Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire de la culture et des opinions

Des notions en révolution : l’art social et la République

Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier

Texte intégral

  • 1 Sur les aspects méthodologiques, voir Jacques Guilhaumou, « De l’histoire des concepts à l’histoir (...)

1La présente étude se propose de mettre en regard deux recherches distinctes sur des notions, l’art social et la république, déployées dans différents moments de la Révolution française. Ces recherches ont cependant pour point commun une même perspective d’histoire langagière des concepts, et en conséquence une même attention à l’insertion des arguments dans un contexte discursif et politique précisément décrit1.

Nominalisme : le travail de l’esprit politique dans le contexte des années 1780 de crise de l’Ancien Régime (J. Guilhaumou)

  • 2 François Furet et Ran Halévi, Orateurs de la Révolution française, tome I, Les constituants, Intro (...)

2Les réflexions récentes des historiens sur la notion d’individu précisent qu’il s’agit de quelqu’un dont l’identité et la rationalité ne sont pas posées une fois pour toutes, mais évoluent avec l’histoire. C’est donc à juste titre que François Furet et Ran Halévi ont souligné que les événements de l’année 1789, essentiellement l’institution de l’Assemblée Nationale le 17 juin et la nuit du 4 août, concrétisent « l’avènement de l’individu moderne, autonome, égal à n’importe quel autre individu », donc imposent la préséance d’un monde d’individus libres2. Dans la perspective d’un tel individualisme méthodologique, il apparaît, au cours des années 1780, un impératif de la raison sous la forme d’un rationalisme politique qui confronte directement les individus au corps social appréhendé comme un tout, donc qui permettra de forger en 1789 une société nouvelle à partir du fait d’autonomie de ces mêmes individus.

  • 3 L’expression d’art social était déjà utilisée par les Physiocrates. Sieyès en modifie la significa (...)

3Dès ses débuts, la Révolution constitue ainsi un temps fort de l’avènement de l’individu au sein de la modernité politique. Le travail de l’esprit politique qui s’y opère en permanence, surtout sous l’égide du législateur, relève d’emblée d’un strict nominalisme politique : il reprend le nom d’art social3. En effet, le législateur, qui conçoit et réalise l’ordre social, le fait au titre d’un art social qui prend en compte la seule réalité de l’individu empirique.

  • 4 À la croisée des esprits. Esquisse d’une ontologie d’un fait social : l’opinion publique, thèse de (...)
  • 5 Voir notre ouvrage Sieyès et l’ordre de la langue. L’invention de la politique moderne, Paris, Kim (...)

4Nous défendons donc présentement l’idée que ce travail de l’esprit politique s’impose et fait rupture au cours des années 1780. Ainsi se singularise un premier moment révolutionnaire, moment proto-politique (qualifié plutôt de néo-politique par les historiens) où « le pouvoir ontologique de la société devient une thématique politique » selon la formule de la sociologue Laurence Kaufmann dans sa thèse sur l’ontologie du fait social au sein de l’opinion publique au XVIIIe siècle4. Formule très ramassée qui demande à être explicitée par l’investigation de ce moment particulier, situé par les historiens dans ce qu’il est convenu d’appeler à tort la pré-révolution, et qui met en place un dispositif novateur de descriptions et d’actions sociales, qualifié de « métaphysique politique » par Sieyès5.

5Nous voulons présentement revenir sur ce contexte historique très particulier des années 1780 à l’aide des nombreux travaux des historiens anglophones, en préambule de notre essai en cours de rédaction sur le nominalisme politique au début de la Révolution française.

  • 6 Au tribunal de l’opinion. Essai sur l’imaginaire politique au XVIIIesiècle, Paris, Payot, 1990.
  • 7 Citizens without Sovereignty. Equality and Sociability in French Thought 1670-1789, Princeton, Pri (...)
  • 8 The French Idea of Freedom. The Old Regim and the Declaration of Rights of 1789, Stanford, Stanfor (...)

6Ce dispositif a d’abord été situé discursivement par Keith Baker6 à l’intérieur d’une tripartition entre le discours judiciaire des parlementaires, le discours administratif des réformateurs et le discours de la volonté des philosophes politiques, de Rousseau à Sieyès. Ainsi se précise la prééminence progressive de la thématique politique. Cependant les travaux de Daniel Gordon7 complexifient une telle transition vers la domination du politique par la prise en compte des conséquences de l’auto-institution du social. En effet au moment où la socialité peut déjà se décliner selon divers registres égalitaires, au titre de l’usage novateur et généralisé de l’adjectivation social(e) légitimée par l’édition de l’Encyclopédie de 1765, aucune prédétermination à la voie de l’action politique n’existe. Comme l’a montré un collectif de chercheurs autour de Dale Van Kley8, il est possible de repérer la présence et le développement dans les corps et les communautés d’Ancien Régime des composantes essentielles de l’idée de liberté : l’égalité, la liberté-protection et la liberté-participation, certes au sein d’une hiérarchie sociale toujours aussi inégalitaire, mais qui peut permettre la formation d’un consensus civique, une fois levée l’hypothèque de la monarchie absolue.

7À vrai dire, le trajet historique qu’il convient ici de prendre en compte est celui qui nous mène des échecs des réformateurs de la monarchie, en 1775-1776, face à la résistance d’un « peuple raisonnable » selon la formule de Mably au climat pamphlétaire des années 1788-1789 où s’élabore une synthèse nationale qui élimine la référence passéiste aux faits historiques.

  • 9 Cynthia Bouton, The Flour War. Gender, Class, and Community in Late Ancien Regim French Society, I (...)
  • 10 Sara Maza, Vies privées, affaires publique : les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, (...)
  • 11 David Bell, Lawyers and Citizens. The Makingof French Political Elite in Old Regim France, Oxford, (...)

8En effet les années 1775-1776 sont d’abord marquées par l’essai avorté de Turgot d’établir la liberté du commerce des grains qui se heurte au mouvement de « la guerre des farines »9. L’illusion de rendre le gouvernement « maître des subsistances » se dissipe rapidement face à la traduction de l’émeute par les observateurs éclairés en récit d’événement, annonciateur d’événements politiques. Le « peuple raisonnable » est ici l’ensemble des sujets actifs qui s’opposent au prétendu libéralisme des économistes, donc se détachent de l’emprise de l’entourage royal. Il amplifie son importance de manière plus rationnelle par la transformation du langage privé en langage public, donc d’intérêt général, centré sur la loi à partir des affaires judiciaires. Affaires dont nous savons qu’elles sont prises en main par des médiateurs, en l’occurrence les avocats qui s’autorisent de publier des mémoires de facture politique10 et permettent ainsi d’envisager l’existence d’un corps politique de la nation11.

  • 12 Julian Swann, Politics and the Parlement of Paris, 1754-1774, Cambridge, Cambridge University Pres (...)

9Ensuite, la résistance parlementaire aux édits de 1776, édits qui visent explicitement une part importante des privilèges d’Ancien Régime et veut donner l’image d’un roi « législateur absolu » (Turgot), donc indépendant de la médiation des magistrats entre les sujets et la loi, met fin à l’espoir réformateur de constituer un espace civique autour du pouvoir exécutif royal. La crise parlementaire récurrente depuis bien longtemps déjà12 épuise à vrai dire le fait de la médiation, et renvoie à l’invention, devenue nécessaire en esprit, de la représentation nationale avant même la réaffirmation d’une immanence et d’une transcendance souveraine de la nation hors de l’emprise royale.

  • 13 Voir sur ce point les deux volumes du Colloque Mably sur La politique comme science morale, F. Gau (...)

101776, c’est encore l’année où Mably publie De la législation, ou Principes des lois. Dénonçant « la pauvre politique » qui » se fait illusion à elle-même » avec ses remèdes inefficaces, ce penseur majeur franchit un pas de plus. Il ne s’agit plus de faire appel à des juristes pour concrétiser la loi parmi les sujets, mais de trouver une figure représentative de la société elle-même. C’est ainsi que Mably promeut, avec d’autres, la figure du législateur détenteur de la science politique et de l’art politique. Si la science politique tient désormais à des principes fixes issus de la morale, de la loi, et en fin de compte du droit naturel, « la politique moderne », en cherchant à substituer à « la politique de la nature » des projets pernicieux, est condamnée à l’échec13.

11Par ailleurs l’affirmation de la nécessaire construction d’un ordre social situé dans la continuité de l’ordre naturel a pour corollaire la méfiance vis-à-vis de toute approche systémique et physicaliste, fortement présente chez les Physiocrates. Il s’agit non pas de déduire les principes des faits, sur un fonds de cartésianisme vulgarisé dans l’idée d’évidence, mais d’observer la nature de l’homme, sa relation aux objets extérieurs et à autrui selon un ordre local qui met l’accent sur l’autonomie individuelle au sein même de la réciprocité humaine. Tout repose alors sur les principes de la morale, tels qu’ils sont formulés par Helvétius à partir de ses analyses contenues dans De l’Homme (1773) où l’on trouve un chapitre intitulé significativement « Comment l’esprit agit ».

12Observer l’homme dans la continuité de l’ordre naturel vers l’ordre social, c’est alors en désigner sa finalité, le bonheur, et trouver, par l’art social, les moyens d’y parvenir, donc de fixer les lois qui dirigent un tel mouvement humain. Le travail de l’esprit humain s’avère ainsi immense, et qui plus est lorsqu’il s’agit de la tâche de son protagoniste principal en matière de politique, le législateur.

  • 14 Voir Claude Gautier, L’invention de la société civile. Lectures anglo-écossaises (Mandeville, Smit (...)

131776 c’est enfin l’année de la parution, suivie de sa traduction française, de la Richesse des Nations d’Adam Smith, dix ans après la publication de l’ouvrage majeur d’Adam Ferguson, l’Essai sur l’histoire de la société civile. Avec un tel aboutissement théorique de la lignée des penseurs empiristes anglo-écossais14, l’invention de la société civile prend corps de manière particulièrement significative. Elle va en effet de pair avec un individualisme moral qui, tout en affirmant la puissance originelle de l’individu, met, avec la mise en avant du sentiment de sympathie dans la Théorie des sentiments moraux, le « souci de l’autre » au premier plan. À l’interrogation métaphysique sur la nature de l’homme, de facture fortement sensualiste sous l’influence de Condillac, s’ajoute une interrogation anthropologique sur l’homme, être social par nature et la formation de l’ordre social.

  • 15 Il s’agit bien d’une étape distincte et antérieure à la formation d’un espace public démocratique (...)
  • 16 Voir notre transcription, avec présentation et notes, du Grand Cahier Métaphysique, dans Des Manus (...)
  • 17 Voir Sonia Branca et Jacques Guilhaumou, « De “société” à “socialisme” (Sieyès) : l’invention néol (...)
  • 18 Sur l’apport décisif de ce nouveau sens commun dans la réalité d’expérimentations nouvelles inscri (...)

14C’est donc bien au cours des années 1780 que se précisent les voies de passage d’une sociabilité civile attestée à l’invention politique15. Nous comprenons pourquoi la « métaphysique politique » de Sieyès, élaborée dès les années 177016 et amplifiée dans les années 1780, s’avère d’un précieux apport. Une fois insérée dans la perspective plus large de « la croisée des esprits » selon l’expression justement proposée par Laurence Kaufmann dans son travail déjà cité sur l’opinion publique au XVIIIe siècle, elle permet de comprendre comment se forme un discours sur l’ordre social qui prend nom, sous la plume de Sieyès, de « sociologie », première attestation connue en français de ce terme fondateur d’une des plus importantes disciplines des sciences humaines. Ce discours relève alors de la capacité des auteurs à penser et réaliser conjointement de nouveaux objets sociopolitiques dont ils reconnaissent l’existence au sein des relations de réciprocité entre les individus singuliers, c’est-à-dire de les appréhender à travers des catégories compréhensibles et prédictibles : la société, l’ordre social, le tout, etc. Par ailleurs, ce discours réflexif, véritable théorie pratique tentée par la désignation de son contenu sous le terme de » socialisme »17, équivalent éphémère d’art social, systématise, schématise des croyances intentionnelles, au-delà des mœurs usuelles. Il typifie donc des manières nouvelles de penser et d’agir en commun dans le but d’ouvrir la voie à la formation d’un espace public de réciprocité et de dégager le temps à venir de l’agir politique. Un tel espace/temps de l’intersubjectivité et de l’intercommunication des individus libres, en inscrivant des notions-concepts à l’horizon du pensable et du possible, ouvre à de nouvelles expérimentations politiques, qui permettent en 1789 de traduire « la métaphysique politique » des objets sociaux dans « un sens commun de la politique » par le fait de l’avènement de « porteurs de vérité », essentiellement les législateurs18.

Républicanisme : rhétorique des droits et théorie de la liberté dans le contexte politique qui mène à la chute de la monarchie 1790-1792 (Raymonde Monnier)19

  • 19 Un premier exposé de cette recherche a été fait à la réunion du groupe History of Social and Polit (...)
  • 20 J. Pocock, Le moment machiavélien, Paris, PUF, 1997.P. Pettit, Republicanism. A Theory of Freedoma (...)

15Les travaux d’histoire et de philosophie politique en langue anglaise autour de l’école de Cambridge (Pocock, Skinner, Pettit)20 et les débats qu’ils suscitent montrent qu’on ne peut ignorer la tradition républicaine classique. Sa présence attestée au XVIIIe siècle comme théorie de la liberté, notamment chez Montesquieu, Mably et Rousseau, invite à s’interroger sur son influence dans la Révolution française. L’histoire du concept s’intègre dans la généalogie de la souveraineté démocratique et témoigne de sa résonance particulière en période de crise du pouvoir. Cet exposé forcément limité sera centré sur le problème du transfert et de la réappropriation du républicanisme dans le processus révolutionnaire qui mène à la chute de la monarchie.

  • 21 A. Mathiez, Le Club des Cordeliers pendant la crise de Varennes et le massacre du Champ de Mars, P (...)
  • 22 D. Gordon, Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789, op. cit.
  • 23 La collection Aux origines de la République 1789-1792 (Paris, EDHIS, 1991, 6 vol.) reproduit de no (...)

16À la faveur du développement en 1790-1791 d’un espace public démocratique de discussion sur la constitution, le républicanisme est mis en arguments dans des pamphlets et dans la presse avant d’être tout à coup mis à l’ordre du jour par la fuite du roi, qui ouvre une perspective favorable à l’instauration d’une véritable république (sans l’hérédité et le veto). Il s’actualise dans un contexte rhétorique et politique particulier, celui de la dynamique des droits de l’homme qui se heurte déjà à la volonté conservatrice de la Constituante. Le républicanisme est mis en échec par la proclamation de la loi martiale au Champ-de-Mars, mais il conserve une forte valeur d’orientation, comme expression des attentes politiques des citoyens, en appui sur la déclaration de 1789 et les théories du droit naturel21. Le mouvement a laissé une moisson de textes théoriques, qu’il est important de prendre en compte : ce moment est celui d’une rupture dans l’histoire des Jacobins, et marque aussi la fin de l’expérience des Amis de la Vérité, dont les pratiques gardaient l’empreinte de la sociabilité des Lumières, avec l’idée que la libre communication des pensées dans un espace d’argumentation rationnelle était capable d’éclairer l’opinion et d’agir sur le pouvoir22. Il faut analyser le discours des perdants, pour voir comment un concept clé de la culture politique s’est actualisé puis transformé dans le mouvement révolutionnaire qu’il contribue à orienter, avant de s’effacer derrière les connotations liées à une perception négative du jacobinisme historique. Cela suppose d’élargir le corpus de textes déjà publiés, pour les mettre en perspective avec des théoriciens moins connus, s’interroger sur le vocabulaire et l’originalité des arguments23.

  • 24 R. Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 19 (...)
  • 25 C. Nicolet, L’idée républicaine en France, Paris, nrf, 1982.
  • 26 La Liberté politique. Essai de généalogie conceptuelle, Paris, PUF, 1995.
  • 27 C. Larrère, « Libéralisme et républicanisme : y a-t-il une exception française ? », Libéralisme et (...)
  • 28 K. M. Baker, « Transformations of Classical Republicanism in Eighteenth-Century France », The Jour (...)
  • 29 Eric Gojosso, Le Concept de république en France (XVIe-XVIIIesiècle), PU Aix-Marseille, 1998.

17En France, les idéologies du XIXe siècle ont fait écran à la compréhension des catégories politiques à l’œuvre sous la révolution. Les usages de concepts de base tels que État, gouvernement, société civile, république ont été pris dans des processus de variation de sens dans le temps long ; pendant la révolution ils participent d’un réseau conceptuel historiquement significatif d’une perspective de changement, et où leur sens majeur se trouve contesté24. L’idée républicaine en France n’est pas réductible au libéralisme, mais se pense sans relation historique concrète avec la tradition républicaine25. Exception notable, l’étude de Jean-Fabien Spitz qui fait le lien, à travers Rousseau, entre le domaine français et le républicanisme anglophone26. Les interprétations qui ont opposé les historiens pro et anti jacobins se sont construites sur l’idée du caractère universaliste et radical de la Révolution pour finalement se rencontrer sur l’idée de l’exception française27. Le jacobinisme a fini par recouvrir les théories républicaines de la période, tandis que l’offensive révisionniste s’appuyait sur la distinction des deux libertés par Constant, pour analyser de façon négative l’interprétation démocratique des catégories politiques de 1789 : un mélange d’archaïsme et de tradition hérité de la monarchie ou des anciens qui débouche sur la terreur. L’argument est repris par Keith Baker à propos du républicanisme28. L’idée de l’exception nationale est réaffirmée par Éric Gojosso qui, au terme d’une étude du concept de république sur trois siècles, aboutit à la conclusion que la république de 1792 serait négatrice de toute tradition. Même l’indépendance américaine n’aurait pas entamé la « spécificité de la pensée républicaine nationale presque toute entière dominée par l’influence de Rousseau »29. C’est faire table rase des multiples transferts culturels, politiques, philosophiques et religieux qui ont traversé l’Europe des Lumières.

  • 30 R. Monnier, « Démocratie représentative ou république démocratique : de la querelle des mots (répu (...)

18Une recherche sur le contexte discursif et théorique de la crise constitutionnelle de 1791, montre que tous les républicains parlent le langage des droits et de la liberté politique : ce qui est au centre des discussions est moins le problème de la représentation ou de la forme (monarchie ou république), que celui de la liberté des sujets et de la loi comme expression de la volonté générale. Les républicains posent le problème de la légitimité des lois : elles doivent être justes, respecter la liberté et l’égalité des droits et être consenties par tous. À ce prix seulement, l’homme garde sa dignité d’homme libre, doué de volonté et de raison, dans sa soumission à la loi30. Les circonstances de la Révolution ont investi l’Assemblée d’un double pouvoir, constituant et législatif, et créent une situation de fait où la Déclaration des droits est devenue la seule mesure de la légitimité des lois. Ce qui donne à l’espace public (au sens où l’entend Habermas) un rôle idéal dans la quête d’autonomie rationnelle.

19Les radicaux mettent en avant la question de la raison pratique, du rapport de la souveraineté à la volonté, un problème complexe où se mêlent les catégories constitutives de la pensée sociale, qui ont été retravaillées tout au long du siècle et qui sont liées à la liberté morale et politique des individus, celles des besoins, des intérêts, de la raison et des sentiments. La liberté républicaine est définie comme non domination entre les individus et les peuples, car on ne peut jouir pleinement de la liberté que dans un État libre. Les républicains ne rejettent pas l’institution monarchique par principe, cependant leur théorie radicale informe les arguments contre la monarchie, notamment contre l’hérédité et le veto, comme source de corruption et de tyrannie. D’autre part, il y a convergence entre les deux catégories anciennes grecque et romaine de démocratie et de république : dans le discours républicain, les deux mots sont devenus synonymes.

20Sur le mot république, on constate qu’en 1835 le sens juridique moderne n’est pas encore enregistré par le Dictionnaire de l’Académie. En 1798, le substantif et l’adjectif républicain sont toujours pris dans l’acception classique de république : État gouverné par plusieurs. Voici la définition qu’en donne Thomas Paine en 1792 :

  • 31 T. Paine, Les droits de l’homme, présenté par Claude Mouchard, Paris, Belin, 1987, p. 206-207.

« Ce qu’on appelle république n’est pas une forme particulière de gouvernement, c’est seulement le caractère du but ou de l’objet pour lequel le gouvernement doit être établi, et auquel il doit être employé. […].Un gouvernement républicain n’est rien autre chose qu’un gouvernement établi et dirigé pour l’intérêt public, individuellement et collectivement. »31.

21Quant à républicanisme, le mot apparaît dans le Dictionnaire de l’Académie en 1835 : « Affectation d’opinions républicaines ». Le sens est situé du côté de l’opinion, alors que le concept avait déjà une longue histoire et est attesté dans son sens classique par l’Histoire de la langue française de F. Brunot depuis le milieu du XVIIIe siècle.

  • 32 Mémoires et Journal inédit du marquis d’Argenson, Paris, 1857, t. 3, p. 313
  • 33 Cité par H. Drévillon, La Monarchie entre renaissance et révolution, s. d. de J. Cornette, Paris, (...)
  • 34 R. Darnton, « An Early Information Society: News and the Media in Eighteenth-Century Paris », The (...)
  • 35 Rousseau, Œuvres complètes, Pléiade, III, Introduction de Jean Starobinski au Discours sur l’origi (...)

22En 1750, le marquis d’Argenson notait dans son Journal : « Le républicanisme gagne chaque jour les esprits philosophiques. […] des esclaves seuls, des eunuques, aident de leur fausse sagesse le monarchisme. Mais quelle sagesse chez les républiques […] Heureuses les monarchies gouvernées comme des républiques ! »32 L’observation est importante venant d’un haut personnage de l’État, qui en 1744 accusait la cour d’être devenue » le sénat de la nation »33. La date ne l’est pas moins – 1750 – époque d’une crise aiguë du pouvoir sacré du roi et de la relation du roi à son peuple. Robert Darnton a montré comment autour de 1750 l’opinion en ville s’était retournée contre l’« incestueux tyran »34. La rhétorique permet de reconnaître les lointaines origines de la crise révolutionnaire et le langage du républicanisme. En 1755 paraissaient les Dissertations toutes républicaines de l’abbé Coyer sur le vieux mot de patrie et sur la nature du peuple et le second Discours de Rousseau. Celui-ci prenait ses distances avec les historiens de la société civile, pour offrir à la communauté des hommes une œuvre-source : à partir de sa réflexion sur la nature de l’homme et de la société, la figure du fondement des institutions légitimes, la genèse philosophique du Contrat social35.

  • 36 Sur l’état de guerre, à la source de la pensée de Machiavel, voir Le Prince, traduit et commenté p (...)

23Mais dans les années 1750, on ne doutait guère de la stabilité de l’ordre social établi. Si, comme le dit Darnton, Louis XV avait perdu sa « royal touch » avec son peuple, que dire de Louis XVI, qui avait trahi son serment devant la nation ? Par delà l’expérience de l’histoire, l’examen des théories qui s’expriment en 1791 dans la perspective d’une république montre une certaine convergence des traditions libérales et républicaines sur le thème de la loi, qui fait entrevoir comme une alchimie possible de la raison et des sentiments dans le domaine politique, autour des principes du droit, de l’équité et de la justice, avant que les exigences de la guerre ne viennent brouiller les intérêts et polariser les camps. Une fois déclarée, la guerre devient un enjeu majeur pour la vie ou la mort de la république et le roi le principal obstacle au lien qui unit chaque citoyen à la patrie36.

  • 37 Les Éleuthéromanes, J. Varloot éd., Diderot, Œuvres Complètes, édition Dieckmann-Varloot, t. XX, P (...)

24Le jour de l’apothéose de Voltaire, le 11 juillet 1791, Bonneville met en exergue de la Bouche de Fer ce qu’il présente comme des Paroles familières de Diderot : « Quand le dernier roi sera pendu avec les boyaux du dernier prêtre (célibataire), le genre humain pourra espérer être heureux ». L’image tyrannicide contre la complicité d’imposture des rois et des prêtres prend tout son sens dans le contexte de la crise de Varennes. La citation de Diderot est d’autant plus intéressante qu’elle est tirée d’un poème, Les Éleuthéromanes, dont l’histoire est demeurée longtemps perdue37. D’abord inspiré à Diderot un jour d’épiphanie 1770, puis recomposé et publié dans la Correspondance littéraire de Grimm (1772), le poème paraît à nouveau en l’an IV dans la Décade Philosophique. L’image est en réalité empruntée au Testament de Meslier, dans un dithyrambe qui est chez Diderot l’expression personnelle et radicale d’un courant esthétique des Lumières, discours fougueux du cœur et de l’enthousiasme des Furieux de la Liberté, dont les détracteurs auront beau jeu après la révolution de dénoncer le caractère violent et subversif.

25On conçoit comment en juillet 1791 la veine poétique qui puise à l’inspiration sacrée pour réveiller au fond des cœurs l’instinct de liberté, entrait en résonance avec l’élan républicain. Bonneville qui croit au pouvoir des mots et au génie de la langue donne au mot parole un sens quasi divin, une force créatrice capable de faire mûrir la liberté. On a là une chaîne d’énoncés Meslier/Diderot/Bonneville qui ne correspond pas à l’esthétique néo-romaine du tyrannicide qui s’incarne dans la figure de Brutus. C’est une projection de soi dans l’universel de l’homme sur l’horizon de la liberté et du bonheur, qui renvoie à la liberté grecque, l’eleutheria, la liberté sur la base de lois équitables.

  • 38 Voir notamment le discours de Saint-Just du 13 novembre. Pour Robert, le peuple en insurrection es (...)

26En 1791 l’aspiration à la liberté se construit sur les antithèses classiques liberté/esclavage, liberté/tyrannie. Le discours républicain, en même temps qu’il est officiellement controversé, acquiert une charge sémantique nouvelle qui lui donne une fonction stratégique dans le discours public. L’évolution de la rhétorique anti tyrannique – de la tyrannie des lois à la tyrannie du pouvoir – va de pair avec la mobilisation civique et patriotique contre le pouvoir exécutif, Monsieur Veto, qui mène à l’insurrection du 10 août et au régicide, c’est-à-dire à l’exclusion du roi du corps de la nation. Le lien établi au procès entre régicide et tyrannicide renvoie à la liberté de droit naturel et au droit de résistance à la tyrannie, en même temps qu’il prend acte du fait de résistance et de l’événement qui le confirme, l’insurrection38. Celle-ci est l’aboutissement du processus révolutionnaire et de la radicalisation de la rhétorique des droits et du discours républicain de résistance à la tyrannie.

27Les textes publiés par Lavicomterie de 1790 à 1792 en sont un exemple. Il est l’auteur de plusieurs pamphlets dont : Du Peuple et des rois paru en septembre 1790, Les droits du peuple sur l’assemblée nationale publié en juillet 1791, et République sans impôt, qui sort trois mois avant l’insurrection du 10 août. Ce dernier texte, donne la clé de l’évolution de sa rhétorique, qui puise aux sources du républicanisme et des droits de l’homme et ne peut être séparée du contexte révolutionnaire. De 1790 à 1792, il construit ses arguments contre la tyrannie, dans un mouvement qui va d’une critique de la constitution à l’appel à un nouveau pacte fédératif. Dans ses deux premiers pamphlets, il n’était encore question que d’aménager la constitution conformément aux droits déclarés. Le texte de juillet 1791, plus violent contre les décrets qui blessent la liberté, notamment la loi martiale, accorde une légitimité à la résistance publique née de l’oppression individuelle. Celui de mai 1792, est un traité de morale politique où la métaphore de la république fédérative est proposée comme l’antithèse du gouvernement monarchique. L’union fédérative positive dans l’intérêt général est opposée aux dangers que fait courir au corps politique la nature tyrannique du pouvoir exécutif royal, pour appeler les citoyens à s’unir dans un même esprit de liberté.

28La catégorie grecque de tyrannie, qui renvoie au détenteur du pouvoir, au tyran dont l’abus de pouvoir ou le pouvoir illégitime appelle le tyrannicide, fonctionne comme notion théorique contre les fausses acceptions des concepts politiques de base pour légitimer la résistance. Demeure dans le texte la difficile articulation du droit de résistance individuelle à l’instance capable de juger de la tyrannie, de l’exercice du pouvoir au delà de son domaine légitime (Locke). D’où une certaine gêne à situer la garantie du pacte social autrement que dans le temps, celui de la réforme ou de la révolution. La république se situe dans l’écart avec l’horizon du bien commun qui est supposé animer la constitution et la loi, un principe politique dont la fonction est de combler en permanence cet écart dans l’espace national.

  • 39 H. Dupuy, « L’épiphanie républicaine dans les actes de la séance inaugurale de la Convention », (...)

29Le 21 septembre 1792, la Convention décrète l’abolition de la royauté et consacre le principe de la souveraineté du peuple, suite logique de la révolution du 10 août39. La république c’est cette idée et cette attente forte qui enveloppe la séance inaugurale de la Convention, chargée non pas de donner au peuple une constitution mais de la lui proposer, c’est ce qui est à l’horizon sur la base d’un nouveau pacte social, et ce qui se nomme dans les actes officiels du nom propre de République française. La France en guerre avec l’Europe ne pouvait vaincre ses ennemis qu’en maintenant au plus haut la dynamique civique et patriotique pour sauver la république. L’impératif de la fondation passerait par le régicide public, et le transfert de sacralité du corps du roi au corps de la république, une exigence symbolique de désincarnation/ réincarnation, que résume la formule de Robespierre au procès : « Louis doit mourir parce qu’il faut que la patrie vive ».

Notes

1 Sur les aspects méthodologiques, voir Jacques Guilhaumou, « De l’histoire des concepts à l’histoire linguistique des usages conceptuels », Genèses, n° 38, 2000, p. 105-118, « L’histoire des concepts : le contexte historique en débat », Annales, 3-2001, mai-juin 2001, p. 685-698.

2 François Furet et Ran Halévi, Orateurs de la Révolution française, tome I, Les constituants, Introduction, Paris, Gallimard, 1989.

3 L’expression d’art social était déjà utilisée par les Physiocrates. Sieyès en modifie la signification, mais ne l’invente pas, comme il voudrait le faire croire dans une note manuscrite.

4 À la croisée des esprits. Esquisse d’une ontologie d’un fait social : l’opinion publique, thèse de doctorat, EHESS/Université de Lausanne, 2000.

5 Voir notre ouvrage Sieyès et l’ordre de la langue. L’invention de la politique moderne, Paris, Kimé, 2002.

6 Au tribunal de l’opinion. Essai sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, Paris, Payot, 1990.

7 Citizens without Sovereignty. Equality and Sociability in French Thought 1670-1789, Princeton, Princeton University Press, 1994.

8 The French Idea of Freedom. The Old Regim and the Declaration of Rights of 1789, Stanford, Stanford University Press, 1994.

9 Cynthia Bouton, The Flour War. Gender, Class, and Community in Late Ancien Regim French Society, Ithaca, 1993.

10 Sara Maza, Vies privées, affaires publique : les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1993.

11 David Bell, Lawyers and Citizens. The Makingof French Political Elite in Old Regim France, Oxford, Oxford University Press, 1994.

12 Julian Swann, Politics and the Parlement of Paris, 1754-1774, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

13 Voir sur ce point les deux volumes du Colloque Mably sur La politique comme science morale, F. Gauthier et alii éds. Bari, Palomar, 1995.

14 Voir Claude Gautier, L’invention de la société civile. Lectures anglo-écossaises (Mandeville, Smith, Ferguson), Paris, PUF, 1993.

15 Il s’agit bien d’une étape distincte et antérieure à la formation d’un espace public démocratique pendant le moment républicain (1790-1792), et qui nous confronte à la montée en puissance d’un moment de radicalité culminant en 1789. À propos de l’articulation entre ces deux moments, voir notre ouvrage sur L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792), Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1998. Sur l’inscription du moment républicain dans l’ensemble du processus révolutionnaire, voir l’ouvrage de Raymonde Monnier, L’espace public démocratique, Paris, Kimé, 1994.

16 Voir notre transcription, avec présentation et notes, du Grand Cahier Métaphysique, dans Des Manuscrits de Sieyès (1773-1799), C. Fauré éd., Paris, Champion, 1999.

17 Voir Sonia Branca et Jacques Guilhaumou, « De “société” à “socialisme” (Sieyès) : l’invention néologique et son contexte discursif », Langage & Société, n° 83/84, mars-juin 1988, p. 39-77.

18 Sur l’apport décisif de ce nouveau sens commun dans la réalité d’expérimentations nouvelles inscrites à l’horizon du droit naturel déclaré, voir F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, PUF, 1992.

19 Un premier exposé de cette recherche a été fait à la réunion du groupe History of Social and Political Concepts en juin 2001 à Tampere (Finlande).

20 J. Pocock, Le moment machiavélien, Paris, PUF, 1997.P. Pettit, Republicanism. A Theory of Freedomand Government, Oxford, Clarendon Press, 1997. Q. Skinner, La liberté avant le libéralisme, Paris, Le Seuil, 2000.

21 A. Mathiez, Le Club des Cordeliers pendant la crise de Varennes et le massacre du Champ de Mars, Paris, 1910 [Slatkine-Megariotis Reprint, Genève, 1975]. R. Monnier, L’espace public démocratique, op. cit.

22 D. Gordon, Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789, op. cit.

23 La collection Aux origines de la République 1789-1792 (Paris, EDHIS, 1991, 6 vol.) reproduit de nombreux textes, mais laisse de côté plusieurs écrits théoriques importants.

24 R. Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990.

25 C. Nicolet, L’idée républicaine en France, Paris, nrf, 1982.

26 La Liberté politique. Essai de généalogie conceptuelle, Paris, PUF, 1995.

27 C. Larrère, « Libéralisme et républicanisme : y a-t-il une exception française ? », Libéralisme et Républicanisme, Cahiers de Philosophie de l’Université de Caen, n° 34, 2000, p. 127-146. P. Higonnet, Sister republics: the origins of French and American republicanism, Cambridge, Mass., Harvard UP, 1988.

28 K. M. Baker, « Transformations of Classical Republicanism in Eighteenth-Century France », The Journal of Modern History, n° 73, 2001, p. 32-53.

29 Eric Gojosso, Le Concept de république en France (XVIe-XVIIIe siècle), PU Aix-Marseille, 1998.

30 R. Monnier, « Démocratie représentative ou république démocratique : de la querelle des mots (république) à la querelle des anciens et des modernes », AHRF, 2001/3, p. 1-21.

31 T. Paine, Les droits de l’homme, présenté par Claude Mouchard, Paris, Belin, 1987, p. 206-207.

32 Mémoires et Journal inédit du marquis d’Argenson, Paris, 1857, t. 3, p. 313

33 Cité par H. Drévillon, La Monarchie entre renaissance et révolution, s. d. de J. Cornette, Paris, Le Seuil, 2000, p. 300.

34 R. Darnton, « An Early Information Society: News and the Media in Eighteenth-Century Paris », The American Historical Review, 105/1,2000, p. 1-35.

35 Rousseau, Œuvres complètes, Pléiade, III, Introduction de Jean Starobinski au Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité.

36 Sur l’état de guerre, à la source de la pensée de Machiavel, voir Le Prince, traduit et commenté par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, PUF, 2000.

37 Les Éleuthéromanes, J. Varloot éd., Diderot, Œuvres Complètes, édition Dieckmann-Varloot, t. XX, Paris, Hermann, 1995, p. 549-574.

38 Voir notamment le discours de Saint-Just du 13 novembre. Pour Robert, le peuple en insurrection est la « loi vivante » (Moniteur, XIV, 472).

39 H. Dupuy, « L’épiphanie républicaine dans les actes de la séance inaugurale de la Convention », Révolution et République, s.d. M. Vovelle, Paris, Kimé, 1994, p. 159-171.

Auteurs

CNRS, ENS-LSH, Lyon

CNRS, ENS-LSH, Lyon

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540