Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire politique

L’histoire politique de la Révolution française. Quelques réflexions sur l’historiographie récente

Françoise Brunel

Texto completo

  • 1 Michel Vovelle, Combats pour la Révolution française, Paris, Éd. La Découverte-SER, 1993.
  • 2 Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et développement de la Dé (...)
  • 3 Jacques-Nicolas Billaud-Varenne, Éléments du républicanisme, Paris, Patris, an I, p. 20-21 (en ita (...)
  • 4 Voir Florence Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution. 1789-1795-1802, Paris, PU (...)
  • 5 A. Aulard, op. cit., p. 782 (le livre compte 783 pages de texte).
  • 6 J. G. Fichte, Considérations destinées à rectifier les jugements du public sur la Révolution franç (...)

1Rendre compte, en 2001, de l’historiographie concernant la et le politique de la Révolution française depuis le Bicentenaire, c’est d’abord – qu’on pardonne cet apparent paradoxe – rendre hommage au grand œuvre aujourd’hui centenaire d’Alphonse Aulard. Ce premier de la « galerie des ancêtres »1, dans son refus de conclure autrement que par des « Remarques générales », écrit sur la mise à mort de la République par Bonaparte : « [il] dissocia les groupes. Alors il n’y eut plus de citoyens : il n’y eut plus que des individus »2. Consciemment ou non, Aulard semble faire écho ici à Billaud-Varenne qui, en 1793, définissait « deux classes d’hommes bien distinctes : les citoyens et les individus ». « Les citoyens, notait le Montagnard, sont ceux qui, pénétrés des devoirs sociaux, rapportent tout à l’intérêt public (...). Les individus, au contraire, sont ceux qui s’isolent, ou plutôt qui savent moins travailler au bien public que calculer leur profit particulier (...). L’état finit donc par être peuplé d’individus, dès qu’une fois il existe un ordre de choses qui sépare l’intérêt du gouvernement de celui de la nation »3. Citations trop longues, sans doute, mais qui donnent d’emblée à voir les complexités des politiques révolutionnaires, d’autant que la remarque quasiment conclusive d’Aulard vaut d’être mentionnée dans son intégralité pour n’avoir pas assez été soulignée par les historiens, sauf par Florence Gauthier puis Yannick Bosc et quelques autres4. « Je pense, poursuit Aulard, que maintenant les termes sont éclaircis : la Révolution consiste dans la Déclaration des droits rédigée en 1789 et complétée en 1793, et dans les tentatives faites pour réaliser cette déclaration ; la contre-révolution, ce sont les tentatives faites pour détourner les Français de se conduire d’après les principes de la Déclaration des droits, c’est-à-dire d’après la raison éclairée par l’histoire »5. Paraphrase, qu’on pourra qualifier de « néo-kantienne », de Fichte : « La Révolution française intéresse, ce me semble, l’humanité tout entière (...). C’est ainsi [qu’elle] me semble être un riche tableau sur ce grand texte : les droits de l’homme et la dignité de l’homme »6.

  • 7 Sans polémiquer, on peut noter l’évolution de Marcel Gauchet dans La démocratie contre elle-même, (...)
  • 8 Panoramiques, « De saint Vincent de Paul aux french doctors », n° 24, 1er trimestre 1996, dir. Myr (...)
  • 9 Outre sa contribution au n° 24 de Panoramiques, voir principalement de Catherine Duprat, Le temps (...)

2Ne voyons ici de façon anachronique, rien de ce « droit-de-l’hommisme », aujourd’hui si décrié, substituant « l’humanitaire » à une véritable politique des droits de l’homme et à la cosmopolitique du droit des gens7. Rappelons que depuis longtemps ont été soulignées les « ambiguïtés de l’humanitaire »8, mais n’oublions pas les « moments » propres d’historicité. La philanthropie des Lumières, rappelle ainsi Catherine Duprat9 implique un engagement de citoyenneté dont témoigne à l’évidence la Révolution, et il n’est pas fortuit que cette philanthropie trouve son terme au tournant des années 1840, avant la brève résurgence de 1848. La politique des droits de l’homme est bien aussi une politique de résistance à l’oppression et de sûreté, droit aussi imprescriptible que la liberté et qu’il est assez navrant de voir réduit à un piètre débat sur la « sécurité ».

  • 10 Emmanuel Kant, Sur l’expression courante : il se peut que ce soit juste en théorie, mais en pratiq (...)
  • 11 J.G. Fichte, Conférences sur la destination du savant, édition J.-L. Vieillard-Baron, Paris, Vrin, (...)
  • 12 Voir Raymonde Monnier, « “Démocratie représentative” ou “république démocratique« », AHRF, n° 325, (...)
  • 13 Pour reprendre les titres des fascicules 2 et 6 du Dictionnaire des usages sociopolitiques (1770-1 (...)
  • 14 Voir ci-dessus, p

3Après ce détour introductif, je souhaite faire encore une remarque. Il n’est pas question de présenter ici un « bilan », puis que je n’ai, évidemment pas « lu tous les livres ». Je voudrais signaler que l’économie même du colloque me suggérait de me cantonner aux « pratiques politiques », distinguées des « opinions ». Sur ce point, je me permettrai parfois d’outrepasser les bornes, persuadée qu’il n’y a pas de « pratique » sans « théorie », c’est-à-dire, pour reprendre Kant : « même un ensemble de règles pratiques est nommé théorie, dès lors que ces règles sont pensées comme des principes ayant une certaine généralité et qu’on y fait abstraction d’un grand nombre de conditions qui ont pourtant nécessairement de l’influence sur leur application. Inversement on appelle : pratique non pas toute opération, mais uniquement la mise en œuvre d’une fin, conçue comme observation de certains principes de conduite représentés dans leur généralité »10. Dans un sens voisin, Fichte écrit, en 1794, à propos de la « destination du savant » : « il ne voit pas seulement le présent, il voit aussi l’avenir ; il ne voit pas seulement le point de vue actuel, il voit aussi dans quelle direction il faut que l’humanité marche désormais »11. On peut m’objecter que le savant n’est pas le politique, mais la distinction weberienne est ici anachronique, dans un moment où la césure entre « philosophes » (ou « républicains des lettres ») et militants, voire législateurs n’est pas encore opérée dans les premières années de la Révolution12 : je crois qu’il faut attendre l’an III pour voir apparaître une « classe politique » se pensant comme telle. Aussi bien ne négligerai-je pas certaines notions-concepts ou notions pratiques13, dont, par ailleurs, Rolf Reichardt parle mieux que moi dans son rapport14.

  • 15 Il me semble nécessaire de prendre au sérieux Reinhart Koselleck, « Champ d’expérience et horizon (...)
  • 16 Sur « l’obsession du complot », Timothy Tackett fait une remarquable mise au point dans « Conspira (...)
  • 17 Michèle Ansart-Dourlen, L’action politique des personnalités et l’idéologie jacobine, Paris, L’Har (...)
  • 18 Haïm Burstin, Une révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), thèse pour le docto (...)

4Il me semble, en fait, à l’encontre d’une opinion qui tend à se banaliser dans l’historiographie récente, que les projets occupent une place essentielle dans la politique révolutionnaire15 : disons-le schématiquement, celle-ci ne peut se réduire à des luttes fratricides pour le pouvoir et tels combats meurtriers ne s’éclairent pas par le recours à une explication « psychiatrique » des individualités (ou groupes d’individus) en présence16. Ainsi, je trouve peu convaincant le livre de M. Ansart-Dourlen, multipliant clichés et à peu-près17, comme je m’étonne un peu de voir Haïm Burstin brosser le portrait des « protagonistes » révolutionnaires du faubourg Saint-Marcel sous l’angle parfois prégnant de la querelle, l’ivrognerie ou la prévarication : à l’angélisme soboulien d’un sans-culotte « brave et vertueux » est, semble-t-il, substituée la vision cobbienne de meneurs avinés18. Telles démarches ne sauraient répondre à la question fondamentale du projet révolutionnaire : pas plus que l’antagonisme « masses populaires »/« révolution bourgeoise », l’analyse en termes de « pathologie » sociale ne résout le problème de l’expérience exceptionnelle vécue par la France à la fin du XVIIIe siècle. Que nombre de projets, dont évidemment les plus radicaux, aient souvent été renvoyés à « l’irréel » (l’utopie banalisée), ne saurait justifier le déni de leur réflexivité pratique : qu’en serait-il alors de la république et/ou de la démocratie ?

  • 19 Voir Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », Carnet de croquis. Sur la connaissance histori (...)
  • 20 Pour une histoire politique, René Rémond dir., Paris, Le Seuil, 1988, p. 7.
  • 21 Michel Vovelle, « Du tout social au tout politique », Claude Mazauric, « Vrai ou faux tournant dan (...)
  • 22 Je pense, bien sûr, à Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution (...)

5Dernier point, fort trivial : l’histoire politique de la Révolution française est un terrain très labouré, selon différentes méthodes et approches, selon « l’échelle » choisie19, selon, enfin, des choix personnels et des présupposés idéologiques parfois divergents. Pour tenter de réunir ces fragments hétérogènes en une synthèse improbable, je m’abriterai derrière des réflexions historiographiques que, depuis le Bicentenaire, d’autres ont élaborées, sans reprendre – on s’en doute, la diatribe provocatrice contre « les diadoques et les épigones » (de l’École des Annales), pourfendeurs « paresseux » de l’histoire politique, qui ouvre le recueil collectif publié en 1988 sous la direction de René Rémond20. En histoire de la Révolution, le poids de l’événement est tel, dans sa complexité, que le politique n’a jamais disparu du champ de la recherche. Ces essais historiographiques sont ceux de Michel Vovelle, Claude Mazauric ou Viviane Gruder, présentés au Congrès des Sciences historiques de Montréal (1995), puis les textes de Gary Kates, Jack Censer et Suzanne Desan21. Il serait, par ailleurs, ridicule de rendre compte, dans ce palmarès involontaire, de certains travaux notoires dont les problématiques constituent les piliers même de ma construction22. J’ai donc arbitrairement et académiquement découpé mon propos en trois temps (inégaux) : quoi de neuf sur les acteurs et leur acculturation politique, sur la Révolution à l’œuvre (on peut reconnaître ici les « frayages et cheminements » de M. Vovelle), enfin sur les enjeux et les conflits.

Acteurs

  • 23 En évoquant l’acculturation culturelle des acteurs de la Révolution, je semble trahir Louis Althus (...)
  • 24 Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, (...)
  • 25 K. Baker, op. cit., p. 268 (note 8). Pour l’importance des travaux de J.G.A. Pocock et de Q. Skinn (...)
  • 26 Voir, outre le livre classique de Pocock sur Le moment machiavélien (1975), trad. française, Paris (...)
  • 27 Sur ce « jacobinisme » je reviendrai peu, ne sachant plus très bien aujourd’hui ce que ce terme si (...)
  • 28 Colloque Mably. La politique comme science sociale (1991), pub. par Florence Gauthier et Fernanda (...)
  • 29 Saluons la première traduction française des travaux de Dale K. Van Kley, Les origines religieuses (...)

6On a, fort heureusement, cessé de lire la culture politique des révolutionnaires à la seule lumière de Rousseau, ou de Montesquieu (versus Rousseau) en découvrant l’hétérogénéité des « influences » intellectuelles23. Je rejoins Keith Baker dans sa définition de la « culture politique » comme « l’ensemble des discours ou pratiques symboliques par lesquels on énonce [des] revendications et réclamations concurrentes »24. Baker dit emprunter de « façon assez éclectique » à l’école « de Cambridge », principalement à John Pocock, qu’il cite, et Quentin Skinner qu’il ne mentionne pas, auteurs aujourd’hui, on l’espère, bien connus en France en dépit de traductions « scandaleusement » tardives (Le Monde, 8 juin 2001)25. On sait que les apports de Pocock puis Skinner ont été, depuis plus de vingt ans, de mettre en lumière un « moment machiavélien », celui de l’humanisme civique et du républicanisme « classique » qui intègre la vertu comme composante de la liberté réciproque des citoyens, celui de « la liberté avant le libéralisme », bref de faire émerger des libéralismes26, dont les objectifs, en révolution, sont de fait contradictoires. Pour faire court et schématique, il est difficile d’opposer un « libéralisme » (monarchien, puis feuillant, puis girondin) au « jacobinisme », notion pratique « bloc » dont on peut douter, en l’état, de la pertinence conceptuelle, sauf évidemment à l’historiciser et l’expliciter27. Ce républicanisme « classique » est aussi celui, revisité, de Mably, longtemps oublié entre « la faute à Voltaire » et celle « à Rousseau ». À l’abbé philosophe ont été consacrés dans la décennie 1990 un important colloque et un doctorat américain auquel Jack Censer consacre une partie de son essai historiographique28. Censer rappelle, à ce propos, le rôle majeur joué par la crise politico-religieuse des années 1750-1770 : on retrouve ici, à l’évidence, l’importance des études consacrées au jansénisme « politique » (ou au « constitutionnalisme janséniste ») depuis plus de vingt ans par Dale Van Kley, synthétisées dans un ouvrage récent (1996) sur les « origines religieuses » de la Révolution29.

  • 30 Monique Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; (...)
  • 31 Viviane R. Gruder, « Où va le révisionnisme ?... », art. cit., p. 582-583 ; l’auteur rend largemen (...)
  • 32 Pierre Serna, Antonelle. Aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, préface de M. Vovelle, Paris, Éd. (...)
  • 33 J’avoue mal comprendre la critique qui m’est faite par C. Le Bozec d’ignorer « l’articulation entr (...)
  • 34 Cette liste n’est, évidemment, pas exhaustive et ne comporte aucun jugement de valeur : Nicole Bos (...)
  • 35 Par le dépouillement des archives privées, l’étude de la pensée de Sieyès a acquis une importance (...)
  • 36 Philippe Bourdin, Le Noir et le Rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patrio (...)

7Lui font écho, en France, sans doute de façon contradictoire pour la seconde, les livres de Monique Cottret et Catherine Maire30 : nul doute que l’abbé Duguet, Le Paige, Mey ou Maultrot aient joué un rôle essentiel dans la démolition intellectuelle de « l’absolutisme » hérité de Louis XIV, même s’il n’existe pas plus de complot janséniste, que maçonnique ou philosophique. Mais, comme l’observe justement Viviane Gruder, il n’y a pas « que les textes écrits par les philosophes et les physiocrates, les magistrats, les hommes de loi et les jansénistes, pour exercer une influence et conduire les différents groupes à s’engager dans l’action publique » : il y a aussi « les notions élémentaires et traditionnelles de justice », « les problèmes de la vie personnelle et les rapports au contexte plus large de la société » qui deviennent « des questions politiques dans l’arène publique »31. En ce sens, l’itinéraire intellectuel retracé par P. Serna d’un Antonelle « aristocrate révolutionnaire » a valeur d’exemple32, comme celui, a priori plus attendu, mais peu banal en fait, de Billaud-Varenne que j’ai tenté de restituer33. Par cette approche de la culture politique se sont trouvé vivifiées nombre de biographies, de Chaumette à Collot d’Herbois, de Boissy d’Anglas à Carra, sans parler « du cas » Robespierre34. Ont aussi acquis une reconnaissance académique des « biographies intellectuelles », celles de Sieyès, de Grégoire ou de François de Neufchâteau en particulier35. Si nul ne l’ignore, on « ne naît pas révolutionnaire », on « le devient », pourquoi tant de Français sont-ils entrés en Révolution ? Parfois, tout simplement, parce que l’occasion semble, si je puis dire, faire le larron : n’est-ce pas l’étonnant parcours (non isolé, sans doute) de Pascal-Antoine Grimaud, élève des Jésuites, chanoine aisé de Saint-Pierre de Clermont, devenu « sans-culotte », abdicataire et « terroriste » et mort (opportunément ?) trois jours après le 18 brumaire36.

  • 37 Suzanne Desan, art. cit., indique une référence bibliographique erronée (p. 171, n. 22), puisque l (...)
  • 38 S. Desan, art. cit., p. 171 ; l’auteur évoque donc ce qu’on pourrait maladroitement traduire en fr (...)
  • 39 C. Duprat, op. cit., vol. 2, 1997, p. 893-1243.
  • 40 Quant aux différentes analyses historiographiques de la sociabilité démocratique, je ne vois pas c (...)

8Ces biographies conduisent à évoquer des portraits de groupes éclairant cet apprentissage de la politique. Je n’en retiendrai que deux, à l’aube de la Révolution, les philanthropes et les Constituants. Les philanthropes, d’abord, parce qu’il me semble que Suzanne Desan n’a pas vraiment rendu compte de la thèse de Catherine Duprat, tout simplement, d’ailleurs, car elle n’en a lu, au reste rapidement, que le premier volume, soit le quart du texte37. S. Desan reproche donc à C. Duprat de ne pas précisément définir la « philanthropie » (« an umbrella term » écrit Desan)38. Outre que je m’avoue surprise de cette remarque, à la seule lecture de ce premier volume (où sont déjà précisément analysées les origines de ce modèle éthique des Lumières, la singularité de ses référents et pratiques, les innovations multiples des fondations de la décennie 1780, puis la spécificité des engagements des philanthropes, tant politiques que proprement philanthropiques, de 1789 au Consulat), il convient de renvoyer S. Desan aux cinq chapitres thématiques de la dernière partie de la thèse dont elle n’a pas pris connaissance39 : elle eût pu y suivre une large mise en perspective de la philanthropie de 1770 à 1840 dans les synthèses présentées sur les rôles, modèles, réseaux, structures associatives, enjeux et rapports aux instances culturelles et politiques40. Après les philanthropes, dont certains des précurseurs notables furent plus qu’actifs dans le « parti patriote » de 1789, venons-en aux Constituants.

  • 41 Voir les travaux de R. Monnier déjà évoqués, en particulier sur Bonneville et les écrivains républ (...)
  • 42 Michael P. Fitzsimmons, The remaking of France. The National Assembly and the Constitution of 1791(...)
  • 43 Voir Edna H. Lemay et alii, Dictionnaire des Constituants, 1789-1791, préface de François Furet, P (...)
  • 44 Timothy Tackett, Becoming a Revolutionary. The Deputies of the French National Assembly and the Em (...)

9Les députés de la première assemblée nationale sont les grands gagnants de l’historiographie récente, car le « moment 89 », élargi à la Constituante toute entière, ce qui ne va pas sans poser le problème du « moment républicain » de 179141, est devenu un vaste champ de recherche dont témoignent, entre autres, les ouvrages de synthèse de M.P. Fitzsimmons ou de F. Furet et R. Halévi42. Quant au portrait collectif des premiers représentants du peuple de la moderne nation, on sait ce qu’il doit aux travaux pionniers d’Edna Lemay (et Alison Patrick)43, mais il faut évidemment évoquer le livre de Timothy Tackett, heureusement traduit en français44. Novateur par ses sources et ses apports, Tackett donne à voir comment émergent une culture et des pratiques en Révolution, comment s’organisent des stratégies d’hommes moins inexpérimentés que le disait Burke, comment la dynamique révolutionnaire fait naître des « partis », un « côté gauche », un « côté droit » et des députés qui oscillent (sans être des girouettes) selon les débats. Le livre s’achève sur le « faux répit » de l’été 1790, mais T. Tackett vient de terminer un nouvel ouvrage sur la fuite à Varennes et ses conséquences. Car la révolution est sans cesse à l’œuvre, remettant en cause des positions qu’on pouvait croire acquises.

La Révolution à l’œuvre

  • 45 Voir Florence Gauthier, ci-dessus, p. 101 ; je renvoie aussi au mémoire d’habilitation à diriger d (...)
  • 46 Michel Vovelle, Les Jacobins : de Robespierre à Chevènement, Paris Éd. La Découverte, 1999, Les Ré (...)

10Je m’en tiendrai, je l’ai dit, à une vision étroitement hexagonale, renvoyant à Florence Gauthier pour la question coloniale, au demeurant majeure45, à Anna Maria Rao et à Lluis Roura pour les domaines italien et espagnol : j’abandonne donc les « Jacobins » européens et les Républiques-sœurs chers à Michel Vovelle46. Il me semble que dans ces processus de politisation de l’espace français, d’élaboration des opinions publiques, de diffusion des mots d’ordre, plusieurs chantiers sont aujourd’hui bien défrichés. Je serai brève, puisque nombre d’auteurs comptent parmi les organisateurs ou participants de ce colloque. Très schématiquement, ne retenons que quelques axes.

  • 47 Jeff Horn, « Toute politique est locale... », AHRF, n° 311, 1998, p. 89-109 ; Patrice Gueniffey, L (...)
  • 48 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIe au début du XIXe s (...)
  • 49 La dernière partie du triptyque de Michael L. Kennedy, The Jacobin Clubs in the French Revolution, (...)
  • 50 Bernard Gainot, 1799, un nouveau Jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à bru (...)

11Si, comme le proclame Jeff Horn dans une critique du livre de Patrice Gueniffey, Le nombre et la raison, « toute politique est locale », elle n’est pas, pour autant, clochemerlesque47. Entendons-nous : les rapports du « local » et du « national », comme ceux du « centre » et de la « périphérie », sont à repenser à l’aide de concepts clairs, et sans doute globalisants, sans être généralisateurs. Tels sont, en tout cas, les enseignements de plusieurs thèses, à caractère apparemment « régional », mais qui éclairent, en fait, l’histoire nationale : je pense, bien sûr, aux travaux de Georges Fournier, de Christine Peyrard, de Martine Lapied, de Philippe Bourdin, de Serge Bianchi ou de Danièle Pingué, sur lesquels je n’insiste pas, Rolf Reichardt en parlant fort bien dans le rapport qu’il a présenté48. Le premier grand chantier qui se trouve ainsi aujourd’hui, non pas clos, mais plus qu’avancé est donc celui de la sociabilité politique, dont Jean Boutier et Philippe Boutry ont livré une synthèse collective en 1992 : je n’y reviens pas, C. Peyrard ou R. Monnier en parleraient mieux que moi et, une fois encore, Rolf Reichardt m’a précédée49. Ajoutons, que dans ces approches, on a beaucoup appris de la sociabilité directoriale et des cercles constitutionnels, grâce encore à C. Peyrard, P. Bourdin ou B. Gainot50. Voici un domaine où les travaux pionniers de Marcel Reinhard, puis Isser Woloch ont été considérablement enrichis et affinés : première victoire du Directoire et, qui n’est pas la seule.

  • 51 Malcolm Crook, Elections in the French Revolution. An apprenticeship in democracy, 1789-1799, Camb (...)
  • 52 La République directoriale, textes réunis par Philippe Bourdin et Bernard Gainot, Paris/Clermont-F (...)
  • 53 La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, textes réunis par Robert Chagny, Grenob (...)
  • 54 Sur ce point, je diverge de Pierre Rosanvallon écrivant, sur les Conventionnels rédacteurs de la C (...)

12Le deuxième champ de recherche doit aussi beaucoup à l’historien qui fut longtemps « le » spécialiste du Directoire, Jean-René Suratteau : c’est celui des élections et surtout des processus électoraux. Malcolm Crook, lui-même auteur de nombreux articles et d’une synthèse publiée en 1996, présente ici les travaux récents, nombreux et novateurs51. Pour M. Crook, nuançant largement Patrice Gueniffey, toute la décennie révolutionnaire est un « âge d’or de la pratique électorale » et un chantier ouvert à bien des enquêtes. Cet intérêt porté aux pratiques électorales est évident : ainsi, au colloque de Clermont sur la République directoriale (1997), la plupart des communications de la troisième partie consacrée aux « Élections et parcours politiques » touchaient aux élections ou, tout aussi essentiel, aux enjeux électoraux52. De même, lors des journées d’études organisées à Vizille en hommage à Albert Soboul, Jacques Godechot et Jean-René Suratteau (septembre 2001), quatre des onze communications rassemblées sur le thème « Enjeux sociaux et choix politiques » portaient encore sur les pratiques électorales dans leurs diversités53. Il est vrai que, même si le suffrage « restreint », de 1790 à 1792, puis de 1795 à 1799, fait d’un droit fondateur de la démocratie une fonction réservée à certains54, les assemblées électorales – dans une période de répression de la sociabilité politique – sont de hauts lieux d’expression des conflits (B. Gainot l’a montré pour les élections de l’an VII).

  • 55 Voir, entre autres, Jean-Paul Bertaud, « An Open File : The Press under the Terror », The Terror, (...)

13Le troisième champ d’étude de la politisation est celui de la « révolution du journal » (P. Rétat) : je renvoie, ici encore, au rapport de Rolf Reichardt, sauf à souligner davantage l’importance des travaux menés ou dirigés par Jean-Paul Bertaud, en particulier sur une expression vivace et non figée de la presse en l’an II : niera-t-on, par exemple, que la Décade philosophique, périodique dont les options ne sont pas spécifiquement « jacobines », entame sa parution en floréal an II ? Il faut donc, dans ce domaine aussi, être prudent, ce que démontre Bertaud55. Certaines figures de journalistes, « patriotes » ou « amis du roi » ont ainsi émergé de façon exceptionnelle.

  • 56 Voir le numéro spécial des AHRF, juillet-septembre 1994, sur « Lieux et temps de l’acculturation p (...)
  • 57 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la Fondation nationale d (...)
  • 58 Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « La mission Maignet », AHRF, numéro spécial sur l’an II, jo (...)
  • 59 Jean-Pierre Gross, Égalitarisme jacobin et droits de l’homme, 1793-1794. La Grande Famille et la T (...)
  • 60 Sur Bo, voir Stéphane Lescure, Les missions du conventionnel Jean-Baptiste Bo, maîtrise, dir. C. D (...)

14Dernier axe de cette Révolution à l’œuvre, le rôle actif des médiateurs, des porte-parole ou « courtiers locaux du politique » (J. Boutier)56, des vecteurs d’acculturation politique (C. Duprat). Jacques Guilhaumou, après avoir montré le rôle déterminant des courses civiques des « missionnaires patriotes » marseillais dans la Provence déchirée du printemps 1792, a tenté une synthèse sur le rôle des porte-parole et des intermédiaires politiques dans l’émergence de l’idée nationale, puis républicaine57. Place doit évidemment être faite, ici, aux Conventionnels représentants en mission. Outre les études de cas récentes (sur Maignet, Collot ou Fouché)58, Jean-Pierre Gross a suivi les Conventionnels envoyés en mission dans le Centre et le Sud-Ouest, entre mars 1793 et fructidor an II : cette approche thématique centrée sur les « projets », dévoile une politique appliquée selon des procédures parfois divergentes (« Terreur dure et Terreur douce »), mais dont le but commun est la réalisation des droits-créances inscrits au cœur du projet de l’an II59. S’il y a une « politique de la Terreur », c’est bien dans ce livre qu’il faut la chercher, avec Bo, ou Romme dont chacun connaît le parcours60.

  • 61 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), (...)
  • 62 Les sources classiques sont indiquées par Catherine Duprat, « Missions et missionnaires de 1793 à (...)

15Différente est la démarche de Michel Biard dans la synthèse qu’il vient de publier, comblant ainsi un vide de l’historiographie et offrant un remarquable instrument de travail61. Pour brosser le « portrait de groupe » des 426 Conventionnels ayant effectué des missions (plus de cinq, voire huit pour certains d’entre eux, qui ont ainsi peu siégé à l’Assemblée) du 9 mars 1793 à brumaire an IV, l’auteur a systématiquement dépouillé le Recueil des actes du comité de Salut public, complété par des séries des Archives nationales, certaines classiques, d’autres demeurées inexploitées comme les papiers du comité des Inspecteurs de la salle, qui permettent de préciser le mouvement des représentants et les sommes allouées pour chaque mission62. Cette documentation massive a été enrichie par des travaux historiques et, en particulier, une importante littérature grise de plus d’une soixantaine de travaux universitaires (dont environ la moitié soutenus à l’Université de Paris I). C’est donc à une étude globale de l’institution, de son fonctionnement, de ses rythmes et de son personnel que se livre M. Biard, rompant avec bien des clichés, comme celui du « proconsul montagnard » à la botte du comité de Salut public. Quant « au temps » et « à l’espace » des missions, il montre des députés, parfois familiers, le plus souvent étrangers aux réalités locales auxquelles ils sont confrontés. Intermédiaires politiques et culturels, plus qu’agents dociles d’un pouvoir centralisateur, leurs activités sont souvent multiformes, dominées par les impératifs économiques et militaires. Finalement, membres du pouvoir législatif qui incarne la souveraineté de la volonté générale, ces représentants ne sont pas un « maillon » entre les intendants-commissaires du roi et les préfets nommés par l’exécutif : hommes d’un moment révolutionnaire, ils n’étaient en rien destinés à durer. Pourtant, masqués par Carrier, Le Bon (mais il faudrait aussi citer Cadroy ou Boisset dont les responsabilités dans la « Terreur blanche » sont non négligeables), ils ont souvent fait occulter par leur réputation de « fous sanguinaires » la nature réelle des enjeux, conflits et tensions de la Révolution.

Enjeux, conflits, tensions

  • 63 Les fédéralismes. Réalités et représentations, 1789-1874, Aix-en-Provence, UMR Telemme, avant-prop (...)

16Cette dernière partie sera brève, car je ne retiendrai que quelques thèmes, la Contre-Révolution, les enjeux du discours et les conflits, de l’an III à brumaire an VIII (le(s) fédéralisme(s), objet d’un colloque tenu à Marseille en 1993, devant être évoqué par la communication de Donald Sutherland63.

  • 64 Voir, entre autres, Jean-Clément Martin, Une région nommée Vendée. Entre politique et mémoire, XVI (...)
  • 65 Contre-Révolution, Révolution et Nation, op. cit., p. 13.

17La Contre-Révolution, d’abord, puisque, nous en convenons tous, il n’y a pas de révolution sans contre-révolution. Son étude semble avoir été revisitée depuis les travaux devenus classiques de Claude Petitfrère, Roger Dupuy ou Donald Sutherland sur l’Ouest, de Gwynne Lewis ou Hubert Jonhson sur le Midi. Jean-Clément Martin y a, ces dernières années, consacré plusieurs livres et colloques64. J.-C. Martin semble surtout s’attacher à décrire (et expliquer) les violences, à dénouer les complexités, clarifier les dénominations souvent confuses, rendre chair aux militants et aux mémoires. Au passage, il réfute des polémiques « datées », tout en restituant sa logique à la « guerre de Vendée ». S’il étudie les massacres, aussi bien de Machecoul que des Lucs, c’est d’abord en s’interrogeant : « Est-il possible de compter les morts de la Vendée ? », question essentielle bien éloignée des discours sur le « génocide franco-français ». La problématique centrale de J.-C. Martin est ainsi de démonter les « rouages » d’une inter-relation complexe entre Révolution et Contre-Révolution, contre le poids des mémoires historiographiques : « la Contre-Révolution, écrit-il, aura donc participé à la politisation massive de la société française, elle n’en aura été ni un épiphénomène ni un appendice, mais une alternative durablement débattue »65.

  • 66 Alain Gérard, « Par principe d’humanité... ». La Terreur et la Vendée, avant-propos de Pierre Chau (...)
  • 67 Giogio Agamben, Homo sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, trad. française, Paris, Le Seuil, (...)
  • 68 Les Thermidoriens ont souvent accusé les « terroristes » de « crimes contre l’humanité » : doit-on (...)
  • 69 Patrice Gueniffey, La politique de la Terreur..., op. cit.
  • 70 Jean-Clément Martin, Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée, (1986), rééd., Paris, Gallimard-Déco (...)

18Alors que Jean-Clément Martin se situe loin de l’historiographie de « l’anathème », tel n’est pas le cas d’Alain Gérard, directeur du Centre vendéen de recherches historiques66. Abandonnant la notion de « génocide » – la comparaison avec Auschwitz faisant par trop le jeu des négationnistes de tout bord, tel, malheureusement, le philosophe italien Giogio Agamben67 – Gérard insiste sur des « crimes contre l’humanité », d’autant plus atroces qu’ils sont commis « au nom de l’humanité »68. Reposant sur une prétendue érudition souvent légère (Mgr de Beaumont devient ainsi un évêque « janséniste », ou bien sont évoquées « 3000 » sociétés populaires affiliées aux Jacobins de Paris), sur l’interprétation plus que discutable de certains ouvrages (ainsi William D. Edmonds sur Lyon, ou Michel Biard sur Collot d’Herbois), A. Gérard, d’ailleurs largement cité par Patrice Gueniffey, rejoint ce dernier dans la dénonciation de « l’idéocratie » de l’an II69, étant entendu, selon une pensée standard, que l’idéologie est toujours le fait de l’ennemi et toujours l’habillage d’une manipulation totalitaire. N’ajoutons pas à cette critique, qui sent sa nostalgie « jacobine », le relevé de multiples contre-sens, comme par exemple sur la loi du 19 mars 1793, pourtant clairement expliquée par Jean-Clément Martin dans un livre destiné à un large public70.

  • 71 Le Monde, 4 octobre 2001, p. 1 et 19.
  • 72 La citation de Büchner, au demeurant encore déformée par M. Canto, est donnée par Françoise Proust(...)

19Si on espérait la vulgate Robespierre-Jacobins = Staline-Goulag-Pol Pot quelque peu délaissée, les événements de septembre 2001 et l’omniprésence du discours anti-terroriste (mais qu’est-ce, historiquement qu’un « terroriste » ?) nous donnent à voir des versions plus exotiques de ce schéma. Ainsi la philosophe Monique Canto-Sperber, dénonçant « l’injustifiable terreur », nous présente une nouvelle généalogie (Saint-Just-Trotski-Ben Laden) et pour appuyer son propos, fournit une citation de Saint-Just « lors du procès de Danton » : « Peu importe, aurait dit le rapporteur du comité de Salut public, qu’on meure de la peste ou de la révolution. La nature morale (ou l’histoire) n’a pas à être plus morale que la nature physique »71. L’historienne besogneuse, qui ne reconnaît en rien le discours du 11 germinal an II, cherche la source et la trouve chez Büchner, La mort de Danton (acte II, scène 7)72 : on avouera que M. Canto-Sperber a une curieuse approche des textes (deux fois « réécrits ») et des régimes d’historicité. Cette présentation d’une déformation flagrante du discours nous conduit à évoquer les travaux consacrés aux enjeux des pratiques langagières.

  • 73 Sophie Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Pari (...)
  • 74 Voir Jack Censer, art. cit., p. 167, s’appuyant sur le compte rendu de Claude Gautier dans Annales (...)

20Outre l’étude de Yannick Bosc, déjà citée, qui éclaire le court moment du débat constitutionnel de l’an III à partir de l’argumentation de Thomas Paine, retenons les ouvrages (issus de doctorats) de Sophie Wahnich et de Marc Deleplace73. Si le livre de S. Wahnich articule ses descriptions d’énoncés à partir d’un argument final (très schématiquement, l’exclusion de l’étranger), il a pu lui être reproché un parti pris de non-contextualisation74. Tel n’est pas le cas de M. Deleplace (sans doute parce que son travail n’est pas exclusivement fondé sur le discours d’assemblée) où la notion-concept « anarchie » et le désignant « anarchiste » sont clairement inscrits dans des « moments » identifiés : polarisation majeure lors du conflit Gironde/Montagne, puis retour en force, après l’effacement de l’an II, dans le discours thermidorien et directorial, avec la dimension péjorative de désorganisation sociale et de violation des propriétés.

  • 75 Françoise Brunel, « Sur l’historiographie de la réaction thermidorienne… », AHRF, n° 237, 1979, p. (...)
  • 76 Voir Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, (...)
  • 77 Françoise Brunel, « Aux origines d’un parti de l’ordre : les propositions de constitution de l’an (...)
  • 78 1795. Pour une République sans Révolution, colloque de Rennes, 1995, dir. Roger Dupuy et Marcel Mo (...)
  • 79 Le tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, sous dir. Mic (...)

21Les thèses de Deleplace comme de Bosc conduisent à mon dernier point : l’emphase des études sur l’après-thermidor et le Directoire. Le temps est loin où je pouvais écrire un article-plaidoyer sur la « réaction » thermidorienne et où Jean-René Suratteau, dans sa réédition du cours de Georges Lefebvre, dressait un état des questions comme autant d’incitations aux recherches75. L’an III a sans doute bénéficié d’abord d’un « effet Baczko »76, ensuite d’un contexte favorable à la commémoration d’un Bicentenaire appartenant encore à la Révolution, tout en étant celui de la République constitutionnelle. Ceci explique le regain d’intérêt porté aux travaux de la Commission des Onze, enquête que j’avais amorcée en 1984 et considérablement élargie par le beau livre de Sergio Luzzatto ou la thèse de Dmitri Bovykine77. Cette reconsidération de la période post-thermidorienne se fait parfois un peu hagiographique lorsqu’est plaidée « la permanence des hommes et des principes »78. Permanence de certains hommes, sans doute (la Révolution n’a évidemment pas dévoré tous ses enfants, mais il ne faudrait pas oublier les sévères épurations des différentes instances politiques). Permanence des principes, non : la rupture de cette « dérévolution » est évidente, comme en témoigne justement le débat constitutionnel de l’an III. Enfin, il me semble qu’on ne peut évaluer cette stabilisation constitutionnelle en gommant la violence qui l’accompagne : le Congrès d’Aix du CTHS (1995) a largement contribué à une connaissance approfondie des brutalités et exactions de la « Terreur blanche », déjà pointées par Richard Cobb (1970), Colin Lucas (1984) et Michel Vovelle (1985). Cette « réaction royale » (Fréron) n’a pas frappé que le grand quart Sud-Est, comme nous le donne à voir le cas de l’Orne étudié par C. Peyrard79.

  • 80 Jean-Paul Bertaud, 1799. Bonaparte prend le pouvoir, Bruxelles, Complexe, 1987, p. 188 et sq.
  • 81 Voir R. Monnier, « “Démocratie représentative” ou “république démocratique« », art. cit.
  • 82 Sur Jacques-Rigomer Bazin, voir Christine Peyrard, Les Jacobins de l’Ouest, op. cit. ; voir aussi (...)

22La République directoriale avait tout à gagner de ces multiples révisions qui ne la réduisent plus aux seuls « coups d’État », au chaos politique, à la gabegie financière et économique. Déjà, en 1987, Jean-Paul Bertaud s’interrogeait sur « la résistible ascension de Bonaparte ? »80. Georges Fournier, Christine Peyrard ou Bernard Gainot, dans des travaux déjà mentionnés, ont montré la complexité des rapports de force durant cette période. Après Isser Woloch (1970), les historiens ont insisté sur la permanence d’un mouvement démocratique, non réductible à l’échec de Babeuf : « néo-jacobins », comme les définit Gainot à la suite de Woloch, « républicains démocrates », selon Serna reprenant la terminologie d’Aulard ? S’agit-il d’un retour aux sources de la « démocratie représentative », déjà pensée en 1791 (mais sous quelle forme ?)81 ou/et, dans la difficile recomposition d’une époque qui n’ignore pas la répression, d’une rencontre entre « vieux » Jacobins ou Montagnards (Antonelle, Barère le clandestin, Prieur de la Marne, Léonard Bourdon) et « jeunes » militants, entrés en politique avec la République démocratique (Rigomer Bazin, Pierre-Joseph Briot ou le « rescapé » Jullien de Paris)82 ? Peu importe, si tous partagent finalement le même amour de la « République démocratique », la même haine du « fanatisme » et de « l’anarchie royale » (Bazin).

  • 83 Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique dans la grande nation et 2. L’intégration des cito (...)

23Cette nouvelle approche du Directoire a, logiquement, conduit à repenser brumaire, avant que, Bicentenaire aidant, la napoléomania ne s’empare des esprits (pour s’achever, comme il se doit, sur un Waterloo). Dégagé de sa gangue d’adulation ou d’exécration, l’événement a pu être historicisé, évalué au regard de la période qui va des années 1780 aux années 1820. À cette approche nouvelle, en termes au demeurant classiques « d’histoire totale » (mais est-ce si inopportun ?), ont correspondu deux tables rondes, en 1998 et 1999, puis un colloque organisé à l’Université de Rouen (mars 2000), par Jacques Bernet, Hervé Leuwers et Jean-Pierre Jessenne, maître d’œuvre de la publication de l’ensemble de ces contributions et qui en a fort bien résumé les enjeux aux journées de Vizille déjà citées83. L’ensemble montre, en fait, des affrontements très durs dans une sur-politisation affirmée, ce qui aurait pu surprendre il y a dix ans. Conflits urbains, certes, mais qui ne peuvent faire oublier une « chouannerie » rurale aux images très différenciées.

  • 84 Christine Le Bozec, « En sortir par le Centre », La Révolution française. Idéaux, singularités, in (...)
  • 85 Françoise Brunel et Myriam Revault d’Allonnes, « Jacobinisme et libéralisme », communication au Co (...)

24De ces conflits, locaux et nationaux, la France n’est pas sortie de la Révolution « par le centre »84, mais par un ordre social dur aux pauvres, la glorification de la conquête et du pouvoir exécutif fort, la négation des droits des gens, sans doute, donc par bien des aspects, par la contre-révolution. Faut-il, pour autant, désespérer de l’idée révolutionnaire qui, par nature, conduirait à la dictature, douce au mieux, dure au pire ? « Révolution terminée ? Révolution non terminée ? Révolution interminable ? », interrogions-nous, en 1979, avec M. Revault d’Allonnes : j’avoue n’avoir toujours pas de réponse à ces questions sur le sens même de l’idée révolutionnaire, dans sa réalisation pratique85.

  • 86 Albert Mathiez, Le Bolchevisme et le Jacobinisme, Paris, Librairie du Parti Socialiste et de l’Hum (...)
  • 87 Hannah Arendt, Essai sur la Révolution, 1963, trad. française Michel Chrestien, Paris, Gallimard, (...)
  • 88 Theda Skocpol, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et Chine, 1979, t (...)
  • 89 Arno J. Mayer, Les Furies. Violence, vengeance, terreur aux temps de la Révolution française et de (...)
  • 90 French Historiacal Studies, vol. 24, n° 4, fall 2001 (articles de Mary Nolan, David A. Bell, Timot (...)

25Puisqu’il n’est d’histoire, paraît-il, que comparative et après avoir lu nombre d’essais sur « les révolutions contemporaines », de Mathiez (que j’ai la faiblesse de trouver émouvant, sachant l’attitude de l’historien face au stalinisme)86, à Hannah Arendt, si mal traduite en français87, puis Theda Skocpol qui, dans une étude sociologique inspirée par Barrington Moore, voit plus dans la Révolution française (de 1789 à 1815), « une révolution incorporatrice des masses qui renforce l’État », qu’une « révolution bourgeoise »88, j’ai abordé, dès sa publication (2000), le livre d’Arno J. Mayer, élaboré à partir de leçons prononcées en 1991 au Collège de France à l’invitation de Maurice Agulhon89. Mayer mène une étude avant tout « conceptuelle » des « spirales ascendantes de violence et de terreur » qui ont marqué les révolutions française et russe : aussi accorde-t-il une place essentielle à la contre-révolution, mais aussi à la « méfiance rurale » (la « guerre paysanne » de Vendée), à la contestation du sacré, pour conclure sur les différences majeures entre les deux révolutions, l’externalisation de la Révolution française par les guerres napoléoniennes, l’intériorisation de la révolution soviétique par « la terreur dans un seul pays ». Le livre de Mayer a déjà suscité un débat aux États-Unis90 : tel devrait être aussi le cas en France en 2003.

  • 91 Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Paysans et politique sous la Révolution française à partir (...)
  • 92 « Culture de la Terreur », dossier présenté par Antoine de Baecque, Annales HSC, n° 4, juillet-aoû (...)
  • 93 Le livre de David A. Bell, The Cult of the Nation in France. Inventing Nationalism, 1680-1800, Cam (...)

26La Terreur demeure donc l’une des questions récurrentes de l’historiographie révolutionnaire, qu’on l’aborde par l’étude minutieuse d’institutions spécifiques comme les comités révolutionnaires, objets de l’enquête coordonnée par Martine Lapied91, ou par le biais, plus délicat et hétérogène, de l’histoire culturelle92. Mais l’histoire politique de la Révolution ouvre aussi d’autres champs de recherche, sur l’articulation patriotisme/nationalisme, par exemple93, sur les évolutions du « côté droit » et du « côté gauche » durant la décennie 1789-1799, sur le pouvoir exécutif et le rôle de ce que Pierre Serna appelle « extrême-centre ». Le travail n’est pas terminé, les débats non plus, car c’est de notre présent et de notre avenir qu’il s’agit : « Courage, malgré tout, mon frère ou ma sœur ! Va toujours. La liberté exige qu’on lui voue son effort quoi qu’il arrive » (Walt Whitman).

Notas

1 Michel Vovelle, Combats pour la Révolution française, Paris, Éd. La Découverte-SER, 1993.

2 Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et développement de la Démocratie et de la République (1789-1804), 1901, 6e édition, Paris, A. Colin, 1926, p. 781. En ne dissociant pas « démocratie » et « république », l’historien radical-socialiste se montre sage quant à « l’exception française » du XVIIIe siècle.

3 Jacques-Nicolas Billaud-Varenne, Éléments du républicanisme, Paris, Patris, an I, p. 20-21 (en italique dans le texte).

4 Voir Florence Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution. 1789-1795-1802, Paris, PUF, coll. Pratiques théoriques, 1992 ; Yannick Bosc, Le conflit des libertés. Thomas Paine et le débat sur la Déclaration et la Constitution de l’an III, thèse pour le doctorat d’histoire, dir. J. Guilhaumou, Université de Provence, mars 2000. Ces deux références n’excluent en rien d’autres travaux.

5 A. Aulard, op. cit., p. 782 (le livre compte 783 pages de texte).

6 J. G. Fichte, Considérations destinées à rectifier les jugements du public sur la Révolution française (1793), trad. Jules Barni, rééd. Marc Richir, Paris, Payot, 1974, p. 79.

7 Sans polémiquer, on peut noter l’évolution de Marcel Gauchet dans La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, coll. Tel, 2002 : le premier article (1980), s’intitule « Les droits de l’homme ne sont pas une politique », le dernier, publié dans la même revue Le Débat en 2000, a pour titre : « Quand les droits de l’homme deviennent une politique ». Sur la « cosmopolitique du droit des gens », voir Marc Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998.

8 Panoramiques, « De saint Vincent de Paul aux french doctors », n° 24, 1er trimestre 1996, dir. Myriam Tsikounas et Pierre Bouretz.

9 Outre sa contribution au n° 24 de Panoramiques, voir principalement de Catherine Duprat, Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la monarchie de Juillet, préface de Maurice Agulhon, t. 1, Paris, CTHS, 1993, en particulier p. 115-147, 174-210 et 289-374. Les deux autres volumes publiés de la thèse de C. Duprat sont évoqués plus bas.

10 Emmanuel Kant, Sur l’expression courante : il se peut que ce soit juste en théorie, mais en pratique, cela ne vaut rien, 1793, trad. L. Guillermit, Paris, Vrin, 3e éd., 1977, p. 11. Je sais que la référence, en histoire, à des textes philosophiques comporte un « risque intellectuel » (voir Marcel Dorigny, note sur mon édition de Billaud-Varenne, Principes régénérateurs du système social, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, publiée dans Dix-Huitième Siècle, n° 26, 1994, p. 583-584). Dix ans après, je persiste et signe.

11 J.G. Fichte, Conférences sur la destination du savant, édition J.-L. Vieillard-Baron, Paris, Vrin, 1980, p. 75.

12 Voir Raymonde Monnier, « “Démocratie représentative” ou “république démocratique« », AHRF, n° 325, 2001, p. 1-21 et Jacques Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792). Essai de synthèse sur les langages de la Révolution française, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998.

13 Pour reprendre les titres des fascicules 2 et 6 du Dictionnaire des usages sociopolitiques (1770-1815), Paris, Klincksieck, INALF collection Saint-Cloud, 1987 et 1999.

14 Voir ci-dessus, p

15 Il me semble nécessaire de prendre au sérieux Reinhart Koselleck, « Champ d’expérience et horizon d’attente », Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1979), trad. Paris, Éd. de l’EHESS, 1990 : « il n’y a d’histoire qui n’ait été constituée par les expériences vécues et les attentes des hommes agissants et souffrants », p. 308.

16 Sur « l’obsession du complot », Timothy Tackett fait une remarquable mise au point dans « Conspiracy Obsession in a Time of Revolution: French Elites and the Origins of the Terror, 1789-1792 », The American Historical Review, vol. 105, n° 3, juin 2000, p. 691-713. J’ai indiqué, dans ma contribution aux Mélanges Michel Vovelle, volume IHRF, Paris, SER, 1997, mes réserves sur bien des thèmes développés par Jacques André, La Révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, PUF, 1993. L’usage banalisé de termes psychanalytiques peut dénaturer une véritable approche critique. Ainsi, publiant de remarquables témoignages de « Girondins obscurs », Mémoires de Terreur : l’an II à Bordeaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002, Anne de Mathan écrit : « Plus que jamais déconnectée des circonstances qui avaient cessé d’être dramatiques et des victoires qu’elle n’avait en rien préparées, la Terreur apparut, dépouillée de toute justification, dans son atroce réalité. Elle cessait de répondre à la recherche paranoïaque des ennemis de la liberté. Sortant de son lit, elle se développa comme un fleuve en crue, s’annonçant désormais la guerre de la vertu et de la morale contre le vice et le crime. La Révolution devint schizophrénique (...) » (p. 29-30). Étonnante reprise de la « théorie des circonstances » croisée avec un cliché thermidorien : sommes-nous, pour autant, plus éclairés sur la redoutable explication du « pourquoi » et du « comment » de la Terreur ?

17 Michèle Ansart-Dourlen, L’action politique des personnalités et l’idéologie jacobine, Paris, L’Harmattan, 1998.

18 Haïm Burstin, Une révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), thèse pour le doctorat d’État, Université de Paris I, 1999, dir. Michel Vovelle, à paraître en 2003. Il va de soi que je ne réduis pas à cette critique le grand travail de Burstin, fondé sur de très impressionnants dépouillements de sources dispersées et fragmentaires et sur une réflexion de plus de vingt ans sur les « sans-culottes », mais peut-être la microstoria, dont cette thèse est un modèle, montre-t-elle ici des limites.

19 Voir Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, 1999, p. 88-119. Notons qu’il semble désormais impossible, en 2002, de reprendre, même pédagogiquement, la célèbre distinction de Georges Lefebvre entre l’histoire « vue d’en haut » et l’histoire « vue d’en bas » : la « France d’en bas » l’a minée.

20 Pour une histoire politique, René Rémond dir., Paris, Le Seuil, 1988, p. 7.

21 Michel Vovelle, « Du tout social au tout politique », Claude Mazauric, « Vrai ou faux tournant dans l’historiographie révolutionnaire ? », Viviane R. Gruder, « Où va le révisionnisme ? Perspectives politiques sur l’Ancien Régime », AHRF, n° 310, 1997, p. 545 à 584 ; Gary Kates ed., The French Revolution. Recent Debates and New Controversies, Londres et New York, Routledge, 1998; Jack Censer, « Social Twists and Linguistic Turns: Revolutionary Historiography a Decade after the Bicentennial », French Historical Studies, vol. 22, n° 1, 1999, p. 139-167; Suzanne Desan, « What’s after Political Culture? Recent French Revolutionary Historiography », French Historical Studies, vol. 23, n° 1, 2000, p. 163-196. Il convient aussi de souligner l’importance des références données par Isser Woloch, The New Regime..., New York-Londres, 1994.

22 Je pense, bien sûr, à Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La découverte, 1992.

23 En évoquant l’acculturation culturelle des acteurs de la Révolution, je semble trahir Louis Althusser, « Sur le jeune Marx » (1960), Pour Marx, Paris, Maspero, p. 52 : je crois qu’il n’en est rien et je renvoie à mon article « L’acculturation d’un révolutionnaire : l’exemple de Billaud-Varenne (1786-1791) », Dix-huitième Siècle, n° 23, 1991, p. 261-274 (en anglais dans George Levitine ed., Culture and Revolution, College Park, University of Maryland, 1989).

24 Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, (1990), trad. française, Paris, Payot, 1993, p. 14. Il me semble que K. Baker a encore précisé cette notion de « culture politique » dans son introduction au colloque de Stanford sur la Terreur (1992), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 4, The Terror, K.M. Baker ed., Oxford, Pergamon/Elsevier Science, 1994. Je m’étonne que Patrice Gueniffey puisse noter à la première page de son essai : « On n’écrit plus guère sur la Terreur », La politique de la Terreur..., Paris, Fayard, 2000, p. 9. Laudatifs ou critiques, les comptes rendus n’ont sans doute pas assez insisté sur cette phrase révélatrice, au-delà de sa flagrante vacuité, d’une récente tendance universitaire à néantiser certains travaux antérieurs « gênants ».

25 K. Baker, op. cit., p. 268 (note 8). Pour l’importance des travaux de J.G.A. Pocock et de Q. Skinner, voir Jacques Guilhaumou, « De l’histoire des concepts à l’histoire linguistique des usages conceptuels », Genèses, 38, mars 2000, p. 105-118 et les travaux en cours de Raymonde Monnier sur le républicanisme avant la République, dont témoigne la communication de J. Guilhaumou et R. Monnier, p. 235.

26 Voir, outre le livre classique de Pocock sur Le moment machiavélien (1975), trad. française, Paris, PUF, 1997, John G.A. Pocock, Vertu, commerce et histoire, (1985), trad. française, Paris, PUF, 1998 et Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne [1978], trad. française, Paris, Albin Michel, 2001, et La liberté avant le libéralisme (1998), trad. française, Paris, Le Seuil, 2000.

27 Sur ce « jacobinisme » je reviendrai peu, ne sachant plus très bien aujourd’hui ce que ce terme signifie : depuis Michelet, on s’accorde à différencier des moments successifs de l’histoire du club de la rue Saint-Honoré ; le concept gramscien y décèle, quant à lui, une voie « spécifique » de la transition du « féodalisme » au « capitalisme ». Pour autant, qu’est-ce que le « jacobinisme », si ce n’est, dans le langage politique courant, une caricature ou un anathème ? Sur les libéralismes en Révolution, voir Les libéralismes au regard de l’histoire, F. Gauthier et J. Guilhaumou éd., Actuel Marx, n° 32, 2002 (articles de Q. Skinner, F. Gauthier, R. Bach, R. Monnier, J. Guilhaumou, J. Bourg).

28 Colloque Mably. La politique comme science sociale (1991), pub. par Florence Gauthier et Fernanda Mazanti Pepe, 2 volumes, Bari, Palomar, 1995 et 1997; Jonhson K; Wright, A Classical Republican in Eighteenth-Century France: The Political Thought of Mably, Stanford, Stanford University Press, 1997.

29 Saluons la première traduction française des travaux de Dale K. Van Kley, Les origines religieuses de la Révolution française, 1560-1791, Paris, Le Seuil, 2002 (le titre original porte plus précisément From Calvin to the Civil Constitution, 1560-1791, Yale University Press, 1996).

30 Monique Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1998 ; il convient aussi de mentionner les recherches de Yann Fauchois, en dernier lieu « La difficulté d’être libre : les droits de l’homme et l’Assemblée constituante, 1789-1791 », RHMC, t. 48, n° 1, 2001, p. 71-101.

31 Viviane R. Gruder, « Où va le révisionnisme ?... », art. cit., p. 582-583 ; l’auteur rend largement compte des travaux, entres autres, de Sarah Maza et surtout de Lynn Hunt : je renvoie au rapport de cette dernière dans ce volume, p. 281.

32 Pierre Serna, Antonelle. Aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, préface de M. Vovelle, Paris, Éd. du Félin, 1997.

33 J’avoue mal comprendre la critique qui m’est faite par C. Le Bozec d’ignorer « l’articulation entre le politique et le social », de me tenir « à l’écart des enjeux politiques et sociaux de la période » : outre l’introduction, les quelque 100 pages de notes attestaient, me semble-t-il, que je n’avais pas jeté la lutte des classes et la question sociale aux orties (Christine Le Bozec, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, préface de Maurice Agulhon, Privas, FOL de l’Ardèche, 1995, p. 30-31).

34 Cette liste n’est, évidemment, pas exhaustive et ne comporte aucun jugement de valeur : Nicole Bossut, Chaumette, porte-parole des sans-culottes, préface de M. Vovelle, Paris, CTHS, 1998 ; Michel Biard, Collot d’Herbois. Légendes noires et Révolution, préface de M. Vovelle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1995 ; Christine Le Bozec, Boissy d’Anglas, op. cit. ; Stefan Lemny, Jean-Louis Carra (1742-1793). Parcours d’un révolutionnaire, préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, L’Harmattan, 2000. Sur « le cas » Robespierre (F. Gauthier), voir les actes du colloque Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations, Jean-Pierre Jessenne et alii éd., Villeneuve d’Ascq, Centre d’Histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest-Université Charles de Gaulle-Lille III, 1994.

35 Par le dépouillement des archives privées, l’étude de la pensée de Sieyès a acquis une importance considérable : voir la bibliographie récente donnée dans Des Manuscrits de Sieyès, 1773-1799, pub. sous dir. Christine Fauré, Paris, H. Champion, 1999 ; voir aussi Jacques Guilhaumou, Sieyès et l’ordre de la langue. L’invention de la politique moderne, Paris, Kimé, 2002. Voir, par ailleurs, Rita Hermon-Belot, L’abbé Grégoire, la politique et la vérité, préface de Mona Ozouf, Paris, Le Seuil, 2000 ; Dominique Margairaz, Du lieu commun à l’esprit public. François de Neufchâteau, essai de biographie intellectuelle, thèse pour le doctorat d’État, sous dir. Jean-Claude Perrot, Université de Paris I, novembre 2001, à paraître.

36 Philippe Bourdin, Le Noir et le Rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2000.

37 Suzanne Desan, art. cit., indique une référence bibliographique erronée (p. 171, n. 22), puisque le CTHS n’a publié que la première partie de la thèse de C. Duprat en 1993 ; pour connaître la suite de l’histoire, voir Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier XIXe siècle, 2 volumes, Paris, Comité d’histoire de la sécurité sociale, 1996-1997, 1395 pages. La préface de M. Agulhon ne s’éclaire, évidemment, qu’à la lecture de l’ensemble, soutenu comme thèse de doctorat d’État à l’Université de Paris I en juin 1991.

38 S. Desan, art. cit., p. 171 ; l’auteur évoque donc ce qu’on pourrait maladroitement traduire en français par « un mot aux connexions multiples », bref un « fourre-tout ». On s’étonne d’autant plus de ce jugement de S. Desan, qu’elle a publié un remarquable article, « Reconstituting the Social after the Terror : Family, Property and the Law in Popular Politics », Past and Present, n° 164, 1999, p. 81-121, et qu’elle aurait pu exercer un regard véritablement historiquement critique sur les chapitres de synthèse de C. Duprat, « Famille », « Patronage », « Prévoyance » etc., voir Usage et pratiques..., op. cit., vol. 2, 1997, p. 589-890.

39 C. Duprat, op. cit., vol. 2, 1997, p. 893-1243.

40 Quant aux différentes analyses historiographiques de la sociabilité démocratique, je ne vois pas ce qu’aurait apporté à C. Duprat, étudiant la naissance d’une sociabilité nouvelle avec ces œuvres des années 1780, l’article « léger » de Ran Halévi et Patrice Gueniffey, « Clubs et sociétés populaires », François Furet et Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, p. 492-507. Par ailleurs, l’étude de la Société de la Morale chrétienne (Usage et pratiques..., vol. 1, 1996, p. 485-571) aurait éclairé S. Desan sur l’approche donnée par C. Duprat du « libéralisme » des années 1820-1840, celle-ci peu suspecte de complaisance à l’égard des philanthropes. On pardonnera à S. Desan d’avoir omis la lecture des chapitres consacrés aux secours publics (op. cit., vol. 1, p. 3-309) qui, sauf erreur de ma part, touchent directement au politique, c’est-à-dire aux choix de politique sociale d’un gouvernement : tout ceci n’entre pas, sans doute, dans le moule standard du « modern welfare state » (Desan, art. cit., p. 172).

41 Voir les travaux de R. Monnier déjà évoqués, en particulier sur Bonneville et les écrivains républicains : on en trouvait déjà une première esquisse dans L’espace public démocratique, Paris, Kimé, 1994, précisée depuis par plusieurs articles et communications.

42 Michael P. Fitzsimmons, The remaking of France. The National Assembly and the Constitution of 1791, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 (reprint 1996); François Furet et Ran Halévi, La monarchie républicaine. La Constitution de 1791, Paris, Fayard, 1996.

43 Voir Edna H. Lemay et alii, Dictionnaire des Constituants, 1789-1791, préface de François Furet, Paris, Universitas, 1991, 2 volumes ; Edna H. Lemay et Alison Patrick, Revolutionaries at work. The Constituent Assembly, 1789-1791, Oxford, Voltaire Foundation, 1996 ; je renvoie, par ailleurs, aux nombreux articles et communications d’Edna Lemay.

44 Timothy Tackett, Becoming a Revolutionary. The Deputies of the French National Assembly and the Emergence of a Revolutionary Culture (1789-1790), Princeton, Princeton University Press, 1996, trad. française, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997.

45 Voir Florence Gauthier, ci-dessus, p. 101 ; je renvoie aussi au mémoire d’habilitation à diriger des recherches soutenu par F. Gauthier en décembre 2002 à l’Université Paris VII-Denis-Diderot, dont il faut souhaiter une publication prochaine pouvant éclairer les rapports entre « côté droit » et « côté gauche » sous la Constituante.

46 Michel Vovelle, Les Jacobins : de Robespierre à Chevènement, Paris Éd. La Découverte, 1999, Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation, 1795-1803, Paris, L’Harmattan, 2000. Je veux, toutefois, signaler la remarquable réédition de Vincenzo Cuoco, Histoire de la Révolution de Naples. Ristampa anastatica della traduzione di Bertrand Barère (1807), A cura di Anna Maria Rao e Maïté Bouyssy, Naples, Vivarium, 2001.

47 Jeff Horn, « Toute politique est locale... », AHRF, n° 311, 1998, p. 89-109 ; Patrice Gueniffey, Le nombre et la raison. La Révolution française et les élections, préface de François Furet, Paris, Éd. de l’EHESS, 1993.

48 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIe au début du XIXe siècle, préface de M. Vovelle, Toulouse, Association Les Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1994, 2 vol. ; Christine Peyrard, Les Jacobins de l’Ouest. Sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie (1789-1799), préface de M. Vovelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ; Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française - naissance des options collectives, préface de M. Vovelle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1996 ; Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les Révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, Université Blaise Pascal/Société des Amis de l’Institut du Massif Central, 1995 ; Serge Bianchi, Vie, pratiques et sociabilité politiques en milieu rural dans le sud de l’Íle-de-France... de 1787 à 1800, Paris, CTHS, 2003, à paraître ; Danièle Pingué, Les mouvements jacobins en Normandie orientale, préface de Jean-Pierre Jessenne, Paris, CTHS, 2001.

49 La dernière partie du triptyque de Michael L. Kennedy, The Jacobin Clubs in the French Revolution, 1793-1795, New York, Berghaln Books, 2000, est décevante, car l’auteur n’utilise pas cette importante bibliographie publiée après 1989. En revanche, même sans partager toutes ses hypothèses interprétatives, il y a beaucoup à apprendre de Patrice Higonnet, Goodness beyond Virtue. Jacobins during the French Revolution, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1998.

50 Bernard Gainot, 1799, un nouveau Jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à brumaire, préface de Jean-Clément Martin, Paris, CTHS, 2001 : je reviendrai sur cet ouvrage.

51 Malcolm Crook, Elections in the French Revolution. An apprenticeship in democracy, 1789-1799, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, voir sa communication ci-dessous, p. 181.

52 La République directoriale, textes réunis par Philippe Bourdin et Bernard Gainot, Paris/Clermont-Ferrand, Société des études robespierristes et Université Blaise-Pascal, 1998, 2 vol. , voir t. 1, p. 295-399.

53 La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, textes réunis par Robert Chagny, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2002. Voir aussi Suffrage, citoyenneté et révolutions, 1789-1848, sous dir. Michel Pertué, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

54 Sur ce point, je diverge de Pierre Rosanvallon écrivant, sur les Conventionnels rédacteurs de la Constitution de l’an III : « un suffrage quasi universel est pour eux la condition de la paix sociale. (...) Ils restent à cet égard des « démocrates », même s’ils repoussent le spectre d’une démocratie absolue », La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 85-86 ; outre que je ne comprends pas le concept de « démocratie absolue », je rappelle que, si les conditions d’accession aux assemblées primaires sont, dans la Constitution de l’an III, relativement faciles, en revanche l’accès aux assemblées électorales, réduit par rapport à 1791, accentue le filtrage.

55 Voir, entre autres, Jean-Paul Bertaud, « An Open File : The Press under the Terror », The Terror, K.M. Baker ed., op. cit., p. 297-308 et la synthèse, La presse et le pouvoir de Louis XIII à Napoléon Ier, Paris, Perrin, 2000.

56 Voir le numéro spécial des AHRF, juillet-septembre 1994, sur « Lieux et temps de l’acculturation politique », issu d’une journée d’étude de l’IHRF, présenté par Catherine Duprat, avec des articles de Jean Boutier, Danièle Pingué, Jacques Bernet, Jehanne Roche, Bernard Gainot, Christine Peyrard, Paule Lerou, Anne-Marie Duport et Jacques Rougerie.

57 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1992 ; L’avènement des porte-parole de la République..., op. cit., 1998.

58 Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « La mission Maignet », AHRF, numéro spécial sur l’an II, journées organisées en juin 1994 par l’IHRF, avril-juin 1995, p. 283-294 ; Michel Biard Collot d’Herbois..., op. cit., 1995 ; Élisabeth LIRIS, L’Allier en Révolution. Sur les pas de Joseph Fouché, représentant en mission, Saint-Julien-Chapteuil, Éd. du Roure, 2000.

59 Jean-Pierre Gross, Égalitarisme jacobin et droits de l’homme, 1793-1794. La Grande Famille et la Terreur, Paris, Arcantères, 2000, trad. revue et augmentée de Fair Shares for All : Jacobin Egalitarism in Practice, Cambridge Univsersity Press, 1997. Je suis en accord avec l’auteur sur la lecture qu’il fait du « libéralisme égalitaire » à la lumière de John Rawls ou Amartya Sen, trop négligés par les historiens de la Révolution française ; en revanche je suis plus circonspecte sur le terme de « jacobinisme » appliqué à des hommes dont 19 sur 41 seulement ont appartenu au club des Jacobins et dont certains ne peuvent être classés à la Montagne (Paganel par exemple) : les classifications politiques demeurent plus complexes que ne semble le dire J.-P. Gross, qui ne souligne pas non plus l’hétérogénéité intrinsèque de la Montagne qu’il me semble avoir maintes fois démontrée. Quant à la notion d’État-providence, elle est anachronique, peu conforme à l’idéal social d’équité (au sens de Rawls) ou encore de « charité civique » ou « républicaine » comme on dit en l’an II. Mais ce ne sont que réserves mineures au regard de la richesse du livre.

60 Sur Bo, voir Stéphane Lescure, Les missions du conventionnel Jean-Baptiste Bo, maîtrise, dir. C. Duprat, Université de Paris I, 1996 ; sur Romme, voir le colloque de Riom (1995), publié dans AHRF, n° 304, avril-juin 1996, sous dir. Jean Ehrard.

61 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), préface de Jean-Clément Martin, Paris, CTHS, 2002.

62 Les sources classiques sont indiquées par Catherine Duprat, « Missions et missionnaires de 1793 à brumaire an IV », Bulletin d’histoire de la Révolution française, Commission d’histoire de la Révolution française, nouvelle série, n° 1, Paris, CTHS, 1998 (voir, dans le même numéro, les articles d’Emmanuel Bonin et Michel Biard). Les dénonciations des représentants figurant dans les papiers du comité de Législation (D III 343-359) avaient déjà été mentionnées par Albert Mathiez ; je les ai exploitées dans plusieurs articles, dont « Bridging the Gulf of the Terror », The Terror, Keith Michael Baker ed., Oxford, 1994, op. cit., p. 327-346.

63 Les fédéralismes. Réalités et représentations, 1789-1874, Aix-en-Provence, UMR Telemme, avant-propos de Bernard Cousin, Publications de l’Université de Provence, 1995. On notera, par ailleurs, avec grand intérêt, certaines évolutions interprétatives chez Donald Sutherland dans la complète réécriture de son livre, France, 1789-1815 : Revolution and Counterrevolution (1985) : voir D.M.G. Sutherland, The French Revolution and Empire. The Quest for a Civic Order, Oxford, Blackwell Publishing, 2003.

64 Voir, entre autres, Jean-Clément Martin, Une région nommée Vendée. Entre politique et mémoire, XVIIIe siècle-XXe siècle, Mougon, Geste Éditions, 1996 ; Révolution et contre-révolution en France, 1789-1989. Les rouages de l’Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996 ; Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1899, Paris, Le Seuil, 1998 ; La Contre-Révolution en Europe, XVIIIe-XXe siècles, colloque de Cholet (1999), sous dir. Jean-Clément Martin, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

65 Contre-Révolution, Révolution et Nation, op. cit., p. 13.

66 Alain Gérard, « Par principe d’humanité... ». La Terreur et la Vendée, avant-propos de Pierre Chaunu, préface d’Alain Besançon, Paris, Fayard, 1999.

67 Giogio Agamben, Homo sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, trad. française, Paris, Le Seuil, 1997 ; voir les critiques d’Agamben par Philippe Mesnard et Claudine Kahan, Giorgio Agamben à l’épreuve d’Auschwitz, Paris, Kimé, 2001 ou par Myriam Revault d’Allonnes, Le dépérissement de la politique. Généalogie d’un lieu commun (1999), rééd. Paris, Champs-Flammarion, 2002, p. 277-283.

68 Les Thermidoriens ont souvent accusé les « terroristes » de « crimes contre l’humanité » : doit-on prendre tous ces néologismes à la lettre ? Je rappelle l’arrêt de la Chambre criminelle de la Cour de Cassation du 20 décembre 1985, sur l’affaire Klaus Barbie : « Constituent des crimes imprescriptibles contre l’Humanité les actes inhumains et les persécutions qui, au nom d’un État pratiquant une politique d’hégémonie idéologique, ont été commis de façon systématique, non seulement contre les personnes en raison de leur appartenance à une collectivité raciale ou religieuse, mais aussi contre les adversaires de cette politique, quelle que soit la forme de leur opposition. » On admettra qu’il y a matière à nuance dans l’application de ce terme aux guerres civiles de l’Ouest, fut-ce dans leurs atrocités.

69 Patrice Gueniffey, La politique de la Terreur..., op. cit.

70 Jean-Clément Martin, Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée, (1986), rééd., Paris, Gallimard-Découvertes, 2001.

71 Le Monde, 4 octobre 2001, p. 1 et 19.

72 La citation de Büchner, au demeurant encore déformée par M. Canto, est donnée par Françoise Proust, « Fureurs », La République et la Terreur, sous dir. Catherine Kintzler et Hadi Rizk, Paris, Kimé, 1995, p. 104. F. Proust indique bien qu’il s’agit de Saint-Just « réécrit par Büchner » et donne le texte exact de La mort de Danton, trad. Arthur Adamov, Paris, L’Arche, 1953, p. 49.

73 Sophie Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997 ; Marc Deleplace, L’Anarchie de Mably à Proudhon (1750-1850), préface de M. Vovelle, Lyon, ENS Éditions, 2000.

74 Voir Jack Censer, art. cit., p. 167, s’appuyant sur le compte rendu de Claude Gautier dans Annales ESC, juillet-août 1997. Telle critique pourrait être adressée à Ladan Boroumand, La guerre des principes. Les assemblées révolutionnaires face aux droits de l’homme et à la souveraineté de la nation, mai 1789-juillet 1794, Paris, Éd. de l’EHESS, 1999 : Mona Ozouf le perçoit bien, écrivant dans sa préface : « Les entorses avouées à l’ordre chronologique sont là pour mettre en évidence la continuité des principes à l’œuvre dans l’histoire révolutionnaire (...). L’histoire de la Révolution, si pleine de rebondissements, de surprises (...) est donc, sous le regard de Ladan Boroumand, une histoire du même », p. 11-12.

75 Françoise Brunel, « Sur l’historiographie de la réaction thermidorienne… », AHRF, n° 237, 1979, p. 455-474 ; Georges Lefebvre, La France sous le Directoire (1795-1799), éd. par Jean-René Suratteau, Paris, Éd. Sociales, 1977, voir « État des questions », p. 791-891.

76 Voir Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989.

77 Françoise Brunel, « Aux origines d’un parti de l’ordre : les propositions de constitution de l’an III », Mouvements populaires et conscience sociale, XVIe-XIXe siècles, sous dir. Jean Nicolas, Paris, Maloine, 1985, p. 687-696 ; Sergio Luzzatto, L’automne de la Révolution. Luttes et cultures politiques dans la France thermidorienne (Turin, Einaudi, 1994), préface de B. Baczko, trad. française, Paris, H. Champion, 2001 ; Dmitri Bovykine, à défaut de la thèse en russe, voir « Le pouvoir exécutif dans la Constitution de l’an III », Mélanges Michel Vovelle, vol. de l’IHRF, op. cit., p. 291-297.

78 1795. Pour une République sans Révolution, colloque de Rennes, 1995, dir. Roger Dupuy et Marcel Morabito.

79 Le tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, sous dir. Michel Vovelle, Paris, CTHS, 1997.

80 Jean-Paul Bertaud, 1799. Bonaparte prend le pouvoir, Bruxelles, Complexe, 1987, p. 188 et sq.

81 Voir R. Monnier, « “Démocratie représentative” ou “république démocratique« », art. cit.

82 Sur Jacques-Rigomer Bazin, voir Christine Peyrard, Les Jacobins de l’Ouest, op. cit. ; voir aussi Eugenio Di Rienzo, Marc-Antoine Jullien de Paris...Una biografia politica, Naples, Guida Editori, 1999 ; Francesco Mastroberti, Pierre-Joseph Briot, un giacobino tra amministrazione et politica..., Naples, Jovene Editore, 1998.

83 Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique dans la grande nation et 2. L’intégration des citoyens dans la grande nation, J. Bernet, H. Leuwers et J.-P. Jessenne éd., 2 vol, Villeneuve d’Ascq, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, ANRT, Lille III, 1999 et 2000 ; Du Directoire au Consulat. 3. Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation et 4. L’institution préfectorale et les collectivités territoriales, Jean-Pierre Jessenne et alii éd., Villeneuve d’Ascq, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, GRHIS-Université de Rouen et préfecture de la région Haute-Normandie, vol. 25 et 26, ANRT, 2001. Voir Jean-Pierre Jessenne, « Entre local et national : pratiques et liens politiques du Directoire au Consulat », La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, op. cit., p. 345-358.

84 Christine Le Bozec, « En sortir par le Centre », La Révolution française. Idéaux, singularités, influences..., op. cit., p. 359-365.

85 Françoise Brunel et Myriam Revault d’Allonnes, « Jacobinisme et libéralisme », communication au Congrès international des Lumières de Pise (1979), Dix-huitième siècle, n° 14, 1982, p. 103-116. On peut inverser la proposition et modifier la ponctuation, la question, prégnante, demeure : voir Terminée la Révolution..., actes du colloque de Calais, textes réunis par Michel Biard, Calais, Bulletin des Amis du Vieux Calais, 2002.

86 Albert Mathiez, Le Bolchevisme et le Jacobinisme, Paris, Librairie du Parti Socialiste et de l’Humanité, 1920, écrit : « Après la victoire les Jacobins se divisèrent et leurs divisions entraînèrent leur perte. L’armée devint l’arbitre de leurs querelles et la République fut finalement confisquée par un général victorieux. Est-il à croire que le bolchevisme connaîtra la même destinée ? » (p. 21-22). Ce texte de janvier 1920, a servi à déconsidérer l’historien et ceux qui ont encore le tort de le citer : « peu importe (...), écrit F. Furet, que Mathiez ne soit pas resté longtemps membre du parti communiste (...). Comme tant d’autres, il quitte le parti sans rompre avec le schéma intellectuel qui l’y avait porté » (F. Furet, « Histoire universitaire de la Révolution », François Furet et Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, p. 989-990). Autrement dit il y a les « imbéciles » qui, comme Mathiez quittant le parti communiste dès 1923, restent de dangereux personnages et les « intellectuels » qui, après leur propre rupture avec le parti communiste, sont, à ce titre, parce qu’ils ont « tout compris », les vrais porte-voix de la démocratie. Étant moi-même de ces « renégats » évoqués par Steven Kaplan dans Adieu 89, qu’il me soit permis de dire que je trouve singulièrement hargneuse et légère l’analyse de l’œuvre de Mathiez par Furet.

87 Hannah Arendt, Essai sur la Révolution, 1963, trad. française Michel Chrestien, Paris, Gallimard, 1967, rééd. TEL, 1985. Exemple de traduction sans retour au texte original, la citation de l’Instruction...(de) la commission temporaire de surveillance républicaine établie à Ville-Affranchie : serait, selon Arendt : « tout doit être permis à ceux qui vont dans la direction de la Révolution » (p. 131) ; en fait, on doit lire : « tout est permis pour ceux qui agissent dans le sens de la révolution » (AN., AD XVIIIA 18, dossier Collot d’Herbois).

88 Theda Skocpol, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et Chine, 1979, trad. française, Paris, Fayard, 1985, p. 242.

89 Arno J. Mayer, Les Furies. Violence, vengeance, terreur aux temps de la Révolution française et de la révolution russe, trad. française, Paris, Fayard, 2002.

90 French Historiacal Studies, vol. 24, n° 4, fall 2001 (articles de Mary Nolan, David A. Bell, Timothy Tackett, Sheila Fitzpatrick et Arno J. Mayer lui-même).

91 Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Paysans et politique sous la Révolution française à partir des dossiers des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône », Rives nord-méditerranéennes, n° 5, 2000 (dir. C. Peyrard), p. 27-44 ; Martine LAPIED, « Le rôle des comités de surveillance dans la circulation de l’information, à partir de l’étude des comités du Sud-Est », AHRF, n° 330, « Provinces-Paris », sous dir. A. Duprat et A. Jollet, octobre-décembre 2002, p. 29-39.

92 « Culture de la Terreur », dossier présenté par Antoine de Baecque, Annales HSC, n° 4, juillet-août 2002 (articles de David A. Bell, Sophie Wahnich, Carla Hesse, Suzanne Desan).

93 Le livre de David A. Bell, The Cult of the Nation in France. Inventing Nationalism, 1680-1800, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2001, mérite discussion.

Autor

Université de Paris I, IHRF

© Presses universitaires de Provence, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540