Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l'événement au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

L'événement et son écho

Deux dates dans l’histoire de la Provence médiévale 972-1481

Louis Stouff

Texte intégral

1Dans le cadre de ce séminaire consacré à « l’événement », sont présentés deux événements de l’histoire de la Provence médiévale, deux événements que sépare un demi-millénaire, deux événements d’une importance considérable : dans l’été 972, le comte d’Arles Guillaume expulse les Sarrasins du Freinet ; le 11 décembre 1481, Charles III, le dernier comte de Provence meurt et le comté de Provence est réuni pour toujours au royaume de France.

2Il s’agit de deux événements qu’il est possible de connaître de façon différente. L’expulsion des Sarrasins n’est connue que par un petit nombre de sources pas toujours explicites alors que ce qui se passe en 1481 est bien connu grâce à une documentation plus abondante. Le travail de l’historien n’est pas le même pour l’époque de l’An Mil et pour les dernières années du Moyen Âge.

3Il faut montrer, dans la mesure où on le sait, ce qui s’est réellement passé en 972 et en 1481, mais aussi voir comment les faits ont pu être interprétés de façons diverses au cours des siècles. L’historiographie de ces deux événements n’est pas l’aspect le moins intéressant de cette étude.

972

4Ce qui se produit en 972 ne peut se comprendre sans une présentation sommaire de la situation de la Provence au cours des 140 années précédentes et du rôle des Sarrasins au cours des quelques décennies antérieures.

La Provence

5Les terres comprises entre le mont Ventoux et la montagne de Lure au nord, la mer au sud, la ligne de crête des Alpes à l’Est et le Rhône à l’ouest qu’on a l’habitude de désigner par le nom de « Provence » ont fait partie de l’Empire carolingien. Les années 970-980 sont le temps où, pour la Provence, s’achève la dislocation de l’Empire carolingien. L’histoire en a été longue et complexe. En 843, lors du traité de Verdun, la Provence est dans la part de Lothaire. À la mort de celui-ci, une véritable dislocation aboutit à la formation d’un éphémère royaume de Provence dans les mains de son troisième fils, Charles de Provence (855-863). Charles le Chauve met la main sur le royaume et en 871 le confie à Boson qui n’est pas de sang carolingien mais dont la femme est carolingienne, la fille de l’empereur Louis II. En 879, à la mort de Louis le Bègue, Boson en profite pour s’emparer du titre royal. Une assemblée, réunie à Mantaille, le proclame roi le 15 octobre 879. Cette date a été considérée par certains comme celle de la date de naissance de la Provence.

  • 1 F. MISTRAL, Le Poème du Rhône, texte provençal et trad. française, Éditions du Centenaire, 1981.
    Ma (...)
  • 2 F.-X. EMMANUELLI, Histoire de la Provence, Paris, 1980, p. 50.

6L’événement a été chanté par Frédéric Mistral dans le poème du Rhône1. Mais plus justement François-Xavier Emmanuelli écrit : « Un acte de naissance discutable : Mantaille 15 octobre 879 »2. Presque aussitôt Boson, en butte à l’hostilité des princes carolingiens, doit fuir. S’en suivent dix années d’anarchie. En 887, la veuve de Boson fait adopter son fils Louis par l’empereur Charles le Gros. En 890, Louis est couronné à Valence roi d’un royaume de Provence ; mais il ambitionne le royaume d’Italie et la couronne impériale. En 901, il est couronné empereur par le pape ; mais en 905 il retourne aveugle (il a été aveuglé par son adversaire Bérenger de Frioul). Pendant vingt ans, ce roi infirme réside à Vienne et le pouvoir est exercé par son cousin Hugues d’Arles qui porte les titres de duc d’Arles et de marquis de Viennois. Hugues est à son tour victime du mirage italien. Il intervient en Italie, y reste vingt ans, est couronné roi d’Italie à Pavie. À la mort de Louis l’Aveugle, le royaume de Provence est revendiqué par le roi de France et par le roi de Bourgogne. Hugues cède tous ses droits en Gaule au-delà des Alpes au roi de Bourgogne Rodolphe moyennant de la part de ce dernier une renonciation à toute action en Italie. La Provence fait désormais partie du royaume de Bourgogne qui comprend le Jura français et suisse, le Valais, les bords du lac Léman, tout le sud-est français entre le Rhône et les Alpes et va de Bâle à la Méditerranée. Ce royaume que plus tard, au XIIIe siècle, on a appelé « Royaume d’Arles », a eu successivement deux souverains au Xe siècle : Rodolphe 933-947, puis son fils Conrad le pacifique 947-993.

7Parlant du royaume de Provence de Boson et de Louis l’Aveugle, Edouard Baratier a écrit :

  • 3 Histoire de la Provence, sous la direction d’E. Baratier, Toulouse, 1969, p. 105-106.

Ce royaume est à l’origine malheureusement atteint d’une faiblesse congénitale. Il est aux mains de princes sans énergie et malchanceux, attachés à la poursuite de chimériques honneurs en Italie et qui ne parviennent ni à constituer un gouvernement central efficace, ni à défendre leurs administrés contre les envahisseurs étrangers3.

  • 4 J.-P. POLY, La Provence et la société féodale. 879-1166, Paris, 1976, p. 31 et sq.
  • 5 R. BUSQUET, Histoire de la Provence des origines à la Révolution française, Monaco, 1954, p. 131.

8En ce qui concerne le royaume de Bourgogne-Provence, on insiste traditionnellement sur la faiblesse des deux premiers souverains, Rodolphe et Conrad, qui ne possèdent aucun domaine et par suite aucun véritable pouvoir dans la partie méridionale de leur état. Jean-Pierre Poly a nuancé cette présentation. Il montre un Conrad actif : en 964 il est à Arles, entre 976 et 978 il tient un plaid dans cette ville. Il écrit : « La royauté est toujours respectée en Provence au moins jusque vers 980, c’est toujours au nom du roi que les maîtres du ban exercent le gouvernement des hommes »4. En fait, à quelques rares interventions près, le sud du royaume est abandonné à lui-même. Toutefois, en 948 ou 949, Conrad a nommé des comtes (Guillaume à Avignon, Boson à Arles, Griffon à Apt) et des vicomtes (à Cavaillon et à Marseille). Griffon sera évincé, Guillaume n’aura pas d’enfant, si bien que c’est Boson comte d’Arles qui joue le rôle décisif. Ses deux fils lui succèdent : Roubaud l’aîné à Avignon, Guillaume le plus jeune à Arles. Raoul Busquet l’a fait remarquer : « Ils furent sans avoir à s’affranchir de l’autorité nominale du roi les maîtres du pays »5. La situation en 972 peut se résumer ainsi : un roi à peu près inexistant, des comtes qui ont le pouvoir et qui réussissent à assurer la transmission héréditaire de leur charge.

Les Sarrasins

9Après une première apparition au VIIIe siècle, la piraterie sarrasine se manifeste au siècle suivant : 813 (la côte, Nice), 838 (Marseille et Saint-Victor dévastés), 842 (le Rhône jusqu’à Arles), 850 (échec d’une tentative contre Arles), 859 (Camargue), 869 (enlèvement de l’archevêque Rotland qui meurt dans les mains de ses ravisseurs). Pendant cette première période, c’est l’ouest de la Provence, de Marseille à Arles, qui est touchée.

  • 6 Liutprand de Crémone, Antapodosis, (éd.) J. Becker, MGH SS, 55, Berlin, 1915.

10Liutprand de Crémone, dont l’œuvre est si importante pour la connaissance des IXe et Xe siècles, raconte qu’une bande d’une vingtaine de pirates sarrasins partis d’Espagne a été rejetée par la tempête dans le golfe de Saint-Tropez à une date de peu postérieure à 8846. Ils se rendent maîtres de la presqu’île de Saint-Tropez, puis ils reçoivent des renforts, s’établissent dans les Maures. De là ils lancent des raids sur la Basse, puis sur la Haute Provence et pour finir sur l’ensemble des Alpes occidentales. Ils saccagent des monastères, tendent des embuscades sur les routes, pillent, enlèvent des hommes et des femmes, les campagnes de la Provence orientale sont désertées. Les routes des Alpes sont sans cesse sous leur menace. Ils vont jusqu’à Saint-Gall, Coire, Saint-Maurice d’Agaune dans le Valais.

  • 7 J.-P. POLY, op. cit., p. 13-29.

11Cette situation a pu durer quelques quatre-vingts années. Il n’y avait aucun pouvoir central efficace capable d’organiser les efforts de défense des Provençaux. Il n’était pas facile de débusquer les Sarrasins du Freinet. Il y avait aussi les luttes entre les grandes familles de l’aristocratie dont certaines recherchaient l’aide des Sarrasins7.

  • 8 Flodoard, Annales, (éd.) Ph. Lauer, Paris 1966 et Historia ecclesie Remensis, MGH SS, 55, t. XIII.

12Des tentatives pour les expulser ont eu lieu. En 931, une flotte grecque intervient et aboutit à un succès. Flodoard de Reims : « Grâce au ciel, les Sarrasins du Freinet ont été exterminés, les Alpes redeviennent sûres et le voyage en Italie tranquille »8. Deux ans plus tard, ils sont de nouveau là. En 942, Hugues d’Arles, roi d’Italie pénètre dans le massif des Maures, tandis que des navires grecs bloquent la côte. Hugues d’Arles aurait pu exterminer les Sarrasins. Il va sacrifier la cause des Provençaux à ses intérêts personnels. Il traite avec eux, les laisse maîtres de leurs places fortes et des cols des Alpes à condition qu’ils ferment ceux-ci aux renforts que son rival Bérenger pourrait songer à faire venir de Germanie. En 953, Otton Ier envoie une ambassade au khalife de Cordoue. En 961, Audibert, fils de Bérenger, prétendant au trône d’Italie, chassé par Otton, se réfugie au Freinet. En 968, Otton annonce son intention d’en finir avec les Sarrasins l’été suivant ; les événements d’Italie du sud l’en empêchent. Quatre ans plus tard, les moines de l’abbaye piémontaise de Novalaise chassés de leur monastère depuis soixante ans adressent une requête à l’empereur qui ajourne encore son expédition. Mais, en 972, la situation change.

Un double événement

13Dans tous les ouvrages consacrés à l’histoire de la Provence on trouve à peu près les lignes suivantes : en juillet 972, Maïeul, abbé de Cluny, revenant d’un long séjour en Italie, est capturé avec ses compagnons et sera libéré contre le versement d’une importante rançon. Cet événement provoque la réaction du comte d’Arles Guillaume qui rassemble les nobles provençaux et expulse les Sarrasins du Freinet.

  • 9 Vie de Maïeul par Syrus, Acta Sanctorum, mai II vita Maioli II, p. 677E-679F ; Vie de Maïeul par O (...)
  • 10 Cartulaire de Saint-Victor, t. 1, n° 77, p. 104-106 ; Gallia Christiana Novissima. Province d’Aix, (...)

14Les sources concernant ces deux faits sont très peu nombreuses. On dispose de quatre sources narratives : la vie de Maïeul de Syrus rédigée vers l’an mil, la vie de Maïeul d’Odilon abbé de Cluny de 994 à 1049, un texte piémontais la chronique de Novalaise et les « Histoires de Raoul Glaber »9. Les historiens peuvent avoir un regret : la chronique de Liutprand de Crémone, si précieuse s’arrête en 968 et son auteur meurt en 972. On a aussi quelques très rares textes d’archives ecclésiastiques : une charte de la Cadière dans le cartulaire de Saint-Victor, une autre concernant l’évêché de Fréjus et éditée dans la « Gallia Christiana Novissima » province d’Aix, enfin la donation d’une terre dans le diocèse de Fréjus en avril 97310.

  • 11 D. IOGNA-PRAT, « Saint Maïeul de Cluny le Provençal entre légende et histoire », dans Saint Maïeul (...)

15On a pu discuter le lieu et la date du premier événement. Il s’est déroulé dans les Alpes à Orsières. Il y a deux Orsières : l’un dans la vallée du Drac et dans l’actuel département des Hautes Alpes, l’autre dans le Valais, dans la vallée de la Drance, sur la route qui descend du col du Grand Saint-Bernard. Dominique Iogna-Prat écrit : « Orsières une cluse des Alpes que l’on hésite encore à localiser, sans doute dans le Valais »11. Il est admis en général qu’il s’agit de l’Orsières du Valais qui par le grand Saint-Bernard se trouve sur la route normale entre Cluny et l’Italie.

16En ce qui concerne la date une chose est sûre, il a été capturé le 25e jour avant l’Assomption dans la nuit du 21 au 22 juillet ; mais pour l’année il y a deux hypothèses : 983 ou 972.

17Manteyer se prononce pour 983. Il étudie longuement les déplacements d’Otton II en Italie, ceux du pape Benoît VII, il situe Maïeul et son retour à Cluny dans ce contexte et conclut :

  • 12 G. de MANTEYER, La Provence du Ier au XIIesiècle. Étude d’histoire et de géographie politique, Par (...)

De tout ce qui précède, il ressort que la capture de Saint Maïeul par les Sarrasins vingt-cinq jours avant l’Assomption, c’est-à-dire le 21 juillet, sa mise en liberté rançon payée, avant le 15 août, son arrivée à Cluny passé le 19 août, la victoire remportée par les Provençaux sur les Sarrasins qui ne tardent pas de se replier du Valais sur le Freinet, se placent forcément entre l’assemblée de Vérone et la mort de Benoît VII. Cette assemblée eut lieu entre le 7 mai et le 18 juin 983 ; la mort du pape survint en octobre 983. Par conséquent Saint Maïeul fut capturé le samedi 21 juillet 98312.

18Il est vrai que Maïeul est à Vérone en juin 983, mais d’autres auteurs ont montré que l’hypohèse de Manteyer n’était pas acceptable.

  • Paul Amargier fait remarquer qu’après l’assemblée de Vérone en juin 983, Maïeul séjourne en Italie dans le monastère Saint-Sauveur près de Pavie où il rencontre deux personnages, Adalbert de Prague et Gérard de Toul. On sait que ce dernier personnage arrive à Rome aussitôt après la mort d’Otton II, le 7 décembre 983. Il aurait donc rencontré Maïeul en octobre peu avant son départ pour Cluny où il est en novembre. Puisque Maïeul a été capturé un 21 juillet ce ne peut être en 98313.
  • Eugène Duprat pense que l’hypothèse de Manteyer aboutit à une chronologie trop serrée.
  • 14 E. DUPRAT, dans Les Bouches du Rhône. Encyclopédie départementale. Ièrepartie : Antiquité et Moyen (...)

Si l’on admet que Maïeul a été capturé le 21 juillet 983, on aboutit à une série de déplacements trop rapides pour être vraisemblables. En mai Maïeul se trouvait à Cluny, en Juin il est à Vérone en Italie ; puis il retourne en juillet, est capturé et, en août, il rentre à son abbaye. Aussitôt les Sarrasins sont expulsés (septembre), Maïeul revient encore en Italie, où il est début novembre. Voilà certes un semestre bien rempli14.

  • 15 Vie de Maïeul de Syrus, op. cit.

19L’hypothèse de Manteyer ne tient pas compte d’un passage de la Vita de Syrus : longo temporis spatio iam evoluto, cum Cluniacensi deesset monasterio15. Dans cette « Vita », le récit de la capture de Maïeul suit immédiatement le passage consacré à la réforme des monastères de Saint-Apollinaire-in-Classe près de Ravenne et de Saint-Sauveur près de Pavie. On connaît les dates de la bulle du pape Jean XII en faveur de Saint-Sauveur, le 24 avril 972 et le diplôme d’Otton Ier en faveur de Saint-Apollinaire, le 25 mai 972. Maïeul a fait un long séjour en Italie entre le printemps 969 et l’été 972. Il a cherché à obtenir des secours impériaux et pontificaux pour les monastères dont il avait la charge. Il semble bien qu’il passe Pâques 971 à Ravenne auprès d’Otton Ier et Pâques 972 à Rome où il assiste au mariage d’Otton II avec Théophano. Une fois son œuvre suffisamment consolidée, il songe à rentrer à Cluny dans l’été 972. Il est capturé le 21 juillet, libéré au bout de quelques semaines après le versement d’une rançon de 1 000 livres rapportée de Cluny par un moine de sa suite envoyé en ambassade.

  • 16 J.-P. POLY, op. cit., p. 92-93.

20Cette date de 972 est confirmée par le fait que le comte Guillaume donne à un fidèle les terres de Ravennas dans le comté de Fréjus pour les repeupler en avril 97316. Donc, à cette date, les Sarrasins ont été expulsés. On peut ajouter que dès 979 Guillaume apparaît avec le titre de « marquis » qui consacre son succès sur les Sarrasins et cela quatre ans avant 983.

21Il convient enfin d’ajouter que les sources narratives ont des contenus très différents. La vie de Syrus et les histoires de Glaber renferment des détails sur la captivité de Maïeul : blessure de Maïeul à la main, rançon, nourriture du saint, bible piétinée par un Sarrasin… alors qu’Odilon énumère les maux occasionnés par les Sarrasins, leur expulsion et entre les deux la capture de Maïeul. Enfin alors que Glaber et Odilon lient l’expulsion à la capture de l’abbé, Syrus n’évoque pas le départ des Sarrasins.

22La capture de Maïeul n’est pas la seule cause de cet événement : depuis longtemps on s’y préparait, mais on n’avait pu le réaliser. Elle est la cause immédiate. Voici comment elle est présentée par deux historiens :

  • 17 P. AMARGIER, op. cit.

La capture de Saint Maïeul par les Sarrasins fut cette chiquenaude qui, brusquant le cours des événements, décida de tout un avenir : Paul Amargier17

  • 18 M. BLOCH, La société féodale. la formation des liens de dépendance, Paris, 1939, p. 16.

En 972, les pillards firent une trop illustre capture : Maïeul qui avait réformé tant de monastères, était l’ami vénéré, le directeur de conscience et, si l’on ose dire, le saint familier de beaucoup de rois et de princes : Marc Bloch18.

23L’opération est présentée de façons diverses selon les sources. Pour Odilon, dans sa Vita Maioli, elle est le fait du comte Guillaume : cet événement qui eut alors un immense retentissement, engage les nobles provençaux à se lever en masse, sous l’autorité du comte de Provence Guillaume et de son frère Roubaud pour chasser définitivement les Sarrasins de Provence et des Alpes. La chronique de Novalaise ne parle pas de la défaite des Sarrasins par Guillaume dans les Alpes à leur retour du Valais ; elle décrit en revanche la prise du Freinet par Roubaud et Ardoin marquis de Turin. Il semble y avoir eu deux expéditions : Guillaume écrase les Sarrasins à leur retour du Valais et libère les passages des Alpes… Roubaud et Ardoin détruisent le Freinet. On ne possède aucun renseignement sur la durée de ces opérations. Il est certain toutefois qu’au printemps 973 tout était terminé et sans doute depuis un certain temps.

24Les conséquences de cet événement ont été considérables. Le retour à la paix a permis une véritable renaissance de l’économie des campagnes et de la vie des villes. Par exemple, c’est à la fin du Xe siècle qu’apparaissent les premiers signes de l’essor urbain à Arles.

25Dans le domaine politique s’affirme le prestige de Roubaud et de Guillaume qui prennent le titre de « marquis ». Guillaume s’affirme comme le chef incontesté de la partie méridionale du royaume de Bourgogne.

26Aux multiples circonscriptions carolingiennes succède un comté unique de Provence où les successeurs de Guillaume exercent les droits désormais héréditaires des anciens comtes. Les propriétés et revenus du domaine royal sont considérés comme des biens de famille. De Toulon à Aix, le comte distribue les terres abandonnées aux grands de son entourage et aux monastères. Le roi de Bourgogne n’a pris aucune part à l’expulsion des Sarrasins. Il n’est qu’un souverain lointain et sans réelle autorité.

Maïeul et Guillaume

  • 19 D. IOGNA-PRAT, op. cit.

27La place dans l’histoire de la Provence de ces deux personnages mérite qu’on s’y arrête. La personnalité de Maïeul, son milieu familial ont été présentés par Dominique Iogna-Prat19. Les deux personnages se connaissent. Maïeul est un Provençal. Son père Fouquier qui vivait à Avignon, possédait de vastes domaines entre Apt et Fréjus. Lui-même serait né à Valensole. Au moment de sa mort, en 993, Guillaume se trouve à Avignon. Il fait venir Maïeul espérant de lui une guérison et s’établit dans une île au milieu du Rhône. L’arrivée du saint provoque un afflux de fidèles, si bien qu’un navire surchargé s’enfonce dans les eaux, mais ses passagers furent sauvés par l’intervention de Maïeul. C’est ainsi que Syrus présente les choses. Selon Odilon, Guillaume prend l’habit monastique à l’incitation de Maïeul et selon lui Guillaume a été l’instrument de Dieu dans l’expulsion des Sarrasins. Il importe que les Clunisiens soutiennent la restauration de l’autorité comtale en Provence tandis que le comte soutient la constitution du réseau clunisien dans la région. « Odilon et ses frères élaborent en l’honneur de Maïeul les premiers grands travaux clunisiens en matière d’hagiographie abbatiale » (Iogna-Prat) et Maïeul saint provençal est le véritable héros de toute cette histoire. Raoul Glaber écrit :

Cet événement, qui eut alors un immense retentissement, engage les nobles provençaux à se lever en masse, sous l’autorité du comte de Provence Guillaume et de son frère Roubaud, pour chasser définitivement les Sarrasins de Provence et des Alpes, opération qui s’effectue avec succès dans les années 972-975, qui permit au pays de trouver son équilibre et que la tradition porta finalement à l’actif de Maïeul.

28Ces derniers mots sont révélateurs : le rôle essentiel revient à Maïeul.

  • 20 N. COULET, « Saint Maïeul, les Sarrasins et la Provence. De l’hagiographie clunisienne à l’histori (...)

29Or, Noël Coulet l’a montré, Maïeul a été longtemps oublié dans l’historiographie provençale20. Les premiers historiens de la Provence (César de Notre-Dame, Jean de Gallaud-Chasteuil, Peiresc) l’ignorent ou n’établissent aucun lien entre lui et la prise du Freinet. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Antoine Ruffi dans son Histoire des comtes de Provence et Honoré Bouche dans la Chorographie et histoire de Provence « connaissent la vie de Maïeul par Odilon, mais ils n’en retiennent que ce qui contribue à exalter la figure du comte Guillaume ». À partir de la fin du XVIIe siècle, les érudits provençaux prennent connaissance de nouvelles sources relatives à la vie de Maïeul. Dans son « Histoire de la Provence » publiée en 1771, Jean-Pierre Papon cite les vies de Syrus et d’Odilon ; mais il n’en retient que ce qui permet d’illustrer l’action de Guillaume. Il ne cite pas la capture du saint dans les Alpes et ne lui attribue aucun rôle dans l’expulsion des Sarrasins du Freinet. Chez Papon comme dans l’ensemble de l’historiographie provençale, Maïeul demeure à l’ombre de Guillaume. Il fait l’éloge du comte :

  • 21 Abbé PAPON, Histoire générale de la Provence, 4 tomes, Paris, 1777, 1778, 1784, t. 2, p. 175.

La défaite des Sarrasins, en le rendant redoutable à ses ennemis, le fait adorer de ses peuples ; et l’attention qu’il eut de rendre la justice, jointe à son amour de la religion, acheva de lui gagner les cœurs. On lui déféra le titre de “Père de la patrie” et l’on se fit un devoir d’obéir à celui que l’on regardait comme son libérateur. Voilà sur quel fondement il établit sa puissance ; il ne fit que l’accroître à l’ombre du respect qu’il témoigne pour le trône. Conrad, ami de la paix et tranquille sur ses droits, se reposait entièrement sur lui du soin de gouverner le comté d’Arles21.

  • 22 Lorsque l’on parle de Maïeul, il est impossible de ne pas évoquer Saint Bobon qui a été étudié dan (...)

30Il y a certes de l’injustice dans le sort réservé à Maïeul par les historiens de la Provence, mais ils ont su reconnaître la nature et l’importance des événements de 972. À cette date, grâce à Guillaume, la Provence devient une principauté indépendante et possède une dynastie qui va la gouverner jusqu’au XIIe siècle22.

11 décembre 1481

  • 23 La Provence n’est pas la première dans ce cas. En 1343-1344, Philippe VI a acheté le Dauphiné à Hu (...)

31Le dernier comte de Provence, Charles III, meurt le 11 décembre 1481. Le roi de France Louis XI hérite de la Provence qui est unie au royaume de France. Il s’agit d’un événement important pour la Provence et les Provençaux, mais important aussi pour la géographie politique de l’Europe : la Provence, située sur la rive gauche du Rhône, est une terre d’Empire et elle est rattachée au Royaume23.

Une affaire dynastique

32À la tête du comté de Provence depuis la mort de la reine Jeanne en 1382 se trouve une branche des Valois. À Louis Ier, frère du roi de France Charles V, ont succédé Louis II, Louis III, puis de 1434 à 1480 René, le célèbre « roi René ».

  • 24 Histoire de la Provence, op. cit., note 3, p. 305.
  • 25 Les Bouches du Rhône. Encyclopédie départementale Ière partie des origines à 1789. T. II : Antiqui (...)

33Au cours des dix dernières années de son règne, René renonce à ses projets ambitieux en Italie du Sud et en Catalogne. Il réside en Provence et se préoccupe de régler sa succession. En effet les deuils s’accumulent. Meurent son fils Jean, duc de Calabre, son petit-fils Nicolas, son frère Charles. Il n’a plus d’héritier mâle en ligne directe. Le choix est entre le fils de sa fille Yolande, René II, duc de Lorraine et son neveu, Charles du Maine. Dans son testament de juillet 1474, il écarte, malgré l’usage successoral du comté, son petit-fils René et désigne son neveu Charles du Maine. La personnalité de ce dernier divise les historiens. Edouard Baratier parle de « son neveu Charles du Maine un valétudinaire sans enfant, tout disposé à laisser son héritage à Louis XI »24. Victor Louis Bourrilly et Raoul Busquet écrivent : « la désignation de ce valétudinaire sans enfant offrait plus qu’une chance à Louis XI »25. Noël Coulet est d’un avis différent :

  • 26 M. AGULHON et N. COULET, Histoire de la Provence, Paris, 1987, p. 48.

Une tradition répétée depuis trois siècles voit dans ces dispositions l’effet d’habiles manœuvres de Louis XI, sûr de succéder bientôt à ce prince “valétudinaire”. Rien n’est moins certain : l’état de santé à cette date n’inspire aucune inquiétude26.

34On n’a pas de renseignement sur l’état de santé de Charles III ; en revanche il est sans enfant et sa femme meurt en janvier 1481 sans lui en avoir donné.

35Il est certain que le roi de France est intéressé par cet héritage. Sa mère Marie est une sœur du roi René. Il était son neveu au même titre que Charles du Maine. Le testament de René ne l’a pas satisfait. Il ne veut pas laisser passer l’occasion sans intervenir. Il multiplie les manœuvres d’intimidation et les pressions.

  • Le roi René a légué à Charles l’Anjou et la Provence. Louis XI est furieux de voir l’Anjou où il travaillait à s’implanter et qui constituait une position essentielle face à la Bretagne lui échapper. Il fait saisir les duchés d’Anjou et de Bar.
  • Le 7 mars 1476, il se fait céder par Marguerite d’Anjou, fille du roi René et veuve du roi d’Angleterre, Henri VI, tout ce qu’elle pouvait revendiquer sur les biens de son père et de sa mère.
  • Le roi René est mécontent et il va aggraver son cas par sa maladresse. Lors d’un conflit entre Louis XI et Charles le Téméraire, il entre en contact avec le duc de Bourgogne. La réplique de Louis XI est immédiate. Il fait déclarer René « chargé de trop grands crimes de lèse majesté contre le roi et la chose publique du royaume », mais eu égard à son grand âge et à sa parenté avec lui, il fait décider de ne pas procéder à la prise de corps. Il se contente du bannissement et de la confiscation de ses biens. Une fois Charles le Téméraire battu à Granson le 2 mars 1476, il envoie une ambassade à Pertuis pour lui faire prêter serment sur la croix de Saint Laud, fatale aux parjures, de n’avoir à l’avenir aucun lien avec le duc de Bourgogne et de ne pas mettre les places du comté de Provence à la disposition de quiconque pourrait nuire au roi de France. Puis il l’invite à le rejoindre à Lyon (il serait plus juste de dire « il le convoque ») et là il multiplie les fêtes en son honneur. Il lui promet une pension de 50 000 livres. Le roi René n’est pas de taille à résister à Louis XI.

36Stendhal l’a jugé sévèrement mais avec lucidité :

  • 27 STENDHAL, Mémoires d’un touriste, 2 vol. , Paris, 1981, t. 2, p. 248.

Le roi René était un bon homme sans caractère ni talent. Pour avoir le plaisir de faire des motets et de médiocres tableaux, il se laissa souffler tous ses états par le rusé Louis XI : la Provence lui doit d’avoir perdu sa nationalité27.

  • 28 N. COULET, « La reine Jeanne et le roi René », dans Histoire et mythe de Provence. Annales du Cent (...)

37On peut alors se demander l’origine de la légende qui s’est emparée du personnage et qui présente de lui une image favorable. Pour l’expliquer Noël Coulet écrit : « la transfiguration mythique de René exprimerait le regret de l’indépendance du comté »28. Il s’agirait d’un mythe de résistance par rapport à l’annexion du comté. La réalité est toute autre : cette annexion René l’a préparée.

Union ou annexion

38Jusqu’alors l’affaire s’est passée entre princes, entre membres de la famille des Valois. On peut se demander si les Provençaux ont eu leur mot à dire, s’ils ont ou non manifesté une opposition. Les choses se sont passées en deux temps : après la mort de René et puis après la mort de Charles III.

  • 29 Histoire de l’Occitanie sous la direction d’A. Armengaud et R. Laffont, Paris, 1979.
  • 30 Cf. Les Bouches du Rhône. Encyclopédie… op. cit..

39À la mort du roi René, le 10 juillet 1480, il y a dans la haute noblesse des partisans du roi de France (Palamède de Forbin) et des partisans du duc de Lorraine René II (les Agout, les Pontevès). René II forme une armée, rencontre des complicités dans le Comtat. Ses partisans s’emparent d’Apt, Saignon, Forcalquier, Manosque. Mais les Lorrains manquent d’argent, ne réussissent pas à franchir la Durance. Louis XI envoie 18 000 hommes qui, le 23 juillet 1481, après vingt jours de siège, s’emparent de Forcalquier. C’est la fin de la « guerre lorraine », elle a duré quatre mois. Cela n’empêche pas les auteurs d’une Histoire de l’Occitanie parue en 1979 d’écrire : « Charles III fraîchement installé sur le trône comtal, se trouve confronté à la rébellion de la plus grande partie du pays. Il ne s’en tire que grâce au concours du roi de France »29. Bourrilly dit plus justement : « Charles III fut bien accueilli à son avènement »30. Dès son avènement il se rend dans les principales communautés provençales : Marseille, Arles, Brignoles, Tarascon. Le 8 novembre 1480, les États sont réunis à Aix. Charles renouvelle les privilèges du comté, accorde la création de procureurs du pays, abroge l’impôt illégal sur les blés et les laines de 1458. À ceux qui affirment que Charles III n’a pu se maintenir que grâce à l’appui des Français, il est facile de répliquer que la seule résistance provençale sur le plan militaire a été le fait de bandes de mercenaires à la solde du duc de Lorraine.

40À la mort de Charles III, le 11 décembre 1481, il n’y a aucune opposition. Chaque cité provençale reconnaît le nouveau souverain se contentant de demander le renouvellement des franchises. Charles III a légué la Provence sous condition du maintien de ses privilèges et du respect de son individualité politique. Louis XI nomme comme lieutenant du roi Palamède de Forbin et le charge de jurer en son nom les privilèges de la Provence. Il arrive en Provence à la Noël 1481 armé de tous les pouvoirs. Le 15 janvier 1482, les Etats se réunissent. Palamède de Forbin se présente avec un cahier de 53 articles qui est adopté par acclamation. Le roi de France est proclamé comte de Provence. Il accorde le maintien des franchises provençales, le jugement de toutes les affaires civiles et criminelles en Provence et la résidence obligatoire des officiers et magistrats. Tout cela était très populaire dans le pays. On a parfois appelé ce texte « constitution provençale ». Elle assurait la complète autonomie de la Provence sous l’autorité d’un lieutenant général. Palamède de Forbin qui avait travaillé pour Louis XI avait aussi travaillé pour lui-même. « Il avait fait le roi comte, mais il se faisait roi lui-même ». Véritable maître de la Provence, il se livre à de tels abus qu’il est révoqué par Charles VIII en 1483.

  • 31 La plupart des textes concernant ces événements ont été publiés dans : Abbé G. Arnaud d’Agnel, Pol (...)

41C’est sous le gouvernement des Beaujeu que se fixe le statut de la Provence. Une déclaration royale d’octobre 1486 ratifiée par les États en avril 1487 dit des Provençaux : « les avons adjoints et unys, adjoignons et unissons à nous et à notre couronne sans que à icelle couronne ne au royaume, ils soient pour ce auculnement subalternez »31. Ce texte a suscité l’intérêt des historiens et des juristes. Certains ont voulu dater de 1486 l’union de la Provence à la France. Il est un contrat synallagmatique. Les deux parties ont chacune des obligations : les habitants du comté doivent obéir à leur nouveau souverain le roi de France ; le roi promet de respecter la personnalité de la Provence.

42Dans les faits le respect de l’autonomie provençale ne dure guère. En 1501 est créé le Parlement d’Aix et le roi appelle à sa tête des étrangers ce qui est contraire au privilège du pays. En 1535, l’édit de Joinville aligne les institutions de la Provence sur celles du royaume de France. En 1539, l’ordonnance de Villers-Cotterets prescrit l’obligation du français à la place du latin dans les actes officiels. Son résultat fut d’éliminer le Provençal au moment où il progressait comme langue écrite. C’est le début de sa longue décadence. Au milieu du XVIe siècle, la Provence est bien française.

43On peut s’interroger sur ce terme d’union. Comme le Languedoc la Provence a succombé à l’expansion française. Mais cela s’est produit beaucoup plus tard. Le rattachement n’a pas suivi une guerre comme la Croisade des Albigeois. Il n’y a eu ni conquête ni révolte populaire. Il ne faut pas pour autant adopter le point de vue optimiste de Frédéric Mistral et du Félibrige. Le grand poète de Maillane et ses amis n’ont célébré ni 1481 ni 1486, mais pour des raisons obscures ils ont fêté ce souvenir de l’union en 1884. Dans son discours de la Sainte Estelle de Sceaux le 25 mai 1884, Mistral s’écrie :

  • 32 Discours e dicho de Frédéric Mistral, Avignon, 1906, p. 51.

Dounc i’a quatre cents an, lis Esta Generau de la vieio Prouvènço digueron a la Franço : lou païs de Prouvènço, emé sa mar d’azur, emé sis Aup e si planuro, volountous e counsènt, à tu s’unis, o Franço ! noun come un acessori que vai au principau, mais coume un principau à noun autre principau : valènt-à-dire, que gardaren nosti franqueso, nosti coustumo e nosto lengo32.

44Dans l’« Armana Provençau » de 1885, l’académicien Legouvé s’exprime ainsi :

  • 33 R. JOUVEAU, Histoire du Félibrige (1870-1914), Nîmes, 1970.

il y a quelques jours on a célébré à Sceaux le quatrième centenaire de la réunion de la Provence à la France. Ce grand événement national s’est accompli, il y a quatre siècles, dans des circonstances particulièrement émouvantes. Nos autres provinces, la Bretagne, la Normandie, la Bourgogne, la Lorraine, l’Alsace ont été conquises ou acquises à prix d’argent, ou cédées par traités, obtenues par mariage. Seule, la Provence est venue à nous librement de son plein choix ! Il y a quatre siècles après l’extinction de ses dynasties royales, elle s’est offerte à la France, spontanément, par amour ; elle a contracté avec la France un mariage d’inclination33.

45L’un et l’autre prennent beaucoup de liberté avec l’histoire. La Provence n’a pas été conquise par les armes ; mais elle ne s’est pas non plus donnée spontanément. Elle a été cédée par testament. La faiblesse de ses deux derniers souverains, les intrigues et les pressions de Louis XI, le rôle d’un petit groupe de Provençaux sont à l’origine de ce rattachement. Il n’y a eu ni opposition ni consentement enthousiaste de la population. Mais rapidement un grand nombre de Provençaux, les Toulonnais et les Marseillais en premier lieu, ont compris l’intérêt qu’il y avait à se trouver sur la façade maritime d’un puissant royaume, à faire partie d’une grande nation.

46Plus tard d’autres fractions des terres provençales viendront rejoindre l’ancien comté au sein du royaume de France : en 1713, la vallée de l’Ubaye ; en 1731 la principauté d’Orange ; en 1791, Avignon et le Comtat ; en 1860, le comté de Nice. En 1481, toute la Provence n’est pas française.

47La facilité avec laquelle l’union s’est réalisée en 1481 s’explique par les rapports de la Provence et de la France au cours des siècles précédents. Avant 1481, Provençaux et Français n’étaient pas totalement étrangers.

France et Provence : le poids politique du royaume de France

48Depuis la deuxième moitié du XIIIe siècle, le royaume de France est pour la Provence un voisin puissant et redoutable.

49À plusieurs reprises au bas Moyen Âge le danger vient de la France : bandes de routiers libérés par les périodes d’arrêt du conflit franco-anglais, en 1357-1358 les hommes d’Arnaud de Cervole et les Gascons venus les chasser, en 1361 les routiers arrivant d’Espagne où ils ont combattu pour le compte d’Henri de Trastamare, groupes de routiers descendant la vallée du Rhône (en 1365, 1374-1375, 1418-1419, 1430…), bandes de Tuchins venus du Languedoc en 1382-1384 qui font régner la terreur dans la Provence occidentale, tenant Lançon et Roquemartine, s’emparant d’Arles pendant quelques heures le 24 juillet 1384.

50Les princes français sont parfois menaçants. En 1367-1368, Louis d’Anjou, frère de Charles V et lieutenant du roi en Languedoc, a des visées sur la Provence. En octobre 1367, il s’installe à Beaucaire et rassemble des hommes d’armes dont il confie le commandement à Bertrand du Guesclin. Celui-ci met le siège devant Arles qui résiste victorieusement, puis devant Tarascon dont il s’empare. La menace est à nouveau très grave au temps de la guerre de l’Union d’Aix. Le roi de France profite de la situation pour intervenir, théoriquement pour aider Marie de Blois et Louis II. Malgré l’appui du pape, la reine a le plus grand mal à faire restituer les places occupées par le sénéchal de Beaucaire, Enguerran d’Eudin, agissant au nom du jeune Charles VI. Plusieurs lettres de marchands italiens d’Avignon ne laissent aucun doute à ce sujet. Dans une lettre adressée à Florence le 6 avril 1384, Matteo di Lorenzo écrit : « Il semble en effet que le roi de France a décidé d’avoir la Provence toute entière ». Le même dans une lettre envoyée à Pise le 13 avril :

  • 34 R. BRUN, « Annales avignonnaises de 1382 à 1410 », dans Mémoires de l’Institut Historique de Prove (...)

Le duc de Berry, accompagné de nombreux seigneurs, est arrivé de Paris il y a deux jours et il y a beaucoup d’hommes d’armes dans tout le pays. D’après ce qu’on dit et ce qui se voit, ces Provençaux se décideraient à se donner au roi de France sous certaines conditions et c’est pour cette raison que le duc serait venu ici. Les choses seraient, paraît-il, très avancées34.

51Bien avant 1481 et Louis XI, les rois de France ont été tentés d’annexer la Provence au royaume.

  • 35 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 405 E 245 f° 1.

52Ils ont d’ailleurs tendance à considérer la Provence comme leur propre terre. On comprend que Saint Louis dépourvu de port se soit embarqué à Marseille pour la Croisade, mais il est remarquable que Philippe VI ait voulu rassembler une flotte à Marseille en 1334 malgré l’existence d’Aigues-Mortes. Lorsque Jacques Cœur s’enfuit de Beaucaire en Provence, un conseiller du roi de France vient en personne à Arles se plaindre auprès du viguier et des syndics des complicités dont il a bénéficié et les menace de représailles35. Lorsque après la condamnation de Jacques Cœur, le procureur général Jean Dauvet parcourt le royaume pour récupérer les biens du Grand Argentier, son représentant Otto Castellani veut faire comparaître son ami et collaborateur Jean de Village qui réside à Marseille. Le roi René faisant pour une fois preuve de fermeté, de dignité et d’indépendance réplique :

  • 36 M. MOLLAT, Les affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet, 2 vol. , Paris, 1952-1953, p (...)

Son païs de Provence n’estoit point subgect du Roy ne du royaume…, et disoit qu’il savoit bien que le Roy ne vouldroit asservir ne rendre subject ledit païs de Prouvence au royaume et que par ainsi n’estoit tenu de rendre ni baillier au Roy ne à ses gens ledit Village ne autre estant en son païs de Prouvence36.

  • 37 « Die Chronik des Garoscus Veteri und Bertrand Boysset, 1365-1415 », dans Archiv für Literatur und (...)

53La forme la plus sensible de la présence française est le gouvernement du comté par deux dynasties françaises : les deux maisons d’Anjou. De 1246 à 1382, la première maison d’Anjou, Charles Ier, frère de saint Louis, puis ses descendants : Charles II, Robert, Jeanne. De 1382 à 1481, la deuxième maison d’Anjou, le frère de Charles V, Louis Ier et successeurs : Louis II, Louis III, René, Charles III. Ces princes sont comtes de Provence, mais aussi comtes, puis duc d’Anjou et enfin rois de Naples. Tous sont des princes étrangers au pays. Ils sont le plus souvent absents séjournant en Anjou ou en Italie du sud. La célèbre reine Jeanne en 39 années de règne, n’a passé que quelques mois en Provence. Le roi René ne s’y est installé que dans les dernières années de sa vie lorsqu’il a perdu tout espoir de reconquérir ses possessions italiennes et quand Louis XI lui rend impossible le séjour en Anjou. Même Louis II qui a résidé plus que les autres dans le comté, partage son temps entre ses terres angevines et ses terres provençales. Le chroniqueur arlésien Bertrand Boysset se plaît à rapporter les départs du comte pour la France, puis ses retours en Provence37. Ces princes par leur langue, leur culture, leur goût, leur genre de vie sont des Français. Ils ont contribué à franciser la Provence.

France et Provence : une influence française dans tous les domaines

54Tous les domaines de la vie provençale sont touchés par cette influence depuis les aspects les plus matériels de la vie jusqu’aux formes les plus élevées de la vie intellectuelle.

  • 38 E. BARATIER et F. REYNAUD, Histoire du commerce de Marseille, t. 2 : de 1281 à 1480, Paris, 1951.

55Les relations économiques sont étroites entre la Provence et la partie méridionale du royaume, le Languedoc. Aux XIVe et XVe siècles, les Provençaux fréquentent les foires de Pezenas et de Montagnac et y achètent des draps. Les Languedociens de leur côté viennent se fournir en laine à Arles. Les relations sont étroites entre le Languedoc et Marseille38. Des hommes d’affaires de Narbonne et de Montpellier expédient des marchandises sur des navires marseillais. Leurs confrères d’Avignon ou d’Arles utilisent Aigues-Mortes : le registre des entrées et sorties de ce port pour l’année 1358 révèle la place éminente tenue par les navires marseillais. En cas de disette les Provençaux font appel au grain languedocien et les Languedociens essaient d’importer des blés provençaux. Les éleveurs arlésiens envoient régulièrement une partie de leurs troupeaux sur le Mont Lozère. Le conseil d’Arles autorise souvent du bétail d’outre-Rhône à pâturer sur le territoire communal.

56Les relations économiques se doublent de relations humaines. Provençaux et Languedociens chacun de leur côté vont s’installer de l’autre côté du fleuve. Mais ces relations ont beaucoup plus d’ampleur. Le grand flot des migrants venus du nord vers les terres méditerranéennes qu’Emmanuel Le Roy Ladurie a observé à l’époque moderne, est considérable en direction d’Avignon au XIVe siècle, vers l’ensemble des villes rhodaniennes et de la Provence occidentale au XVe siècle. Des brassiers arrivent du Velay et de l’Auvergne, des bouchers de Bourgogne et du centre de la France, des maçons du diocèse de Lyon, des boulangers du centre et du nord du royaume, des artisans du textile (cardeurs, tisserands, tondeurs de draps, teinturiers, foulons) des mêmes régions. Dans la Provence des XIVe et XVe siècles le monde des gens de métier est pour une très large part constitué d’immigrés venus du royaume voisin. Des prêtres arrivent de Bretagne, d’Auvergne, de Champagne. Les princes angevins amènent avec eux des officiers qui sont des Français ; certains s’installent en Provence et y font souche.

  • 39 F. LEBRUN, Essai historique sur la ville de Brignoles, Marseille, 1897.
  • 40 Bibliothèque municipale d’Arles, manuscrit 225, f° 50.

57Les habitants de la Provence savent ce qui se passe en France. Bertrand Boysset raconte le soulèvement de Montpellier en 1379, l’arrivée d’hommes d’armes anglais sur le continent, la rivalité des ducs d’Orléans et de Bourgogne, l’assassinat du premier… Les lettres des marchands italiens d’Avignon montrent qu’ils sont au courant de la révolte des Tuchins en 1382, de la nomination du duc de Berry en Languedoc, de l’évolution des rapports franco-anglais, des événements flamands, de la folie de Charles VI. À Brignoles, on s’intéresse à Jeanne d’Arc39. À Arles, deux Arlésiens font un curieux pari : un marchand, le caussatier Paul Veyrier prétend que Jeanne n’a pas été brûlée, un noble Jean Romieu qu’elle l’a été. Le premier parie un certain nombre de paires de chausses, le second son meilleur cheval40. À Arles, des processions sont organisées pour célébrer les événements heureux du royaume de France.

  • 41 J. BILLIOUD, « Le roi des merciers du comté de Provence aux XIVe et XVe siècles », dans Bulletin p (...)

58La Provence vit à l’heure française. Elle suit les modes françaises pour l’habillement. Dans les boutiques d’Aix, d’Avignon, de Marseille, on vend des tissus français : draps de luxe du nord pour les riches, draps grossiers du Languedoc pour les classes populaires. Les merciers, ces marchands ambulants qui jouent un rôle si important dans l’approvisionnement des campagnes et des bourgades, vont faire leurs achats en France et vont ensuite vendre dans les localités les plus reculées de la Provence des « bourses de soie dorée de Paris », des « ceintures de Paris garnies de laiton », des « ceintures de laine avec garniture de Montpellier », des « ceintures de Rouen ». Ces marchandises se trouvent dans les balles de deux merciers arrêtés à Aix en 134641.

  • 42 L. STOUFF, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVeet XVesiècles, Paris, 1970.

59Elle les suit dans le domaine alimentaire. Le roi René, en bon Français qu’il est, fait venir un Angevin à Gardanne pour fabriquer son beurre et fait planter dans son domaine des noyers, car il n’aime pas l’huile d’olive. En 1471, un chanoine arlésien possède dans sa bibliothèque un exemplaire du « Viandier » de Tirel dit Taillevent. Chez l’archevêque d’Arles, on mange du riz au lait d’amandes comme deux siècles plus tôt dans l’entourage de Saint Louis et comme dans les grandes familles de l’aristocratie française. Les paysans, les artisans, les gens simples mangent des fèves, des pois, des lentilles, des bouillons dans lesquels ils trempent leur abondante ration de pain, des soupes au choux, de la viande de porc salé. Toutes les sources de l’époque ne révèlent pas l’existence d’une cuisine provençale originale. Les Provençaux se distinguent très peu des Français et l’influence française est encore accrue par le fait que les boulangers, les pâtissiers, les bouchers sont souvent des regnicoles. Sur la table des riches, des nobles, des dignitaires ecclésiastiques on dispose des nappes, on utilise des serviettes de France, de Bourgogne, de Paris42.

60La vie intellectuelle, littéraire et artistique est elle aussi influencée par la France. Pour la peinture des prix-faits sont passés avec des peintres du royaume. Pour fabriquer des reliquaires on a recours aux argentiers de Montpellier.

  • 43 A. COVILLE, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1911.
  • 44 A. BRUN, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, (...)
  • 45 Bibliothèque municipale d’Avignon, manuscrit 2.662, f° 8-20.
  • 46 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 22 M 23.
  • 47 Bibliothèque nationale. Nouvelles acquisitions latines 1369, p. 296.
  • 48 Archives communales de Tarascon, BB10.

61La littérature provençale est en pleine décadence. Le temps des troubadours est depuis longtemps passé. Les écrivains de ce temps sont soit des Français (Jean Le Fèvre, Pierre de Beauveau, Antoine de la Sale), soit un Provençal écrivant en français (Honoré Bonnet). Bertrand Boysset cet Arlésien qui rédige sa chronique en Provençal est une exception. Le roi René rédige en français ses ouvrages en prose ou en vers (Le livre du cœur d’amour épris). Dans les bibliothèques des nobles se trouvent des romans de chevalerie en français43. Les nobles, les juristes, les grands officiers commencent à parler français, ils lisent des livres en français, imitent les Français. On peut reprendre à ce propos la thèse classique et largement vraie de la trahison des élites. Mais ils ne sont pas les seuls à se comporter ainsi. En Provence occidentale, selon Auguste Brun, la fascination pour le français a commencé tôt44. Il est significatif que dans le milieu des artisans urbains l’usage du français est attesté. En 1331, les tailleurs d’Avignon se regroupent dans une confrérie dont les statuts sont rédigés en français45. Au milieu du XVe siècle, des contrats passés entre le couvent des prêcheurs d’Arles et des maçons pour la construction de la nouvelle église sont eux aussi en français46. La langue du royaume pénètre l’administration du comté. En 1431, Bertrand de Beauveau, lieutenant du roi en Provence, l’utilise pour écrire au viguier d’Arles une lettre lui demandant d’assurer la protection des juifs de la ville menacés47. Le français est aussi parfois utilisé par des prédicateurs venus du nord. On voit, à la fin du XVe siècle, les paroissiens de Sainte-Marthe à Tarascon venir se plaindre auprès du conseil de ville du curé qui prêche dans une langue qui leur est incompréhensible48. À Arles, le latin est utilisé dans les procès-verbaux des délibérations communales jusqu’en 1480. Il est remplacé par le provençal jusqu’en 1503 où à son tour il cède la place au français. On saisit à travers cet exemple la malchance du provençal. Au moment où la langue vulgaire de la région supplante le latin, les progrès du français lui portent un coup redoutable et cela est bien antérieur à l’ordonnance de Villers-Cotterets.

62Tout montre que la francisation de la Provence a commencé depuis longtemps. Ce qui se passe en 1481 et les années suivantes n’est pas réellement une surprise. Les Provençaux de l’époque pouvaient s’y attendre et l’ont accepté. On peut seulement se demander quelle était la situation du comté dans les années 1470-1490 et si elle a pu avoir une influence sur son rattachement à la France.

La Provence au temps de l’annexion

63On a souvent parlé de la prospérité provençale au temps du roi René. Il y a eu à partir des années 1430-1440 une reprise économique avec le retour progressif à la sécurité. L’installation de Jean de Village à Marseille, le choix de ce port comme point d’attache pour ses galées sont le signe du renouveau du commerce maritime marseillais ruiné depuis 1423. L’élevage des ovins, la transhumance sont en plein essor. Grâce à l’immigration se produit un redémarrage démographique. La guerre avec les Catalans cesse en 1470.

64Il faut toutefois se garder de présenter du pays une image idyllique. La Provence sort de la grande crise du bas Moyen Âge : la guerre, la peste, la disette. En 1471, sa population s’élève à 30 000 feux contre 70 000 au début du XIVe siècle. La reprise est compromise par les disettes et les épidémies de peste qui frappent à coups redoublés. Les années 1473-1474 et 1482-1484 sont des années terribles.

65Le registre des délibérations communales d’Arles donne idée de cette atmosphère. Il montre comment les événements concernant le rattachement du comté à la France sont mêlés aux disettes, aux pestes et aux menaces contre les juifs.

  • 13 décembre 1481 : le conseil apprend la mort de Charles III et décide d’envoyer des ambassadeurs aux funérailles.
  • 16 décembre 1481 : le conseil demande au sénéchal d’assurer la protection des juifs de la ville.
  • 21 décembre 1481 : on décide de faire un inventaire des blés existant dans la ville.
  • 23 décembre 1481 : on apprend la convocation des États.
  • 2 janvier 1482 : des délégués sont désignés pour prêter serment de fidélité et hommage à Louis XI.
  • 6 janvier 1482 : les Arlésiens reçoivent une lettre annonçant la visite de Palamède de Forbin.
  • 13 janvier 1482 : on établit la liste des privilèges à présenter au roi. On fait une nouvelle visite domiciliaire à la recherche des blés.
  • 16 janvier 1482 : des gardes sont installés aux portes de la ville pour empêcher les gens venant des régions touchées par la peste d’entrer. Plusieurs personnes sont déjà mortes à Arles.
  • 28 janvier 1482 : Palamède de Forbin prête serment de respecter les privilèges de la ville.
  • 14 avril 1482 : une ambassade est envoyée en France pour obtenir confirmation écrite de ces privilèges.
  • 29 octobre 1482 : Marseille menacée par la disette demande des blés. On craint que l’épidémie qui sévit à Avignon n’atteigne Arles. On installe des gardes aux portes.
  • 19 janvier 1483 : Arles reçoit une lettre du roi annonçant la paix avec la Bourgogne et le projet de mariage du Dauphin avec Marguerite d’Autriche et ordonnant feux de joie, procession et messe d’action de grâces. Par amitié pour Marseille on laisse sortir 3 000 setiers de blé.
  • 25 janvier 1483 : le sénéchal Jean de Baudricourt est accueilli, il jure le respect des privilèges de la ville.
  • 10 septembre 1483 : on apprend la mort de Louis XI.
  • 14 septembre 1483 : on établit un grenier municipal pour ravitailler ceux qui n’ont pas de grain et on fait une visite des blés.
  • 30 septembre 1483 : une ambassade est envoyée en France pour prêter hommage à Charles VIII.
  • 5 octobre 1483 : un service religieux est célébré à la mémoire de Louis XI.
  • 18 février 1484 : nouvelle visite des blés.
  • 7 juin 1484 : une émeute détruit la juiverie d’Arles. Des juifs sont tués, d’autres s’enfuient, d’autres se convertissent au christianisme.

66L’exemple arlésien est représentatif de la Provence entière. En un peu plus de trois ans le pays a connu quatre souverains : René, Charles III, Louis XI, Charles VIII. Il les accepte. Les Provençaux sont plus soucieux de défendre des privilèges que de résister pour défendre une indépendance. Les événements tragiques des années 80 du XVe siècle ont été favorables à leur résignation. D’autres problèmes graves retiennent leur attention. Le souci du pain quotidien menacé, le désir de se préserver de la peste, les émeutes anti-juives sont pour eux plus importants que le passage d’un souverain à un autre. Au milieu des disettes, des épidémies, des violences, peut-être ne se sont-ils pas rendus compte de la portée du changement intervenu. En décembre 1481 et dans les années qui suivent s’est joué le sort de la Provence. Elle est intégrée dans un état de plus en plus centralisé du XVIe au XXe siècle. Mais ils ont d’autant plus d’excuses que ce royaume de France est un voisin depuis longtemps familier.

67Le Moyen Âge a été le temps des principautés (Anjou, Bretagne, Marche, Flandre, Bourgogne…). La Provence a été l’une d’elles. Les deux dates choisies pour cet exposé correspondent l’une à sa naissance : 972 ; l’autre à sa disparition : 1481.

Notes

1 F. MISTRAL, Le Poème du Rhône, texte provençal et trad. française, Éditions du Centenaire, 1981.
Mai tu, comte Bousoun, à la barbeto
Di poutentat de Franço et d’Alemagno,
T’encavalant d’un bound i flanc dou Rose :
“Moun chivau, arri i arri !” perli serre,
Au crid de : vivo Provenço ! t’anbouris
Li gènt dius lou mesclun : – vaqui, se disou,
un home ! – E li baroun e lis evesque
T’an aclama rei d’Arle dius Mantaio.

2 F.-X. EMMANUELLI, Histoire de la Provence, Paris, 1980, p. 50.

3 Histoire de la Provence, sous la direction d’E. Baratier, Toulouse, 1969, p. 105-106.

4 J.-P. POLY, La Provence et la société féodale. 879-1166, Paris, 1976, p. 31 et sq.

5 R. BUSQUET, Histoire de la Provence des origines à la Révolution française, Monaco, 1954, p. 131.

6 Liutprand de Crémone, Antapodosis, (éd.) J. Becker, MGH SS, 55, Berlin, 1915.

7 J.-P. POLY, op. cit., p. 13-29.

8 Flodoard, Annales, (éd.) Ph. Lauer, Paris 1966 et Historia ecclesie Remensis, MGH SS, 55, t. XIII.

9 Vie de Maïeul par Syrus, Acta Sanctorum, mai II vita Maioli II, p. 677E-679F ; Vie de Maïeul par Odilon, Mai II Vita Maioli, Acta Sanctorum, Mai II, p. 688B ; R. Glaber, Historiae I, 4, 9, dans (éd.) J. France, Rodulfi Glaberi, Oxford, 1989, p. 15-22. Chronicon Novaliciense ex recensione Bethmanni, MGH SS, Hanovre, 1846, I.7.21.

10 Cartulaire de Saint-Victor, t. 1, n° 77, p. 104-106 ; Gallia Christiana Novissima. Province d’Aix, Instrumenta, col. 535-536.

11 D. IOGNA-PRAT, « Saint Maïeul de Cluny le Provençal entre légende et histoire », dans Saint Maïeul, Cluny et la Provence, Alpes de Lumière, 15, 1994, p. 7-14.

12 G. de MANTEYER, La Provence du Ier au XIIe siècle. Étude d’histoire et de géographie politique, Paris, 1908, p. 246-247.

13 P. AMARGIER, « La capture de Saint Maïeul de Cluny et l’expulsion des Sarrasins de Provence », Revue bénédictine 73, 1963, p. 316-323.

14 E. DUPRAT, dans Les Bouches du Rhône. Encyclopédie départementale. Ière partie : Antiquité et Moyen Âge, Paris-Marseille, 1924.

15 Vie de Maïeul de Syrus, op. cit.

16 J.-P. POLY, op. cit., p. 92-93.

17 P. AMARGIER, op. cit.

18 M. BLOCH, La société féodale. la formation des liens de dépendance, Paris, 1939, p. 16.

19 D. IOGNA-PRAT, op. cit.

20 N. COULET, « Saint Maïeul, les Sarrasins et la Provence. De l’hagiographie clunisienne à l’historiographie provençale des XVIe-XIXe siècles », dans San Maiolo e le influenze cluniacensi nell’Italia del nord, Atti del Convegno Internazionale nel Millenario di San Maiolo (994-1994) Pavia-Novara, 23-24 settembre 1994, p. 217-232.

21 Abbé PAPON, Histoire générale de la Provence, 4 tomes, Paris, 1777, 1778, 1784, t. 2, p. 175.

22 Lorsque l’on parle de Maïeul, il est impossible de ne pas évoquer Saint Bobon qui a été étudié dans deux articles par C. CAROZZI, « La vita Boboni, un jalon vers la mentalité de croisade », Publications du Centre européen d’études burgundo médianes n° 11, 1969, p. 30-35 et « La vie de Saint Bobon : un modèle clunisien de sainteté laïque », dans Guerriers et moines. Études réunies par Michel Lauwers, Antibes, 2002, p. 467-491. Né en Provence à Noyers sur Jabron, mort sans doute à Voghera vers 986, Bobon est un voisin et un contemporain de Maïeul. Le mot « Sarrasin » est absent de la Vita, mais Bobon est qualifié de « bouclier des pauvres » face aux incursions des hispanicole. Bobon s’empare du Fraxinetum et libère les chrétiens du joug des païens.

23 La Provence n’est pas la première dans ce cas. En 1343-1344, Philippe VI a acheté le Dauphiné à Humbert II.

24 Histoire de la Provence, op. cit., note 3, p. 305.

25 Les Bouches du Rhône. Encyclopédie départementale Ière partie des origines à 1789. T. II : Antiquité et Moyen Âge, Paris-Marseille, 1924.

26 M. AGULHON et N. COULET, Histoire de la Provence, Paris, 1987, p. 48.

27 STENDHAL, Mémoires d’un touriste, 2 vol. , Paris, 1981, t. 2, p. 248.

28 N. COULET, « La reine Jeanne et le roi René », dans Histoire et mythe de Provence. Annales du Centre de documentation pédagogique de Marseille, Marseille, 1981 et « Les vertus posthumes du bon roi René » dans Le Monde Dimanche du 8 février 1981, p. XVI.

29 Histoire de l’Occitanie sous la direction d’A. Armengaud et R. Laffont, Paris, 1979.

30 Cf. Les Bouches du Rhône. Encyclopédie… op. cit..

31 La plupart des textes concernant ces événements ont été publiés dans : Abbé G. Arnaud d’Agnel, Politique des rois de France en Provence sous Louis XI et Charles VIII, Paris-Marseille, 1914.

32 Discours e dicho de Frédéric Mistral, Avignon, 1906, p. 51.

33 R. JOUVEAU, Histoire du Félibrige (1870-1914), Nîmes, 1970.

34 R. BRUN, « Annales avignonnaises de 1382 à 1410 », dans Mémoires de l’Institut Historique de Provence.

35 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 405 E 245 f° 1.

36 M. MOLLAT, Les affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet, 2 vol. , Paris, 1952-1953, p. 202.

37 « Die Chronik des Garoscus Veteri und Bertrand Boysset, 1365-1415 », dans Archiv für Literatur und Kirchengeschichte des Mittelalters, t. 7, Freiburg-im-Breisgau, 1900.

38 E. BARATIER et F. REYNAUD, Histoire du commerce de Marseille, t. 2 : de 1281 à 1480, Paris, 1951.

39 F. LEBRUN, Essai historique sur la ville de Brignoles, Marseille, 1897.

40 Bibliothèque municipale d’Arles, manuscrit 225, f° 50.

41 J. BILLIOUD, « Le roi des merciers du comté de Provence aux XIVe et XVe siècles », dans Bulletin philologique et historique, 1922-1923, p. 43-73.

42 L. STOUFF, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970.

43 A. COVILLE, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1911.

44 A. BRUN, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, 1923.

45 Bibliothèque municipale d’Avignon, manuscrit 2.662, f° 8-20.

46 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 22 M 23.

47 Bibliothèque nationale. Nouvelles acquisitions latines 1369, p. 296.

48 Archives communales de Tarascon, BB10.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540