Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Prendre une ville au XVIe siècle

 | 
Gabriel Audisio

Récits : France

Fare col leone e con la volpe

La « réduction de Marseille » (17 février 1596)1

Fare col leone e con la volpe : The “quelling of Marseilles” on February 17th 1596

Wolfgang Kaiser

Résumé

La « réduction de Marseille » sous l’autorité du roi Henri IV en février 1596 se fait de manière assez paisible. Assiégée, la ville qui était depuis 1591 entre les mains des Ligueurs radicaux, sera prise avec peu de violences, des négociations sur les conditions de la reddition. Les récits de cette « réduction » écrits à chaud et mis en circulation presque au lendemain des événements, essayent de faire accepter une version des faits. Dans certains récits, la prise de la ville est présentée comme une « prise de l’intérieur » grâce à une conjuration civique préparée de longue date par des bourgeois royalistes. Interprétation improbable dont l’enjeu est de renégocier le rapport entre le roi et la ville.

The “quelling of Marseilles” under King Henri IV in February 1596 was carried out quite peacefully. The city which had been the turf of radical League members since 1591, was recaptured virtually without violence and after negotiations on the conditions of surrender. The accounts of that “quelling” written on-the-spot and diffused the day after the events, are trying to back up a certain version of the facts. In some of them, the capture of the city is seen as a “seizure from within” through a civic conspiracy which royalist bourgeois had been preparing for a long time. The interpretation is unlikely but was meant to renegotiate the relationship between the king and the city.

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend des éléments des interventions de la journée d’études « Conjurations, complots, (...)
  • 2 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions, 1559-1 (...)
  • 3 Voir récemment, sur le rapport entre expérience contemporaine et événement historique à l’exemple d (...)

1L’histoire de Marseille des années 1580 et 1590 est marquée par l’effervescence du catholicisme militant, de la « Sainte Union » ou Ligue catholique, qui saisit aussi une grande partie de l’élite urbaine (qui le niera par la suite). Les dominants et militants se divisent d’abord sur la question si l’on doit rester dans l’obéissance au roi et s’affrontent ensuite sur le problème du soutien étranger (savoyard, génois et directement espagnol). De 1585 à 1596, la vie politique est scandée à Marseille par une succession de coups de force pour prendre le pouvoir, de complots et d’assassinats et de renversement d’alliances. Or, le dénouement de ces confrontations et micro-conflits complexes qu’on a suivi ailleurs dans leurs péripéties2, est une « réduction » de ville à l’obéissance du roi qui est très différente des sièges, prises sanglantes et sacs de villes qui marquent pendant cette période l’histoire européenne, du sac de Rome en 1527 à celui de Magdebourg en 16313. Une prise de la ville, le 17 février 1596, où la violence est réduite à son extrême, le meurtre libérateur du « dictateur » Charles de Casaulx, qui avait usurpé pendant plusieurs années la charge du premier consul, par un proche, le capitaine Pierre Lieutaud dit Libertat. Un écroulement très rapide du régime des ligueurs qui prennent la fuite tout comme les troupes et galères espagnoles et génoises. Un peuple qui montre sa liesse et son patriotisme local et son sentiment national, et des chefs royalistes qui négocient une reddition dans le calme, sans pillages et logement de troupes dans la ville.

2Bref, une prise presque pacifique qui ressemble plutôt à une reprise de la ville par les élites traditionnelles, après une période de « dérapages » gênants qu’il faut oublier le plus vite possible. C’est en fait le conseil majeur que donne Guillaume du Vair, nommé président de la Chambre souveraine de Marseille (juridiction d’appel suprême), dès son arrivée en décembre 1596 aux dominants de la ville, dans une remontrance (23 décembre 1596) imprimée en 1597 à Lyon et à Paris :

  • 4 La remontrance du 23 décembre 1596 est reproduite dans Guillaume du Vair, Actions et traictez orato (...)

« Je n’ignore pas que la condition du calamiteux estat où nous avons vescu n’ait entamé bien avant la fortune de plusieurs d’entre vous et ne leur ait laissé de douloureux ressentimens des injures et des pertes passées. Si les affaires du monde se gouvernoyent par souhaits, je souhaiterois, et vous tous, comme je croy, que cela ne fust jamais advenu. Mais, puis que cela ne se peut, il ne reste qu’un seul remede, qui est que l’oubliance en estouffe la memoire, ou pour le moins que le silence la couvre. »4

3Du Vair s’inscrit ici bien entendu dans la politique traditionnelle de l’amnistie-amnésie qui marque déjà l’édit d’Amiens que les députés marseillais avaient obtenus du roi en juillet 1596. Le roi y ordonne,

  • 5 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BdR), dépôt d’Aix, B 3339 fol. 349v.

« que la mémoire de tout ce qui c’est passé en ladite ville et territoire d’icelle despuis le commancement des presans troubles jusques à maintenant demeure estainte et abolie tant pour l’adhéreance au parti de noz ennemis que ligues, praticques et sociétez dressées avec les chefz du parti et villes de la ligue, meurtres, rançonnemens, séditions et esmotions populaires, saisies et expulsions de personnes, vante des biens meubles, prise, saisie et vante des fruictz… »5

  • 6 Sondage sur l’activité de la Chambre souveraine et de son président Guillaume du Vair de janvier à (...)

4La politique de la main douce est poursuivie par Guillaume du Vair pendant les premiers mois de l’exercice de sa charge, avec une intense activité : vérification des arrêts prononcés, corrections de peines infligées, libération de prisonniers, etc.6. Cette activité vise à apaiser les conflits, concentrer la répression sur un petit nombre de ligueurs, complément pratique de l’exhortation à oublier les dissensions du passé. La « réduction de Marseille », si elle est célébrée annuellement par une procession, et si le nom de l’assassin-libérateur immortalisé par un épitaphe, apparaît dans cette politique de l’« oubliance » comme un fait gênant qu’il faut vider de ses contradictions et « réduire » en point aveugle de l’histoire marseillaise – en faire un « non-événement ».

  • 7 Du Vair, « Remonstrance », p. 191-192 : « Les Edicts et mandemens … ne tendent pas à tirer de l’ayd (...)
  • 8 Derrière Paris, avec quatre millions de livres d’obligations, vient déjà Marseille avec 1 million e (...)
  • 9 AD BdR, CC 2184-2185 ; Kaiser, Marseille, chap. 10-11.
  • 10 Wolfgang Kaiser, « Le passé refaçonné. Mémoire et oubli dans les histoires de Marseille, de Robert (...)
  • 11 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (1925), rééd. par Gérard Namer, Paris, 1994.
  • 12 Yves-Marie Bercé, « Richelieu : la maîtrise de l’histoire et le conformisme historique », in : Miri (...)

5Les gens veulent sans doute « estre heureux »7, comme c’est la volonté du roi selon du Vair, mais ils ne sont pas tout à fait prêts à oublier. Les luttes politiques à Marseille entre la Ligue et la Fronde témoignent de la persistance des dissensions, ranimées par le conflit autour du remboursement des dettes contractées sous la Ligue8. Les discussions autour des dettes de la ville exposent au grand jour le rôle des uns et des autres pendant la Ligue9. Une politique de l’oubli ne passe donc pas par le silence mais par la transformation de l’expérience urbaine, des souvenirs individuels dans une mémoire collective, puis dans des histoires urbaines autorisées10. En amont de l’histoire avec un grand H s’opère la formation d’une mémoire sociale qui est une création collective et conflictuelle entre les groupes urbains11 : d’abord la négociation entre les contemporains des événements et ceux qui s’en souviennent encore des versions admises, voire légitimes, du passé ; puis la mise en écriture dans des histoires urbaines ou provinciales consacrées par les subventions accordées par les autorités. Ces histoires qui relatent les guerres de religion ou les luttes des Frondes constituent ainsi un temps fort du refaçonnement et de « l’émendation du passé »12.

  • 13 Le notaire Jean d’Ille, AD 352 E 176 fol.227r-v ; voir Pierre Bertas, « Un épisode de la Ligue à Ma (...)
  • 14 Voir sur le modèle du Jugurtha de Salluste Quentin Skinner, Visions of Politics, vol. 2 : Renaissan (...)
  • 15 La comtesse de Sault change plusieurs fois de camp : d’abord pour une intervention savoyarde, elle (...)

6Que pouvons-nous savoir de ces années de troubles ? Les coups avortés pour rendre la Sainte Union maître de la ville, par exemple celui d’avril 1585, sont relatés « à chaud » par une pluralité de sources : le récit donné sur quelques pages d’un registre de notaire, dans une histoire anonyme et dans les lettres visant à rassurer le roi de la loyauté de la ville13. Ces dernières opposent la cité dans son unanimité aux » comploteurs » et « traîtres ». À plusieurs moments, nous disposons ainsi de quelques éléments – contemporains de l’événement – du processus de négociation qui aboutit à une lecture consensuelle ou majoritaire des « faits ». Ces conflits sont décrits et analysés par les sources narratives dans le langage politique coutumier des luttes de partis dont les schémas interprétatifs sont empruntés aux auteurs antiques14. Les limites de ce registre descriptif deviennent visibles dans les années 1590 lorsque les ligueurs radicaux sous la direction d’un « duumvirat », de Charles de Casaulx comme premier consul et Louis d’Aix comme viguier, prennent le pouvoir et s’y accrochent jusqu’au 17 février 1596. Dans la perspective d’une lutte entre partis nobiliaires au sein de la ligue provençale, Charles de Casaulx est considéré par les contemporains comme une « créature » de la comtesse de Sault qui usurpe, l’épée à la main, le premier chaperon. Ensuite, c’est l’histoire d’un dérapage : Casaulx se soustrait au contrôle de sa patronne, se retourne contre elle et exerce le pouvoir à son propre compte15.

7Ce scénario stéréotypé fait passer sous silence l’adhésion ou au moins la collaboration d’une partie de l’élite urbaine. On occulte le soutien assez massif dont joue Charles de Casaulx au début, à l’exception de l’épisode de novembre 1591 qui est présenté comme une sorte de « sursaut national ». Des soldats du baron de Méolhon, gouverneur mal-aimé de Marseille, occupent avec l’accord du duc de Savoie l’abbaye de Saint-Victor et tirent des coups de canons sur la ville. Le viguier Besaudun mobilise la ville et les bourses de ses habitants – y compris celles des marchands qui offrent 75 000 livres – par l’appel au patriotisme urbain et au sentiment national contre l’intrus savoyard. À partir de 1592, après que les troupes du Comte de Carcès eussent dévasté le terroir et détruit des bastides, Marseille coupe les liens hiérarchiques avec la capitale provençale et le parlement ligueur d’Aix et devient – éphémèrement – une cité-république ligueuse au sein du royaume, reconnaissant le Christ comme seigneur, après lui le pape et le duc de Mayenne, en attendant la désignation d’un roi catholique.

  • 16 Niccolò Pesciolini, « La vita scritta da lui », Bibliothèque de San Gimignano, ms. 99, fol.14v-15v. (...)
  • 17 Bausset, Mémoires, p. 184.

8La ville vit sous une forte pression militaire, assiégée par les troupes de La Valette, puis du duc d’Épernon, menacée par Lesdiguières, à l’ouest par Montmorency. Une garnison florentine s’installe au château d’If, après négociation entre l’agent-marchand toscan Niccolò Pesciolini et le capitaine (royaliste) Nicolas de Bausset, qui conclut avec la ville un accord de neutralité16. La garnison florentine est donc moins une véritable menace militaire qu’un rappel permanent à la ville de la fragilité des rapports de force qui la maintiennent dans l’état actuel. Marseille devient l’objet d’une correspondance diplomatique entre l’Angleterre, la Sublime Porte et le Grand-duc de Toscane – qui tous veulent éviter une alliance des ligueurs marseillais avec Philippe II d’Espagne. Grâce à sa position stratégique d’escale importante entre Gênes et l’Espagne, c’est une ville à la fois menacée et convoitée. Le duc d’Épernon promet après son arrivée comme nouveau gouverneur de Provence (en novembre 1592) aux députés marseillais de ménager la ville si elle maintient une position neutre, tout en leur rappelant « que les consulz de Marseille debvoient mesurer leurs forces, que ce n’estoit pas la republique de Venize ou de Gènes pour se maintenir d’elle mesme »17. Marseille est ainsi approvisionnée par ses adversaires, le duc de Montmorency et la Toscane. La ville subit certes quelques attaques, plutôt des escarmouches et embuscades de l’armée royaliste mais plus dangereux sont les corsaires barbaresques présents aux îles devant la côte marseillaise.

  • 18 Bausset, Mémoires, p. 185 ; Ruffi, Mémoires, p. 69.
  • 19 Archives communales de Marseille (désormais AC M), BB 53 fol. 248r-v.

9Ce sont cependant les complots, attaques et embuscades qui scandent l’histoire de la ville sous la domination ligueuse. Le plus important et emblématique est le « jour du pétard » dans la nuit du dimanche des Rameaux au lundi, 12 avril 1593 : alors que tous croient à une attaque contre Aix, Épernon s’approche de Marseille avec 4 000 soldats et 1 000 cavaliers. Deux pétards font un grand trou dans la porte d’Aix et réveillent les habitants. Or, ce n’est pas la mobilisation des bourgeois qui sauve la ville mais la fuite du mulet qui porte le troisième pétard, effrayé par le bruit des deux premiers18. Le jour du pétard est significatif parce qu’on accuse le premier consul Casaulx d’avoir été « pratiqué » par son frère, soldat dans l’armée royaliste à Metz et envoyé par Épernon dans la ville. L’émeute qui s’en suit, contre le consul « secret [E]Pernoniste », peut être calmée au prix de mesures radicales : l’emprisonnement de tous les « hérétiques, faulteurs et adhérans », expulsion de tous les « estrangers, gens incogneuz et sans adveuz », logement des réfugiés des environs dans les maisons délaissées par les gens chassés de la ville19.

10Depuis le printemps 1593, la ville vit dans un état d’alerte permanent ; sur la simple rumeur d’une attaque à la Porte Royale, plusde vingt mille personnes se seraient rassemblées le 26 avril 1593. À chaque coup déjoué suit la mobilisation de la population, la procession générale affirme le sentiment d’avoir été sauvé grâce à Dieu et confirme l’unanimité spirituelle et politique de la cité. Cependant, après l’abjuration d’Henri de Navarre en juillet 1593, et suite au progrès d’Épernon, l’isolement se fait sentir et fait monter la peur du complot pour prendre la ville de l’intérieur. Sur un plan plus général, la position géostratégique de Marseille rend la tactique militaire d’une prise de l’intérieur plausible. Grâce à sa position naturelle et ses fortifications, la ville portuaire est difficile à prendre. Elle a été certes mise à sac par les Aragonais en 1423 mais elle a tenu bon ensuite, à deux reprises, aux troupes impériales lors des sièges de 1524 et 1536. Prendre la ville de Marseille, cela signifie donc de manière réaliste la « pratiquer », la prendre avec des connivences au sein de la population, par trahison ou, plus positivement, par une conjuration noble. Un premier complot organisé par deux hommes du comte de Carcès, échoue à la veille de la Fête-Dieu 1593 : les auteurs de l’attentat et un cousin de Casaulx laissent leur vie dans l’explosion.

  • 20 Giovanni Botero, La Ragion di Stato, éd. Chiara Continisio, Rome, Donzelli, 1997 (= 1ère éd. Venise (...)
  • 21 Niccolò Machiavelli, « Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio », Il principe e discorsi, éd. Se (...)

11Nous ne sommes donc pas dans le contexte d’une conquête sanglante mais plutôt dans celui d’une prise préparée de l’intérieur. Les schémas interprétatifs de cette dernière phase des événements sont, eux aussi, empruntés aux auteurs de l’antiquité, repris par les contemporains. Le prince et le chef militaire doivent employer avec habileté des stratagèmes, « fare col leone e con la volpe »20 Les ruses sont des moyens licites dans la guerre où le prince doit se montrer « (comme uray chef de guerre) / Lyon en force, et regnard en conseil », qualités qui sont illustrées par des emblèmes21. La question est qui est le renard, qui invente les stratagèmes et qui les exécute, qui prépare le coup de l’intérieur et qui le réussit ?

12Contrairement aux coups ratés, l’entreprise réussie le 17 février 1596 qui délivre la ville des « duumvirs » et la réduit à l’obéissance au roi, n’est présentée, on s’en doute, que dans la perspective des vainqueurs. On peut distinguer les relations manuscrites, les « Discours » publiés tout de suite après la « réduction » de la ville et les histoires imprimées au cours du XVIIe siècle selon l’échelle d’observation (local, national, etc.) ; selon la proximité aux événements (dans le temps et l’espace), voire la participation des auteurs et leur positionnement (pendant et après) ; selon leur mobilisation de références aux auteurs anciens et contemporains dans l’analyse des événements et dans l’interprétation qu’ils en proposent. Les relations imprimées sur les événements et ses préparatifs sont destinées au roi et à un public plus large : une guerre de plumes sur la bonne interprétation des faits. L’enjeu pour les auteurs / acteurs est de mettre en lumière le rôle joué, voire de le corriger en passant. L’enjeu politique de la présentation de la « réduction de Marseille » est le rapport entre menace extérieure et l’apport de l’intérieur. L’enjeu pour la ville, en ce qui concerne la version acceptée des faits qu’on appellera l’histoire, consiste à présenter les événements comme une auto-libération de la ville qui se donne en même temps au roi et renouvelle son mariage (avec ses aspects contractuels) avec le souverain.

  • 22 Henrico Caterino Davila, Dell’istoria delle guerre civili di Francia, Venise, 1637, 6 vol. (consult (...)
  • 23 En 1585, Louis d’Ariès est un « uomo de natura tirannica », le capitaine Boniface aspire à l’hérita (...)
  • 24 Davila, Dell’istoria, vol. 6, p. 65, 70. Cf. Christine Shaw, The politics of exile in Renaissance I (...)
  • 25 Davila, Dell’istoria, vol. 6, p. 73.

13Commençons par un regard italien sur les guerres civiles de France, celui de Henrico Caterino Davila, Dell’istoria delle guerre civili di Francia (1637)22. De l’échelle et de la distance de l’auteur, les conflits provençaux se réduisent aux luttes marseillaises : le coup du 2nd consul d’Ariès pour conquérir la ville à la Ligue des Princes (Du Vins) en 1585 et la libération de la ville de la « tyrannie » de Casaulx en 1596. L’interprétation se fait largement dans les termes habituels pour analyser les conflits urbains23. Chez Davila, Charles de Casaulx et Louis d’Aix se hissent au pouvoir au sein même de la communauté urbaine (« i cittadini eleggevano un consolo da sè medesimo »), soutenue par la plèbe. La conspiration contre eux est fomentée par les « fuorisciti », les exilés rentrés clandestinement, donc selon un schéma classique dans le monde urbain italien24. Par crainte d’une mainmise des Espagnols sur la ville, toutes les puissances intéressées et « molti qui odiavano la tirannide de Cisaut » dans la ville même penser à la chute du « tyran ». L’accord avec le gouverneur est évoqué par Davila qui loue la prudence du duc de Guise d’entrer assez tardivement dans la ville et de négocier le départ des derniers ligueurs encore dans la, un départ décrit avec réalisme : « Si arresero il giorno seguente Luigi d’Aix e Fabio Casaut, avendo pattuito di potersi liberamente con le loro cose trasferire a Genova »25.

  • 26 Samuel Dilbaum, Marsilianische Historia..., Augsbourg, 1596.
  • 27 Voir Xavier Le Person, « Pratiques » et « Pratiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henr (...)

14La perspective de politique étrangère domine dans un bref texte allemand de Samuel Dilbaum imprimé à Augsbourg en 159626 : le danger espagnol qui fait « pratiquer » (practicieren) plusieurs bourgeois de la ville avec le duc de Guise. Le rôle de Pierre Libertat, l’assassin de Casaulx, est relégué au second plan et son action décrite de manière très imprécise (il ne le tue pas avec l’épée, mais avec un mousquet [feystling]). Les négociations secrètes sur la reddition de la ville sont plus importantes que l’action sanglante, décrites dans le vocabulaire politique allemand qui signifie la ruse et la fraude politiques imputées aux « Welsch » (practicieren et handeln)27.

  • 28 Ruffi, « Mémoires ». Il s’agit d’un ensemble de cahiers reliés : trois cahiers d’une écriture soign (...)
  • 29 AC M, CC 2185, Dossier Ruffi ; pour l’ensemble de ces polémiques voir AC M, CC 2184-2185.
  • 30 Voir pour une analyse détaillée Kaiser, « Mémoire et oubli ».

15Une deuxième catégorie est constituée par les relations « à chaud » (manuscrites ou imprimées) qui essayent de présenter l’auteur ou d’autres personnages sous le meilleur jour. C’est le cas des « Mémoires » manuscrites du notaire Robert Ruffi, une véritable histoire-palimpseste continuée par son petit-fils et arrière petit-fils et érigée en monument imprimé de l’histoire de la ville. Compromis par sa proximité aux « dictateurs », la position de Robert Ruffi est très délicate après leur chute. En effet, par sa position de « bullettaire-archivaire », il était en contact quotidien et intime dont il faut se justifier28. Sa version des faits et de son rôle personnel ne pouvait guère convaincre dans les années 1610-1612, lorsque le problème du paiement des dettes donne lieu à des règlements de comptes et une polémique ouverte. Sèchement, les consuls lui avaient répondu en 1611 qu’il avait été un partisan intime de Casaulx et même écrit des « sonnets, chansons et libelles diffamatoires » contre Henri de Navarre29. Robert Ruffi entame un travail de justification et de réécriture de son action et des événements du passé récent, pour se « laver » de l’accusation d’avoir sympathisé avec les desseins et objectifs des « tyrans », une réécriture des événements qui devient visible par une prospection matérielle du manuscrit. Dans le quatrième cahier qui relate les événements de la période ligueuse, d’une écriture fine et dense, on trouve des rayures, des ajouts et des retouches de la main de Robert Ruffi (ainsi que des « titres » en marge de la main de Louis-Antoine de Ruffi). On y trouve surtout des intercalaires insérés entre les pages qui essaient d’expliquer sa position dans l’entourage de Charles de Casaulx et de souligner son rôle d’intermédiaire joué à la demande du duc de Guise après la chute de Casaulx30.

  • 31 Raoul Busquet, « Note critique sur les relations contemporaines de la réduction de Marseille en 159 (...)
  • 32 Un des Discours sort de l’officine marseillaise de l’imprimeur ligueur Pierre Mascaron, prise en ma (...)
  • 33 Discours véritable de la réduction de la ville de Marseille en l’obeyssance du Roy, le samedy dix-s (...)

16Certains éléments de cette stratégie de justification sont présentés au public en 1596. Le lendemain de la mort du « tyran », on voit apparaître, parmi les six relations de ces événements31, deux Discours anonymes dont les auteurs présumés sont directement intéressés à une interprétation des événements qui glorifie leur rôle ou qui leur permet une reconversion en douceur32. Le juriste Étienne Bernard, président du parlement de Dijon, envoyé par le duc de Mayenne comme président de la « Chambre souveraine » de Marseille, est investi parallèlement par Henri de Navarre d’une mission secrète d’œuvrer pour la réduction de Marseille. Il ne joue en réalité qu’un rôle très secondaire, et il n’est visiblement pas au courant du complot qui aboutit à l’assassinat de Casaulx par Pierre de Libertat. Il a donc tout intérêt de s’attribuer sur le papier un rôle considérable dans la mobilisation de la population contre les partisans de Casaulx qu’il n’avait pas joué dans les faits. Souffrant ou feignant une maladie pour retarder son départ (demandé par Casaulx), il serait, le 17 février 1596, à l’heureuse nouvelle de la mort de Casaulx, descendu dans la rue, avec sa demi-pique et son habit orné d’une écharpe blanche, suivi d’une foule de mille personnes qui aurait crié « Vive le roi ». Au moins, c’est la version des faits que donne son Discours véritable qui sort en 1596 à Paris et à Lyon (on trouve dans l’annexe de l’édition parisienne une instruction secrète d’Henri IV). Un deuxième texte, le Vray Discours, sort en même temps des presses marseillaises. Il ressemble largement au texte précédent, mais réduit le rôle de Bernard et présente les événements plutôt comme une action libératrice des Marseillais eux-mêmes, avec à leur tête, Pierre de Libertat. Des formulations identiques avec celles dans Mémoires de Robert Ruffi plaident pour attribuer à ce dernier un rôle dans la rédaction, s’il n’en fut pas l’auteur33.

  • 34 Elena Fasano Guarini, « Congiure ‘contro alla patria’ e congiure ‘contro ad uno principe’ nell’oper (...)

17Une troisième catégorie constituent les récits qui s’inscrivent plus ou moins explicitement dans la réflexion contemporaine sur la conjuration. À la fin de son analyse des conjurations dans l’œuvre de Machiavel, Elena Fasano constate que le texte de Machiavel ne concerne qu’en fait les conjurations « étroites » du XVe siècle, au sein des groupes dominants, « tempi passati » à l’heure de la rédaction du texte, et termine sur une question pertinente et ouverte : « Que le sens et l’orientation de ce chemin soient apparus claires pour ceux qui ensuite ont lu les textes machiavéliens dans des contextes bien différents, dans lesquels les conjurations s’enchevêtrent souvent (comme dans la France des guerres de religion) avec des « tumultes » et « fureurs », et où on préférera souvent (vu le nombre des éditions et des traductions des deux œuvres) les Discorsi aux Istorie, est une autre question que nous ne pouvons pas affronter »34. Qu’est-ce qui se passe lors du transfert de modèles d’interprétation des luttes politiques dans le contexte français des XVIe et XVIIe siècles ? À cette question, on n’apportera que quelques éléments de réflexion.

  • 35 Peter Burke, « A survey of the popularity of ancient historiens, 1450-1700 », History and Theory 5, (...)
  • 36 Traité des conjurations extraict du troisième livre des Discours, publié dans : L’Histoire de la co (...)
  • 37 Fasano Guarino, « Congiure », p. 11, 13.

18Nous savons que Salluste est de loin l’auteur ancien le plus « populaire » du côté de l’offre, avec 282 éditions du Catilina et 271 éditions du Jugurtha en Europe entre 1450 et 1700, loin devant les Annales et les Histoires de Tacite (152 éditions, en 6e position)35. Le traducteur français de Salluste ajoute dans l’édition de 1575 « un discours [de Machiavel] touchant les conjurations, pource que là-dedans y a une fort bonne instruction tant pour les Princes que pour les sujets, accompagnée d’une infinité de beaulx exemples entre lesquels celuy de Catilin n’est pas oublié »36. Voilà deux textes fondateurs qui informent la réflexion sur les conjurations aux XVIe-XVIIe siècles : la Conjuration de Catiline de Sallust, et le chapitre 6 du troisième livre des Discorsi sulla prima Deca di Tito Livio (écrit entre 1516 et 1519). C’est le chapitre le plus long, un petit traité autonome qu’on a perçu comme la clé même de l’œuvre. Machiavel n’y fait pas seulement passer revue les grandes conjurations du XVe siècle (contre les Médicis, les Sforza et les Aragonais) mais aussi les événements qu’il a vécus, et sa réflexion s’appuie sur un choix très vaste d’auteurs anciennes37. Ce qui singularise ce texte – et en fait un texte fondateur – c’est ce que Machiavel fait de ce matériau ancien et contemporain.

  • 38 Fasano Guarino, « Congiure », p. 21.
  • 39 Voir le témoignage un peu gêné de François de La Noue : « J’ay autresfois prins un singulier plaisi (...)

19En fait, Machiavel donne une « évaluation réaliste » du moment et des dynamiques des conjurations, en établit une typologie selon un schéma binaire, analyse les modalités et les aspects récurrents, discute les risques dans la préparation, pendant l’exécution et après l’acte. Et il propose surtout des « remèdes », une recherche serrée qui constitue « il tratto peculiare, propriamente ‘machiavellico’, del capitolo ».38 Mais cette anatomie des conjurations n’est pas simplement un manuel technique auquel le réduit la polémique anti-machiavélien qui pense souvent avec Machiavel contre lui39. Le texte de Machiavel reste toujours marqué par l’opposition de fond entre « tyrannie » et « vivere libero » de l’humanisme civile et par un horizon urbain – une typologie inadéquate à l’analyse des cas de figures impures, plus complexes qu’on trouve dans les Storie fiorentine de Machiavel, par exemple. Il y a donc inévitablement un décalage entre les exemples anciens et les contextes et une tension entre les modèles et la situation concrète qu’il faut explorer.

  • 40 Bausset, « Mémoires », p. 249-251.
  • 41 Ruffi, Histoire, t. 1, p. 419.
  • 42 Pesciolini, « Vita », fol.21v.

20Cette tension est palpable dans les relations et histoires qui essayent de présenter la « réduction » de Marseille comme une conjuration noble des citoyens contre un tyran. En premier chef, dans les « Mémoires » de l’avocat royaliste Nicolas de Bausset (neveu du capitaine du château d’Îf) dont le manuscrit est destiné à Guillaume du Vair40, pour lui présenter une version de l’histoire des troubles de la Ligue – une offre que du Vair doit accepter et qui devra lui servir de base pour ses jugements. En fait, le nouveau gouverneur, le duc de Guise, fut contacté dès son arrivée en Provence en 1595, par des « fuorisciti » marseillais qui lui proposent des projets plus ou moins « chimériques » de complots contre Casaulx. Le duc de Guise reste apparemment méfiant vis-à-vis de ces projets et tente à plusieurs reprises des escalades – qui sont tous « éventées » comme on dit à l’époque, dont la date et le lieu sont connus trois jours avant à Marseille41. Après un dernier échec début janvier 1596, le gouverneur part conquérir la Garde, Toulon, etc., y rencontre l’agent secret du grand duc de Toscane, Niccolò Pesciolini, qui lui propose un projet bien plus concret : il a amené avec lui « quattri ammazatori valorissimi di Romagna » qui devaient tuer Casaulx42. Or, le duc de Guise lui aurait dit qu’il se serait déjà engagé avec un certain Pierre de Libertat, capitaine de la porte Royale. Le 10 février 1596, le duc de Guise promet à Toulon par écrit de satisfaire les exigences de Libertat et d’autres conjurés. L’action est fixée au 17 février 1596.

21Or, selon les mémoires de Nicolas de Bausset, il y aurait eu une phase préparatoire assez longue, des longues discussions pour décider de l’entreprise – tous des éléments contraires au conseil primordial pour une conjuration qu’il faut tuer le temps, agir rapidement et en parler le moins possible. C’est donc apparemment la version la plus invraisemblable qui est présentée au lecteur par l’historiographie locale, des mémoires Bausset à l’histoire imprimée de(s) Ruffi, des versions qui portent cependant des traces de lectures florentines. On ne cherche pas la vraisemblance, mais la plausibilité sur un autre plan.

  • 43 Pierre de Libertat, son jeune frère, Dupré, Bausset, Mémoires, p. 223.

22Toujours selon Nicolas de Bausset, le notaire Guillaume Dupré et lui-même auraient pris la décision d’agir et déterminé le plan à adopter à une date symbolique, le 28 octobre 1595, c’est-à-dire le jour de Saint-Simon et Saint-Jude, jour de l’élection des nouveaux consuls : décision de citoyens de libérer la ville de l’usurpateur dans la charge de premier consul et de rendre à la cité sa liberté. De manière assez improbable, des va-et-vient se suivent, Dupré rencontre Bausset sur une bastide ou à Aubagne, Bausset va aller voir le duc de Guise à Aix – tout sans que Casaulx en aurait « vent » tandis que le plan du gouverneur d’une escalade est « éventée » à Marseille trois jours avant la date fixée. On suit cependant le conseil de limiter le nombre des initiés : selon Bausset, ils ne sont que trois conjurés qui prennent la décision définitive à une autre date symbolique, à la veille de Noël43. Dans l’histoire imprimée de Ruffi, ils seront au nombre de huit, informés à la veille de l’action seulement. C’est ici qu’on trouve la trace la plus visible de lectures italiennes :

  • 44 Ruffi, Histoire, p. 421.

« Le lendemain qui étoit le jeudi [15 février 1596], Libertat & ses collegues qui étoient huit en nombre, furent tellement étonnés de voir que les troupes ne venoient pas faire aucune course, qu’ils crûrent qu’on les avoit abandonnés : si bien que dans la crainte qu’ils eurent qu’étans découverts, ils ne fussent les victimes des Duumvirs, ils résolurent de les tüer eux-mêmes, & de les aller daguer au mitan de leurs satellites. Ils s’allerent coucher avec cette rêsolution, & le lendemain qui êtoit vendredi 16. Février, ils se trouverent tous de bon matin en l’Eglise des Religieuses de Sion, armés chacun d’une bonne dague qu’ils portoient dans leur manchon : ils firent leurs prieres devant le St. Sacrement qui étoit exposé dans cette Eglise, & ils recommanderent leur affaire à Dieu, & comme ils étoient en cét étant, ils entendirent un grand brüit qui s’étendoit par toute la Ville, qui les obligea de sortir pour voir ce que c’étoit, ils aprirent que quelques gens de cheval & de pied étoient venus courir jusques aux portes de la Ville, & avoient même tué quelques païsans, ce qui leur fit juger que le Duc de Guise avoit envoïé ses troupes à Aubagne, & que c’étoit le commencement de l’execution de l’entreprise. »44

  • 45 Par exemple celle contre Galeazzo Sforza à Milan. Quatorze jours avant la date arrêtée, ils se retr (...)

23Au lecteur averti, la réunion dans l’église rappelle d’autres conjurations préparées dans une église45. Mais l’Histoire de Ruffi n’en reste pas là, elle traduit la fortuna de Machiavel en providence divine et transforme la conjuration en œuvre de la Providence. En vain, on attendait le signal pour déclencher l’entreprise : or,

  • 46 Ruffi, Histoire, t. 1, p. 421

« la cause veritable du retardement du signal venoit de la mort de ces Païsans qui étoit arrivée le jour devant, ainsi que nous avons dit ci-dessus, & pour cét effet on n’avoit ordre d’ouvrir la porte que le jour ne fut bien grand ; outre que la pluïe qui étoit tombée la nuit en quantité divertissoit les Païsans d’aller à leur travail, mais le hannissement des chevaux & le bruit des armes aïant donné connoissance aux Peres Minimes, dont le Couvent n’étoient guere éloigné des bastides,m où l’on avoit mis les embuscades, obligea l’un des Religieux de courir vers la Ville pour y porter cette nouvelle, & par bonne fortune ce Religieux s’adressa au jeune Libertat, & le chargea d’aller donner avis au Viguier & aux Consuls, qu’il y avoit prés de leur Couvent des troupes qui êtoient en embuscade. L’action de ce Religieux servit beaucoup à la conduite de l’entreprise, car elle donna lieu à faire ouvrir la porte plûtôt qu’on n’auroit pas fait, & fit connoître au jeune Libertat qu’il ne faloit pas douter que les embuscades ne fussent veritables. »46

  • 47 Ruffi, Histoire, t. 1, p. 417, 424, 426.

24On pourrait multiplier des exemples qui, dans l’exécution de l'opération, sont interprétés comme autant des signes « que Dieu… vouloit délivrer cette Ville par une voie extraordinaire »47 Des Mémoires de Nicolas de Bausset destinés à Guillaume du Vair à l’Histoire de(s) Ruffi dédiée au roi, il s’agit de proposer au pouvoir royal une version des événements qui conserve, au sein de la réduction de la ville à l’obéissance au roi, l’idée des libertés urbaines : la réduction comme auto-libération, la ville reprise par les bourgeois et offerte au roi. Offre acceptée par la royauté même à la fin du XVIIe siècle, où l’Histoire de Provence de Jean-François de Gaufridi rappelle encore l’idée du mariage entre le roi et sa bonne ville :

  • 48 Jean-François de Gaufridi, Histoire de Provence, 2 t., Aix-en-Provence, 1694, t. 2, p. 841.

« Aprez que le Duc de Guise eut chassé les Espagnols, il entra tout glorieux dans la ville. Le peuple le reçoit avec des grandes acclamations. Libertat qui le reçoit à la porte, le prie avant que d’entrer. De vouloir jurer de conserver à Marseille tous ses privileges, comme tous les Gouverneurs ses devanciers avoient fait. Aussi-tôt le Duc se met à genoux. Il fait le serment qu’on lui demande. Puis il se releve, il embrasse plusieurs fois Libertat. Il exalte l’action glorieuse qu’il vient de faire. Il le nomme le Liberateur de sa patrie, le plus genereux serviteur qu’ait le Roy dans son Etat… Tous viennent lui faire la reverence. Il les embrasse tous. Il prend leur serment de fidelité. On voyoit aussi dans toutes les ruës, qu’on avoit étalé les portraits du Roy… Elle se voyoit délivré de ses Tyrans. »48

25La prise de ville comme conjuration civique, voilà un des avatars de la riche littérature sur les conjurations. C’est un modèle explicatif puissant et suggestif, parce qu’il est une machine redoutable pour réduire la complexité. La conjuration est une configuration avec un nombre limité d’acteurs, suppose une intentionnalité de tous qui permet de juger, de pondérer, d’analyser, les motivations et les actions, mais garde une place importante à la contingence. C’est la situation idéale d’un laboratoire où de surcroît on connaît l’issue de l’expérimentation – le lieu d’une histoire téléologique. Il y a donc une suggestion toute particulière des sources, fabriquées à toutes autres fins et en décalage avec les faits qu’ils relatent.

  • 49 Jean Lafond, « L’imaginaire de la conjuration dans la littérature française du XVIIe siècle », Comp (...)
  • 50 Chantal Grell, « Modèle antique », op. cit., note 35.

26On a ainsi discerné pour la France un moment spécifique où les récits de conjurations deviennent une mode : les « morceaux d’histoire » (à la différence des histoires générales) consacrés à l’étude d’une conspiration, des « récits de conjuration » qui auraient constitués un genre spécifique, suivant l’esthétique des formes brèves, construits sur le modèle canonique du Catilina de Salluste : « Ici narrations dramatiques, harangues et discours-programmes, réflexions morales et politiques se succèdent »49. Cette mode des « morceaux historiques », des « récits de conjurations » du second XVIIe siècle aurait eu pour but de glorifier ex negativo la royauté en France50. Mais on pourrait dire qu’on y retrouve une conscience urbaine dans la France moderne, de manière « dissimulée » et donc leçon tirée de cette littérature, dans la présentation abusive du rôle des élites urbaines dans la réduction de leur ville à l’obéissance du roi.

Entrée du duc de Guise à Marseille en 1596. Gravure sur cuivre par Tortorel et Périssin. © Archives de la ville de Marseille, W.6759

Notes

1 Cet article reprend des éléments des interventions de la journée d’études « Conjurations, complots, crimes politiques » (UMR Telemme, groupe de recherches sur les conflits urbains) du 20 février 2002.

2 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions, 1559-1596, Paris, 1992.

3 Voir récemment, sur le rapport entre expérience contemporaine et événement historique à l’exemple du sac de Magdebourg, Hans Medick, « Historisches Ereignis und zeitgenössische Erfahrung : Die Eroberung und Zerstörung Magdeburgs 1631 », in Benigna von Krusenstjern et Hans Medick (éd.), Zwischen Alltag und Katastrophe. Der Dreißigjährige Krieg aus der Nähe, Göttingen, 1999, p. 377-408.

4 La remontrance du 23 décembre 1596 est reproduite dans Guillaume du Vair, Actions et traictez oratoires, éd. René Radouant, Paris, 1911, p. 189-207 (pour les éditions de Lyon et de Paris voir p. XX), citation p. 193. Sur l’action de Guillaume du Vair en Provence voir Wolfgang Kaiser, « Guillaume du Vair et la pacification de la Provence », Guillaume du Vair. L’homme et l’œuvre, actes du colloque d’Aix-en-Provence, septembre 2002, à paraître.

5 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BdR), dépôt d’Aix, B 3339 fol. 349v.

6 Sondage sur l’activité de la Chambre souveraine et de son président Guillaume du Vair de janvier à mars 1597, sur la base de AD BdR, dépôt d’Aix, B 3828-3829, 4640, 5478. Voir Kaiser, Guillaume du Vair.

7 Du Vair, « Remonstrance », p. 191-192 : « Les Edicts et mandemens … ne tendent pas à tirer de l’ayde et du secours de vous [les Marseillais], mais seulement à affermir vostre repos et promovoir vostre félicité. Le seul tribut qu’il exige de vous, c’est que vous vueillez estre heureux ».

8 Derrière Paris, avec quatre millions de livres d’obligations, vient déjà Marseille avec 1 million et demie de livres. Suivent Lyon (600 000 écus), Arles (700 000 livres en 1595), Tours (440 000 livres) et Aix-en-Provence avec 360 000 livres de dettes. Voir James B. Collins, « Un problème toujours mal connu : les finances de Henri IV », Henri IV et la reconstruction du royaume, Pau, 1989, p. 159-160. Pour Lyon voir S. Annette Finley-Croswhite, Henry IV and the Towns. The Pursuit of Legitimacy in French Urban Society, 1589-1610, Cambridge etc., 1999, chap. 8, en particulier p. 167-179, et Yann Lignereux, Lyon et le roi : de la ‘bonne ville’ à l’absolutisme municipal (1594-1654) [Epoques], Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 78-91.

9 AD BdR, CC 2184-2185 ; Kaiser, Marseille, chap. 10-11.

10 Wolfgang Kaiser, « Le passé refaçonné. Mémoire et oubli dans les histoires de Marseille, de Robert Ruffi à Louis-Antoine de Ruffi », Provence Historique, fasc. 193 (juillet-septembre 1998), p. 279-292. Voir Maurice Halbwachs, La mémoire collective (1950), éd. Gérard Namer, Paris, 1997 ; et Peter Burke, « History as Social Memory », in Thomas Butler (éd.), Memory. History, Culture and Mind, Oxford, 1989, p. 97-113.

11 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (1925), rééd. par Gérard Namer, Paris, 1994.

12 Yves-Marie Bercé, « Richelieu : la maîtrise de l’histoire et le conformisme historique », in : Miriam Yardeni (dir.), Idéologie et propagande en France, Paris, 1987, p. 98-115, ici p. 104.

13 Le notaire Jean d’Ille, AD 352 E 176 fol.227r-v ; voir Pierre Bertas, « Un épisode de la Ligue à Marseille, une relation inédite des journées d’avril 1585 », Institut historique de Provence, Congrès de Marseille, 1931, p. 80-86 ; Histoire véritable de la prise de Marseille par ceux de la Ligue, & la reprise par les bon serviteurs du Roi, confirmée par les Lettres de sa Majesté au sieur du Lude, & autres y ajoutées (1585), Mémoires de la Ligue, contenant les évenemens les plus remarquables depuis 1576, jusqu’à la Paix accordée entre le Roi de France et le Roi d’Espagne, en 1598, vol. 1, Amsterdam, 1758, p. 73-78 ; Lettres écrites de Marseille, contenant au vrai les choses qui s’y sont passées les 8, 9, & 10 du mois d’avril 1585, Archives curieuses de l’histoire de France, 1ère série, vol. 11, éd. L. Cimber et F. Danjou, Paris 1836 S.2945. Louis-Antoine de Ruffi, Histoire de Marseille, 2e éd., Marseille, 1696, t. 1, p. 355-367, suit le récit de son grand-père Robert Ruffi (Mémoires, Musée Arbaud, Aix-en-Provence, MQ 112) et se contente d’enfler les chiffres. Kaiser, Marseille, p. 263 sqq.

14 Voir sur le modèle du Jugurtha de Salluste Quentin Skinner, Visions of Politics, vol. 2 : Renaissance Virtues, Cambridge 2002, traduction française de l’article : Ambrogio Lorenzetti et le bon gouvernement, Paris, 2002.

15 La comtesse de Sault change plusieurs fois de camp : d’abord pour une intervention savoyarde, elle se retourne contre le Duc de Savoie et se réfugie de la prison aixoise à Marseille où elle soutient Casaulx. Ce dernier rompt avec elle lorsqu’elle entame des pourparlers avec Montmorency.

16 Niccolò Pesciolini, « La vita scritta da lui », Bibliothèque de San Gimignano, ms. 99, fol.14v-15v. Alessandro Badiani, Brevi notizie intorno alle relazioni politiche della Toscana colla città di Marsiglia al tempo di Ferdinando I de’Medici, granduca di Toscana. Prato, 1902 ; Giorgio SPINI, « Il principato dei Medici e il sistema degli stati europei del Cinquecento », Firenze e la Toscana dei Medici nell’Europa del‘500. Atti del convegno tenuto a Firenze nel 1980, vol. 1. Florence, 1983, p. 177-216, ici p. 208-210. Accord entre Bausset et la ville : ACM, BB 52 fol.152r (13 octobre 1591) ; Mémoires de Nicolas de Bausset, Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, ms. 730 : édition : Mémoires pour servir à l’histoire de la Ligue en Provence. Besaudun-Bausset-Cassaignes, Aix-en-Provence, 1866, p. 168-170.

17 Bausset, Mémoires, p. 184.

18 Bausset, Mémoires, p. 185 ; Ruffi, Mémoires, p. 69.

19 Archives communales de Marseille (désormais AC M), BB 53 fol. 248r-v.

20 Giovanni Botero, La Ragion di Stato, éd. Chiara Continisio, Rome, Donzelli, 1997 (= 1ère éd. Venise, Gioliti, 1589), Libro Nono : Degli stratagemi, p. 212-213.

21 Niccolò Machiavelli, « Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio », Il principe e discorsi, éd. Sergio Bertelli, Milan, Feltrinelli, 1960, 7e éd. 1981, chap. XL : Come usare la fraude nel maneggiare la guerra è cosa gloriosa, p. 493-494. Guillaume de La Perrière, Le Theatre des Bons Engins, Paris, 1539, n° 22.

22 Henrico Caterino Davila, Dell’istoria delle guerre civili di Francia, Venise, 1637, 6 vol. (consulté dans l’édition de 1835).

23 En 1585, Louis d’Ariès est un « uomo de natura tirannica », le capitaine Boniface aspire à l’héritage de son frère et veut le faire assassiner sous couverture de « turbazione et rivoluzione di popolo » (vol. 2, p. 360). L’ambition personnelle et le crime du « scellerato » font perdre ce « motivo » (p. 359), ce mouvement, aux yeux des principaux de la ville aussi bien que des chefs de la Ligue nobiliaire, invités de venir (Lodovico Gonzaga, duc de Nevers).

24 Davila, Dell’istoria, vol. 6, p. 65, 70. Cf. Christine Shaw, The politics of exile in Renaissance Italy, Cambridge, 2000.

25 Davila, Dell’istoria, vol. 6, p. 73.

26 Samuel Dilbaum, Marsilianische Historia..., Augsbourg, 1596.

27 Voir Xavier Le Person, « Pratiques » et « Pratiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, 2002 ; Valentin Groebner, Gefährliche Geschenke. Ritual, Politik und die Sprache der Korruption in der Eidgenossenschaft im späten Mittelalter und am Beginn der Neuzeit, Constance, 2000 ; Wolfgang Kaiser, « Per digitos videre – “Regarder entre les doigts”. Un topos gestuel de la dis/simulation dans l’espace germanique (XVe-XVIe siècles) », Rives nord-méditerranéennes, n° 17-février 2004, p. 37-61.

28 Ruffi, « Mémoires ». Il s’agit d’un ensemble de cahiers reliés : trois cahiers d’une écriture soignée, avec une foliotation continue ; le titre est ajouté de la main de Louis-Antoine de Ruffi, arrière-petit-fils de Robert. Ces cahiers ont apparemment été écrits après 1615 (référence aux Antiquitez de Marseille [1615] dans l’introduction, fol. 2v), voire 1631 (date évoquée fol. 179) ; l’écriture devient nettement plus moderne sur les fol. 3-5v, tandis que les remarques ajoutées restent dans une écriture plus ancienne, à laquelle on revient après fol. 5v. Ici, plusieurs pages ont été coupées, et on recommence avec une nouvelle foliotation (fol. 3). Au fol. 181 un cahier nouveau est inséré qui relate les événements de 1585 (« ce qu’est advenu en ceste annee 1585 à Marseille du faict de Loys Daries ») à 1600 (arrivée de Marie de Médicis), avec une pagination nouvelle.

29 AC M, CC 2185, Dossier Ruffi ; pour l’ensemble de ces polémiques voir AC M, CC 2184-2185.

30 Voir pour une analyse détaillée Kaiser, « Mémoire et oubli ».

31 Raoul Busquet, « Note critique sur les relations contemporaines de la réduction de Marseille en 1596 », id., Études sur l’ancienne Provence, Paris, 1930, p. 292-296 ; Pierre Bertas, « Qui arma le bras de l’assassin de Casaulx ? », Provincia 14, 1934, p. 201-236.

32 Un des Discours sort de l’officine marseillaise de l’imprimeur ligueur Pierre Mascaron, prise en main après la réduction de Marseille par Étienne Bernard.

33 Discours véritable de la réduction de la ville de Marseille en l’obeyssance du Roy, le samedy dix-septiesme febvrier 1596. À Paris, par Jean Le Blanc, 1596 ; autre édition : À Lyon, par J. Pilhehotte, 1596, sans l’« Instruction » secrète, donnée en appendice de l’édition de Paris [attribué à Étienne Bernard]. Vray discours de la Réduction de la Ville de Marseille en l’obeissance du Roy le Samedy 17 février 1596. À Marseille, par commandement de Messieurs, 1596 ; deux éditions : l’une avec quatre sonnets provençaux de Robert Ruffi, l’autre avec un seul sonnet de cet auteur, des distiques latins et un « Epigramme » latine de B. de Cabannes (qu’on retrouve insérés dans les « Mémoires » de Ruffi). Un autre indice est la reproduction, dans l’annexe, de poèmes : des sonnets en provençal par Robert Ruffi où il dénonce les « tyrans » et des vers en latin d’autres auteurs.

34 Elena Fasano Guarini, « Congiure ‘contro alla patria’ e congiure ‘contro ad uno principe’ nell’opera di Niccolò Machiavelli », Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Actes du colloque international, Rome, 30 septembre – 2 octobre 1993, sous la dir. d’Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini, Rome, 1996, p. 9-53, ici p. 52-53.

35 Peter Burke, « A survey of the popularity of ancient historiens, 1450-1700 », History and Theory 5, 1966, p. 135-152, cité après Chantal Grell, « Le modèle antique dans l’imaginaire du complot en France au XVIIe siècle », Complots et conjurations, p. 163-176, ici p. 165.

36 Traité des conjurations extraict du troisième livre des Discours, publié dans : L’Histoire de la conjuration de Catiline. Ceux qui usurperont le glaive periront par le glaive, traduction de J. Chomedey, Paris, pour Abel L’Angelier, 1575.

37 Fasano Guarino, « Congiure », p. 11, 13.

38 Fasano Guarino, « Congiure », p. 21.

39 Voir le témoignage un peu gêné de François de La Noue : « J’ay autresfois prins un singulier plaisir à lire les Discours & le Prince de Machiavel, pource que l’a il traite de hautes & belles matieres politiques & militaires… & faut que je confesse que tout le temps que je me suis contenté de passer legerement par dessus, j’ay esté esbluoi du lustre de ses raisons. Mais depuis qu’avec un jugement plus meur je suis venu à les bien examiner, j’ay trouvé sous ce beau voile plusieurs erreurs… Que s’il y a quelques uns qui mettent en doute ce que j’en dis, je les prie qu’ils lisent un livre intitulé l’anti-Machiavel, dont l’autheur m’est incogneu » (Discours politiques et militaires, éd. Francis Anthony Sutcliffe, Genève, 1967, p. 161).

40 Bausset, « Mémoires », p. 249-251.

41 Ruffi, Histoire, t. 1, p. 419.

42 Pesciolini, « Vita », fol.21v.

43 Pierre de Libertat, son jeune frère, Dupré, Bausset, Mémoires, p. 223.

44 Ruffi, Histoire, p. 421.

45 Par exemple celle contre Galeazzo Sforza à Milan. Quatorze jours avant la date arrêtée, ils se retrouvent dans le couvent de Saint Ambroise, pour se conjurer solennellement et pour prier, dans une chapelle devant l’image de Saint Ambroise, patron de la ville, de les protéger dans leur dessein (acte qui aura lieu dans une autreéglise, Saint-Étienne), Jacob Burckhardt, Die Kultur der Renaissance in Italien (1861), éd. Horst Günther, Francfort sur le Main, 1989, p. 65.

46 Ruffi, Histoire, t. 1, p. 421

47 Ruffi, Histoire, t. 1, p. 417, 424, 426.

48 Jean-François de Gaufridi, Histoire de Provence, 2 t., Aix-en-Provence, 1694, t. 2, p. 841.

49 Jean Lafond, « L’imaginaire de la conjuration dans la littérature française du XVIIe siècle », Complots et conjurations, p. 117-135, ici p. 121.

50 Chantal Grell, « Modèle antique », op. cit., note 35.

Table des illustrations

Légende Entrée du duc de Guise à Marseille en 1596. Gravure sur cuivre par Tortorel et Périssin. © Archives de la ville de Marseille, W.6759
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k

Auteur

Université de Provence, Département d’histoire, UMR TELEMME
Thèse : Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions, 1559-1596 (Florence, 1988), Paris, Éditions de l’EHESS, 1992 (édition allemande Göttingen, 1991).
Dernier ouvrage : « Pratiques du secret à l’époque moderne », coordonné par Wolfgang Kaiser, Rives nord-méditerranéennes, n° 17, février 2004.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540