Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution française au carrefour des recherches

 | 
Martine Lapied
, 
Christine Peyrard

Préface

Michel Vovelle

Texte intégral

1Mes collègues et amis d’Aix m’ont fait l’honneur de m’associer au comité d’organisation du colloque sur « La Révolution française au carrefour des recherches » qui s’est tenu du 11 au 13 octobre 2001 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, mais c’est en tant qu’auditeur participant que je puis me permettre d’apprécier, sans risque de tomber dans l’autocélébration, les apports de cette rencontre et les mérites de ses promoteurs.

2Il leur plaît de rappeler que les études sur la période révolutionnaire en Provence peuvent se targuer d’une ancienneté – quarante ans peut-être en ce début du XXIe siècle, si l’on se reporte au temps où nous ouvrions nos chantiers, Maurice Agulhon et moi-même, sous la conduite libérale de Pierre Guiral – et je ne les contredirai pas, soulignant toutefois la continuité assurée par Monique Cubells et Bernard Cousin, puis Régis Bertrand, jusqu’à l’arrivée de Christine Peyrard et Martine Lapied, dont l’activité conjointe de spécialistes de la période ouvre aujourd’hui les meilleures perspectives d’avenir à ce qui a vocation à être un pôle de recherches (et pourquoi pas un Centre ?) sur la période révolutionnaire dans le cadre de l’UMR Telemme.

3Le projet était ambitieux de rassembler les historiens français et internationaux pour une évaluation générale de l’état des recherches au tournant du siècle ; mais l’autorité des rapporteurs qui ont accepté de se charger des synthèses thématiques et l’originalité des apports des intervenants dans le cadre de ces rubriques ont conféré à cette rencontre un intérêt soutenu, et une richesse dont ce volume d’actes est le reflet. La vingtaine de contributions qu’il rassemble n’a pas la prétention d’offrir une somme exhaustive, mais ne se confine pas pour autant à une vision impressionniste.

4On a voulu, dans ce compte rendu d’étape, baliser, voire ouvrir des pistes plus encore que déposer des bilans. Le temps en est venu, après plus de dix ans écoulés depuis le rendez-vous de la commémoration du Bicentenaire en 89. Alors que l’on s’engage assez paisiblement dans le cycle des célébrations napoléoniennes, nous avons clos en France depuis un certain temps déjà les rendez-vous scandés par les étapes de la dynamique révolutionnaire. Un peu prématurément, sans doute, dans notre calendrier à la française où les incitations institutionnelles ont préféré régler d’une seule traite, en 1989, la dette historique à l’égard de la Grande Révolution, laissant à nos voisins – ainsi les Italiens – le soin de se charger de la leur, le temps venu.

5Mais si l’activité des chercheurs ne répond pas au doigt et à l’œil aux sollicitations commémoratives, fort heureusement, il reste que les années du Bicentenaire nous ont légué un héritage dont il convient d’étudier le suivi. Héritage « quantitatif » d’une profusion d’études, en France mais aussi à l’étranger, dont l’activité éditoriale et la multiplicité des rencontres scientifiques ont donné la mesure, jusqu’à la saturation – en apparence – qui a vu les éditeurs se détourner d’un chantier trop prospecté. La quantité, dira-t-on, ne fait rien à l’affaire, mais l’héritage, dans le domaine de la recherche, prenait acte non seulement des chantiers ouverts et des nouveaux territoires, mais des débats idéologiques plus encore que méthodologiques qui ont marqué ce moment.

6La décennie des années 1980, en amont du Bicentenaire, a pu être considérée par plus d’un comme un tournant majeur dans la façon d’aborder la Révolution : la mise à mal d’une historiographie classique (on précise parfois jacobine, voire jacobino-marxiste) dont l’hégémonie, jusqu’aux années 1960 pour le moins, aurait conduit aux impasses dogmatiques du « catéchisme républicain », et le relais pris par le courant de l’école critique dont François Furet a été le brillant porte-parole. Cette lecture révisée (au bon sens du terme) a été reçue non seulement dans une opinion bien disposée à s’entendre dire : « la Révolution est terminée », mais aussi, au delà d’un slogan opportuniste, par nombre d’historiens en France comme à l’étranger, singulièrement dans les écoles anglo-saxonnes. Le tournant des années 1980 semble avoir sanctionné, en lui donnant une âpreté polémique qui manqua parfois d’élégance, dans un contexte historique tendu, la victoire d’un courant à l’œuvre depuis une trentaine d’années. Le passage de ce que nous avons désigné – d’une formule que nous reprendrons pour faire bref – du « tout social au tout politique », sur les pas de François Furet, a représenté une provocation, au bon sens du terme, dont on apprécie aujourd’hui la portée, en même temps que l’on peut s’interroger sur les limites d’une démarche qui, en voulant récuser le dogmatisme, n’échappe pas au risque de s’enfermer elle-même dans un système où l’histoire totale (non seulement politique, mais sociale, économique, culturelle et mentale) de la Révolution ne trouverait pas son compte.

7Le bilan des deux dernières décennies, qu’il est possible d’appréhender avec quelque recul par rapport aux années polémiques, nous fournit quelques indications de tendances. On dira que – aucun choix n’étant innocent – l’articulation des rubriques de la rencontre d’Aix : économie, société, politique, culture... reflète un parti pris d’appréhension d’une histoire totale, qui peut paraître classique, voire soucieuse, dans son refus de hiérarchiser les causes et les effets, de se garder des pièges de la conceptualisation.

8Sachons gré aux organisateurs de cette rencontre d’avoir pris ce parti, comme le plus apte à faire apparaître dans leur diversité, l’ouverture de nouveaux territoires ou la consolidation des anciens qui n’exclut pas pour autant une « révision » constructive de leurs approches : car c’est bien l’une des retombées les plus positives du moment qu’a représenté le Bicentenaire que d’avoir incité à une production soutenue sur de nouveaux chantiers.

9Sous la plume de Gérard Béaur, Guy Lemarchand, Françoise Brunel, Rolf Reichardt, Lynn Hunt ou Bernard Cousin, les rapports synthétiques introduisent à un tour d’horizon de leur domaine, complété éventuellement d’une précieuse bibliographie, tandis que les interventions plus ciblées exploitent tantôt une étude de cas dans un cadre monographique (D. Sutherland), tantôt un thème choisi pour son exemplarité au rayon des nouveautés (J. Miller, J. Guilhaumou, R. Monnier, A. Jourdan) ; dans l’un comme dans l’autre cas, le souci d’analyse informative ne conduit pas à une neutralité sans perspectives. Pour n’être pas uniquement « conceptuelle », cette histoire de terrain n’en est pas pour cela sans idées.

10Sans vouloir entrer dans un commentaire, qui revient de droit à l’introductrice de ces pages, Christine Peyrard, quelques remarques s’imposent à moi. Certains thèmes sur lesquels les années du Bicentenaire s’étaient focalisées – ainsi la terreur et la violence – semblent avoir perdu leur pouvoir de mobilisation, sauf chez nos amis américains, et les fidèles du discours de F. Furet, sans qu’il y ait pour autant volonté d’exclusion. Mais la révolution historiographique de François Furet – ni méconnu, ni occulté – semble digérée, risquerai-je. Ce qui ne veut pas dire pour autant que l’historiographie « classique », au sens de la tradition d’Albert Soboul, fasse un retour triomphal ou insidieux. Dans le domaine de l’économie, l’analyse technicienne de Gérard Béaur déconstruit avec sérénité bon nombre des interprétations tenues hier pour des certitudes ; une démarche que partage, par exemple Gérard Bodinier mettant un point quasi final au problème des biens nationaux. Par ailleurs, Guy Lemarchand tient avec fermeté le front d’une histoire sociale qui n’a pas dit son dernier mot, il s’en faut. Et il n’est pas indifférent que Jean-Pierre Hirsch, sainement provocateur, aie tenu à rappeler que chaque époque élabore sa vision de l’économie et de la société, en réaction ou en reflet des idéologies dominantes – aujourd’hui, néolibérale. Le débat reste ouvert, où chacun se « positionne » comme on dit, en revenant parfois sur son cheminement personnel, comme le fait Lynn Hunt ou, à sa façon, Françoise Brunel.

11Marx est-il définitivement mort ? L’espace public de communication, adopté d’Habermas, offre une référence qui récuse les simplicités du schéma classiste, tout en laissant sa chance à une histoire sociale appréhendée au travers du politique. Mais ce moyen de faire oraison n’est pas sans susciter des réserves (Rolf Reichardt, Lynn Hunt). Dans ce tableau où les affirmations idéologiques tranchées semblent s’effacer, au moins en apparence, un certain nombre de constats et de tendances s’affirment. Évolution technicienne de l’histoire économique, et partiellement sociale, explosion attendue du politique dont Françoise Brunel détaille les rubriques et que J. Guilhaumou et R. Monnier illustrent à partir de l’analyse de notions-concepts, adaptée des méthodes désormais familières de l’analyse du discours. Des territoires nouveaux s’ouvrent à la recherche : l’étude des élections rappelle que l’application du comptage quantitatif n’est pas devenue désuète (M. Crook) ; l’intérêt porté à la période directoriale, plus que la réponse à un intérêt commémoratif conjoncturel, a réveillé la question du jacobinisme – au demeurant objet de monographies éclairantes (C. Peyrard) – en le faisant sortir de la Terreur pour nous engager sur la problématique des origines de la démocratie représentative.

12Sans pouvoir couvrir autrement que ponctuellement l’aire des révolutions (ou des contre révolutions) à l’échelle mondiale, cette rencontre peut attirer l’attention sur l’élargissement, spectaculaire dans les dernières décennies, de l’espace de l’historiographie révolutionnaire. Lluis Roura l’illustre à partir de ce qui aurait pu passer pour le contre-exemple espagnol ; Florance Gauthier porte témoignage sur l’espace caraïbe à travers le problème de l’abolition de l’esclavage et la contribution d’Anna-Maria Rao sur les apports des recherches italiennes récentes à partir du thème toujours controversé du jacobinisme ainsi que les parallèles qu’elle établit avec l’historiographie française ouvre un champ de réflexion générale particulièrement riche.

13La culture dans le foisonnement de ses expressions – des médias à la symbolique, la rhétorique, la production littéraire et artistique – comme dans le cadre des mentalités, terme que ne récuse pas Rolf Reichardt, apparaît sans doute comme la rubrique la plus largement explorée, un territoire où les prospections les plus stimulantes ont souvent été faites. Ainsi Régis Bertrand prend acte de l’impact, dans le cadre de l’historiographie révolutionnaire, du passage de l’histoire des religions à celle du vécu et des expériences religieuses. Et Bernard Cousin relève les avancées spectaculaires opérées dans le domaine de l’image, sous toutes ses expressions historiques ou contemporaines, qui balisent un nouveau territoire pour la recherche.

14Plutôt que de rester sur le sentiment d’avoir fait le tour d’un chantier collectif gérant les acquis du Bicentenaire, en père de famille peut-être, sur les ruines des idéologies perdues, bouclant des dossiers (sociabilité, biens nationaux), en ouvrant d’autres, c’est sur la richesse des poussées opérées et l’ampleur du travail à faire, dont l’histoire culturelle offre une perspective parmi d’autres, que l’on doit conclure. La Révolution des historiens n’est pas terminée.

Auteur

Professeur d'histoire moderne à l'université Aix-Marseille I puis professeur d'histoire de la Révolution française à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur de l'Institut d'histoire de la Révolution française.

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540