Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l'événement au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

L'événement et son écho

La captivité de l’empereur Louis II à Bénévent (13 août-17 septembre 871) dans les sources des IXe-Xe siècles : l’écriture de l’histoire, de la fausse nouvelle au récit exemplaire

Thomas Granier

Texte intégral

  • 1 Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern, 751-918 (926/962), (éd.) H. Zielinski. 3. Die (...)

1Au retour de son expédition antisarrasine en Pouille et de la prise de Bari le 3 février 871, l’empereur carolingien Louis II (855-875) est attaqué puis retenu contre son gré par son allié le prince Adelchis de Bénévent (853-878) avant d’être libéré, environ un mois plus tard, peut-être après avoir prêté serment, apparemment à l’annonce d’une attaque sarrasine contre Salerne qu’il repousse effectivement en août 8721.

  • 2 W. OHNSORGE, « L’idea d’Impero nel secolo nono e l’Italia meridionale », dans Atti del 3oCongresso (...)
  • 3 U. RIZZITANO, « Gli Arabi in Italia », dans L’Occidente e l’Islam nell’Alto medioevo (CISAM. Setti (...)
  • 4 I capitolari italici. Storia e diritto della dominazione carolingia in Italia, (éds) Cl. Azzara et (...)

2Ce geste est avant tout dû à l’incompatibilité fondamentale entre deux positions : dans la tradition carolingienne, Louis interprète la conquête de 774 comme créant une souveraineté absolue sur tout le monde lombard, sud compris ; son entreprise antisarrasine, surtout en 866-871, nécessite en particulier la participation des Lombards du Midi2, qui interprètent quant à eux la conquête de 774 comme les dégageant de toute dépendance vis-à-vis du royaume de Pavie : leurs chefs portent désormais le titre de princeps. Cette incompatibilité arrive à son paroxysme quand l’empereur est le plus présent et actif dans le Midi, lors de la campagne de 866-871. La prise de Bari marque l’apogée de son prestige et de sa puissance : les princes méridionaux peuvent craindre qu’il soit en mesure de gouverner l’ensemble de l’Italie et de mettre fin à leur indépendance3. Quelques sources expriment clairement cette incompatibilité : le capitulaire de 866 préparant l’expédition de Bari, qui donne à Louis les moyens d’une action efficace dans le Midi, est exactement contemporain des capitula d’Adelchis, dont le prologue réinterprète l’histoire des Lombards et fait du prince l’entier dépositaire de l’identité et de la souveraineté lombardes. Dans une lettre de 869 à Adon de Vienne, Louis fait écrire « notre royaume des Bénéventains » : il est alors présent depuis plusieurs années dans le sud et y gouverne de fait. Son diplôme du 29 mai 871 pour l’église de Bénévent, enfin, insère celle-ci et le sanctuaire du Monte Gargano dans le réseau d’établissements ecclésiastiques soutenant la famille impériale et chargés de sa memoria4.

  • 5 Le couronnement de 872 est diversement interprété : J. GAY, L’Italie méridionale et l’Empire byzan (...)
  • 6 L. FELLER, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du IXeau XI (...)

3Le geste d’Adelchis porte un coup d’arrêt à un projet de pouvoir, impérial, celui d’une autorité efficace au sud du royaume, sans cependant ruiner l’autorité royale proprement dite : Adelchis n’est pas un grand du royaume, c’est un allié traître, non un subordonné rebelle. L’épisode a toutefois des conséquences réelles : le réveil de la rébellion de la famille comtale de Spolète, peut-être le nouveau couronnement de Louis à Rome le 18 mai 872, en tous cas la perte du trésor5. Louis lui-même tire immédiatement les conclusions de l’événement : il réorganise l’appui du pouvoir impérial par les monastères grâce à la fondation de Casauria dont la première charte, du 28 septembre 871, est le tout premier acte connu de Louis après sa libération6.

4La présente étude part d’un constat : dans l’ensemble des sources de 871 aux environs de 980, le récit de cet événement, de ses caractères et de son déroulement présente une extrême variété, aussi la courte présentation dans les premières lignes reste-t-elle nécessairement évasive. Il s’agit donc de tenter d’expliquer ces profondes divergences. D’abord en établissant le bilan de notre information, c’est-à-dire en dressant l’inventaire des sources et des caractéristiques de chaque récit : l’extrême variété que l’on constate alors semble en grande partie liée aux conditions de circulation de l’information, sur lesquelles les sources les plus précoces nous offrent un témoignage éclairant. Ensuite en tentant de saisir le point de vue, le propos narratif des principaux récits pour mettre en évidence les interprétations et expliquer l’élaboration progressive du « fait historique » par le discours.

  • 7 Annales de Saint-Bertin, (éds) F. Grat, J. Vieillard et S. Clémencet, Paris, 1964 ; Annales Fulden (...)

5Les toutes premières sources sont les Annales franques, de Saint-Bertin (la partie 861-882 est due à Hincmar de Reims) et de Fulda, toutes deux composées très tôt après les faits. Du monde franc provient aussi la Chronique de Réginon de Prüm, précisément datée de 908, bien renseignée sur les faits de la fin du IXe siècle, qui fait une large place à l’événement de 8717.

  • 8 Andrea da Bergamo, « Historia », dans Testi storici e poetici dell’Italia carolingia, (éd. et trad (...)

6D’Italie du nord proviennent l’Histoire d’André de Bergame, composée vraisemblablement peu après 877 et favorable à Louis, et un Catalogue des rois d’Italie basé sur un comput des années entre l’avènement d’Alboin, la conquête par Charlemagne et sa date, explicite, de 883. Ce texte est proche de catalogues comparables figurant dans des manuscrits de Brescia et de Nonantola près de Modène8.

  • 9 Erchemperti historia Langobardorum Beneventanorum, MGH. SRLI, p. 231-264 ; N. CILENTO, « La cronac (...)
  • 10 Vita et Translatio s. Athanasii Neapolitani episcopi (BHL 735 e 737). Sec. IX, (éd.) A. Vuolo (Ist (...)

7Les sources méridionales sont les plus nombreuses : l’Histoire des Lombards de Bénévent d’Erchempert, composée dans le milieu cassinien en exil à Teano puis à Capoue, peut-être en 889-891 ; la Chronique des princes de Capoue réalisée dans la communauté cassinenne à Capoue en 915-922, en fait une liste des comtes puis princes de Capoue avec quelques annotations rajoutées par la suite ; la Chronique de Salerne, enfin, composée en 974-980, qui, quoique tardive, donne des détails particuliers sur l’événement9. Proviennent de Naples la Vie de l’évêque Athanase, composée en 872-877, dans un milieu proche de son successeur, Athanase II (876-898), et la deuxième partie de l’Histoire des évêques de Naples, par le diacre Jean, composée autour de 900, dans le milieu épiscopal elle aussi10.

  • 11 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, vol. I, Greek text, (éd.) Gy. Moravcsik. (t (...)

8L’épisode est aussi rapporté par une source byzantine, le traité Sur l’administration de l’Empire de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (913-959), rédigé en 948-95211.

  • 12 Testi storici e poetici, (éd.) L. A. Berto, op. cit., p. XXXIV-XXXVII et 73-77.
  • 13 G. G. MEERSSEMAN, « Il codice XC della Capitolare di Verona », Archivio Veneto 104, 1975, p. 11-44 (...)
  • 14 D. NORBERG, La poésie latine rythmique du haut Moyen Âge (Studia Latina Holmiensia 2), Stockholm, (...)
  • 15 Celus magnum praeparavit in istam provintiam, / regnum nostrum nobis tollit nos habet pro nihilum (...)

9S’ajoute à cet ensemble une source particulièrement importante et originale, à la portée difficile à saisir, le poème connu sous le nom Rythmus de captivitate Lhuduici imperatoris12. Il est transmis par un unique témoin : Vérone, Biblioteca Capitolare, XC (85), en minuscule caroline de la fin du IXe ou du début du Xe siècle, manuscrit émanant du chapitre de Vérone et que rien ne rattache à l’Italie du sud13. Le poème est en strophes abécédaires de trois vers, actuellement dans un ordre perturbé et incomplet (abcdefgklmi) : la onzième strophe actuellement conservée (i) est déplacée après la strophe m et s’arrête au deuxième vers. Le poème ayant vraisemblablement été conçu de façon complète (strophes a-z), c’est un peu plus de la moitié qui manque dans le manuscrit, état de conservation qui en gêne considérablement l’interprétation14. Le poète exprime une réelle empathie pour la personne de Louis, mais place aussi dans la bouche des Lombards des reproches explicitement fondés sur la défense de leur souveraineté : « Il a conçu un terrible crime contre cette province, / Il nous arrache notre royaume, il ne tient aucun compte de nous ». Louis est en effet l’arbitre du partage de la principauté de Bénévent en 849 : responsable donc de la rupture de l’unité des Lombards, il est ici contraint de « défendre ce royaume et de s’en trouver un autre ». Le poème reflète donc la position d’un auteur méridional familier de l’idéologie du pouvoir lombard. Il met ensuite l’action contre Louis non au compte d’Adelchis, mais de personnages de son entourage presque jamais mentionnés ailleurs. L’empereur est certes agressé, mais ceux qui le tournent en dérision sont punis, le prince reste en retrait comme s’il était en fin de compte innocent, l’empereur est finalement libéré ; tout se termine donc bien. Luigi Andrea Berto émet l’hypothèse que le poème donne de l’épisode un récit acceptable pour les Bénéventains comme pour Louis, permettant d’évacuer une éventuelle rancune, compatible donc avec un nouveau recours à Louis : le Rythmus serait composé à Bénévent à l’occasion de la nouvelle demande d’aide qui lui est adressée en 87215. Mais cette interprétation se base sur la seule moitié conservée du poème : celui-ci s’arrête actuellement sur la punition de celui qui tourne l’empereur en dérision et alors qu’une flotte sarrasine attaque Salerne : le reste (strophes n-z) pourrait rapporter la suite des événements, donner à Adelchis un rôle plus actif et être bien plus explicite sur les sentiments de l’auteur : la datation en 872 est donc surtout une hypothèse par défaut.

10L’examen de ce corpus fait d’abord ressortir de profondes divergences dans l’information sur les événements bénéventains, et ce dans l’ensemble des sources. Dans un souci de clarté, le tableau en annexe classe les éléments caractéristiques de chaque récit. Il n’y a pas deux versions semblables. Toutes diffèrent, et sur des points essentiels. Toutes semblent indépendantes les unes des autres et procéder de sources d’information propres : presque chaque source donne au moins un détail unique ; ce sont les éléments en gras dans le tableau.

  • 16 Erchemperti historia Langobardorum, op. cit., c. 34 p. 247, l. 25-26 et l. 30-31 ; Vita, op. cit., (...)

11La seule dépendance textuelle apparaît entre deux sources d’Italie du sud : Erchempert, dans son Histoire des Lombards de Bénévent, emprunte à la Vie d’Athanase le court passage décrivant l’emprisonnement de Louis et le châtiment divin de l’insulte qui lui est faite, avec la référence à l’interprétation de la destruction du Temple de Jérusalem en 70 comme châtiment des Juifs pour la Passion du Christ (passages soulignés dans le tableau)16. Mais l’emprunt est seulement lexical, et les deux sources font de l’événement, on le verra, un récit tout à fait différent et une lecture radicalement opposée.

12Selon les récits, sont à l’origine de l’attaque les Bénéventains en général, Adelchis seul, ou Adelchis et des compagnons ou des guerriers. Adelchis agit avec le conseil du marquis Lambert Ier de Spolète (860-879) selon Hincmar, du duc Serge II de Naples (870-878) selon les deux sources napolitaines, des Salernitains selon Jean Diacre, des Byzantins selon Réginon. L’élément le plus original est celui fourni par le Rythmus de captivitate et le Chronicon Salernitanum : le conseil, voire la participation de l’émir Sawdân de Bari (861-871) capturé le 3 février et emmené à Bénévent.

  • 17 M. MEYER-GEBEL, « Zur annalistischen Arbeitsweise Hinkmars von Reims », Francia 15, 1987, p. 75-10 (...)

13Dans les Annales de Saint-Bertin, Hincmar lie explicitement l’agression bénéventaine et la révolte spolétine en faisant de Lambert Ier et de Lambert le Chauve, comte de Camerino, les complices d’Adelchis. Louis, dès sa libération, se dirige vers Spolète, où il les remplace par le duc Suppo, attesté dès le 29 septembre, puis les poursuit jusqu’à Bénévent. Cette conduite semble confirmer les soupçons de complicité avec Adelchis exprimés par Hincmar. Reste que la complicité n’est que possible, et pas prouvée. Ce rapprochement est donc fait à chaud, c’est ce que Louis lui-même, dès septembre, puis Hincmar un peu plus tard, pensent pouvoir conclure de l’ensemble des événements italiens17. Les Annales de Saint-Bertin, en faisant état de l’interprétation immédiate des événements, montrent ici le travail d’écriture de l’histoire en train de se faire.

  • 18 J. GAY, L’Italie méridionale, op. cit., p. 110-111 et 147-149.

14Réginon de Prüm écrit qu’Adelchis agit à l’instigation des Byzantins et décide plusieurs cités du Midi à se remettre à eux. Là encore, cette mention exceptionnelle – qui ne figure dans aucune source proche des faits – peut être due à la date à laquelle écrit l’auteur. Les Byzantins, en effet, profitent en fin de compte de l’action de Louis : ils s’imposent à Bari en 876, reconquièrent progressivement la partie sud-est de la Péninsule et en organisent le gouvernement avec justement Bari pour capitale, tenant même Bénévent en 892-89518. Réginon peut estimer que l’avantage qu’ils en tirent en fin de compte justifierait une participation à l’épisode de 871.

  • 19 G. SANGERMANO, « Avellino longobarda », dans Storia illustrata di Avellino e dell’Irpina, (éds) G. (...)
  • 20 « I Sadutti, che erano fra gli esponenti dell’estremismo « nazionalistico » dell’aristocrazia long (...)

15La présentation la plus originale des responsables de l’agression contre Louis est celle du Rythmus. Adelchis lui-même est évoqué (principi, v. 5), mais pas nommé, et ne joue aucun rôle direct et disparaît quasiment de l’action dans la partie conservée. Trois figures dominent : d’abord Sado (v. 13), c’est-à-dire l’émir Sawdân. Ensuite Adelferio (v. 5 et 11) qui s’adresse au prince pour dénoncer les méfaits de Louis et conduit celui-ci au pretorium : il faut peut-être l’identifier avec un gastald d’Avellino, membre de l’importante famille de Daufier « le Prophète » ; il est ici l’une des figures majeures du consilium des Bénéventains autour du prince (Beneventani se adunerunt ad unum consilium, v. 4). Sa présence et son importance sont confirmées par le récit, très déformé, du Catalogue de 883 selon lequel Louis prend non pas Bari, mais Bénévent et y capture Sawdân, Adelchis et Dalferi19. Enfin Saducto (v. 13), un nom qui se rencontre dans une famille lombarde de Capoue dont certains membres entrent dans la fidélité d’Hadrien Ier en 787-788 à l’arrivée de Charlemagne, que l’on retrouve parmi les signataires du pacte entre Bénévent et Salerne en 849 et dans le récit d’Erchempert vers 890. La mention de ces noms, que l’on ne rencontre pas ailleurs, prouve d’abord la bonne information du poète sur les faits et sur la société du pouvoir en milieu lombard aux VIIIe et IXe siècles ; elle vise aussi à montrer que l’agression contre Louis est surtout le fait de la haute aristocratie lombarde. Le poète cherche peut-être à disculper Adelchis, mais ne travestit pas complètement la réalité : le rôle du conseil du prince (ad unum consilium) est confirmé par l’expression équivalente (uno consilio) chez André de Bergame20.

16Selon les récits, l’attaque est dirigée contre Louis seul, ou accompagné de son épouse Engelberge, et éventuellement de leur fille Ermengarde, ou encore contre leur entourage de guerriers et de fidèles. Seul André de Bergame donne des dates précises, du 13 août au 17 septembre, en partie confirmées par le mense Augusto de la Chronique des princes de Capoue et par l’expression « pas plus de quarante jours » chez Erchempert. Sur le déroulement des faits, le seul élément vraiment récurrent (dans cinq textes sur douze) est l’attaque du palais, mais la séquence est très variable : incendie en dernier recours selon Réginon, incendie d’abord dans le Chronicon Salernitanum. Hincmar donne un détail unique : la recherche d’un refuge dans une tour. À quel moment enfin l’attaque a-t-elle lieu ? De nuit selon Hincmar, ce qui semble confirmé par le sero tempore du Catalogue de 883 ; pendant la sieste selon Réginon.

  • 21 Domnus imperator in Beneventi palatio sedebat. Tunc Adelchis principatum Beneventanorum regebat, c (...)
  • 22 H. TAVIANI, « Pouvoir et solidarités », op. cit. ; ead., La principauté, op. cit., vol. II, p. 685 (...)
  • 23 Imperator in Campaniam et Lucaniam ad civitates quae defecerant copias transponit ; quas absque di (...)
  • 24 Quo capto unaque cum coniuge sua recluso, plurimi Franci, amisso pastore, luctifero ululatu revers (...)
  • 25 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, op. cit., vol. I, 29, 113-155 p. 128-130.

17André de Bergame relate le déroulement des événements d’une façon qui lui est propre : les Bénéventains se saisissent des guerriers francs et les empêchent de rejoindre Louis. André n’emploie pas le vocabulaire de la captivité présent dans presque toutes les autres sources ; il qualifie seulement ce que subit Louis de « séparation » (discessio) et en donne les dates et la durée. Enfin, Dieu permet le retour des fidèles auprès du roi21. L’information d’André est très précise, puisqu’il est le seul à fournir une chronologie détaillée ; surtout, son récit coïncide précisément avec des aspects du pouvoir princier dans le haut Moyen Âge : l’action d’Adelchis rompt la fides des guerriers de Louis envers les Bénéventains (fidentes absque ullo terrore, credentes fide Beneventanorum) et prive le roi de son réseau de fidèles sans lequel il est incapable d’agir ; elle brise donc règles et moyens de l’exercice du pouvoir22. Pour accentuer cet isolement, André passe sous silence la présence d’Engelberge et d’Ermegarde. Son récit est en partie confirmé par celui de Réginon, qui écrit que Louis place des garnisons dans différentes villes, puis renvoie la plus grande partie de l’armée23, et peut-être par celui des Gesta de Naples dans lesquels Jean écrit que beaucoup de Franci abandonnent Louis24. Celui-ci n’est donc probablement pas retenu enfermé : il reste empereur, un hôte du plus haut rang, on ne lui inflige pas de contrainte physique humiliante, mais l’impossiblité d’entrer en contact avec ses fidèles l’isole et le prive de tout moyen de se déplacer et d’agir. Cette séparation de Louis et de ses hommes semble donc bien un point essentiel de l’action menée par Adelchis ; il s’agit exactement de priver Louis des moyens d’accomplir ce que l’on redoute : gouverner à Bénévent. Cette version des événements est en partie confirmée par celle donnée, quatre-vingts ans après les faits, par le traité de Constantin VII : les opérations contre Sawdân à Bari sont selon lui conçues et dirigées par Basile Ier (867-886) à l’appel des Lombards, Louis n’apportant qu’une aide secondaire. Bari prise, Louis emmène Sawdân et d’autres Sarrasins à Capoue et à Bénévent avec lui. Là, Sawdân sème la méfiance entre Louis et les princes lombards et ces derniers veulent se débarrasser de lui. Un jour, au retour de la chasse, il trouve les portes de la cité closes et n’a plus qu’à rentrer dans le nord25.

  • 26 Fr. BOUGARD, art. « Engelberga », Dizionario Biografico degli Italiani, t. 42, Rome, 1993, p. 668- (...)

18Quelques points se dégagent donc : le ressentiment collectif des Lombards, le Catalogue de 883 affirmant même que c’est Bénévent que prend Louis ; les dates données par André de Bergame ; la présence d’Engelberge et Ermengarde26 ; la résidence de l’empereur dans le palais princier de Bénévent, ce qui est parfaitement conforme aux pratiques de sociabilité et de représentation du pouvoir ; le rôle de Sawdân enfin. Il n’est pas forcément possible d’être plus précis, beaucoup de détails (l’incendie, la tour…) pouvant être fictifs.

19Ce précoce foisonnement de récits indépendants semble essentiellement lié à la très rapide circulation de la nouvelle de l’agression contre Louis. Il n’est pas fait mention de l’épisode de Bénévent dans les sources qui permettent de saisir les réactions rapides des hommes face aux événements : les lettres ; pour en avoir les toutes premières mentions textuelles, c’est, à cause de leur processus de rédaction même, vers les Annales franques qu’il faut se tourner.

  • 27 In quo itinere missos ab Italia plurimorum suscepit, qui eum inuitabant Italiam ire, quoniam nepos (...)

20Elles se caractérisent par le détail de l’arrivée de l’information en pays franc en deux temps : d’abord une nouvelle, apparemment imprécise, de la mort de Louis à Bénévent, puis l’arrivée d’informations plus précises. Début septembre, selon les Annales de Saint-Bertin, des messagers italiens apprennent à Charles le Chauve que Louis « aurait été tué » par les Bénéventains. L’auteur des Annales de Fulda écrit falsus rumor : il y a donc retour en arrière sur l’information, les textes sont écrits alors que l’on sait ce qu’il en est vraiment. Charles dépêche en avant des envoyés en Italie et se précipite lui-même ; arrivé à Besançon, il apprend que la nouvelle est fausse. Hincmar insère alors son récit des faits, avec ses particularités : conjuration préparée par les Bénéventains et les Spolétins, présence d’Ermengarde, médiation de l’évêque Aion (v. 870-v. 886), frère d’Adelchis. Les Annales de Fulda, elles, ne décrivent pas l’événement27.

  • 28 J. L. NELSON, Charles le Chauve (Histoires), Paris, 1994, p. 264 évoque la « vitesse phénoménale » (...)

21Si l’agression contre l’empereur a bien lieu le 13 août, la première information met environ trois semaines pour parvenir à Charles et Louis dans la région rhénane. Les envoyés de Charles ont ensuite le temps de voyager d’Orville en Italie (du nord sans doute) et de revenir le retrouver à Besançon en quelques semaines. Messagers et nouvelles circulent donc très vite, parcourant environ 70 km par jour, traversée des Alpes comprise28. L’autre caractéristique du récit d’Hinmcar est l’appel en ordre dispersé des Italiens à Charles, qui reçoit « des envoyés de plusieurs personnages » (missos plurimorum) : à ce que l’on croit être l’annonce de la mort de l’empereur, plusieurs des puissants italiens se précipitent pour être les premiers à profiter de l’avènement de Charles et lui-même fait rechercher des informations plus précises. La mort ou la vie de Louis II détermine bien évidemment la question de sa succession et les ambitions italiennes de Charles et de Louis le Germanique incitent les grands, les abbés, les évêques italiens, le pape, chez qui ils envoient leurs hommes s’informer, des personnages qui ont beaucoup à craindre ou à espérer de leur intervention en Italie, à leur présenter l’information de telle ou telle façon, sans doute déjà déformée. C’est cette information telle que les rois la reçoivent qui passe dans les récits des Annales.

22Le récit en deux temps des Annales de Saint-Bertin reflète donc précisément la façon dont Charles le Chauve, mais aussi Hincmar, apprennent les faits et offre un exemple particulièrement précis de la réception de l’information par l’historien et de sa retranscription écrite, du passage de l’événement à l’histoire. Il montre aussi comment les différents auteurs peuvent puiser à des témoignages très nombreux, divergents, d’où les profondes discordances entre les récits et ce déjà dans les sources des années 870.

23L’affrontement déclaré entre les princes alliés, la présence à Bénévent du chef sarrasin, le coup d’arrêt porté à l’expansion de l’autorité impériale dans le Mezzogiorno, voilà probablement, parmi ce matériau foisonnant, ce qui signale aux contemporains le caractère exceptionnel et lourd de conséquences du geste d’Adelchis. Les récits les plus détaillés et les plus développés sont le fait d’auteurs qui, pour le donner à comprendre, surchargent leur narration d’interprétations pour en faire une lecture exemplaire.

  • 29 P. DRONKE, « Generi letterari della poesia ritmica altomedievale », dans Poesia dell’Altomedioevo (...)

24Le signe le plus net de l’importance de l’événement en tant que fait historique est l’existence même du Rythmus de captivitate. De tels poèmes consacrés à un fait précis et ne ressortissant ni de l’éloge ni de l’inscription commémorative sont extrêmement rares : quatre pièces connues pour le haut Moyen Âge, toutes concentrées dans la période carolingienne, les poèmes sur la victoire de Pépin d’Italie sur les Avars (796), sur la bataille de Fontenoy (841) et le Rythmus lui-même, plus une pièce célébrant la fondation d’Alexandrie par Alexandre le Grand29. Le Rythmus ne dissimule pas la culpabilité générale des Bénéventains, mais l’explique par les ambitions exagérées de Louis. Il cherche à désigner des coupables – la haute aristocratie lombarde et l’émir Sawdân – et, à en croire la partie conservée, excuse le prince. Ce besoin d’explication détaillée démontre l’importance de l’événement aux yeux du poète, et la présence du Rythmus dans la culture des chanoines de Vérone autour de 900 confirme cette importance de l’événement comme l’un des faits majeurs de la fin du IXe siècle. Il s’agit toutefois, alors, d’histoire ancienne : la piètre qualité de la transmisison du Rythmus, incomplet et en désordre, montre qu’il n’a plus guère qu’un intérêt anecdotique. Le poète présente l’empereur captif sur le modèle du Christ de la Passion : amené au pretorium (v. 11), il est moqué et humilié et défend son innocence (v. 15-21). Le poète place dans sa bouche les paroles du Christ : « suis-je un brigand pour que vous soyez venus armés d’épées et de bâtons ? » (Tamquam ad latronem venistis cum gladibus et fustibus, v. 15, cf. Mt 26, 55 et Luc 22, 52). Face à lui, Sawdân, qui, dans un passage au très fort pouvoir visuel, s’empare de sa couronne :

  • 30 Kalidus ille temtator ratum adque nomine / coronam imperii sibi in caput ponet et dicebat populo : (...)

Ce fourbe tentateur selon la logique de son nom
Pose la couronne de l’Empire sur sa tête et s’adresse au peuple :
“Voici que nous sommes votre empereur, je peux régner sur vous”.
Il avait l’esprit exalté de ce qu’il venait de faire :
Le voilà possédé par le démon et qui tombe à terre ;
De grandes foules sortirent pour voir ces prodiges30.

25Le geste est inverse de celui du couronnement d’infamie du Christ : ce ne sont plus les bourreaux qui couronnent leur victime par dérision, mais le bourreau qui se pare de la couronne de sa victime. L’émir renverse l’ordre du monde chrétien en tournant en dérision le pouvoir de l’empereur.

  • 31 Sagdan et ses variantes ne sont pas des déformations du titre « sultan » (U. Westerbergh, Chronico (...)
  • 32 MGH. SRLI, index p. 627 et Vita, op. cit., 5, 1 p. 130.

26Sawdân est donc la figure du mal, et c’est son nom même que les auteurs exploitent pour mettre en évidence cette association31. Celui-ci se présente dans les sources du IXe siècle sous plusieurs formes différentes : Saugdan, Seldanus, Seodan, Seudan, Soldanus ou Sudan32. Le 18 décembre 876, Jean VIII écrit à Guaifier de Salerne pour l’encourager dans son refus de l’alliance sarrasine à la différence d’Adelchis et lui annoncer une aide à venir :

  • 33 Interim autem state in fide, ‘viriliter agite et confortetur cor vestrum’ [Ps 31, 25], omnes, qui (...)

En attendant, demeurez dans la foi, “ayez courage et que votre cœur s’affermisse”, vous tous qui placez votre espérance non en Sawdân, que l’on appellerait plus correctement Satan, mais dans le Seigneur, de façon à vous arracher tous à l’alliance avec les païens et à vous unir pour réaliser la paix entre vous et la concorde dans Jésus-Christ notre Seigneur33.

  • 34 Chronicon Salernitanum, op. cit., c. 99, p. 99 l. 34-35 ; A. GALDI, « Principi, vescovi e santi in (...)

27L’identification de Sawdân à Satan reste au niveau de la comparaison, du jeu de mots. L’identification nominale figure, elle, dans le Rythmus, où Sado est dit « fourbe tentateur selon la logique de son nom » (v. 22). Cent ans plus tard, enfin, évoquant l’envoi d’un émissaire de Bari auprès de Pierre et de Sicon II au temps de l’évêque Bernaldus (849-859/860), l’historien salernitain le dit missus a Satan domino Salernum34.

  • 35 Le Christ est lui-même le modèle premier du martyr : Th. J. HEFFERNAN, « Christian Biography : Fou (...)

28Le poète cristallise donc l’action sur des figures exemplaires, des personnifications : l’empereur martyr, le Sarrasin image du diable et semeur de discorde entre les chrétiens, les aristocrates mauvais conseillers du prince et qui dirigent ses affaires à sa place. Derrière ces figures et les idées qu’elles représentent, les lieux, les circonstances, les motivations exactes d’Adelchis disparaissent complètement. En accumulant références scripturaires et images visuelles, le poète lit l’épisode de Bénévent comme l’affrontement de l’empereur-Christ martyr et de l’émir-Satan persécuteur, finalement châtié35.

  • 36 Eo igitur tempore quo Lodoicus piissimus augustus Beneventanam provinciam ab exulatione Sudan crud (...)
  • 37 Vita, op. cit., 8, 17-21, p. 141.

29La Vie d’Athanase et l’Histoire des évêques de Naples affirment – et elles sont seules à le faire – qu’Adelchis agit avec la complicité du duc Serge II. Cette vision dépend directement du rapprochement fait par ailleurs entre les figures de Louis et d’Athanase, pieux amis unanimes dans la collaboration avec le pape dans la lutte antisarrasine. Ainsi les ennemis du saint – son neveu le duc Serge, allié aux Sarrasins, qui veut le forcer à renoncer à sa charge puis le tient en résidence surveillée, et ses partisans dans le duché – et ceux de l’empereur sont-ils les mêmes : les Bénéventains – Adelchis lui-même n’est pas nommé – sont inspirés par le diable ainsi que par les aemulatores viri Dei, Serge II en tête, qui eux-mêmes le sont36. La Vie donne donc des événements une lecture ni historique (elle ne narre pas, se limitant à évoquer une captivité) ni morale (aucune motivation concrète de l’action contre Louis n’est indiquée), mais spirituelle : elle interprète, à travers un filtre qui est celui de la sainteté d’Athanase, non la personne de Louis. Il y a des bons, qui sont haïs par les méchants ; c’est le démon qui inspire ceux-ci contre les hommes de Dieu. Mais l’ordre voulu par celui-ci reste inébranlable : Louis est confirmé dans son pouvoir par le pape (la Vie ne dit rien du serment et de son annulation ni du couronnement de mai 872)37 et Athanase entre en Paradis.

  • 38 Eodem anno evoluto, multa signa monstrata sunt. (…) Completi anno centisimo ex co Francorum gens I (...)
  • 39 Testi storici e poetici, L. A. Berto, op. cit., p. XXX-XXXI.
  • 40 Tunc Adelchis principatum Beneventanorum regebat, cui imperator se omnia credebat, et dilectione c (...)

30Le témoignage d’André de Bergame évoque une série de signes immédiatement après l’évocation du joyeux retour des fidèles de Louis auprès de lui : vin qui tourne au vinaigre dans les fûts, pluie de terre, invasion de sauterelles. Surtout, André récapitule alors les années : cent ans depuis la conquête franque, vingt-trois ans et quatre mois de règne de Louis, huit cent soixante-treize ans depuis l’Incarnation. De tels signes sont mentionnés après l’évocation de la bataille de Fontenoy (841), de la rébellion en Aquitaine, de la mort de Lothaire II (869), et des attaques slaves en Frioul. Enfin, une comète apparaît en juin 875, immédiatement avant la mort de Louis38. Ces signes apparaissent donc à des moments de profonde rupture, générateurs de désordre, en particulier aux dépens du diocèse de Bergame ; ils sont destinés à faire comprendre aux hommes que quelque chose de très important se joue. La captivité de 871 est l’un de ces grands événements, encore plus nettement souligné par la récapitulation chonologique. Son rapprochement avec la conquête de 774 cherche à en faire un événement majeur de l’histoire du royaume d’Italie : André, qui écrit après la mort de Louis, alors que le royaume est disputé, semble concevoir l’idée d’un siècle carolingien italien, ouvert par la glorieuse conquête de Charles et achevé par la rupture d’Adelchis avec Louis. L’épisode bénéventain marque la fin de la paix et du gouvernement efficace et l’entrée dans un temps d’incertitudes et de conflits39. Comme l’hagiographe d’Athanase, André introduit le motif de l’inspiration diabolique. Pour lui, la victoire commune à Bari et le secours porté aux Lombards permettent à Louis de sceller sa domination par la concorde : avec l’expression dilectione caritatis, il identifie très exactement le lien entre Louis et Adelchis à l’amour chrétien. Mais l’anticus hostis, le diable, ne peut supporter cette concorde des chrétiens dans l’amour et cherche donc à briser celui-ci, à les diviser. Sous son inspiration, les mali homines se plaignent d’être écrasés par la potestas franque, subordination contraire à l’égalité nécessaire à la dilectio entre alliés. Sous la plume d’André, ce constat est mauvais et injustifié au regard de l’efficace présence de Louis dans le Midi et de la concorde alors établie par celui-ci40. André prend donc parfaitement acte du réel ressentiment lombard contre la présence armée de Louis et son autorité ; s’il cherche à l’expliquer par l’inspiration diabolique, c’est sans doute parce qu’il lui paraît incompatible avec l’efficace collaboration prouvée à Bari, mais aussi parce que son horizon historiographique est spécifiquement italien : la captivité de Bénévent renverse brutalement les rapports entre Louis et Adelchis, provoquant l’échec de la politique méridionale impériale et de la collaboration avec les princes lombards, au point de mettre fin au siècle de pax carolina en Italie. Un événement d’une telle portée ne peut s’expliquer en termes seulement historiques.

31Chez l’hagiographe napolitain et André de Bergame, le conflit entre Louis et Adelchis est donc devenu un épisode de l’affrontement entre le bien et le mal, allant jusqu’à renverser le cours de l’histoire chez André.

32Erchempert est le premier à chercher à l’acte de 871 des explications concrètes qui dépassent le seul ressentiment lombard envers les Francs, et le déclare explicitement après avoir évoqué la mort de Louis :

  • 41 Cur autem iam dicto augusto supradictum opprobrium Domino permittente Beneventani inferre quiverin (...)

Parmi les multiples raisons pour lesquelles les Bénéventains ont pu, avec la permission de Dieu, infliger au dit auguste le dit outrage, j’en dégagerai deux41.

  • 42 Ibid., c. 37, p. 248, l. 34 – p. 249, l. 1.
  • 43 Oblitus videlicet, quid Samuel coram Saule de Agath pinguissimo rege Amalechitarum egerit, quomodo (...)
  • 44 The Lives of the Ninth-Century Popes, (trad.) R. Davis, op. cit., p. 191.
  • 45 Cf. supra, note 21, p. 20.

33Ce sont les suivantes : à l’arrivée de Louis à Rome en 864, Nicolas Ier envoie, selon l’ancienne coutume, tous les clercs de la ville vêtus de blanc au-devant de l’empereur. Celui-ci, rejetant toute crainte de Dieu, fait frapper les prêtres de verges, piétiner les croix et les objets du culte et piller le territoire de Rome sur un mille alentour ; il souhaite même faire déposer Nicolas. Ensuite, après avoir pris Bari et capturé Sawdân, le plus grand des criminels, il ne le fait pas exécuter immédiatement alors que ce serait dignum et iuxta voluntatem Domini. Sawdân est ensuite libéré par les Bénéventains après la mort de Louis (875-876). Louis épargne aussi les Sarrasins de Tarente qui reconstituent rapidement leurs forces et attaquent à nouveau la région de Bari42. Ces explications, Erchempert les insère lui aussi dans une lecture spirituelle. Ce qu’il cherche à montrer, c’est que Louis désobéit à Dieu. Pour cela, il utilise une comparaison avec le passage scripturaire qui est la référence majeure de toute la pensée médiévale sur la question de l’obéissance, celui où Saül est condamné pour avoir épargné le roi des Amalécites Agag contre la volonté de Dieu exprimée par Samuel, et qui se conclut par « mieux vaut obéir que sacrifier » (1 Samuel 15, 22). Louis est donc rapporté au type du roi rejeté par Dieu et opposé à son élu, David43. Une argumentation très classique donc ; mais en évoquant les faits de 864, détaillés dans les Annales de Saint-Bertin mais ignorés du Liber Pontificalis et des autres sources méridionales, il met au service de sa démonstration une information détaillée et originale44. Erchempert porte un jugement globalement positif sur Louis, dans la lignée de la Chronique du Mont-Cassin, mais lui prête aussi des traits clairement négatifs. Sa captivité est un opprobrium : un outrage ; tout en condamnant clairement l’action, Erchempert affirme que Louis ne recueille que les fruits de sa propre conduite. Il insère donc l’événement de Bénévent dans la situation politique méridionale bien plus nettement et efficacement que la Vie d’Athanase. Il retient lui aussi une perspective spirituelle, mais totalement contraire à celle de la Vie : c’est Louis qui se comporte en ennemi de Dieu, ses assaillants, s’ils sont rusés et fourbes, ne sont pas inspirés par le démon. Erchempert, comme André de Bergame quelques années avant lui, cherche un type scripturaire grâce auquel comprendre le très important événement de 871, mais, à l’opposé exact d’André pour qui « le cœur du roi est dans la main de Dieu »45, lui fait de Louis une figure de la désobéissance.

34Alors que les événements italiens y sont très secondaires, la Chronique de Réginon de Prüm donne une grande importance à l’épisode. Le récit de la campagne, de l’affaire de Bénévent et de l’action de Louis l’année suivante occupe tout le texte des années 871 et 872. Mais Réginon ne cite pas le nom de Bari et, à part une rapide mention en 867, regroupe toute l’expédition sous l’année 871 : le contexte et le déroulement précis des faits à l’échelle de l’Italie du sud ne sont pas expliqués.

  • 46 Reginonis Chronicon, op. cit., a. 871, p. 104.
  • 47 Capuani desperatis rebus episcopum civitatis adeunt : corpus sancti Germani episcopi (…) in feretr (...)
  • 48 Ibid.
  • 49 Rex a strepitu et clamore irruentium excitatus lecto desilit, arma corripit et cum perpaucis corpo (...)

35Certes Réginon apporte un détail unique, celui de l’attaque du palais à l’heure de la sieste (imperator meridie quiescebat)46, trace sans doute des idées reçues sur une région mal connue des Francs. Il fait précéder l’attaque elle-même de deux épisodes plus significatifs, qui définissent les personnages. Louis d’abord : Capoue refusant de se soumettre à son arrivée en 866, il l’assiège et détruit les environs. Les Capouans pressent leur évêque d’intervenir ; celui-ci organise une procession qui sort de la cité en portant les reliques de saint Germain, les Capouans comptant à la fois sur l’intercession du saint et la piété de l’empereur. Louis, en effet, ému, ordonne à son armée de se retirer47. Adelchis ensuite : il se plaint à Louis que ses armées pressurent le pays et lui demande de se montrer clément et de sauver la principauté (regio, quae iam pene devastata erat, clementia principis salvaretur)48. Louis renvoie donc l’ost et reste à Bénévent avec quelques hommes : manœuvre pour le séparer de son armée et prologue à l’attaque. Les deux personnages ainsi définis, Réginon met précisément en scène l’action individuelle de Louis dans l’attaque du palais : Adelchis met à exécution la traîtrise qu’il projetait et fait attaquer (occupare) le palais. Le roi, dérangé dans sa sieste par le bruit, se saisit de ses armes, se précipite vers les portes accompagné d’un petit nombre d’hommes et défend celles-ci les armes à la main49. Adelchis, voyant sa surprise éventée, ordonne d’incendier le palais. Louis demande alors des garanties et Adelchis exige de lui le serment de ne pas revenir. Réginon met donc Louis en évidence en éliminant Engelberge et Ermengarde et en le décrivant accompagné d’un très petit nombre de gardes du corps (cum perpaucis corporis sui custodibus), et souligne les détails de l’action : le réveil, les armes, la course vers la porte. Ce récit ne coïncide pas avec les trois jours passés dans la tour selon Hincmar ou les dates données par André de Bergame : ici, Louis prête immédiatement serment et quitte Bénévent le lendemain. Réginon resserre donc la chronlogie pour concentrer l’action.

  • 50 Anno Dominicae Incarnationis DCCCLXXII. Ludowicus imperator Romam venit ibique conventum celebrans (...)
  • 51 P. TOUBERT, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du IXesiècle à la (...)
  • 52 J. L. NELSON, « La mort de Charles le Chauve », dans La mort des grands = Médiévales 31, 1996, p. (...)

36Le passage le plus original est toutefois la condamnation d’Adelchis par leSénat romain. À Rome, tout juste après le nouveau couronnement, les 21-25 mai 872, Louis tient le plaid (conventum celebrans) et se plaint d’Adelchis au pape. Le Sénat déclare celui-ci tyran et ennemi de la République et lui déclare la guerre ; le pape délie Louis de son serment. Réginon attribue ce geste à Jean VIII (872-882) alors qu’Hadrien II ne meurt qu’en novembre-décembre 872. Les justifications données sont que Louis ne peut être lié par un geste fait sous menace de mort et que l’on ne peut appeler serment ce qui est contraire à l’intérêt de la République. Louis, toutefois, pour ne pas être déclaré parjure, envoie Engelberge à la tête de l’armée contre Adelchis. Celui-ci, frappé de terreur par ce déploiement de puissance, prend conscience de sa méchanceté (nequicia), fuit en Corse et disparaît de l’histoire50. Ce récit, fictif (Louis vient lui-même dans le sud en 872 et Adelchis reste à Bénévent), déplace le problème : par l’introduction des concepts de senatus et de res publica, l’affaire devient conflit entre une Rome à la fois impériale et pontificale et le tyran. Le Sénat, c’est alors la haute aristocratie romaine qui exerce les charges miltaires du duché de Rome et les hautes fonctions du clergé romain et de l’administration pontificale. Quant à l’expression res publica, rare au début du Xe siècle, elle s’insère dans une maturation globale de l’idéologie du gouvernement aux IXe-Xe siècles51. Cette interprétation romaine et ecclésiale cherche à montrer que le geste d’Adelchis porte gravement atteinte aux dignités impériale et pontificale : une humiliation infligée à l’empereur, une négation de l’entreprise antisarrasine conjointe de Louis et de Jean VIII. L’événement de 871, l’un des passages les plus détaillés de toute l’œuvre, est donc inséré dans une rigoureuse construction logique, il est le principal point saillant d’une succession significative d’événements de 870 à 878 qui voit la progressive désorganisation de l’Empire : en 871, Adelchis porte atteinte à la dignité impériale ; l’année suivante se manifeste toute l’opposition rhétorique entre le tyran et la République ; en 875, l’Empire passe à un roi cupide, menteur, traître, lâche et incapable, qui meurt honteusement en 87752, épisode opposé à la bonne mort des princes justes et capables, Louis II (875) et Louis le Germanique (876). Réginon est aussi le témoin le plus détaillé de la dislocation finale de l’Empire en royaumes en 887-888. Réginon écrit précisément durant la vacance impériale de 905-915 ; c’est une situation encore toute récente, qu’il faut expliquer : c’est en s’efforçant de le faire qu’il donne une place tout à fait remarquable – du point de vue narratif et idéologique à la fois – à l’événement de 871.

  • 53 K. F. WERNER, « Zur Arbeitsweise des Regino von Prüm », dans Die Welt als Geschichte. Eine Zeitsch (...)

37Réginon rapporte donc lui aussi l’épisode à des modèles exemplaires. Exemplarité épique d’abord : le combat des guerriers. L’affaire de Bénévent devient haut fait, mais haut fait criminel, dans l’histoire des hommes : un moment particulier d’expression des valeurs morales et guerrières, de la strenuitas. Exemplarité historique ensuite : le geste d’Arechis, agression contre l’autorité romaine, précipite la désagrégation de l’Empire. Fait humain et historique à la fois, il est doublement digne de commémoration et donc de développement littéraire53.

38La lecture la plus complexe des événements s’observe enfin, un peu plus d’un siècle après les faits, dans l’œuvre de l’historien salernitain. Comme Erchempert, il commence par chercher une explication et fait de l’acte de 871 la conséquence directe de l’attitude personnellement injurieuse d’Engelberge : elle déshonore les femmes et insulte les hommes auprès de son époux en affirmant qu’ils « ne savent pas se protéger avec leurs boucliers ». Assailli dans le palais incendié par les Bénéventains armés, Louis renvoie ces insultes à son épouse :

  • 54 Cumque Beneventani hostiliter insequeretur sua coniuge, atque mulieres illorum omnimodis nimirum f (...)

Ne disais-tu pas il y a peu que les Bénéventains ne savent pas se protéger avec leurs boucliers ? Regarde-les maintenant, comment ils se protègent de toutes parts et comment, l’esprit décidé, ils sont prêts au combat54 !

  • 55 Ibid., c. 117, p. 129, l. 14-25. H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté… op. cit., I, p. 226-234.
  • 56 Altithronus Deus, qui proprium suum cruorem pro suis ovibus fudit (…) nolens suos periret, Hismael (...)

39L’historien salernitain montre les Lombards en vaillants guerriers, à l’opposé des insultes qui leur sont lancées. Cette présentation des faits, avec ses détails absents de toute autre source, vise à bâtir un portrait moral négatif de Louis : en renvoyant à Engelberge ses insultes en passant sous silence ce qui lui est reproché, il se montre injuste et lâche. Ce portrait n’est pas pour autant complètement négatif : l’auteur ne peut nier l’action efficace de Louis contre les Sarrasins et transmet par ailleurs sa lettre à Basile Ier, de 871 justement, qui justifie la souveraineté franque sur le Mezzogiorno. Ainsi le Chronicon recoupe-t-il les autres sources en mentionnant sa solita clementia malgré ses reproches explicites contre ce qui lui a été infligé55 et qualifie-t-il l’action de 871 de crime (flagitia). Il fait lui aussi de l’attaque sarrasine contre Salerne une vengeance divine pour le crime commis contre Louis, mais cette épreuve doit permettre de sauver les chrétiens56. Il renverse donc complètement la perspective du châtiment présente dans la Vie d’Athanase et chez Erchempert, plaçant les Lombards en position positive, Dieu cherchant à les sauver et non à les punir.

40Face à Louis ainsi présenté de façon très mitigée, le Chronicon, comme le Rythmus, dresse la figure de Sawdân, essentiellement défini par sa fourberie – c’est même la source latine la plus détaillée sur ce personnage. L’auteur affirme qu’Adelchis ne s’attaque à Louis qu’après avoir pris son conseil : il lui demande s’il doit faire arrêter l’empereur et le chasser de la cité. Sawdân répond :

  • 57 « Nequaquam talia facito, quia, quantum conicere valeo, minime me Agareni pretermictunt, sed indes (...)

Ne fais surtout pas cela, car, à ce que je pense, les Agarènes ne m’abandonneront pas et me cherchent activement. Le prince dit alors : Je reconnais que beaucoup en ont entendu parler. Et Sawdân, car il était extrêmement habile, lança ces paroles : Accomplis ce que tu as entrepris, de peur que ton intention ne s’ébruite57.

  • 58 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, op. cit., 29, 130-154 p. 130 et Nam Adalgis (...)
  • 59 Nominative Beneventanum principem Adelchisum adclamat, Chronicon Salernitanum, op. cit., c. 108, p (...)

41Cette intervention directe de Sawdân est également mentionnée, environ vingt ans auparavant, par le traité de Constantin VII, mais celui-ci indique que Sawdân, de sa propre initiative, dit aux princes Lombards que Louis cherche à les exiler et à celui-ci qu’il doit se débarrasser d’eux – une version des faits proche de ce qu’affirme Hincmar qui prête, lui, cette intention à Engelberge58. Il apparaît donc clairement, dans le traité byzantin, comme un semeur de discorde. Cette coïncidence entre les sources byzantine et salernitaine peut s’expliquer par l’information précise de Constantin VII qui utilise pour son traité des documents issus des provinces et périphéries de l’Empire. Dans le Chronicon, toutefois, le personnage est plus complexe : l’auteur écrit qu’à la prise de Bari il appelle Adelchis par son nom, montrant sa bonne connaissance de ses ennemis59.

  • 60 Le terme tentator renvoie directement à la tentation du Christ au désert : accedens tentator dixit (...)

42Sawdân n’est donc pas donné comme complice d’Adelchis, mais exploite intelligemment la situation. Le dialogue avec le prince fait surtout ressortir sa duplicité : le premier conseil est apparemment objectif : « ne romps pas avec Louis, car mes hommes vont venir me libérer, et tu auras besoin du soutien franc ». Mais, Adelchis ayant révélé ses craintes (il a eu vent de l’arrivée des Sarrasins), Sawdân lui donne le conseil contraire : « si tu n’agis pas immédiatement, l’empereur percera ton plan, te punira, et tu n’auras rien gagné, car de toute façon mes hommes arrivent ». Il donne à Adelchis deux réponses très sensées, basées sur des constatations objectives, et lui prouve qu’il est de toute façon pris en tenaille entre les conséquences de sa participation à la prise de Bari (la vengeance sarrasine) et celles du mécontentement lombard contre Louis, qui aura tôt ou tard vent de ce qui se trame contre lui. Ainsi, plus qu’une figure de conseiller ou d’acteur, le Chronicon fait de Sawdân une figure paradoxale de raisonneur inversé, d’accoucheur du mauvais projet, qui révèle à Adelchis lui-même, avec ironie, l’inéluctabilité de sa propre traîtrise. On retrouve ici, mais sans le châtiment, l’habileté satanique à tourner l’adversaire en dérision mise en évidence dans le Rythmus. Le Chronicon témoigne ainsi de l’achèvement de l’image de Sawdân, et c’est la scène du dialogue qui en constitue le point culminant : c’est là qu’il se révèle comme le kalidus temtator du Rythmus, incarnation de Satan parce qu’il exploite et précipite les mauvaises actions des chrétiens (dont il ne peut supporter la concorde, écrit André de Bergame), les pousse à transgresser la volonté de Dieu pour les diviser et renverse leur ordre du monde60. Les paroles de Sawdân à Adelchis, quod inchoasti perfice, peuvent même être rapprochées des paroles du Christ à Judas lors de l’annonce de la trahison (quod facis fac citius, Jean 13, 27 : « Ce que tu as à faire, fais-le vite ») ou de l’arrestation (amice ad quod venisti, Mt 26, 50 : « Mon ami, fais ta besogne »). Sans toutefois recourir à une citation textuelle, l’historien salernitain enrichit et transforme donc l’assimilation christique faite dans le Rythmus : Louis n’est plus Christ ; Adelchis est Judas ; Sawdân, Satan et Christ à la fois, acquiert une spectaculaire ambiguïté.

  • 61 Le regard de l’historien salernitain sur les Sarrasins est interprété différemment par M. OLDONI, (...)

43Le Chronicon Salernitanum est la seule source à donner à l’acte de 871 une motivation concrète, et la lie aux insultes d’Engelberge ; il est le seul à déclarer que Louis gouverne (preerat) effectivement à Bénévent ; il est le seul à détailler le ressentiment de Louis contre ce qu’il a subi, toutes les autres sources glorifiant son retour magnanime et efficace en 872-873 ; il détaille l’action de Sawdân, tradition attestée par Constantin VII et déjà, de façon spectaculairement déformée, par le Rythmus. Le Chronicon donne donc au total de ces événements un récit bien plus complexe que toutes les autres sources, moins polarisé en fonction d’une démonstration univoque. L’auteur met aux prises trois personnages complexes et nuancés : l’empereur efficace, mais méprisant et lâche, le prince traître presque malgré lui et l’émir ironique et fourbe, incarnation de Satan tentateur mais aussi figure ambiguë du Christ mettant Judas face à sa propre trahison61. Le sentiment de l’historien salernitain sur le geste de 871 apparaît dans sa mise en scène du dialogue entre Adelchis et Sawdân : l’agression contre l’empereur est l’inévitable conséquence dramatique de cet affrontement de personnages.

44Il y a au total suffisamment de traits particuliers dans chaque source pour conclure à l’élaboration progressive d’un discours complètement interprétatif, symbolisé, exemplaire, sur l’événement de Bénévent de 871. Ce discours est construit à partir d’informations souvent détaillées et originales, dépendant du grand nombre de témoignages différents qui, Hincmar l’affirme, se propagent très tôt. Plusieurs détails de ces récits sont surtout déterminés par des règles narratives : personnification des Lombards en Adelferius et Saductus dans le Rythmus, qualification des actions conte Louis en fonction de la démonstration de sainteté d’Athanase dans la Vie, solitude de Louis chez André ; d’autres de ces détails doivent être fictifs. Autant de preuves des enjeux de l’organisation du récit : l’épisode de 871 est recomposé en fonction des nécessités narratives d’une démonstration et soigné avec une intention littéraire manifeste.

45L’acte de 871 ne porte pas un coup d’arrêt immédiat à la présence et à l’action de Louis en Italie du sud : à l’été 872, à l’appel de Landolf de Capoue et d’Athanase de Naples, il descend à Capoue et repousse les Sarrasins. Reste que l’événement a des conséquences patentes et que les sources en prennent acte : les auteurs y voient bien un événement de tout premier ordre.

46En tant qu’événement, ce qui arrive à Louis est extrêmement labile. Il nous est à peu près impossible de savoir vraiment s’il s’est passé ceci plutôt que cela. Il n’y a pas une séquence des événements, plus ou moins bien connue par les auteurs, mais des quantités de versions différentes : presque chaque source donne au moins un détail particulier ; la différence entre les diverses sources n’est pas quantitative – degré de précision de l’information et de coïncidence avec le réel – mais surtout qualitative. Les récits sont si contradictoires sur certains points que beaucoup de détails doivent être fictifs. Peut-on faire la part des choses ? il semble falloir donner un poids important au témoignage d’André de Bergame, justement parce qu’il est le moins spectaculaire et parce que la façon dont s’y prend Adelchis d’après lui coïncide parfaitement avec ce que nous savons des mécanismes du pouvoir dans le haut Moyen Âge. À l’opposé, malgré tout le sérieux d’Hincmar et la date très précoce à laquelle il écrit, son récit est vraisemblablement tributaire d’une information déformée et surtout, ce qui est révélateur, déjà déformée.

47Mais en tant que fait historique, l’acte de 871 est tout à fait remarquable. C’est d’abord l’un des trois grands événements du monde carolingien à être chanté dans un poème rythmique aujourd’hui connu, et il suscite une floraison de récits et d’interprétations. Quasiment toutes les sources qui développent un peu le récit, même très tôt, en font un récit exemplaire. Exemplarité spirituelle d’abord, radicalisée dès 872 par le poète bénéventain : l’empereur-Christ face à Satan ; plus conventionnelle chez l’hagiographe napolitain : comme Athanase, Louis fait partie des bons, nécessairement, mais en vain, haïs par les méchants ; renversée chez Erchempert : l’empereur responsable de la rupture de l’unité lombarde est la figure de la désobéissance ; ambiguë dans le Chronicon Salernitanum : Sawdân est Satan, mais montre qu’Adelchis est Judas. Exemplarité historique ensuite, chez André de Bergame, pour qui l’événement est signe de l’achèvement de la domination carolingienne en Italie, et chez Réginon, pour qui il préfigure la disparition de l’Empire. Exemplarité épique enfin chez Réginon toujours, qui dégage le face-à-face des princes les armes à la main. Domine donc un modèle interprétatif, le Christ de la Passion : dans le Rythmus, le Chronicon Salernitanum et, via le parallèle avec le saint, dans la Vie d’Athanase. Aucune progression linéaire de ces lectures dans le temps ne se dégage réellement, les sources au récit le plus riche et le plus complexe, le Rythmus, Erchempert et le Chronicon Salernitanum, se plaçant tout au début et tout à la fin de la période. Elles émanent d’ailleurs du même milieu, le plus proche du geste d’Adelchis, sans pour autant que leur lecture des faits soit identique, Erchempert ignorant Sawdân et affirmant qu’au contraire son geste a lieu « avec la permission de Dieu ». L’acte de Bénévent de 871 constitue donc un exemple précis et extrêmement riche de la façon dont on écrit l’histoire au Moyen Âge, d’un processus de passage de l’événement au fait historique, à partir d’une information nombreuse et dispersée : c’est un événement sur lequel fleurit, immédiatement et plus tard, une multitude de discours parce qu’il est de toute première importance et que chacun en 871 doit chercher à l’exploiter s’il le peut. D’où une information sans doute très tôt brouillée par l’interprétation. Cette information multiforme trouve, immédiatement ou ensuite, sa voie jusqu’aux textes. Ce que l’on décrit trop facilement comme étant un topos, l’inspiration diabolique, n’est pas le moyen de suppléer à peu de frais un défaut d’information de la part d’écrivains peu consciencieux, mais l’aboutissement d’une interprétation chez des auteurs bien informés, et parfois de détails uniques. Le coup de force du prince Adelchis devient donc exactement un fait historique : les auteurs contemporains et postérieurs trouvent nécessaire de le donner à comprendre ; en l’intégrant chacun dans son discours et sa restitution de l’histoire et en l’expliquant, ils font précisément de l’histoire avec l’événement.

Annexes

Notes

1 Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern, 751-918 (926/962), (éd.) H. Zielinski. 3. Die Regesten des Regnum Italiae und der burgundischen Regna, t. 1. Die Karolinger im Regnum Italiae, 840-887 (888), Cologne, 1991, n° 328, p. 135 ; J. GAY, L’Italie méridionale et l’Empire byzantin depuis l’avènement de Basile Ier jusqu’à la prise de Bari par les Normands (867-1071) (BÉFAR 90), Paris, 1904, p. 102-108 ; C. RUSSO MAILER, « La politica meridionale di Ludovico II e il “Rythmus de captivitate Ludovici imperatoris« », Quaderni Medievali 14, 1982, p. 6-27 et St. GASPARRI, « Il ducato e il principato di Benevento », dans Storia del Mezzogiorno, (dir.) G. Galasso et R. Romeo, vol. 2, Il Medioevo, 2 t., Rome, 21994, t. 1, p. 83-146, ici p. 125-126.

2 W. OHNSORGE, « L’idea d’Impero nel secolo nono e l’Italia meridionale », dans Atti del 3o Congresso Internazionale di Studi sull’Alto Medioevo, Benevento-Montevergine-Salerno-Amalfi, 14-18 ottobre 1956. L’Italia meridionale nell’Alto Medioevo e i rapporti con il mondo bizantino, Spolète, 1959, p. 255-272.

3 U. RIZZITANO, « Gli Arabi in Italia », dans L’Occidente e l’Islam nell’Alto medioevo (CISAM. Settimane XII), 2 t., Spolète, 1965, t. 1, p. 93-114 et 349-362 et N. CILENTO, « Le incursioni saraceniche nell’Italia meridionale » dans id., Italia meridionale longobarda, Milan-Naples, 1966, p. 175-189.

4 I capitolari italici. Storia e diritto della dominazione carolingia in Italia, (éds) Cl. Azzara et P. Moro (Altomedioevo 1), Rome, 1998, n° 45, p. 210-215 ; Capitula domni Adelchis principis, dans Le leggi dei Longobardi. Storia, memoria e diritto di un popolo germanico, (éds et trad.) Cl. Azzara et St. Gasparri (Altomedioevo 4), Rome, 2005, p. 306-315 ; MGH. Epistulae, t. VI. Epistulae Karolini Aevi, t. IV, Berlin, 1925, Epistolae variarum 850-877. (éd.) E. Dümmler, n° 23, p. 175-177, ici p. 175 l. 38-39 ; Ludovici II diplomata, (éd.) K. Wanner (Istituto Storico Italiano per il Medio Evo. Fonti per la Storia dell’Italia Medievale. Antiquitates= MGH. Diplomata Karolinorum IV), Rome-Munich, 1994, 54, p. 172-173 et voir Cl. AZZARA, « Il ducato di Benevento e l’eredità del regno dei Longobardi », article disponible en ligne sur le site Reti Medievali : http://centri.univr.it/RM/ biblioteca/scaffale/a.htm#Claudio %20Azzara et J.-M. MARTIN, « Les actes des souverains francs concernant l’Italie méridionale (VIIIe-XIIe siècle) », dans Liber largitorius. Études d’Histoire médiévale offertes à P. Toubert. (éds) D. Barthélémy et J.-M. Martin (ÉPHÉ. Sciences historiques et philologiques. V. Hautes Études médiévales et modernes 84), Genève, 2003, p. 35-57.

5 Le couronnement de 872 est diversement interprété : J. GAY, L’Italie méridionale et l’Empire byzantin, op. cit., p. 104 ; R.-H. BAUTIER, « Sacres et couronnements sous les Carolingiens et les premiers Capétiens. Recherches sur la genèse du sacre royal français », Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France 502, 1987, p. 7-56 ici p. 32 ; Fr. BOUGARD, « La cour et le gouvernement de Louis II (840-875) », dans La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du IXe siècle aux environs de 920), (éd.) R. Le Jan (Centre d’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest 17), Villeneuve-d’Ascq, 1998, p. 249-267, ici p. 250 ; et voir C. BRÜHL, « Fränkischer Krönungsbrauch », Historische Zeitschrift 194 (1962), p. 265-326, ici p. 279-280 et id., « Kronen- und Krönungsbrauch im frühen und hohen Mittelalter », ibid., 234, 1982, p. 1-31.

6 L. FELLER, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du IXe au XIIe siècle (BÉFAR 300), Rome, 1998, p. 169-172.

7 Annales de Saint-Bertin, (éds) F. Grat, J. Vieillard et S. Clémencet, Paris, 1964 ; Annales Fuldenses, (éd.) Fr. Kurze. MGH. SRG 7, Hanovre, 1891 ; Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, (éd.) Fr. Kurze. MGH. SRG 50, Hanovre, 1890.

8 Andrea da Bergamo, « Historia », dans Testi storici e poetici dell’Italia carolingia, (éd. et trad.) L. A. Berto. (prés.) Fr. Bougard (Medioevo Europeo 3), Padoue, 2002, p. XX-XXXIII et 21-65 ; Catalogi regum Langobardorum et Italicorum Brixiensis et Nonantolanus, MGH. Scriptores rerum Langobardicarum et Iltalicarum saec. VI-IX, (éd.) G. Waitz, Hanovre, 1878 [MGH. SRLI], p. 501-504, 2, p. 502, l. 6 – p. 503, l. 5.

9 Erchemperti historia Langobardorum Beneventanorum, MGH. SRLI, p. 231-264 ; N. CILENTO, « La cronaca della dinastia capuana », dans id., Italia meridionale longobarda, op. cit., p. 103-174, texte p. 121-134 ; datations : W. POHL, Werkstätte der Erinnerung. Montecassino und die Gestaltung der langobardischen Vergangenheit (Mitteilungen desInstituts für Österreichische Geschichtsforschung. Ergänzungsband 39), Vienne-Munich, 2001, p. 33-42 et 103-106 ; Chronicon Salernitanum, (éd.) U. Westerbergh (Acta Universitatis Stockholmiensis. Studia latina Stockholmiensia 3), Stockholm, 1956.

10 Vita et Translatio s. Athanasii Neapolitani episcopi (BHL 735 e 737). Sec. IX, (éd.) A. Vuolo (Istituto Storico Italiano per il Medio Evo. Fonti per la Storia dell’Italia Medievale. Antiquitates 16), Rome, 2001 ; Gesta episcoporum Neapolitanorum, MGH. SRLI, p. 398-436.

11 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, vol. I, Greek text, (éd.) Gy. Moravcsik. (trad.) R. J. H. Jenkins (Corpus Fontium Historiae Byzantinae 1. Dumbarton Oaks Texts 1), Washington, 21967 et vol. II, Commentary, (éd.) R. J. H. Jenkins, Londres, 1962.

12 Testi storici e poetici, (éd.) L. A. Berto, op. cit., p. XXXIV-XXXVII et 73-77.

13 G. G. MEERSSEMAN, « Il codice XC della Capitolare di Verona », Archivio Veneto 104, 1975, p. 11-44 ; id., « Ministero parrocchiale nel IX secolo secondo il Cod. XC della Capitolare di Verona », Zeitschrift für Schweizerische Kirchengeschichte 7 (1977), p. 3-19 ; P. BOURGAIN, « Les recueils carolingiens de poésie rythmique », dans De Tertullien aux Mozarabes. Mélanges offerts à Jacques Fontaine, (éds) L. Holtz, J.-Cl. Frédeville et M.-H. Jullien, t. II, Haut MoyenÂge (VIe-IXe siècles) (IRHT - Collection des Études Augustiniennes, Série Moyen Âge et Temps Modernes 26), Paris, 1992, p. 117-127 et C. BOTTIGLIERI, « I codici veronesi di ritmi latini : origini e problemi », dans Poesia dell’Altomedioevo Europeo : manoscritti, lingua e musica dei ritmi latini, Atti delle euroconferenze per il Corpus dei ritmi latini (IV-IX sec.), Arezzo, 6-7 novembre 1998 e Ravello, 9-12 settembre 1999, (éd.) Fr. Stella (Millennio Medievale 22. Atti di Convegni 5), Tavarnuzze, 2000, p. 275-298.

14 D. NORBERG, La poésie latine rythmique du haut Moyen Âge (Studia Latina Holmiensia 2), Stockholm, 1954, p. 29-30 et id., Introduction à l’étude de la versification latine médiévale (Acta Universitatis Stockholmiensis. Studia Latina Stockholmiensia 5), Stockholm, 1958, p. 56-57.

15 Celus magnum praeparavit in istam provintiam, / regnum nostrum nobis tollit nos habet pro nihilum (…) Iuratum est ad sante Dei reliquie / ipse regnum defendendum et alium requirere, Rythmus, op. cit., v. 7-8 et 31-32, p. 74-76 et L. A. BERTO, ibid., p. XXXIV-XXXVII.

16 Erchemperti historia Langobardorum, op. cit., c. 34 p. 247, l. 25-26 et l. 30-31 ; Vita, op. cit., respectivement 8, 1-2 p. 139 et 8, 4-5 p. 140 ; la dépendance est signalée par A. VUOLO, ibid., p. 51-52.

17 M. MEYER-GEBEL, « Zur annalistischen Arbeitsweise Hinkmars von Reims », Francia 15, 1987, p. 75-107 ; E. HLAWITSCHKA, « Die Widonen im Dukat von Spoleto », Quellen und Forschungen aus italienischer Archiven und Bibliotheken 63, 1983, p. 20-92, ici p. 44-57 et Br. RUGGIERO, « Il ducato di Spoleto e i tentativi di penetrazione dei Franchi nell’Italia meridionale », dans id., Potere, istituzioni, chiese locali : aspetti e motivi del Mezzogiorno medioevale dai Longobardi agli Angioini (Reprints 2), Spolète, 1991, p. 1-44. La notice d’Hadrien II dans le Liber Pontificalis met elle aussi l’accent sur la révolte spolétine, en taisant complètement la captivité de Louis, et rapproche l’agitation des deux comtes à la mort de Nicolas Ier (867) et leur disgrâce à la fin de 871 : Le Liber Pontificalis, (éd.) L. Duchesne, t. I et II (BÉFAR), Paris, 21981, t. II, p. 173-190, ici p. 177, l. 18-30. La présentation des faits dans le Liber Pontificalis peut, comme celle faite par Hincmar, être due à une rédaction très tôt après les faits et la relative coïncidence entre ces deux traditions pourrait s’expliquer par une information d’Hincmar et des rois francs via Rome : cette notice est composée en 871-872 et laissée inachevée du vivant même d’Hadrien II : The Lives of the Ninth-Century Popes (Liber Pontificalis), (trad.) R. Davis (Translated Texts for Historians), Liverpool, 1995, ici p. 249-258.

18 J. GAY, L’Italie méridionale, op. cit., p. 110-111 et 147-149.

19 G. SANGERMANO, « Avellino longobarda », dans Storia illustrata di Avellino e dell’Irpina, (éds) G. Pescatori Colucci, E. Cuozzo et Fr. Barra, vol. II. Il Medioevo. Longobardi, Normanni, Svevi, Angioini e Aragonesi, (éd.) E. Cuozzo, Pratola Serra, 1996, p. 289-304, ici p. 298 et H. TAVIANI-CAROZZI, La principauté lombarde de Salerne (IXe-XIe siècle). Pouvoir et société en Italie lombarde méridionale (Collection de l’ÉFR 152), 2 vol. , Rome, 1991, vol. I, p. 336-340 ; Anno autem regni sui 18. perrexit Beneventum et occupavit eam, seu etiam comprehendit Saudanum regem paganorum et princeps christianorum nomine Dalferi et Adelchis, qui eam possidebant, Catalogus, op. cit., p. 502, l. 41-43.

20 « I Sadutti, che erano fra gli esponenti dell’estremismo « nazionalistico » dell’aristocrazia longobarda », N. CILENTO, Le origini della signoria capuana nella Longobardia minore (Istituto Storico per il Medioevo, Studi Storici, Fasc. 69-70), Rome, 1966, p. 76-77, 86-87 et 108-109 et C. RUSSO MAILER, « La politica meridionale », op. cit., p. 23-24. Le rôle d’Adelferius en 871 et celui qu’il joue (si c’est bien lui) dans l’arrêt du projet de conquête de Bénévent par le prince Guaimar Ier de Salerne (877-901) semblent motivés par la même défense de l’indépendance bénéventaine, à l’image de la famille des Saducti selon N. Cilento. H. TAVIANI, « Pouvoir et solidarités dans la principauté de Salerne à la fin du Xe siècle », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIe siècle), Colloqueinternational organisé par le CNRS et l’ÉFR (Rome, 10-13 décembre 1978) (Collection de l’ÉFR 44), Rome, 1980, p. 587-606 + 1 pl., ici p. 598 et ead., La principauté, op. cit., vol. I, p. 365.

21 Domnus imperator in Beneventi palatio sedebat. Tunc Adelchis principatum Beneventanorum regebat, cui imperator se omnia credebat, et dilectione caritatis inter se diliebant. (…) Beneventani per fraudem uno consilio ingerunt, ut rederent malum pro bonum ; quatenus ubicumque fidelissimi imperatoris invenissent, ibi custodirent, et ad imperatore non dimisissent redirent. Erant enim Franci separati per castellas vel civitates, fidentes absque ullo terrore, credentes fide Beneventanorum. Fuit enim iste contrarius discessionis dies XXXV, id est idus augusti usque quintodecimo kalendas octobris, indictione V. Sed Deus, qui domno imperatore ad regni gubernacula imperialis ordinaverat, cum ipso erat, sicut legitur : ‘Cor regis in manum Dei est’ [Prov 21, 1]. Et taliter fideles suos ad eum venire fecit. Caelestis timor super Beneventanos inruit ; vis illorum fuit, ut pacifice potuissent, illos dimiterent. Qui letabundi a domno imperatore reversi sunt, Andrea da Bergamo, Historia, op. cit., 20, p. 56-58.

22 H. TAVIANI, « Pouvoir et solidarités », op. cit. ; ead., La principauté, op. cit., vol. II, p. 685-725 ; R. LE JAN, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale (Histoire ancienne et médiévale 33), Paris, 1995, p. 59-98 ; M. AURELL, La noblesse en Occident (Ve-XVe siècle) (Cursus Histoire), Paris, 1996, p. 31-32 et 37-43 ; La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du IXe siècle aux environs de 920), (éd.) R. Le Jan, op. cit.

23 Imperator in Campaniam et Lucaniam ad civitates quae defecerant copias transponit ; quas absque difficultate in deditionem recepit (…) Flexus his suggestionibus [celles d’Adelchis] imperator exercitum ex permaxima parte absolvit et ad propria repedare permisit ; ipse cum paucis in eodem loco remanet, nil adversi suspicatus, Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon, op. cit., a. 871 p. 103-104.

24 Quo capto unaque cum coniuge sua recluso, plurimi Franci, amisso pastore, luctifero ululatu reversi sunt in regionem suam, Gesta, op. cit., c. 65, p. 435, l. 29-30.

25 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, op. cit., vol. I, 29, 113-155 p. 128-130.

26 Fr. BOUGARD, art. « Engelberga », Dizionario Biografico degli Italiani, t. 42, Rome, 1993, p. 668-676, ici p. 670.

27 In quo itinere missos ab Italia plurimorum suscepit, qui eum inuitabant Italiam ire, quoniam nepos suus Hludouuicus imperator in Beneuento ciuitate cum uxore et filia a Beneuentanis occisus foret (…) Qui per Rhemum ciuitatem pergens, usque Vesontionem urbem peruenit. (…) Dum autem Karolus in Vesontio moraretur, missi sui quos in Italiam praemiserat nuntiauerunt ei quod ipse imperator Hludouuicus uiueret et sanus corpore esset, Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 871, p. 182-183 ; Cum autem falsus rumor exisset Hludowicum Italiae imperatorem ab Adalgiso duce Beneventano insidiose peremptum fuisse et rex tristis de Aquenso palatio in orientales partes regni sui rediret, Annales Fuldenses, op. cit., a. 871, p. 74.

28 J. L. NELSON, Charles le Chauve (Histoires), Paris, 1994, p. 264 évoque la « vitesse phénoménale » du retour de Charles de Vercelli à Besançon à la nouvelle de l’attaque de Louis le Germanique : environ 280 km du 1er au 15 mars 876 avec traversée des Alpes. En 871, les messagers italiens, qui parcourent environ 1 400 km en trois semaines, voyagent trois à trois fois et demie plus vite. 50 à 60 km par jour sont déjà de grandes vitesses dans les régions planes : O. BRUAND, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux VIIIe et IXe siècles (Bibliothèque du Moyen Âge 20), Bruxelles, 2002, p. 140, mais des messagers porteurs de nouvelles importantes peuvent, à la fin du Moyen Âge, parcourir 250 à 380 km en vingt-quatre heures : M. BALARD, « Conclusion », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, XXIVe Congrès de la SHMES (Avignon, juin 1993) (Série Histoire Ancienne et Médiévale 29 – Collection de l’ÉFR 190), Paris-Rome, 1994, p. 251-254, ici p. 253.

29 P. DRONKE, « Generi letterari della poesia ritmica altomedievale », dans Poesia dell’Altomedioevo Europeo, op. cit., p. 171-185, ici p. 175-177.

30 Kalidus ille temtator ratum adque nomine / coronam imperii sibi in caput ponet et dicebat populo : / « Ecce sumus imperator, possum vobis regere ». / Leto animo habebat de illo que fecerat, / a demonio vexatur, ad terram ceciderat : / exierunt multe turme videre mirabilia, Rythmus de captivitate, op. cit., v. 22-27, p. 76.

31 Sagdan et ses variantes ne sont pas des déformations du titre « sultan » (U. Westerbergh, Chronicon Salernitanum, op. cit., Index nominum, p. 347) mais un anthroponyme : N. CILENTO, « La cronaca della dinastia capuana », op. cit., note 7, p. 144 ; Ph. SÉNAC, L’Occident médiéval face à l’Islam. L’image de l’autre, Paris, 22000, p. 33-37.

32 MGH. SRLI, index p. 627 et Vita, op. cit., 5, 1 p. 130.

33 Interim autem state in fide, ‘viriliter agite et confortetur cor vestrum’ [Ps 31, 25], omnes, qui non in Sudan, qui Satan congruentius dicitur, sed speratis in Domino, ita ut omnes a paganorum consortio subducatis et vos ad pacem in invicem et concordiam uniatis in Christo Iesu Domino nostro, MGH. Epistulae, t. VII, Epistulae Karolini Aevi, t. V, (éds) E. Casper et al., Berlin, 1928, Iohannis VIII. papae epistolae, n° 29, p. 27-28, ici p. 28, l. 6-9.

34 Chronicon Salernitanum, op. cit., c. 99, p. 99 l. 34-35 ; A. GALDI, « Principi, vescovi e santi in Salerno longobarda », dans I Longobardi dei ducati di Spoleto e Benevento, Atti del XVI Congresso internazionale di studi sull’Alto Medioevo, Spoleto, 20-23 ottobre 2002 – Benevento, 24-27 ottobre 2002 (Atti dei Congressi XVI), 2 t., Spolète, 2003, t. 2, p. 1429-1449 et Th. GRANIER, « Conflitti, compromessi e trasferimenti di reliquie nel Mezzogiorno latino del secolo IX », Hagiographica XIII, 2006, p. 33-71, ici p. 51-52. L’auteur peut forcer un peu la chronologie, Sawdân n’étant émir qu’à partir de 861, donc après l’épiscopat de Bernaldus : U. RIZZITANO, « Gli Arabi in Italia », op. cit., p. 101.

35 Le Christ est lui-même le modèle premier du martyr : Th. J. HEFFERNAN, « Christian Biography : Foundation to Maturity », dans Historiography in the Middle Ages, (éd.) D. Mauskopf Deliyannis, Leyde-Boston, 2003, p. 115-154.

36 Eo igitur tempore quo Lodoicus piissimus augustus Beneventanam provinciam ab exulatione Sudan crudelissimi Hismahelitum regis advenit eruendam, suae nexus coniugi, spretis iam Neapolitum legatis submissione antiqui aemuli, sicut dictum est : ‘corrumpunt mores bonos colloquia mala’ [1 Cor 15, 33], hic venerandus vir pro suorum civium salute frequentissime adiit caesaream celsitudinem, a quibus officiosissime excipiebatur ob piae famae rumorem et sanctitatis reverentiam, qua non mediocriter pollebat, Vita, op. cit., 5, 1-4, p. 130-131 ; Beneventani, inspirati a daemone et ab aemulis viri Dei, animati zelo eius comprehenderunt Lodoicum augustum pium virum, ibid., 8, 1, p. 139 ; dans la Translation d’Athanase : Iniquorum vero consuetudo ita extat perversa, ut bonos Deoque caros viros odiant, et non solum vivos, sed etiam mortuos, vipereis linguis carpere non desinant, ibid., Translatio, 2, 1 p. 145 ; Beneventani et Salernitani, aemulatores tantae bonitatis praedicti imperatoris, insurrexerunt cum consilio Sergii ducis contra eum, Gesta, op. cit., c. 65, p. 435, l. 27-29.

37 Vita, op. cit., 8, 17-21, p. 141.

38 Eodem anno evoluto, multa signa monstrata sunt. (…) Completi anno centisimo ex co Francorum gens Italia ingressi sunt, anno domni Hludovici imperatori XXIII et mensis IIII, indictione VI finita. Ingrediente VII indictione, hoc est anni Incarnatione Domini nostri Ihesu Christi octogenti LXXIII transacti imperator vero veniens de finibus Beneventana post multa victoria super Sarracini facta, Andrea da Bergamo, Historia, op. cit., c. 21, p. 58 ; ibid., c. 14, p. 48 et Igitur post annum, hoc est in indictione octava, stella commetis in caelo comparuit, similtudo radientibus longinque caude per totum mense iunium, mane et vespere. Deinde in mense iulio Sarracini venerunt et civitate Cummaclo igne cremaverunt. Sequenti autem mense augusto Hludowicus imperator defunctus est, pridie idus augusti, in finibus Bresiana, ibid., c. 22, p. 60.

39 Testi storici e poetici, L. A. Berto, op. cit., p. XXX-XXXI.

40 Tunc Adelchis principatum Beneventanorum regebat, cui imperator se omnia credebat, et dilectione caritatis inter se diliebant. Anticus hostis, qui semper contra dilectionem inimicitiam querit, exsurgentes per malos homines, inter se occulte dicentes : « Quid grabati sumus sub potestatem Francorum ? » Taliter Beneventani per fraudem uno consilio ingerunt, ut rederent malum pro bonum, Andrea da Bergamo, Historia, op. cit., 20, p. 56.

41 Cur autem iam dicto augusto supradictum opprobrium Domino permittente Beneventani inferre quiverint, de multis duo inferam, Erchemperti historia Langobardorum, op. cit., c. 37, p. 248, l. 33-34. H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté… op. cit., I, p. 58-59.

42 Ibid., c. 37, p. 248, l. 34 – p. 249, l. 1.

43 Oblitus videlicet, quid Samuel coram Saule de Agath pinguissimo rege Amalechitarum egerit, quomodo eum in frusta discerpi fecerit [cf. 1 Samuel 15]. Quemammodum etiam quidam propheta Samaria regi de quodam scelerato viro dixerit : « Quia dimisisti », inquid, « virum morte dignum, erit anima tua pro anima illius » [cf. 1 Rois 20, 42], Erchemperti historia Langobardorum, op. cit., c. 37, p. 249, l. 1-4.

44 The Lives of the Ninth-Century Popes, (trad.) R. Davis, op. cit., p. 191.

45 Cf. supra, note 21, p. 20.

46 Reginonis Chronicon, op. cit., a. 871, p. 104.

47 Capuani desperatis rebus episcopum civitatis adeunt : corpus sancti Germani episcopi (…) in feretro levant et sic portis apertis supplices castra imperatoris petunt, orantes eiusdem sancti interventu sibi veniam largiri. Augustus, ut totus pietatis visceribus affluebat, misericordia motus erratus adque excessus benigne indulsit precipitque exercitui ab excidio retrahere manum, ibid., a. 871, p. 103.

48 Ibid.

49 Rex a strepitu et clamore irruentium excitatus lecto desilit, arma corripit et cum perpaucis corporis sui custodibus ad hostium domus turbatus repentina inruptione procedit aditumque ferro intercludens hostem a liminibus arcet, ibid., a. 871, p. 104.

50 Anno Dominicae Incarnationis DCCCLXXII. Ludowicus imperator Romam venit ibique conventum celebrans coram summo pontifice multa super Adalgisi tyrannide conquestus est. A Senatu Romanorum idem Adalgisus tirannus atque hostis Reipublicae declaratur, bellum adversus eum decernitur. Iohannes papa imperatorem a iuramento, quo se obligaverat, auctoritate Dei et sancti Petri absolvit, affirmans nihil sibi obesse, quod ob mortis periculum evadendum coactus fecerat, nec sacramentum esse dicendum, quod contra salutem Reipublicae, quamvis cum multis execrationibus, fuerit prolatum. His exhortationibus principis animum ad rediviva certamina provocat. Tamen, ne a suis periurus diceretur, nequaquam ipse contra tirannum procedit, sed reginam cum exercitu dirigit. Adalgisus certis indiciis colligens, bellum adversus se summis viribus parari hostemque se ac tirannum esse denunciatum, suae nequiciae conscius metu percellitur et spem vitae in fuga ponens in Corsicam insulam secessit ibique ad tempus delituit, ibid., a. 872, p. 104-105.

51 P. TOUBERT, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du IXe siècle à la fin du XIIe siècle (BÉFAR 221), 2 vol. , Rome, 1973, vol. 2, p. 963-968 ; Y. SASSIER, « L’utilisation d’un concept romain aux temps carolingiens : la res publica aux IXe et Xe siècles », dans Le premier Moyen Âge = Médiévales 15 (1988), p. 17-29, ici p. 24 ; G. ARNALDI, « Il Senato in Roma altomedievale (secoli VI, fine-X) », dans Il Senato nella Storia. II. Il Senato nel Medioevo e nella prima età moderna, Rome, 1997, p. 95-115 ; A. GIARDINA et A. VAUCHEZ, Rome. L’idée et le mythe. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2000, p. 38 ; A. ESCH, « L’uso dell’antico nell’ideologia papale, imperiale e comunale », dans Roma antica nel Medioevo. Mito, rappresentazioni, sopavvivenze nella ‘Respublica christiana’ dei secoli IX-XIII. Atti della XIV Settimana Internazionale di Studio. Mendola, 24-28 agosto 1998 (Storia. Ricerche), Milan, 2001, p. 3-25.

52 J. L. NELSON, « La mort de Charles le Chauve », dans La mort des grands = Médiévales 31, 1996, p. 53-66, ici p. 61-62.

53 K. F. WERNER, « Zur Arbeitsweise des Regino von Prüm », dans Die Welt als Geschichte. Eine Zeitschrift für Universalgeschichte, (éds) H. E. Stier et F. Ernst 2 (1959), p. 96-116, réimpr. dans K. F. WERNER, Einheit der Geschichte. Studien zur Historiographie, (éd.) W. Paravicini (Beihefte der Francia 45), Sigmaringen, 1999, p. 136-156 ; H.-H. KORTÜM, « Weltgeschichte am Ausgang der Karolingerzeit. Regino von Prüm », dans Historiographie im frühen Mittelalter, (éds) G. Scheibelreiter et A. Scharer (Veröffentlichungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung 32), Vienne-Munich, 1994, p. 499-513, ici p. 504-506 ; S. AIRLIE, « ‘Sad stories of the death of kings’ : Narrative Patterns and Structures of Authority in Regino of Prüm’s Chronicle », dans Narrative and History in the Early Medieval West, (éds) E. M. Tyler et R. Balzaretti (Studies in the Early Middle Ages 16), Turnhout, 2006, p. 105-131.

54 Cumque Beneventani hostiliter insequeretur sua coniuge, atque mulieres illorum omnimodis nimirum fedaret, idipsum Beneventanis variis iniuriis afficeret, asserens ad suos quia « Minime se sciunt communire Beneventani clippeis » (…) « Numquid non dudum dicebas, quia Beneventanis minime se sciunt munire clippeis? Cerne nunc eos, qualiter undique se communiunt, atque ad bellum prompto animo sunt parati! », Chronicon Salernitanum, op. cit., c. 109, p. 121, l. 21-24 et p. 121, l. 32 – p. 122, l. 2.

55 Ibid., c. 117, p. 129, l. 14-25. H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté… op. cit., I, p. 226-234.

56 Altithronus Deus, qui proprium suum cruorem pro suis ovibus fudit (…) nolens suos periret, Hismaelitum animum adversus suos suscitans, ut flagicia, que erga ipsum imperatorem, salvatorem scilicet Beneventanae Campanieque patrie, gesserant, ulciscerent (…) ut, corpora diu castigata, animas celorum gaudia concederet, ibid., c. 111, p. 123, l. 23-p. 124, l. 1.

57 « Nequaquam talia facito, quia, quantum conicere valeo, minime me Agareni pretermictunt, sed indesinenter perquirunt ». Ad hec princeps : « Confiteor, quia pluribus predicta re innotuit ». At Sagdan ut erat sagacissimus, in hunc modum verba depromsit : « Quod inchoasti perfice, ne forte consilium promulgetur », ibid., c. 109, p. 122, l. 11-16.

58 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, op. cit., 29, 130-154 p. 130 et Nam Adalgisus cum aliis Beneuentanis aduersus ipsum imperatorem conspirauit, quoniam idem imperator factione uxoris suae eum in perpetuum exilium deducere disponebat, Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 871, p. 183.

59 Nominative Beneventanum principem Adelchisum adclamat, Chronicon Salernitanum, op. cit., c. 108, p. 121, l. 11-12.

60 Le terme tentator renvoie directement à la tentation du Christ au désert : accedens tentator dixit ei : « Si filius Dei es… », Mt 4, 3, unique occurence scripturaire du terme ; cf. aussi et tentaverunt et exacerbaverunt Deum, Ps 77, 56.

61 Le regard de l’historien salernitain sur les Sarrasins est interprété différemment par M. OLDONI, Anonimo salernitano del X secolo (Esperienze 14), Naples, 1972, p. 146 (en faisant des chefs sarrasins des incarnations des aspects sombres de la nature humaine, en les montrant exploiter les divisions entre les princes lombards, il serait le seul à leur donner une vraie personnalité) et L. A. BERTO, « I musulmani nelle cronache altomedievali dell’Italia meridionale (secoli IX-X) », dans Mediterraneo medievale. Cristiani, musulmani ed eretici tra Europa ed Oltremare (secoli IX-XIII), (dir.) M. Meschini (Scienze Storiche 74), Milan, 2001, p. 3-27, ici p. 23-25 (les Sarrasins montreraient parfois aux princes lombards l’importance des actes de bonté et du respect de la parole donnée, révélant les limites et les fautes des chrétiens).

Auteur

Université Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540