Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Présentation

Christine Peyrard

Texte intégral

1Le thème de « la Révolution française au carrefour des recherches » s’est imposé naturellement aux historiens aixois pour une rencontre internationale qui s’est tenue à Aix-en-Provence du 11 au 13 octobre 2001 et dont ce livre offre le témoignage. L’Université de Provence se devait d’accueillir les chercheurs qui, en France et hors de France, tous citoyens de la République universelle, travaillent sur l’objet toujours vivant qu’est la Révolution française, après les grands travaux suscités par le Bicentenaire de 1789.

2D’abord, parce que chaque année des étudiants se passionnent pour l’étude de la période révolutionnaire et suivent la trace de leurs aînés qu’ils remplaceront un jour. C’est la raison pour laquelle ce colloque a été organisé par un collectif associant maîtres et élèves, dans un même esprit de « solidarité mutuelle » ou de « fraternité universelle », comme disaient en 1848 les héritiers de 1793. Les uns sont professeurs émérites, d’autres encore en activité, d’autres enfin sont directeur de recherche au CNRS ou maître de conférences. Ce qui lie Régis Bertrand, Bernard Cousin, Maryline Crivello, Monique Cubells, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied et moi-même, c’est le sentiment de ce que nous devons à Michel Vovelle, à savoir le goût ou la passion de la recherche, le dévouement au bien public ou au « bonheur commun », le respect de l’opinion des autres ou des principes de politique que certains trouveront historiquement datés puisqu’ils remontent, de fait, au moins au XVIIIe siècle, à savoir à Montesquieu, à Rousseau et à Robespierre qui, dans son célèbre discours de pluviôse an II, rappelait que « l’âme de la République est la vertu, l’égalité » avant d’inviter les législateurs ou les « citoyens, représentants du peuple » à adopter « tout ce qui tend à exciter l’amour de la patrie, à purifier les mœurs, à élever les âmes, à diriger les passions du cœur humain vers l’intérêt public » et à rejeter, conséquemment, « tout ce qui tend à les concentrer dans l’abjection du moi personnel, à réveiller l’engouement pour les petites choses et le mépris des grandes ».

3Ensuite, notre centre de recherches a vocation à offrir ce lieu de rencontres scientifiques et de débats internationaux. D’une part, le cadre de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, qui doit tant à notre collègue Robert Ilbert, offre un merveilleux espace intellectuel et, d’autre part, l’UMR Telemme dirigée, hier encore par Gérard Chastagnaret et aujourd’hui par Bernard Cousin – qui organisait en 1993 le grand colloque sur les fédéralismes en tant que directeur du Centre méridional d’histoire sociale, des mentalités et des cultures, fondé naguère par Michel Vovelle –, ne peut minimiser l’importance de ce ci-devant centre de recherches, non seulement par sa place dans la structuration de l’UMR Telemme, mais aussi par l’organisation de nombreux colloques à l’Université de Provence. Car la vitalité des études révolutionnaires à Aix reste une donnée objective. Mais il convient d’associer à cet hommage toute l’équipe de l’UMR, notamment Marie-Françoise Attard, Claude Bruggiamosca et Christine Dotto, sans qui le colloque et ce livre n’auraient pu être tenu ou réalisé, comme d’ailleurs Jacques Guilhaumou qui a accepté de bien vouloir relire de très nombreuses contributions ; sans parler, évidemment, de Martine Lapied ma « sœur et amie » comme on disait dans les quelques clubs mixtes à l’époque de notre Grande Révolution.

4Enfin, cet héritage est un bien commun qu’il importe de faire fructifier. Car il ne suffit pas, comme le pensait Saint-Just dans les circonstances de l’an II, de fonder des institutions républicaines ; ni, non plus, selon l’article 28 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 24 juin 1793, de refuser d’assujettir les générations futures aux lois d’une génération de brillants intellectuels et de remarquables gestionnaires. Il convient, aussi, d'inviter la République des Lettres, ou la communauté scientifique internationale, à une réflexion collective et plurielle. Ainsi, le comité scientifique du colloque a choisi de confier à des rapporteurs, dont la notoriété scientifique était internationalement établie, la lourde tâche de faire le bilan des recherches et des voies nouvelles, depuis le Bicentenaire de 1789, sur un thème précis et à d'autres chercheurs, non moins reconnus, le soin d'approfondir une question historique majeure.

5La thématique proposée par les organisateurs de cette rencontre peut paraître très classique et renvoyer, d’ailleurs, aussi bien à l’école dite des Annales qu’à celle des études dites jacobines. Pour autant, la structuration de l’ouvrage en Économie, Société, Politique, Culture et opinions, Femmes et Images révèle, également, sa part de modernité et, aussi, de complexité. D’ailleurs, les rapporteurs ou les participants l’ont signalée au moment du colloque : pourquoi séparer le politique de l’histoire de la culture et des opinions ? peut-on construire une histoire des femmes distincte de l’étude des pratiques sociales et culturelles collectives ? comment présenter les travaux sur les images de la Révolution indépendamment d’une histoire de la civilisation ? Il faut bien convenir que ce découpage de l’histoire a des fonctions pédagogiques plus que scientifiques. La spécialisation, si elle est parfois nécessaire, présente néanmoins tous les inconvénients d’une histoire en miettes. Peut-être, est-ce l’intérêt de cet ouvrage de couvrir les principaux champs de recherche défrichés par les historiens de l’époque révolutionnaire et de signaler les recoupements nécessaires.

6Commencer par l’histoire économique peut être interprété de diverses façons : on peut y voir soit l’attachement à la « vulgate » ou la nostalgie d’une belle époque où les historiens, engagés au long cours dans une thèse d’État, c’est-à-dire d’une vie, rêvaient d’une histoire totale ; soit l’imprégnation du discours économique dominant à l’époque de la mondialisation et le « retour de la grande illusion : celle du marché autorégulé » (J.P. Hirsch et M. de Oliveira) ; soit encore le désir de marginaliser l’événement historique dans une histoire de longue durée ou, au contraire, le souci de mieux apprécier « la période de transition » (G. Béaur).

7Au delà de l’évidente implication idéologique et politique du citoyen qui écrit l’histoire dans son temps – que ce temps soit celui de « la mise à la disposition de la Nation » de biens patrimoniaux, du Front populaire à la longue après-guerre en France, ou celui de la conversion aux valeurs néo-libérales actuelles et à la mondialisation triomphante – il faut savoir gré à « l’école lilloise » (G. Béaur) d’avoir soutenu et animé ce champ d’études malgré, à la fois, l’essor de nouveaux chantiers historiques et, aussi, la vogue d’un courant critique rejetant, non seulement tout déterminisme socio-économique, mais aussi toute prise en considération des phénomènes économiques et sociaux pour penser, sinon comprendre, l’histoire de la Révolution.

8Si la solide tradition des recherches en ce domaine a permis la survie de l’histoire économique et sociale, malgré le terrible raccourcissement de la thèse de doctorat en Histoire si préjudiciable à de grands travaux archivistiques, peut-être que les cases studies et la micro storia ont contribué à donner un second souffle à cette histoire. Le changement d’échelle préconisé et l’analyse de différentes strates, s’ils ont pu induire un certain émiettement des travaux, n’ont-ils pas aussi participé à une meilleure appréhension de la réalité économique au plan local ou régional, comme au plan national et européen ?

9Quant à la question du libéralisme économique, prôné par ceux qui souhaitent néanmoins l’intervention de l’État pour soutenir « la classe productrice », l’histoire des temps présents montre que le désengagement de l’État ou de la super-puissance économique et militaire, vis-à-vis des grands groupes capitalistes mondiaux sollicités pour reconstruire un pays détruit par les bombardements, n’est pas à l’ordre du jour. D’où l’intérêt de l’étude de Judith Miller sur la grande question des céréales au XVIIIe siècle, appréhendée tant du point de vue des producteurs que des consommateurs – ces derniers pouvant être aussi producteurs – qui souligne la « détresse des classes pauvres » et montre l’éventail des solutions politiques, compromis ou « marges de manœuvre des autorités locales » sous l’absolutisme monarchique comme sous l’Empire napoléonien.

10Si l’histoire sociale, « entendue comme histoire des structures sociales et des relations collectives » (Guy Lemarchand), de la Révolution n’a pas été bouleversée dans la dernière décennie c’est peut-être en raison de l’existence de ces grandes thèses régionales qu’un chercheur, même ambitieux, ne peut facilement récuser comme historiquement datées. Le dépouillement des sources archivistiques est tel que le jeune chercheur, sommé de produire une thèse dans un délai désormais très bref en France, doit s’appuyer sur les travaux de ses prédécesseurs. Certes, il est possible de privilégier les relations sociales entre les groupes, les ordres ou les classes pour prétendre offrir un nouveau souffle à cette longue et belle histoire. D’ailleurs, l’école d’Aix a soulevé très tôt dans l’historiographie la question des « intermédiaires », tant culturels que sociaux ou politiques, promise encore à un bel avenir en raison même de sa fécondité intellectuelle. Pour autant, comme le montre bien G. Lemarchand, un sujet posé à l’agrégation d’Histoire peut révéler ou réveiller un engouement toujours vif pour l’histoire rurale.

11Enfin, dans le renouvellement de l’histoire sociale et politique il convient de souligner l’apport majeur du Temps des Philanthropes de Catherine Duprat : même si ce temps ne se réduit pas à la décennie révolutionnaire, il valorise la période d’une façon éclatante et, en même temps, singulière par « un déplacement d’éclairage inédit » (M. Agulhon). Et, après la grande thèse d’Albert Soboul sur les sans-culottes parisiens, gageons que cette œuvre sur les « malheureux » de Paris et les « amis de l’humanité » aura d’aussi fidèles lecteurs parmi les savants.

12L’importante synthèse offerte par B. Bodinier et E. Teyssier sur la question des biens nationaux ne clôt pas les travaux sur un sujet très labouré depuis tant de lustres. Ne reste-t-il pas beaucoup à faire tant sur les reventes, que sur la spéculation ou sur les attitudes politiques des paysanneries et des bourgeoisies, à court ou à plus long terme ? Pourquoi l’héritage patrimonial est perçu par certains comme un moyen de faire une carrière personnelle et par d’autres comme un bien commun à défendre ? L’histoire socio-économique, nécessaire et fondamentale, ne permet pas, seule, de comprendre, par exemple, l’organisation de défense des acquéreurs de biens nationaux après – et pendant – les massacres de la terreur blanche dans le Midi.

13L’historiographie de la question coloniale, malgré des travaux précurseurs dont Fl. Gauthier fait état, est beaucoup moins riche que celle de l’histoire agraire tant le poids des mentalités est lourd en Histoire. Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire à l’historien ruraliste d’assumer son statut de fils de paysans et d’explorer cette histoire pour changer le monde comme l’ont fait les historiens russes au début du XXe siècle, alors qu’il est très difficile aux descendants d’esclaves, notamment dans l’espace caraïbe, d’écrire et de faire l’Histoire. Comment être Ami des Noirs à la fin du XVIIIe siècle : en montrant que l’abolition de la traite pourrait être avantageuse aux colons ou en proclamant l’abolition de l’esclavage ? Comment résister à l’occupation, à la colonisation et à la mondialisation, ou bien comment les justifier ? Les temps présents invitent à un récit attentif et dialectique de l’Histoire : entre le verbe et le fait, par exemple entre l’invocation du Dieu des chrétiens et celui des musulmans – qui peut, finalement, n’être que le même Être Suprême qu’invoquaient les Constituants et les Conventionnels –, entre le terrorisme des groupuscules, soutenus par l’appareil d’État comme les Compagnons du Soleil et autres Blancs du Midi en l’an III et sous le Directoire, et la terreur d’État des autres revendiquée, tant au plan politique, qu’économique et militaire, quel partage l’historien – de tout pays – peut-il opérer alors même que la Révolution en France s’est voulue, d’emblée, universelle ?

14Pour illustrer l’écriture de l’Histoire politique de la Révolution au début de ce nouveau siècle, Françoise Brunel choisit A. Aulard, à la suite de M. Vovelle en 1989, et nous invite à une réflexion sur la citoyenneté et sur l’individualisme. Au delà de la polysémie des grandes œuvres et de leur inévitable exploitation par des « individus qui savent moins bien travailler au bien public que calculer leur profit particulier », la spécialiste de l’histoire des Montagnards, de l’an II et de l’an III, nous rappelle les enjeux politiques d’hier et nous signale ceux des temps présents. Que faire dans une période de réaction politique ? Refuser de la cautionner en démissionnant, ou en acceptant son exclusion d’un cercle d’« individus », ou bien en protestant contre des pratiques politiques indignes des grands ancêtres républicains et démocrates, ou encore en tentant de jouer la carte du « compromis historique » à l’italienne ou du « compromis bourgeois » à la française en « donnant du temps au temps », selon un vieil adage espagnol qu’affectionnait tant F. Mitterrand ?

15Quant à la distinction, académique ou pédagogique, entre pratiques politiques et opinions politiques, sur laquelle s’interroge F. Brunel – alors même que dans son œuvre elle a remarquablement analysé les différentes conceptions, termes et usages du « gouvernement révolutionnaire provisoire jusqu’à la paix » en l’an II et en l’an III – l’importante étude de Malcolm Crook sur l’âge d’or des élections à l’époque révolutionnaire nous invite à la fois à comprendre et à penser l’histoire et l’historiographie. Comment expliquer le relatif désintérêt de naguère pour les études électorales et le large investissement de ce chantier aujourd’hui, sinon par la prospection d’un nouveau chantier à une époque où les manifestations de la rue sont considérées comme moins importantes que les résultats des urnes ? Encore, convient-il de bien analyser les conditions concrètes de la participation électorale – comme M. Crook nous y invite, ici comme dans sa grande synthèse sur le sujet, sur la base d’analyses locales fouillées personnellement –, sans négliger l’existence d’autres définitions de l’espace public que celle octroyée par la constitution thermidorienne et utilisée à merveille par les « républicains directoriaux ».

16La culture politique d’un peuple peut-elle être balayée par des coups d’État successifs ou par des « missionnaires armés » ? La présentation et l’analyse de l’historiographie espagnole, par Lluis Roura, et italienne, par Anna-Maria Rao, montrent la complexité de la question et, aussi, nous interrogent. Pourquoi si peu de travaux ici et une telle profusion là ? Pourquoi certains peuples accueillent avec plaisir et intérêt leurs prétendus libérateurs et d’autres, à l’inverse, avec haine et violence ? Au delà de la décennie, ou du triennio, révolutionnaire et de la conquête napoléonienne, pourquoi tant d’intellectuels ont investi, ici, ce champ de réflexions philosophiques et politiques et pourquoi si peu, ailleurs, de résonances dans le champ historiographique ? Sans être négligé dans sa matérialité (quid des droits féodaux et de la vente de biens nationaux ?), l’événement historique mérite d’être replacé dans une période de plus longue durée afin de comprendre, aussi, les conditions concrètes de formation d’une culture nationale et universaliste.

17« La culture est à la mode », constate Rolf Reichardt qui tente de cerner, au delà de l’emploi d’un vocable passe-partout, les contours d’un nouveau concept historique. Certes, la vieille histoire des idées, malgré ses limites, n’est pas à mépriser, mais la thèse d’A. Soboul sur les sans-culottes parisiens et les travaux de M. Vovelle sur les intermédiaires sociaux, les idéologies, les mentalités et les représentations dans le temps court et le temps long de l’Histoire ont largement favorisé une approche culturelle plus riche et plus diversifiée. C’est dans cette voie que s’engage le rapporteur en insistant tant sur le pluralisme des opinions politiques que sur leurs facteurs culturels et médiatiques ou, disons, communicationnels. Cet inventaire des modes d’expression permet d’analyser la culture – ou, en l’occurrence, la civilisation révolutionnaire – comme un « processus socio-politique où se croisent et s’associent des pratiques collectives différentes » (R. Reichardt).

18Telle démarche ouvre la voie à une meilleure intelligibilité de l’histoire dans la pluralité même de ses manifestations et Régis Bertrand, pour sa part, souligne les « avancées importantes » dans l’étude des aspects religieux de la Révolution. Certes, perdurent l’enjeu de mémoire et ses incriminations ou légitimations inévitables ; mais la volonté de comprendre l’histoire passée l’emporte, désormais, dans les travaux actuels qui explorent de nouvelles pistes de recherche. Ainsi Annie Jourdan – tout en soulignant la nécessité objective de « réhabiliter les œuvres, les artistes et les commanditaires » après le discrédit lancé au lendemain de Thermidor sur les arts de la Révolution et longtemps entretenu – montre bien l’importance des concours de l’an II et de la politique culturelle des Montagnards, à l’époque dite de « la Terreur », dans l’iconographie de la République française. Par ailleurs, cette approche de l’art républicain est également conduite par des spécialistes de l’histoire langagière des concepts, comme Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier. La notion de « l’art social » est ainsi explorée avant la Révolution et avant la proclamation de la République afin de saisir les conditions mêmes de son apparition, tant au plan textuel qu’au plan historique.

19Enfin, il convenait de faire place dans ce colloque à deux nouveaux et importants chantiers. « L’histoire des femmes n’est pas un sujet comme les autres » avertit, d’emblée, Lynn Hunt : elle est, en effet, au carrefour des recherches d’histoire politique, sociale et culturelle, renchérit Dominique Godineau. La comparaison de cette histoire avec celle de l’esclavage trouve ses justifications dans l’historiographie. Car les difficultés ont été grandes pour parvenir à faire admettre une telle spécialisation, de même que pour définir les méthodes et les chantiers de cette recherche. Les débats sur l’histoire du « gender » outre-Atlantique et l’histoire des mentalités en France, notamment, n’ont pas été sans intérêt ; de même les réflexions philosophiques de Marx ou d’Habermas qui ont sous-tendu tant de recherches (L. Hunt) ont permis d’apprécier, à la fois, les rapports de classes et les conceptions de l’espace public.

20Ainsi, la question centrale du droit de cité des femmes a pu être appréhendée à partir d’une vaste prospection de sources : au delà des textes législatifs, différents corpus d’archives ou de sources imprimées, comme la presse féminine sur laquelle insiste à juste titre Laura Pisano, ont été soumis à une analyse attentive. L’époque révolutionnaire constitue, pour Martine Lapied, un moment privilégié pour valoriser le rôle des femmes comme « actrices de l’Histoire » et pas seulement dans le rang de la Contre-Révolution. Car il ne conviendrait pas d’oublier que c’est Marianne et non Hercule qui l’a emporté dans la symbolique républicaine.

21En effet, l’histoire savante ne s’écrit plus seulement à partir de l’analyse des documents écrits. Bernard Cousin souligne le « rôle pionnier » de Michel Vovelle et montre le chemin parcouru en quelques décennies par les historiens dans l’analyse critique de toutes les sources. Si l’image est considérée encore, y compris parfois par quelques spécialistes, comme purement illustrative, il n’empêche que les « images de la Révolution sont définitivement entrées dans le domaine de l’Histoire » (B. Cousin). D’ailleurs, le Bicentenaire de la Révolution française a non seulement permis la découverte d'œuvres d'artistes, comme celle de Jacques Réattu, que Pierre Badet nous expose dans ce livre mais aussi l’étude des représentations télévisuelles, comme celle de Robespierre qu’explore avec beaucoup de pertinence Maryline Crivello. Car au delà des archives, des textes et des images de l'époque révolutionnaire, la représentation de la Révolution se construit, aussi, à partir des revendications civiques ou intellectuelles ou, encore, celles du mouvement social.

22Prenons acte des différents vecteurs de la communication, en ayant en mémoire – une mémoire qui peut nous être chère – ce que disait Robespierre, au nom du Comité de Salut Public en floréal an II : « Le monde a changé, il doit changer encore ».

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540