Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités juives et chrétiennes

 | 
Gabriel Audisio
, 
Régis Bertrand
, 
Madeleine Ferrières
, 
et al.

Le diocèse d’Arles au tournant des XVIe et XVIIe siècles d’après les rapports de visite ad limina de 1594 et 1602

Marc Vénard

Texte intégral

  • 1 Voir M. VENARD, « Les rapports de visites ad limina des évêques de France », à paraître.

1Dans la collection peu abondante des rapports de visite ad limina envoyés à Rome par les évêques du royaume de France, le diocèse d’Arles se singularise en présentant deux rapports successifs, remis par les archevêques Silvio de Santa Croce en 1594, et Horatio Montano en 1602. On sait que le pape Sixte V, en 1585, avait relancé la vieille tradition selon laquelle les évêques de l’Église latine devaient se rendre une fois au moins à Rome pour y vénérer les reliques des saints Pierre et Paul conservées dans leurs basiliques respectives – les limina Apostolorum – et faire allégeance au souverain pontife : désormais, cet usage devenait une obligation, avec périodicité régulière, selon la distance (pour les évêques de France, tous les quatre ans), assortie de la remise d’un rapport détaillé sur l’état du diocèse. Mais dans la France gallicane, la bulle de Sixte V resta ignorée de la plupart des évêques1.

  • 2 À ce rapport est jointe une feuille volante portant des notes préparées, sur instruction du pape, (...)

2Cela rend d’autant plus intéressants les deux rapports concernant le diocèse d’Arles. Ils sont conservés aux Archives Vaticanes (Archivio Segreto Vaticano), dans le fonds de la Sacrée Congrégation du Concile, le dicastère créé par le pape Pie IV, au lendemain du concile de Trente, pour en faire appliquer les décrets et résoudre les questions que ceux-ci pouvaient localement soulever. Dans la série des « Relationes visitationum » classée dans l’ordre alphabétique des diocèses, Arles porte le numéro 74. Le rapport de 1594 couvre cinq feuillets ; il a été remis directement, à Rome, par l’archevêque Silvio Santa Croce, le 27 juin. Le rapport de l’archevêque Montano a été signé à Arles le 1erjuin 1602, et il a été porté à Rome par son vicaire général, Jean-Jacques Valanzani, à qui il avait donné procuration (le 1er mai précédent) pour qu’il fasse en son nom la visite ad limina ; il ne couvre que quatre feuillets2. Bien entendu, ces rapports sont écrits en latin.

  • 3 Ils ont eu droit à une vingtaine de lignes rédigées par A. BOURDE, dans J.-R. PALANQUE (dir.), Le (...)
  • 4 EUBEL, Hierarchia apostolica, III, p. 116.

3Il convient de présenter maintenant les deux archevêques3. Silvio de Santa Croce est le neveu de Prospero de Santa Croce, ancien nonce en France, cardinal en 1565 et archevêque d’Arles depuis 1566. Celui-ci lui a conféré la dignité d’archidiacre, et l’a constitué vicaire général en 1570, avant de lui céder son siège, en 1574, tout en conservant les revenus de l’archevêché, sauf une dotation de 1 000 écus4. Toutefois, ce n’est qu’en 1578 que Silvio s’est rendu à Rome où il s’est fait consacrer évêque, dans l’église Saint-Silvestre du Quirinal, par son oncle assisté de l’archevêque de Sienne et de l’évêque de Melfi, le 12 mars 1578. Il est ensuite revenu à Arles où, nous dit-il, très bien accueilli par le clergé et le peuple, il s’est mis aussitôt au travail. Quand Silvio de Santa Croce rédige son rapport, il y a donc vingt-huit ans qu’il séjourne à Arles, vingt ans qu’il en est l’archevêque, et seize qu’il exerce effectivement sa charge. En 1594, il est, dit-il, venu à Rome exprès pour faire obédience au pape et lui rendre compte de son action. Mais deux ans plus tard, profitant de ce que la situation dans son diocèse est calmée, il se rendra de nouveau à Rome où, après avoir résigné son archevêché en 1598, il devait mourir en 1603.

  • 5 Ibid.

4Au contraire, Horatio Montano venait à peine de prendre contact avec son diocèse quand il écrivit son rapport. En effet, évêque d’Atri, au royaume de Naples, depuis 1591, il se trouvait à la cour de France, chargé en particulier de négocier le rétablissement de la Compagnie de Jésus, quand il reçut l’archevêché d’Arles par suite de la résignation de Santa Croce5. Il en prit possession le 4 avril 1599. Mais engagé dans l’affaire de l’annulation du mariage entre Henri IV et Marguerite de Valois, ce n’est qu’au début de l’année 1602 qu’il put venir résider dans son archevêché. Il n’allait pas y faire longue carrière, puisqu’après avoir dicté son testament, à Salon, le 11 septembre 1603, il y mourut peu après.

5Sans qu’ils aient à suivre un schéma imposé – du moins à cette époque qui voit les débuts de l’institution – les rapports de visite ad limina comportent toujours deux aspects : un aspect descriptif, pour présenter les structures ecclésiastiques du diocèse, et un aspect dynamique, pour rendre compte de l’action réalisée ou projetée par le prélat. Cela détermine tout naturellement le plan que nous allons adopter pour présenter, de façon aussi synthétique que possible, le contenu de nos deux documents.

Un diocèse de Provence

  • 6 Tout ceci est évidemment réaffirmé dans Pontificium Arelatense, seu Historia primatum sanctae Arel (...)
  • 7 Au début du XVIe siècle, Antonio de Béatis, secrétaire du cardinal d’Aragon, de passage à Arles, a (...)

6Voici d’abord la cité d’Arles, située en Provence et arrosée par le Rhône, « à 7 lieues d’Avignon et 12 de Marseille ». Montano se plaît à évoquer son glorieux passé : ancienne capitale du royaume d’Arles, surnommée Roma Gallula, elle a été convertie au christianisme, vingt-quatre ans seulement après l’Ascension du Christ, par la prédication de saint Trophime, disciple de Notre Seigneur et cousin de saint Paul6. C’est d’Arles que le christianisme s’est répandu en Gaule. L’église métropolitaine, explique Santa Croce, est dédiée à la Vierge Marie et à saint Etienne, mais elle porte le nom de saint Trophime parce que c’est lui, le premier évêque d’Arles, qui l’a consacrée, et que son corps y est conservé en grande vénération. L’église possède en outre des reliques insignes : le crâne de saint Etienne, apporté par Trophime, un fragment de la Sainte Croix, la tête d’un des saints Innocents, et le corps de saint Bardulphe. D’autres reliques, conservées dans d’autres églises de la ville, enrichissent encore sa sacralité : la tête de saint Marc évangéliste, les corps des saints évêques Hilaire et Césaire, ceux des vierges Casarie et Rusticule, et surtout « le corps entier de saint Antoine abbé, que de très nombreux miracles ont illustré, et qui est l’objet d’une très grande dévotion populaire dans toute la France »7. Selon Santa Croce, la ville compte environ 5 000 feux et 20 000 âmes. Montano, lui, estime à 40 000 âmes la population de la ville d’Arles et de son territoire (qui inclut, comme on sait, toute la Camargue).

  • 8 À Aix, 20 chanoines et dignitaires, 20 bénéficiers et 6 « serviteurs » (C. DOLAN, Entre tours et c (...)

7Le chapitre métropolitain, autrefois sous la règle de saint Augustin et maintenant sécularisé, compte quatre dignitaires – le prévôt, l’archidiacre, le sacristain et l’archiprêtre –, trois « personats » – le chantre, le primicier et le trésorier – et treize chanoines. Ils sont recrutés par élection, dans laquelle l’archevêque dispose de deux voix. En 1594, ils résidaient tous, et tous, sauf cinq, étaient prêtres. Dès 1594, une des prébendes canoniales est affecté à un « théologal » – c’est-à-dire à un docteur en théologie, mais en 1602, le poste est vacant depuis un an, faute de personne idoine, de sorte que la prédication est assurée par un religieux. Le chapitre emploie en outre vingt bénéficiers, prêtres ou diacres, deux « hebdomadiers » et six clercs qui assistent chacun un des dignitaires ou personats. Il y a aussi un maître de musique qui dirige sept enfants ; l’église possède un orgue, d’excellentes cloches et une sacristie bien garnie. Tout cela fait de la cathédrale d’Arles une des mieux pourvues de Provence, comparable à Aix ou à Avignon, mais très supérieure aux autres8.

8Santa Croce, et mieux encore Montano, apportent des précisions sur les revenus du clergé d’Arles. Des revenus, note le premier, qui pour la plupart proviennent de dîmes, dont le rapport est incertain et varie avec les récoltes ; en outre l’archevêque et le chapitre en reversent une assez grosse part à l’hôpital d’Arles, comme aussi dans les bourgs où ils perçoivent des fruits. Moyennant quoi, on constate que ces revenus ont été assez fortement revalorisés entre 1594 et 1602. Le prévôt et l’archidiacre, qui percevaient environ 400 écus en 1594, en ont 600 en 1602 (à comparer aux revenus de l’archevêque, dont les revenus sont estimés à 6 000 écus en 1602) ; le sacristain passe de 300 écus à 400 ; l’archiprêtre, le primicier et le chantre, de 200 à 250 ; le trésorier, 150 en 1602. Quant aux simples chanoines, dont les prébendes étaient estimées 100 écus en 1594, elles passent à 150 huit ans plus tard. Les bénéficiers doivent se contenter de 10 écus (en 1602), sauf trois qui en ont 80 et un 60. Les clercs et les hebdomadiers vivent aux frais des dignitaires, tandis que le maître de musique et les enfants sont nourris par le chapitre.

  • 9 Santa Croce note qu’il a lui-même consacré l’église St-François de l’Observance.

9Au total, donc, près de soixante personnes gravitent autour de la cathédrale. Mais le caractère clérical d’Arles est encore accentué quand on sait que la ville compte en outre onze paroisses, dont une collégiale, Notre-Dame, desservie par un doyen et neuf chanoines. Montano, en 1602, estime que ce nombre est excessif ; il voudrait réduire à cinq le nombre des paroisses, car leurs revenus ne sont pas suffisants pour permettre un service décent. Il y a encore sept monastères d’hommes (Dominicains, Augustins, Carmes, Franciscains conventuels et observants9, les Capucins hors les murs, et l’abbaye bénédictine de Montmajour aux environs) et trois couvents de femmes. Quatre compagnies de pénitents, que Montano, en 1602, décrit ainsi : « chacune compte six à sept cents membres, qui accomplissent quantité d’œuvres pieuses et dignes de louange, en particulier en ensevelissant les morts ; elles ont construit des chapelles splendides, dans lesquelles, le dimanche, on célèbre très exactement l’office divin. » Il y a aussi un hôpital, richement doté, 4 000 écus au dire de Montano, qui note que les malades y sont soignés par des bénévoles hommes et femmes.

  • 10 Dans les notes préparées pour répondre à l’archevêque, il est dit que le pape est disposé à concéd (...)

10Enfin, hors les murs, l’église Saint-Honorat a droit à une mention spéciale. Son vénérable cimetière, écrit Santa Croce, est très célèbre dans toute la France. Plus précis, Montano note que cette église est « la plus ancienne de toute la France » ; qu’elle fut d’abord dédiée à la Vierge Marie, puis à saint Honorat, archevêque d’Arles ; on y conserve la tête de saint Geniès martyr ; le cimetière est memorabile et celebre, « les corps de très nombreux saints, de rois et d’hommes illustres y reposent, qui y étaient transportés, de partout, presque du monde entier » ; mais il a été profané et on n’y enterre plus personne. Aussi l’archevêque estime qu’il serait bon de restaurer l’église et de réconcilier le cimetière, et il demande que le pape accorde pour cela une indulgence plénière10.

11Les rapports sont plus brefs sur le reste du diocèse. Il compte, dit Santa Croce, 30 paroisses ou castella qui dépendent soit de la mense archiépiscopale, soit du chapitre, soit de l’abbaye de Montmajour. Plus précis (et plus exact), Montano dénombre 36 bourgs dont certains sont « très opulents » et d’autres « très exigus ». Au total, il estime la population (Arles comprise) à 75 000 âmes. Trois localités ont droit à une mention spéciale. Salon, dont la collégiale St-Laurent abrite dix chanoines, plus le doyen et le sacristain, et six bénéficiers ; Beaucaire, dont la collégiale Notre-Dame abrite douze chanoines, plus le doyen et le chantre, et six bénéficiers ; et enfin Notre-Dame de la Mer (qu’on appelle aujourd’hui les Saintes-Maries), dotée d’une magnifique église dépendant de Montmajour, où sont vénérés les corps des saintes Marie de Jacobé et Marie Salomé : chaque année y afflue de partout une multitude de pèlerins.

  • 11 Voir M. VENARD, « Diocèse ou évêché ? La représentation des diocèses dans les rapports de visites (...)

12Telle est donc l’image que nos archevêques entendent donner de leur diocèse, au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Que leurs évaluations démographiques ne soient pas beaucoup plus fiables que leur vision historique nous importe peu ; L’intérêt de leur propos est ailleurs. Il est dans la prise de conscience du territoire et du peuple qu’ils ont en charge, prise de conscience que l’obligation de rédiger un tel rapport leur a imposée. Nul doute que la constitution de Sixte Quint a beaucoup contribué à transformer la mentalité des prélats, de possesseurs d’un évêché en pasteurs d’un diocèse11.

Des évêques de la Réforme catholique

13Quand Prospero Santa Croce commença d’exercer son ministère épiscopal à Arles, en 1578, il y avait quinze ans, dit-il, qu’on n’y avait vu d’évêque résident. De sorte que dans sa première visite des paroisses de la ville, il fut quinze jours de suite à donner la confirmation à une foule de fidèles. Puis il se mit résolument à réformer son diocèse, selon les décrets du concile de Trente. Mais comme celui-ci n’était pas reçu en France, il lui fallut agir par la persuasion. Écoutons-le exposer lui-même sa méthode (dans les rapports, les évêques parlent d’eux-mêmes à la troisième personne) :

« Dès lors il exhorte en privé ses diocésains à recevoir le concile de Trente, et il les fait inciter en public par les prédicateurs et les théologiens. Mais constatant que les gens restent encore fermés à ce conseil, espérant que d’ici peu de temps, grâce à son action, ils finiront par l’accepter, il travaille en attendant à extirper certaines habitudes contraires au concile de Trente et à l’honneur du culte divin ».

  • 12 Les statuts synodaux promulgués par Silvio de Santa Croce n’ont pas été conservés, pas plus que ce (...)
  • 13 En réalité, le rythme de deux synodes par an a été pratiqué dans le diocèse d’Arles depuis le XVe (...)

14Et pour ce faire, il a recouru aux constitutions synodales12. Dès après son arrivée, il a convoqué un synode pour le mercredi après la fête de S. Luc (octobre 1578) et fait décider qu’il y aurait désormais deux synodes par an, le mercredi après Pâques et le mercredi après la S. Luc, auxquels devront assister tous les recteurs (c’est-à-dire les curés) de paroisses13. Moyennant quoi il a imposé au clergé de son diocèse un certain nombre de réformes : il a introduit un examen pour les candidats aux cures et avant de permettre aux prêtres de confesser ; il a calqué le calendrier des fêtes des saints sur celui de l’Église romaine ; il a interdit de célébrer les messes, les baptêmes et les mariages dans des maisons privées, et il a imposé la publication ds bans de mariage ; il a publié la bulle de Pie V sur la clôture des religieuses. En 1588, il fera adopter le bréviaire et le missel tridentins.

15Interrompue, en 1580, par la peste qui ravage la Provence et touche en particulier les villes d’Arles, Salon, Martigue, Berre etc., l’action pastorale de Santa Croce retrouve ensuite tout son élan. Dès qu’il fut de nouveau possible de circuler, dit-il, il a visité toutes les églises de son diocèse ; cette première tournée lui a pris deux mois. Combien son peuple en avait besoin, on en a eu la preuve, selon l’archevêque, en voyant sa piété s’augmenter merveilleusement : pour ne prendre qu’un exemple, on ne peut compter les églises soit ruinées, soit abandonnées, que grâce à l’intervention du pasteur, les communautés d’habitants ont restaurées et embellies ; et chacune aussi les a enrichies en peu de temps d’un beau mobilier liturgique. Après cette première visite, l’archevêque assure qu’il a parcouru de nouveau tout son diocèse tous les deux ans, jusqu’en 1588.

16Mais à la fin de cette année-là, toute la France entre en ébullition, à la suite du meurtre des Guises : « Toutes les parties de la Provence furent sens dessus-dessous, ravagées par la guerre civile. De sorte que l’ancienne piété se trouva abandonnée, et la discipline ecclésiastique dépérit au milieu des armes ; il ne resta presque plus de place pour l’autorité pastorale, étouffée par cette fureur guerrière ».

17Toutefois, Santa Croce n’a pas déserté. « Arelatae pedem figit » : cette expression militaire dit sa volonté de rester à son poste. Or il a choisi son camp, qui est celui de la Ligue. Et il entraîne son troupeau avec lui : quand il ne le peut le faire de sa propre voix, il fait exhorter le peuple dans la sainte doctrine par les théologiens les plus célèbres de la Provence. Cela avec tant de succès que la cité elle-même et le diocèse tout entier n’ont jamais fait défection de l’union des Princes catholiques. Après la mort d’Henri III, en 1589, pour répondre aux menaces grandissantes des hérétiques, il a fait prêter par son peuple le serment de la sainte Union.

18Partisan de la Ligue, l’archevêque d’Arles n’en est pas moins un ligueur modéré. Il évoque en termes très sévères la dictature qui s’est emparée alors de la ville, au mépris de l’autorité légale des consuls, sous la conduite d’un juge local. Celui-ci a jeté la ville dans un désordre incroyable : sans parler de quantité de meurtres, sans parler d’innombrables rapines et concussions, sans parler de l’accusation calomnieuse d’hérésie lancée contre deidvers notables, qui furent pour cela chassés de la ville ; sans parler du scandale public dont il a frappé toute la province, en simulant le zèle ou la religion et sous prétexte de défendre la foi chrétienne, il s’est même attaqué au clergé, et il a fait enfermer en prison certains chanoines, sans avoir eu l’accord ni même avoir averti l’archevêque ; il les a chassés de la ville, il les a privés de leurs biens, et il a même essayé d’empêcher l’archevêque d’exercer sa charge.

19En riposte à cette tyrannie, Santa Croce, fort de l’appui de son clergé dont chaque membre lui a personnellement juré fidélité, a menacé de jeter l’interdit sur la ville. Ce qui a eu pour effet de faire céder le dictateur et ses « sicaires », qui sont venus implorer le pardon de l’indulgence.

20Puis, en septembre 1591, la ville fut assiégée par les hérétiques. Tandis qu’elle se prépare à se défendre, et qu’elle fait appel au duc de Savoie pour qu’il la secoure, Santa Croce fait son devoir en exhortant son clergé et son peuple à garder courage, à ne pas craindre ceux qui peuvent tuer le corps mais non pas l’âme ; à ne pas se laisser abattre par la perte de leurs biens, au point de faire passer ceux-là, qui sont caducs, avant les biens célestes qui sont éternels ; quel n’est pas le triste sort de ceux qui, ayant abandonné la vraie religion, prennent par au ferment de la malice hérétique. Après quoi l’archevêque fait décider des prières publiques, qui ont continué jusqu’à ce que la ville soit libérée du siège.

21Cette heureuse issue est due au duc de Savoie, dont l’entrée à Arles a provoqué l’enthousiasme. Le duc a remis la ville en état de défense sur le plan militaire ; il lui a rendu son ancienne activité commerciale ; il a rétabli l’ordre de la justice qui, comme on l’a dit, avait été bouleversé ; il s’est occupé de bien d’autres choses, et l’archevêque a obtenu de lui tout ce qu’il voulait.

22En somme, quand Santa Croce écrit son rapport, en 1594, le sauveur, à ses yeux, c’est le duc de Savoie, le prince selon son cœur. A-t-il compris que celui-ci nourrissait des ambitions sur le comté de Provence ? Peut-être, mais cela ne paraît pas le troubler. Pourtant il y a près d’un an qu’Henri de Navarre a abjuré le protestantisme ; plus de deux mois que Paris lui a ouvert ses portes. Toute la Provence est en train de basculer en faveur d’Henri IV. On peut se demander si ce n’est pas pour s’épargner une palinodie douloureuse que l’archevêque d’Arles a saisi l’occasion d’accomplir à Rome sa visite ad limina. Il serait trop facile, en tout cas, de l’accuser d’avoir fait un mauvais choix politique. Car il avait eu d’abord le courage de rester au milieu de son peuple. Depuis trois ans, écrit-il, il était le seul évêque de Provence demeuré à son poste.

23En tout cas, dès la tranquillité revenue, Santa Croce reprend avec zèle son activité d’évêque post-tridentin. Dès 1592, il a pu recommencer à visiter la plus grande partie de son diocèse. Les ordinations ont lieu quatre fois par an, aux temps fixés, et « selon les formes prescrites par le saint concile de Trente, après que les ordinands ont été soigneusement examinés ». L’archevêque procède chaque année au sacrement de confirmation et à la consécration du saint chrême. Il fait prêcher, à ses frais, tous les dimanches, d’illustres prédicateurs. Grâce à quoi, dit-il, « on ne trouve quasi plus un seul hérétique dans le diocèse ».

  • 14 On lit sur la feuille de notes préparée pour la réponse : « Quant à la faculté d’absoudre les héré (...)

24Cette dernière affirmation va se trouver contredite, ou du moins nuancée, par Horatio Montano qui écrit, lui, après l’édit de Nantes. Certes, dit-il, la ville d’Arles est, grâce à Dieu, presque entièrement catholique, bien animée en faveur de la religion chrétienne, et surtout avide de la parole du Seigneur, avec seulement trois hérétiques, deux hommes du peuple et une femme noble (dont pourtant les cinq fils et toute la famille sont catholiques). Mais il y a dans l’ensemble du diocèse beaucoup d’autres hérétiques. Il estime leur nombre à 150. Et il ajoute : « Nous nous efforçons de jour en jour de les ramener à la foi catholique, et cette année, grâce au labeur des pères de la Société de Jésus et des capucins, dix-sept se sont convertis et ont embrassé la foi catholique. » Toutefois, l’archevêque aurait besoin de recevoir de Rome le pouvoir d’absoudre les hérétiques, car les convertis renâclent à se rendre à Avignon pour abjurer14.

  • 15 Sur la feuille de notes préparée pour répondre à l’archevêque, on peut lire : « En ce qui concerne (...)

25En général, le nouvel archevêque se montre plus sévère que son prédécesseur. Le clergé du diocèse est, selon lui, « peu capable et peu zélé ». Il en voit la raison dans le fait que les bénéfices se transmettent par résignation – ils sont, dit-il, « héréditaires » –, résignation faite, même à l’article de la mort, entre les mains du légat ou du vice-légat d’Avignon. Sur quoi Montano développe longuement son propos contre cet abus : il faudrait, demande-t-il, ordonner au vice-légat de ne pas déroger à une règle qui est pourtant reçue en France. Il est piquant de voir cet Italien protester de la sorte contre les agissements du représentant du pape à Avignon15.

26Toutefois Montano ne se contente pas de déplorer les insuffisances de son clergé. Il se préoccupe de sa formation. Evêque tridentin, il sait qu’on attend de lui qu’il crée un séminaire ; mais il s’en excuse : « On n’a pas encore érigé de séminaire, à cause de l’extrême faiblesse des revenus des bénéfices avec lesquels on pût l’ériger et le faire fonctionner ; en effet, ceux qui pourraient supporter cette charge sont très lourdement chargés par les décimes royales, tant ordinaires qu’extraordinaires ».

  • 16 Il s’agit de la congrégation de prêtres séculiers récemment fondée autour de César de Bus, chanoin (...)

27Arles n’a pas non plus de collège de jésuites. La ville voudrait en avoir un, dès que le roi le permettra. En attendant, l’archevêque fait venir des jésuites (d’Avignon sans doute) pour prêcher et enseigner la doctrine chrétienne avec grand profit. En revanche, la ville de Salon vient de recevoir les pères « dits de la Doctrine chrétienne »16 ; on leur a assigné l’église paroissiale de St-Michel, avec des revenus suffisants pour leur entretien, qui sont fournis partie par le chapitre de l’église St-Laurent, dont la paroisse St-Michel est une annexe, et partie par le communauté d’habitants.

28Enfin, Horatio Montano n’oublie pas qu’il est archevêque, en charge d’une province ecclésiastique. Santa Croce s’était contenté d’énumérer les évêchés suffragants, Marseille, Toulon, Orange et Saint-Paul-Trois-Châteaux. Montano, lui, éprouve le besoin d’expliquer pourquoi la province d’Arles n’a pas encore tenu le concile prescrit par les décrets tridentins :

« En ce qui concerne le synode, nous n’avons pas pu jusqu’à présent célébrer de synode provincial, car nous en avons été empêchés soit par notre absence, aussi longtemps que nous fûmes à la cour du Roi très-chrétien pour les affaires ordonnées par Notre Seigneur (le pape), soit par celle de nos suffragants. Mais nous ne manquerons pas de le faire dès que possible. En revanche, nous avons célébré un synode diocésain au cours duquel tous les bénéficiers ont émis la profession de foi et, entre autres choses, ils ont juré d’observer les décrets du saint concile de Trente. »

29Décidément, appliquer le concile de Trente reste une obsession pour nos prélats, comme elle l’est – et ils le savent – pour les cardinaux à qui ils adressent leur rapport. Montano, pour prouver sa bonne volonté, se sent obligé de poursuivre :

« L’exécution (des décrets tridentins) se heurte à beaucoup de difficultés, et il faut agir avec une extrême prudence : en effet, la cour souveraine du Parlement surveille tout, et elle sait parfaitement avec quelle obstination le Roi très-chrétien résiste à la volonté de notre très-saint Père au sujet de la publication et de l’observation du concile en France ».

30Et l’archevêque de conclure son rapport :

« Nous nous efforçons néanmoins, jour après jour, autant que nous pouvons, de remplir dignement notre mission (autant que le permet l’insuffisance de nos forces) ».

  • 17 Voir M. VENARD, « Un concile provincial oublié : le concile d’Embrun en 1583 », Provence historiqu (...)

31En se soumettant à la règle édictée par Sixte Quint sur la visite ad limina, les deux archevêques d’Arles ont fait la preuve de leur attachement au Saint Siège et de leur zèle pastoral. Cela ne nous surprend pas de la part du premier, Italien et ligueur, ni du second, prélat de curie ; mais il ne faut pas dire trop vite qu’ils font exception dans l’épiscopat français par leur esprit tridentin. Au contraire, alors que huit provinces du royaume ont tenu, entre 1581 et 1594, des conciles résolument tridentins, on pourrait s’étonner de la négligence ou de l’impuissance des archevêques d’Arles à faire de même. L’excuse avancée par Montano, succédant au silence de Santa Croce, n’est guère convaincante. En Provence même, les archevêques d’Aix et d’Embrun ont réussi à réunir leur concile dans des conditions qui ne devaient pas être plus favorables17.

32Mais depuis l’érection de l’archevêché d’Avignon, en 1475, qui a privé Arles de quatre suffragants, la province a perdu beaucoup de sa cohésion géographique et la cité de son lustre sur le plan ecclésiastique. L’ancienne capitale de Constantin n’a même pas l’honneur, comme Avignon, de se trouver aux avant-postes de la résistance et de la reconquête catholiques, alors que, dans la France gallicane, cette succession d’archevêques italiens risque de marginaliser le siège. Mais dès 1603, c’est un Arlésien de souche, Gaspard des Laurents, qui monte sur le siège de saint Césaire ; durant son long pontificat (jusqu’en 1630) il saura faire habilement sa cour aux rois Henri IV et Louis XIII ; avec lui, la cité provençale se mettra irrévocablement à l’heure française.

Notes

1 Voir M. VENARD, « Les rapports de visites ad limina des évêques de France », à paraître.

2 À ce rapport est jointe une feuille volante portant des notes préparées, sur instruction du pape, pour rédiger une réponse à l’archevêque.

3 Ils ont eu droit à une vingtaine de lignes rédigées par A. BOURDE, dans J.-R. PALANQUE (dir.), Le diocèse d’Aix-en-Provence (Histoire des diocèses de France, 3), Paris, 1975, p. 78-79. L’auteur, assez bien informé, n’indique malheureusement pas ses sources.

4 EUBEL, Hierarchia apostolica, III, p. 116.

5 Ibid.

6 Tout ceci est évidemment réaffirmé dans Pontificium Arelatense, seu Historia primatum sanctae Arelatensis ecclesiae, publié par P. SAXI, chanoine d’Atles, à Aix-en-Provence en 1629. Cet auteur précise que Trophime fut un des soixante-douze disciples envoyés par Jésus, et qu’il est arrivé à Arles en 61 après J.-C. L’époque de la Réforme catholique a été très soucieuse de mettre en valeur le passé de chaque évêché, pour attester la succession apostolique contre les protestants.

7 Au début du XVIe siècle, Antonio de Béatis, secrétaire du cardinal d’Aragon, de passage à Arles, avait mentionné cette relique, tout en remarquant qu’on leur avait déjà montré le corps de saint Antoine à Saint-Antine de Viennois. De même, la tête de saint Etienne était la troisième qu’on leur faisait vénérer en France. Mais cela, ajoutait le fin Napolitain, ne mettait pas vraiment en question la foi chrétienne. Voir L. PASTOR, Die Reise des Kardinls Luigi d’Aragona (1517-1518) beschrieben von Antonio de Beatis, Fribourg-en-Brisgau, 1905, p. 156-157. On sait quel parti devait tirer Calvin de ces faits, dans sa polémique contre l’Église catholique.

8 À Aix, 20 chanoines et dignitaires, 20 bénéficiers et 6 « serviteurs » (C. DOLAN, Entre tours et clochers. Les gens d’Église à Aix-en-Provence au XVIe siècle, Shrbroke – Aix-en-Provence, 1981, p. 196-202). Pour Avignon et les diocèses de sa province, voir M. VENARD, Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon, XVIe siècle, Paris, 1993, p. 118.

9 Santa Croce note qu’il a lui-même consacré l’église St-François de l’Observance.

10 Dans les notes préparées pour répondre à l’archevêque, il est dit que le pape est disposé à concéder une indulgence, mais moins large que ce qui lui est demandé.

11 Voir M. VENARD, « Diocèse ou évêché ? La représentation des diocèses dans les rapports de visites ad limina (fin du XVIe-début du XVIIe siècle) », communication au colloque de Blois, 1997, à paraître.

12 Les statuts synodaux promulgués par Silvio de Santa Croce n’ont pas été conservés, pas plus que ceux de son successeur.

13 En réalité, le rythme de deux synodes par an a été pratiqué dans le diocèse d’Arles depuis le XVe siècle jusqu’en 1570 ; il faut penser que cet usage s’était interrompu depuis peu, ou que Santa Croce s’attribue une réforme qui n’en est pas une. Voir A. ARTONNE, « Les statuts diocésains d’Arles de 1410 à 1570 », Revue d’Histoire de l’Église de France, 41 (1955), 76-84.

14 On lit sur la feuille de notes préparée pour la réponse : « Quant à la faculté d’absoudre les hérétiques, (le pape) a ordonné que ce point soit soumis à l’office de la très sainte Inquisition, où l’on pourra en délibérer. »

15 Sur la feuille de notes préparée pour répondre à l’archevêque, on peut lire : « En ce qui concerne la dérogation de la règle touchant ceux qui résignent étant malades, le Très-saint (Père) a dit qu’il ferait écrire au vice-légat pour qu’il n’accorde pas si facilement à l’avenir des dérogations ».

16 Il s’agit de la congrégation de prêtres séculiers récemment fondée autour de César de Bus, chanoine de Cavaillon. Voir M. VENARD, Réforme protestante, Réforme catholique…, p. 732 ss, et J. de VIGUERIE, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie (1592-1792), Paris, 1976.

17 Voir M. VENARD, « Un concile provincial oublié : le concile d’Embrun en 1583 », Provence historique, 170 (1992), p. 625-644.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540