Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Année mille, an mil

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Épopée française et mystique de la royauté

Denis Collomp

Texte intégral

  • 1 Cf. la préface de Jacques LE GOFF à l’étude de Dominique BOUTET et Armand STRUBEL, Littérature, po (...)
  • 2 Cf. la croyance sur les lions n’attaquant pas les rois utilisée dans la rivalité Valois-Plantagenê (...)

1De la perméabilité entre la société médiévale et la littérature qui en émane, les historiens connaissent non seulement le reflet réaliste que la production littéraire donne des structures et des aspirations féodales1, mais également l’imaginaire dont cette création enrichit les croyances touchant à la royauté2. Du fait même de cette symbiose, l’évolution que connaît l’expression de la mystique royale dans l’épopée française est une illustration supplémentaire de l’enrichissement que l’analyse littéraire peut apporter aux études historiques.

2À comparer la production épique classique et l’épopée tardive, la dichotomie est patente : avant l’accession des Valois au trône de France, rares sont les mentions du sacre – au demeurant totalement détaché de l’événement fondateur qu’est le baptême de Clovis avec l’envoi de la sainte ampoule –, et la symbolique royale est quasiment inexistante. Au contraire, dans la production du XIVe siècle, les allusions abondent, le personnage de Clovis devient essentiel dès lors qu’il est question des fleurs de lys, et le topos devient incontournable, souvent par essence et même sans immédiate pertinence. Ainsi se crée dans l’univers épique une nouvelle image de la fonction royale et des origines de la monarchie, assez forte pour perdurer au-delà même des chansons de geste et de leurs mises en prose et nourrir l’imaginaire du renouvellement formel qu’en constitue le poème héroïque.

3Cette évolution très nette explique que l’analyse que nous allons mener, sans prétendre à l’exhaustivité, soit essentiellement diachronique, articulée autour des pôles d’analyse que sont la fonction royale dans la production épique dite classique, le tournant du XIVe siècle avec la propagande mise en place par les Valois et l’héritage culturel que laisse la mystique de la royauté dans la production littéraire héroïque ou encomiastique sous le règne des Bourbons. Ce faisant, nous nous attacherons à ce qui touche aux problèmes de succession, au particularisme du sacre à Reims et aux objets symboliques de la monarchie française.

4Dans la perspective millénaire des études réunies dans ce volume, les alentours de l’an mille sont d’autant plus significatifs qu’ils coïncident en France avec l’avènement d’une dynastie sous laquelle va s’élaborer un genre littéraire, la chanson de geste, propre à exalter de hauts faits censés se dérouler pour la plupart sous la dynastie précédente. Les figures impériales ou royales carolingiennes dominent donc la production épique des XIe, XIIe et XIIIe siècles, sans pour autant être nécessairement toujours au centre du récit, avec un classement sans appel quant à leur importance respective : Charlemagne se détache bien entendu largement, suivi par son fils Louis, lui-même plus représentatif que Pépin, Charles Martel et Charles le Chauve étant nettement secondaires.

  • 3 Voir l’importante bibliographie donnée par la synthèse de Dominique BOUTET, Charlemagne et Arthur (...)

5La synthèse en quelques lignes de l’image de la royauté donnée par les Carolingiens ne peut être que caricaturale, particulièrement en ce qui concerne les deux plus importants, Charlemagne et Louis, et ce d’autant plus que d’amples études leur ont déjà été consacrées de façon synthétique ou dans le cadre plus spécifique d’œuvres particulières3. Si la pensée augustinienne façonne la conception de la royauté aux XIIe et XIIIe siècles, si Charlemagne est grand, soutenu par Dieu dans sa lutte contre les païens, il apparaît crédule et injuste dans bien des textes où il est question de la révolte des barons. Excusable quand il est induit en erreur par des traîtres ou des apparences trompeuses, il méconnaît souvent la plus élémentaire justice, comme dans la Chevalerie Ogier, en refusant de punir son fils Charlot meurtrier du fils d’Ogier.

6La figure de Louis le Pieux souligne combien la peinture de la royauté repose sur les principes structurants de la féodalité : certes le roi secoure ses vassaux comme dans le Siège de Barbastre, mais il se montre ingrat envers Guillaume d’Orange qui l’a soutenu lors de son accession au trône (Couronnement de Louis) et qu’il oublie dans la distribution des fiefs (Charroi de Nîmes), et prend peur devant sa réaction (Chanson de Guillaume, Aliscans). Il s’en dégage une image de roi assez faible, mais l’attitude inconséquente du roi (que l’on retrouve dans Raoul de Cambrai par exemple) n’empêche nullement les liens vassaliques de jouer en sa faveur puisque Guillaume quitte son moniage pour le secourir (Moniage Guillaume).

7Pépin est sans doute le pire des souverains carolingiens : dans la Geste des Lorrains, son favoritisme à l’égard des Lorrains, ou du moins ce qui est interprété ainsi par les Bordelais, ouvre un conflit sans merci entre les lignages. Incapable de ramener la paix, très influencé par sa femme, il ne vaut pas mieux que son père, qui doit à ses vassaux lorrains la sauvegarde de son royaume ruiné par le clergé et envahi par les infidèles. Un texte plus tardif, Huon d’Auvergne, en véhicule une image tout aussi antipathique : assez crédule pour suivre les fausses accusations de sa sœur contre le héros, Pépin n’a pas plus tôt reconnu sa méprise qu’il s’éprend de la femme de Huon et, tel le roi David, envoie l’encombrant mari en mission, en l’occurrence visiter les enfers.

8Avant le XIVe siècle – où le début de Dieudonné de Hongrie est consacré à son avènement – Charles le Chauve joue surtout un rôle dans Girart de Roussillon, où il provoque le conflit en épousant la fiancée de Girart. L’image du monarque, telle qu’elle est analysée par les traducteurs, résume toute l’ambiguïté de la fonction royale que dégagent aussi les autres Carolingiens dans bien d’autres textes :

  • 4 La Chanson de Girart de Roussillon, traduction, présentation et notes de Micheline de COMBARIEU DU (...)

« Le roi Charles se situe sur cette ligne dangereuse où les plus belles qualités risquent de devenir des défauts. Soucieux de son honneur de souverain, il n’est jamais découragé par la difficulté d’une tâche ; il a réussi à se faire respecter de tous, mais il exige pour l’homme le respect qui n’est dû qu’à la fonction et regarde avec méfiance toute puissance qui, du seul fait qu’elle n’est pas la sienne, paraît lui faire ombrage. Il en vient à ériger son bon plaisir en droit et en loi du royaume. De plus, pour atteindre les buts qu’il se propose, les moyens malhonnêtes ne lui coûtent pas à employer. C’est donc, déjà, en face d’un personnage démesuré que nous nous trouvons (“fou d’orgueil”, écrira l’auteur qui, d’avance, annonce – v. 606 – de combien de maux il sera responsable). [...] Ici, c’est la légèreté du monarque qui stupéfie, son manque de maturité politique – et de sens politique tout court : par ce geste, il risque de se mettre à dos le plus puissant souverain de la chrétienté, en dehors de lui-même, et un feudataire presque aussi puissant. Pour affirmer son autorité, il ne trouve pas d’autre moyen que l’exercice arbitraire du pouvoir. Il en a même une conception assez primitive, consistant dans l’affirmation de sa supériorité individuelle sur autrui, au lieu de chercher à rallier les siens à l’idée de la monarchie héréditaire, qui fonderait sa suprématie sur la reconnaissance d’un principe juridique. En fait, il pense plus en grand vassal qu’en roi. »4

  • 5 Cf. les articles d’A. ADLER, K. H. BENDER, E. KÖHLER, P. LE GENTIL ou de M. ROSSI cités dans les d (...)
  • 6 Cf. K. H. BENDER, « Les métamorphoses de la royauté de Charlemagne dans les premières épopées fran (...)

9Dans cette attitude se trouve résumée toute la problématique du comportement d’un roi primus inter pares dans la chanson de geste classique ; même si toutes les analyses menées par la critique dans des œuvres destinées à un public en grande partie noble ne s’accordent pas à voir dans le développement d’une image négative du souverain injuste ou impuissant à se défendre, à la charnière des XIIe et XIIIe siècles, une catharsis aux rancœurs suscitées par le pouvoir rogné à la mise en place progressive du centralisme capétien5, il ressort néanmoins que la peinture des rapports entre le roi et ses vassaux repose sur la structure féodale et éventuellement sur le renforcement de la monarchie héréditaire et non sur une véritable mystique de la royauté. Cette perspective semble confortée par les transformations que font subir aux conflits féodaux les adaptations franco-italiennes plus tardives, qui gomment les aspects négatifs de l’empereur pour un public moins sensible à cette lutte des pouvoirs6.

  • 7 « La corone de France doit estre mise avant,/Qar tuit autre roi doivent estre a lui apandant/De la (...)
  • 8 Couronnement de Louis, éd. Y.G. LEPAGE, Genève, Droz, 1978, rédaction D, v. 3-10. Cette rédaction, (...)
  • 9 La « Geste francor » di Venezia, éd. A. ROSELLINI, Brescia, La Scuola, 1986. v. 1274-78, 5639-40 ; (...)
  • 10 Avec Dagobert, dont Octavian fait un de ses personnages et mentionne le père (Lotaire) dans le pro (...)
  • 11 Huon de Bordeaux, éd. P. RUELLE, Bruxelles-Paris, PUB-PUF, 1960, v. 6748-50. La laisse est très co (...)

10Au demeurant, le roi ne sort pas nécessairement diminué des conflits et, dans une perspective augustinienne, l’alliance entre Dieu et son représentant temporel n’est pas remise en cause, et, par voie de conséquence, le fondement de cette alliance n’est pas obligatoirement évoqué. Certes, il existe des allusions à l’origine divine de la monarchie française avec un couronnement du premier roi de France par les anges, notamment dans La Chanson des Saisnes7. Mais elles sont d’autant plus rares que ce texte-ci pourrait avoir inspiré la mention de l’ange dans la version du Couronnement de Louis donnée par le seul manuscrit D8, alors qu’elle n’existe pas dans les autres rédactions. Quant à l’annonce faite dans le Karleto du couronnement du héros par un ange, elle ne se réalisera pas9. De ce fait, même dans un texte du XIIIe siècle comme Huon de Bordeaux, la mention de Clovis – seul Mérovingien de l’épopée classique10 – parmi les héritiers du royaume de France peints dans la nef merveilleuse n’amène ni vaticination sur ses successeurs, selon un procédé cher à l’épopée antique, ni allusion à la légende des fleurs de lys11.

  • 12 D.BOUTET, 1992, p. 66. Comme le rappelle l’auteur, en dehors de la cérémonie du sacre, la couronne (...)
  • 13 Au début de Garin le Loherenc, le héros impose Pépin comme roi (éd. A. IKER-GITTLEMAN, Paris, Cham (...)
  • 14 Il s’agit des v. 2267-384 de l’éd. P. Henry, Paris, S.A.T.F., 1925 ; sur les fêtes couronnées, cf. (...)

11Dans le rapport féodal mais donc souvent conflictuel où l’épopée insère la fonction royale, deux symboles seulement se dégagent : d’une part la couronne d’or, qui est « le signe le plus visible de la condition royale »12, et d’autre part l’oriflamme déployée à la tête de l’ost lors de certains conflits. Mais la royauté française est presque toujours un état, rarement un devenir. Autrement dit, s’il est souvent question de la couronne qui distingue le primus inter pares, on ne trouve point de couronnement, à l’exception notable du Couronnement de Louis au titre significatif et de Garin le Loherenc, encore moins d’onction, de chrême et donc de sacre à proprement parler13. Hormis la couronne, les objets rituels du sacre et symboliques de la monarchie ne bénéficient d’aucune attention à notre connaissance : pas de main de justice, pas de manteau ni d’anneau royal, pas de mention récurrente des fleurs de lys ; dans Les Enfances Guillaume seuls sont mentionnés l’épée, les éperons et le manteau, mais sans caractéristique particulière, lors d’une fête couronnée à Saint-Denis, et encore est-il très significatif que ce texte soit daté déjà du début du XIIIe siècle14.

  • 15 Ce détail a frappé à juste titre Philippe CONTAMINE, dans L’Oriflamme de Saint-Denis aux XIVe et (...)
  • 16 Respectivement dans Aiol (v. 10695 de l’éd. J. NORMAND-G. RAYNAUD, Paris, SATF, 1877) et dans Elie (...)

12Les deux seuls autres traits distinctifs se rattachent à la fonction guerrière du roi avec l’oriflamme et le cri de ralliement des Français. Toutefois, si l’oriflamme est souvent mentionnée dans l’épopée française, elle n’est le propre ni du souverain français, puisque dans Florence de Rome elle symbolise l’empire romain, ni même des chrétiens, puisque les sarrasins en brandissent également15. Aussi sa désignation appelle-t-elle une détermination qui lui permet de symboliser l’unité du royaume de France comme dans « l’oriflame de la terre Francor » ou mieux encore « l’oriflambe le roi de Paris la chité »16, avant de devenir « l’enseigne Saint-Denis ».

  • 17 Cf. L. HIBBARD-LOOMIS, « L’oriflamme de France et le cri de “Montjoie” au XIIe siècle », Le Moyen (...)
  • 18 On consultera avec profit pour les dénonimations de l’empereur le Répertoire des noms propres de p (...)

13Cette dernière appellation peut au demeurant être fort ambiguë car elle désigne aussi bien le cri de guerre francais17. On sait qu’historiquement le lien étroit entre la dynastie capétienne et l’abbaye de Saint-Denis ne se développe vraiment qu’à partir du XIIe siècle et après le rattachement du Vexin au domaine royal, mais son écho dans l’épopée n’est que progressif comme le souligne la lente évolution du cri de ralliement des Français, au départ le mot « Montjoie » tout seul, comme l’attestent encore de nombreuses occurrences de texte du XIIIe siècle, avant de devenir, mais pas systématiquement, « Montjoie Saint-Denis ». De même, si Charlemagne est appelé roi de Saint-Denis, c’est souvent par nécessité prosodique et largement en concurrence avec d’autres villes représentatives de la dignité impériale ou des précédentes dynasties françaises comme Aix(-la-Chapelle), Rome, Laon, Soissons ou Orléans, sans oublier Paris ou d’autres villes ou fiefs secondaires18.

  • 19 Ed. citée, v. 1524-2085 (il n’est pas question de restitution de l’oriflamme à l’abbaye) et 3886-5 (...)
  • 20 Gerbert de Mez, éd. citée, v. 8895-9003, 11092-106, 11310-16. Le texte se caractérise par une form (...)

14Plus que la mention de l’oriflamme, quelle que soit sa désignation, il importe de voir l’usage qui en est fait dans les textes visés. Il est tout à fait remarquable que, dans Garin le Loherenc, si le héros éponyme se voit confier l’oriflamme par le roi Pépin, celle-ci ne joue aucun rôle particulier sur le terrain. Si, dans la bataille entre chrétiens sous Saint-Quentin, dans une guerre de sièges de surcroît, on peut admettre que sa présence soit déplacée et donc se fasse discrète, elle n’importe pas davantage dans le combat contre les Sarrasins en Maurienne19. Il en va de même dans Gerbert de Mez, où elle apparaît aussi bien dans le combat contre les Bordelais que dans celui contre les Sarrasins ; au-delà d’une éventuelle assimilation des premiers aux seconds, elle permet avant tout une identification à coup sûr de l’armée royale20.

  • 21 Anseïs von Carthago, éd. J. ALTON, Tübingen, Litterarischen Verein in Stuttgart, 1892, v. 9458-59, (...)

15Un tournant se dessine toutefois au XIIIe siècle avec Anseïs de Carthage et plus encore Les Enfances Ogier d’Adenet le Roi. Dans ces deux chansons de geste, la levée de l’oriflamme correspond effectivement à un départ en guerre sainte, en Espagne pour la première, en Italie pour la seconde. Mais si ces œuvres ont en commun de faire d’Ogier le gonfalonnier attitré de Charlemagne21, il faut relever une différence assez nette dans l’usage qui est fait de l’oriflamme.

16Certes, dans Anseïs de Carthage, Ogier et l’oriflamme sont en tête de l’ost lors du passage miraculeux de la Gironde, précédés par une biche blanche (v. 9539-41), certes Ogier, du fait de sa charge, est placé à la tête du premier bataillon (v. 10055-57) et chevauche l’oriflamme levée, vision qui ne peut que réjouir les assiégés secourus (v. 10122, 10207-10), mais il n’est plus question de son précieux fardeau, tant quand il frappe l’adversaire que lorsque lui-même est désarçonné (v.10227-79), cependant que tout gonfanon de lance peut être passé au travers du corps de l’adversaire (v. 10565). Néanmoins, la valeur à la fois symbolique et stratégique de l’oriflamme est soulignée par Charlemagne lui-même :

N’avons rechet se l’oriflambe non ;
C’est nos castiaus et no rasemblison (éd. citée, v. 10505-06).

17et effectivement : « A l’oriflambe sont restraint et seré » (v. 10547). Mais il s’agit également d’en éviter la prise par l’ennemi, comme le souligne implicitement l’enjeu que constitue l’étendard païen dans la suite du combat (v. 10589 sq.)

18Cependant, c’est Adenet le Roi qui décrit pour la première fois et avec le plus de détails l’usage de la bannière royale levée à Saint-Denis par l’armée royale qui :

  • 22 V. 658-67, éd. A. HENRY, Bruges, De Tempel, 1956.

Moult matinet ot la messe escoutee ;
Devant la messe fu l’ensaigne aportee
De Saint Denis qui moult estoit amee
De crestïens, et de paiens doutee.
Deseur l’autel fu couchie et posee
Tant que la messe fu par loisir chantee.
Tantost aprés, sanz longue demoree,
Ont l’oriflambe seur une anste fermee,
Forte a un fer dont l’alemele ert lee
Et mout trenchant, car bien est aceree.22

19Si nous citons un peu plus longuement ce texte déjà repéré par Philippe Contamine (1973, p. 29), c’est pour souligner combien le contexte s’inscrit tout à fait dans les analyses menées par l’historien ; en effet, on constate que l’oriflamme est levée contre les païens qui se sont attaqués à Rome (cf. p. 10, 38) ; si l’on est à Viterbe et non à Saint-Denis, le cérémonial est le même : l’office a lieu tôt (p. 29), l’oriflamme est posée sur l’autel pendant la messe puis déployée (p. 31-32) et enfin attachée à une hampe, dont il est précisée ensuite qu’elle est peinte (v.691), lors de la remise au porte-enseigne. Celui-ci, le Lombard Alori, inconnu du récit jusqu’alors et dont l’empereur apprécie en connaisseur la carrure, s’engage à ensanglanter la bannière du sang païen (v. 683-90, cf. Ph. Contamine, 1979, p. 17-18). On connaît toute l’importance que cela va avoir dans la suite du récit pour le retour en grâce d’Ogier, qui se subsitue au couard Alori.

  • 23 Ed. citée, v. 2525 et 6985.

20Par ailleurs, du point de vue qui nous intéresse, dans le jeu de désignation du roi ou des symboles de la monarchie, il est assurément significatif que le souverain français ne soit quasiment jamais dénommé roi de Reims, ville qui n’est par ailleurs mentionnée comme fief de Louis que dans une seule version du Couronnement de Louis (ms C, v. 1230). Ce titre est attribué deux fois seulement, à Charles Martel dans Girart de Roussillon, toujours appelé par les nécessités de la rime, auxquelles ne peuvent satisfaire les autres villes royales habituellement citées23. Mais il est vrai que Reims est représentative de la transmission du pouvoir et du sacre, ce qui ne semble pas au centre des préoccupations épiques.

21Rares en effet sont les chansons qui évoquent le problème de la succession. Dans le fragment subsistant de Gormont et Isembart, quand le roi Louis meurt à la suite d’un effort violent produit au combat, le commentaire introduit est d’un grand laconisme et ne résout en rien le problème de la succession :

  • 24 Ed. A. BAYOT, Paris, Champion, 1931, v. 418-419. Le cycle des Croisades, plus tardif, et sans dout (...)

Ceo dit la geste, et il est veir,
Puis n’ot en France nul dreit eir.24

22Il en est de même à la fin d’Anseïs de Carthage, qui, tout en soulignant le vieillissement et la décrépitude du grand empereur, s’achève sur sa mort sans évoquer sa succession. Si, dans Gui de Bourgogne, le héros éponyme est élu roi de France à la place de Charlemagne, parti en Espagne depuis vingt-sept ans, le problème posé s’apparente plutôt à celui d’une nécessaire régence en l’absence du souverain légitime, afin de rendre la justice d’une part et de maintenir les liens vassaliques d’autre part. D’ailleurs, le choix se porte sur Gui, neveu de Charles, avec l’idée que celui-ci ne tuera pas le fils de sa sœur, s’il revient, et que sinon Gui en héritera en toute légitimité, car il ne s’agit en aucun cas de déshériter Charlemagne ; et de fait, la première volonté royale de Gui est de partir à la recherche de son oncle, non sans quelque autoritarisme, car il ne veut pas donner l’impression à Charles d’avoir voulu usurper son trône. Au demeurant, il n’est pas davantage fait mention de cérémonie de couronnement.

  • 25 Cf. notre article, « Sacre et royauté dans l’épopée tardive : l’exemple de Dieudonné de Hongrie », (...)
  • 26 Cf. KRYNEN, op. cit., p. 43-45, D. BOUTET – A. STRUBEL, 1979, p. 40-44, et D. BOUTET, 1992, p. 56- (...)
  • 27 Cf. Michel BUR, « Aux origines de la “religion de Reims” Les sacres carolingiens : un réexamen du (...)

23L’élection de Gui maintient l’accession au trône dans une perspective plus séculière et féodale que religieuse comme nous avons pu déjà le constater à propos du Couronnement de Louis et de Garin le Loherenc25. C’est d’autant plus vrai que dans le cas de Louis, pour le premier couronnement, il s’agit bien plutôt d’une association au trône, qui s’accompagne d’un « chastoiement » de Charlemagne à son fils, dans le droit fil de la pensée augustinienne. Ceci a déjà été commenté aussi bien par les historiens que les spécialistes de littérature26 ; tout au plus peut-on remarquer que la faible participation du haut clergé, pourtant bien représenté dans la rédaction AB, et surtout du pape, lors du couronnement à Aix-la-Chapelle, recoupe la réalité historique, puisque Charlemagne avait voulu éviter que l’autorité pontificale portât la main au symbole du pouvoir temporel27.

  • 28 La Geste Francor, éd. citée, v. 8920-27, si l’on se fie à l’index des noms propres et non à l’édit (...)

24Le lien avec cette autorité pouvait figurer en revanche dans le récit de Mainet, où le jeune Charles retrouve son trône, usurpé par ses demi-frères, après avoir sauvé Rome, car la trace que nous en conserve l’adaptation franco-italienne du XIVe siècle, Karleto, mentionne une bénédiction pontificale, mais là encore après ce qui semble être une acclamation, et il est d’autant moins question d’onction que la cérémonie a lieu à Saint-Denis et non à Reims28. Cette primauté accordée aux principes féodaux sur le sacre, illustrée également par la désignation du successeur du vivant du roi selon un mode électif, se retrouve dans Huon de Bordeaux. En effet, le texte s’ouvre aussi sur un Charlemagne vieillissant, qui déclare lors de la cour de Pentecôte :

« Viex sui et frailes, si ai le poil cangié,
Soissante ans a qe fui fais chevaliers,
Li cors me tramble sous l’ermine deugié,
Je ne puis mais errer ne cevaucier.
Ains vous requier, pour Dieu le droiturier,
Faites un roi, je vous en veul proier,
Qui tiegne France, le païs et le fief. » (éd. citée, v. 55-61)

25En fait, le roi propose son fils :

« Karlot l’enfant, que jou aimme et tien chier,
Et neporquant il ne vaut un denier. » (éd. citée, v. 85-86)

26mais sa naissance est une preuve supplémentaire du lien privilégié entre l’empereur et Dieu puisque Charles l’a engendré à l’âge de cent ans, sur mandat de l’archange Michel (v. 87-94). Ce lien est également souligné par l’intervention angélique pour préserver Charlot de la juste colère d’Ogier après le meurtre de son fils, et, malgré la responsabilité de Charlot dans cette mort et son incapacité (v. 98-190), le roi met en avant son droit héréditaire (v. 191-196) :

« Car c’est li oirs de France, che saciés » (éd. citée, v. 196).

27À cette occasion, Charlemagne souligne dans une perspective toute augustinienne la puissance qui sera la sienne :

« Si m’aït Dix, tu tenras si franc fief
Com Damedix, qui tot puet justicier,
Tient paradis, le regne droiturier. » (éd. citée, v. 203-05)

28Mais Charlot illustre une fois de plus sa veulerie, et sa mort en combat loyal contre Huon (v.661-894) est surtout l’occasion de souligner encore l’incapacité de l’empereur à se contrôler et à tenir ses promesses, à la grande honte de son entourage (v. 1044-1329). Curieusement, à aucun moment l’accent n’est alors mis sur le problème de la succession laissée vacante par la mort de l’héritier du trône, malgré le début du récit.

  • 29 On constate aisément dans l’exemple de Huon de Bordeaux que la logique temporelle n’est pas ce qui (...)

29De prime abord, le très grand âge de l’empereur, que les textes les plus anciens exagèrent mais qui est une caractérisation partagée par d’autres héros épiques, peut certes sembler poser le problème de la succession au trône, mais nous paraît davantage souligner la permanence de l’empire, et par là même être reliée à tout un courant politico-religieux travaillant à faire de la France le quatrième empire universel selon la prophétie de Daniel. La plupart des chansons de geste n’abordant pas la transmission du pouvoir, la dimension biblique apportée au roi-empereur par un âge patriarcal va sans doute dans le sens de la conception augustinienne de la fonction royale et lui confère sinon la jeunesse immarcescible du moins une immuabilité propice à la continuité et à l’exaltation de la monarchie, malgré les nombreux défauts illustrés par les individus29.

  • 30 Cf. D.BOUTET – A.STRUBEL, 1979, p. 62, 67. C’est sans doute également dans cette évolution que s’i (...)

30À bien des égards, le développement d’une mystique de la royauté dans l’épopée au tournant des XIIIe et XIVe siècles est significatif. Il coïncide avec l’évolution du concept de la monarchie sous l’influence du courant thomiste : perdant son lien direct avec Dieu, le roi de France garde son aura prestigieuse grâce à l’exploitation de la symbolique royale, à l’exaltation du sacre, telles que l’ensemble de la production va s’en faire l’écho. Plus s’élaborent les notions abstraites d’empire du roi, de couronne et la théorie des deux corps, plus la mise en scène de la fonction royale nécessite des symboles visibles, la manifestation d’un pouvoir particulier, notamment par la thaumaturgie. Sans nécessairement voir dans cette évolution de l’augustinisme au thomisme la raison de la disparition progressive de la chanson de geste30, il apparaît évident que, dans son lien avec la société, le genre littéraire et l’image de la fonction royale reflétée par lui ne pouvaient qu’évoluer, tout en conservant le cadre formel. Et plus l’épopée est sensible aux événements contemporains et s’en fait discrètement l’écho, plus la création recourt à un passé antérieur aux Carolingiens, celui des Mérovingiens, en liant la symbolique royale à Clovis Ier et en développant le personnage de Dagobert.

  • 31 Philippe MÉNARD, art. cité, p. 217. Comme le souligne l’auteur, auparavant les mentions de Clovis (...)
  • 32 Comme l’écrit Franck COLLARD dans Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale (V-XVe si (...)

31Le personnage de Clovis n’était certes pas inconnu de l’épopée classique ; il apparaissait même comme oncle du héros, dans le roman de Parthonopeus de Blois, qui, en reprenant la légende des chroniques sur l’origine troyenne des rois de France, ouvre la voie à toute une production littéraire. Mais, comme l’a souligné Philippe Ménard : « Le lien entre Clovis et les fleurs de lys est un élément nouveau, caractéristique de l’imaginaire du XIVe siècle. Au Clovis guerrier, au Clovis converti des anciennes chansons des XIIe et XIIIe siècles s’ajoute maintenant une autre représentation : Clovis serait le premier personnage à porter l’emblème royal des fleurs de lys31. » Cette légende, complétée par l’envoi de l’oriflamme, permettait de réunir sur un seul personnage une triple symbolique, véritable mise en abyme de La Trinité déjà rappelée par la réduction des fleurs de lys dans l’écu royal, tout en se rattachant à Reims ; elle allait trouver tout son épanouissement sous le règne de Charles V32.

32Plus que jamais, l’épopée ne pouvait que se faire l’écho de cette évolution de la société dans sa conception de la fonction royale. L’exemple le plus développé de la légende se trouve dans La Belle Hélène de Constantinople et révèle combien le topos est attendu, puisque l’événement est transposé devant Plaisance en Italie :

  • 33 Ed. Cl. ROUSSEL, Genève, Droz, 1995, v. 9531-46 (le pronom initial désigne Clovis). Il s’agit du m (...)

Ly envoia Jhesus qui fist ciel et rousee
Ung angle beneoit de se gloire aduree
Qui la endroit ly a sa targe transmuee
Qui fu de fin asur comme elle est figuree,
A .III. serpentiaux d’or a fachon desguisee,
C’estoient .III. crapaux, ouvré d’euvre doree.
Mes Dieux vault qu’il n’euïst plus tel targe portee,
Enchois ly envoia par miracle ordenee,
Ou lieu des males bestes dont j’ay fait devisee
.III. fleur de lis d’or fin sur campaigne asuree.
De par Jhesus ly fu celle enseigne donnee, [...]
Quant ly rois vit l’enseigne, s’en ot chiere effraee
Par le grande miracle que ly fu demoustree.33

33L’ange en question est saint Gabriel (v. 9602), et la suite du récit doit permettre d’expliquer le changement de nom de Gaule en France et de Lutèce en Paris (v. 9608-32). Mais la transposition en Italie nuit à la logique du récit car la nécessaire trêve conclue entre le païen et Clovis afin de ramener celui-ci auprès de Clotilde et de le faire baptiser par saint Remi à Reims, avec le miracle de la sainte ampoule, laisse la conquête de Plaisance sans suite. En revanche, l’auteur avait déjà annoncé à deux reprises ce don du ciel (v. 4518-22 et 7710-21) et fait jouer à Clovis un rôle propre à le ramener dans le récit, en lui faisant recueillir un enfant, futur époux de sa fille et père de saint Riquier (v. 12888-91).

  • 34 Des pouvoirs en France 1300-1500, Paris, PENS, 1992, p. 52, dans « Le légendaire de la monarchie f (...)
  • 35 Ms. 24372, B.n.F. fonds français, f° 1 recto, v. 6-10, cf. notre article cité supra.
  • 36 Laisses 182-184 de Theseus de Cologne, a general study and partial edition, par Elisabeth E. ROSEN (...)
  • 37 Ed. N. LABORDERIE, Paris, Champion, 1991, v. 1834-38, cf. aussi v. 5806-16.
  • 38 Cf. Lion de Bourges, éd. W. KIBLER et alii, Genève, Droz, 1980, v. 5753 et Tristan de Nanteuil, éd (...)

34Pour être le plus développé, l’exemple de La Belle Hélène est loin d’être isolé car, comme le souligne Philippe Contamine, « tout se passe comme si, en raison d’une sorte de réflexe mental ou d’association d’idées, la mention d’une de ces composantes [la trilogie écu, oriflamme, sainte ampoule] entraînait la mention des autres »34. Clovis est donc cité dans de nombreuses chansons de geste tardives : si pour des raisons évidentes le miracle de la sainte ampoule ne lui est pas attribué dans Dieudonné de Hongrie35, l’envoi des fleurs de lys avec le baptême qu’il entraîne ouvre le récit. L’épisode est mentionné également dans Theseus de Cologne36, dans Florent et Octavien37, et le nom du Mérovingien apparaît en fin de clausule à la rime pour renvoyer à des temps immémoriaux38. Son prénom est également donné à un des nombreux fils du héros dans Ciperis de Vignevaux.

35Si dans Hugues Capet il n’est pas fait allusion à la légende de l’envoi de l’écu à Clovis, la terreur inspirée par les fleurs de lys dans les rangs ennemis va tout à fait dans le sens de la thématique mise en œuvre dans les autres textes :

  • 39 Ed. N. LABORDERIE, Paris, Champion, 1997, v. 3676-80. Cf. Marc BLOCH, op.cit., p. 230. Dans Jourda (...)

Car se no anemy dont nous avons gramment
Voient lez fleur de lis porter hardiement,
Vous en arez a yaulz plus doulz acointement ;
Car lez armez de France sont de tel essïent
Qui lez voit en bataille, grande paour l’en prent39.

  • 40 Cf. Philippe CONTAMINE, 1975, p. 11, 15, 19. L’influence des Grandes Chroniques de France est assu (...)
  • 41 Cf. Franck COLLARD, op. cit., p. 181-182.

36comme le confirme la mention de l’oriflamme, devenue « de France » (v. 3979, 4327, 4376), selon le principe d’association d’idée évoqué par Philippe Contamine ; en outre, l’association de la bannière royale fleurdelisée et de l’oriflamme – voire leur confusion – a sans doute favorisé le transfert de la terreur inspirée par l’oriflamme40 aux fleurs de lys. La symbolique gagne même l’univers onirique puisque, dans Lion de Bourges, Lion rêve de la victoire de la fleur de lys – représentant le roi de France – sur quatorze griffons (v. 30605-25), alors que plus traditionnellement le combat a lieu entre des animés. Cette idée de la crainte inspirée va sans doute de pair avec le glissement des fleurs de lys et de l’oriflamme, jusqu’alors éléments distinctifs propres à la personne royale, à la symbolisation du pays tout entier41.

  • 42 Cf. respectivement R.BOSSUAT, art. cité, notamment p. 312 sq., le début de Ciperis de Vignevaux, é (...)
  • 43 Cf. notre article supra et « Hugues Capet : mystification ou mystique de la royauté ? », dans La F (...)

37Parallèlement à cette légende de la terreur inspirée par les fleurs de lys, l’épopée tardive développe le récit de Dagobert inventeur du corps de saint Denis, et fondateur d’une abbaye dont les archives sont source d’inspiration et font autorité pour les poètes, ce qui incite d’autant plus à en raconter l’origine : dans Florent et Octavien, il est guidé sur les lieux par un cerf (laisse LI) et il joue un rôle important dans l’économie du récit. Il en va de même dans Theseus de Cologne et dans Ciperis de Vignevaux, cependant que Dieudonné de Hongrie évoque sa jeunesse42. Ainsi la dynastie mérovingienne relaie-t-elle les Carolingiens dans la peinture de la monarchie française, mais pose davantage le problème de la succession ou du moins de la légitimité de l’accession au trône reconnue par le sacre à Reims. Outre le cas de Dieudonné de Hongrie et de Hugues Capet que nous avons déjà étudié en détail43, la question est largement évoquée dans Theseus de Cologne, où Dagobert meurt en l’absence de son fils, laissant le champ libre à un usurpateur. Après de nécessaires péripéties, la légitimité de Ludovis sera confirmée par le sacre à Reims (laisses 317 et 333).

38Ce scénario inspire largement Ciperis de Vignevaux, où le frère et le gendre (et neveu) du roi défunt aspirent à la succession. D’emblée, la légitimité du frère, Ludovis, est assurée par le sacre (v. 6029), où il reçoit l’hommage (v. 6844-50). Mais la contestation suscitée par le neveu, Ciperis, ne trouve de résolution que dans un accord assez singulier, aux termes duquel le roi Ludovis remet un jour et une nuit sa couronne à Ciperis (v. 6961-71) : plus qu’une abdication momentanée, il faut plutôt y voir une forme d’association au trône puisque l’accord fait de Ciperis l’héritier du trône, sur lequel il montera avec le consentement des pairs :

Ciperis couronnerrent par l’accord Philippon,
Le bon roy de Hongrie, le pere du baron.
Et fut sacré à Rains ou feste lui fist on (éd. citée, v. 7799-801).

39Il est tout à fait remarquable que quelques vers auparavant un des fils de Ciperis soit couronné roi d’Espagne, mais que la notion de sacre ne soit mentionnée que pour le roi de France, aussi bien pour Ludovis que pour Ciperis ; cela n’est pas sans rappeler Hugues Capet (v. 4596-600), mais il est vrai aussi qu’il n’en est pas fait mention à la succession de Ciperis, l’accent étant plutôt mis sur le droit d’aînesse de son fils Thierry (v. 7860-61). Coïncidence, dans Lion de Bourges, le droit d’aînesse remonte justement à l’époque de Clovis et se révèle par la capacité à sonner du cor (v. 5752-98), forme d’investiture qui est au duché ce qu’est le sacre au royaume.

  • 44 Cf. notre article sur Dieudonné de Hongrie, p. 283-84 et note 26.
  • 45 Der roman der Königin Sibille in drei prosaffasungen des 14. und 15. Jahrhunderts, éd. H. TIEMANN, (...)

40Cette importance du sacre, des serments qui l’accompagnent et du charisme conféré par le saint chrême est cependant confirmée par d’autres textes comme Dieudonné de Hongrie44 et même par des mises en prose comme Le Roman de la reine Sibille, où, pour juger la reine, Charlemagne « jura la couronne dont il fut couronné et le cresme de quoy on le sacra a Rains qu’elle seroit bannie de son empire »45.

  • 46 Ed. citée, laisse 188, cf. R. BOSSUAT, art. cité, p. 115.

41La plus grande présence de Clovis et le lien entre Dagobert et Saint-Denis ne pouvaient qu’amener non seulement à faire jouer un rôle plus grand au saint mais aussi à relier son histoire à celle de Clovis, notamment en lui attribuant la conversion de Clotilde et en faisant du roi encore païen le responsable de son martyre, dans Florent et Octavien (laisse L). Dans la tendance hagiographique de la production épique tardive, le saint remplace souvent l’ange pour signifier la volonté de Dieu et protéger son élu. Dans Theseus de Cologne, c’est saint Denis qui intervient pour séparer Theseus et Ludovis46. Même s’il n’est pas le seul saint à intervenir dans les combats – on voit par exemple saint Georges et saint Maurice dans Florent et Octavien (laisse CLII) –, sa forte présence est loin de témoigner de son recul devant saint Michel dans l’attachement français. Toutefois, l’appellation « roi de Saint-Denis » reste concurrencée par celle de « roi de Paris » dans les laisses en -is, cependant que le cri de guerre français demeure souvent réduit à « Mon(t)joye » (voir les tables des noms propres des éditions citées).

  • 47 Il est notable que dans une œuvre comme Florent et Octavien la mention de l’oriflamme soit extrême (...)
  • 48 Cf. Ph. CONTAMINE, 1992, p. 51.
  • 49 Le couronnement à Reims est significatif non seulement pour les héritiers légitimes mais également (...)

42Ces allusions disparates et dispersées privilégiant les fleurs de lys sur l’oriflamme47, les reliant au miracle de la sainte ampoule, reflètent la chronologie d’une thématique déjà développée par les textes de Philippe de Vitry, puis de Guillaume de Digulleville, souvent cités par les historiens, cependant que le Discours sur l’oriflamme de Raoul de Presles ne date que de 1369. Si revient peut-être à cet auteur-ci le mérite d’avoir su réunir les éléments dispersés48, il est patent que c’est sous le règne des Valois, et de Charles V en particulier, que s’organise la propagande royale, et l’insistance avec laquelle la chanson de geste commente la légitimité apportée par le sacre à Reims ne peut que trahir les préoccupations contemporaines49. S’il ne faut qu’un exemple pour s’en convaincre, il suffit de relever le développement donné à la loi salique dans Hugues Capet après la cérémonie du sacre :

Et la fu parlemens de le grant signourie
Pour la guere qui fu sy grande et sy furnie
Et qui avoit esté en Franche commenchie
Pour avoir a moullier la pucelle eschevie ;
Pou çou que la couronne en fu sy couvoitie,
Fu adont acordé par euvre fïanchie
Que, s’en Franche avoir roy qui ne laissast en vie
Hoir malle aprez se mort, la cose fu jugie :
La fille n’y aroit une pomme pourie,
Fors ceulle le douaire ou seroit adrechie.
Anchois prenderoit on en la quinte lignie
Ung prinche de ce sanc de le roial partie ;
Au jugement dez pers de Franche le garnie,
En feroient un roy tenant la signourie,
Que mais famme en tenist deree ne demye
Ne qu’elle fust en France con roïne servie ;
Et la fu saiellet, n’est nulz qui le desdie,
De la cort dez barons et par foy fïanchie. (éd. citée, v. 4601-18)

  • 50 Dans Florent et Octavien, on trouve « Mais le roy qui fu chief du lignage royel » (v.3111), formul (...)
  • 51 Cf. Marc BLOCH, op. cit., p. 357.

43L’épopée rend donc compte, elle aussi, de l’évolution de la monarchie française, et l’élaboration du principe de la loi salique ne pouvait qu’encourager à faire une plus large place à Clovis, tout en le parant des symboles royaux, cependant qu’on trouve des désignations du roi de France tout à fait nouvelles50. C’est peut-être la cristallisation sur ce personnage, cristallisation propre à marquer l’imaginaire du public, qui explique l’absence de guérison des écrouelles, puisque le pouvoir thaumaturgique ne lui sera pas attribué avant la fin du XVIe siècle51.

  • 52 Le passage est cité par Ph. CONTAMINE, 1975, p. 65-66, cf. RONSARD, Œuvres complètes, éd. G. COHEN (...)

44La production épique du XIVe siècle tout comme les adaptations en prose qui suivent ont créé un topos qui devient le parangon de toute évocation de la succession des rois de France. C’est ainsi que, dans La Franciade de Ronsard, Francus, le prince troyen appelé à fonder la dynastie française, se fait prédire, selon un procédé repris de l’épopée antique et bien connu, sa descendance, dont Claudion, Mérovée, Childeric et Clovis52.

  • 53 Paris, Charles DU MESNIL, 1653.

45On retrouve les trois symboles mis en place par l’imaginaire du XIVe siècle et que les Valois ont su savamment orchestrer pour enrichir l’identité nationale. Dès lors, il n’est pas de poème héroïque touchant à la monarchie française qui ne reprennent les idées médiévales telles qu’elles pouvaient se trouver exploitées dans l’épopée tardive, même si l’influence antique se fait sentir dans l’expression et le découpage en chants. Par exemple, celui du jésuite Pierre Le Moyne, Saint Louis ou le Héros chrestien53, s’ouvre à la manière de l’Enéide par un :

Je chante les combats, je chante les victoires,
D’un Saint regnant au Ciel, regnant dans les Histoires.

46Mais dès la troisième page du poème se retrouve l’idée del’épouvante semée par les armes françaises : « À la montre des Lis les Croissans disparurent » ; bien plus, sur la tente offerte au roi Louis IX par son parent, l’empereur de Byzance, est représentée entre autres la scène de son couronnement, et elle illustre le don particulier apporté par l’onction “second Diadême« » (livre I, p. 31). L’inspiration épique médiévale se retrouve tout à fait dans ce type d’ouvrage puisque Dieu envoie saint Michel au roi pour répondre à sa prière du plus grand péril (livre IV, p. 105-07), pour le ravir au Ciel et lui donner la vision de ses ancêtres – carolingiens uniquement – et de ses descendants (p. 108 sq.). Mais au livre suivant est rappelée l’origine de l’attribution de l’écu fleurdelisé au Mérovingien Clovis :

  • 54 Ibid., p. 168 (Mahy est l’ancêtre des Montmorency, premiers barons de France, et va transmettre l’ (...)

Cet escu fait au Ciel, & du Ciel apporté,
Par un Ange à Mahy fut jadis presenté54.

  • 55 Sauf inattention de notre part, la charge symbolique effrayante de l’oriflamme est surtout due au (...)

47La personnalité même de saint Louis rendait aisée la remise au goût du jour d’une conception toute augustinienne et donc parfaitement épique de la royauté, mais ce faisant, il ne pouvait néanmoins plus être fait abstraction de l’héritage symbolique transmis par la fin du moyen âge55.

  • 56 Leyden, Jean SAMBIX, 1656, livre huitième, p. 220, v. 25 sq. Entre les pages 220 et 225, l’ensembl (...)
  • 57 Pour plus de détails, se reporter à Alexandre T. HARAN, op. cit., notamment au chapitre IV « Les a (...)

48En effet, l’attribution à Clovis des fleurs de lys est devenue une vérité topique, et lorsqu’il s’agit particulièrement d’exalter le patriotisme, la bannière royale vient en tête des regalia, comme pour la description du sacre de Charles VII dans La Pucelle ou la France délivrée, poème héroïque de Chapelain56. Et c’est la bannière même de Clovis, ce qui n’a pas lieu d’étonner puisque l’on conserve par ailleurs la sainte ampoule apportée par une colombe lors de son baptême (p. 221). La suite du texte décrit également avec précision tout le cérémonial de l’onction et en rappelle avec force la valeur charismatique (p. 222). En cela, le poème héroïque ne se contente pas de reprendre des topoï vieillissants, mais s’inscrit dans un courant de pensée et d’écrits qui anime tout le XVIIe siècle57.

  • 58 Clovis ou la France chrestienne, poeme héroïque, enrichy de plusieurs Figures, Paris, Louis de Heu (...)
  • 59 Cf. Philippe CONTAMINE, 1992.

49Bien plus, Clovis devient le sujet même du poème héroïque avec Jean Desmarets de Saint-Sorlin58. La prégnance du motif est très nette : on le voit dès la première figure, qui, dans la représentation de Clovis avec la présence d’une colombe et d’un ange apportant respectivement la sainte ampoule et l’écu fleurdelisé, n’est pas sans rappeler certaines enluminures de la traduction de La Cité de Dieu par Raoul de Presles59. Plus encore que le texte lui-même, qui pourrait véhiculer des légendes n’emportant pas nécessairement l’adhésion de l’écrivain, c’est l’avertissement au roi qui souligne toute l’importance du mythe de Clovis dans l’exaltation de la monarchie française, à laquelle Dieu a donné des marques de sa faveur supérieures à celles reçues par les rois d’Israël :

  • 60 DESMARETS, op. cit., feuillet I v°-II r°. Pour l’épisode lui-même, voir livre IX, p. 154-55.

Pour témoignages indubitables de ce choix, Dieu envoya par un Ange les armes dont il vouloit que nos Rois fussent distinguez de tous les autres. Il luy donna une sainte banniere, d’une vertu merveilleuse, & qui durant plusieurs siecles a esté la terreur des Ennemis de la France60.

50Le livre XIII (p. 220 sq.) consacre un long passage à l’origine de l’oriflamme, à laquelle les saintes pratiques de Clotilde ont conféré des pouvoirs merveilleux bien supérieurs à la simple crainte qu’elle inspire à l’ennemi (p. 222) : capable de dissiper les charmes diaboliques (livres XIV, p. 232, XV, p. 251), ou de protéger un messager (livre XIV, p. 233), elle permet également d’ouvrir un passage dans la roche pour retrouver Clotilde (livre XX, p. 336), en grande conversation avec… saint Denis, ce qui permet d’expliquer l’origine du cri de guerre français (livre IX, p. 338). Précédemment, le récit reprenait déjà la légende de Joyenval, comme l’atteste la fondation de l’abbaye par Aurèle, avec une explication étymologique que n’aurait pas renié un clerc (livre IX, p. 158). Le substrat médiéval se retrouve d’ailleurs aussi bien dans la présence de l’enchanteur Auberon que dans la perspective d’une nouvelle croisade permettant à Louis XIV de reconquérir la Terre sainte (p. 157), ou encore dans l’intervention d’un archange (livres XX, p. 338, XXV, p. 442), dans le combat épique ou le recours au combat de champions et l’utilisation du vocabulaire médiéval (aux livres XV et XVI).

  • 61 Nous nous limitons par nécessité aux poèmes héroïques touchant de près à notre propos, mais il fau (...)

51Le baptême de Clovis, avec le miracle de la sainte ampoule, n’est pas sans susciter l’ambiguïté d’une assimilation au sacre car Clovis est paré des attributs royaux avec le manteau fleurdelisé et le diadème et accompagné de la couronne et du sceptre (livre XXIV, p. 406-07). Le lien est d’autant plus net que le livre suivant introduit le miracle de la guérison des écrouelles (livre XXV, p. 426-27), miracle prophétisé par sainte Geneviève (livre XXIII, p. 397-98) et qu’ignorait la production médiévale61.

  • 62 Paris, TISSOT. Une autre édition, moins luxueuse, est sortie à Genève la même année chez J. MOKPAP

52C’est à ce poème de Desmarets que se réfère et s’oppose Ignace-François Limojon de Saint-Didier, lorsqu’il donne à son tour un Clovis en 172562. Comme le souligne la Préface (p. 5), il embrasse un projet plus vaste que Desmarets, qui s’attachait surtout à la conversion de Clovis ; pour Limojon, il s’agit également d’aborder l’établissement de la monarchie française (ibidem), et de « montrer que les grands changemens n’arrivent dans les Monarchies que par l’ordre de Dieu » (p. 8). S’inspirant explicitement de Virgile, l’auteur nous gratifie (livre VIII, p. 154 -67) d’une descente de Clovis aux enfers sous la conduite d’un druide. C’est l’occasion d’y voir ses descendants couronnés de lys, supérieurs aux lions et aux aigles, jusqu’à Louis XIV. Malheureusement( ?), Limojon n’a publié que la première partie de son poème, ce qui nous prive ( ?) de la partie la plus intéressante pour ce qui est de la mystique royale.

  • 63 Les Œuvres complètes de Voltaire, Genève, Institut et Musée Voltaire, tome 7, 1970, édition critiq (...)
  • 64 Chant II. On pourrait penser que le portrait haut en couleurs de l’héroïne est plutôt dans l’espri (...)
  • 65 Jeanne traverse de nuit le camp anglais autour d’Orléans, mange et boit à la santé du roi de Franc (...)

53Toute cette production contribue à maintenir un arsenal convenu auquel Voltaire ne dédaigne pas de recourir, sans doute non sans ironie souvent, dans La Pucelle d’Orléans63. D’emblée, le recours au décasyllabe rappelle le moule formel de la chanson de geste, même si le découpage en chants renvoie à l’épopée antique. Par ailleurs, l’omniprésence de saint Denis n’est pas sans rappeler la part hagiographique dans la production épique du XIVe siècle : se lamentant sur le sort de la France (chant I), saint Denis apparaît à Jeanne d’Arc pour l’envoyer au roi64 ; si tous deux s’amusent quelque peu dans la traversée du camp anglais65, la présence du saint est déterminante dans l’exaltation du roi :

Denis a fait déployer l’oriflamme :
À cet aspect le roi Charles s’enflamme
D’un noble espoir à sa valeur égal.
Cet étendard aux ennemis fatal,
Cette héroïne et cet âne aux deux ailes,
Tout lui promet des palmes immortelles. (II, 455-460)

54Dans une perspective plus héroï-comique, le chant XI offre un combat singulier entre saint Georges et saint Denis, champions respectifs des Anglais et des Français, propre à susciter la très vive émotion de l’archange Gabriel et le sourire du lecteur. Mais le récit de Voltaire s’interrompt après la prise d’Orléans et ne donne donc pas la scène du sacre à Reims, qui aurait pu introduire une référence à Clovis.

  • 66 Les Œuvres complètes de Voltaire, éd. citée, tome 2, 1970, éd. de La Henriade par O. R. TAYLOR.

55En revanche, celui-ci est mentionné dans La Henriade66. De l’épopée, médiévale ou non, Voltaire connaît les prédictions et les rêves prémonitoires, comme le souligne l’argument du premier chant : « Le héros essuie une tempête. Il relâche dans une île, où un vieillard catholique lui prédit son changement de religion et son avènement au trône » (p. 365). Bien plus, lorsque saint Louis, après avoir retenu le bras vengeur de son descendant contre Paris (chant VI), le transporte en rêve au palais des Destins (chant VII), il lui donne à voir également les rois passés, dans les lieux fortunés de l’innocence :

Là, règnent les bons rois qu’ont produits tous les âges ;
Là, sont les vrais héros ; là, vivent les vrais sages ;
Là, sur un trône d’or, Charlemagne et Clovis
Veillent du haut des cieux sur l’empire des lis (VII, 245-248).

56On retrouve notamment en ces lieux Du Guesclin et Jeanne d’Arc (v. 268-69), mais il est particulièrement intéressant de voir émerger de la suite des bons rois Charlemagne et Clovis, associés dans la protection du royaume de France, même si saint Louis a par ailleurs son rôle à jouer, puisqu’au dernier chant, il intercède auprès de Dieu en faveur d’Henri IV (chant X, v. 411-20). La manifestation tellurique de la protection divine contre les Ligueurs (chant X, v. 467-72) renouvelle l’alliance épique entre Dieu et son représentant sur terre.

  • 67 LAMARTINE, Œuvres poétiques complètes, éd. M.-Fr. GUYARD, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1963, p. 1 (...)
  • 68 Ibid., respectivement dans le « Chant du sacre », p. 247 sq., notamment p. 267 (il est également q (...)

57Si un doute pouvait subsister sur le recul de la conception hégémonique impériale incarnée par la figure de Charlemagne devant le rôle joué par l’image de Clovis source de symboles dans l’élaboration d’une mystique de la royauté française, la production romantique achèverait de convaincre. En effet, si Lamartine n’a pu mener à bien le projet caressé d’écrire un poème épique sur Clovis, le début du poème composé en 1816 ne laisse aucun doute sur le lien entre Clovis et la fondation de l’« empire des Lys »67. Bien plus, toute poésie de circonstance célébrant les Bourbons se doit d’intégrer une référence à Clovis : si elle peut s’imposer quand il s’agit du sacre de Charles X, on constate qu’elle est également de rigueur pour célébrer la naissance du duc de Bordeaux dans une ode68.

  • 69 Œuvres poétiques, tome I, éd. P. ALBOUY, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1964, ode « Le baptême du d (...)
  • 70 Ibid., p. 381-83. L’association est constante, comme le souligne l’analyse de programmes picturaux (...)
  • 71 Cf. Philippe BOUTRY, « Clovis romantique », dans Clovis, 1997, t. II, p. 644-45. Lemercier avait d (...)
  • 72 Œuvres romanesques et voyages, éd. M. REGARD, Paris, Gallimard La Pléiade, t. II, 1969, p. 204. On (...)

58Cela dépasse la simple inspiration personnelle de Lamartine puisque, dans des circonstances analogues, Victor Hugo se réfère également à Clovis69 et, comme les poèmes héroïques des siècles passés, l’associe aux « deux saints guerriers » Charlemagne et saint Louis dans l’ode « Sur le sacre de Charles X »70. Bien plus, Clovis fut jugé propre à être porté sur la scène par Népomucène Lemercier, qui publia son ouvrage en 1820, mais ne le fit jouer que dix ans plus tard71. Encore nous contentons-nous de citer des œuvres qui par leur forme ou leur sujet touchent à ce qui nous occupe ici, mais le souffle épique ayant gagné l’œuvre romanesque, il faudrait également vérifier que l’arsenal forgé autour des Mérovingiens y ressurgit, mais nous nous contenterons de mentionner l’exemple de la bataille opposant les Romains aux Francs dans Les Martyrs de Chateaubriand : Mérovée, qui pour tout casque ne porte qu’une couronne de lys, est encadré de ses douze pairs et « Au-dessus du chariot flottait une enseigne guerrière, surnommée l’Oriflamme »72.

  • 73 Les Épopées françaises, 2e édition, Paris, S.G.L.C., 1892, tome III, p. 99.

59Le contraste est aussi grand entre la chanson de geste classique, peignant des structures féodales, et l’épopée tardive, qui distille une mystique de la royauté, qu’il l’est entre l’augustinisme et le thomisme. Si ces deux pans de la création épique s’opposent, ils se rejoignent sur un point : tous deux reflètent les mentalités de la société et de l’époque qui les produisent, et loin de crier comme Léon Gautier à une conspiration « vaste et honteuse [...] contre la grandeur de Charlemagne »73, l’historien de la littérature doit s’interroger sur les raisons d’une production si ample et si variée.

60L’épopée tardive est évidemment à bien des égards plus irréaliste, car tout en conservant de façon anachronique le reflet du monde féodal, elle puise dans l’histoire contemporaine et se nourrit des idées nouvelles. En outre, elle use d’une fantaisie licite dans une œuvre d’imagination, mais parfois déroutante pour les historiens des idées. Toutefois, par ce biais, elle facilite la diffusion de la mystique royale et prouve que les notions de propagande et de vulgarisation faisaient déjà sens à l’époque. Il est vrai néanmoins que l’ampleur même de ces textes tardifs en vers en changeait les mécanismes de mémorisation, les faisait passer sans doute de l’écoute à la lecture et en restreignait la diffusion. Toutefois, celle-ci se faisait, comme le prouvent les allusions et les imitations.

  • 74 Cf. Ph.CONTAMINE, 1975, p. 67 et voir A.T.HARAN, op. cit.

61Il est surtout surprenant de constater combien une production relativement restreinte sinon en quantité de vers du moins en nombre d’œuvres a pu façonner, davantage que la chanson de geste classique, l’expression de la mystique de la royauté dans les poèmes héroïques et plus généralement dans les vers encomiastiques et ce malgré le développement parallèle d’une érudition mettant à mal ces légendes74. Il y a là pour les historiens de la littérature un champ d’investigations à creuser, en vérifiant si les mises en prose et les premières éditions ont pu ériger en topique les modèles épiques dans l’usage des symboles royaux. La mise à jour progressive de ces œuvres ne pourra que fournir aux historiens des témoins supplémentaires de l’évolution des mentalités et donc la possibilité d’y voir confirmer (ou infirmer) leurs hypothèses de recherche.

Notes

1 Cf. la préface de Jacques LE GOFF à l’étude de Dominique BOUTET et Armand STRUBEL, Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, Paris, PUF, 1979, notamment p. 16, ou encore Jacques KRYNEN, L’Empire du roi, Paris, Gallimard, 1993, p. 43-45.

2 Cf. la croyance sur les lions n’attaquant pas les rois utilisée dans la rivalité Valois-Plantagenêt, (rapportée par Marc BLOCH dans Les Rois thaumaturges, Paris, Gallimard, 1983, p. 256-58, cf. aussi Philippe CONTAMINE « “Le royaume de France ne peut tomber en fille” Fondement, formulation et implication d’une théorie politique à la fin du Moyen Âge », Perspectives médiévales n° 13 (juin 1987), p. 67-81, note 19) ou la nécessité pour les Plantagenêts de faire ouvrir la tombe du roi Arthur pour couper court aux rumeurs sur son retour puis, près d’un siècle après, le transfert de sa couronne à Westminster (Jean FLORI, La Chevalerie en France au Moyen Âge, Paris, PUF, 1995, p. 111-12 et cf. D.BOUTET – A.STRUBEL, op. cit., p. 85).

3 Voir l’importante bibliographie donnée par la synthèse de Dominique BOUTET, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

4 La Chanson de Girart de Roussillon, traduction, présentation et notes de Micheline de COMBARIEU DU GRES et Gérard GOUIRAN, Paris, Le Livre de Poche, 1993, Introduction, p. 21-22.

5 Cf. les articles d’A. ADLER, K. H. BENDER, E. KÖHLER, P. LE GENTIL ou de M. ROSSI cités dans les deux ouvrages de Dominique BOUTET qui souligne d’une part que la suprématie du pouvoir royal n’est jamais remise en cause (1979, p. 57-60), et d’autre part que la justice royale peut être équitable (1992, p. 86).

6 Cf. K. H. BENDER, « Les métamorphoses de la royauté de Charlemagne dans les premières épopées franco-italiennes », Cultura Neolatina, 21 (1961), Modène, p. 164-74, notamment p. 168-69.

7 « La corone de France doit estre mise avant,/Qar tuit autre roi doivent estre a lui apandant/De la loi crestïene, qi an Deu sont creant./Le premier roi de France fist Dex par son commant/Coroner a ses angles dignement an chantant,/Puis le commanda estre an terre son sergent,/Tenir droite justice et la loi metre avant » Chanson des Saisnes, éd. A. BRASSEUR, Genève, Droz, 1989, v. 12-18, version L. Cette formulation retenue par deux manuscrits sur quatre (L et T vs A et R) – Genève et Turin contre Arsenal et B.n.F. – présente la prédominance de la couronne française comme une évidence dans les deux premiers vers cependant que A et R (v. 13-14) en font une subordonnée de but (d. e. si a. Que t.).

8 Couronnement de Louis, éd. Y.G. LEPAGE, Genève, Droz, 1978, rédaction D, v. 3-10. Cette rédaction, de la seconde moitié du XIIIe siècle, présente des traits de langue lorrains comme trois manuscrits de La Chanson des Saisnes.

9 La « Geste francor » di Venezia, éd. A. ROSELLINI, Brescia, La Scuola, 1986. v. 1274-78, 5639-40 ; cf. BENDER, art. cité, p. 170.

10 Avec Dagobert, dont Octavian fait un de ses personnages et mentionne le père (Lotaire) dans le prologue. Mais la datation de ce roman, source d’une épopée tardive, peut être repoussée jusqu’à la fin du XIIIe siècle, cf. notamment éd. K. VOLLMÖLLER, Heilbronn, Gebr. Henninger, 1883, p. IV. Parallèlement à l’introduction de la dynastie mérovingienne, ce roman soulève le problème de succession : Lotaire vieillissant veut marier son fils et le faire couronner (v. 22-26). Ce qui semble être une association au trône se fait par un sacre à Reims le samedi suivant la Pentecôte (v. 61-70).

11 Huon de Bordeaux, éd. P. RUELLE, Bruxelles-Paris, PUB-PUF, 1960, v. 6748-50. La laisse est très courte (12 vers) et aurait pu être étoffée.

12 D.BOUTET, 1992, p. 66. Comme le rappelle l’auteur, en dehors de la cérémonie du sacre, la couronne était portée pour les grandes fêtes et favorisait la convergence des regards sur le souverain.

13 Au début de Garin le Loherenc, le héros impose Pépin comme roi (éd. A. IKER-GITTLEMAN, Paris, Champion, 1996, v. 721-37). On trouve également une transmission de la couronne de Hongrie dans Parise la Duchesse (v. 3064-91, éd. M. PLOUZEAU, Senefiance n° 17), mais les scènes de couronnement sont en fin de compte plus nombreuses dans les romans arthuriens, cf. D. BOUTET, 1992, p. 65 ; dans la même veine, on trouve une belle scène de couronnement à la Pentecôte, à la fin de L’Escoufle de Jean RENART, éd. Fr. SWEETSER, Genève, Droz, 1974, v. 8896-978.

14 Il s’agit des v. 2267-384 de l’éd. P. Henry, Paris, S.A.T.F., 1925 ; sur les fêtes couronnées, cf. Boutet 1992, p. 66-67, et note 2 p. 66.

15 Ce détail a frappé à juste titre Philippe CONTAMINE, dans L’Oriflamme de Saint-Denis aux XIVe et XVe siècles, Nancy, Institut de Recherche régionale, 1975 (extrait des Annales de l’Est, 1973), p. 20. Voir par exemple Folques de Candie, éd. O.SCHULTZ-GURA, Dresde, Niemeyer, 1909, v. 8072, ou Maugis d’Aigremont, éd. Ph. VERNAY, Berne, Francke, 1980, v. 8048, 8250.

16 Respectivement dans Aiol (v. 10695 de l’éd. J. NORMAND-G. RAYNAUD, Paris, SATF, 1877) et dans Elie de Saint Gilles (v. 2560 de l’éd. G. RAYNAUD, Paris, SATF, 1879).

17 Cf. L. HIBBARD-LOOMIS, « L’oriflamme de France et le cri de “Montjoie” au XIIe siècle », Le Moyen Âge, t. LXV, 1959, p. 469-99 ; notamment dans les exemples donnés dans Garin le Loherenc, note 29, il convient d’établir une répartition rigoureuse de la désignation de l’oriflamme ou du cri de guerre par le même syntagme. Il en va de même pour Gerbert de Mez, éd. P. TAYLOR, Louvain-Lille, NAUWELAERTS-GIARD, 1952, œuvre dans lequelle l’éditrice hésite dans la glose de « Montjoie » par « ensaingne saint Denis » entre l’attribution au saint et le rattachement au lieu (comparer v. 1432 et 7777).

18 On consultera avec profit pour les dénonimations de l’empereur le Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées d’André MOISAN, Genève, Droz, 1986. Cf. également les références données par Ph. MÉNARD, « La Légende de Clovis dans les chansons de geste », dans Clovis, Histoire & mémoire, Paris, PUPS, 1997, t. II, p. 213-230.

19 Ed. citée, v. 1524-2085 (il n’est pas question de restitution de l’oriflamme à l’abbaye) et 3886-5359, et ce malgré les combats individuels menés par Garin propices à sa mention. Toutefois perce incidemment la crainte inspirée par l’apparition de l’oriflamme vermeille sur le champ de bataille (v. 7694-99). Le même type de constat peut être fait dans Renaut de Montauban, éd. J. THOMAS, Genève, Droz, 1989, v. 1724-1919, pour les combats menés par le duc de Normandie, porte-enseigne de l’empereur.

20 Gerbert de Mez, éd. citée, v. 8895-9003, 11092-106, 11310-16. Le texte se caractérise par une formulation tautologique « oriflanbe saint Denis » (v. 8896), mais qui est à prendre plutôt comme le lieu d’origine (cf. « C’est l’oriflanbe au roi de Saint Denis », v. 11092), et par une mention de la position de l’oriflamme sur le flanc gauche (v. 9002). Il est à noter que le porte-oriflamme est toujours le même homme vaillant, Mauvoisin.

21 Anseïs von Carthago, éd. J. ALTON, Tübingen, Litterarischen Verein in Stuttgart, 1892, v. 9458-59, donnés par L. HIBBARD-LOOMIS, art cité, p. 481 et repris par Ph. CONTAMINE, 1975, p. 1. Pour Adenet le Roi, voir note suivante et infra.

22 V. 658-67, éd. A. HENRY, Bruges, De Tempel, 1956.

23 Ed. citée, v. 2525 et 6985.

24 Ed. A. BAYOT, Paris, Champion, 1931, v. 418-419. Le cycle des Croisades, plus tardif, et sans doute parce que le royaume de Jérusalem est alors menacé, est davantage sensible au problème de succession, cf. The Old french Crusade Cycle, volume VIII, The Jerusalem Continuations The London-Turin Version, éd. P. GRILLO, Tuscaloosa-Londres, University of Alabama Press, 1994, v. 13433-35 (ms. de Londres). On trouve dans ce texte une curieuse scène de couronnement : « Li vesques d’Oliferne va la messe chantant/Seur le pis Bauduïn et si le va sacrant./Adont vont li baron la couronne aprestant » (v. 12295-97). Le roi est couronné par trois barons. On peut se référer pour ce cycle à Peter R. GRILLO « Royauté et chevalerie dans les Continuations du cycle de la Croisade » dans les Actes du XIe congrès international de la société Rencesvals, Barcelone, Real Academia de Buenas Letras, 1990, t. XXI, p. 307-319, et aux références bibliographiques données en note 4.

25 Cf. notre article, « Sacre et royauté dans l’épopée tardive : l’exemple de Dieudonné de Hongrie », dans Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995, p. 279-294.

26 Cf. KRYNEN, op. cit., p. 43-45, D. BOUTET – A. STRUBEL, 1979, p. 40-44, et D. BOUTET, 1992, p. 56-59.

27 Cf. Michel BUR, « Aux origines de la “religion de Reims” Les sacres carolingiens : un réexamen du dossier (751-1131) », dans Clovis, 1997, t. II, p. 46.

28 La Geste Francor, éd. citée, v. 8920-27, si l’on se fie à l’index des noms propres et non à l’édition elle-même, qui porte « San Doris ». Dans Maugis d’Aigremont (éd. citée, v. 6802), Vivien veut se faire couronner roi de France à Monloon (nom de lieu à la rime).

29 On constate aisément dans l’exemple de Huon de Bordeaux que la logique temporelle n’est pas ce qui prévaut car, si Charlemagne a près de cent vingt ans, ayant engendré Charlot à cent ans et celui-ci étant parvenu à l’âge adulte, le v. 56 impliquerait que l’empereur a été adoubé à plus de cinquante ans, ce qui n’est guère vraisemblable.

30 Cf. D.BOUTET – A.STRUBEL, 1979, p. 62, 67. C’est sans doute également dans cette évolution que s’inscrit la relative disparition des manifestations angéliques directes, cf. Jean-Claude VALLECALLE « Du surnaturel au merveilleux : les apparitions célestes dans les chansons de geste tardives », dans Personne, personnage et transcendance aux XIIe et XIIIe siècles, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 170-186.

31 Philippe MÉNARD, art. cité, p. 217. Comme le souligne l’auteur, auparavant les mentions de Clovis étaient extrêmement brèves et limitées à sa conversion (p. 218-19). De surcroît, dans Floovant, éd. S. ANDOLF, Uppsala, Almqvist & Wiksells Boktryckeri-A.-B., 1941, Clovis est baptisé à Saint-Denis et non à Reims (v. 11, 31-33). En revanche, l’association de Floovant au trône de son père se déroule au « moustier Saint Remi » de Reims (v. 2523-25). Cf. aussi supra.

32 Comme l’écrit Franck COLLARD dans Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale (V-XVe siècles), Paris, Hachette, 1999, « Pour Charles V, lys, oriflamme et onction sont les trois branches de la trinité monarchique », p. 178.

33 Ed. Cl. ROUSSEL, Genève, Droz, 1995, v. 9531-46 (le pronom initial désigne Clovis). Il s’agit du manuscrit A ; le manuscrit L, cité plus brièvement par Emile Roy dans « Philippe le Bel et la légende des trois de fleurs de lis », Mélanges Antoine Thomas, Champion, 1927, p. 385, est moins satisfaisant car la description des armes primitives n’est pas conforme aux règles de l’héraldique. ROY se trompait sur la localisation de Castres, qu’il assimilait à Chartres. L’épopée illustre elle aussi le succès des crapauds sur les croissants, cf. Hervé PINOTEAU « De Clovis à Pharamond : coup d’œil sur l’héraldique mérovingienne », dans Clovis, 1997, tome II, p. 177-90, notamment p. 183. Tout ceci prouve que, contrairement à ce qu’avançait E. ROY (ibid.), ce n’est pas la seule dévotion de Clovis pour saint Martin qui amène l’épisode de l’écu dans La Belle Hélène. Bien au contraire, la maladresse sur le plan de l’intrigue souligne la nécessité d’insérer une mention désormais attendue dans le contexte idéologique du moment.

34 Des pouvoirs en France 1300-1500, Paris, PENS, 1992, p. 52, dans « Le légendaire de la monarchie française. Le prologue de Raoul de PRESLES à sa traduction de La Cité de Dieu. texte et image ».

35 Ms. 24372, B.n.F. fonds français, f° 1 recto, v. 6-10, cf. notre article cité supra.

36 Laisses 182-184 de Theseus de Cologne, a general study and partial edition, par Elisabeth E. ROSENTHAL, Birkbeck College, University of London, 1975, tome 2, p. 58 sq. Cf. R. BOSSUAT « Theseus de Cologne », Le Moyen Âge, t. 65 (1959), p. 552-53.

37 Ed. N. LABORDERIE, Paris, Champion, 1991, v. 1834-38, cf. aussi v. 5806-16.

38 Cf. Lion de Bourges, éd. W. KIBLER et alii, Genève, Droz, 1980, v. 5753 et Tristan de Nanteuil, éd. K. V. SINCLAIR, Assen, Van Gorcum, 1971, v. 16434. Toutefois, le procédé n’est pas nouveau : on le trouve déjà dans Aiquin, éd. F. JACQUES, Senefiance n° 8, Aix, Cuer ma, 1979, v. 379, mais il revêt dans Lion de Bourges une importance particulière (voir infra). S’il n’est pas fait mention de l’envoi des fleurs de lys lors de la bataille contre les Saisnes et les Allemands, l’octroi de la victoire par Dieu, la conversion et le baptême de Clovis avec l’envoi miraculeux de la sainte ampoule à saint Remi ont constitué un sujet assez important à la même époque pour être portés à la scène, cf. Miracles de Notre Dame par personnages, éd. G. PARIS et U. ROBERT, t. VII, Paris, F. DIDOT, 1873, miracle 39, notamment v. 1896 jusqu’à la fin.

39 Ed. N. LABORDERIE, Paris, Champion, 1997, v. 3676-80. Cf. Marc BLOCH, op.cit., p. 230. Dans Jourdain de Blaye en alexandrins, éd. T. MATSUMURA, l’enjeu est plutôt pour Jourdain de respecter son suzerain (v. 3031-33), mais l’effroi inspiré par les lys est présent (v. 9374-87), car même s’il s’agit des armes de Jourdain lui-même, elles comportent en chef les lys de France (cf. v. 21461-65). L’oriflamme de Charlemagne est mentionnée v. 22586.

40 Cf. Philippe CONTAMINE, 1975, p. 11, 15, 19. L’influence des Grandes Chroniques de France est assurée. Ce transfert explique peut-être le bénéfice accordé ultérieurement à Clovis du don de l’oriflamme chez Ronsard, cf. infra note 52.

41 Cf. Franck COLLARD, op. cit., p. 181-182.

42 Cf. respectivement R.BOSSUAT, art. cité, notamment p. 312 sq., le début de Ciperis de Vignevaux, éd. WOODS, Chapel Hill, University of North Carolina, et notre édition partielle de Dieudonné de Hongrie, Lille, ANRT, 1986, la fondation de l’abbaye étant évoquée v. 14931. La tradition de l’invention des corps saints se poursuit dans les adaptations en prose : ms. B.n.F., f. fr. 1473, Le Roman de Theseus, chapitre I ou dans les Gestes de Courtenay de Nicolle HOUSSEMAYNE, ms. B.n.F., f. fr. 4962, f° 6. La critique ne s’accorde pas pour autant sur la notion de cycle de Dagobert, cf. MÉNARD, art. cité, p. 230.

43 Cf. notre article supra et « Hugues Capet : mystification ou mystique de la royauté ? », dans La Figure du roi (Bien dire et bien aprandre n° 17, 1999), p. 63-75.

44 Cf. notre article sur Dieudonné de Hongrie, p. 283-84 et note 26.

45 Der roman der Königin Sibille in drei prosaffasungen des 14. und 15. Jahrhunderts, éd. H. TIEMANN, Hambourg, Veröffentlichungen aus der Staats-und Universitätbibliothek, 1977, p. 202. L’exemple est d’autant plus intéressant qu’outre l’anachronisme du sacre à Reims, cette formulation de serment n’apparaît pas dans la version espagnole, pourtant en général fort proche de la version française, ce qui souligne la spécificité française.

46 Ed. citée, laisse 188, cf. R. BOSSUAT, art. cité, p. 115.

47 Il est notable que dans une œuvre comme Florent et Octavien la mention de l’oriflamme soit extrêmement succinte (v. 5648-55) par rapport aux autres éléments : un chef païen veut venger un mort en abattant l’oriflamme.

48 Cf. Ph. CONTAMINE, 1992, p. 51.

49 Le couronnement à Reims est significatif non seulement pour les héritiers légitimes mais également pour les traîtres comme réussite de leur manigance, cf. par exemple Jourdain de Baye en alexandrins, éd. citée, v. 378, 6914, 10646.

50 Dans Florent et Octavien, on trouve « Mais le roy qui fu chief du lignage royel » (v.3111), formule inconnue de l’épopée classique, et qui trahit des préoccupations contemporaines.

51 Cf. Marc BLOCH, op. cit., p. 357.

52 Le passage est cité par Ph. CONTAMINE, 1975, p. 65-66, cf. RONSARD, Œuvres complètes, éd. G. COHEN, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1950, t. I, chant IV, p. 763. Suit un long récit avec notamment l’épisode du cerf montrant le gué pour traverser la Vienne, p. 764. RONSARD consacre également un long passage à Dagobert (p. 770-71). Nous n’avons pu consulter l’ouvrage de Guy LE FEVRE DE LA BODERIE, La Galliade, Paris, Guillaume CHAUDIERE, 1578, pour vérifier l’usage fait de la figure de Clovis, dans l’explication de l’origine gomérite des rois français, cf. Alexandre T. HARAN, Le Lys et le globe, Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 119-21.

53 Paris, Charles DU MESNIL, 1653.

54 Ibid., p. 168 (Mahy est l’ancêtre des Montmorency, premiers barons de France, et va transmettre l’écu à Clovis), soit p. 133 de l’éd. de 1658. En effet, tous ces passages sont repris dans le remaniement de 1658, Saint Louis ou la sainte couronne reconquise, Paris, Augustin COURBE, poème qui présente de nombreux interventions divines en faveur de saint Louis, spontanées ou à sa prière, p. 291 sq., 413-14, 422 sq., 577-78. Le corps de Robert d’Artois est emporté par les anges (p. 441-42). Par ailleurs, le roi y accomplit des exploits surhumains (p. 464-65, 570-75), on trouve un enchanteur déguisé en monstre (p. 506-07), à l’âme emportée par les démons, un aigle vient en aide aux chevaliers pour trouver une eau miraculeuse grâce à laquelle le roi guérit (p. 508 sq.), cependant que l’infidèle est guéri par le baptême (p. 532) : tout ceci reflète l’esprit épique qui nourrit cette œuvre.

55 Sauf inattention de notre part, la charge symbolique effrayante de l’oriflamme est surtout due au char qui la transporte p. 169 de l’édition de 1653, et p. 133-34 de celle de 1658.

56 Leyden, Jean SAMBIX, 1656, livre huitième, p. 220, v. 25 sq. Entre les pages 220 et 225, l’ensemble des regalia est énuméré et le déroulement de la cérémonie est donné à voir.

57 Pour plus de détails, se reporter à Alexandre T. HARAN, op. cit., notamment au chapitre IV « Les attributs messianiques du roi Très Chrétien », p. 141-79.

58 Clovis ou la France chrestienne, poeme héroïque, enrichy de plusieurs Figures, Paris, Louis de Heuqueville, 1681.

59 Cf. Philippe CONTAMINE, 1992.

60 DESMARETS, op. cit., feuillet I v°-II r°. Pour l’épisode lui-même, voir livre IX, p. 154-55.

61 Nous nous limitons par nécessité aux poèmes héroïques touchant de près à notre propos, mais il faudrait étudier non seulement les textes poétiques, les miroirs des princes, mais aussi les dédicaces et autres avant-propos qui touchent à la louange car, comme l’écrit Denis LOPEZ dans « L’idéalisation du prince dans la poésie encomiastique du XVIIe siècle », dans Images européennes du pouvoir, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, 1995 : « Au XVIIe siècle, l’épopée, largement illustrée, la poésie religieuse, très abondante, et le lyrisme officiel, non moins abondant, évoluent dans la même sphère. L’exaltation, la célébration des héros, des rois et de Dieu participent du même principe de représentation ». Il existe par exemple un Clovis, poème héroï-comique d’un certain LEJEUNE, Paris, Fournier, 1763. La production théâtrale serait également à considérer : outre une tragédie Clovis attribuée au Père J. de JOUVANCY ou au Père J. de LA BAUNE, Paris, G. MARTIN, 1686, existe, sans doute du même auteur et chez le même éditeur, un Carolus Magnus de 1684, redonné avec un autre ballet en 1698. L’art pictural n’est pas en reste et Le Baptême de Clovis par Pierre PUGET (Musée des Beaux-Arts de Marseille) n’a rien à envier aux enluminures de La Cité de Dieu, avec l’ange porteur de la sainte ampoule et de l’écu fleur de lys et un soldat tenant un grand étendard rouge propre à évoquer l’oriflamme, cependant que Clovis est vêtu de blanc, couleur royale, et d’un manteau bleu, qu’il porte l’épée et que son diadème est posé sur les fonts baptismaux ; mais ces détails vestimentaires se retrouvant dans Le baptême de Constantin, au mieux peut-on supposer que le peintre prête à l’empereur romain les couleurs royales françaises.

62 Paris, TISSOT. Une autre édition, moins luxueuse, est sortie à Genève la même année chez J. MOKPAP.

63 Les Œuvres complètes de Voltaire, Genève, Institut et Musée Voltaire, tome 7, 1970, édition critique de La Pucelle par J. VERCRUYSSE.

64 Chant II. On pourrait penser que le portrait haut en couleurs de l’héroïne est plutôt dans l’esprit du XVIIIe siècle, mais l’idée exprimée par « Ses tétons bruns, mais fermes comme un roc,/ Tentent la robe, et le casque, et le froc » (II, 50-51) se trouve déjà dans l’épopée, comme à propos de Clarinde dans Tristan de Nanteuil : « Mais pour sa grant beauté fu souvent reguetie/De prestres et de clers, et de chevallerie » (éd. citée, v. 18242-43).

65 Jeanne traverse de nuit le camp anglais autour d’Orléans, mange et boit à la santé du roi de France en compagnie de « monsieur Denis » (II, 298-301), vole épée et culotte de Chandos (302-05), dessine trois fleurs de lys sur l’échine d’un page endormi (320-23), et : « Le bon Denis voyait, se pâmant d’aise,/ Les lys français sur une fesse anglaise ». (324-25). Le choix de saint Denis par Voltaire relève peut-être aussi de la dévotion particulière de Jeanne d’Arc pour ce saint, cf. Philippe CONTAMINE, 1975, p. 60, note 1.

66 Les Œuvres complètes de Voltaire, éd. citée, tome 2, 1970, éd. de La Henriade par O. R. TAYLOR.

67 LAMARTINE, Œuvres poétiques complètes, éd. M.-Fr. GUYARD, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1963, p. 1728. Voir aussi p. 149-54, où le fragment sur l’ange se rapporte également au poème sur Clovis, avec une vision.

68 Ibid., respectivement dans le « Chant du sacre », p. 247 sq., notamment p. 267 (il est également question de Charlemagne, p. 255) et dans les deux versions de l’ode p. 43 et 1813.

69 Œuvres poétiques, tome I, éd. P. ALBOUY, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1964, ode « Le baptême du duc de Bordeaux », p. 326, sections IV et V.

70 Ibid., p. 381-83. L’association est constante, comme le souligne l’analyse de programmes picturaux par Véronique ALEMANY-DESSAINT, « La fortune artistique de Clovis », dans Clovis, 1997, t. II, p. 821-28.

71 Cf. Philippe BOUTRY, « Clovis romantique », dans Clovis, 1997, t. II, p. 644-45. Lemercier avait déjà écrit une tragédie Charlemagne, Paris, Burba, 1816 ; auparavant avait déjà parue celle d’Etienne AIGNAN, Brunehaut ou les successeurs de Clovis, Paris, Vente, 1811. Cette inspiration a perduré au théâtre avec notamment Clovis ou le Baptême de la France, d’Auguste LEFRANC, Paris, Retaux-Bray, 1891, Clovis de France de Max FRANTEL, Paris, M. Thérain, 1943, et Clovis ou Le destin chrétien de la France de Jean-Louis PICOCHE, St-Vincent-sur-Oust, Elor, 1996.

72 Œuvres romanesques et voyages, éd. M. REGARD, Paris, Gallimard La Pléiade, t. II, 1969, p. 204. On notera d’une part que Mérovée agite un drapeau blanc, couleur royale par excellence, et d’autre part que la marée d’équinoxe qui sauve les Francs tient de l’intervention divine.

73 Les Épopées françaises, 2e édition, Paris, S.G.L.C., 1892, tome III, p. 99.

74 Cf. Ph.CONTAMINE, 1975, p. 67 et voir A.T.HARAN, op. cit.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540