Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l'événement au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

L'histoire réécrite et interrogée

Un Prédicateur face à l’histoire : le dominicain silésien Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330)

Hervé Martin

Texte intégral

1Les prédicateurs sont en général de mauvais historiens, à cause de leur souci prioritaire de moraliser, sans toujours prendre la peine d’examiner les faits. Au tableau d’honneur des chroniqueurs médiévaux, les bénédictins et les cisterciens brillent infiniment plus que les franciscains et les dominicains voués à la prédication. Parmi les disciples de saint François et de saint Dominique, les inquisiteurs étaient mieux placés pour devenir historiens que les simples prédicateurs, si l’on en juge par le cas de Bernard Gui, auteur d’une Chronique des rois de France des plus connues. Qu’il s’agisse de juger ou de narrer, une enquête approfondie dans la documentation s’impose, que le sermon ne requiert pas. Si le tribunal conduit à l’histoire, la chaire en écarte. Le sermon se nourrit en effet d’anecdotes toutes faites, dont la teneur historique s’estompe au fil des remplois, de vies de saints où le respect de la chronologie importe peu, et d’allégories valables pour tous les temps et tous les pays. Tous ces facteurs contribuent à placer le sermon hors histoire, sans fermer complètement la porte à toute forme d’évocation mémorielle ou de narration historique dans le cours d’une allocution. Aucun prédicateur, en effet, ne peut se dispenser d’évoquer les temps fondateurs du christianisme et de l’Église, de narrer des extraits de vies de saints, de relater des exempla situés dans un passé plus ou moins proche, et d’ouvrir quelques fenêtres sur son époque.

2Chez Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330), que nous allons d’abord situer dans le temps et dans l’espace, nous pouvons observer le fonctionnement d’une mémoire stratifiée, agencée selon quatre niveaux différents : d’abord, le niveau « premier » de l’histoire sainte et de l’histoire antique, païenne et chrétienne ; ensuite, la strate des vies de saints ; puis le fourre-tout des exempla, où des miettes d’histoire sont instrumentalisées sans grand souci de chronologie ; enfin la strate de l’histoire contemporaine, où le récit manque à la fois de couleur locale et de précisions chronologiques.

Pérégrin dans l’histoire et dans l’espace

  • 1 Elle est retracée par R. Tatarzinski, De vita Peregrini, dans Peregrini de Opole, Sermones de temp (...)
  • 2 Ces sermons ont été récemment édités par R. Tatarzynski dans l’ouvrage mentionné à la note précéde (...)

3La vie de notre prédicateur est assez mal connue1. Il est né vers 1260 à Opole en Silésie, entre Wroclaw et l’actuelle Katowice, ce qui lui a valu ensuite l’appellation d’Opoliensis. Il a fait profession chez les dominicains de Ratibor, au sud de sa ville natale, dans un établissement fondé en 1239, où il a appris la grammaire, la logique et l’Écriture sainte. Comme il n’est pas crédité du titre de bachelier, il ne semble pas avoir fréquenté l’université. C’est un pur produit du système scolaire dominicain, au demeurant excellent, et un des brillants sujets de la province de Pologne, devenu apte à la prédication à partir des années 1280-1290. En 1303, il fut élu prieur du couvent de Ratibor ; en tant que pénitencier des ducs Piasts de Silésie, qui séjournaient périodiquement dans la ville, il fut amené à prêcher en polonais devant la cour ; il usait de la même langue devant le bon peuple et recourait à l’allemand quand il s’adressait à l’élite marchande de la cité. C’est en cette période, entre 1297 et 1304, qu’il rédigea l’essentiel de ses sermons de tempore et de sanctis, au total 128 homélies. Il s’agit en fait d’un condensé de ses allocutions, voire même d’une série de canevas, destinés à ses confrères en peine d’inspiration2.

4Pérégrin devint ensuite prieur du couvent de Wroclaw et provincial de Pologne entre 1305 et 1312, chargé de régir 35 couvents, dont trois de religieuses dominicaines. En 1312, il rentra dans le rang au couvent de Ratibor. Six ans plus tard, le pape d’Avignon le nomma inquisiteur de la foi et le chargea d’enquêter dans le royaume de Bohême, en fait surtout en Silésie, alors que le royaume de Pologne était confié à un franciscain de Cracovie. On ne connaît rien de son activité d’inquisiteur entre 1318 et 1327, en vif contraste avec Bernard Gui. On constate seulement qu’il mentionne la menace hérétique dans ses sermons et qu’il voue une profonde admiration à saint Pierre martyr, assassiné en 1233 par les cathares de Lombardie. Entre 1322 et 1327, Pérégrin a été à la fois inquisiteur, dans l’espace précédemment défini, et provincial de Pologne. Il a renoncé en même temps aux deux charges. On connaît très mal les dernières années de sa vie, qui s’est achevée vers 1330.

  • 3 Voir H. MARTIN, « Un prédicateur de la frontière : Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330) », dans (...)

5L’auteur des Sermones a dû faire face à plusieurs frontières, synonymes d’autant de défis à surmonter3. La première était une frontière linguistique, puisque l’essentiel de sa vie s’est déroulé à Opole, Ratibor et Wroclaw, trois villes germano-polonaises, trois villes de locatio, trois villes de droit allemand. À la fin du XIIIe siècle, Opole abritait environ 3 000 habitants, dont la desserte religieuse était assurée par deux paroisses, une collégiale et deux couvents, un de franciscains et un autre de dominicains, fondé en 1280. La population était assez mêlée – officiers et serviteurs de la cour ducale, magistrats et officiers municipaux, marchands, maîtres des métiers et artisans, couches défavorisées, sans oublier le nombreux clergé – et mentalement coupée de la campagne, dont elle dirigeait pourtant la mise en valeur. Pour faire passer son message, Pérégrin devait manier trois langues : le latin devant les clercs, l’allemand devant la bonne société germanique, et le polonais devant le reste de la population, y compris les membres de la cour ducale. Rédigés dans la première langue, ses condensés de sermons se prêtaient facilement à une traduction et à un délayage en allemand ou en polonais. Les chassés-croisés entre les trois langues ont laissé des traces en deux passages de l’homiliaire. Par ailleurs, les spécialistes estiment que la langue slave marque le texte en profondeur, sous la forme d’une syntaxe particulière et de tournures de phrases caractéristiques.

6La seconde frontière était politique : si le jeune Pérégrin a connu une Silésie polonaise partagée en quatre principautés, l’homme mûr et le vieillard ont vécu dans une Silésie contrôlée par les rois de Bohême Venceslas II, entre 1300 et 1305, et Jean de Luxembourg, après 1310. Le prédicateur laisse filtrer un certain attachement pour la Silésie, mais il affiche surtout un sentiment polonais et slave plus large, qui l’amène à accepter le pouvoir de Venceslas II de Bohême, couronné roi de Pologne en 1300. La référence polonaise est également très présente dans le sermon consacré à sainte Hedvige (1174-1243), qu’il se garde bien d’enfermer dans le cadre silésien :

en tant que duchesse de Silésie, de Cracovie et de toute la Pologne, partout où elle passait … elle demandait toujours s’il y avait en ces lieux quelque malade.

7Rappelons que l’époux d’Hedvige, Henri le Barbu, décédé en 1238, avait réuni dans une même domination la Silésie, la Grande et la Petite Pologne. Pérégrin est visiblement attiré par les périodes pendant lesquelles les vents de l’unité ont soufflé sur la Pologne, sans sombrer pour autant dans aucun chauvinisme, puisqu’il ne manifeste aucune hostilité à l’égard de l’ambition des souverains tchèques de se constituer un empire au centre de l’Europe.

8Cela étant, notre dominicain n’est pas foncièrement opposé aux Allemands. En 1310, il a présidé le chapitre provincial d’Elbing, chargé par le pape d’arbitrer entre le roi de Pologne Ladislas le Bref et les Chevaliers teutoniques, qui venaient de s’emparer de la Poméranie de Gdansk en 1308-1309. Surprise, cette assemblée n’a pas pris en compte les arguments avancés par la cour de Pologne contre les Cruciferi, et elle a estimé l’action de ces derniers utile à la Chrétienté, dont les intérêts semblent l’avoir emporté sur toute autre considération.

9Une troisième frontière, religieuse, séparait la Chrétienté latine de la Chrétienté grecque et des derniers païens d’Europe, les Lituaniens. Le prédicateur se préoccupe à deux reprises des païens, pour les mettre dans le même sac que les hérétiques et les juifs. En revanche, il ne mentionne pas le partage entre catholicisme et orthodoxie, bien qu’il s’assigne, dans les faits, la mission de promouvoir ce que nous appelons désormais le christianisme latin dans sa version d’après le concile Latran IV de 1215.

10Il était indispensable de situer Pérégrin au sein de cette mosaïque politique, linguistique, culturelle et religieuse avant d’examiner sa relation à l’histoire, de la plus ancienne à la plus proche.

La narration des temps fondateurs

11L’évocation de l’histoire antique, de l’histoire sainte et des premiers siècles de l’Église n’est jamais gratuite, puisqu’il faut toujours en tirer les leçons, conformément à la conception chrétienne de l’histoire, selon laquelle Dieu parle aux hommes à travers les événements. Les faits eux-mêmes importent moins que leur signification morale et spirituelle.

12Le plus souvent, Pérégrin, nourri d’Écriture sainte comme tout prédicateur bien formé, résume avec concision tel ou tel épisode de l’Ancien ou du Nouveau Testament et en tire la leçon. Parfois, le commentaire allégorique s’enlace étroitement à la narration. Le Christ est venu, nous dit-il par exemple,

  • 4 Sermones, (éd.) R. Tatarzinski, op. cit., p. 6, l. 97-104.

comme le vaillant combattant, pour libérer le captif de l’emprise du diable… C’est figuré au chapitre 25 des Nombres par Phinees (Pinhas, fils d’Eléazar) qui représente le Christ : s’étant saisi du poignard de la chair, entendons de la croix, surgissant au milieu de la multitude, entendons des anges, il fit irruption dans le lupanar, c’est-à-dire dans le monde, et tua l’homme, figure du diable, qui forniquait avec la Madianite, entendons avec la nature humaine4.

13Conformément aux règles de la typologie biblique, le Nouveau Testament est chargé d’éclairer l’Ancien. Que pouvaient en retenir les fidèles ? Étaient-ils en mesure de faire le partage entre les données factuelles et le sens dégagé par l’orateur ?

14En général, la démarche était plus simple : une tranche d’histoire sainte était suivie de sa moralisation. Le jour de l’Épiphanie, notre dominicain rappelle ainsi que l’humanité était aveugle avant la Révélation.

Cela a été bien figuré en Tobie (2, 9-10) au sujet duquel on lit qu’un jour, fatigué d’avoir enterré un mort, il s’était, de retour chez lui, étendu le long d’un mur. Et voici que des fientes chaudes issues d’un nid d’hirondelles lui tombèrent dans les yeux et l’aveuglèrent (Tb, 5, 11-12). L’ange vint enfin à lui et le salua en ces termes : “Joie à toi”. Il répondit : “Quelle joie puis-je éprouver, moi qui me tiens dans les ténèbres et ne vois pas la lumière du ciel ?”

  • 5 Ibid., p. 40, l. 27 et sq.

15Bien que l’orateur abrège le texte biblique, la narration est plus fournie que dans le cas précédent ; la moralisation vient après : « Par Tobie, il faut entendre le genre humain, qui fut aveuglé par les excréments, c’est-à-dire par les péchés », etc.5 On pourrait fournir d’autres exemples de ces flashes bibliques destinés à porter des leçons de comportement, dont celui-ci :

de nombreux juifs vivaient à Babylone ; bien que Cyrus les eût autorisés à retourner dans leur pays, ils ne se souciaient ni de la terre de leurs pères ni de récupérer leurs héritages.

  • 6 Ibid., p. 86, l. 45-48.

16Tels sont les pécheurs, rivés à leurs vices, incapables de changer de comportement6.

17Il peut arriver que le récit soit plus étoffé et l’évocation du passé plus précise quand il s’agit d’un thème central, comme le parallèle entre l’Exode et le carême.

  • 7 Ibid., p. 80, l. 15-21.

Sortis de la mer Rouge, les fils d’Israël s’en vinrent au désert de Sur (Shur) et marchèrent pendant trois jours dans le désert sans trouver de l’eau, et s’en vinrent à Mara, où ils ne pouvaient boire l’eau à cause de son amertume, jusqu’à ce qu’elle devienne douce après qu’on y eut jeté du bois. Sur veut dire l’état de gêne et d’amertume ; par les fils d’Israël, il faut entendre nous, les chrétiens, qui sortons de la mer Rouge, c’est-à-dire des fréquentations dangereuses7.

18Cette permanente allégorisation de l’Écriture sainte, qui laisse en général peu de place au déploiement de la narration, fonctionne le plus souvent d’amont en aval, du temps des prophètes au temps de l’Église. Mais on peut aussi observer, comme on l’a noté plus haut, un fonctionnement en sens inverse, qui est le signe d’une maîtrise souveraine du prédicateur sur le flux du temps ;

  • 8 Ibid., p. 247, l. 103-108.

Nous sommes tous des pèlerins en ce monde, en chemin vers la Jérusalem céleste, proclame-t-il. Aussi, pour ne pas défaillir en chemin, nous devons nous restaurer avec le pain du corps du Christ. Ainsi fut conforté Elie qui, retrouvant des forces grâce à la nourriture que l’ange lui avait apportée, marcha quarante jours et quarante nuits avant de parvenir au mont Horeb8.

19Le sens circule de façon insécable entre les origines juives, les temps apostoliques et l’âge de l’Église. Les différents moments de l’histoire du salut sont étroitement corrélés, s’expliquent l’un par l’autre et s’enrichissent mutuellement.

20L’histoire de l’antiquité païenne elle-même n’échappe pas à l’emprise de la religion révélée. Pérégrin n’hésite pas à accommoder des miettes d’histoire romaine à la sauce chrétienne. À preuve, le prothème de son sermon de Noël :

  • 9 Ibid., p. 26, l. 5 à 16.

Nous lisons dans les livres des Romains qu’il y avait, entre autres solennités, trois fêtes principales, à savoir le jour de la naissance du roi ou de l’empereur ; secundo le jour de son couronnement ; tertio le jour de la naissance de la ville, quand furent jetées les fondations des murs. De même, dans l’Église, le jour de la naissance de notre empereur correspond à la nativité et à l’incarnation. Le jour de la naissance de l’empire correspond à sa résurrection, quand il est couronné en toute gloire et en tout honneur. Le jour de la naissance de la ville correspond à l’envoi du Saint Esprit ; alors en effet l’Eglise fut fondée dans les apôtres comme dans ses murs, et en leurs cœurs par l’Esprit Saint qui leur fut donné ; et la loi d’amour fut écrite9.

21Entre les pères de l’Église et Bossuet, c’est une illustration de plus de la conviction selon laquelle l’Église est l’héritière de l’Empire romain, au point d’avoir « récupéré » les fêtes païennes en les dotant de significations nouvelles.

22Sur un mode un peu différent, les temps anciens constituent une mine d’anecdotes curieuses susceptibles de servir de supports à des considérations morales.

  • 10 Ibid., p. 97, l. 121-128.

On lit que les Chaldéens, vénérant le feu comme un dieu, montrèrent la puissance de leur dieu en ceci : ils consumaient tous les dieux adverses par le feu. Aussi un autre peuple remplit-il son idole d’eau, après y avoir creusé des trous et les avoir bouchés avec de la cire. En conséquence, quand l’idole fut jetée au feu, la cire se liquéfia, l’eau jaillit et éteignit le feu ; ainsi devons-nous nous remplir de l’eau de la contrition pour éteindre le feu des vices par les larmes qui coulent des trous de nos yeux10.

23Le talent de narrateur de Pérégrin se manifeste davantage, nous semble-t-il, quand il résume les historiens chrétiens de la basse antiquité. Dans les lignes suivantes, il prétend reprendre Eusèbe de Césarée, alors qu’en fait il suit son continuateur Rufin d’Aquilée, qui dit avoir recueilli lui-même les confidences d’un martyr du nom de Théodore :

  • 11 Ibid., p. 145, l. 68-79.

À ce propos, Eusèbe de Césarée écrit au sujet d’un certain Théodore qu’un tortionnaire tortura cruellement du matin jusqu’à la sixième heure, au point que tout le monde se demandait comment il pouvait supporter pareils tourments. Mais celui-ci ne faisait rien d’autre que de chanter des psaumes, en arborant un visage serein et gai. Comme Eusèbe avait rencontré ce Théodore à Antioche et lui demandait s’il avait eu une sensation de douleur, il répondit qu’il avait peu ressenti de douleurs, et qu’un jeune homme s’était tenu à ses côtés qui avait épongé sa sueur avec un linge très blanc et avait versé sur lui de l’eau froide. Et il s’en était à ce point délecté qu’il en devint tout triste quand on ordonna de l’extraire du chevalet de torture. Et c’est pourquoi je tiens pour certain que, s’il n’y avait pas eu la consolation de l’esprit saint, les martyrs auraient très peu supporté ces peines11.

  • 12 De Theodoro confessore apud Antiochiam, PL 20, 504, cap. XXXVI (37).

24Vérification faite dans Rufin12, il s’avère que Pérégrin suit de près sa source, la condense parfois, et supprime des noms propres, par exemple quand le préfet Sallustius devient simplement quidam tortor. En gommant certaines précisions, la valeur exemplaire du cas se trouve renforcée.

25Le prédicateur ne s’interdit pas non plus d’abréger la Légende dorée, comme on peut le constater dans le récit de la passion de saint André, où le long affrontement avec le proconsul Egée, en Achaïe, est ramené à quelques lignes.

  • 13 Sermones, (éd.) R. Tatarzinski, op. cit., p. 309, l. 86 et sq. ; Jacques de Voragine, La légende d (...)

Il convertit à la foi chrétienne la femme du proconsul Egée. Apprenant cela, ce dernier entreprit de lui imposer de vénérer les idoles à coups de menaces. Le bienheureux André lui répondit : “Imagine toutes les menaces que tu veux, plus je serai dans les bonnes grâces de mon roi, plus je serai constant dans les tourments pour la défense de son nom”. Le proconsul ordonna alors à vingt hommes de le battre et, après cela, de lui lier les pieds et les mains, pour lui faire subir un plus long supplice13.

26La crucifixion d’André est elle-même résumée brièvement. Finalement, c’est Maximilla, la femme du proconsul, qui recueille et ensevelit le corps du supplicié.

  • 14 Sermones, p. 317, l. 28-33 ; La légende dorée, op. cit., p. 55-56.

27C’est de façon tout aussi ramassée et dramatique que le prédicateur raconte l’affrontement entre sainte Lucie et le consul Paschasius14. Placé à la charnière de la culture cléricale, nourrie d’hagiographie et d’histoire sainte, et de la culture populaire, éprise de récits brefs et porteurs de sens, le frère dominicain remplit avec efficacité son rôle d’abréviateur et d’intermédiaire. Aucun historien n’échappe à cette nécessité de résumer et d’abréger, s’il veut surmonter le fatras des événements et tracer des lignes directrices claires.

28Le traitement des vies de saints dans le cadre des sermons de sanctis, à peu près aussi nombreux que les sermons de tempore dans l’œuvre conservée de Pérégrin, se caractérise par une idéalisation renforcée des personnages, par une narration incomplète et par des libertés prises avec la chronologie.

  • 15 H. MARTIN, « Le prédicateur polonais Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330) évoque la figure de sa (...)
  • 16 Sermones, p. 573-577.

29Nous nous limiterons à quelques remarques sur le cas de saint Adalbert, que nous avons analysé dans une publication récente15. Pérégrin a consacré une homélie16 à cet évêque venu de Prague à la fin du Xe siècle pour convertir les Polonais et leurs voisins Pruthènes, installés sur les rives de la Baltique, à l’est de l’embouchure de la Vistule. S’étant attiré l’hostilité des Pruthènes, qui lui reprochaient de vouloir changer leur droit coutumier et de remettre en cause le pacte qu’ils avaient conclu avec les dieux, Adalbert connut une fin tragique le 23 avril 997 : transpercé à coups de lance et de javelot, il fut finalement décapité. Ses restes furent rachetés par le prince Boleslas de Pologne et transportés dans l’église cathédrale de Gniezno, qui devint très vite un centre de pèlerinage. Le missionnaire martyr fut porté sur les autels dès 999 par le pape Sylvestre II.

  • 17 Dont nous donnons une traduction dans l’article précité, aux pages 710-713.

30Dans le sermon du frère dominicain17, le récit de la vie du saint est incomplet, pour une raison pratique (il est de bonne guerre de réserver certains épisodes pour nourrir d’autres allocutions) et pour une raison intellectuelle : il ne s’agit pas seulement de raconter un parcours, mais de procéder à un traitement sélectif et systématique du matériau biographique, pour lui faire porter des leçons. Ayant tout pouvoir sur sa matière, l’orateur n’hésite pas à prendre des libertés avec la chronologie. Sans s’interdire de la respecter, par exemple dans la première partie de l’homélie, il la chamboule allègrement plus loin, où une sorte de bilan de l’ultime mission polonaise précède le récit des charités praguoises initiales. Comme ce cas n’est pas unique, on peut parler d’un traitement en boucle d’une histoire de vie, inspiré de la commémoration liturgique, dans le seul but d’édifier les fidèles. Le caractère cyclique de la célébration liturgique l’emporte sur le caractère linéaire et cumulatif d’une biographie.

  • 18 Sermones, op. cit., p. 605-609.
  • 19 Voir l’article cité à la note 15, p. 711 et p. 717.

31L’individu dont le prédicateur célèbre les mérites devient, la rhétorique aidant, un être abstrait, un archétype. Adalbert se trouve ainsi assimilé à un ange, à cause de sa pureté et parce qu’il s’est comporté en messager de Dieu, comme tout envoyé céleste. Le prince Venceslas de Bohême (+ 939), objet d’un autre sermon18, est, quant à lui, assimilé successivement à Abel, victime de son frère Caïn comme lui-même de son frère Boleslas, resté païen ; au grand-prêtre Melchisédech, puisqu’il s’est chargé de fournir aux églises de son royaume le pain et le vin destinés aux célébrations eucharistiques ; au Christ par son acceptation intrépide du martyre ; enfin à François d’Assise par ses mortifications, dont les traces sanglantes marquent les sanctuaires qu’il visite nuitamment. Vu ces emboîtements de figures, l’apport historique de ces homélies ne se situe pas au niveau premier de la biographie, mais au second degré. Du cas de Venceslas, on retiendra que la royauté « souffre-passion » traditionnelle se drape dans les oripeaux du franciscanisme. Du cas d’Adalbert, on retiendra des affleurements dans le texte de l’hostilité entre les chrétiens et les juifs, et de la concurrence entre les métropoles de Cracovie et de Gniezno19.

La narration « exemplaire » : l’histoire aseptisée et instrumentalisée

  • 20 Toutes les références sont données dans R. Tatarzinski, Peregrini de Opole, op. cit., p. CXI-CXII.

32Pérégrin d’Opole fait un usage constant de l’exemplum. Il y a plus de vingt ans, J. Wolny a publié un choix de 71 exempla extraits de la série des 65 sermons de tempore, ce qui semble correspondre à une moyenne d’un exemplum par homélie. En fait, le nombre de ces exempla est plus élevé, certains d’entre eux étant simplement amorcés (« raconte l’exemple de la femme qui vendit un enfant à un juif ») ou dépourvus de la formule canonique : « nous avons à ce propos un exemple ». À preuve, ces lignes : « cette contrition, Madeleine l’eut, ainsi que Pierre, et aussi ce clerc parisien qui ne put se confesser, si ce n’est sur des tablettes à écrire, à cause de ses larmes ». En intégrant ces esquisses destinées à être développées à l’oral, on obtient un total de 44 exempla pour les 20 premiers sermons, soit un peu plus de deux en moyenne par allocution. Il arrive à Pérégrin de consommer trois, quatre et même cinq exempla, respectivement pour Noël, pour le troisième dimanche de carême et pour le quatrième dimanche après la Pentecôte. Mais il sait aussi se limiter à une seule anecdote, par exemple pour l’Épiphanie. En bon pédagogue, il connaît ses classiques (la punition de celui qui avait volé une vache à une pauvre veuve ; la prise au pied de la lettre de l’expression « graisser la patte ») et ne s’interdit pas de puiser à bonne source, dans les Vitae Patrum, la Légende dorée et les Gesta Romanorum20. Dans plus d’un cas sur deux, J. Wolny et R. Tatarzynski à sa suite n’ont pu identifier la source utilisée par le prédicateur. La provenance de 17 des 44 anecdotes précitées est la suivante : Vitae Patrum 4, Grégoire le Grand 2, Légende dorée 4, Summa vitiorum 1, Gesta Romanorum 3, Etienne de Bourbon 1, Césaire de Heisterbach 1, Initia exemplorum 1.

  • 21 Cité par P. CAMPION, Se rafraîchir à La Fontaine, L’animalité de l’homme dans les Fables, Rennes, (...)

33Jamais un vidi ou un audivi ne vient relever cette série d’emprunts livresques. Notre dominicain est un adepte du legitur et du très commode habemus exemplum : il puise sans complexe dans le stock narratif constitué aux XIIe et XIIIe siècles. Il collecte très peu d’anecdotes nouvelles, à la différence d’Étienne de Bourbon et de Thomas de Cantimpré, mais il exploite avec beaucoup de pertinence le fonds exemplaire existant. Comme l’estimera plus tard La Fontaine quand il reprendra Esope : « il n’y a rien à raconter que ce qui le fut déjà »21. Ce parti-pris n’est pas sans conséquences sur la « teneur en histoire » des exempla ici relatés, que l’on peut répartir en trois catégories : les exempla lestés d’histoire ; les anecdotes délestées des marques courantes de l’écriture historique, et enfin celles qui relèvent d’une longue durée féodale et chrétienne.

  • 22 J. BERLIOZ, Saints et damnés, Dijon, éd. du Bien Public, 1989, p. 7 et 10.
  • 23 Sermones, op. cit., p. 178, l. 62-69.
  • 24 Ibid., p. 206, l. 31-41.

34Les exempla lestés d’histoire, assez peu nombreux, ne le sont jamais sur le mode d’Étienne de Bourbon : « Il advint dans la ville de Dijon, vers 1240, qu’un riche usurier voulut se marier… Le cortège nuptial se dirigea vers l’église Notre-Dame » ; ou encore : « Vers l’an du Seigneur 1190, dans le diocèse de Mâcon, vivait un vicomte qui possédait plusieurs châteaux-forts et guettait les riches voyageurs »22. Pérégrin, lui, ne rapporte pas ce qu’il a entendu dire, mais se contente de servir à ses auditeurs des miettes d’histoire déposées en bibliothèque, en version allégée. En effet, si l’on estime que les signes de l’écriture historienne sont constitués par les noms propres, les dates et les noms de lieux, il est clair que notre prédicateur ne satisfait pas à cette triple exigence. N’ayant aucun souci de la chronologie, il est avare de noms de personnes et plus encore de toponymes. On ne saurait s’en étonner quand il s’agit de figures de l’histoire sainte comme Salomon et Roboam, chargées d’incarner l’antithèse entre la recherche de la sagesse et la chasse au plaisir23. C’est plus surprenant quand il s’agit de Bède le Vénérable, qualifié simplement de « Bienheureux Bède », sans plus de précisions. Comme il est aveugle et qu’il aime prêcher, ses détracteurs le font déclamer dehors, juché sur un tonneau, en lui faisant croire qu’il a une foule d’auditeurs. À la fin du sermon, des anges l’entourent, au grand dam de ses contempteurs24.

  • 25 Notre analyse porte sur les 45 premiers sermons de tempore. Aux anecdotes citées ici, il faut ajou (...)

35Quand il narre des bribes d’histoire antique, Pérégrin ne mentionne aucune date et se montre très avare de noms propres25. Il pèche souvent par approximation, comme on va le voir. Il fournit par exemple une version très déformée de l’épée de Damoclès.

  • 26 Ibid., p. 9, l. 66-74.

On lit un exemplum au sujet d’un certain Denys, auquel s’adressa le roi Domadès : “Veux-tu, lui dit-il, user également à cette table de mes bienfaits et de mes tourments ?” Il répondit : “je le veux”. Alors, une fois qu’il fut revêtu des ornements royaux et que les plats furent apportés, un glaive orné, attaché par un fil de soie, commença à scintiller au-dessus de sa tête. Ce que voyant, il en fut troublé et, oubliant les mets délicieux qui étaient posés sur la table et les richesses répandues sur les vêtements, abandonnant tout, il sortit de table. Ce glaive séparera les mauvais des justes et les enverra dans la fournaise26.

  • 27 Ibid., p. 150, l. 105-113. B. MC GINN, Visions of the End, New York, 1979, p. 56.

36Il n’est pas précisé que Denys, dit l’Ancien, est le tyran de Syracuse et qu’il a seulement laissé sa place pour un jour à son courtisan Damoclès ! Sur Gog et Magog, le propos est tout aussi approximatif. Alexandre, est-il relaté, s’en vient aux Monts Caspiens. Les dix tribus lui envoient une ambassade. Vu leur idolâtrie, le conquérant veut les enfermer au cœur de leurs montagnes. Dieu lui vient en aide en lui fournissant des amas de rochers pour fermer les défilés, ce qui n’empêchera pas les dix tribus de sortir à la fin du monde. Puisque Dieu a beaucoup fait pour un païen comme Alexandre, que ne fera-t-il pas pour ses fidèles ? En guise de Monts Caspiens, il s’agit du Caucase, où Alexandre aurait rencontré des tribus barbares, assimilées ensuite aux Scythes par Flavius-Josèphe, qu’il aurait choisi d’exclure de la civilisation. La diffusion de cette histoire aurait été favorisée par la percée des Huns à travers le Caucase en 395 et par l’assimilation opérée au Ve siècle entre les tribus recluses et celles de Gog et Magog mentionnées par le prophète Ezéchiel27.

37Alexandre est le héros d’une autre histoire édifiante. Après la victoire sur Darius, l’armée macédonienne s’empara d’un tel butin qu’elle en perdit ses vertus militaires. Alexandre décida de faire brûler ce butin, pour permettre à ses soldats de retrouver leurs qualités antérieures.

  • 28 Sermones, op. cit., p. 264, l. 80-94.

Par cette armée, expose l’orateur, sont désignés les chrétiens, dont Alexandre, i. e. Dieu, est le roi, qui combat contre Darius, i. e. le diable, et contre son armée, entendons contre les péchés28.

38La moralisation de l’histoire achève de faire du conquérant macédonien un héros positif, pleinement récupéré par le discours chrétien.

  • 29 Ibidem, p. 41, l. 62-74 ; La légende dorée, op. cit., I, p. 96-98.

39Constantin, quant à lui, est revu et corrigé à travers la Légende dorée de Jacques de Voragine. D’abord hostile au christianisme, il est frappé par la lèpre et il envisage d’en guérir en se baignant dans le sang de jeunes enfants sacrifiés ; il les laisse finalement repartir sains et saufs ; Pierre et Paul lui apparaissent et lui conseillent de rappeler le pape Silvestre, qu’il avait persécuté. Ce dernier lui indique dans quelle fontaine se purifier de son mal et le baptise ensuite. Ce n’est rien d’autre que la légende dite des Quatre couronnés, représentée sur des fresques romaines du XIIIe siècle, reprise de la Vie de saint Silvestre29.

  • 30 (Éd.) Oesterley, Berlin, 1872.
  • 31 Voir Le Violier des Histoires Rommaines, (éd.) G. Hope, Genève, Droz, 2002.
  • 32 Sermones, op. cit., p. 54, 72, 76.

40À l’exception de la dernière anecdote, on pourrait penser que ces récits « antiques » viennent des Gesta Romanorum, nom donné à des recueils d’exempla dus à des frères mendiants anglais et allemands30. S’y succèdent des paraboles moralisées et des contes sans grand rapport avec l’ancienne Rome, même si Pompée, César, Trajan et autres y font des apparitions. Que plusieurs anecdotes viennent de Cicéron, d’Ovide ou de Valère-Maxime ne change rien à l’affaire ! Il s’agit d’un « Empire romain plus ou moins fabuleux », capable d’inclure Alexandre et Esope, et même des légendes locales, voire des traditions folkloriques31. Surprise !, aucun des récits que nous venons de citer n’appartient aux Gesta Romanorum. Ce recueil fournit toutefois à Pérégrin trois historiettes dépourvues de toute marque historique, inscrites dans le passé indéfini du conte populaire. Leurs ouvertures sont révélatrices à cet égard : « il était une jeune fille pauvre et lépreuse » et, à deux reprises, « il y avait un roi »32. Clio ne fait pas valoir ses droits au moment attendu.

41La majorité des exempla sont délestés des marques courantes de l’écriture historique. Ils mettent en scène un roi, un chevalier, un marchand, un ermite, un ivrogne, un fils de roi incapable de renoncer aux richesses, tous situés dans un passé indéfini et en des lieux indéterminés. Le modèle de base est constitué par l’une des trois anecdotes issues des Gesta Romanorum :

Il y avait un roi qui avait un bon champ, qu’il avait confié à ses laboureurs, à charge de le travailler, sans leur demander aucun cens, sauf ceci : il avait ordonné de lui réserver un arbre dans ce champ, dont le fruit serait porté chaque année à sa cour.

  • 33 Ibid., p. 72, l. 7-19.

42Le contrat n’ayant pas été respecté, le roi chassa les agriculteurs de son champ, qu’il confia à d’autres ; les expulsés errèrent misérablement en quête de nourriture ; ému par leur détresse, le roi leur confia à nouveau un champ. Suit une longue moralité, où l’on apprend que le roi figure Dieu le Père, et les agriculteurs, le genre humain33.

43Le processus de délestage de l’histoire initiale, pour la ramener à un récit-type décontextualisé, est observable dans un exemplum issu des Vitae Patrum, dont nous avons deux versions sous la plume de Pérégrin. Voici d’abord la version fournie par J. Wolny :

  • 34 J. WOLNY, Exempla z kazan niedzielnych Peregrina z Opola, dans (éd.) B. Geremek, Kultura elitarna (...)

Il est étonnant que l’homme rougisse de mal faire devant un enfant et n’en ait pas honte devant Dieu. Nous en avons un exemple en Thays, une belle courtisane, auprès de laquelle se rendit un abbé du nom de Pafnucius, qui lui donna un sou en deniers pour qu’elle péchât avec lui…34

44Voici maintenant la version donnée par Tatarzynski, qui est délibérément allégée :

  • 35 Sermones, op. cit., p. 69, l. 77-83.

Nous avons l’exemple d’une prostituée à laquelle vint un religieux comme s’il voulait pécher avec elle. Comme cette dernière voulait le conduire dans sa maison, il lui dit : “Je ne veux pas aller avec toi, mais pèche avec moi ici sur la place devant les hommes”. Elle lui répondit : “Comment puis-je faire cela, alors qu’il y a tant de gens ici ?” Et lui : “Si tu rougis de mal faire devant les hommes, tu dois bien plus rougir devant Dieu qui voit tout”. Et il la convertit de cette façon35.

45Cette fois, les noms propres ont disparu, ainsi que toute évocation du contexte égyptien ; l’anecdote est simplifiée et délestée de toute ambiguïté, l’expression comme s’il voulait pécher avec elle se substituant à pour qu’elle péchât avec lui.

  • 36 Ibid., p. 178, l. 44-52.

46D’une façon comparable, une histoire peut être transplantée d’un contexte dans un autre, délocalisée en quelque sorte. Dans l’exemplum suivant, on reconnaîtra sans peine une anecdote concernant saint Augustin transposée dans le milieu universitaire : un maître chargé de déterminer sur la Trinité sort de la ville pour méditer. Sur la rive du fleuve, un enfant creuse un trou avec son pied, afin d’y faire passer une grande quantité d’eau. « Impossible », lui dit le maître. Et l’enfant de lui répliquer : dans ces conditions, comment peux-tu espérer comprendre la Trinité avec ta petite intelligence ? « Cesse donc ta dispute, si tu ne veux pas être accablé par la gloire ! »36. Il y a bel et bien transplantation du récit dans une faculté de théologie, les termes de déterminer et de dispute ne sauraient tromper à cet égard.

  • 37 Traductions et adaptations médiévales des Vitae Patrum, de l’Historia monachorum et des Verba seni (...)

47Comment peut-on expliquer ces manipulations, qui ont souvent pour résultat de banaliser et d’affadir l’histoire initiale ? Peut-être par la provenance de nombreuses anecdotes, puisées dans la Légende dorée ou dans les Vitae Patrum37. Comme la plupart de ses confrères, Pérégrin recourt à un stock narratif standardisé. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il pousse la standardisation à son terme, il accorde le primat à la mécanique narrative sur le contenu, qu’il déleste des attraits trompeurs des noms propres. Au lieu de tabler sur la couleur locale (« c’est arrivé en un lieu précis, à un moment donné »), il fait confiance à la narration à l’état pur, au nom du principe : « plus c’est rabâché, plus ça marche ».

48Reste une dernière catégorie d’exempla qui se situent dans une époque féodale aux contours flous, dans une sorte de longue durée braudélienne, non sans porter des messages essentiels, qui concernent les « paliers en profondeur » de la société. L’anecdote suivante met en scène l’opposition, chère à Georges Duby, entre culture chevaleresque et éthique chrétienne :

  • 38 Sermones, op. cit., p. 185, l. 147-155.

un saint vit un chevalier qui brûlait en enfer, paraissant être assis sur un cheval de feu et tenir un faucon à la main. Il demanda au chevalier de quoi il s’agissait. Il lui répondit que ce cheval était le diable, qui courait avec lui dans le feu à cause de la gloire qu’il avait acquise en chevauchant et parce que la chasse au faucon constituait sa distraction favorite. Le faucon qu’il portait au poing était un autre diable, il lui mangeait la main et lui faisait aussi mal que s’il lui arrachait le cœur de la poitrine. Il en voyait aussi d’autres qui étaient forcés de jouer aux dés et aux échecs avec les démons38.

49En l’espace de quelques lignes, les distractions favorites de la classe chevaleresque, la plus favorisée en matière de loisirs, se trouvent vouées aux gémonies. C’est aussi une façon de proscrire le fait de soustraire une partie de son temps au travail et à Dieu.

  • 39 Sermones, op. cit., p. 201, l. 88-100.
  • 40 Voir H. PLATELLE, Les Exemples du Livre des Abeilles, Turnhout, 1997.

50Voici maintenant un récit dans lequel la chaîne implacable de la vengeance privée est rompue par l’éthique chrétienne du pardon. Le fils d’un roi rencontre le chevalier qui a assassiné son père. Après que le chevalier se fut jeté à ses pieds, le prince, mû par la miséricorde, « lui épargna la rancune qu’il nourrissait contre lui ». Il s’en vint ensuite adorer la croix dans une église le jour du vendredi saint. Le crucifié l’entoura de ses bras et lui dit : « moi aussi, je ferai la paix avec toi »39. En Flandre aussi, où la faide faisait des ravages, les religieux dominicains, dont Thomas de Cantimpré, relataient des exempla sur le même thème40. Pour parvenir à édifier un État de droit, ne fallait-il pas commencer par extirper la violence incrustée dans les lignages et enracinée dans le cœur des individus ?

51Sans mésestimer l’apport des deux derniers récits pour la compréhension des conflits internes à la société féodale, il faut bien admettre qu’en général les exempla colportés par Pérégrin véhiculent une histoire privée de toute couleur locale, désertée par la plupart de ses acteurs, ramenée à la banalité du quotidien, et réduite à des schémas simplistes, au nom de l’efficacité pastorale.

Des fenêtres ouvertes sur l’histoire contemporaine

52Pérégrin n’en reste pas toujours au palier de l’histoire à peu près immobile de la féodalité et de la chrétienté en longue durée, il nous ménage quelquefois des ouvertures sur la société de son temps, à travers une forêt d’allégories et de symboles. Ces échappées peuvent intervenir sur trois modes différents, dont l’incursion brève et inattendue dans le monde des hommes, à partir des hauteurs théologiques où se complaît ordinairement l’orateur. Le jour de l’Ascension, par exemple, il expose doctement que le Christ monte au ciel « après avoir vaincu l’ennemi et lui avoir pris du butin ». Et d’enchaîner :

  • 41 Sermones, op. cit., p. 156, l. 11 et sq.

En effet, les rois ont l’habitude, après avoir remporté la victoire sur leurs ennemis, de monter à leurs palais pour y prendre du repos41.

53Simple topos ? On peut y voir plutôt une échappée suggestive sur les palais perchés d’Europe centrale, type Wawel cracovien ou Hradcany praguois. De là à imaginer que le prédicateur brodait sur le repos du prince victorieux en son palais, il y a un pas que nous ne saurions franchir.

54L’ouverture de la fenêtre peut se faire en deux temps, par le détour d’un exemplum. Voici, thème classique, un possédé (obsessus) interrogé sur la joie éprouvée par les saints au ciel, qui répond d’une façon aussi inattendue qu’évocatrice :

  • 42 Ibid., p. 245, l. 34-39.

Si tout le ciel était du parchemin, si toute la mer était de l’encre, si toutes les étoiles étaient des maîtres parisiens, et si toutes les pailles étaient des plumes, eh bien ! tous ces Parisiens ne parviendraient pas à décrire, ni par les mains ni par la langue, la plus petite joie que le visage de Dieu procure aux saints42.

55Irremplaçable flash sur le foyer universitaire et le milieu scripturaire parisiens, les premiers d’Europe en 1300 ! L’activité fébrile du Quartier latin fascinait d’autant plus notre prédicateur qu’il n’y avait, semble-t-il, jamais mis les pieds.

56Gommer les frontières d’un exemplum, en général nettement tracées, constituait un troisième procédé pour passer de la sphère des réalités spirituelles aux tribulations de ce bas-monde. Pour inculquer l’idée qu’il faut venir en aide aux âmes du purgatoire, l’orateur recourt à un exemple ramené au rang de fait divers :

  • 43 Ibid., p. 95, l. 55-57.

Ainsi une femme a-t-elle fait parvenir chaque jour du pain et du vin à son mari, que la terre avait enseveli alors qu’il creusait pour en extraire de l’argent. Elle le sustenta pendant un an, au terme duquel on le délivra sain et sauf43.

57Précieuse ouverture sur le monde de la mine, l’un des atouts majeurs de l’Europe centrale en cette fin du Moyen Âge, et sur la fréquence des accidents du travail dans cette branche d’activité !

  • 44 Ibid., p. 30, l. 40-48 ; p. 279, l. 62-63 ; p. 280, l. 70-75.

58Expert dans l’art d’ouvrir brièvement la fenêtre sur le présent, Pérégrin nous ménage une vingtaine d’échappées sur le champ politique contemporain, dont l’occasion est souvent fournie par des parallèles dressés entre le roi du ciel et le monarque terrestre. Ce dernier est d’abord un combattant, qui n’hésite pas à brandir un étendard en pleine bataille pour redonner courage à ses troupes. Ce que voyant, les soldats « n’osent pas fuir, surtout quand le roi participe au combat et quand il s’agit d’une juste guerre ». Soucieux de « défendre sa terre », le monarque combat les autres rois et princes pour « des choses temporelles, des royaumes ou les honneurs du monde »44. Derrière ces formules assez générales, se profilent la compétition pour la couronne impériale, très vive en cette période, et les luttes féroces pour s’emparer des régions les plus riches, dont les zones minières.

59Par bien des aspects, le roi reste un suzerain, un patron suprême et un redistributeur de richesses. « Quand ils conquièrent des terres, les princes ont l’habitude de montrer leur largesse et de faire de grands dons à leurs chevaliers ». Les récompenses vont aux meilleurs vassaux, choisis par le roi comme les saints par Dieu.

  • 45 Ibid., p. 147, l. 12-14 ; p. 412, l. 14-17.

Il est de coutume dans le monde que les rois aiment les chevaliers actifs et courageux. Ils ont l’habitude d’en faire leurs châtelains, leurs palatins et leurs sénéchaux45.

60Vers 1300, ce système de promotion traditionnel était en passe d’être supplanté par le recours aux compétences des juristes et autres légistes, observable dans les monarchies les plus avancées (France, Angleterre, Royaume de Naples).

61À la charnière de la monarchie féodale et de la monarchie centralisée se situe le roi justicier et vengeur, maître de ses paroles et de ses actes, assez fort et assez déterminé pour punir ses proches. Aussi ne faut-il pas encourir sa colère ! En conséquence, les auteurs d’un crime de lèse-majesté doivent trembler comme le publicain de l’évangile : « Pour avoir offensé le roi, ils sont chassés de la cour. Aussi longtemps qu’ils n’ont pas obtenu la grâce du souverain, ils n’osent pas s’y présenter ». Par extension, le bannissement peut aussi frapper quiconque s’en prend à un proche du roi, apparemment considéré comme pars corporis regis.

  • 46 Ibid., p. 237, l. 58-60 ; p. 527, l. 55-58.

Celui qui offense quelqu’un de la mesnie du roi se trouve chassé et tenu pour mauvais. Quand l’offensé est apaisé, tous les courtisans le sont également. De même, si quelqu’un offense un saint, il offense en même temps tous les autres46.

  • 47 Voir, à ce propos, J. KRYNEN, L’Empire du Roi, Paris, 1994.

62On notera que la cour céleste et la cour terrestre sont présentées comme des blocs indissociables, soudés par une solidarité sans faille. La mise en parallèle de l’une et de l’autre constitue l’un des piliers de l’idéologie royale et, plus largement, du discours politico-religieux en pleine expansion vers 130047.

63Les idéologues de la royauté, en France comme en Europe centrale, célèbrent la souveraineté du monarque. Pérégrin se comporte en thuriféraire de ce dernier en lui attribuant le même pouvoir dans l’ordre temporel qu’à la prière dans l’ordre spirituel : « Le roi, c’est la prière, parce qu’un roi puissant en son royaume fait ce qu’il veut ». Aussi les vassaux et les dépendants se pressent-ils autour de lui :

  • 48 Sermones, op. cit., p. 154, l. 61-62 ; p. 255, l. 106-110.

Les hommes ont l’habitude de servir volontiers les seigneurs puissants, capables de les défendre, les seigneurs généreux et fidèles. Tout cela, nous l’avons dans le Christ, très puissant pour nous défendre et très fidèle pour nous rémunérer. Il serait bien puissant ce roi dont personne n’oserait outrager un serviteur !48

64En ces lignes essentielles, le paternalisme féodal cède la place à la toute-puissance monarchique, détenue par un souverain implicitement assimilé à un Christ en terre. Dans le même ordre d’idées, le prédicateur assimile Dieu entouré de ses saints aux princes qui

  • 49 Ibid., p. 341, l. 3-12.

ont l’habitude, quand ils visitent des terres éloignées, de se faire accompagner de leur comte palatin et de leur chancelier, au nom de la familiarité et du délassement, ainsi que des enfants et des pages destinés à leur faire honneur49.

65Ce tableau d’une cour itinérante n’a rien d’anachronique : pensons à Philippe le Bel, à Venceslas II et plus encore à Jean de Luxembourg, souverains nomades, habitués à se déplacer de château en château.

66En deux passages, Pérégrin, ne se contentant plus d’évoquer le roi ou les rois en général, mentionne des souverains précis, qui occupent le devant de la scène européenne vers 1300. Il s’agit d’abord du roi de France et du roi de Bohême, associés à l’ouverture d’un sermon en l’honneur de saint Martin, bâti sur le thème : « Il l’a exalté à la vue des rois et il lui a donné la couronne de gloire ». Le prédicateur enchaîne :

  • 50 Ibid., p. 535, l. 1 à 10.

Désires-tu savoir qui exalte ? Certes pas quelque prince de ce monde, ni le roi de France, ni le roi de Bohême, mais le Seigneur lui-même50.

67Ce parallèle est très flatteur pour le souverain tchèque, le Capétien étant considéré à l’époque comme le monarque le plus puissant d’Europe. En un autre passage, l’orateur souligne le statut hors-pair de ce dernier :

  • 51 Ibid., p. 149, l. 62-64.

Il serait aussi sot de demander la joie du monde au Seigneur de toutes choses qu’inconvenant de demander au roi de France une goutte d’eau ou de vin51.

  • 52 Rappelons que le jeune Venceslas a été placé pendant quelques années à la cour de Charles IV le Be (...)

68Si l’on rapproche de ces lignes le passage précité sur le foyer intellectuel parisien, on peut estimer que Pérégrin a anticipé sur l’ émerveillement ressenti par le jeune Venceslas de Bohême, futur empereur Charles IV, dans les années 1323-1330, devant le prestige de la cour capétienne et l’éclat d’une vie culturelle irriguée par l’Université52.

69Sans nous faire entendre le fracas des batailles, sans nous plonger au cœur des controverses entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel, le prédicateur rend assez bien compte, en filant la métaphore, du principal changement institutionnel intervenu à son époque : le passage progressif de la monarchie féodale à la monarchie centralisée. Ne nous leurrons pas pour autant sur ces fragments d’histoire contemporaine véhiculés par les sermons du dominicain silésien. Ce ne sont que des instantanés, des « spots » diraient les spécialistes des médias, qui viennent rompre la monotonie de l’intarissable discours homilétique.

70Soulignons, pour conclure, que Pérégrin d’Opole, comme la plupart de ses confrères, ne fait intervenir l’histoire dans ses sermons qu’au service d’une argumentation théologique ou morale. À preuve, ces bribes d’histoire enlacées dans des allégories, comme les plantes étouffées par le lierre, dont nous avons fourni quelques exemples. Ce constat en rejoint un autre, sur la place subalterne de l’histoire dans la culture médiévale. Loin de corriger ce travers, notre prédicateur l’accentue, en se préoccupant avant tout d’inculquer un devoir-faire à ses contemporains. Quand il prend en compte le passé, son propos relève de la mémoire plus que de l’histoire. La mémoire, en effet, opère un tri dans les récits historiques, à des fins précises ; elle exerce une emprise souveraine sur le flux du temps, sans rester prisonnière de la concaténation des faits ; elle s’autorise tous les rapprochements entre les événements, en remontant au besoin le cours du temps ; elle commémore plus qu’elle ne relate, pour édifier les vivants. Ces caractéristiques se retrouvent, à des degrés divers, dans les extraits précités.

71L’écriture historique de Pérégrin, si l’on peut ainsi parler, s’avère très pauvre, qu’il s’agisse de relater les temps fondateurs du christianisme ou des époques plus proches. Son modus scribendi n’a rien à voir avec la narration colorée des chroniqueurs médiévaux et encore moins avec l’écriture saturée de dates et de noms propres des historiens postérieurs. Le frère dominicain, qui sait pourtant être passionnant en bien des circonstances, ne connaît que l’histoire couleur muraille, située en des lieux indéterminés, sans dates, avec un minimum d’acteurs, qui sont plutôt des actants aux fonctions stéréotypées que des protagonistes déterminés à infléchir le cours des événements. Cette pauvreté de la narration historique contraste avec l’opulence des commentaires allégoriques de l’Écriture sainte, où le frère prêcheur fait montre d’un art consommé et d’un sens poétique incontestable. Soucieux d’enseigner à ses ouailles le plan divin sur le devenir de l’humanité, et de les préparer à la fin des temps, il ne saurait trop se soucier du flux chaotique des événements.

Notes

1 Elle est retracée par R. Tatarzinski, De vita Peregrini, dans Peregrini de Opole, Sermones de tempore et de sanctis, Institutum Thomisticum, Varsovie, 1997, p. LXXIII et sq. On peut aussi consulter les versions polonaise et allemande de ce texte.

2 Ces sermons ont été récemment édités par R. Tatarzynski dans l’ouvrage mentionné à la note précédente, qui sera désormais désigné sous l’appellation Sermones. Qu’il s’agisse des sermons « du temps » ou « des saints », ce sont des énoncés très brefs, de 100 à 120 lignes en général, sur lesquels il était possible de broder à l’oral.

3 Voir H. MARTIN, « Un prédicateur de la frontière : Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330) », dans (éd.) C. Sorrel, Frontières, contacts, échanges. Mélanges offerts à André Palluel-Guillard, Chambéry, Université de Savoie, 2002, p. 39-48.

4 Sermones, (éd.) R. Tatarzinski, op. cit., p. 6, l. 97-104.

5 Ibid., p. 40, l. 27 et sq.

6 Ibid., p. 86, l. 45-48.

7 Ibid., p. 80, l. 15-21.

8 Ibid., p. 247, l. 103-108.

9 Ibid., p. 26, l. 5 à 16.

10 Ibid., p. 97, l. 121-128.

11 Ibid., p. 145, l. 68-79.

12 De Theodoro confessore apud Antiochiam, PL 20, 504, cap. XXXVI (37).

13 Sermones, (éd.) R. Tatarzinski, op. cit., p. 309, l. 86 et sq. ; Jacques de Voragine, La légende dorée, trad. Roze, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, I, p. 37-47.

14 Sermones, p. 317, l. 28-33 ; La légende dorée, op. cit., p. 55-56.

15 H. MARTIN, « Le prédicateur polonais Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330) évoque la figure de saint Adalbert », dans L’Église et la société entre Seine et Rhin (Ve-XVIe siècle), Revue du Nord 356-357, t. 86, juillet / décembre 2004, p. 709-717.

16 Sermones, p. 573-577.

17 Dont nous donnons une traduction dans l’article précité, aux pages 710-713.

18 Sermones, op. cit., p. 605-609.

19 Voir l’article cité à la note 15, p. 711 et p. 717.

20 Toutes les références sont données dans R. Tatarzinski, Peregrini de Opole, op. cit., p. CXI-CXII.

21 Cité par P. CAMPION, Se rafraîchir à La Fontaine, L’animalité de l’homme dans les Fables, Rennes, Eunoïa, 2004.

22 J. BERLIOZ, Saints et damnés, Dijon, éd. du Bien Public, 1989, p. 7 et 10.

23 Sermones, op. cit., p. 178, l. 62-69.

24 Ibid., p. 206, l. 31-41.

25 Notre analyse porte sur les 45 premiers sermons de tempore. Aux anecdotes citées ici, il faut ajouter une brève mention du culte de Saturne (Sermones, p. 190, l. 116-118).

26 Ibid., p. 9, l. 66-74.

27 Ibid., p. 150, l. 105-113. B. MC GINN, Visions of the End, New York, 1979, p. 56.

28 Sermones, op. cit., p. 264, l. 80-94.

29 Ibidem, p. 41, l. 62-74 ; La légende dorée, op. cit., I, p. 96-98.

30 (Éd.) Oesterley, Berlin, 1872.

31 Voir Le Violier des Histoires Rommaines, (éd.) G. Hope, Genève, Droz, 2002.

32 Sermones, op. cit., p. 54, 72, 76.

33 Ibid., p. 72, l. 7-19.

34 J. WOLNY, Exempla z kazan niedzielnych Peregrina z Opola, dans (éd.) B. Geremek, Kultura elitarna a kultura masowa, Wroclaw, 1978, p. 273, exemplum 64, qui provient de « Vita sanctae Thaisis meretricis », Vitae Patrum, PL 73, p. 660-664.

35 Sermones, op. cit., p. 69, l. 77-83.

36 Ibid., p. 178, l. 44-52.

37 Traductions et adaptations médiévales des Vitae Patrum, de l’Historia monachorum et des Verba seniorum (PL, t. 21, 73, 74), à ne pas confondre avec la Vie des Pères, recueil de contes pieux en vers, du XIIIe siècle.

38 Sermones, op. cit., p. 185, l. 147-155.

39 Sermones, op. cit., p. 201, l. 88-100.

40 Voir H. PLATELLE, Les Exemples du Livre des Abeilles, Turnhout, 1997.

41 Sermones, op. cit., p. 156, l. 11 et sq.

42 Ibid., p. 245, l. 34-39.

43 Ibid., p. 95, l. 55-57.

44 Ibid., p. 30, l. 40-48 ; p. 279, l. 62-63 ; p. 280, l. 70-75.

45 Ibid., p. 147, l. 12-14 ; p. 412, l. 14-17.

46 Ibid., p. 237, l. 58-60 ; p. 527, l. 55-58.

47 Voir, à ce propos, J. KRYNEN, L’Empire du Roi, Paris, 1994.

48 Sermones, op. cit., p. 154, l. 61-62 ; p. 255, l. 106-110.

49 Ibid., p. 341, l. 3-12.

50 Ibid., p. 535, l. 1 à 10.

51 Ibid., p. 149, l. 62-64.

52 Rappelons que le jeune Venceslas a été placé pendant quelques années à la cour de Charles IV le Bel, le dernier des Capétiens.

Auteur

CEHRIO, Université Rennes II

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540