Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la femme dans l’historiographie florentine du XIVe siècle

 | 
Colette Gros

Conclusion

Texte intégral

1Jusqu’à un passé très récent, les sources examinées par les historiens, qu’il s’agisse des écrits des théologiens médiévaux, de ceux des prédicateurs, de ceux des moralistes ou encore des écrits privés des marchands florentins ont présenté les femmes sous un jour qui ne les mettait pas en valeur ou en proposait une image stéréotypée.

2Les chroniques florentines analysées ne reflètent pas le même point de vue. Elles adoptent la même classification des femmes que les prédicateurs et moralistes – et l’on peut se demander s’il ne s’agissait pas, en définitive, de la façon la plus simple de s’adresser à toutes les femmes – mais l’image que les chroniqueurs transmettent des femmes est différente de celle que brossent les prédicateurs et les moralistes. Elles ne sont pas considérées comme des « mâles manqués » mais comme des êtres à part entière, capables d’assumer des responsabilités. Elles ne ressemblent pas à l’image d’Ève se laissant séduire par le serpent et entraînant son compagnon dans la désobéissance, mais plutôt à celle d’un être né pour apporter une aide à l’homme. Les défauts féminins que leur attribuent les clercs ne sont pas retenus contre elles : ni la coquetterie, ni l’impudence, ni le bavardage, ni l’oisiveté, ni la curiosité. Loin de limiter leurs déplacements hors de la maison, de nombreux chroniqueurs les montrent volontiers participant aux fêtes, voyageant pour rejoindre un époux ou un fiancé ou encore pour faire un pèlerinage à Rome ou en Terre Sainte. Ils montrent aussi qu’elles savent, lorsque cela est nécessaire, se battre pour défendre leur ville et même mourir les armes à la main.

3Les chroniqueurs ne présentent pas une vision totale du monde féminin, car les catégories de femmes qui sont présentes majoritairement dans les textes analysés appartiennent aux classes supérieures de la société et jouissent donc d’un pouvoir plus important que les autres femmes. Ces femmes incarnent le modèle avec lequel toutes les femmes doivent tenter de rivaliser mais elles permettent surtout aux chroniqueurs d’infléchir les mentalités en proposant aux hommes de considérer davantage les femmes qui les entourent.

4L’importance, pour certains chroniqueurs, des liens affectifs et du réseau de parenté tissés par les femmes revalorise la position et le rôle actif des femmes dans les lignages et s’oppose à la vision patrilinéaire de la famille florentine transmise par les livres de famille florentins. Sur ce point, cette recherche confirme les travaux les plus récents sur la famille et la parenté florentines au Moyen Âge et elle souligne l’intérêt d’examiner l’ampleur et les composantes de la richesse des Florentines et ce qui est donné à voir de cette richesse.

5En définitive, même si les chroniques n’ont pas toutes la même importance, leurs auteurs apportent une image de la femme différente de celle que véhiculent les autres sources qui leur sont contemporaines.

6Certes, la Nuova Cronica se présente comme l’aboutissement de la recherche historiographique du XIVe siècle et, grâce à l’examen complet des chroniques qui lui sont contemporaines, nous avons pu suivre les étapes de l’évolution qui a conduit à sa naissance. Cependant, une analyse intertextuelle du corpus nous a permis de découvrir que certains événements, relatés par des chroniques de moindre importance sont passés sous silence par Giovanni Villani (le rapt des Siennoises par les Florentins en 1230, le viol des femmes et le pillage des biens des familles guelfes de Florence en 1247).Toutes les chroniques n’ont pas la même importance mais, sur ce point, les plus humbles, celles dont les auteurs n’avaient pas l’ambition d’écrire la chronique officielle de leur ville, se sont révélées particulièrement utiles. Elles ont également permis de déceler un progrès sensible dans la façon de désigner les femmes : tandis que la Légende des Origines ne présente jamais de groupes de femmes et ne s’intéresse qu’aux grandes figures, les Gesta florentinorum racontent une histoire collective où les portraits individuels ne trouvent pas de place. Enfin, Giovanni Villani et ses continuateurs évoquent à la fois les grands personnages et les groupes de femmes anonymes.

7Parallèlement, nous assistons à une évolution de l’usage du prénom : omniprésent dans la Légende des Origines où il désigne presque toujours une femme qui prend une part active à la fondation de sa ville, il disparaît dans les Gesta florentinorum pour réapparaître dans l’œuvre de Ricordano Malispini et des Villani, mais il a perdu sa fonction originelle parce que les chroniques portent sur un domaine plus étendu et sur une période plus large.

8De même, les titres de noblesse, utilisés tout d’abord en fonction des usages, prennent chez certains chroniqueurs, tels que Giovanni, Matteo et Filippo Villani, une autre dimension et permettent de distinguer l’individu de sa fonction et de procéder à des analyses politiques différentes d’une même réalité. Les noms de parenté qui définissent à l’origine la position sociale d’une femme au sein de sa famille indiquent aussi, à partir des Gesta florentinorum, et ensuite dans la chronique de Giovanni Villani, le poids de cette condition pour son lignage, son incidence sur le statut de ses proches.

9Ces analyses et ces conclusions sont une contribution partielle à de vastes synthèses qui ont parfois précédé l’étude attentive de tous les documents qui auraient pu être considérés. L’image de la femme offerte par les chroniqueurs doit être prise en compte à l’égal de celle qu’offrent les écrits des moralistes, des prédicateurs ainsi que d’autres documents littéraires ou non. Une confrontation de ces sources, des intentions qu’elles révèlent, devrait aboutir à une vision plus équilibrée du rôle et du statut de la femme à Florence au XIVe siècle.

Notes

101 II. IV. 323, p. 556, II. II. 39, p. 100. S. della Tosa, op. cit., p. 133. P. Pieri, op. cit., p. 18-19.

112 II. IV. 323, p. 561.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540