Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire de la culture et des opinions

Histoire de la culture et des opinions

Rolf Reichardt

Texte intégral

Culture et espace public, catégories clés d’une historiographie renouvelée

  • 1 L’esquisse suivante ne fait pas double emploi avec mon rapport antérieur : « Standund Perspektiven (...)
  • 2 Nous nous contenterons de citer, à titre d’exemple, les publications suivantes,
    - colloques : Cultu (...)

1En considérant les publications du Bicentenaire sous l’angle de leur apport à une histoire de la culture et des opinions de la Révolution française1, on risque d’en venir à englober des travaux très différents dans un fourre-tout commode mais assez vague. En effet, la culture est à la mode, et nombreux sont les colloques, les numéros spéciaux des revues et les monographies régionales qui s’en réclament sans dire ce qu’ils entendent sous ce terme2. Pour éviter de reproduire telle quelle cette situation plutôt confuse, j’essaierai de présenter un choix quelque peu critique et structuré des travaux publiés depuis une bonne décennie. Dans cette optique, cet article propose en guise d’introduction deux ou trois définitions préliminaires, considérations dont il convient du reste de souligner le caractère provisoire.

2En parlant, d’une part, de culture, le rapport suivant privilégie un concept historique qui comporte trois caractéristiques principales. Tout d’abord, la culture forme un système sémiotique riche de tout un ensemble de facettes – des cérémonies religieuses aux règles de la sociabilité plébéienne en passant par la physionomie, les discours politiques et les mouvements populaires. Ensuite, la culture se manifeste de manière plurimédiale autant par la parole et l’écrit que par l’image, la chanson, la mise en scène et la symbolique – éléments souvent liés entre eux et tendant à former des ensembles historiquement et socialement spécifiques. Enfin, il n’y a pas de culture sans communication tant orale que visuelle, autant sous forme de lectures que d’actions collectives. C’est elle qui non seulement opère l’introduction et l’ancrage d’un système sémiotique dans un groupe social, mais encore assure sa diffusion et sa persistance.

  • 3 The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture. vol. 1: The Political Culture (...)
  • 4 Bernard Deloche et Jean-Michel Leniaud, La Culture des sans-culottes, Paris, Éditions de Paris, 19 (...)

3Ainsi considérée comme un système sémiotique consistant en une communication plurimédiale, la culture est moins une entité, un domaine bien circonscrit situé à côté du politique et du social, qu’un processus sociopolitique où se croisent et s’associent des pratiques collectives différentes pour former un tout qui représente davantage que la somme de ses parties. Si l’on prend cette perspective comme critère, il est permis de douter que, parmi les actes de colloque susceptibles de servir d’indicateurs quant à la conjoncture historiographique, l’ouvrage présomptueusement intitulé The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture3 concerne vraiment la culture politique dans notre sens ; car il consiste essentiellement en articles juxtaposés cultivant une histoire classique des idées et des institutions sous la Révolution. Or, où trouver par exemple La Culture des sans-culottes dans cette sélection de textes élitistes et plus ou moins officiels de l’époque révolutionnaire4 ?

  • 5 Cf. le colloque organisé par le Département d’histoire de l’art de l’Université de Maryland en nov (...)

4D’autres colloques et ouvrages collectifs, tout en favorisant une approche culturelle plus précise, ont tendance à enfermer la culture dans l’esthétique en la limitant à une histoire des arts envisagée au sens large5. Cependant, selon le concept ici proposé, la peinture et la musique, l’éducation et le théâtre, la langue et la littérature des années 1790 ne font pas en tant que telles partie intégrante de la culture politique, mais seulement dans la mesure où elles participent – en commun avec d’autres facteurs – au processus plurimédial de l’acculturation révolutionnaire.

  • 6 Die Französische Revolution als Bruch des gesellschaftlichen Bewußtseins, Reinhart Koselleck et Ro (...)
  • 7 Cf. son introduction à l’ouvrage collectif : Recherches sur la Révolution. Un bilan des travaux sc (...)

5Dans cette perspective, ce sont, me semble-t-il, surtout les colloques de Bielefeld et de Rouen ainsi que le congrès mondial du Bicentenaire tenu à Paris qui convergent tout particulièrement vers une nouvelle histoire culturelle à part entière : que la Révolution y soit envisagée comme une « prise de conscience sociale », ou comme la naissance de « l’homme moderne », ou encore comme un phénomène caractérisé par l’image qu’il véhicule de lui-même6 – l’ensemble des communications est toujours structuré par une problématique proprement culturelle. Il s’agit en effet d’une approche renouvelée privilégiant « l’auto-représentation politique », approche qui selon Antoine de Baecque7, doit être ancrée « dans les pratiques culturelles et politiques du temps [...] et dans les déterminations sociales qui la génèrent », car elle risque sinon de dissoudre la matérialité même de l’événement dans la subjectivité contemporaine (M. Vovelle).

6D’autre part, l’opinion. À la fois force agissante et résultat de la nouvelle culture politique de la Révolution, elle en constitue à coup sûr une catégorie clé. L’historiographie l’emploie généralement suivant la théorie habermasienne de l’espace public, soit un espace démocratique ouvert à tous, forum d’un discours d’assemblée permanent où doit s’exercer librement la raison critique des individus éclairés – quelle que soit leur position sociale – pour trouver, dans une sorte de consensus collectif, la vérité. Théorie sans nul doute séduisante, mais qui semble prendre un peu trop à son compte l’idéal contemporain où l’opinion publique est qualifiée de tribunal et de quatrième pouvoir, de chaire pour prêcher la liberté et la vérité, d’expression de la volonté du peuple, source ultime de légitimité.

  • 8 Raymonde Monnier, L’espace public démocratique : essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au D (...)
  • 9 Keith Michael Baker, Inventing the French Revolution. Essays on French Political Culture in the Ei (...)
  • 10 Mona Ozouf, « L’opinion publique », The French Revolution and the Creation of Modern Political Cul (...)

7Il est vrai que les exemples répondant à cet idéal ne manquent pas. Ainsi, en relisant de façon précise le rôle joué par le Cercle social et le mouvement cordelier pendant le temps fort de la sociabilité parisienne, Raymonde Monnier réussit brillamment à redécouvrir l’espace démocratique des sociétés fraternelles, facteur permanent de légitimation révolutionnaire qui s’élabore, en dehors de la sphère de la représentation, autour des porte-parole radicaux. « L’action des Cordeliers et des journalistes patriotes, notamment de Robert et de Bonneville, s’inscrit dans une conception normative de l’opinion publique, agissant comme médiation concrète entre le peuple et ses représentants. »8 Mais dès qu’on la généralise, à la manière de Keith Baker9, à l’ensemble de la Révolution, c’est précisément cette conception normative qui fait problème. Car de plus en plus nombreux sont les chercheurs10 voyant dans l’espace public homogène d’Habermas une fiction. Trop lié à la théorie de la modernisation et présupposant une tendance des intérêts sociaux vers des solutions raisonnables, ce concept exagère l’opposition entre l’extrémisme irrationnel du public en tant que foule et la rationalité transparente et pratique des groupes sociaux libéraux. Force est donc, semble-t-il, de distinguer entre le concept et le phénomène de l’opinion publique. Je me risquerai, si vous me le permettez, à esquisser quelques caractéristiques du phénomène.

8Comme l’opinion publique n’est pas un phénomène unitaire mais varié et multiforme, il convient de parler d’opinions au pluriel formant l’espace public. Même si, au cours de la Révolution, certaines opinions réussissent successivement à se poser en porte-parole du peuple, il n’en reste pas moins qu’elles ne s’imposent que dans un permanent combat entre plusieurs opinions concurrentes ou opposées. Je propose donc de considérer, davantage qu’on ne l’a fait jusqu’ici, le pluralisme de l’espace public sous plusieurs aspects.

9Pluralisme politique de l’opinion selon les différentes convictions et fonctions. Ainsi, d’une part, l’opinion des révolutionnaires, sans posséder la même puissance, coexiste avec celles des modérés et des contre-révolutionnaires ; d’autre part, pour chacune de ces positions de base, on peut observer une sorte de cascade d’opinions, de l’Assemblée nationale aux citoyens électeurs en passant par les représentants intermédiaires.

10Pluralisme social. Loin d’être monopolisé par la bourgeoisie éclairée dans le sens d’Habermas, l’espace public est également ouvert aux autres groupes sociaux. C’est tout particulièrement vrai pour la Révolution où, parmi d’autres couches plus ou moins réduites au silence sous l’absolutisme, sans-culottes et paysans prennent la parole, chaque groupe à sa manière.

11Y correspond un pluralisme des niveaux et pratiques culturels. Car il ne faut pas négliger le public immédiat au profit du public imprimé. Si la culture écrite des élites, privilégiée dans la conception d’Habermas, est le médium le plus en vue de l’espace public, le peuple participe d’autant plus à celui-ci que la Révolution représente également le retour en force d’une culture populaire refoulée – culture essentiellement orale et visuelle. Greffée sur un ensemble de relations où la tradition des confréries, le quartier et la rue, le cabaret et les jardins publics jouent un rôle primordial, elle s’exprime par le goût de la parole, de la chanson, de la caricature, de la symbolique et de l’action directe. De plus, on peut se demander si l’opposition communément établie entre privé et public ne se relativise pas dans cette période où toute la vie tend à être envahie par la Révolution.

12Pluralisme mental. Concevoir l’opinion publique comme un discours d’une rationalité transparente conduit à n’envisager qu’une partie du phénomène. En effet, surtout dans les conditions propres à la Révolution, une rhétorique radicale imprégnée d’éléments religieux et symboliques, ainsi que des mouvements collectifs de peur et d’enthousiasme, jouent également un rôle important, non seulement dans l’espace public plébéien, mais encore dans celui des élites culturelles. En outre, ce n’est pas toujours l’information pure et objective qui forme l’espace public, mais aussi le despotisme de l’opinion, la manipulation, le scepticisme, voire la désillusion.

13Pluralisme local et régional. S’il va de soi que, sous la Révolution, ces formes variées de l’opinion, tout en convergeant vers un espace public national, s’expriment surtout à l’échelle régionale et locale, il faut également tenir compte des tempéraments spécifiques des pays et des villes en distinguant notamment la culture ouvrière lyonnaise de la culture parlementaire dominante à Rennes ou les mentalités introverties du bocage vendéen de la sociabilité méridionale.

14Culture et opinion – deux catégories centrales, mais qui diffèrent considérablement dans leur statut et dans leur degré de généralité. Pour les relier de façon authentique, l’historiographie renouvelée a recours à une troisième catégorie clé, celle de la sociabilité. Bien entendu, ce serait porter de l’eau à la mer que de prétendre la présenter ici, dans cette Provence chère à Maurice Agulhon ; mais nous retrouverons la sociabilité plus tard. En attendant, je vous propose un tour d’horizon des facteurs culturels constituant les opinions. Les différents champs de recherche n’y seront pas exposés intégralement – la tâche est impossible – mais seulement en fonction de leur contribution à la prise de conscience sociopolitique, à la formation de l’espace public et des opinions.

Facteurs culturels des opinions : de l’enseignement à la symbolique

15Les impératifs de l’exposé contraignant à présenter rapidement un sujet très vaste et extrêmement riche en publications importantes, les propos suivants sont nécessairement d’une brièveté presque caricaturale.

Instruction publique et pédagogie républicaine

  • 11 Cf. les actes du colloque tenu à Montréal en 1993 : Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, (...)
  • 12 Cf. deux articles critiques : Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique e (...)
  • 13 Atlas de la Révolution française, vol. 2 : L’enseignement, 1760-1815, Dominique Julia éd., Paris, (...)

16Dans la mesure où la Révolution, héritière des Lumières, a voulu, suivant la célèbre formule de Lepeletier, « former un nouveau peuple »11, les recherches12 sur l’éducation des années 1790 concernent la base même de la culture révolutionnaire. Or, abstraction faite de quelques ouvrages généraux13, il semble que dans les diverses publications du Bicentenaire s’esquissent deux tendances de recherche à la fois différentes et complémentaires.

  • 14 Voir plusieurs articles dans deux numéros spéciaux : « Les enfants de la Patrie. Éducation et ense (...)
  • 15 Philippe Marchand, Écoles et collèges dans le Nord à l’aube de la Révolution. L’enquête du directo (...)
  • 16 Olivier Devaux, La Pique et la Plume : l’enseignement à Toulouse pendant la Révolution, Toulouse, (...)

17D’une part, les spécialistes ont approfondi l’approche classique concernant l’enseignement modernisé dans les collèges et les écoles centrales ainsi que les projets d’éducation nationale14 et les efforts administratifs entrepris au début de la Révolution15. Dans cette optique, l’« ère de la confusion et du provisoire » de l’an II forme un contraste négatif avec « la nouvelle politique scolaire » du Directoire16.

  • 17 Hans-Christian Harten, Les Écrits pédagogiques sous la Révolution : Répertoire, Paris, Institut na (...)
  • 18 Hans-Christian Harten, Elementarschule und Pädagogik in der Französischen Revolution, Munich, Olde (...)
  • 19 Voir aussi le cas de Léonard Bourdon à Paris étudié par Raymonde Monnier, « L’école du citoyen », (...)
  • 20 Sur ce point, voir aussi Ségolène Le Men, « Les images de l’enfant dans la littérature enfantine » (...)
  • 21 Font aussi autorité en cette matière les études de Jean Hébrard, « Les catéchismes de la première (...)
  • 22 Manuels scolaires et Révolution française, Jean-Yves Mollier éd., Paris, Messidor, 1990, 252 p. ; (...)

18D’autre part, s’appuyant sur une documentation élargie17, les historiens reconsidèrent l’œuvre révolutionnaire en matière d’instruction élémentaire. Grâce surtout à l’enquête que Hans-Christian Harten18 a entreprise dans les archives d’une vingtaine de départements et sur la base des livres élémentaires présentés au concours de l’an II, on est maintenant davantage en mesure qu’avant le Bicentenaire d’apprécier l’énorme effort organisateur et social des écoles élémentaires, l’importance d’instituteurs engagés19 comme Gérard Le Normand à Rouen, le rôle d’une didactique réformée par l’image20, les catéchismes républicains21 et les activités festives. Dans une perspective à long terme, il semble bien que ce soit précisément la pédagogie révolutionnaire de l’an II qui a donné les impulsions les plus durables22.

Langue et parole

  • 23 Voir l’article critique de Jack R. Censer, « Social Twists and Linguistic Turns: Revolutionary His (...)
  • 24 Langages de la Révolution (1770-1815), équipe « 18e et Révolution » éd., Paris, Klincksieck, 1995, (...)

19Le souci d’éducation de la Révolution impliquant une véritable politique de la langue, les travaux du Bicentenaire, souvent issus du tournant linguistique de l’histoire intellectuelle23, ont étudié le problème avec une extrême diversité, tant disciplinaire que méthodologique. En témoignent les actes du colloque de Saint-Cloud24. On remarquera toutefois trois directions de recherche privilégiées.

  • 25 Hélène Dupuy, « Pour une redécouverte du politique à travers les notions-concepts, Recherches sur (...)
  • 26 Dictionnaire des usages socio-politiques du français (1770-1815), équipe « 18e et Révolution » éd.(...)
  • 27 Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, Rolf Reichardt et Hans-Jürgen L (...)
  • 28 Signalons l’édition d’un dictionnaire manuscrit : Jean Rodoni, Dictionnaire Républicain et Révolut (...)
  • 29 Cf. deux études de cas : Gerd van den Heuvel, Der Freiheitsbegriff der Französischen Revolution. S (...)

20En premier lieu, l’approche lexicologique. Caractérisée par Hélène Dupuy comme « redécouverte du politique à travers les notions-concepts »25, elle est représentée par deux entreprises convergentes. Tandis que le DUSP26 élaboré par l’équipe « 18e et Révolution » au laboratoire de lexicométrie et textes politiques de Saint-Cloud étudie plutôt le temps court suivant les méthodes strictes de la lexicométrie, un ouvrage allemand27 analyse davantage la sémantique discursive dans la longue durée, tout en accordant à la Révolution, avec ses dictionnaires pamphlets28, son débat sur l’abus des mots et son iconographie29, une fonction de point stratégique et de tournant crucial.

  • 30 Jacques Guilhaumou, L’avènement des Porte-parole de la République (1789-1792). Essai de synthèse s (...)
  • 31 Jacques Guilhaumou, « Décrire la Révolution française. Les porte-parole et le moment républicain ( (...)
  • 32 Cf. l’étude de cas fouillée de Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Pres (...)

21Ensuite, des recherches sur « la multiplicité des langages en acte » au sens large30. Perfectionnée par Jacques Guilhaumou, cette approche « totale » met surtout en valeur le rôle des porte-parole31 dans l’espace public révolutionnaire. Prôner le droit naturel dans les pamphlets de 89, énoncer la parole nationale dans les assemblées révolutionnaires, propager la « science de la liberté » dans la presse, se proclamer « grammairien patriote » à la façon de Domergue, mobiliser en Provence32 de véritables courses missionnaires patriotiques pour faire « parler la loi » aux citoyens réticents – voilà en effet autant d’actes de langage qui traduisent les notions-concepts de la Révolution en actions politiques de plus en plus concrètes.

  • 33 Symptomatiques à cet égard s’avèrent les communications au colloqued’Édimbourg : Language and Rhet (...)
  • 34 Patrick Brasart, Paroles de la Révolution : les assemblées parlementaires, 1789-1794, Paris, Miner (...)
  • 35 Peter Krause-Tastet, Analyse der Stilentwicklung in politischen Diskursen während der Französische (...)

22Enfin, un certain regain d’intérêt pour la rhétorique révolutionnaire33. Cependant, comment dépasser les recherches antérieures de Gumbrecht en ce domaine ? En dernière analyse, ni l’étude des règlements des assemblées révolutionnaires et du déroulement de leurs séances34, ni l’application de la rhétorique classique aux discours célèbres de Robespierre et de Vergniaud, ni la distinction entre un « style d’analyse » et un « style d’images »35 ne sont susceptibles d’expliquer vraiment les succès du comte de Mirabeau ou les insuccès de Brissot. Il semble donc, à l’exception de l’ouvrage d’Éric Negrel et Jean-Paul Sermain, Une expérience rhétorique : L’éloquence de la Révolution (Voltaire Foundation, Oxford, 2002), que la rhétorique de la Révolution cherche toujours son historien.

La symbolique

  • 36 Symbols, Myths and Images of the French Revolution. Essays in Honour of James A. Leith, Ian German (...)

23Loin de se borner à l’éducation et à la langue, la politique culturelle des révolutionnaires a inventé et développé tout un langage des signes destiné à transformer jusqu’à l’outillage mental du peuple. À la suite du programme initié par Lynn Hunt, ce champ d’études s’est avéré si fructueux qu’on a consacré un colloque entier au problème de la symbolique révolutionnaire36.

  • 37 Dorinda Outram, The Body and the French Revolution: Sex, Class, and Political Culture, New Haven, (...)
  • 38 Voir aussi Michel Ganzin, « Le Héros révolutionnaire (1789-1794) », L’Influence de l’Antiquité sur (...)
  • 39 Sur la symbolique de la guillotine, voir Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreu (...)

24Saluons, parmi les nombreuses directions de recherche en ce domaine, un nouveau venu : le corps. Complément physique au discours plus abstrait des mots, le corps politisé véhicule une impression d’authenticité. Ce sont surtout Dorinda Outram et Antoine de Baecque qui ont mis en évidence sa métamorphose suggestive sous la Révolution37. Rivalisant avec le corps désacralisé du roi, se constituent publiquement d’autres corps, cette fois héroïques et démocratiques38, qui incarnent un nouveau système de valeurs dans lequel la perception de l’individu et des références politiques s’effectue à travers un prisme d’affrontements physiques : corps vivants des vainqueurs de la Bastille portés en triomphe dans les rues de Paris et des soldats républicains montrant leurs plaies à la Convention, cadavres des Martyrs de la Liberté exposés sur le catafalque, d’un côté, cadavres des « traîtres » ou « Socrates » guillotinés39 de l’autre.

  • 40 Pour une vue d’ensemble, voir l’étude de cas de Georges Fournier, « Diffusion des symboles républi (...)
  • 41 Nicole Pellegrin, Les Vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires en France d (...)
  • 42 Richard Wrigley, « Transformations of a revolutionary emblem: The Liberty Cap in the French Revolu (...)
  • 43 Jean Boulles, « Les Arbres de la Liberté », Les Drômois acteurs de la Révolution, Michèle Nathan-T (...)
  • 44 Voir l’étude originale et richement documentée de Elke et Hans-Christian Harten, Die Versöhnung mi (...)

25Une visualisation générée par des actes concrets, telle est la caractéristique que l’on observe également dans la symbolique révolutionnaire40 des Vêtements de la liberté41 en général et des bonnets rouges en particulier42, des statues royales renversées, des insignes féodaux détruits, des arbres de liberté plantés à leur place43, d’une nature transformée en montagnes sacrées et en jardins républicains44. En apparence bien connus, ces phénomènes n’ont pas toujours fait l’objet de l’attention particulière que pourtant ils méritent, mais sont plutôt mentionnés dans les contextes plus généraux des monographies régionales.

  • 45 L’Espace et le temps reconstruits (cf. note 32) ; voir aussi Hans-Christian Harten, Transformation (...)
  • 46 Marie-Hélène et Michel Froeschlé-Chopard, « Une double image de la Révolution : le calendrier et l (...)
  • 47 Michael Meinzer, Der französische Revolutionskalender : 1792-1805. Planung, Durchführung und Schei (...)
  • 48 Pascal Frand, « Le Calendrier républicain dans les annuaires datés de l’an IV à l’an XIII », AHRF, (...)
  • 49 Cf. l’ouvrage illustré d’Yves Droz et de Joseph Flores, Les heures révolutionnaires, Besançon, Ass (...)

26Plus abstrait, mais non moins suggestif, s’avère l’effort révolutionnaire consistant à reconstruire l’espace et le temps45. En ce qui concerne le calendrier républicain46, son application sur le terrain, surtout provençal, est maintenant mieux connue grâce à la thèse de Michael Meinzer47, recherches qu’il faut un peu défendre contre le scepticisme de leur auteur lorsqu’il parle de l’échec d’une restructuration politique du temps. Car en butte tant à la tradition enracinée du calendrier grégorien qu’à l’opposition acharnée des catholiques, les succès partiels du « temps nouveau » paraissent remarquables. Et d’autres travaux concernant d’une part l’usage des calendriers républicains dans la vie quotidienne48, d’autre part la richesse des horloges et montres décimales conservées49 viennent confirmer l’hypothèse que, pendant les dernières années du Directoire, le nouveau Calendrier commence bel et bien à entrer dans les mœurs.

  • 50 « Les prénoms révolutionnaires », AHRF, t. 72, n° 322, 2000, p. 1-157.
  • 51 Citons à titre d’exemples : Brutus, Désir de la paix, Jonquille... Les prénoms de la Révolution en (...)
  • 52 Philippe Daumas, « Prénoms et Révolution (1775-1825) : propositions pour une nouvelle approche mét (...)

27Test des mentalités et indicateur culturel tout aussi riche et pertinent : les prénoms révolutionnaires. Si un numéro spécial des AHRF50 enregistre environ quatre-vingts travaux dans le cadre du Bicentenaire, c’est que, autrefois marginales et plutôt menées par des amateurs, les enquêtes locales et régionales de terrain sur les prénoms révolutionnaires sont devenues non seulement abondantes mais encore de plus en plus sérieuses51. Il reste à appliquer une approche méthodologique homogène à ces analyses plurielles afin d’aboutir à des résultats cohérents sur le plan national52 ; cependant, la présentation cartographique et statistique des prénoms révolutionnaires, choisis dans un esprit d’anticléricalisme et de politisation, révèle d’ores et déjà l’adhésion d’une partie non négligeable des Français au changement, même dans la paysannerie.

Facteurs médiatiques des opinions

  • 53 Revolution in Print: the Press in France, 1775-1800, Robert Darnton et Daniel Roche éd., Berkeley, (...)
  • 54 Référence dans l’essai de synthèse suivant : Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, « Colporter (...)
  • 55 Cf. le catalogue Colporter la Révolution, Lise Andriès éd., Montreuil, Ville de Montreuil, 1989.
  • 56 L’Affiche en Révolution (cf. note 10). Voir aussi Marcel Dorigny, « Les affiches révolutionnaires (...)
  • 57 Cf. les études d’Hébrard sur les catéchismes révolutionnaires, citées plus haut, note 21.
  • 58 Vincent Milliot, « Les ‘cris’ révolutionnaires : mots d’ordre et réflexion dans les titres de la l (...)

28Dans un espace public politisé et démocratisé, la culture de l’imprimé de la période révolutionnaire se transforme et prend un caractère spécifique multiforme53, comme en témoigne le cas d’un Savoyard stationné en février 1792 à Nantua, bourgade située dans le département de l’Ain. Fouillée par le compositeur et journaliste allemand Charles-Frédéric Reichardt, pèlerin de la liberté en France, sa malle contient, parmi plusieurs objets religieux, non seulement de petits livrets populaires comme l’Almanach du Père Gérard et un catéchisme civique à l’usage des gens de la campagne, mais encore des chansons et des estampes satiriques imprimées sur feuilles volantes54. Assemblage symptomatique d’une culture politique nourrie par des imprimés à large circulation où le monde de l’oralité et celui de l’écriture tendent à se confondre : telle est la culture de colportage et de l’affiche présentée, lors du Bicentenaire, par les expositions de Montreuil55 et de Vizille56. En effet, des recherches parallèles et complémentaires montrent que les imprimés populaires destinés à être « exposés » en public, lus collectivement et à haute voix57 se multiplient et qu’en même temps les paroles vives de la rue et à leur tour les slogans, voire les « cris » font leur apparition dans l’imprimé58. Celui-ci peut donc aider à reconstituer une communication non écrite disparue et longtemps négligée par l’historiographie révolutionnaire, mais réactivée par le Bicentenaire.

Musique et chansons

  • 59 Vie musicale et courants de pensée, 1780-1830, Michelle Biget éd., Mont-Saint-Aignan, Institut de (...)
  • 60 Adélaïde de Place, La vie musicale en France au temps de la Révolution, Paris, Fayard, 1989, 341 p (...)
  • 61 Catherine Massip, « Periodical editions of music at the time of the French Revolution », Music and (...)
  • 62 Fêtes et musiques révolutionnaires : Grétry et Gossec, Bruxelles, Éd. de l’Université, 1990, 216 p
  • 63 M. Elizabeth C. Bartlet, « The new repertory at the Opéra during the Reign of Terror: Revolutionar (...)
  • 64 L’anthologie la plus richement illustrée publiée à l’occasion du Bicentenaire est sans nul doute c (...)

29Médium sans doute le plus « oral », la musique française de la fin du XVIIIe siècle a suscité des travaux très variés. Ils sont partiellement rassemblés dans les actes d’au moins trois colloques59 riches en détails nouveaux – résultats propres à compléter une synthèse prématurée60. Si l’on met l’accent sur la fonction communicative et idéologique de la musique dans l’espace public de la Révolution, ce ne sont pas tant l’histoire du Conservatoire de Musique, de l’édition de musique61, des carrières des musiciens62, de la musique de chambre et de l’opéra63 qui s’imposent comme sujets de recherche mais plutôt les hymnes et la masse des chansons politiques64.

  • 65 Laura Mason, Singing the French Revolution. Popular culture and politics, 1787-1799, Ithaca NY, Co (...)
  • 66 Procédé de parodie cher à Hinrich Hudde, « Un air et mille couplets : La Marseillaise et “les mars (...)
  • 67 Claire Gaspard, « Paroles et musique au temps de la Révolution française », Vie musicale et couran (...)
  • 68 Herbert Schneider, « Der Formen- und Funktionswandel in den Chansons und Hymnen der Französischen (...)
  • 69 Herbert Schneider, « Les constitutions chantées de l’an VIII », Le Tambour et la Harpe (cf. note 5 (...)

30Chantées tant dans les rues et lors des fêtes révolutionnaires que dans les clubs et les théâtres, souvent publiées et commentées dans la presse, elles expriment et excitent les opinions non seulement par leurs paroles, discutant les problèmes de l’actualité révolutionnaire65, et par leur jeu raffiné avec des textes concurrents chantés sur les mêmes airs66, mais encore et surtout par l’union de la clarté persuasive des mots à la puissance émotive de la musique67. Cette union s’avère didactiquement et mnémotechniquement d’autant plus efficace que, précisément dans les chansons révolutionnaires les plus populaires, le refrain subit une double revalorisation : prenant de l’importance comme résumé idéologique, il devient en même temps le point culminant musical68. Ce n’est que le résultat partiel d’une nouvelle approche sérielle, effectuée par le musicologue Herbert Schneider, qui privilégie le corpus des chansonniers révolutionnaires69.

Estampes et caricatures

  • 70 Histoire des caricatures de la révolte des Français, 1792, t. I, p. 9.
  • 71 Il faut rendre ici hommage au rôle pionnier de Michel Vovelle, Histoires figurales. Des monstres m (...)
  • 72 Cf. les articles critiques de Jeremy D. Popkin, « Pictures in a Revolution: Recent Publications on (...)
  • 73 Les images de la Révolution française, Michel Vovelle éd., Publications de la Sorbonne, 1988, 399  (...)
  • 74 Nous ne mentionnerons ici que les catalogues les plus solides des expositions générales : David Bi (...)
  • 75 Voir également les travaux de synthèse suivants : Antoine de Baecque, La caricature révolutionnair (...)

31Caractérisée d’« écriture parlée » par Jacques-Marie Boyer-Brun70, contre-révolutionnaire perspicace, la caricature constitue avec la chanson le médium sans nul doute le plus populaire de la culture non écrite sous la Révolution. Ce n’est donc pas un hasard si la masse des estampes de cette période figure au nombre des redécouvertes71 les plus remarquables et les plus stimulantes du Bicentenaire72, à en juger d’après la place significative qui leur revient dans les colloques73, dans les grandes expositions d’histoire culturelle74 et dans la multitude des travaux spécialisés75. Or, sur le plan méthodique, ces publications ont imposé au moins trois principes généraux.

32Dorénavant, l’historien sérieux ne peut plus se permettre de réduire les estampes au rôle secondaire consistant à illustrer un texte historiographique après coup. Reconnues comme documents historiques à part entière, les estampes ont droit à une reproduction intégrale, à une description technique et bibliographique minutieuse, au respect de leur spécificité.

33Tout comme d’autres œuvres d’art, ces images imprimées, quelque modestes qu’elles soient, ont leur sens et leur logique propres. Loin de faire double emploi avec les documents écrits et de ne constituer que le reflet direct de la réalité historique matérielle, elles visualisent des éléments importants de l’imaginaire social sinon difficiles à saisir. Au lieu de projeter une problématique extérieure aux estampes, l’interprétation historique avertie doit donc partir des images elles-mêmes.

34Bien davantage encore que les estampes de l’Ancien Régime, celles de la Révolution ne constituent pas des documents singuliers et isolés mais, participant au discours de la Révolution sur elle-même, elles fonctionnent en séries et en réseaux – ensembles riches d’interpictualité, c’est-à-dire de correspondances entre citation et déformation, confirmation et opposition. S’y ajoutent encore les relations des estampes avec les autres médias, soit que des images visualisent certains pamphlets, soit qu’une estampe suscite une chanson ou un commentaire journalistique, soit que les « canards » associent chanson, texte et image dans une feuille imprimée.

  • 76 Philippe Bordes, « Le recours à l’allégorie dans l’art de la Révolution française », Les images de (...)
  • 77 James A. Leith, « Symbols in the French Revolution : The Strange Metamorphoses of the Triangle », (...)
  • 78 Robert Chagny, « La symbolique des trois ordres », Les images de la Révolution française (cf. note (...)
  • 79 Antoine de Baecque, « Iscariotte, géant aristocrate ou l’image-monstre de la Révolution », AHRF, t (...)
  • 80 Voir l’étude de cas exemplaire d’Odile Faliu, « Le Calculateur patriote : fortune d’une estampe ré (...)
  • 81 Annie Duprat, Le roi décapité. Essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992, 224 p. ; C (...)
  • 82 Claudette Hould, « La propagande d’État par l’estampe durant la Terreur », Les images de la Révolu (...)

35Partant de ces règles, les recherches du Bicentenaire ont d’une part dégagé l’importance des représentations allégoriques dans les concepts clés de la Révolution76 ainsi que les riches significations de certains symboles « abstraits » tels ceux du Triangle et des Tables de la loi77 ; de l’autre, elles ont mis en évidence le pouvoir des caricatures et leur iconomachie autour de l’ancienne société d’ordres78 ou des figures emblématiques de l’Aristocrate, du Peuple et du Sans-culotte79. Méthodiquement, ces études sont tout particulièrement instructives dans la mesure où elles rendent compte des versions multiples des satires les plus diffusées80 et où elles prennent également en considération les pamphlets et les articles de presse liés aux estampes : les travaux qu’Annie Duprat et Claude Langlois ont consacrés à l’image du roi81 semblent exemplaires à cet égard. Éléments formateurs et révélateurs de l’opinion, les caricatures le sont cependant d’une autre façon que la presse, parce que – servant plutôt rarement d’instruments de propagande délibérée82 – elles constituent en premier lieu une spéculation économique des imagiers : mais c’est précisément leur succès matériel sous la Révolution qui leur confère une valeur d’indicateur mental et idéologique.

  • 83 Voir l’exemple donné par Stéphane Roy, « Paul-André Basset et ses contemporains. L’édition d’image (...)
  • 84 Rolf Reichardt, « Historical Semantics and Political Iconography: The Case of the Game of the Fren (...)
  • 85 Bildgedächtnis eines welthistorischen Ereignisses: Die « Tableaux historiques de la Révolution fra (...)
  • 86 Vivian Cameron, « Political Exposures: Sexuality and Caricature in the French Revolution », Erotic (...)

36Outre ces résultats, les recherches iconographiques ont ouvert un certain nombre de pistes à explorer plus systématiquement. Pour commencer, il faudrait examiner l’œuvre des graveurs productifs83. Ensuite, les portraits et les images événementielles méritent la même attention que les genres mieux connus des estampes allégoriques et polémiques. De plus, à côté des pièces isolées, il ne faut pas négliger les séries publiées soit sous forme d’estampes collectives rassemblant sur une même feuille les images les plus appréciées par le public84, soit sous forme d’eaux-fortes illustrant certains journaux, telles les Révolutions de Paris de Prud’homme et les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins. On peut aussi évoquer le corpus célèbre, mais peu étudié, des Tableaux historiques de la Révolution française qui soulève en même temps le problème de la diffusion de l’imaginaire révolutionnaire en Europe parce qu’il a connu des transferts sélectifs et transformateurs en Hollande et en Allemagne85. Enfin, les sujets thématiques restant à explorer ne manquent pas, à commencer par celui de la représentation du corps et de la relation entre les sexes86.

Du livre au pamphlet

  • 87 Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, Univers (...)
  • 88 Voir le catalogue de l’exposition L’Affiche en Révolution (cf. note 10).
  • 89 Voir aussi les actes du colloque L’Écrivain devant la Révolution, 1780-1800, Jean Sgard éd., Greno (...)

37Carla Hesse, entre autres chercheurs, l’a bien démontré dans une enquête fouillée : la Révolution française marque le passage d’une civilisation fermée et quasi monopoliste du livre vers une nouvelle culture démocratisée, politisée et actualisée, celle des imprimés de large circulation et d’une presse journalistique en expansion constante où la censure est abolie, où le commerce réglementé fait place aux nouveaux modes de communication du colportage et de la vente à la criée87, où l’affiche politique révolutionnaire bat en brèche l’hégémonie absolutiste de l’information88, où l’homme de lettres privilégié dans une culture élitiste se voit refoulé par de modestes écrivains engagés, des auteurs et des imprimeurs patriotiques faisant figure de héros civiques89. En témoigne l’exemple d’Antoine-François Momoro, l’imprimeur militant du club des Cordeliers, qui s’intitule « premier imprimeur de la Liberté nationale » et dont le stock est constitué en totalité par des pamphlets, des prospectus et des affiches imprimées pour les sections parisiennes.

  • 90 Voir surtout deux ouvrages collectifs : Revolution in Print (cf. note 53) ainsi que Livre et Révol (...)
  • 91 Fritz Nies, « Auflösung oder Starrheit ? Entwicklungsprozesse im Gattungssystem », Literatur der F (...)
  • 92 Agnès Marcetteau-Paul, « Lectures nantaises de la Révolution », Le livre et l’historien. Études of (...)
  • 93 Voir surtout les études de Paul D’hollander et de Michel Cassan en exergue au catalogue Les imprim (...)
  • 94 Carmen Alén Garabato, Quand le « patois » était politiquement utile : L’usage propagandiste de l’i (...)
  • 95 Chantal Thomas, La Reine scélérate. Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Le Seuil, 1989, 23 (...)
  • 96 Voir pour le début de la Révolution, faisant suite à quelques prédécesseurs, Raymond Birn, « The p (...)

38Cependant, tandis que les grands traits de cette révolution culturelle sont acquis, l’analyse systématique des textes imprimés laisse toujours à désirer. Bien sûr, grâce au Bicentenaire, nous disposons de tours d’horizon utiles présentant les principaux genres et pratiques de l’imprimé90 ainsi que les nouveaux genres littéraires mineurs mis en vogue par la Révolution91 ; nous possédons également des travaux locaux et régionaux instructifs sur le primat du politique dans les lectures nantaises92, sur la courbe des 2000 imprimés révolutionnaires en Limousin, largement dominés par les impressions officielles et administratives93, sur les efforts des imprimés occitans pour populariser le message de la Revolution94. Mais, abstraction faite du cas spécial de Marie-Antoinette95, le monde des pamphlets, avec ses discours et stratégies intertextuelles, reste le parent pauvre des recherches96. À plus forte raison semble-t-il utopique de rêver d’une enquête explorant, pour le corpus total des imprimés sous la Révolution et à l’échelle nationale, la répartition des credo politiques, leur géographie et leur conjoncture.

La presse

  • 97 Jeremy Popkin, « The Press and the French Revolution after Two Hundred Years », French Historical (...)
  • 98 Cf. les actes de deux colloques tenus au château de Vizille 1988 : Aux origines provinciales de la (...)
  • 99 Pierre Rétat, Les Journaux de 1789. Bibliographie critique, Lyon/Paris, CNRS, 1989, 429 p. ; Cl. L (...)
  • 100 Cf. également Pierre Rétat, « La diffusion du journal en France en 1789 », La Diffusion et la lect (...)
  • 101 Voir aussi Elizabeth L. Eisenstein, « The tribune of the people: a new species of demagogue », The (...)
  • 102 Voir aussi Claude Labrosse, « Le temps immédiat dans la presse parisienne de 1789 », L’Espace et l (...)

39En ce qui concerne la presse, l’état de la recherche se présente de façon plus nuancée97. Le mérite en revient, pour une partie importante, aux colloques98, à la bibliographie critique et aux études textuelles99 dus à l’équipe lyonnaise animée par Pierre Rétat et Claude Labrosse. L’énorme profusion de la presse nouvelle, son importance économique, ses problèmes matériels d’impression et de distribution100, ses multiples fonctions, les figures du journaliste et ses autoprésentations101, la construction de l’événement à travers les reportages et les interprétations des journaux102 – tous ces aspects sont désormais beaucoup mieux connus qu’avant le Bicentenaire.

  • 103 En attendant la synthèse d’Ouzi Elyada, on se reportera à ses travaux préparatoires : « Journalism (...)
  • 104 David Andress, « Press and Public in the French Revolution: A Parisian Case-Study from 1791 », Eur (...)
  • 105 Robert Granderoute, « La Feuille villageoise : le journal et son public », La Révolution du journa (...)
  • 106 Harvey Chisick, The Production, Distribution and Readership of a Conservative Journal of the Early (...)
  • 107 Marcel Dorigny, « La propagande girondine et le livre en 1792 : le bureau de l’Esprit public », Di (...)
  • 108 Claudette Fortuny, Marat en entier et plus que Marat : Vrais et faux journaux de l’Ami du Peuple à (...)
  • 109 Emmanuelle Forner, « Un discours en Révolution : le projet des « publicistes patriotes » (1793) », (...)
  • 110 Roselyn Koren, « Violence verbale et argumentation dans la presse révolutionnaire et contre-révolu (...)

40S’y ajoute toute une série d’études de cas suggestives concernant la mise en scène de l’opinion publique populaire dans les nombreuses feuilles poissardes chères à Ouzi Elyada103, la résonance quotidienne de l’opinion dans les cabarets et cafés parisiens, dans les clubs et au Palais-Royal, livrée par Le Babillard de Jean-Pierre Sarrasin104, les stratégies de la Feuille villageoise visant les gens de la campagne105, les succès de l’Ami du Roi de l’abbé Royou106, l’investissement massif de la propagande girondine dans les journaux placards107, le succès du modèle journalistique créé par Jean-Paul Marat108, le surgissement d’une pratique discursive de la « vérité » dans les feuilles d’Hébert, de Leclerc et de Jacques Roux109, le développement d’une nouvelle violence verbale110, etc.

  • 111 Voir les documentations exemplaires de l’Institut français de presse : La Presse départementale en (...)
  • 112 Citons à titre d’exemple : Michel Taillefer, « Journalisme de province pendant la Révolution franç (...)
  • 113 Éric Wauters, Une Presse de province pendant la Révolution française. Journaux et journalistes nor (...)

41Peut-être plus remarquable encore s’avère la découverte de la presse départementale111. Sans pouvoir faire ici justice à toutes les études régionales et locales112, il importe de mentionner au moins l’enquête normande menée par Éric Wauters. Explorant la richesse inconnue des fonds provinciaux et élaborant une typologie originale des feuilles sur une quinzaine d’années, l’auteur conclut que le journalisme normand de l’époque révolutionnaire relève moins « de l’histoire de l’information que de l’étude des comportements politiques. [...] Étendard des factions politiques, la presse a été, pour une part, le baromètre de l’opinion publique, une mesure de l’influence des partis ou des groupes [...]. Mode de représentation politique, dimension nouvelle des pratiques politiques, la presse était une activité collective, celle d’un groupe, difficile à cerner, et en même temps une structure de rencontre. »113.

  • 114 Hugh Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres, Routledge 1988, 264 p.; Jeremy (...)
  • 115 Semble exemplaire à cet égard l’article de Laurence Coudart, « Formes du discours, structure du jo (...)

42L’enrichissement des études sur la presse est tel que les synthèses anglo-saxonnes publiées pendant le Bicentenaire114 sont déjà susceptibles d’être actualisées. Mais il semble actuellement plus fructueux d’appliquer la méthode sérielle que Gilles Feyel a développée pour les gazettes de l’Ancien Régime aux corpus des journaux révolutionnaires, dont les feuilles importantes comme le Courrier de Gorsas ou les Annales patriotiques et littéraires de Carra et de Mercier attendent toujours des analyses de contenu systématiques115.

Pour une histoire culturelle totale de la Révolution

  • 116 Emmet Kennedy, A Cultural History of the French Revolution, New Haven/ Londres, Yale UP, 1989, 448 (...)

43Pratiquement au terme de ces nombreuses directions de recherche explorant l’histoire culturelle de la Révolution, il est permis de se demander comment une synthèse des approches poursuivies et des résultats obtenus serait possible. Se contenter de présenter successivement les contributions des Lumières, de l’Église et de l’école, des théâtres et des académies, des librairies et des archives, des beaux-arts et de l’imprimerie116 conduit sans doute à manquer le but essentiel, consistant à rendre compte d’un processus révolutionnaire d’acculturation politique où tous les éléments sont imbriqués.

  • 117 Suit encore partiellement cette tradition historiographique l’ouvrage monumental de Gilbert Shapir (...)
  • 118 Jacques Dupâquier, J. Picard et J. Sirat, Ainsi commença la Révolution... Campagne électorale et c (...)
  • 119 Renvoyons à l’ouvrage collectif richement illustré, destiné au grand public : Fêtes et Révolution, (...)
  • 120 Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, Die « Bastille ». Zur Symbolgechichte von Herrschaft und (...)

44La nécessité d’une histoire culturelle intégrée est notamment illustrée par les cahiers de doléances de 89. Souvent considéré comme expression immédiate de l’opinion, voire comme programme révolutionnaire explicite117, ce corpus hiérarchisé ne prend toute sa signification que dans la mesure où il est replacé tant dans le combat des brochures pré-révolutionnaires que dans la campagne électorale et la mobilisation d’un nouveau personnel politique118. L’exemple indique en même temps que cette histoire culturelle intégrée, extrêmement difficile à pratiquer d’un point de vue global, est beaucoup plus réalisable dans la perspective d’une problématique circonscrite. À défaut de recherches récentes et suffisamment denses sur les fêtes révolutionnaires119, on peut se reporter à la symbolique et plus spécialement au cas de la « Bastille » : le discours emphatique des pamphlets, la mise en scène des héros populaires, la construction de l’événement par les chansons, les journaux et les estampes, l’imitation de l’exemple parisien et la diffusion de l’imaginaire bastilien en province, la commémoration de l’ancienne Bastille et de sa démolition par les fêtes et par les monuments, voilà autant de facettes d’un sujet qui, lorsqu’on les met en rapport, fournissent un exemple détaillé de la révolution culturelle et de ses conséquences durables120.

  • 121 Pour une problématique générale, voir, à côté de Raymonde MONNIER (ci-dessus note 8), Bernard Giba (...)
  • 122 Marcel Dorigny, « Le Cercle social ou les écrivains au cirque » (cf. note 8) ; id. et Bernard Gain (...)
  • 123 Morris Slavin, The Hébertsistes to the Guillotine: anatomy of a « Conspiracy » in Revolutionary Fr (...)
  • 124 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIeau début du XIXesiè (...)
  • 125 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la Fondation Nationale d (...)
  • 126 Paul Allard, « La politisation de l’espace arlésien au temps de la Révolution », L’Espace et le Te (...)
  • 127 Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe& XIXesiècles. 6000 fra (...)
  • 128 6e partie par Jean Boutier, Philippe Boutry et Serge Bonin, Les sociétés politiques, Paris, Éd. de (...)
  • 129 Michael L. Kennedy, The Jacobin Clubs in the French Revolution. The First Years, Princeton, Univ. (...)
  • 130 On ne peut présenter ici qu’un florilège fort incomplet : Raymonde Monnier, « Les sociétés populai (...)

45Cependant la voie royale, si l’on peut appliquer cette expression à notre sujet, consiste sans nul doute dans l’étude de la sociabilité révolutionnaire121, phénomène situé à la croisée de l’histoire politique, de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle. Ce n’est donc pas un hasard si en ce domaine les publications, surtout les monographies régionales et locales, font tache d’huile. Qu’il s’agisse de la Société des Amis des Noirs, du Cercle social122 et des Hébertistes123 à Paris, de la tradition municipale en Languedoc124, des « courses civiques » des « missionnaires » marseillais en Provence125, des sections des villes méridionales126 ou des francs-maçons en Normandie127 – partout « la rage de s’associer » déclenche autant de processus de lectures, de débats, de délibérations et d’actions collectives qui aboutissent à une prise de conscience politique fondamentale. C’est tout particulièrement vrai pour le réseau des clubs jacobins et des sociétés populaires, de plus en plus connus tant sur le plan national grâce à l’Atlas de la Révolution128 et à la trilogie de Michael L. Kennedy129 qu’à l’échelle départementale et locale grâce aux travaux spécialisés de nombreux autres chercheurs130. Face à l’abondance de cette production historiographique, le rapporteur se voit contraint de choisir deux monographies régionales exemplaires illustrant l’intérêt du sujet.

  • 131 Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les Révolutionnaires : le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, C (...)

46Citons d’abord l’exploration de la sociabilité politique d’un département typique de la France profonde, Le Puy-de-Dôme, sur l’ensemble de la décennie révolutionnaire, par Philippe Bourdin131. L’auteur privilégie l’approche concrète et systématique en s’attachant aux phénomènes et lieux de sociabilité qui élaborent l’opinion publique. Tandis que, au début de la Révolution, l’Académie, les loges maçonniques et les salons déclinent, les formes moins élitistes perdurent : cafés, tavernes, cabarets, cabinets de lecture, théâtres, sections et clubs, ces trois derniers se politisant nettement comme tribunes du franc-parler. Ce sont surtout les jacobins locaux, groupés en associations dans les villes et les bourgs, qui jouent le rôle moteur dans la formation en l’an II d’un réseau de sociétés populaires villageoises et dans le développement d’une culture politique nationale par l’intermédiaire de correspondances, de pamphlets, de chansons et de journaux (on note l’existence d’un Père Duchesne en patois auvergnat). Cette acculturation politique est nourrie et rythmée par les grands événements, de la fuite à Varennes à la réaction thermidorienne en passant par la crise fédéraliste, le procès de Louis Capet et la Terreur.

  • 132 Christine Peyrard, Les Jacobins de l’Ouest : sociabilité révolutionnaire et formes de politisation (...)
  • 133 C. Peyrard, « Les débats sur le droit d’association et de réunion sous le Directoire », AHRF, t. 6 (...)
  • 134 Bernard Gainot, 1799, un nouveau Jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à bru (...)
  • 135 Philippe Boutry, « Des sociétés populaires de l’an II au parti républicain. Réflexions sur l’évolu (...)

47Mentionnons ensuite Les Jacobins de l’Ouest de Christine Peyrard, une histoire culturelle de terrain désireuse de « diversifier l’étude des formes de politisation » en se basant « sur l’entrecroisement de trois sources majeures : celles des mouvements populaires, du mouvement associatif et de la presse »132. Il s’agit d’une approche qui replace la politique au cœur du processus révolutionnaire. – En effet le premier facteur, « la clubomanie », est peu lié aux Lumières mais répond plutôt dans son rythme aux événements révolutionnaires. Prônant une définition très large de la citoyenneté, développant une conscience politique égalitaire, pratiquant le principe électif à la pluralité des suffrages et la rotation rapide des membres du bureau, diffusant l’idéologie et la pratique jacobine dans les campagnes, ces clubs – autant de microcosmes de la nation assemblée – fonctionnent en véritables écoles de la République touchant toutes les catégories sociales. Ils esquissent une « conception nationale de l’espace politique [qui] tend à dissoudre le cadre provincial d’hier » (p. 51). – Cette vie associative est étroitement liée au deuxième facteur, la presse. Faisant l’objet d’abonnements collectifs, de lectures et discussions publiques dans les clubs, les journaux jouent un rôle essentiel dans l’appropriation et la diffusion de la nouvelle culture politique. En même temps que, depuis le printemps 1792, émerge une authentique presse provinciale, feuilles pamphlétaires de type Jean Bart et Père Duchesne comprises, les sociétés deviennent à leur tour des émetteurs d’information en aspirant à la conquête de l’opinion et en s’impliquant dans la vie politique locale et régionale. – Troisième facteur, les taxations et autres mouvements populaires. Loin de constituer un phénomène social autonome, ils apparaissent comme la mise en pratique des idées révolutionnaires, comme un discours en action où – à côté du club – le marché, l’église, le cabaret, la rue et le quartier fonctionnent comme des lieux de circulation des nouvelles et des rumeurs, créant une grande complicité entre campagnards et citadins. Incarnée dans la figure de militants jacobins originaux et authentiques comme l’avocat Marat-Martin, dans la Mayenne, ou le « capitaliste » sans-culotte Jean-Louis Levacher à Breteuil, cette culture politique multiple s’affaiblit après Thermidor133, sans pourtant disparaître définitivement134. Sous le Directoire, le néojacobinisme pratique la résistance républicaine par l’intermédiaire de la presse, des pétitions et des cercles constitutionnels. En l’an III et pendant la période ultérieure, des militants jacobins comme Rigomer Bazin persistent du fond de leurs prisons à s’ériger en porte-parole de la tradition révolutionnaire désmocratique. Et, plus généralement, d’autres recherches s’accordent pour confirmer que cette tradition jacobine, qui traversera le XIXe siècle135, n’est pas le moindre héritage de la culture politique de la Révolution.

Notes

1 L’esquisse suivante ne fait pas double emploi avec mon rapport antérieur : « Standund Perspektiven der kulturhistorischen Revolutionsforschung. Ein Überblick », 200. Jahrestag der Französischen Revolution : kritische Bilanz der Forschungen zum Bicentenaire, Leipzig, Leipziger Universitäts-Verlag, 1992, p. 234-252. Pour un tour d’horizon plus récent, voir Suzanne Desan, « What’s after Political Culture ? Recent French Revolutionary Historiography », French Historical Studies, t. 23, 2000, p. 163-196.

2 Nous nous contenterons de citer, à titre d’exemple, les publications suivantes,
- colloques : Culture and Revolution, Paul Dukes et John Dunkley éd., New York, Pinter, 1990 ; The French Revolution, Literature and the Arts, Grennsburg Eadmer Press, 1990 ; The French Revolution in Culture and Society, Westport CT/Londres, Greenwood Press, 1991 ; Économie, société, civilisation pendant la Révolution française, Actes des 115 et 116e congrès nationaux des sociétés savantes (Avignon, 1990 et Chambéry, 1991), t. I, Paris, CTHS, 1992, section « Culture et religion », p. 133-244 ; Ville et Révolution française, Bruno Benoit éd., Lyon, Institut d’études politiques, 1994, 4e thème : « Culture de la ville, cultures de la Révolution », p. 229-299.
- revues : Eighteenth-Century Studies, vol. 22, n° 3, printemps 1989, p. 293-495, « The French Revolution in Culture », n° dirigé par Lynn Hunt ; The French Review, vol. 62, n° 6, mai 1989, p. 941-1051 ; Études françaises, vol. 25, n° 2/3, automne 1989, p. 13-270 : « L’Esprit de la Révolution », n° dirigé par Josiane Boulad-Ayoub.
- monographies régionales : La Révolution à travers un département (Yonne), Léon Hamon éd., Paris, Éd. de la MSH, 1990, 391 p. ; La République en Languedoc et en Roussillon, 1792-1958, Nîmes, Soc. d’hist. mod. et contemp., 1993, 271 p. ; Marcel Dorigny, « L’émergence d’un espace culturel révolutionnaire : l’exemple d’Autun 1789-1794 », Ville et Révolution française, p. 235-243 ; Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française - naissance des options collectives, Aix, Publ. de l’Université, 1996, 492 p.

3 The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture. vol. 1: The Political Culture of the Old Regime, Keith Michael Baker éd.; vol. 2: The Political Culture of the French Revolution, Colin Lucas éd.; vol. 3: The Transformation of Political Culture, 1789-1848, François Furet et Mona Ozouf éd.; vol. 4: The Terror, éd. Keith Michael Baker, New York/Londres, Elsevier/Pergamon, 1987-1994.

4 Bernard Deloche et Jean-Michel Leniaud, La Culture des sans-culottes, Paris, Éditions de Paris, 1989.

5 Cf. le colloque organisé par le Département d’histoire de l’art de l’Université de Maryland en novembre 1987 : Culture and Revolution. Cultural Ramifications of the French Revolution, George Levitine éd., College Park, Dept. of Art History, University of Maryland, 1989 ; les communications concernent l’iconographie (M. Vovelle), la musique (Michelle Biget, Charles Russell), l’esthétique (Rémi Clignet), l’art plastique (June Hargrove), la peinture (Philippe Bordes, Udolpho van Sandt), la littérature (Roland Mortier), la langue (J. Guilhaumou) et l’acculturation révolutionnaire illustrée par un cas précis (Françoise Brunel).

6 Die Französische Revolution als Bruch des gesellschaftlichen Bewußtseins, Reinhart Koselleck et Rolf Reichardt éd., Munich, Oldenbourg, 1988, 678 p. ; La Révolution française et l’homme moderne, Rouen, IRED-Univ. de Rouen/Paris, Messidor, 1989, 778 p. ; L’image de la Révolution française : Bicentenaire de la Révolution française, 1789-1989, Michel Vovelle éd., 4 vol. , Paris/Oxford, Pergamon Press, 1989-1990.

7 Cf. son introduction à l’ouvrage collectif : Recherches sur la Révolution. Un bilan des travaux scientifiques du Bicentenaire, Michel Vovelle et Antoine de Baecque éd., Paris, La Découverte/Institut de la Révolution française/Société des Études Robespierristes, 1991, p. 19.

8 Raymonde Monnier, L’espace public démocratique : essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Éd. Kimé, 1994, p. 233 (résumé pratiquement identique p. 34) ; voir également Marcel Dorigny, « Le Cercle social ou les écrivains au cirque », La Carmagnole des Muses. L’homme et l’artiste dans la Révolution, Paris, Colin, 1988, p. 49-66.

9 Keith Michael Baker, Inventing the French Revolution. Essays on French Political Culture in the Eighteenth Century, Cambridge UP, 1990, p. 167-199.

10 Mona Ozouf, « L’opinion publique », The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 1 (cf. note 3), p. 419-434 ; Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 1990, p. 32-52 ; Jacques Guilhaumou, « Espace public et Révolution française, autour d’Habermas », Raisons pratiques, n° 2, 1992, p. 275-290 ; Habermas and the Public Sphere, Craig Calhoun éd., Cambridge (Mass.), Harvard Univ. Press, 1992 ; Bernard Gainot, « Espaces politiques, espaces publics, espaces civiques entre Saône et Loire sous le Directoire », Ville et Révolution française (cf. note 2), p. 245-256 ; Kurt Imhof, « Öffentlichkeit’ als historische Kategorie und als Kategorie der Historie », Cahiers suisses d’histoire, t. 46, 1996, p. 3-25 ; John L. Brooke, « Reason and Passion in the Public Sphere : Habermas and the Cultural Historians », Journal of Interdisciplinary History, t. 29, 1998, p. 43-67 ; Pierre Rétat, « L’émergence de l’opinion publique », L’Affiche en Révolution, Gérard Blanchard et alii éd., Vizille, Musée de la Révolution française, 1998, p. 73-80 ; Jon Cowans, « Habermas and French History : The Public Sphere and the Problem of Political Legitimacy », French History, t. 13, 1999, p. 134-160, surtout 147-50 ; Harold Mah, « Phantasies of the Public Sphere : Rethinking the Habermas of Historians », Journal of Modern History, t. 72, 2000, p. 153-182 ; Jon Cowans, To Speak for the People : Public Opinion and the Problem of Legitimacy in the French Revolution, New York-Londres, Routledge, 2001, 249 p. Voir également la discussion sur l’espace public, dans la France du XVIIIe siècle, menée entre Daniel Gordon, David A. Bell et Sarah Maza : French Historical Studies, t. 17, fasc. 4, 1992, p. 882-956.

11 Cf. les actes du colloque tenu à Montréal en 1993 : Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, Révolution, Josiane Boulad-Ayoub éd., Laval/Paris : Presses Universitaires de Laval/L’Harmattan 1996, VII- 343 p.

12 Cf. deux articles critiques : Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives des recherches sur l’éducation et l’enseignement pendant la période révolutionnaire », Histoire de l’éducation, n° 45, janv. 1990, p. 3-48 ; Bruno Belhoste, « La Révolution et l’éducation. Dernier bilan », Histoire de l’éducation, n° 53, janvier 1992, p. 41-51.

13 Atlas de la Révolution française, vol. 2 : L’enseignement, 1760-1815, Dominique Julia éd., Paris, EHESS, 1987 ; L’Enfant, la famille et la Révolution française, Marie-Françoise Lévy éd., Paris, Orban, 1989, 492 p.

14 Voir plusieurs articles dans deux numéros spéciaux : « Les enfants de la Patrie. Éducation et enseignement sous la Révolution française », Histoire de l’éducation, n° 41, mai 1989, p. 5-181 ; « Les débuts de l’École républicaine (1792-1802) », Revue du Nord, t. 78, n° 317, oct.-déc. 1996, p. 660-1077.

15 Philippe Marchand, Écoles et collèges dans le Nord à l’aube de la Révolution. L’enquête du directoire du département du Nord « sur les établissements destinés à l’instruction de la jeunesse » (1790-1791), Lille, Université Charles de Gaulle - Lille III, 1988, 143 p.

16 Olivier Devaux, La Pique et la Plume : l’enseignement à Toulouse pendant la Révolution, Toulouse, Eché, 1988, 181 p.

17 Hans-Christian Harten, Les Écrits pédagogiques sous la Révolution : Répertoire, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1989, 173 p. ; Michel Manson, Les livres pour l’enfance et la jeunesse publiés en français de 1789 à 1799, Paris, Institut national de la recherche pédagogique, 1989, 272 p. Ce catalogue annoté mentionne également les cotes, les annonces et les comptes rendus.

18 Hans-Christian Harten, Elementarschule und Pädagogik in der Französischen Revolution, Munich, Oldenbourg, 1990, VIII-462 p.

19 Voir aussi le cas de Léonard Bourdon à Paris étudié par Raymonde Monnier, « L’école du citoyen », L’Enfant, la famille et la Révolution française (cf. note 13), p. 193-206 et 463-464.

20 Sur ce point, voir aussi Ségolène Le Men, « Les images de l’enfant dans la littérature enfantine », L’Enfant, la famille et la Révolution française (cf. note 13), p. 275-288 ; Nancy Senior, « The teaching of reading during the Revolution », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 302, 1992, p. 379-407 ; James A. Leith, « La pédagogie à travers les jeux : le jeu de l’oie pendant la Révolution française et l’Empire », Former un nouveau peuple ? (cf. note11), p. 159-186.

21 Font aussi autorité en cette matière les études de Jean Hébrard, « Les catéchismes de la première Révolution et Répertoire bibliographique des catéchismes révolutionnaires », Colporter la Révolution, Lise Andriès éd., Montreuil, Ville de Montreuil, 1989, p. 53-81 ; id., « La Révolution expliquée aux enfants : les catéchismes de l’an II », L’Enfant, la famille et la Révolution française, (cf. note 13), p. 171-192 et 461-463. Voir aussi Yveline Fumat, « La formation du jeune citoyen : les catéchismes républicains 1792-1848-1882 », Manuels scolaires et Révolution française (cf. note 22), p. 38-55.

22 Manuels scolaires et Révolution française, Jean-Yves Mollier éd., Paris, Messidor, 1990, 252 p. ; Anne-Marie Duport, « L’enjeu de l’école dans le Gard de la Révolution à la monarchie de Juillet », AHRF, t. 66, 1994, p. 483-492 ; Hans-Christian Harten, Utopie und Pädagogik in Frankreich 1789-1860. Ein Beitrag zur Vorgeschichte der Reformpädagogik, Bad Heilbrunn, Klinkhardt, 1996, 286 p.

23 Voir l’article critique de Jack R. Censer, « Social Twists and Linguistic Turns: Revolutionary Historiography a Decade after the Bicentennial », French Historical Studies, t. 22, 1999, p. 139-167.

24 Langages de la Révolution (1770-1815), équipe « 18e et Révolution » éd., Paris, Klincksieck, 1995, 640 p. Voir aussi les travaux de l’atelier « Langue et parole » dans l’ouvrage La Révolution française et l’homme moderne (cf. note 6), p. 233-304.

25 Hélène Dupuy, « Pour une redécouverte du politique à travers les notions-concepts, Recherches sur la Révolution. (cf. note 7), p. 70-78.

26 Dictionnaire des usages socio-politiques du français (1770-1815), équipe « 18e et Révolution » éd., 6 fasc. parus, Paris, Klincksieck, 1985-1999. Pour une analyse lexicale s’inspirant de la méthode employée par Jacques Guilhaumou et ses collaborateurs, voir Florence Roussilhe, « La perception de l’anti-révolution par les jacobins de Rouen : les attributs du mythe dans le discours », À travers la Haute-Normandie en Révolution, 1789-1800. Études et recherches, Rouen, Comité Régional d’Histoire de la Révolution française, 1992, p. 39-51.

27 Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, Rolf Reichardt et Hans-Jürgen Lüsebrink, 20 fasc. parus, Munich, Oldenbourg, 1985-2000.

28 Signalons l’édition d’un dictionnaire manuscrit : Jean Rodoni, Dictionnaire Républicain et Révolutionnaire (1793/94) suivi d’« Anecdotes Curieuses et Républicaines » (1795), Ilona Pabst et Brigitte Schlieben-Lange éd., Tübingen, Niemeyer, 1998, IX-256 p.

29 Cf. deux études de cas : Gerd van den Heuvel, Der Freiheitsbegriff der Französischen Revolution. Studien zur Revolutionsideologie, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988, 283 p.; Rolf Reichardt, « Historical Semantics and Political Iconography: The Case of the Game of the French Revolution (1791/92) », History of Concepts. Comparative Perspectives, Iain Hampsher-Monk et alii éd., Amsterdam University Press, 1998, p. 191-226.

30 Jacques Guilhaumou, L’avènement des Porte-parole de la République (1789-1792). Essai de synthèse sur les langages de la Révolution française, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires de Septentrion, 1998, citation p. 9. Voir aussi id., La langue politique et la Révolution française : de l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, 212 p. ; et Brigitte Schlieben-Lange, Idéologie, révolution et uniformité de la langue, Liège, Mardaga, 1996, 276 p.

31 Jacques Guilhaumou, « Décrire la Révolution française. Les porte-parole et le moment républicain (1790-1793) », Annales ESC, t. 46, 1991, p. 949-970.

32 Cf. l’étude de cas fouillée de Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1992, 264 p. ; id., « Les mots d’ordre du jacobinisme marseillais (1791-1793) », Les Jacobins du Midi, Michel Péronnet éd., p. 51-75 ; id., « La formation d’un nouvel espace de relations politiques : les missionnaires patriotes, créateurs de la civilité en Provence (1792) », L’Espace et le temps reconstruits. La Révolution française, une révolution des mentalités et des cultures ?, Philippe Joutard éd., Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1990, p. 77-84.

33 Symptomatiques à cet égard s’avèrent les communications au colloqued’Édimbourg : Language and Rhetoric of the Revolution, John Renwick éd., Édimbourg, Univ. Press, 1990, X-106 p.

34 Patrick Brasart, Paroles de la Révolution : les assemblées parlementaires, 1789-1794, Paris, Minerve, 1988, 250 p.

35 Peter Krause-Tastet, Analyse der Stilentwicklung in politischen Diskursen während der Französischen Revolution (1789-1794), Francfort/Berne, Lang 1999, 346 p. Voir aussi Élisabeth Löhlein-Hofstädter, Rhetorik der Französischen Revolution : Untersuchungen auf der Basis eines erweiterten Verständnisses von Rhetorik, Erlangen/Nuremberg, Université, 1993, 232 p.

36 Symbols, Myths and Images of the French Revolution. Essays in Honour of James A. Leith, Ian Germani et Robin Swales éd., Regina, Canadian Plains Research Center, 1998, XIII-342 p. Voir aussi Sophia Anne Rosenfeld, A Revolution in language. The Problem of signs in Late Eighteenth-Century France, Stanford University Press, 2001.

37 Dorinda Outram, The Body and the French Revolution: Sex, Class, and Political Culture, New Haven, Yale UP, 1989, IX-320 p.; Antoine de Baecque, « Le corps meurtri de la Révolution. Les discours politiques et les blessures des martyrs (1792-1794) », AHRF, t. 59, 1987, p. 19-41 ; id., « Le sang des héros. Figures du corps dans l’imaginaire politique de la Révolution française », RHMC, t. 34, 1987, p. 553-586 ; id., « Le corps des martyrs et le discours politique », La Révolution et la Mort, Élizabeth Liris et Jean-Maurice Bizière éd., Toulouse, Presses Univ. du Mirail, 1991, p. 151-161 ; id., Le corps de l’histoire : métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calman-Lévy, 1993, 435 p. ; id., La gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, Grasset, 1997, 282 p.

38 Voir aussi Michel Ganzin, « Le Héros révolutionnaire (1789-1794) », L’Influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne (XVIe-XXe siècles), M. Ganzin éd., Aix, Presses Univ. d’Aix-Marseille, 1996, p. 395-421.

39 Sur la symbolique de la guillotine, voir Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Flammarion, 1987, 213 p. ; ainsi que le catalogue d’exposition dû à id. et à Valérie Rousseau-Lagarde, La Guillotine dans la Révolution, Vizille, Musée de la Révolution française, 1987, 181 p.

40 Pour une vue d’ensemble, voir l’étude de cas de Georges Fournier, « Diffusion des symboles républicains en Languedoc sous la Première République (1792-1804) », Cultures et folklores républicains, Maurice Agulhon éd., Paris, CTHS, 1995, 19-32.

41 Nicole Pellegrin, Les Vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires en France de 1780-1800, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989, 207 p.

42 Richard Wrigley, « Transformations of a revolutionary emblem: The Liberty Cap in the French Revolution », French History, t. 11, 1997, p. 131-169.

43 Jean Boulles, « Les Arbres de la Liberté », Les Drômois acteurs de la Révolution, Michèle Nathan-Tilloy éd., Valence, A.D. de la Drôme, 1990, p. 63-72 ; Pierre Millat, Les Arbres de Liberté du département de l’Yonne. Heurs et malheurs d’un symbole républicain, Saint-Julien-du-Sault, Les Amis du Vieux Villeneuve-sur-Yonne, 1990, 52 p.

44 Voir l’étude originale et richement documentée de Elke et Hans-Christian Harten, Die Versöhnung mit der Natur. Gärten, Freiheitsbäume, republikanische Wälder, heilige Berge und Tugendparks in der Französischen Revolution, Reinbek, Rowohlt, 1989, 239 p.

45 L’Espace et le temps reconstruits (cf. note 32) ; voir aussi Hans-Christian Harten, Transformation und Utopie des Raums in der Französischen Revolution, Braunschweig/Wiesbaden, Vieweg, 1994, 236 p.

46 Marie-Hélène et Michel Froeschlé-Chopard, « Une double image de la Révolution : le calendrier et le mètre », AHRF, t. 62, 1990, p. 74-87.

47 Michael Meinzer, Der französische Revolutionskalender : 1792-1805. Planung, Durchführung und Scheitern einer politischen Zeitrechnung, Munich, Oldenbourg, 1992, 307 p. ; pour un résumé en français, voir id., L’Espace et le temps reconstruits (cf. note 32), p. 181-196.

48 Pascal Frand, « Le Calendrier républicain dans les annuaires datés de l’an IV à l’an XIII », AHRF, t. 66, 1994, p. 671-686 ; Jack Thomas, « Le temps du marché, le temps de Dieu : le Calendrier républicain en Haute-Garonne, de l’an VI à l’an XI », Annales du Midi, t. 109, 1997, p. 93-103.

49 Cf. l’ouvrage illustré d’Yves Droz et de Joseph Flores, Les heures révolutionnaires, Besançon, Association Française des Amateurs d’Horlogerie Ancienne, 1989, 429 p. (n° spécial de la revue Horlogerie Ancienne, n° 25/26, 1989) ; ainsi que le catalogue d’exposition : La Révolution dans la mesure du temps : Calendrier républicain, heure décimale 1793-1805, La Cahux-de-Fonds, Musée d’Horlogerie, 1989, 122 p.

50 « Les prénoms révolutionnaires », AHRF, t. 72, n° 322, 2000, p. 1-157.

51 Citons à titre d’exemples : Brutus, Désir de la paix, Jonquille... Les prénoms de la Révolution en Loire-Inférieure, Alain Croix et Pascale Scilbo éd., Nantes, Nantes-Histoire, 1993, 143 p. ; Aline Trabut, Égalité, Bourrache, Aristide et les autres... Les prénoms révolutionnaires dans le département des Côtes-du-Nord (1789-1800), Saint-Brieuc, Vive 89 en Côtes-du-Nord, 1993, 263 p. ; Alain Croix, Les prénoms révolutionnaires dans les campagnes de Loire-Inférieure », Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime, Michel Balard et al. éd., Publ. de la Sorbonne, 1994, p. 155-162 ; Nicoline Hörsch, Republikanische Personennamen : eine anthroponymische Studie zur Französischen Revolution, Tübingen, Niemeyer 1994, XVI-624 p.

52 Philippe Daumas, « Prénoms et Révolution (1775-1825) : propositions pour une nouvelle approche méthodologique », RHMC, t. 44, 1997, p. 109-132 ; Serge Bianchi, « Les prénoms révolutionnaires dans la Révolution française : un chantier en devenir », AHRF, t. 72, n° 322, 2000, p. 17-38.

53 Revolution in Print: the Press in France, 1775-1800, Robert Darnton et Daniel Roche éd., Berkeley, University of California Press, 1989, XV-351 p.

54 Référence dans l’essai de synthèse suivant : Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, « Colporter la Révolution. Médias et prises de parole populaires », Colportage et lecture populaire. Imprimés de large circulation en Europe, XVIe-XIXe siècles, Roger Chartier et H.-J. Lüsebrink éd., IMEC, 1996, p. 71-107.

55 Cf. le catalogue Colporter la Révolution, Lise Andriès éd., Montreuil, Ville de Montreuil, 1989.

56 L’Affiche en Révolution (cf. note 10). Voir aussi Marcel Dorigny, « Les affiches révolutionnaires à la bibliothèque de l’Assemblée nationale », AHRF, t. 60, 1988, p. 284-293.

57 Cf. les études d’Hébrard sur les catéchismes révolutionnaires, citées plus haut, note 21.

58 Vincent Milliot, « Les ‘cris’ révolutionnaires : mots d’ordre et réflexion dans les titres de la littérature pamphlétaire », Livre et Révolution, Frédéric Barbier et alii éd., Paris, Aux Amateurs de Livres, 1989, p. 145-156 ; id., Les Cris de Paris ou le peuple travesti, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1995, p. 315-345.

59 Vie musicale et courants de pensée, 1780-1830, Michelle Biget éd., Mont-Saint-Aignan, Institut de musicologie, 1988, 225 p. ; Le Tambour et la Harpe. Œuvres, pratiques et manifestations musicales sous la Révolution, 1788-1800, Jean-Rémy Julien et Jean Mongrédien éd., Paris, Éd. du May, 1991, 316 p. ; Music and the French Revolution, Malcolm Boyd éd., Cambridge, Cambridge UP, 1992, 328 p. Voir aussi l’ouvrage collectif Orphée phrygien : les musiques de la Révolution, Jean-Rémy Julien et Jean-Claude Klein éd., Paris, Éd. du May, 1989, 230 p.

60 Adélaïde de Place, La vie musicale en France au temps de la Révolution, Paris, Fayard, 1989, 341 p. ; l’ouvrage renonce à toute illustration musicale.

61 Catherine Massip, « Periodical editions of music at the time of the French Revolution », Music and the French Revolution, (cf. note 59), p. 57-73.

62 Fêtes et musiques révolutionnaires : Grétry et Gossec, Bruxelles, Éd. de l’Université, 1990, 216 p.

63 M. Elizabeth C. Bartlet, « The new repertory at the Opéra during the Reign of Terror: Revolutionary rhetoric and operatic consequences », Orphée phrygien (cf. note 59), p. 107-146.

64 L’anthologie la plus richement illustrée publiée à l’occasion du Bicentenaire est sans nul doute celle de Robert Brécy, La Révolution en chantant, Paris, Hachette, 1988, 232 p.

65 Laura Mason, Singing the French Revolution. Popular culture and politics, 1787-1799, Ithaca NY, Cornell UP, 1996, XI-268 p.

66 Procédé de parodie cher à Hinrich Hudde, « Un air et mille couplets : La Marseillaise et “les marseillaises” pendant la Révolution », La Chanson française et son histoire, Dietmar Rieger éd., Tübingen, Narr, 1988, p. 75-87 ; id., « Une inconnue célèbre : La Marseillaise. Analyse du texte suivie de quelques marseillaises du Quatorze Juillet », La Chanson française contemporaine : politique, société, médias, Ursula Mathis éd., Innsbruck, 1995, p. 91-104.

67 Claire Gaspard, « Paroles et musique au temps de la Révolution française », Vie musicale et courants de pensée (cf. note 59), p. 47-58.

68 Herbert Schneider, « Der Formen- und Funktionswandel in den Chansons und Hymnen der Französischen Revolution », Die Französische Revolution als Bruch des gesellschaftlichen Bewußtseins (cf. note 6), 321-378.

69 Herbert Schneider, « Les constitutions chantées de l’an VIII », Le Tambour et la Harpe (cf. note 59), p. 147-178 ; id., « The sung constitutions of 1792 : an essay on propaganda in the Revolutionary song », Music and the French Revolution (cf. note 59), p. 236-275. Voir aussi Simone Wallon, « La chanson des rues contre-révolutionnaire en France de 1790 à 1795 », Orphée phrygien (cf. note 59), p. 137-154.

70 Histoire des caricatures de la révolte des Français, 1792, t. I, p. 9.

71 Il faut rendre ici hommage au rôle pionnier de Michel Vovelle, Histoires figurales. Des monstres médiévaux à Wonderman, Paris, Éditions Usher, 1989 ; cet ouvrage regroupe l’ensemble des articles méthodologiques de l’auteur sur l’utilisation des corpus d’images en histoire, y compris la Révolution. Voir aussi id., « L’iconographie : une approche de la mentalité révolutionnaire, Recherches sur la Révolution (cf. note 7), p. 149-163.

72 Cf. les articles critiques de Jeremy D. Popkin, « Pictures in a Revolution: Recent Publications on Graphic Art in France, 1789-1799 », Eigheenth-Century Studies, t. 24, 1990/91, p. 251-259; d’Antony Griffiths, « The Bicentenaire and the Print », Print Quarterly, t. VIII, 1991, p. 352-356.

73 Les images de la Révolution française, Michel Vovelle éd., Publications de la Sorbonne, 1988, 399 p. ; Iconographie et Image de la Révolution française, Claudette Hould et James A. Leith éd., Montréal, Presses de l’Université, 1990, III-367 p. Voir aussi la section sur « La révolution et l’imaginaire » dans les Actes du 114e congrès national des sociétés savantes, tenu à Paris en 1989 : Révolution française : 1988-1989, Paris, Éd. du CTHS, 1991, p. 293-357.

74 Nous ne mentionnerons ici que les catalogues les plus solides des expositions générales : David Bindman, The Shadow of the Guillotine : Britain and the French Revolution, Londres, British Museum, 1989, 232 p. ; Europa 1789 : Aufklärung -Verklärung - Verfall, Werner Hofmann éd., Köln, DuMont, 1989, 455 p. ; « Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit ». 200 Jahre Französische Revolution in Deutschland, Rainer SCHOCH éd., Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, 1989, 808 p. ; French Caricature and the French Revolution, 1789-1799, Los Angeles, University of California, 1989, 280 p. ; L’image de la Révolution française, Claudette Hould éd., Montréal, Musée du Québec, 1989, 446 p. ; L’Italia nella Rivoluzione, 1789-1799, Giuseppa Benassati et Lauro Rossi éd., Bologna, Grafis, 1989, 398 p. ; La Révolution française et l’Europe. 1789-1799, XXe exposition du Conseil de l’Europe, 3 parties, Paris, Réunion des musées nationaux, 1989, 971 p.

75 Voir également les travaux de synthèse suivants : Antoine de Baecque, La caricature révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988 ; Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988, 255 p. ; Klaus Herding et Rolf Reichardt, Die Bildpublizistik der Französischen Revolution, Francfort, Suhrkamp, 1989, 178 p.

76 Philippe Bordes, « Le recours à l’allégorie dans l’art de la Révolution française », Les images de la Révolution française (cf. note 73), p. 243-249 ; Lise Andriès, « L’illustration dans les almanachs révolutionnaires ou le triomphe de l’allégorie », ibid., p. 299-306 ; Élisabeth Liris, « Autour de l’image de la liberté dans la symbolique révolutionnaire », L’image de la Révolution française (cf. note 74), p. 69-89 ; Claude Langlois, « L’invention de la Liberté. Le programme iconographique de la fête de Châteauvieux (15 avril 1792) », ibid., p. 111-128 ; Annie Jourdan, « L’allégorie révolutionnaire : de la Liberté à la République », Dix-huitième siècle, n° 27, 1995, p. 503-532.

77 James A. Leith, « Symbols in the French Revolution : The Strange Metamorphoses of the Triangle », Les Symboles dans la vie et dans l’art, J.A. Leith éd., McGill-Queen’s Univ. Press, 1987, p. 105-117 et 42 fig. ; id., « Les étranges métamorphoses du triangle pendant la Révolution française », Les images de la Révolution française(cf. note 73), p. 251-259 ; Élisabeth Liris, « Autour des vignettes révolutionnaires : la symbolique du bonnet phrygien », ibid., p. 307-316 ; Renée Neher-Bernheim, « Les Tables de la Loi dans l’iconographie de la Révolution », Les juifs et la Révolution française : histoire et mentalités, Mireille Hadas-Lebel et Évelyne Oliel-Grausz éd., Louvain/Paris, Peeters, 1992, p. 29-52.

78 Robert Chagny, « La symbolique des trois ordres », Les images de la Révolution française (cf. note 73), p. 267-281 ; Marie Valérie Poinsot, « La comédie des trois ordres, ibid., p. 283-290 ; Odile Faliu, « Une estampe consacrée aux Trois Ordres : Saute marquis... et toi Hipocrite », Nouvelles de l’estampe, n° 117, juillet 1991, p. 40-42.

79 Antoine de Baecque, « Iscariotte, géant aristocrate ou l’image-monstre de la Révolution », AHRF, t. 64, 1992, p. 322-332 ; A. de Baecque, « Le peuple briseur de chaînes. Fracture historique et mutations de l’homme dans l’imaginaire politique au début de la Révolution française », Histoire au présent, t. 15-16, 1989, p. 211-217 ; id., « The Citizen in Caricature : past and present », The French Revolution and the Meaning of Citizenship, Renée Waldinger et al. éd., Westport (Conn.), Greenwood Press, 1993, p. 59-80 ; James A. Leith, « Images of the Sans-culottes », L’image de la Révolution française (cf. note 74), p. 131-159.

80 Voir l’étude de cas exemplaire d’Odile Faliu, « Le Calculateur patriote : fortune d’une estampe révolutionnaire », Nouvelles de l’estampe, n° 111, Juillet 1990, p. 11-20.

81 Annie Duprat, Le roi décapité. Essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992, 224 p. ; Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Economica/Anthropos, 1993, 181 p.

82 Claudette Hould, « La propagande d’État par l’estampe durant la Terreur », Les images de la Révolution française (cf. note 73), p. 31-37 ; Patrick Laharie, « Les burins de la Terreur, Histoire et archives, n° 6, juillet-déc. 1999, p. 77-136.

83 Voir l’exemple donné par Stéphane Roy, « Paul-André Basset et ses contemporains. L’édition d’imagerie populaire pendant la Révolution : piratage ou entente tacite ? », Nouvelles de l’estampe, n° 176, 2001, p. 5-19.

84 Rolf Reichardt, « Historical Semantics and Political Iconography: The Case of the Game of the French Revolution (1791/92) », History of Concepts. Comparative Perspectives, Iain Hampsher-Monk et al. éd., Amsterdam, University Press, 1998, p. 191-226.

85 Bildgedächtnis eines welthistorischen Ereignisses: Die « Tableaux historiques de la Révolution française », Christoph Danelzik-Brüggemann et Rolf Reichardt, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, 334 p.; pour l’Italie, voir Christian-Marc Bosséno, « La guerre des estampes. Circulation des images et des thèmes iconographiques dans l’Italie des années 1789-1799 », Mélanges de l’École française de Rome., t. 102, 1990, p. 367-400. On attend la publication de la thèse de Pascal Dupuy sur la Révolution vue à travers les caricatures anglaises.

86 Vivian Cameron, « Political Exposures: Sexuality and Caricature in the French Revolution », Eroticism and the body politic, Lynn Hunt éd., Baltimore/Londres, The Johns Hopkins Univ. Press, 1991, p. 90-107; Monica Juneja, « Imaging the Revolution: Gender and Iconography in French Political Prints », Studies in History (Londres/New Delhi), t. XII, 1996, p. 1-65.

87 Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, University of California Press, 1991, XVI-296 p.; id., « La fin de l’Ancien Régime typographique », L’Affiche en Révolution (cf. note 10), p. 65-72.

88 Voir le catalogue de l’exposition L’Affiche en Révolution (cf. note 10).

89 Voir aussi les actes du colloque L’Écrivain devant la Révolution, 1780-1800, Jean Sgard éd., Grenoble, Université Stendhal 1990, 328 p.

90 Voir surtout deux ouvrages collectifs : Revolution in Print (cf. note 53) ainsi que Livre et Révolution (cf. note 58). Pour les espoirs parfois idéalistes que les contemporains investissaient dans l’imprimé, voir Anne Kupiec, Le livre-sauveur. La question du livre sous la Révolution française 1789-1799, Paris, Kimé, 1998, 250 p.

91 Fritz Nies, « Auflösung oder Starrheit ? Entwicklungsprozesse im Gattungssystem », Literatur der Französischen Revolution. Eine Einführung, Henning Krauss éd., Stuttgart, Metzler, 1988, p. 1-35 ; Béatrice Didier, Écrire la Révolution : 1789-1799, Paris, PUF, 1989, 318 p.

92 Agnès Marcetteau-Paul, « Lectures nantaises de la Révolution », Le livre et l’historien. Études offertes en l’honneur d’Henri-Jean Martin, Frédéric Barbier et al. éd., Genève, Droz, 1997, p. 667-678.

93 Voir surtout les études de Paul D’hollander et de Michel Cassan en exergue au catalogue Les imprimés limousins, 1789-1799, M. Cassan et Jean Boutier éd., Limoges, PULIM, 1994, p. 127-148 et 165-211. Pour la Bretagne, voir le catalogue Impressions révolutionnaires, 1788-1799, Rennes, Bibliothèque Municipale, 1993, XXII-430 p.

94 Carmen Alén Garabato, Quand le « patois » était politiquement utile : L’usage propagandiste de l’imprimé occitan révolutionnaire, Paris, L’Harmattan, 1999, 189 p. Cette étude a été préparée par Le Texte occitan de la période révolutionnaire (1788-1800) : Inventaire, approches, lectures, Montpellier, Section Française de l’Association Internationale des Études Occitanes 1989, 517 p.

95 Chantal Thomas, La Reine scélérate. Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Le Seuil, 1989, 234 p.

96 Voir pour le début de la Révolution, faisant suite à quelques prédécesseurs, Raymond Birn, « The pamphlet press and the Estates-General of 1789 », The Press in the French Revolution, Harvey Chisick éd., Oxford, Voltaire Foundation 1991, p. 59-69 ; et Vivian Gruder, « Un message politique adressé au public : les pamphlets populaires à la veille de la Révolution », RHMC, t. 39, 1992, p. 161-197.

97 Jeremy Popkin, « The Press and the French Revolution after Two Hundred Years », French Historical Studies, t. 16, 1990, p. 664-683; Jean-Paul Bertaud, « La presse en l’an II: aperçu des recherches en cours », AHRF, t. 67, 1995, p. 161-172. Voir aussi les contributions de Hugh Gough, David Hudson, Nina R. Gelbart, Jeremy Popkin et Christine Peyrard dans numéro spécial de la revue History of European Ideas, vol. 10, n° 4, 1989, p. 401-478.

98 Cf. les actes de deux colloques tenus au château de Vizille 1988 : Aux origines provinciales de la Révolution, Robert Chagny éd., Grenoble, PUG, 1990, p. 248-291 (communications sur la presse par Jean Sgard, Claude Labrosse, Béatrice Didier et Pierre Rétat) ; La Révolution du journal (1788-1794), P. Rétat éd., Paris, CNRS, 1989, 354 p. Très importants également, les actes du colloque d’Haifa : The Press in the French Revolution (cf. note 96), VIII-423 p.

99 Pierre Rétat, Les Journaux de 1789. Bibliographie critique, Lyon/Paris, CNRS, 1989, 429 p. ; Cl. Labrosse et P. Rétat, Naissance du journal révolutionnaire : 1789, Lyon, PUL, 1989, 317 p. ; id., « La forme du journal en 1789 », Cahiers de Textologie, n° 3, 1990, p. 51-82.

100 Cf. également Pierre Rétat, « La diffusion du journal en France en 1789 », La Diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l’Ancien Régime, Amsterdam & Maarssen, Holland Univ. Press, 1988, p. 117-126 ; Gilles Feyel, « Les frais d’impression et de diffusion de la presse parisienne entre 1789 et 1792 », La Révolution du journal (cf. note 98), p. 77-99.

101 Voir aussi Elizabeth L. Eisenstein, « The tribune of the people: a new species of demagogue », The Press in the French Revolution (cf. note 96), p. 145-159.

102 Voir aussi Claude Labrosse, « Le temps immédiat dans la presse parisienne de 1789 », L’Espace et le temps reconstruits (cf. note 32), p. 109-120.

103 En attendant la synthèse d’Ouzi Elyada, on se reportera à ses travaux préparatoires : « Journalisme scénique et manipulation au début de la Révolution française », Idéologie et propagande en France, Myriam Yardeni éd., Paris, Picard 1987, p. 153-69 ; id., « La Mère Duchesne : Masques populaires et guerre pamphlétaire 1789-1791 », AHRF, t. 60, 1988, p. 1-16 ; id., « L’appel aux faubourgs. Pamphlets populaires et propagande à Paris, 1789-1791 », Paris et la Révolution, de Michel Vovelle éd., Paris, Publ. de la Sorbonne, 1989, p. 185-200 ; id., « La presse populaire parisienne et le temps du Carnaval, 1788-1791 », id., Presse populaire et feuilles volantes de la Révolution à Paris, 1789-1792, Paris, Société des Études Robespierristes, 1991, 288 p. ; id., « Les récits de complot dans la presse populaire parisienne (1790-1791) », The Press in the French Revolution (cf. note 96), p. 281-292 ; id., « La représentation populaire de l’image royale avant Varennes », AHRF, t. 66, 1994, p. 537-547 ; id., « La représentation de l’opinion publique populaire dans la presse parisienne révolutionnaire », AHRF, t. 68, 1996, p. 37-47 ; id., « L’usage des personnages imaginaires dans la presse et le pamphlet populaires pendant la Révolution française », RHMC, t. 44 1997, p. 484-503.

104 David Andress, « Press and Public in the French Revolution: A Parisian Case-Study from 1791 », European History Quaterly, t. 28, 1998, p. 51-80.

105 Robert Granderoute, « La Feuille villageoise : le journal et son public », La Révolution du journal (cf. note 98), p. 127-135 ; Melvin Edelstein, « La Feuille villageoise and rural political modernisation », The Press in the French Revolution (cf. note 96), p. 237-260.

106 Harvey Chisick, The Production, Distribution and Readership of a Conservative Journal of the Early French Revolution: The « Ami du Roi » of the Abbé Royou, Philadelphia, American Philosophical Society, 1992, XIV-262 p.

107 Marcel Dorigny, « La propagande girondine et le livre en 1792 : le bureau de l’Esprit public », Dix-huitième siècle, n° 21, 1989, p. 203-215 ; id., « La Sentinelle de J.-B. Louvet : un organe officieux du ministère girondin en 1792 », La Révolution du journal (cf. note 98), 267-273 ; Anne Kubiec, « La Gironde et le Bureau d’esprit public : livre et Révolution », AHRF, t. 67, 1995, p. 571-586.

108 Claudette Fortuny, Marat en entier et plus que Marat : Vrais et faux journaux de l’Ami du Peuple à la Bibliothèque de Lunel, Bruxelles, Pôle Nord/Montpellier, Service des Publications de l’Université Paul Valéry, 1996, VI-204 p.

109 Emmanuelle Forner, « Un discours en Révolution : le projet des « publicistes patriotes » (1793) », AHRF, t. 64, 1992, p. 47-61.

110 Roselyn Koren, « Violence verbale et argumentation dans la presse révolutionnaire et contre-révolutionnaire », The Press in the French Revolution (cf. note 96), p. 319-334.

111 Voir les documentations exemplaires de l’Institut français de presse : La Presse départementale en Révolution (1789-1799), La Garenne-Colombes, Éd. de l’Espace Européen, 1992, 400 p. ; ainsi que l’esquisse de synthèse de Hugh Gough, « The provincial press in the French Revolution, Reshaping France : Town, Country, and Region during the French Revolution, Alan Forrest et Peter Jones éd., Manchester UP, 1991, p. 193-205.

112 Citons à titre d’exemple : Michel Taillefer, « Journalisme de province pendant la Révolution française : l’exemple du Midi », Révolution et Contre-révolution dans la France du Midi (1789-1799), Jean Sentou éd., Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1991, p. 65-89 ; Isabelle Laboulais, « Le Flambeau du républicanisme (brumaire-germinal an II) : un journal à Rouen pendant la Terreur », 1789-1799, Nouveaux chantiers d’histoire révolutionnaire. Les institutions et les hommes, Michel Vovelle éd., Paris, CTHS, 1995, p. 119-129 ; Steven Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le premier Directoire à Marseille, 1796-1797 », AHRF, t. 69, 1997, p. 221-247 ; Hugues Plaideux, « L’Argus, premier journal du département de la Manche (Coutances, juin-juillet 1790) », Revue de la Manche, t. 452, fasc. 166-167, 2000, p. 1-153.

113 Éric Wauters, Une Presse de province pendant la Révolution française. Journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, CTHS, 1993, 478 p., ici p. 372-373. Voir aussi ses articles : « Le Journal de Normandie (1785-1789), l’étranger et l’outre-mer : les horizons géographiques d’un journal de province à la veille de la Révolution », Annales de Normandie, t. 45, 1995, p. 301-325 ; « La presse départementale en l’an II », AHRF, t. 68, 1996, p. 1-35.

114 Hugh Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres, Routledge 1988, 264 p.; Jeremy D. Popkin, Revolutionary News: The Press in France, 1789-1799, Durham, Duke UP, 1990, XX- 217 p.; id., « Citizenship and the Press in the French Revolution », The French Revolution and the Meaning of Citizenship (cf. note 80), p. 123-135.

115 Semble exemplaire à cet égard l’article de Laurence Coudart, « Formes du discours, structure du journal : l’exemple de La Gazette de Paris », AHRF, t. 68, 1996, p. 49-66.

116 Emmet Kennedy, A Cultural History of the French Revolution, New Haven/ Londres, Yale UP, 1989, 448 p.

117 Suit encore partiellement cette tradition historiographique l’ouvrage monumental de Gilbert Shapiro et John Markoff, Revolutionary Demands. A Content Analysis of the Cahiers de Doléances of 1789, Stanford, UP, 1998, XXI-684 p.

118 Jacques Dupâquier, J. Picard et J. Sirat, Ainsi commença la Révolution... Campagne électorale et cahiers de doléances de 1789 dans les baillages de Chaumont-en-Vexin et Magny-en-Vexin, Pontoise, Société historique et archéologique, 1989, 545 et 519 p. ; Bernard Moreau, Voter en 1789. L’exemple de la sénéchaussée de Nîmes, Aix-en-Provence, Publisud, 1995, 335 p. ; Philippe Nélidoff, Société albigeoise et préparation des états généraux de 1789, Toulouse, Presses de l’Université, 1996, 253 p. ; Steffen Sammler, Bauern auf dem Weg in die Revolution : die « cahiers de doléances » von 1789 in der Normandie, Leipzig, Universitätsverlag, 1997, 296 p. ; Hélène Simon, La préparation des États généraux dans les Pays de l’Oise, Beauvais : A.D. de l’Oise, 1988, 310 et 310 p. ; Rachida Tlili-Sellaouti, Formes discursives et comportements politiques : la société française en 1789 d’après les Cahiers de doléances au baillage de Nancy, Manouba, Publications de la Faculté des Lettres, 1998, 363 p. ; Georges Gojat, Le Bugey de l’Ancien Régime à la Révolution (1770-1791), Belley, Soc. Histor. Le Bugey, 1999, p. 281-439 ; de portée plus général, Philippe Grateau, Les Cahiers de doléances : une relecture culturelle, Rennes, PUR, 2001. - La place manque ici de citer en plus les nombreuses éditions nouvelles de cahiers de doléances, parfois précédées d’études fouillées sur les élections.

119 Renvoyons à l’ouvrage collectif richement illustré, destiné au grand public : Fêtes et Révolution, Paris, 1989, 223 p. Voir aussi Béatrice Didier, « La Révolution à la recherche d’un art total : les fêtes et l’opéra », Révolution française et littérature, Kyoto (Japon), Presses universitaires de Kyoto, 1992, p. 102-119 ; ainsi que Anne-Marie Duport et Armand Cosson, Les fêtes révolutionnaires dans le Gard, 1788-1799, Nîmes, A.D. du Gard, 1994, 128 p.

120 Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, Die « Bastille ». Zur Symbolgechichte von Herrschaft und Freiheit, Francfort, Fischer Taschenbuch, 1990, 336 p. ; id., The Bastille : A History of a Symbol of Despotism and Freedom, traduit de l’allemand par Norbert Schürer, Durham/Londres, Duke Univ. Press, 1997, XV-304 p.

121 Pour une problématique générale, voir, à côté de Raymonde MONNIER (ci-dessus note 8), Bernard Gibaud, Au conflit de deux libertés : Révolution et droit d’association, Paris, Mutualité française, 1989, 165 p. Voir aussi, La sociabilité méridionale (Provence – Languedoc – Roussillon), numéro spécial de la Provence historique, t. XLVII, fasc. 187, 1997, p. 5-276 : nous y signalerons surtout les articles de Martine Lapied, « Sociabilité villageoise et action politique pendant la Révolution française en Provence et dans le Comtat Venaissin » (p. 83-93), et de Christine Peyrard, « Peut-on parler de sociabilité méridionale sous le Directoire ? », p. 95-108.

122 Marcel Dorigny, « Le Cercle social ou les écrivains au cirque » (cf. note 8) ; id. et Bernard Gainot, La société des amis des Noirs 1788-1799. Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage, Paris, UNESCO, 1998, 429 p.

123 Morris Slavin, The Hébertsistes to the Guillotine: anatomy of a « Conspiracy » in Revolutionary France, Baton Rouge, Louisiana State UP, 1994, XVII-280 p.; id., The Left and the French Revolution, Atlantic Highlands NJ, Humanities Press, 1995, X-190 p.

124 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIe au début du XIXe siècle, Toulouse, Association des Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1994, 481 et 454 p.

125 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1992, 264 p.

126 Paul Allard, « La politisation de l’espace arlésien au temps de la Révolution », L’Espace et le Temps reconstruits (cf. note 32), p. 35-48 ; Malcolm Crook, « Un nouvel espace politique sous la Révolution : les Sections de Toulouse, 1790-1793 », ibid., p. 49-63.

127 Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe & XIXe siècles. 6000 francs-maçons de 1740-1830, Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 1998, 555 p. ; voir aussi son exposé de soutenance, AHRF, t. 67, 1995, p. 623-632.

128 6e partie par Jean Boutier, Philippe Boutry et Serge Bonin, Les sociétés politiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1992, 132 p. Voir aussi les articles de synthèse de J. Boutier et P. Boutry, « Les sociétés politiques en France de 1789 à l’an III : ‘une machine’ ? », RHMC, t. 36, 1989, p. 29-67.

129 Michael L. Kennedy, The Jacobin Clubs in the French Revolution. The First Years, Princeton, Univ. Press, 1982; id., The Jacobin Clubs in the French Revolution: The Middle Years, 1793-1795, New York., Univ. Press, 1988; id., The Jacobin Clubs in the French Revolution, 1793-1795, New York, Berghahn, 1999. Voir aussi Patrice Higonnet, Goodness beyond Virtue. Jacobins during the French Revolution, Cambridge (Mass.) Londres, Harvard UP, 1998, 397 p.

130 On ne peut présenter ici qu’un florilège fort incomplet : Raymonde Monnier, « Les sociétés populaires dans le département de Paris sous la Révolution », AHRF, t. 61, 1989, p. 356-373 ; id., « La politisation des paroisses rurales de la banlieue parisienne », La Révolution française et le monde rural, Paris, CTHS, 1989, p. 425-441 ; Jacques-François Dubost, « Le réseau des sociétés politiques dans le département de l’Hérault pendant la Révolution française (1789-1795) », AHRF, t. 61, 1989, p. 374-416 ; Laurence Coudart, « La contre-révolution parisienne : la section de la Bibliothèque... (1792-1795) », AHRF, t. 62, 1990, p. 198-206 ; William D. Edmonds, Jacobinism and the Revolt of Lyon 1789-1793, Oxford, Clarendon, 1990, 480 p. ; Philippe Bourdin, « Le recrutement des sociétés populaires du Puy-de-Dôme », AHRF, t. 64, 1992, p. 491-516 ; Christian Forget, « Portrait de groupe : les membres des sociétés populaires lorraines de l’an II », Annales de l’Est, t. 45, 1993, p. 277-293 ; Danièle Pingue, « Qui étaient les jacobins hauts-normands ? », AHRF, t. 66, 1994, p. 413-423 ; Jacques Bernet, « Histoire comparée de deux trajectoires jacobines : les sociétés de Compiègne et de Langres (1791-1799) », AHRF, t. 66, 1994, p. 425-437 ; Josette Pontet, « La société des Amis de la constitution de Bayonne (juillet 1790-juillet 1793) », Annales du Midi, t. 106, 1994, p. 425-449 ; Philippe Bourdin, « Le jacobinisme dans le Puy-de-Dôme : les temps des fondations et des congrès », Nouveaux chantiers d’histoire révolutionnaire (cf. note 112), p. 85-104 ; Michel FOL, « Patriotes au féminin. Les femmes au Club des Jacobins de Bonneville (1792-1794) », Revue historique, t. 295, 1996, p. 369-406 ; Danièle Pingue, « Jacobins et jacobinisme en Normandie orientale. Les sociétés politiques dans l’Eure et en Seine-Inférieure, 1790-1795 », AHRF, t. 69, 1997, p. 131-137 (exposé de soutenance) ; Monique Cubells, « La société populaire d’Éguilles, en Provence : histoire d’une scission », Pour la Révolution française. Recueil d’études en hommage à Claude Mazauric, Christine Le Bozec et Éric Wauters éd., Rouen, Université, 1998, p. 229-238 ; Danièle Pingué, « Les relations du club des jacobins de Paris avec les sociétés politiques de Haute-Normandie (1790-1794) », ibid., p. 239-244 ; Jean-Louis Issartel, « Sociétés populaires et élections dans la région du Rhône moyen (1791-an II) », AHRF, t. 70, 1998, p. 595-619.

131 Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les Révolutionnaires : le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif-Central, 1995, 512 p. Voir aussi son exposé de soutenance, AHRF, t. 66, 1994, p. 103-109, ainsi que le compte rendu critique par Jack R. Censer, American Historical Review, 102, 1997, p. 1172-1173. On notera également la précédente étude de P. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le directoire : vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, 1990, 360 p.

132 Christine Peyrard, Les Jacobins de l’Ouest : sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie (1789-1799), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, 408 p., ici p. 19.

133 C. Peyrard, « Les débats sur le droit d’association et de réunion sous le Directoire », AHRF, t. 66, 1994, p. 463-478.

134 Bernard Gainot, 1799, un nouveau Jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à brumaire, Paris, CTHS, 2001, 542 p.

135 Philippe Boutry, « Des sociétés populaires de l’an II au parti républicain. Réflexions sur l’évolution des formes d’association politique dans la France du premier XIXe siècle », Storiografia francese ed italiana a confronto su fenomeno associativo durante il XVIIIe XIXe secolo, Turin, 1990, p. 106-135 ; Jacques Rougerie, « Le mouvement associatif populaire comme facteur d’acculturation politique à Paris : de la Révolution aux années 1840 », AHRF, t. 66, 1994, p. 493-516 ; Michel Vovelle, Les jacobins de Robespierre à Chevènement, Paris, La Découverte, 1999, 190 p.

Auteur

Universität Mainz und Gießen

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540