Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire économique

Institutions et représentations de la vie économique sur quelques ruptures introduites par la Révolution et l’Empire

Jean-Pierre Hirsch et Matthieu de Oliveira

Texte intégral

  • 1 Gérard Gayot et Jean-Pierre Hirsch (éds), La Révolution française et le développement du capitalis (...)

1Pour cette partie du bilan, deux intervenants ont réuni des aptitudes complémentaires : l’un a participé aux avancées du travail dans le champ de l’histoire économique et financière de la période au cours des dix dernières années, l’autre a mieux connu le moment du Bicentenaire qui nous sert de point de départ. À l’invitation des organisateurs de cette rencontre, nous nous situons dans le sillage de la réflexion collective menée à Lille en 19871. En ce temps-là, notre questionnement s’énonçait de plusieurs façons : nous souhaitions réexaminer les transformations intervenues dans l’organisation économique et sociale de la France, en étant particulièrement attentifs aux effets prolongés de la Révolution. Nous n’étions pas insensibles au fait que la Révolution se jouait d’abord dans le champ politique, idéologique, institutionnel, mais restions en même temps attachés à cette vieille lune : le mouvement des rapports sociaux. Aussi nous étions nous accordés sur cette définition du chantier qui restait ouvert : l’étude des « changements opérés par la Révolution dans les rapports sociaux, les institutions, les représentations et les discours dans la mesure où ces changements ont affecté la production et les échanges ».

2Si l’on veut apprécier les suites données à cet appel, il importe de réfléchir préalablement à deux aspects des années 1990, conscients de ce que les bouleversements du présent ne sont pas sans effet sur l’histoire que nous produisons.

  • 2 Maurice Agulhon, « Débats actuels sur la Révolution en France », AHRF, 1990/1, p. 13.

3Les historiens n’ont pu rester insensibles à la vague néo-libérale qui a caractérisé le tournant des deux siècles. Dès la fin de décembre 1989, en postface à l’exposé qu’il avait présenté à Santiago, Maurice Agulhon pressentait que la chute du mur de Berlin allait prendre une portée symbolique comparable à celle de la prise de la Bastille. L’événement, observait-il, satisfaisait une « éthique politique mondiale », nourrie pour une part des principes de 89 mais, ajoutait-il, « dilué(s) et relayé(s) dans le libéralisme européo-américain »2. Peut-être ne croyait-il pas si bien dire : au cours de la dernière décennie, on a vu mieux jouer encore tous les paradoxes qui avaient fleuri à l’époque révolutionnaire par la confusion des notions de liberté économique d’une part, de liberté de l’esprit et de liberté politique d’autre part. Et le sentiment de confort d’un « nouvel ordre mondial », surtout après 1991, a contribué à un éclatement des études historiques, déjà bien entamé, mais qui a pu s’installer plus tranquillement. Le discours sur l’économie, fût-elle bien ancienne, devait être marqué par le retour de la grande illusion : celle du marché autorégulé. Sur tout sujet, on a vu progresser à la fois un économisme proliférant et son pendant : la volonté de sortir l’événement non seulement d’une éventuelle « tyrannie » des déterminations économiques et sociales – ce qui a pu donner naissance à de grands travaux – mais de leur considération même – ce qui a produit de moins grands travaux.

  • 3 Pierre Vilar, « Ernest Labrousse et le savoir historique », AHRF, 1989/2, p. 110.

4Ce cadre de pensée dominant pouvait avoir des conséquences d’autant plus importantes que les douze dernières années ont vu disparaître, après Albert Soboul, un grand nombre d’historiens de la Révolution. Plus âgés ou plus jeunes – pensons à François Hincker qui eût été le mieux placé pour présenter ici ce bilan – ils avaient en commun une conscience aiguë du caractère dramatique de l’histoire et de ce que ses enchaînements ne s’embarrassaient pas des cloisonnements où tendent à s’enfermer trop de praticiens de notre discipline. Pierre Vilar en témoigne très bien, dans le numéro d’hommage consacré par les Annales historiques à Ernest Labrousse, en le rappelant sobrement : « L’histoire totale, nous ne l’avons pas inventée, nous l’avons vécue »3.

5Et pourtant, en dépit de ces obstacles à une poursuite des travaux dans le champ économique et social, force est de constater que l’histoire de la Révolution française a su résister à certains relents de l’air du temps. Sans même parler de l’évidence de sources, qu’il est toujours possible d’ignorer, la longue tradition de recherche dans ce domaine, le savoir accumulé ont permis, apparemment, cette résistance et il s’est trouvé assez de bons chercheurs en France et hors de France pour fournir du neuf. Même s’il est clair que les curiosités dominantes des jeunes chercheurs ne se sont pas orientées dans cette direction.

Les produits de la commémoration : une décennie mieux « couverte »

6La vitalité relative des recherches sur les thèmes qui nous occupent tient en partie au balayage progressif de la décennie révolutionnaire suscité par les commémorations. Bien des rencontres, colloques, contributions, sans en avoir, en général, fait leur objet principal, ont enrichi une analyse qui, au moment du Bicentenaire, avait rencontré un assez large assentiment. Elle peut se ramener à deux propositions : en dépit de leurs différends, les acteurs de la Révolution partagent pour l’essentiel une même vision du monde économique et social, qui s’est cristallisée autour des notions de propriété et de liberté économique proposition peut-être moins généralement admise : ces thèmes ne se sont montrés rassembleurs que par l’effet de profondes équivoques ; installées, en ce qui concerne la propriété, dès la première année, un peu plus tard pour la libre entreprise.

  • 4 Le libéralisme à la française, colloque organisé par l’Université de Paris VIII, octobre 1996.
  • 5 Exposé de soutenance, AHRF, 1992/4, p. 597-613.

7Beaucoup de travaux ont confirmé à la fois ce consensus et sa fragilité. Lors des commémorations de la première République et des rencontres consacrées à la Convention, l’image s’est précisée d’un « libéralisme à la française » – Ce fut aussi le titre d’un colloque, non publié, qui suivait ce thème depuis l’époque révolutionnaire4. En 1992, la soutenance de doctorat de Marcel Dorigny marquait l’aboutissement d’un travail qui renouvelait l’approche de la pensée économique et de l’action des Girondins : y apparaissait bien le rôle primordial de la Gironde dans la fixation d’un libéralisme qui « faisait une part décisive à l’État »5. Sa défense de la propriété n’implique pas une interprétation jus naturaliste de ce droit ; elle ne constitue pas un absolu pour les Girondins qui y voient, eux aussi, une institution sociale et, comme telle, soumise à des décisions législatives ; leurs programmes d’impôt progressif, de législation successorale sont, parmi d’autres points, autant d’atteintes à la simple liberté d’user et d’abuser. Éloignés certes d’un idéal égalitaire, ils aspirent néanmoins à un État organisateur qui aide à fonctionner une société de petits et moyens propriétaires, de « classes mitoyennes ».

  • 6 Nicole Hermann-Mascart, L’emprunt forcé de l’an II. Un impôt sur la fortune, Aux amateurs de livre (...)
  • 7 « Un inédit de Saint-Just : le discours de février 1793 », AHRF, 1997/1, p. 1-16.

8Or, sur ce point, tout indique que les Montagnards ne pensent pas autrement, comme l’ont confirmé les rencontres suscitées par le Bicentenaire de l’an II et de la Terreur : si, par exemple, la Montagne se décida à l’emprunt forcé, véritable impôt progressif, ce ne fut pas sans réticences et dans le projet de combattre l’inflation en faisant rentrer des assignats6. Ce que les Montagnards craignaient en priorité était la « multiplication du signe » et on le vérifie dans le discours inédit – et non prononcé – de Saint-Just qu’a publié Bernard Vinot7.

  • 8 K. M. Baker (ed.), The Terror, vol. 4 de The French Revolution and the creation of modern politica (...)

9Le colloque consacré à la Terreur à Stanford en décembre 1992 fut, notamment pour J.-P. Jessenne et pour J.-P. Hirsch, l’occasion d’une nouvelle mise au point sur les contradictions de la propriété qui, comme on le dit d’une faille, a rejoué en l’an II : loin d’être combattue, la propriété triomphe avec la condamnation rigoureuse de toute loi agraire et l’exaltation d’une citoyenneté de petits propriétaires. Mais la force des choses, économique, financière, sociale… bloque les velléités de redistribution qui justifieraient qu’on désignât du même mot la propriété des riches, celle qui doit former le rempart des pauvres et celle qu’on destine aux indigents8.

  • 9 François Hincker, « Comment sortir de la terreur économique », M. Vovelle (éd.), Le tournant de l’ (...)

10La relecture des débats de l’an III a inspiré à François Hincker une observation qui semble valoir pour toute la décennie : « l’économie dirigée, le maximum ont été plaqués sur le gouvernement révolutionnaire ». Après Thermidor, il montrait comment la foi libérale avait été tempérée par la conviction que « la faim ne s’ajourne pas au lendemain » (observation de Le Cointre le 3 nivôse an III). Où l’on retrouve l’idée d’une variable principale qui est la capacité du peuple parisien à rappeler, à entretenir cette considération9.

  • 10 Dominique Margairaz, Du lieu commun à l’esprit public, François de Neufchâteau, essai de biographi (...)
  • 11 Du Directoire au Consulat : 1-Le lien politique local dans la Grande Nation, Valenciennes 13-14 ma (...)
  • 12 « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers centres d (...)

11Si le Directoire a enfin reçu, au cours des dernières années l’attention qu’il méritait, dans le prolongement des travaux de J.- R. Suratteau et de J. Godechot, les travaux ont relativement peu concerné le champ économique. La thèse non encore publiée de Dominique Margairaz ouvrira cependant à la connaissance d’une œuvre intellectuelle et politique essentielle : celle de François de Neufchâteau10. On trouvera aussi matière à réflexion tant sur la reprise des affaires, grandes et petites, que sur la diffusion d’un nouveau sens commun en matière de liberté d’entreprise, dans la série des colloques consacrés au Directoire et au 18-Brumaire qui se sont tenus à Clermont-Ferrand, à Valenciennes, à Lille et à Rouen11. Les contributions de Gérard Gayot signalent notamment les différences d’appréciation très visibles entre les acteurs de la relance économique, selon qu’on se situe de part ou d’autre de l’ancienne frontière12. Il participe ainsi d’un des principaux apports des travaux de la dernière décennie : la prise en considération plus complète de la dimension européenne de la Révolution, un changement d’échelle, une attention plus marquée aux nouveaux cadres spatiaux.

Un regain d’intérêt pour l’espace départemental

  • 13 La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, (...)
  • 14 Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éd. des archi (...)
  • 15 Matthieu de Oliveira, « La double vie de Sébastien Bottin, administrateur et statisticien », Inten (...)
  • 16 Savone, 1994, 2 vol.
  • 17 « Administration, statistique, aménagement du territoire : l’itinéraire du préfet Chabrol de Volvi (...)

12Les travaux de Marie-Vic Ozouf-Marignier13 et de Marie-Noëlle Bourguet14 constituaient à l’évidence un point de départ et une base de travail pour une meilleure prise en compte de l’importance de l’échelon départemental. On connaît d’ailleurs un peu mieux les origines de cette statistique par la relation qu’en a fait Sébastien Bottin lui-même dans une notice biographique retrouvée à la Bibliothèque municipale de Lille et dans laquelle il relate les circonstances de son « invention » et ses premières réalisations, de l’Annuaire statistique du département du Bas-Rhin à ceux du département du Nord en passant par la Statistique du département du Nord15. Cette réévaluation s’est poursuivie avec la réédition, accompagnée d’un appareil critique de qualité, de quelques-unes des statistiques départementales rédigées sous le Consulat et au début de l’Empire et mettant clairement en lumière le vaste projet de connaissance sociale, inscrit dans une réalité territoriale créatrice de consensus et d’identité, imaginé par François de Neufchâteau et Chaptal. La Statistica del dipartemento di Montenotte16 fait ainsi la part belle au projet de restauration du trafic commercial et de re-dynamisation de l’activité économique de la région par la réfection des routes et ports et l’essor des canaux. On y voit le reflet des préoccupations du préfet Chabrol de Volvic, ingénieur des ponts et chaussées de formation, et dont « l’itinéraire » est retracé par M.-V. Ozouf-Marignier : aux yeux du préfet, « les recherches auxquelles se livre la statistique sont dans l’intérêt des gouvernements et des peuples. En recueillant les renseignements qu’elle étudie, qu’elle classe avec méthode, l’administration apprend à mieux connaître ses ressources, ses moyens, ses revenus »17.

  • 18 Colloque d’Orléans 30 septembre-2 octobre 1993, M. Pertué (éd.), Orléans, Presses de l’Université (...)

13Ces réflexions approfondissent et poursuivent celles menées autour de L’Administration territoriale de la France, 1750-194018 et dont les conclusions insistent sur la pérennité du modèle administratif et territorial français, par delà les multiples réformes et volontés contradictoires du centralisme et l’exigence, les revendications d’une plus grande autonomie des espaces et des régions. Observons également que le cadre territorial hérité de la Révolution se trouve finalement conservé après avoir été un temps « exporté » au-delà des frontières de 1789.

La « Grande Nation » revisitée

  • 19 Michèle Dechenoix, « Valenciennes de la Révolution à l’Empire, ou l’impact du déplacement de front (...)
  • 20 Matthieu de Oliveira, Argent public et argent privé sur les routes du Nord. Réseaux et flux financ (...)

14L’apport de J. Godechot dans la compréhension des mécanismes de l’expansion française en Europe demeure sans nul doute fondamental, et sans le remettre complètement en cause, les colloques de Valenciennes, Lille et Rouen en ont proposé une revisitation en encourageant de nouvelles approches. Dans le domaine économique, la frontière abolie ou déplacée occasionne des transformations profondes des activités et de l’aire d’influence des territoires concernés. L’exemple du Nord est à cet égard particulièrement éclairant. Ainsi Valenciennes, « coincée » jusqu’en 1789 entre la frontière du Nord et les cinq grosses fermes, connaît un déclin de ses activités linières et négociantes que ne freine pas la disparition de la frontière : évident dans le domaine démographique, le déclin est également sensible dans le secteur économique, si bien que « dix ans après l’annexion des anciens Pays-Bas autrichiens, il ne semble pas que le déplacement de la frontière ait profité à la ville […] Trop affaiblie et désorganisée par la guerre, Valenciennes a plus à redouter qu’à espérer des départements belges voisins qui, au début de l’Empire, la concurrencent tant dans le domaine du textile que dans celui du charbon »19. Et si Lille s’alarme un temps des conséquences néfastes pour son commerce et son industrie de la concurrence d’Anvers, Gand ou Bruxelles, elle bénéficie à terme d’une réalité plus favorable : dernière ville de « l’ancienne France », elle s’impose comme le relais de la capitale dans la région, le point de passage privilégié, voire obligé entre l’espace parisien et les nouveaux départements réunis, et voit son aire d’influence s’étendre sur les plans commerciaux et financiers, tirant finalement profit de sa situation et jouant de la complémentarité des espaces qu’elle côtoie20.

  • 21 Isabelle Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coquebert de Montbre (...)

15On pourrait y voir une manifestation sur le terrain des réflexions géographico-économiques d’un Coquebert de Montbret qui fait preuve d’une réelle « inquiétude de l’espace », nourrie par son expérience de consul puis de commissaire des relations internationales à Hambourg, Londres et Amsterdam. Refusant de considérer les territoires comme un cadre fixe et immuable, il réfléchit à des unités géographiques plus cohérentes et parfois « trans-frontalières » et propose par exemple une relecture de l’espace hanséatique, intégré à un Grand Empire fort des complémentarités des territoires qui le composent21.

Les trois routes du commerce et de l’argent

16F. Crouzet et L. Bergeron, entre autres, avaient mis en lumière et insisté sur la notion de crise des économies littorales et portuaires et sur le déplacement des circuits économiques vers l’intérieur du continent, vers l’axe rhénan. Les travaux récents confirment, mais également infirment et enfin complètent cette vision des choses. Il semble que l’on puisse repérer trois routes parallèles, trois espaces économiques concurrents mais aussi complémentaires.

  • 22 Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental, 1806-1813, Villeneuve d’ (...)

17La façade atlantique, débouché traditionnel des routes maritimes, traverse une crise aiguë une fois connue en Europe la révolte de Saint-Domingue, crise encore amplifiée par la guerre maritime ; la « route des épices et du sucre » se trouve ainsi fermée, entraînant dans son sillage la régression des économies maritimes, la perte d’influence des villes portuaires, phénomènes sans doute encore accentués par la mise en place du système puis du blocus continental. Cette rupture des approvisionnements traditionnels n’a cependant pas pour conséquence définitive la disparition totale des activités négociantes puisqu’on observe ici et là l’émergence de nouvelles pratiques et « l’institutionnalisation » de stratégies de contournement des interdits douaniers. Dans son analyse comparée des réactions des mondes négociants de Livourne, Bordeaux et Hambourg, Silvia Marzagalli met en lumière les changements de route et le recours sans cesse plus fréquent aux navires neutres, aux destinations fictives, la généralisation des doubles papiers et la mise sur pied d’un système de contrebande organisée reposant largement sur la corruption, avant de conclure au maintien global de l’activité négociante22.

  • 23 Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne, vers 1780-1808, Paris, CHEF (...)
  • 24 Voir également A. M. Azcona Guerra, Commercio y commerciantes del siglo 18, Pampeluna, Gobernio de (...)
  • 25 L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française, 1793-1807, Colloque de Perpignan 1er(...)
  • 26 « La place du Nord sur les routes de l’argent (1792-1798) », La Révolution et le développement du (...)
  • 27 M. de Oliveira, Argent public et argent privé, thèse citée.

18Michel Zylberberg insiste lui aussi sur la vitalité des ports espagnols, Cadix et Valence bien sûr puis ceux de Catalogne, avant de dresser le tableau de la domination du négoce et de la finance français sur l’Espagne23. Explorant la question du drainage des marchandises et des richesses métalliques du pays et de son empire, il trace également les contours d’une seconde route, continentale, partant de Cadix et se dirigeant vers le nord, via Madrid et le Banco San Carlos puis la Navarre et alimentant les marchés français en laines et cuirs, les hôtels monétaires de Limoges, Lyon ou Paris en piastres24. Cette route méridionale du métal et de l’argent est cependant par deux fois rompue, une première fois avec l’exécution de Louis XVI et une seconde fois avec l’insurrection madrilène de 180825. L’entrée en guerre sur le front septentrional en avril 1792 et surtout les victoires militaires rendent possible l’ouverture d’une nouvelle route du métal au nord par le drainage-pillage des ressources métalliques de la Belgique, de la Hollande et du nord de l’Allemagne, considérés par les autorités françaises comme les réceptacles des richesses du Nord. Michel Bruguière26 avait tracé la voie et délimité le territoire que M. de Oliveira a ensuite entrepris de défricher, tentant d’éclairer les relations commerciales et financières entre cet espace septentrional et la France « de l’intérieur », ou mettant en lumière la route des guinées entre les ports hanséatiques puis nordistes et Paris27.

  • 28 « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut lieu de (...)

19La troisième route, à la fois rhénane et orientale, est quant à elle celle des marchandises manufacturées entre Verviers et Aix la Chapelle avant d’être vendues aux foires de Leipzig, étudiées par G. Gayot28.

  • 29 Ce dont rendent compte, pour la route, les travaux de Guy Arbellot, « Les problèmes de la route fr (...)
  • 30 Urban rivalries in the French Revolution, Princeton, Princeton UP, 1992, 511 p.
  • 31 Atlas de la Révolution française, t. 10 : Économie, G. Béaur et Ph. Minard (dir.),Paris, Éd. de l’ (...)
  • 32 « Les activités commerciales des villes françaises, 1789-1815 », Histoire, Économie, Société, 1993 (...)

20Ces réorientations des activités commerciales et financières vers l’intérieur du continent ne sont cependant possibles qu’à la condition qu’existent des réseaux routiers et fluviaux efficients, matérialisation d’une volonté politique, qu’illustre par exemple le plan de navigation intérieure proposé par François de Neufchâteau, et disponibles au prix d’un effort considérable, long et coûteux29. Ces trois routes, ces trois espaces économiques entraînent une redéfinition des activités urbaines (qui réactive à l’occasion les rivalités locales et régionales) et imposent bien souvent une re-hiérarchisation du tissu urbain. Dès 1992, Ted Mardagant30 mettait en lumière les interventions et pressions des élites urbaines pour attirer à elles les instances du pouvoir et redessiner une géographie administrative et commerçante. On en retrouve les effets dans le maillage des chambres de commerce et des chambres consultatives des arts et métiers retracé par J.-P. Hirsch31. Et dans sa synthèse, Jean-Pierre Poussou reprend, tout en les nuançant, les idées d’une régression de l’économie portuaire et d’une prospérité accrue des places de terre que sont Lyon, Strasbourg et surtout Paris, avant d’en conclure que « ce qui ressort avec non moins de vigueur que les énormes difficultés rencontrées, c’est la volonté persistante de continuer les affaires ou de les reprendre chaque fois que c’est possible »32.

  • 33 On se reportera sur ce point au bilan d’histoire sociale de Guy Lemarchand.
  • 34 Faute d’espace, nous renvoyons ici au rapport de Gérard Béaur et à : A. Plessis (dir.), Naissance (...)

21Autrement dit, les enquêtes de la dernière décennie nous parlent autant de la force des choses que de la force des idées. Aucune raison de minimiser l’importance des ruptures : nouvelle volonté politique de maîtriser l’espace, redéfinition des institutions qui gouvernent les activités économiques et la distribution des richesses. Mais les historiens de la Révolution française n’ont pas failli à leur tâche critique, conscients à la fois des inerties ou des évolutions lentes33, et attentifs à des fonctionnements contradictoires qui se sont installés durablement34. Si l’esprit de nos recherches dépend bien de l’air du temps, on peut gager que les années qui viennent vont nous offrir, et à d’autres, de nouvelles occasions d’approfondir l’« histoire totale » de la Révolution.

Notes

1 Gérard Gayot et Jean-Pierre Hirsch (éds), La Révolution française et le développement du capitalisme, Lille 19-21 novembre 1987, Revue du Nord, n° 5 spécial hors série, Collection Histoire, 1989.

2 Maurice Agulhon, « Débats actuels sur la Révolution en France », AHRF, 1990/1, p. 13.

3 Pierre Vilar, « Ernest Labrousse et le savoir historique », AHRF, 1989/2, p. 110.

4 Le libéralisme à la française, colloque organisé par l’Université de Paris VIII, octobre 1996.

5 Exposé de soutenance, AHRF, 1992/4, p. 597-613.

6 Nicole Hermann-Mascart, L’emprunt forcé de l’an II. Un impôt sur la fortune, Aux amateurs de livres, Paris, 1990.

7 « Un inédit de Saint-Just : le discours de février 1793 », AHRF, 1997/1, p. 1-16.

8 K. M. Baker (ed.), The Terror, vol. 4 de The French Revolution and the creation of modern political culture, Pergamon, 1994.

9 François Hincker, « Comment sortir de la terreur économique », M. Vovelle (éd.), Le tournant de l’an III, CTHS, 1997.

10 Dominique Margairaz, Du lieu commun à l’esprit public, François de Neufchâteau, essai de biographie intellectuelle, thèse Paris I, 30 novembre 2001.

11 Du Directoire au Consulat : 1-Le lien politique local dans la Grande Nation, Valenciennes 13-14 mars 1998 ; 2-L’intégration des citoyens dans la Grande Nation, Lille 12-13 mars 1999 ; 3-Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, Rouen 23-25 mars 2000 ; les trois volumes parus à Villeneuve d’Ascq, Chreno, 1999, 2000 et 2001.

12 « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers centres drapiers de la France du Directoire », Lille, p. 239-252 et « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place naturelle dans la société, après Brumaire an VIII », Rouen, p. 217-242.

13 La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 1989, 363 p.

14 Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éd. des archives contemporaines, « Ordres sociaux », 1989, 476 p.

15 Matthieu de Oliveira, « La double vie de Sébastien Bottin, administrateur et statisticien », Intendants, préfets et administration préfectorale dans le Nord/Pas-de-Calais, 30-31 mars 2000 Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 161-176 et Id., « Ma notice biographique jusqu’à mon arrivée à Paris, par Sébastien Bottin », à paraître.

16 Savone, 1994, 2 vol.

17 « Administration, statistique, aménagement du territoire : l’itinéraire du préfet Chabrol de Volvic », RHMC, 1997/1, p. 19-39.

18 Colloque d’Orléans 30 septembre-2 octobre 1993, M. Pertué (éd.), Orléans, Presses de l’Université d’Orléans, 1998, 671 p.

19 Michèle Dechenoix, « Valenciennes de la Révolution à l’Empire, ou l’impact du déplacement de frontière », AHRF, 1990/2, p. 207-248 ; citation p. 230.

20 Matthieu de Oliveira, Argent public et argent privé sur les routes du Nord. Réseaux et flux financiers en Europe du nord-ouest de la Révolution à l’Empire, thèse de doctorat, Lille 3-Paris X, 1999, 760 p.

21 Isabelle Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coquebert de Montbret, savant et grand commis d’État (1755-1831), Paris, Honoré Champion, 1999, 753 p.

22 Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental, 1806-1813, Villeneuve d’Ascq, PU Septentrion, 1999, 396 p.

23 Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne, vers 1780-1808, Paris, CHEFF, 1993, 654 p.

24 Voir également A. M. Azcona Guerra, Commercio y commerciantes del siglo 18, Pampeluna, Gobernio de Navarra, 1996, 626 p.

25 L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française, 1793-1807, Colloque de Perpignan 1er-3 octobre 1992, J. Sagnes (éd.), Perpignan, CREPF, 1993, 424 p.

26 « La place du Nord sur les routes de l’argent (1792-1798) », La Révolution et le développement du capitalisme, colloque cité, p. 89-98.

27 M. de Oliveira, Argent public et argent privé, thèse citée.

28 « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut lieu de la réalisation des bénéfices, 1750-1830 », RHMC, 2001/2-3, p. 72-103.

29 Ce dont rendent compte, pour la route, les travaux de Guy Arbellot, « Les problèmes de la route française à l’entrée du XIXe s. », Histoire, Économie, Société, 1990/1, p. 9-17 et de Jean-Marcel Goger, « Le temps de la route exclusive, 1780-1850 », Histoire, Économie, Société, 1992/4, p. 597-618.

30 Urban rivalries in the French Revolution, Princeton, Princeton UP, 1992, 511 p.

31 Atlas de la Révolution française, t. 10 : Économie, G. Béaur et Ph. Minard (dir.),Paris, Éd. de l’EHESS, 1998, p. 13-15 ; et pour Lille et sa région, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éd. de l’EHESS, 1991, 534 p.

32 « Les activités commerciales des villes françaises, 1789-1815 », Histoire, Économie, Société, 1993/1, p. 101-118 ; citation p. 104.

33 On se reportera sur ce point au bilan d’histoire sociale de Guy Lemarchand.

34 Faute d’espace, nous renvoyons ici au rapport de Gérard Béaur et à : A. Plessis (dir.), Naissance des libertés économiques. Le Décret d’Allarde et la loi Le Chapelier, Paris, Institut d’histoire industrielle, 1993. J.P. Hirsch et Ph. Minard, « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup. Pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française XVIIIe-XIXe siècles » L. Bergeron et P. Bourdelais dir., La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ? Belin, 1998.

Auteurs

Université de Lille 3, UMR CERSATES

Université de Lille 3, UMR CERSATES

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540