Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Prendre une ville au XVIe siècle

 | 
Gabriel Audisio

Récits : France

Toulouse, 1562, ou comment on écrit l’Histoire

Toulouse, AD 1562, or the way history is being written

Jean-Raymond Fanlo

Résumé

Début mai 1562, des combats entre protestants et catholiques à Toulouse ensanglantent Toulouse. L’examen de quatre relations (deux chroniques, l’une protestante, l’autre catholique, et deux extraits des élaborations historiques plus tardives du président de Thou et d’Agrippa d’Aubigné) fait apparaître des constantes : l’opposition entre la légitimité du Parlement et celle du corps de ville, entre les couvents et les « escholiers », la difficulté à nommer les protestants « ceux de la nouvelle religion », « ceux de la religion » par opposition aux « bourgeois ». Il montre encore les stratégies apologétiques des différents auteurs, soit qu’ils choisissent un camp ou un autre, soit qu’ils veuillent se placer au-dessus de la mêlée, comme de Thou.

In early May 1562, fighting between protestants and catholics bathed Toulouse in blood. The study of four accounts (two chronics, one protestant, one catholic, and two excerpts from later elaborations by President de Thou and Agrippa d’Aubigné) reveal constant features: an opposition between the Parliament and the town corps vying for legitimacy, between convents and “scholars”, the difficulty in naming the protestants (“those of the new religion”, “those of the religion”, “religionaries” as opposed to the “bourgeois”). We see the apologetic strategies being adopted by the authors whether they choose their side, or want to stand above the fray, like de Thou.

Texte intégral

  • 1 Agrippa d’Aubigne, Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1981-2000, II, p. 7. Référen (...)

1En 1562, le conflit est latent entre les deux confessions de foi ; les tensions politiques que la conjuration d’Amboise a fait éclater menacent de déboucher sur une guerre civile. Le pouvoir vient de tenter de désamorcer la crise avec l’édit de Janvier (17 janvier 1562), qui tente d’instaurer un régime de tolérance. Son application, cependant, se heurte à la résistance des catholiques, et parfois aussi à certains excès des protestants qui « tenans dans le poing l’Edict de janvier, l’entendement par-delà ses bornes »1. Le premier mars, le massacre de Wassy inaugure toute une série de violences religieuses, certaines tout près de Toulouse, à Cahors, à Castelnaudary. Le duc de Guise constitue avec le roi de Navarre et le connétable de Montmorency un « triumvirat » catholique. De son côté, Condé quitte la Cour et se retire à à Meaux. Rejoint par Coligny et ses frères, il travaille au soulèvement et il s’empare d’Orléans le 2 avril. La mobilisation est patente. C’est dans ce contexte troublé que surviennent les combats de rue de Toulouse, début mai 1562. Ils constituent un des temps forts du déclenchement des guerres de religion.

2Il paraît éclairant d’étudier comment ce cas exemplaire de conflit urbain a été traité par des historiens des deux sensibilités religieuses.

3Nous examinons principalement quatre relations, deux chronologiquement proches des événements, qui ressortissent encore du genre du mémoire, deux plus éloignées, qui inscrivent le récit dans une histoire globale des guerres de religion :

    • 2 Anvers, Jean Remy, 1580, II, p. 1 sq.

    la relation protestante intégrée dans la compilation de l’Histoire ecclésiastique des Églises reformées [...] divisée en trois tomes attribuée à Thédore de Bèze2 ;

    • 3 Londres, Claude du Bosc & Guillaume Darrés, Paris, Rollin fils, 1743, III, p. 423 sq.

    la Relation de l’Émeute arrivée à Toulouse en 1562 intégrée dans les Mémoires de Condé3. Ce récit catholique est malheureusement cité de manière incomplète ;

    • 4 Historiarum sui temporis libri CXXXVIII, Londres, 1733, II, xxxii, p. 270 sq.

    le récit de Jacques-Auguste de Thou dans la somme que constituent ses Historiae suae temporis4 (1604) ;

  • celui d’Agrippa d’Aubigné dans l’Histoire universelle (1616).

  • 5 Histoire ecclesiastique, II : 1.
  • 6 II : 2.

4Le récit de l’Histoire ecclésiastique prend soin de situer les troubles dans le cadre de l’application légitime de l’Édit de Janvier : c’est parce que « l’exercice de la religion estoit permis aux fausbourgs des villes »5, et que de fait les protestants avaient fini par construire un temple près de la porte de Villeneuve, que « quelques particuliers, tenans ou faisans tenir à leurs enfans ou parens les gras & riches benefices, [...] commencerent de pratiquer & esmouvoir le peuple »6. D’un côté un culte pacifique dans le strict respect de la légalité, de l’autre des intérêts particuliers qui poussent à la violence. L’opposition est nette. Elle implique deux instances de pouvoir opposées : les Capitouls, seulement soucieux, dit l’auteur de la relation, de la paix publique et du respect des édits, et les membres du Parlement qui, mal intentionnés, se seraient à deux reprises opposés aux tentatives des Capitouls pour mettre un terme à l’agitation :

  • 7 Ibid.

« Preferans leur particulier au public, & recevans nouvelles de ce qui se pratiquoit dés lors entre le Connestable gouverneur de Languedoc & ceux de Guise, qui gagnoient peu à peu le Roy de Navarre, au lieu de pourvoir au repos public, [ils] essayerent tous moyens pour empescher l’observation de l’Edict. »7

  • 8 II : 3.
  • 9 Voir L. Châtelier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.
  • 10 II : 5. Les récits protestants de la Saint-Barthélemy ne diront pas autre chose, avant que M. Crouz (...)
  • 11 II : 7.

5Le contexte est donc celui d’un complot politique, qui aurait été ourdi dans le cadre de cette guerre de religion que prépare en France le parti catholique : symétriquement les relations catholiques insistent au contraire sur les menées du prince de Condé. Comme toujours dans les relations protestantes, le levier catholique pour émouvoir le peuple est celui des prédicateurs : la saison s’y prêtait, qui était celle des prédications de carême. De même, « furent dressees nouvelles confrairies, sous couleur desquelles se faisoient assemblees & monopoles dans les temples avec processions extraordinaires »8. Face au danger que constituerait la Réforme pour la cohésion de la collectivité9, de nouvelles solidarités urbaines se créent, dévotes et militantes. Agitation séditieuse, aux yeux du chroniqueur protestant. Il distingue dans les catholiques toulousains des magistrats et des « bourgeois » mus par des intérêts tout personnels, et le peuple travaillé par les prédicateurs et excité par les processions : des nantis intéressés, et la « populace »10. Ses catégories ne sont pas homogènes : côté catholique, « bourgeois », « ecclésiastiques », « Presidens et conseillers » ; côté protestant, « ceux de la religion »11 … Aux déterminations sociologiques répond une identité confessionnelle. La réforme ne semble pas associée à une population donnée, même si un certain nombre d’indices montre qu’elle est majoritaire à la Maison de ville et dans les nombreux collèges de la ville. Relativement à ces derniers, il semble bien en effet que se soient opposés les collèges et les couvents.

  • 12 On sait que la question des inhumations restera un des points de conflit entre protestants et catho (...)
  • 13 II : 8.
  • 14 II : 10.
  • 15 Ibid.

6L’émeute éclate lors d’un enterrement protestant12. Suite aux combats et aux pillages qui s’ensuivent, et à l’impossibilité où se trouvent les Capitouls de ramener l’ordre, les églises se remplissent d’hommes en armes et de munitions. Les protestants s’arment eux aussi. Tout en précisant que Condé demande à Toulouse une aide financière, l’auteur explique que ce sont les Guise qui poussent à la sédition. Des troupes catholiques entrent dans la ville, et font « sonner le tabourin pour le Roy dans la ville »13. Les Capitouls ordonnent alors l’expulsion de tous les soldats étrangers, et en contrepartie proposent aux catholiques « de lever quatre cents hommes des habitans sous la charge de quatre gentilshommes des Nobles de la ville [...], le tout pour tenir main forte à la justice en cas de sedition & tumulte, mais ce moyen ne leur pleut non plus que l’autre »14. Mais, selon l’auteur, les meneurs catholiques sont de véritables conjurés, des « monopoleurs » qui vont jusqu’à faire « entendre que le Parlement de Paris s’es toit déclaré tuteur du Roy durant la minorité d’iceluy avec résolution d’exterminer tous ceux de la religion comme criminels de lese majesté divine & humaine »15. La thèse protestante d’un pouvoir confisqué par les triumvirs catholiques est donc illustrée localement par ces menées contraires à l’Édit. Par corollaire, les protestants incarnent ici la fidélité à la loi.

7Sur ces entrefaites, deux événements mettent le feu aux poudres : un des capitouls, Lanta, revient de la Cour. Il serait au service de Condé.

« Lettres du sieur de Monluc leur furent apportées, soit qu’elles fussent apostilles soit qu’elles eussent esté veritablement envoyees, par lesquelles il leur estoit mandé que de Lanta passant par Orleans avoit donné parole au Prince de rendre la ville de Toulouse à sa devotion, dedans le quinziesme de May. »

  • 16 II : 11.
  • 17 II : 11-2.

8D’autre part, le ministre Barreles, « esprit impetueux », « avoit disputé en plaine chaire des causes de ceste guerre »16, provoquant un émoi qui pousse le Parlement à ordonner le contrôle de la Maison de ville par les catholiques et l’interdiction de la cène. Mais le pasteur, « homme de cœur & de zele, & mais au reste fort estourdi, et non pas conduit par tout par l’esprit de Dieu comme il l’a monstré depuis »17, organise alors un coup de main sur la Maison de ville. La violence se déchaîne : combats d’artillerie, pillages, viols et massacres, jusqu’à ce que les protestants sortent de la ville, le dimanche 17 mai. Certains sont emprisonnés, d’autres sont victimes de bandes à l’extérieur de la ville. Seuls les « écoliers » en réchapperont grâce à leurs compagnons d’études. Au total, les combats et massacres auraient provoqué la mort de 3 à 4 000 personnes.

9Les significations implicites sont donc nettes : ce sont les catholiques qui attentent à l’édit de Janvier aux règles duquel les protestants se pliaient. Ils ne respectent pas plus le pouvoir royal qu’ils ne respectent à Toulouse le pouvoir municipal. Le récit oppose la loi, les capitouls et les protestants, aux conjurés : les Guise à l’échelle du royaume, les meneurs du Parlement à celle de Toulouse. Et derrière eux les prêtres. Aussi la victoire catholique consomme-t-elle la dissolution de tout ordre social dans le chaos :

« Le voisin qui avoit pillé craignant de rendre, portoit faux tesmoignage contre celuy duquel il tenoit le bien : l’ennemy deposoit faussement pour se venger : le debiteur estoit tesmoin contre le creancier, ou bien le menaçoit à outrance pour avoir sa dette, & n’estoit pas seulement loisible d’avoir quelque compassions des miserables sans se mettre en treseminent danger, ainsi faloit estre enragé où (sic) faire de l’enragé, jurer & blasphemer avec les autres ; La gendarmerie d’autre costé commençoit desja à maistriser, mesprisant tous commandemens, les soldats contrefaisoient les Capitaines, les Capitaines faisoient des Roys. »

10Côté protestant, le récit jette évidemment un voile pudique sur les préparatifs de la guerre conduits par Condé : la mission du capitoul Lanta est présentée comme une rumeur, et c’est aux intiatives brouillonnes du seul ministre Barreles qu’est imputé le coup de main protestant sur la Maison de ville. Alors que les catholiques ne cessent de taxer les protestants de sédition et de menées contre la royauté, le récit retourne donc l’accusation pour exciper des lois de l’état et assimiler les catholiques à des intrigants intéressés et à des populaces fanatisées. Se dessinent déjà certaines des thèses que contre la Ligue développeront certains protestants ainsi que certains gallicans.

11La catholique Relation de l’Emeute prend le contre-pied de ce récit. L’extrait qu’en retiennent les Memoires de Condé commence avec la révélation du complot protestant :

  • 18 Mémoires de Condé, Londres, Claude du Bosc & Guillaume Darrés, Paris, Rollin fils, 1743, III : 423.

« La vérité est telle que le Mardy deuxme de May mil Vc lxij estant advertie la Cour de Parlement de Thoulouse, que certaines Lettres avoyent esté envoyées à ung Capitoul dudict Thoulouse nommé Monsieur De Lanta, contenant qu’il ne faillist à mettre à exécution ce qu’il avoyt promis le xiiije dudict moys, & de se saisir de tous les lieux fortz de ladicte Ville, mesmement de la Maison de ladicte Ville, & munitions. »18

  • 19 III : 424.
  • 20 III : 425.

12De fait le mardi 12 mai, « deux desdictz Capitoulz & aultres estans monopollez ensemble, & congnoissans leur temeraire entreprise descouverte, délibérerent mettre en exécution icelle avant ledict jour »19. Leurs soldats outragent les passants, « & si aucuns Serviteurs des Crestiens portoient aucunes provisions, leur ostoyent icelles, ensemble toutes armes, en criant Vive l’Evangille, en chacune prise qu’ils faisoient »20. L’incidente ensemble toutes armes passe avec une discrétion exemplaire sur le corps du délit, les armes. Il revient donc au Parlement de demander des comptes à la Maison de ville, puis de convoquer le ban et l’arrière-ban. Le récit est donc symétrique de son pendant protestant : même revendication de la légitimité, mais celle-ci est désormais incarnée non par les Capitouls, mais par la justice. Même accusation de « monopole » séditieux, mais les catholiques défendent désormais le roi face aux factieux du prince de Condé.

  • 21 Ibid.

13L’auteur doit cependant faire état des pillages et des massacres commis par les catholiques. Il le fait en usant des ressources classiques de la plaidoirie. Il atténue. Ainsi, c’est parce qu’il fallait bien donner à boire à des soldats mal armés (les protestants, eux, étaient bien armés et possédaient les poudres) et fort altérés, que « fut prinse certaine quantité de vin aux caves desdictz nouveaulx Chrestiens »21 … Par ailleurs, les violences furent parfois légitimes :

  • 22 III : 429.

« Et advint ledict jour, qu’il y eut grandes escarmouches ; & fut bruslee la maison d’un nommé La Gaynye, qui n’avoit voulu obéyr aux Commandemens du Roy, & daidaignoit son auctorité [...] : dont ledict Gaynye & sa Compagnye tuérent cinq hommes des bons Catholiques & Chrétiens ; si est-ce qu’il ne fut possible les avoir sans tuer, & furent tous bruslez en ladicte Maison. »22

  • 23 III : 428.

14D’ailleurs, les protestants eux-mêmes ont beaucoup tué et pillé23. Là où le récit de l’Histoire ecclesiastique n’omettait pas de rapporter la découverte d’une femme dans un couvent de cordeliers, la Relation insiste sur le pillage des couvents :

  • 24 III : 429.

« Ung Jacobin tua six desdictz nouveaulx Chrestiens : leur fut impossible voller la Chasse St. Thomas : tous les ornemens vollez ; dont partie a esté trouvée chez le Conseiller Ferieres & de Mornac. »24

  • 25 III : 429.

15Quant à la « terrible boucherie » du dernier dimanche, « la commune estimation est que dedans ladicte Ville, il n’y en a eu de tuez que de trois à quatre cens : la grande boucherie a esté faicte hors les murs »25. Hors les murs : on ne jouait peut-être pas encore au rugby, mais on savait déjà tirer en touche.

  • 26 J.-M. de Bujanda, Index librorum prohibitorum, Montréal et Genève, Médiaspaul et Droz, 2002, p. 881
  • 27 II : 246.

16Le président Jacques-Auguste de Thou est catholique, mais en partisan de la tolérance religieuse, en Politique soucieux d’un ordre civil, en gallican adversaire de l’ultramontaniste, il se défend de tout zèle. Il sera même mis à l’index par la congrégation romaine en 1609 pour ses positions gallicanes et pour ses critiques contre les jésuites26. Significativement, il utilise souvent des sources protestantes, par exemple pour le massacre de la Saint-Barthélemy, où il reprend le sombre récit des Memoires de l’estat de France de Simon Goulart, mais aussi pour les massacres de 1562 – il est vrai que, comme on s’y attendrait, les catholiques ne s’étendent pas sur leurs propres exactions, à quelques thuriféraires près, vite gênants et vite oubliés. Pour Toulouse, J.-A. de Thou suit très précisément la relation de l’Histoire ecclesiastique, à laquelle il emprunte le scénario des événements. Mais l’historien tient à se déprendre de sa source trop partiale. Ainsi, l’epitome programme-t-il toute la lecture, en répartissant les responsabilités : « Tumultus tolosanus à Protestantibus, dum periculo praevertere cupiunt, excitatus »27. Ainsi le début du récit, tout en faisant valoir que les premiers fauteurs de troubles sont certains particuliers et certains prêcheurs hostiles à l’application de l’édit de Janvier, insiste-t-il sur la désunion d’une ville partagée entre le corps de ville et le Parlement :

  • 28 « La ville était déjà divisée par les factions : d’un côté le Parlement, de l’autre le corps de vil (...)

« Jam tum scissa erat factionibus civitas ; et inde senatus inde decurionum collegium, quod Protestantibus haud dubie favebat, contrariis studiis distrahebantur. »28

  • 29 « et de urbe tradenda fidem interposuerat. Id perscriptum erat iis letteris, quae a Rupio ad Monluc (...)
  • 30 Ed. Courteault, Paris, Gallimard, Pléiade, 1964 : 500.

17Tout en suivant le récit protestant, l’historien donne encore comme information avérée le fait que Lanta a promis à Condé de lui donner la ville : Monluc n’aurait fait que transmettre l’information29. Il est clair que J.-A. de Thou a complété son information par la lecture des Memoires, que Florimond de Ræmond30 a mis en lumière en 1592. Pour J.-A. de Thou comme pour Monluc, les protestants avaient projeté de se rendre maîtres de la ville, le coup de main était prévu pour le 18 mai, et l’initiative de Barelles, esprit véhément (ferox), n’avait fait que précipiter les événements.

  • 31 Historiae, Londres, 1733, I, p. 1 sq. Cette épître-manifeste politique a été traduite très tôt par (...)

18L’historien s’abstient de prendre parti. Il décrit l’engrenage fatidique de la violence et du choc des factions, le malheur d’une collectivité que ne rassemble pas un pouvoir centralisateur et incontesté. Son insistance sur le conflit entre les capitouls et les parlementaires est de ce point de vue remarquable. Ce récit distancié vient ainsi servir de preuve locale aux thèses développées dans l’épître « Christianissimo Franc. Et Navar. Regi Henrico IV »31 qui sert de préface à toute l’œuvre. Ce plaidoyer pour une paix civile bâtie sur la tolérance religieuse, cette apologie de la mansuétude du roi et de sa capacité à faire refleurir les bâtiments, l’éloquence et la justice, trouvent leur confirmation dans le spectacle désolant d’une ville dévastée par l’intolérance et les factions, et c’est pourquoi l’historien peut si facilement reprendre une dénonciation protestante du massacre tout en y intégrant la dénonciation catholique du complot protestant. C’est du point de vue dépassionné d’un ordre politique supérieur aux partis et aux confessions de foi, celui qu’aurait instauré Henri IV, que les manœuvres, les factions et les violences peuvent être également représentées. Une probatio implicite informe la narration.

  • 32 Recueil des choses memorables avenues en France sous le regne de Henri II, François II, Charles IX (...)
  • 33 Le mot figure f° 101 v°.
  • 34 F° 102 r°.

19Nous laisserons de côté le Recueil des choses memorables de Jean de Serres32, qui n’offre qu’un « abregé »33 très partial du récit de l’Histoire ecclésiastique, et présente par exemple l’initiative du ministre Barreles, que son récit-source condamnait assez nettement, comme fatale : « ceux de la Religion ia menassez de ce qui leur avint puis apres, se saisirent de la maison de ville »34. La version d’Agrippa d’Aubigné, tout aussi orientée, est plus originale. Toulouse aurait été presque gagnée à la réforme :

  • 35 II : 29.

« Thoulouse s’estoit sentie de la dispute de Poissi : une grande partie des Citoyens, et des Escholiers ayans pris la confession des Reformez, requis l’execution de l’Edict de Janvier, et l’establissement de leur exercice, avec garde des uns et des autres en armes, à la mode de Paris. »35

  • 36 Le récit oppose les protestantes aux urbani.
  • 37 II : 30.
  • 38 « Les Chanoines de S. Estienne et S. Jean de Thoulouze eschaufferent le peuple aux injures et aux m (...)

20D’emblée est écartée la distinction que l’Histoire ecclésiastique et les Historiae36 établissaient entre d’un côté les protestants, de l’autre les « bourgeois » et « peuple » (ou « populace »). Une identité citadine se distinguait d’une identité religieuse, et il pouvait s’en déduire que les protestants constituent un corps étranger à la ville, voire au pays — le protestantisme est-il français ? L’argument, on le sait, a produit bien des massacres et des persécutions. Sous la plume d’Aubigné, les élites de la ville (« une grande partie des Citoyens et des Escholiers ») sont protestantes. Elles s’opposent à la « Cour » de Parlement et aux « Ecclesiastiques, mesnagez par ceux de Guise »37. Quant au peuple, il est violent et passif : agité par la nouvelle de massacres à Cahors et ailleurs, excité par les prédicateurs38, force anonyme sans maîtrise d’elle-même et toujours manipulée, il se conforme à des stéréotypes constants de l’antiquité au XIXe siècle – il suffit de penser à l’aristocratisme de Tacite, au Voltaire du Traité de la tolérance ou aux sombres tableaux du peuple que donnent après 1848 Flaubert ou Vigny. Les protestants toulousains incarnent, eux, la légitimité, et la patience :

« Les autres [les protestants] souffrirent doucement et sans effroi toutes ces attaques pour la confiance qu’ils avoyent en la foi prestee par leurs concitoyens à la conservation commune. »

21Aubigné va même jusqu’à faire état des mouvements de révolte protestants, mais pour les retourner en preuve de fidélité :

  • 39 Ibid.

« Sollicitez de marcher [de se mobiliser], par Duras et Grandmont, Chefs des forces de Guienne : ils alleguerent leurs conventions avec les Catholiques pour refus. »39

  • 40 II : 31, je souligne.

22L’accusation contre Lanta est bien rapportée, mais comme une simple rumeur : « le baron de Lenta, qu’on disoit avoir passé à Orléans en revenant de la Cour, et là donné parole au prince de Condé »40. Les Historiae de Thou sont pourtant explicites, et Agrippa d’Aubigné les démarque très souvent. La retouche, très concertée, joue exemplairement des valeurs de la citation : elle donne l’information, mais elle autorise à la suspecter. Quant à Barreles, il n’est ni hardi, irréfléchi ou tête brûlée, contrairement à ce que disaient l’Histoire ecclésiastique et les Historiae : il est… il n’est pas circonspectueux. Alors que les catholiques font entrer des garnisons dans la ville, que ses coreligionnaires « disput[ent] de la Justice des armes sur le point d’en user », Barreles, « moins circonspectueux, rompt ceste glace, assemble les plus eschauffez, fit saisir la Maison de ville ». Jolie création lexicale, circonspectueux condamne la prudente réserve de mise avant toute insurrection (circonspection) en l’identifiant avec un respect tout vétilleux pour les procédures. Avant la lettre et avant le temps, Barreles est un de ces fermes au nombre desquels Aubigné se range en 1611-1612 à l’Assemblée de Saumur. Un de ceux qui dénoncent comme suicidaires les prudences de qui veut se ménager le pouvoir. Ainsi que le dit la « prophétique voix » du Coligny des Tragiques :

  • 41 Tragiques, V, v. 705-715. Je rappelle que les Tragiques sont publiés en 1616. Même si son auteur la (...)

« Venez voir comme Dieu chastia son Eglise,
Quand sur nous non sur luy sa force fut assize,
Quand devenus prudents la paix et noztre foy
Eurent pour fondements la promesse du Roy :
Il se montra fidele en l’orde perfidie
De noz haineux, et fit en nous ostant la vie
Rester si abbatu, et foible son troupeau
Qu’en terre il ne trainoit que les os, et la peau :
Nous voulions contraster du peuple les finesses,
Nous enfans du royaume, et Dieu mit noz sagesses
Comme folie au vent [...]. »41

23La glace rompue par le ministre est celle qui gèle le cœur et l’empêche d’actions généreuses. Nous sommes très loin du ton dépassionné de J.-A. de Thou.

24Ce sera donc une preuve nouvelle du fait que la soi-disant objectivité certes professée par l’auteur n’est qu’un leurre, et que bien loin d’être une œuvre assagie par les ans, l’Histoire universelle a la partialité de toutes les autres œuvres d’Agrippa d’Aubigné et s’engage aussi loin que les autres dans le combat politique qui est le sien : depuis l’édit de Nantes, il défend une quasi-autonomie politique et militaire des protestants dans le royaume. Il argumente ici cette défense par un cas d’espèce où le respect des édits, la bonne foi des protestants ne servent à rien face à l’acharnement des prêcheurs et aux manipulations politiques.

25Les quatre textes étudiés construisent des relations orientées des événements. Il est assez évident qu’en avril et mai 1562, les deux partis ont essayé de prendre la ville en usant de leurs atouts dans la ville, la Maison de ville et le Parlement. Les historiens des deux camps ont donc toute facilité pour se prévaloir chacun d’une légitimité en imputant à l’autre camp des menées factieuses. Seule la relation du président de Thou, plus conforme aux idées politiques et religieuses de la fin du XIXe et du XXe siècles, apparaît plus « objective ». Elle n’en est pas moins concertée et destinée à produire une thèse implicite, même si elle se caractérise par le souci d’intégrer des informations issues des deux confessions religieuses.

26Dans ces relations, une constante : la division du pouvoir municipal entre Hôtel de Ville et Parlement, et leur rivalité. Et, dans la représentation des forces en conflit, une certaine difficulté, patente de l’Histoire ecclésiastique aux Historiae, à classer une entité spécifique, les protestants (ceux de la religion, ceux de la nouvelle religion), dans le vocabulaire des populations urbaines, face aux bourgeois ou aux urbani. C’est seulement dans l’Histoire universelle que la distinction disparaît. Inversement, les relations protestantes et celle de J.-A. de Thou insistent sur le lien entre le peuple séditieux et les prêcheurs, et produisent déjà les catégories que reprendront dans leur dénonciation de la Ligue les gallicans, les Politiques et les protestants, et qu’exploiteront à leur tour les philosophes des Lumières contre le fanatisme, les écrivains du XIXe siècle contre la révolution : un clergé asocial, issu des couvents (auquel se substitueront les meneurs révolutionnaires au XIXe siècle), s’associe à un peuple instable, dangereux et violent.

Notes

1 Agrippa d’Aubigne, Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1981-2000, II, p. 7. Références abrégées en H.U. I : 7.

2 Anvers, Jean Remy, 1580, II, p. 1 sq.

3 Londres, Claude du Bosc & Guillaume Darrés, Paris, Rollin fils, 1743, III, p. 423 sq.

4 Historiarum sui temporis libri CXXXVIII, Londres, 1733, II, xxxii, p. 270 sq.

5 Histoire ecclesiastique, II : 1.

6 II : 2.

7 Ibid.

8 II : 3.

9 Voir L. Châtelier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.

10 II : 5. Les récits protestants de la Saint-Barthélemy ne diront pas autre chose, avant que M. Crouzet n’invente les lisant la catégorie nouvelle des massacreurs mystiques.

11 II : 7.

12 On sait que la question des inhumations restera un des points de conflit entre protestants et catholiques jusqu’à l’édit de Fontainebleau.

13 II : 8.

14 II : 10.

15 Ibid.

16 II : 11.

17 II : 11-2.

18 Mémoires de Condé, Londres, Claude du Bosc & Guillaume Darrés, Paris, Rollin fils, 1743, III : 423.

19 III : 424.

20 III : 425.

21 Ibid.

22 III : 429.

23 III : 428.

24 III : 429.

25 III : 429.

26 J.-M. de Bujanda, Index librorum prohibitorum, Montréal et Genève, Médiaspaul et Droz, 2002, p. 881.

27 II : 246.

28 « La ville était déjà divisée par les factions : d’un côté le Parlement, de l’autre le corps de ville, qui favorisait clairement les protestants, la déchiraient par leurs passions contraires » (267).

29 « et de urbe tradenda fidem interposuerat. Id perscriptum erat iis letteris, quae a Rupio ad Monlucium [...] missae sunt ; quas ille statim ad Masencallum mittit » (il avait promis de lui livre la ville. La chose figurait dans une lettre que la Roque avait envoyée à Monluc, lequel l’avait aussi expédiée à Mesencal) (268).

30 Ed. Courteault, Paris, Gallimard, Pléiade, 1964 : 500.

31 Historiae, Londres, 1733, I, p. 1 sq. Cette épître-manifeste politique a été traduite très tôt par Villiers Hotman : L’excellente Preface de M. de Thou, sur son Histoire. Mise en François par le Sieur de Villiers Hotman, 1604, publié dans Jean Hotman, sieur d’Infandic, Opuscules françoises, 1615.

32 Recueil des choses memorables avenues en France sous le regne de Henri II, François II, Charles IX & Henri III de la maison de Valois, s. l., 1595.

33 Le mot figure f° 101 v°.

34 F° 102 r°.

35 II : 29.

36 Le récit oppose les protestantes aux urbani.

37 II : 30.

38 « Les Chanoines de S. Estienne et S. Jean de Thoulouze eschaufferent le peuple aux injures et aux menaces » (ibid.).

39 Ibid.

40 II : 31, je souligne.

41 Tragiques, V, v. 705-715. Je rappelle que les Tragiques sont publiés en 1616. Même si son auteur la date de 1577, l’œuvre s’est constituée dans les dernières années du XVIe siècle. Le passage cité est très probablement postérieur à l’Assemblée de Saumur.

Auteur

Université de Provence, Département de Lettres Modernes, CRAIRAC
Thèse : La mobilité de la représentation dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, soutenue en 1990, publiée sous le titre Tracés, ruptures, la composition instable des Tragiques, Paris, Champion, 1990.
Dernier ouvrage : Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, « Vengeances » et Jugement », Paris, Atlande, 2003.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540