Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Année mille, an mil

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Un peuple de l’An Mil : les Turcs vus par leurs voisins

Michel Balivet

Texte intégral

  • 1 MANTRAN (1969), p. 156-157 ; une anecdote d’époque abbasside rapporte que, lorsque al-Mu’tazz (866 (...)
  • 2 Ibid., passim.
  • 3 RONAS-TAS (1991), p. 37.

1Les Turcs, peuple de l’An Mil ? Cette formulation, pour être utilisable, appelle immédiatement plusieurs précisions. Si cela veut dire que les Turcs apparaissent pour la première fois dans le Proche-Orient islamo-chrétien au début du deuxième millénaire de notre ère, ce n’est pas exact car les peuples turcs sont présents depuis plusieurs siècles dans cette zone. Islamisés, ils jouent, dès le VIIIe siècle, un rôle militaire et politique important dans le califat abbaside1 ; une dynastie turque, les Tûlûnides, gouverne l’Égypte de 868 à 9052. À Byzance, les Turcs sont connus depuis le VIIe siècle où le Khan Isthemi envoie une ambassade à Constantinople en 5673.

  • 4 MATHIEU d’EDESSE, p. 40-41.
  • 5 Est-ce volontairement que le calife fatimide al-Hâkim choisit l’année 400 de l’hégire pour détruir (...)

2Les Turcs, peuple de l’An Mil ? Autre question soulevée : de quel millénium s’agit-il ? Il n’est bien entendu question ici ni de l’indiction byzantine, ni des computs arménien et syriaque ni de l’hégire musulmane, pour parler des calendriers des principaux peuples témoins de l’arrivée massive des Turcs dans le Proche-Orient du XIe siècle. L’Arménien Mathieu d’Edesse par exemple situe la première apparition des Turcs dans les années 467 de l’ère arménienne (1018-1019)4 ce qui correspond dans les chroniques musulmanes aux années 399-400 de l’hégire. Il convient donc dès l’abord de répéter ce qui est une évidence mais qui évitera toute erreur de perspective : le millénaire occidental ne correspond, sauf exception5, à rien de pertinent pour les principaux peuples confrontés les premiers aux invasions turques du XIe siècle.

3Ceci étant dit, les années 1 000, du calendrier ab Incarnatione, représentent effectivement une période lourde de mutations politiques, de changements hégémoniques et d’affrontements renouvelés et durables entre mondes chrétien et musulman en général, et plus précisément entre les Turcs et les chrétiens occidentaux.

  • 6 La durable alliance franco-turque à partir de François 1er et de Soliman le Magnifique, est un peu (...)

4En ce sens, les Turcs sont non seulement le peuple ou l’ensemble de peuples qui apparaît massivement autour de l’An Mil au Proche-Orient et en Méditerranée de l’est, mais ils vont rapidement devenir les principaux adversaires de l’Europe occidentale pendant presque 1000 ans. On peut dire en effet que le premier siècle du second millénaire de notre ère inaugure une période de plus de 800 années de chocs frontaux entre l’Europe occidentale et les Turcs. Cela commence avec la première croisade en 1095-96, et se termine d’une certaine manière par la défaite ottomane en 1916-17 et avec l’évacuation de Constantinople et de l’Anatolie par les alliés, entérinée par la conférence de Lausanne en 19236.

  • 7 Par ex, Anonyme, p. 75, 81.
  • 8 Cité par DUPROND (1997), p. 537.
  • 9 Sur les phénomènes d’interattraction turco-chrétienne au Moyen Âge, je renvoie à mes deux ouvrages (...)

5À l’égard de cet ennemi de longue durée, il y eut un ton remarquablement constant dans le discours anti-turc des Européens. Aux apostrophes de « pessimus Turcus, Turcus inimicus Dei et sancte Christianitatis, iniquissimus barbarus, etc... » des chroniqueurs de la première croisade7, répond comme un écho fidèle le discours du président Wilson à la fin de 1916, qui prône, pour éradiquer « ...la sanglante tyrannie des Turcs, le rejet hors d’Europe de l’Empire ottoman décidément étranger à la civilisation occidentale »8. Il faut préciser cependant que les relations euro-turques, même au Moyen Âge, période de grand engagement religieux collectif pour les sociétés qui nous intéressent ici, ne se réduirent en aucun cas aux seuls comportements conflictuels ; Il y eut aussi à l’occasion, un certain intérêt pour l’adversaire pouvant aller jusqu’à une relative estime mutuelle. Je laisserai une certaine place à ces témoignages moins négatifs formulés ici et là par les voisins des Turcs9.

  • 10 Je parlerai peu ici des sources turques elles-mêmes qui, pour le Moyen Âge proche-oriental, sont e (...)
  • 11 Cf. par ex. « se faire turc » dans le français classique, pour « devenir musulman », usité jusqu’a (...)

6C’est donc une sorte de « portrait-robot » du Turc, portrait reconstitué à partir de diverses sources médiévales, que je vais tenter de dresser, en utilisant volontairement témoignages chrétiens et musulmans confondus pour mettre en relief certaines analogies entre les deux groupes de sources, les Turcs paraissant presque aussi étranges à leurs alliés arabes et persans qu’à leurs adversaires chrétiens10. De plus, si ce portrait dressé par les voisins des Turcs, de langue arabe, grecque, arménienne ou latine, est au départ, relativement fruste, il s’affine au cours des siècles ; les sources occidentales par exemple qui, au XIe siècle, distinguent souvent mal les Turcs au sein des autres « Sarrasins », forgent petit à petit une image plus nette de celui qui est en passe de devenir le principal adversaire musulman de la chrétienté au point que le terme de « Turc » finira par devenir synonyme de « musulman » dans la plupart des langues européennes jusqu’au XIXe siècle11.

7Le fort particularisme des Turcs, peuples originaires d’Asie centrale et cousins des Mongols, leur culture originale mêlant le chamanisme aux diverses religions qu’ils adoptèrent à certains moments de leur histoire (bouddhisme, manichéisme, christianisme nestorien), leurs comportements longtemps très imprégnés de leurs origines nomades, font qu’ils se démarquaient nettement de leurs coreligionnaires arabes, persans et kurdes. La perception qu’en eurent leurs voisins, musulmans comme chrétiens, ne pouvait à la longue, qu’entériner ce particularisme prononcé des Turcs, d’autant plus que, arrivés massivement au XIe siècle au Proche-Orient, leur rôle militaire et politique devint par la suite de plus en plus prépondérant.

  • 12 RÂVANDI, p. 17-18, CHI, p. 15.
  • 13 LEWIS (1984) p 85 ; côté sunnite, la haine est aussi forte, au point de considérer que tuer un Ism (...)

8Les sources musulmanes font, en général, de ces nouveaux convertis un facteur de reprise de l’expansion de l’islam et leur sont favorables : « Plaise à Dieu, dit un auteur persan, que les défenseurs de l’islam que sont les Turcs, prospèrent »12. Une catégorie de musulmans cependant voit d’un fort mauvais œil ces Turcs ralliés à l’islam sunnite. Ce sont les chiites et plus particulièrement la branche extrémiste des Ismaéliens, dite Hachîchiyya, les fameux « Assassins » des chroniques occidentales. Farouches adversaires de la dynastie turque seldjoukide qui domine le Proche-Orient à partir du milieu du XIe siècle environ, ils se livrent à des attentats contre les dirigeants politiques qui s’opposent à eux. Pour leur chef Hasan-i Sabbâh (mort en 1124), tout meurtre de notable sunnite « ...est le commencement de la félicité »13.

9Quant aux chrétiens d’Orient qui ont eu à subir les invasions turques bien avant l’arrivée des croisés, leur première perception du nouvel ennemi musulman est, bien entendu, très négative, avec un certain nombre de nuances selon l’origine des auteurs.

10Le portrait du Turc fait par la chronique arménienne, par exemple, est clairement intégré dans un contexte eschatologique, basé sur les célèbres prophéties de Saint Nersès. Voici ce que dit Mathieu d’Edesse de la première apparition des Turcs en Arménie :

« Au commencement de l’année 467 (17 mars 1018-16 mars 1019), un fléau annonçant l’accomplissement des menaces divines tomba sur les chrétiens (...). Il arriva des serpents ailés pour vomir des flammes sur les fidèles du Christ. Je veux, par ce langage, faire entendre la première irruption des bêtes féroces assoiffées de sang. À cette époque se rassembla la sauvage nation des infidèles que l’on nomme Turks. S’étant mis en marche, ils entrèrent dans la province de Vasbouragan ».

11Pour comprendre la portée de cet événement, le roi arménien Sénakérim :

  • 14 MATHIEU d’EDESSE, p. 40-42.

« ...passait des nuits entières sans sommeil, occupé sans cesse à l’examen des temps et des paroles des Voyants, oracles de Dieu, ainsi que des saints docteurs. Il y trouva consigné dans les livres l’époque marquée pour l’irruption des Turks, et sut que la destruction et la fin du monde étaient imminentes »14.

12Les auteurs byzantins rapportent de même la première irruption des Turcs sur leurs frontières. Michel Attaliatès décrit ainsi les événements des années 1040 :

  • 15 Le sultan Seldjoukide Toghrul Beg.
  • 16 ATTALIATÈS, p. 43-44.

Les Turcs « ...traversèrent les fleuves qui les séparaient de la Perse par les gués les plus praticables. Celui qui les conduisait et leur ouvrait la voie15, bien que de basse condition, fut investi de la souveraineté de la Perse après le décès du souverain régnant. Ce peuple nephtalite (les Turcs) déploya une force irrésistible et s’approcha des frontières de l’Ibérie (Géorgie) vers le soleil levant, et, parcourant le plus vaste territoire possible, ils firent même prisonnier le général des Romains (Byzantins). Ils firent des incursions continuelles chaque année et causèrent des dommages importants aux territoires romains. Les garnisons romaines qui tentèrent de les arrêter, eurent le dessous, parce que leurs adversaires maniaient l’arc avec dextérité et atteignaient leurs cibles à grande distance, semant ainsi la terreur parmi leurs adversaires. C’est ainsi qu’ils parcoururent sans trêve tout le pays des Romains (l’Anatolie), pillant bourgs et villages, détruisant les plus grandes cités et transformant les campagnes en désert »16.

  • 17 Par ex, THÉODORE GAZA, De origine Turcarum ; THÉODORE SPANDOUYN, Petit Traicté de l’origine des Tu (...)
  • 18 SKYLITZÈS, p. 566.

13Un autre chroniqueur byzantin, Jean Skylitzès, se pose à la fin du XIe siècle la question de l’origine des Turcs, thème qui sera abondamment exploité jusqu’à la fin du Moyen Âge et au-delà17. Skylitzès fait des Turcs, comme souvent à Byzance, une branche des Huns : « Le peuple turc est de la race des Huns. Habitant au nord du Caucase, il est très nombreux et indépendant, et il n’a jamais encore été soumis par aucun autre peuple »18.

14A posteriori, un écrivain syriaque comme le patriarche jacobite Michel (2e moitié du XIIe siècle), liera le déclenchement de la croisade aux persécutions particulièrement cruelles qu’auraient fait subir les Turcs aux pèlerins, surtout à ceux d’Occident, à partir des années 1070, époque où les Turcs occupèrent la Palestine :

  • 19 MICHELLE SYRIEN, III, p. 182 ; pour C.CAHEN(1974), C, p. 118-125, la conquête turque n’a été qu’un (...)

« Comme les Turcs régnaient dans les pays de Syrie et de Palestine, ils infligeaient des maux aux chrétiens qui allaient prier à Jérusalem, les frappaient, les pillaient, prélevaient la capitation à la porte de la ville, et aussi au Golgotha et au Saint-Sépulcre. Et en outre, toutes les fois qu’ils voyaient une caravane de chrétiens et surtout ceux qui venaient de Rome et des pays d’Italie, ils s’ingéniaient à les faire périr de diverses manières »19.

15Quant aux auteurs occidentaux qui découvrent, pour la première fois collectivement, au moment de la croisade de 1096-1099, le belliqueux adversaire turc, ils sont tout d’abord assez peu précis dans leurs descriptions de l’ennemi musulman au sein duquel la composante turque est assez mal cernée.

  • 20 ANONYME, p. 51, 69, 127 ; il est question, p. 51, d’une mythique parenté entre Turcs et Francs, re (...)
  • 21 ANONYME, p. 49, 106, 111, 173.
  • 22 GUIBERT de NOGENT, p. 66, 174. À la bataille de Dorylée, cet auteur voit en face des croisés des t (...)
  • 23 GUIBERT de NOGENT, p. 78-83 ; DELORT (1988), p. 244-245.

16Par exemple, chez l’anonyme normand, témoin oculaire de la première croisade, si la vaillance remarquable des Turcs au combat est signalée plusieurs fois20, la plupart du temps ces derniers sont présentés comme un des peuples ennemis parmi d’autres où l’on trouve pêle-mêle « Turcs, Arabes, Sarrasins, Persans, Pauliciens, Angulans, Azymites Kurdes »21. Vers 1110, Guibert de Nogent qui écrit d’Europe, sans connaître l’Orient, confond volontiers Arabes, Turcs, Sarrasins, Parthes, Perses, et gent païenne, dans une terminologie fluctuante22. De même dans les discours pontificaux à l’origine des deux premières croisades, celui d’Urbain II et celui d’Eugène III, il n’y a aucune allusion aux Turcs en tant que tels23.

17Ce n’est que courant XIIe siècle, lorsque les Turcs s’installent définitivement en Anatolie, avant d’occuper les Balkans à partir du XIVe siècle, que le portrait-robot d’un ennemi qui ne cesse de pousser ses conquêtes vers l’Europe, va gagner en netteté et acquérir une personnalité propre qui le démarque de celui des autres musulmans. Portrait du Turc affiné également chez ces derniers, Arabes ou Persans, devenus progressivement sujets de pouvoirs turcs (Égypte, Palestine et Syrie mameloukes, Irak et Azerbaïdjan des Hordes du Mouton Noir et du Mouton Blanc et enfin Turcs ottomans qui uniront l’ensemble du monde musulman méditerranéen, pontique et riverain de la Mer Rouge).

  • 24 Cf. Roman de Baybars, par ex, p. 21, 23, 27, 243 : si l’exotisme des Francs (chrétiens d’Occident) (...)

18Et curieusement, ce Turc de plus en plus omniprésent est décrit d’une manière assez proche, en maints endroits, par les sources chrétiennes et musulmanes comme si « l’exotisme » du Turc était aussi flagrant pour ses alliés arabo-persans que pour ses adversaires chrétiens24. Je mêlerai donc volontairement, comme je l’ai dit, les deux groupes de témoignages pour en faire ressortir, à côté des divergences, certaines analogies dans l’élaboration du portrait du Turc médiéval.

19Si ce portrait du Turc comporte de large touches sombres où la violence et la cruauté le disputent à l’ignorance et la barbarie, il a aussi des zones claires que tout le monde reconnaît, auteurs chrétiens et musulmans. Je commencerai par cet aspect positif de l’image élaborée par les voisins des Turcs car elle est peut-être moins connue.

  • 25 La comparaison est bien sûr très banale mais elle apparaît sans cesse dans toutes les sources comm (...)
  • 26 IMÂD AD-DÎN, p. 341.
  • 27 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 104.
  • 28 ANONYME, p. 53.
  • 29 MOUTON (1994), p. 74.
  • 30 ANONYME, p. 45.
  • 31 Ibn AL-QÂLANISÎ, p. 295.
  • 32 GÉRARD (1939), p. 20.

20Un point incontestable pour tous, est la valeur guerrière du Turc. Courageux « comme un lion »25, c’est un cavalier et un archer émérite : « Les Turcs montés sur leurs petits chevaux, environnaient l’ennemi de leurs flèches » écrit une source arabe de la troisième croisade26 ; un Byzantin de la même époque parle des « chevaux (des Turcs) aux pieds légers, aux brides serties d’argent, parés d’ornements splendides, en particulier de cloches tintantes suspendues aux crinières »27. « Personne ne les égale en puissance, en courage et en science de la guerre », affirme un croisé qui les combat28. Portant un vêtement court et rembourré le kazagand, ou parfois une cotte de maille (libâs al-hadîd)29, poussant des « ...huées et des cris retentissants »30, ces « Turcs de choc » (al-Atrâk al-qottâl)31 comme les appelle une chronique damasquine, chargent, l’épée coincée sous l’aisselle pour le corps à corps, jetant à l’occasion des filets sur l’ennemi pour l’immobiliser32.

  • 33 Les peuples de la steppe souvent appelés « peuples des archers »(par ex, SMBAT, p. 98, 101) furent (...)
  • 34 Al-DJAHÎZ cité par BAZIN-GÖKALP, Dede Korkut, p 47.
  • 35 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 100.
  • 36 Al-DJAHÎZ cité par BAZIN-GÖKALP, Dede Korkut, p 48.

21Cette pugnacité n’a cependant rien d’anarchique car elle est endiguée par une tactique, presque toujours couronnée de succès, le stratagème de la fausse fuite, redoutable pour l’adversaire à cause de la dextérité du Turc comme cavalier et archer33. « Si (le Turc) tourne bride, explique un chroniqueur musulman, c’est un poison mortel, le trépas infaillible, car il place la flèche derrière lui aussi exactement qu’il la place en avant »34. Ce que confirme une source grecque : en fuyant « ...le Turc, tenant la flèche dans ses mains, la décoche en se tournant(...) Il vainc ainsi son ennemi alors que celui-ci était sur le point de le prendre ; soudain le poursuivi devient le poursuivant »35. Très endurant, il n’est étranger à rien de ce qui touche les activités de la société nomade dont il est issu : « Quand le Turc chemine avec des troupes qui ne sont pas de sa race, il fait vingt milles pendant qu’ils en font dix(...). Il est à la fois berger, palefrenier, dresseur, maquignon, maréchal-ferrant, vétérinaire et cavalier »36.

  • 37 Cité par GROUSSET (1934), I, p. 549, ces nomades sont appelés selon les sources, « Turcomans », «  (...)
  • 38 P. 50-51.
  • 39 Cité par BAZIN-GÖKALP, Dede Korkut, p. 48.
  • 40 IMÂD AD-DÎN, p. 229.
  • 41 Ibn AL QALÂNISÎ, p. 38.
  • 42 Ibn SA’ID, dans CAHEN (1974), XI, p. 42.

22Les sources distinguent bien en effet ceux des Turcs qui gardent le mode de vie tribal de ceux qui, policés et sédentarisés, se sont iranisés, arabisés, voire byzantinisés. Les premiers qui, selon l’Estoire d’Eracles37 « ...n’habitent mie en citez, mès en tentes et paveillons touzjors », sont décrits par les sédentaires, chrétiens et musulmans comme un groupe humain étrange, « ...une gent sauvage qui ne sème et habite tente de feutre(...). Ils ont vesture de peau de mouton (...) si vivent de lait et de chair » (Robert de Clari)38. « De toutes les créatures du monde, il n’en est pas une dont l’organisme s’accommode d’être nourri exclusivement de viande, excepté le Turc » (Al-Djahîz)39. Comme les anciens peuples de la steppe, tels les Huns d’Attila, ces nomades turcomans vont au combat avec leurs familles et leurs troupeaux ce qui décontenance l’adversaire, par exemple au moment du passage de Frédéric Barberousse en Anatolie (1190) où les tribus turques combattent les Allemands « ...avec leurs chevaux, leurs bêtes de somme, leurs bovins et leurs moutons »40. Ces Turcomans sont toujours en première ligne contre croisés ou Byzantins ; ils vont au combat pour accomplir, certes, le devoir de guerre sainte : à l’approche de la première croisade, le sultan Kilidj Arslân « ...se mit à recruter des troupes contre les Francs et à proclamer l’obligation de la Guerre Sainte. Il fit appel à tous les Turcomans qu’il put pour l’aider contre les Francs. Ils répondirent nombreux à son appel »41 ; mais ils y vont tout autant et plus, pour satisfaire leur insatiable désir de razzia : « Les Turcomans sont aguerris à des razzias contre la population côtière (de l’Asie-Mineure) dont ils enlèvent les enfants pour les vendre aux musulmans »42.

  • 43 RÂVANDI, p. 17-18.
  • 44 Le chevalier du Temple, dans MICHAUD(1853), III, p 462 ; à la fin du Moyen Âge, les sources turque (...)

23Tribus nomades ou armée régulière des sultanats turcs, dans tous les cas, une réputation de quasi-invincibilité s’implante rapidement chez les alliés comme chez les adversaires des Turcs : le chroniqueur persan Râvandî constate que : « ...dans les pays des Arabes, des Persans, des Grecs, l’épée est entre les mains des Turcs et la peur de leurs coups est fermement implantée dans tous les cœurs »43 ; tandis qu’une source franque se lamente des succès militaires des Turcs : « Oui, mille fois insensé celui qui veut encore combattre les Turcs, puisque le Christ lui-même ne leur dispute rien. J’en gémis : ils ont vaincu, ils continuent de vaincre Francs, Tartares, Arméniens, Persans, et chaque jour ils obtiennent de nouveaux avantages »44.

  • 45 Le grand historien arabe IBN al-ATHÎR par exemple, lie expressément la prise de Tolède, la conquêt (...)
  • 46 CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 441 ; le compliment est d’ailleurs mitigé et la victoire du sultan mam (...)

24De fait, en des périodes où le monde musulman se sent attaqué de toute part (par la Reconquista espagnole, par l’implantation normande en Sicile, par les croisés puis par les Mongols au Proche-Orient45), les pouvoirs turcs seldjoukides ou mamelouks font figure de vigoureux défenseurs de l’islam : même si les auteurs arabes n’aiment pas nécessairement la lourde férule des Mamelouks, ils reconnaissent que ceux-ci sont « ...les meilleurs parmi les Turcs », car ils ont vaincu les Mongols46.

  • 47 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 13.

25Ce rôle de bouclier de l’islam endossé par les Turcs, est facilité par leur capacité, dans les cas critiques, à s’unir malgré leurs différends ; selon un chroniqueur grec, dans l’Anatolie du XIIe siècle, les émirs, bien qu’opposés par une très forte rivalité, savent à l’occasion faire jouer la solidarité pan-turque contre leurs ennemis : « Mohammed Ibn Dânishmend contacta secrètement son compatriote, le seldjoukide Mas’ûd, et proposa qu’ils mettent leur inimitié de côté, soutenant que s’ils ne se réconciliaient pas et que Mas’ûd s’alliait aux Byzantins, la cause des Turcs serait menacée »47.

  • 48 IMÂD AD-DÎN, p. 395.

26C’est que le prince turc, selon les sources musulmanes, est souvent présenté comme un homme conscient de son devoir de dirigeant comme des responsabilités qui incombent à sa fonction. Le gouverneur de Jérusalem après la reprise de la ville par Saladin (1187) « ...était Husâm al-Dîn Siyârûkh, un Turc dont les cheikhs imitaient l’austérité et la dignité de vie ; il avait de la douceur et de la religion ; il ne cessa pas de s’acquitter scrupuleusement de ses devoirs »48.

  • 49 MATHIEU d’EDESSE, p. 172.
  • 50 SMBAT, p. 82.
  • 51 MICHEL LE SYRIEN, III, p. 390-391.
  • 52 Sous le nom de Huon de Tabarié héros de L’Ordene de chevalerie, MOUTON (1994), p. 90-91. On sait l (...)
  • 53 MOUTON (1994), p. 91.
  • 54 ALEXIS MAKREMBOLITÈS p. 196, 218 ; BROQUIÈRE, p. 149.

27Même les sources chrétiennes, arméniennes et syriaques, reconnaissent la valeur de certains dirigeants turcs et le bon traitement accordé à leurs sujets chrétiens. Pour Mathieu d’Edesse, le grand sultan seldjoukide Malik Châh (1072-1092) « ...fut favorisé par Dieu ; son Empire s’étendit au loin et il accorda le repos à l’Arménie(...). Son cœur était rempli de mansuétude pour les chrétiens ; il se montrait comme un père tendre pour les habitants des pays qu’il traversait »49. Selon la chronique attribuée au connétable Sembat, Toghrul Châh, seigneur turc d’Erzurum au début du XIIIe siècle « ...était un homme bienveillant, qui se comporta amicalement avec le roi Léon (de Petite Arménie) toute sa vie durant. Il avait la plus grande amitié pour les chrétiens »50. Le patriarche jacobite Michel le Syrien décrit avec chaleur l’accueil que lui réserva le sultan Kilidj Arslân II à Malatya en 1182 : « Quand le sultan me rencontra, il ne me laissa pas descendre de monture et il me serra dans ses bras(...). Il m’écouta avec plaisir et je mêlai au discours une exhortation de telle sorte que des larmes coulèrent de ses yeux »51. L’atâbeg de Damas Toghtekîn laissa un tel souvenir aux croisés qu’ils en firent le héros d’un roman de chevalerie du XIIIe siècle52. De même le régent de Damas, Anur, allié du roi de Jérusalem, est appelé par Guillaume de Tyr fidelissimus prosecutor foederis, populi nostri amator etc...53. On reconnaît parfois la piété des Turcs « ...qui n’ont pas le nom de chrétiens mais en ont le comportement » ainsi que l’écrit le Byzantin Alexis Makrembolitès au XIVe siècle. On les préfère même, en milieu occidental, aux Grecs, comme ce voyageur bourguignon qui déclare dans son Voyage d’Outremer fait en 1432-33 : « Autant que j’ay hanté lesditz Grecz et que j’ay eu affaire entre eux, j’ay plus trouvé d’amitié aux Turcz et m’y fieroye plus que auxditz Grecs »54.

  • 55 Les établissements des sultanats seldjoukide, mamelouk et ottoman sont des signes indéniables de l (...)

28Ces souverains turcs appréciés par beaucoup et qui créèrent des États puissants fortement structurés, étroitement hiérarchisés et administrés avec succès55, ont un sens aigu de la majesté du pouvoir. Dès l’époque seldjoukide, cela se manifeste par une surenchère de titres dont le chroniqueur Ibn al-Qalânisî donne quelques exemples extrêmes non sans quelque ironie :

  • 56 Ibn AL-QALÂNISÎ, p. 273.

« L’élan des Turcs s’étant renforcé le sultan Tughril-beg après avoir pris le pouvoir, prit la titulature de as-Soltân al-mo’azzam Châhinchâh al-a’zam Rokn ad-dîn Ghiyâth al-moslimîn Bahâ dîn Allah wa-Soltân bilâd Allah wa-Moghîth ‘Ibad allah Yamîn Khalîfat Allah Tughril-beg. On renchérit encore là-dessus au point que l’on ajouta aux titres de gouverneurs de provinces, ad-dîn, al-islâm, al-anâm, al-milla, al omma, etc... »56.

  • 57 IMÂD AD-DÎN, p. 168.
  • 58 ABÛ HAMÎD AL-QUDSÎ, cf. HAARMAN, p. 71, et CHAPOUTOT-REMADI, p. 386 ; on pense ici à la formule à (...)

29Bref, en milieu arabo-persan, dans la mesure où il est orthodoxe, bon combattant et en vient à ressembler au classique milieu musulman environnant, le Turc est apprécié ; ainsi ce « ...mamelouk d’élite, homme ardent et dévoué, Turc mais vrai Arabe par la fierté »57. On se félicite même de l’administration turque, comme ce dignitaire arabe d’époque mamelouke, qui, dans une formule quelque peu paradoxale, déclare préférer « ...l’injustice des Turcs à la justice des Arabes (...zulm al-Turk wa lâ ‘adl al-’Arab) »58.

  • 59 Accoutumance à la civilisation et même à la religion de l’adversaire qui permettait par exemple à (...)

30Mais dès lors que les Turcs refusent de renoncer au fort particularisme culturel qui est le leur et qui ne cadre pas nécessairement avec un comportement strictement musulman, commencent alors malentendus, incompréhension et méfiance de la part de leur coreligionnaires et a fortiori de la part de leurs adversaires chrétiens, habitués depuis plusieurs siècles à un certain statu-quo avec les vieux pouvoirs arabo-musulmans de Méditerranée59 mais peu familiers des coutumes bizarres des peuples de la steppe. Alors vont se développer abondamment critiques virulentes et rejet méprisant par lesquels se construisent l’image négative et le portrait noir qui seront ceux des Turcs pendant tout le Moyen Âge et bien au-delà.

  • 60 La conscience identitaire est clairement affirmée dans les inscriptions concernant le khan Bilge, (...)
  • 61 Ibid., p. 11.

31Une forte conscience identitaire et des coutumes très marquées par le nomadisme, la guerre et le chamanisme d’Asie centrale caractérisent très anciennement les peuples turcs si l’on en croit les premiers témoignages écrits les concernant, dans leur habitat d’origine, la Mongolie du VIIIe siècle60. Leurs voisins chinois décrivent avec étonnement leurs us et coutumes : « Ils habitent sous des tentes de feutre. Leur principale occupation est l’élevage et la chasse. Pour arme, ils ont la flèche sifflante (...). À cheval, ils font sept fois le tour de la tente (d’un chef défunt) (...). Ils se tailladent le visage avec un couteau de sorte qu’on voit le sang couler avec leurs larmes »61.

  • 62 Ibn AL-QALÂNISÎ, p. 38 ; PELLIOT (1960), p. 60 ; CAHEN (1988), p. 90-92 ; on peut évoquer aussi le (...)
  • 63 Gümüshtekin, « le prince d’argent », Demir Khân, le « Khân de fer » etc...

32Ces coutumes perdurent après l’islamisation et choquent les musulmans de stricte observance mais ne gênent pas les Turcs qui, par exemple, à côté de leur nom musulman gardent des surnoms particuliers, véritables totems chamaniques. Le souverain de Nicée, Dâvûd de son nom musulman, reste avant tout désigné comme le « Lion-Sabre » (Kilidj Arslân). D’autres s’appellent « Seigneur Gerfaut » (Toghrul Beg) ou « Taureau Hardi » (Kerbogha) ou l’émir « Chien » (Köpek), patronyme bien peu musulman !62 À côté de ces noms animaliers, les Turcs médiévaux portent volontiers des noms forgés à partir de termes désignant minéraux, métaux, astres, présages, tash (pierre), demir (fer), gümüsh (argent), altin (or), ay (la lune), ölmez (immortel), etc63.

  • 64 Ibn SHADDÂD, p. 272.
  • 65 Ce geste est à interpréter, selon C. CAHEN « ...comme la traditionnelle manière turque de signifie (...)

33Les Turcs semblent avoir des rites particuliers et une gestuelle qui étonnent et effraient leurs voisins, lesquels sont, pour obtenir leur alliance ou entériner une trêve, obligés de s’y soumettre. Certains comportements turcs sont compréhensibles mais néanmoins signalés par les sources comme une curiosité : un émir, qui veut obtenir la possession d’une ville de la part de son souverain, plante sa lance dans la porte de la cité en proférant un terme turc, armagan (« cadeau »), et le souverain de répéter armagan et de lui faire don de la ville64. Un geste plus lourd de conséquences, fut celui qui accompagna la prise de possession du Saint-Sépulcre par le chef turc Artuk en 1086, lequel décocha trois flèches dans le plafond de l’église, heurtant la sensibilité des chrétiens et rajoutant ainsi aux griefs contre les Turcs, quelques temps avant la première croisade65.

  • 66 Rite appelé and chez les Turco-Mongols, Destân, p. 85.
  • 67 JOINVILLE, p. 245 ; cette fraternité de sang (en turc kankardeshlik), crée une véritable parenté e (...)

34Le rite basé sur l’échange de sang, que l’on boit dans une coupe commune après s’être tailladé les veines66 non seulement pour sceller une alliance mais pour créer de véritables liens de parenté entre les participants, est sans cesse attesté par nos sources ; ainsi font Turcs Coumans et croisés, d’après Joinville : « Le roi des Commains et les autres riches hommes qui étaient avec lui, mêlèrent leur sang avec le sang de nos gens, et le mirent dans du vin et de l’eau, et en burent et nos gens aussi ; et alors ils dirent qu’ils étaient frères de sang »67.

  • 68 Selon les sources arabes citées par CAHEN (1974), II, p. 634, le sultan après ce geste symbolique, (...)
  • 69 AMBROISE, p. 359, 370, 398 ; l’hippophagie des Turcs est attestée par exemple par Ibn FADLÂN p. 62 (...)
  • 70 Sur le tugh, cf. par ex., Topkapi à Versailles, p. 46.

35Pour un peuple d’origine nomade, comme les Turcs, le cheval et son crin sont omniprésents dans la symbolique de la guerre et du pouvoir : Juste avant la bataille de Mantzikert contre les Byzantins en 1071, le sultan Alp Arslân noue la queue de son cheval pour montrer que le combat n’aura d’autre issue que la victoire ou la mort68. Selon un chroniqueur de la troisième croisade par exemple, les Turcs pour manifester leur deuil, de même qu’ils suppriment leurs nattes, coupent également la queue de leurs chevaux69. On sait le rôle de la queue de cheval attachée à une hampe (tugh) comme insigne du pouvoir jusqu’à l’époque ottomane70.

  • 71 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 107.
  • 72 GÉRARD (1939), p. 18.
  • 73 MOUTON (1994), p. 171.
  • 74 JOINVILLE, p. 245.

36Vis-à-vis de l’ennemi vaincu, l’ablation du cuir chevelu et celle du phallus sont des usages turcs rapportés, par exemple, après la victoire seldjoukide sur les Byzantins à Myrioképhalon en 117671. La trépanation rituelle de l’adversaire mort est décrite par les sources byzantines et arabes : le Khan des Bulgares, peuple d’origine turque, boit dans le crâne d’un empereur byzantin vaincu et tué par lui72. Selon Ibn al-Furât, le prince de Damas Toghtekîn, exécute le Franc Gervais de la manière suivante : « ...Toghtekîn en personne (nafsuhu) lui trancha le sommet du crâne avec son sabre, fit laver la partie ainsi décollée avec de l’eau et du sel et y versa du vin dont il s’abreuva, suivi peu après de l’ensemble de ses compagnons »73. Un rite aussi bizarre que le découpage d’un chien pour consacrer un accord, est attribué aux Coumans par Joinville : « Ils firent passer un chien entre nos gens et les leurs, et découpèrent le chien avec leurs épées (...). Et ils dirent qu’ainsi fussent-ils découpés s’ils faillaient l’un à l’autre »74.

  • 75 Cf. sur ce thème, l’ouvrage de synthèse de X. de PLANHOL (2000) où de larges passages sont consacr (...)
  • 76 MATHIEU d’EDESSE, p. 197.
  • 77 À Port Saint-Syméon (Suwaidiya, Samandagh), près d’Antioche, à l’embouchure de l’Oronte.
  • 78 GUILLAUME de TYR (1997), p. 636.
  • 79 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 108.

37Le rapport à la mer des Turcs, peuples continentaux par excellence75, est aussi très ritualisé. La mer, redoutable et étrange pour les guerriers de la steppe, est aussi promesse de conquête du monde : en 1086-87, le sultan Malik Châh arrivé au bord de la Méditerranée, entra solennellement dans la mer devant ses troupes ; à cheval, il y plongea trois fois son épée en s’écriant : « voici que Dieu m’a accordé de régner depuis la mer de Perse jusqu’à la mer Océane ». Puis il pria après avoir déposé ses vêtements, ramassa du sable qu’il emporta en Perse et l’ayant déposé sur la tombe de son père, il s’adressa à ce dernier : « O mon père, bonne nouvelle pour toi car ton fils a reculé les bornes de tes États jusqu’aux extrémités de la terre »76. Même réaction de l’atâbeg Nûreddîn au milieu du XIIe siècle, parvenu exactement au même endroit77, sur la côte de la Méditerranée « ...qu’il n’avait jamais vue. Il s’y baigna devant les siens, en signe qu’il était arrivé en vainqueur jusqu’à la mer »78. Un peu plus tard, en 1176, Kilidj Arslân II, vainqueur des Byzantins au cœur de l’Anatolie, envoie un groupe de soldats turcs jusqu’à la mer pour lui ramener « ...de l’eau de mer, une rame et du sable »79.

  • 80 Crainte que partagent beaucoup de musulmans « continentaux », turcs ou non ; ainsi le biographe de (...)
  • 81 ANNE COMNÈNE, II, p. 110.
  • 82 DESTÂN, p. 32.
  • 83 CRITOBOULOS, p. 173-174.

38Si la mer reste une limite que l’on redoute de franchir80, une fois l’appéhension initiale vaincue, l’élément liquide devient très tôt pour les Turcs, promesse de butin et de conquête, pour peu que l’on sache constituer une flotte efficace avec l’aide des peuples riverains, Grecs, Italiens et autres, islamisés ou non : ainsi fait, dès la première conquête turque du littoral égéen au XIe siècle, l’émir Tzachas qui, selon une source byzantine, « ...décida de se créer une flotte. Il rencontra un habitant de Smyrne et le chargea de construire des brigantins car l’homme était fort expert en cet art. Une fois pourvu de nombreux vaisseaux ainsi que de quarante navires de chasse… », il s’assura le contrôle d’une partie de l’Archipel égéen81. Même phénomène au XIVe siècle où un autre émir turc de Smyrne, Umûr Pacha, crée une puissance maritime très redoutée de ses voisins chrétiens ; l’émir, raconte une chronique turque, demande à un expert de lui construire une flotte pour s’assurer la mainmise maritime de la région : « Tous ces bateaux furent remplis de flèches, d’arcs, d’arbalètes et de boucliers et lorsque ces bateaux furent équipés, (l’émir) partit en razzia (aqina ‘azm eyledi) »82. Les souverains ottomans de la fin du Moyen Âge, comprendront aussi très vite l’importance stratégique de la mer. Ainsi Mehmed II après la conquête de Constantinople, comprit, d’après un historien byzantin, « ...le grand rôle de la mer. Il voyait que la flotte italienne la contrôlait. Il résolut de la dominer sans partage (...). C’est pourquoi il se hâtait d’agrandir sa flotte et d’avoir la maîtrise de la mer (th§ qalavssh§ to ; kravto§) »83.

  • 84 Si le voyageur bourguignon Bertrandon de la Broquière (début XVe siècle) considère que le turc « . (...)
  • 85 Ibn BATTÛTA, II, p. 334.
  • 86 DARRAG (1961), p. 12, 30; CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 394.
  • 87 Ibid., p. 393.
  • 88 Dans le Roman de Baïbars, les mamelouks d’Égypte agrémentent leur mauvais arabe d’expression et te (...)

Ce qui distingue fortement les Turcs, c’est bien entendu leur langue, aussi étrange pour les autres musulmans, Persans, Kurdes et Arabes que pour les chrétiens, orientaux, grecs et latins. Cette langue aux sonorités que l’on apprécie diversement84, est celle de l’élite militaire et politique d’Égypte, de Syrie ou d’Irak. Elle est parlée par tous dans l’Anatolie seldjoukide et turcomane. ; et l’on reproche souvent aux turcophones du Proche-Orient de parler fort mal l’arabe et le persan, quand ils n’ignorent pas complètement ces langues. Le voyageur arabe Ibn Battûta a bien du mal à se faire comprendre dans la langue du Coran par le peuple anatolien : demandant un jour du beurre (en arabe samn,Image) pour préparer son repas, il se voit apporter de la paille (en turc samän, Image)85 ! Les sultans d’Égypte Kalâwun, Katbugâ ou Barsbay n’avaient qu’une connaissance sommaire de l’arabe86 ; certains mamelouks ne communiquaient que par voie d’interprète, d’autres mettaient des dizaines d’années à apprendre la langue de leurs administrés et la plupart parlaient avec un fort accent et de nombreuses expressions turques ; cette « étrangeté dans la langue (fî lisânihi ‘udjmat) », selon l’expression d’un auteur arabe pour désigner solécismes et barbarismes en arabe commis par les dirigeants turcs ou circassiens87, est un sujet permanent de moquerie populaire envers les mamelouks turcophones88.

  • 89 MOUTON (1994), p. 164 ; CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 592 sq.
  • 90 Ibid., p. 592, MATHIEU d’EDESSE, p. 305-306.
  • 91 Rivalités avec Arabes et Kurdes, MOUTON (1994), p. 26, 144, 148 ; CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 271.

39Autre facteur de mauvaise insertion des dominants dans la société des dominés, l’endogamie : dans la Syrie des Seldjoukides et des Bourides comme en Égypte mamelouk, toute épouse de rang princier se doit d’être turque et l’union officielle avec les familles des notables arabes locaux, est considérée comme une mésalliance et n’est que très rarement attestée89. Cette « stratégie du sang » qui sépare le groupe turcophone des autres communautés musulmanes, n’est qu’un des éléments qui accentue la séparation avec Arabes, Kurdes ou Persans : les Turcs ont leurs quartiers, leurs mosquées et ne se mélangent pas avec le reste de la population90, ce qui aggrave les rivalités inter-ethniques et renforce la mauvaise opinion que se font des Turcs leurs voisins musulmans91.

40Étrangeté des physiques, exotisme des costumes et des coutumes, sources musulmanes et chrétiennes se rejoignent pour dénoncer le particularisme turc, perçu selon les cas comme choquant ou même répugnant et presque toujours comme menaçant ou franchement effrayant.

  • 92 Un poète arabe décrit ainsi les derviches-chamanes turcomans : « Des étrangers sont venus chez nou (...)

41Avec leurs barbes rares, leurs cheveux nattés, portant bonnets pointus, coiffes coniques, rouges ou blanches, brandissant en guise d’étendards queues de cheval ou têtes de louves en or au sommet de leurs hampes, accompagnés de chamanes, portant coiffes à cornes, colliers en os et clochettes en pendentifs92, beaucoup de Turcs, nomades ou non, tranchent très fortement au sein des sociétés musulmanes médiévales.

  • 93 Elles ne sont pas voilées : dûna ihtijâb, Ibn FADLÂN, p. 108, nt 153 ; Ibn BATTÛTA, II, p. 256, 38 (...)
  • 94 Lait de jument fermenté (kumiz, koumi, comos), Guillaume de RUBROUCK, p. 93 sq, CHAPOUTOT-REMADI(1 (...)
  • 95 Indiscipline des Turcomans, NIZAM AL-MULK, chap. 26 ; guides turcomans qui rançonnent et détrousse (...)
  • 96 Turcomans traités de mulhid, « athées »(Ocak, p. 42-43), qui boivent du vin jusqu’à plus soif, BRO (...)
  • 97 « Turcs destructeurs », AFLÂKÎ, II, p. 208 ; « Turcs sans compréhension, Turcs impurs » Etrâk-i bî (...)
  • 98 THÉODORE II LASCARIS, II, p. 51.
  • 99 AMBROISE, p. 402.
  • 100 MATHIEU d’EDESSE, p. 41.
  • 101 MICHEL LE SYRIEN, p. 152.

42Les mœurs libres de leurs femmes93, leur alimentation bizarre94, l’indiscipline et l’instabilité de leurs tribus, aux réactions imprévisibles95, l’islam de pure façade pratiqué par beaucoup d’entre eux96, font qu’ils ont été presqu’aussi sévèrement maltraités, par les écrits de leurs alliés musulmans que par les descriptions faites par leurs adversaires chrétiens : aux auteurs arabes et persans parlant des « Turcs sans compréhension », des « Turcs impurs », des « Turcs destructeurs », répondent en écho les mêmes sortes d’invectives grecques, latines, arméniennes ou syriaques97. Tel parle de « l’oppression » (katadunasteiva) du joug turc et de la « sauvagerie » (ajgriovthta) des peuples de la steppe98 ; d’autres les désignent comme « peuple du diable »99, « bêtes féroces altérées de sang »100 ; certains insistent sur la « barbarie de leurs mœurs »101 etc...

  • 102 Tradition chrétienne, basée sur des textes bibliques comme Habaquq, I, 7-10 ; on peut rappeler, à (...)

43C’est donc en grande partie au moyen de couleurs très sombres et de touches largement négatives qu’est élaboré le portrait du Turc médiéval, quel que soit le camp auquel on appartient, musulman non-turc ou chrétien ; et ce portrait dépréciatif semble s’universaliser à mesure que la puissance turque, mamelouke ou ottomane s’élargit en Méditerranée orientale et dans les Balkans entre le XIIIe et le XVe siècle. Le caractère militairement redoutable du Turc confirmé, au bas Moyen Âge, par ses succès de plus en plus fréquents sur le terrain, semble entériner aux yeux des contemporains, les traditions qui font des peuples turcs, les instruments de la vengeance divine contre les péchés des hommes et les annonciateurs des derniers temps, traditions que l’on retrouve aussi bien chez les chrétiens que chez les musulmans102.

44L’époque moderne héritera de cette vision très mitigée des conquérants turcs, où se mêlent constatation de leur incontestable réussite politique et militaire, et constante inquiétude face à leur expansionnisme. Les États occidentaux des XVIe-XVIIe siècles ne songeront qu’à stopper la progression turque vers l’ouest, tandis que les populations arabophones de Méditerranée et les divers peuples balkaniques se résigneront à la domination ottomane.

  • 103 DUPROND (1997), I, p. 490.

45L’Ottoman deviendra pour l’Europe moderne ce qu’avait été le Turc pour l’Occident médiéval : un dangereux ennemi que l’on craint et que l’on cherche à neutraliser, non sans que, derrière cette crainte et cette hostilité, ne transparaisse souvent une certaine admiration. D’une part, la Sainte-Ligue européenne contre les Ottomans fonctionne pendant plusieurs siècles et s’appelle d’une manière suggestive « la République chrétienne contre les Turcs »103 ; mais, d’autre part, les observateurs occidentaux du monde ottoman et de sa civilisation manifestent aussi intérêt et attirance pour cet ennemi dont on constate, en plus de rouages étatiques qui fonctionnent bien, le bon niveau de vie, voire le confort et le raffinement.

46Par exemple, un ambassadeur autrichien à Constantinople, dresse, en 1560, un bilan comparatif de la société occidentale et du système ottoman, tout à l’avantage du second :

  • 104 BUSBECQ, p. 60-61, 111, 112.

« Je tremble en pensant à l’avenir quand je compare le système turc au nôtre. De leur côté se trouvent les ressources d’un Empire puissant, une force inégalée, l’expérience et la pratique du feu, une armée de vétérans, une accoutumance à la victoire, endurance au travail, unité, ordre, discipline, frugalité et vigilance. De notre côté, ce n’est qu’indigence publique et luxe des particuliers, force déclinante, mauvais moral, manque d’endurance et d’entraînement : la soldatesque est indisciplinée, les officiers rapaces, il y a du mépris pour la discipline ; la licence, la présomption, l’ivrognerie et la débauche sont monnaie courante, et le pire de tout est que l’ennemi est habitué à la victoire et nous à la défaite ; dans ces conditions peut-on douter de l’issue finale ? Parmi les Turcs, dignités charges et offices administratifs récompensent la compétence et le mérite ; les gens malhonnêtes, paresseux, ne sortent jamais du rang mais demeurent dans l’anonymat et l’indignité. C’est la raison pour laquelle les Turcs réussissent dans toutes leurs entreprises ; ils sont un peuple dominateur qui étend quotidiennement les limites de son Empire. Nos méthodes sont très différentes, il n’y a pas de place chez nous pour le mérite, mais tout dépend de la naissance »104.

  • 105 DUPROND, I, p. 520.

47Avec l’affaiblissement ottoman au XIXe siècle, l’image du Turc deviendra celle, bien connue, de « l’homme malade », perçu par les occidentaux comme un corps étranger à l’Europe, générateur, par sa faiblesse même, de graves crises nationales, et dont Albert Sorel disait : « Dès qu’il y eut des Turcs en Europe, il y eut une question d’Orient »105.

Bibliographie

Bibliographie et abréviations

Sources

AFLÂKΠ: Aflâkî, Les Saints des Derviches tourneurs (Manâqib ul-’ârifîn), trad. C.Huart, 2 vol. , Paris, 1918-1922.

ALEXIS MAKREMBOLITÈS: I. Sevcenko, « Alexios Makrembolites and his Dialogue between the Rich and the Poor », dans Sbornik Radova, LXV, 6.

AL-MADÂ’INΠ: Ibn Abî l-Hadîd Al-Madâ’inî, Les invasions mongoles en Orient, trad. M. Djebli, Paris, 1995.

AMBROISE : L’Estoire de la Guerre Sainte, éd. G. Paris, Paris, 1897.

ANNE COMNÈNE : Alexiade, éd., trad. B. Leib 4 vol. , Paris, 1967-1976.

ANONYME : Histoire anonyme de la première croisade, éd., trad. L. Bréhier, Paris, 1924.

ATTALIATÈS : Michel Attaliatès, Historia, éd. Bekker, Bonn, 1883.

BROQUIÈRE : B. de la Broquière, Le voyage d’outre-mer, éd. C. Schefer, Paris, 1892

BUSBECQ : Busbecq (Ogier Ghiselin de), The Turkish Letters, trad E. Seymour Forster, Oxford, 1968.

CFHB : Corpus Fontium Historiae Byzantinae.

CONSTANTIN PORPHYROGÉNÈTE : Le Livre des Cérémonies, éd. et trad. A. Vogt, vol I, Paris, 1935.

Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, Bonn, 1828-1897.

CP : Croisades et Pèlerinages-Récits, chroniques et voyages en Terre Sainte (XIIe-XVIe siècle), Paris, 1997.

CRITOBOULOS : Critobuli Imbriotae Historiae, éd. D. R. Reinsch, CFHB, XXII, Berlin, 1983.

DANISHMENDNÂME : La geste de Melik Dânishmend, éd., trad., I. Mélikoff, 2 vol. , Paris, 1960.

DEDE KORKUT : Le Livre de Dede Korkut, éd. et trad. L. Bazin et A. Gökalp, Paris, 1998.

DESTÂN : I. Mélikoff-Sayar, Le Destân d’Umûr Pacha, Paris, 1954 .

DOUKAS : Historia byzantina, éd. Bekker, Bonn, 1834.

GUIBERT de NOGENT : Geste de Dieu par les Francs, trad. M.C. Garand, Brepols, 1998.

GUILLAUME POSTEL : Des Histoires Orientales, éd. J. Rollet, Istanbul, 1999.

GUILLAUME de RUBROUCK : Voyage dans l’Empire mongol, trad. C. et R. Kappler, Paris, 1985.

GUILLAUME de TYR (1824) : Histoire des Croisades, dans Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, vol. XVI, pub. par F. Guizot, Paris, 1824.

GUILLAUME de TYR (1997) : Chronique, trad. M. Zerner, dans CP.

HAYTON, La Fleur des histoires de la terre d’Orient, trad. C. Deluz, dans CP.

Ibn AL-QALÂNISΠ: R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154. Traduction d’un fragment de l’Histoire de Damas d’Ibn al-Qalanisî, Damas, 1952.

Ibn AL-DAWÂDÂRΠ: Al-Durr al-Fâhir fî sîrat al-Malik al-Nâsir, éd. H.R. Roemer, Quellen zur Geschichte des Islamischen Ägypten, vol. IX, Deutsches Archäologisches Institut, Le Caire, 1960.

Ibn BATTÛTA : Voyages, éd., trad., C. Defremery et B.R. Sanguinetti, 4 vol. , Paris, 1854.

Ibn FADLÂN : Voyage chez les Bulgares de la Volga, trad. M. Canard, Paris, 1988.

Ibn KHALDÛN : Peuples et nations du monde, trad. A. Cheddadi, 2 vol. , Paris, 1986.

Ibn SHADDÂD : Izz Al-Dîn Ibn Shaddâd, Description de la Syrie du Nord, trad. A.M. Eddé-Terrasse, Damas, 1984.

IDRÎSΠ: La première géographie de l’Occident, éd. H. Bresc et A. Nef, Paris, 1999.

IMÂD AD-DÎN : Imâd Ad-Dîn Al-Isfahânî, Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin (al-Fath al-qussî fî l-fath al-qudsî), trad. H. Massé, Paris, 1972.

ISKENDERNÂME: Ahmedî’s History of the Ottoman Dynasty, éd. et trad. A. Silay, dans Journal of Turkish Studies, vol. 16, 1992.

JOINVILLE : Histoire de Saint Louis, éd. Desforges, Paris, 1957.

MATHIEU d’EDESSE : Chronique, trad. E. Dulaurier, Paris, 1858.

MICHEL LE SYRIEN : Chronique, trad. J.B. Chabot, Paris, 1905.

NICÉTAS CHONIATÈS: Annals, trad. H.G. Magoulias, O City of Byzantion! The Annals of Nicetas Choniates, Wayne State University Press, 1984.

NIZÂM Al-MULK : Traité du gouvernement (Siyaset Name), trad. C. Schefer, Paris, 1984.

OGUZNÂME : Z.V. Togan, Oguz Destâni, Istanbul, 1982.

PG: J.P. Migne, Patrologiae cursus completus, series graeca, Paris, 1857 sq.

RÂVANDÎ: Râhat al-sudûr wa -âyat al-surûr, éd. M. Iqbâl, Gibb Memorial Series, n.s.II, Londres, 1921.

ROBERT de CLARI : La Conquête de Constantinople, éd. A. Pauphilet et E. Pognon, Paris, 1952.

ROMAN de BAÏBARS : Échec au roi de Rome, trad. G. Bohas et J.P. Guillaume, Actes Sud, 1997.

SMBAT : La chronique attribuée au connétable Smbat, éd. et trad. G. Dédéyan.

SIMON de SAINT-QUENTIN : Historia tartarorum, éd. J. Richard, Paris, 1965.

SKYLITZÈS : Skylitzès-Cedrenus Synopsis historiôn, éd. Bekker, Bonn, 1838.

THÉODORE GAZA : De origine Turcarum, PG 161, Paris, 1866.

THÉODORE II LASCARIS : Éloge de Nicée, Éloge de Jean Vatatzès, éd. et trad. L. Delobette, Thèse de doctorat, Paris IV, 1997.

THÉODORE SPANDOUYN : Petit Traicté de l’origine des Turcqz, éd. Schefer, Paris, 1896.

VILÂYET-NÂME : Vilâyet-Nâme, Manâkib-i Hünkâr Haci Bektâsh, éd. Gölpinari, Istanbul, 1958.

Études

BALIVET (1994) : M. Balivet, Romanie byzantine et Pays de Rûm turc. Histoire d’un espace d’imbrication gréco-turque, Istanbul, 1994.

BALIVET (1999) : Byzantins et Ottomans, relations, interaction, succession, Istanbul, 1999.

BARDAKÇI (1950) : C. Bardakçi, Alevilik-Ahilik-Bektasilik, Ankara, 1950.

BELDICÉANU (1973) : I. Beldicéanu-Steinherr et N. Beldicéanu, Deux villes de l’Anatolie préottomane, Paris, 1973.

BOMBACI (1968) : A. Bombaci, Histoire de la littérature turque, Paris, 1968.

BRÉHIER : L. Bréhier, La civilisation byzantine, Paris, 1970.

BZ : Byzantinische Zeitschrift.

CAHEN (1974) : C. Cahen, Turcobyzantina et Oriens Christianus, VP, Londres, 1974.

CAHEN (1983) : Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, 1983.

CAHEN (1988) : La Turquie pré-ottomane, Istanbul-Paris, 1988.

CAROZZI-TAVIANI (1999) : C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, La fin des Temps – Terreurs et prophéties au Moyen Âge, Paris, 1999.

CHAPOUTOT-REMADI (1993) : R. Chapoutot-Remadi, Liens et relations au sein de l’élite mamlûke sous les premiers sultans bahrides (648/1250-741/1340), Thèse de doctorat d’État, Aix-en-Provence, 1993.

CHI: The Cambridge History of Iran, vol 5, The Saldjuq and Mongol Periods, Cambridge, 1968.

DARRAG (1961) : A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, Damas, 1961.

DELORT (1988) : R. Delort, Les croisades, Paris, 1988.

DUPROND (1997) : A. Duprond, Le mythe de croisade, 4 vol. , Paris, 1997.

EI : Encyclopédie de l’Islam, Leyde, 1960 sq.

FLORI (1998) : J. Flori, Croisade et chevalerie, XIe-XIIe siècle, Paris-Bruxelles, 1998.

GABRIELI (1977) : F. Gabrieli, Chroniques arabes des Croisades, Paris, 1977.

GAUTIER : P. Gautier, « Lettre au sultan Malik-Shah rédigée par Michel Psellos », dans REB (1977), p. 73-97.

GÉRARD (1939) : C. Gérard, Les Bulgares de la Volga et les Slaves du Danube, Paris, 1939.

GROUSSET (1934) : R. Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, 3 vol. , Paris, 1934.

GROUSSET (1960) : L’Empire des steppes, Paris, 1960.

HAARMANN: U. Haarmann, « Rather the injustice of the Turks than the righteousness of the Arabs-changing Ulamâ’s attitudes toward Mamluk rule in the late fifteenth century », Studia Islamica, LXVIII (1988).

KAUFMANN (1898) : D. Kaufmann, « Ein Brief aus dem byzantinischen Reiche über eine messianische Bewegung des Judenheit und der Zehn Stämme aus dem Jahr 1096 », dans BZ, 7 (1898).

LEWIS (1984) : B. Lewis, Les Assassins, Bruxelles, 1984.

MAIBL : Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

MANTRAN (1969) : R. Mantran, L’expansion musulmane (VIIe-XIe siècle), Paris, 1969.

MASSIGNON (1963) : L. Massignon, « Textes prémonitoires et commentaires mystiques relatifs à la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 », Opera Minora, vol. II, Beyrouth, 1963.

MÉLIKOFF (1998) : I. Mélikoff, Hadji Bektach : un mythe et ses avatars, Leyde-Boston-Cologne, 1998.

MICHAUD (1829) : J. F. Michaud, Bibliothèque des Croisades, vol. IV, Paris, 1829.

MICHAUD (1853) : idem, Histoire des Croisades, vol III, Paris, 1853.

MOUTON (1994) : J.M. Mouton, Damas et sa principauté sous les Saldjoukides et les Bourides, Le Caire, 1994.

OCAK (1989) : A. Y. Ocak, La révolte de Baba Resul ou la formation de l’hétérodoxie musulmane en Anatolie au XIIIe siècle, Ankara, 1989.

PELLIOT (1960) : P. Pelliot, « Mélanges sur l’époque des croisades », dans Maibl, XLIV (1960).

PLANHOL (2000) : X. de Planhol, L’Islam et la mer, Paris, 2000.

QUERUEL (1982) : D. Queruel, « LeVaillant turc et courtois Salhadin », dans Sénéfiance, 11 (1982).

REY (1998) : A. Rey, sous la direct. de, Le Robert, dictionnaire historique de la langue française, 3 vol. , Paris, 1998.

REB : Revue d’Études Byzantines.

RILEY-SMITH (1996): J. Riley-Smith, Atlas des croisades, Paris, 1996.

RONAS-TAS (1991): A. Ronas-Tas, An Introduction to Turkology, Szeged, 1991.

ROUX (1966) : J.P. Roux, Faune et flore sacrées dans les sociétés altaïques, Paris, 1966.

TOPKAPI à VERSAILLES : catalogue de l’exposition Topkapi à Versailles – Trésors de la Cour ottomane (mai-août 1999), Paris, 1999.

VP : Variorum Reprints, Londres.

YÉRASIMOS (1990) : S. Yérasimos, La fondation de Constantinople et de Sainte- Sophie dans les traditions turques, Paris, 1990.

ZACHARIADOU (1998) : E. Zachariadou, « Les nouvelles armes de Saint Démétrius », dans Euyucia, Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998.

ZAKY (1933) : M. H. Zaky, Les Tulunides, Paris, 1933.

Notes

1 MANTRAN (1969), p. 156-157 ; une anecdote d’époque abbasside rapporte que, lorsque al-Mu’tazz (866-869) monta sur le trône, on consulta les astrologues pour connaître la durée du régne du nouveau calife : « ...Or il y avait dans l’assistance un homme spirituel qui dit : -Moi je sais mieux que les astrologues quelle sera la durée de sa vie et de son califat.- Combien crois-tu qu’il vivra et régnera ? -Tant que les Turcs le voudront bien ! », Fakhrî cité par ZAKRY (1933) p. 32.

2 Ibid., passim.

3 RONAS-TAS (1991), p. 37.

4 MATHIEU d’EDESSE, p. 40-41.

5 Est-ce volontairement que le calife fatimide al-Hâkim choisit l’année 400 de l’hégire pour détruire le saint-sépulcre ? On sait que les passages de siècle dans l’histoire musulmane peuvent donner lieu à des troubles divers. Quoi qu’il en soit, cette année 400, fort proche du millénaire occidental, fut un temps de grand mouvement de foules chrétiennes vers l’orient ; si l’on en croit RAOUL GLABER : après la destruction du sépulcre survenue « ...la neuvième année après le millénaire…, de toute la surface de la terre, une incroyable multitude d’hommes, exultant de se rendre à Jérusalem, y apportèrent de nombreuses offrandes pour la reconstruction de la maison de Dieu », CAROZZI-TAVIANI (1999), p. 64 ; côté judaïsme, cf. le mouvement messianique causé par la première croisade dans la communauté juive de Thessalonique, KAUFMANN (1898).

6 La durable alliance franco-turque à partir de François 1er et de Soliman le Magnifique, est un peu, en Europe, l’exception qui confirme la règle et qui faisait appeler Louis XIV par ses voisins et détracteurs « le Turc très chrétien ! », RILEY-SMITH (1996), p166.

7 Par ex, Anonyme, p. 75, 81.

8 Cité par DUPROND (1997), p. 537.

9 Sur les phénomènes d’interattraction turco-chrétienne au Moyen Âge, je renvoie à mes deux ouvrages : BALIVET (1994) et (1999).

10 Je parlerai peu ici des sources turques elles-mêmes qui, pour le Moyen Âge proche-oriental, sont essentiellement épiques, Iskendernâme, Dânishmendnâme, Oghuznâme, bien qu’elles apportent à l’occasion un utile contrepoint.

11 Cf. par ex. « se faire turc » dans le français classique, pour « devenir musulman », usité jusqu’au XIXe siècle, REY (1998), vol III, p. 3951.

12 RÂVANDI, p. 17-18, CHI, p. 15.

13 LEWIS (1984) p 85 ; côté sunnite, la haine est aussi forte, au point de considérer que tuer un Ismaélien « ...est plus méritoire qu’éliminer soixante-dix infidèles grecs », ibid., loc. cit.

14 MATHIEU d’EDESSE, p. 40-42.

15 Le sultan Seldjoukide Toghrul Beg.

16 ATTALIATÈS, p. 43-44.

17 Par ex, THÉODORE GAZA, De origine Turcarum ; THÉODORE SPANDOUYN, Petit Traicté de l’origine des Turcqz ; GUILLAUME POSTEL, « de la vraie origine des Turcs », chap. IV des Histoires Orientales ; HAYTON dans CP p. 810 sq ; AL-MADÂ’INÎ, p. 19 sq, etc...

18 SKYLITZÈS, p. 566.

19 MICHELLE SYRIEN, III, p. 182 ; pour C.CAHEN(1974), C, p. 118-125, la conquête turque n’a été qu’un motif secondaire dans le déclenchement de la croisade.

20 ANONYME, p. 51, 69, 127 ; il est question, p. 51, d’une mythique parenté entre Turcs et Francs, reprise par GUIBERT de NOGENT, p. 125 : « Les Turcs pensent qu’ils sont de la même origine que les Francs » ; pour Ibn KALDÛN, I, p. 223-224, par exemple, Francs et Turcs sont de la descendance de Japhet.

21 ANONYME, p. 49, 106, 111, 173.

22 GUIBERT de NOGENT, p. 66, 174. À la bataille de Dorylée, cet auteur voit en face des croisés des troupes arabes, là où il y avait essentiellement les troupes turcomanes des émirs Dânishmend et Kilidj Arslân, p. 123-124. Curieusement cependant, GUIBERT distingue « les peuples biens connus des historiens » que seraient « les Turcs, Sarrasins, Arabes et Perses » des « nations encore ignorées, Pauliciens, Kurdes, Azymites, Angulans », p174 ; les Azymites sont problablement des chrétiens communiant avec le pain azyme, peut-être des Arméniens combattant dans les rangs musulmans, Anonyme, p. 103, nt2 ; les Angulans seraient les Ghulâm, troupes d’élite d’origine servile qui forment d’importants contingents de l’armée seldjoukide, EI, sv, et NIZÂM AL-MULK p. 175.

23 GUIBERT de NOGENT, p. 78-83 ; DELORT (1988), p. 244-245.

24 Cf. Roman de Baybars, par ex, p. 21, 23, 27, 243 : si l’exotisme des Francs (chrétiens d’Occident), aux cheveux courts et rasés de près, étonne les musulmans uniformément barbus, au point de faire pleurer un jeune fils de Saladin à la vue d’un ambassadeur croisé, le spectacle du Turc, à la barbe rare, aux cheveux nattés, aux pommettes saillantes, n’est guère moins surprenant voire inquiétant, pour les vieilles populations musulmanes de Méditerranée, MICHAUD (1829), IV, p. 287, 328, 365.

25 La comparaison est bien sûr très banale mais elle apparaît sans cesse dans toutes les sources comme dans le riche bestaire turc lui-même : « Tous les Turcs hardis étaient des lions irrésistibles » IMÂDEDDÎN, p. 121 ; « Le sultan semblable à un lion fier de sa force », ANNE COMNÈNE, III, p. 19. Les princes portent des noms souvent composés du mot ARSLÂN, « lion » : Alp Arslân, Kilidj Arslân, Kara Arslân etc.... Une source turque du Xe siècle dit que le chef à la guerre « ...doit avoir un cœur de lion (car) au combat, on a besoin d’un bras fort », ROUX (1966), p. 233 ; Un lion figure sur les armes du sultan Baybars, MICHAUX (1829), IV, p 506.

26 IMÂD AD-DÎN, p. 341.

27 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 104.

28 ANONYME, p. 53.

29 MOUTON (1994), p. 74.

30 ANONYME, p. 45.

31 Ibn AL-QÂLANISÎ, p. 295.

32 GÉRARD (1939), p. 20.

33 Les peuples de la steppe souvent appelés « peuples des archers »(par ex, SMBAT, p. 98, 101) furent de tout temps experts en armes de jet et en équitation ; ils ont transmis très anciennement aux peuples sédentaires, costumes, techniques et vocabulaire liés à ces arts : pantalon (GROUSSET, 1960, p. 10), étriers, cravache (du turc kirbaç), carquois (anc. fr. tarquois de tarkash), casaque, Rey p. 6, GÉRARD p. 17 etc... À Byzance comme en monde musulman et en Occident, on n’hésite pas à porter vêtements ou coiffes des peuples nomades : skaramangion (BRÉHIER, III, p. 43-44), tzitzekion (CONSTANTIN PORPHYROGÉNÈTE, I, p. 17), caftan, vêtement à manche (QABÂ), Ibn AL-QALÂNISÎ, p 192-193), bonnets rouges, vendus jusqu’en France et en Angleterre, SIMON DE SAINT-QUENTIN, p. 69, CAHEN (1988), p. 120 ; le port du bonnet rouge signe de ralliement d’un mouvement socio-religieux d’époque ottomane, les « Têtes Rouges »(Kizil Bash), est déjà en faveur parmi les Turcs du XIIe siècle, comme le remarque le chroniqueur AMBROISE, p. 370 : « Les Turcs portent des coiffures rouges comme des cerisiers couverts de fruits mûrs ».

34 Al-DJAHÎZ cité par BAZIN-GÖKALP, Dede Korkut, p 47.

35 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 100.

36 Al-DJAHÎZ cité par BAZIN-GÖKALP, Dede Korkut, p 48.

37 Cité par GROUSSET (1934), I, p. 549, ces nomades sont appelés selon les sources, « Turcomans », « Turkmènes », Yürük ou tout simplement « Turcs » ; déjà GUILLAUME de TYR (1824), I, p. 19, distingue bien deux termes : pour lui lesTurcs étaient ceux qui, sédentarisés, ayant créé des États puissants, « ...avaient obtenu une gloire immense », tandis que les Turcomans « ...sont ceux restés dans leur grossièreté première ».

38 P. 50-51.

39 Cité par BAZIN-GÖKALP, Dede Korkut, p. 48.

40 IMÂD AD-DÎN, p. 229.

41 Ibn AL QALÂNISÎ, p. 38.

42 Ibn SA’ID, dans CAHEN (1974), XI, p. 42.

43 RÂVANDI, p. 17-18.

44 Le chevalier du Temple, dans MICHAUD(1853), III, p 462 ; à la fin du Moyen Âge, les sources turques affirment hautement que « ...les soldats ottomans n’ont jamais connu la défaite (Osmanogullarinin askeri hiç bozguna ugramadi) », Vilâyet -Nâme, p. 77.

45 Le grand historien arabe IBN al-ATHÎR par exemple, lie expressément la prise de Tolède, la conquête de la Sicile et la première croisade en Syrie qu’il présente comme un assaut général du monde musulman par les chrétiens, GABRIELI (1977), p. 25-26.

46 CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 441 ; le compliment est d’ailleurs mitigé et la victoire du sultan mamelouk Kutuz sur les Mongols au XIIIe siècle, est ainsi présentée par un auteur arabe qui écrase du même mépris tous les peuples originaires de la steppe turco-mongole : « Les Mongols envahirent le pays ; il leur vint un Turc d’Égypte, il les chassa et les mit en déroute en Syrie. À chaque chose un fléau de son espèce », ABÛ-SHÂMÂ, dans ibid., p 451.

47 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 13.

48 IMÂD AD-DÎN, p. 395.

49 MATHIEU d’EDESSE, p. 172.

50 SMBAT, p. 82.

51 MICHEL LE SYRIEN, III, p. 390-391.

52 Sous le nom de Huon de Tabarié héros de L’Ordene de chevalerie, MOUTON (1994), p. 90-91. On sait la destinée littéraire en occident du « vaillant Turc et courtois Salhadin » qui était en fait d’une famille kurde originaire de Dvin en Arménie, QUÉRUEL (1982), p. 299-311.

53 MOUTON (1994), p. 91.

54 ALEXIS MAKREMBOLITÈS p. 196, 218 ; BROQUIÈRE, p. 149.

55 Les établissements des sultanats seldjoukide, mamelouk et ottoman sont des signes indéniables de la capacité des dirigeants turcs à créer des Empires durables : environ deux siècles pour le premier, presque trois pour le deuxième et plus de cinq pour le troisième.

56 Ibn AL-QALÂNISÎ, p. 273.

57 IMÂD AD-DÎN, p. 168.

58 ABÛ HAMÎD AL-QUDSÎ, cf. HAARMAN, p. 71, et CHAPOUTOT-REMADI, p. 386 ; on pense ici à la formule à l’emporte-pièce de certains Byzantins qui, dans leur refus de l’Occident catholique, déclaraient préférer « ...le turban des Turcs à la tiare pontificale (fakiovlion Touvrkwn hjv kaluvptran latinikhvn) », Doukas, p. 264 ; cf. aussi, Ibn SHADDÂD, p. 50 : « Si parmi les Turcs, il y a des infidèles, leur infidélité n’égale pas la perfidie des Arabes ».

59 Accoutumance à la civilisation et même à la religion de l’adversaire qui permettait par exemple à tel patriarche byzantin d’entretenir des relations cordiales avec les princes musulmans. Se réclamant de son prédécesseur Photios, le patriarche Nicolas Mystikos, au début du Xe siècle, écrit à un souverain arabe en des termes très amicaux « Le célèbre Photios, mon père dans l’Esprit Saint a été lié avec le père de Votre Noblesse d’une amitié telle qu’aucun même de vos coreligionnaires et de vos compatriotes n’en a éprouvé de semblable pour vous. Photios savait que même si la barrière de la foi sépare, la sagesse, la finesse d’esprit, les sentiments d’humanité, enflamment chez ceux qui aiment le bien, l’amour pour ceux qui possèdent ces vertus. C’est pourquoi il aimait votre père bien qu’ils fussent séparés par la différence de religion », dans BALIVET (1994), p. 20 ; même ton cordial dans une lettre rédigée par le philosophe byzantin Psellos à l’intention du souverain seldjoukide Malik-Châh où le Grec « ...animé par le même esprit d’amitié (filiva) et de concorde (oJmonoiva)… » que le sultan turc, loue « la magnanimité (et) la noblesse d’âme », de ce dernier, GAUTIER (1977), p. 80-82 ; ce ton courtois envers certains souverains musulmans n’est pas inconnu en Occident comme en témoigne une lettre du pape Grégoire VII à l’émir maghrébin Al-Nâsir, FLORI (1998), p. 187.

60 La conscience identitaire est clairement affirmée dans les inscriptions concernant le khan Bilge, mort en 734 : « En haut le Ciel turc et les divinités turques de la Terre et de l’Eau, dirent : que le peuple turc ne vienne jamais à périr » ; de même sont exprimés sens étatique et confiance dans les institutions : « Ô chefs turcs, ô peuple turc, qui pourra détruire ton Empire et tes institutions ? » BOMBACI (1968), p. 14-15.

61 Ibid., p. 11.

62 Ibn AL-QALÂNISÎ, p. 38 ; PELLIOT (1960), p. 60 ; CAHEN (1988), p. 90-92 ; on peut évoquer aussi le célèbre « Père-Chien », Barak Baba (barak : chien en turc kiptchak), derviche anti-conformiste de la Turquie médiévale, OCAK (1989), p. 106.

63 Gümüshtekin, « le prince d’argent », Demir Khân, le « Khân de fer » etc...

64 Ibn SHADDÂD, p. 272.

65 Ce geste est à interpréter, selon C. CAHEN « ...comme la traditionnelle manière turque de signifier une prise de possession, et non comme un geste particulier de mépris religieux ou d’intolérance », CAHEN (1983), p. 27 ; les trois flèches (üç ok) jouent un grand rôle dans la symbolique turque et sont liées aux origines mythiques des Seldjoukides et des Ottomans, BARDAKÇI (1950) passim et ZACHARIADOU (1998), p. 690-691 ; celles d’Artuk étaient encore fichées dans le plafond du Saint-Sépulcre au XIIe siècle, MATHIEU d’EDESSE, p. 257. Les rites centrés sur l’arc et la flèche sont naturellement très riches en symboles chez les peuples de la steppe que l’on désigne volontiers, on l’a vu comme « le Peuple des Archers », supra n. 33.

66 Rite appelé and chez les Turco-Mongols, Destân, p. 85.

67 JOINVILLE, p. 245 ; cette fraternité de sang (en turc kankardeshlik), crée une véritable parenté entre les participants au point qu’un émir turc refuse d’épouser la fille d’un empereur byzantin avec qui il avait échangé son sang car il ne pouvait plus épouser la fille de son frère de sang, devenue sa propre fille, Destân, p. 106.

68 Selon les sources arabes citées par CAHEN (1974), II, p. 634, le sultan après ce geste symbolique, aurait dit : « Si je suis tué que cela soit mon linceul ».

69 AMBROISE, p. 359, 370, 398 ; l’hippophagie des Turcs est attestée par exemple par Ibn FADLÂN p. 62 et par IDRÎSÎ, p. 64 ; cf. aussi CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 381.

70 Sur le tugh, cf. par ex., Topkapi à Versailles, p. 46.

71 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 107.

72 GÉRARD (1939), p. 18.

73 MOUTON (1994), p. 171.

74 JOINVILLE, p. 245.

75 Cf. sur ce thème, l’ouvrage de synthèse de X. de PLANHOL (2000) où de larges passages sont consacrés aux Turcs.

76 MATHIEU d’EDESSE, p. 197.

77 À Port Saint-Syméon (Suwaidiya, Samandagh), près d’Antioche, à l’embouchure de l’Oronte.

78 GUILLAUME de TYR (1997), p. 636.

79 NICÉTAS CHONIATÈS, p. 108.

80 Crainte que partagent beaucoup de musulmans « continentaux », turcs ou non ; ainsi le biographe de Saladin, Bahâeddîn écrit-il, en découvrant le littoral palestinien : « Nous étions alors en hiver ; la mer était courroucée, et, ainsi qu’il est dit dans le Coran, les vagues s’élevaient comme des montagnes. C’était la première fois que je voyais la mer (...) Je me disais en moi-même que, m’offrît-on le monde entier, je ne pourrais jamais consentir à faire seulement un mille sur cet élément », MICHAUD (1829) IV, p. 370.

81 ANNE COMNÈNE, II, p. 110.

82 DESTÂN, p. 32.

83 CRITOBOULOS, p. 173-174.

84 Si le voyageur bourguignon Bertrandon de la Broquière (début XVe siècle) considère que le turc « ...est très beau langage concis et assez aysé pour apprendre » (BROQUIÈRE p. 111), le poète turc Sheyoglu (fin XIVe siècle) trouve que sa langue maternelle est « ...sèche, rigide et dure ; elle ressemble à l’homme turc (...kuru ve sulb ve sert ve Türk’e benzer) », MELIKOFF (1998), p 118.

85 Ibn BATTÛTA, II, p. 334.

86 DARRAG (1961), p. 12, 30; CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 394.

87 Ibid., p. 393.

88 Dans le Roman de Baïbars, les mamelouks d’Égypte agrémentent leur mauvais arabe d’expression et termes turcs nombreux et comiques pour le public populaire : djânem (mon âme), ichté (voici), efendim (mon seigneur), etc, par exemple, Roman de Baïbars - Échec au roi de Rome, p 21, 25.

89 MOUTON (1994), p. 164 ; CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 592 sq.

90 Ibid., p. 592, MATHIEU d’EDESSE, p. 305-306.

91 Rivalités avec Arabes et Kurdes, MOUTON (1994), p. 26, 144, 148 ; CHAPOUTOT-REMADI (1993), p. 271.

92 Un poète arabe décrit ainsi les derviches-chamanes turcomans : « Des étrangers sont venus chez nous du pays de Rûm ; ils ont des cornes comme des bœufs ; ils sont habillés de telle sorte que la raison s’égare ; même le diable crie de peur quand il les voit », OCAK (1989), p. 108-109.

93 Elles ne sont pas voilées : dûna ihtijâb, Ibn FADLÂN, p. 108, nt 153 ; Ibn BATTÛTA, II, p. 256, 384 ; elles participent aux tractations diplomatiques (Ibn FADLÂN p. 52), accaparent même les affaires au détriment de l’autorité masculine : pour Ibn AL-DAWÂDÂRÎ, IX, p. 269 (CHAPOUTOT-REMADI, p. 620) : « chez les Tatârs, toutes les affaires sont aux mains des femmes, contrairement aux musulmans » ; à l’occasion, elles s’enivrent copieusement, GROUSSET (1960) p. 347. La femme guerrière reste un idéal pour le nomade, si on en croit l’épopée turque elle-même : « sais-tu, dit à son père un jeune guerrier, quel est le genre de fille qui me convient ? Je veux qu’elle ait enfourché mon pur-sang avant que je l’ai monté ; avant même que j’aie atteint le pays des infidèles, qu’elle y ait été et qu’elle me revienne avec une tête coupée – Fils, répond le père, tu ne veux pas une fille ; tu veux un preux guerrier que tu suivras dans tes ripailles et beuveries et avec qui tu passeras du bon temps », DEDE KORKUT, p. 32.

94 Lait de jument fermenté (kumiz, koumi, comos), Guillaume de RUBROUCK, p. 93 sq, CHAPOUTOT-REMADI(1993), p. 381 ; c’est la boisson préférée de Baybars qui serait mort d’en avoir abusé, MICHAUD (1829), IV, p. 537 ; viande crue de cheval, cf. supra nt 69 et MICHEL LE SYRIEN p. 152 ; huile de poisson, bouillie d’orge etc... Ibn FADLÂN, p. 62.

95 Indiscipline des Turcomans, NIZAM AL-MULK, chap. 26 ; guides turcomans qui rançonnent et détroussent les voyageurs : Ibn FADLÂN, p. 43 ; Ibn BATTÛTA, p. 330, BROCQUIÈRE, p. 72.

96 Turcomans traités de mulhid, « athées »(Ocak, p. 42-43), qui boivent du vin jusqu’à plus soif, BROCQUIERE, p. 80 ; les excès de boisson de l’émir Ilghâzî étaient célèbres et le rendaient malade plusieurs semaines durant, GROUSSET (1934), I, p. 560 ; Les Turcomans ne vont pas à la mosquée (OCAK, loc. cit.), disent la profession de foi musulmane sans y croire (Ibn FADLÂN, p. 38) ; en plein XIIe siècle, certains contingents turcs des armées musulmanes de Syrie ne sont pas islamisés et appelés par les sources arabes kâfir Etrâk (« Turcs infidèles », Ibn AL-QALÂNISÎ, p. 246, 261), cette appellation désigne des Turcs restés fidèles au chamanisme de leurs origines, des mazdéens (OCAK, p. 42), des chrétiens (Danishmendnâme, I, p. 204 ; Beldicéanu/1973, p. 35, nt 1), ou des bouddhistes (cf. EI, article « Eretna »).

97 « Turcs destructeurs », AFLÂKÎ, II, p. 208 ; « Turcs sans compréhension, Turcs impurs » Etrâk-i bî idrâk, Etrâk-i nâ-Pâk OCAK (1989), p. 40 ; on peut remarquer la ressemblance dans le choix même des termes injurieux désignant les Turcs : par exemple, le mot persan nâ-pâk « impur » employé par le chroniqueur seldjoukide AKSARÂYÎ (OCAK, loc. cit.), a la même signification que le mot grec « mØaro§ » utilisé par l’écrivain byzantin CYDONÈS, BALIVET (1999), p. 38.

98 THÉODORE II LASCARIS, II, p. 51.

99 AMBROISE, p. 402.

100 MATHIEU d’EDESSE, p. 41.

101 MICHEL LE SYRIEN, p. 152.

102 Tradition chrétienne, basée sur des textes bibliques comme Habaquq, I, 7-10 ; on peut rappeler, à titre d’ex, le texte de Mathieu d’Edesse cité supra nt. 14, ainsi qu’une apocalypse arabe chrétienne qui lie invasion turque et venue de l’Antéchrist, DUPROND (1997), III, p. 1343 ; en Occident chrétien, Léonard de Chio parle de la prophétie qui annonce la prise de Constantinople par une « sagittaria gens » qui désigne les Turcs, ZACHARIADOU (1998), p. 690 ; sur le lien entre chute de Constantinople et fin du monde, YÉRASIMOS (1990), passim ; sur les Turcs comme instruments de la vengeance divine pour certains penseurs chrétiens, DELORT (1988), p. 219 ; bras armés de Dieu et de sa colère, dans l’islam également, les Turcs sont souvent mis en relation avec les derniers temps, dans certains hadîth supposés les concerner, AFLÂKÎ, II, p. 418 ; MASSIGNON (1963), II, p. 447.

103 DUPROND (1997), I, p. 490.

104 BUSBECQ, p. 60-61, 111, 112.

105 DUPROND, I, p. 520.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540