Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des hommes à l'origine de l’Europe

 | 
Mauve Carbonell

Préface

Philippe Mioche

Texte intégral

1Depuis qu’elle est en œuvre, l’historiographie de la construction européenne a connu plusieurs étapes. Des relations internationales et de ses forces profondes, des « pères fondateurs » aux élites économiques, des institutions aux opinions. Une nouvelle génération de chercheurs est en train de renouveler les questions, les méthodes et les résultats. Mauve Carbonell appartient à cette « génération Europe » capable de penser les phénomènes à l’échelle européenne, hors du cadre national.

2Dans L’étrange défaite, March Bloch entend fuir les grands noms abstraits et veut rétablir « les seules réalités concrètes qui sont les hommes ». Or quoi de plus abstrait – même pour les européistes – que la haute Autorité de la CECA ? Ce groupe d’hommes que l’on voit sur les photos derrière Jean Monnet, Robert Schuman ou Konrad Adenauer mais dont trop souvent on ne connaît pas les noms et encore moins les destinées, y compris dans les ouvrages d’histoire savante.

3Revisiter l’aventure de la construction européenne avec le prisme des histoires de vies des acteurs, tel est l’enjeu de ce livre. L’échantillon porte sur les 18 membres de la haute Autorité de la première communauté (1952-1967). Depuis l’échéance du traité de Paris en 2002, la CECA ne fait pas d’ombre sur l’Europe en mouvement et la tentation des images d’Épinal est grande. La construction européenne demeure l’horizon incontournable des habitants du continent et le difficile combat quotidien aimerait reposer sur des représentations rassurantes du passé. La première communauté, la petite première, conviviale, ardente à créer, se prête bien à la reconstruction mémorielle des acteurs pionniers. Mauve Carbonell a mené une enquête fouillée. Avec des questions classiques : dans quels milieux sont-ils nés, quelles ont été leurs formations et leurs fonctions ? Mais l’enquête pose aussi des questions inhabituelles sur leurs engagements avant de travailler pour l’Europe et sur leurs devenirs après Luxembourg. Ces questions n’avaient jamais été posées. Les réponses apportées par M. Carbonell laissent parfois pantois le lecteur qui espérait un Europe béate.

4Les règles du jeu, la composition multinationale de la haute Autorité et la présence de syndicalistes, laissaient supposer que ces hommes étaient différents, mais de là à imaginer qu’on rencontrerait dans l’échantillon des parcours de vie aussi éloignés ! Que de distances à découvrir entre Karl-Maria Hettlage, dignitaire nazi, ou Johannes Linthorst Homan, collaborationniste néerlandais, d’un côté… et, de l’autre côté, Paul Finet, résistant belge et syndicaliste, ou Piero Malvestiti, opposant au fascisme italien dès les années 1920 ! Quand à Pierre Olivier Lapie et Franz Etzel, ils ont combattu tous deux en Norvège en 1940 ; chacun dans son camp. Comment ces hommes sont-ils parvenus à travailler ensemble au quotidien dans la première communauté ? Voilà un des mystères européens que M. Carbonell nous fait découvrir.

5Le pari méthodologique était audacieux : traverser l’Europe en quête des gisements d’archives éparpillés ; parler cinq langues pour lire les documents dans le texte ; rencontrer les familles et se confronter à leurs mémoires ; poser des questions inédites. Le résultat scientifique est là.

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540