Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Année mille, an mil

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Avant-propos

Texte intégral

1À l’approche de l’année 2000 et à la veille du troisième millénaire, les médiévistes aixois de l’Équipe de Recherches SICMA (Sociétés, Idéologies, Croyances au Moyen Âge) ont décidé, comme beaucoup d’autres en France et ailleurs, de réactualiser le débat sur l’année mille et sur la période de l’An Mil, par une série de réflexions dont les résultats sont confiés aux pages du présent recueil. Avec les collègues qui les ont rejoints dans cette entreprise, historiens des sociétés, de la spiritualité et des croyances, de l’expression artistique et de la littérature, ils ont d’abord choisi de reprendre des thématiques anciennes, celle de la fin des Temps immanquablement associée au calcul des millénaires, celle des « mutations » non moins systématiquement liée à l’An Mil, pour juger leur degré de caducité, ou de longévité, pour séparer aussi la démarche critique, source de toute connaissance historique, de la contorsion polémique, miroir déformant de l’histoire. Parallèlement, et avant tout, ils ont eu pour propos de comprendre le message authentique des différents témoins des débuts du deuxième millénaire, dans l’écriture de l’histoire et dans la construction des églises, dans l’ordonnance des sociétés, dans les conflits aussi qui bousculaient d’anciens rapports de forces.

2Année mille, An Mil : ces deux unités de temps sont indissociables, elles prennent leur sens l’une de l’autre. Pour observer l’année mille, écrivait Georges Duby, il faut élargir le champ d’investigation et donc entrer dans l’An Mil, une période qui lui doit d’être ainsi libellée et dont il a lui-même marqué les limites, entre 980 et 1040 environ. Mais avant d’embrasser la période, de rechercher sur quoi repose son existence, il faut pourtant s’interroger sur cette année mille, que l’on ne peut écrire à l’aide du zéro, alors inconnu. Une année qui n’est pas « mille », mais « la millième » et qui tire donc d’abord son existence de la commémoration d’un millénaire, celui de la Naissance du Christ, dans le calendrier des chrétiens. Une année dont Claude Carozzi refait l’histoire avec celle du calendrier qui a été élaboré pour son calcul, depuis l’initiative de Denys le Petit jusqu’au traité de comput, le De temporum ratione, de Bède le Vénérable. Toutefois, si la science du comput était très développée dans les milieux cléricaux et monastiques, presque au même titre que la grammaire comme l’a noté Ch. W. Jones, peu nombreux étaient ceux qui utilisaient l’Annus Domini pour dater les événements, pour authentifier les actes de la vie publique ou privée. Les années de règne des souverains, rois, empereurs, pontifes romains, ajoutées au calcul de l’indiction hérité de la Rome impériale et parfois à celui des jours selon les calendes et les ides, étaient, en l’année mille, le moyen le plus courant de marquer le temps linéaire. Il suffirait, s’il fallait encore s’en persuader, de consulter les bulles émises sous le pontificat de SylvestreII, qui doit exclusivement aux médiévistes du XXe siècle son aura de « pape de l’an mille ». Si l’on se réfère à la périodisation définie par Georges Duby, ce pape est bien sûr aussi celui de l’An Mil, comme en témoignent toutes les études qui lui ont été récemment consacrées. Mais serait-il commémoré avec tant d’insistance s’il avait régné bien avant, ou bien après, l’année et la période ? Sa véritable renommée ne relève-t-elle pas plutôt du savoir illustré par l’écolâtre Gerbert d’Aurillac ? Il est une autre façon de poser la question : s’il y a bien un An Mil des historiens du XXe siècle, y a-t-il eu un An Mil, à l’aube du deuxième millénaire, où l’année mille aurait trouvé sa véritable signification à défaut d’avoir été utile pour marquer les règnes et les pontificats ?

3Deux témoins de la période n’ont cessé d’être relus et scrutés, avec des intentions, et des appréciations, diverses : Adémar de Chabannes et Raoul Glaber. Ils l’ont été, et le sont encore, par les théoriciens des « terreurs » de l’an mil(le), par les défenseurs comme par les adversaires des mutations, et par les inconditionnels dévots du millénarisme. Et puisque, dans son anthologie sur L’An Mil, Georges Duby s’était réclamé de son devancier Raoul Glaber, il s’avérait inévitable de rechercher le fil conducteur entre l’An Mil des Historiae – mais quel An Mil ? – et l’An Mil révélé par le grand médiéviste français. De Raoul Glaber à Georges Duby, un même An Mil (H. Taviani-Carozzi) ? Intégralement relue, à la différence d’une certaine polémique outrancière qui s’est déconsidérée à vouloir la dépecer pour n’en retenir que des lambeaux, l’anthologie commentée de Duby trouve sa justification dans le langage même des sources qu’elle présente au lecteur, et d’abord dans le discours de Raoul Glaber. Car c’est bien Raoul Glaber, et tout au long des Historiae, qui fait intervenir Dieu dans l’histoire des hommes à travers les nombreux signes et prodiges, autant d’invitations à la pénitence comme à l’émerveillement, où l’on chercherait en vain un signe quelconque de fin des Temps. Et c’est bien ainsi que l’a perçu Georges Duby lorsque, se référant à son « devancier », il évoque l’angoisse des chrétiens – « les meilleurs » – à l’annonce des châtiments, aussitôt suivie du « nouveau printemps du monde » né de leurs gestes pénitentiels et de la conversion de leurs cœurs.

4Mais il faut aller plus loin et relire intégralement aussi les Historiae pour appréhender le temps de l’An Mil du moine bourguignon, un temps qui lui doit une expression toute particulière, un temps qu’il est le seul de ses contemporains à avoir construit en fonction de deux millièmes années, le millesimus annus de la Naissance et le millesimus annus de la Passion du Sauveur. Dès lors, les événements se précipitent de « façon inaccoutumée », selon l’expression même de Raoul Glaber, mais uniquement parce qu’il les regroupe pour les situer tous délibérément par rapport à chacun des deux millénaires, à chacune des deux révélations du salut aux hommes, qui ont donné un nouveau sens à leur histoire. Et le moine Raoul s’exprime assez clairement sur ce point (Histoires, IV, 21) pour ne pas être soupçonné d’une quelconque croyance au retour du Christ sur terre pour un règne millénaire.

5C’est dans le quatrième livre des Historiae, où le temps de l’An Mil est celui du millesimus annus de la Passion, que Raoul Glaber évoque longuement les réunions d’évêques et de peuple au cours desquelles se noue le nouveau pacte d’alliance entre les hommes et Dieu, après un temps de pénitence marqué par un nouveau Déluge et un temps de famines qu’il serait bien pauvre de réduire à une simple donnée économique. Tendant les mains vers le ciel, les évêques et leurs fidèles, clercs et laïcs, crient le mot de Paix. La chronologie du mouvement de la Paix de Dieu, dont le début est bien antérieur au millesimus annus de la Passion, pourrait suffire à faire rejeter ce témoignage au rang des nombreuses « erreurs » dont on a longtemps accrédité notre moine, faute de chercher à comprendre sa propre construction du temps. Or ce passage du quatrième livre des Histoires donne tout son sens théologique à la paix. Reprendre le problème des origines et de la nature du mouvement de paix, en gardant ici encore ses distances d’avec une polémique aussi infructueuse qu’inutile, voilà qui devenait opportun (J. Paul). « Le mouvement de paix qui dure globalement un demi-siècle, de 989 à 1040, n’agit pas dans l’urgence mais dans la durée », écrit J. Paul. Un mouvement qui conforte la chronologie avancée par Georges Duby, et qui ne peut être mis à jour sans une lecture religieuse. Les évêques président à de grandes cérémonies pénitentielles et propitiatoires qui visent à rétablir « un ordre terrestre en accord avec le monde céleste ». Ceci rejoint tout à fait la vision de Raoul Glaber et son interprétation de l’histoire de l’An Mil : rétablir l’ordre du monde par la paix, agir de ce fait en conformité avec la Providence et conduire le peuple au salut par le chemin de pénitence. Le cadre religieux dans lequel prend place le mouvement de paix n’a pas eu pour effet – ni pour propos – d’annihiler la fonction spécifique du guerrier dans la société : il l’a, au contraire, élevée au niveau de la mission royale en lui confiant la protection des faibles, des pauvres, des veuves et des orphelins, des gens d’Église. À partir de là, le guerrier pouvait trouver la justification de sa fonction dans l’allégeance à l’autorité suprême, à Dieu lequel « démontre largement dans le déroulement du temps qu’il est lui-même le seul Tout-Puissant, bon et vrai, aussi bien par ses œuvres miséricordieuses que par la punition qu’il inflige en juste rétribution » (Historiae, I, 25). Dieu, à travers ses interprètes, les évêques et le pape, incitait le guerrier non seulement à protéger les faibles mais à verser son sang, si nécessaire, pour défendre toute la Chrétienté. La destruction de l’église du Saint-Sépulcre par le calife fatimide al-Hakim, dont Adémar de Chabannes s’est fait l’écho dans sa propre conception d’un An Mil marqué par l’année mille dix et par un long temps pascal où il inscrit la fin du Chronicon, ce geste sacrilège porte l’attention des chrétiens vers l’Orient où le danger turc menace les dynasties en place, musulmanes et byzantines. Perçus à travers le prisme de l’An Mil, les Turcs font irruption dans l’histoire politique du Proche-Orient, indissociable de celle de la foi (M. Balivet) : ce peuple qui inquiète l’An Mil chrétien se tournera lui aussi vers Jérusalem pour s’en emparer en 1071.

6Dans son dernier livre qui traite de La guerre sainte (Paris 2001), Jean Flori fait une mise au point intéressante à propos du concept de mutation parfois utilisé pour caractériser l’An Mil :

Lorsque les historiens parlent de « mutation » d’une société, ils prennent le risque de transposer abusivement dans leur domaine d’étude une notion inspirée de la biologie. Ce n’est évidemment là qu’une figure de style destinée à mettre l’accent sur ce qui change « en profondeur », que l’on ne perçoit pas encore, mais dont on verra peu à peu les effets durables… (p. 261).

7Le seul correctif que l’on peut apporter à cette définition est qu’en histoire les changements qui s’effectuent en profondeur affectent aussi la surface. Mais la plupart du temps les témoins ne les perçoivent pas dans leur intégralité et incorporent à leurs propres schémas idéologiques ce qui vient les toucher personnellement. C’est ainsi que Raoul Glaber établit un rapport entre l’évolution, dont il ressent les effets et qui relève de cette « mutation » profonde comprise à la façon de Jean Flori, et avant lui de Georges Duby, et les deux anniversaires, la millième et la mille trente troisième années de l’Incarnation et de la Passion. Pour le moine, la « mutation » ne peut être que d’origine providentielle et religieuse dans son essence, alors que pour Georges Duby et ceux qui comprennent sainement sa pensée, il s’agit des échos d’un changement, d’une inflexion dans le cours de l’histoire des sociétés et des mentalités, pendant cette large période de l’An Mil – vers 980-1040.

8L’An Mil des médiévistes, cette longue durée de plus d’un demi-siècle, est bien tributaire de l’An Mil reconstruit par Raoul Glaber entre son adresse à l’abbé Odilon et les derniers instants de la rédaction qui sont aussi ceux de la confession personnelle. Il l’est dans sa chronologie, il l’est dans toutes les manifestations événementielles retenues et racontées à Saint-Bénigne de Dijon, à Cluny et à Saint-Germain d’Auxerre, et reprises une à une – mais trop souvent l’une sans l’autre – dans l’importante bibliographie de la fin du XXe siècle consacrée à l’An Mil. La longue durée, si on veut bien lui porter attention, permet d’aborder la thématique des mutations sans a priori polémique. Le fameux « blanc manteau d’églises » qui, pour Raoul Glaber, recouvre le monde au moment du millesimus annus de la Naissance, symbolise la robe du catéchumène et donc la conversion à laquelle appelle chaque ligne des Historiae. Mais il est légitime d’y voir aussi l’important mouvement de constructions que connut alors l’Europe chrétienne (J. P. Caillet). Toutes ne démontrent pas, dans leur structure, un renouvellement complet des formules architecturales. Plus que l’architecture, l’évolution du décor des édifices fait apparaître des nouveautés. Focaliser son attention sur l’An Mil permet ici de caractériser une période de transition, mais non de bouleversement, sur le plan de l’évolution générale. Et c’est donc en observateur, en « scrutateur » pour reprendre une expression de Georges Duby dans son anthologie de l’An Mil, que chaque participant au séminaire SICMA est retourné aux sources, celles de l’historiographie, des archives, de l’art et de la littérature, non pour conclure, à toute force, à la mutation mais pour en percevoir des indices, le cas échéant. Aucun d’eux, par exemple, ne s’est donné pour tâche d’observer, dans le cadre d’un simple séminaire, la société dite féodale. Mais il était raisonnable d’en revoir certains aspects, telles les structures de parenté, dont l’évolution toujours lente pouvait s’inscrire dans la durée de l’An Mil (M. Aurell). C’est bien avec l’An Mil que s’infléchit le glissement du modèle familial carolingien vers celui qui deviendra, au XIIe siècle, universel en Europe occidentale : du « cousinage au lignage ». De nouvelles stratégies matrimoniales apparaissent, en Catalogne par exemple, avec l’hypergamie, quand le seigneur offre sa fille à l’un de ses vassaux pour le fidéliser. Le lien ainsi créé de beau-père à gendre vient compenser l’effacement de l’ancienne solidarité entre les cousins. L’une des conséquences de ces stratégies est que l’enfant né de ce mariage fera son apprentissage chez son oncle maternel, supérieur en pouvoir à son père. En même temps la femme, la dame, devient le pivot du système, car l’Église non seulement la protège, mais lui confie aussi la mission de veiller sur la moralité chrétienne dans le noyau familial.

9Ce type d’évolution lente, dont les premiers effets se font jour en l’An Mil, se remarque aussi dans la littérature avec l’apparition des chansons de geste. Celles-ci trouvent une de leurs « matrices » principales dans les vies de saints. Cette dernière notion désigne

« un ensemble de structures et de procès dont l’action en diachronie longue inscrit dans le langage, dans les mentalités et dans les rituels un ensemble… de signes primordiaux dont le précipité en synchronie trace clairement le prototype des nouveaux genres littéraires » (M. Banniard).

10Cette matrice offre des modèles à la fois littéraires et mentaux susceptibles d’évoquer le héros guerrier, le miles, par analogie avec le héros religieux : le miles Christi. Ordonnance hagiographique, affrontements, dramatisation, style clair et formé de clichés. L’épopée se déploie dans un paysage mental emprunté à l’hagiographie, mais orienté vers un système de valeurs laïques et nobiliaires. Elle est aussi diffusée dans un réseau de communication orale en quelque sorte préétabli, dans la mesure où les procédés de diffusion hagiographique – récitation publique nécessitant des procédés d’énonciation propres : répétitions, condensations, clichés –, sont également mis au service de la transmission des gestes des héros épiques. On sait que les premières apparitions de certains des héros de la Chanson de Roland dans le « fragment de La Haye », datent de l’An Mil. Un schéma épique se trouve aussi mis en scène, vers 1030, dans le Conventum (M. Aurell). En outre, le plus ancien texte achevé de la Chanson de Roland (début XIIe siècle) présente des traits archaïques, qui laissent à penser qu’existaient des versions plus anciennes de la Chanson. Née dans la matrice de l’hagiographie, la chanson de geste a eu, entre autres, pour propos de forger et de transmettre le modèle du bon souverain puisé dans la légende qui transformait et enrichissait le souvenir de Charlemagne. D’Eginhard à Notker le Bègue, et de là au Cycle du Roi, l’imaginaire de la royauté prenait son essor (D. Collomp). Cet imaginaire secréta un modèle qui évolua progressivement dans une perspective augustinienne, puis thomiste au tournant des XIIIe et XIVe siècles. Or cette évolution n’a pu se réaliser qu’à partir d’un fondement littéraire très riche, élaboré dès le IXe siècle et arrivé à maturité au tournant des Xe et XIe siècles, en l’An Mil, à l’époque où prend forme progressivement le personnage du miles, du guerrier vassal d’un châtelain ou d’un prince. Ce fut d’abord la conception de la justice royale, au service de la justice divine, mais reposant sur des bras armés, qui inspira la geste du guerrier, du vrai compagnon du bon roi. Le réveil de la foi dans l’An Mil de Raoul Glaber, où Robert le Pieux et Henri II de Germanie illustrent un modèle de souveraineté, va de pair avec l’essor d’une littérature en langue vulgaire qui allait divulguer des modèles semblables.

11L’An Mil ? Plus d’un demi-siècle, durant lequel se manifestent des signes de créations, d’évolutions, dont les effets émergent plus ou moins vite, avec des échos souvent prolongés : c’est ainsi que la plupart des médiévistes caractérisent la période.

12Mais, comme l’avait déjà fait remarquer Georges Duby, l’éveil, la naissance, la création ne s’observent qu’à travers des espaces, et des sources, précis, voire limités. L’An Mil de Raoul Glaber et l’An Mil de l’historiographie du XXe siècle ne se retrouvent pas partout en Occident, sauf à en faire un prisme déformant de la lecture historique. Les dernières décennies du Xe siècle ont vu ainsi se produire non un essor mais plutôt un essoufflement de l’activité culturelle de l’église napolitaine, essentiellement marquée jusque-là par l’école des traducteurs, célèbre pour ses traductions de vies de saints du grec au latin (Th. Granier). Cette église est de plus en plus proche de Rome, mais là n’est évidemment pas la source du déclin. À défaut d’année mille significative dans les sources de la diplomatique, y a-t-il eu un An Mil des historiens d’Italie du sud ? L’historiographie napolitaine est inexistante, et les Gestes d’évêques qui en tiennent lieu pour le médiéviste ont connu leur heure de gloire bien avant l’aube du deuxième millénaire. Il faudra attendre les environs de 1080 pour voir le moine Aimé du Mont-Cassin utiliser la célébration du millénaire de la Naissance du Sauveur dans son histoire des Normands, afin de les faire apparaître en héros providentiels venus délivrer Salerne des Sarrasins : ce premier historien de la conquête normande en Italie du Sud connaissait bien la portée symbolique de l’année mille ou plutôt d’un An Mil semblable à celui de Raoul Glaber, susceptible d’imposer la marque de la Providence dans l’histoire.

13Ce témoignage tardif, venu d’Italie du Sud, a l’avantage de mettre en avant la première et essentielle signification que pouvait avoir l’année mille mais aussi, de fait, l’An Mil, pour certains des contemporains de Raoul Glaber : une étape dans l’histoire du salut que Denys le Petit, en dépit de ses erreurs connues même en l’An Mil, avait fondée sur l’Incarnation du Christ. On ne peut donc comprendre cette période sans sa dimension religieuse qui colore toute la vision du monde. Même le miles deviendra un chevalier adoubé. Sans ce fil conducteur, l’historien du XXIe siècle ne peut qu’errer, en plaquant ses propres présupposés sur une réalité qui se dérobera toujours à lui.

14En neuf communications, présentées et discutées devant et par un auditoire de jeunes médiévistes de l’Université de Provence, l’An Mil du séminaire SICMA peut ressembler à un tableau impressionniste. Il n’avait pas l’ambition des grandes fresques. Il a tenu son unique pari : relire, revisiter les témoins de l’année mille et de l’An Mil au moment où les sonneries médiatiques tentaient de persuader tout un chacun qu’un monde finissait et qu’un autre allait naître. Relire, revisiter… non pour « tirer des leçons de l’histoire »…, autre slogan, simplement pour continuer à faire œuvre d’historien, à scruter le temps sans aucunement le forcer à tout révéler, sans l’inciter à accélérer ou à ralentir, en se gardant de l’impatience de l’inventeur de Labiche qui n’avait à montrer comme antiquités que des débris de sa propre vaisselle. Relire, revisiter les témoins, mais aussi relire les grands historiens médiévistes à qui l’An Mil doit sa place dans l’histoire. Enfin, le débat conduit au sein du séminaire SICMA a, au moins, le mérite de faire comprendre quel formidable observatoire de l’histoire a été et reste encore l’An Mil.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540