Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l'événement au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

L'histoire réécrite et interrogée

Une rhétorique de l’événement : l’astrologie

Gilbert Dagron

Texte intégral

  • 1 W. SPEYER, « Angebliche Übersetzungen des heidnischen und christlichen Altertums », Jahrbuch für A (...)
  • 2 Voir Encyclopédie de l’Islam.
  • 3 Dictys Cretensis Ephemeridos belli Troiani libri a Lucio Septimio ex graeco in latinum sermonem tr (...)

1Un fait ne devient véritablement un événement que lorsqu’il est non seulement observé, mais raconté, inclus dans une trame temporelle plus ou moins serrée, authentifié, analysé grâce à des repères qui le rendent intelligible et le font apparaître comme l’aboutissement d’une série causale. Cette saisie et cette mise en scène peuvent prendre des formes diverses. Pour que le fait historique peut être avalisé comme événement par l’auteur d’une chronique qui invoque un témoignage direct ou indirect en écrivant ego ipse vidi ou sicut ipsi qui viderunt nobis tradiderunt. De telles formules sont souvent apposées comme un sceau sur un récit ou une description physique afin de l’authentifier, même si, comme l’a montré W. Speyer, elles sont le plus souvent employées par les faiseurs de faux1. On remarquera d’ailleurs que le témoignage direct n’est pas toujours considéré comme le plus convaincant et la littérature arabe, par exemple, lui préfère les « chaînes de garants », qui multiplient paradoxalement les maillons de la tradition (« un tel, qui le tenait d’un tel, qui le tenait d’un tel… raconte que… »), afin de donner plus d’autorité à l’événement2. Les « journeaux de la guerre de Troie » mis sous le nom de Diktys et de Darès ou les apocryphes chrétiens inventent, pour faire plus vrai, toutes sortes de complications et de hasards : manuscrits perdus, redécouverts par des bergers dans une tombe, traduits d’une autre langue3. Cet habillage valorise l’événement au lieu de le rendre suspect.

  • 4 Voir, par exemple, J. MOGENET, « Une scolie inédite du Vaticanus graecus 1594 sur les rapports ent (...)
  • 5 CCAG, I, 83-84. Le texte est conservé dans l’Angelicanus gr. 29 et le Vaticanus gr. 1506, tous deu (...)
  • 6 F. ROSENTHAL, « From Arabic Books and Manuscripts, X: A List of Astrological Works from the “Discu (...)

2La mise en scène astrologique a cette supériorité sur les autres qu’elle apporte systématiquement la caution symbolique des astres, comme si s’écrivait au ciel le scénario organisé des faits les plus intimes ou les plus officiels vécus par les hommes. L’astrologie s’adapte à tous les niveaux de culture ; elle fournit à n’importe quel événement une logique d’exposition et d’interprétation aussi élémentaire ou subtile qu’on voudra. En Orient, elle est aussi une « science » sans frontières. Il faut insister sur ce point pour n’y plus revenir : l’astrologie médiévale n’est plus grecque, indienne, égyptienne, iranienne ou arabe, elle s’est fondue en une sorte de koinè orientale dans laquelle il est difficile de reconnaître l’origine des textes, la nationalité ou la langue de leur auteur, le lieu de conservation de traités théoriques ou d’horoscopes prévisionnels concernant la guerre ou la « décadence » des Empires4. Une liste de ces documents astrologiques ou prophétiques conservés « au palais » et « interdits de lecture », autrement dit classés « secret défense », nous est parvenue en grec, mais sous le nom de l’astrologue arabe Abû Ma’shar (787-886)5 ; et cette même liste nous est conservée en arabe dans deux manuscrits, l’un d’Ankara, l’autre de Cambridge6. Les maîtres de la spécialité appartiennent le plus souvent à des minorités bilingues ou trilingues circulant entre les deux Empires (juifs, arméniens, syriens) ; et dans cette matière jugée stratégique, les traductions circulent avec une surprenante rapidité.

  • 7 Pour un exposé général des méthodes : A. BOUCHÉ-LECLERCQ, L’Astrologie grecque, Paris 1899 ; pour (...)
  • 8 H. Usener, De Stephano Alexandrino commentatio, Bonn, 1880, repris dans id., Kleine Schriften, III (...)

3Il faut d’abord comprendre comment l’astrologie transforme l’événement en une structure lisible et interprétable7. On me pardonnera de reprendre sur ce point un exemple que j’avais étudié dans un article dédié à Georges Duby et publié à Aix : l’horoscope des Arabes attribué à Étienne d’Alexandrie, qui salue la naissance de l’Islam8.

  • 9 Il fut en effet l’élève d’Étienne à Alexandrie, de même que Jean Moschos.

4La scène est censée se dérouler à Alexandrie, le 3 septembre 621, un jeudi, à la troisième heure du jour. C’est du moins ce qu’on veut nous faire croire. Étienne, l’un des derniers professeurs chrétiens de la célèbre École d’Alexandrie, devise dans son jardin avec des disciples. Parmi eux se trouve Sôphronios, qui deviendra une figure marquante du monachisme et de la théologie chrétienne du milieu du siècle9. Survient un ami, un marchand arabe du nom d’Épiphanios, à qui l’on fait bon accueil et dont on espère qu’il distraira la compagnie en montrant de beaux produits d’importation ou en rapportant d’étonnantes anecdotes. Après les civilités d’usage, il déclare en effet qu’il est porteur d’une nouvelle, et de taille. Mais avant de l’énoncer, il demande à Étienne de mettre son astrolabe en position de visée, de déterminer avec précision l’horoscope, c’est-à-dire le degré du signe du zodiaque apparaissant à l’horizon oriental, et de dresser un « état du ciel » à l’instant précis où il s’apprête à parler. Tout le monde s’y emploie fébrilement. Alors seulement, Épiphanios s’explique : est apparu dans le désert de Yathrib (Médine) un homme de grande réputation nommé Mohammed, de la tribu de Quraysh, descendant d’Ismaël ; il s’est manifesté en avril 621, se dit prophète et promet à ceux qui le suivent succès à la guerre et délices au paradis. L’Islam est né. Dépositaire de cette surprenante information, Épiphanios a voulu en réserver la primeur à un homme de science capable de lui dire ce que porte en lui un tel événement. Étienne, resté seul, complète les premières visées en « fixant les centres » et en notant les « phases » des cinq planètes, du Soleil et de la Lune. Enfin, sur le « thème astrologique » ainsi figuré par observation puis calcul, il réfléchit des jours entiers. Le verdict tombe enfin : il s’agit de l’apparition d’un nouveau peuple sur la scène mondiale et de la naissance d’un Empire. Il appartient à Étienne de décrire les mœurs de ce peuple et de dénombrer les conquêtes de cet Empire, puis d’en dater la décadence. Les prédictions sont exactes jusqu’en 775/776, ce qui fixe la vraie date de composition de ce thème horoscopique supposé écrit en 621.

  • 10 Rappelons que, dans la conception ancienne, l’écliptique est la « route annuelle du soleil » ; ell (...)

5Dans cet exemple, il y a fraude, mais il est probable que les vraies consultations se déroulaient à peu près ainsi. L’état du ciel était déterminé pour le jour et l’heure du fait survenu, mais le plus souvent l’instant, beaucoup facile à déterminer et précis, de son annonce – comme si un fait ne devenait événement qu’une fois énoncé – ou même de la confrontation entre l’astrologue et celui qui vient l’interroger et n’a encore rien dit – comme si cette rencontre personnelle faisait écore l’événement. À cet instant, donc, l’observation directe permet de fixer l’horoscope, c’est-à-dire le point d’émergence à l’horizon oriental de tel degré de tel signe du zodiaque10. L’horoscope une fois déterminé, il n’est pas difficile de repérer l’Occident à l’opposé, et de « fixer les quatre centres » (culmination supérieure, culmination inférieure, points equinoxaux où l’écliptique coupe l’équateur) : ces repères, qui appartiennent à la sphère des étoiles fixes, permettent de déployer dans l’espace un événement temporel, soit approximativement, soit exactement. La seconde opération est plus complexe. Elle consiste à mettre en place dans ce décor les « luminaires » (le Soleil et la Lune), dont course est régulière, et les cinq planètes alors connues, dont la course, observées de la terre, paraît irrégulière, avec des rétrogradations, mais calculables. Des tables, celles de Ptolémée, améliorées par Théon, Alim et d’autres, permettaient par calcul de situer ces planètes dans le décor zodiacal. Commençait alors l’interprétation, autrement dit la lecture de cette combinatoire et le déchiffrement de cette imagerie qui un sens précis aux rencontres ou « aspects » des signes et des astres errants.

6Cette science est évidemment sans fondement ; elle permet de dire n’importe quoi, mais pas n’importe comment. Ses liens avec l’astronomie et la relative cohérence de sa symbolique lui imposent des contraintes, comme le vocabulaire et la grammaire à un langage. On peut, il est vrai, s’en tenir aux signes du zodiaque et rester dans des généralités, mais les vrais spécialistes dépassent ces banalités. Par calcul et réflexion sur un certain état du ciel, ils atteignent parfois dans leurs analyses une complexité telle qu’elle fait croire à ceux qui les interrogent – et leur fait sans doute croire à eux-mêmes – qu’ils approchent en effet la singularité d’un événement ou l’individualité d’une personne. La position réciproque des signes et planètes ne peut guère donner naissance qu’à un système classificatoire, mais dans lequel chaque élément classifié est un cas particulier et quasi unique si la variable du temps est calculée avec précision et se traduit en une configuration astrale qui n’a que fort peu de chances de se reproduire.

  • 11 CCAG IV, p. 94-95.

7Le plus souvent, l’astrologue prédit, ce qui l’oblige soit à dire des choses assez vagues et ambiguës pour que la réalité une fois apparue puisse s’y loger, soit à tricher en prédisant avec exactitude mais post eventum, en antidatant sa consultation comme le Pseudo-Étienne d’Alexandrie évoquant les conquêtes de l’Islam. Mais la prédiction « apotélesmatique », c’est-à-dire divinatoire, d’un événement lui importe sans doute moins que sa prévisibilité elle-même. Prenons quelques exemples dans la branche de l’astrologie assurément la plus développée, celle des katarchai, qui répond en principe à des interrogations sur l’opportunité de prendre telle ou telle initiative (se marier ou non), l’élucidation d’un mystère (vol) ou l’issue d’une entreprise (voyage en mer). Les recettes qui sont données dans les textes byzantins sont innombrables et décrivent à peu près toutes les situations, de l’issue d’une grande bataille à l’ordonnance d’un dîner entre amis11.

8Dans la plupart des exemples donnés, les grilles astrologiques proposées permettent d’organiser une enquête et de proposer une reconstitution. Un vol est survenu. Interrogé, l’astrologue procède comme le ferait un policier pour déterminer, en allant du connu à l’inconnu, qui est le voleur ? quelle est son apparence physique ? comment il a volé ? ce qu’il a volé ? à qui il a donné l’objet volé ou à qui il l’a remis ? La grille interprétative est simple : l’horoscope, autrement dit le signe ou degré du signe apparaissant à l’horizon oriental au moment de l’observation, est censé représenter la victime du vol ; le voleur est à l’Occident, c’est-à-dire à l’opposé de l’Horoscope, et le témoin qui l’a vu et peut le dénoncer est la planète la mieux placée par rapport à lui (en « aspect » diamétral, trigone, quadrat, etc.) :

Si c’est Jupiter qui dévoile le voleur, ce dernier sera ainsi fait : peau blanche, bonne taille, grands yeux avec de petites prunelles, regard perçant, bienveillant, bien en chair, barbe épaisse…

  • 12 Héphaistiôn de Thèbes, Apotelesmatica, III, 44-46, (éd.) D. Pingree, I, p. 313-314; II, p. 73-77, (...)

9On attache la plus grande importance aux astres qui « regardent », mais on tient compte également des signes dans lesquels ils se trouvent12. Même approche pour dire la durée du règne et le portrait d’un (futur) empereur :

  • 13 CCAG IV, p. 92-93.

Si tu veux connaître l’aspect physique de celui qui gouverne(ra) – dit un texte mis sous le nom de Léon le Philosophe –, regarde à quelle figure correspond le degré du signe (apparaissant à l’horoscope) : si c’est le Soleil, il aura un large torse, des cheveux blonds, une calvitie, et sera de famille impériale…13

10C’est à un schéma très voisin que l’on a recours pour répondre à un souverain qui veut savoir s’il doit ou non nommer à un poste important un militaire ou un civil. L’événement simulé est transcrit en un thème horoscopique où l’Horoscope représente l’empereur, le roi ou le « satrape » qui interroge, écrit Théophile d’Édesse (Tûfil Ibn Tûmâ), l’Occident représente la personne dont la promotion est prévue, le Milieu du Ciel ou « culmination supérieure » représente le pouvoir qu’on se propose de déléguer, l’IMC (antimésouranèma, hypogéion, culmination inférieure) représente la sortie de charge, autrement dit le résultat de la mission confiée. Tout est en place et les éléments de réponse viennent avec l’intervention de la Lune, du Soleil et des planètes, qui sont au moment de l’interrogation en position forte ou faible, dans leur propre « domicile » ou dans celui d’un autre, en « aspect » favorable ou défavorable avec le VIIe Lieu (l’Occident, qui figure la personne pressentie).

  • 14 Ibid., p. 93-94.

Si un astre bienfaisant est en aspect avec le VIIe Lieu, dis que l’homme sera efficace et utile…14

  • 15 G. DAGRON, « Trois horoscopes de voyages en mer (Ve siècle après J.-C.) », Revue des Études Byzant (...)

11Ce genre de thème astrologique permet donc lui aussi de faire une simulation de l’événement problématique. Mais les manuscrits astrologiques nous conservent parfois des horoscopes refaits après l’événement pour montrer que si la prédiction était juste, la réalité une fois connue permet d’aller encore beaucoup plus loin dans l’analyse astrologique du fait échu. Trois horoscopes anonymes de voyage en mer du Ve siècle, insérés dans des recueils théoriques pour servir de modèles aux générations futures, montrent ce souci de la perfection et illustrent une fois encore le fait que la prévisibilité compte plus que la prévision. La navigation était toujours aventureuse et mettait en jeu à la fois la vie de voyageurs ou/et les intérêts des commerçants et prêteurs, aussi interrogeait-on l’astrologue – au même titre sans doute que le saint homme « dioratique » –, au port de départ ou d’arrivée, pour prévoir le succès ou l’insuccès et conjurer l’angoisse d’une longue attente15.

  • Quelqu’un est parti de Césarée de Palestine le 1er octobre 474 vers 11 h du matin, à destination de Constantinople. La position de la Lune explique qu’il y ait eu tempête et retard ; celle de Mars rend compte du fait que les gouvernails ont été endommagés et qu’il y a eu des bagarres au sein de l’équipage ; celle de Jupiter, maître de l’Horoscope, limite la catastrophe ; celle de Vénus justifie que l’intéressé ait fait escale (à Rhodes ou à Karpathos), ait eu une aventure amoureuse, puis ait changé de bateau à Abydos ; celle de la Lune, meilleure en fin de voyage qu’au début, permet au passager de débarquer sain et sauf.
  • Deux autres horoscopes concernent à des interrogations de gens inquiets d’un grand retard, l’une le 16 juillet 475 vers 8 heures du matin, l’autre le 14 juillet 479 à 4 h du matin, à propos de bateaux partis avec une cargaison précieuse d’Alexandrie ou des côtes africaine et se rendant l’un à Athènes, l’autre peut-être à Smyrne. Ces textes ont l’intérêt de donner à la fois les réponses de l’astrologue, justes mais approximatives, les références aux traités théoriques qui les ont dictées et le récit extrêmement détaillé de l’événement échu (l’astrologue conclut que le bateau transporte des quadrupèdes : c’étaient de fait des chameaux, etc.). Ce sont des cas d’école, conservés comme tels.
  • 16 G. DAGRON, « Le fils de Léon Ier (463), Témoignages concordants de l’hagiographie et de l’astrolog (...)

12Il y a enfin d’assez nombreux horoscopes qui ne se soucient pas de prédire ou de faire semblant de prédire, mais qui visent à rendre compte à travers le jeu astral d’un événement surprenant ou de grande portée, comme la mort d’un fils d’empereur. Ainsi avons-nous à la fois le récit hagiographique de l’intervention de saint Daniel le Stylite pour que Léon Ier ait un héritier mâle et l’horoscope qui justifie astrologiquement la mort de ce fils en bas âge, le 25 avril 463 vers 13 h par la position des deux planètes néfastes, Mars et Saturne16.

  • 17 D. PINGREE, « Political Horoscopes from the Reign of Zeno », Dumbarton Oaks Papers, 30, 1976, p. 1 (...)
  • 18 CCAG VIII, 1, p. 253-255.

13Pour les événements les plus importants de la vie publique (couronnement, avènement, fondation de ville, bataille…), l’astrologue est généralement présent, soit pour choisir le moment opportun, soit pour faire des visées exactes et dresser un thème astrologique permettant ensuite soit de comprendre la logique des incidents qui surviendront, soit de corriger une faute initiale d’interprétation. C’est ce qui arriva pour le praefectus augustalis Théodore. À son débarquement officiel à Alexandrie, le 17 mars 486 à la seconde heure du jour, l’astrologue est parmi les personnalités qui l’accueillent, au même titre que les fonctionnaires de la préfecture, des poètes et des rhéteurs, et les mesures sont prises. On n’en tira sans doute aucune conséquence jusqu’à ce que ce que ce fonctionnaire d’une intégrité reconnue fût dénoncé calomnieusement et condamné comme concussionnaire. On découvre après coup que Mars y était pour quelque chose17. Il en va de même pour un évêque de Chalcis en Eubée. Lorsqu’il est intronisé, le dimanche 21 septembre 1001 à la 3e heure du jour, la katarchè ne semble rien présager de mauvais ; mais une lecture plus attentive aurait pu prévoir ce qui en effet survint : des erreurs, des calomnies, une condamnation, le 18 avril 1009, à l’exil en Italie à laquelle il n’échappe que par l’errance et un asile à Sainte-Sophie, puis, deux ans plus tard, une réhabilitation et un retour spectaculaire dans son évêché18.

14Ces textes ne cherchent pas à prédire par quelque supercherie, mais à confirmer l’événement, à l’inclure dans une logique évidente a posteriori, à prouver qu’il n’est pas un fait de hasard en démontrant sa prévisibilité.

  • 19 CCAG II, p. 187-190.
  • 20 CCAG I, p. 105-107 ; NEUGEBAUER-VAN HOESEN, op. cit., p. 149-150. Voir aussi CCAG VI, p. 63-64.

15Le corpus astrologique rebute d’abord par sa technicité, son ton de cuistrerie et la gratuité des interprétations une fois qu’on a appris à le lire. Mais cette impression de facticité disparaît lorsqu’on parvient à imaginer – et on le peut à travers ces textes rébarbatifs – la vérité du face à face entre un consultant et un consulté. On peut faire un parallèle avec les clés des songes, simple dictionnaire auquel échappe ce que le rêve a de plus personnel et la consultation du spécialiste de plus intime. Comme l’onirocrite, l’astrologue est, à sa manière un « psy », un médiateur qui aide à rendre les faits moins opaques, à les formuler, à désamorcer l’angoisse dont ils sont porteurs. On est surpris par la diversité des questions posées : sur les maladies et leur issue, bien sûr, les héritages, les mariages, les relations avec le père, la mère, les frères ou sœurs19, sujets de la vie personnelle que les textes historiques n’abordent presque jamais. Un texte repris par Palchos (al-Balkli al-Turjman ?) met en scène quelqu’un qui vient trouver l’astrologue avec une lettre reçue mais non encore lue, pour lui demander ce qu’il faut en penser : l’astrologue, voyant que Jupiter est à l’horoscope dans l’un des domiciles de Vénus, conclut que les nouvelles sont heureuses ; elles sont en réalité affligeantes et contrarient les projets du destinataire : l’astrologue n’a pas vu que Jupiter et la Lune sont neutralisés par Mars et Saturne…20

  • 21 CCAG V, 3, p. 88-89 ; VIII, 1, p. 249-250 ; VIII, 4, p. 163 ; IX, 1, p. 161-172.

16La mise en scène fait de la consultation un face-à-face psychanalytique. L’événement est un non-dit, non seulement parce que la date et l’heure retenue pour dresser la configuration astrale sont, comme nous l’avons dit, celles de la consultation, avant tout récit, mais aussi parce, que, dans beaucoup de nos exemples, le consultant ne dit rien et laisse à l’astrologue le soin de deviner pourquoi il est venu le consulter. Techniquement, cela s’appelle « interroger sur l’interrogation », première étape, pour laquelle les traités donnent des recettes21. Virtuosité délirante ? Manière de tester la compétence du spécialiste ? En tout cas conduite d’une étonnante vérité psychologique, qui fait de l’interrogation un aveu, de l’événement un non-dit ou un secret à percer à jour, et de la consultation une relation.

  • 22 Voir, entre autres textes, la défense de l’astrologie par Étienne d’Alexandrie, op. cit. (n. 7) ; (...)
  • 23 M. Glykas, Aporiai, 36-37, (éd.) S. Eustratiadès, I, p. 370-414, 416-461 ; Id., Annales, Bonn, p. (...)

17Il resterait, pour finir, à montrer comment il put y avoir coexistence entre une interprétation chrétienne et une interprétation astrologique de l’événement. Tout semble les opposer l’une à l’autre. Avec l’interprétation astrologique, il semble que nous soyons dans un système de pure causalité naturelle ; même si les causes sont illusoires et déconnectées du monde humain, la prévisibilité de l’événement tient au fait qu’il est conditionné et expliqué par un réseau d’interférences aussi complexe et serré qu’on voudra. Au contraire, l’interprétation chrétienne nous placerait dans un système finalisé dans lequel l’économie divine a toujours le dernier mot. Mais cette présentation est caricaturale et définit surtout deux langages, celui des horoscopes avec leur implacable logique astrale et celui des vies de saints avec son exploitation du miraculeux. Sur le fond, le désaccord est moins grave. Les astrologues chrétiens du Moyen Âge, désapprouvés mais jamais sérieusement inquiétés par l’Église, se défendirent en affirmant que les astres ne sont pas animés, qu’ils n’ont ni volonté ni efficacité propres, qu’ils ne sont pas causes mais signes ; ils récusèrent sans difficulté le hasard et la neccessité, cette tychè ou riziko qui semblait mettre en cause la liberté de l’homme et la toute puissance de Dieu. Un thème cent fois repris comparaît les astres du ciel aux lettres d’un livre, ne leur reconnaissant aucune énergie ni vertu télesmatique (de divination), mais une simple valeur sémiotique (de signe) n’autorisant aucune certitude, mais seulement des conjectures (stochasmoi), un peu comme l’instinct des animaux, le savoir-faire des ingénieurs ou à l’astuce des petits démons de la magie blanche22. Les théoriciens ou théologiens chrétiens, de leur côté, Anastase le Sinaïte dès le VIIe siècle, Michel Glykas au XIIe siècle, restreignaient le champ des interventions divines en notant que les miracles caractérisaient surtout le temps des apôtres et de l’établissement du christianisme, et que Dieu choisit presque toujours de suivre les lois de la causalité naturelle, qu’il a lui-même établies, et que toute pensée trop finalisée bute sur le paradoxe de la mort du juste ou de la souffrance de l’enfant innocent23.

18Finalement, il y a une certaine complémentarité, sinon une certaine parenté, entre cette astrologie sans fatalisme où les astres ne sont pas causes mais signes, et cette pensée divine qui a une parfaite connaissance de l’avenir, puisqu’elle n’est pas soumise au temps et que pour elle tout est présent, mais qui ne le détermine pas (une prognôsis sans proorismos). Ce sont deux décors interchangeables pour la mise en scène des mêmes événements.

Notes

1 W. SPEYER, « Angebliche Übersetzungen des heidnischen und christlichen Altertums », Jahrbuch für Antike und Christentum, 11-12, 1968-1969, p. 26-41 ; Id., Die literarische Fälschung im heidnischen und christlichen Altertum. Ein Versuch ihrer Deutung, Munich, 1971.

2 Voir Encyclopédie de l’Islam.

3 Dictys Cretensis Ephemeridos belli Troiani libri a Lucio Septimio ex graeco in latinum sermonem translati. Accederunt papyri Dictys graeci in Aegypto inventae, (éd.) W. Eisenhut, 2e éd., Leipzig, 1973 ; Daretis Phrygii De excidio Troiae historia, (éd.) F. Meister, Leipzig, 1873.

4 Voir, par exemple, J. MOGENET, « Une scolie inédite du Vaticanus graecus 1594 sur les rapports entre l’astronomie arabe et Byzance », Osiris, 14, 1962, p. 198-221 ; D. PINGREE, « The Indian and Pseudo-Indian Passages in Greek and Latin Astrological Texts » ; Viator, 7, 1976, p. 141-195.

5 CCAG, I, 83-84. Le texte est conservé dans l’Angelicanus gr. 29 et le Vaticanus gr. 1506, tous deux du XIVe s.

6 F. ROSENTHAL, « From Arabic Books and Manuscripts, X: A List of Astrological Works from the “Discussions” of Abû Ma’shar and Shâdhân », Journal of the American Oriental Society, 83, 1963, p. 454-456.

7 Pour un exposé général des méthodes : A. BOUCHÉ-LECLERCQ, L’Astrologie grecque, Paris 1899 ; pour les textes : Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum (I-XII, Bruxelles 1898-1953, cité plus bas CCAG).

8 H. Usener, De Stephano Alexandrino commentatio, Bonn, 1880, repris dans id., Kleine Schriften, III, Leipzig, 1914, p. 266-289 (p. 271 sq. pour la consultation astrologique). Le « thème » est interprété sommairement par O. NEUGEBAUER et H. B. VAN HOESEN, Greek Horoscopes, Philadelphia, 1959, p. 158-160 ; voir G. DAGRON, « Les diseurs d’événements, Réflexions sur un “thème astrologique” byzantin », Mélanges offerts à Georges Duby, IV : La mémoire, l’écriture et l’histoire, Aix-en-Provence, 1992, p. 57-65.

9 Il fut en effet l’élève d’Étienne à Alexandrie, de même que Jean Moschos.

10 Rappelons que, dans la conception ancienne, l’écliptique est la « route annuelle du soleil » ; elle est inclinée de 23,5° par rapport à l’équateur, qu’elle coupe en deux points « équinoxiaux ». Le zodiaque est une zone de la sphère céleste qui s’étend sur 8,5° de part et d’autre de l’écliptique ; il est divisé en 12 signes de 30°, eux-mêmes subdivisés en horia, décans etc. Les 12 Lieux divisent non pas le zodiaque lui-même, mais l’« état du ciel obtenu après la détermination de l’horoscope.

11 CCAG IV, p. 94-95.

12 Héphaistiôn de Thèbes, Apotelesmatica, III, 44-46, (éd.) D. Pingree, I, p. 313-314; II, p. 73-77, 333-336; CCAG I, 94-99; IV, p. 88-90. On trouvera un exemple concret et amusant, dans un horoscope égyptien, datable du 29 août 479 vers 11 heure du soir, répondant à la question : Qui a volé la serviette de la jeune esclave ? CCAG VI, p. 64-65 ; NEUGEBAUER-VAN HOESEN, op. cit., p. 143-144.

13 CCAG IV, p. 92-93.

14 Ibid., p. 93-94.

15 G. DAGRON, « Trois horoscopes de voyages en mer (Ve siècle après J.-C.) », Revue des Études Byzantines, 40, 1982, p. 117-133 (en coll. avec J. Rougé).

16 G. DAGRON, « Le fils de Léon Ier (463), Témoignages concordants de l’hagiographie et de l’astrologie », Analecta Bollandiana, 100 (Mélanges offerts à B. de Gaiffier et F. Halkin), 1982, p. 271-275.

17 D. PINGREE, « Political Horoscopes from the Reign of Zeno », Dumbarton Oaks Papers, 30, 1976, p. 148-149.

18 CCAG VIII, 1, p. 253-255.

19 CCAG II, p. 187-190.

20 CCAG I, p. 105-107 ; NEUGEBAUER-VAN HOESEN, op. cit., p. 149-150. Voir aussi CCAG VI, p. 63-64.

21 CCAG V, 3, p. 88-89 ; VIII, 1, p. 249-250 ; VIII, 4, p. 163 ; IX, 1, p. 161-172.

22 Voir, entre autres textes, la défense de l’astrologie par Étienne d’Alexandrie, op. cit. (n. 7) ; la lettre de Manuel Ier Comnène défendant l’astrologie (CCAG V, 1, p. 106-125) et la réponse de Michal Glykas la condamnant (ibid., p. 125-140).

23 M. Glykas, Aporiai, 36-37, (éd.) S. Eustratiadès, I, p. 370-414, 416-461 ; Id., Annales, Bonn, p. 48-58 (en commentaire de Genèse, I, 14).

Auteur

Collège de France

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540