Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Histoire économique

L’histoire économique de la Révolution n’est pas terminée

Gérard Béaur

Texte intégral

1Établir un bilan de la production historiographique dans le domaine économique pour la période révolutionnaire et esquisser une synthèse des avancées réalisées au cours de la décennie qui vient de s’écouler n’est assurément pas une tâche facile. Ce l’est d’autant moins que les questions liées à l’histoire de la Révolution sont toujours très sensibles et que des remises en cause éparses sont venues nuancer notre vision des phénomènes qu’elle a induits.

  • 1 Béaur, Minard, Laclau, 1997.

2« Décollage ou catastrophe », selon l’humeur des historiens, l’histoire économique de la Révolution suscite depuis fort longtemps, on le sait, des débats acharnés. Les controverses autour de la genèse de 1789 et, surtout, des effets de l’épisode n’ont guère cessé, avec en arrière-plan des préoccupations qui ne sont pas toutes purement scientifiques. La Révolution est encore et toujours instrumentalisée, mise au service des luttes et des passions politiques. C’est en ce sens que nous appelions il y a 5 ans, avec Philippe Minard, à une « lecture apaisée », ce qui ne veut dire ni consensuelle, ni détachée, bref que nous demandions que l’on prenne l’histoire économique de la Révolution au sérieux1.

  • 2 Postel-Vinay, 1989.

3Le Bicentenaire a sans doute été l’occasion de tracer un bilan des connaissances acquises et des questions restées en suspens. Pourtant, il est bien clair que ces thèmes étaient « assez loin des préoccupations prioritaires des historiens », comme le notait G. Postel-Vinay par un euphémisme accablant2. Pourtant rien ne serait plus faux que de croire que rien de nouveau n’est sorti de l’imagination féconde des historiens qui soit susceptible d’éclairer des problématiques que d’aucuns, à tort, jugent périmées. Même si en vérité il n’y a pas eu d’avalanche éditoriale sur cette question, on a encore beaucoup réfléchi et produit autour de ce champ de recherche. Ce n’est pas le sujet qui a vieilli, c’est la manière de le regarder.

4La réflexion des historiens a été menée de façon différente de celle adoptée antérieurement. Il est clair que les découpages académiques ont de plus en plus fréquemment été bafoués, comme ils avaient déjà été malmenés bien auparavant sur le plan culturel ou religieux, avec cette arrière-pensée que la situation économique est dotée de temporalités longues et que pour saisir la spécificité révolutionnaire, il fallait explorer la longue ou tout au moins la moyenne durée. D’où la place majeure occupée par des recherches qui n’étaient pas consacrées spécifiquement à la décennie révolutionnaire mais qui s’inscrivaient dans un intervalle chronologique grossièrement séculaire, entre 1750 et 1840, c’est-à-dire dans ce que l’on appelle couramment la période de transition. Partant, à côté des travaux initiés par les « révolutionnaires » ont fleuri ceux entrepris par des modernistes, à la rigueur des contemporanéistes, pour reprendre des catégories traditionnelles. L’information est donc nettement plus émiettée qu’elle ne l’était auparavant. Il serait donc utopique de prétendre présenter un bilan complet des travaux engagés autour de ces questions pendant les années qui viennent s’écouler. On se propose simplement de passer en revue quelques-uns des points étudiés par l’historiographie antérieure et placés depuis une décennie sous le feu roulant de la critique.

5Si on a exploré différemment l’économie révolutionnaire, on l’a généralement fait en jouant sur les mêmes registres de base : en quoi la situation économique pouvait-elle expliquer le déchaînement du processus révolutionnaire, quelle incidence les événements dramatiques de la décennie 1790 eurent-ils sur la situation de la France, en quoi la Révolution exerça-t-elle à terme une influence sur le devenir de l’économie nationale, comprenons sur son développement ? Pour la commodité de l’exposé on explorera quatre points : l’organisation, la circulation, la production, et les formes de redistribution.

Organisation

Le libéralisme en question

6Une première illusion qui a la vie dure s’est trouvée battue en brèche par plusieurs historiens qui appartiennent à ce que l’on pourrait appeler « l’école lilloise ».

7L’un des axiomes majeurs de l’historiographie traditionnelle consiste à dire :

  1. que la Révolution a été l’agent d’une transformation radicale de l’économie ;
  2. qu’elle a ainsi rejeté toutes les règles qui entravaient le développement de la production et des échanges ;
  3. que ces règles étaient assez mal supportées par les entrepreneurs.

8Autant d’affirmations qui ne vont pas de soi, qui ont été de plus en plus fréquemment soumises à un examen critique et qui tendent à montrer que les rapports entre libéralisme et colbertisme étaient beaucoup plus complexes que ce que suggèrent les discours officiels aussi bien que la vulgate.

  1. Il n’est pas très exact que la Révolution a supprimé tous les contrôles, comme n’ont pas manqué d’ailleurs de lui reprocher les tenants du libéralisme pur et dur, et les adversaires d’un colbertisme caricaturé. Et cela est vrai même en mettant entre parenthèses l’intervention directe de l’État dans l’économie de guerre, puisqu’il supervise encore largement les mines, les marchés, le commerce extérieur…
  2. L’abolition du système corporatif n’était pas une fatalité, comme dirait Ph. Minard. Certes les marchands se plaignaient des contraintes qui entravaient leurs initiatives, mais ils savaient depuis fort longtemps jouer à la fois sur la concurrence et sur la complémentarité entre la main d’œuvre libre de la campagne et la main d’œuvre protégée mais qualifiée de la ville.
  3. Comme l’ont exprimé J.-P. Hirsch et Ph. Minard, exhumant les revendications d’un négociant berrichon, le slogan des entrepreneurs était beaucoup plus ambigu. « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup », voilà qui résumerait assez bien la philosophie du commerce et de l’industrie3. À Sedan, rares étaient les marchand fabricants qui réclamaient une liberté totale. Ce qu’ils avaient en vue, « c’était plutôt un système mixte protecteur de leurs intérêts et indulgent à leurs initiatives »4. Ils avaient surtout envie d’un système de réglementation qui assurerait « la disponibilité et la discipline de la main d’œuvre, le contrôle de la qualité, la proscription des innovations des villes rivales », éventuellement avec la garantie d’un monopole5. Ce qu’ils avaient en vue c’était donc un système qui instaure des règles destinées à assurer le contrôle de la main d’œuvre et qui les préserve des manœuvres frauduleuses des collègues6, quitte à prendre eux-mêmes toutes les libertés souhaitables avec des règles lorsqu’elles étaient trop contraignantes, comme l’illustre assez bien le cas de la manufacture sedanaise7.
  4. Le paradoxe, bien mis en lumière par J.-P. Hirsch et Ph. Minard, et avant eux par D. Woronoff pour un secteur particulier, la sidérurgie, c’est que la destruction des institutions régulatrices autonomes (jurandes…) a abouti à ce que les entrepreneurs et les marchands fassent davantage appel à l’État, seule institution capable d’imposer son arbitrage et d’accorder sa protection8. La leçon est que « une société de producteurs-échangeurs a soif d’institutions »9. Lorsque les bureaux de marque disparaissent, les entrepreneurs réclament la surveillance de l’État. Les chefs d’entreprise ne refusent pas les subventions, ils en réclament même sans arrêt, faisant dépendre leurs investissements d’une participation de l’État qui n’est en rien symbolique puisqu’elle se chiffre fréquemment à des centaines de milliers de livres. Ils profitent à fond des commandes de l’État et demandent qu’il consente les efforts nécessaires pour former les ouvriers et anime ou finance les recherches nécessaires pour fabriquer de nouvelles machines10.
  5. Il est apparu que les négociants et les entrepreneurs avaient surtout soif de protection vis-à-vis de leurs concurrents étrangers. Ils ne croyaient guère à la libre circulation des marchandises et des gens qui les exposait à des problèmes de main d’œuvre et de concurrence. Ils étaient tout simplement protectionnistes. La pression des cotonniers fut très forte pour obtenir une protection douanière contre les produits anglais. L’hostilité face au traité de libre-échange de 1786 fut vive, et le lobbying intense pour que l’Empire prohibe les marchandises anglaises ou les taxe suffisamment11.

Le capitalisme à la campagne : petite et grande culture

  • 12 Ado, 1996 [1971].
  • 13 Béaur, 1993

9On connaît les débats qui ont fleuri sur le thème de « la voie française » vers le capitalisme dans les campagnes. Contre les tenants de la voie anglaise unique qui reposait sur la grande exploitation, se sont dressés tous ceux qui à partir du livre d’A. Ado, traduit en français il y a peu, proposent un autre modèle fondé sur la petite exploitation et destiné, mieux que la grande, à s’insérer sur le marché12. Une telle conception souffre, à mon sens, d’une ambiguïté rédhibitoire, puisqu’elle repose sur une définition paradoxale du capitalisme, surtout à partir du moment où ce sont des marxistes qui la proposent. Si le capitalisme c’est le marché alors il y a toujours eu des échanges et les petits paysans sont, en effet, et depuis fort longtemps, partie prenante d’une économie capitaliste13. Ils n’ont nul besoin de la Révolution. En revanche, si le capitalisme est lié à l’exploitation d’une main d’œuvre et à l’extorsion d’une plus-value on ne voit pas que le journalier qui exploite quelques ares avec sa famille soit sur la pente de l’agriculture capitaliste. Et si c’est ce dernier processus qui est en route, il n’est pas difficile de comprendre que la petite paysannerie n’avait pas besoin de se faire violence pour s’opposer au capitalisme, quelles que soient les vertus de ce système de production.

10Mais, sur ce thème hautement conflictuel, les choses ont beaucoup bougé au cours des dernières années.

  • 14 Moriceau, 1994a et 1994b ; Moriceau et Postel-Vinay, 1992
  • 15 Béaur, 1996
  • 16 Moriceau, 1989.

11La première nouveauté, c’est la place de premier plan assignée aux grands fermiers, novateurs et imaginatifs, perfectionnant leurs méthodes de cultures, adoptant de nouveaux matériels, tirant parti de filières qui les enrichissent (échange pailles/engrais)14. Il s’agit particulièrement de ceux de l’Ile-de-France, qui, certes, recherchent le profit, pas tellement pour lui-même mais pour maintenir une continuité dynastique sur les terres qu’ils tiennent en fermage. Ces entrepreneurs de culture développent des stratégies pour se perpétuer et, sur cette base, on peut émettre l’hypothèse que la famille est ici un puissant agent de propagation du capitalisme et donc du progrès économique15. Le groupe des gros fermiers constitue une véritable gentry qui n’a rien à envier aux fermiers capitalistes anglais dont on nous rebat les oreilles depuis toujours16.

  • 17 Boehler, 1994
  • 18 Traversat, 2001

12La seconde nouveauté, c’est la mise en évidence de petites, voire de micro-exploitations dynamiques, capables de produire et de faire du profit par l’adoption de cultures nettement spéculatives, et aussi par une débauche de travail, de créer des modes d’assolement d’une complexité incroyable, en dehors du modèle flamand longtemps considéré comme un épouvantail. Le cas alsacien, appuyé sur la « routine », « l’expérimentation », est emblématique de cette réhabilitation de la petite culture17. Mais, moins connu, voici l’exemple des marchands d’arbres de la région parisienne, des pépiniéristes, qui, sur des parcelles minuscules, ont abandonné la vigne, pas assez rentable pour de telles exploitations et qui tirent parti d’un marché en plein essor : le marché parisien18. Voilà encore une forme de spécialisation fondée sur l’échange et l’innovation qui hisse les plus habiles de ses praticiens au rang des intouchables grands fermiers d’Ile-de-France avec lesquels ils ne craignent pas de s’allier par le mariage.

  • 19 Antoine, 1994 et 1995
  • 20 Garnier, 1999
  • 21 Fanica, 2001
  • 22 Poussou, 1999 ; Béaur, 2000a.

13La troisième nouveauté, c’est la réhabilitation des exploitations tant décriées de l’Ouest, des métairies dont les logiques de production n’ont rien de sclérosées. Leurs exploitants esquissent des spécialisations animales, font circuler leurs bêtes qui naissent ici, sont engraissées ailleurs, achetées et revendues, jusqu’au terme ultime : le marché urbain, c’est-à-dire parisien19. Ils fonctionnent en symbiose avec les emboucheurs normands qui travaillent pour le marché parisien et qui étaient déjà bien connus20. Il n’est pas jusqu’aux spécialisations régionales liées à la « fabrication » de veaux blancs qui ne soient clairement présentées comme des modèles de spéculation inconnus jusqu’alors21. Il en est d’autres et la place manque pour évoquer toutes les « alternatives cultures » qui font vivre de petits exploitants immergés dans des relations d’échanges22.

14Ainsi, personne ou quasiment plus personne en France ne soutient plus l’argument d’un retard français et ne prône plus le modèle anglais comme seul efficace pour atteindre le progrès économique. Les ruralistes français ont de plus en plus tendance à mettre en avant les logiques des paysanneries et des systèmes de production, refusant de raisonner en termes d’avance ou de retard.

Circulation

La nouvelle structure des marchés

  • 23 Kaplan, 1996

15Tout au long du XVIIIe siècle, les marchés ont été affectés par des changements profonds, et notamment le marché du blé qui a suscité une abondante littérature. On sait que l’approvisionnement de Paris est devenu de plus en plus dépendant des arrivages de farine et de moins en moins de ceux de grains, tandis que le développement de la mouture économique modifiait radicalement le rendement d’une quantité de blé donnée23.

  • 24 Lachiver, 1988
  • 25 Gauthier & Ikni, 1988
  • 26 Miller, 1999

16Progressivement, à partir de la Révolution au moins, la réglementation des marchés a été tournée, de manière plus ou moins clandestine, par la vente sur échantillon dans les fermes ce qui réduisait d’autant le contrôle exercé par les autorités municipales. De la même façon, le marché du vin, si étroitement surveillé sous l’Ancien Régime, obtenait une très grande liberté à partir de 178924. Et pourtant, ni la critique de « l’économie morale » si prégnante encore au XVIIIe siècle25 ni les revendications des libéraux, ardents partisans du désengagement de l’État, n’ont conduit à l’abandon de la solution préconisée par Necker, et depuis longtemps mise en œuvre par les administrateurs : l’intervention discrète des autorités politiques jusqu’au cœur du XIXe siècle. Sous l’Empire, malgré tous les beaux discours, le commerce du grain reste sous haute surveillance26.

Repli et segmentation des flux intérieurs

  • 27 Postel-Vinay, 1989.

17Contre la marche triomphale vers l’accroissement des échanges et l’unification du marché national qui auraient été impulsée par la Révolution, s’est développée l’hypothèse d’une évolution non-linéaire, marquée au contraire par une pause sur la voie de l’économie d’échanges généralisés. Contrairement aux idées reçues, on admet de plus en plus fréquemment que dans un pays où la majorité des exploitants ont trop peu de terres à leur disposition ou largement au-delà de leurs besoins, l’autosubsistance n’est qu’un mythe. Rien ne peut faire que la majorité des paysans ne soit pas insérée dans les marchés des produits, du travail, de la terre et du crédit. Dans ces conditions, on peut soutenir que la baisse des prélèvements associée à l’agrandissement même limité des exploitations a conduit à restreindre les achats, donc les échanges, en même temps qu’à freiner les flux de main d’œuvre27.

  • 28 Margairaz, 1988
  • 29 Lepetit, 1988
  • 30 Margairaz 1982 ; Chevet & Saint-Amour, 1992

18La disparition des douanes intérieures et du système des traites a longtemps milité en faveur d’une unification inexorable du marché intérieur. Or, les choses ne sont pas aussi simples. Certes, la continuité du semis des foires et marchés de part et d’autre de la Révolution est clairement attestée28. Mais ce n’est peut-être qu’un phénomène dérivé, qui ne fait que mettre en musique l’idée défendue par B. Lepetit d’une résistance nouvelle des petites villes contrastant fortement avec le repli des grandes, si dynamiques au cours du XVIIIe siècle29. En réalité, les disparités entre les prix observés sur les marchés du blé semblent s’accroître temporairement pendant la Révolution, avant de se réduire tardivement à partir du début du XIXe siècle30. L’idée du cloisonnement accru des systèmes productifs et des marchés prend ainsi consistance, quand bien même la Révolution aurait institué les conditions nécessaires à l’unification ultérieure.

Les échanges avec le monde extérieur

  • 31 Chassagne, 1991
  • 32 Woronoff, 1984

19Nous savons depuis longtemps combien les ports ont souffert de la guerre et du Blocus naval institué par les Anglais. Nous savons moins de quelle façon la conquête et l’extension de l’Empire, aussi bien que le blocus continental ont pu stimuler d’autres échanges et dynamiser d’autres régions. Au début du XIXe siècle, il apparaît que les provinces de la moitié est de la France sortent renforcées de l’épreuve, tandis que celles de l’ouest périclitent durablement. Dans l’immédiat, la fermeture maritime ne semble guère avoir freiné l’approvisionnement en matières premières de certaines industries pourtant dépendantes, comme les cotonnades ou la sidérurgie31. Bien mieux, si la réduction des échanges avec l’Angleterre semble avoir eu des effets néfastes (manque de fer), elle a libéré certains secteurs handicapés par cette concurrence, en particulier la fabrication de faux32.

  • 33 Chassagne, 1991.
  • 34 Woronoff, 1984

20On conteste de plus en plus l’idée commune selon laquelle les progrès technologiques accusaient un retard considérable en France par rapport à l’Angleterre. L’exemple ou l’exception du coton tend à prouver que le décalage n’était pas aussi sensible qu’on l’a dit entre les innovations anglaises et leur introduction en France33. La guerre a cependant coupé la France de ses sources d’approvisionnement en savoir industriel et l’imitation des techniques est devenue plus compliquée même si une nouvelle source d’information imprévue est venue des prisonniers de guerre ou du répit offert par la Paix d’Amiens34.

Mobilité sociale

  • 35 Moriceau, 1990
  • 36 Jessenne, 1987

21Il n’est pas exact de conclure que la paysannerie a été exclue du bénéfice des biens nationaux. L’exemple extrême des fermiers d’Ile-de-France prouve que ce n’est pas si simple. Ils se sont bel et bien portés acquéreurs de lots et de fermes entières, accroissant la part du sol qui leur revenait35. En revanche, il n’y eut pas de bouleversement au sein de la hiérarchie sociale dans les campagnes post-révolutionnaires. Les dynasties de fermiers conservèrent leur position, y compris la maîtrise des leviers politiques, perpétuant un système de domination, que l’on appelle « la fermocratie »36.

  • 37 Gayot, 1998
  • 38 Hirsch, 1991 ; Chassagne, 1991

22De la même façon, il n’y eut pas de remue-ménage parmi les entrepreneurs. L’exemple de Sedan montre bien qu’au-delà des péripéties, dans l’ensemble, les familles tinrent bon et parvinrent à conserver leur position dominante à travers la Révolution37. Il n’y eut pas de renouvellement non plus parmi les négociants à Lille et la tendance dynastique s’affirme aussi bien à Rouen chez les indienneurs38.

Production

Le mouvement

  • 39 Morineau 1991 & 1993, en particulier
  • 40 Hoffman, 1991 et 1996.

23À l’heure actuelle, malgré toutes les estimations produites ici ou là, nous ne sommes pas en mesure de proposer une estimation même vraisemblable du volume ou de la valeur de la production agricole ou manufacturière à la veille de la Révolution. On sait que les débats ont été vifs en ce qui concerne la réalité de la révolution agricole au XVIIIe siècle, même s’il s’agissait en partie d’une querelle assez vaine39. Les nouvelles investigations entreprises pour mesurer la productivité ont prouvé qu’il existait un potentiel de croissance et des pôles de développement dans la France du XVIIIe siècle, à côté des zones stagnantes ou peu dynamiques40.

  • 41 Postel-Vinay, 1989

24Il n’est pas plus facile de reconstituer le mouvement de la production agricole pendant la Révolution. Le recul révolutionnaire est apparu nettement moins probant à la lumière des méthodes de calcul sophistiquées utilisées dans la longue durée. Pourtant tout porte à croire que l’évolution fut modérée. C’est du moins ce que suggèrent les statistiques de J.-C. Toutain et les calculs effectués par G. Postel-Vinay à partir de la comparaison 1789/an IX et à l’aide des statistiques de la fin de l’Empire et du début de la Restauration41. Pour mieux appréhender le problème, Tim Le Goff et D. Sutherland se sont lancés dans une ambitieuse opération à partir des baux. On connaît les risques d’une telle entreprise, compte tenu du biais bien connu qui naît des fluctuations du taux en fonction des rapports de forces entre bailleurs et preneurs. Or, la Révolution a certainement induit des modifications radicales de ces rapports de forces, d’autant qu’un facteur aggravant vient encore compliquer la situation : l’incorporation revendiquée de la dîme et pourquoi pas ? de certains droits seigneuriaux dans le loyer réclamé par les propriétaires.

  • 42 Le Goff & Sutherland, 2000
  • 43 Béaur, 2000a

25À partir d’un matériau statistique imposant glané dans les archives hospitalières, les deux auteurs sont parvenus à tracer le mouvement de la rente sur des sites très différents42. La hausse initiale correspondrait à l’incorporation dans les fermages des redevances supprimées, une période de stagnation suivrait avant un nouvel essor à la fin de l’Empire. Globalement, la rente aurait suivi la hausse des prix. Ni plus, ni moins. On peut y voir une preuve de l’affaissement de la production ; on peut tout aussi bien considérer que les fermiers sont parvenus à tirer parti de la situation et à obtenir une diminution relative de leurs charges et notamment à annihiler l’effort des bailleurs pour s’approprier le montant des charges abolies. La manière dont les fermiers avaient su résister à la pression des propriétaires dans les années 1740-70 et peser sur le niveau des fermages, alors même que la production était en pleine ascension n’incite pas à l’optimisme quant à la capacité des propriétaires à conserver ou améliorer leur part du gâteau au-delà de 178943.

  • 44 Le Goff & Sutherland, 1999.
  • 45 Farcy, 1989

26En ce qui concerne les modifications des effectifs du cheptel, les calculs serrés de T. Le Goff et D. Sutherland laissent une impression de flou, aussi bien pour les bovins que pour les ovins44. Cependant, il est manifeste que les seconds ont vu leur nombre s’accroître ou au moins se maintenir. Le problème, c’est qu’il ne s’agit pas des mêmes moutons. La mérinisation s’est faite tambour battant et les moutons métis n’ont plus grand chose à voir avec leurs devanciers. En Beauce, la toison moyenne passe progressivement de 3 à 5 livres45. Il faut donc relativiser les difficultés des éleveurs. De même, peut-on tirer des enseignements contradictoires pour la viticulture.

  • 46 Woronoff, 1984
  • 47 Terrier, 1996
  • 48 Chassagne, 1991.

27Sur le plan industriel, on sait que la production sidérurgique a connu un réel essor malgré certains échecs graves liés à la désorganisation des transports et à la pénurie de bois, tandis que l’industrie de l’acier n’a pas réussi à se développer de manière significative. Les problèmes de main d’œuvre ont été réels partiellement palliés par l’appel aux prisonniers de guerre anglais46. De la même façon, les industries toilière du Cambrésis ou du Saint-Quentinois ont périclité en raison des pertes de débouchés et des perturbations introduites par la guerre47. Mais leur déclin est également lié à la concurrence d’un produit nouveau : le coton. Il est manifeste que ce type de textile a connu une période faste et a fort bien passé la crise révolutionnaire. La progression est impressionnante, quel que soit l’indicateur retenu. Bien mieux, les cotonniers ont profité des circonstances pour acquérir des bâtiments d’usine à bon compte et des garanties hypothécaires sans douleur, grâce aux ventes de biens nationaux. Ils ont même pu puiser enfin dans la main d’œuvre enfantine et hospitalière bon marché. Jamais ils n’ont eu de problème de débouchés ni d’approvisionnement en matières premières48. Curieux essor, dans un pays où le marché intérieur était soi-disant ankylosé par l’abaissement du niveau de vie et étranglé sur le plan commercial.

La crise de 1789

28Depuis Ernest Labrousse, l’importance de la crise de 1789 dans le déclenchement de la Révolution pouvait sembler avérée. Elle figurait comme l’un des épisodes classiques qui rythmaient la vie économique dans la France d’Ancien Régime, et qui aurait abouti à l’explosion. La crise de 1789 serait donc une crise de subsistances modèle, qui se conjuguerait avec une crise viticole d’une ampleur inaccoutumée et qui dégénérerait comme d’habitude en crise industrielle. On sait que les critiques ont très tôt été nombreuses à l’égard de ce modèle jamais vraiment totalement réfuté. Mais depuis quelques années des contre-arguments ont été avancés pour le remettre radicalement en cause. Ils sont schématiquement au nombre de trois.

  • 49 Weir, 1991
  • 50 Dans Béaur, Minard et Laclau, 1997
  • 51 Weir, 1991 ; Béaur, 2000a
  • 52 Terrier, 1996

29Un, la crise de 1789 n’est pas une crise typique d’Ancien Régime ; bien mieux elle serait totalement étrangère au modèle classique. La crise industrielle qui sévit à la veille de la Révolution serait bien davantage liée aux effets du traité de commerce franco-anglais de 1786 qu’à l’impact de la cherté sur les budgets populaires49. J’ai déjà dit ailleurs combien ce traité paraissait effectivement désavantageux : échanger des produits alimentaires (du vin) contre des produits manufacturés, c’est clairement un type d’échange inégal50. Il aurait consommé la ruine de pans entiers de la production textile ; les plaintes des manufacturiers ne seraient pas totalement dénuées de fondement. Cependant, cela ne suffit pas à disqualifier pour autant la crise de subsistances comme vecteur de la crise industrielle. Même l’argument selon lequel il n’existe pas à moyen terme de corrélation négative donc pas de contrariété tendancielle entre prix du blé et mouvement de la production textile ne convainc pas. En dehors des crises on ne voit pas pourquoi il y aurait une relation statistique entre les deux, et il est évident que l’état de la demande peut dépendre d’autres facteurs51. Si les toiles sont en plein marasme au moment de la crise de 1789, la crise de 1770-71 n’empêche pas un réel essor, au plus fort de la hausse du prix des grains52.

  • 53 Morineau, 1996 ; Lemarchand, 1996.

30Deux, la crise de la vigne, tellement valorisée par E. Labrousse, serait un faux-semblant et tous les calculs de l’auteur pour montrer la dégradation du revenu vigneron pendant la phase d’effondrement des prix du vin qui s’ouvre à la fin des années 1770 seraient fallacieux. C’est l’argumentation de M. Morineau, repoussée par G. Lemarchand53. M. Morineau s’emploie, en effet, à démontrer que les périodes de bas prix du vin coïncident avec les moments de bénéfice maximal pour le viticulteur, la croissance des quantités écoulées compensant largement la chute des cours. Cela voudrait dire que la loi de King ne s’applique pas au vin et que les plaintes des vignerons n’étaient que jérémiades alors qu’ils empochaient des revenus records. Ce n’est pas exactement ce que montre M. Lachiver. Le cas analysé est-il vraiment significatif ? Tous les vignobles sont-ils logés à la même enseigne ? Tel est l’enjeu sur lequel il faudrait bien revenir.

  • 54 Poussou, 1989

31Trois, la crise de l’Ancien Régime ne serait qu’accidentelle et éphémère dans une phase d’expansion qui perdurerait jusqu’en 1789 et à laquelle la Révolution seule mit un terme. Selon J.-P. Poussou, le cas de Bordeaux est exemplaire de cet essor ininterrompu54. Mais Bordeaux n’est-elle pas atypique, avec le développement des exportations de vin vers l’Angleterre. Les vicissitudes du textile n’étaient-elles pas le prix à payer pour assurer la prospérité de Bordeaux ?

32Bref, si la crise d’Ancien Régime résiste, celle de 1789 n’est certainement pas sa forme la plus pure et bien des interrogations surgissent quant aux inégalités de traitement des régions et des milieux sociaux. Il est douteux que la production se soit accrue. L’agriculture a répondu globalement aux besoins de la population, c’est tout ce que l’on peut dire. La production industrielle, quant à elle, a connu des hauts et des bas, des succès et des échecs, des réorientations, des reconversions.

Redistribution

La terre

  • 55 Bodinier & Teyssier, 2000

33Parmi les formes de redistribution attendues de la Révolution, on sait que l’une d’elles occupe une place prédominante depuis un siècle dans les préoccupations des historiens, à savoir la redistribution de la terre par le biais des ventes de biens nationaux. B. Bodinier et E. Teyssier ont eu l’immense mérite de mener une longue traque dans la littérature exubérante sur cette question et de proposer enfin une synthèse sur les modalités et les conséquences de cette ténébreuse affaire55. On fera simplement quatre remarques.

  1. la part du sol qui se trouve ainsi remise dans le circuit est inférieure à 10 % au total, c’est-à-dire le bas du bas de la fourchette définie par G. Lefebvre à la suite de Lecarpentier il y a quelque 75ans. À ce compte, il y un étonnant paradoxe. Nulle part en Europe, la redistribution des terres ainsi confisquées et redistribuées n’a été aussi faible. Nulle part ; elle n’a fait couler autant d’encre.
  2. La confiscation des biens nationaux n’a rien d’un coup de grisou dans une Europe indifférente. Le travail de F. Antoine sur la mise en vente des biens du clergé dans les Pays-Bas autrichiens rappelle, s’il en était besoin, qu’il s’agit d’une vieille partition mise en musique précocement par les Habsbourg56 et revendiquée un peu partout, notamment en Espagne et en Italie. Les ventes de biens nationaux s’inscrivent bien dans un mouvement d’ensemble de longue durée.
  3. La vente des biens nationaux a occulté pendant longtemps ce que j’ai appelé le « marché ordinaire »57, même si G. Lefebvre avait déjà dans les Paysans du Nord mis l’accent sur l’importance des reventes. Depuis, J.-C. Martin, A. Jollet et d’autres ont insisté sur les redistributions importantes qui eurent lieu à la faveur de ces reventes. Il est clair que les spéculateurs ont rendu un fier service aux paysans en morcelant les lots qui leur étaient échus. Mais cela n’épuise pas la question. L’explosion des ventes intervenues sur le marché ordinaire a pu être mise en valeur aussi bien du côté de Lizy sur Ourcq que de Domfront ou d’Amboise, sans que l’on puisse faire la part des ventes de biens nationaux dans cette envolée58.
  4. Une attention particulière a été portée aux questions relatives aux droits d’usage et aux communaux. On sait que Marc Bloch avait consacré un livre majeur consacré à la question de « l’individualisme agraire », qui montrait les enjeux qui accompagnaient l’exercice des droits collectifs mais, contrairement à ce que l’on croit communément, il n’évoquait quasiment pas la question des communaux. G. Lefebvre avait, lui, insisté sur le fait que les paysans avaient opposé une résistance tenace pour défendre les droits collectifs contre le capitalisme dans les campagnes, avant qu’une nouvelle interprétation aille à contre courant de cette interprétation, et n’avance que les paysans étaient au contraire disposés à frayer une voie française vers le capitalisme59. Plus récemment, la question a été reprise par N. Vivier qui s’est efforcée de présenter clairement les ambiguïtés des positions des uns et des autres, avant comme pendant et après la Révolution60. Elle a montré non seulement les divergences entre les intérêts des groupes sociaux et les hésitations des responsables politiques, mais la variété des situations locales selon que les droits dits collectifs étaient ou non abandonnés à tous. Elle a démythifié le communal comme ressource pour « la vache du pauvre », et a exprimé la thèse que l’enjeu pouvait être autre que celui-là : la défense d’une « identité » communale, bref elle a proposé une lecture « politique » de l’affrontement. Elle a rappelé avec force que contrairement à ce que d’aucuns sous-entendent, la question des droits collectifs et celle des communaux étaient profondément dissociées61. Elle conduisait implicitement à la double hypothèse dérangeante que, dans bien des cas, le choix : perpétuation du droit de jouissance/obtention d’une parcelle était indécidable pour chaque individu et que, par ailleurs, il ne fallait pas attendre grand chose de la privatisation des communaux, soit de faible étendue, soit dotés d’une maigre valeur productive62. Là encore la redistribution foncière laissait peu d’espoir de résoudre la question foncière.

La dette et l’assignat

  1. On admet communément que les fortunes ont été largement brassées par les conséquences de la Révolution. On peut avancer qu’elles l’ont été par les effets de la dette. Les travaux de G. Postel-Vinay ont mis en évidence un transfert discret, non pas ignoré mais minimisé jusqu’alors, celui qui résulte de la dépréciation de l’assignat. Après avoir montré combien le XVIIIe siècle avait sécrété une nouvelle forme d’emprunts, ceux gagés sur des rentes viagères, et donné à voir la montée des obligations accompagnée du lent effacement des rentes perpétuelles, ce sont les conséquences de l’hyperinflation qui ont été mises en lumière63. Le remboursement des rentiers « en monnaie de singe », surtout à partir de l’an III a provoqué leur spoliation au profit de leurs débiteurs, engendrant un formidable désendettement des campagnes et les libérant du poids d’une dette souvent considérée comme insupportable. Encore plus confus, les rapports entre métayers et propriétaires, ou entre bailleurs et preneurs dans les baux à cheptel, engendrent des conflits relatifs aux modalités de paiement ou de remboursement64. Du coup, « cette remise des compteurs à zéro » aurait dû libérer l’investissement et faciliter le financement des améliorations agricoles. Il n’en a rien été. Les campagnes manquent de liquidités après cet épisode, et les réseaux classiques du crédit sont désorganisés. Échaudés par l’expérience, les créanciers ont suspendu les prêts et condamné les demandeurs d’argent à puiser dans les réseaux informels (usure, prêts familiaux). Le résultat, c’est un effondrement de l’encours du crédit à partir de ce moment. Les prêteurs exigent des garanties très fortes, demandent des taux d’intérêt élevés. Le redémarrage sera progressif et attendra que les rentiers aient surmonté leur peur ou fassent confiance à la consolidation d’institutions créées à cet effet par l’Ancien Régime, telles que les hypothèques, comme le montre le cas de la Haute-Marne65. Toute cette argumentation repose sur l’hypothèse que les débiteurs ont flairé au mieux le moment opportun et sont parvenus à imposer leur volonté de remboursement à des créanciers récalcitrants. On peut objecter que les créanciers, ou du moins certains d’entre eux, surent résister aux remboursements sauvages de leurs débiteurs, lesquels n’avaient pas forcément les liquidités en papier nécessaires pour s’en tirer à si bon compte66. Cela ne détruit pas l’idée d’un vaste mouvement de liquidation de la dette et d’un grippage du crédit à partir de l’an IV.
  2. Contrairement à ce que l’on a affirmé il semble que les biens nationaux n’ont généralement pas été bradés, sauf circonstances particulières et sauf lors des adjudications tardives. Certes, les prix d’évaluation peuvent être jugées un peu bas, mais l’effet a été partiellement corrigé par le jeu des enchères. Par ailleurs, la mise à prix était forcément plombée par le jeu du marché, compte tenu du nouveau déséquilibre entre l’offre et la demande, et elle survient dans une phase sévère de repli du foncier depuis le début des années 1780. En revanche la dépréciation relative du capital foncier, alors que la rente résiste, a dû accroître la rentabilité de la terre et contribuer mécaniquement à détourner le capital de l’investissement. Il est tout aussi faux de prétendre que les acheteurs ont joué à fond la carte de la dépréciation de l’assignat. Les quittances de paiement suggèrent que les acheteurs n’avaient rien de plus pressé que de solder leurs dettes, d’autant qu’ils étaient bien incapables de prévoir la fin du papier-monnaie, non plus que le moment de la dévalorisation maximale. Il est manifeste que ce n’est pas sans appréhension qu’ils se sont lancés dans des opérations lourdes, comme le subodore Jean-Marc Moriceau. S’ils l’ont fait, c’est parfois tout simplement dans un but défensif, ne pas perdre l’exploitation qu’ils avaient en fermage, ne pas risquer d’être expulsés par le nouveau propriétaire67.

Les revenus : la rente et le salaire

  • 68 Lemarchand, 1989.
  • 69 Le Goff & Sutherland, 2000
  • 70 Postel-Vinay, dans Béaur, Minard & Laclau, 1997
  • 71 Weir, 1991

34Sur le mouvement de la rente, nous avons de nombreuses indications68 et les travaux notamment de T. Le Goff et D. Sutherland permettent à la fois de mieux mesurer une évolution et de repérer des discordances régionales très fortes69. Dans l’ensemble, la rente marque le pas pendant la Révolution, même en absorbant une partie des droits abolis. À l’inverse, les salaires, en retard sur l’évolution des prix au XVIIIe siècle, suivent laborieusement mais suivent le mouvement des prix. Ils accompagnent voire anticipent l’avilissement de l’assignat70. Le rapport rente/salaire cesse momentanément d’être favorable aux propriétaires71. Il est clair que l’on assiste à un renversement de tendance éphémère et à un transfert de revenus des rentiers vers les salariés.

35L’exemple de la sidérurgie montre que la hausse s’effectue en deux temps dans un climat de pénurie de main d’œuvre, en 90-93, en 1803, et permet d’affirmer qu’il n’y eut pas de retour en arrière, les ouvriers disposant d’un moyen de pression efficace : menacer de partir. Tout le monde admet cette tension sur les salaires, quitte à la déplorer. La hausse des salaires est, en effet, considérée par les défenseurs du libéralisme comme néfaste pour les employeurs et donc pour l’activité économique. Elle aurait handicapé le profit et donc l’investissement. Soit. Mais la conclusion implicite risque tout de même d’être bien gênante. Fallait-il donc peser sur les salaires pour que les employeurs soient contents et que l’on puisse démontrer que décidément la Révolution n’avait rien apporté aux milieux populaires ?

L’impôt

  • 72 Touzery, 1995.

36Sur les tentatives de réforme de l’impôt avant la Révolution, nous sommes maintenant beaucoup mieux renseignés grâce aux travaux de M. Touzery72. Les tentatives de taille tarifée opérées par les Bertier de Sauvigny visaient à une répartition plus équitable des charges entre les paroisses, faute de résoudre l’inégalité fondamentale, celle entre les privilégiés. La mesure ne fut en rien populaire, pour des raisons psychologiques (peur de l’incursion du fisc), financières (les paroisses devaient financer), fiscales (la fraude généralisée rendait la manœuvre dangereuse pour les contribuables et la réforme risquait bien d’aboutir à un surcroît de prélèvement).

  • 73 Touzery, 1997

37Sur l’allégement fiscal apporté par la Révolution, nous avons une vague idée. La suppression des privilèges n’avait pas qu’une portée symbolique, comme une certaine historiographie a tenté de le faire croire73. Sans doute, l’exemple est-il unique mais l’imposition nouvelle de Joguet à Janvry (Essonne) montre l’ascension fulgurante de la matière imposable et le bénéfice fiscal considérable qu’en tirèrent les redevables de cette paroisse. Le gain fut d’autant plus appréciable que le contribuable a été largement ménagé par l’État qui a préféré modérer les contributions directes, et en particulier la foncière, que de maintenir le taux d’imposition. Là encore les libéraux devraient être satisfaits, d’autant que ce cadeau était assorti de la suppression de tous les indirects. Il s’agissait d’une mesure d’équité, certes, mais difficilement compatible avec la stagnation de la masse imposable. Faute de s’être résolus à l’accroître, les révolutionnaires se condamnaient à vivre d’expédients.

  • 74 Sargent & Velde, 1995 ; Le Goff & Sutherland, 1999
  • 75 Moriceau, 1989

38Mais ce n’est pas tout. Toutes les données concordent pour attester que le prélèvement fiscal tomba à rien pendant presque 10 ans, en raison de la « grève larvée des contribuables »74. L’impôt ne rentre plus dès 1791 et, comme, parallèlement, les redevances seigneuriales ont disparu, il est évident que les Français profitèrent largement de la situation. Imaginons ce que peut représenter une exonération d’impôt pendant 10 ans ! Je crois que l’on n’a pas prêté suffisamment attention aux conséquences économiques d’un tel changement. On peut en attendre un coup de fouet sur le pouvoir d’achat ou sur les capacités d’investissement, ou plus vraisemblablement un bonus pour l’épargne. Dans ces conditions les discours sur les malheureux fermiers victimes des réquisitions, des taxations… doivent être replacés dans un contexte plus général. Apparemment, on n’assiste pas à la valse des fermiers que la France avait connue au tournant du XVIIe siècle. Bien mieux, on assiste plutôt à leur enrichissement et à un formidable effort d’accumulation. Non, les exploitants ne furent pas ruinés par les mesures prises en l’an II. Leurs plaintes émouvraient davantage si les chefs d’entreprise agricoles, seuls vendeurs de grains et détenteurs d’attelage, donc seuls visés par les mesures extrêmes de l’an II ne sortaient pas de la Révolution renforcés, comme des « notables consolidés »75.

  • 76 Perrot, 1989.

39Du point de vue de l’État, J.-C. Perrot a remarqué combien l’ignorance du produit net agricole et la mauvaise appréciation du rendement fiscal ont conduit le gouvernement à l’impasse. Considérant que « l’industrie ou le commerce ne produisent aucune valeur ajoutée taxable, le piège se referme inexorablement : le déficit budgétaire est inscrit dans la loi fiscale »76. À partir de là tout s’enchaîne. Les émissions d’assignats et la débâcle financière, la guerre de conquêtes et l’exploitation des pays conquis, la subordination du pouvoir civil aux caprices des militaires… Mais, en contrepartie, même lucides, les Constituants pouvaient-ils arbitrer autrement ? En fait, les Français ne leur laissèrent pas beaucoup de choix.

La conclusion sera quadruple

40Premier point, il y a une confusion permanente lorsqu’on prend en compte « le coût de la Révolution ». Une confusion entre deux phénomènes liés par l’histoire, enchevêtrés par la chronologie, mais dotés de logiques disjointes : le changement politique et la guerre. En mesurant les effets de la Révolution, ce sont en fait ceux de la guerre que l’on mesure en priorité. Sans l’invasion pas de Terreur économique et sans les coalitions pas de blocus et de désastre au niveau du commerce maritime.

41Deuxième point, ni effondrement, ni décollage fulgurant de la production prise globalement. Des secteurs s’effondrent, d’autres patinent, d’autres encore résistent, d’autres enfin sont en plein essor et les conditions faites à chacun d’eux changent en permanence tout au long de ce quart de siècle. Bref, il ne s’agit pas d’une économie immobile, mais vivante confrontée aux reconversions brutales, aux redéploiements accidentels ou concertés, aux restructurations douloureuses, dont la virulence est accentuée par une situation de guerre et de transformation géostratégique et institutionnelle.

42Troisième point. Le discours libéral dont on nous rebat les oreilles est un discours de circonstance, convenu, à usage externe. Les manufacturiers étaient beaucoup plus lucides que certains illuminés qui croient naïvement que le marché règle tout, tout seul. Ils étaient surtout attentifs à la gestion de leurs propres intérêts et ils ne revendiquaient certainement pas un dégagement total de l’État qui les priveraient de protection et de règles. La Révolution n’a rien changé à cela.

  • 77 Perrot, 1989.

43Quatrième point. L’accent a volontairement été mis sur les effets de redistribution. Là encore il faut relativiser ces mouvements. Pas de mutation radicale. Pas de dépossession systématique. Mais une multitude de transferts d’ampleur inégale et de portée plus ou moins grande. Il faudrait marquer la chronologie de ces transferts et mesurer leurs effets à long terme. Certes, les Français « ont d’abord gagné comme contribuables en 1789-91 ; puis ils ont perdu comme producteurs et comme marchands en 1792-94 ; enfin depuis l’abolition du maximum… ils subissent l’explosion des prix comme consommateurs »77. Mais selon les catégories sociales, le gain est plus ou moins supérieur aux pertes. La paysannerie n’est sans doute pas perdante, tout au moins la fraction qui possède une exploitation, si réduite soit-elle, qui paie les impôts et qui n’achète qu’une petite partie de son pain, a fortiori celle qui vend son blé. En ville, en revanche, le bilan est plus nuancé, mais il semble bien que les élites ont su surmonter l’épreuve et su assurer une certaine continuité dynastique.

44Depuis quelques années, l’orientation des recherches a conduit à mettre en avant tout ce qui bouge, ce qui change plus, que ce qui reste immuable. Il n’est pas étonnant que l’on ait porté un nouveau regard sur les phénomènes économiques et que l’on ait dû regarder plus loin, plus longtemps pour traquer ce changement. La Révolution est donc l’objet de plus d’attention, non pas tant pour elle-même que parce que figurant comme un temps d’instabilité, de remise en cause de processus lents. Voilà pourquoi elle n’en finit pas de susciter discussions et interprétations. Elle ne figure pas comme un objet froid de l’histoire économique et comme un temps faible dans cette phase qui va de la période préindustrielle à l’industrialisation.

Bibliographie

Bibliographie

Ado, Anatoli, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Moscou, 1971 ; éd. française sous la responsabilité de Serge Aberdam et Marcel Dorigny, préface de Michel Vovelle, Paris, Société des Études Robespierristes, 1996.

Antoine, Annie, Fiefs et villages du Bas-Maine au XVIIIe siècle, Mayenne, Éditions Régionales de l’Ouest, 1994.

Antoine, Annie, « Les bovins de la Mayenne (1720-1820). Un modèle économique pour les campagnes de l’Ouest ? », Histoire et Sociétés Rurales, 1995, 4/2, p. 105-136.

Antoine, François, La vente des biens nationaux dans le département de la Dyle, Bruxelles, Archives générales du royaume, 1997.

Béaur, Gérard, « Révolution et transmission de la propriété : le marché foncier ordinaire (Lizy-sur-Ourcq et Bar-sur-Seine entre 1780 et 1810) », La Révolution française et le monde rural, Paris, Éditions du CTHS, 1989, p. 271-286.

Béaur, Gérard, « La Révolution et la question agraire. Vieux problèmes et perspectives nouvelles. Note critique », Annales ESC, 1993, 1, p. 135-145.

Béaur, Gérard, « Les Chartier et le mystère de la révolution agricole », Histoire & Mesure, 1996, XI, 3/4, p. 367-388.

Béaur, Gérard, Histoire agraire de la France au XVIIIe siècle. Inerties et changements dans les campagnes françaises entre 1715 et 1815, Paris, SEDES, 2000a.

Béaur, Gérard, « Über eine mehrdeutige Diskussion. Gemeinheitsteilungen, Eigentumsfrage und agrar-ökonomischer Fortschritt (Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert) », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 2000b/2, p. 33-43.

Béaur, Gérard, Minard, Philippe, et Laclau, Alexandra, Atlas de la Révolution française. 10 Économie, Paris, Éd. EHESS, 1997.

Bodinier, Bernard & Teyssier, Éric, L’événement le plus important de la Révolution. La vente des biens nationaux, Paris, Société des Études Robespierristes et Éditions du CTHS, 2000.

Boehler, Jean-Michel, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1994.

Boehler, Jean-Michel, « La petite culture en Alsace au XVIIIe siècle », Histoire et Sociétés Rurales, 1995, 2/4, p. 69-103.

Chassagne, Serge, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éd. EHESS, 1991.

Chevet, Jean-Michel & Saint-Amour, Pascal, « L’intégration des marchés du blé en France aux XVIIIe et XIXe siècles », Cahiers d’Économie et de Sociologie rurales, n° 22, 1992, p. 152-175.

Clère, Jean-Jacques, Les paysans de la Haute-Marne et la Révolution française. Recherches sur les structures foncières de la communauté villageoise, Paris, Éd. du CTHS, 1988.

Fanica, Olivier, « La production de veau blanc pour Paris. Deux siècles de fluctuations (XVIIe-XXe siècle) », Histoire et Sociétés Rurales, 2001, 15/1, p. 105-130.

Farcy, Jean-Claude, Les Paysans beaucerons au XIXe siècle, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1989.

Fortunet, Françoise, Charité ingénieuse et pauvre misère, les baux à cheptel simple en Auxois, Dijon, Éd. de l’Université de Dijon, 1985.

Garnier, Bernard, « Des bœufs pour Paris : commercialisation et élevage en Basse-Normandie (1750-1900) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, CVI, 1999, 1, p. 121-138.

Gauthier Florence & Ikni Guy-Robert (éds), La guerre du Blé. La critique populaire contre le libéralisme économique au XVIIIe siècle, Montreuil, Éd. de la Passion, 1988.

Gayot, Gérard, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, Éd. EHESS, 1998.

Hoffman, Philip T., « Un nouvel indice de la productivité agricole : les baux de Notre-Dame de Paris, 1450-1789 », Histoire et Mesure, 1991, 3/4, p. 215-241.

Hoffman, Philip T., Growth in a Traditional Society. The French Countryside 1450-1815, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Hirsch, Jean-Pierre, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éd. EHESS, 1991.

Hirsch, Jean-Pierre & Minard, Philippe, « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup : pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française (XVIIIe-XIXe siècle) », Louis Bergeron & Patrice Bourdelais, La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 135-156.

Jessenne, Jean-Pierre, Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987.

Jollet Anne, Terre et Société en Révolution. Approche du lien social dans la région d’Amboise, Paris, Éd. du CTHS, 2000.

Kaplan, Steven L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1996.

Lachiver, Marcel, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988.

Le Goff, Tim J. A., Sutherland, Donald M. G., « La Révolution française et l’économie rurale », Histoire & Mesure, 1999, 1/2, p. 79-120.

Le Goff, Tim J. A., Sutherland, Donald M. G., « What Can We Learn from Leases? A Preliminary View », Histoire & Mesure, 2000, 3/4, p. 289-320.

Lemarchand, Guy, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux. Conjoncture économique et démographique et structure sociale dans une région de grande culture de la crise du XVIIe siècle à la stabilisation de la Révolution (1640-1795), Paris, Éd. du CTHS, 1989.

Lemarchand, Guy, « À propos de l’article de M. Morineau », AHRF, LXVIII (303), 1996, 1, p. 109-112.

Lepetit, Bernard, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988.

Margairaz, Dominique, Les dénivellations interrégionales des prix du froment en France, 1756-1872, thèse Université de Paris I, 1982.

Margairaz, Dominique, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, Éd. EHESS, 1988.

Martin, Jean-Claude, La Terre en révolution. Biens nationaux et marché foncier dans le Domfrontais 1789-1830, Le pays Bas-Normand, 1989, n° 2-3-4.

Miller, Judith, Mastering the Market: The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

Moriceau, Jean-Marc, « Des notables consolidés ? Les « propriétaires-cultivateurs » au lendemain de la Révolution », Les Paysans et la Révolution en Pays de France. Actes du colloque de Tremblay-en-France (15-16 octobre 1988), Mitry, Association pour le Bicentenaire de la Révolution, 1989, p. 215-236.

MORICEAU, Jean-Marc, « Une nouvelle donne économique ? Les adjudications de Fermes autour de Paris (Districts de Corbeil, Gonesse, Meaux et Versailles) », Paris et Ile-de-France, Mémoires, tome 41, 1990, p. 409-528.

Moriceau, Jean-Marc, Les Fermiers de l’Île-de-France. Ascension d’un patronat agricole (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 1994a.

Moriceau, Jean-Marc, « Au rendez-vous de la “Révolution agricole” dans la France du XVIIIe siècle. À propos des régions de grande culture », Annales HSS, 1994b, 1, p. 27-63.

Moriceau, Jean-Marc & Postel-Vinay, Gilles, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements agricoles : les Chartier (XVIIe-XIXe siècles), Paris, Éd. EHESS, 1992.

Morineau, Michel, « Ruralia I », Revue Historique, 1991, 2, p. 359-384, reprise partielle dans G. Béaur (éd.), La Terre et les Hommes : France et Grande-Bretagne (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Hachette, 1998, p. 174-183.

Morineau, Michel, « Ruralia II », Revue Historique, 1991, 2, p. 559-568, reprise partielle dans G. Béaur (éd.), La Terre et les Hommes : France et Grande-Bretagne (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Hachette, 1998, p. 117-125.

Morineau, Michel, « Esquisse et Crise. Une relecture nécessaire d’Ernest Labrousse », AHRF, 1996, LXVIII (303), 1, p. 77-107.

Perrot, Jean-Claude, « Capitalisme, finances publiques et Révolution », G. Gayot & J.-P. Hirsch, La Révolution française et le développement du capitalisme, numéro spécial de la Revue du Nord, 1989, p. 17-26.

Postel-Vinay, Gilles, « À la recherche de la révolution économique dans les campagnes (1789-1815) », Revue Économique, n° 6, novembre 1989, p. 1015-1046.

Postel-Vinay, Gilles, La Terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

Poussou, Jean-Pierre, « Le dynamisme de l’économie française sous Louis XVI », Revue Économique, 1989, vol. 40, n° 6, Révolution de 1789. Guerres et Croissance économique, p. 965-1000.

Poussou, Jean-Pierre, « L’“agriculture alternative”. À propos d’un ouvrage de Joan Thirsk », Histoire et Sociétés Rurales, 1999, 12/2, p. 131-146.

Sargent, T.J. & Velde, F.R., « Macroeconomic Features of the French Revolution », Journal of Political Economy, 1995, 103 (3), p. 474-518.

Terrier, Didier, Les Deux Âges de la protoindustrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois (1730-1880), Paris, Éd. EHESS, 1996.

Touzery, Mireille, L’invention de l’impôt sur le revenu. la taille tarifée (1715-1789), Paris, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, 1994, 618 p.

Touzery, Mireille, « La dernière taille. Abolition des privilèges et technique fiscale d’après les rôles de Janvry pour les six derniers mois de 1789 et pour 1790 », Histoire & Mesure, 1997, 1/2, p. 93-142.

Traversat, Michel, Les pépinières. Étude sur les jardins français et les pépinières, Thèse de l’EHESS, 2001.

Vivier, Nadine, Propriété collective et identité communale : les Biens communaux en France (1750-1914), Paris, Presses de la Sorbonne, 1998.

Vivier, Nadine, « Vive et vaine pâtures. Usages collectifs et élevage en France (1600-1800) », La Terre et les Paysans. Productions et exploitations agricoles aux XVIIe et XVIIIe siècles en France et en Angleterre. Actes du Colloque de la Société des historiens modernistes des universités (Aix-en-Provence, 1998), Paris, Publications de l’Université Paris-Sorbonne, 1999, p. 73-106.

Weir, David R., « Les crises économiques et les origines de la Révolution française », Annales ESC, 1991, 4, p. 917-947.

Woronoff, Denis, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution.

Notes

1 Béaur, Minard, Laclau, 1997.

2 Postel-Vinay, 1989.

3 Hirsch et Minard, 1998.

4 Gayot, 1998.

5 Gayot, 1998.

6 Hirsch, 1991.

7 Gayot, 1998.

8 Hirsch et Minard, 1998 ; Woronoff, 1984.

9 Hirsch, 1991, p. 446.

10 Woronoff, 1984.

11 Chassagne, 1991.

12 Ado, 1996 [1971].

13 Béaur, 1993

14 Moriceau, 1994a et 1994b ; Moriceau et Postel-Vinay, 1992

15 Béaur, 1996

16 Moriceau, 1989.

17 Boehler, 1994

18 Traversat, 2001

19 Antoine, 1994 et 1995

20 Garnier, 1999

21 Fanica, 2001

22 Poussou, 1999 ; Béaur, 2000a.

23 Kaplan, 1996

24 Lachiver, 1988

25 Gauthier & Ikni, 1988

26 Miller, 1999

27 Postel-Vinay, 1989.

28 Margairaz, 1988

29 Lepetit, 1988

30 Margairaz 1982 ; Chevet & Saint-Amour, 1992

31 Chassagne, 1991

32 Woronoff, 1984

33 Chassagne, 1991.

34 Woronoff, 1984

35 Moriceau, 1990

36 Jessenne, 1987

37 Gayot, 1998

38 Hirsch, 1991 ; Chassagne, 1991

39 Morineau 1991 & 1993, en particulier

40 Hoffman, 1991 et 1996.

41 Postel-Vinay, 1989

42 Le Goff & Sutherland, 2000

43 Béaur, 2000a

44 Le Goff & Sutherland, 1999.

45 Farcy, 1989

46 Woronoff, 1984

47 Terrier, 1996

48 Chassagne, 1991.

49 Weir, 1991

50 Dans Béaur, Minard et Laclau, 1997

51 Weir, 1991 ; Béaur, 2000a

52 Terrier, 1996

53 Morineau, 1996 ; Lemarchand, 1996.

54 Poussou, 1989

55 Bodinier & Teyssier, 2000

56 Antoine, 1997.

57 Béaur, 1989

58 Béaur, 1989 ; Jollet, 2000 ; Martin, 1989

59 Ado, 1996 [1971]

60 Vivier, 1998.

61 Vivier, 1999

62 Béaur, 2000b

63 Postel-Vinay, 1998

64 Fortunet, 1985.

65 Clère, 1988

66 Le Goff & Sutherland, 1999

67 Moriceau & Postel-Vinay, 1992

68 Lemarchand, 1989.

69 Le Goff & Sutherland, 2000

70 Postel-Vinay, dans Béaur, Minard & Laclau, 1997

71 Weir, 1991

72 Touzery, 1995.

73 Touzery, 1997

74 Sargent & Velde, 1995 ; Le Goff & Sutherland, 1999

75 Moriceau, 1989

76 Perrot, 1989.

77 Perrot, 1989.

Auteur

CNRS, CRH - Paris

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540