Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire économique

Commerce des céréales et problèmes des subsistances à la fin du XVIIIe siècle1

Judith A. Miller

Texte intégral

  • 1 Nous visons surtout les ouvrages anglo-saxons.

1Reste-t-il quelque chose à dire sur le commerce des céréales ? Sans doute, les ouvrages de référence – ceux de Mathiez, Lefebvre, Lemarchand ou plus récemment de Steven L. Kaplan – ont tout dit, bien avant la floraison de travaux du Bicentenaire de la Révolution française

  • 2 Georges Rudé, The Crowd in History: A Study of Popular Disturbance in France and England, 1738-184 (...)
  • 3 E. P. Thompson, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Pre (...)

2La crise des subsistances, presque continue à la fin du XVIIIe siècle bouleversa la société française, surtout les classes pauvres. Leur détresse, provoquée par une augmentation des prix, s’avéra aussi le résultat d’une nouvelle économie libérale. Sous la pression des physiocrates, parmi d’autres théoriciens libéraux, l’État – d’abord la monarchie, et ensuite les Assemblées nationale et législative – rejeta l’économie de police et de réglementation et imposa « la main invisible » du libre-échange à l’espace du commerce des céréales2. Il s’ensuivit une rupture complète et désolante pour les classes ouvrières. En effet cette politique mena aux émeutes, aux mouvements populaires, et enfin, aux maximums, qui limitèrent, certes imparfaitement et brièvement, le triomphe du capitalisme du XIXe siècle. L’historiographie classique met l’accent sur la vision anticapitaliste et aussi les éléments d’un proto-socialisme ouvrier. E. P. Thompson, surtout, souligna la cohérence de ces éléments – la pression des foules, la prise des marchandises par force, souvent accompagnées d’un payement modique – et identifia ce qu’il appela « l’économie morale », une économie basée sur un concept de justice et une distribution quasi-égalitaire des subsistances3.

  • 4 Keith Michael Baker, Inventing the French Revolution, Cambridge, 1990; Lynn Hunt, Politics, Cultur (...)
  • 5 Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, The Hague, 1976.

3Sans nier la force de ces analyses « classiques », il faut avouer que, depuis une vingtaine d’années, les historiens s’intéressèrent très peu au côté économique de la période révolutionnaire. Les assauts répétés des révisionnistes, qui soulevèrent de graves questions au sujet des modèles marxistes, laissèrent le champ ouvert à une interrogation sur la « culture politique » de l’époque4. Cette orientation est déjà perceptible dès 1976 dans l’ouvrage de Steven L. Kaplan. Prenant pour sujet l’agitation suscitée par la physiocratie, son premier livre traça les enjeux politiques pour la monarchie chancelante5. Kaplan contribua fortement à l’idée que les événements liés à la question des subsistances inaugurèrent la crise pré-révolutionnaire. Le financement de la Guerre de Sept Ans, la répression des jansénistes, le coup de Maupeou et l’application du libéralisme économique : en effet, ces problèmes déclenchèrent non seulement des conflits soutenus entre le roi et les parlements, mais créèrent aussi un vocabulaire « corrosif » et de nouvelles formes de contestation. Les hésitations et la confusion du roi, la discussion féroce de toute réforme économique renforcèrent l’esprit pré-révolutionnaire.

  • 6 Cynthia Bouton, The Flour War: Gender, Class, and Community in Late Ancien Régime French Society, (...)
  • 7 Jean-Pierre Gross, Fair Shares for All: Jacobin Egalitarianism in Practice, Cambridge, 1997.

4Malgré la tendance générale des historiens à s’orienter vers la « culture politique », surtout parmi les Anglo-saxons, il demeure quelques ouvrages qui approfondissent le modèle déjà connu de la lutte déclenchée par la nouvelle économie du marché. Cynthia Bouton, dans un livre soigneusement documenté, place les émeutes de 1775 dans le contexte des réseaux de production et de distribution. En nuançant notre vision des émeutes, elle lie les diverses formes de contestations aux transformations du marché commercial et à l’émergence d’une classe de gros producteurs. Elle traite aussi des dimensions « gender » des mouvements, mettant en valeur la présence croissante des hommes. L’arrivée des hommes sur un terrain plus ou moins féminin annonce un nouvel élément – populaire, politisée, rurale et ciblant la politique libérale – de la crise pré-révolutionnaire6. Une autre étude, en sympathie avec les classes populaires et donc proche des modèles classiques, celle de Jean-Pierre Gross, reprend la question du jacobinisme7. Cette réhabilitation des représentants en mission s’appuie sur leurs efforts pour imposer la Terreur « douce » dans les départements. Au lieu d’avoir recours à une mise en œuvre doctrinaire de la Terreur, les quarante députés cherchèrent plutôt des solutions bien adaptées aux réalités locales.

  • 8 Provisioning Paris: Merchants and Millers in the Grain and Flour Trade during the Eighteenth Centu (...)
  • 9 Charles Tilly, « Food Supply and Public Order in Modern Europe », The Formation of National States (...)

5Parmi tous ces ouvrages, nous en trouvons très peu qui approfondissent l’étude de la question du commerce des céréales jusqu’au XIXe siècle. Même les ouvrages de Kaplan, dans leur connaissance intime du monde des boulangers et des marchands des céréales, s’arrêtent en 17898. De même, les dernières grandes confrontations de subsistances sont situées pendant la Révolution. Après le printemps de l’an III, c’est le triomphe incontestable du capitalisme. Les « grands » moments – émeutes, revendications, économie morale –se terminèrent dans les journées de prairial. À part quelques brusques reprises en 1812 et 1817, la dynamique de disettes et soulèvements populaires tend à disparaître et la population est soumise aux règles du libre-échange. Le capitalisme semble avoir gagné la bataille, et toute interrogation fructueuse sur le monde ouvrier devait quitter la halle au blé pour entrer dans les ateliers et les usines9. C’est pourquoi, tout en demeurant sensible à l’enthousiasme pour les origines révolutionnaires (un phénomène plutôt anglo-saxon), notre choix personnel d’étendre les recherches jusqu’en 1860 apparaît comme une curiosité. Qui choisirait les halles aux blés quand la culture de l’opéra et des salons préoccupent l’essentiel des chercheurs ?

  • 10 Judith A. Miller, Mastering the Market: The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-186 (...)

6Certes nous ne nions pas l’influence des conflits pré-révolutionnaires, nous partons de la question des subsistances pour raconter une toute autre histoire. Malgré la riche littérature visant les émeutes, il reste bien des questions à préciser, surtout en ce qui concerne les activités des administrateurs locaux chargés d’imposer les réformes économiques – et avant, et après, la Révolution. Nous traitons du souci de l’administration municipale de marier un concept – parfois vague –de libre-échange avec celui de l’intervention nécessaire de l’État. De 1700 à 1860, parlements, intendants, préfets, maires, et ministres prirent en compte l’impossibilité d’établir un marché « libre ». Afin de faire face à cette impossibilité, ils élaborèrent des méthodes peu visibles, mais de plus en plus efficaces, leur permettant de fournir leurs marchés discrètement, tout en prônant la non-intervention de l’État10. On sait que l’État accumulait des approvisionnements immenses afin de fournir les villes, surtout Paris et les villes industrielles du nord de la France. Quelles étaient les intentions des autorités ? Plus révélateur encore, quelles étaient leurs marges de manœuvre, et comment cette flexibilité mena-t-elle vers une forme plus réalisable (mais peut-être moins libre) du libre-échange ?

7Cette histoire suit les activités des administrateurs – intendants de l’Ancien Régime, subdélégués, préfets post-révolutionnaires, sous-préfets, maires et une foule de bureaucrates de plusieurs ministères – qui luttaient pour subvenir aux besoins des villes. Nous commençons par un survol rapide de la crise de 1709. Ensuite, nous procédons à l’examen de deux séries de disettes, d’abord celles du mi-XVIIIe siècle, et puis celles de 1812 et 1817. Nous soulignons alors les tentatives déterminées des officiers locaux pour dissimuler leurs ventes de grains. Surtout, nous insistons sur leurs efforts pour imiter les pratiques commerciales courantes, et sur l’état de perfectionnement de ces projets.

  • 11 G. Faccarello, Aux origines de l’économie politique libérale : Pierre de Boisguilbert, Paris, 1986
  • 12 Voir aussi Simone Meyssonnier, La balance et l’horloge : La genèse de la pensée libérale en France (...)

8La logique de ces stratégies fut à la fois pragmatique et idéologique. Chaque fois que l’État dévoilait son intention d’acheter du blé afin de le vendre à un prix modéré, les marchands et meuniers avaient la fâcheuse coutume de fuir le commerce, proférant des accusations à l’encontre de l’État qui voudrait les chasser du commerce. Vers 1750, ces préoccupations se joignent aux idéologies libérales qui rejettent l’intervention gouvernementale, même dans un secteur aussi critique que celui des céréales11. Bien que peu de ministres aient revendiqué des idées radicales, en gros, la plupart des officiers était d’accord pour considérer qu’une portion des grains venus de l’extérieur devait être distribuée chaque fois qu’une disette menaçait. Ainsi, malgré le succès des idées économiques libérales, l’État ne renonça pas à son rôle de fournisseur12. Mais, du XVIIIe au XIXe siècle, la nature et la visibilité de ce rôle se modifient.

9L’élément clé de ces transformations consiste dans le perfectionnement de la tactique des « ventes simulées ». Effectivement, les officiers dirigeaient les grains de l’État vers un marché turbulent et supportaient des pertes souvent importantes. Parfois, l’État subventionnait l’achat des grains et assumait ces pertes. Dans d’autres cas, il achetait par un tiers parti, envoyant des commis perquisitionner les fournitures pour les apporter aux marchés. En général, ces stocks étaient vendus par le fait d’un intermédiaire afin de cacher leurs origines gouvernementales.

  • 13 Ce récit suit la correspondance du Contrôleur Général, CG, Archives Nationales, AN G7 15-16 ; Corr (...)
  • 14 Copie, CG à Hagnais ( ?), le 11 septembre 1708, AN G7 15. En mai 1709, il observe à d’Argenson que (...)
  • 15 On pouvait vendre le blé « sans profit », mais l’évêque qui faisait l’intermédiaire devait dépendr (...)

10Nous constatons une évolution remarquable dans l’habilité de ces tactiques. La gestion administrative de ces ventes est d’abord l’objet de brèves explications, puis d’instructions extrêmement minutieuses. Les lettres de 1709, par exemple, n’expliquent que très vaguement les moyens de faire vendre les blés13. Elles laissent dans l’ombre le problème de savoir si l’État comptait avouer les provenances des céréales ou à quel prix on prévoyait de les vendre. Si on avait interrogé D’Aguesseau et ses collègues plus amplement, ils auraient peut-être fourni des réponses plus précises. Mais d’autres participants en 1709 ne montrèrent guère plus d’intérêt. En 1708, le Contrôleur général Desmarets requit tout simplement que des grains soient apportés de l’étranger afin d’effrayer les marchands et de les forcer à baisser leurs prix14. Il donna des ordres légèrement plus précis à l’intendant de Tours : il devait procurer des grains à un homme de confiance, « mais fort secrètement, et avec de grandes précautions » et « les faire vendre au marché à diminution de prix… »15 Quoique ces projets de 1709 possèdent les caractéristiques essentielles des ventes simulées du XVIIIe siècle – clandestinité, provisions renforcées, et prix plus modérés – les autorités ne décrivent qu’indistinctement leurs méthodes.

  • 16 ADSM 104.
  • 17 Royer au subdélégué Le Chevallier, le 2 juillet 1757, ADSM C 105, p. 88.
  • 18 Royer à Le Chevallier, le 6 juillet 1757, ADSM C 105, p. 91.
  • 19 ADSM C 104, p. 76, 78, 79, 83, 129/170, 130.

11Une disette sensible dans la Haute Normandie en 1757 et 1768 nous fournit des explications plus approfondies. Ces administrateurs favorisent des mesures qui ressemblaient aux pratiques purement commerciales, reflétant ainsi les théories libérales. Les projets d’approvisionnement de la généralité tirent leurs origines des bureaux de Feydeau de Brou, l’intendant doué et bien connu de Rouen16. Les placements les plus intéressants concernent les fournitures destinées à Paris et à la Normandie dont plusieurs administrateurs locaux furent chargés. Inquiets des prix immodérés, ces officiers expédient des chargements au Havre et puis se disputent incessamment sur leurs prix et la façon de les vendre. Au début, le secrétaire de Feydeau de Brou dispensa des directives générales : on devait distribuer les céréales par petites quantités, afin « de faire baisser successivement le prix des marchés des différents endroits où vous les ferez distribuer. » Si le subdélégué agissait trop vite, expliqua le secrétaire, les prix chuteraient « tout d’un coup à un trop bas prix et il y aurait tout lieu de craindre que les laboureurs et les marchands de grains ne portassent leurs bleds d’un autre coté ou plutôt que les marchands une fois découragés ne cessassent de faire venir des secours et qu’ensuite on ne pu point soutenir le bled au bas prix où on l’aurait fait baisser. »17 Le secrétaire applaudit la décision du subdélégué d’Honfleur d’attendre plusieurs jours avant d’entamer les ventes. « Pendant cet intervalle » il observe, « la nouvelle de l’arrivée de ce bâtiment se répand et rétablit la confiance. » Mais le secrétaire déplora la lenteur du subdélégué. Apparemment, le subdélégué et son adjoint (un marchand de grains qui était aussi son beau-frère) différent leurs premières ventes jusqu’à la clôture du marché désigné. Ils espèrent que l’arrivée seule des sacs du gouvernement convaincra les marchands de réduire leurs prix. Le subdélégué comptait intervenir vers la fin de la journée avec des sacs, y compris moins chers, vendant seulement des quantités limitées, et puis pendant la semaine, renforcer la baisse des prix. Cependant, le secrétaire exigea des prix bien en dessous et leur ordonna de vendre « et même abondamment les premiers jours afin de faire baisser généralement les marchés circonvoisins. » Ils pouvaient « même laisser naître l’espérance d’autres envois sans cependant trop le garantir. »18 Malgré cette censure, le subdélégué d’Honfleur et son beau-frère procèdent plus doucement. (Le beau-frère, plus expérimenté, trouva peut-être les projets du secrétaire irréfléchi). Malgré leur prudence, les bruits de leurs prix modérés attirent rapidement des centaines d’acheteurs à Honfleur vers la fin de juillet – et ensuite le secrétaire, changeant d’avis, leur reprocha d’avoir agi trop vite19.

  • 20 Il y avait peu d’émeutes, seulement trois ou quatre soulèvements légers : une confrontation à Roue (...)

12On pourrait conclure de tout cela que ces efforts avaient échoué. Après tout, aucune des parties ne savait calculer des prix efficaces et leurs efforts avaient peut-être aggravé une disette légère, en attirant davantage de consommateurs à des marchés déjà encombrés. Cependant, malgré ces mésaventures, leurs tentatives permirent d’envoyer des provisions essentielles aux régions qui autrement auraient souffert20. L’association de blés achetés et encouragés par l’État alimenta les villages et villes de la Haute Normandie sans déstabiliser les réseaux commerciaux.

  • 21 Turgot supprime les droits des marchés et des moulins, qui en général portaient secours en temps d (...)
  • 22 Armand-Thomas Hue De Miromesnil, Correspondance politique et administrative de Miromesnil, premier (...)

13Les « ventes simulées » continuent pendant les décennies à venir, en dépit même des édits libéraux de 1763, et furent interrompues seulement sous le ministère de Turgot21. Les ministres – Bertin, La Verdy, et Terray – et les autorités locales virent dans de telles stratégies les compléments logiques des réformes. Le premier président du Parlement de Rouen, Miromesnil, et le nouvel intendant Thiroux de Crosne, eurent en commun un profond engagement à la fois envers les principes du libre-échange et les opérations « en coulisse ». Habituellement, ils demandent à un petit cercle de marchands d’acheter et de vendre des subsistances à la halle de Rouen pour le compte du gouvernement et leur donnent pour instruction de déguiser ces stocks en disant qu’il provenait du commerce22.

  • 23 Miromesnil, 5:46, 48, 58-59, 100-101, 130-131, 147, 189, 206-7; Miller, Mastering the Market, chap (...)

14Une différence distingue les tactiques des ventes de 1757 – et surtout leurs prix – des projets de 1768. Quoique les autorités chargées des placements en 1757 indiquent des prix précis pour les blés, en 1768, Miromesnil compta amener une diminution des prix « par l’abondance seule, et sans gêner la liberté des marchands. » Il ne placerait pas le grain en dessous du prix courant de la halle et il ne suggérerait pas de prix lui-même. Miromesnil assure le contrôleur général que les marchands qu’il guide sont libres de mettre le prix qui leur conviendra. Il dépêche Feray – le négociant le plus actif du groupe, lié aux magasins du roi – pour diriger des grains discrètement vers Elbeuf et Pont de l’Arche, et aussi à la halle de Rouen et rembourse les pertes de ce négociant. « Loin de gêner » Feray au sujet des prix, Miromesnil conseille au négociant de suivre les pratiques commerciales habituelles et « de vendre au prix courant et à tel prix que ces commettants lui marqueraient de vendre ». Feray devait agir sans « éclat » tandis que les officiers chargés de veiller sur ces activités devaient se promener « sans affectation » et surtout « sans armes et sans uniforme » afin que personne ne soupçonne le rôle du gouvernement dans la baisse successive des prix23. Dans chaque démarche, Miromesnil et Thiroux de Crosne essayent de soutenir l’illusion que le commerce seul approvisionnait les marchés et amenait la baisse des prix.

  • 24 Dorian à l’intendant, le 14 juin 1775, ADSM C 110.
  • 25 De Franconville à l’intendant, le 6 mai 1775, ADSM C 109.
  • 26 ADSM C 108-110 ; et Miller, Mastering the Market, chap. 3.

15Ces pratiques gagnent en cohérence même sous Turgot, qui interdit toute initiative de la part des autorités. Pendant la Guerre de Farine (1775), et malgré les exhortations du contrôleur général, les subdélégués, et l’intendant lui-même, entreprirent de faire face aux soulèvements. Dans ces confrontations, on perçoit la cristallisation d’une conception cohérente et pratique du libre commerce : l’autorité ne fixerait pas de prix au grain et ne forcerait aucun laboureur à ravitailler les halles. Mais dans les interstices des ces instructions, on trouve toujours des possibilités propices à l’intervention cachée. On pouvait, comme le commandant Dorian, détaché à Pavilly, donner une poignée de sous à la foule afin de faciliter des achats aux prix demandés par les laboureurs24 ; ou, on pouvait, comme à Gaillefontaine où quelques laboureurs essayèrent d’augmenter les prix, faire appel au contrôleur de la halle, faire évaluer les sacs, et établir des taux « selon les prix de la halle »25. Loin de gêner le commerce, comme le soulignent les subdélégués avec l’approbation complète de l’intendant, les officiers gardent le commerce libre, et le laboureur demeure « le maître du prix. » Quant aux laboureurs qui résistent, on pouvait les « inviter » à apporter du blé aux halles, et leur « conseiller » de diminuer leurs prix et même leur « suggérer » des prix convenables – tout donc sauf imposer un prix. Le marchand devait rester « le maître du prix », mais les officiers furent libres d’exercer toute sorte de pression. Ils purent même ouvrir tous les sacs et ainsi mettre tout le grain en vente – à moins que les acheteurs acceptent les prix demandés26. Ces mesures furent, selon les autorités, les suppléments nécessaires à toute réforme libérale. Ils n’entravèrent point la liberté des marchands : ils maintinrent le commerce libre.

16Les « ventes simulées » et ces définitions circonscrites du « libre commerce » continuent par intermittence pendant la Révolution, quoique, étant donné les bouleversements rapides des régimes, il reste difficile de tracer une quelconque évolution linéaire des pratiques et de l’habilité des administrateurs. Les révolutions municipales chassent les autorités expérimentées et laissent à leurs places des hommes engagés et très souvent de bonne volonté, mais pas toujours très souples. Ensuite, les décrets d’août et de septembre 1789, en déclarant le commerce libre, leur lient les mains. En outre, l’Assemblée nationale défend toute intervention. Rapidement, la crise radicalise les populations urbaines et villageoises et nous voyons des appels aux maximums et réquisitions avant le printemps de 1790. En 1791, l’Assemblée constituante et ensuite la Législative commencent leurs importations. Mais ni les achats ni les ventes n’engagent des discussions détaillées des méthodes et des stratégies. Toute l’expérience gagnée avant la Révolution semble être perdue et avoir opéré un recours aux contrôles.

  • 27 Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution : L’administration des finances fra (...)
  • 28 AN F11 208-209, 402-403, 435-436, 592, 625, 1363, 1594; F11* 3049-3068. Miller, Mastering the Mark (...)

17Cependant, avant la fin du Directoire, on voit se dresser, dans la bureaucratie chargée de l’approvisionnement des villes et des armées, un corps de commissaires et de fournisseurs capables de faire face aux besoins. Souvent vénaux, soupçonnés avec raison de corruption, ces hommes savent fouiller les ports du continent, ramasser les fonds nécessaires, et envoyer en cachette leurs sacs aux villes et soldats. Parmi eux on trouve les fameux Ouvrard, Paulée et Vanlerberghe, synonymes de spéculations et banqueroutes à l’époque27. Le Consulat fit appel à eux pendant une disette « banale » en 1801-1802, et leurs efforts entraînent la création d’un vaste réseau de magasins le long de la Seine. Sous Napoléon, l’État garde quelque 30 000 sacs de farine et 300 000 quintaux métriques de blés dans son immense Réserve de Paris28.

18Le placement de ces provisions nous permet de renouer avec notre récit des « ventes simulées. » À l’égal des mesures pré-révolutionnaires, la plupart de ces ventes sont effectuées secrètement par des intermédiaires. Entre 1801 et 1830, la Réserve fournit habituellement 100 sacs de farine chaque jour que le comité le juge nécessaire. Les sacs sont distribués aux boulangers à la halle de Paris par le contrôleur, qui cacha les origines de ces fournitures. En général, on établit le prix à quelques francs en dessous des niveaux courants afin d’encourager les commerçants de diminuer légèrement leurs prix. Toutefois, comme en 1768, on cherche à convaincre et les acheteurs et les marchands que l’abondance seule fait baisser « naturellement » les prix.

  • 29 AN F* 11 3050-3052.

19Mais la France connaît des disettes plus graves, où se précise la réalisation de vastes projets gouvernementaux. En 1812, la Réserve sauve Paris. En 1817, elle sauve non seulement la capitale, mais tout le département de la Seine, et elle protège les lignes d’alimentation entrecroisées entre la capitale et la Manche. À Rouen et à Paris, une équipe d’administrateurs avec une expérience énorme fait face à ces crises. Ils font appel à leurs connaissances et à la documentation qu’ils avaient réunie – datant parfois de la Révolution et même de l’Ancien Régime – à propos des stratégies pour empêcher les manœuvres des marchands, faciliter la production du pain, et la consommation de la population. Ils disputent longuement et avec passion chaque solution au cours d’une disette29.

  • 30 AN F*11 3051-3052 ; et F11 717-718.

20En 1812, Napoléon insiste pour que le prix du pain reste bien en dessous du prix de farine, malgré les pertes des boulangers. En octobre 1811, il sanctionne la vente de 500 sacs de farines par jour de la Réserve – Paris en consomme normalement 130030. Les ventes dépassèrent vite la limite de 500 sacs cependant, et les marchands, informés du rôle de l’État, se plaignent amèrement. Deux mois plus tard, le Conseil des subsistances se décide à dissimuler plus sévèrement ses activités : il place ses farines dans des sacs sans marques et trouve une maison de commerce, Hamot et Watin, prête à vendre les sacs de la Réserve pour 2 francs au dessus du prix officiel de la Réserve. Les boulangers se précipitent pour acheter les farines de ce « tiers parti », considérant que les farines étaient d’une meilleure qualité que celles de la Réserve. Jusqu’en janvier 1813, la Réserve fournit presque chaque sac de farine vendu à la halle. Les pertes du gouvernement furent immenses, mais l’empereur croyait qu’il était impossible d’entreprendre une guerre dans des pays lointains et en même temps maintenir la paix en France sans la Réserve.

  • 31 AN F7 3619-3690 ; AN F11 708-718 ; et ADSM 6M 1193-1194.

21Napoléon trouva la crise si angoissante qu’il eut recours aux réquisitions et aux maximums pendant l’été 1812. Ses décrets – du 4 et 8 mai 1812 – et le désordre qu’ils engendrent, amènent enfin à l’idée désormais répandue que ni le libre commerce, ni les contrôles ne sont efficaces31. Bien sûr, les comités d’approvisionnement auraient pu prédire ce résultat : aussi bien avant qu’après le maximum de 1812, le Conseil voit dans la Réserve et ses envois clandestins les seules vraies garanties de la tranquillité publique. Il répartit soigneusement ses sacs, fixant les prix à des niveaux jugés efficaces, et dissimule chaque projet, se cachant toujours derrière Hamot et Watin.

  • 32 AN F11* 3056.

22Le recours à la Réserve d’une façon presque illimitée inquiète énormément les ministres et aussi les autorités locales. Ils craignent que des mesures tellement vastes n’aient déstabilisé les réseaux commerciaux et, en plus, aient coûté trop cher. Ainsi, la Commission des Subsistances de la Restauration essaye de réorienter les projets et de les restreindre à un niveau jugé raisonnable. Ces bureaucrates, et plus tard leurs confrères de la Caisse syndicale des boulangers de Paris, cherchent à approfondir les liens commerciaux et ainsi, à diminuer le rôle (et les frais) de l’État32. Mais, il reste une dernière, et importante, série de ventes, celles qui accompagnèrent la disette de 1816-1817. Voyant avec alarme l’augmentation des prix en automne 1816, la Commission insiste, nonobstant l’avis du Ministre de l’Intérieur et du roi lui-même, sur la nécessité de vendre les sacs de la Réserve. Au début, ils voulurent seulement offrir des subventions aux boulangers pour les rembourser des prix vertigineux du commerce. Surtout, la Commission désire laisser les prix libres, pour attirer des farines à Paris. Mais très vite, les fonds sont épuisés. Louis XVIII souligne que la Commission et la ville de Paris doivent seules fournir aux besoins de la capitale, sans aucune subvention de la Trésorerie. Cette limitation pousse la Commission à lutter contre la crise en offrant des bons seulement aux pauvres, et en tenant libre le prix du pain pour les classes plus aisées. Mais, très vite, même Louis XVIII fut convaincu de la détresse. Forcé par les soulèvements qui secouaient le pays, il sanctionne le recours à la Réserve. La commission pouvait placer ses sacs et ainsi répondre aux besoins de Paris. Ces efforts renouent avec les manières suivies par Thiroux de Crosne et Miromesnil : ventes aux « prix du commerce », par exemple. Plus important, ils doivent « chercher à régler les prix, ce qui est toujours utile, mais ne jamais les diminuer. » Par l’abondance seule, et par des prix presque insensiblement en dessous du commerce, on effectuerait une baisse « naturelle ». La Restauration renouvelle ses invitations à Hamot et Watin, louant leur discrétion, leur habilité et leur efficacité. Malheureusement, au bout de quelques semaines, les chargements « invisibles » de farine à la halle de Paris s’avèrent insuffisants. Le 12 juin, Louis XVIII saisit tout sac à Paris – et à la halle, et dans les réserves privées des boulangers – et les place sous l’autorité de la Réserve. Les boulangers de Paris, et finalement ceux du département de la Seine, sont compensés pour leurs sacs aux prix courants, et puis ils les rachètent de la Réserve à un prix modique pendant tout l’été.

  • 33 AN F11 301, 1578, 1605-1606 ; ADSM 4M 114.

23Plus intéressant, la Réserve étendit ses opérations le long de la Seine, plaçant des sacs sur chaque marché turbulent. Des centaines de sacs partent des magasins de la Réserve au Havre et à Rouen, par exemple, et apparaissent par douzaines ou vingtaines sur des marchés en Normandie, en Picardie, près de Meulan et partout dans la région parisienne. La Veuve Le Couteulx, liée à la maison de Hamot et Watin, s’occupe de la distribution de ces sacs33. Ses commis, feignant l’indifférence, déposent quelques sacs dans chaque marché, changeant fréquemment de marché et envoyant des rapports détaillés. Ils demandent toujours l’équivalent des deux tiers du prix courant, et regardent avec satisfaction les résultats attendus : la lente, mais sensible, diminution des prix. En gros, ces ventes assurent des prix moins chers et calment les acheteurs. Ainsi, l’association des ventes à Paris avec d’autres dans toute la région parisienne, permirent à l’État de surmonter la crise de 1817.

24Quant à l’avenir, on sait que la Réserve – réorganisée plusieurs fois – continuera jusqu’aux années 1850. Limitant ses efforts aux pauvres, qui recevaient des pains subventionnés, la Commission insista pour que les classes aisées achètent leur pain aux prix du commerce. On rétablit les tarifs du pain – mais le gouvernement essaya rarement de maintenir le prix du pain en dessous de celui de la farine. Aussi, l’État mit une grande pression sur les boulangers afin qu’ils constituent des magasins avec plusieurs mois de provisions – des dépôts qui permirent finalement au gouvernement de dissoudre la Réserve un peu avant 1860. Ces provisions renforcèrent les liens « naturels » du commerce, et solidifièrent les réseaux commerciaux. Ainsi, les efforts clandestins de l’État – cherchant toujours à imiter le commerce, suivant les prix et pratiques commerciaux – forgèrent une forme stable de libre-échange.

  • 34 Il faut noter la richesse des recherches de Jean-Pierre Hirsch et de William Sewell, qui insistent (...)
  • 35 Dominique Margairaz, « Les spécificités régionales des mouvements conjoncturels des prix céréalier (...)
  • 36 Liana Vardi, « Imagining the Harvest in Early Modern Europe », American Historical Review 101, Dec (...)
  • 37 Catherine Larrère, L’invention de l’économie au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1992; James Livesey, «  (...)

25Cette approche plutôt traditionnelle, mais signalant l’importance qu’il y a à étendre la recherche sur l’autre bord de la Révolution, du côté du XIXe siècle n’est pas la seule à se manifester depuis le Bicentenaire34. Il faut considérer aussi l’influence des modèles culturels, qui mettent en relief « l’imaginaire » des projets économiques du XVIIIe siècle. Les recherches de Dominique Margairaz, reposant sur une documentation et une connaissance des prix du XVIIIe siècle, traitent des visions utopiques et discursives qui informent même le maximum et la politique de François de Neufchâteau35. Liana Vardi examine les images des paysans dans le contexte des transformations économiques de plusieurs siècles, et trace l’apparition du « Paysan » comme symbole de la nation française juste avant la Révolution36. Plus proches des modèles de la « culture politique » David Kammerling Smith, Catherine Larrère et James Livesey découvrent de nouveaux projets – discursifs, utopiques et imaginaires – dans l’économie politique de la période37. Ainsi, malgré le petit nombre d’ouvrages qui cernent l’économie, et surtout le commerce, il existe un regain d’intérêt pour ce sujet « classique » de l’historiographie française.

Notes

1 Nous visons surtout les ouvrages anglo-saxons.

2 Georges Rudé, The Crowd in History: A Study of Popular Disturbance in France and England, 1738-1840, New York, 1964; Guy Lemarchand, « Les troubles de subsistances dans la généralité, de Rouen », AHRF 35, October-December 1963, 401-27; R. B. Rose, « 18th-Century Price-Riots, the French Revolution and the Jacobin Maximum », International Review of Social History, 4, 1959, 438-9.

3 E. P. Thompson, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present 50, 1971, 76-136. Traduction française dans Florence Gauthier, et al, La Guerre des blés au dix-huitième siècle, Paris, 1988.

4 Keith Michael Baker, Inventing the French Revolution, Cambridge, 1990; Lynn Hunt, Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkeley, 1984; Sarah Maza, Private Lives and Public Affairs: The Causes Célèbres of Prerevolutionary France, Berkeley, 1992; Michael Kwass, Privilege and the Politics of Taxation in Eighteenth-Century France, Cambridge, 2000.

5 Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, The Hague, 1976.

6 Cynthia Bouton, The Flour War: Gender, Class, and Community in Late Ancien Régime French Society, University Park, PA., 1993; « Gendered Behavior in Subsistence Riots: The French Flour War of 1775 », Journal of Social History 23, Summer 1990, 735-754.

7 Jean-Pierre Gross, Fair Shares for All: Jacobin Egalitarianism in Practice, Cambridge, 1997.

8 Provisioning Paris: Merchants and Millers in the Grain and Flour Trade during the Eighteenth Century, Ithaca et Londres, 1984; et The Bakers of Paris and the Bread Question, 1700-1775, Durham, N.C. et Londres, 1996.

9 Charles Tilly, « Food Supply and Public Order in Modern Europe », The Formation of National States in Western Europe, Charles Tilly, éd., Princeton, 1975, p. 380-455.

10 Judith A. Miller, Mastering the Market: The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, Cambridge, 1999; « Politics and Urban Provisioning Crises in France: Bakers, Parlements and Police, 1750-1793 », Journal of Modern History 64, June 1992, 227-262.

11 G. Faccarello, Aux origines de l’économie politique libérale : Pierre de Boisguilbert, Paris, 1986.

12 Voir aussi Simone Meyssonnier, La balance et l’horloge : La genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, Paris, 1989.

13 Ce récit suit la correspondance du Contrôleur Général, CG, Archives Nationales, AN G7 15-16 ; Correspondance des Contrôleurs Généraux avec les intendants des provinces..., A. M. Boislisle et P. de Brotonne, éds., Paris, 1897 ; Marcel Lachiver, Les années de misère, Paris, 1991 ; et W. Gregory Monahan, The Year of Sorrows, Columbus, OH, 1993.

14 Copie, CG à Hagnais ( ?), le 11 septembre 1708, AN G7 15. En mai 1709, il observe à d’Argenson que les approvisionnements pouvaient « servir utilement pour procurer quelque diminution du prix dans les premiers marchés. » CG to D’Argenson, le 5 mai 1709, AN G7 15.

15 On pouvait vendre le blé « sans profit », mais l’évêque qui faisait l’intermédiaire devait dépendre de la « bonne volonté » des marchands. CG à l’évêque St Mal, le 22 mai 1709, AN G7 16 ; résumé de lettre, CG à Turgot de Tours, le 12 février 1709, AN G7 15. Voir aussi [René-Louis de Voyer], Marquis d’Argenson, Mémoires et journal inédit du Marquis d’Argenson..., Paris, 1857-80, 1,197.

16 ADSM 104.

17 Royer au subdélégué Le Chevallier, le 2 juillet 1757, ADSM C 105, p. 88.

18 Royer à Le Chevallier, le 6 juillet 1757, ADSM C 105, p. 91.

19 ADSM C 104, p. 76, 78, 79, 83, 129/170, 130.

20 Il y avait peu d’émeutes, seulement trois ou quatre soulèvements légers : une confrontation à Rouen peut-être au début de juin, puis de brèves perturbations à Honfleur et aux Andelys en mi-juillet, et finalement « un peu d’émotion » à Rouen deux semaines après. En général, ces occurrences furent provoquées par des activités imprudentes des autorités locales. L’intendant et ses subdélégués dirigent une suite de chargements vers les marchés, vendant « un peu en dessous du prix courant. » ADSM C 104 et C 105.

21 Turgot supprime les droits des marchés et des moulins, qui en général portaient secours en temps de disette. Il souligne son opposition à toute vente de la part des autorités locales en défendant tout achat de grains par les corps municipaux en avril 1775. Ainsi, pendant les mois les plus difficiles de 1774 et 1775, les autorités sont privées de leurs ressources habituelles. « Lettres patentes sur arrêt du conseil », le 2 novembre 1774, ADSM C 103 ; AN E 2512 ; le 24 avril 1775, AN E 2515, fols. 496-8 ; Anne-Robert-Jacques Turgot, Œuvres de Turgot et documents le concernant..., Gustave Schelle, éd., Paris, 1913-22, 3,102-10.

22 Armand-Thomas Hue De Miromesnil, Correspondance politique et administrative de Miromesnil, premier président du Parlement de Normandie, éd. P. Le Verdier, Rouen et Paris, 1899-1903, 5, 100-101.

23 Miromesnil, 5:46, 48, 58-59, 100-101, 130-131, 147, 189, 206-7; Miller, Mastering the Market, chap. 2.

24 Dorian à l’intendant, le 14 juin 1775, ADSM C 110.

25 De Franconville à l’intendant, le 6 mai 1775, ADSM C 109.

26 ADSM C 108-110 ; et Miller, Mastering the Market, chap. 3.

27 Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution : L’administration des finances françaises de Louis XVI à Bonaparte, Paris, 1986 ; Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire... l’Empire, Paris, 1978.

28 AN F11 208-209, 402-403, 435-436, 592, 625, 1363, 1594; F11* 3049-3068. Miller, Mastering the Market, chap. 8.

29 AN F* 11 3050-3052.

30 AN F*11 3051-3052 ; et F11 717-718.

31 AN F7 3619-3690 ; AN F11 708-718 ; et ADSM 6M 1193-1194.

32 AN F11* 3056.

33 AN F11 301, 1578, 1605-1606 ; ADSM 4M 114.

34 Il faut noter la richesse des recherches de Jean-Pierre Hirsch et de William Sewell, qui insistent sur la nécessité des liens entre les XVIIIe et XIXe siècles, et qui rouvrent la question des contradictions du soi-disant libre-échange. Hirsch, Les deux rêves du Commerce : Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, 1991.

35 Dominique Margairaz, « Les spécificités régionales des mouvements conjoncturels des prix céréaliers en France, 1756-1870 », Fernand Braudel Center Review 7, Spring, 1984 ; « Le maximum, politique économique ou politique sociale ? », Robespierre : De la Nation artésienne à la République et aux Nations, Jean-Pierre Jessenne, Gilles Deregnaucourt, Jean-Pierre Hirsch, Hervé Leuwers, éds., Lille, 1994, p. 263-278.

36 Liana Vardi, « Imagining the Harvest in Early Modern Europe », American Historical Review 101, December, 1996, 1356-1397.

37 Catherine Larrère, L’invention de l’économie au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1992; James Livesey, « Commercial Republicanism and Agrarian Ideology in the French Revolution », Past and Present 157, November 1997, 94-121; David Kammerling Smith, « ‘Au bien du commerce’: Economic Discourse and Visions of Society in France », Thèse de doctorat, University of Pennsylvania, 1995.

Auteur

Emory University, Atlanta

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540