Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire sociale

L’histoire sociale de la Révolution depuis 1989

Guy Lemarchand

Texte intégral

1Cet exposé se voudrait un essai de mise au point sur les recherches publiées depuis une douzaine d’années, le Bicentenaire en 1989 en gros, concernant en totalité ou en partie, pour la période 1789-1815 l’histoire sociale entendue comme histoire des structures sociales et de leur stratification et histoire des relations collectives entre les groupes principaux composant la société française. Il apparaît aussitôt que ce secteur de travail n’a pas constitué le chantier le plus actif récemment. Il n’y a pas de synthèse sur l’évolution de cette société dans son ensemble pendant ces 25-30 ans et la bibliographie est dispersée et partielle. Il n’y a pas non plus de nouveauté radicale, mais plutôt la continuation de ce qui a commencé avant 1989. C’est-à-dire que l’élargissement de la problématique a été amplifié : les classifications des groupes tiennent davantage compte des mixtes et des intermédiaires, plus de place est donnée au qualitatif et aux cas individuels, plus d’intérêt est porté à l’étude des relations sociales à côté de l’analyse quantifiée des structures. Les sources utilisées sont un peu plus diverses que dans les années 1970-1980. À côté des documents consultés classiquement comme les registres fiscaux ou les actes notariés, on recourt, ce qui n’est pas nouveau mais est fait plus systématiquement, aux séries judiciaires et aux fonds des hôpitaux, ce qui permet souvent de descendre plus près des acteurs. On dépouille également plus qu’autrefois les sources qualitatives tels les journaux personnels, les correspondances privées ou la presse, ce qui fait saisir les consommations et les genres de vie ainsi que les idéologies non formalisées.

2Puisque il n’y a pas de bouleversement d’ensemble dans cette historiographie, je suis conduit à ouvrir très banalement les tiroirs successifs de l’édifice social.

Les catégories peu traitées

La bourgeoisie

3Malgré son importance (la Révolution française est-elle une révolution bourgeoise se demande encore aujourd’hui une partie des historiens), elle a peu retenu l’attention récemment. J’ai certes recensé près d’une quinzaine de publications où elle apparaît, mais il s’agit ou d’articles très brefs ou de passages de quelques pages dans des articles ou des livres qui ne sont pas centrés sur l’histoire sociale. Les enseignements qu’on peut en tirer portent essentiellement sur la bourgeoisie de province, mais ils rappellent fortement de nombreux traits de la bourgeoisie parisienne telle qu’elle apparaissait à travers le colloque du Bicentenaire « Paris et la Révolution française ».

  • 1 Cf. entre autres, À travers la Haute-Normandie en Révolution 1789-1800, Rouen, 1992 ; La Normandie (...)

4Ce qui se manifeste avant tout dans ces études c’est, plus encore que dans la capitale, la continuité de cette bourgeoisie de 1789 à 1815 dans sa richesse et dans son emprise sur la société par les fonctions de pouvoir qu’elle occupe, en dépit des événements contradictoires successifs1. Ainsi à la tête des administrations régionales et locales électives les hommes changent assez peu après 1789 qui a effectivement marqué une rupture plus souvent partielle que totale pour la détention du pouvoir local, et ils se recrutent toujours dans les mêmes catégories. Sur les 54 membres du district de Rouen en 1795, 4 viennent du corps de ville d’avant 1789, 49 sont hommes de loi, négociants et « propriétaires » tous aisés ; après la suppression des districts ils vont tous recevoir une fonction locale ou nationale. Pour les municipalités : à Dieppe (25 000 hab. en 1794) 39 % des conseillers municipaux à la veille de thermidor avaient déjà siégé en 1790 ou 1791. Les liens de famille entre ces hommes accentuent la mainmise sur les institutions. À Évreux (8 000 hab.) 28,8 % des édiles siégeant entre 1790 et 1804 sont apparentés entre eux.

  • 2 L. Constant, Félix Lepeltier de Saint Fargeau. Un itinéraire de la Révolution à la monarchie de ju (...)
  • 3 A. Mutel, « De Voltaire à Bonaparte, l’itinéraire d’un notable bernayen 1789-99 », Annales de Norm (...)
  • 4 G. Gayot, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, 1998 ; A. Becchia, La draperie d’Elbeuf des origine (...)

5Les biographies de personnages à action nationale comme des personnalités à rôle seulement local, confirment la tendance à la double continuité patrimoniale et politique, même quand la vie du sujet est mouvementée. Ainsi Félix Lepeltier de Saint Fargeau2, l’auteur du fameux « Projet de réforme de l’éducation nationale », troisième fils d’une grande famille, proche de Robespierre, non inquiété après thermidor grâce à la protection de Tallien et de Barras, membre ensuite de la conspiration babouviste, opposant notoire à brumaire, assigné à résidence à ce titre, mais qui, propriétaire foncier retiré en Normandie, amateur d’agriculture scientifique, devient maire de son bourgs en 1811. Rallié à Napoléon aux Cent-Jours et un moment exilé par la Restauration, il rentre en 1820 et vit désormais sur ses terres, dans l’aisance, saluant avec faveur en 1830 la Révolution de Juillet. Évidemment beaucoup moins connu est J.F. Mutel, lui aussi possédant des terres et aisé, élu assesseur de juge de paix en 1790, longtemps officier municipal exécutant fidèle de la dictature jacobine mais maintenu en l’An III, démissionnaire pourtant en 1797-98 à cause de la poussée à gauche qui l’inquiète, puis revenu au pouvoir local à la fin de 1798, et qui finit maire de la petite ville de Bernay (5000 habitants) dans l’Eure en 1800-18103. Selon des travaux récents centrés sur l’histoire économique mais dans lesquels on trouve quelques notations sociales, dans la haute bourgeoisie les grands capitaines de l’industrie et du commerce4 subissent certes quelques coups durs en 1793-94, mais ils sortent renforcés de la période et, sauf accident personnel, consolidés généralement par l’achat de biens nationaux. Ainsi dans la draperie de Sedan ou dans celle d’Elbeuf, dans le négoce de Lille, ou dans la dynastie des banquiers Le Couteulx. Leurs prises de position pendant la Révolution et leurs carrières jusqu’à l’Empire sont très semblables : sympathie prononcée pour 89, feuillantisme ou fayettisme en 92, emprisonnement ou menace de poursuites et en difficulté économiquement en 1793, reprise des affaires sous le Directoire après leur libération dès thermidor, honneurs, prospérité et charges politiques sous l’Empire.

Catégories populaires urbaines

  • 5 St. L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, 2001.

6Les travaux qui sont consacrés aux classes populaires des villes sont moins nombreux encore que ceux où la bourgeoisie pendant la Révolution est évoquée. La maigre production historique récente sur ce sujet est dominée par le livre de Kaplan sur les corporations5. Là également les caractères essentiels prolongent l’Ancien Régime. Il s’agit de l’attachement des maîtres au système des jurandes dans lequel ils voient une protection contre la concurrence et un soutien à l’autorité du patron vis-à-vis des compagnons, mais ils souhaitent obtenir la liberté du marché du travail pour recruter comme ils l’entendent la main d’œuvre. En face la condition des compagnons demeure caractérisée par l’instabilité géographique : pour beaucoup immigration urbaine récente à partir moins de la campagne que d’autres villes et par conséquent habitude en partie forcée de se déplacer fréquemment, brièveté de l’embauche, souvent une semaine, un mois, pratique des maîtres de recrutements parallèles d’ouvriers extérieurs à l’atelier et même extérieurs à la ville, ce qui pèse sur les salaires. Enfin la crise des corporations paraît manifeste dès avant leur suppression par la loi d’Allarde : certes les assemblées de maîtres continuent de se réunir, les élections des gardes se tiennent régulièrement et de multiples procès sont intentés afin de protéger les privilèges du métier, mais à partir de la fin de 1789 le déficit financier des jurandes s’aggrave car les droits qu’elles perçoivent ne sont plus payés, et elles n’arrivent plus à faire enregistrer les nouveaux professionnels.

La noblesse

  • 6 L. Boismard, La noblesse dans la tourmente 1774-1802, Paris, 1992.
  • 7 J. Duma, Les Bourbon – Penthièvre 1678-1793, Paris, 1995 ; J. Wiscart, La noblesse de la Somme au (...)

7La noblesse pendant la Révolution a suscité entre autres la parution d’un livre de synthèse, mais anecdotique6, et, au moins en partie, celle de cinq ouvrages importants7. L’étude sur le duc de Penthièvre mort dans son lit en 1793 montre l’opulence de la haute aristocratie (une fortune estimée à 104 millions à son décès, la troisième de France après celles du roi et du duc d’Orléans) et révèle l’existence et le fonctionnement des trois réseaux sur lesquels le prince s’appuie : celui des relations de civilité constitué de nobles, celui des partenaires économiques, fournisseurs et intermédiaires financiers, celui aussi des domestiques, secrétaires et dépendants, soit 400 serviteurs et gestionnaires centraux, 500 administrateurs des domaines et 150 000 tenanciers. Deux monographies portent sur le second ordre de deux départements très différents : la noblesse de la Somme avec 300 familles de petite aristocratie surtout militaire, celle de la Gironde où 824 nobles sont établis, riches à très riches grâce à la présence de la robe des Cours Souveraines de Bordeaux. Les pertes subies pendant la Révolution sont sensibles : en Gironde 29,1 % de cette population a émigré ou a été tuée contre la Révolution et donc a vu ses biens saisis. Certaines familles n’apparaissent plus en 1815, sans qu’on puisse préciser la raison de cette disparition, et les surfaces foncières séquestrées peuvent représenter jusqu’à 35 % de la surface de la paroisse à Margaux en Haut-Médoc. Néanmoins l’aristocratie française globalement n’a pas été ruinée, elle a racheté des fonds directement ou par des hommes de paille et les épouses, notamment dans la Somme, ont géré les domaines, parfois au prix de divorces factices. Cela explique qu’au début du XIXe siècle la vieille noblesse continue à tenir le haut du pavé : en Gironde elle reste au sommet de la richesse et elle garde la prépondérance sociopolitique, ainsi dans le collège électoral départemental de 1807 où elle constitue 41,7 % de l’effectif, les négociants n’étant que 16,1 %. Par là elle rejoint les « masses de granit » des notables de l’enquête nationale par département lancée en 1979, dirigée par L. Bergeron et G. Chaussinand-Nogaret et encore inachevée (une trentaine de fascicules parus).

8Créée en 1808, la noblesse d’Empire a recueilli quelques familles anciennes, mais elle présente une originalité certaine : une part minoritaire vient de milieux authentiquement populaires, la majorité relevant de la bourgeoisie aisée. Elle dispose en général de solides patrimoines fonciers, renforcés par les dotations de terre dans diverses parties de l’Europe et les gratifications distribuées par l’Empereur.

9La sociabilité de l’ancienne aristocratie maintenue qu’imite fortement la nouvelle, présente des traits communs d’une catégorie à l’autre et d’une région à l’autre : soins apportés à l’enseignement des enfants – y compris les filles – envoyés dans des institutions religieuses distinguées, engagement dans les sociétés culturelles qui se reconstituent à la fin du Directoire, retour à une religiosité catholique prononcée et pratique de la charité paternaliste, tendance à l’endogamie. Cependant des différences s’observent selon les provinces et selon le niveau de richesse : dans la Somme la noblesse se ruralise à cause de la médiocrité de sa fortune et de l’absence de milieux aristocratiques urbains rayonnant, sauf à Abbeville (18 000 habitants). À Lyon au contraire, grande ville commerçante de 100000 habitants, les nobles demeurant en ville, ont une vie de relation active sans esprit de caste et se fondent dans le patriciat de la cité.

Un sujet largement traité : la paysannerie

  • 8 Entre autres J.-P. Poussou, La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux XVIIe et X (...)

10La paysannerie a fait l’objet de recherches sans doute plus nombreuses que dans les années 1980 : des monographies de villages et de familles, des études thématiques, des ouvrages de synthèse en partie consacrés à la Révolution avec le souci de dresser le bilan de celle-ci8. Cette abondance de la production semble liée, à court terme, à la création de l’Association d’histoire des sociétés rurales (1993) et à la mise au programme de l’agrégation d’histoire d’une question portant pour la période moderne sur la paysannerie (1998-99), faits qui sont d’ailleurs autant des signes que des causes et qui s’intègrent dans l’évolution de l’ensemble de l’historiographie depuis une dizaine d’années.

Paysannerie et propriété foncière

  • 9 Cas très net en Île de France : J.M. Moriceau, G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande (...)
  • 10 A. Jollet, Terre et société en Révolution, Paris, 2000. J.C. Martin, Contre-Révolution, Révolution (...)

11Pour la part du sol possédée par les paysans, on s’accorde aujourd’hui pour dire qu’elle est de 30 à 40 %. Second point relativement acquis : cette part a augmenté pendant la Révolution et l’Empire d’abord grâce à la vente des biens nationaux (je renvoie ici à B. Bodinier) dont les paysans ont acheté 30-40 %, avec de grandes différences suivant les régions. Il est confirmé que ce sont les grands fermiers9, qui se sont emparé de la majeure partie de ces terres, particulièrement là où ils sont les plus riches. Mais il convient également de revaloriser ce qu’a obtenu la petite paysannerie qui apparaît dans la multiplicité des achats de lopins inférieurs à 2 ou 1 ha. Dans l’Eure on compte 7 700 acquéreurs dont la moitié pour des surfaces inférieures à 1 ha. De plus sur le marché foncier ordinaire, très actif sous la Révolution, les paysans achètent plus qu’ils ne vendent dans les quelques cantons étudiés récemment. Le signe de ce double mouvement favorable est l’accroissement du nombre des propriétaires dans les localités entre la fin de l’Ancien Régime et les années 1820-30.Évidemment a joué pour augmenter les chiffres le partage successoral égalitaire de la législation révolutionnaire, « machine à hacher le sol » selon les conservateurs du XIXe siècle, de même que le démantèlement des grandes fermes nationalisées lors de leur mise en vente. En fait pour la région d’Amboise selon A. Jollet, l’émiettement a commencé avant 178910 et comme le remarque G. Béaur, le partage égalitaire est déjà largement d’usage au XVIIIe siècle, certaines zones y résistent après la mise en œuvre du code civil et le facteur essentiel réside dans l’accroissement de la pression démographique ainsi que l’ouverture croissante à long terme à l’économie marchande.

12Cet accès à la terre ou la consolidation de leur lot pour les paysans parcellaires se traduisent-ils sur le plan des orientations politiques ? Aujourd’hui on refuse la liaison simple entre acquisition réussie de biens nationaux ou frustration et adhésion à la Révolution pour les nouveaux propriétaires et choix de la Contre-Révolution pour les déçus. Toutefois il est vrai que les opérations de ventes ont été des événements à fort retentissement qui dépasse de beaucoup le cercle des acquéreurs. Pour les biens ecclésiastiques de la région d’Amboise 40 séances d’adjudications ont été tenues avec 5 000 interventions dans les enchères par 1 200 individus. Mais s’il est vrai que les acquéreurs de biens nationaux ont été hostiles à la Contre-Révolution et au retour de l’Ancien Régime, sans être nécessairement des révolutionnaires ardents, pour autant les petits cultivateurs du Bassin Parisien souvent marginalisés n’ont pas, comme le note M. Biard, opté pour la Contre-Révolution ; en Bretagne où la Chouannerie a largement recruté, lesbiens d’Église sont réduits et leur vente ne peut constituer un enjeu opposant ruraux et citadins. En réalité les choix politiques peuvent avoir des raisons diverses et parfois inattendues : J.-Cl. Martin observe que dans l’Ouest deux communautés voisines à peu près de même structure peuvent adopter des attitudes opposées par hostilité l’une à l’autre.

  • 11 G. Ikni, Crise agraire et révolution paysanne : le mouvement populaire dans les campagnes de l’Ois (...)
  • 12 J.-P. Jessenne, « De l’abolition du régime féodale à la promotion du propriétaire-cultivateur », C (...)

13La faiblesse de la propriété paysanne rend plus tendu le marché des locations de la terre et provoque des tensions entre bailleurs et candidats à l’installation. Ainsi en va-t-il, d’après l’étude des cahiers de doléances paroissiaux, des brochures de publicistes locaux et de la presse, dans une région de fermage relativement calme comme l’Oise11 où la réduction de la durée des baux et la limitation de la surface des exploitations, constituent des revendications paysannes hautement affirmées comme dans certaines autres régions, tel le Pays de Bray, demandes auxquelles les assemblées révolutionnaires, même la Convention montagnarde, n’ont pas voulu répondre à cause, selon J.-P. Jessenne, de leur respect presque religieux du droit de propriété et de la croyance physiocratique que partagent les députés dans la rentabilité supérieure de la grande exploitation, moyen le plus sûr pour eux par conséquent d’assurer l’approvisionnement des villes et des armées, pas plus qu’elles n’ont satisfait les demandes des métayers12 comme les travaux d’avant 1989 l’ont montré. J’ajouterai qu’a joué aussi chez les Robespierristes la volonté de ménager la bourgeoisie propriétaire pour donner plus d’efficacité à la défense nationale. Ce sont du reste les mêmes préoccupations qui ont conduit les mêmes dirigeants à refuser finalement la vente des biens nationaux en petits lots, d’autant plus que face aux besoins financiers de l’État en guerre ils veulent tirer le meilleur parti de l’opération.

Le désendettement en 1790-1797

  • 13 G. Postel-Vinay, La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe siècle au dé (...)

14À la campagne comme à la ville l’inflation des assignats a été favorable aux débiteurs et il y a eu une fièvre de remboursements, surtout en l’An III13. Sur le plan social cela affecte en particulier les baux à cheptel pour lesquels les preneurs préfèrent payer en papier le propriétaire pour sa part du croit du troupeau plutôt que de lui fournir des animaux sur pieds. À l’intérieur des familles l’héritier avantagé dans le partage de la terre cherche à garder son lot en dédommageant ses frères et sœurs avec des assignats, ce que limite, tardivement, la Convention en juillet 1795. Pourtant avec le retour du numéraire l’argent devient rare, le taux d’intérêt est élevé pendant l’Empire et les prêts deviennent usuraires en dépit de leur fixation légale en 1807 à 5 % par le gouvernement impérial inquiet de la situation. Alors les temps sont durs pour les débiteurs avec des taux d’intérêt à 10-20 % et le crédit se fait en partie des vieux qui placent leur épargne monétaire ou les biens qu’ils liquident, en prêts d’argent à des jeunes.

Le sort des communaux

  • 14 N. Vivier, Propriété collective et identité communale : les biens communaux en France 1750-1914, P (...)

15La question des droits collectifs a été revisitée, mais c’est essentiellement à propos des communaux que les progrès les plus importants ont été faits14. Leur étendue est mieux mesurée tout en demeurant assez floue : 10 à 16 % du sol mais avec une grande diversité interrégionale. Ils sont rares et petits dans les grandes plaines, fréquents, étendus et couvrant des sols médiocres dans les montagnes, et en Artois et Bretagne. L’application de la loi de partage du 10 juin 1793 est difficile à comprendre et on ne peut plus dire simplement comme autrefois que les paysans parcellaires et les journaliers y étaient favorables alors que les gros exploitants étaient contre afin d’en conserver la jouissance pour leurs nombreux troupeaux. En réalité la réponse des communautés varie suivant, effectivement, l’accaparement ou non du communal par les grands éleveurs, l’étendue à partager qui peut donner des lots dérisoires si elle est petite, l’existence ou non d’un droit de vaine pâture qui peut compenser la perte de disponibilité de l’espace collectif, enfin le poids de chaque catégorie sociale dans le village. Il semble qu’une faible part seulement de ces terres ait été allotie.

16Le sort des communaux pendant la Révolution pose une question de fond : y a-t-il eu là, comme le suggèrent A. Ado, G. Ikni et F. Gauthier, esquisse d’une « voie française vers le capitalisme » fondée sur la petite propriété paysanne grâce à un tel partage des terres collectives s’il avait été poursuivi, à quoi on pourrait ajouter la vente des biens nationaux en petits lots comme cela fut fait un très bref moment et la vente des biens des suspects conformément aux lois de ventôse fort peu appliquées d’ailleurs ? L’hypothèse en elle-même n’a rien d’invraisemblable comme le montrent les exemples de la Flandre et de l’Alsace au XVIIIe siècle, et du Danemark au XIXe siècle. Cependant on sera d’accord avec G. Béaur pour penser que les surfaces qui auraient été mises en jeu ainsi n’étaient sans doute pas suffisantes de toute façon pour exécuter ce programme et offrir à la foule des sans-terre et des micro-exploitants des biens économiquement viables. De plus il aurait fallu alors mettre sur pied un appareil de crédit à bas prix pour aider les nouveaux fermiers.

Maintien et consolidation de la communauté « fermocrate »

  • 15 J. P. Jessenne, « Le changement rural, l’État et l’adaptation des communautés villageoises en Fran (...)

17Dans les travaux portant sur l’Ancien Régime la communauté rurale a pris une place importante depuis une vingtaine d’années. Il en va de même pour l’après 178915. Trois faits apparaissent surtout dans les recherches récentes. En premier lieu les municipalités de la Révolution ne sont pas une pure continuation de celles instituées par la réforme de 1787 ou des anciens consulats du Midi ; sur le plan administratif elles ont des pouvoirs importants et plus larges que ceux des paroisses et communautés d’avant 1789. En ce qui concerne les influences éventuelles sur les conseils municipaux, ceux-ci sont moins sous la dépendance du seigneur d’autrefois devenu propriétaire foncier principal de la commune, et également moins sous l’emprise du curé, même si au XVIIIe siècle les rapports entre les ecclésiastiques et les fabriciens n’étaient pas toujours harmonieux. Pour la composition de ces conseils, on observe une permanence certaine du personnel marquée par le maintien, sauf en l’An II, de la suprématie des grands fermiers dans les plaines de la France du Nord mais même dans le Midi, en particulier en Languedoc où règnent les ménagers aisés. Cependant se produit aussi un élargissement du recrutement de ces notables parmi lesquels se glissent quelques paysans moyens.

Un chantier en pleine expansion : les relations sociales

18C’est peut-être sur ces sujets qu’on trouve le plus de nouveautés.

Les troubles populaires

  • 16 A. Ado, Paysans en Révolution. Terre pouvoir et jacquerie 1789-1794 (1987) trad., Paris, 1996 ; C. (...)
  • 17 Cl. Ramsay, The ideology of the Great Fear: the Soissonnais in 1789, Baltimore – Londres, 1992. J. (...)

19Leur chronologie faite de vagues successives et leur géographie sont aujourd’hui bien connues grâce, en particulier à la synthèse d’A. Ado16, à quoi s’ajoute, pour les villes jusqu’à 1791 la fin de l’ouvrage de Kaplan sur les corporations. Il apparaît qu’en ce qui concerne les événements de l’année 1789, reprenant G. Lefebvre, un historien américain17 propose une séparation rigoureuse entre la Grande Peur et les mouvements anti-seigneuriaux ; dans la majorité des régions où s’est répandue la Grande Peur celle-ci s’est éteinte d’elle-même, remarque-t-il, cet arrêt étant facilité par la nouvelle de la décision de la nuit du 4 août. L’histoire est-elle faite de cloisons aussi étanches entre des événements proches dans le temps et dans l’espace ?

20Sans parler de « l’économie morale » sur laquelle les travaux essentiels datent d’avant 1989 et dont il faut seulement mentionner que son affirmation par les mouvements populaires est encore plus nette à partir de 1789 que dans l’Ancien Régime, ce qui paraît le plus frappant sous la Révolution c’est le parallélisme entre soulèvements ruraux et mouvements urbains, sans qu’existe une concertation directe entre eux. En effet on retrouve la même tonalité dans les propos des mutins, exprimant l’attente et l’espoir de changement provoqués par la réunion des États Généraux, puis de l’Assemblée Nationale. À la campagne comme à la ville on justifie les actions de révolte par l’invocation des principes de liberté et d’égalité et même par quelques phrases de la déclaration des droits de l’homme. Puis on se réfère aux décisions de la Constituante, volontiers anticipées et simplifiées. Les décrets d’août 89 sont interprétés par les paysans comme ordonnant la suppression complète et immédiate des droits féodaux. La déclaration des droits, alléguée par les compagnons des métiers, autoriserait selon eux de partir des ateliers sans préavis ni certificat de congé. Dans le comportement des uns et des autres se rencontre le même mélange de gestes anciens et nouveaux, et non pas simplement comme l’écrivent certains historiens récents un phénomène passéiste, la suite d’une tradition contestataire pluriséculaire. Le passé est effectivement présent avec l’éclatement de la violence, d’ailleurs souvent limitée, à la campagne casser les meubles du château et citer comme dans l’Oise des paroles de la Bible apprises à l’école de village, menacer et porter des coups aux maîtres dans les ateliers et aux ouvriers qui leur restent fidèles. Mais des nouveautés apparaissent également : obtenir – fait non inconnu mais très rare aux XVIIe-XVIIIe siècles – de la partie adverse un engagement précis écrit, une « renoncie » du seigneur, une « soumission » chez les charpentiers de Paris en mai 1791 ; on invoque l’actualité politique et sociale nationale très vite pour appuyer la lutte menée, ce qu’exprime l’utilisation dès 1790-91 du terme « aristocrate » pour désigner le seigneur et le maître artisan.

  • 18 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires, mouvements sociaux 1661 – avril 1789, P (...)

21Un autre trait remarquable est l’importance et la virulence des conflits du travail, les « Baccanals » ruraux et, plus neufs dans l’historiographie, les grèves de l’artisanat urbain. Ces dernières se situent dans la suite de l’Ancien Régime telles que les révèle l’enquête dirigée par J. Nicolas18 qui montre qu’avant 1789, contrairement à ce qu’on a cru longtemps, ces luttes existent en assez grand nombre. On distingue au moins deux vagues sous la Révolution : 1789 jusqu’au printemps 1791, 1796 avec l’épisode des mandats territoriaux connu par des travaux antérieurs au Bicentenaire. Ces conflits sont difficiles à distinguer des troubles de subsistances auxquels ils sont souvent mêlés et ils débouchent vite sur le terrain politique : en 1796 il y a à Paris quelques échos des menées babouvistes. Les relations sociales dans les ateliers semblent donc moins harmonieuses et douces qu’on l’avait pensé.

  • 19 P. Coftier, P. Dartiguenave, Révolte à Caen 1812, Cabourg, 1999.

22Puis s’instaure une détente, les troubles populaires se raréfient jusqu’à 1812 qui embrase une bonne partie du pays mais dont l’incident le plus grave, à Caen en mars19, est avant tout une crise de subsistances, se déroulant toutefois dans un contexte politique particulier avec le développement de l’insoumission et de la désertion et la préparation de la campagne de Russie.

Criminalité et conflits civils

  • 20 F. Renault, « Autour de Robillard. Pour une microsociologie du banditisme directorial dans l’Eure  (...)
  • 21 Ph. Hommeril, « La criminalité du département du Calvados pendant la Révolution d’après les jugeme (...)

23Il s’agit d’un chantier qui est en pleine expansion. Première piste de recherche : le grand banditisme dont l’étude a commencé depuis longtemps déjà. Sont visées les bandes agissant à la campagne contre les fermes isolées ou attaquant les diligences sur les routes, particulièrement actives après thermidor et sous le Directoire, favorisées par la décomposition de la garde nationale et poussées par l’hyper-inflation. Pourtant leur recrutement ne vient pas toujours de la foule des mendiants et vagabonds : les « chauffeurs » commandés par Robillard qui sévissent en Normandie en 1792-9720, sont formés à peu près uniquement d’artisans urbains et ruraux, on ne compte aucun vrai pauvre dans leurs rangs. Quant à la criminalité individuelle, elle demeure dominée comme dans l’Ancien Régime par le vol qui est le fait par exemple des deux tiers des accusés dans le Calvados21.

  • 22 D’assez nombreux mémoires de maîtrise sont actuellement consacrés à ce type d’études. Un ouvrage d (...)

24Plus nouvelle est l’étude des fonds des justices de paix qui ne concernent que de petits délits et des querelles menues. Par là on appréhende22 entre autres les rapports entre maîtres et serviteurs et les employeurs mauvais payeurs, les communautés de sang où les rancunes et les haines peuvent parfois être fortes ; d’une manière générale dans ces archives le milieu des plus humbles sort de l’ombre, fait de pauvres gens qui ne peuvent s’offrir les services d’un notaire et échappent donc souvent à l’historien. Même en faisant la part de ce qui est dû à la nature de la source, s’y manifeste la dureté des mœurs, loin de la fameuse « douceur de vivre » du XVIIIe siècle : l’obsession du calcul d’intérêt, la violence latente, la position minorée de la femme.

Organisation et limites de l’assistance

25Depuis le début du XXe siècle les papiers du Comité de mendicité de la Constituante ont attiré l’attention sur la pauvreté à la fin du XVIIIe siècle. Et la Révolution est loin de guérir le phénomène.

  • 23 C. Doucet, « Statistique et pauvreté sous la Révolution et l’Empire », AHRF, 1990, 2 ; de la même, (...)

26C. Doucet a repris ces documents ainsi que ceux équivalents de la Législative et de la Convention. Certes, ces enquêtes présentent de graves lacunes et défauts comme l’a établi C. Duprat23, et la proportion de 11,6 % d’infirmes, vieillards, orphelins et mendiants (ce qui ensemble constitue la définition de l’époque des « pauvres ») retenue par l’auteur est un minimum puisqu’il y a beaucoup d’oublis dans les réponses des municipalités à l’Assemblée et qu’on n’a les chiffres que de 42 départements. On ajoutera qu’au moins dans les plaines de grande culture les catégories sociales fragiles susceptibles de verser dans la mendicité au moindre accident personnel ou collectif (mauvaise récolte…) constituent plus de 50 % des foyers. Comment évolue le nombre des indigents ? Malheureusement l’enquête de 1808 sur les pauvres n’est pas plus fiable que celle de 1790. En tout cas on mesure la pression exercée par cette masse sans ressource.

  • 24 Dir. J.P. Goubert et autres, Atlas de la Révolution française, t. 7, Médecine et santé, Paris, 199 (...)
  • 25 Dir. J. Imbert, La protection sociale sous la Révolution, Paris, 1991.
  • 26 Y. Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen 1796-1927, Paris, La documentation (...)

27En face l’équipement hospitalier reste faible. En 1789 on dénombre 2064 établissements24 mais on n’a pas le chiffre des lits pour beaucoup d’entre eux. Ils sont répartis très inégalement par rapport aux variations de la densité de population : ils sont presque exclusivement urbains et un vide apparaît dans le Centre et l’Ouest côtier. On sait qu’ils connaissent une grave crise en 1790-96 à cause de la mise en vente de leurs biens réputés ecclésiastiques25, même si cette mesure est appliquée inégalement suivant les régions. La Convention Montagnarde essaie une politique de bienfaisance d’État qui s’y substituerait en partie, mais elle n’a pas le temps de la mener à bien. S’ajoute un manque de personnel du fait de l’interdiction des vœux perpétuels. Après 1795 les biens non encore vendus leur sont rendus, la loi du 7 octobre 1796 leur promet des revenus équivalents à ceux perdus et qui seront pris sur les finances communales et en 1799 l’octroi urbain est créé, en partie pour couvrir leurs dépenses. Par conséquent leur situation s’améliore, pourtant elle demeure précaire et l’argent manque, bien que depuis 1796 leur rôle soit limité à l’aide et aux soins aux invalides à l’exclusion des pauvres valides. À Rouen26, les deux hôpitaux de la ville abritent 2 à 3 000 individus pour 79 000 habitants et sont fréquemment au bord du déficit sous l’Empire.

28Le Directoire, pour désengager l’État, ayant remplacé le secours national aux indigents par la bienfaisance communale, l’aide aux valides est confiée en 1796 aux municipalités qui doivent mettre sur pied des Bureaux de bienfaisance financés par des taxes municipales et par la charité privée. Cette mesure ne donne que des revenus dont la modestie oblige à Rouen à limiter le nombre des assistés et l’étendue des secours qui leur sont apportés : en 1812 la ville dispose seulement de 23 000 francs pour 3 à 5 000 individus. On peut donc dire que la nouvelle politique d’assistance est un échec.

La montée de la répression

  • 27 J. Bart, La Révolution française en Bourgogne, Clermont-Ferrand, 1996.

29Les travaux récents confirment que, malgré le laxisme plus apparent que réel de 1789-92, la société révolutionnée est taraudée par l’inquiétude sociale. Vis-à-vis des troubles collectifs, au début de la Révolution la répression peut être violente, la garde nationale urbaine tire dans le tas et les tribunaux prononcent rapidement des peines de mort, ainsi 32 pendaisons en Bourgogne en juillet-août 178927. Mais cette réaction est encore sporadique et inégale à cause de la dérobade de certains juges et officiers de maréchaussée inquiets de l’avenir, et du manque de troupes. Sous l’Empire la sévérité est quasi terroriste, comme le montre l’affaire de Caen en 1812 où, pour une émeute d’une journée sans blessé ni dommage matériel important, sont prononcées 8 condamnations à mort et 8 peines de 8 ans de travaux forcés.

  • 28 J. G. Petit, Les peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, 1990.

30En ce qui concerne les délits individuels le Code pénal de 1791 porte l’empreinte du courant majoritaire à la Constituante qui s’effraie du développement – réel ou supposé – de la criminalité et des désordres sociaux28. Loin de la pensée des philosophes de réhabilitation des coupables par la prison, on veut des peines exemplaires et un renforcement de la protection de la propriété : la peine de mort est maintenue et l’emprisonnement sanctionne de nombreux crimes. Malgré des projets d’amélioration, les prisons restent caractérisées par l’entassement des prévenus et des condamnés ensemble, faute d’argent, et la situation s’aggrave sous le Directoire. L’institution en 1808 des maisons centrales d’arrêt, déjà apparues auparavant mais étendues à tout le territoire, accentue la dureté pour les prisonniers, les condamnés correctionnels aussi bien que criminels ; ils sont soumis aux travaux forcés et la gestion des établissements est remise à des entrepreneurs. C’est dire qu’il y a mise en place d’un régime de main d’œuvre à bon marché au profit d’intérêts privés. Le Code pénal de 1810 aggrave la répression par le retour aux peines perpétuelles et l’allongement des peines temporaires. Le système frappe particulièrement les pauvres, d’autant plus que les tribunaux tendent à traiter différemment riches et pauvres et que les dispositions sur la liberté provisoire et les contraintes par corps accentuent la discrimination. Néanmoins cette brutalité judiciaire légale sous la Révolution peut être un peu tempérée, au moins avant le Consulat, par une attitude un peu moins sévère des juges, comme semblent l’indiquer les jugements du tribunal criminel du Calvados.

  • 29 Un exemple frappant avec le jeu des cartes à l’échelle de la France offert dans le livre à certain (...)

31Par conséquent les travaux consacrés depuis 1989 en totalité ou en partie à l’histoire sociale de la Révolution sont marqués, me semble-t-il, par les mêmes orientations que celles qui apparaissent dans l’historiographie de la période moderne, avec un maintien plus affirmé encore du quantitativisme. Ce trait s’inscrit, sans le proclamer, dans le mouvement général de renouveau d’intérêt pour ce qu’on appelait autrefois l’histoire totale, malgré les critiques qui se voudraient acérées que le concept a subies, et même si aujourd’hui il s’agit davantage d’une visée que d’une réalisation complète. Autre caractère notable : la recherche des liens éventuels entre appartenance sociale et comportements politiques, mais en ayant conscience de la complexité des médiations entre les deux éléments. On observe à cet égard un refus du mécanisme, il n’y a plus d’explication uni-factorielle et unilatérale du genre du conflit campagne – ville et, au contraire, préférence pour une pluralité de facteurs29. Cependant l’un de ceux-ci apparaît dans la plupart des conflits et des prises de position de l’époque : la lutte de classes, toujours niée et toujours présente. Enfin il n’y a pas sur ce chantier de « révolution culturelle » qui ferait table rase du passé, mais influence persistante des historiens qui ont particulièrement contribué à développer l’histoire sociale de la Révolution, A. Soboul, M. Vovelle, en évitant la simple répétition de leur œuvre et avec le souci d’approfondissement.

Notes

1 Cf. entre autres, À travers la Haute-Normandie en Révolution 1789-1800, Rouen, 1992 ; La Normandie orientale en transition Révolution – Empire, Cahiers Léopold-Delisle, 1998, 1-2.

2 L. Constant, Félix Lepeltier de Saint Fargeau. Un itinéraire de la Révolution à la monarchie de juillet, Paris, 1995. Moins à gauche, typique également est la carrière de l’ancien avocat au Parlement de Paris, dirigeant de la Plaine à la Convention, propriétaire d’un confortable patrimoine ardéchois, Boissy d’Anglas (1756-1826) cf. Ch. Le Bozec, Boissy d’Anglas un grand notable libéral, Privas, 1995.

3 A. Mutel, « De Voltaire à Bonaparte, l’itinéraire d’un notable bernayen 1789-99 », Annales de Normandie, 1991, 4. Chantier de recherche nouveau : la bureaucratie d’État et la composition sociale de son personnel : un seul ouvrage à signaler mais important C. Kawa, Les ronds-de-cuir en Révolution. Les employés du ministère de l’Intérieur sous la première République 1792-1800, Paris, 1996. L’auteur constate que, à la différence des charges électives, règne là une grande diversité d’origine des membres du ministère, avec une prépondérance tout de même des travailleurs indépendants et petits patrons pour les pères des employés, et pour ces derniers une fortune moyenne faite surtout de biens meubles et un revenu où le salaire constitue l’essentiel.

4 G. Gayot, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, 1998 ; A. Becchia, La draperie d’Elbeuf des origines à 1870, Rouen, 2000 ; J.P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprises et institutions dans la région lilloise 1780-1860, Paris, 1991 ; M. Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie des Le Couteulx, Paris, 2001.

5 St. L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, 2001.

6 L. Boismard, La noblesse dans la tourmente 1774-1802, Paris, 1992.

7 J. Duma, Les Bourbon – Penthièvre 1678-1793, Paris, 1995 ; J. Wiscart, La noblesse de la Somme au XIXe siècle, Amiens, 1994 ; M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise 1770-1830, 2 vol. , Bordeaux, 1996 ; dir. Cl. Brelot, Noblesse et villes 1780-1950, Tours, 1995 ; N. Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au XIXe siècle 1808-1914, Paris, 1997.

8 Entre autres J.-P. Poussou, La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1998 ; S. Bianchi et autres, La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne du début du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1999 (partie sur la Révolution par M. Biard) ; G. Béaur, Histoire agraire de la France au XVIIIe siècle, Paris, 2000.

9 Cas très net en Île de France : J.M. Moriceau, G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements agricoles XVIIe-XIXe siècles, Paris, 1992. Sur l’ensemble des questions concernant la paysannerie cf. dir. J.M. Moriceau, La terre et les paysans aux XVIIe et XVIIIe siècles. Guide d’histoire agraire, Paris, 1999.

10 A. Jollet, Terre et société en Révolution, Paris, 2000. J.C. Martin, Contre-Révolution, Révolution et nation en France 1789-1799, Paris, 1998.

11 G. Ikni, Crise agraire et révolution paysanne : le mouvement populaire dans les campagnes de l’Oise de la décennie physiocratique à l’An II, thèse d’État, Paris I, 1993 (dactyl.).

12 J.-P. Jessenne, « De l’abolition du régime féodale à la promotion du propriétaire-cultivateur », Cahiers d’Histoire – Revue d’Histoire critique, 2000, 80-81.

13 G. Postel-Vinay, La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, Paris, 1998.

14 N. Vivier, Propriété collective et identité communale : les biens communaux en France 1750-1914, Paris, 1998.

15 J. P. Jessenne, « Le changement rural, l’État et l’adaptation des communautés villageoises en France et en Europe du Nord-Ouest à la fin du XVIIIe siècle », AHRF, 1999, 1 ; G. Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, 2 vol., Toulouse, 1994.

16 A. Ado, Paysans en Révolution. Terre pouvoir et jacquerie 1789-1794 (1987) trad., Paris, 1996 ; C. Bouton, « Les mouvements de subsistances et le problème de l’économie morale sous l’Ancien Régime et la Révolution », AHRF, 2000, 1. Sur les troubles de subsistances, cf. aussi les travaux de J. Miller présentés à ce colloque.

17 Cl. Ramsay, The ideology of the Great Fear: the Soissonnais in 1789, Baltimore – Londres, 1992. J. Markoff, The abolition of feudalism: peasants, lords and legislators in the French Revolution, Philadelphie 1997, fait la synthèse des travaux récents sur la question. Une étude régionale. P. Mc Phee, Revolution and environment in Southern France 1780-1830. Peasants, lords and murder in Corbières, Oxford, 1999.

18 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires, mouvements sociaux 1661 – avril 1789, Paris, Le Seuil, 2002.

19 P. Coftier, P. Dartiguenave, Révolte à Caen 1812, Cabourg, 1999.

20 F. Renault, « Autour de Robillard. Pour une microsociologie du banditisme directorial dans l’Eure », Ann. de Normandie, 1989, 3.

21 Ph. Hommeril, « La criminalité du département du Calvados pendant la Révolution d’après les jugements du tribunal criminel », Ann. de Normandie, 1989, 3.

22 D’assez nombreux mémoires de maîtrise sont actuellement consacrés à ce type d’études. Un ouvrage domine cette production : C. Coquard, C. Durand-Coquard, Société rurale et justice de paix. Deux cantons de l’Allier en Révolution, Clermont-Ferrand, 2001.

23 C. Doucet, « Statistique et pauvreté sous la Révolution et l’Empire », AHRF, 1990, 2 ; de la même, « Les recensements de la misère : mesures de la pauvreté de la fin de l’Ancien Régime au début de la monarchie censitaire », AHRF, 1993, 2 ; C. Duprat, Le temps des philanthropes, t. I, Paris, 1993.

24 Dir. J.P. Goubert et autres, Atlas de la Révolution française, t. 7, Médecine et santé, Paris, 1993.

25 Dir. J. Imbert, La protection sociale sous la Révolution, Paris, 1991.

26 Y. Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen 1796-1927, Paris, La documentation française, 2 vol. , 2002. P. Guillaume, Les hospices de Bordeaux au XIXe siècle (1796-1855), Bordeaux, 2000.

27 J. Bart, La Révolution française en Bourgogne, Clermont-Ferrand, 1996.

28 J. G. Petit, Les peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, 1990.

29 Un exemple frappant avec le jeu des cartes à l’échelle de la France offert dans le livre à certains égards pionnier sur les facteurs des choix politiques de M. Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, 1992. Une étude de terrain récente sur l’espace de la moitié d’un département, tentant de saisir la diversité des éléments contribuant aux comportements politiques, dont les structures sociales : M. Lapied, Le Comtat et la Révolution française. Naissance des options collectives, Aix-en-Provence, 1996.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540