Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des hommes à l'origine de l’Europe

 | 
Mauve Carbonell

D’une guerre à l’autre

Texte intégral

L’expérience de la première guerre mondiale

Le conflit

1Peu de membres de la Haute Autorité ont participé au premier conflit mondial. Pourtant, cette guerre les a tous marqués, qu’ils soient combattants, fils de combattants ou civils subissant le conflit. Les conséquences de la guerre sont perceptibles chez chacun d’eux et ont des répercussions notables sur leur vie : études, engagement politique, vie professionnelle. La première guerre mondiale, par les bouleversements économiques et politiques qu’elle a engendrés en Europe, est un élément majeur de leurs parcours.

2Seuls les plus âgés des membres de la Haute Autorité ont participé à la guerre de 1914-1918 : Léon Daum, René Mayer, Franz Blücher et Piero Malvestiti. Les deux Français, nés à la fin du XIXe siècle, le premier en 1887 et le second en 1895, sont mobilisés. Léon Daum est le plus âgé des membres de la Haute Autorité, il a un an de plus que Jean Monnet. En 1914, il a 27 ans et travaille depuis plusieurs années dans le corps des Mines. Il est envoyé dès 1914 au combat, mais dans une position de repli qui l’ennuie profondément. Il est affecté au 5e régiment d’artillerie lourde déployé autour de Paris dans le but de couvrir la capitale en cas d’avancée de l’ennemi. Dans une situation confortable par rapport au front, où l’un de ses frères meurt (en 1916 à Verdun), il vit la guerre d’assez loin. Issu d’une famille très bourgeoise de Lorraine (propriétaire de la verrerie Daum), marié à la fille d’Henri Poincaré (cousin du président) depuis 1913, Léon Daum est un privilégié. En 1915, il écrit à son frère Jean, qui lui est en danger permanent sur le front :

  • 1 In memoriam Léon et Jeanne Daum, recueil de documents issus des archives familiales établi par Noë (...)

Pendant ce temps, nous persistons à monter la garde, docilement et avec le moins possible de perte d’énergie. On nous a dit que nous avons un poste d’honneur qui était de couvrir Paris. Nous le couvrons donc, mais l’ennemi ne paraît pas manifester l’intention de le découvrir. […] Moquez vous de nous, appelez nous embusqués si vous voulez même, mais considérez tout de même que je ne peux pas aider1.

3Il développe par la suite avec ironie ce qu’il imagine pour passer le temps : apprendre l’italien ou inventer une nouvelle méthode de tir.

  • 2 Ibid.

Je ne peux pas non plus écrire un article enflammé contre l’Allemagne, son mépris des conventions internationales, et autres sujets de déclamation […]. Il faut être novice comme l’Italie pour mettre dans les communiqués que l’adversaire fait usage de balles explosives2.

  • 3 Ibid., lettre de Léon Daum à Marie-Louise, 22 avril 1916.

4Il a conscience de sa situation et fait l’éloge de son frère et des combattants du front. Quand Jean Daum meurt à Verdun, il en très affecté. Si la proximité physique de la guerre ne se faisait pas sentir jusque-là, la disparition de son frère le touche au plus près. Il se réfugie dans la prière et la foi ; lorsqu’il écrit à sa famille avec laquelle il conserve des liens très forts, on peut lire : « Disons nous maintenant : il ressuscitera, même il est déjà ressuscité dans la lumière, dans la gloire et la paix du ciel d’où il veille sur nous.3 » Léon Daum ne reste pas dans son bataillon d’artillerie jusqu’à la fin de la guerre. Il est rappelé au Maroc en 1917, où il avait occupé ses premières fonctions en dirigeant le service des Mines de Rabat en 1913. La guerre se termine alors qu’il est au Maroc. D’un point de vue professionnel, les conséquences de la guerre sont pour lui minimes : sa carrière se poursuit, la verrerie familiale continue à fonctionner. René Mayer, lui, effectue presque toute la guerre comme sous-lieutenant d’artillerie. Blessé en 1918, il passe les derniers mois de la guerre comme officier instructeur. En attendant d’être démobilisé, il prépare le concours du Conseil d’État : il est admis brillamment à la deuxième place.

5De l’autre côté de la ligne de front se trouve Franz Blücher. Il s’engage dans l’armée dès le début des hostilités à l’âge de 18 ans. Simple soldat, il devient rapidement officier de réserve. La guerre change profondément sa situation. En 1914, il avait commencé des études d’histoire et de sciences politiques. Fait prisonnier à la fin de la guerre, il rentre de captivité en 1920 et ne peut reprendre ses études. Son père est mort en 1917 et Franz Blücher doit s’assumer financièrement dans un pays désorganisé. Il occupe plusieurs emplois avant de trouver un travail stable dans une entreprise industrielle qui lui confie la charge du secteur commercial. Piero Malvestiti est le quatrième des membres de la Haute Autorité à participer de façon active à la première guerre mondiale. Né en 1899, il n’entre sous les drapeaux qu’à la toute fin de la guerre, en 1917. Jeune officier, il participe au sein d’un régiment de Sardes à l’offensive italienne victorieuse contre les troupes austro-hongroises, lors de la bataille de Vittorio Veneto d’octobre 1918. On lui confère la croce al merito di guerra. Rentré à Milan, il intègre la Banca Popolare en tant que simple employé. Il y reste douze ans.

  • 4 Archives privées famille Coppé, Albert Coppé, Bruggelingen buiten Brugge (BBB), 20 pages dactylogr (...)
  • 5 Entretien avec Brigitte Coppé, 14 mars 2003, Tervuren.

6Tels sont les quatre vétérans de 1914-1918. Il est à noter qu’Albert Wehrer est adulte au moment du conflit ; né en 1895, il a 19 ans en 1914 et vient de terminer ses études secondaires. Il part étudier en Suisse pendant la plus grande partie de la guerre et termine ses études de droit à Luxembourg en 1921. La guerre ne l’empêche en aucune manière d’effectuer un parcours universitaire classique. On le voit, ceux qui sont adultes et en âge de combattre traversent la guerre sans trop d’accrocs. Ce sont plutôt ses conséquences directes et indirectes qui comptent. Tout d’abord, il y a ceux dont la guerre a modifié la situation matérielle, la leur ou bien celle de leurs parents. Ainsi Albert Coppé, pourtant né en 1911 et enfant au moment des combats, est particulièrement marqué par cette guerre qui touche toute sa famille en la contraignant au départ. Pendant toute la durée de la guerre, la famille Coppé – qui vient de Bruges – reste en Hollande, à Aardenburg près de la frontière tout d’abord puis à Haarlem où le père d’Albert Coppé reprend une affaire d’import‑export. Ils ne reviennent qu’en 1918. Bien que très jeune au moment des faits, Albert Coppé détaille longuement ces années dans le début de ses mémoires inachevés. Il dit conserver de vrais souvenirs de cette période et trouve même remarquable « qu’un garçon de 3-4 ans arrive à stocker tellement de souvenirs.4 » Ces faits ont marqué la mémoire familiale, à cause du départ et de l’exil forcé pendant quatre ans. Brigitte Coppé, la fille d’Albert Coppé dit même de cet épisode qu’il leur « fit perdre l’accent et se sentir plus internationaux.5 »

Une « jeunesse allemande »

7« En Allemagne, les conséquences de la guerre sont nombreuses : révolution, effondrement du Reich et mise en place de la République de Weimar, crise économique et atmosphère de guerre civile. Le ressentiment de la jeunesse allemande envers les « criminels de novembre » – l’ancienne génération qui a fait perdre la guerre et le Reich – est particulièrement fort. À droite, des organisations multiples voient le jour au cours de la décennie. Des ligues et corps francs se constituent qui entretiennent une agitation révolutionnaire quasi permanente, contre la révolution de 1918, contre Versailles, contre la République. Antisémites, nationalistes, revanchardes, ces organisations contribuent à l’instabilité de la République de Weimar.

8Dans cette période se dessine un phénomène particulier et typique de l’Allemagne d’après guerre : celui des mouvements de jeunesse (Jugendbewegung). Peu politisés, les premiers mouvements de jeunesse furent constitués au début du siècle ; le plus développé était le Wandervogel. Dans les années vingt, ces mouvements se multiplient et se politisent. Même s’ils ne sont pas affiliés directement à des partis, l’idéologie de chaque mouvement est perceptible et exprimée, du plus socialiste à la droite la plus extrême. Quelques dénominateurs communs peuvent pourtant être cités : vénération du chef, rejet de l’ancienne génération et amour du Volk, du peuple. L’évocation de la grandeur de la nation est récurrente, nation allemande qui doit se régénérer par sa jeunesse.

  • 6 Ou « Groupe des jeunesses nationales ».

9Pour Franz Etzel, Heinz Potthoff et Karl-Maria Hettlage, tous nés au début du siècle, la défaite représente, comme pour beaucoup d’Allemands et en particulier les jeunes, une véritable catastrophe. Tous trois sortent de l’adolescence après la guerre, au moment du changement de régime. Une Allemagne en quête de repères sort du cataclysme. Franz Etzel et Karl‑Maria Hettlage se tournent vers les mouvements de jeunesse nationalistes, très populaires chez les jeunes Allemands. Franz Etzel adhère entre 1922 et 1926 au Jungnationaler Bund6. Le groupe dont il dépend représente différentes régions de l’Ouest de l’Allemagne. L’organisation, comme la plupart des mouvements de jeunesse nationalistes, se définit par la valorisation du groupe et du chef, par la jeunesse, par le refus du traité de Versailles et de la situation de l’Allemagne. Il s’agit d’un groupe national-révolutionnaire. Pour le Jungnationaler Bund, le groupe repose sur plusieurs commandements :

10Groupe et organisation

I) 1. Le groupe, c’est la solidarité entre des personnes qui se ressemblent.
2. Cette solidarité repose sur le sang.
3. Le groupe, c’est grandir.
4. Le groupe, c’est le pouvoir.
5. Le groupe, c’est le combat.
6. Le groupe, c’est la contrainte.
7. Le groupe, c’est l’amour de ton peuple.
8. Le groupe, c’est la puissance.

  • 7 BAK, N1254/2, Westmarkrundbrief, 26 juillet 1923.

II) 1. L’organisation, c’est le rassemblement de personnes ayant le même but.
2. L’organisation a pour but la réalisation de ses programmes.
3. L’organisation, c’est la volonté de pouvoir ! Le pouvoir de dominer […]
5. L’organisation, c’est la contrainte du haut vers le bas.
6. La force de l’organisation tient au nombre de ses adhérents.
7. L’organisation, c’est changer les volontés, les circonstances et les relations.
8. L’organisation, c’est l’intelligence, la froide intelligence masculine. Elle a des normes, une discipline. Les normes sont des lois.
9. L’organisation, c’est la maturité7.

  • 8 Dirigeant du Jungnationaler Bund, par la suite opposant au nazisme en exil en Angleterre.

11On trouve dans les textes diffusés par le mouvement des propos passionnés, nationalistes et antidémocratiques. Ils exaltent surtout la force de l’homme nouveau, en opposition à la génération précédente. Dans un document du 14 février 1924, l’un des dirigeants de l’organisation, Hans Ebeling8 écrit :

  • 9 BAK, N1254/2, 21ter Westmarkrundbrief, 14 février 1924.

Nous […] avons pour symbole l’homme uni à sa terre, le combattant. Nous sommes les fils de la bourgeoisie, des ouvriers, de la noblesse, des paysans rhénans, etc. […] Notre image ne peut être que masculine, ne peut se situer que dans le futur. Le sens que nous avons n’est pas égoïste, mais ce sens se nomme Service, Sacrifice et Passion9.

  • 10 „Corps franc de Westphalie“. BAB, (BDC)6400016976-550, SS-Akte.
  • 11 Landesarchiv Berlin, BRep.031-02.01/Nr11536. Par troubles, Karl-Maria Hettlage entend l’occupation (...)
  • 12 Le parti conservateur de Gustav Stresemann.
  • 13 Cette adhésion au Zentrum, au regard du parcours de Karl-Maria Hettlage et des sources disponibles (...)

12Karl-Maria Hettlage n’intègre pas un mouvement de jeunesse proprement dit. Il s’engage par contre dans les Freikorps Westfalen, entre 1922 et 192510. Il s’en explique dans les années cinquante en déclarant que les corps franc de Westphalie étaient une formation étudiante émanant de l’État prussien à l’université de Münster, dont les buts étaient l’organisation du combat politique contre les communistes, pendant les « troubles11 » dans la région de la Ruhr. Les corps francs sont des organisations paramilitaires créées au lendemain de la première guerre mondiale. Ils regroupent des volontaires monarchistes et ultraconservateurs pour combattre la démocratie, la République, les sociaux-démocrates et les communistes. Ils sont souvent constitués d’anciens soldats démobilisés. À droite, plusieurs partis politiques attirent aussi la jeunesse nationaliste. Outre le parti nazi – NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Artbeiterpartei), il s’agit du DNVP (Deutschnationale Volkspartei) et du DVP (Deutsche Volkspartei). Le DNVP, auquel Franz Etzel adhère, est un parti dont les slogans et les idées se rapprochent de ceux du parti nazi. Le DVP12 attire quant à lui Franz Blücher après la guerre. Karl‑Maria Hettlage esquisse lui aussi une première approche politique, plus modérée, en adhérant au Zentrum et en se faisant élire député régional en 193213.

13Heinz Potthoff, s’il s’engage lui aussi dans un mouvement de jeunesse, se situe de l’autre côté de l’échiquier politique. Jeune travailleur, alors que Hettlage et Etzel sont tous deux étudiants en droit dans les années vingt, Heinz Potthoff rencontre les syndicats socialistes de son usine. Il adhère à l’Arbeiter-Jugendbewegung (Mouvement de jeunesse des travailleurs). Les fondements idéologiques de ce mouvement de jeunesse et de celui de Franz Etzel sont opposés, mais ils se rejoignent sur les appels à la jeunesse et à sa force pour régénérer la nation.

  • 14 Heinz Potthoff, Zwischen Schlosserlehre und Europapolitik, op. cit., p. 39.

Nous sommes jeunes, le monde est ouvert. Ô, toi, monde lointain et magnifique ! Notre désir, notre espoir dépasse les forêts et les champs ! Frère, ne baisse pas la tête, tu ne peux pas voir les étoiles ! Regarde vers le haut, va de l’avant, nous sommes jeunes et c’est beau14 !

  • 15 Ibid., p. 43.
  • 16 Cf. Fritz Opel, Der deutsche Metallarbeiter-Verband während des Erstens Weltkrieges und der Revolu (...)

14La découverte de la nature, l’organisation de grandes randonnées exaltent cette jeunesse perturbée par la guerre et par les changements survenus après la défaite de 1918. Heinz Potthoff y fait son premier apprentissage politique, avant même de s’engager dans le syndicalisme. Plus internationaliste, le mouvement se veut pacifique ; il est également éducatif et formateur. De nombreuses réunions sont organisées où l’on parle d’histoire sociale, de littérature engagée, de théâtre. Heinz Potthoff assiste les 30 et 31 juillet 1921 aux journées internationales de la jeunesse ouvrière, à Bielefeld, « où il fut proclamé pour la première fois depuis la fin de la première guerre mondiale par des orateurs allemands et étrangers, qui étaient autrefois ennemis, ‘Plus jamais de guerre’.15 » Le Mouvement de jeunesse des travailleurs sera dissous en 1933. Pour Potthoff, ce mouvement a apporté les bases de la reconstruction de la gauche allemande après la seconde guerre mondiale. Du mouvement de jeunesse au syndicat et au parti politique il n’y a qu’un pas, qu’il franchit en 1921. Il adhère au syndicat de la métallurgie Deutscher Metallarbeiter-Verband16 et au SPD. Heinz Potthoff est pour la première fois plongé dans l’univers de l’organisation collective et c’est un moment important de sa formation politique. Le syndicat va permettre à cet autodidacte de réintégrer progressivement un cursus universitaire.

15Une volonté de s’engager politiquement se dessine pour les quatre Allemands mais ces ébauches sont freinées dès 1933, le Troisième Reich mettant fin à la pluralité politique.

16Pour tous, l’entre-deux-guerres est une période de formation : formation universitaire, professionnelle et politique. L’examen de la manière dont chacun a été confronté aux totalitarismes et aux extrêmes, dans les pays totalitaires comme dans les démocraties parlementaires, permet de comprendre comment s’est développée – ou non – une pensée politique, avant même la rupture de la seconde guerre mondiale.

Les années de formation : les chemins des élites

  • 17 Jacques Cœnen-Huther, Sociologie des élites, Paris, Armand Colin, 2004, p. 138.

17D’un point de vue académique tout d’abord, il est intéressant d’analyser la formation initiale de chacun. Le schéma ci-après, exprimé en valeur, en donne un aperçu général. On peut se rendre compte que la grande majorité des membres de la Haute Autorité a reçu une formation universitaire et académique de niveau supérieur : six d’entre eux sont allés jusqu’au doctorat, dans deux disciplines, soit en sciences économiques (Coppé, Hellwig), soit en droit. Ils sont quatre sur six docteurs à avoir une formation de juriste (Hettlage, Lapie, Wehrer, Homan). Aux docteurs de formation initiale, on peut ajouter Heinz Potthoff, qui s’est formé après avoir travaillé plusieurs années ; il a obtenu, en Suisse, son doctorat en sciences économiques. D’autres, sans aller jusqu’au doctorat, ont poursuivi des études universitaires. Franz Etzel et Dino Del Bo ont tous deux suivi des études de droit, le premier jusqu’au diplôme lui permettant de devenir avocat, le second cumulant deux « laurea » pour ensuite enseigner à l’Université. René Mayer a obtenu une double licence en droit et en philosophie avant d’interrompre ses études à cause de la guerre. Léon Daum est diplômé de Polytechnique, Enzo Giacchero de l’école polytechnique de Turin et Dirk Spierenburg de l’école supérieure néerlandaise des sciences économiques. Ils sont donc treize – en comptant Heinz Potthoff – à avoir suivi des études supérieures. La formation de juriste est dominante : quatre docteurs et trois diplômés. Viennent ensuite des diplômés en sciences économiques. De façon générale, la formation de juriste est proportionnellement élevée dans les élites dirigeantes, que ce soient les élites du monde des affaires, les élites politiques ou administratives17. L’analyse de la formation des membres de la Haute Autorité confirme la proportion élevée de juristes parmi les élites.

Formation initiale des membres de la Haute Autorité de la CECA, en valeur

18Parmi les membres de la Haute Autorité n’ayant pas fait d’études supérieures, on trouve les deux syndicalistes Paul Finet et Jean Fohrmann, dont la formation intellectuelle a suivi des chemins différents et plus autodidactes, notamment par l’intermédiaire de la formation syndicale. Piero Malvestiti a une formation technique d’expert comptable, dont le diplôme ne peut être comparé à une formation universitaire classique. Franz Blücher, de son côté, a commencé des études supérieures, mais la guerre les a interrompues et il n’a pu les reprendre par la suite.

  • 18 BAK, N1254/25, Interpresspolitik, 2 août 1967, n° 93.

19Rares sont les diplômés ayant reçu une formation universitaire initiale à n’être pas issus de milieux familiaux apparentés la bourgeoisie et à la bourgeoisie intellectuelle. En effet, seul Franz Etzel est issu d’un milieu modeste : son père est artisan dans le bâtiment et ses parents possèdent une petite ferme. Franz Etzel est souvent considéré, notamment par la presse allemande, comme un « self made man18 ». Les autres viennent de familles aisées pour la plupart, dont la profession du père est souvent le reflet : inspecteur d’école pour l’enseignement primaire (Hellwig), avocat (Hettlage et Homan), entrepreneur (Daum et Coppé), professeur d’université (Lapie et Del Bo), ingénieur (Giacchero). Les parents d’Albert Wehrer sont quant à eux épiciers.

  • 19 Union des ouvriers des mines et de l’industrie sidérurgique.

20Ceux n’ayant pas reçu de formation universitaire initiale viennent tous de familles modestes ou ouvrières : le père de Piero Malvestiti est carabinier, celui de Jean Fohrmann est ouvrier dans les chemins de fer et sa mère garde-barrière, le père de Franz Blücher est employé dans une exploitation minière, celui de Heinz Potthoff est peintre en bâtiment et celui de Paul Finet est ouvrier métallurgiste. Sans avoir fait d’études, ils entrent tous rapidement dans le monde du travail. Les trois futurs syndicalistes sont engagés comme apprentis à l’âge de 14‑15 ans : Heinz Potthoff comme apprenti ajusteur-mécanicien, Paul Finet apprenti traceur en chaudronnerie et Jean Fohrmann apprenti serrurier. Le syndicat représente pour tous les trois un tremplin social et culturel. C’est grâce au syndicat qu’ils vont se former intellectuellement et s’élever dans l’échelle sociale en accédant à des responsabilités au sein de leurs organisations, jusqu’à faire partie des dirigeants. Jean Fohrmann est envoyé par le syndicat de la sidérurgie BMIAV (Berg- und Metall Industrie Arbeiter Verband19) à l’école supérieure du travail de Bruxelles ; Paul Finet se forme personnellement en accédant à la fonction de propagandiste par la Fédération des métallurgistes de Charleroi ; Heinz Potthoff devient rédacteur d’un journal syndical, le Volkswacht et décide ensuite de reprendre des études qu’il poursuit jusqu’au doctorat.

21Il est incontestable que les membres de la Haute Autorité appartiennent à l’élite, ou plutôt aux élites, compte tenu de leurs fonctions ultérieures et de l’ensemble de leur carrière. Tous appartiennent à l’élite de leur groupe, au sens où ils occupent une place prééminente dans leurs sphères d’activité : dans le monde des affaires pour les patrons, dans le monde politique pour les ministres et les responsables gouvernementaux, dans le monde ouvrier pour les dirigeants syndicaux. Par leur formation, on peut considérer que tous, dans leurs sphères d’activité propres, appartiennent à l’élite.

  • 20 Mission interalliée de contrôle des usines et des mines.
  • 21 De provinciale Staten.

22Parmi les critères de sélection des élites, les travaux portant sur le sujet ont dégagé deux tendances distinctes qui peuvent s’appliquer à l’étude des membres de la Haute Autorité. Le premier de ces critères serait lié aux caractéristiques acquises par l’individu (excellence, performance) et l’autre serait lié quant à lui aux caractéristiques attribuées ou héritées (richesse, parenté, relations). La sélection des élites peut recouvrir l’un ou l’autre de ces critères, et généralement la combinaison des deux. Léon Daum est un exemple de la conjugaison de ces deux critères. Il entreprend des études qu’il réussit brillamment : il est reçu premier dans l’une des écoles les plus prestigieuses de France : l’École polytechnique. Il en sort également premier deux ans plus tard. Par ailleurs, il épouse Jeanne Poincaré, fille d’Henri Poincaré, lui-même cousin du président. Ici, les liens de parenté et les relations avec l’élite dirigeante favorisent l’accession de Léon Daum à certains postes, à certaines fonctions et contribuent à son élévation progressive au sein de l’élite. Il est ainsi nommé en 1923 membre de la MICUM20, créée par Raymond Poincaré, au moment de l’occupation de la Ruhr par la France. L’exemple de Johannes Linthorst Homan est particulièrement significatif du poids de l’origine familiale. Sa famille appartient depuis plusieurs générations à l’élite politique néerlandaise. Son père et son grand-père sont commissaires de la Reine, sa famille est l’une des plus importantes de la région de Drenthe. Nommés par la royauté, les commissaires de la Reine sont au sommet du pouvoir local, même si leurs fonctions comportent peu de pouvoirs exécutifs. Visages de la royauté dans leur province, ils président officiellement l’administration régionale21. Pour illustrer l’importance des « caractéristiques attribuées ou héritées » dans le cas présent, il suffit d’analyser l’accès à la mairie de la petite ville de Vledder de Johannes Linthorst Homan en 1932. Les maires sont nommés par le pouvoir central sur proposition des commissaires. Le commissaire de la Reine de Drenthe – territoire sur lequel se trouve la commune de Vledder – n’est autre que le propre père de Johannes Linthorst Homan, qui occupe ces fonctions jusqu’en 1931. Le lien est dans ce cas particulièrement visible. La mairie de Vledder est son premier poste à vocation politique, un passage important pour se hisser dans la hiérarchie politique locale puis nationale. Johannes Linthorst Homan est nommé commissaire de la Reine de la province de Groningue cinq ans plus tard. Il est bien sûr hors de propos de préjuger de ses compétences ; il apparaît toutefois nettement que les liens familiaux occupent une place importante dans le déroulement de la carrière de Johannes Linthorst Homan.

23Autre exemple, autre situation : Franz Etzel ne peut a priori pas compter sur des liens de parenté, sur une fortune ou une situation familiale pour accéder à l’élite. Il aura beaucoup plus d’efforts à fournir pour approcher les cercles du pouvoir que Johannes Linthorst Homan. Son ascension sociale se fait par d’autres chemins et le premier d’entre eux est celui de l’excellence. Malgré des conditions économiques difficiles, il entreprend des études qu’il finance en travaillant comme mineur. Ses études de droit lui permettent ensuite de changer de statut social : il devient avocat. En ce qui le concerne, les facteurs déterminants semblent davantage être liés à une stratégie individuelle, à la volonté, l’ambition et la persévérance. Avocat brillant malgré le nazisme, il développe un réseau relationnel nouveau en s’occupant des affaires juridiques des grandes sociétés et des hommes qui les dirigent, eux-mêmes faisant partie de l’élite des affaires. À partir des changements intervenus en 1945, avec l’accès au pouvoir de nouvelles élites en Allemagne, il lui sera alors possible de prendre une place laissée libre par le départ de l’ancienne classe dirigeante.

24D’un point de vue politique, les années trente sont aussi pour beaucoup des années de formation. L’Europe et les confrontations idéologiques dont elle est le terrain vont inciter les uns et les autres à se positionner (ou non) et à s’engager (ou non). En Allemagne et en Italie d’une part, ils sont confrontés à un État totalitaire. Il est intéressant de croiser les parcours et d’analyser leurs comportements, parfois opposés, dans les États fascistes et nazis. D’autre part, les parcours des Français, Belges, Luxembourgeois, Hollandais dans les démocraties parlementaires secouées par des affrontements idéologiques sont eux aussi à étudier et à mettre en perspective, pour comprendre comment se sont formées les orientations politiques de chacun.

La confrontation aux totalitarismes

  • 22 ILS, PM/N1/1, texte dactylographié, Piero Malvestiti, p. 2.
  • 23 L’Azione Cattolica est la principale organisation catholique de jeunesse. Cf.Giacomo de Antonellis(...)
  • 24 Piero Malvestiti, Commemorazione di Enrico Falck, Milano, Ed. Ambrosianeum, 1954, p. 10.
  • 25 Cité dans Camillo Brezzi, Il cattolicesimo politico in Italia nel ‘900, Milano, Teti, 1979, p. 122 (...)
  • 26 Ibid., p. 128.

25Le cas de Piero Malvestiti est à part. Il est le seul parmi les membres de la Haute Autorité, en Allemagne ou en Italie, à s’opposer immédiatement, et de manière indiscutable, au régime en place dans son pays. Dès l’avènement de Mussolini, il va organiser une forme d’opposition au régime fasciste. Catholique fervent, il fréquente, après la première guerre mondiale, des groupes de la Jeunesse catholique à Milan. Il en devient l’un des propagandistes et intervient dans toute la région. « Durant une dizaine d’années j’ai été orateur de presque toutes les semaines sociales tenues dans le diocèse : je ne crois pas qu’il y ait une seule scène de théâtre d’oratoire que je n’ai foulée.22 » En octobre 1922, Mussolini arrive au pouvoir. Pour Piero Malvestiti, le fascisme et le régime qui se met progressivement en place sont inconciliables avec le catholicisme. Actif au sein au sein de l’Azione Cattolica23 (l’Action catholique) dès le début des années vingt, c’est tout d’abord avec la section locale de ce mouvement que Piero Malvestiti s’oppose au pouvoir fasciste. Puis, en 1928, il fonde, clandestinement, avec l’un de ses amis de l’Action catholique Gioacchino Malavasi, le mouvement guelfe d’action (Movimento Guelfo d’Azione). Les guelfes recrutent des adhérents dans les milieux de l’Action catholique. Ils sont jeunes ; ils n’ont pas plus de trente ans pour la plupart. Ils défendent un catholicisme démocratique, contre le fascisme. Mouvement doctrinal, les guelfes n’excluent pourtant pas « la possibilité d’une action révolutionnaire.24 » Mais ils n’obtiennent pas l’appui de l’Église qui, dans ses efforts de bonne entente avec le pouvoir, voit d’un mauvais œil le mouvement guelfe et exprime sa franche hostilité. Le quotidien officieux du Vatican le décrit comme « une section, un nom, un masque appliqué entre les catholiques pour la propagande d’idées et de propositions auxquelles les catholiques n’adhèreront jamais.25 » La propagande guelfe est particulièrement active au début des années trente et attire la vigilance de la police fasciste. La police milanaise parvient ainsi à identifier un cercle guelfe et l’inspecteur local écrit dans l’un de ses rapports, le 13 janvier 1933 : « J’ai entendu le nom d’un certain Malvestiti.26 »

  • 27 Giustizia e Libertà est un mouvement révolutionnaire de résistance fondé à Paris en 1929 par des a (...)

26Le 20 mars 1933, Piero Malvestiti est arrêté. Il passe dix mois dans une cellule insalubre et tombe malade ; il a la tuberculose. Le 30 janvier 1934 a lieu son procès à Rome. Il est accusé avec une trentaine d’autres opposants au régime issus de différents mouvements : groupe socialiste, groupe républicain de la « Jeune Italie », membres du mouvement de résistance « Justice et Liberté27 ». Ils sont trois à appartenir au parti guelfe : Piero Malvestiti, Gioacchino Malavasi et Armando Rodolfi. Ils sont accusés d’avoir commis des actes condamnables,

  • 28 ILS, PM/N1/6, sentence du tribunal spécial pour la défense de l’État, n° 73.

destinés à changer la constitution de l’État et la forme du gouvernement par des moyens non tolérés par l’ordre constitutionnel de l’État [et d’avoir] concouru à la réalisation, à l’impression ou à la diffusion de pamphlets incitant à commettre des actes destinés à changer la constitution de l’État […]28.

  • 29 ILS, PM/N1/6, Il popolo di Roma, 31 gennaio 1934, Anno XII.

27Pour les autorités fascistes, Piero Malvestiti est le leader du groupe et c’est lui qui porte la plus grande responsabilité dans le parti guelfe. La presse fasciste développe les détails de l’instruction et les délits supposés des accusés. Le journal Il popolo di Roma du 31 janvier 1934 titre « Un groupe de ‘neo-guelfes’ qui voulaient combattre le régime devant le Tribunal Spécial29 ». Piero Malvestiti est finalement condamné à cinq ans de réclusion auxquelles s’ajoutent trois ans de liberté surveillée pour activités antifascistes par le tribunal spécial pour la défense de l’État. Il est envoyé dans un sanatorium pour détenus sur l’île de Pianosa, au large des Pouilles, dans l’Adriatique. En raison de son état de santé, il est libéré peu de temps après contre l’engagement à ne pas développer d’activité politique pendant la durée de sa condamnation. Il rentre à Milan où il a perdu sa place d’employé de banque. Malvestiti retrouve ses amis des cercles catholiques. Ils continuent à réfléchir aux moyens d’action contre le régime. Dans un premier temps, ils agissent et se rencontrent de façon restreinte. Le groupe guelfe élabore en 1937 un programme politique et idéologique en dix points. Ce programme affirme de grands principes démocratiques, tels que le respect de la liberté civile et politique ; respect de la conscience religieuse mais affirmation du caractère prééminent de l’Église catholique et défense du christianisme ; instauration de la démocratie représentative ; pouvoir judiciaire indépendant ; droit à la propriété privée ; abolition de la bureaucratie corporative ; liberté d’enseignement ; simplification et uniformisation de l’impôt. Malgré les risques, Piero Malvestiti continue ses activités antifascistes jusqu’à la fin de la guerre.

  • 30 Il est particulièrement actif au sein des GUF, Gruppi Universitari Fascisti (Groupes universitaire (...)

28À la même époque, Enzo Giacchero est un jeune ingénieur turinois dont les principales préoccupations sont sportives30. Dino Del Bo, le plus jeune des trois Italiens, grandit à l’école fasciste et s’enflamme à vingt ans pour la grandeur de la nation et de la patrie, pour le parti et son chef, pour la foi chrétienne sauvegardée. Tous deux ne prendront conscience de la sombre réalité du fascisme que plus tard, pendant la guerre.

29En Allemagne, l’engagement politique après l’arrivée de Hitler au pouvoir devient complexe. S’engager politiquement dans un parti, dans un syndicat ou au sein d’une organisation de jeunesse autres que nazis n’est plus possible. Beaucoup d’Allemands vont faire le choix de ne pas exprimer d’opinion politique et d’aller silencieusement dans le sens du plus puissant. Dans les années vingt, ils ont crié haut et fort leurs opinions dans les mouvements de jeunesse ou apparentés, mais exprimer une opinion politique contraire à celle des nazis devient dangereux. Comment se comporte la population allemande face à la nazification de la société ? Comment se comportent Heinz Potthoff, Karl-Maria Hettlage, Franz Blücher, Franz Etzel et Fritz Hellwig ? Ils n’appartiennent pas – ou plus – aux classes laborieuses. Diplômés, tous occupent des fonctions de « cadres supérieurs » dans le privé ou l’administration. Où se situe leur intérêt ? Opposition ? Passivité ? Collusion ?

  • 31 En 1936, il termine sa thèse de doctorat en sciences économiques intitulée « Friedrich List unter (...)
  • 32 Heinz Potthoff, Zwischen Schlosserlehre und Europapolitik, op. cit., p. 83.

30Heinz Potthoff, qui quitte l’usine pour l’Université, est dans une position inconfortable : ancien rédacteur d’un journal syndical et membre du parti socialiste, il n’est pas sur la liste des amis du régime. Abandonnant l’activité syndicale libre, de toute façon interdite, il décide de poursuivre ses études d’économie en Suisse. L’idéologie nationale-socialiste se fait de plus en plus sentir dans les universités : Heinz Potthoff n’envisage alors que l’étranger pour continuer sa formation. À Zurich, il vit sur l’argent qu’il a économisé car il n’a pas le droit de travailler. Il reçoit un peu d’aide de sa sœur et mène une vie spartiate. Après trois années de cette vie d’étudiant sans le sou, il rentre en Allemagne pour travailler. Son doctorat nouvellement obtenu31, il peut trouver du travail dans de grandes entreprises et rester à l’abri en s’occupant uniquement de sa carrière professionnelle. En novembre 1936, il est recruté par une entreprise de constructions mécaniques (constructions de machines pour l’industrie du textile), à Chemnitz, en Saxe. Il devient responsable des problèmes juridiques liés aux matières premières (fer, charbon, bois…). Pour lui, travailler dans une industrie civile est important à ce moment‑la : « Cela allégeait quelque peu mon travail car, ainsi, je n’avais plus de problèmes de conscience.32 » Se faisant discret, il n’appartient à aucun organe de la machine nazie et occupe successivement plusieurs emplois à responsabilité qui lui confèrent un confort matériel nouveau.

  • 33 Front allemand du travail.
  • 34 Assistance sociale nationale-socialiste.

31Franz Blücher adopte le même comportement : travailler et composer avec le régime en place. Il gravit les échelons au sein de plusieurs institutions bancaires et finit par devenir directeur de l’une d’elles pendant la guerre. Sans adhérer au parti nazi, il devient membre, de façon assez formelle, du Deutsche Arbeitsfront (DAF)33 en 1935 et du Nationalsozialistische Volkswohlfahrt (NSV)34. Appartenir au DAF n’a alors rien d’exceptionnel, plus de 25 millions d’Allemands – soit la moitié de la population – vont devenir membres de cette organisation dirigée par Robert Ley et dont l’adhésion est obligatoire pour tous les travailleurs.

32En ce qui concerne Franz Etzel et Karl-Maria Hettlage, ils semblent eux aussi guidés par l’ambition professionnelle. Etzel intègre un cabinet d’avocat à Duisburg et Hettlage enseigne à l’université de Cologne avant de partir pour Berlin en 1935 avec un poste enviable : receveur municipal de la capitale du Reich.

  • 35 Archives privées Peter Hettlage, mémoires de Karl-Maria Hettlage.

La fonction de receveur municipal de Berlin, capitale du Reich, fut le premier sommet professionnel de ma vie. J’entrai dans cette fonction à l’âge de 32 ans et y restai presque cinq ans. Mon travail m’a fasciné. J’avais réussi35.

  • 36 BAB, (BDC)6400016976-550, SS-Akte.

33Les autorités policières nazies valident cette nomination, malgré quelques tergiversations entre l’administration et la police à propos de la « pureté » politique du nouveau nommé. Peu de temps après, Hettlage est incorporé à la SS. Il est qualifié SS-Untersturmführer (sous-lieutenant) le 13 septembre 1936, SS-Obersturmführer (lieutenant) un an plus tard et SS-Hauptsturmführer (capitaine) en septembre 193836. Il s’agit d’un rang d’honneur. Cette appartenance à la SS ne semble justifiée que par la nécessité pour un haut responsable municipal d’appartenir, au moins formellement, à une organisation nazie. Après la guerre, chaque fois que Hettlage sera amené à occuper des fonctions importantes, cette appartenance lui posera problème ; il lui faudra régulièrement se justifier car une appartenance à la SS, même honorifique, n’a rien de comparable avec une adhésion au DAF ou même au parti.

  • 37 BAK, N1314/441. Lettre de Franz Etzel rapportant les propos de Karl-Maria Hettlage à Konrad Adenau (...)

Le rang d’honneur me fut décerné, en tant que receveur municipal de Berlin, sous l’impulsion du maire. J’étais le seul conseiller municipal berlinois à ne pas appartenir au parti nazi. Malgré des invitations répétées, j’ai toujours refusé. […] Les avancements aux grades d’Obersturmführer et de Hauptsturmführer ont suivi automatiquement en 1937 et 1938. J’ai peu fait usage de ce rang d’honneur là où l’uniforme était de rigueur37.

  • 38 BAK, N1254/86.

34Franz Etzel est spécialisé dans le droit des sociétés ; il trouve un poste dans un cabinet qui travaille essentiellement pour de grands groupes industriels, comme Thyssen. Il intervient également dans une affaire en marge de son travail pour les grandes entreprises. Il s’agit de l’affaire Hensel (1937-1938). Etzel a défendu Walther Hensel, syndic de la municipalité de Düsseldorf, qui avait contre lui de graves accusations (haute trahison, intelligence avec l’ennemi soviétique…) portées par la police de Düsseldorf. Il a défendu Hensel et gagné ce procès38. Cette affaire a contribué à sa libération en 1945 lorsqu’il était détenu par l’armée américaine.

  • 39 Fritz Hellwig, Der Kampf um die Saar 1860-1870 (Beiträge zur Rheinpolitik Napoleons III.), Leipzig (...)

35Le positionnement idéologique des futurs membres de la Haute Autorité face à l’affirmation du régime totalitaire est complexe. Dans leur discours d’après-guerre, il leur sera facile de dire qu’ils honnissaient le régime et qu’ils s’y opposaient avec force. Les sources ne permettent pas vraiment d’affirmer – ou d’infirmer – de telles conclusions (quelles sont leurs pensées les plus personnelles dans les années trente ?). En revanche, il est remarquable à quel point tous, et également le plus jeune des Allemands de la Haute Autorité – Fritz Hellwig – semblent centrer leur vie sur leur carrière professionnelle. Tous occupent des postes à responsabilités, au salaire confortable et croissant ; tous sont intégrés dans la société qui les entoure : civile et professionnelle. Il faut peut-être excepter Heinz Potthoff qui dit lui-même, à propos de sa vie sociale, qu’il est resté muet pendant la période et qu’il s’est recroquevillé autour d’un noyau familial restreint. Quant à Fritz Hellwig, qui a vécu la République de Weimar comme enfant et adolescent, il se concentre dans les années trente sur ses études et son doctorat qu’il obtient en un laps de temps record, en 1933, à l’âge de 21 ans. Il trouve un emploi à la chambre de commerce de Sarrebruck. Habité par un fort sentiment régionaliste sarrois, très attaché à sa région natale qui est aussi le sujet de sa thèse de doctorat39, il s’engage en faveur du rattachement de la Sarre à l’Allemagne en 1935.

36Pour des hommes d’ambition, tous âgés d’une trentaine d’années au moment de l’arrivée au pouvoir de Hitler, le positionnement politique semble impossible, en tous cas très difficile. De plus, pour certains, le national-socialisme – surtout dans ses premières années – n’est pas éloigné de leurs propres conceptions ; conceptions qu’ils ont adoptées dans les années vingt au moment de leur engagement auprès des mouvements de jeunesse ou des partis de droite. Le contexte est favorable à une acceptation générale à laquelle n’échappent pas les jeunes cadres que sont alors Hettlage, Hellwig, Blücher et Etzel. Leur attitude changera, pour quelques-uns, avec la guerre et la catastrophe de la fin de la guerre. Mais dans les années trente, leurs plans de carrière priment sur les préoccupations politiques. Ils subissent ou se laissent convaincre par la « mise au pas » (Gleichschaltung). La passivité, la neutralité dans le travail, sont perceptibles dans l’attitude de chacun. Les années de guerre montrent comment se transforme la passivité confrontée à une situation extrême.

L’apprentissage politique dans les démocraties en crise

37En France et dans les démocraties européennes, la situation est différente. L’affrontement idéologique se poursuit durant les années trente. Il pousse les uns et les autres à se positionner face à toutes les forces politiques en présence ; celles-ci utilisent d’abord pour leur combat les moyens légaux d’expression : élections, grèves, manifestations, propagande. Les engagements politiques de chacun se dessinent de façon plus nette, sans la chape de plomb d’un régime totalitaire, sans avoir à se taire ou à se cacher. Pierre-Olivier Lapie, jeune avocat brillant, fait tout d’abord son apprentissage idéologique auprès des mouvements de pensée parisiens. Au début des années trente, il s’occupe tout particulièrement de la revue Mouvements, tribune des idées de l’Ordre nouveau. Il participe aux nombreuses réunions du groupe de pensée animé par des personnalités telles que Denis de Rougemont, Alexandre Marc, Robert Aron. De la revue qu’il dirige, Pierre-Olivier Lapie signe généralement l’article de tête. On y trouve aussi des articles des membres de l’Ordre nouveau. Les idées qu’ils défendent sont celles d’un nouvel ordre à construire, rejetant aussi bien le communisme que le capitalisme, le nationalisme que l’internationalisme ainsi que tous les totalitarismes. L’idée force est celle d’une révolution spirituelle et d’une société nouvelle dont les fondements sont : un régionalisme et un fédéralisme excluant les cadres nationaux, une révolution économique et le personnalisme philosophique. Ce dernier point établit un concept tout autant éloigné de l’individualisme libéral que du culte de l’État, mettant l’individu au centre de son environnement et en interaction avec sa communauté.

  • 40 Paul-Boncour fut député jusqu’en 1931, puis sénateur jusqu’en 1941. Il fut ministre à plusieurs re (...)
  • 41 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle : le caractère et le pouvoir, Paris, Fayard, 1971, (...)

38Pierre-Olivier Lapie ne reste que quelques années au sein de l’Ordre nouveau. L’orientation prise par ce courant – notamment la tendance catholique – ne le satisfait plus et le conduit vers le socialisme. Il rencontre alors Joseph Paul-Boncour40 et se rapproche des socialistes. Avant même de se lancer dans l’arène politique, Pierre-Olivier Lapie travaille dès 1936 pour Paul-Boncour comme son attaché au Sénat. Quelques mois plus tard, lors des élections législatives de 1936, Lapie se présente devant les électeurs de Meurthe-et-Moselle sous une étiquette socialiste indépendante. Complètement inconnu, il profite de la vague du Front populaire pour se faire élire et évincer l’ancien député Désiré Ferry, dans son fauteuil depuis près de vingt ans. « Evidemment, en 1936, j’avais trente-cinq ans, et rien à conserver ni à perdre. Je ne pensais même pas à gagner. J’étais parti pour me battre : la victoire m’advint de surcroît. Ce que je voulais, c’était un combat.41 » La campagne électorale est à l’image du contexte général des années trente. Les communistes et les syndicats d’un côté, les extrêmes droites de l’autre, la crise économique et l’instabilité gouvernementale chronique liée aux failles institutionnelles de la III e République : tels sont les éléments d’un contexte explosif, dont l’un des points d’orgue se situe le 6 février 1934 lorsque de violentes manifestations éclatent. Deux ans plus tard, le Front populaire sort vainqueur des urnes. Faire barrage aux extrêmes et à la menace fasciste, tel est le leitmotiv des républicains, dont Lapie fait partie. Il intègre le groupe parlementaire de Joseph Paul‑Boncour : l’USR, l’Union socialiste et républicaine. L’USR est un parti dissident fondé par Paul-Boncour et Marcel Déat en 1935. Jusqu’en 1936, la SFIO, par sa base, refuse de participer aux gouvernements. Nombre de députés socialistes rejettent cette ligne et fondent pour cette raison plusieurs partis dissidents, dont l’USR. Lors des élections de 1936, la majorité est nettement à gauche, le front populaire a fonctionné. Jeune député, Pierre‑Olivier Lapie a 35 ans lorsqu’il entre à l’Assemblée nationale. Il y fait l’apprentissage du monde politique pendant trois ans.

  • 42 Pour simplifier, le nom de la société sera parfois abrégé en « Marine ».
  • 43 In memoriam Léon et Jeanne Daum, recueil de documents issus des archives familiales établi par Noë (...)

39Toujours en France et à la même époque, Léon Daum et René Mayer sont aux commandes de grandes entreprises. Léon Daum est directeur général de la compagnie des forges et aciéries de la Marine et d’Homécourt42 depuis 1927, date à laquelle il a succédé à Théodore Laurent, ce dernier accédant aux fonctions de président de la compagnie. L’ambition de Daum est simple : succéder ensuite à Théodore Laurent à la tête des aciéries. Jusque dans les années trente, la tâche de Léon Daum et des dirigeants de Marine est de développer la compagnie. La situation se complique fortement avec la crise économique. Les difficultés sont nombreuses, tant économiques que sociales. Les grèves se multiplient et il faut maintenir l’entreprise à flots. Période difficile pour Léon Daum qui ne sait pas toujours comment se positionner face à l’agitation sociale et révolutionnaire, ainsi qu’en témoignent les lettres envoyées à ses frères qui dirigent la verrerie familiale. L’inquiétude est latente : « Que devenez‑vous dans cette bagarre ? On ne sait pas bien où chercher sa compassion […] Tout ceci est sérieux et ne s’apaisera pas comme les grèves de Decazeville il y a 50 ans.43 » Quelques jours plus tard, il écrit :

  • 44 Ibid., lettre de Léon Daum à sa famille, 13 juin 1936.

J’ai été très peiné que vous n’ayez pas été épargnés par cette fièvre maligne qui sévit partout, – et que la solidarité de classe, qui est l’interprétation la plus élevée de cette contagion, n’ait pas cédé devant la solidarité de travail et de rigueur, et devant la fidélité d’affection. […] ce n’est pas une question de patronat ou de capitalisme […], mais une question de possibilités économiques, l’application de la règle de 2 et 2 font 444

  • 45 Ibid., lettre de Léon Daum à Paul Daum, 20 décembre 1936.

40Léon Daum se demande, par ailleurs, « si on a le droit de ne pas prendre dans son usine qui on ne veut pas. Fut-ce un ou deux types seulement, il y va de l’autorité future du patron d’usine.45 » S’il est difficile de rendre compte avec précision de ses opinions politiques dans les années trente, il est indiscutable qu’il cherche avant tout à faire tourner ses usines et déplore « la fièvre maligne » qui agite le pays pendant la décennie.

  • 46 René Mayer, René Mayer, Études, témoignages, documents, op. cit., p. 50-51.

41René Mayer est, de son côté, à la direction de la compagnie des chemins de fer du Nord depuis 1928. Le Front populaire décidant de nationaliser les chemins de fer, René Mayer se retrouve au cœur des négociations entre l’État et les compagnies de chemins de fer qui aboutissent à la création de la SNCF. René Mayer est le négociateur en titre pour la compagnie du Nord. Les dirigeants des compagnies de chemin de fer sont tout d’abord assez férocement opposés à la nationalisation. René Mayer est de ceux qui cherchent à trouver une solution équilibrée. « Je rédige en juillet une note pour les présidents des compagnies esquissant ce qui deviendra la société mixte que sera la SNCF. Mon plan est accepté en principe, et je suis désigné pour conduire les négociations au nom des compagnies.46 » Le rôle de René Mayer, dans la création de la SNCF, est d’importance. Dans les derniers jours d’août, les dernières nuits, René Mayer est au cœur des ultimes pourparlers entre les deux parties.

  • 47 Ibid., p. 60 : témoignage d’André Moreau-Néret, membre du conseil d’administration des chemins de (...)

L’heure finale approchait, il fallait que tout fut réglé dans la nuit […]. L’on siégeait en permanence au ministère des Travaux publics […]. René Mayer fit la navette durant toute la nuit entre les deux groupes [ministère d’un côté, dirigeants des compagnies de l’autre], négociant au ministère, apportant le résultat des négociations ; réglant progressivement les questions essentielles et finissant par obtenir un accord des deux côtés avec pouvoir d’engager définitivement les réseaux. Pour tous ceux qui avaient assisté aux discussions, celui qui avait permis de créer la SNCF par voie de négociation, sans coup de force, c’était René Mayer47.

42Après de longues et difficiles tractations, la SNCF est créée le 31 août 1937. Mayer entre au comité de direction de la compagnie.

  • 48 Émile Haag et Émile Krier, La Grande Duchesse et son gouvernement pendant la seconde guerre mondia (...)

43Albert Wehrer est l’un des rares à être, déjà à cette époque, une personnalité importante du pouvoir en place. Dès 1926, il commence à collaborer avec les services gouvernementaux luxembourgeois, en tant que conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères. Il fait l’apprentissage de la diplomatie internationale à partir de cette date. Le gouvernement le nomme en effet délégué du Grand-Duché à la Société des Nations, à Genève. Après son entrée au ministère des Affaires étrangères, Wehrer gravit rapidement les échelons de la carrière diplomatique. Il travaille aux côtés de Joseph Bech, figure politique emblématique de la vie politique luxembourgeoise des années vingt aux années cinquante. En 1926, Bech préside le gouvernement tout en gérant le portefeuille du ministère des Affaires étrangères. Albert Wehrer devient son « homme de confiance48 ». Bech le nomme conseiller de gouvernement chargé de l’assister dans la direction de la diplomatie luxembourgeoise en 1929. Wehrer prend de l’importance au sein du ministère. En 1936, il est nommé secrétaire général du gouvernement grand-ducal. Deux ans plus tard, Bech le nomme chargé d’affaires du Luxembourg à Berlin. Il ne se rend pas très souvent en Allemagne, excepté pour les questions les plus importantes. Le secrétaire de la légation, Jean Sturm, s’occupe des affaires courantes.

44En tant que délégué luxembourgeois à la SDN pendant plus de dix ans (jusqu’en 1939) il effectue la navette entre Luxembourg et Genève pour défendre les positions de son gouvernement. Il assiste et participe ainsi à toutes les grandes négociations internationales de l’époque et défend la politique de neutralité conduite par les gouvernements luxembourgeois ; politique justifiée du point de vue luxembourgeois par les carences de la Société des Nations et les faibles garanties apportées par les grandes puissances dans les traités signés depuis la première guerre mondiale. C’est ainsi qu’en 1938, au moment de la crise tchécoslovaque, il prend la parole devant l’assemblée de la SDN :

  • 49 Discours du 24 septembre 1938 devant l’Assemblée de la SDN : Albert Wehrer, « L’histoire du Luxemb (...)

Le Gouvernement du Luxembourg n’a jamais cessé d’affirmer que la situation géographique du pays et l’absence complète de moyens de défense propres l’obligent, au sein de la Société des Nations, à maintenir sa politique traditionnelle de neutralité, convaincu au surplus que cette politique est actuellement, comme elle le fut par le passé, dans l’intérêt général de la paix dans cette région de l’Europe49.

  • 50 ANL/AE3684(7).

45La neutralité est un principe fondamental pour le Luxembourg : elle est en effet inscrite dans la Constitution du pays. Albert Wehrer occupe une place privilégiée en tant que principal conseiller de gouvernement. Il faut dire que, pendant toutes les années qu’il passe au ministère des Affaires étrangères, il devient incontournable pour toutes les questions relatives au statut international du Luxembourg. Il œuvre et négocie aux quatre coins de l’Europe pour l’obtention de garanties de la neutralité luxembourgeoise. Il écrit à ce sujet une quantité importante de rapports destinés au gouvernement50. Albert Wehrer participe aux réunions de travail du « groupe d’Oslo ». La convention d’Oslo, signée le 22 décembre 1930 entre plusieurs « petits » pays européens (pays scandinaves, Luxembourg, Belgique et Pays-Bas) porte à l’origine sur le développement des échanges commerciaux. Mais ce groupe de pays affirme également sa politique d’indépendance et de neutralité face aux grandes puissances et face à la montée des tensions en Europe et dans le monde.

46En Belgique et au Luxembourg, Paul Finet et Jean Fohrmann sont de l’autre côté de l’échelle économique. Jeunes syndicalistes, ils font leurs armes dans les années trente en participant aux grèves, en multipliant les réunions de lutte pour l’amélioration des conditions des travailleurs, en essayant aussi de faire prévaloir les idées de leur propre syndicat sur celles des autres. Tous deux appartiennent à des syndicats socialistes et réformistes. Le combat syndical implique également une lutte contre les organisations communistes. C’est dans ces années-là que leur engagement va s’orienter vers la scène politique nationale. Jeune militant syndical, Jean Fohrmann adhère dès sa création au nouveau parti socialiste, le Parti ouvrier luxembourgeois (POL). Il est élu au bureau du parti et chargé de la propagande, plus particulièrement de la propagande auprès des jeunes. Il écrit aussi pour le journal socialiste de Esch-sur-Alzette, le Escher Tagesblatt. En 1928, il est élu secrétaire de la section de Rumelange de son syndicat, le BMIAV. En 1932, il prend la direction de la coopérative « Le Syndicaliste » de Dudelange. Jean Fohrmann prend de l’importance au niveau local : membre influent du syndicat et du parti, directeur de la coopérative, il se présente aux élections législatives de 1934 desquelles il sort suppléant. Il entre à la Chambre l’année suivante après le décès d’un parlementaire. À trente ans, il est le plus jeune député de l’assemblée. En 1937, le pays traverse une grave crise politique. La peur du communisme pousse le gouvernement Bech à faire voter une loi interdisant les organisations extrémistes. Cette loi vise quasi uniquement le parti communiste. Le vote de cette loi entraîne d’importantes protestations : le gouvernement décide de faire approuver son texte par référendum. Les socialistes sont farouchement opposés au texte et mènent une propagande active. Jean Fohrmann participe, pendant les semaines précédant le vote, à toutes les actions de propagande.

  • 51 Archives privées Alex Bodry, Jean Fohrmann, Lebenserinnerung, document dactylographié, mémoires in (...)

Les dernières semaines précédant le vote signifiaient : se rendre chaque après-midi avec le train dans l’une des gares : Ettelbrüch, Wiltz, Uflingen, Olerf, Michelau, etc. où les rendez-vous avec des collègues du Nord avaient lieu. De là nous nous rendions en voiture ou en taxi dans les endroits où les meetings avaient lieu. Le plus souvent, il y en avait deux par soirée. Jamais les meetings n’avaient été aussi fréquentés que ceux sur le référendum. Dans certains endroits, nous étions reçus avec enthousiasme […]. Dans d’autres, c’était exactement le contraire. Nous étions hués, sifflés et menacés51.

47Les Luxembourgeois votent contre le texte (50,7 %). Le gouvernement démissionne et des élections législatives partielles ont lieu. Les socialistes gagnent des voix et participent à un gouvernement de coalition. La même année, en 1937, Jean Fohrmann devient secrétaire de la Confédération générale du travail du Luxembourg (CGTL).

  • 52 Ce syndicat est devenu l’un des plus puissants de la région de Charleroi. Il compte plus de 21 000 (...)
  • 53 Cf. Michel Brelaz, Henri De Man : une autre idée du socialisme, Genève, Éditions des Antipodes, 19 (...)
  • 54 Chiffre cité dans Els Witte et Jan Craeybeckx, La Belgique politique de 1830 à nos jours – Les ten (...)

48Paul Finet suit un peu les mêmes chemins de la carrière syndicale. Il prend de l’importance au sein de son syndicat, la Fédération des métallurgistes de Charleroi52, pendant les années de crise qui touchent très durement les régions industrielles de la Belgique francophone. Le chômage explose. La situation sociale se dégrade et les mouvements de grève se multiplient. Paul Finet s’engage avec ferveur dans les grèves de 1932, et plus tard de 1936. Les grèves sauvages nées en 1932 dans les mines charbonnières du Borinage se propagent dans le reste du pays. Ces grèves sont particulièrement violentes. Pendant cette période, Paul Finet parcourt le Pays Noir et le Hainaut, se mêle aux grévistes et diffuse les idées des syndicats socialistes. Il participe activement à la propagande du « Plan du travail », programme de 1934 élaboré par le jeune dirigeant du Parti ouvrier belge Henri De Man53. Orateur de talent, il intervient lors de réunions de masse. Pendant toute la période, il collabore également à différents journaux socialistes et syndicaux, dont le Journal de Charleroi, l’Action syndicale et Le Travail. Paul Finet gravit rapidement les échelons de la hiérarchie syndicale en devenant, en 1936, secrétaire de la Commission syndicale socialiste (CSC), qui un an plus tard (le 5 décembre 1937) devient la Confédération générale du travail de Belgique (CGTB). En 1939, la CGTB compte environ 540 000 adhérents54.

49Les années de l’entre-deux-guerres sont des années de crise, économique et politique, et les engagements politiques de certains futurs membres de la Haute Autorité se dessinent avec précision dans une période où, de façon générale, les positionnements idéologiques sont tranchés. On le voit, les situations sont diverses : engagement syndical, entrée en politique, gestion patronale de la crise ou neutralité passive face aux évènements. Avec la guerre, beaucoup seront confrontés à un choix : subir et accepter ou s’opposer.

50Presque attendu et perçu comme inévitable, le second conflit mondial débute en 1939. L’expansionnisme nazi touche l’Europe occidentale au printemps 1940. Tous sont concernés par la guerre. Elle bouleverse leur vie et leur quotidien, bien que les conséquences ne soient pas toujours de même nature. On peut distinguer trois types de réactions : passivité, résistance, collaboration, les trois étant parfois mêlées et les positions de chacun évoluant au cours du conflit.

Notes

1 In memoriam Léon et Jeanne Daum, recueil de documents issus des archives familiales établi par Noël Daum : lettre de Léon Daum à son frère Jean, 19 juin 1915.

2 Ibid.

3 Ibid., lettre de Léon Daum à Marie-Louise, 22 avril 1916.

4 Archives privées famille Coppé, Albert Coppé, Bruggelingen buiten Brugge (BBB), 20 pages dactylographiées non publiées, 1999.

5 Entretien avec Brigitte Coppé, 14 mars 2003, Tervuren.

6 Ou « Groupe des jeunesses nationales ».

7 BAK, N1254/2, Westmarkrundbrief, 26 juillet 1923.

8 Dirigeant du Jungnationaler Bund, par la suite opposant au nazisme en exil en Angleterre.

9 BAK, N1254/2, 21ter Westmarkrundbrief, 14 février 1924.

10 „Corps franc de Westphalie“. BAB, (BDC)6400016976-550, SS-Akte.

11 Landesarchiv Berlin, BRep.031-02.01/Nr11536. Par troubles, Karl-Maria Hettlage entend l’occupation française de la Ruhr.

12 Le parti conservateur de Gustav Stresemann.

13 Cette adhésion au Zentrum, au regard du parcours de Karl-Maria Hettlage et des sources disponibles, reste difficile à expliquer.

14 Heinz Potthoff, Zwischen Schlosserlehre und Europapolitik, op. cit., p. 39.

15 Ibid., p. 43.

16 Cf. Fritz Opel, Der deutsche Metallarbeiter-Verband während des Erstens Weltkrieges und der Revolution, Köln, Bund-Verlag, 1980.

17 Jacques Cœnen-Huther, Sociologie des élites, Paris, Armand Colin, 2004, p. 138.

18 BAK, N1254/25, Interpresspolitik, 2 août 1967, n° 93.

19 Union des ouvriers des mines et de l’industrie sidérurgique.

20 Mission interalliée de contrôle des usines et des mines.

21 De provinciale Staten.

22 ILS, PM/N1/1, texte dactylographié, Piero Malvestiti, p. 2.

23 L’Azione Cattolica est la principale organisation catholique de jeunesse. Cf.Giacomo de Antonellis, Storia dell’Azione cattolica, Milano, Rizzoli, 1987.

24 Piero Malvestiti, Commemorazione di Enrico Falck, Milano, Ed. Ambrosianeum, 1954, p. 10.

25 Cité dans Camillo Brezzi, Il cattolicesimo politico in Italia nel ‘900, Milano, Teti, 1979, p. 122 (extrait de l’Osservatore Romano, 24 maggio 1931).

26 Ibid., p. 128.

27 Giustizia e Libertà est un mouvement révolutionnaire de résistance fondé à Paris en 1929 par des antifascistes d’orientation sociale-démocrate. Le mouvement guelfe a collaboré quelque temps avec eux, à la fin des années vingt et jusqu’au procès de 1933.

28 ILS, PM/N1/6, sentence du tribunal spécial pour la défense de l’État, n° 73.

29 ILS, PM/N1/6, Il popolo di Roma, 31 gennaio 1934, Anno XII.

30 Il est particulièrement actif au sein des GUF, Gruppi Universitari Fascisti (Groupes universitaires fascistes) de Turin avec lesquels il gagne plusieurs compétitions d’athlétisme.

31 En 1936, il termine sa thèse de doctorat en sciences économiques intitulée « Friedrich List unter dem Einfluss klassischer und historischer Prinzipien », c’est‑à-dire : « Friedrich List sous l’influence de principes classiques et historiques », consultable à la bibliothèque centrale de l’université de Zurich.

32 Heinz Potthoff, Zwischen Schlosserlehre und Europapolitik, op. cit., p. 83.

33 Front allemand du travail.

34 Assistance sociale nationale-socialiste.

35 Archives privées Peter Hettlage, mémoires de Karl-Maria Hettlage.

36 BAB, (BDC)6400016976-550, SS-Akte.

37 BAK, N1314/441. Lettre de Franz Etzel rapportant les propos de Karl-Maria Hettlage à Konrad Adenauer, 12 mars 1959.

38 BAK, N1254/86.

39 Fritz Hellwig, Der Kampf um die Saar 1860-1870 (Beiträge zur Rheinpolitik Napoleons III.), Leipzig, Noske, 1934.

40 Paul-Boncour fut député jusqu’en 1931, puis sénateur jusqu’en 1941. Il fut ministre à plusieurs reprises et président du Conseil en 1932.

41 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle : le caractère et le pouvoir, Paris, Fayard, 1971, p. 389.

42 Pour simplifier, le nom de la société sera parfois abrégé en « Marine ».

43 In memoriam Léon et Jeanne Daum, recueil de documents issus des archives familiales établi par Noël Daum : lettre de Léon Daum à sa famille, 10 juin 1936.

44 Ibid., lettre de Léon Daum à sa famille, 13 juin 1936.

45 Ibid., lettre de Léon Daum à Paul Daum, 20 décembre 1936.

46 René Mayer, René Mayer, Études, témoignages, documents, op. cit., p. 50-51.

47 Ibid., p. 60 : témoignage d’André Moreau-Néret, membre du conseil d’administration des chemins de fer du Midi de l’époque.

48 Émile Haag et Émile Krier, La Grande Duchesse et son gouvernement pendant la seconde guerre mondiale – 1940, l’année du dilemme, Luxembourg, RTL Éditions, 1987, p. 51.

49 Discours du 24 septembre 1938 devant l’Assemblée de la SDN : Albert Wehrer, « L’histoire du Luxembourg dans une Europe divisée. Notre politique étrangère d’une guerre mondiale à l’autre », Livre jubilaire du Conseil d’État du Grand-Duché de Luxembourg 1856-1956, publié à l’occasion du centenaire de son institution, Luxembourg, Imp. Bourg-Bourger, 1957, p. 214.

50 ANL/AE3684(7).

51 Archives privées Alex Bodry, Jean Fohrmann, Lebenserinnerung, document dactylographié, mémoires inachevés et non publiés, p. 63.

52 Ce syndicat est devenu l’un des plus puissants de la région de Charleroi. Il compte plus de 21 000 adhérents en 1933 contre environ 15 000 quatre ans plus tôt.

53 Cf. Michel Brelaz, Henri De Man : une autre idée du socialisme, Genève, Éditions des Antipodes, 1985.

54 Chiffre cité dans Els Witte et Jan Craeybeckx, La Belgique politique de 1830 à nos jours – Les tensions d’une démocratie bourgeoise, Bruxelles, Éditions Labor, 1987, p. 179.

Table des illustrations

Légende Formation initiale des membres de la Haute Autorité de la CECA, en valeur
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540