Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire politique

Y a-t-il une historiographie espagnole de la Révolution ?

Lluís Roura I Aulinas

Texte intégral

  • 1 Ll. Roura, « L’accueil de la Révolution française en Espagne (1789-1795) : guerre et révolution. É (...)

1Douze années auparavant, dans notre rapport présenté au Congrès Mondial pour le Bicentenaire de la Révolution française, nous avons dressé un bilan plutôt maigre et décevant des recherches. La « petitesse du legs historiographique sur l’Espagne et la Révolution française » tenait au fait que « les travaux qui se réfèrent à l’Espagne et à la Révolution [n’étaient pas] abondants ni, en général, particulièrement solides et, encore moins, récents ». Nous étions quand même conscient qu’il convenait d’être attentif « à l’intérêt des nouvelles études en train de paraître »1. Quelques années plus tard, à la veille de la commémoration du Bicentenaire de la révolution libérale espagnole, il nous paraît pleinement justifié de poser la question : où en est l’historiographie espagnole de la révolution ?

2D’abord, le meilleur symptôme réside dans la difficulté de répondre à cette question dans le cadre restreint de l’exposé d’une communication. Nous allons donc nous limiter à quelques observations et réflexions tout au long d’un survol historiographique des recherches de ces dernières années. On l’a compris, il ne s’agit pas directement, et au sens strict, de l’historiographie de la Révolution française, mais plutôt des rapports de l’Espagne avec la Révolution, et surtout de l’historiographie de la Révolution espagnole.

L’Espagne face à la Révolution française (1789-1795)

3L’étude de la période 1789-1795 a bénéficié d’apports récents, qui ont permis de surmonter le vide de l’historiographie au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

  • 2 « Informe : la Guerra de la Convención. Presentación », Studia Historica. Historia Moderna, XII (S (...)
  • 3 J. R. Aymes (éd), España y la revolución francesa, Barcelona, 1989, ed. Crítica.
  • 4 La guerra de España contra la Revolución francesa (1793-1795), Alacant, 1991, ICJGA.
  • 5 Guerra gran a la ratlla de França : Catalunya dins la guerra contra la Revolució francesa (1793-17 (...)
  • 6 Monarquía y gobierno provincial. Poder y constitución en las provincias vascas, Madrid, 1991 CEC.
  • 7 « La Guerra Gran a l’abric de la historiografia catalana », Manuscrits. Revista d’Història Moderna(...)

4En 1994, Gérard Dufour et Emilio La Parra ont présenté un premier bilan des apports sur la période récente, c’est-à-dire depuis 19892. Ils ont signalé l’importance de la publication d’un volume collectif qui se réfère à une pluralité d’aspects conjoncturels au sein du rapport entre l’Espagne et la Révolution française3. Ils ont souligné l’intérêt de la parution d’une étude monographique sur la guerre d’Espagne contre la Révolution, avec toutes ses implications4 ; et aussi de la publication des analyses sur les sociétés qui ont construit des scénarios de guerre au contact direct avec la Révolution, particulièrement la société catalane (Ll. Roura)5 et le pays Basque (J.Mª Portillo)6. Plus récemment enfin, Betlem Castellà a proposé un très intéressant bilan des apports relatifs à l’histoire de la guerre d’Espagne face à la Révolution française, jusqu’en 19997.

  • 8 On peut mentionner, le congrès Révolution et République : l’exception française, Paris, 1992, cf. (...)
  • 9 Cf. M. Vovelle et R. Monnier, Les colloques du Bicentenaire, Paris, 1991, La Découverte, et Ll. Ro (...)

5De nombreux résultats sont consignés dans les actes des colloques organisés à l’occasion de la commémoration de la guerre entre la France et l’Espagne. Dans le même temps, il faut prendre en compte les divers écrits présents dans des colloques plus généraux – nationaux et internationaux – qui dépassent donc la période chronologique susmentionnée8. En tout donc, une pluie d’études spécifiques qui viennent s’ajouter à celles déjà présentées dans les nombreux colloques commémoratifs célébrés en 19899.

  • 10 À part les œuvres déjà mentionnées de J.R. Aymes et Ll. Roura, on peut remarquer l’étude de J. Fàb (...)
  • 11 Quelques textes isolés ont été édités dans la revue Trienio. Ll. Roura a publié aussi quelques cha (...)
  • 12 C’est le cas de l’Historia de España fondé par R. Menéndez Pidal, avec, par exemple, les pages de (...)

6Nous pouvons ainsi témoigner d’une certaine renaissance historiographique autour d’une période qui avait été pendant longtemps presque oubliée. S’y ajoute, dans le même temps, l’essaimage d’articles dans des revues spécialisées (Trienio, Manuscrits, Studia Historica, Hispania, Spagna Contemporanea, L’Avenç...), ainsi que dans des travaux collectifs et des mélanges. Beaucoup moins abondante a été, en revanche, la publication de monographies spécifiques10, ainsi que l’édition de textes de l’époque11. Pour sa part, le nombre de thèses sur la période nous offre un bilan très mince. Par contre, on trouve une présence remarquable de la période comprise entre les années 1789 et 1795, dans l’édition de grandes œuvres de synthèse12.

7Nous pouvons constater, en fin de compte, que l’historiographie non seulement a récupéré la mémoire de la période 1789-1795, mais elle a souligné l’intérêt des événements de ces années par rapport à l’étude des origines de la crise de l’Ancien Régime en Espagne, ainsi que leur répercussion dans la péninsule ibérique de la Révolution française. L’étude de la politique et de la guerre, en effet, a été menée avec la volonté de ne pas réduire l’approche historique à la seule réhabilitation d’une simple mémoire événementielle.

De la période des guerres de la Révolution à l’occupation napoléonienne (1795-1808)

8Cette période, sur laquelle nous manquons encore d’une étude globale et approfondie, est perçue, dans les études ponctuelles ainsi que dans les grandes synthèses, comme très significative pour la compréhension des grands événements postérieurs.

  • 13 Congreso Internacional Manuel Godoy (1767-1851), Castuera-Olivenza-Badajoz (del 3 al 6 de octubre (...)

9L’intérêt de l’historiographie espagnole pour la période du Directoire, du Consulat et des premières années de l’Empire napoléonien est plutôt centré sur la politique intérieure de la monarchie espagnole, et plus particulièrement autour de la figure de Godoy. Sur ce personnage, on a beaucoup avancé grâce aux études récentes, comme nous venons de le constater la semaine dernière au cours d’un colloque international qui s’est tenu à Badajoz à l’occasion du 150e anniversaire de la mort du Prince de la Paix. On peut se féliciter d’être arrivé à une vision historique de Godoy et du règne de Charles IV capable de sortir de l’ahistoricité et du manichéisme. Sans doute la biographie de Godoy, que vient de terminer le professeur Emilio La Parra, couronnera ce retour historiographique d’un personnage clé pour l’étude des rapports entre l’Espagne et la Révolution française, ainsi que pour le début de la première Révolution espagnole13.

  • 14 Cf. E. La Parra, « La inestabilidad de la monarquía de Carlos IV », Studia Historica. Historia Mod (...)
  • 15 Cf. T. Egido, « El regalismo en España » dans E. La Parra ; J. Pradells (ed.), Iglesia y sociedad (...)

10On sait bien que la Révolution française, et particulièrement la guerre, ont accentué la crise interne de la monarchie espagnole. Une crise économico-financière, mais aussi une crise politique mise spécialement en évidence à travers les secteurs en rivalité dans la lutte pour le pouvoir (qu’ils soient « golillas », « aristocrates », ou réformistes éclairés)14. Les études sur les aspects économiques et financiers n’ont pas été très significatives au cours de la dernière décade. Ce sont plutôt les questions d’histoire politique qui ont attiré l’attention, sans que pour cela la période comprise entre 1795 et 1808 n’ait cessé d’être l’une des plus reléguées par l’historiographie espagnole. Malgré tout, parmi les quelques études qu’il faut retenir, nous trouvons, par exemple, les remarquables apports sur les luttes des partis « politiques » – ou courtisans – déjà mentionnés, ou sur le rapport entre réformisme, régalisme et jansénisme15. On sait maintenant que le régalisme occupe une place centrale dans la monarchie espagnole à la fin du XVIIIe siècle ; qu’il était, plus qu’une pratique politique, une attitude clairement réformiste manifestant la prétention de l’État de s’imposer au pouvoir ecclésiastique. Et c’est précisément l’incapacité du régalisme à s’imposer qui explique le poids du conflit entre l’Église et l’État pendant le processus révolutionnaire espagnol, ainsi que la difficulté d’arriver à une société sécularisée.

  • 16 E. La Parra, La alianza de Godoy con los revolucionarios (España y Francia a fines del siglo XVIII (...)
  • 17 Id., « Les changements politiques en Espagne après Brumaire », AHRF, n° 4, 1999, p. 695-712.

11E. La Parra est l’auteur d’une étude novatrice sur la politique espagnole et ses rapports avec la France pendant les années du Directoire16 ainsi que d’un très intéressant article sur la période du Consulat17. L’époque du Directoire a l’intérêt de se présenter comme une période pendant laquelle les nouvelles idées ont progressé dans l’Espagne de la fin du XVIIIe siècle, grâce au contexte d’une politique marquée par l’alliance entre la monarchie espagnole et la République française. Une alliance qui fût un facteur important de l’éclatement des contradictions internes de la société espagnole.

12En dépit de notre précédente remarque, il faut quand même signaler la publication récente de quelques synthèses importantes sur la période, telle que celle de Teófanes Egido (particulièrement le volume qui vient de sortir sur le règne de Carlos IV, Madrid 2001, ed. Arlanza), ainsi que celle publiée en 1996 par Enrique Giménez (El fin del Antiguo Régimen. El reinado de Carlos IV, Madrid, 1996, ed. Historia 16).

Occupation napoléonienne et première Révolution espagnole (1808-1814)18

  • 18 Pour ce paragraphe, je reprends ce que j’ai présenté plus largement au colloque Napoléon et l’Euro (...)
  • 19 Les œuvres d’historiens tels que Josep Fontana, Miguel Artola ou Alberto Gil Novales, constituent (...)

13Le renouvellement de l’historiographie espagnole de la fin des années soixante-dix et des années quatre-vingt, avait permis de prêter une attention toute particulière à l’étude de la crise de l’Ancien Régime et de la révolution libérale19. Il est bien connu que, dans cette crise, l’occupation napoléonienne et les Cortes de Cadix occupent une place centrale. L’attrait des études historiques pour de ces deux événements va de soi, tout en dépassant les considérations sur leur caractère politico-militaire longtemps dominantes dans l’historiographie. L’élan du renouvellement thématique et méthodologique a permis de disposer à la fin des années quatre-vingt d’un important réseau de nouvelles études locales et régionales dans l’ensemble du territoire péninsulaire et insulaire. Une bonne partie de ces recherches s’insère dans une volonté affirmée de se rapprocher d’une histoire « totale », avec des analyses approfondies sur les sociétés, les économies, les structures, la politique, la culture et, évidemment, la guerre.

  • 20 Cf. les études de G. Dufour et E. La Parra, El clero afrancesado ou Tres figuras del clero afrance (...)
  • 21 Cf. E. La Parra, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, Alicante, 1985, (...)
  • 22 Cf. J. Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid, 1971, Edicusa.
  • 23 Cf. A. Moliner, La Catalunya resistent a la dominació francesa (1808-1812), Basrcelona, 1989, Ed.6 (...)
  • 24 Cf. C. Dérozier, La Guerre d’Indépendance Espagnole à travers l’estampe (1808-1814), Paris-Lille 1 (...)
  • 25 Cf. M. Moreno Alonso, La generación española de 1808, Madrid, 1989, Alianza, et Los españoles dura (...)
  • 26 Cf. J. Fontana et J. Garrabou, Guera y hacienda. La hacienda del gobierno central en los años de l (...)

14Nous constatons de remarquables apports sur divers chantiers d’analyse, parmi lesquels on peut signaler ceux sur l’« afrancesamiento »20, l’Église21, la Contre-révolution et la Réaction22, les institutions et la mobilisation populaire23, l’image, les gravures et l’estampe24, la pensée et la vie quotidienne25, l’impact social et économique de la guerre, etc.26.

  • 27 Cf. surtout les travaux publiés par Joan Mercader, Barcelona durante la ocupación francesa (1808-1 (...)
  • 28 Cf. les études de A. Moliner, La Catalunya resistent a la dominació francesa (1808-1812), Barcelon (...)

15Tout aussi intéressantes sont les études réalisées en Catalogne. Après les travaux sur l’occupation et la domination napoléonienne qui ont été menés jusqu’à la fin des années soixante-dix27, les études ont porté plutôt leur attention sur la résistance à Napoléon, avec de très intéressants apports en matière de comportements et de capacités des sociétés péninsulaires à faire face au phénomène napoléonien28.

  • 29 Par exemple ceux tenus à Aix en Provence en 1984 : Les Espagnols et Napoléon, à Barcelone et Giron (...)

16Cependant, il demeure évident qu’à partir de la fin des années quatre-vingt, les études sur l’époque napoléonienne n’ont pas suscité une attention égale à celle des années antérieures. Mais malgré tout, les historiens les ont maintenues à un niveau qualitativement important, ainsi qu’en témoigne la tenue de divers Congrès sur la crise d’Ancien Régime, la Révolution libérale ou l’impact de la Révolution française en Espagne29, ainsi que les quelques articles qui ont continué de paraître dans les revues spécialisées.

  • 30 W. Napier, History of the War in the Peninsula and the South of France, from the year 1807 to the (...)
  • 31 Aux œuvres déjà citées dans les notes précédentes, on peut ajouter, par exemple, celles de J. Serr (...)
  • 32 Charles Esdaile, The Spanish Army in the Peninsular War, Manchester, 1988.
  • 33 Cf. Esteban Canales, « Patriotismo y deserción durante la Guerra de la Independencia en Cataluña » (...)
  • 34 Cf. John Tone, La guerrilla española y la derrota de Napoleón, Madrid, 1999, ed. Alianza; Ch. J. E (...)

17Tout aussi significatifs sont les apports sur l’un des aspects classiques des études sur la période, ceux relatifs à la guerre. Dans ce domaine, la tradition historiographique anglaise avait été dominante depuis le XIXe siècle, dès les œuvres de W. Napier, en passant par celles de Ch. Oman, jusqu’aux synthèses les plus récentes de Jan Read ou de David Gates30. Mais à côté de cette tradition synthétique sur la guerre et les descriptions des batailles les plus importantes – une tradition non seulement britannique, mais aussi espagnole et française31 – ces dernières années ont vu apparaître un très intéressant renouvellement de l’histoire militaire de la période napoléonienne. Que ce soit par la capacité d’analyse critique32, par l’étude des aspects trop oubliés (tels que les mouvement de résistance à la mobilisation, l’indiscipline, la désertion...)33, ou par un nouveau regard sur un des phénomènes les plus remarquables de la résistance anti-napoléonienne : la guérilla. Ainsi les études récentes sur celle-ci nous montrent, par exemple, une réalité beaucoup moins idéaliste, héroïque ou patriotique que ce que nous en dit le sens commun34.

  • 35 En tant qu’échantillon, on peut rappeler les intéressants apports publiés dans Ayer nº 1, « Las Co (...)

18Nous devons aussi signaler l’intérêt de l’historiographie pour l’étude de la naissance d’un nouveau contexte de la culture politique, autour des débats et de l’œuvre des Cortes de Cadix. Bien que nous ignorons encore beaucoup de choses sur les protagonistes des Cortes (il n’est qu’à constater, par exemple, qu’il n’existe pas encore un dictionnaire biographique des Diputados de Cadix). Reste les apports sur la Constitution espagnole de 1812 qui nous offrent une très intéressante perspective non seulement sur le sens de la révolution libérale espagnole, mais aussi sur son aboutissement dans le cadre de la civilisation européenne et américaine35.

  • 36 Ces actes, déjà cités, viennent de paraître, édités pas J.A. Armillas, La Guerra de la Independenc (...)
  • 37 Congreso Internacional : Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independencia, Pa (...)
  • 38 Actes publiés par Maties Ramisa, Guerra Napoleònica a Catalunya (1808-1814). Estudis i Documents, (...)
  • 39 L’annonce du Congrès international sur les Orígenes del Liberalismo (Salamanca, 2-5 octobre 2002), (...)

19À la veille du Bicentenaire de la guerre de l’Indépendance, l’intérêt pour la société et la guerre de la période napoléonienne occupe une place très limitée non seulement parmi les publications et les objets d’étude académiques, mais aussi parmi les ouvrages de vulgarisation. Cependant, depuis 1993, a été créée en Espagne l’Asociación para el Estudio de la Guerra de la Independencia, avec l’intention de préparer et stimuler les initiatives pour la commémoration du Bicentenaire. Jusqu’à présent, cette association a organisé plusieurs séminaires, ainsi que deux Congrès Internationaux (le premier, déjà mentionné, tenu en 1997 à Saragosse36, et le deuxième en 2001 en Navarre37). Pour sa part, en Catalogne, la Coordinadora dels Centres d’Estudis de Parla Catalana a centré, en 1994, son premier Congrès autour du thème « Guerra Napoleónica a Catalunya (1808-1814) »38 ; et dans la même lignée, la revue Recerques a convoqué pour le mois d’avril 2002 un Congrès à Lleida sur « Els enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions » qui consacre une section à la période révolutionnaire et napoléonienne. La grande rencontre, prévue en 2002, sur le Libéralisme à Salamanca, à l’occasion de sa nomination comme ville européenne de la culture 2002, et donc des manifestations sur le rôle culturel de la ville de Salamanque, deviendra sans doute aussi un très intéressant carrefour de discussion et de bilan sur la période napoléonienne39. À partir des apports de ces récents congrès ainsi qu’à l’annonce de ceux qui vont se tenir prochainement, nous pouvons donc constater le dépassement d’une approche réductrice de la période napoléonienne en Espagne. En revanche un large éventail thématique d’études s’ouvre, avec la volonté manifeste d’une compréhension globale de la période.

  • 40 Cette occasion devrait amplifier l’initiative déjà mise en route par A. Martínez de Velasco d’un s (...)

20Le Bicentenaire peut donc être une bonne occasion pour relancer des études sur une période cruciale dans la compréhension de l’histoire péninsulaire. Quelques indices montrent la mise en place d’une préoccupation salutaire pour les sources historiques tant nouvelles que renouvelées. Il serait, en effet, très important que la commémoration du Bicentenaire permette d’améliorer les instruments de recherche, particulièrement dans le domaine du catalogage et de l’inventaire des grandes collections documentaires d’archives, en les rendant le plus accessible possible à l’aide des nouvelles technologies40.

  • 41 Cf. J.S. Pérez Garzón (et alii), La Gestión de la memoria : la historia de España al servicio del (...)
  • 42 C J. Álvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia », Studia Historica-Historia C (...)
  • 43 Voir l’intéressante synthèse sur la dimension révolutionnaire de la période napoléonienne en Espag (...)

21Hélas ! On peut aussi craindre que le Bicentenaire de la Guerre de l’Indépendance se perde dans les méandres des intérêts politiques de l’Espagne actuelle. Par exemple, le difficile encadrement de la pluralité nationale au sein de l’État – qui demeure l’un des grands problèmes, toujours remis en question, dans l’Espagne actuelle – pourrait facilement favoriser la reprise d’une histoire nationaliste espagnole qui a déjà montré sa capacité médiatique à l’occasion de quelques commémorations et d’initiatives académiques récentes41. Il est vrai que l’utilisation « nationaliste » de la Guerre d’Indépendance n’a rien d’un phénomène nouveau, et que, dans le domaine de l’historiographie, en dépit d’un certain fondement dans le caractère même de la guerre anti-napoléonienne, elle est surtout l’expression d’une vision absolument réductionniste de l’histoire42, donc d’une « histoire » fondamentalement préoccupée par la réussite d’un combat réactionnaire qui détourne vers la contre-révolution la force transformatrice de la société manifestée dans la révolution espagnole. Une révolution vécue en symbiose avec le combat anti-napoléonien43.

La révolution libérale (1812-1837)

  • 44 Cf. A. Gil Novales, « 1970-1979, diez años de historiografía en torno al primer tercio del siglo X (...)

22Bien que l’on puisse encore constater d’importantes lacunes dans l’étude de la révolution libérale espagnole, les apports du dernier quart de siècle ont été fondamentaux. Avec les grandes recherches parues entre les années soixante et soixante-dix, qui ont renouvelé complètement l’étude du XIXe siècle, se déploie dans le même temps un vif débat historiographique44. Des recherches au débat, de nouveaux apports préparent les avancées des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, mais sur un mode moins spectaculaire qu’auparavant. Qui plus est, les nouvelles générations d’historiens ont imprégné leurs recherches des apports méthodologiques et historiques d’une historiographie mondiale – et particulièrement européenne – qui était suivie très attentivement en Espagne. Dans ce contexte, les apports dérivés de la commémoration du Bicentenaire de la Révolution n’ont donc pas été une exception. Mais, en revanche, la « transition » à la démocratie après le franquisme en Espagne, d’une part, et l’élan néo-libéral mondial, avec la « crise des idéologies », la mise en cause du marxisme, l’hégémonie médiatique du révisionnisme et la proclamation de la fin de l’histoire d’autre part avaient fait pratiquement disparaître tout débat historiographique.

23En ce qui concerne cette longue période de la révolution libérale espagnole – de 1812 jusqu’à 1837 – je crois que l’on peut signaler quelques axes relatifs aux apports de la dernière décennie qui peuvent nous permettre d’esquisser un premier bilan.

Un nouveau scénario pour le débat historiographique

  • 45 Irene Castells, « La rivoluzione liberale spagnola nel recente dibattito storiografico », Studi St (...)
  • 46 P. Ruiz Torres, « Del Antiguo al Nuevo régimen : carácter de la transformación », Antiguo Régimen (...)

24Comme que je viens de le signaler, le débat historiographique autour de la révolution en Espagne avait pratiquement disparu à la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix. Mais, ainsi que l’a signalé Irene Castells dans « negli anni Novanta il dibattito ha incominciato a porso su nuove basi »45, de nouvelles bases sont apparues avec la publication des recherches qui ont mis en question la plupart des lieux communs sur la révolution espagnole : son caractère extrêmement conservateur, la continuité sociale, la question du poids négatif de cette « révolution manquée » sur le développement du capitalisme et sur la modernisation de la société, la continuité des structures de l’état absolutiste dans l’état libéral, etc.46.

  • 47 Cf. A. Mª García Rovira (éd.), España ¿Nación de Naciones ?, dans Ayer 35, Madrid, 1999 ; J.S. Pér (...)

25En même temps, à la fin des années quatre-vingt-dix et avec le nouveau siècle nous constatons un regain du débat historiographique, toujours en liaison avec les nouvelles coordonnées politico-culturelles. D’un côté, le triomphe politique du parti conservateur en Espagne s’est appuyée sur le renforcement des référents nationalistes autour de l’exercice du pouvoir de l’État et de la politique culturelle et éducative, dans laquelle on perçoit une volonté d’incidence directe sur l’enseignement de l’« histoire ». Ce renforcement a été contesté par l’historiographie critique en réponse aux attitudes condescendantes de certains secteurs institutionnels et culturels (tels que la Real Academia de la Historia, ou d’autres qui se distinguent par l’attribution des prix de grand renom). D’un autre côté, le surgissement des mouvements contestataires anti-globalisation, le renforcement du mouvement contre l’impunité face aux crimes contre l’humanité, et la lutte pour un développement soutenu ont apporté et stimulé une nouvelle sensibilité sur l’approche des grands changements historiques, tels que ceux qui se sont produits dans la première moitié du XIXe siècle en Espagne47.

Quelques apports particulièrement remarquables des dernières années

  • 48 Un échantillon de l’intérêt historiographique pour la diversité espagnole se trouve dans Congreso (...)

26L’éventail thématique et les diverses perspectives d’approche de la révolution libérale – ce n’est pas un hasard si cette expression tend à se substituer à celle de « crise de l’Ancien Régime » – se précisent désormais dans des études monographiques significatives à propos des diverses régions péninsulaires. Sans renoncer à l’héritage historiographique des années antérieures, on trouve un regard plus large, moins « scolastique » et assez novateur sur l’ensemble de l’Espagne, à partir d’approches régionales telles que celles menées sur l’Andalousie par G. Butrón ; les Asturies par F. Carantoña ; l’Aragon par P. Rújula ; le Pays Basque par C. Rubio ; la Catalogne par R. Arnabat, I. Castells, ou M. Santirso ; Valence par M.C. Romeo, P. Ruiz Torres, J. Millán ou I. Burdiel ; Alicante par P. Díaz Marín, etc.48.

  • 49 Cf. les travaux effectués au cours des années soixante-dix et quatre-vingt par J. Fontana ou J. De (...)
  • 50 Cf. l’étude d’A. Moliner, Revolución burguesa y movimiento juntero en España, Lleida, 1997, ed. Mi (...)
  • 51 Sur la très abondante bibliographie récente sur le carlisme, on peut consulter, par exemple, le bi (...)

27Retenons aussi les importants progrès autour de certains aspects de l’histoire économique49 – comme ceux des finances et de la fiscalité, et sur la question agraire – et de l’histoire socio-politique – c’est le cas, par exemple, des études sur le « Juntismo »50 –. L’un des chantiers d’un apport particulièrement intéressant concerne les études sur le « carlisme ». Ainsi, en se référant par exemple aux études sur le désamortissement des biens ecclésiastiques qui marquent un tournant au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, le « carlisme » peut sans doute être signalé, à partir de ce moment, comme l’un des chantiers les plus productifs de l’historiographie de la période révolutionnaire espagnole51. En abandonnant les présupposés sur le caractère contre-révolutionnaire des secteurs populaires, ou l’expression tout aussi discutable de « particularismes politiques », auquel il aurait été associé, il a été possible non seulement de mieux connaître l’aboutissement et le caractère de la contre-révolution, mais aussi de mieux évaluer les attentes et la portée de la révolution.

Les grandes étapes de la révolution espagnole : résistance à la révolution et résistance à l’absolutisme

  • 52 Après l’étude classique de J.R. Aymes des années 1970, La déportation sous le premier empire. Les (...)
  • 53 Malgré les intéressants apports de Luis Barbastro, Los afrancesados. Primera emigración política d (...)
  • 54 Cf. I. Castells, La utopía insurreccional del liberalismo, Barcelona 1989, Crítica ; voir aussi so (...)

28En premier lieu, la période de 1815 à 1820 continue à être la moins étudiée par l’historiographie, ce qui suppose la persistance d’une certaine vision réductionniste non seulement de la portée immédiate de la révolution de Cadix, mais aussi de la dynamique révolution/ restauration qui préside au processus révolutionnaire espagnol jusqu’à son point culminant. Seuls quelques aspects ont été l’objet d’une attention renouvelée, tels que la déportation et l’exil52. Ainsi, on manque toujours d’une révision globale du thème des « afrancesados »53, un sujet tout à la fois central et spécifique de la révolution libérale espagnole pour lequel on s’en tient encore aux études de Juretzke ou Artola, des années 1950 et 1960, et qui ignorent donc les énormes apports historiographiques des vingt-cinq dernières années. Et surtout l’étude du processus à l’origine – précisément entre les années 1814 et 1820 – de la stratégie politique conspiratrice, ainsi que son articulation avec les pronunciamientos insurrectionnels, n’a pas suscité, de façon surprenante, un intérêt remarquable dans l’historiographie, et pas uniquement dans les dernières années54.

  • 55 Cf. spécialement Las Sociedades Patrióticas (1974), Diccionario Biográfico del Trienio Liberal (19 (...)
  • 56 Cf. Ll. Roura et I. Castells (eds), El jacobinismo europeo, Madrid, 1995, ed. Orto. Voir aussi l’a (...)

29En second lieu, grâce aux travaux du professeur A. Gil Novales55 on connaît mieux l’importance du « Trienio Liberal » dans la révolution espagnole : rétablissement de la Constitution de 1812, importance des « Sociedades Patrióticas » en tant que véritables précurseurs des partis politiques et foyers d’une révolution porteuse de plusieurs éléments et valeurs surgis de la Révolution française, poids symbolique du mythe du général Riego comme figure de la liberté, etc. Néanmoins, au cours de ces dernières années, plusieurs recherches ont contribué notablement à approfondir le sens et la portée de cette période fondamentale de la première véritable révolution espagnole. Que ce soit à travers l’analyse spécifique d’une région déterminée, aussi bien qu’à travers l’attention mise sur certains aspects, ou bien à travers la volonté d’encadrement comparatiste de la révolution espagnole dans les coordonnées de la révolution en Europe56.

  • 57 I. Castells, « La resistencia a la revolución » ; I. Castells - M.C. Romeo, « Poder político y dei (...)

30En troisième lieu, nous avons déjà insisté sur l’importance du « va-et-vient » de la révolution espagnole et, donc, du poids des résistances ainsi que des restaurations. Malgré tout cela, la période plus remarquable de la contre-révolution, désignée par l’expression d’« hominosa década » (1823-1833), est encore très mal connue. C’est seulement au cours de ces dernières années que l’on peut signaler quelques apports représentatifs de travaux en cours57.

  • 58 I. Castells, « La rivoluzione liberale spagnola nel recente dibattito storiografico », Studi Stori (...)

31En quatrième lieu, c’est, enfin, entre 1833 et 1837 que l’on situe l’apogée de la révolution libérale espagnole. La richesse de l’historiographie sur ces années culminantes est assez importante, et ses aspects fondamentaux sont connus grâce à l’historiographie des trente dernières années. Cependant, la progression des connaissances n’a pas réduit la vivacité du débat sur les grandes questions autour de la révolution libérale espagnole. Irène Castells nous en a proposé une récente synthèse sur la base d’un très intéressant bilan dans lequel on peut retenir les axes suivants : le rapport, mais aussi la nécessaire distinction, entre libéralisme et bourgeoisie ; la question du « compromis » ou de la « rupture », dans la révolution en Espagne ; le poids de la bourgeoisie dans la société espagnole ; la question de l’existence d’un jacobinisme espagnol ; le poids des élites et/ou des masses populaires dans le protagonisme ; le rapport entre révolution, guerre et guerre civile ; le rôle de l’armée dans la révolution ;l’aboutissement ou l’échec de la transformation de l’État ; la question du développement du capitalisme. Enfin elle a formulé la question globale autour de la révolution de la façon suivante : doit-on conclure à une situation de continuité ou à processus de transformation à la fin des années 183058 ?

32En fin de compte, l’apport principal de l’historiographie de la révolution espagnole consiste, sur le terrain scientifique, dans l’abandon définitif, semble-t-il, de deux clichés parmi les plus répétés : d’une part celui qui se réfère à l’Espagne uniquement comme la patrie de la « Réaction », d’autre part celui qui part de l’idée d’une révolution libérale espagnole – et même hispanique – qui n’aurait eu quasi aucun rapport avec la Révolution française.

Notes

1 Ll. Roura, « L’accueil de la Révolution française en Espagne (1789-1795) : guerre et révolution. État de la recherche » dans M. Vovelle (dir.), L’Image de la Révolution française, vol I, Paris, 1989, Pergamon, p. 653-659.

2 « Informe : la Guerra de la Convención. Presentación », Studia Historica. Historia Moderna, XII (Salamanca, 1994) p. 13-15 (le dossier publié dans ce numéro de la revue Studia Historica est en même temps un témoignage des études récentes menées sur la période par différents auteurs, J.R. Aymes, A. Alberola, G. Dufour, E. Giménez, E. La Parra, J.Mª Portillo, Ll. Roura).

3 J. R. Aymes (éd), España y la revolución francesa, Barcelona, 1989, ed. Crítica.

4 La guerra de España contra la Revolución francesa (1793-1795), Alacant, 1991, ICJGA.

5 Guerra gran a la ratlla de França : Catalunya dins la guerra contra la Revolució francesa (1793-1795), Barcelona, 1993, Curial.

6 Monarquía y gobierno provincial. Poder y constitución en las provincias vascas, Madrid, 1991 CEC.

7 « La Guerra Gran a l’abric de la historiografia catalana », Manuscrits. Revista d’Història Moderna, 18 (2000) p. 199-217.

8 On peut mentionner, le congrès Révolution et République : l’exception française, Paris, 1992, cf. le nº 2 de 1994 des AHRF, monographique sur « La République et l’Europe » ; ou bien celui sur El mundo hispánico en el siglo de las Luces (tenu à Salamanca en 1994 et dont les actes ont été publiés en 1996 à Madrid, SEES XVIII).

9 Cf. M. Vovelle et R. Monnier, Les colloques du Bicentenaire, Paris, 1991, La Découverte, et Ll. Roura, « La Revolució francesa : una mirada al Bicentenari », Historia Social, 8 (1990) p. 135-157.

10 À part les œuvres déjà mentionnées de J.R. Aymes et Ll. Roura, on peut remarquer l’étude de J. Fàbregas sur le corps des « miquelets » en Catalogne aux derniers mois de la guerre contre la Convention (Catalunya i la guerra Gran. L’aportació dels corregiments meridionals, Tarragona, 2000) ainsi que celle sur les apports économiques et militaires de Gérone à la guerre (La Guerra gran, 1793-95. El protagonisme de Girona i la mobilització dels miquelets, Lleida, 2000, ed. Pagès).

11 Quelques textes isolés ont été édités dans la revue Trienio. Ll. Roura a publié aussi quelques chansons républicaines « La revolució i la república a les cançons republicanes rosselloneses en llengua catalana » Afers 28, 1997, 538-571. Mais surtout on peut signaler la publication du premier volume de l’œuvre Literatura de la Revolució i la Contrarevolució (1789-1849) de Max Cahner (Barcelona, 1988, Curial), ainsi que l’édition du fameux diétaire du Baron de Maldà, Calaix de sastre, dont les trois premiers volumes se réfèrent à la période de la guerre contre la République (Barcelona, 1987..., ed. Curial).

12 C’est le cas de l’Historia de España fondé par R. Menéndez Pidal, avec, par exemple, les pages de Carlos Seco sur « La política exterior de Carlos IV » dans le vol. XXXI, Madrid, 1988 ed. Espasa-Calpe ; ou des chapitres sur la crise de l’Ancien Régime, écrits par Ll. Roura, dans l’Historia de España dirigée par A. Domínguez Ortiz (vol. 9, Barcelona 1988, Ariel), ou de l’Història política, societat i cultura dels Països Catalans, dirigée par Borja de Riquer (vol. 6, Barcelona 1997 ed. Enciclopèdia Catalana).

13 Congreso Internacional Manuel Godoy (1767-1851), Castuera-Olivenza-Badajoz (del 3 al 6 de octubre de 2001). Cf. aussi E. La Parra.-M.A. Melon (eds), Manuel Godoy y la Ilustración, Mérida, 2001 ; et I. Rose-de-Viejo - E. La Parra E. Giménez, La imagen de Manuel de Godoy, Badajoz, 2001.

14 Cf. E. La Parra, « La inestabilidad de la monarquía de Carlos IV », Studia Historica. Historia Moderna, 12 (1994) ; P. Molas, « El personal político en la crisis del Antiguo Régimen », Actas del Congreso Internacional El Dos de Mayo y sus Precedentes, Madrid, 1992, p. 203-218 ; C. Morange, « El conde de Montijo. Apuntes para su biografía y reflexiones en torno al protagonismo del “partido” aristocrático en la crisis del Antiguo Régimen » dans C. Morange, Siete calas en la crisis del Antiguo Régimen español, Alicante, 1990, ICJGA.

15 Cf. T. Egido, « El regalismo en España » dans E. La Parra ; J. Pradells (ed.), Iglesia y sociedad en España, Francia e Italia (siglos XVIII-XX), Alicante 1992 ICJGA ; et E. La Parra, « Regalisme i monarquia hispànica (1750-1808) », Bisbes, Illustració i jansenisme a la Catalunya del segle XVIII, Vic 2000, Eumo-Universitat de Vic i Universitat de Girona, p. 133-147.

16 E. La Parra, La alianza de Godoy con los revolucionarios (España y Francia a fines del siglo XVIII), Madrid, 1992, CSIC.

17 Id., « Les changements politiques en Espagne après Brumaire », AHRF, n° 4, 1999, p. 695-712.

18 Pour ce paragraphe, je reprends ce que j’ai présenté plus largement au colloque Napoléon et l’Europe, tenu à La Roche-sur-Yon les 8 et 9 juin 2001.

19 Les œuvres d’historiens tels que Josep Fontana, Miguel Artola ou Alberto Gil Novales, constituent le point de départ de nombreux études postérieures sur la crise de l’Ancien Régime en Espagne (cf., sur l’historiographie des années soixante-dix, A. Gil Novales, « 1970-1979, diez años de historiografía en torno al primer tercio del siglo XIX español » dans M. Tuñón de Lara (dir.), Historiografía española contemporánea. X Coloquio del Centro de Investigaciones Hispánicas de la Universidad de Pau, Madrid, 1980, ed. siglo XXI.

20 Cf. les études de G. Dufour et E. La Parra, El clero afrancesado ou Tres figuras del clero afrancesado, n° 10 et 11 de la collection « Études Hispaniques », Université d’Aix-en-Provence, 1986 et 1987 ; d’E. Riera i Fortiana, Els afrancesats a Catalunya, Barcelona 1994 Curial ; de L. Barbastro Gil, Los afrancesados. Primera emigración política del siglo XIX español, 1813-1820, Madrid, 1993, CSIC, ou Ll. Mª de Puig, Tomàs Puig : catalanisme i afrancesament, Barcelona, 1985, IEC.

21 Cf. E. La Parra, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, Alicante, 1985, IEJGA.

22 Cf. J. Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid, 1971, Edicusa.

23 Cf. A. Moliner, La Catalunya resistent a la dominació francesa (1808-1812), Basrcelona, 1989, Ed.62, ainsi que sa thèse inédite Las juntas Supremas Provinciales en la guerra contra Napoleón (UAB, 1981).

24 Cf. C. Dérozier, La Guerre d’Indépendance Espagnole à travers l’estampe (1808-1814), Paris-Lille 1976 ; ainsi que les études de Lafuente Ferrari sur Goya.

25 Cf. M. Moreno Alonso, La generación española de 1808, Madrid, 1989, Alianza, et Los españoles durante la ocupación napoleónica. La vida cotidiana en la vorágine, Málaga, 1997, Algazara.

26 Cf. J. Fontana et J. Garrabou, Guera y hacienda. La hacienda del gobierno central en los años de la Guerra de la Independencia (1808-1814), Alicante, 1986, IJGA.

27 Cf. surtout les travaux publiés par Joan Mercader, Barcelona durante la ocupación francesa (1808-1814), Madrid, 1949 ; Catalunya i l’Imperi Napoleònic, Barcelone, 1978.

28 Cf. les études de A. Moliner, La Catalunya resistent a la dominació francesa (1808-1812), Barcelona, 1989 Ed.62), E. Canales, « La resistència antifrancesa a Catalunya : estudi d’alguns comportaments », L’Avenç 113, Barcelona, 1988, p. 26-31, et « Una visió més real de la guerra del Francès : la història de Bràfim d’en Bosch i Cardellach », Recerques 21, Barcelona, 1988, p. 1-49 ; et M. Ramisa, La Guerra del Francès al Corregiment de Vic, Vic, 1993, Eumo.

29 Par exemple ceux tenus à Aix en Provence en 1984 : Les Espagnols et Napoléon, à Barcelone et Girone en 1989 : El Jacobinisme. Reacció i Revolució a Catalunya i a Espanya, 1789-1837, et La Revolució francesa i el procés revolucionari a Catalunya i al País Valencià ; à Madrid en 1983 : La prensa en la Revolución liberal, en 1986 : La Revolución francesa y la Península Ibérica, en 1992 : El Dos de Mayo y sus precedentes, en 1999 (La Revolución española en su diversidad peninsular e insular y americana), à Bordeaux en 1989 : Les révolutions dans le monde Ibérique, 1768-1834, à Saragosse en 1997 : Congreso Internacional sobre la Guerra de la Independencia, etc.

30 W. Napier, History of the War in the Peninsula and the South of France, from the year 1807 to the year 1814, London, 1828-1840 [éd. fac-similé de celle de 17353, London 1992]; Ch. Oman, A History of the Peninsular War, 7 vols., Oxford, 1902-1930, Clarendon; J. Read, War in the Peninsula, London, 1977; D. Gates, The Spanish Ulcer. A History of the Peninsular War, London, 1986.

31 Aux œuvres déjà citées dans les notes précédentes, on peut ajouter, par exemple, celles de J. Serramon, Napoléon et les Pyrénées. Les chasseurs des montagnes et la couverture des Pyrénées, 1808-1814, Selgues 1992 éd. Le Lézard ; Id., La Bataille de Vitoria. La fin de l’aventure napoléonienne en Espagne, Paris, 1985 Bailly ; Argimiro Calama, La Guerra de la Independencia en Soria, La Rioja, Navarra. La batalla de Tudela, 23-XI-1808, Madrid, 1996, Ministerio de Defensa ; Donald Hordward, Napoleon and Iberia. The twin sieges of Ciudad Rodrigo and Almeida, 1810, Florida, 1984.

32 Charles Esdaile, The Spanish Army in the Peninsular War, Manchester, 1988.

33 Cf. Esteban Canales, « Patriotismo y deserción durante la Guerra de la Independencia en Cataluña » Revista Portuguesa de Historia, t. XXIII, 1988, p. 271-300 ; et aussi Antonio Moliner, « Pueblo y ejército en la Guerra de la Independencia (1808-1814) : actitudes y comportamientos », Trienio. Ilustración y Liberalismo, n° 38, 2001, p. 39-74.

34 Cf. John Tone, La guerrilla española y la derrota de Napoleón, Madrid, 1999, ed. Alianza; Ch. J. Esdaile, « The breakdown of authority in Spain, 1812-1814: soldiers, civilians and guerrillas », dans J.A. Armillas (ed.), La Guerra de la Independencia. Estudios, Zaragoza, 2001, vol. I, p. 35-50 ; Lluís Roura, « Guerra pequeña y formas de movilización armada en la Guerra de la Independencia : tradición o innovación ? », Íbid., p. 275-300 (publié aussi dans Trienio 36, 2000, p. 65-93.

35 En tant qu’échantillon, on peut rappeler les intéressants apports publiés dans Ayer nº 1, « Las Cortes de Cádiz » édité par M. Artola, Madrid, 1991 ; ainsi que les articles de J. Mª Portillo, « La historia del primer constitucionalismo españól. Proyecto de investigación » en Quaderni Fiorentini, XXIV, 1995, p. 303-373 ; A. De Francesco, « La Constituzione di Cadice nella cultura italiana del primo ottocento », Rivoluzione e Constituzioni, Naples, 1996, Edizioni Scientifiche Italiane ; et plus récemment l’importante étude de R. Hocquellet, Résistance et Révolution durant l’Occupation Napoléonienne en Espagne, 1808-1812, Paris, 2001, La Boutique de l’Histoire.

36 Ces actes, déjà cités, viennent de paraître, édités pas J.A. Armillas, La Guerra de la Independencia. Estudios, 2 vols. Saragosse, 2001.

37 Congreso Internacional : Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independencia, Pamplona, 1-3 febrero 2001. Actes sous presse. Nous y avons présenté des bilans sur les diverses archives, les sources manuscrites (espagnoles et étrangères), les sources autobiographiques et la presse, ainsi qu’une très utile révision bibliographique.

38 Actes publiés par Maties Ramisa, Guerra Napoleònica a Catalunya (1808-1814). Estudis i Documents, Barcelona 1996, Publ. Abadia de Montserrat.

39 L’annonce du Congrès international sur les Orígenes del Liberalismo (Salamanca, 2-5 octobre 2002), comprends, au sein d’un très ambitieux programme, une table ronde autour du thème « Guerra, revolución y liberalismo en los orígenes de la España contemporánea ».

40 Cette occasion devrait amplifier l’initiative déjà mise en route par A. Martínez de Velasco d’un site Internet qui se trouve à l’adresse provisoire suivante : http://1808-1814.uned.es.

41 Cf. J.S. Pérez Garzón (et alii), La Gestión de la memoria : la historia de España al servicio del poder, Barcelona, 2000, Crítica.

42 C J. Álvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia », Studia Historica-Historia Contemporánea, vol XII, 1994, p. 75-99.

43 Voir l’intéressante synthèse sur la dimension révolutionnaire de la période napoléonienne en Espagne de R. Hoquellet, « La convocation des Cortes extraordinaires de Cadix (1808-1810), une étape essentielle de la révolution espagnole » (à paraître prochainement dans Revue Historique) ; voir du même auteur : Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne 1808-1812, Paris, 2001, éd. La Boutique de l’Histoire.

44 Cf. A. Gil Novales, « 1970-1979, diez años de historiografía en torno al primer tercio del siglo XIX español », déjà cité, et J.S. Pérez Garzón, « La revolución burguesa en España : los inicios de un debate científico, 1966-1979 », dans M. Tuñón de Lara (dir.), Historiografía española contemporánea. X Coloquio del Centro de Investigaciones Hispánicas de la Universidad de Pau, Madrid, 1980, ed. siglo XXI.

45 Irene Castells, « La rivoluzione liberale spagnola nel recente dibattito storiografico », Studi Storici 1, 1995, p. 130-131.

46 P. Ruiz Torres, « Del Antiguo al Nuevo régimen : carácter de la transformación », Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola, I, Visiones generales, Madrid, 1994, ed. Alianza ; Ll. Roura - I. Castells (éds.), Revolución y Democracia. El Jacobinismo Europeo, Madrid, 1995, ed. Clásicas.

47 Cf. A. Mª García Rovira (éd.), España ¿Nación de Naciones ?, dans Ayer 35, Madrid, 1999 ; J.S. Pérez Garzón (et alii), La Gestión de la memoria : la historia de España al servicio del poder, Barcelona 2000, Crítica ; J.A. Martínez Torres, « La lógica `brenneriana´ en la historia económica y social de Madrid, siglos XVI-XIX. A propósito de su historiografía », Trienio 37, 2001, p. 5-42.

48 Un échantillon de l’intérêt historiographique pour la diversité espagnole se trouve dans Congreso internacional : La Revolución liberal española en su diversidad peninsular (e insular) y americana (Madrid, 28-30 avril 1999), actes publiés par Ediciones del Orto, Madrid, 2001.

49 Cf. les travaux effectués au cours des années soixante-dix et quatre-vingt par J. Fontana ou J. Del Moral Ruiz sur les finances, toujours en vigueur ; ainsi que les apports récents sur la question agraire ; par exemple, Jesús Millán, El poder de la tierra. La sociedad agraria del Bajo Segura en la época del liberalismo, 1830-1890, Alicante, 1999 ; Ricardo Robledo, Economistas y reformadores españoles. La cuestión agraria, 1760-1935, Madrid, 1993 ; ainsi que les travaux menés autour du Seminario de Historia Agraria, qui depuis 1991 publie régulièrement la revue Noticiario de Historia Agraria (maintenant Historia Agraria), édité par l’Université de Murcie.

50 Cf. l’étude d’A. Moliner, Revolución burguesa y movimiento juntero en España, Lleida, 1997, ed. Milenio.

51 Sur la très abondante bibliographie récente sur le carlisme, on peut consulter, par exemple, le bilan et la bibliographie publiés par J. Canal dans El Carlismo, Madrid, 2000, ed Alianza ; ainsi que les articles écrits par des auteurs comme P. Anguera, J. Canal, J. Millán, R. Del Río, Ll. F. Toledano dans Historia Social, Trienio, Ayer ou L’Avenç.

52 Après l’étude classique de J.R. Aymes des années 1970, La déportation sous le premier empire. Les espagnols en France, 1808-1814, Paris, 1983, Sorbonne, qui étudie la période 1808-1814, le thème a été récemment repris par J. López Tabar, « El exilio de los afrancesados en torno al Real Decreto de 30 de mayo de 1814 », Spagna Contemporanea, 16, 1999, p. 7-21. Il faut quand même attendre la parution de sa thèse sur l’émigration des afrancesados et sa réception en France.

53 Malgré les intéressants apports de Luis Barbastro, Los afrancesados. Primera emigración política del siglo XIX español, 1813-1820, Madrid, 1993, CSI, et de E. Riera Fortiana, Els afranceats a Catalunya, Barcelona, 1994, Curial.

54 Cf. I. Castells, La utopía insurreccional del liberalismo, Barcelona 1989, Crítica ; voir aussi son bilan historiographique « La resistencia liberal contra el absolutismo fernandino (1814-1833) », Ayer, 41, 2001, p. 43-62.

55 Cf. spécialement Las Sociedades Patrióticas (1974), Diccionario Biográfico del Trienio Liberal (1992). Pour une approche à de l’œuvre d’A. Gil Novales, cf. Ll. Roura, « Historia y sociedad. Apuntes en torno a las ideas y a la obra de Alberto Gil Novales » en J.F. Fuentes y Ll. Roura (eds) : Sociabilidad y liberalismo en la España del siglo XIX. Homenaje a A. Gil Novales, Lleida, 2001, ed. Milenio, p. 305-323.

56 Cf. Ll. Roura et I. Castells (eds), El jacobinismo europeo, Madrid, 1995, ed. Orto. Voir aussi l’attention accordée à la portée américaine et internationale de la révolution espagnole : M. Chust, La cuestión nacional americana en las cortes de Cádiz, Valencia, 1999, Historia Social ; M. Chust (ed.), Revoluciones y revolucionarios en el mundo hispánico, Castelló, 2000, Universitat Jaume I ; A. Gil Novales, « Consideraciones sobre el liberalismo español », Rivista Storica Italiana, CVIII fasc. II-III, 1996.

57 I. Castells, « La resistencia a la revolución » ; I. Castells - M.C. Romeo, « Poder político y deiversidad social en la revolución liberal española (1820-1845) » ; colloque « La revolución liberal española en su diversidad peninsular (e insular) y americana », 1999. Cf.. aussi le colloque de Puerto de Santa María, G. Butrón - A. Ramos (eds), Intervención exterior y crisis del antiguo Régimen en España, Huelva, 2000, PUH.

58 I. Castells, « La rivoluzione liberale spagnola nel recente dibattito storiografico », Studi Storici, 36, 1995, p. 127-161.

Auteur

Universitat Autònoma de Barcelona

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540