Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités juives et chrétiennes

 | 
Gabriel Audisio
, 
Régis Bertrand
, 
Madeleine Ferrières
, 
et al.

Du bon usage des indulgences à l’occasion de l’année sainte (Bouvier, 1826)

Claude Langlois

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage ici analysé (bibliothèque personnelle) est daté de 1826 et se présente comme une « nouve (...)

1En 1826 Jean Bouvier, vicaire général du Mans et directeur du grand séminaire, fait paraître chez Monnoyer, l’« imprimeur du roi et de Mgr l’évêque », un petit ouvrage sous le titre suivant, Instructions abrégées sur les principes de la doctrine chrétienne, les indulgences, les confréries et le jubilé, à l’usage des fidèles. Cette publication, qui a un pendant savant1, peut surprendre ; jusqu’alors en effet ce professeur de séminaire compétent avait publié, entre 1818 et 1821, quatre traités de son cours de théologie, deux relatifs au nouveau droit civil et aux contrats, deux autres à la religion et à l’Église. En 1827 il reprend la publication de son cours de théologie avec un nouveau traité sur le mariage. Pourquoi donc, entre temps, ces insolites ouvrages ? Deux raisons peuvent être mises en avant. La première est conjoncturelle : après l’année sainte de 1825, peu suivie à Rome même, on étendit au reste de la catholicité, comme il est d’usage, les bienfaits spirituels du jubilé, et donc il devenait nécessaire de rappeler à cette occasion aux prêtres et aux fidèles les incitations que représentent les indulgences attachées au jubilé. La seconde est plus personnelle : Bouvier était sans doute le théologien le mieux placé pour le faire. D’abord lui-même s’était rendu à Rome en 1825 ; en second lieu, comme ses premiers traités l’avaient montré, il savait avec clarté présenter la doctrine catholique en tenant compte de la situation de la France post-révolutionnaire.

  • 2 Provence historique, 1989, p. 337-353.

2Les deux traités sur les indulgences sont évidemment à situer dans le temps d’un attrait renouvelé pour ces bienfaits spirituels dispensés par Rome, pendant ce « bel automne de l’indulgence » pour reprendre la formule de Philippe Boutry2. L’ouvrage à destination des fidèles est avant tout une instruction sur les indulgences, précédée d’une courte introduction qui rappelle les « fondements de la doctrine chrétienne » (p. 1-34). Une première partie justifie la théologie des indulgences mais plus encore en explique dans le détail les modalités pratiques : à savoir à quelles conditions est-il possible au fidèle d’en obtenir (p. 35-74) ? La seconde partie, elle-même subdivisée en trois chapitres, rassemble toutes les occasions ordinaires et extraordinaires de gagner des indulgences : un premier ensemble est composé par les indulgences attachées aux objets (comme un chapelet) ou à des prières (comme la récitation de l’angélus) (p. 45-130) ; le second traite des confréries et des congrégations (p. 131-171) ; le troisième est réservée aux indulgences du jubilé (p. 172-216). En appendice le fidèle trouvera commodément les prières propres au dit jubilé (p. 217-279).

  • 3 In -24 de 9 cm sur 15, alors que l’ouvrage similaire à destination des ecclésiastiques est un plus (...)

3Formellement il faut distinguer les dites prières (en latin et en français) qui représentent près d’un quart du total (23 %) du reste (77 %) qui revêt la forme du catéchisme par questions courtes et réponses plus ou moins brèves, ce qui s’explique par la volonté de Bouvier de toucher une large population de « simples fidèles » qu’il définit comme « la classe la moins instruite et qui a moins le temps et les moyens de s’instruire » (p. VI). Toutefois si l’on regarde le contenu, l’introduction, comme l’indique l’avertissement liminaire, doit être mise à part. Cet ouvrage de circonstance, né du jubilé, est destiné aussi à servir « en tout temps » à ceux qui le conserveront précieusement : aussi « nous pensons qu’il sera utile pour plusieurs de trouver ici un abrégé de la doctrine chrétienne ou plutôt un précis des motifs sur lesquels repose notre croyance. L’incrédulité se répand dans toutes les classes, il faut montrer à tout le monde que la religion que nous professons ne craint pas l’examen ; qu’elle est appuyée sur des fondements inébranlables, et que notre foi est raisonnable » (p. VI-VII). Si Bouvier part du même constat de mise en cause du catholicisme que Lamennais, il n’en partage ni le vocabulaire – son incrédulité plus classique diffère d’indifférence mennaisienne – ni encore moins la doctrine : lui veut plutôt miser, pour répondre à ce nouveau défi, sur l’alliance, plus classique, de la foi et de la raison. Par la volonté de rappeler brièvement les vérités fondamentales, Bouvier veut faire de ce recueil comme une sorte de catéchisme d’adultes, en écho aux prédications rappelant l’essentiel des vérités chrétiennes, multipliées durant le jubilé. Formellement d’ailleurs son traité s’apparente aux catéchismes d’alors, c’est un petit ouvrage broché3, à couverture bleue, comme l’est aussi la littérature de colportage.

4À lui seul le court traité des indulgences représente les deux tiers de l’ouvrage. La partie centrale qui décrit la totalité des pratiques indulgenciées y compris celles qui sont liées au jubilé en occupe la moitié. Enfin le jubilé lui-même (explication et prière) comprend près de 40 % du total. La première partie rappelle les bases théologiques des indulgences. Le sacrement de pénitence rend à qui a gravement péché l’état de grâce, mais il reste à celui-ci « la peine temporelle qu’il est obligé de payer à la justice de Dieu dans cette vie ou dans l’autre » (p. 36-37). Or l’étendue de cette peine est « impossible à déterminer, parce que nous ne pouvons pas sonder la profondeur des jugements de Dieu » (p. 37) ; cette « dette » qui, pour les grands pécheurs, devient « incalculable », ne peut évidemment s’éteindre par les trop bénignes « pénitences » que le confesseur donne habituellement aux fidèles, par ailleurs sans rapport avec celles, longues et dures, qui étaient imposées, aux premiers temps de l’Église : à l’aune de ces dernières, « les pénitences actuelles ne sont pas même une ombre » (p. 40). C’est dans ce changement de situation que se situe la nécessité, comme historique, du purgatoire, dans la mesure où, pour Bouvier, son apparition est la conséquence de la modification des pratiques pénitentielles primitives : en raison de la faiblesse actuelle des chrétiens, l’Église « aime mieux qu’ils aillent expier la peine due à leur péché dans le purgatoire que de les décourager par la sévérité des lois [pénitentielles] » (p. 40).

5Mais l’Église ne se contente pas de s’adapter à la faiblesse humaine ; elle sait également répondre aux besoins des fidèles et mettre à leur disposition l’indulgence qui est « une rémission de la peine temporelle due aux péchés actuels déjà remis quant à la coulpe, faite hors du sacrement de pénitence » (p. 41). L’indulgence brise « le lien de la peine temporelle en offrant à la justice de Dieu une mesure de satisfaction propre à la compenser » (p. 49) ; à cette fin il suffit à l’Église de puiser dans le « trésor » mis à sa disposition, à savoir d’utiliser la « surabondance des satisfactions de J.-C. et des saints qui n’ont point encore reçu d’application ». Bouvier s’en explique : « chacune des actions de J.-C. était d’un prix infini : une goutte de son sang, une seule de ses larmes aurait pu racheter mille mondes » (p. 50), donc le trésor christique dans lequel puise l’Église est comme infiniment infini ; il en va de même, mais à un niveau plus modeste, pour les saints dont les actions de moindre effet sont tout à la fois « méritoires », ce qui veut dire qu’ils en ont reçu eux-mêmes au Ciel la récompense méritée, et « satisfactoire », c’est-à-dire que dans leur surabondance de grâce leurs actions « n’ont pas eu toute l’application qu’elles pouvaient avoir » : elles peuvent donc être utilisées pour d’autres personnes dans le besoin (p. 51).

  • 4 Ce serait donc comme dans nos jeux modernes, être sur la liste de ceux qui ont trouvé la bonne rép (...)

6Le mécanisme de l’indulgence est simple d’apparence ; c’est le pape qui en est le grand dispensateur, car il est le maître du temps, c’est-à-dire du moment propice, et aussi des moyens mis à la disposition des fidèles, indulgences plénières ou partielles ; l’indulgence peut bénéficier aux vivants comme aux morts ; pour la gagner il faut remplir un petit nombre de conditions : ainsi pour toute indulgence plénière il est seulement nécessaire de se confesser et de communier ainsi que de consacrer un temps à la prière. En fait les choses sont assez différentes de ce que ces simples principes laissent entendre. Certes l’indulgence plénière « gagnée et appliquée dans toute son étendue » est censée effacer, pour soi comme pour autrui, « entièrement la peine dont on est redevable à la justice divine ». Mais le Ciel ne s’obtient pourtant pas si facilement car « on ne peut savoir quand [l’indulgence] est gagnée dans ce degré de perfection qui est très rare » (p. 53-54) : de ce fait « l’indulgence plénière [...] se réduit le plus souvent à une indulgence partielle » (p. 79)4. Et s’il en est ainsi pour l’indulgence plénière, combien davantage encore pour celles qui ne sont que partielles, menue monnaie rapidement dépréciée : « Il est bien plus difficile encore de déterminer la valeur réelle de l’indulgence partielle car son effet dépend de la nature des dettes que l’on a contractées, des dispositions où l’on est, du degré de piété et de ferveur que l’on apporte dans l’accomplissement des œuvres prescrites : tout cela comme il est aisé de le voir peut varier à l’infini » (p. 54).

7Et encore ne tient-on pas compte du fait que les jours, les mois et les années d’indulgence, facilement gagnés en apparence, relèvent d’une manière périmée de compter – au temps des « anciennes pénitences canoniques » – qui depuis longtemps n’a plus cours. Et force est de constater que l’on ne possède point de table de conversion fiable qui puisse s’appliquer au décompte effectif du temps du purgatoire : en effet les expressions de jours, mois, années « signifient que l’indulgence remet la même peine que ce nombre de jours ou d’années de pénitence en aurait effacé ; mais qu’elle [sic] est la mesure de cette Peine ? nous l’ignorons : quarante jours d’indulgence bien gagnées ne remettent peut-être pas quarante heures de souffrance dans l’autre vie » (p. 54-55). Et ne disons rien des jours « mal » gagnés ! L’indulgence partielle ne serait donc qu’une monnaie dévaluée, dont de surcroît on ignore la valeur d’échange ? Elle demeure pourtant un moyen « d’adoucir la rigueur » des jugements de Dieu. Mais ceux-ci n’en sont pas moins « un abîme impénétrable ».

  • 5 C. LANGLOIS, Le crime d’Onan, Paris, à paraître. Cet ouvrage concerne le changement d’appréciation (...)

8Faut-il mettre ces hésitations au compte du gallicanisme modéré qui sera la position de Bouvier toute sa vie durant ? Non, semble-t-il, car le théologien manceau ne conteste nullement les droits du souverain pontife en la matière. On pourrait plus justement mettre en avant un rigorisme dont il commence à peine à se déprendre en tel autre domaine5. Il me paraît surtout incapable de sortir des contradictions du système. Il lui faut en effet expliquer que ce qui donne les apparences de la facilité n’est en rien laxiste : si l’on regarde ce qui est imposé, il suffit de se confesser et de communier pour obtenir le gain de l’indulgence plénière. Le théologien montre toutefois que derrière cette apparence, où les indulgences, au moins plénières, seraient une monnaie d’échange facilement disponible, il y a la réalité inaccessible du jugement impénétrable de Dieu. Mais il est délicat à la fois de montrer qu’un tel recours est à la portée de tout chrétien de bonne volonté et de rappeler que celui-ci reste malgré tout quasi virtuel puisque l’on ignore avec quel degré de probabilité les règles affichées peuvent réellement s’appliquer. Ou, si l’on préfère user d’un autre registre, il est difficile à la fois de prêcher une miséricorde divine mise à la portée de chacun par les moyens qui sont donnés à l’Église et de vouloir que Dieu reste maître entier du grand jeu du salut.

9Venons-en maintenant au plus concret, à la récapitulation de tout ce qui est indulgencié, à cette quête laborieuse d’un difficile réenchantement du monde, puisqu’il s’agit de faire comme si les actions quotidiennes pouvaient, malgré tout, à certaines conditions, être dotées d’invisibles pouvoirs. Ici Bouvier transforme son court traité sur les indulgences en une présentation des occasions ou des manières de gagner des indulgences. Dans cette perspective, on peut considérer l’indulgence comme une pratique incitative, comme une sorte d’adjuvant qui a reçu le label romain, au bien agir, au mieux agir. L’intérêt de ce traité est que l’exceptionnel (l’année jubilaire) renvoie aussitôt à l’habituel, sur lequel je voudrais m’attarder quelque peu pour tenter de comprendre ce que peut représenter, après la Révolution, pour le fidèle, le monde concret des indulgences.

  • 6 Les prescriptions valent pour elles-mêmes. L’indulgence accordée est une occasion seulement de les (...)

10L’indulgence est d’usage très varié. Elle s’applique toujours aux personnes, et nommément à ceux qui sont à « l’article de la mort » (p. 76-80), mais elle s’attache plus encore aux objets, chapelets, croix et médailles. L’octroi d’indulgences encourage les formes visibles, tangibles plus encore, de la dévotion, tout en mettant dans la pratique des limites précises à l’usage de ces objets de piété. Ainsi pour la croix ou la médaille, celui qui l’a reçue « la portera sur lui, la tiendra dans son oratoire ou dans un autre lieu décent de sa maison ». Mais la médaille comme la croix, pour être indulgenciées, ne peuvent être fabriquées dans n’importe quel matériau : « d’or, d’argent, de cuivre ou de quelqu’autre métal précieux, mais non de fer, de plomb, d’étain, de bois, de carton, de papier ou d’autre matière fragile ou fusible » ; la médaille ne doit pas non plus « porter l’effigie d’autres saints ou saintes que ceux qui sont canonisés par l’Église ». Donc, matériaux nobles, supports durables, représentations contrôlées. Les médailles indulgenciées ne peuvent non plus être vendues, mais toutefois celui qui à Rome a acheté croix et chapelets pour les faire bénir « pourrait en les distribuant retirer le prix qu’ils lui ont coûté ». Les objets de piété enfin sont d’usage personnel, ils peuvent certes être prêtés, mais l’indulgence ne vaut pas pour celui qui a emprunté l’objet, par contre pour celui qui l’a prêté, l’indulgence tient toujours quand il en retrouve l’usage (p. 99-101)6.

11On peut plus globalement considérer que la pratique ordinaire de l’indulgence vise à encourager deux activités principales du chrétien, la prière et l’association volontaire. Les prières indulgenciées vont de la récitation quotidienne de l’angélus, du chapelet et du rosaire à la pratique, individuelle ou collective, du chemin de croix et à la prière des Quarante heures, précédant l’entrée en carême. On voir bien comment l’octroi d’indulgences a servi à encourager certaines dévotions : ainsi pour les Quarante heures, Paul V donnait 10 ans et 10 quarantaines d’indulgence en 1605 ; Benoît XIV et Clément XIII vont plus loin et accordent l’indulgence plénière. On voit aussi comment d’autres dévotions, comme le chemin de croix, sont nées de pratiques de substitution et de ce fait bénéficient immédiatement d’indulgences plénières. Cette dévotion, telle qu’elle est sommairement décrite, suppose un parcours en extérieur jalonné par quatorze croix, fait par un pèlerin, seul ou en groupe, qui, ne pouvant se rendre à Jérusalem, se voit offrir ce pèlerinage de substitution auquel la papauté a décidé d’octroyer l’indulgence plénière qui était donnée à ceux qui se rendaient en Terre sainte. D’où peut-être l’explication d’un gain exceptionnel d’indulgence sans confession préalable. Quand Bouvier écrit en 1826, il ignore évidemment que l’on est à la veille d’une autre mutation de la même dévotion : le chemin de croix, fait en extérieur jusqu’alors, après 1830 va se réduire aux stations encloses à l’intérieur des murs de l’église paroissiale et devenir de ce fait une dévotion strictement individuelle.

12Le cas du chapelet est plus éclairant encore sur l’octroi des indulgences et sur les pratiques comparatives auxquelles cette situation peut conduire. Les chapelets indulgenciés sont fort variés Si l’on récite normalement, sur un chapelet béni, au moins les cinq dizaines prescrites pour chaque jour, on bénéficiera d’une indulgence plénière au terme de l’année (p. 93) ; mais si l’on utilise un chapelet indulgencié, on peut gagner en plus la même indulgence à vingt-quatre grandes fêtes de l’année liturgique nommément désignées (p. 96-97). Mais il y a mieux, les chapelets brigittains offrent de meilleures performances, si du moins on peut s’en procurer un auprès d’un prêtre ayant reçu de Rome le pouvoir d’accorder les si précieuses indulgences. Au fidèle, en train de perdre pied devant cette surabondance annoncée, et qui se livre à une pratique comparative en se demandant « quelle différence [il] y a [...] donc entre les uns et les autres [chapelets] ? », il est répondu doctement qu’il y en a plusieurs : « 1) dans les chapelets brigittains, il y a des indulgences attachées aux grains, et il n’y en a pas dans les autres. 2) les indulgences attachées aux chapelets brigittains sont divisibles et on les gagne à mesure qu’on récite les prières correspondantes aux grains, au lieu que l’indulgence attachée aux autres chapelets ne se divise point : pour les gagner il faut réciter le chapelet tout entier » ; on aura compris quel est le meilleur choix : « les indulgences du chapelet brigittain sont plus abondantes que celles du chapelet simplement indulgencié » (p. 102).

  • 7 Il est impossible ici de citer la longue bibliographie sur les confréries. Voir notamment les trav (...)

13En même temps qu’elle oriente la piété des fidèles vers des prières de dévotion, l’indulgence sert à mobiliser leur intérêt pour les associations catholiques traditionnelles7. Et cette fonction est sans doute encore plus importante que la précédente. Bouvier présente ainsi les valeurs sûres de la sociabilité catholique, les affiliations reconnues puisqu’indulgenciées, cinq confréries et deux autres associations. Pour les confréries, le Rosaire, le Scapulaire, le Saint-Sacrement, les trois grandes confréries traditionnelles, puis encore Notre-Dame Auxiliatrce et le Sacré-Cœur ; pour les autres associations, la Congrégation de la Sainte-Vierge, chère aux jésuites, et la Propagation de la foi, nouvelle venue. Bouvier, sans vouloir être historien, rappelle l’origine médiévale des deux premières confréries ; le Saint-Sacrement, dit-il, prend naissance au début du XVIe siècle ; la Congrégation est reconnue par Grégoire XIII en 1584 ; la confrérie de Notre-Dame auxiliatrice est née au lendemain de la victoire des armées chrétiennes contre les Turcs à Vienne en 1683, elle s’est immédiatement développée à partir de Munich et a été aussitôt reconnue par Rome en 1684. Bouvier date l’origine de la confrérie du Sacré-Cœur de 1801, moment de sa réapparition ; il adjoint enfin la propagation de la Foi, dernière association venue puisque née en 1822. Pour lui toutefois, le mouvement confréral ne se limite pas là ; il renvoie à une plus large sociabilité que ces sept mouvements indulgenciés. En effet, en s’associant, les personnes pieuses « se proposaient, les unes de s’entr’aider à faire pénitence et à pratiquer les vertus ; les autres de soulager les âmes du purgatoire par des prières, des aumônes et autres bonnes œuvres ; d’autres de secourir les pauvres, de consoler les affligés, d’assister les malades, d’ensevelir les morts, etc. ; d’autres d’honorer tel ou tel mystère de la religion, d’exciter ou d’entretenir la dévotion envers la très sainte Vierge, les anges ou les saints » (p. 132). Vision large qui sans privilégier les pénitents du midi, les inclut implicitement quand il assigne comme but à certaines associations l’accompagnement des défunts.

14Si l’on voit les confréries à travers le prisme de l’indulgence, les différences entre elles sont grandes, et les indulgences abondantes ne vont pas nécessairement aux plus connues, aux plus anciennes. Les mieux dotées sont les deux confréries du Rosaire et du Sacré-Cœur, une association traditionnelle, l’autre, plus récente, relancée par Pie VII, après la Révolution. On serait en droit de se demander si ces généreuses dotations en indulgences ont joué quelque rôle dans le succès des confréries. La preuve toutefois est malaisée à fournir : si l’on regarde la progression foudroyante de la Propagation de la foi au moment où Bouvier écrit son traité, on constate à la fois que l’association est sans doute moins bien pourvue mais que l’octroi immédiat d’indulgences par la papauté fournit comme un label de reconnaissance qui a pu contribuer à son succès. Il paraît ici plus intéressant de mettre en évidence, à travers les attributions, plus ou moins généreuses, d’indulgences plénières, les finalités qui sont dévolues à ces récompenses spirituelles.

15D’abord, et ceci vaut pour toute association, l’indulgence plénière s’applique à deux moments essentiels de la vie du confrère : son entrée dans la confrérie et le moment de son départ, celui de son décès ; la confrérie du Rosaire associe symboliquement ces deux moments par la remise au nouveau confrère d’un cierge béni que l’on allumera pour lui à sa mort et que l’on lui fera tenir entre les mains au moment de son agonie (p. 139). Rares aussi sont les confréries qui ne disposent pas d’indulgences plénières, disponibles chaque année, à l’occasion de leurs fêtes. Pie VII ainsi, pour encourager la Propagation de la foi, accorde dès 1823 une indulgence plénière « jour de l’Invention de la sainte Croix, anniversaire de la fondation de cette sainte entreprise, et le jour de saint François Xavier son patron » (p. 170). Les membres du Rosaire bénéficient de l’indulgence plénière lors des processions des quatre grandes fêtes de la Vierge, l’Annonciation, la Purification, l’Assomption et, bien entendu, le Saint-Rosaire. La congrégation mariale offre à ses membres cinq occasions annuelles de gagner l’indulgence plénière, Noël et l’Ascension mais aussi la Nativité de la Vierge, l’Annonciation, l’Assomption. La confrérie du Sacré-Cœur bat tous les records en offrant cette possibilité pour quatorze fêtes du calendrier liturgique (p. 188).

16Mais là ne s’arrête pas la générosité pontificale. Les confrères du Rosaire disposent d’une indulgence plénière à chaque procession mensuelle qui a lieu le premier dimanche de chaque mois ; la confrérie du Sacré-Cœur a les mêmes avantages pour la messe du premier vendredi (ou du premier dimanche) de chaque mois et de plus ses membres peuvent user d’un jour supplémentaire par mois pour bénéficier d’une autre indulgence plénière. Ceux du rosaire peuvent bénéficier de celle-ci à chaque fête de la Vierge. Les congréganistes sont les plus richement dotées : ils ont une indulgence plénière à chaque réunion hebdomadaire : seule restriction, s’il y a deux réunions dans la semaine, on ne gagnera qu’une seule fois l’indulgence (p. 164) !

17À travers cette rapide présentation de la variété des avantages spirituels offerts aux différentes associations pieuses on voit combien, globalement, l’octroi des indulgences plénières vise davantage à conforter le « bien agir » des vivants qu’à favoriser la circulation des indulgences au bénéfice des morts. Mais la pratique romaine des indulgences obéit aussi à deux logiques différentes sinon contradictoires : d’un côté un usage parcimonieux – ou si l’on préfère une logique de rareté et de solennité – permet de mettre en évidence et les moments essentiels de la vie du confrère (l’entrée en confrérie et la mort) et ceux mêmes de la confrérie, à savoir la (ou les) fête(s) annuelle(s) ; d’un autre côté un usage généreux – ou une logique d’abondance – est poussé jusqu’au paroxysme pour les congréganistes qui se voient proposer des indulgences plénières pour la quasi totalité de leurs activités jusqu’à leurs réunions hebdomadaires. Mais une telle inflation d’indulgences ne risque-t-elle pas de tuer à terme l’intérêt pour l’indulgence ?

  • 8 Par deux décrets de deux congrégations romaines de 1905 et de 1910. On a tendance à confondre les (...)

18Sauf à penser que leur octroi surabondant en modifie la finalité et que la multiplication des indulgences plénières est devenue comme un moyen subreptice utilisé pour développer la confession et plus encore la communion fréquentes, puisque ces deux pratiques sacrementaires sont presque toujours liées à l’octroi de l’indulgence plénière. Ce serait là un changement important de perspective, qui trouverait son aboutissement au début du siècle suivant, dans les décisions de Pie X de 1905 et de 1910 concernant la communion quotidienne des laïcs et l’accès à la communion des jeunes enfants8. Il resterait toutefois à vérifier la validité d’une telle hypothèse qui montrerait que, sous les dehors de stabilité, apparaît la réalité du changement.

19Bel automne ou nouveau printemps ?

Notes

1 L’ouvrage ici analysé (bibliothèque personnelle) est daté de 1826 et se présente comme une « nouvelle édition », preuve du relatif succès de la publication lancée en direction des fidèles ; il comprend VII-288 p., et non 494 p. comme le mentionne à tort la bibliographie de la Bibliothèque nationale à l’article Bouvier. La même année Bouvier publiait un Traité dogmatique et pratique des indulgences [...] à l’usage des ecclésiastiques qui travaillent dans le saint ministère, solide ouvrage de 456 p. Celui-ci connaît dix réimpressions dans les trois décennies qui suivent jusqu’en 1855, année où Bouvier n’est plus réédité, car définitivement suspect de gallicanisme.

2 Provence historique, 1989, p. 337-353.

3 In -24 de 9 cm sur 15, alors que l’ouvrage similaire à destination des ecclésiastiques est un plus classique in -12.

4 Ce serait donc comme dans nos jeux modernes, être sur la liste de ceux qui ont trouvé la bonne réponse ne suffirait pas, il faut encore recourir à un « tirage spécial » où les chances sont plus minces.

5 C. LANGLOIS, Le crime d’Onan, Paris, à paraître. Cet ouvrage concerne le changement d’appréciation de Bouvier en matière de sexualité conjugale.

6 Les prescriptions valent pour elles-mêmes. L’indulgence accordée est une occasion seulement de les rappeler voire de les renforcer. La dernière, concernant le prix des chapelets indulgenciés, vise à écarter toute possible accusation, toujours sensible, de vente d’indulgences.

7 Il est impossible ici de citer la longue bibliographie sur les confréries. Voir notamment les travaux en cours sur les confréries romaines de P. Boutry, B. Dompnier et M.-H. Froeschlé-Chopard.

8 Par deux décrets de deux congrégations romaines de 1905 et de 1910. On a tendance à confondre les deux décisions ou à inverser l’ordre de leur importance. La seconde (la communion des enfants à sept ans) dépend de la première (la communion quotidienne des fidèles). C’est après avoir déterminé les conditions précises (état de grâce et intention droite) de l’accès des laïcs à la communion quotidienne que Pie X étend cette possibilité aux jeunes enfants qui dès l’âge de raison (sept ans) étaient incités auparavant à se confesser mais ne pouvaient encore communier.

Auteur

EPHE, Section des Sciences religieuses

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540