Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire politique

France et Italie : le jacobinisme en question

Anna Maria Rao

Texte intégral

  • 1 « Sai che è morto Georges Lefebvre ? Veramente un’epoca degli studi francesi si chiude. Da lontano (...)
  • 2 Lettre à Giorgio Agosti, dans « Franco Venturi : lettere da Mosca (1947-1948) », a cura di Aldo Ag (...)

1Le grand historien italien des Lumières Franco Venturi, écrivant à Leo Valiani le 13 septembre 1959, commentait ainsi la mort de Georges Lefebvre : « C’est vraiment la fin d’une époque des études françaises. On voit de loin comment, malgré toutes les différences, Lefebvre était encore lié à la grande tradition, commencée au début du XIXe siècle, des historiens de la Révolution française. À présent les études internationales, qui sont pourtant justes, et les études d’histoire sociale et économique, qui sont pourtant nécessaires, s’éloignent de la vision d’une Grande Révolution française »1. Cette lettre soulignait le sens radicalement politique que les recherches sur la « grande Révolution française » – dont, selon Venturi, on avait fait une véritable « indigestion »2 – avaient eu pour toute une génération qui s’était battue contre le fascisme. Elle signalait aussi, dès 1959, l’émiettement des recherches historiques sur la Révolution française dans toute une série de directions différentes.

  • 3 Maurice Aymard, « Tempi e spazi della rivoluzione. Per un bilancio storiografico e nuove prospetti (...)
  • 4 Sur une plus longue durée, par exemple, le numéro des Annales historiques de la Révolution françai (...)
  • 5 Les colloques du Bicentenaire, Répertoire des rencontres scientifiques nationales et international (...)
  • 6 Michel Vovelle, « Du tout social au tout politique » et C. Mazauric, « Vrai ou faux tournant dans (...)

2Trente ans plus tard, le Bicentenaire de la Révolution devait confirmer cette explosion d’approches et d’objets multiples, tout en renversant le jugement porté par Venturi sur le rôle central occupé par les études d’histoire sociale et économique et le recul de l’histoire politique. Selon le calcul esquissé par Maurice Aymard en 1989, sur plus de mille titres sur la Révolution française parus dans les cinq années précédentes, ceux qui intéressaient la vie économique et les groupes sociaux n’étaient que 30-353. C’était un calcul très sommaire, en partie démenti par la richesse des études sur la paysannerie dont font état quelques bibliographies et recueils récents4. Malgré ceci, la tendance signalée par Maurice Aymard était confirmée par les colloques du Bicentenaire, comme l’observait Michel Vovelle en 1991 : « Au comptage des occurrences, l’histoire politique garde une place importante – un peu moins du sixième – : est-ce le poids de la tradition d’une historiographie classique ou l’indice de cette ‘redécouverte’ dont on a fait état en ces années ? »5 « Du tout social au tout politique », donc, selon la formule adoptée – et discutée – à Montréal par Michel Vovelle et Claude Mazauric, lors de la session de la Commission internationale d’histoire de la Révolution française tenue dans le cadre du Congrès international des sciences historiques de 19956.

  • 7 Haim Burstin, Francia 1789 : la politica e il quotidiano, Torino, Einaudi, 1994, p. 15-36.
  • 8 Patrick Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration(...)

3Mais si le politique semble ainsi s’imposer au centre de l’attention au moment du Bicentenaire et dans la décennie suivante, dans cette « redécouverte » ou « revanche » de l’histoire politique7 le jacobinisme et la période jacobine n’occupent plus le devant de la scène. Comme l’a observé Patrick Garcia dans son bilan du Bicentenaire, « l’historiographie révolutionnaire est marquée par l’intérêt que suscite la notion de représentation. Loin des récits unificateurs dont l’ouvrage de François Furet (La Révolution française, 1770-1880) est, en définitive, l’un des seuls exemples, l’heure est à une approche par prismes et fragments (mémoire(s), nouveaux objets, iconographie) rassemblés sous le commun dénominateur de la catégorie « représentation » qui vise à s’imposer comme un nouveau mode d’intelligibilité historique (histoire symbolique) », une approche dont le grand Colloque du Bicentenaire donnait l’exemple par son choix de l’« image » de la Révolution française. « Dans ce contexte – observe encore Garcia – la publication de dictionnaires est l’une des productions qui caractérise le mieux l’historiographie du Bicentenaire. L’éclatement du récit accompagne la remise en cause des catégories les mieux assises. Ainsi les critères de l’opposition Montagnards/Girondins sortent ébranlés des débats du Bicentenaire. On insiste désormais, grâce aux travaux de Françoise Brunel pour les premiers et de Marcel Dorigny pour les seconds, sur la diversité de ces courants qu’on ne saurait plus réduire à une opposition nette entre dirigistes et libéraux. L’unité du mouvement jacobin lui-même est remise en question par Jacques Guilhaumou, tout comme la notion pendante de fédéralisme. De ce point de vue, le Bicentenaire se présente bien comme un moment de relecture des catégories héritées »8.

4Qu’en est-il de l’historiographie italienne face à ces changements d’approche du jacobinisme de l’historiographie française ? A-t-elle participé de ces changements, et de quelle façon ? A-t-elle contribué non seulement à l’histoire du jacobinisme italien mais aussi à l’histoire de la Révolution française ? Il n’est certes pas facile de répondre brièvement à ces questions, que je ne pourrai aborder que de façon très schématique.

5Il importe avant tout de rappeler que pendant longtemps le problème du Risorgimento a été au centre de l’intérêt que l’historiographie italienne a montré pour la Révolution française montré par l’historiographie italienne, dans son effort de comparer la voie française et la voie italienne à l’unité nationale. En résumant brutalement des positions qui sont beaucoup plus nuancées, la France était vue comme l’exemple d’un État qui avait réalisé son unité territoriale au travers d’un processus historique très long, qui avait toutefois connu deux moments majeurs : l’absolutisme de Louis XIV, qui avait posé les bases de la centralisation administrative perfectionnée ensuite par l’œuvre de Napoléon ; et la Révolution, qui avait réalisé l’unité non seulement de l’État mais de la nation. À la voie française de l’État-Nation, une voie révolutionnaire fondée sur le concours populaire, s’opposait la voie italienne, une voie dynastique et d’en haut pour l’unité nationale, réalisée seulement au XIXe siècle.

  • 9 Raymond Grew, « The Paradoxes of Italy’s Nineteenth-Century Political Cultural », Revolution and t (...)
  • 10 Pour une synthèse, voir la Storia d’Italia, 1. Le premesse dell’Unità dalla fine del Settecento al (...)
  • 11 Je renvoie à ma Préface à Alfonso Perrella, L’anno 1799 nella Provincia di Campobasso. Memorie e n (...)

6Selon l’historien américain Raymond Grew, la culture politique italienne, de Vincenzo Cuoco à Antonio Gramsci, aurait été presque obsédée par l’idée de la « révolution passive ou manquée », par le regret que l’Italie n’ait jamais connu une véritable révolution, mais seulement des révolutions « importées » ou « forcées » : par la France à la fin du XVIIIe siècle, par la guerre contre l’Autriche en 1848, par le Piémont en 1859-18609. Il serait trop long d’aborder la question de la « culture politique » italienne au XIXe siècle10. Mais, en ce qui concerne l’historiographie, à la fin du XIXe siècle on retrouve chez une large partie des historiens italiens un sens plutôt de soulagement que de regret pour la « révolution manquée ». En particulier, en ce qui concerne l’Italie du Sud, l’historiographie économico-juridique se réjouissait du fait que le Royaume de Naples avait pu faire l’économie d’une révolution pour renverser le régime féodal, puisque, grâce aux juristes, les seigneurs avaient été petit à petit privés de leurs droits, et la féodalité méridionale à la fin du XVIIIe siècle était beaucoup moins puissante et oppressive que la féodalité française11. Ces historiens semblaient ainsi ignorer que la féodalité avait été finalement supprimée par les lois de Joseph Bonaparte ; mais on peut voir avancer par leurs arguments un thème qui a connu une importance croissante dans l’historiographie récente, et dont il faut tenir compte : à savoir, la médiation judiciaire comme moyen de solution pacifique du conflit social et comme amortisseur de la violence.

  • 12 Cf. Furio Diaz, L’incomprensione italiana della Rivoluzione francese. Dagli inizi ai primi del Nov (...)
  • 13 Cf. Giuseppe Sorge, Interpretazioni italiane della Rivoluzione francese nel secolo decimonono, Rom (...)
  • 14 Furio Diaz, L’incomprensione italiana, op. cit.
  • 15 Je me permets de renvoyer à ce sujet à mon « Un héritage hors de France : les institutions culture (...)
  • 16 Voir, par exemple, la préface à la 3e éd. de son Materialismo storico ed economia marxistica (1ère(...)
  • 17 Cf. Piero Craveri, « Gli appunti inediti dei corsi universitari di Antonio Labriola sulla Rivoluzi (...)
  • 18 Sur sa genèse, voir la Préface de Franco Venturi dans Gaetano Salvemini, La Rivoluzione francese ( (...)
  • 19 Diaz, L’incomprensione italiana, op. cit., p. 77. Voir aussi Walter Maturi, « Gli studi di storia (...)

7Sauf quelques exceptions – dont le cas de Giosuè Carducci est parmi les plus connus12 – la culture italienne au XIXe siècle était en large partie hostile à la Révolution française, comme il fut évident à l’occasion du centenaire13. L’idéologie modérée du Risorgimento, en condamnant la Terreur, repoussait la révolution dans son ensemble. Les démocrates, de leur côté, considéraient la révolution plutôt comme la fin d’une époque que comme le commencement d’une ère nouvelle. Pour ces raisons Furio Diaz a parlé d’une « incompréhension italienne de la Révolution française »14. Quant aux historiens, entre XIXe et XXe siècle l’historiographie nationaliste contestait tout lien entre la Révolution française et le Risorgimento italien, dont elle soulignait les origines économiques, culturelles et politiques autonomes15. Benedetto Croce fut parmi les premiers qui reconnurent l’apport décisif de la Révolution française aux origines du Risorgimento italien, tout en repoussant comme abstrait et antihistorique le rationalisme des Lumières dont à son avis la révolution et ses principes avaient été le fruit16. Surtout le mouvement socialiste et le matérialisme historique – auquel Croce même fut sensible pendant les années 90 du XIXe siècle – ouvrirent la voie à une considération positive et autonome de la Révolution française en tant que telle, profondément liée aux questions brûlantes soulevées en Italie et en Europe par la crise politique de la fin du XIXe siècle. Antonio Labriola, par exemple, dédiait à la Révolution française ses cours de philosophie de l’histoire à l’Université de Rome en 1888-89, en 1897-98 et 1898-9917. En 1890 Pasquale Villari sollicitait son élève Gaetano Salvemini à se pencher sur l’étude de la Révolution française : l’ouvrage que Salvemini publia en 1905, plusieurs fois corrigé et réédité jusqu’en 195418, introduisait enfin, comme l’a écrit Furio Diaz, « la pensée historique italienne […] dans le grand circuit de la réflexion historiographique européenne sur la Révolution »19.

  • 20 Cf. Gian Carlo Jocteau, « Giuseppe Maranini », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 435-440.
  • 21 Guglielmo Ferrero, Les deux révolutions françaises, 1789-1796, a cura di L. Monnier, Neuchâtel, 19 (...)
  • 22 Recueillis ensuite dans le volume Filippo Buonarroti e altri studi, Roma, Edizioni di storia e let (...)
  • 23 Delio Cantimori, Utopisti e riformatori italiani (1794-1847). Ricerche storiche, Firenze, Sansoni, (...)
  • 24 Recueillis ensuite dans son Filippo Buonarroti. Contributo alla storia della sua vita e del suo pe (...)
  • 25 Torino, Einaudi, 1948.
  • 26 Pia Onnis Rosa, « Les études italiennes sur l’histoire de la Révolution française de 1940 à 1949 » (...)
  • 27 Armando Saitta, Le Costituenti francesi del periodo rivoluzionario 1785-1795, Firenze, Sansoni, 19 (...)
  • 28 Felice Battaglia, La libertà e l’eguaglianza nelle dichiarazioni francesi dei diritti dal 1789 al (...)
  • 29 Cf. G.C. Jocteau, Giuseppe Maranini, op. cit., p. 440.
  • 30 Luigi Salvatorelli, Leggenda e realtà di Napoleone, Torino, Francesco De Silva, 1944.

8En effet, le grand livre de Gaetano Salvemini inaugurait une véritable tradition historiographique italienne sur la Révolution française, qui se poursuivit surtout dans la période entre les deux guerres et dans l’immédiat après-guerre. L’ouvrage de Giuseppe Maranini, Classe e stato nella rivoluzione francese, publié en 1935 dans la collection d’études fascistes de la Faculté de sciences politiques de l’Université de Perouse, où l’auteur enseignait histoire du droit italien, d’inspiration nationaliste, faisait de la France de la fin du XVIIIe siècle un véritable laboratoire pour l’analyse des problèmes de l’État dans les crises révolutionnaires et des fondements et des contradictions de la « domination de classe » de la bourgeoisie20. À Genève, Guglielmo Ferrero consacrait à l’histoire de la France entre 1789 et 1870 ses cours des années 1930-31 aux années 1940-4221. Il ne s’agissait plus seulement du Risorgimento italien et des conséquences de la Révolution en Italie, même si les problèmes de la formation et des transformations de l’État italien restaient au centre des intérêts de l’historiographie italienne pour la Révolution française. Sur ce thème on continua de travailler, pour repousser ou soutenir le lien entre les événements français et l’émergence du projet national unitaire italien, et de nombreuses importantes études parurent sur ce sujet pendant les premières décennies du XXe siècle : de Ettore Rota à Renato Soriga, Arrigo Solmi, Baldo Peroni, Alberto Maria Ghisalberti, Pia Onnis Rosa. En France même, Jacques Godechot publiait dans les années Trente ses premières études sur les rapports entre robespierristes et babouvistes français et patriotes italiens. Et le babouvisme fut justement parmi les thèmes qui portèrent les historiens italiens à se pencher plus directement sur l’étude de la Révolution française. Toujours pendant les années Trente, Pia Onnis Rosa publiait dans la Rivista storica italiana et dans la Nuova rivista storica ses études sur Babeuf et Buonarroti22. La revue Popoli, promue par Federico Chabod et Carlo Morandi, publiait en 1941 l’étude sur Babeuf de Delio Cantimori, réédité en 1943 dans son recueil d’études Utopisti e riformatori italiani23. Pendant les années Quarante Armando Saitta publiait dans la revue Belfagor ses premières études sur Filippo Buonarroti24 e Alessandro Galante Garrone publiait son Buonarroti e Babeuf25. Mais il ne s’agissait pas seulement de Buonarroti et Babeuf. Comme le notait Pia Onnis Rosa dans une brève mais dense mise à jour sur les études italiennes sur l’histoire de la Révolution française publiée en 1950 dans les Annales historiques de la Révolution française26, la préparation de la constitution républicaine italienne stimulait l’intérêt pour l’histoire des institutions politiques de la France révolutionnaire : d’où les études de Saitta sur les Assemblées constituantes françaises27 et de Felice Battaglia sur les déclarations des droits28, pendant que Giuseppe Maranini, lui même engagé dans les débats sur la Constitution républicaine, rééditait en 1952 son ouvrage sur la Révolution29, et Luigi Salvatorelli, historien du christianisme et du Risorgimento qui avait été parmi les fondateurs du Parti d’action, publiait en 1944 Leggenda e realtà di Napoleone, dédié « à la mémoire de Gugliemo Ferrero, mort en exil pour la liberté de l’Italie »30.

  • 31 Adolfo Omodeo, L’età del Risorgimento italiano, 1931, 4e éd. (1942), réédité pour l’Istituto itali (...)
  • 32 « L’altro punto – più grave – è quello della monarchia. Voi avete la preoccupazione di salvarla. C (...)

9La guerre et la Résistance, les problèmes de la nouvelle Italie qui devait sortir de la fin du fascisme, ne pouvaient qu’accroître l’intérêt historiographique et politique pour la Révolution française. Adolfo Omodeo, qui par son ouvrage sur L’età del Risorgimento italiano avait contribué de façon fondamentale à démolir la vision nationaliste31, écrivant à Benedetto Croce le 22 mars 1944 sur la question de l’alternative entre monarchie et république, lui rappelait l’exemple français : « Une autre question – plus sérieuse – est celle de la monarchie. Vous avez le souci de la sauver. Considérez s’il vaut la peine de diviser les forces du renouvellement pour ce regret… Vous dites : « Je doute que les Italiens soient mûrs pour la république ». Je ne discute pas cette assertion. Je dis seulement qu’elle est douteuse sur le plan historique et qu’elle n’est pas valable sur le plan politique. L’immaturité doit se révéler à travers l’expérience et ne peut pas être anticipée. En 1791 aussi les Français n’étaient pas mûrs pour la république, mais après la fuite de Varennes la monarchie était impossible ; et Barnave, Bailly et Lafayette se trompèrent en essayant de la conserver : l’année suivante c’étaient Danton et Marat qui créèrent la République. Et après tout, nous, versés dans l’histoire, nous ne devons pas nous faire des illusions. Quand on attaque un roi il faut mener le coup jusqu’au fond, et se méfier des descendants, même s’ils sont dans leur berceau »32.

  • 33 Franco Venturi, Jean Jaurès e altri storici della Rivoluzione francese, Torino, Einaudi, 1948. En (...)
  • 34 Alessandro Galante Garrone, Gilbert Romme. Storia di un rivoluzionario, Prefazione di Georges Lefe (...)
  • 35 Federico Chabod, Alle origini della rivoluzione francese, a cura di Fausto Borrelli, Firenze, Pass (...)

10Les décennies Quarante et Cinquante connurent un véritable foisonnement des recherches italiennes sur la période révolutionnaire, accompagnées par une politique éditoriale très active de publication des traductions de nombreux ouvrages classiques et récents de l’historiographie française : d’Édouard Quinet à Jean Jaurès, Georges Lefebvre, Albert Mathiez, Albert Soboul. Franco Venturi publiait en 1948 le fruit des recherches menées pendant son exil en France sur Jaurès, Mathiez et Lefebvre33. En 1959 Alessandro Galante Garrone publiait son livre sur Gilbert Romme, une recherche qui lui avait été sollicitée par son ami Georges Lefebvre34. Et c’est à la Révolution française que Federico Chabod, historien de la Renaissance, de Machiavel et de Charles V, professeur d’histoire moderne à Rome depuis 1946, dédiait en 1950-51 son cours universitaire35.

11Malgré les différences sensibles d’approches et d’interprétations qui la caractérisaient, cette première historiographie italienne sur la Révolution française présentait aussi quelques traits communs assez marquants. En premier lieu, mise à part la monographie de Galante Garrone sur Gilbert Romme, qui puisait directement aux sources françaises et, surtout, aux manuscrits conservés dans les archives et bibliothèques italiennes et russes, les autres études étaient surtout des synthèses interprétatives de ce qu’on connaissait de l’historiographie française. Taine, Tocqueville, Rocquain, Sagnac, Quinet, Lichtenberger, Aulard, Madelin, Jaurès, Mathiez, Lefebvre étaient parmi les sources de l’histoire de Salvemini, dans ses différentes éditions, et plus en général des autres historiens italiens, même avant que le livre de Venturi ne portât à concentrer l’attention sur Jaurès, Mathiez, Lefebvre. Dans le cours de Chabod de 1950-51 ce sont de même les noms de Tocqueville, Taine, Jaurès, Mathiez, Lefebvre qui dominent, à côté de Michelet, Mignet, Guizot, Sagnac. Le deuxième trait qui mérite d’être souligné, c’est que cette première historiographie italienne sur la Révolution française privilégie la réflexion et la recherche sur les causes de la Révolution, sur ses origines et ses premiers développements. Pour paraphraser Labrousse, on pourrait dire qu’elle s’interroge plutôt sur comment naissent les révolutions que sur leurs aboutissements, plutôt sur la crise et le bouleversement de l’Ancien Régime que sur la construction du nouveau. Salvemini, après des longs chapitres sur les conditions sociales et le mouvement intellectuel en France au XVIIIe siècle, analyse la faillite des tentatives de réforme, la chute de la féodalité, la constitution civile du clergé, la fuite de Varennes et la guerre, pour s’arrêter à la chute de la monarchie. Maranini concentre son attention sur la sans-culotterie et le gouvernement révolutionnaire jusqu’à la chute de Robespierre, ne consacrant que quelques pages finales à « l’héritage de la Révolution ». Le Gilbert Romme de Galante Garrone, grâce à son héros, pousse jusqu’à Prairial. Federico Chabod consacre une large partie de ses leçons à l’idéologie de la noblesse d’une part, et de l’autre et surtout, à la pensée de Sieyès.

  • 36 Pour une mise à jour des repères bibliographiques je me permets de renvoyer à Anna Maria Rao, « El (...)
  • 37 Cf. Leonardo Paggi, « Giacobinismo e società di massa in Gramsci », Il modello politico giacobino (...)
  • 38 « Fare gl’Italiani, vale a dire rendere tutti gl’Italiani eguali, è concetto giacobino, perché le (...)

12Sur cette base de connaissances de la Révolution française, entre la fin des années Quarante et la moitié des années Soixante se développa en Italie le débat sur la question du jacobinisme italien : un long débat, très animé, et très bien connu36. Ce qui importe de souligner ici dans ce débat c’est qu’au moment où il se déroula, l’image de la Révolution française, telle qu’elle ressortait des études connues et diffusées en Italie était, certes, une image mouvante et variée, qui attirait l’attention sur la multiplicité d’enjeux politiques et de conflits sociaux mis en relief par Jaurès, Mathiez, Lefebvre, puis Soboul ; mais qui, en même temps, se polarisait autour d’un 89 des droits de l’homme ou du triomphe de la bourgeoisie, et d’un 93 radical, jacobin, terroriste pour les uns, pour les autres capable d’instaurer un lien actif avec les masses populaires, suivant la lecture de Gramsci37. Un 93 en tout cas centralisateur, selon l’image transmise tout au long du XIXe siècle : comme écrivait un ancien officier de l’armée bourbonne passé du côté de Garibaldi, « faire une nation », c’est-à-dire concevoir l’unification italienne comme un processus d’élimination des différences, était une conception jacobine, puisque « on ne faisait pas les nations comme on fait des omelettes »38.

13Le jacobinisme français dont on discutait dans les années Cinquante et Soixante en Italie, pour lui comparer le cas italien et presque « mesurer » le « taux » de jacobinisme existant parmi les patriotes des républiques-sœurs de 1796-1799, était donc le jacobinisme tel qu’on l’avait connu dans l’historiographie du XIXe siècle et surtout dans les études plus récentes d’Albert Mathiez, à leur tour dominées par les problèmes historiographiques et politiques de son temps : les problèmes des rapports entre groupes dirigeants et masses populaires, des rapports entre lutte politique et religieuse d’un côté, guerre, économie, et société de l’autre.

14Qu’en est-il de ces images à l’heure du Bicentenaire et après, en France et en Italie ?

  • 39 Gaetano Salvemini, op. cit., p. 294-304.
  • 40 Être républicain et démocrate sous le Directoire, numéro spécial des AHRF, n° 308, 1997 ; Le tourn (...)

15Si le jacobinisme n’occupe plus le devant de la scène en France, il n’a certes pas disparu des études. Relégué d’abord par François Furet dans le « dérapage » révolutionnaire, identifié ensuite par Furet lui-même avec l’inévitable « dérive » terroriste non seulement de la Révolution en France mais de toute révolution, il semble intéresser de moins en moins une historiographie qui essaye de récupérer le moment « positif » de la Révolution, pour reprendre la distinction de Gaetano Salvemini entre l’« action négative », de démolition de l’Ancien Régime, et l’« action positive », d’édification d’une société nouvelle fondée sur la propriété et sur l’égalité civile et politique, d’un nouveau gouvernement fondé sur la représentation politique et d’un nouveau droit39. D’où l’attention croissante, pendant la dernière décennie, en poursuivant les recherches déjà entreprises par Jacques Godechot, Jean-René Suratteau, Isser Woloch, pour l’époque du Directoire, grâce aussi au prolongement du Bicentenaire après 1989. Il suffit de rappeler le numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française de 1997, les Colloques d’Aix-en-Provence de 1995 et de Clermont-Ferrand de 1997, les tables rondes de Valenciennes et Lille et le Colloque de Rouen de 1998, 1999, 200040.

  • 41 Cf. Terminer la Révolution. Mounier et Barnave dans la Révolution française, sous la direction de (...)
  • 42 Pour une toute récente discussion de la question on verra Terminée la Révolution…, IVe colloque eu (...)
  • 43 Cf. Anna Maria Rao, « Jacques Godechot e Robert Palmer », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. (...)
  • 44 Eric J. Hobsbawm, The Age of Revolution 1789-1848, New York, Mentor Book, 1962.

16Terminer la révolution : ce souci n’a pas seulement harcelé les révolutionnaires eux-mêmes dès le début presque de leur Révolution41, mais aussi l’historiographie, qui a longtemps discuté si, quand et comment la Révolution était terminée, dans son développement historique ou dans ses héritages42. Et désormais la chronologie révolutionnaire investit l’entière décennie 1789-1799, pour ne pas parler des limites chronologiques plus larges proposées au fur et à mesure par Louis Gottschalk en 1954 pour la « révolution occidentale » de 1770-1815, reprises par Robert Palmer et Jacques Godechot en 195543, ou par Eric Hobsbawm pour l’« âge de la révolution » 1789-184844. Une longue révolution « démocratique », donc, dans laquelle le jacobinisme n’est plus qu’un moment, ou bien se dissout dans une longue tradition démocratique indéfinie. Malgré tout ceci, l’historiographie n’a pas du tout abandonné les études sur ce qui pouvait apparaître autrefois – surtout à ceux qui ne savent pas lire – comme le moment « fort » de la Révolution, terminé par Thermidor.

  • 45 Michel Vovelle, I giacobini e il giacobinismo, Roma-Bari, Laterza, 1998; Id., Les jacobins de Robe (...)
  • 46 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La (...)
  • 47 Atlas de la Révolution française, sous la direction de Serge Bonin et Claude Langlois, 6, Les soci (...)
  • 48 Les fédéralismes. Réalités et représentations 1789-1874, Actes du Colloque de Marseille septembre (...)
  • 49 Antonino De Francesco, Il sogno della repubblica. Il mondo del lavoro dall’Ancien Régime al 1848, (...)
  • 50 William D. Edmonds, « Successes and Excesses of Revisionits Writing about the French Revolution », (...)
  • 51 William D. Edmonds, Jacobinism and the Revolt of Lyon 1789-1793, Oxford, Clarendon Press, 1990.
  • 52 Ted W. Margadant, Urban Rivalries in the French Revolution, Princeton, University Press, 1992. Voi (...)

17Il suffirait de rappeler le bilan tracé par Michel Vovelle en 1998 pour le public italien, élargi ensuite en français45, qui, en distinguant « jacobinisme historique et transhistorique », suit la question sur une échelle européenne des origines à 1800 et de 1800 à nos jours. Mais déjà en 1993, dans sa Géopolitique de la Révolution française46, Michel Vovelle avait témoigné d’un changement important intervenu dans les études sur le jacobinisme dans la décennie précédente : à savoir, le passage d’un jacobinisme tout centralisateur, considéré d’en haut, à un jacobinisme d’en bas, comme pratique d’apprentissage de la politique. On connaît le rôle fondamental exercé dans ce changement de perspective par les recherches de Jean Boutier et de Philippe Boutry, partiellement publiées déjà pendant les années 80, qui débouchent ensuite, en 1992, sur le volume de l’Atlas de la Révolution française dédié aux sociétés politiques47. Mais encore faut-il rappeler l’influence exercée dans cette direction par le renouvellement des études sur la question du fédéralisme, dont le Colloque de Marseille de 1993 a en même temps dressé un bilan et tracé des perspectives ultérieures de recherche, invitant non seulement à considérer la multiplicité des sens du mot et des expériences ainsi dites fédéralistes, mais aussi à distinguer entre fédéralismes et mouvements fédératifs48. La « découverte » d’un « fédéralisme jacobin » a contribué de façon déterminante à nuancer l’image préexistante et dominante d’un jacobinisme centralisateur, étouffant toute tendance autonomiste locale. Sur ce terrain on peut rappeler la contribution donnée dès le début des années 80 par l’historiographie italienne, grâce, en particulier, aux études d’Antonino De Francesco sur Lyon et sur les rapports entre formes politiques et monde du travail49, à côté de l’historiographie anglo-saxonne. William Edmonds, en particulier, contre toute séparation entre facteurs politiques et idéologiques d’un côté, économiques et sociaux de l’autre50, a mis en garde contre une considération des jacobins comme des fanatiques religieux ou bien comme avant-garde de la bourgeoisie révolutionnaire, sollicitant une reconstruction interne de leur mentalité et de leurs perceptions de la réalité de leur temps, dans la ligne des études de Lynn Hunt et de Hugh Gough51. Et les importantes recherches de Ted Margadant ont à leur tour concouru à la connaissance des rapports entre rivalités urbaines et luttes politiques52.

  • 53 Michel Vovelle, « Ouverture du Colloque », L’An I et l’apprentissage de la démocratie, sous la dir (...)
  • 54 Claudine Wolikow, « 1789-an III : l’émergence de la “démocratie représentative« », ibid., p. 53-69
  • 55 Luciano Guerci, « Democrazia rappresentativa » : definizioni e discussioni nell’Italia del trienni (...)
  • 56 Roberto Martucci, L’ossessione costituente. Forma di governo e costituzione nella Rivoluzione fran (...)
  • 57 Serge Aberdam, L’élargissement du droit de vote entre 1792 et 1795 au travers du dénombrement du C (...)

18Dans le Colloque de Saint-Ouen de 1993, l’an I, considéré par Michel Vovelle comme « tournant essentiel dans l’histoire de la démocratie »53, a été étudié sur le plan soit du débat constitutionnel soit des pratiques associatives et électorales. Les contributions sur les origines et les principes de la constitution de l’an I, et sur ses héritages en France et hors de France, ont marqué un progrès important dans l’histoire constitutionnelle du jacobinisme et plus généralement de la période révolutionnaire, soit du point de vue des connaissances, soit sur le plan de la méthode. Pour me limiter à un seul exemple, l’étude de Claudine Wolikow sur l’émergence de la « démocratie représentative » apporte de nouveaux éclairages sur une notion généralement reconnue comme essentielle dans le langage et dans les pratiques politiques révolutionnaires, mais dont on a longtemps ignoré les origines et les développements54. Là aussi, on peut apprécier les échanges et les parallélismes entre France et Italie : Luciano Guerci a lui aussi attiré l’attention sur ce thème, offrant un bilan du débat non seulement italien mais aussi américain et français55 ; et Roberto Martucci vient de publier le résultat de ses longues recherches sur le débat constitutionnel français pendant la décennie révolutionnaire56. En ce qui concerne les questions de méthode, le Colloque de Saint-Ouen se distingue aussi par le choix fondamental de ne pas séparer les discours des pratiques, les projets et les textes constitutionnels de leurs applications et de leurs conséquences dans les luttes politiques centrales et locales. Ainsi, les recherches de Melvin Edelstein et de Serge Aberdam sur le droit de vote et son élargissement vont à l’encontre de la tendance préexistante à reléguer le jacobinisme et la Constitution de 1793 dans le domaine de l’utopie et à considérer la démocratie plutôt comme une promesse de l’avenir qu’une réalisation véritable. La thèse récente d’Aberdam illustre de manière plus large ce que le droit de vote voulait dire en 1793, montrant la possibilité d’une troisième voie, entre la démocratie ainsi dite « directe » (sans-culotte) et la démocratie représentative (jacobine ou révolutionnaire) : la voie de la « démocratie participative ou délibérative ». Et sa recherche confirme comment l’alternative qui parfois avait été posée entre la participation par le vote et la participation par les sociétés populaires comme bases de l’apprentissage de la démocratie en révolution était une alternative fausse, puisque même dans le vote joue son rôle l’association des citoyens, une sociabilité profondément ancrée dans les pratiques antérieures à la Révolution57.

  • 58 Jacques Guilhaumou, La langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison lin (...)
  • 59 Pierre Serna, Antonelle. Aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Préface de Michel Vovelle, Paris, (...)
  • 60 Pasquale Pasquino, Sieyes et l’invention de la constitution en France, Paris, Éd. Odile Jacob, 199 (...)

19Les approches linguistiques de Jacques Guilhaumou et de Raymonde Monnier ont aussi renouvelé les études sur la langue politique et constitutionnelle et sur l’initiative linguistique des jacobins, et désencombré le terrain d’équivoques et malentendus sur les notions de démocratie directe et démocratie représentative58. Les études de Pierre Serna et Bernard Gainot ont à leur tour souligné la centralité de cette dernière notion dans le « jacobinisme d’après le jacobinisme », ou dans le « nouveau jacobinisme » de 179959. De plus, l’histoire des rapports entre langue et politique et des concepts de représentation politique a trouvé un lieu presque privilégié dans les écrits et la pensée de Sieyes, grâce à Pasquale Pasquino et à Jacques Guilhaumou60.

  • 61 Patrice Higonnet, Goodness beyond Virtue. Jacobins during the French Revolution, Harvard Universit (...)
  • 62 Patrice Gueniffey, La politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire 1789-1794, Pa (...)
  • 63 Ibid., p. 226.
  • 64 Arno Mayer, Les Furies, Paris, Fayard, 2002 (ed. or. 2000).
  • 65 Sophie Wahnich, La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique é (...)

20Le jacobinisme qu’on étudie aujourd’hui n’est donc plus tout simplement le jacobinisme de la Terreur : d’une Terreur que l’historiographie du XIXe siècle, et jusqu’au début du XXe, essayait de comprendre, voire justifier, quand on ne se limitait pas à la rejeter dans une condamnation sans appel. L’historiographie ainsi dite révisionniste en a fait plutôt une catégorie politique qu’un phénomène historique. Certes, la Terreur n’a pas cessé d’interroger, il s’en faut. Patrice Higonnet, prenant en compte soit les textes et les discours soit les archives, voit dans la Terreur la conséquence d’une idéologie jacobine partagée entre individualisme et universalisme et imbue d’une méfiance quasi religieuse à l’égard des dissensions61. Patrice Gueniffey, prenant ses distances vis-à-vis soit des théories des « circonstances », soit des théories « c’est la faute à Rousseau », soit, encore, des approches anthropologiques de la violence, l’a ramenée à ses dimensions proprement politiques, essayant de comprendre « ensemble la contingence et la nécessité », dans le cadre du processus de radicalisation révolutionnaire des années 1789-179462. Mais, tout en dénonçant comme anachronique toute considération du jacobinisme comme « système centralisé » et « parti unique » d’un côté, et toute identification entre jacobinisme et démocratie représentative de l’autre, il finit pour en faire une catégorie abstraite et presque métaphysique, à savoir « la réalité atroce de toute révolution »63. Aux États-Unis, Arno Mayer a prolongé de la Révolution française au XXe siècle son analyse de la Terreur comme vengeance64. Et Sophie Wahnich a tout récemment senti le besoin de reprendre ces débats « archives en main », pour vérifier son « hypothèse d’une dynamique d’économie émotive fondatrice, ressortissant du sacré et de la vengeance »65.

  • 66 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), (...)
  • 67 Contre lequel voir Michel Vovelle, La découverte de la politique, op. cit.
  • 68 Les Jacobins du Midi, Actes recueillis par Michel Péronnet (Montpellier, 25-27 septembre 1989), Mo (...)
  • 69 Jean Boutier, Campagnes en émoi. Révoltes et Révolution en Bas-Limousin 1789-1800, Lettre-préface (...)
  • 70 Laurence Constant, Félix Lepeletier de Saint-Fargeau. Un itinéraire, de la Révolution à la monarch (...)
  • 71 Voir, par exemple, le n° 300 des AHRF, 1995, L’an II.
  • 72 Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre : le Faubourg Saint-Marcel (1789-1794), thèse de doctorat d (...)
  • 73 Images de Robespierre, Actes du colloque international de Naples, 27-29 septembre 1993, Textes réu (...)

21Mais, somme toute, ce qu’on a étudié pendant ces dernières décennies et qu’on continue d’étudier aujourd’hui ce sont plutôt les discours, les pratiques, leurs rapports réciproques et leur intégration dans un contexte fait d’enjeux politiques et sociaux multiples et mouvants. Le livre de Michel Biard sur les représentants en mission nous dit beaucoup plus sur ce qu’est que la Terreur en nous montrant les origines et les façons d’agir de ces hommes dans les différents contextes régionaux66. Le cliché reçu d’une transmission verticale et d’une réception passive de mots d’ordre nationaux67 a été de plus en plus démenti par les nombreuses études régionales qui se sont multipliées pendant ces dernières années, des Jacobins du Midi édités par Michel Péronnet68 aux études de Jean Boutier sur le Bas-Limousin, de Jean-Pierre Jessenne sur l’Artois, de Jacques Guilhaumou sur Marseille, de Philippe Bourdin sur le Puy-de-Dôme, de Martine Lapied sur le Comtat, de Danièle Pingué sur le cas franc-comtois, et d’autres : autant d’études de cas où la question du jacobinisme concrétisé dans l’étude de la sociabilité révolutionnaire, dans les formes de politisation, dans la presse régionale, dans l’action des groupes et des individus, même dans ces régions de l’Ouest étudiées par Christine Peyrard, qui étaient autrefois considérées presque comme un site de résistances, d’anti-révolution ou de contre-révolution ouverte69. Abordé dans la plus longue durée des cadres régionaux, le jacobinisme l’a été aussi dans la durée individuelle des biographies, de Félix Lepeletier à Antonelle, de Carra, Collot d’Herbois et Gilbert Romme – revisité dans le Bicentenaire de sa mort – au moins connu Léonard Bourdon, de Pierre-Joseph-Briot à Marc-Antoine Jullien : encore un terrain de recherche dans lequel on peut signaler une présence significative de l’historiographie italienne, à côté de celle anglo-saxonne70, et qui a confirmé toutes ses capacités de conjuguer société, culture et politique, d’apprécier le poids de l’événement dans l’espace d’une vie, de saisir ce problème crucial de l’histoire qui est le rapport entre individus et collectivités. Sans pour autant oublier le temps court de l’an II71, comme on l’a déjà vu pour les études constitutionnelles et électorales : et on peut rappeler encore la récente contribution de Haim Burstin par sa thèse sur le faubourg Saint-Marcel72. Et sans oublier Robespierre, auquel l’Institut d’études philosophiques de Naples a dédié un Colloque en 1993, en collaboration avec le Centre de recherches révolutionnaires et romantiques de Clermont-Ferrand73.

  • 74 Patrice Gueniffey, La politique de la Terreur, op. cit., p. 9-10.
  • 75 Je me permets de renvoyer, à propos de l’enseignement de Michel Vovelle dans ce sens, à Anna Maria (...)
  • 76 Par exemple, Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989 ; Id., Échec (...)

22Je ne crois pas que l’on puisse imputer le « récent désintérêt des historiens » pour 1793 au « déclin de l’histoire sociale » et « plus encore, [à] l’effondrement, avec le communisme, des espoirs placés dans la révolution », comme l’a écrit Patrice Gueniffey. On ne comprendrait pas, autrement, l’intérêt accru pour 1789, qui aurait gagné « le privilège d’avoir consommé la rupture avec l’Ancien Régime et, plus encore, la réputation […] de dévoiler le sens profond de la Révolution française »74. Les rapports entre l’historiographie et l’actualité sont des rapports très profonds mais aussi très compliqués, qui ne sont jamais – sauf, évidemment, et trop souvent, que sous la plume des publicistes – des rapports de simple reflet. Pour m’en tenir ici au seul terrain historiographique, qui est le nôtre, je dirais plutôt qu’il s’agit d’un désintérêt apparent, et que les interprétations et les polémiques idéologiques ont, au moins en partie, cédé le camp à une multiplicité d’études concrètes, biographiques, régionales, politiques et sociales, sur la pensée, le langage, les pratiques de cette première expérience démocratique de la France moderne et, en partie, de l’Europe. Ce qui revient aussi à rappeler que c’est d’une histoire politique renouvelée dont on parle quand on signale sa « redécouverte » ou sa « revanche », qui ne peut et ne sait se séparer de l’histoire sociale, économique et culturelle75. Une histoire dans laquelle l’étude des idées et des théories politiques, qui n’a pas manquée de contributions intéressantes76, et l’étude des formes symboliques, des images et des représentations, se révèlent de plus en plus fructueuses quand elles sont mises en rapport avec les pratiques concrètes de l’« apprentissage de la démocratie ».

23Face à quelques tendances récentes à considérer comme dépassé l’intérêt pour l’an II, sauf sur un plan idéologique ou philosophique, et à promouvoir les études sur une période directoriale et consulaire considérée comme négligée dans le passé, les recherches de ces dernières années démontrent que tout n’a pas été dit sur la période ainsi dite de la Terreur. De plus, en soulignant les compétences politiques et administratives des hommes qui agissent pendant cette période et l’imbrication étroite entre politique et administration, elles contredisent le cliché des révolutionnaires comme des hommes inspirés par des idées politiques abstraites, et démentent en même temps l’image d’une décennie révolutionnaire partagée entre une première phase toute politique – et de démolition –, suivie par une séquence toute administrative, et constructrice. Un lieu commun dur à mourir même dans le cas du « triennio » italien par rapport à l’époque napoléonienne.

  • 77 Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre, art. cit., p. 93.
  • 78 Que j’ai moi-même traduit en italien : Michel Vovelle, La scoperta della politica, geopolitica del (...)
  • 79 De ce point de vue il faudra rappeler aussi l’important travail de Timoty Tackett, Becoming a Revo (...)
  • 80 Haim Burstin, La politica alla prova. Appunti sulla rivoluzione francese, Milano, Franco Angeli, 1 (...)

24Pour reprendre enfin les quelques questions que j’avais posées au début, l’historiographie italienne a continué à montrer un intérêt constant pour la Révolution française et depuis les années 70 a produit de nombreuses études qui peuvent s’inscrire directement dans le renouvellement d’approches que je viens d’évoquer, certes trop longuement et tout de même de façon trop schématique et bien loin d’être exhaustive. Haim Burstin a récemment évoqué les raisons qui le poussèrent au début de ces années à étudier l’histoire économique, sociale et politique du Paris révolutionnaire : le « grand renouveau de l’histoire parisienne » qui avait été réalisée pendant les deux décennies précédentes ; et la « vague de contestation sociale et politique » de la fin des années 6077. Histoire et politique, encore une fois, se nouaient autour de l’étude de la Révolution française. Dans son ouvrage on peut retrouver ce même souci d’abandon de tout déterminisme entre choix politiques et appartenances sociales qui a caractérisé l’historiographie de ces dernières décennies, et dont la Géopolitique de Michel Vovelle donne un bilan emblématique78 ; sans pour autant renoncer à s’interroger sur le jeu des influences et des médiations multiples qui portent en révolution à cueillir les imbrications du social et du politique79. On doit à Burstin une considération attentive des rapports entre l’événement et les dynamiques politiques qui s’en suivent, au delà de tout téléologisme, non seulement au centre mais dans la vie quotidienne ; et des rapports entre un 1789 et un 1793 qui ne sont pas séparables80.

  • 81 Paolo Viola, Il trono vuoto. La transizione della sovranità nella rivoluzione francese, Torino, Ei (...)
  • 82 Paolo Viola, Il crollo dell’antico regime. Politica e antipolitica nella Francia della Rivoluzione(...)

25Haim Burstin, Angela Groppi, Paolo Viola, moi-même, nous retrouvions tous dans l’Institut d’histoire de la Révolution française un lieu fondamental de rencontre internationale et de sollicitation scientifique. Les temps avaient changés par rapport aux premières recherches italiennes dans le camp révolutionnaire, on pouvait enfin puiser directement et largement aux sources bibliographiques et aux archives françaises. Pour Paolo Viola aussi, élève de Furio Diaz à l’École Normale de Pise, sa recherche sur le problème de la transition de la souveraineté se liait directement à son « expérience personnelle de l’espoir révolutionnaire »81. Ses études sur la Révolution et sur le jacobinisme témoignent d’une approche renouvelée d’histoire politique, attentive en même temps aux discours et aux événements, et sensible aux sollicitations de l’anthropologie. On y retrouve aussi cette nouvelle considération des rapports entre mouvement fédératif et fédéralismes82, sur laquelle j’ai déjà évoqué les contributions d’Antonino De Francesco.

  • 83 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Prefazione di Giuse (...)
  • 84 Sergio Luzzatto, Il Terrore ricordato. Memoria e tradizione dell’esperienza rivoluzionaria, Torino (...)
  • 85 Regina Pozzi, Hippolyte Taine. Scienze umane e politica nell’Ottocento, Venezia, Marsilio, 1993.
  • 86 Recueillis dans Regina Pozzi, Tra storia e politica. Saggi di storia della storiografia, Napoli, M (...)
  • 87 Gli agenti civili della Francia rivoluzionaria in Italia, Serie II (1795-1799), vol. I (2 novembre (...)
  • 88 Pasquale Villani, Rivoluzione e diplomazia. Agenti francesi in Italia (1792-1798), Presentazione d (...)
  • 89 Manuela Albertone, Una scuola per la rivoluzione. Condorcet e il dibattito sull’istruzione 1792/17 (...)
  • 90 Lorenzo Renzi, La politica linguistica della rivoluzione francese, Napoli, Liguori, 1981.
  • 91 Erica Joy Mannucci, Il Patriota e il vaudeville. Teatro, pubblico e potere nella Parigi della Rivo (...)
  • 92 Gabriele Magrin, Condorcet : un costituzionalismo democratico, Milano, Franco Angeli, 2001.
  • 93 On m’excusera si je me limite à signaler le volume édité par Vittor Ivo Comparato, Modelli nella s (...)

26Pendant les mêmes années 70, j’entreprenais mes recherches sur l’émigration politique italienne en France, qui me menaient à approfondir, d’une part, les problèmes généraux de l’ainsi dit cosmopolitisme révolutionnaire et des imbrications entre politique étrangère et vie politique en France, et de l’autre les rapports entre les patriotes italiens et le mouvement républicain démocrate français, en particulier dans la saison « néo-jacobine » de 1799, dont je montrais le lien étroit avec la « question italienne »83. Dans les années suivantes Sergio Luzzatto, à son tour élève de Furio Diaz et de Paolo Viola, dédiait ses recherches à la mémoire de la Terreur et à la France d’après Thermidor84. Encore faut-il rappeler les études de Regina Pozzi sur Hippolyte Taine85, sur Thierry, Guizot, Jaurès, sur le jacobinisme dans l’historiographie française du XIXe siècle86 ; le recueil de documents des agents civils français en Italie édité par Mario Leonardi87 ; le tout récent travail de Pasquale Villani sur la diplomatie italienne de la France de 1792 à 179888. Sans oublier les contributions de Manuela Albertone sur les problèmes de l’instruction publique89, de Lorenzo Renzi sur le « jacobinisme linguistique »90, d’Erica Joy Mannucci sur le théâtre patriotique91, les études d’histoire constitutionnelle déjà citées de Pasquale Pasquino, Roberto Martucci, Gabriele Magrin92, les nombreuses recherches d’histoire de la pensée politique93.

  • 94 Là aussi je ne peux rappeler que quelques titres : Angela Groppi, Walter Markov, Francesco Pitocco(...)

27Il ne s’agit que de quelques repères épars : encore faudrait-il tenir compte des nombreuses recherches menées dans le cadre d’autres disciplines, des études littéraires ou de l’histoire des sciences, par exemple, étant données la multiplication et la fragmentation croissantes des spécialités qui s’est réalisée en Italie comme ailleurs. Mais ils suffiront, j’espère, pour signaler l’enrichissement et le renouvellement de l’historiographie italienne sur le jacobinisme, qui a suivi et accompagné les acquis de l’historiographie française et anglo-saxonne. Le débat entre historiographie dite « classique » et historiographie dite « révisionniste » sur la Révolution, qui a été suivi de façon attentive et parfois passionnée en Italie, grâce aussi aux traductions des ouvrages de François Furet94, a contribué pour sa part à ranimer l’attention pour la question du jacobinisme historique d’un côté et de son mythe de l’autre.

  • 95 On trouvera une bibliographie complète dans Anna Maria Rao-Massimo Cattaneo, « L’Italia e la Rivol (...)
  • 96 Je me permets de renvoyer à mon introduction à la bibliographie citée.
  • 97 Michel Vovelle, Il triennio rivoluzionario italiano visto dalla Francia (1796-1799), Napoli, Guida (...)
  • 98 Françoise Brunel, Thermidor. La chute de Robespierre, Paris, Complexe, 1989.

28Il serait trop long de signaler, finalement, les retombées des changements de l’historiographie française dans les études sur le triennio républicain italien 1796-1799, d’autant plus que le Bicentenaire a contribué à multiplier les études sur cette période95. Je me limiterai à souligner que l’histoire du triennio a été elle aussi profondément renouvelée par les études des deux dernières décennies, en parallèle avec le renouveau plus général de l’historiographie sur la Révolution française. Laissant de côté les questions de terminologie et la recherche de modèles politiques abstraits, les études se sont plutôt orientées vers la reconstruction concrète de la pensée et de l’action des patriotes engagés dans le mouvement révolutionnaire et républicain, dans la voie de la biographie individuelle ou collective. On a approfondi les recherches au niveau régional, suivant les spécificités des différents contextes locaux, pour étudier les politiques économiques, religieuses, sociales, urbaines menées dans les différentes villes et républiques sœurs. Au niveau national, les études sur les transformations du langage et sur la pensée démocratique, sur les catéchismes républicains, sur la littérature destinée au peuple, ont renouvelé de façon décisive la connaissance non seulement de nos jacobins mais du mouvement républicain italien dans son ensemble. On connaît mieux le rôle des agents français en Italie, leurs rapports avec les patriotes italiens, et plus en général les rapports entre ceux-ci et le mouvement républicain français96. Du terrain de l’« exportation » de la Révolution et de l’expansion de la Grande Nation on est passé à celui des échanges mutuels et des « regards croisés »97. Le jacobinisme n’est plus un modèle figé, mais un mouvement fait d’histoires individuelles et de luttes collectives, de décisions politiques prises dans le vif des affrontements internes et internationaux presque au jour le jour, de théories et d’idées héritées du monde des Lumières et de la pensée classique, mais refondues sous l’impact de l’événement – vécu et reconstruit –, de la « découverte » des masses, de l’explosion de la violence, des contraintes économiques et sociales, de la guerre. Le cas italien confirme ce que l’historiographie française avait dit depuis longtemps et à plusieurs reprises, que le 9 thermidor n’est pas « le chant funèbre d’une “révolution défunte« »98, que le jacobinisme ne finit pas avec la mort de Robespierre ni avec la fermeture des sociétés populaires, qu’il survit dans la vie politique du Directoire, ultérieurement modifié par les événements et par leurs représentations, et dans l’héritage de la Révolution française dans son ensemble, se transformant encore une fois, pour devenir un « jacobinisme transhistorique ». Mais les études de cas, les biographies, les monographies régionales, les études des pratiques politiques, des symboles et des représentations, de la presse, des écrits et de la sociologie de l’information, nous mettent aussi en garde contre toute tentation de faire du jacobinisme (français et européen) une sorte de concept éternel, de dissoudre une expérience historique fondatrice et révélatrice dans une catégorie idéologique abstraite où tout le monde est jacobin et démocrate et personne ne l’est plus. Étape fondamentale de la vie de quelques milliers d’hommes, dont certains en gardèrent longuement le souvenir et parfois les principes, le jacobinisme reste une étape fondamentale de la décennie révolutionnaire et de l’histoire de la construction de la démocratie moderne, qui demande encore à être interrogée, en France et en Europe.

Notes

1 « Sai che è morto Georges Lefebvre ? Veramente un’epoca degli studi francesi si chiude. Da lontano si vede come, malgrado tutte le differenze, Lefebvre fosse ancora legato alla grande tradizione, cominciata all’inizio dell’ottocento, degli storici della Rivoluzione Francese. Ora gli studi internazionali, per quanto giusti, e quelli di storia sociale ed economica, per quanto necessari, si allontanano dalla visione d’una grande rivoluzione francese ». Cf. Leo Valiani-Franco Venturi, Lettere 1943-1979, a cura di Edoardo Tortarolo, Introduzione di Giorgio Vaccarino, Firenze, La Nuova Italia, 1999, p. 293.

2 Lettre à Giorgio Agosti, dans « Franco Venturi : lettere da Mosca (1947-1948) », a cura di Aldo Agosti e Giovanni De Luna, Passato e presente, XIII, 1995, p. 108-109, citée par Ettore Cinnella, « Franco Venturi storico del populismo russo », Il coraggio della ragione. Franco Venturi intellettuale e storico cosmopolita, a cura di Luciano Guerci e Giuseppe Ricuperati, Torino, Fondazione Luigi Einaudi, 1998, p. 311.

3 Maurice Aymard, « Tempi e spazi della rivoluzione. Per un bilancio storiografico e nuove prospettive di ricerca », Veneto e Lombardia tra rivoluzione giacobina ed età napoleonica. Economia, territorio, istituzioni, a cura di Giovanni Luigi Fontana e Antonio Lazzarini, Roma-Bari, Laterza, 1992, p. 11-21 : 13.

4 Sur une plus longue durée, par exemple, le numéro des Annales historiques de la Révolution française sur Paysanneries et communautés villageoises de l’Europe du Nord-Ouest, 1999, 2, n. 315, démontre la tenue de l’histoire économique et sociale : voir en particulier la bibliographie recueillie par Michel Biard et Serge Bianchi, La terre et les paysans pendant la Révolution française. Une orientation bibliographique, p. 163-182. Voir aussi Les caractères originaux de l’histoire rurale de la Révolution française, Recueil d’articles publiés dans les Annales historiques de la Révolution française de 1924 à 1998, Choisis et présentés par Florence Gauthier et Claudine Wolikow, Bibliothèque d’histoire Révolutionnaire, Nouvelle Série, n° 4, Paris, Sociétés des Études Robesperristes-Phénix Éd., 1999 ; et le cahier spécial de Rives nord-méditerranéennes, n.° 5, 2000, dédié à Paysans et pouvoir local : le temps des révolutions, par Christine Peyrard.

5 Les colloques du Bicentenaire, Répertoire des rencontres scientifiques nationales et internationales présenté par Michel Vovelle avec la collaboration de Danielle Le Monnier, Paris, La Découverte-Institut d’histoire de la Révolution française, 1991, p. XXX. Voir aussi Recherches sur la Révolution. Un bilan des travaux scientifiques du Bicentenaire, sous la direction de Michel Vovelle, Textes rassemblés par Antoine de Baecque, Paris, La Découverte-Institut d’histoire de la Révolution française, 1991, en particulier p. 45-139.

6 Michel Vovelle, « Du tout social au tout politique » et C. Mazauric, « Vrai ou faux tournant dans l’historiographie révolutionnaire ? Exposé introductif à la “session« », AHRF, 1997, n° 4, p. 545-554, 555-565. Plus en général, voir aussi Jean Boutier, « L’Ancien Régime senza politica ? Riflessioni su un secolo di storiografia francese », Ricerche storiche, XX, 1990, p. 73-97 ; Jean F. Sirinelli, « Le retour du politique », Écrire l’histoire du temps présent, préface de Robert Frank, Paris, Éd. du CNRS, 1993, p. 263-74.

7 Haim Burstin, Francia 1789 : la politica e il quotidiano, Torino, Einaudi, 1994, p. 15-36.

8 Patrick Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, Préface de Michel Vovelle, Paris, CNRS, 2000, p. 120-121.

9 Raymond Grew, « The Paradoxes of Italy’s Nineteenth-Century Political Cultural », Revolution and the meanings of freedom in the Nineteenth Century, Edited by Isser Woloch, Stanford, California, Stanford University Press, 1996, p. 212-245.

10 Pour une synthèse, voir la Storia d’Italia, 1. Le premesse dell’Unità dalla fine del Settecento al 1861, a cura di Giovanni Sabbatucci e Vittorio Vidotto, Roma-Bari, Laterza, 1994, en particulier Antonino De Francesco, Ideologie e movimenti politici, p. 229-336.

11 Je renvoie à ma Préface à Alfonso Perrella, L’anno 1799 nella Provincia di Campobasso. Memorie e narrazioni documentate con notizie riguardanti l’intiero ex Regno di Napoli, Caserta, Tipografia di Vincenzo Majone, 1900, edizione anastatica, Ferrazzano (CB), Edizioni Enne, 2000, p. VII-XXX.

12 Cf. Furio Diaz, L’incomprensione italiana della Rivoluzione francese. Dagli inizi ai primi del Novecento, Torino, Bollati Boringhieri, 1989, p. 8 ; Giuseppe Giarrizzo, Per la Francia, per la libertà. La Sicilia tra due centenari, 1882-1889, Acireale, Giuseppe Bonanno, 1989, Introduzione, p. 11-17.

13 Cf. Giuseppe Sorge, Interpretazioni italiane della Rivoluzione francese nel secolo decimonono, Roma, Edizioni dell’Ateneo, 1973 ; Claudio Vivanti, « Le polemiche sulla Rivoluzione francese in Italia negli anni intorno al primo centenario », La storia della storiografia europea sulla Rivoluzione francese (Relazioni Congresso maggio 1989), Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1990, II, p. 435-458 ; Armando Saitta, « La storiografia italiana sulla Rivoluzione francese : echi e silenzi », ibid., p. 491 et suivantes ; Luciano Guerci, « Alessandro Manzoni e il 1789 », Mentalità e cultura politica nella svolta del 1789, a cura di Paolo Viola, Studi settecenteschi, 10, Napoli, Bibliopolis, 1987, p. 229-253 ; Giovanni Spadolini, L’Italia e la Rivoluzione francese nel primo centenario dell’89, Firenze, Le Monnier, 1989.

14 Furio Diaz, L’incomprensione italiana, op. cit.

15 Je me permets de renvoyer à ce sujet à mon « Un héritage hors de France : les institutions culturelles italiennes et la Révolution française », Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès, sous la direction de C. Peyrard et M. Vovelle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 131-145.

16 Voir, par exemple, la préface à la 3e éd. de son Materialismo storico ed economia marxistica (1ère éd. 1899), Bari, Laterza, 1917, p. XIII.

17 Cf. Piero Craveri, « Gli appunti inediti dei corsi universitari di Antonio Labriola sulla Rivoluzione francese », Archivio storico per le province napoletane, CX, 1992, p. 331-350 ; Luigi Dal Pane, Antonio Labriola nella politica e nella cultura italiana, Torino, Einaudi, 1975 ; Innocenzo Cervelli, « Antonio Labriola », L’albero della rivoluzione. Le interpretazioni della Rivoluzione francese, a cura di Bruno Bongiovanni e Luciano Guerci, Torino, Einaudi, 1989, p. 338-342.

18 Sur sa genèse, voir la Préface de Franco Venturi dans Gaetano Salvemini, La Rivoluzione francese (1788-1792), Milano, Feltrinelli, 1962, p. V-XV. Voir aussi Massimo L. Salvadori, Gaetano Salvemini, Torino, Einaudi, 1963 ; Alessandro Galante Garrone, Salvemini e Mazzini, Messina-Firenze, D’Anna, 1981 ; Nicola Tranfaglia, « Gaetano Salvemini », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 563-567. Sur Salvemini, cf. Gaetano Salvemini, Bari, Laterza, 1959 ; Atti del Convegno su Gaetano Salvemini, Firenze 8-10 novembre 1975, a cura di Ernesto Sestan, Milano, Il Saggiatore, 1977 ; Gaetano Salvemini tra politica e storia, a cura di Gaetano Cingari, Roma-Bari, Laterza, 1986.

19 Diaz, L’incomprensione italiana, op. cit., p. 77. Voir aussi Walter Maturi, « Gli studi di storia moderna e contemporanea », Cinquant’anni di vita intellettuale italiana 1896-1946. Scritti in onore di Benedetto Croce per il suo ottantesimo compleanno, a cura di Carlo Antoni e Raffaele Mattioli, Napoli, Esi, 1950, vol. I, p. 257 : « Le grand mérite d’avoir commencé la problématique moderne dans le champ des études historiques de la Révolution française au Risorgimento revient à Gaetano Salvemini. Avant Salvemini l’histoire de la Révolution française en Italie était troublée par les sentiments et les ressentiments du Risorgimento ».

20 Cf. Gian Carlo Jocteau, « Giuseppe Maranini », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 435-440.

21 Guglielmo Ferrero, Les deux révolutions françaises, 1789-1796, a cura di L. Monnier, Neuchâtel, 1951. Cf. Luisa Mangoni, « Guglielmo Ferrero », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 190-193.

22 Recueillis ensuite dans le volume Filippo Buonarroti e altri studi, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1971.

23 Delio Cantimori, Utopisti e riformatori italiani (1794-1847). Ricerche storiche, Firenze, Sansoni, 1943.

24 Recueillis ensuite dans son Filippo Buonarroti. Contributo alla storia della sua vita e del suo pensiero, 2 vol, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1950-1951 (2e éd. 1972).

25 Torino, Einaudi, 1948.

26 Pia Onnis Rosa, « Les études italiennes sur l’histoire de la Révolution française de 1940 à 1949 », AHRF, XXII, 1950, p. 358-361, réédité dans son Filippo Buonarroti, op. cit., p. 146-151. Voir aussi Paolo Alatri, « Studi sulla Rivoluzione francese », Società, V, 1949, p. 705-709.

27 Armando Saitta, Le Costituenti francesi del periodo rivoluzionario 1785-1795, Firenze, Sansoni, 1946.

28 Felice Battaglia, La libertà e l’eguaglianza nelle dichiarazioni francesi dei diritti dal 1789 al 1795, Bologna, Zanichelli, 1946.

29 Cf. G.C. Jocteau, Giuseppe Maranini, op. cit., p. 440.

30 Luigi Salvatorelli, Leggenda e realtà di Napoleone, Torino, Francesco De Silva, 1944.

31 Adolfo Omodeo, L’età del Risorgimento italiano, 1931, 4e éd. (1942), réédité pour l’Istituto italiano di studi filosofici par Vivarium, Napoli, 1996.

32 « L’altro punto – più grave – è quello della monarchia. Voi avete la preoccupazione di salvarla. Considerate se val la pena separare le forze rinnovatrici per questo rimpianto… Voi dite : “dubito che gli Italiani non sian maturi per la repubblica”. Non entro in discussione in questa asserzione. Dico solo che essa è un dubbio in sede storica e non vale in sede politica. L’immaturità deve rivelarsi a traverso l’esperienza e non può essere anticipata. Anche nel 1791 i Francesi non eran maturi per la repubblica, ma dopo la fuga di Varennes la monarchia era impossibile ; e Barnave, Bailly, e Lafayette sbagliarono tentando di conservarla : l’anno dopo Danton e Marat creavano loro la repubblica. E poi noi, versati nella storia, non dobbiamo farci illusione. Quando si attacca un re bisogna portare il colpo a fondo, e diffidare dei discendenti, anche se sono in fasce ». Lettere di Omodeo a Croce, Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Napoli, vol. XVIII, n.s. VI, 1975-1976, p. 130-131.

33 Franco Venturi, Jean Jaurès e altri storici della Rivoluzione francese, Torino, Einaudi, 1948. En ce qui concerne les traductions je renvoie à mon Un héritage hors de France, op. cit., p. 137-141.

34 Alessandro Galante Garrone, Gilbert Romme. Storia di un rivoluzionario, Prefazione di Georges Lefebvre, Torino, Einaudi, 1959.

35 Federico Chabod, Alle origini della rivoluzione francese, a cura di Fausto Borrelli, Firenze, Passigli, 1990.

36 Pour une mise à jour des repères bibliographiques je me permets de renvoyer à Anna Maria Rao, « El jacobinismo italiano (1796-1799) », dans Lluís Roura i Aulinas, Irene Castells (eds.), Revolución y democracia. El jacobinismo europeo, Madrid, Ediciones del Orto, 1995, p. 139-164 ; Id., « L’expérience révolutionnaire italienne », AHRF, n.° 313, 1998, p. 387-407 ; et surtout Anna Maria Rao-Massimo Cattaneo, « L’Italia e la Rivoluzione francese 1789-1799 », dans la mise à jour de la Bibliografia dell’età del Risorgimento in onore di A. M. Ghisalberti, Firenze, Olschki, 2003.

37 Cf. Leonardo Paggi, « Giacobinismo e società di massa in Gramsci », Il modello politico giacobino e le rivoluzioni, a cura di Massimo L. Salvadori e Nicola Tranfaglia, Firenze, La Nuova Italia, 1984, p. 223-239 ; G.C. Jocteau, « Antonio Gramsci », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 237-246.

38 « Fare gl’Italiani, vale a dire rendere tutti gl’Italiani eguali, è concetto giacobino, perché le nazioni non si fanno, come le frittate ». Giuseppe Ferrarelli, Memorie militari del Mezzogiorno d’Italia, con Prefazione di B. Croce, Bari, Laterza, 1911, p. 2.

39 Gaetano Salvemini, op. cit., p. 294-304.

40 Être républicain et démocrate sous le Directoire, numéro spécial des AHRF, n° 308, 1997 ; Le tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, sous la direction de Michel Vovelle, Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (120e, Aix-en Provence, 23-29 octobre 1995), Paris, Éd. du CTHS, 1997 ; La République directoriale, Textes réunis par Philippe Bourdin et Bernard Gainot, Actes du Colloque de Clermont-Ferrand, 22, 23, 24 mai 1997, Clermont-Ferrand, Bibliothèque d’histoire révolutionnaire nouvelle, Série n° 3, 1998 ; Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Du Directoire au Consulat, 1, Le lien politique local dans la Grande Nation, Table ronde organisée à Valenciennes les 13 et 14 mars 1998, Lille, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 1999 ; Hervé Leuwers éditeur, avec la collaboration de Jacques Bernet et Jean-Pierre Jessenne, Du Directoire au Consulat, 2, L’intégration des citoyens dans la Grande Nation, Table ronde organisée à Lille les 12 et 13 mars 1999, ibid., 2000 ; Jean-Pierre Jessenne éditeur, avec la collaboration de Martine Aubry, Jacques Bernet, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Christine Le Bozec, Hervé Leuwers, Du Directoire au Consulat, 3, Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, Colloque organisé à Rouen les 23 et 24 mars 2000, ibid., 2001 ; Pascal Dupuy, Jean-Pierre Jessenne, Christine Le Bozec éditeurs, avec la collaboration de M. Aubry, L. Féron, G. Galiana, Y. Marec, A. Sentilhes, S. Thibault, Du Directoire au Consulat, 4, L’institution préfectorale et les collectivités territoriales, Préface de M.B. Fontenaist, ibid., 2001.

41 Cf. Terminer la Révolution. Mounier et Barnave dans la Révolution française, sous la direction de François Furet et Mona Ozouf, Grenoble, Presses Universitaires, 1990.

42 Pour une toute récente discussion de la question on verra Terminée la Révolution…, IVe colloque européen de Calais, Textes réunis par Michel Biard, Bulletin des Amis du Vieux Calais, n° hors série, 2002.

43 Cf. Anna Maria Rao, « Jacques Godechot e Robert Palmer », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 228-231, 515-519.

44 Eric J. Hobsbawm, The Age of Revolution 1789-1848, New York, Mentor Book, 1962.

45 Michel Vovelle, I giacobini e il giacobinismo, Roma-Bari, Laterza, 1998; Id., Les jacobins de Robespierre à Chevènement, Paris, La découverte, 1999.

46 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La découverte, 1993.

47 Atlas de la Révolution française, sous la direction de Serge Bonin et Claude Langlois, 6, Les sociétés politiques, direction scientifique Jean Boutier, Philippe Boutry, Direction graphique Serge Bonin, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociale, 1992.

48 Les fédéralismes. Réalités et représentations 1789-1874, Actes du Colloque de Marseille septembre 1993, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995.

49 Antonino De Francesco, Il sogno della repubblica. Il mondo del lavoro dall’Ancien Régime al 1848, Milano, Franco Angeli, 1983 ; Id., Il governo senza testa. Movimento democratico e federalismo nella Francia rivoluzionaria, 1789-1795, Napoli, Morano, 1992.

50 William D. Edmonds, « Successes and Excesses of Revisionits Writing about the French Revolution », European History Quarterly, 17, 1987, p. 195-217.

51 William D. Edmonds, Jacobinism and the Revolt of Lyon 1789-1793, Oxford, Clarendon Press, 1990.

52 Ted W. Margadant, Urban Rivalries in the French Revolution, Princeton, University Press, 1992. Voir aussi Hubert C. Johnson, The Midi in Revolution. A study of Regional Political Diversity 1789-1793, Princeton, University Press, 1986; Alan Forrest and Philip Jones eds., Reshaping France. Town, country and region during the French Revolution, Manchester-New York, Manchester University Press, 1991.

53 Michel Vovelle, « Ouverture du Colloque », L’An I et l’apprentissage de la démocratie, sous la direction de Roger Bourderon, Actes du Colloque organisé à Saint-Ouen les 21, 22, 23, 24 juin 1993 par le Comité Idéaux de 89 en 93 (Conseil général de la Seine Saint-Denis) et la ville de Saint-Ouen, sous la direction scientifique de l’Institut d’histoire de la Révolution française (Université Paris I), et avec la participation du Centre de recherches historiques comparées sur la transition du monde contemporain (Université de Rouen), Préface Robert Clément, Président du Conseil général de la Seine Saint-Denis, Saint-Amand-Montrond, Éd. PSD Saint-Denis, 1995, p. 21.

54 Claudine Wolikow, « 1789-an III : l’émergence de la “démocratie représentative« », ibid., p. 53-69.

55 Luciano Guerci, « Democrazia rappresentativa » : definizioni e discussioni nell’Italia del triennio repubblicano (1796-1799), dans L’Europa tra illuminismo e restaurazione. Scritti in onore di Furio Diaz, a cura di Paolo Alatri, Roma, Bulzoni, 1993, p. 227-275 ; Id., Istruire nelle verità repubblicane. La letteratura politica per il popolo nell’Italia in rivoluzione (1796-1799), Bologna, Il Mulino, 1999.

56 Roberto Martucci, L’ossessione costituente. Forma di governo e costituzione nella Rivoluzione francese (1789-1799), Bologna, Il Mulino, 2001. Voir aussi Constitution & Révolution aux États-Unis d’Amérique et en Europe (1776-1815), Sous la direction de Roberto Martucci, Macerata, Laboratorio di storia costituzionale, 1995.

57 Serge Aberdam, L’élargissement du droit de vote entre 1792 et 1795 au travers du dénombrement du Comité de division et des votes populaires sur les constitutions de 1793 et 1795 (soutenue en Sorbonne le 15 février 2001) : cf. AHRF, n.° 327, 2002, p. 106-118. Sur la mise en application du droit de vote il faut aussi rappeler l’ouvrage collectif Voter, élire pendant la Révolution française, 1789-1799. Guide pour la recherche, Paris, Éd. du CTHS, 1999. Mais, sur cet aspect, je renvoie à la contribution de Malcolm Crook dans ce même volume. À la Constitution de 1793 a été aussi dédié le Colloque de Dijon des 16 et 17 septembre 1993 : La Constitution du 24 juin 1793. L’utopie dans le droit public français ?, Textes réunis par Jean Bart, Jean-Jacques Clère, Claude Courvoisier et Michel Verpeaux, Coordination Françoise Naudin-Patriat, Dijon, Éd. Universitaires, 1997.

58 Jacques Guilhaumou, La langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Klincksieck, 1989 ; Raymonde Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1994 ; Id., « “Démocratie représentative” ou “république démocratique« : de la querelle des mots (république) à la querelle des anciens et des modernes », AHRF, n° 325, 2001, p. 1-21. Voir aussi Langages de la Révolution (1770-1815), Actes du 4e colloque international de lexicologie politique, Collection “Saint-Cloud” dirigée par Annie Geffroy, 1995 ; plus en général, il faut renvoyer à l’activité du laboratoire de Saint-Cloud et au Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815).

59 Pierre Serna, Antonelle. Aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Préface de Michel Vovelle, Paris, Éd. du Félin, 1997 ; Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Préface de Jean-Clément Martin, Éd. du CTHS, 2001.

60 Pasquale Pasquino, Sieyes et l’invention de la constitution en France, Paris, Éd. Odile Jacob, 1998 ; Jacques Guilhaumou, Sieyès et l’ordre de la langue, Paris, Kimé, 2002.

61 Patrice Higonnet, Goodness beyond Virtue. Jacobins during the French Revolution, Harvard University Press, 1998.

62 Patrice Gueniffey, La politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire 1789-1794, Paris, Fayard, 2000 (p. 198 pour la citation).

63 Ibid., p. 226.

64 Arno Mayer, Les Furies, Paris, Fayard, 2002 (ed. or. 2000).

65 Sophie Wahnich, La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique éd., 2003, p. 21, 25.

66 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), Paris, Éd. du CTHS, 2002. On verra aussi Élisabeth Liris, L’Allier en Révolution. Sur les pas de Joseph Fouché, représentant en mission, Saint-Julien-Chapteuil, Éd. du Roure, 2000 ; Jean-Louis Ménard, Jean-Baptiste Lecarpentier, représentant du peuple délégué par la Convention nationale dans le département de la Manche et autres environnants, préface de Claude Mazauric, Bricqueboscq, éd. Des champs, 2001 ; Florent Robin, Les représentants en mission dans l’Isère : chronique d’une Terreur « douce » (1793-1795), Paris, Association pour le développement de l’histoire économique, 2002.

67 Contre lequel voir Michel Vovelle, La découverte de la politique, op. cit.

68 Les Jacobins du Midi, Actes recueillis par Michel Péronnet (Montpellier, 25-27 septembre 1989), Montpellier, Commission Régionale d’Histoire de la Révolution Française Languedoc-Roussillon, 1990.

69 Jean Boutier, Campagnes en émoi. Révoltes et Révolution en Bas-Limousin 1789-1800, Lettre-préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Treignac, « Les Monédières », 1987 ; Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village & Révolution. Artois 1760-1848, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987 ; Jacques Guilhaumou, Marseille Républicaine (1791-1793), Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1992 ; Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires : le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Blaise Pascal, 1995 ; Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française - naissance des options collectives, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1996 ; Christine Peyrard, Les jacobins de l’Ouest : sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse Normandie, 1789-1799, préface de Michel Vovelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ; Danièle Pingué, « Les Jacobins de province et Paris : le cas franc-comtois », AHRF, n° 330, 2002, p. 101-113. Sur le rôle exercé par la Commission d’histoire de la Révolution française dans la promotion des études régionales, cf. Christine Peyrard, « D’une guerre mondiale à l’autre, et de leurs lendemains ou le poids des circonstances », Héritages de la Révolution française, op. cit., p. 43-56.

70 Laurence Constant, Félix Lepeletier de Saint-Fargeau. Un itinéraire, de la Révolution à la monarchie de Juillet, Préface de Michel Vovelle, Paris, Découvrir, 1995 ; Pierre Serna, Antonelle, op. cit. ; Michel Biard, Collot d’Herbois : légendes noires et Révolution, Lyon, Presses Universitaires, 1995 ; Stefan Lemny, Jean-Louis Carra (1742-1793). Parcours d’un révolutionnaire, préface d’Emmanuel Leroy Ladurie, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Gilbert Romme (1750-1795), Actes du Colloque de Riom (19 et 20 mai 1995), Textes réunis et présentés par Jean Ehrard, Paris, Société des Études Robespierristes, Société des Amis du Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, 1996 ; Michael J. Sydenham, Leonard Bourdon. The Career of a Revolutionary 1754-1807, Waterloo Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 1999; Francesco Mastroberti, Pierre Joseph Briot. Un giacobino tra amministrazione e politica (1771-1827), Napoli, Jovene, 1998 ; Carlo Pancera, Una vita tra politica e pedagogia. Marc-Antoine Jullien de Paris (1775-1848), Presentazione di Jacques Godechot, Fasano, Schena, 1994 ; Marc-Antoine Jullien segretario generale della Repubblica napoletana. Lettere e documenti, a cura di Mario Battaglini, Napoli, Istituto italiano per gli studi filosofici-Vivarium, 1997 ; Eugenio Di Rienzo, Marc-Antoine Jullien de Paris (1789-1848). Una biografia politica, Prefazione di Anna Maria Rao, Napoli, Guida, 1999. À rappeler aussi Philippe Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2000 (sur Pascal-Antoine Grimaud) ; Christine Le Bozec, Lemonnier, un peintre en révolution, Rouen, Publications de l’Université, 2000.

71 Voir, par exemple, le n° 300 des AHRF, 1995, L’an II.

72 Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre : le Faubourg Saint-Marcel (1789-1794), thèse de doctorat d’État, Université de Paris I-Sorbonne, 3 novembre 1999 : cf. AHRF, n° 323, 2001, p. 93-101. Cette thèse complète le projet de recherche dont l’auteur avait publié un premier volet, Le Faubourg Saint Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composition sociale, Paris, Société des études robespierristes, 1983.

73 Images de Robespierre, Actes du colloque international de Naples, 27-29 septembre 1993, Textes réunis par Jean Ehrard avec le concours d’Antoinette Ehrard et de Florence Devillez, Napoli, Vivarium, 1996.

74 Patrice Gueniffey, La politique de la Terreur, op. cit., p. 9-10.

75 Je me permets de renvoyer, à propos de l’enseignement de Michel Vovelle dans ce sens, à Anna Maria Rao, « La Rivoluzione francese e la scoperta della politica », Studi storici, 36, 1995, p. 163-213.

76 Par exemple, Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989 ; Id., Échec au libéralisme, les Jacobins et l’État, Paris, Kimé, 1990.

77 Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre, art. cit., p. 93.

78 Que j’ai moi-même traduit en italien : Michel Vovelle, La scoperta della politica, geopolitica della Rivoluzione francese, Prefazione di Anna Maria Rao, Bari, Edipuglia, 1995.

79 De ce point de vue il faudra rappeler aussi l’important travail de Timoty Tackett, Becoming a Revolutionary. The Deputies of the French National Assembly and the Emergence of a Revolutionary Culture (1789-1790), Princeton, Princeton University Press, 1996, tr. fr. “Par la volonté du peuple« : comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997 (traduit aussi en italien, In nome del popolo sovrano. Alle origini della rivoluzione francese, Roma, Carocci, 2000).

80 Haim Burstin, La politica alla prova. Appunti sulla rivoluzione francese, Milano, Franco Angeli, 1989 ; Id., Francia 1789, op. cit.

81 Paolo Viola, Il trono vuoto. La transizione della sovranità nella rivoluzione francese, Torino, Einaudi, 1989, p. XIV.

82 Paolo Viola, Il crollo dell’antico regime. Politica e antipolitica nella Francia della Rivoluzione, Roma, Donzelli, 1993.

83 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Prefazione di Giuseppe Galasso, Napoli, Guida, 1992.

84 Sergio Luzzatto, Il Terrore ricordato. Memoria e tradizione dell’esperienza rivoluzionaria, Torino, Einaudi, 2000 (1ère éd. 1988), tr. fr. Mémoire de la Terreur : vieux Montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, Presses Universitaires, 1991 ; Id., L’autunno della rivoluzione. Lotta e cultura politica nella Francia del Termidoro, Torino, Einaudi, 1994, tr. fr. L’automne de la révolution : luttes et cultures politiques dans la France thermidorienne, préface de Bronislaw Baczko, Paris, Champion, 2001.

85 Regina Pozzi, Hippolyte Taine. Scienze umane e politica nell’Ottocento, Venezia, Marsilio, 1993.

86 Recueillis dans Regina Pozzi, Tra storia e politica. Saggi di storia della storiografia, Napoli, Morano, 1996.

87 Gli agenti civili della Francia rivoluzionaria in Italia, Serie II (1795-1799), vol. I (2 novembre 1795-26 marzo 1796), a cura di Mario Francesco Leonardi, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1996.

88 Pasquale Villani, Rivoluzione e diplomazia. Agenti francesi in Italia (1792-1798), Presentazione di Anna Maria Rao, Napoli, Vivarium, 2002.

89 Manuela Albertone, Una scuola per la rivoluzione. Condorcet e il dibattito sull’istruzione 1792/1794, Napoli, Guida, 1979.

90 Lorenzo Renzi, La politica linguistica della rivoluzione francese, Napoli, Liguori, 1981.

91 Erica Joy Mannucci, Il Patriota e il vaudeville. Teatro, pubblico e potere nella Parigi della Rivoluzione, Napoli, Vivarium, 1998.

92 Gabriele Magrin, Condorcet : un costituzionalismo democratico, Milano, Franco Angeli, 2001.

93 On m’excusera si je me limite à signaler le volume édité par Vittor Ivo Comparato, Modelli nella storia del pensiero politico, II, La Rivoluzione francese e i modelli politici, Firenze, Leo. S. Olschki, 1989 et à rappeler les études d’Anna Maria Battista, « Il Rousseau dei giacobini », Trimestre, X, 1977, p. 3-22 repris dans le volume collectif Il Rousseau dei giacobini, Urbino, Università degli studi, 1988. Pour un bilan des études italiennes sur la Révolution française dans les années 80, je renvoie à Furio Diaz, « Gli studi sulla rivoluzione francese », Un decennio di storiografia italiana sul secolo XVIII, Atti del Convegno organizzato dalla Società italiana di studi sul secolo XVIII e dall’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici con il patrocinio dell’Istituto della Enciclopedia italiana (Vico Equense, 24-27 ottobre 1990), a cura di Alberto Postigliola, Napoli, Istituto italiano per gli studi filosofici, 1995, p. 213-232.

94 Là aussi je ne peux rappeler que quelques titres : Angela Groppi, Walter Markov, Francesco Pitocco, Albert Soboul, Vittorio Vidotto, La Rivoluzione francese. Problemi storici e metodologici, Quaderni della Fondazione Basso, Milano, Franco Angeli, 1979 ; Il mito della Rivoluzione francese, a cura di Massimo Terni, Milano, Il Saggiatore 1981 ; La società francese dall’Ancien Régime alla Rivoluzione, a cura di Carlo Capra, Bologna, Il Mulino, 1982 (traduction partielle du volume Vom Ancien Régime zur Französischen Revolution. Forschungen und Perspektiven, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1978, avec une introduction de Carlo Capra). Sur le jacobinisme, voir surtout la mise à jour critique de Luciano Guerci, « Giacobinismo e giacobini nella Rivoluzione francese », Il modello politico giacobino, op. cit., p. 66-80. Sur le révisionnisme historique, offre une récente mise à jour Domenico Losurdo, Il revisionismo storico. Problemi e miti, Roma-Bari, Laterza, 2002.

95 On trouvera une bibliographie complète dans Anna Maria Rao-Massimo Cattaneo, « L’Italia e la Rivoluzione francese 1789-1799 », op. cit.

96 Je me permets de renvoyer à mon introduction à la bibliographie citée.

97 Michel Vovelle, Il triennio rivoluzionario italiano visto dalla Francia (1796-1799), Napoli, Guida, 1999, éd. française élargie, Les Républiques-soeurs sous le regard de la Grande Nation 1795-1803. De L’Italie aux portes de l’Empire ottoman, l’impact du modèle républicain français, Paris, L’Harmattan, 2000. Voir aussi Anna Maria Rao, « Bertrand Barère e Vincenzo Cuoco. Come uscire dalla rivoluzione », et Maïté Bouyssy, « Vincenzo Cuoco et Bertrand Barère. Regards croisés pour révolutions perdues », dans Vincenzo Cuoco, Histoire de la Révolution de Naples, ristampa anastatica della traduzione di Bertrand Barère (1807), a cura di Anna Maria Rao e Maïté Bouyssy, Napoli, Istituto italiano per gli studi filosofici-Vivarium, 2001, p. 9-57, 59-108.

98 Françoise Brunel, Thermidor. La chute de Robespierre, Paris, Complexe, 1989.

Auteur

Università di Napoli, Federico II

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540