 1980 et 1990 ont, par contre, beaucoup influencé les interprétations de la Révolution mais assez souvent ces études ont contribué à miner la réputation de la Révolution de l’intérieur. Maintenant, en revanche, on peut espérer un revirement (je parle du côté anglophone, parce qu’en France l’opinion sur la Révolution a toujours été divisée pour des raisons idéologiques). Il serait intéressant de faire la comparaison ici entre l’histoire des femmes et l’histoire de l’esclavage, où on peut trouver (dans les études anglophones au moins) à peu près la même trajectoire : d’abord une histoire à part qui a très peu marqué l’histoire tout court ; puis une histoire qui établit l’importance du sujet de l’esclavage pour la Révolution en général mais d’une façon très critique (les révolutionnaires sont racistes) ; mais a-t-on atteint le troisième stade dans l’histoire de l’esclavage ?

  • 30 Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, trad. Jean-François Sené, Paris, Albin Mi (...)
  • 31 Jacques Guilhaumou, « Note critique », op. cit., p. 107.

19L’histoire des femmes fait voir depuis les années 1980 que tout était en jeu pendant la Révolution. La Révolution a eu des effets à la fois créateurs et destructeurs parce qu’elle a visé rien moins que la constitution du social. La Révolution a rendu le social ainsi que le politique plus visible à tout le monde, une découverte qui a produit l’espoir et la crainte en même temps (et des divisions idéologiques de longue durée). Comme chaque émotion, l’espoir et la crainte sont à la fois individuels et collectifs. C’est pour cette raison que j’ai essayé de parler dans un livre sur Le roman familial de la Révolution de « l’inconscient politique », c’est-à-dire, des images inconscientes et collectives de l’ordre familial qui sous-tendent la politique révolutionnaire30. S’il y a un chemin qui reste à frayer dans l’histoire des femmes, c’est, à mon avis, celui-ci : Jacques Guilhaumou l’a appelé « le travail de subjectivation » ou « l’histoire des formes de la subjectivation », et je voudrais simplement ajouter qu’il s’agit du sujet et du social, et surtout de leur rapport, l’un à l’autre31. C’est bien entendu un sujet immense ; il faudrait beaucoup plus de temps pour le faire valoir.

20Bien que j’affirme toujours, avec insistance, que la psychanalyse n’est pas sans intérêt pour l’histoire des femmes et que Freud a apprécié plus que n’importe qui l’importance de la différence sexuelle dans la constitution du social et du politique, je dois franchement avouer que je n’ai pas réussi à en convaincre les historiennes des femmes qui me suivent. Ceci est surtout vrai pour l’histoire de la Révolution. Les études nouvelles que je viens de citer – celles de Hesse, Letzter et Adelson, et Desan, par exemple – n’ont rien à voir avec une perspective psychanalytique (bien que Desan ait été mon élève). Mais étant donné que je me trouvais pendant assez longtemps parmi les seuls dans les pays anglophones à insister sur le côté créateur et même libérateur de la Révolution française, je ne peux pas être déçue trop longtemps. La Révolution, après tout, nous enseigne que le changement est inévitable. Donc, on peut toujours espérer.

Bibliographie

Quelques travaux anglophones récents

Brown A. Stephanie, Women on Trial: The Revolutionary Tribunal and Gender, PhD diss Stanford University, 1996.

Crowston Clare Haru, Fabricating Women: The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham, Duke University Press, 2001.

Desan Suzanne, « ‘War Between Brothers and Sisters’: Inheritance Law and Gender Politics in Revolutionary France », French Historical Studies, 20, 1997, 597-634.

Desan Suzanne, « Reconstituting the Social after the Terror: Family, Property and The Law in Popular Politics », Past and Present, 164, 1999, 81-121.

Dicaprio Lisa, « Women Workers, State-Sponsored Work, and the Right to Subsistence During the French Revolution », Journal of Modern History, 71, 1999, 519-551.

Garrioch David, « The Everyday Lives of Parisian Women and the October Days of 1789 », Social History, 24, 1999, 231-249.

Goodman Dena, The republic of letters: a cultural history of the French enlightenment, Ithaca, Cornell University Press, 1994.

Hesse Carla, The Other Enlightenment: How French Women Became Modern, Princeton, Princeton University Press, 2001.

Hufton H. Olwen, Women and the limits of citizenship in the French Revolution, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

Letzter Jacqueline and Adelson Robert, Women Writing Opera: Creativity and Controversy in the Age of the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 2001.

Outram Dorinda, The Body and the French Revolution: Sex, Class and Political Culture, New Haven, Yale University Press, 1989.

Wallach Scott Joan, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme ; traduit de l’anglais par Marie Bourdé et Colette Pratt, Paris, Albin Michel, 1998.

Notes

1 Jacques Guilhaumou, « Note critique : histoire des femmes, histoire tout court », Équipe pluridisciplinaire Femmes-Méditerranée, Le Forum et le harem : Femmes et hommes, pratiques et représentations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1997, p. 107-115.

2 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinea, 1988.

3 Olwen H. Hufton, Women and the limits of citizenship in the French Revolution, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

4 Ithaca, NY, Cornell University Press, 1988.

5 Joan B. Landes, Women and the Public Sphere, p. 171.

6 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, traduit de l’allemand par Marc B. de Launay, Paris, Payot, 1978. [en allemand, Strukturwandel der Öffentlichkeit].

7 Joan B. Landes, Women and the Public Sphere, p. 7.

8 Lynn Hunt, « Forgetting and Remembering: The French Revolution Then and Now », American Historical Review, 100, 1995, 1119-1135.

9 François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978.

10 Joan Wallach Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme ; traduit de l’anglais par Marie Bourdé et Colette Pratt, Paris, Albin Michel, 1998.

11 Dorinda Outram, The Body and the French Revolution: Sex, Class and Political Culture, New Haven, Yale University Press, 1989.

12 Voir, par exemple, Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

13 Dorinda Outram, The Body and the French Revolution, p. 2-3. Ma traduction.

14 Ibid., p. 163.

15 James Livesey, Making Democracy in the French Revolution, Harvard University Press, 2001.

16 The Twilight of the Goddesses: Women and Representation in the French Revolutionary Era, 1992, p. XVIII et 383.

17 Quant aux Lumières, voir par exemple, Karen Offen, « Reclaiming the European Enlightenment for feminism: or prologomena to any future history of eighteenth-century Europe », Tjitske Akkerman et Siep Stuurman, Perspectives on Feminist Political Thought in European History: From the Middle Ages to the Present, London, Routledge, 1998, p. 85-103.

18 Lisa DiCaprio, « Women Workers, State-Sponsored Work, and the Right to Subsistence During the French Revolution », Journal of Modern History, 71, 1999, 519-551.

19 David Garrioch, « The Everyday Lives of Parisian Women and the October Days of 1789 », Social History, 24, 1999, 231-249, citation p. 241.

20 Ibid., p. 249. Ma traduction.

21 Clare Haru Crowston, Fabricating Women: The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham, Duke University Press, 2001.

22 Stephanie A. Brown, Women on Trial: The Revolutionary Tribunal and Gender, PhD diss Stanford University, 1996, voir p. 2.

23 Stephanie A. Brown, p. 232.

24 Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière : Recherches sur la visibilité sociale (XVIe-XXe siècles), Paris, Éditions Publisud, 2000, p. 247-258.

25 Carla Hesse, The Other Enlightenment: How French Women Became Modern, Princeton, Princeton University Press, 2001.

26 Jacqueline Letzter and Robert Adelson, Women Writing Opera: Creativity and Controversy in the Age of the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 2001.

27 Carla Hesse, p. 154.

28 Voir, par exemple, Suzanne Desan, « ‘War Between Brothers and Sisters’: Inheritance Law and Gender Politics in Revolutionary France », French Historical Studies, 20, 1997, 597-634, et aussi, Suzanne Desan, « Reconstituting the Social after the Terror: Family, Property and the Law in Popular Politics », Past and Present, 164, 1999, 81-121.

29 Jacques Guilhaumou, « Note critique », op. cit.

30 Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, trad. Jean-François Sené, Paris, Albin Michel, 1992.

31 Jacques Guilhaumou, « Note critique », op. cit., p. 107.

Auteur

UCLA

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540