Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Année mille, an mil

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Les conciles de paix aquitains antérieurs à l’An Mil

Jacques Paul

Texte intégral

  • 1 C’est le cas de l’ouvrage de E. SÉMICHON, La Paix et la trêve de Dieu. Paris, 1869.
  • 2 Le dernier en date est D. BARTHÉLÉMY, L’An Mil et la paix de Dieu, Paris, 1999.

1Les conciles de paix donnent au siècle de l’An Mil une tonalité particulière qui a suscité depuis fort longtemps son lot de réflexions1. Les recherches se sont multipliées ces dernières années, alternant les études locales et les considérations générales, au point que l’on dispose maintenant d’une littérature assez abondante. Aujourd’hui le débat est ouvert de nouveau parce qu’un lien réel ou supposé avec le millénaire donne à la question l’actualité issue des commémorations. À vrai dire, le sujet mérite mieux que cet enthousiasme un peu factice, car il fait la substance de livres entiers, anciens ou nouveaux2. Or, ces divers travaux reposent tous sur les mêmes textes, en petit nombre d’ailleurs. Ils ont été si travaillés qu’on ne peut plus séparer l’histoire de l’historiographie. L’inventaire des explications retenues et des choix méthodologiques qu’elles supposent peut d’ailleurs contribuer pour une part à la compréhension même du sujet.

  • 3 La Chronique de Saint-Maixent fait état d’un concile tenu à Poitiers, le 10 mars 1010, Chronique d (...)
  • 4 La chronologie pose d’énormes problèmes. Ils sont abordés par Ch. LAURANSON-ROSAZ dans L’Auvergne (...)

2La première réunion de paix a eu lieu en 989 et il s’en tient encore dans les années 1035-1040. Il est difficile d’en déterminer le nombre exact, tout comme la chronologie, car parfois seule subsiste une mention très vague dans une source. Il est possible que certaines n’aient pas laissé de trace3. Pour les débuts, on peut faire état de quelques assemblées bien attestées, à Charroux en 989, à Narbonne en 990 vraisemblablement, en 993-994 au Puy, puis à Anse et à Limoges, en 994. Entre 1000 et 1014, une réunion au moins se tient à Poitiers4. Le mouvement se poursuit avec de nombreuses rencontres dans les années 1020, aussi bien en Aquitaine que dans les autres régions et culmine entre 1030 et 1040.

  • 5 L. HUBERTI, Studien zur Rechtsgeschichte der Gottesfrieden und Landsfrieden, Ansbach, 1892.
  • 6 Ces antécédents sont bien mis en évidence dans H. HOFFMANN, Gottesfriede und Treuga Dei, Stuttgart (...)

3Ces conciles sont une forme particulière de promotion de la paix et à ce titre ne sont pas une nouveauté absolue. Cette notion a sa place aussi bien dans l’exercice habituel du gouvernement que dans les revendications ecclésiastiques contemporaines5. À vrai dire, chaque fois que politique, vie sociale et religion se mêlent l’idée de paix n’est pas loin, car c’est le point de convergence de l’action et de la réflexion sur le siècle. En dépit des crises qui infléchissent le mode d’exercice du pouvoir au déclin de la dynastie carolingienne, les mêmes principes demeurent et engagent à de nouvelles entreprises inspirées des mêmes notions. On les voit à l’œuvre, en Auvergne, dans des rassemblements antérieurs au concile de Charroux6. Continuité et innovation s’y mêlent, ce qui est habituel.

  • 7 Paix de Dieu et guerre sainte en Languedoc, Cahiers de Fanjeaux, t. 4, Toulouse, 1969.

4De même, au-delà des années 1040, l’action en faveur de la paix se poursuit, s’approfondit même, avec la Trêve de Dieu. La croisade n’est pas sans lien avec ces conceptions, ni la guerre qui reçoit la qualification de juste. On ne peut assigner de fin ni à la réflexion sur ce thème, ni aux entreprises qui en découlent. L’ensemble ne va pas sans quelques attitudes paradoxales aux yeux des historiens. Ainsi, au début du XIIIe siècle, les légats pontificaux qui interviennent en Languedoc y conduisent une affaire de paix et de foi7. Ces prolongements illustrent la force d’une idéologie à l’œuvre sur une longue période. Son caractère permanent laisse entendre que le temps des assemblées de paix est une étape et un moment particulier.

5Ce mouvement concerne le royaume de France et encore point dans sa totalité. Il a une chronologie et une géographie bien définie. Quelques lignes célèbres de Raoul Glaber à propos de la millième année de la Passion du Sauveur les mettent en évidence :

  • 8 RAOUL GLABER, Histoires, Liv. IV, ch. V. Traduction de Ed. POGNON, L’An Mille, 4e éd. Paris, 1947, (...)

C’est alors que, tout d’abord dans les régions de l’Aquitaine, les évêques et les abbés commencèrent à réunir le peuple en des assemblées plénières, auxquelles on apporta de nombreux corps de bienheureux et force châsses remplies de saintes reliques. Cet exemple gagna la province d’Arles puis celle de Lyon ; et ainsi de proche en proche, par toute la Bourgogne et jusque dans les contrées les plus reculées de la France, le jour vint où l’on annonça dans tous les diocèses qu’en des lieux déterminés, les prélats et les grands de tout le pays allaient tenir des assemblées, pour le rétablissement de la paix et la consolidation de la sainte foi8.

6Ce texte bien connu a souvent servi de fil directeur pour l’analyse des mouvements de paix. Non sans raison, bien sûr. Cependant, on s’interroge rarement sur la part d’élaboration intellectuelle qu’il comporte déjà. Raoul Glaber a une vue d’historien, puisqu’il donne à cette suite d’événements une unité. Il le peut, puisqu’il dispose du recul nécessaire. Les réunions les plus significatives se sont déjà tenues au moment où il écrit et il n’en a pas été le témoin oculaire. Selon toute vraisemblance, il a reçu les grandes lignes de cette interprétation de la bouche de moines ou de clercs capables de faire de tels rapprochements. Cette lecture transforme une série de conciles en un seul et même mouvement qui se propage de proche en proche, de façon presque mécanique, sans que ses divers promoteurs, évoqués en termes généraux, soient individualisés. Ce récit qui jouit de l’autorité d’une source historique oriente déjà l’interprétation, car il incite à assigner à cet événement perçu comme unique des causes globales, spécifiques aux régions concernées. Il est retenu de façon privilégiée par tous ceux qui cherchent une explication générale à tout le mouvement. Il a peu de signification pour les recherches locales.

7Une fois admise la cohérence géographique du mouvement, les explications doivent s’accorder à cette aire et fournir un schéma global et unique. Si l’on adopte le point de vue de Raoul Glaber, il faut mettre en évidence tout ce qui oppose l’Aquitaine, le Languedoc, la vallée du Rhône, la Bourgogne, pays où se développent les mouvements de paix, aux autres régions, de France ou d’Empire. Il faut alors tenir les différences bien identifiées pour autant d’éléments favorisant la compréhension de l’ensemble. Ce principe méthodologique conduit à prendre en compte les particularités sociales et politiques des duchés et principautés du Midi. Cette démonstration peut apporter quelques bonnes raisons, mais l’argument peut aussi s’avérer trop large et peu convaincant.

8En sens inverse, les études locales mettent en évidence le rôle des personnes et des circonstances. Chaque réunion est le résultat d’une action particulière menée avec succès. Des hommes connus et bien identifiés ont conduit une politique dans laquelle les historiens cherchent à lire les ambitions d’un groupe familial ou les aspirations d’une grande institution. Une pareille ligne d’analyse est tout aussi légitime. Elle regarde du coté des intérêts en jeu. Elle s’efforce de les détecter sous l’idéologie qui dissimule souvent les calculs politiques. L’explication globale perd alors de son charme au profit de considérations sur les équilibres locaux, sur la qualité des personnes, sur les affinités qui les lient les unes aux autres et sur les raisons qui les font agir. C’est une autre approche qui n’est pas plus facile, car il faut souvent limiter ses ambitions. Reconstituer avec certitude les diverses phases d’une entreprise est déjà hasardeux, compte tenu de l’état lacunaire des sources. Assigner des buts définis aux divers acteurs de l’histoire est très périlleux et fort incertain. Enfin, ce qui peut être localement démonstratif, n’est pas forcément toute l’explication, lorsqu’il s’agit de mouvements dont l’horizon est plus large. On ne peut pas non plus tout attendre des études locales.

9Dans le cas des conciles de paix, il faut également faire la part du contexte humain général. On évoque la guerre, l’anarchie féodale, les bouleversements sociaux et beaucoup d’autres maux. Tous ces faits peuvent engager les évêques, le clergé, les moines et la population à promouvoir un mouvement de salut. Ceux qui prennent les initiatives sont suivis et c’est ainsi que naît l’événement. On devine un horizon émotionnel puissant, puisque le peuple participe. Or, le fait n’est pas perceptible dans tous les cas. Il y a une part de réalité qui peut échapper, faute de témoignage.

10L’enquête se limite ici aux conciles de paix aquitains antérieurs à l’An Mil. Elle part des actes de Charroux et prend appui sur les réunions contemporaines pour en éclairer le sens. On admet entre elles, à titre d’hypothèse au moins, des similitudes et des convergences. Ces confrontations permettent de surmonter ce que la documentation a de fragmentaire et de sporadique. Chaque texte appartient à un genre littéraire particulier et, à ce titre, véhicule un certain type d’informations et pas les autres. Par exemple, on dispose pour le concile du Puy, de 994, d’une liste de décisions. On ne sait rien d’un rassemblement éventuel de reliques. Or, on peut tenir le fait pour probable, tant à cause de quelques vagues allusions que par similitude avec ce qui se passe à Charroux et à Limoges. Il s’agit vraisemblablement d’une simple lacune dans l’information qui tient à la nature des textes, car on n’a conservé ni sermon ni vie de saint. Il faut aussi bien se garder de commenter le silence que de faire surgir des oppositions artificielles, parce que les diverses sources historiques ne sont pas de même nature et ne s’attachent pas aux mêmes aspects des événements.

11Dans ce cadre chronologique et géographique limité, il s’agit de mesurer la force démonstrative et la pertinence de chaque interprétation, non pour confronter vainement des opinions, mais pour comprendre le sens des diverses démarches d’historiens. La lecture politique des événements peut faire valoir quelques bons arguments, à prendre en considération pour eux-mêmes, avant de dire s’ils sont décisifs ou non. L’interprétation sociale mérite d’être traitée exactement dans les mêmes conditions et avec la même attention. Les préoccupations religieuses générales qui se font jour à cette occasion appellent également l’analyse.

Le concile de Charroux

12Il n’est pas fait mention du concile de Charroux dans la Chronique d’Adhémar de Chabannes, ce qui prive l’historien de toute information sur les circonstances de cette réunion. On ne sait rien non plus de son déroulement. En dehors des évêques, on ignore également le nom et la qualité des participants. La documentation se réduit à deux textes seulement, de genre littéraire très différent. Ils n’ont pas la même portée, mais ne manquent d’intérêt ni l’un ni l’autre.

  • 9 F. BRUNHÖLZL, Histoire de la littérature latine au Moyen Âge, II. De l’époque carolingienne au mil (...)
  • 10 Létaud de Micy, Delatio corporis s. Juniani, P.L. 137, c. 823-826. Létaud écrit qu’il restitue la (...)

13Létaud, moine de l’abbaye de Micy, située dans l’évêché d’Orléans, a écrit, à l’abbé Constantin et à la communauté de Nouaillé, une lettre assez brève où il évoque la translation des reliques de saint Junien jusqu’à Charroux, à l’occasion du concile tenu en ce lieu. Entré encore enfant dans un monastère, à une date qui ne peut être précisée, il composa sa première œuvre entre 984 et 987. Il écrit encore entre 1007 et 1010, puis on perd sa trace9. Cet auteur est contemporain des événements, sans qu’on puisse le tenir pour un témoin oculaire. Comme il le suggère lui-même, il semble plutôt mettre en forme ce qu’il a appris des moines de Nouaillé, après un certain temps d’ailleurs, puisque diverses dévotions se sont déjà fixées aux étapes de ce parcours10. Ce qu’il en dit a le mérite de restituer, sans trop de précision il est vrai, le contexte humain et l’atmosphère religieuse :

  • 11 Cum exorti essent peccatores sicut fenum et veluti vepres et spinae terrenam suffocantes messem, i (...)

Les pécheurs avaient poussé comme la mauvaise herbe, étouffant la moisson terrestre comme des buissons épineux et certains méchants avaient dévasté la vigne du Seigneur. Il sembla bon aux évêques, aux abbés et à certains hommes religieux qu’il fallait tenir un concile dans lequel on interdirait la rapine et on restituerait les biens des saints injustement enlevés. Tous les autres maux qui altéraient la face gracieuse de l’Église seraient frappés par l’arme de l’anathème. Il fut donc arrêté que ce concile se tiendrait dans le monastère de Charroux. Il y eut, venant des pays de Poitiers et de Limoges, ainsi que des régions voisines un grand concours de population. En effet de nombreux corps saints y avaient été amenés, tant pour apporter la caution de leur présence et de leur caractère sacré que pour rabaisser l’audace des méchants. À vrai dire, ce concile réuni, à ce qu’on croit, par la volonté divine a été illustré par de nombreux miracles dus à cette présence des saints11.

14Le texte poursuit avec le récit des prodiges qui accompagnent la translation des reliques de Saint Junien, de l’abbaye de Nouaillé, proche de Poitiers, jusqu’à Charroux, situé plus au sud, à environ 50 kilomètres. Ce déplacement, conforme aux habitudes contemporaines, n’a rien d’impossible et il n’y a aucune raison de le mettre en doute. Si les informations viennent des moines, ce qui est probable, elles ont une base sérieuse, même après un embellissement hagiographique. Elles livrent surtout quelques informations qui resteraient inconnues, sans cet écho merveilleux et peu précis.

  • 12 Adhémar de CHABANNES, Chronique, III, 35.
  • 13 Ce texte est connu de tous les auteurs. Il est évoqué, mais rarement analysé de façon critique.

15Les hommes religieux qui appellent de leurs vœux ce concile, en même temps que les évêques et les abbés, sont en opposition avec les pécheurs et les méchants, qui se sont emparés des biens d’Église. Même si religiosi viri reste un peu ambigu, on peut proposer une identification. Il s’agirait plutôt des laïcs que des clercs, qui paraissent suffisamment évoqués à travers les évêques. Il n’y aurait pas, à Charroux, qu’une foule de petites gens en quête de miracles. Une part de l’aristocratie peut bien se trouver au côté de l’épiscopat, comme dans les autres conciles de paix, ce qui serait normal. Il n’est pas possible d’en dire plus sur les participants. La rapine et l’accaparement des biens d’Église sont le motif de cette réunion. Ils évoquent plus la mise en coupe du pays que la guerre proprement dite, car il n’est pas question de sang versé. La lettre de Létaud fait également apparaître un enchaînement de faits et de sentiments qui n’est pas bien différent de ce que l’on connaît pour les autres réunions. L’accroissement des maux est suivi de la décision de réunir un concile. Les moines des abbayes proches apportent les chasses des saints, ce qui provoque un grand afflux de population. Le même fait est attesté, plus tard, à Limoges dans un contexte beaucoup plus dramatique12. Le caractère sacré des reliques est, comme ailleurs, mis en évidence par des miracles. Bref, sauf si on pouvait prouver que Létaud utilise des événements postérieurs pour composer son récit, ce qui paraît somme toute peu probable, il faut tenir pour bonnes ces quelques indications13. Elles sont précieuses. Elles permettent de comparer cette réunion de Charroux aux autres, car en dehors de cette lettre, on ne connaît que les actes du concile.

  • 14 Il est publié depuis longtemps, cf. J. B. MANSI, Amplissima collectio t. XIX, Venise 1774, c. 89-9 (...)

16Ce texte normatif a bien des qualités, puisqu’il est précis et daté14. Il n’y a aucun délai entre l’événement et la rédaction, ce qui élimine toutes les déformations. Les circonstances sont évoquées de façon très sommaire dans la préface. C’est bien peu. On y apprend au moins qu’il est dû à une initiative de l’archevêque Gombaud et que les laïcs y sont présents. Puis viennent les trois canons portant des anathèmes. Il s’achève par la souscription des évêques.

Forts des décrets synodaux de nos prédécesseurs, au nom de Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, aux calendes de juin, moi Gombaud, archevêque de l’Aquitaine seconde avec tous les évêques de la province nous nous sommes réunis au palais que l’on appelait autrefois Charroux. Nous y avons tous imploré l’aide de la divine piété, tant les évêques que les clercs consacrés et que l’ensemble des laïcs des deux sexes pour que, nous qui avons vu se développer dans nos demeures des habitudes funestes, à cause du caractère tardif de ce concile, nous puissions, en considération de la grâce céleste, arracher ce qui est nuisible et planter ce qui est utile. Tout spécialement réunis au nom de Dieu, nous avons décidé ce qu’exposent de façon manifeste les canons ci-dessous.

171. Anathème contre ceux qui violent les églises.

Si quelqu’un viole une église sainte et emporte quelque chose par la force, à moins qu’il ne donne satisfaction, qu’il soit anathème.

182. Anathème contre ceux qui pillent les biens des pauvres.

Si quelqu’un s’empare de la brebis, du bœuf, de l’âne, de la vache, de la chèvre, du bouc ou des porcs des paysans ou des autres pauvres, sauf si c’est de leur faute, qu’il soit anathème s’il a négligé de faire réparation en tout.

193. Anathème contre ceux qui frappent les clercs.

Si quelqu’un attaque, capture ou frappe un prêtre, un diacre ou un autre membre du clergé ne portant pas d’armes, c’est-à-dire un bouclier, une épée, une cuirasse ou un casque, mais faisant simplement route ou demeurant dans sa maison, sauf si ce clerc a été jugé par son propre évêque pour avoir commis un délit, le coupable de ce sacrilège, à moins qu’il ne donne satisfaction, sera tenu hors des demeures de la sainte Église de Dieu.

Moi, Gombaud, archevêque de Bordeaux, j’ai souscrit.
Moi, Gislebert, évêque de Poitiers, j’ai souscrit.
Moi, Audigier, évêque de Limoges, j’ai souscrit.
Moi, Frotaire, évêque de Périgueux, j’ai souscrit.
Moi, Abbon, évêque de Saintes, j’ai souscrit.
Moi, Hugues, évêque d’Angoulême, j’ai souscrit.

20Ces actes sont un témoignage isolé sur un fait particulier. Le texte lui-même est dense et peu loquace sur les circonstances. Seuls les récits contemporains sur les autres réunions et les anathèmes des autres conciles peuvent fournir des points de comparaison. Sauf à paraphraser le texte, il n’y a pas d’autre méthode d’interprétation que de se livrer à ces confrontations. Les textes d’ailleurs ne sont ni très nombreux ni très prolixes.

  • 15 La Chronique de Saint-Pierre du Puy est éditée dans U. CHEVALIER Cartulaire de l’abbaye de St-Chaf (...)
  • 16 La charte est éditée et traduite par E. MAGNOU-NORTIER, « La place du Concile du Puy dans l’évolut (...)

21Avant même le concile de Charroux, des réunions sur la paix se sont tenues en Auvergne, à Clermont d’abord, au Puy ensuite. Cette dernière est évoquée par le récit de la Chronique de Saint-Pierre du Puy15. Certes, ce sont d’autres institutions qui sont alors mises en jeu, mais c’est dans la recherche de la paix l’étape antérieure. Il y a ensuite, au Puy, en 993-994, un concile proprement dit. Il est connu par l’intermédiaire d’une charte du cartulaire de Sauxillanges, copie d’une expédition des décisions prises à cette occasion. Le texte, remarquable à bien des égards, comporte des lacunes qui ne le rendent pas spécialement limpide16. Enfin, Adhémar de Chabannes a une page très célèbre sur le concile tenu à Limoges, en 994. Son premier sermon apporte d’utiles compléments sur quelques aspects de cette exceptionnelle réunion.

22Ces quelques textes viennent tous de milieux ecclésiastiques et sont l’œuvre de moines ou d’évêques. Ils répondent à des critères littéraires différents, suivant qu’il s’agit de canons d’un concile, d’une chronique ou d’un sermon. Enfin, la loi qui régit les hommes vivant dans cet espace assez limité n’est jamais évoquée. Elle paraît faire référence aux institutions carolingiennes.

Une assemblée très politique ?

  • 17 C’est le point de vue de R. BONNAUD DELAMARE, « Les institutions de paix en Aquitaine au XIe siècl (...)

23Le concile de Charroux est convoqué par l’archevêque Gombaud. Il est dans son rôle, puisque Bordeaux est la métropole de la province et que ses suffragants sont les évêques de Poitiers, Saintes, Angoulème, Périgueux, Agen. Or Gombaud, fils de Sanche Garcia, est cohéritier du duché de Gascogne et y détient le pouvoir avec son frère Guillaume Sanche. Il est en même temps comte d’Agen-Bazas. Il exerce, dès les années 977, les fonctions d’évêque des Gascons et accède à la charge d’archevêque de Bordeaux, en 989 vraisemblablement, peu avant le concile de Charroux. Le personnage est de premier plan. Il est, bien sûr, impliqué dans les affaires du siècle. Comment ne le serait-il pas ? On est donc en droit de lui attribuer des visées politiques17. Le concile le conduit effectivement à faire un acte d’autorité dans la principauté voisine qui relève du duc d’Aquitaine et les anathèmes portent sur des questions concernant au premier chef les détenteurs des pouvoirs de commandement. Le problème existe, on ne peut le nier.

24Il est aggravé par l’incertitude concernant les autres participants de la réunion de Charroux. Les évêques sont seuls à souscrire aux anathèmes, ce qui paraît normal. On sait qu’il y a des laïcs, aussi bien par la préface des actes que par Létaud de Micy, sans que l’on connaisse leur nombre et leur qualité. La présence du duc d’Aquitaine, Guillaume Fier à Bras, n’est pas attestée, pas plus que celle de n’importe quel autre grand. On le tient pour absent, sans preuve formelle d’ailleurs. Ce soupçon repose sur quelques indices, assez faibles. Le concile se tient dans un lieu dominé par le comte de la Marche, avec lequel le duc a été en guerre. Guillaume Fier à Bras est malade en 990, et se retire dans un monastère, en 991. Est-ce suffisant pour fonder une série de déductions péremptoires ? On est en droit d’en douter.

25Dans ce contexte, le concile de Charroux passe pour une entreprise menée contre le duc d’Aquitaine et pour une sorte de coup de force clérical : les évêques s’étant arrogés les pouvoirs du prince ! La paix du duc et celle des clercs sont jugées concurrentes. Ce thème, largement utilisé, sert de fil de lecture aux nombreux événements postérieurs. Victoire du clergé que les initiatives de l’archevêque de Bourges, Aimoin, dans les années 1035-1038. Par contre, au concile qui se tient à Poitiers, entre 1000 et 1014, Guillaume V le Grand inverse la tendance et récupère le maintien de la paix au profit du pouvoir laïc. La présentation de ces divers épisodes est contrastée et passablement chaotique. Trop probablement.

26Pour poursuivre à l’intérieur de ce schéma explicatif, il reste à mettre en évidence une recrudescence des violences et en identifier les lieux. Adhémar de Chabannes fournit l’arrière plan politique et militaire. Il fait le récit des guerres qui opposent les comtes de la Marche, les vicomtes de Limoges et le duc d’Aquitaine. Au terme de ces rivalités confuses, il y a d’un côté les vicomtes et le duc, de l’autre les comtes. Or Charroux est au centre de la Marche. Qu’un archevêque, venu de la principauté voisine, y réunisse un concile, en l’absence du duc d’Aquitaine, sur le thème de la paix, peut difficilement passer pour innocent. L’hypothèse est habile. L’argument cependant ne repose que sur des présomptions.

  • 18 La remarque est faite par D. BARTHÉLÉMY, L’An Mil et la paix de Dieu, Paris, 1999, p. 293.

27Cette reconstruction se heurte à quelques difficultés majeures. On ne voit pas en quoi les anathèmes de Charroux peuvent contrarier le duc d’Aquitaine plus que le comte de la Marche ou n’importe quel autre de ses adversaires18. La protection des églises, des clercs et des paysans est politiquement neutre. Le texte ne peut pas être tenu pour hostile à l’un plus qu’à l’autre. Sur cette simple constatation, un large pan de la démonstration précédente s’effondre. De plus, que des prélats s’en prennent au prince territorial qui les a nommés paraît improbable. Le seul évêché gascon de la province est Agen, or il n’est pas représenté au concile. Tous les évêques présents sont des hommes du duc, à l’exception de l’archevêque Gombaud. Audiguier de Limoges qui relève de la province ecclésiastique voisine, celle de Bourges, s’est rendu à Charroux, alors qu’il n’en avait pas l’obligation. C’est un frère du vicomte de Limoges, l’allié du duc d’Aquitaine dans la guerre contre le comte de la Marche. Il a été désigné pour cette fonction par Guillaume Fier à Bras lui-même. On voit mal comment il aurait changé de camp. Le concile n’est pas aquitain d’apparence seulement, comme on l’a écrit. Il resterait enfin à inventorier les visées politiques de l’archevêque de Bordeaux sur l’Aquitaine. Il faut se garder sur ce point de tout anachronisme tant sur la nature du pouvoir que sur la domination d’un territoire. Il n’y a pas de lien de famille entre les ducs de Gascogne et les différents protagonistes des guerres du Limousin et par conséquent peu de motifs à une intervention. Toute cette construction ne résiste pas à la critique historique.

  • 19 H. HOFFMANN, Gottesfriede und Treuga Dei, Stuttgart, 1964, distingue bien ces deux épisodes. Le pr (...)

28Une autre analyse politique, d’inspiration différente, s’efforce d’inscrire les décisions de Charroux dans le droit fil des initiatives de Guy d’Anjou, évêque du Puy. Cette perspective repose sur une certaine continuité entre l’Auvergne et l’Aquitaine, régions étroitement liées pendant la plus grande partie du Xe siècle. Le concile tenu au Puy, en 993 ou 994, plutôt qu’en 990, en est la preuve puisqu’il fait écho aux anathèmes de Charroux. Or, une étude plus attentive des textes montre que l’évêque Guy a présidé deux réunions sur la paix, à quelque quinze ans d’intervalle, et non une seule, comme on l’a cru longtemps19. Elles n’ont, il est vrai, ni le même caractère ni la même portée.

  • 20 Ce récit est dans le troisième paragraphe de ce texte, immédiatement après l’élévation à l’épiscop (...)

29La première est antérieure au concile de Charroux, puisqu’il faut la dater du début de son épiscopat, comme invite à le faire sa place au tout début de la Chronique du monastère de Saint-Pierre du Puy20. D’autres indices permettent de proposer avec beaucoup de vraisemblance les années 975-980. Elle se tient dans les prés, à Saint-Germain-Laprade, à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville. Le chroniqueur qui rapporte l’événement écrit au début du XIIe siècle, car la fin de son récit fait état de la première croisade et de la prise de Jérusalem. Il travaille avec les archives du monastère qu’il cite exactement, allant jusqu’à recopier le nom de ceux qui ont souscrit les chartes. Ce long délai pose quelques problèmes d’anachronisme dans le vocabulaire, mais ne fait pas douter de la véracité de ce qui est raconté.

  • 21 Pontificali igitur cathedra sublimatus, cogitans assidue de tenenda pace et de rebus ecclesiae qua (...)

Une fois élevé à la chaire épiscopale, il méditait de façon assidue sur le maintien de la paix et sur les biens d’Église que les voleurs de ce pays avaient enlevés par la force. Il ordonna que tous les chevaliers et tous les paysans de son évêché se réunissent parce qu’il voulait entendre d’eux quel conseil ils pourraient lui donner pour instaurer la paix. Quant à lui, il fit dire à ses neveux de réunir une troupe armée dans Brive. Après avoir rassemblé dans les prés de Saint-Germain, près du Puy, tous ceux qui relevaient de son pouvoir épiscopal, il leur demanda de conclure la paix, de ne plus s’en prendre aux biens des pauvres et des églises, de rendre ce qui avait été volé et qu’ainsi ils se conduiraient comme il convient à des chrétiens fidèles. Ils le refusèrent. Il ordonna à son armée de venir de Brive, de nuit, pour les contraindre, au matin, à jurer la paix, à donner des otages pour garantir son maintien et pour restituer les domaines et châteaux de la Bienheureuse Vierge, ainsi que les biens d’Église qu’ils avaient dérobés. Il en fut ainsi, avec l’aide de Dieu21.

30Le chroniqueur poursuit et raconte ensuite comment l’évêque impose la vie commune au chapitre, puis fonde un monastère pour la rémission de ses péchés. Ces actions se suivent comme autant de jalons dans l’œuvre d’un réformateur.

31Guy d’Anjou appartient à la plus haute aristocratie. Frère cadet de Geoffroi Grisegonelle, comte d’Anjou, il est au centre d’un tissu de liens familiaux qui comptent en Aquitaine et dans le Midi en général. Les événements de Saint-Germain-Laprade mettent en évidence le rôle de ses neveux qui dominaient Brioude, après la mort de leur père Etienne. Leur mère, Azalaïs, sœur de Guy d’Anjou, s’est remariée vers 976 à Raymond de Toulouse et elle en a eu un fils, le comte Guillaume. Après la mort de son second mari en 978, elle est, entre 980 et 982, la femme de Louis V, fils du roi Lothaire. Ce mariage ne tient pas. Divorcée, elle épouse en quatrième noce Guillaume, marquis de Provence, dont elle a également des enfants. Toutes ces unions font entrevoir des solidarités et suggèrent la constitution de groupes familiaux poursuivant les mêmes buts politiques. Il apparaît, à cette lumière, que l’archevêque Gombaud et Raymond de Toulouse sont cousins issus de germains. Est-ce assez pour avancer qu’ils ont les mêmes intérêts et pour dire que Guy d’Anjou s’est servi de l’archevêque pour introduire sa paix en Aquitaine ? C’est affirmer sans preuve. Peut-on croire que les différents mariages d’Azalaïs étendent tous l’influence du clan angevin ? Une femme peut tout aussi bien adopter les intérêts de ses maris successifs. Il n’est pas non plus évident de trouver une convergence entre Provence et Anjou, à cette date. Cette analyse politique fait de nouveau du concile de Charroux un acte d’hostilité à l’égard du duc d’Aquitaine, ce qui n’est pas si sûr. Cette fois l’horizon est dominé par la rivalité entre Angers et Poitiers, avec, à l’arrière-plan, les intérêts des rois. La paix du Puy et de Charroux est au cœur de la grande politique. On peut douter de cette reconstruction, même si le clan angevin a cherché à s’implanter en Auvergne.

  • 22 Adhémar de CHABANNES, Chronique, Liv. III, ch. XXX. P. BOURGAIN dans Ademari Cabannensis Chronicon(...)

32La ligne de conduite qui s’impose à l’évêque du Puy n’est pas uniforme. Guy d’Anjou a été nommé par le roi Lothaire. Ses intérêts familiaux et son devoir vis-à-vis de son souverain coïncident, en cette fin de siècle, lorsque le comte d’Anjou est l’allié du roi et lorsque Azalaïs est l’épouse de Louis V. Les derniers carolingiens ont suivi avec attention les affaires d’Aquitaine où ils poussent leurs avantages. Le roi Lothaire s’est rendu dans la région et à Limoges en particulier22. La paix vigoureusement imposée par l’évêque appuie-t-elle ces entreprises, prépare-t-elle ce voyage ? Est-elle une simple remise en ordre locale, comme semble le dire la Chronique ? Il n’y a aucune évidence car le caractère tardif du document ne permet pas de répondre. Qu’advient-il de cette politique après le divorce d’Azalaïs et son remariage provençal et après le changement de dynastie ? Elle perd toute orientation définie, sauf à tenir l’évêque du Puy pour aligné sur les intérêts du clan angevin.

33Il n’est pas interdit de confronter la réunion de Saint-Germain-Laprade et le concile de Charroux. Au Puy, l’évêque ne s’est pas contenté de protéger les églises, les clercs et les paysans par un anathème, sanction purement spirituelle, il a contraint par la force les récalcitrants à jurer la paix et à livrer des otages. Il a fait restituer les biens usurpés. Dans un cas il s’agit de mots, dans l’autre d’actes. Ce n’est pas une mince différence. Il faut se garder de la réduire à un simple problème de personnes, car la situation juridique et administrative n’est pas identique.

  • 23 Ch. LAURANSON-ROZAS, L’Auvergne du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, I987, p. 76-77.

34Guy d’Anjou convoque les chevaliers et les paysans parce qu’il est détenteur de l’autorité publique ou de ce qu’il en reste. On ne voit aucun autre pouvoir de commandement légitime dans son diocèse. Certes, les regalia ont été conférés à ses prédécesseurs sous le règne du roi Raoul, mais on ne sait exactement ce qu’ils comportent23. Cette concession complète peut-être un rôle de protector civitatis que les évêques du Puy n’ont jamais cessé d’exercer, tant le système administratif de l’Auvergne recèle de traits archaïques.

  • 24 Ibid., p. 377.

35Sur la base de cette première considération, il faut s’enquérir de la nature exacte de cette réunion. Les paysans, les rustici comme dit exactement le texte, sont présents. On comprendrait qu’ils se rendent à des célébrations religieuses liées à une réunion de paix. Or, il n’y a pas d’évêque en dehors de Guy et pas de reliques. Il ne s’agit pas à Saint-Germain d’un concile comparable à celui de Charroux. Ce n’est pas non plus une cour féodale tenue par l’évêque seigneur, car les paysans n’y ont pas leur place. C’est un plaid, assez proche des modèles carolingiens, où tous doivent se rendre. Dans ce cadre, les milites et les rustici du chroniqueur de Saint-Pierre du Puy ressemblent fort aux vassaux et aux hommes libres de ces assemblées publiques. Le rédacteur de cette Chronique qui écrit au début du XIIe siècle a utilisé un vocabulaire qui lui est familier, inexact peut-être. L’apparition dans les formulaires du couple milites et rustici est bien datée et ne renvoie pas, dans de nombreuses régions, au Xe siècle24.

36L’évêque requiert le conseil dit le texte. À cette date et dans ce contexte, le terme paraît peu approprié, sinon simplement anachronique. D’ailleurs l’évêque semble exiger des engagements et non demander un avis. Il a fait mobiliser une force armée et exerce une contrainte en levant serments et otages. Guy d’Anjou a agi comme s’il détenait les pouvoirs comtaux. Si ce n’était pas le cas, l’usurpation serait manifeste et énorme. Il en use pour imposer la paix et faire restituer les biens d’Église. C’est, en fin de compte, dans ce choix qu’il y a peut-être quelques éléments de nouveauté.

37Prise dans son ensemble, l’action conduite par Guy d’Anjou peut se comparer à celle de ses illustres contemporains du nord du royaume. Adalbéron de Reims, qui est archevêque et qui détient les pouvoirs sur le comté de Porcien, conduit des opérations militaires, réforme le chapitre, fonde des monastères. Le propos est identique et la concordance chronologique remarquable. La carrière de Guy d’Anjou invite à ces rapprochements. Il a reçu selon toute vraisemblance sa première formation à l’école de Saint-Martin de Tours, puis a suivi son oncle promu à la tête de l’évêché de Soissons, en 937. Il est en rapport avec ces milieux comme le montrent ses relations avec Hincmar, abbé de Saint-Rémi de Reims, de 945 à 968. Devenu abbé, il finit par se consacrer entièrement à la remise en ordre du monastère de Cormery. Promu évêque du Puy par le roi Lothaire, rien ne permet de le tenir pour un représentant du clergé aquitain ou méridional.

  • 25 A. DEBORD, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIe siècle, Paris, 1984, p. 94.
  • 26 M. AUBRUN, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand, 198 (...)
  • 27 M. GARAUD, Les châtelains de Poitou et l’avènement du régime féodal, Poitiers, 1967, p. 66.
  • 28 A. DEBORD, op. cit., p. 92 et sq.

38À Charroux, il en va tout autrement. Les évêques ne prennent aucune mesure ayant un caractère public. Collectivement, à l’échelle de la province, ils ne disposent d’aucun pouvoir de commandement. Il ne semble pas non plus qu’ils aient les droits comtaux dans leur diocèse respectif. Hugues de Jarnac, évêque d’Angoulême, combat des années le comte Arnaud Manzer dans ce but, sans y parvenir25. À Limoges, l’Église a bien reçu un diplôme d’immunité, mais elle est en fait contrôlée par le duc d’Aquitaine qui installe à sa tête un membre de sa famille ou des candidats à sa convenance26. Il y a d’ailleurs une autorité civile voisine en la personne d’un vicomte. Poitiers est entre les mains du duc et l’évêque n’y exerce aucun pouvoir27. On ne sait rien de l’évêché de Saintes à cette époque. Abbon est probablement le premier évêque à s’installer dans cette cité depuis la fin des invasions scandinaves28. Ce n’est pas une situation très favorable au pouvoir épiscopal.

  • 29 On relève un exemple de cette collaboration dans la correspondance de Loup de Ferrières. Il y a un (...)
  • 30 Cf. R. BONNAUD-DELAMARE, « Les institutions de paix en Aquitaine au XIe siècle », in La Paix, Recu (...)

39À Charroux, les évêques n’utilisent pas la manière forte à la façon de Guy d’Anjou, c’est une constatation. Nul n’est en mesure de dire s’ils en avaient le désir ou non. Ils s’en tiennent aux anathèmes qui sont les seules armes dont ils disposent, car ils n’ont, ni en droit ni en fait, les moyens d’exercer la moindre contrainte physique. Les peines et autres sanctions temporelles relèvent de ceux qui exercent le pouvoir et rendent la justice. Une telle répartition des fonctions est conforme à la tradition dans laquelle les pouvoirs temporels et spirituels s’aident l’un l’autre, chacun avec ses moyens propres. Le cas est fréquent et les exemples nombreux. Sous le règne de Charles le Chauve, un capitulaire demande aux évêques d’adresser une admonition aux fidèles, sur le respect de la paix publique29. La parole des évêques appuie l’action du roi, c’est normal et logique. Un concile local qui décide de peines spirituelles pour sanctionner des manquements graves à la justice devrait avoir son pendant dans les actes d’un gouvernement. On ne connaît rien de tel. Le duc d’Aquitaine n’est peut-être pas assez fort, en 989, pour assurer la paix. On n’en sait, à vrai dire, à peu près rien. On s’accorde par contre pour reconnaître que Guillaume V le Grand a su reprendre l’initiative au concile de Poitiers des années 1000-1014. Il y aurait alors comme une revanche du duc d’Aquitaine30. Compte tenu du caractère fragmentaire et sporadique de la documentation, il ne paraît pas opportun d’insister trop sur la faiblesse supposée du duc ou sur son absence qui ferait le caractère proprement original de la réunion de Charroux. Les événements retrouvent un cours plus normal par la suite, ce qui relativise la portée d’une anomalie trop mise en évidence.

40Arrivé à ce point la thèse d’une prise de pouvoir par les clercs se dissipe entièrement. À Charroux, les évêques sont dans leur rôle traditionnel. Ils sont trop proches du duc d’Aquitaine pour mener contre lui une quelconque entreprise. Ils sont bien loin des initiatives de Guy d’Anjou qui disposait du pouvoir de commandement. Si la paix d’Auvergne est introduite en Aquitaine, ce qui reste à démontrer, c’est au prix d’une adaptation à la situation du duché. Elle se transforme alors en une simple admonition assortie de sanctions spirituelles. La portée politique de l’assemblée de Charroux s’en trouve réduite d’autant.

Conciles de paix et mutation sociale

  • 31 Videntes maleficia que in populo cotidie accrescunt. Cf. E. MAGNOU-NORTIER, « La place du concile (...)

41Les récits des chroniqueurs et les textes officiels évoquent une situation à la fois inquiétante et mal définie. Dans la préface des actes du concile de Charroux, les évêques déclarent qu’il conviendrait d’arracher les mauvaises herbes pour en planter d’utiles. C’est pour le moins assez vague. Létaud de Micy use également d’une métaphore agreste, plus proche de la parabole évangélique du semeur, en expliquant que les buissons d’épines étouffent la moisson. Il est aussi question de la dévastation de la vigne du Seigneur. Cette rhétorique est directement religieuse et ne permet pas d’identifier les méfaits. Réunis au Puy pour le concile de 993-994, les évêques notent l’accroissement quotidien des mauvaises actions parmi le peuple31. On ne sait pas qui sont les coupables. Le vocabulaire social est également tout à fait général car populus ne désigne personne de façon particulière. On relève un sentiment d’aggravation du mal, rien de plus. Il met en évidence un malaise difficile à appréhender et encore plus à expliquer. En dépit du caractère fragile de ces données, il faut analyser toutes les composantes sociales d’une pareille crise.

  • 32 Scimus quia sine pace nemo videbit Dominum. Ibid.
  • 33 G. DUBY, « Les laïcs et la paix de Dieu », in Hommes et structures du Moyen Âge, Paris-La Haye, 19 (...)

42Le roi doit protéger les Églises, maintenir la paix publique et conduire le peuple vers le salut. Or, ces diverses tâches sont en imbrication réciproque. La paix et le salut vont ensemble, comme l’expliquait déjà, après beaucoup d’autres, Guénelon de Sens dans la monition évoquée plus haut. Les évêques réunis au Puy, en 993-994, le disent de nouveau : nous savons que sans la paix personne ne verra le Seigneur32. Le destin éternel de chacun est ainsi directement lié à un certain état de la société dont la responsabilité incombe à ceux qui détiennent le pouvoir. Ils ont dans ce domaine une obligation fondamentale, à connotation religieuse, lourde à assumer. De même, les clercs et les moines, intermédiaires indispensables dans la recherche du salut, ne doivent ni être molestés ni dépouillés. Ils sont protégés par leur caractère sacré, tout comme les églises. Enfreindre ce tabou peut provoquer la colère de Dieu et le châtiment dans ce monde ou dans l’autre. C’est au roi qu’incombait le devoir de faire respecter cet ordre du monde qui est, somme toute, l’équivalent de la paix. Il dispose légitimement de la force pour y parvenir, nul n’en disconvient. Or, sa capacité à intervenir diminue, il ne parvient pas à se faire respecter et n’assume plus les fonctions qui lui reviennent traditionnellement33. Les diplômes qu’il délivre pour la protection des évêchés et des monastères sont désormais sans grande efficacité. Ce constat, fait depuis longtemps, ne peut être mis en doute. Reste à en mesurer les conséquences.

  • 34 Cf. les généalogies dressées par A. DEBORD, op. cit.

43En lieu et place du roi, agissent d’autres personnes : des ducs, des comtes et parfois même des hommes de moindre qualité encore. Aucun n’a la légitimité que confère le sacre, c’est une évidence. Est-ce assez pour dévaloriser leur pouvoir ? On ne peut l’affirmer. Dans un immense territoire, l’autorité suprême est le plus souvent lointaine et les commandements réels proches. L’effacement du roi ne se perçoit pas immédiatement, mais progressivement, plus tôt en Auvergne, un peu plus tard en Poitou, au gré des circonstances. Les pouvoirs qui s’exercent localement ne sont pas toujours sans fondements, en dehors même de la justification qu’ils pourraient tirer de leur propre durée. Les généalogies des princes montrent qu’ils sont souvent héritiers de circonscriptions régulièrement instituées au profit de leurs ancêtres34. Leurs fonctions ont d’abord été déléguées, puis transmises par voie d’héritage à leurs descendants. Ils en sont au point où ils s’efforcent de légitimer les droits qu’ils tiennent en s’intitulant comte, par la grâce de Dieu. Ils exercent manifestement l’autorité et depuis longtemps déjà. Ils conduisent des expéditions militaires, ils rendent la justice, ils désignent les titulaires des évêchés et des abbayes. Certes, certains pouvoirs sont usurpés, comme ceux qu’exercent les propriétaires de châteaux construits sans l’aval de l’autorité publique. Si le prince n’est pas parvenu à les détruire en temps voulu ou à forcer le détenteur à prêter hommage, l’usage consacre le fait et l’abus s’estompe. Dans le courant du Xe siècle, les diverses dominations sont déjà en place, même si chaque événement important révèle une instabilité certaine.

  • 35 La courte notice sur ce concile est traduite dans E. MAGNOU-NORTIER, La société laïque et l’Église (...)
  • 36 Adhémar de CHABANNES, Sermones tres dubii, PL, t. 141, c. 117. Le sermon confirme ce que la Chroni (...)

44L’Église semble s’accommoder de cette situation. Les conciles de paix tenus en Aquitaine avant l’An Mil n’abordent pas la question de la légitimité des différents pouvoirs. Cette constatation découle aussi bien du silence des textes sur ce point que de la présence de grands laïcs à ces diverses réunions. Pour Charroux, où il n’y a pas d’autre information que celle donnée par Létaud de Micy, on ne peut rien dire. À Narbonne, en 990, il y a les comtes de Rodez et de Carcassonne, les vicomtes de Narbonne et de Béziers, ainsi que d’autres personnages de moindre importance35. Au Puy, en 993-994, les principes et les nobiles sont nombreux, mais la charte ne donne pas leur nom. En 994, Guillaume V le Grand prend part au concile de Limoges ainsi que de nombreux nobles d’Aquitaine36. Le caractère contrasté de ces diverses informations tient probablement à la documentation. Il paraît hasardeux d’affirmer que l’aristocratie s’est rendue à tel concile et non à tel autre. L’hypothèse inverse paraît plus normale. Les cas indiscutables permettent de dire que les évêques s’accommodent de ceux qui détiennent les pouvoirs, surtout s’ils s’engagent dans le sens souhaité. Les perturbateurs de la paix ne sont pas à chercher dans cette catégorie de grands qui soutiennent les efforts des évêques.

45Les anathèmes de Charroux et ceux du Puy, en 993-994, sont, pour ces années les seuls textes contemporains explicites sur les maux auxquels les évêques entendent porter remède. Ces courtes formules désignent des actes délictueux et stigmatisent des comportements, sans pour autant en évoquer les causes, ni identifier les coupables. Reste à tirer tous les renseignements possibles de ces textes passablement elliptiques.

  • 37 Le verbe infringo comporte l’idée d’effraction et de bris. Le même terme est employé pour les même (...)
  • 38 Ut in istis episcopatibus quos isti episcopi regunt neque in istis comitatibus de ista hora et in (...)
  • 39 …extra aecclesiam quam in firmamento castelli, se sciente, nisi episcopi propter eorum censum… Le (...)

46Le premier anathème de Charroux interdit l’effraction et le pillage d’une église37. Il en va de même au Puy où le concile décide que dans tous les évêchés régis par les évêques présents et dans ces comtés aucun homme, à partir de maintenant et dans l’avenir, ne violera une église38. Il s’agit d’interdire de forcer les portes d’un bâtiment du culte et de prendre ce qui s’y trouve. Homo est aussi vague que populus et ne permet aucune identification. Il est difficile de donner à un acte de brigandage de ce genre une signification historique et sociale précise. Le deuxième anathème de Charroux assure la protection du bétail des paysans. Il en va de même au Puy, où l’interdiction s’applique à tout l’espace qui est hors de l’église et dans le périmètre de la puissance du château. Une exception est faite pour l’évêque à propos des cens, sans qu’on puisse en fixer la portée39. Les prescriptions sont, pour le reste, assez claires :

  • 40 Predam in istis comitatibus neque in istis episcopatibus homo non faciat de equis publicis, de bov (...)

Que dans ces comtés et dans ces évêchés, personne, le sachant, ne fasse de saisies de chevaux publics, de bœufs, de vaches, d’ânes ou d’ânesses avec les fardeaux qu’ils portent, ni de moutons ou de chèvres, ni de porcs. Que personne ne les tue et que nul, en chemin, ne reçoive de victuailles en raison de son sauf-conduit ou de celui des siens40.

  • 41 Cf. E. MAGNOU-NORTIER, Ibid., p. 491 et sq.

47Les paysans ne sont pas mentionnés, mais ils sont concernés, car les moutons, les porcs et les chèvres ont toujours des maîtres. C’est bien leur bétail qui est protégé, comme à Charroux. Rien ne prouve que cette interdiction soit limitée aux terres d’églises, puisqu’elle s’applique dans le firmamento castelli. Le terme de praeda qui caractérise ce délit est ambigu. Il ne permet pas de savoir s’il s’agit d’un vol pur et simple ou d’une réquisition. La différence n’est pas sans intérêt dans la mesure où elle permettrait d’identifier les délinquants. Dérober des chevaux publics permet d’avancer un peu plus dans cette voie. Il ne peut s’agir que des bêtes qui servent aux détenteurs des pouvoirs pour une chevauchée ou pour un service d’escorte. Ceux qui s’en emparent en usent pour des besoins identiques ou proches, car on n’utilise pas les chevaux pour les travaux agricoles. Le vol d’animaux à la disposition de ceux qui exercent le pouvoir serait plutôt le fait de personnes exerçant, légitimement ou non, des fonctions similaires. Les réquisitions faites en chemin pour obtenir des victuailles en raison d’un sauf-conduit confirment cette impression. Le terme de conductus désigne le document par lequel un agent du pouvoir peut exiger en chemin un certain nombre de prestations. Ces remarques invitent à chercher les délinquants dans les cercles subalternes du pouvoir local. Des abus de cette sorte, liés à la levée de l’ost, avaient déjà été dénoncés à l’époque carolingienne. L’archevêque Hincmar, au concile de Saint-Macre, en 881, reprend l’ensemble des textes assurant la protection des églises et des pauvres41. La protection assurée par les sanctions spirituelles du concile du Puy est dans le droit fil de cette législation. On se gardera pourtant de croire les situations parfaitement comparables.

  • 42 …ad suam domum nichil portet, vel ad castellum bastire aut obsidere, nisi unusquisque de sua terra (...)

48Le concile du Puy comporte une interdiction supplémentaire qui évoque de façon plus concrète encore la situation : Que nul n’apporte à sa maison ce qu’il faut pour construire ou pour assiéger un château, sauf ce qui vient de sa terre, de son alleu, de son bénéfice ou de sa commande42. Ramener chez soi ce qui ne vous appartient pas est du domaine de la praeda, le cas est entendu. Il ne s’agit plus cette fois de voler des animaux, mais d’accaparer les matériaux de toutes sortes nécessaires à la construction d’un château. Cette mention a l’avantage de renvoyer à une situation historique et de mettre en cause des personnes socialement identifiables. Il s’agit toutefois de mise en défense plus que de guerre. Le concile se préoccupe des déprédations, pas des opérations militaires.

49Le troisième anathème de Charroux protégeait le personnel d’église circulant sans armes. Au Puy, les évêques exigent que les clercs n’en portent point, ce qui n’est pas bon signe. Ils leur assurent la même protection et élargissent cette garantie aux moines, à ceux qui font route avec eux, ainsi qu’aux marchands et à leurs ballots. Il n’y a là rien qui permette d’identifier des délinquants ou de se faire une idée précise des difficultés du temps.

  • 43 Terras ecclesiasticas, episcopales, canonicales, monachales nullus presumere audeat neque aliqua m (...)

50Certaines interdictions du Puy renvoient à des situations historiques plus caractéristiques : Que nul n’ait l’audace de tenir ou de grever par quelques mauvaises coutumes les terres d’église, qu’elles soient épiscopales, canoniales ou monastiques, sauf s’il les a reçues en précaire de la main de l’évêque ou par la volonté des moines43. Les mauvaises coutumes sont des taxes récentes, mal reçues à ce titre, quelle qu’en soit la raison. Elles sont liées à l’installation de nouveaux pouvoirs locaux, ne respectant pas les immunités traditionnelles des terres d’église. À cette date, leur apparition peut signaler l’installation d’une seigneurie banale.

51Les dernières considérations de cette charte, exclusivement religieuses, désignent, de façon assez vague il est vrai, les contrevenants :

  • 44 Si vero aliquis raptor fuerit aut maledictus qui hanc institutionem infregerit et tenere noluerit, (...)

Si quelqu’un s’est conduit en voleur ou s’est trouvé maudit pour avoir brisé ce pacte et avoir refusé de s’y tenir, qu’il demeure excommunié et anathématisé et qu’il reste exclu des sanctuaires de la sainte Église jusqu’à ce qu’il ait donné satisfaction44.

52Le texte poursuit en privant le récalcitrant de sépulture chrétienne et en envisageant la déposition du prêtre qui passerait outre. Le raptor est celui qui prend et emporte. C’est un voleur et non un assassin. On ne peut rien tirer de maledictus qui est simplement un excommunié.

53La charte du cartulaire de Sauxillanges, portant les décisions du concile du Puy est plus développée que le texte de Charroux. Elle donne assez d’indications pour faire entrevoir quelques aspects de la situation qui préoccupe les évêques. Certains des actes évoqués relèvent du brigandage : pillage d’église, capture du bétail, attaque des marchands. Il s’agit plus de s’emparer de biens divers que d’exercer des violences physiques sur les personnes. Il n’est jamais question de destructions de récoltes liées à des opérations militaires et encore moins de meurtres. Le pays est mis tout simplement en coupe réglée. À ce premier niveau les déprédations peuvent être le fait de gens non contrôlés : voleurs de grands chemins, soldats perdus, déclassés de tout genre. On ne peut exclure une pareille lecture, car les affrontements rendent le pays peu sûr et la mise à sac est la conséquence d’une situation instable.

54Par contre, le vol de chevaux publics, les réquisitions abusives de vivres en vertu d’un sauf-conduit, l’accaparement de matériaux pour construire des châteaux ou faire un siège font entrevoir que la délinquance n’est pas le fait de personnes de rien, mais de gens ayant les moyens d’usurper les pouvoirs locaux. De même, charger les terres d’église de mauvaises coutumes est une nouveauté liée à l’installation de la seigneurie banale, phénomène qui signale ces changements sociaux. Les auteurs de ces agissements sont des propriétaires assez riches pour se faire une place aux dépens des paysans, de l’aristocratie ancienne et des églises. Faut-il lier le brigandage pur et simple à cette installation des châteaux ? S’agit-il des mêmes personnes ? N’y a-t-il qu’une seule catégorie de perturbateurs de la paix ? Une telle identification est possible, mais est-elle sûre ?

  • 45 C’est la thèse soutenue par D. BARTHÉLÉMY dans L’An Mil et la paix de Dieu, Paris, 1999.

55Cette dernière hypothèse a été assez souvent retenue et on a fait découler la situation générale à l’époque des conciles de paix de la militarisation de la société. Des hommes en armes en plus grand nombre s’installent dans des périmètres fortifiés, imposent leur pouvoir sur les environs et exigent corvées, denrées, fournitures et taxes. Cette thèse s’impose avec une sorte d’évidence tant il est commun de rapprocher caste militaire et violence. À vrai dire elle appelle débat. Les sources font état de pillage et non d’activités guerrières. De plus, la présence de milites n’est pas attestée et les châteaux sont rares. Il y a là un problème que l’on ne peut esquiver. La chronologie enfin est incertaine. Certains jugent que la militarisation a commencé dès la fin du IXe siècle et qu’elle est déjà acquise à la fin du Xe siècle. Les mouvements de paix ne seraient pas des réactions à ces transformations déjà accomplies. Il n’y aurait pas de mutation féodale, mais simplement une lente transformation45.

  • 46 A. DEBORD, La société laïque dans les pays de la Charente, Paris, 1984, p. 125 et sq.
  • 47 Ibid., p. 197.
  • 48 M. GARAUD, Les châtelains de Poitou et l’avènement du régime féodal, Poitiers, 1967, p 17, p. 33.
  • 49 Ch. LAURANSON-ROSAZ, op. cit., p. 377.

56Les études régionales peuvent fournir un éclairage plus précis sur deux points particuliers liés à ces questions : quand a-t-on construit les châteaux, quand apparaissent les milites ? En Charente, il y a peu ou pas de châteaux à l’époque carolingienne, six sont connus au milieu du Xe siècle et douze attestés avant l’an mil. Plus de soixante apparaissent pour la première fois au XIe siècle46. Dans la même région le terme de miles est de toute rareté avant 1040, car il y a un autre vocabulaire pour désigner les puissants. Il reste peu utilisé avant 107047. En Poitou, rares sont les castra antérieurs à l’an mil. Il n’y a pas non plus de châtelains dans l’entourage du comte avant cette date et le fait ne peut pas être imputé aux lacunes de la documentation48. L’Auvergne confirme cette chronologie, tant pour les milites que pour les châteaux49. Ces indices sont convergents. Ils ont une signification même si les faits peuvent être antérieurs aux mots utilisés pour les dire. On peut malgré tout en conclure que les hommes d’armes ne sont pas en nombre, comme au milieu du XIe siècle. Il est dès lors hasardeux de lier les premiers conciles de paix aquitains à la multiplication des châteaux et des milites.

  • 50 Cf. Ademari Cabannensis chronicon, éd. P. BOURGAIN, Turnhout, 1999, Introduction, passim.
  • 51 Ibid., p. 157. Les manuscrits de la deuxième version ont pro nequitia populi ; pro rapina militum (...)

57Une minuscule constatation, à propos de la réunion tenue à Limoges, en 994, s’avère riche de signification. Adhémar de Chabannes, né en 989, commence à rédiger une première version de sa Chronique, vers 1024. Il amplifie considérablement son récit à partir de 1028. Ce deuxième état est bien attesté par les manuscrits. L’auteur y revient et fait divers ajouts dans un manuscrit autographe, parfois sous forme de notes marginales50. Ce troisième texte est, bien sûr, antérieur au départ d’Adhémar pour la Terre sainte, en 1033. Or, au chapitre XXXV du livre III, après le récit sur l’épidémie et sur le concile de 994, Adhémar explique qu’Audoin de Limoges use de l’excommunication contre ceux qui brisent la paix. Dans la deuxième version, celle de 1028, l’évêque utilise cette sanction pro nequitia populi. L’identification des délinquants est dans ce cas aussi vague que dans les actes des conciles de Charroux. Dans la troisième version cette formule est remplacée par une autre, tout à fait explicite. Audoin lance l’excommunication pro rapina militum et devastatione pauperum51. Les responsables sont cette fois clairement désignés.

  • 52 M. AUBRUN, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermond-Ferrand, 198 (...)

58Adhémar n’est pas témoin oculaire du concile de Limoges de 994. Il était bien trop jeune. De plus, il a été longtemps moine à Saint-Cybard d’Angoulème et ne réside à Saint-Martial qu’à partir de 1028. Il écrit alors la deuxième version de sa Chronique qui porte un intérêt plus vif au Limousin. Depuis 994, 35 ans se sont écoulés. Le temps a déjà fait son œuvre et le récit est fixé par la tradition. La Chronique comme le premier sermon d’Adhémar, qui traite des mêmes faits, n’ont pas été rédigés sous le coup des événements, mais sur la base de ce qui est dit ou de ce qui a été écrit. Il faut donc, après 1028 et avant 1033, quelques bonnes raisons pour que l’auteur modifie de lui-même son texte pour porter une accusation aussi grave et aussi nette. L’une d’elles paraît évidente. Au concile tenu en novembre 1031, à Limoges, les évêques excommunient de façon solennelle les chevaliers et maudissent leurs armes et leurs chevaux. Ils emploient les termes mêmes dont l’archevêque de Bourges avait usé quelques mois plus tôt52. Adhémar est présent à cette réunion de 1031. L’identification des perturbateurs est faite à cette date de manière explicite par les plus hautes autorités ecclésiastiques de la province. Elle est reprise à son compte par le chroniqueur qui corrige son texte. Milites apparaît dans cet ajout tardif non comme le vocabulaire de 994, mais comme celui de 1031. Il y a là un repère chronologique révélateur.

  • 53 Villanum aut villanam propter redemptionem prendat homo nisi per suum forsfactum. E. MAGNOU-NORTIE (...)
  • 54 G. DUBY dans Les laïcs et la paix de Dieu (op. cit., n. 8) donne une référence chronologique pour (...)

59Les actes des conciles de Charroux et du Puy apportent un témoignage impossible à récuser sur le brigandage, le vol et des déprédations de toute espèce. Le pillage est la grande affaire. Par contre, la violence physique paraît rare. Au Puy, les évêques interdisent de prendre un paysan ou une paysanne pour en tirer rançon, sauf en raison d’un délit53. Même dans un cas de ce genre, très grave au demeurant, il n’y a pas de sang versé. Les évêques se préoccupent surtout du bétail des paysans. La guerre n’est pas évoquée pas plus que ses conséquences sur les hommes et les biens. Les châteaux dont l’existence pourrait signaler une activité militaire, n’apparaissent que dans la condamnation de prélèvements abusifs. La décomposition de l’autorité publique est certaine et l’anarchie probable. À cette occasion, une mutation sociale se fait jour, avec la mise en place de nouveaux pouvoirs locaux, qui font payer la protection qu’ils assurent qu’elle soit réelle ou illusoire. Faut-il penser que le silence sur la guerre est convenu et que les évêques se refusent de traiter d’un pareil problème ? C’est, à vrai dire, pure hypothèse. Les conciles ne font pas état des milites parce qu’ils ne sont encore que des subalternes. Le terme n’apparaît pas dans les textes contemporains d’Aquitaine. L’absence d’un vocabulaire approprié laisse penser que la guerre n’est pas, à cette date, le vrai problème. Aussi, est-ce moins la militarisation de la société qui est en cause que les abus de pouvoir et l’installation de la seigneurie banale54. Il peut en aller autrement par la suite.

60Le mouvement de paix qui dure globalement un demi-siècle, de 989 à 1040, n’agit pas dans l’urgence, mais dans la durée. Il ne faut pas imaginer une crise soudaine et brutale à laquelle des anathèmes feraient face. Les problèmes posés par la guerre deviennent après 1040 de plus en plus aigus. La trêve de Dieu les aborde de front. C’est à vrai dire un contexte très différent de celui des années 990-1000.

61Il faut noter enfin que tenir des biens d’église sans droit ni titre, les grever de charges indues, dépouiller les pauvres de leur patrimoine n’est pas le triste privilège de cette fin du Xe siècle. Les capitulaires carolingiens sont pleins d’allusions précises à des actes arbitraires de ce genre. Une fois déduite la part de rhétorique cléricale qui se glisse dans les conciles de paix, il reste une vraie question : en quoi la situation est-elle fondamentalement différente de celle des siècles passés ? Pour quelles raisons les évêques jugent-ils intolérable une oppression bien réelle, mais assez ordinaire ? La réponse est à chercher du côté de l’idéologie de réforme qui est à l’œuvre très tôt.

Des rites de salut

62Les actes des conciles de paix apprennent peu sur la ferveur de la population. C’est normal, puisqu’il s’agit de décisions normatives. S’il n’y avait le récit de Létaud de Micy, on ne connaîtrait que les quelques anathèmes de Charroux. Or, les clercs et les moines sont venus de toute la région avec les chasses contenant le corps des saints, donnant à cette réunion une intensité religieuse inégalée. Une telle concentration avait pour effet d’ajouter les unes aux autres les forces sacrées habituellement à l’œuvre auprès d’un tombeau. Le rassemblement de toutes ces reliques pouvait faire espérer comme une joute entre les saints, chacun faisant la démonstration de sa puissance en s’efforçant de surpasser le voisin. Le lieu de réunion, même en plein air, devenait, pour un temps, un espace saint entre tous où chacun pouvait attendre une manifestation de la puissance de Dieu. Une telle attente était propre à attirer la foule. Des miracles eurent lieu, manifestant ainsi la force permanente des intercesseurs célestes. Ils sont aussitôt interprétés comme autant de cautions données aux initiatives des évêques. L’émotion religieuse créait l’événement dont les anathèmes n’étaient qu’une part, la moins affective et la plus raisonnable.

63Même s’il est succinct le récit de Létaud de Micy est capital, car il fait pénétrer dans le contexte spirituel des réunions de paix. Sans lui, on pourrait croire que l’intense ferveur qui anime les foules rassemblées pour le concile de Limoges, en 994, est strictement liée à l’épidémie et à sa guérison. Or, il n’en est rien et le célèbre passage d’Adhémar de Chabannes comporte pour le fond peu d’aspects nouveaux. Un grand rassemblement autour de reliques engendre, à Limoges, à Charroux et ailleurs probablement, un déchaînement de ferveur religieuse. La rhétorique donne un souffle puissant à ce récit d’événements dont le chroniqueur n’a pas été témoin. Il n’y a pourtant rien à redire à la suite des faits.

  • 55 His diebus pestilentia ignis super Lemovicos exarsit. Corpora enim virorum et mulierum supra numer (...)

En ces temps là une épidémie de feu ardent s’alluma parmi les Limousins. Les corps des hommes et des femmes, en nombre incalculable, furent dévorés par un feu invisible et partout un chant funèbre remplissait la terre. Alors Geoffroi, abbé de Saint-Martial, qui avait succédé à Guigue, et l’évêque Audoin, après avoir pris conseil du duc Guillaume, ordonnèrent aux Limousins un jeûne de trois jours. Alors tous les évêques d’Aquitaine se rassemblèrent à Limoges. Les corps des saints et leurs reliques furent apportés solennellement de toutes parts. Celui de saint Martial, patron de la Gaule, fut tiré de son tombeau et tous en eurent une immense joie. Toute maladie cessa partout. Le duc et les princes conclurent entre eux un pacte de paix et de justice55.

  • 56 …nec inobedientes jussis episcoporum essent in ecclesiasticis statutis… Adhémar de CHABANNES, Serm (...)

64Il y a une version plus dramatique et plus développée des mêmes événements dans le premier sermon d’Adhémar de Chabannes, prononcé et écrit également dans le contexte de 1029-1031. La réflexion religieuse, dominée par la question de l’apostolicité de saint Martial, se mêle aux faits de manière inextricable. L’épidémie y est un châtiment pour qu’il n’y ait plus de désobéissance aux ordres des évêques sur les statuts ecclésiastiques56. Suit la prière de l’archevêque Gombaud au saint qui est un exceptionnel morceau de rhétorique pieuse, puis une description vive de la souffrance des malades et enfin le récit des divers signes qui marquent l’intervention céleste. La conclusion lie irrévocablement saint Martial aux lieux où il a vécu :

  • 57 In illo tempore siquidem ex tum talis in ipsa patria paulatim cessare plaga coepit ut aperte const (...)

En ce même temps, l’épidémie commença peu à peu à cesser dans la patrie de Martial, pour que les Aquitains constatent comme une évidence que celui qui autrefois leur avait enseigné la vraie foi sur leurs terres était leur protecteur dans le ciel57.

65Après quoi Adhémar fait état du concile qui réunit sept évêques et des décisions sur la paix.

66À Limoges, en 994, l’organisation de la paix paraît une simple conséquence de cette suite extraordinaire d’événements : épidémie, rassemblement de reliques, élévation du corps de saint Martial, miracles, concile, pacte entre les grands. L’ordre retenu pour la présentation des faits est celui de leur intelligibilité. Les décisions du concile et la paix entre le duc et les grands découlent comme par nécessité des événements précédents. À l’occasion de l’épidémie, l’ordre du monde a été rétabli par une intervention céleste. Il est alors indispensable et urgent de prendre des engagements fermes, pour empêcher le retour du peuple à ses errements habituels dans la crainte d’avoir à affronter de nouveau la colère du ciel. L’organisation de la paix c’est, d’une certaine manière, éloigner pour l’avenir les châtiments qui ont déjà frappé les Aquitains.

67La lecture religieuse des faits est, chez Adhémar, explicite et complète. Depuis 994, les uns et les autres ont eu tout le temps nécessaire pour réfléchir à ces enchaînements. À Charroux, on est en droit de penser que les mêmes principes étaient à l’œuvre, même si nulle calamité n’est signalée pour 989. La menace existait à cause des moribus pestiferis. Les évêques ont à prendre les événements de vitesse. Une telle perception qui n’a rien de proprement nouveau, engage à de grandes cérémonies, à la fois pénitentielles et propitiatoires. Les nouvelles règles pour la paix sont les bonnes résolutions qui accompagnent ce rituel de salut. C’est la suite des événements.

68Dans ces rassemblements les cérémonies sont essentielles. Elles ne sont ni l’indispensable faire valoir d’une réunion d’évêques, ni même un moyen de pression sur les voleurs et les perturbateurs de la paix. Elles ont une nécessité spirituelle parce qu’elles rétablissent un ordre terrestre en accord avec le monde céleste. Ce n’est pas d’abord un événement politique, mais un fait religieux aux conséquences multiples. Les évêques ne se sont pas réunis pour se substituer au prince dans sa mission, mais pour que la paix découle nécessairement d’une liturgie de salut à laquelle tous participent.

69Les divers anathèmes et toutes les interdictions devraient pouvoir se relier au caractère proprement religieux de ces rassemblements. Il faut admettre ce lien, à titre d’hypothèse au moins, si l’on admet que ces conciles ne sont pas d’abord des réunions politiques. La protection des pauvres et la sauvegarde des églises qui sont au centre de leurs préoccupations s’imposent aux évêques comme une nécessité spirituelle.

  • 58 G. BÜHRER-THIERRY, « L’épiscopat en Francie orientale et occidentale à la fin du IXe siècle : subs (...)
  • 59 …Ut legis docti inter virum et virum querelas juste finirent. Adhémar de CHABANNES, Sermons, 1, PL (...)
  • 60 Ibid.

70Les personnes sans protection ont, il est vrai, peu de chance de conserver leurs biens et la liberté. Les textes carolingiens abondent d’indications diverses en ce domaine. Elles sont l’objet, depuis longtemps déjà, d’une protection spéciale. C’est une mission impériale puis royale à laquelle l’épiscopat apporte son soutien58. Les évêques aquitains, à la fin du Xe siècle, agissent-ils de la même façon et insistent-ils auprès des princes pour qu’ils assument cette mission ? S’ils leur apportaient leur concours grâce aux sanctions spirituelles, ils seraient dans leur rôle traditionnel. On peut avancer d’autres considérations. Dépouiller les pauvres est une injustice, susceptible de provoquer la colère de Dieu. Les évêques qui le savent et qui entendent écarter de tout le pays les menaces qui viennent par des rituels appropriés, doivent proscrire tout ce qui peut entraîner un châtiment. À Limoges, un certain nombre de décisions sont prises dont l’enchaînement est significatif. Des experts en droit mettront, en toute justice, un terme aux querelles qui opposent les uns aux autres59. L’oppression des pauvres et les violences nées de la rapacité cesseront. Désormais la paix et un calme amical régneront dans le royaume d’Aquitaine60. Le règne de la justice a une fonction prophylactique par rapport aux épidémies.

71Dans ce contexte les anathèmes protégeant les églises et les clercs se comprennent facilement. Il y a là des bâtiments consacrés et des personnes saintes. Toute infraction est un sacrilège qui peut provoquer la vengeance du ciel. Il faut donc bannir ces excès pour assurer le calme et la paix du pays. Par contre lorsqu’il est question des biens d’Église tenus injustement ou grevés indûment de mauvaises coutumes, on peut y voir une sacralisation des possessions qui marque un changement d’attitude, car l’installation de laïcs sur les terres d’église n’est pas une affaire nouvelle. C’est l’indice d’une nouvelle mentalité de tendance réformatrice.

  • 61 Adhémar de CHABANNES, Chronique, Liv. III, ch. 35.

72Il est fait abondamment usage des anathèmes et des excommunications, à Charroux, au Puy et à Limoges. Ces actes religieux sont en général interprétés comme des moyens de pression sur les récalcitrants. C’est indiscutable. Le refus de toute sépulture chrétienne pour les voleurs et autres coupables de rapines prescrit par les évêques réunis au Puy, en 993-994, est une mesure énergique et vraisemblablement efficace. Il en va de même pour les décisions d’Audoin, évêque de Limoges, suspendant le culte divin là où ses injonctions sont sans effets61. Ces dispositions ont aussi une dimension proprement religieuse. Exclure les malfaiteurs et les maudits des églises, c’est garantir la pureté du peuple des fidèles. C’est le séparer du siècle et du péché. C’est un processus de sanctification des personnes qui est aussi l’amorce d’une vue réformatrice nouvelle.

Conclusion

73L’histoire des conciles de paix avant l’An Mil repose sur une documentation lacunaire et surtout disparate, ce qui ne permet pas de saisir ne serait ce qu’une seule fois tous les aspects d’une de ces réunions. Chaque événement est connu de manière partielle par des textes qui ne font état que de ce qui relève de leur genre littéraire propre. Or, les conciles de paix de Charroux, du Puy et de Limoges se tiennent à quelques années de distance, dans des régions proches les unes des autres. On est en droit de penser, au moins à titre d’hypothèse, qu’ils ont une certaine parenté dans les situations, les faits abordés, les décisions prises, les rites célébrés. La comparaison de l’un à l’autre permet d’avoir une vue plausible de l’ensemble du processus. Faut-il regrouper tous les indices ? Il est toujours hasardeux de combler les vides de la documentation. La réflexion sur le caractère sporadique des textes, engage surtout à ne pas majorer les différences qui peuvent reposer sur de simples lacunes.

  • 62 …Pactumque pacis et justicia a duce et principibus vicissim foederata est. Adhémar de CHABANNES, C (...)

74À Charroux, les évêques promulguent une courte liste d’anathèmes. Faute de récit historique, nul ne sait si les princes ont été présents. On a échafaudé des hypothèses sur ce simple fait en le mettant en rapport avec le lieu de la réunion. En sens inverse, à Limoges, le duc d’Aquitaine et les grands sont là et passent un pacte de paix et de justice62. Le fait est connu par Adhémar de Chabannes qui ne dit rien de plus sur la nature de cet engagement. Faut-il y voir un corollaire du concile comme on l’a dit et la simple acceptation par des laïcs des décisions des évêques ? Ce n’est pas si sûr et on est en droit de faire d’autres hypothèses, fondées sur l’exercice du pouvoir par les laïcs. Il y a probablement, à Limoges, des engagements civils et militaires qui résultent de négociations. Un accord est acquis, confirmé vraisemblablement par des serments. Il est très improbable que les évêques se soient mêlés à cette affaire qui n’est pas de leur ressort. Or la paix civile en dépend plus que de toute autre initiative. Cet aspect des événements est évoqué d’une phrase seulement par le chroniqueur. C’est une bien chétive information. Quand il n’y a pas de récit, on ne sait plus rien. Au Puy, en 993-994, on ne connaît que les interdits prononcés par les évêques. Or, les princes et les nobles étaient très nombreux à cette rencontre. Peut-on imaginer qu’ils n’ont rien dit et rien fait ? La logique voudrait qu’ils aient traité de ce qui relève d’eux, d’une manière ou d’une autre. Il n’y a pas de texte, c’est sûr !

75La présence des grands personnages au Puy et à Limoges laisse supposer qu’ils sont rendus également à Charroux. Le pacte de paix et de justice que le duc et les princes passent à Limoges fait estimer qu’il en est allé de même là où la présence des grands est attestée. Ce sont certes des hypothèses, mais elles rendent cohérente une courte série d’événements. S’il en était ainsi, il y aurait entre les évêques, détenteurs de la puissance spirituelle et les princes qui exercent les pouvoirs militaires et judiciaires, une répartition des tâches, conforme au système politique et administratif de la fin des temps carolingiens. La perception d’un ordre public assuré par les princes existe encore à cette date. Le fait est assuré en Poitou à l’époque de Guillaume le Grand. Si on penche pour ce schéma général, il est difficile d’imaginer qu’à Charroux le pouvoir spirituel ait voulu faire concurrence aux princes. Il semble bien que les évêques comptent sur eux pour assurer la paix.

76Il est très séduisant de mettre en rapport le sentiment d’accroissement des méfaits, bien présent dans les récits, avec la militarisation de la société et la construction des châteaux. La multiplication de la violence trouverait ainsi sa raison, ainsi que les conciles de paix. Or, un tel amalgame résiste mal à l’analyse critique.

77Pour les conciles antérieurs à l’An Mil, il n’est, en dehors des clercs, pas question de violences sur les personnes, mais de vols et de rapines. Le vocabulaire qui désigne les coupables ne permet pas leur identification sans discussion avec les milites. Le terme n’apparaît que deux fois : dans la Chronique de Saint-Pierre du Puy, texte qui n’est pas rédigé avant le XIIe siècle et dans une addition marginale d’Adhémar de Chabannes, écrite entre 1031 et 1033 dans un contexte bien défini où justement cette identification a été faite de façon solennelle. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit d’une lecture postérieure des faits. Dans les textes sûrement contemporains c’est un vocabulaire général, moralisateur de surcroît, qui est employé. Seule la mention de la construction de châteaux permettrait de mettre en cause des hommes de guerre. Est-ce suffisant ? D’autant qu’il n’est pas alors question d’opérations militaires mais de prélèvements sans droit et de réquisitions. Ces remarques invitent à une certaine prudence d’autant que vol et pillage peuvent être aussi le fait de bien d’autres gens dans des pays si peu administrés. Les mauvaises coutumes, c’est certain, renvoient à l’installation de la seigneurie banale.

78La comparaison entre le plaid de Saint-Germain de Laprade et les conciles de paix permet de faire ressortir le caractère propre de chaque type de réunion. Au Puy, l’évêque est détenteur du pouvoir et il l’exerce. En Aquitaine, l’épiscopat ne se substitue pas au duc et aux princes et n’est pas en concurrence avec eux, car il n’a aucun pouvoir de contrainte en dehors des sanctions spirituelles. L’horizon est religieux et fait une large place au salut. Les textes promulgués lors de ces conciles de paix sont nourris par une tradition d’inspiration carolingienne. Ils sont un volet d’un ensemble qui demande une collaboration étroite entre les deux pouvoirs. Le duc et les princes se sont substitués au roi et les évêques ne contestent pas l’autorité qu’ils exercent.

79Le contexte humain et religieux de ces assemblées est révélateur. Une réunion d’évêques pourrait parfaitement se tenir sans solennité particulière, de façon discrète ou presque, si c’était les textes promulgués qui importaient vraiment. Or, le travail réglementaire n’est qu’une part de l’affaire. Les conciles de paix s’accompagnent de grandes assemblées religieuses fréquentées par le peuple au sens le plus large du terme. Ces rassemblements sont par bien des côtés l’essentiel. On en cherche vainement les précédents. Les assemblées carolingiennes qui sont d’abord laïques, judiciaires et militaires y ressemblent peu, y compris le plaid de Saint-Germain. Cet afflux de gens, même si les textes en exagèrent le nombre, annonce les grandes concentrations de pèlerins, de dévots et d’auditeurs, des XIe et XIIe siècles. Pour Limoges, on pense plus au concile de Clermont, qu’à une assemblée générale carolingienne.

80La convergence de nombreuses reliques vers un seul lieu pour quelques jours exerce un attrait immense. Une intense ferveur s’exprime à cette occasion. Elle s’attache à l’espoir d’obtenir ces faveurs divines dont les miracles sont le signe. Ils sont effectivement nécessaires autant pour confirmer les exigences des évêques que comme preuve de la réconciliation entre le ciel et la terre dont l’harmonie a été troublée par les entreprises des méchants. Le vocabulaire moral, longuement utilisé, souligne que c’est une affaire de spiritualité. Les hommes doivent faire pénitence et s’engager à vivre mieux, afin d’obtenir les bénédictions du ciel. Le salut est à ce prix, dans ce monde d’abord, puis dans l’autre. L’attente se concentre sur les lendemains et ne va pas bien au-delà. À Limoges, il s’agissait d’obtenir des saints réunis la fin d’une épidémie. Là où aucun drame présent ne vient imposer ce recours à Dieu, il convient d’éloigner par des rites appropriés les châtiments qui viennent. Il faut mettre un terme à l’iniquité répandue dans le peuple, parce qu’elle attire la colère du ciel. Le programme comporte comme par nécessité la fin des rapines et du pillage. Il s’agit pour eux de sanctionner un péché dont les conséquences sont néfastes.

81La paix pose également des problèmes concrets qui apparaissent dans l’un ou l’autre des textes. Faut-il suggérer que ce sont autant de pratiques habituelles ? On ne saurait l’affirmer dans tous les cas ! À Limoges, on entend que les querelles entre les personnes trouvent une solution juste, devant des hommes de loi. Nul n’a de raison de s’opposer à une pareille mesure. La décision relève-t-elle du prince ou des évêques ? On ne sait, puisqu’elle est connue par le premier sermon d’Adhémar de Chabannes prononcé plus de 35 ans après. Par nature elle relève du pouvoir civil. À ce titre, elle n’entre pas normalement dans le champ de ce que traite un concile. Est-ce l’explication de l’absence de pareille rubrique dans les autres textes ? Nul ne peut répondre à cette question qui soulève un vrai problème.

82La guerre enfin est bien réelle en cette fin de Xe siècle, mais elle reste à l’arrière plan, largement occultée, sans que l’on puisse dire pourquoi. Le pacte passé entre le duc d’Aquitaine et les princes est le seul connu. Il comporte vraisemblablement des clauses de non-agression dont il n’y a pas trace dans les décisions des conciles. Est-ce dire qu’à cette date ces conflits ne relèvent pas de la juridiction des évêques ? La Trêve de Dieu marque une avancée manifeste dans le traitement de cette question. Mais il s’agit alors de milites et de châtelains.

83En s’interrogeant sur les informations apportées par chaque texte selon sa nature et sur les limites de ce que l’on peut apprendre de chacun d’eux, on finit par entrevoir que l’équilibre entre le politique et le religieux a été probablement plus respecté qu’on ne le pense habituellement, sur la foi de sources exclusivement cléricales. L’ordre public ne parait pas encore totalement oublié en Aquitaine, avant l’an mil. Rien n’assure que ce sentiment perdure beaucoup plus. Dans les décennies qui suivent, les problèmes se posent autrement. Il y a déjà une distance entre Adhémar de Chabannes et les textes antérieurs. Pour revenir au point de départ, on peut se demander si la vision générale du mouvement de paix proposée par Raoul Glaber n’est pas déjà marquée par le contexte de la fin de la première moitié du XIe siècle. Car les conciles aquitains antérieurs à l’an mil s’en prennent à des exactions assez proches des abus dénoncés à l’époque carolingienne : réquisitions arbitraires par des fonctionnaires en déplacement, taxation indue, usurpation de biens.

Notes

1 C’est le cas de l’ouvrage de E. SÉMICHON, La Paix et la trêve de Dieu. Paris, 1869.

2 Le dernier en date est D. BARTHÉLÉMY, L’An Mil et la paix de Dieu, Paris, 1999.

3 La Chronique de Saint-Maixent fait état d’un concile tenu à Poitiers, le 10 mars 1010, Chronique de Saint-Maixent éd. J. VERDON, Paris, 1979, p. 108-109.

4 La chronologie pose d’énormes problèmes. Ils sont abordés par Ch. LAURANSON-ROSAZ dans L’Auvergne et ses marges du VIIIe au XIe siècle, Le Puy-en-Velay, 1987, p. 410 et sq. On a retenu ses conclusions pour le Puy. Par contre, on s’en tient à 994 pour le concile de Limoges parce que cette date est donnée dans un sermon d’Adhémar. Elle est confirmée par R. LANDES, « Autour d’Adhémar de Chabannes. Précisions chronologiques à propos du Limousin », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 1994, p. 23-66.

5 L. HUBERTI, Studien zur Rechtsgeschichte der Gottesfrieden und Landsfrieden, Ansbach, 1892.

6 Ces antécédents sont bien mis en évidence dans H. HOFFMANN, Gottesfriede und Treuga Dei, Stuttgart, 1964 et par Ch. LAURANSON-ROSAZ, op. cit.

7 Paix de Dieu et guerre sainte en Languedoc, Cahiers de Fanjeaux, t. 4, Toulouse, 1969.

8 RAOUL GLABER, Histoires, Liv. IV, ch. V. Traduction de Ed. POGNON, L’An Mille, 4e éd. Paris, 1947, p. 120. Il est tout à fait significatif que ce texte serve d’introduction au propos de G. DUBY, « Les laïcs et la paix de Dieu », in Hommes et structures du Moyen Âge, Paris-La Haye, 1973, p. 227.

9 F. BRUNHÖLZL, Histoire de la littérature latine au Moyen Âge, II. De l’époque carolingienne au milieu du onzième siècle, Turnhout, 1996, p. 167 et sq.

10 Létaud de Micy, Delatio corporis s. Juniani, P.L. 137, c. 823-826. Létaud écrit qu’il restitue la vérité ut a vobis tradita est. Il évoque les événements en disant ab eo tempore usque nunc.

11 Cum exorti essent peccatores sicut fenum et veluti vepres et spinae terrenam suffocantes messem, ita maligni quique Dominicam devastarent vineam, placuit episcopis et abbatibus et quibusque religiosis viris concilium debere fieri in quo et praedae prohiberentur et res sanctorum injuste sublatae restituerentur ; et cetera mala quae speciosam sanctae Dei Ecclesiae faciem foedabant sub anathematis mucrone ferirentur. Hoc igitur concilium in coenobio Karrofensi cogi fuit destinatum, factusque est ibi grandis ex pago Pictavo et Lemovicino et adjacentibus regionibus multorum concursus populorum. Nam et multa corpora sanctorum ibi allata sunt quorum presentia et religiositas roboraretur et malignorum procacitas retunderetur. Sane illud concilium divina, ut creditur, volontate coactum per sanctorum praesentiam frequentia illustravere miracula. P.L. 137, c. 824-825.

12 Adhémar de CHABANNES, Chronique, III, 35.

13 Ce texte est connu de tous les auteurs. Il est évoqué, mais rarement analysé de façon critique.

14 Il est publié depuis longtemps, cf. J. B. MANSI, Amplissima collectio t. XIX, Venise 1774, c. 89-90. Sur son histoire cf. H. HOFFMANN, Gottesfriede und Treuga Dei, Stuttgart, 1964, p. 26.

15 La Chronique de Saint-Pierre du Puy est éditée dans U. CHEVALIER Cartulaire de l’abbaye de St-Chaffre, Paris, 1884.

16 La charte est éditée et traduite par E. MAGNOU-NORTIER, « La place du Concile du Puy dans l’évolution de l’idée de paix », in Mélanges offerts à Jean Dauvilliers, Toulouse, 1979, p. 489-506.

17 C’est le point de vue de R. BONNAUD DELAMARE, « Les institutions de paix en Aquitaine au XIe siècle », in La Paix, Recueil de la société Jean Bodin, t XIV, 1, Bruxelles, 1962, p. 415 et sq.

18 La remarque est faite par D. BARTHÉLÉMY, L’An Mil et la paix de Dieu, Paris, 1999, p. 293.

19 H. HOFFMANN, Gottesfriede und Treuga Dei, Stuttgart, 1964, distingue bien ces deux épisodes. Le premier est antérieur au concile de Charroux. Ch. LAURANSON-ROSAZ, L’Auvergne du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987, consacre à la paix de Dieu tout le chapitre V de son ouvrage. Il analyse minutieusement les deux réunions tenues par Guy d’Anjou et cherche à travers les liens de parenté et d’amitié du personnage tous les échos que ces initiatives peuvent avoir. Le paragraphe ci-dessus repose sur ses analyses, sans pour autant en adopter toutes les conclusions.

20 Ce récit est dans le troisième paragraphe de ce texte, immédiatement après l’élévation à l’épiscopat, cf. U. CHEVALIER, Cartulaire de St-Chaffre, Paris, 1884, p. 152.

21 Pontificali igitur cathedra sublimatus, cogitans assidue de tenenda pace et de rebus ecclesiae quas vi abstulerant raptores hujus terrae, jussit ut omnes milites ac rustici de episcopatu suo convenirent in unum, auditurus ab eis quale sibi de regenda pace darent consilium. Ipse vero apud Brivatensem vicum nepotibus suis mandans congregare exercitum, omnibus de pontificatu suo coadunatis in unum, in prata Sancti Germani, quae sunt prope Podium, quaesivit ab eis ut pacem firmarent, res pauperum et ecclesiarum non opprimerent, ablata redderent : ut sic, sicut decet fideles christianos, ita se haberent. Quod illi dedignantes, jussit exercitum suum a Brivate tota nocte venire, mane volens eos constringere, ut pacem jurarent et pro ipsa tenenda obsides darent, rura et castella Beatae Mariae et res ecclesiarum, quas rapuerant, dimitterent : quod et factum fuit, Deo auxiliante. U. CHEVALIER, Cartulaire de St-Chaffre, Paris, 1884, p. 152.

22 Adhémar de CHABANNES, Chronique, Liv. III, ch. XXX. P. BOURGAIN dans Ademari Cabannensis Chronicon, Turnhout, 1999, p. 150, date cette visite de 982 ou 983.

23 Ch. LAURANSON-ROZAS, L’Auvergne du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, I987, p. 76-77.

24 Ibid., p. 377.

25 A. DEBORD, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIe siècle, Paris, 1984, p. 94.

26 M. AUBRUN, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand, 1981, p. 134 et sq.

27 M. GARAUD, Les châtelains de Poitou et l’avènement du régime féodal, Poitiers, 1967, p. 66.

28 A. DEBORD, op. cit., p. 92 et sq.

29 On relève un exemple de cette collaboration dans la correspondance de Loup de Ferrières. Il y a une admonition au peuple de l’archevêque Guénelon de Sens rédigée à la demande de Charles le Chauve, cf. Loup de Ferrières, Correspondance, éd. L. LEVILLAIN, Paris 1964, t. II, p. 102 et sq.

30 Cf. R. BONNAUD-DELAMARE, « Les institutions de paix en Aquitaine au XIe siècle », in La Paix, Recueil de la Société Jean Bodin t. XIV, Bruxelles, 1962.

31 Videntes maleficia que in populo cotidie accrescunt. Cf. E. MAGNOU-NORTIER, « La place du concile du Puy dans l’évolution de l’idée de paix », in Mélanges Jean Dauvilliers, Toulouse, 1979, p. 499.

32 Scimus quia sine pace nemo videbit Dominum. Ibid.

33 G. DUBY, « Les laïcs et la paix de Dieu », in Hommes et structures du Moyen Âge, Paris-La Haye, 1973, p. 227 et sq.

34 Cf. les généalogies dressées par A. DEBORD, op. cit.

35 La courte notice sur ce concile est traduite dans E. MAGNOU-NORTIER, La société laïque et l’Église dans la province ecclésiastique de Narbonne, Toulouse, 1974, p. 302.

36 Adhémar de CHABANNES, Sermones tres dubii, PL, t. 141, c. 117. Le sermon confirme ce que la Chronique laisse entendre.

37 Le verbe infringo comporte l’idée d’effraction et de bris. Le même terme est employé pour les mêmes faits dans le texte du Puy.

38 Ut in istis episcopatibus quos isti episcopi regunt neque in istis comitatibus de ista hora et in antea ecclesiam homo non infrigat. E. MAGNOU-NORTIER, op. cit., n. 16, p. 499.

39 …extra aecclesiam quam in firmamento castelli, se sciente, nisi episcopi propter eorum censum… Le texte, amputé selon toute vraisemblance, est obscur. E. MAGNOU-NORTIER ne le traduit pas, ibid., p. 501.

40 Predam in istis comitatibus neque in istis episcopatibus homo non faciat de equis publicis, de bovibus, de vaccis, de asinis vel de asinas, vel des fascibus quos ipsi portant, neque de ovibus, vel de capris, neque de porcis, neque occidat, nec per conductum suum vel suorum in itinere positus accipiat victum… E. MAGNOU-NORTIER, ibid., p. 499.

41 Cf. E. MAGNOU-NORTIER, Ibid., p. 491 et sq.

42 …ad suam domum nichil portet, vel ad castellum bastire aut obsidere, nisi unusquisque de sua terra, aut de suo alode vel de suo beneficio, vel de sua commanda. E. MAGNOU-NORTIER, Ibid., p. 499.

43 Terras ecclesiasticas, episcopales, canonicales, monachales nullus presumere audeat neque aliqua mala consuetudine dissonare, nisi de manu episcopali aut de fratrum voluntate per precariam adquieserit. Ibid., p. 499.

44 Si vero aliquis raptor fuerit aut maledictus qui hanc institutionem infregerit et tenere noluerit, sit ipse excommunicatus et anathematizatus, et a liminibus sancte ecclesie segregatus usque ad satisfactionem veniat. Ibid., p. 499.

45 C’est la thèse soutenue par D. BARTHÉLÉMY dans L’An Mil et la paix de Dieu, Paris, 1999.

46 A. DEBORD, La société laïque dans les pays de la Charente, Paris, 1984, p. 125 et sq.

47 Ibid., p. 197.

48 M. GARAUD, Les châtelains de Poitou et l’avènement du régime féodal, Poitiers, 1967, p 17, p. 33.

49 Ch. LAURANSON-ROSAZ, op. cit., p. 377.

50 Cf. Ademari Cabannensis chronicon, éd. P. BOURGAIN, Turnhout, 1999, Introduction, passim.

51 Ibid., p. 157. Les manuscrits de la deuxième version ont pro nequitia populi ; pro rapina militum et devastatione pauperum, est une note marginale de l’autographe.

52 M. AUBRUN, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermond-Ferrand, 1981, p. 204 et sq.

53 Villanum aut villanam propter redemptionem prendat homo nisi per suum forsfactum. E. MAGNOU-NORTIER, op. cit., n. 16, p. 499.

54 G. DUBY dans Les laïcs et la paix de Dieu (op. cit., n. 8) donne une référence chronologique pour l’installation de la seigneurie banale, mais pas pour la militarisation.

55 His diebus pestilentia ignis super Lemovicos exarsit. Corpora enim virorum et mulierum supra numerum invisibili igne depascebantur et ubique planctus terram replebat. Gisfridus ergo abbas sancti Marcialis, qui successerat Wigoni, et Alduinus episcopus, habito consilio cum duce Willelmo, triduanum jejunium Lemovicino indicunt. Tunc omnes Aquitaniae episcopi in unum Lemovicae congregati sunt, corpora quoque et reliquiae sanctorum undecumque sollempniter advectae sunt ibi, et corpus sancti Martialis patroni Galliae de sepulchro levatum est, unde leticia immensa omnes repletu sunt, et omnis infirmitas ubique cessavit, pactumque pacis et justicia a duce et principibus vicissim foederata est. Adhémar de CHABANNES, Chronique, Liv. III, ch. 35. Sur l’attitude d’Adhémar vis-à-vis de la paix cf. D.H. CALLAHAN, « Adhémar de Chabannes et la paix de Dieu », Annales du Midi, 1977, p. 21-43.

56 …nec inobedientes jussis episcoporum essent in ecclesiasticis statutis… Adhémar de CHABANNES, Sermones, 1, PL. 141, c. 115.

57 In illo tempore siquidem ex tum talis in ipsa patria paulatim cessare plaga coepit ut aperte constaret Aquitanicis ipsum esse protectorem in coelis qui eos olim veram fidem docuerat in terris. Ibid. c. 117.

58 G. BÜHRER-THIERRY, « L’épiscopat en Francie orientale et occidentale à la fin du IXe siècle : substitut ou soutien du pouvoir royal ? » in R. LE JAN, La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne, Lille, 1998, p. 347 et sq.

59 …Ut legis docti inter virum et virum querelas juste finirent. Adhémar de CHABANNES, Sermons, 1, PL. 141 c. 117.

60 Ibid.

61 Adhémar de CHABANNES, Chronique, Liv. III, ch. 35.

62 …Pactumque pacis et justicia a duce et principibus vicissim foederata est. Adhémar de CHABANNES, Chronique, Liv III, ch. 35.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540