Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l'événement au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

L'événement et son écho

La prise de Thessalonique par les Normands en 1185 : le récit de l’événement par un contemporain

Élisabeth Malamut

Texte intégral

  • 1 Voir M. ANGOLD, Church and Society in Byzantium under the Comneni, Cambridge, 1995 (cité infra M. (...)
  • 2 J.-C. CHEYNET, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Byzantina Sorbonensia n° 9, Paris, 1 (...)

1La prise de Thessalonique par les Normands de Sicile le 24 août 1185 est un événement majeur dans l’histoire de l’empire byzantin car il cristallise à lui seul toutes les tensions sociales de la fin du XIIe siècle et la rupture définitive entre les Byzantins et les Occidentaux. Sa relation par le métropolite Eustathe de Thessalonique constitue une source unique et exceptionnelle du fait que l’auteur en a été témoin et qu’il joua un rôle d’intercesseur pour son peuple auprès du chef normand Alduin, que certains ont qualifié de « collaboration »1, si tant est que l’on puisse user de ce terme dont la connotation contemporaine était absolument étrangère aux hommes du Moyen Âge. Notre exposé n’a pas pour objectif de commenter cet épisode violent que constitua la prise de la seconde ville de l’empire qui désormais subit « le temps des désordres »2, mais de tenter d’analyser le récit d’Eustathe et la manière dont il a donné à l’événement sa dimension historique. Après un aperçu de l’auteur et de son auditoire, nous tenterons de définir la démarche d’Eustathe dans l’historiographie de l’époque. Nous analyserons ensuite la structure du récit et comment elle se calque à l’enchaînement des causes qui ont conduit à la chute de la ville dont la narration constitue la chronique proprement dite.

L’auteur et son auditoire

  • 3 P. WIRTH, Untersuchungen zur byzantinischen Retorik des XII. Jahrunderts, Munich, 1960 ; Id., Eust (...)

2Eustathe de Thessalonique3 est l’un des plus grands écrivains byzantins. Il est né vers 1120, sans doute à Constantinople. On ne sait rien de ses parents, si ce n’est qu’Eustathe n’appartenait pas à une noble famille. Il reçut son éducation dans la capitale.

  • 4 V. GRÜMEL et J. DARROUZÈS, Les regestes des actes du Patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. I (...)

3Il commença une carrière à l’échelon le plus bas de l’administration patriarcale : il fut d’abord scribe, puis, ordonné clerc, il devint diacre et sa tâche consistait à enregistrer les décisions judiciaires. Vers 1160, il fut promu gardien du trésor sacré. En 1166 il est maître des rhéteurs. Pour une raison inconnue, aussitôt après 1170, la carrière ecclésiastique d’Eustathe est interrompue. Il perd son poste au patriarcat et n’a plus d’argent. Mais, en 1178, il part à Thessalonique remplir la charge d’archevêque dont l’a investi l’empereur Manuel Ier Comnène4. Thessalonique est la seconde ville de l’empire et comptait à l’époque près de 100 000 habitants.

4Eustathe, âgé alors d’une cinquantaine d’années, était un grand lettré connu. Il avait écrit notamment la plus grande partie de ses volumineux commentaires sur Homère, Pindare et Denys le Périégète. Comme il avait perdu son emploi au patriarcat, il était devenu un professeur renommé. Parmi ses élèves figure Michel Choniatès, frère aîné du chroniqueur Nicétas, qui devint, lui-même, archevêque d’Athènes.

  • 5 La plupart de ces œuvres furent écrites entre 1185 et sa mort vers 1196, cf. P. MAGDALINO, Eustath (...)
  • 6 T. L. F. TAFEL, Eustathii metropolitae Thessalonicensis opuscula, Amsterdam2, 1964 (cité infra EUS (...)
  • 7 A. KAZHDAN, p. 134.

5Homme venu de la capitale, où il a été élevé et où il vécut la plus grande partie de sa vie, il reste attentif à tous les événements qui s’y déroulent et incline à vouloir importer une manière d’agir qu’il considère juste, comme tous les évêques constantinopolitains d’origine qui furent nommés en province. Il continue à enseigner et sa réputation est telle que des parents envoient leurs enfants depuis Constantinople pour suivre ses leçons. Thessalonique, très réputée alors pour sa foire annuelle en l’honneur de saint Démétrius, n’accueillit pas son évêque comme il l’avait espéré. On connaît peu de choses concrètes sur les relations d’Eustathe avec les habitants de Thessalonique, malgré les nombreux discours, homélies et lettres qu’il écrivit pendant son épiscopat5, si ce n’est des allusions nombreuses à la tension qui régnait entre l’archevêque et ses ouailles : « ses ennemis sont épineux comme l’acanthe, aigres comme la saumure et le vinaigre et ils seraient heureux de le voir mort »6. Dans l’un de ses sermons, il se plaint des diffamations à son égard : le peuple affirmait qu’il était sénile et qu’il manquait d’éloquence7. Le fond du problème était le respect qu’auraient dû manifester les fidèles vis-à-vis de son autorité.

  • 8 P. WIRTH, Eustathii Thessalonicensis opera minora magnam partem inedita (CFHB 32), Berlin, 2000 (c (...)
  • 9 P. WIRTH, Eustathii, p. 35*, p. 196, l. 28-33.

6Dès 1179 Eustathe dut gérer une affaire obscure qu’il qualifie de guerre ou de révolte et pour laquelle fut dépêché de Constantinople le grand hétériarque Jean Doukas8. Il s’agirait d’un différent avec un certain Lépendrénos, un agent du fisc ou un magistrat, qui avait commis des injustices envers le peuple de Thessalonique9. En automne 1179, Eustathe revient à Constantinople pour saluer Agnès de France, la fiancée d’Alexis II, le fils de Manuel Ier. Il reste quelques mois dans la capitale pour assister au mariage au mois de mars. Puis il retourne à Thessalonique vraisemblablement avant la mort de Manuel (septembre 1180). En tout cas, il était revenu avant la prise de la ville par l’armée de Guillaume II de Sicile en 1185.

  • 10 EUSTATHE, Opuscula, p. 160, l. 51, 66-71, p. 262, l. 21-25.
  • 11 P. MAGDALINO, Eustathios and Thessalonica, p. 228; P. WIRTH (Eustathii, p. 6*) soutientl’idée qu’E (...)

7Poursuivi par la haine de certains de ses habitants, qu’il qualifie de malveillants et de bêtes sauvages, il dut quitter Thessalonique10, à moins qu’il n’y ait été contraint par les représentants du patriarche ou de l’empereur. Cette « fuite » qualifiée parfois d’« expulsion » se situerait selon Alexander Kazhdan avant 1185, car Eustathe ne mentionne en aucune façon la prise de la ville par les Normands, à laquelle il n’aurait pas manqué de faire allusion si elle avait précédé son départ. Peter Wirth et Paul Magdalino situent pourtant beaucoup plus tard (entre 1191 et 1192/1193) cet exil, qui l’a conduit à Philippoupolis où Isaac II tenait son quartier général, puis à Constantinople. Eustathe aurait même fait partie d’une ambassade envoyée à Richard I d’Angleterre pendant le siège d’Acre11.

  • 12 Jean CAMINIATÈS, Eustathe de THESSALONIQUE, Jean ANAGNOSTÈS, Thessalonique : Chroniques d’une vill (...)
  • 13 P. MAGDALINO, Eustathios and Thessalonica, p. 230.
  • 14 Eustathii Thessalonicensis De emendanda vita monachica, (Corpus Fontium Historia Byzantinae 45) (é (...)

8Un des contentieux qui l’opposait aux habitants de Thessalonique semble avoir porté sur les propriétés de l’Église. Eustathe reçut à cette occasion le soutien de David Comnène, gouverneur de Thessalonique avec qui il entretenait initialement de bonnes relations « je le louais en temps de paix lorsque certains habitants de Thessalonique, gens attachés au gain, murmuraient contre lui à leur guise, et le critiquaient […] Et lui, il m’accordait en retour son amitié, sa bienveillance, son approbation, la mansuétude de ses procédés »12. Les conflits entre les habitants de Thessalonique et leur métropolite n’ont jamais cessé. Eustathe les accuse d’avoir une conduite dépourvue de toute charité, de vouloir faire du profit en toute occasion et de manquer d’obéissance envers les clercs et envers lui, en particulier. Il souligne leur manque de piété envers Dieu et leurs marques d’hostilité envers leur évêque. À la fin de son récit sur la prise de la ville, il mentionne des incidents violents l’année qui précéda la prise de Thessalonique, pendant lesquels les habitants auraient entaillé à coups de hache les portes de l’église épiscopale de Sainte-Sophie. Cette ville de marchands méprisait les processions religieuses et les offices à l’Église, ce qui jamais n’aurait pu s’imaginer à Constantinople, ni même dans une autre ville. Eustathe fut particulièrement empli de honte ce premier janvier où un visiteur venu d’Athènes s’étonna du peu d’empressement des habitants à célébrer la fête religieuse et ne manqua pas d’évoquer la ferveur des Athéniens qui en cette occasion sortaient tous de chez eux, hommes, femmes et enfants pour se joindre aux processions13. Ainsi, la mésentente fut continue entre Eustathe et les Thessaloniciens, y compris les moines, dont il critique les mœurs dans un traité14.

  • 15 Chroniques d’une ville prise, p. 254.

9En août 1185, l’archevêque et son peuple durent endurer le siège, la prise et le sac de Thessalonique par les Normands. Le récit par Eustathe de cet événement a été rédigé avant le milieu du mois de février 1186 (juste après la libération de la ville, qui eut lieu en novembre 1185). Il est adressé à ses concitoyens, compagnons dans l’effort, et à ceux qui sont arrivés dans la ville « récemment »15, c’est-à-dire, d’une part, à ceux qui ont subi le siège et l’occupation et, d’autre part, à ceux qui vraisemblablement sont partis juste avant le siège et sont revenus après le départ des Normands et, peut-être aussi, à ceux que le pouvoir a encouragé à venir s’établir dans une ville, qui manquait cruellement d’hommes après l’occupation normande.

  • 16 Eustathe de THESSALONIQUE, The Capture of Thessaloniki, (éd.) J. R. Melville Jones, Canberra, 1988

10Le récit d’Eustathe est une œuvre majeure pour l’histoire des derniers Comnènes, qui n’a été conservé que dans un seul manuscrit contenant d’autres œuvres mineures d’Eustathe. Il n’est pas de la main de l’auteur, mais d’un copiste contemporain. La dernière édition du texte grec est celle de Stilpon Kyriakidès en 1961. En 1988, cet ouvrage a été traduit en anglais et commenté par J. R. Melville Jones16, qui a reproduit en parallèle le texte grec de Kyriakidès. En 2005 il a été traduit en français par Paolo Odorico avec deux autres chroniques byzantines sur les prises de Thessalonique en 904 par les Arabes et en 1430 par les Ottomans.

Témoignage et histoire

  • 17 Chroniques d’une ville prise, p. 142-143 : le « témoin » est traduit de façon appropriée par Paolo (...)

11La Préface d’Eustathe éclaire la façon dont un auteur de l’époque comprenait « l’événement », et expose le traitement distinct qu’en font « l’historien » et « le témoin »17.

12L’historien (historôn, kathistorôn) écrira sans être affecté par la catastrophe (apathôs ; exô pathous). Il pourra choisir ses mots pour plaire au lecteur d’où sa recherche du style : il usera abondamment d’embellissements et de descriptions. Au demeurant, il n’évitera pas de rapporter des choses qui ne sont que probables, présumant que, puisqu’il n’assistait pas aux malheurs qu’il raconte, il restera impartial et il les montrera tels qu’ils ont été.

13Le témoin (syngraphomenos), qui est impliqué par le malheur, sera moins enclin à une telle disposition, puisqu’il doit s’appesantir uniquement sur la catastrophe. Néanmoins Eustathe distingue le laïc, qui a tendance à amplifier le pathétique, de l’homme d’Église, qui se retiendra de se lamenter de façon trop emphatique. Ce dernier restera sobre dans l’écriture et ne fera pas état de rumeurs.

14À ce point de la préface d’Eustathe et, avant d’en reprendre les termes exacts et d’en analyser exactement le contenu, il est intéressant d’analyser comment les historiens byzantins pratiquement contemporains (fin XIe-début XIIIe siècle) concevaient leur fonction d’historien.

  • 18 Michel PSELLOS, Chronographie I, (éd.) E. Renauld, Paris, 1926, p. 127-128.
  • 19 Ibid., p. 87.
  • 20 Ibid., p. 130.

15Considérons d’abord Psellos, le grand savant et homme politique du milieu du XIe siècle, qui a écrit une Chronographie, c’est-à-dire une suite de règnes des empereurs de la fin du Xe siècle (Basile II) à la fin du XIe (Michel VII). Il écrit « la présente chronique » (syngraphè), constatant que, déjà, à cause du temps, le recueil de matériaux de l’histoire s’est trouvé manquer à son récit, « au point que les événements (ta pragmata) courent le risque, après un long temps, d’être engloutis dans l’oubli, et les temps passés, celui de manquer, sous ce rapport, de fondement solide »18. En conséquence, sa tâche est d’une part de faire en sorte de rendre dignes de mémoire pour la postérité les événements antérieurs à son époque et d’autre part d’empêcher que les événements contemporains ne sombrent dans l’oubli. Son souci principal est d’être conforme à la vérité que l’histoire revendique et surtout l’histoire de son temps dont il dit, dans un autre passage, avoir été le témoin : « ces choses-là, je les ai vues moi-même et la vérité des faits que j’ai reçue de mes yeux » et qu’il transmet « par l’écriture sans rien y changer »19. Il distingue en troisième lieu le genre historique qui se doit d’être impartial, des autres genres littéraires, notamment de l’éloge20.

  • 21 Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, (éd.) I. Thurn (CFHB 5), Berlin-New York, 1973, p. 3-4 ; J (...)

16Jean Skylitzès, auteur de la fin du XIe siècle, écrit quant à lui un « Abrégé historique » (Synopsis historiôn), qui n’a d’autre ambition que de faire un résumé synoptique d’ouvrages historiques antérieurs. Son but est de poursuivre l’œuvre de Georges le Syncelle et du moine Théophane, auteurs de la fin du VIIIe et du début du IXe siècle, dans un style simple et avec un souci de clarté. Il dénigre systématiquement ceux qui s’y sont essayés jusque là, car « ils ont péché par manque d’exactitude, laissant échapper des faits marquants », et leur œuvre, qui se réduit à une liste de règnes, est sans utilité pour la postérité. Mieux encore, certains se sont ouvertement écartés de l’esprit des premiers cités, en traitant dans leurs ouvrages historiques des « événements de leur propre époque ou de celle qui avait immédiatement précédé » et en écrivant ce qui aurait dû être classiquement distingué de l’histoire, c’est-à-dire, l’éloge ou le blâme, ils n’ont pas respecté la règle fondamentale d’impartialité attachée à l’écriture de l’histoire et ont semé le trouble chez le lecteur en présentant des récits différents des mêmes événements21. Il s’agit pour Skylitzès, par la réécriture des Histoires, qu’il aura abrégées, expurgées et corrigées, selon des critères de raison (il a effacé le merveilleux), de cerner la vérité des faits.

  • 22 Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, Introduction, texte, traduction et notes par P. Gau (...)
  • 23 Nicephori Bryennii…, p. 72.

17Nicéphore Bryennios a entrepris de rassembler les actions glorieuses de l’empereur Alexis Ier, son beau-père, sur ordre de l’impératrice Irène Doukaina22. En remerciement de la gratitude de l’empereur envers lui, il ressent la nécessité de tirer ses exploits du « gouffre de l’oubli ». Il déclare que son œuvre n’est ni une Histoire, ni un Éloge, mais une sorte de travail préparatoire à ceux qui se lanceraient dans le récit de la vie de l’empereur, aussi l’a-t-il intitulée Matière pour l’histoire23.

  • 24 Anne COMNÈNE, Alexiade, Préface, (éd.) B. Leib, I, p. 3.
  • 25 Id., p. 4-5.

18Anne Comnène, la fille d’Alexis Ier (1081-1118) et l’auteur de sa vie dans l’Alexiade, donne également une définition de l’œuvre qu’elle entreprend. La science de l’histoire est de mettre une digue à l’oubli que crée le temps des événements, « aussi bien les événements indignes de retenir l’attention que ceux qui sont grands et dignes de mémoire »24. Pour cette raison, elle racontera les actions de son père. Son règne constitue un événement si important qu’il ne doit pas rester sans témoin et doit être conservé grâce au récit historique dans la mémoire des générations futures. Sa tâche est de poursuivre l’histoire inachevée d’Alexis Ier que son époux, Nicéphore Bryennios avait entreprise. Elle a une haute conscience du rôle de l’historien et de l’exigence d’impartialité dont il doit faire preuve25.

19Jean Kinnamos, le chroniqueur du règne de Manuel Ier Comnène (1143-1180), revendique, quant à lui, l’intérêt de l’œuvre historique en prenant comme argument principal qu’elle remonte à l’Antiquité et qu’elle constitue l’un des fondements de sa gloire. L’historien a en premier lieu le devoir de transmettre à la postérité les événements que le temps a d’abord fait émerger mais risque ensuite d’engloutir. En second lieu, il faut qu’il ait une bonne connaissance de l’événement, le témoignage direct étant certainement la meilleure source pour l’historien. Et, prenant comme modèle Xénophon, qui écrivit l’histoire de Cyrus, il affirme avoir résumé l’histoire de Jean II Comnène parce qu’il n’a pas vécu de son temps,

  • 26 Jean KINNAMOS, Préface, cf. A. MEINEKE, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, éd. Bonn, 1836, p. (...)

mais l’histoire de Manuel son successeur, je ne sais si quelqu’un peut l’écrire mieux que moi, car à peine adolescent, il m’a été donné de le suivre dans un très grand nombre de ses campagnes sur les deux continents26.

  • 27 Nicetae Choniatae Historia, (éd.) J. L. Van Dieten, Corpus Fontium Historiae Byzantinae XI, Series (...)

20Enfin, Nicétas Choniatès, historien contemporain d’Eustathe, considère le récit historique comme « le livre des vivants », et l’écriture, le clairon qui ressuscite les morts et les met devant les yeux de ceux qui désirent les voir, n’hésitant pas à comparer le livre historique à la Bible. Et l’histoire proclame à voix haute aussi bien les actions des hommes vertueux que celles des mauvais. Écrire ou lire l’histoire est aussi source d’agrément : « Que personne ne soit aussi fou pour penser qu’il y a quelque chose de plus plaisant que l’histoire »27. L’histoire a comme objectif la vérité et l’historien doit éviter tout langage qui n’est pas le sien, comme l’artifice rhétorique et le récit « poétique », comprenons par là « imaginaire » tout autant que la langue vulgaire. Nicétas Choniatès dénonce l’assimilation que certains font entre histoire et panégyrique et exige de l’historien clarté et concision. Il annonce qu’il commencera son récit là où les historiens, qui l’ont précédé, ont laissé le leur. Il considère que son œuvre continue certes celle des historiens, qui l’ont précédé et s’y entremêle, mais qu’elle innove, car il est le premier à traverser une route déserte et peu fréquentée. On en revient donc à l’historien témoin de son temps.

21Ainsi, les historiens byzantins réfléchissant sur leur tâche et la façon dont ils conçoivent leur métier ont conscience du rôle à part de l’historien auquel revient le devoir de tirer les événements de l’oubli. Tous sont d’avis que le lecteur doit apprendre d’eux la vérité, concept inhérent à l’objectif de l’histoire. En général, ils optent pour un style qu’ils disent simple et dénué d’artifice. Enfin, plusieurs d’entre eux insistent sur l’exigence d’impartialité et notamment sur la distinction qu’il convient de faire entre l’histoire et l’éloge.

22Nous observons deux traditions d’historiens, l’une selon Skylitzès, identifiant l’histoire à la compilation de récits historiques antérieurs, l’autre, plus partagée par les contemporains, qui valorise le témoignage direct des événements comme source de l’histoire. Alors que penser de la distinction faite par Eustathe et que signifie-t-elle au fond ?

  • 28 Voir l’analyse très pertinente de R. J. Melville-Jones (réf. ci-dessus n. 16, Appendice 1).

23Pour comprendre la pensée d’Eustathe, il faut faire appel aux écrivains de l’Antiquité28. Le modèle pour les Byzantins était Thucydide. Or, pour Thucydide, le terme de « syn-graphô » était adapté à ce qu’il faisait, c’est-à-dire, l’histoire des événements qui lui étaient contemporains, alors que les termes « historia » et « historeô » étaient plutôt utilisé par Hérodote pour décrire sa propre œuvre, c’est-à-dire des enquêtes à propos d’événements, qui s’étaient produits dans sa petite enfance ou antérieurement. Ensuite les écrivains ont distingué le chroniqueur (syngrapheus), qui consigne les faits qui ont lieu de son vivant, comme Thucydide et sa Guerre du Péloponnèse, de l’historien (historéôn), qui compile des événements qui se sont produits avant son temps. Ainsi l’usage que fait Eustathe de « historeô » et de « syngraphô » dans sa préface peut avoir été inspiré par la distinction qu’il faisait entre Hérodote et Thucydide.

24En ce qui concerne la catastrophe (pathos) et le langage pour la décrire, Eustathe se réfère vraisemblablement à la distinction déjà utilisée dans l’Antiquité entre panégyrique et histoire. Au cours de son récit, dans la première partie, il revient encore sur cette distinction et rejoint exactement les critères des historiens examinés :

  • 29 Chroniques d’une ville prise, p. 150-151.

En outre, ne l’oublions pas, ceux qui composent des éloges se doivent de choisir les éléments les plus favorables à leur objet, et de travestir ses défauts plus encore que ne le font les avocats. Mais les historiens ne doivent pas agir de la sorte. Ils doivent au contraire toujours conformer leurs discours aux astreintes de la vérité. L’historien n’a pas tout loisir, comme c’est la règle lorsqu’on compose un éloge, de choisir des faits qui serviront à célébrer quelqu’un. Au contraire, soucieux de la mémoire de la postérité, il doit prendre garde à détailler chaque épisode que le temps qui passe laisse tomber dans l’oubli29.

  • 30 Ibid., p. 152.

25Et comme Psellos, Skylitzès et Anne Comnène, Eustathe se targue de donner les bons et les mauvais côtés de ses personnages et, ainsi, justifie t-il les éloges qu’il fit dans le passé du gouverneur de Thessalonique, David Comnène et de l’empereur Andronic30.

26Néanmoins, les historiens susdits étaient persuadés qu’ils avaient le devoir de continuer une œuvre entreprise par les historiens qui les avaient précédés. Ainsi le dit Nicétas Choniatès lui-même :

  • 31 Nicetae Choniatae Historia, p. 4 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, p. 3.

mon œuvre est une continuation de leurs écrits et s’entremêle à eux pour ressembler à un chenal dont les eaux coulent d’une unique source ou par la connexion des liens s’ajoute à une chaîne qui tend vers l’infini31.

27Le récit d’Eustathe ne s’inscrit pas dans cette continuité. Dans son dernier chapitre, où il s’adresse à ses concitoyens, il croit, dit-il, avoir donné une exacte description de ce qui leur est arrivé à lui et à ceux qui ont partagé son sort. Et le seul reproche que pourraient lui faire ses concitoyens serait qu’il aurait minimisé les souffrances endurées.

28Il convient alors de revenir sur le genre littéraire auquel se rattache le récit d’Eustathe. Si l’auteur partage, quoiqu’il en dise, de nombreux critères à l’historien, force est d’admettre que ce n’est pas l’œuvre d’un historien, ni dans son objectif, ni dans sa structure. Alors comment définir cette œuvre très particulière ?

  • 32 THUCYDIDE, II, 71- 78.
  • 33 Voir le préambule, cf. Chroniques d’une ville prise, p. 141 : « Sous le règne calamiteux d’Androni (...)

29L’auteur la qualifie comme le récit d’une prise de la ville, mais, à la lecture, il ressort qu’elle est bien plus que le récit classique d’un siège tel que Thucydide nous en donne l’exemple dans la Guerre du Péloponnèse pour le siège de Platée32, et que suivent certains historiens byzantins, comme Jean Kinnamos pour le siège de Zeugmin en 1165. L’œuvre est, aussi, en grande partie, une invective contre David Comnène, le gouverneur de Thessalonique, et Andronic Ier Comnène, l’empereur de Byzance. Ailleurs, elle est une lamentation (thrènos) sur la ville de Thessalonique et ses habitants. Elle est une homélie dans sa partie finale. Le texte est encore un témoignage direct de la personne la mieux informée avec le gouverneur, David Comnène, des événements à Thessalonique. C’est aussi le regard d’un contemporain sur la société de son temps. C’est enfin l’apologie de l’auteur qui se défend d’avoir été compromis sous le règne d’Andronic et tente de gagner la faveur du nouvel empereur33.

Un événement annoncé

  • 34 Chroniques d’une ville prise, p. 143-144.

30Eustathe annonce dans sa préface le plan qu’il va suivre dans sa narration : d’abord le chant tragique de la catastrophe et la mise en accusation des principaux responsables. Il relatera ensuite les événements qui ont précédé la prise de la ville. Puis il reprendra les péripéties qui ont marqué la prise de la ville, qu’il avait résumées tragiquement au tout début du récit, mais, cette fois, il les décrira entièrement, car c’est le but fondamental de son œuvre. À la fin de l’ouvrage, il énumérera les péchés des Thessaloniciens qui ont conduit à la catastrophe essentiellement parce que son récit a été lu et publié à l’époque des préparatifs du Carême et qu’il doit s’achever par un sermon34. Eustathe donne de précieux renseignements : la préface a été écrite après la lecture publique du récit qui était donc achevé au temps du Carême (13 ou 20 février 1186), soit peu de temps après que les Normands ont quitté Thessalonique (novembre 1185).

La lamentation du témoin

31Cette partie commence par un constat : la ruine de la ville et le massacre de ses habitants.

  • 35 Chroniques d’une ville prise, p. 146.
  • 36 Ibid., p. 147. On ne sait pas s’il y avait deux portes qui donnaient accès à l’acropole, l’une per (...)

32Après nous avoir donné avec des termes inspirés d’Homère le spectacle de la ville qui se lève à l’aube avec la mort, Eustathe en vient assez rapidement aux causes immédiates du carnage : la foule a été piétinée dans les églises et à l’entrée de l’acropole. Eustathe recrée ainsi par une suite d’images, se déroulant comme un film, la façon dont sont morts les habitants lors de la prise de la ville : « lorsqu’une lance ennemie fut dressée au-dessus de la tour orientale du côté de la mer, signal pour les combattants ennemis que la ville était désormais prise »35, tous les habitants de la ville basse vont se précipiter vers l’acropole et se presser à la porte et c’est là que se situe le premier grand drame36.

  • 37 Chroniques d’une ville prise, p. 148.

33La « lamentation », proprement dite, laisse la place ici à l’acte d’accusation contre David Comnène le gouverneur de Thessalonique, qui fit fermer volontairement la porte intérieure de la muraille séparant la ville basse de l’acropole où il s’était réfugié. Ce fut un véritable massacre pour les Thessaloniciens qui l’avaient suivi, soit parce qu’ils étaient pris au piège, soit parce qu’ils se retrouvaient piétinés et étouffés de l’autre côté. Au cours de sa charge contre le gouverneur Eustathe lui adresse un discours fictif37, en réalité adressé au lecteur, où le ridicule s’ajoute à la trahison dans l’image du stratège, qui, en haut d’une tour de l’acropole, se saisit d’une corde pour descendre de l’autre côté du rempart où se trouve l’ennemi et se constituer prisonnier.

  • 38 Voir ci-dessus.
  • 39 Chroniques d’une ville prise, p. 152-153.

34Se situe ensuite une sorte de transition, d’abord des considérations assez générales sur les caractères comparés du gouverneur de Thessalonique et de l’empereur byzantin Andronic, sur les rapports plutôt cordiaux que lui-même, Eustathe, a intialement entretenus avec le gouverneur de Thessalonique et sur son rôle d’historien38, puis il se lance dans un nouveau discours fictif à l’adresse de David Comnène, diatribe assez semblable à la précédente où la trahison est le thème récurrent39.

35Ainsi cette « lamentation » constitue un chapitre assez disparate où la tragédie et le discours ont un but commun, celui de donner les causes immédiates du désastre.

Le récit des événements passés

  • 40 Ibid., p. 154-188.

36Le récit des événements passés commence par la mort de l’empereur Manuel Ier Comnène (1180). Eustathe relate les principaux événements qui ont ponctué la vie politique de l’empire jusqu’à l’expédition des Normands40, c’est-à-dire de 1180 à juin 1185. Cette première partie, qui se déroule à Constantinople, n’est pas le récit d’un témoin, puisqu’il est assuré qu’Eustathe se trouvait à Thessalonique à cette date. Sur quels renseignements il s’est appuyé, notre auteur ne le dit pas. Nous savons qu’il était en relation avec le chef de la chancellerie impériale, Michel Hagiothéodoritès, au début du règne d’Andronic. Mais on observe que sur de nombreux points son récit est beaucoup moins complet que celui, pourtant plus tardif, de Nicétas Choniatès qui résidait à Constantinople et était en relation plus étroites avec les fonctionnaires impériaux.

37À ce point du récit il faut essayer de comprendre la raison pour laquelle Eustathe a consacré un tiers de sa chronique au récit d’une histoire constantinopolitaine dont il n’a été en aucune façon le témoin et qu’il a observée de sa lointaine Thessalonique. La clé nous est donnée juste après sa lamentation : il faut que le lecteur des temps futurs sache comment les événements passés ont influé sur la situation présente :

  • 41 Ibid., p. 153-154.

Mais pourquoi me laisser emporter par mes émotions et par les faits récents ? J’égare ainsi l’éventuel lecteur à venir qui voudra apprendre de cette chronique les événements qui se sont passés chez nous depuis leur origine jusqu’à leur terme, afin de comprendre les malheurs de notre temps et leur cause première41.

38Eustathe veut ainsi porter à la connaissance du lecteur l’enchaînement des faits :

  • 42 Chroniques d’une ville prise, p. 154.

ne faut-il pas qu’à cette chronique, comme à un corps, je mette quelque chose en tête, à partir de quoi je puisse continuer aisément mon exposé jusqu’à son terme42.

  • 43 Ibid., p. 150-151.

39Pour Eustathe, en effet, la chute de Thessalonique a des causes profondes et extérieures à la force de l’ennemi. L’auteur rejoint Thucydide en ce qu’il lui faut analyser « les vraies causes ». Et celles-ci se laissent découvrir progressivement en partant du terrain même où se sont déroulés les événements. Dès sa « lamentation », Eustathe évoque, en effet, un commandant incompétent, qui prit les jambes à son cou dès qu’il vit l’ennemi, comme en témoigne le récit de la bataille, et qui, plus est, cherchait dès le départ à se concilier l’ennemi à titre personnel. Ce commandant est directement responsable du premier massacre des Thessaloniciens, comme nous l’avons vu. Incompétence, couardise caractérisent cet homme, qui pourtant, lors de son établissement comme gouverneur, s’était opposé « aux lois tordues de l’empereur Andronic »43. Progressivement, le récit remonte à la cause initiale de la chute de Thessalonique, le règne de l’empereur Andronic Ier Comnène (1183-1185), dont il faut rappeler que ses principaux détracteurs, dont Eustathe, ont célébré l’avènement.

  • 44 Voir à ce sujet J.-C. CHEYNET, Pouvoir…, p. 432-433.
  • 45 Ainsi le sébaste Jean Maurozômès, cf. Chroniques d’une ville prise, p. 205, 219 ; J.-C. CHEYNET, P (...)

40Le sort d’une ville devient lié à la politique d’un empereur dirigée contre les Comnènes (dont lui-même était issu) suspects de traîtrise. Et c’est parce qu’il craignait de connaître le pire des sorts de la part d’Andronic, que David Comnène, le gouverneur de Thessalonique, pourtant appointé par Andronic dont il était un cousin issu de germain, a préféré se livrer aux ennemis44. Eustathe accuse d’ailleurs d’autres généraux du même forfait45.

  • 46 Chroniques d’une ville prise, p. 166-167. Les Latins auraient été au nombre de 60 000.
  • 47 Ibid., p. 167.

41En relatant longuement les événements qui se déroulèrent à Constantinople, Eustathe expose les causes profondes de la prise de Thessalonique. Le massacre des Latins en avril 118246 apparaît sous ce jour comme à la fois les prémices et le modèle. Parce que les Byzantins n’ont rien respecté, y compris l’émissaire du pape, le cardinal Jean, les gens de Thessalonique subirent par la suite un sort terrible : « Tous ces malheurs ne furent que l’avant-goût du fléau dont nous devions faire l’expérience »47. Et les Normands ne respecteraient pas davantage le sacré, y compris les sanctuaires qui furent maculés de sang. Mais ce fut la volonté de Dieu, qui avait jadis entendu les cris des Latins, de permettre qu’ils soient la terreur des Thessaloniciens. La cause du malheur des hommes comme châtiment de Dieu pour leurs péchés est un lieu commun. Plus originale, surtout pour un homme d’Église, est l’idée de réparation d’un meurtre historique par un autre meurtre historique. Selon Eustathe, les ambitions du roi de Sicile n’ont pu se concrétiser qu’à cause des méfaits de la politique d’Andronic, qui a provoqué l’exil de nombreux aristocrates et même permis à un faux Alexis, prétendument le fils du défunt empereur Manuel, de trouver un appui parmi les nations au delà de l’Adriatique, tandis que d’autres nations se rassemblaient sous la bannière du roi de Sicile en croyant qu’il entrerait facilement dans Constantinople.

  • 48 P. MAGDALINO, The Empire of Manuel I Comnenus, p. 489-491.

42Les arguments d’Eustathe dans les raisons avancées de la chute de Thessalonique sont fondés : David Comnène semble bien avoir été un général incompétent et il avait des raisons de se méfier d’Andronic, qui menait une politique dirigée contre les Comnènes. Par ailleurs, Andronic a rompu avec la politique latinophile de Manuel, qui s’était concrétisée les dernières années de son règne par son mariage avec Marie d’Antioche, par celui de son héritier avec Agnès de France et celui de sa fille la porphyrogénète Maria avec Jean Régnier de Montferrat, autant de cours où se précipitèrent les exilés, sans compter celle de Frédéric Barberousse qui n’avait pas été le meilleur allié de Manuel48. La famille Comnène et ses alliés par le sang se sont exilés

  • 49 Chroniques d’une ville prise, p. 183.

partout là où il passait pour y avoir un personnage important : c’est là que se précipitaient ces envoyés, c’est là que s’activaient leurs langues et qu’elles s’employaient à convaincre49.

43De plus, ces cours royales n’avaient pas manqué de noter le massacre des marchands latins qui pouvaient d’ailleurs leur être liés comme les Montferrat aux Génois. D’ailleurs, Eustathe mentionne la présence des gens de Pise, de Gênes, de Toscane ou de Lombardie dans les cours occidentales.

44Cette destruction totale des liens que Manuel avait tissés avec l’Occident annonçait la quatrième croisade. En attendant, le roi de Sicile se lançait dans l’aventure, car désormais il n’existait aucune puissance occidentale pour venir en aide à l’empire.

Une chronique politique et sociale

45Eustathe a donc donné à l’événement sa dimension par le récit des événements passés à Constantinople. Mais les causes de la prise sont également plus ponctuelles et immédiates et sont imputables aux manquements du gouverneur de la ville. Cette partie du récit dont Eustathe a été le témoin constitue la chronique proprement dite : les deux récits, historique et chronique, s’imbriquent et s’éclairent l’un par l’autre.

  • 50 Chroniques d’une ville prise, p. 190, 197.
  • 51 J.-C. CHEYNET, Pouvoir…, p. 430.
  • 52 Chroniques d’une ville prise, p. 180. Cette énumération des métiers n’est peut-être pas sans rappo (...)

46La chronique proprement dite de la prise et du sac de Thessalonique est une apologie d’Eustathe en même temps qu’une invective contre le gouverneur. La difficulté pour Eustathe est qu’il doit justifier sa propre conduite et dénoncer celle du gouverneur David Comnène avec lequel il s’était d’abord fort bien entendu. Il avoue d’ailleurs avoir lui-même songé à fuir et en avoir été empêché à la fois par le clergé et David Comnène tout en accusant ce dernier d’avoir encouragé la fuite des riches habitants de la ville, lesquels recrutèrent des hommes pour former leur propres compagnies armées qui auraient été utiles à la défense50. David Comnène avait, selon Eustathe, depuis le début l’idée de trahir, parce qu’il ne voulait qu’une chose, c’était de rester lui-même et sa famille à l’abri de la vindicte impériale, car il redoutait, comme tous les Comnènes et les familles qui leur étaient apparentées, la menace d’exécution sommaire, sous le moindre prétexte d’infidélité, qui pouvait frapper tous les membres d’une même famille liés par le principe d’une responsabilité mutuelle51. Andronic fit assassiner et emprisonner les meilleurs de la plus haute noblesse, en particulier les chefs militaires susceptibles de soulever l’armée contre l’empereur. Son but ultime était, comme il le révéla à son fils, de lui laisser en héritage un empire où il n’y eut plus que « des bouchers, des boulangers, des parfumeurs et autres gens de la sorte »52. La politique d’Andronic en arriva au point que nombreux furent les gens de bonne naissance, des représentants des grandes familles comme les Maleïnoi, les Dalassènes, les Comnènes et autres ou même des gens de la noblesse inférieure à s’exiler et à se réfugier chez les souverains étrangers. Et nous en revenons à l’impact sur les relations extérieures de la politique sociale d’Andronic jusqu’à Thessalonique même, où David Comnène, craignant pour lui-même et sa famille restée à Constantinople, abandonna volontairement la défense de la ville.

47David Comnène ne correspondait en aucune façon à l’image qu’Eustathe se faisait de l’idéal guerrier de l’aristocratie, qu’il porte aux nues, de façon curieuse pour un homme qui n’appartenait pas à la noblesse et qui a gravi laborieusement les échelons de l’administration patriarcale. Sans doute la compétence du gouverneur de Thessalonique relevait plutôt de l’administration civile que du commandement des armées. Personne ne le vit en habit militaire. Il ne chevauchait pas à cheval, mais sur le dos d’une mule. Il portait des caleçons et des sandales à la dernière mode. Et surtout son chapeau était de ceux que portent les Géorgiens serré autour de la tête, mais avec un large rabat devant pour protéger du soleil :

  • 53 Chroniques d’une ville prise, p. 201.

La mollesse à laquelle il s’abandonnait en fuyant ainsi le soleil empêchait de reconnaître en lui le soldat qu’il aurait dû être, dit Eustathe53.

48Il ne savait même pas manier un arc correctement. Au cours du siège, il s’installe à une place habituellement réservée aux femmes sans être ému par leurs railleries. Cette représentation ridicule de David Comnène montre à quel point Eustathe valorise le soldat et dénigre les représentants de l’administration civile. Il partage en cela exactement les vues de Nicétas Choniatès, mais ce dernier, au moins, était issu de la noblesse, même s’il s’agissait de la petite noblesse provinciale. Il était naturel qu’il en partageât les goûts.

  • 54 On peut penser que cette division scelle finalement l’échec de Manuel Ier à promouvoir la synthèse (...)
  • 55 Chroniques d’une ville prise, p. 197
  • 56 Ibid., p. 205.
  • 57 Ibid., p. 207. On rappellera à quel point quelques décennies plus tôt Anne Comnène était offusquée (...)

49Finalement Eustathe nous donne l’image d’une société profondément divisée, avec d’un côté l’aristocratie militaire et ses valeurs guerrières et de l’autre des fonctionnaires, qui, selon lui, n’ont guère de qualités, préoccupés de leur bien être plus que la sauvegarde de leur ville et qui moralement n’ont guère de vertus non plus54. À Thessalonique David Comnène est, en dépit de son appartenance à la lignée impériale, le pur produit de cette classe de fonctionnaires à laquelle Eustathe dénie toute compétence, comme en témoigne l’histoire de la citerne qu’il avait fait réparer et qu’il aurait fait remplir avant qu’elle ne fût sèche55. Et puis, il y a le peuple toujours prêt à l’émeute et même à la révolution (stasis). Le peuple est capable de tout, y compris du meurtre terrible des Latins de Constantinople, qui eut des conséquences terribles. Pourtant, Eustathe est impressionné par les citoyens de Thessalonique, qui sont restés pour défendre la ville, les plus démunis, qu’il traite de « voyous »56 et également par les hommes d’Église qui ont pris les armes. Les uns comme les autres sont devenus, dit-il, des voleurs et des brutes sauvages par amour pour leur patrie et sont montés sur les remparts. Quant aux religieux, loin d’imiter la conduite déshonorante des autorités civiles, ils ont abandonné leur habit noir pour pouvoir verser le sang57. Car les hommes d’Église se battent et Eustathe en est fier : un certain Boléas aurait taillé en pièces trente hommes. Ils ne craignent ni de donner la mort ni de la recevoir. C’est une fois de plus l’idéal guerrier qui l’emporte dans le récit d’Eustathe.

  • 58 Chroniques d’une ville prise, p. 229-230.

50Les vues politiques et sociales d’Eustathe ont donné à son récit une orientation particulière. D’une part, la nostalgie de l’époque d’avant la mort de Manuel, époque bénie, rend la période qui suit encore plus sombre et marquée de troubles. Ensuite, Eustathe témoigne d’une aversion profonde envers la société civile dont il semble qu’il ait fait de Thessalonique le pire exemple. Nous savons qu’il n’appréciait pas la société libre et entreprenante de la ville. Il lui reprochait son défi de la hiérarchie, notamment ecclésiastique. Le plus grave pour Eustathe est le fait que l’occupation normande favorisa encore davantage le brouillage des repères sociaux : les propriétaires maltraités par les occupants et chassés de leurs maisons se retrouvent nus et rien ne les distingue alors des hommes du peuple ; les femmes de bonnes maisons ont des relations coupables avec les Latins et rien ne les distingue plus des prostituées, les unes et les autres se trouvant être les mieux vêtues de la ville ; les jeunes filles de bonne famille étaient enlevées et perdaient leur dot en même temps que leur virginité58.

51Enfin le récit d’Eustathe a figé pour longtemps les rapports entre les Byzantins et les Latins : longue description du carnage dans son horreur et son obscénité (il précise que les Normands évaluèrent eux-mêmes à cinq mille le nombre des tués, chiffre vraisemblablement inférieur à la réalité), évocation du pillage des églises et du massacre des prêtres sur l’autel, écho des railleries des « barbares » concernant la prière du Kyrie eleison (Dieu, aie pitié) dont ils ne comprenaient pas le sens, mention du viol des nonnes et surtout rappel de la destruction et de la profanation des objets sacrés et des icônes et des reliques, y compris la tentative de profanation du tombeau du saint patron Démétrius le Myroblytès. La prise de Thessalonique telle que la décrit Eustathe préfigure celle de Constantinople en 1204.

52En conclusion, nous poserons la question de la portée de l’événement sous deux angles, d’une part, la portée de la prise de Thessalonique dans l’histoire de l’empire, d’autre part, la portée du récit d’Eustathe.

  • 59 Nicetae Choniatae Historia, p. 321 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, p. 176.

53L’historien Nicétas Choniatès nous renseigne en premier lieu sur la portée de l’événement. Quand l’empereur Andronic apprit la nouvelle, il fit un discours public qui visait à rassurer les Constantinopolitains paniqués : il assura que l’événement n’était pas si important et que ce n’était pas une si grande prouesse dont pouvaient se vanter les Normands. Ce n’était la première fois, ajouta-t-il, qu’une telle chose arrivait. Il rappelait implicitement la prise de Thessalonique par les Arabes en 904. Le temps se plaisait à causer la chute des villes et la victoire passait ainsi de l’un à l’autre59. Puis les rapports se faisant plus pressants sur l’avance des Normands jusqu’à Mosynopolis, ville située à mi-distance de Thessalonique et de Constantinople, il réconforta la population de la capitale en disant qu’il poursuivrait l’ennemi haï et le détruirait littéralement comme les chasseurs avec les sangliers attirés par la charogne, un par un. Il leur tendrait un piège et ils se retrouveraient empalés sur la lance ou étripés. Finalement, la chute de Thessalonique causa la perte d’Andronic ou tout au moins la précipita dans un régime de plus en plus fondé sur la terreur et l’exécution des aristocrates, alors que le peuple ne le soutenait plus. Il fut assassiné par Isaac Ange, qui fut proclamé empereur le 12 septembre. Ce dernier recruta une importante armée qu’il confia à Alexis Branas qui infligea aux Normands une grande défaite le 7 novembre 1185 et les deux comtes normands furent faits prisonniers. La garnison normande qui tenait Thessalonique se précipita d’embarquer pour la Sicile.

  • 60 Nicetae Choniatae Historia, p. 301-302 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, p. 172.

54Le récit d’Eustathe eut quant à lui une portée considérable. Seul témoignage de la prise et de l’occupation de la ville, il fut repris par les écrivains postérieurs. Il a très certainement été une pierre importante dans l’édification du mur de haine qu’évoque Nicétas Choniatès. Car le récit a été lu non seulement à Thessalonique, mais aussi à Constantinople : l’événement a été connu dans toute son atrocité. Les quelques réserves qu’Eustathe mettait pour certains Latins, dont le comte Alduin et son émir, qui tentèrent de mettre un frein aux excès, ont été balayées. Nicétas Choniatès n’hésitait pas à affirmer que « le Normand haïssait le Romain plus que le serpent ne hait la race humaine »60. Or pour les contemporains, le Normand est avant tout un Latin. Sa transmission écrite a ajouté à l’événement une nouvelle dimension, celle de la propagande anti-latine qui ne cessera de s’amplifier au cours des siècles.

Notes

1 Voir M. ANGOLD, Church and Society in Byzantium under the Comneni, Cambridge, 1995 (cité infra M. ANGOLD, Church and Society), p. 182 et l’introduction de Paolo Odorico dans l’ouvrage cité infra, n. 12, p. 30-32.

2 J.-C. CHEYNET, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Byzantina Sorbonensia n° 9, Paris, 1990, chapitre VI. Pour l’histoire de la prise de Thessalonique, voir en premier lieu Ch. M. BRAND, Byzantium confronts the West 1180-1204, Cambridge, Massachussets, p. 160-175.

3 P. WIRTH, Untersuchungen zur byzantinischen Retorik des XII. Jahrunderts, Munich, 1960 ; Id., Eustathiana, Gessamelte Aufsätze zu Leben und Werke des Metropoliten Eustathios von Thessalonike, Amsterdam, 1980 (cité infra P. WIRTH, Eustathiana) ; A. KAZHDAN et S. FRANKLIN, « Eustathius of Thessalonica : the Life and Opinions of a Twelfth-Century Byzantine Rhetor », dans Studies on Byzantine Litterature of the Eleventh and Twelfth Centuries, IV, Cambridge-Paris, 1984 (cité infra A. KAZHDAN), p. 115-195 (p. 134) ; M. ANGOLD, Church and Society, p. 179-196 ; P. MAGDALINO, The Empire of Manuel I Comnenus, Cambridge 1993 ; Id., « Eustathios and Thessalonica » dans PHILELLEN, Studies in Honour of Robert Browning, Venise, 1996, p. 225-238 (cité infra Eustathios and Thessalonica) ; K. METZLER, « Eustathios von Thessalonike und sein Publikum », dans Monastères, images, pouvoirs et société à Byzance sous la direction de M. KAPLAN (Byzantina Sorbonensia 23), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 49-60.

4 V. GRÜMEL et J. DARROUZÈS, Les regestes des actes du Patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. II et III, Paris, 1989, n° 1134 ; P. WIRTH, Eustathiana, p. 38.

5 La plupart de ces œuvres furent écrites entre 1185 et sa mort vers 1196, cf. P. MAGDALINO, Eustathios and Thessalonica, p. 228.

6 T. L. F. TAFEL, Eustathii metropolitae Thessalonicensis opuscula, Amsterdam2, 1964 (cité infra EUSTATHE, Opuscula), p. 66, l. 13-17.

7 A. KAZHDAN, p. 134.

8 P. WIRTH, Eustathii Thessalonicensis opera minora magnam partem inedita (CFHB 32), Berlin, 2000 (cité infra P. WIRTH, Eustathii), p. 195, l. 3 ; D. I. POLEMIS, The Doukai, Londres, 1968, n° 99 ; A. STONE, « The Grand Hetaireiarch John Doukas : The Career of a Twelfth-Century Soldier and Diplomat », Byzantion 69, 1999, p. 159-163.

9 P. WIRTH, Eustathii, p. 35*, p. 196, l. 28-33.

10 EUSTATHE, Opuscula, p. 160, l. 51, 66-71, p. 262, l. 21-25.

11 P. MAGDALINO, Eustathios and Thessalonica, p. 228; P. WIRTH (Eustathii, p. 6*) soutientl’idée qu’Eustathe a fui ses ouailles; voir une récente mise au point: S. SCHÖNAUER, « Flucht vor den Gläubigen? Abenteuerliches aus dem Leben des Eustathios von Thessalokike », dans Zwischen Polis, Provinz und Peripherie, Beiträge zur byzantinischen Geschichte und Kultur, (éds) L. M. Hoffmann, A. Monchizadeh, Wiesbaden, 2005 (cité infra SCHÖNAUER, Flucht), p. 705-717. L’auteur reprend l’historiographie concernant la question de l’exil volontaire ou non d’Eustathe et en souligne la dramatisation.

12 Jean CAMINIATÈS, Eustathe de THESSALONIQUE, Jean ANAGNOSTÈS, Thessalonique : Chroniques d’une ville prise. Textes présentés et traduits du grec par P. Odorico, Toulouse, Anacharsis, 2005 (cité infra Chroniques d’une ville prise), p. 150.

13 P. MAGDALINO, Eustathios and Thessalonica, p. 230.

14 Eustathii Thessalonicensis De emendanda vita monachica, (Corpus Fontium Historia Byzantinae 45) (éd.) K. Metzler, Berlin, 2006 ; Id., Eustathios von Thessalonike und das Mönchtum : Untersuchungen Und Kommentar Zur Schrift De Emendanda Vita (Supplementa Byzantina 9), Berlin, 2006 ; Id., Eustathios…, cité supra n. 1, p. 50-51. Sur la révolte des moines contre leur évêque, voir S. SCHÖNAUER, Flucht, p. 711-712.

15 Chroniques d’une ville prise, p. 254.

16 Eustathe de THESSALONIQUE, The Capture of Thessaloniki, (éd.) J. R. Melville Jones, Canberra, 1988.

17 Chroniques d’une ville prise, p. 142-143 : le « témoin » est traduit de façon appropriée par Paolo Odorico par « chroniqueur » (p. 142, n. 5).

18 Michel PSELLOS, Chronographie I, (éd.) E. Renauld, Paris, 1926, p. 127-128.

19 Ibid., p. 87.

20 Ibid., p. 130.

21 Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, (éd.) I. Thurn (CFHB 5), Berlin-New York, 1973, p. 3-4 ; Jean SKYLITZÈS, Empereurs de Constantinople, texte traduit par B. Flusin et annoté par J.-C. Cheynet (Réalités Byzantines 8), Paris, 2003, p. 1-3.

22 Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, Introduction, texte, traduction et notes par P. Gautier (CFHB, 9), Bruxelles, 1975, p. 71 ; Anne COMNÈNE, Alexiade, Préface, (éd.) B. Leib, I, 5.

23 Nicephori Bryennii…, p. 72.

24 Anne COMNÈNE, Alexiade, Préface, (éd.) B. Leib, I, p. 3.

25 Id., p. 4-5.

26 Jean KINNAMOS, Préface, cf. A. MEINEKE, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, éd. Bonn, 1836, p. 4-5 ; Chronique, (trad.) J. ROSENBLUM, Paris, 1972, p. 17-18.

27 Nicetae Choniatae Historia, (éd.) J. L. Van Dieten, Corpus Fontium Historiae Byzantinae XI, Series Berolinensis, Berlin-New York, 1975 (cité infra Nicetae Choniatae Historia), Préface, p. 3 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, O City of Byzantium, Annals of Niketas Choniates, Détroit, 1984, p. 2

28 Voir l’analyse très pertinente de R. J. Melville-Jones (réf. ci-dessus n. 16, Appendice 1).

29 Chroniques d’une ville prise, p. 150-151.

30 Ibid., p. 152.

31 Nicetae Choniatae Historia, p. 4 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, p. 3.

32 THUCYDIDE, II, 71- 78.

33 Voir le préambule, cf. Chroniques d’une ville prise, p. 141 : « Sous le règne calamiteux d’Andronic Comnène, Thessalonique souffrait de faiblesse […] Quelques jours après la chute de la ville, grâce à la providence et à la bienveillance de Dieu, Isaac a heureusement succédé à Andronic, pour le plus grand bien du monde entier… ». Voir l’analyse pertinente à ce propos de Paolo Odorico dans l’introduction, p. 33-34.

34 Chroniques d’une ville prise, p. 143-144.

35 Chroniques d’une ville prise, p. 146.

36 Ibid., p. 147. On ne sait pas s’il y avait deux portes qui donnaient accès à l’acropole, l’une percée dans le mur intérieur qui séparait la ville de l’acropole et l’autre dans le mur oriental qui donnait accès à l’extérieur ou s’il y avait une double porte au niveau de la porte dite AnnePalaiologina, voir É. MALAMUT, « Thessalonique 830-904 », Zwischen Polis, Provinz und Peripherie, Beiträge zur byzantinischen Geschichte und Kultur, (éds) L. M. Hoffmann, A. Monchizadeh, Wiesbaden, 2005, p. 159-190 (en particulier p. 165-166).

37 Chroniques d’une ville prise, p. 148.

38 Voir ci-dessus.

39 Chroniques d’une ville prise, p. 152-153.

40 Ibid., p. 154-188.

41 Ibid., p. 153-154.

42 Chroniques d’une ville prise, p. 154.

43 Ibid., p. 150-151.

44 Voir à ce sujet J.-C. CHEYNET, Pouvoir…, p. 432-433.

45 Ainsi le sébaste Jean Maurozômès, cf. Chroniques d’une ville prise, p. 205, 219 ; J.-C. CHEYNET, Pouvoir…, p. 433, n. 39.

46 Chroniques d’une ville prise, p. 166-167. Les Latins auraient été au nombre de 60 000.

47 Ibid., p. 167.

48 P. MAGDALINO, The Empire of Manuel I Comnenus, p. 489-491.

49 Chroniques d’une ville prise, p. 183.

50 Chroniques d’une ville prise, p. 190, 197.

51 J.-C. CHEYNET, Pouvoir…, p. 430.

52 Chroniques d’une ville prise, p. 180. Cette énumération des métiers n’est peut-être pas sans rapport avec la société thessalonicienne qu’Eustathe méprise, cf. P. MAGDALINO, Eustathios and Thessalonica, p. 235.

53 Chroniques d’une ville prise, p. 201.

54 On peut penser que cette division scelle finalement l’échec de Manuel Ier à promouvoir la synthèse entre la société civile qui florissait au XIe siècle et la société militaire aristocratique promue en haut de la hiérarchie par Alexis Ier, cf. P. MAGDALINO, The Empire of Manuel Ier, Comnenus…, p. 489.

55 Chroniques d’une ville prise, p. 197

56 Ibid., p. 205.

57 Ibid., p. 207. On rappellera à quel point quelques décennies plus tôt Anne Comnène était offusquée du fait que les clarcs latins combattaient dans l’armée des Croisés, cf. Anne COMNÈNE, Alexiade X, 8, 6, (éd.) B. Leib, p. 218.

58 Chroniques d’une ville prise, p. 229-230.

59 Nicetae Choniatae Historia, p. 321 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, p. 176.

60 Nicetae Choniatae Historia, p. 301-302 ; (trad.) H. J. MAGOULIAS, p. 172.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540