Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités juives et chrétiennes

 | 
Gabriel Audisio
, 
Régis Bertrand
, 
Madeleine Ferrières
, 
et al.

Avant-propos

Bernard Cousin

Texte intégral

1Identités juives et chrétiennes dans la France méridionale du XIVe au XIXe siècle, tel est le titre qu’ont choisi les coordonnateurs du présent volume, Gabriel Audisio et Régis Bertrand, professeurs d’histoire à l’Université de Provence, et Madeleine Ferrières et Yves Grava, respectivement professeur et maître de conférences d’histoire à l’Université d’Avignon, pour ce recueil de contributions en hommage à René Moulinas.

2L’association, à l’origine de cette initiative, d’universitaires aixois et avignonnais, répond à la dualité géographique et institutionnelle de la carrière dans l’enseignement supérieur de René Moulinas, qui a été successivement assistant et maître-assistant à Aix, maître-assistant à Avignon, et à partir de 1985, professeur d’histoire moderne à l’Université de Provence, jusqu’en 1991, puis à l’Université d’Avignon jusqu’à sa retraite en 1996. Mais elle est aussi un signe tangible du réseau de fidélités et d’amitiés que René Moulinas a su tisser, au long de ces années, avec ses collègues aixois et avignonnais, et bien au-delà de ces deux villes, comme le montre la liste des contributeurs à cet ouvrage.

3Quant à la thématique choisie, elle renvoie très précisément à des questions que René Moulinas a abordées dans ses recherches sur l’espace avignonnais et comtadin : les faits culturels et religieux, possiblement constitutifs d’identités. Il les avait abordés dès sa thèse de 3e cycle, soutenue en 1972 sur « L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle ». Plus encore, cette problématique était au cœur de ses recherches sur les Juifs comtadins, objet de sa thèse de doctorat d’état (1979), et de nombreuses publications. Mais elle nourrissait aussi ses recherches sur la Révolution française, entamées avec la question juive dès les années soixante-dix, et développées avec l’approche du bicentenaire.

4C’est sur ce domaine que nos parcours de chercheurs se sont croisés de plus près. Dès 1986, dans le cadre de la commission scientifique régionale pour le bicentenaire, présidée par Philippe Joutard, il a été l’un des principaux animateurs du colloque « Midi rouge et Midi blanc », tenu à l’Université d’Avignon, et auquel il présentait une communication sur « Jourdan Coupe-tête ». Dans les années qui suivirent il donna une quinzaine d’autres contributions sur la période révolutionnaire. On y retrouve ses deux thèmes de prédilection, la presse d’une part, les Juifs d’autre part, mais aussi l’histoire des idées, avec le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ; celle-ci pouvant encore croiser l’histoire religieuse, avec les débats autour de la religion d’État, de la Constitution civile du clergé, et de l’idée de tolérance.

5Sur l’histoire religieuse de la Révolution française, en 1989 nous avons publié ensemble, avec Monique Cubells, un essai de synthèse « La pique et la croix », qui s’applique à donner, sans passion ni parti-pris sur un sujet qui les a souvent suscités, un état de la question, largement renouvelée par des recherches récentes. En 1995, René Moulinas était à nouveau avec moi dans l’aventure collective qui s’attachait aux clercs provençaux et comtadins, dans un volume de la collection « Hommes de Dieu et Révolution » publiée sous la direction de Bernard Plongeron.

6À l’occasion de ces deux collaborations éditoriales, qui furent aussi des compagnonnages de recherche, j’ai retrouvé et apprécié chez René Moulinas les qualités que je connaissais déjà chez le collègue enseignant : la simplicité des rapports, la rigueur du travail fourni. C’est pourquoi je suis particulièrement heureux aujourd’hui d’accueillir dans la collection « Le temps de l’histoire » des Publications de l’Université de Provence, cet ouvrage d’historiens qui s’attache à explorer dans la France méridionale du contact religieux, des « identités juives et chrétiennes » en vingt-trois études s’étalant sur cinq siècles, et offertes à René Moulinas.

Auteur

Université de Provence, UMR Telemme, Directeur des PUP

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540