Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Espagne en 1808

 | 
Gérard Dufour
, 
Elisabel Larriba

II - Visions et rôle de la presse

Mai 1808 dans la presse de Cadix pendant la Guerre d’Indépendance. De l'appel aux armes à la configuration d'un nouvel ordre politique1

Beatriz Sánchez Hita
Traduction de Rosa Mateu

Texte intégral

  • 1 Ce travail fait partie des résultats obtenus dans le cadre des programmes de recherches : « Prensa (...)

1Le Deux Mai évoque toute une série d’images et de concepts qui proviennent de la charge symbolique que cette date a prise au fil du temps. De manière générale, on peut dire que ce jour représente la détermination des Espagnols à se soulever de manière unanime contre les troupes napoléoniennes.

2Toutefois, l’image du peuple en armes avec laquelle le Deux Mai est passé à la postérité, bien que présente dès les premiers instants, a donné lieu à diverses interprétations, ou plus exactement à diverses utilisations, pendant la Guerre d’Indépendance. Ainsi, on y eut recours aussi bien pour désigner l’insurrection contre les Français que pour appuyer le nouvel ordre politique conçu en l’absence de Ferdinand VII. De fait, les circonstances historiques pesèrent sur la signification que cette date acquit progressivement, tout comme l’influence du conflit idéologique libéraux-serviles dans la mesure où il confère à cette date des valeurs différentes selon le camp qui les utilise.

3La presse comme source primaire et privilégiée de l’information pour l’étude de cette étape offre nombre d’exemples quant à l’évolution du concept et la création du mythe du Deux Mai. En résulte la nécessité d’appréhender cette énorme masse de publications parues entre mi-1808 et mai 1814. À travers ces périodiques, on pourra apprécier comment le soulèvement contre la domination napoléonienne finira par donner lieu à un processus de régénération du système politique qui présentera des accents révolutionnaires lorsque le rétablissement de l’absolutisme deviendra une menace pour les libertés conquises pendant ces six années de conflit et de réforme sociale.

  • 1 Ces 74 titres sont les suivants : Abeja Española (12 septembre 1812-31 août 1813), El Amante de la (...)

4Ce processus de transformation sera ici abordé à partir de l’analyse des références au Deux Mai présentes dans les publications qui virent le jour à Cadix entre mai 1808 et mai 1814. Cependant, en raison du nombre élevé de périodiques parus à Cadix et à la Isla de León pendant cette période (74 titres furent publiés ou annoncés)1, nous nous centrerons de manière spécifique sur l’étude de ceux parus au mois de mai pendant les années indiquées. Toutefois, il sera fait état de références se rapportant au Deux Mai et faites sur d’autres périodes lorsque nous le jugerons opportun afin de clarifier l’évolution relative au sens donné au Deux mai.

L’appel aux armes

  • 2 Pedro Riaño de la Iglesia, La Imprenta en la Isla Gaditana (1598-1897). Ensayo bibliográfico docume (...)
  • 3 Un périodique semblable, le Correo del otro mundo, également cité par Pedro Riaño de la Iglesia, op (...)

5Dès le tout début de l’invasion, et presque avec la même véhémence que sur le champ de bataille, s’ouvre une véritable guerre de la plume contre Napoléon et ses troupes. À ce même moment se produit une liberté de presse de facto qui permettra l’édition de nombreuses brochures dont l’objectif premier est l’exaltation du patriotisme et l’appel au combat. De manière générale, on assiste à la prolifération des publications qui ont recours à une satire féroce afin d’enflammer les esprits des Espagnols en ridiculisant les ennemis et en dénonçant les ravages causés par leurs assauts. Il suffit de parcourir les pages du premier tome du travail réalisé par Riaño de la Iglesia (récemment publié2) pour se faire une idée de la masse de textes imprimés ou réédités à Cadix dans ce but et auxquels durent s’ajouter nombre d’autres écrits produits en divers points du pays et également diffusés dans cette ville. On pourra à ce propos citer en exemple un texte célèbre, le Diario napoleónico de hoy Martes, aciago para los franceses y domingo feliz para los españoles. Primer año de la libertad, independencia y dicha española, de la decadencia y desgracia de Bonaparte, del abatimiento de la Francia y salvación de la Europa, y último de la tiranía Napoleónica3, imprimé à Madrid mais diffusé à Cadix et en d’autres lieux. On peut constater que cet écrit, adoptant le modèle des périodiques conventionnels qui donnaient le saint du jour, des informations d’actualité, des petites annonces concernant les loyers, les objets perdus ou trouvés, les nourrices ou rendaient compte de l’actualité théâtrale, s’ouvrait sur la Saint Napoléon pour indiquer immédiatement après :

  • 4 « No hemos hallado este santo en nuestro almanaque ; pero es de creer se le coloque en él, así que (...)

« nous n’avons pas trouvé ce saint dans notre almanach ; mais il y a tout lieu de croire qu’il y figurera ; que nos troupes canonisent donc Napoléon à coups de sabre »4.

  • 5 Précisément : « Habiendo perdido madama Francia un ama de leche muy robusta llamada María España, l (...)

6Plus loin et après avoir rendu compte de manière burlesque de la situation politique (« Temperatura política de las principales naciones europeas » ou « Estado de la Francia ») sont insérés toute une série d’annonces. L’une d’entre elles, sous le titre de « Nourrices » retient tout particulièrement l’attention. Il y est précisé que la France cherche une nouvelle nourrice l’Espagne s’étant séparée de cette perverse enfant5. Dans le même texte est inséré à la suite un programme théâtral imaginaire :

  • 6 « En el gran teatro del mundo se representa la famosa comedia El Segundo Luzbel Napoleón Bonaparte, (...)

« Dans le grand théâtre du monde on joue la célèbre comédie Napoléon Bonaparte, le Second Lucifer, avec des changements de décors, des ornements extrêmement clinquants et des machineries jamais vues. Le rôle de Lucifer ou de jeune premier est joué par le bon Napoléon, celui du traître et troisième rôle par Godoy, Dupont est le bouffon, Murat l’arlequin et le machiniste, Taillerant [sic] peint les décors et, avec Champagny et une troupe de sénateurs, actionne les machineries du théâtre. Il y aura par ailleurs deux opérettes traduites de l’italien intitulé [sic] : la première La Fille de Scipion, et la seconde L’ombre de Brutus ; suivra l’intermède vous êtes partis chercher de la laine et êtes revenus tondus, ou les Français dans la souricière, la représentation, qui on l’espère recueillera l’assentiment du respectable public, s’achevant, par un morceau où la petite andalouse et l’aragonaise danseront le zapateado avec une extrême aisance sur les tripes du bouffon. Rien que du neuf et de l’exceptionnel »6.

  • 7 Outre les nombreux imprimés qui circulèrent, le théâtre de même que les reproductions de scènes dan (...)

7Certains des textes parus dans les premiers mois du conflit furent portés sur les planches7 afin de mieux toucher le public, comme c’est le cas pour la Canción patriótica chantée dans le Théâtre de Cadix le 25 juillet 1808 et dont le refrain dit :

« À la guerre, à la guerre Espagnols

Mort à Napoléon,

Et vive le roi Ferdinand

  • 8 Pedro Riaño de la Iglesia, op. cit., t. I, p. 126-127 : « A la guerra, a la guerra Españoles / Muer (...)

La Patrie et la Religion »8.

8Roi, Patrie et Religion, seront ces années durant une espèce de sainte trinité constamment évoquée pour mobiliser les Espagnols.

9Parallèlement, d’autres publications recueilleront les faits les plus marquants et en particulier les succès remportés lors des divers affrontements. Citons par exemple des œuvres comme Breve compendio de lo ocurrido en la ciudad de Zaragoza desde el día 13 de junio en que se descubrió el Ejército francés, hasta el 14 de agosto en que abandonaron la empresa, huyendo precipitadamente [s. l., s. a.], ou Oda al Triunfo de Zaragoza (1808) de Cristóbal Beña.

10À en juger par le ton de tous ces écrits, il semble que la victoire espagnole sur les troupes napoléoniennes était un fait irréfutable, ce qui, comme nous le savons, est bien peu conforme à la réalité du processus amorcé en mai 1808, car devaient suivre de longues années d’occupation pendant lesquelles, dans les territoires libres, prendrait progressivement corps un nouvel ordre politique ayant pour but la modernisation de l’État et la fin de l’Ancien Régime.

11En ce qui concerne strictement la production journalistique des premiers mois du conflit, il convient de souligner que sur la place de Cadix n’apparurent pas immédiatement de nouveaux périodiques. En outre parmi ceux qui existaient déjà, et fournissaient des informations essentiellement à caractère commercial : Diario Marítimo del Vigía, Gazeta del Comercio et Diario Mercantil de Cádiz, seul ce dernier modifiera son contenu pour rendre compte des avatars de la guerre.

  • 9 Sur cet important éditeur on pourra consulter : Lucienne Domergue, Tres Calas en la censura diecioc (...)

12Jusqu’en 1810 le Diario Mercantil sera la publication la plus stable et la plus importante de toutes celles éditées à Cadix ce qui en fera la principale source d’information pour la période allant de mai 1808 à 1810 ; en effet, ni le Diario Marítimo del Vigía, ni la Gazeta del Comercio (qui épisodiquement rendra compte des événements politiques) ne changent leur formule pour l’adapter aux nouvelles circonstances, ce que fait en revanche La Bruère9, qui réussit ainsi à consolider une formule reposant sur la diversité thématique et à s’assurer un conséquent portefeuille d’abonnés, ce qui est sans doute à l’origine d’une longévité bien plus importante que celle d’autres titres. Pendant ces années les questions d’actualité sont traitées dans le Diario Mercantil avec mesure ; l’information prime alors sur tout le reste et l’insertion de compositions poétiques ou d’autres types d’écrits est rare, contrairement à ce qu’il adviendra par la suite.

13Tous ces textes qu’ils soient tout bonnement informatifs ou résolument satiriques contribuèrent à exalter le patriotisme pour rejeter l’envahisseur. À en juger par la masse de ces écrits, dans un premier temps, s’imposa la nécessité de faire vibrer les esprits et de motiver le peuple à repousser l’envahisseur. Cependant cet appel aux armes perdra progressivement de son intensité au fil des premières victoires, car en 1809 l’expansion des Français dans la Péninsule est irréfutable. Cette situation provoquera diverses réactions qui vont de l’acceptation de l’occupation (qui peut être jugée bénéfique dans la mesure où elle contribuera à la diffusion de l’idéologie éclairée) à son rejet et à la création d’un nouveau système.

14Comme on peut l’entrevoir, passée l’explosion patriotique des débuts, tout un amalgame de nuances va colorer la politique espagnole, ce qui aura inéluctablement des répercussions sur le sens donné au Deux Mai. Ce n’est pas un hasard si, au début, cette date qui est celle de l’héroïque prouesse qui marqua le commencement de l’insurrection contre l’occupation française, fut à peine évoquée, ou plutôt, ne fut pas plus utilisée que d’autres événements et qu’en revanche spécialement à partir de 1811 elle deviendra tout un symbole.

Vers un nouvel ordre politique

15Le temps passant, Cadix finirait par être l’un des rares territoires libres et, surtout, le centre de l’activité politique lorsque les Cortès s’y installèrent, ce qui devait provoquer la concentration d’hommes politiques et d’intellectuels et favoriser l’éclosion d’une production journalistique abondante et diversifiée où ne tarderaient pas à se faire sentir, face à cette nouvelle situation, les divergences entre les partisans des réformes (libéraux) et ceux qui étaient peu disposés à les accepter (serviles). La presse allait ainsi devenir une tribune publique efficace ne servant pas exclusivement à informer mais à diffuser une idéologie concrète, permettant la création d’une opinion publique garantissant les acquis ou au contraire empêchant leur consolidation. En conséquence, on peut observer dans les différents titres parus à partir de fin novembre 1810 des différences quant à l’interprétation et l’appréciation des faits les plus représentatifs du conflit.

16C’est là où suivre ce qui aura été dit sur le Deux Mai 1808 revêt tout son intérêt ; afin de repérer les changements et de déterminer comment ils ont subi l’influence d’événements bien précis, nous effectuerons au fil de ces pages un examen de la production générée par cette date jusqu’en 1814, lorsque la monarchie absolue redevient le système politique du pays.

17En ce sens, lorsque nous considérons ce qui fut publié à Cadix à partir de 1810, il apparaît clairement que l’appréciation portée sur les événements de mai 1808 se charge progressivement de sens divers et qu’elle sera utilisée pour justifier ou promouvoir toute une série d’actes destinés pour la plupart à assurer le maintien du nouveau système de libertés, alors que dans d’autres cas sera mise en avant la fidélité témoignée par les Espagnols à leur monarque, Ferdinand VII, à travers le soulèvement de 1808 ainsi que la nécessité de revenir à la situation antérieure, une fois l’envahisseur expulsé.

Le Deux Mai dans la presse de Cadix en 1810

18En mai 1810 les périodiques publiés à Cadix n’étaient pas nombreux et seuls la Gazeta de la Regencia (qui y avait été créée le 13 mars et était une reprise du journal ministériel Gazeta del Gobierno édité à Séville jusqu’à l’occupation de la ville) et le Diario Mercantil se consacreront à l’actualité politique.

19Dans ces deux périodiques les références au Deux Mai sont indirectes. Ainsi, ils rendent compte de ce que l’on dit dans d’autres imprimés ou bien ils annoncent la vente d’œuvres où sont célébrés ces événements et leurs héros. Cependant, à en juger par les comptes rendus, il ressort que globalement cette date commence à s’ériger en emblème de la liberté. Ainsi, dans le Diario Mercantil du Deux Mai figurent diverses annonces de livres en souvenir de cette date comme : El día de la nación española o el Dos de Mayo, de Francisco de la Iglesia y Darrac, et une Proclama « adressée aux Espagnols pour leur rappeler la férocité française qui s’abattit le 2 mai sur les Madrilènes et pour exacerber l’exécration de leurs frères contre les sanguinaires satellites de Bonaparte ». Ces ouvrages feront l’objet de nouvelles annonces au cours du mois. De même dans le numéro du 15 mai paraît une nouvelle annonce concernant une autre chanson commémorant cette date qui s’intitule : Nueva Canción Patriótica del Dos de Mayo. La présence de ces avis révèle que si les quelques journaux qui circulaient alors dans la ville étaient avares en hommages, en revanche il existait bien une abondante littérature qui revendiquait le Deux Mai, contribuant de la sorte à renforcer la charge symbolique de cette date.

20Pour sa part la Gazeta de la Regencia publiera au mois de mai divers textes exhortant les Espagnols à ne pas collaborer avec Joseph Bonaparte et à se tenir prêts à combattre les Français. Parallèlement elle fait état d’autres textes parus dans la presse et commémorant le Deux Mai 1808, comme c’est le cas de celui paru le 15 mai, qui est tiré du Memorial militar y patriótico del ejército de la izquierda, où l’on exalte Daoiz et Velarde ainsi que les Madrilènes qui périrent, victimes des troupes de Napoléon et où il est fait état des cérémonies commémoratives organisées dans la ville.

21Comme on peut le constater les références au Deux Mai faites en 1810 présentent une finalité patriotique qui, par la suite, fera de cette date un instrument politique de plus.

Le Deux mai en 1811. L’institutionnalisation du mythe

22En 1811, on assiste à une institutionnalisation du Deux Mai qui s’appuie en partie sur le halo de patriotisme qui se diffuse progressivement autour de cette date. Allant dans ce sens, lors de la séance des Cortès du 1er mai, le député aragonais José Aznárez rappela que la Junte Centrale avait proposé que soit choisie une date dans le mois pour rendre hommage au soulèvement. De ce fait, il propose que l’on retienne à l’avenir la date du 2 mai à cet effet. Cette proposition sera approuvée par un décret et ainsi dans les années suivantes la commémoration acquiert un caractère gouvernemental et marque plus profondément la société, contribuant ainsi à mythifier ce jour qui devient synonyme de liberté. Dans le Diario de Cortes est rapporté à ce sujet ce qui suit :

« M. Aznárez : Je ne voulais pas, Sire, me singulariser en rappelant à V. M. que demain c’est le Deux Mai. Date qui est et sera toujours la grande date de l’Espagne, dont on parlera toujours avec autant de respect que d’admiration et que les générations futures regarderont comme l’une des journées les plus appréciables au regard de leur liberté, gloire et héroïsme. Je n’oublie aucunement que la Junte Centrale en lui donnant l’importance, la dignité et la mémoire qui lui reviennent a choisi un des jours du mois de mai pour en célébrer perpétuellement la solennité, par la publication d’un décret diffusé dans toute l’Espagne afin de la graver dans sa mémoire le deuil et la joie liés à une journée si importante. Moi, qui fus, Monsieur, à Madrid témoin de cette journée, empreinte de deuil et de non moins de gloire, je n’ai pu résister aux élans de mon cœur qui s’épanche par le biais de cette supplique qui se limite à demander que la nation espagnole représentée par ces Cortès extraordinaires et générales, et prenant en compte ledit décret de la Junte Centrale, daigne le ratifier en décidant de célébrer perpétuellement la solennité de ce jour, en vertu d’un nouveau décret de V. M., digne de la grandeur, de la sagesse et de l’incomparable héroïsme, insuffisamment loué, de la nation espagnole. Ce décret sera le témoignage le plus juste et le plus solennel de l’insigne considération qui lui est due et lui donnera l’unique éclat qui lui fait défaut.

Tels sont mes souhaits les plus sincères. Je prie V. M. de bien vouloir les exaucer, et j’ai toute confiance en elle car sa volonté juste, généreuse et héroïque est le caractère de toute la nation.

  • 10 « El Sr. Aznárez : No quería, Señor, singularizarme en recordar a V. M. que mañana es Dos de Mayo. (...)

M. Pérez demanda que le décret promulgué sur ce point fût étendu aux Amériques, car ces dernières faisant partie intégrante de la Monarchie espagnole, il est on ne peut plus juste qu’elles célèbrent solennellement l’anniversaire de la restauration de l’Espagne. M. Aznárez s’engagea à présenter le lendemain la minute dudit décret »10.

23Le premier jet du décret proposé par Aznárez lors de la session du 2 mai fut adopté tel quel et, à la demande de Capmany, il fut décidé d’y ajouter une autre mesure pour solenniser ce jour, à savoir faire apparaître cette date dans le calendrier en tant que « commémoration des défunts, et premier jour de notre liberté ». De la sorte idées religieuses et patriotiques se rejoignaient. La proposition fut approuvée tout en précisant que devait figurer en italique dans le calendrier la mention « Commémoration des défunts, premiers martyrs de la liberté espagnole à Madrid »

  • 11 Certains des passages les plus représentatifs de cet écrit sont les suivants (p. 2 et 8) : « Luce p (...)

24Nul doute que cette résolution engendra cette même année la prolifération d’œuvres s’efforçant de célébrer une date si importante. La plus notable est celle sortie des presses de l’Imprimerie Royale sous le titre de : « El Consejo de la Regencia / a la nación española / en el aniversario del dos de Mayo », ouvrage rédigé par Manuel José Quintana sur commande du gouvernement. Dans ce texte le courage du peuple espagnol sera loué et seront mises en avant les barbaries commises par ceux venus d’Outre-Pyrénées ainsi que la détermination des Espagnols à ne pas se laisser intimider par leurs attaques11.

25Mais, qu’en était-il dans la presse ? On s’attendrait à ce que les textes en honneur des héros du Deux Mai fussent nombreux. Mais dans un premier temps ce ne fut pas toujours le cas.

26El Conciso dans ses numéros des 3 et 4 mai 1811 rapporte ce qui a été décrété par les Cortès, mais ne publia pas d’autres textes à la gloire des victimes ce mois-là, contrairement à ce qu’il fera les années suivantes où il réservera dans ses pages une place privilégiée à l’hommage rendu aux héros de Madrid. Il en va sensiblement de même avec le Diario Mercantil qui suite au décret publiera les années suivantes divers écrits, mais qui en 1811 semble faire fi de cette date et se centre sur l’évolution du conflit et le traitement d’autres informations d’actualité.

  • 12 « Si queremos, pues, ser más afortunados que nuestros mayores y evitar al mismo tiempo la anarquía  (...)
  • 13 « La verdadera libertad puede existir en una monarquía limitada con una buena constitución, y no ha (...)
  • 14 « Los españoles, queremos ser libres sin ser republicanos ; queremos reformas políticas, civiles y (...)

27En revanche, le 2 mai 1811 le n° LVI du Semanario Patriótico s’ouvre sur un long éditorial où il est tout d’abord souligné que toutes les révolutions ne sont pas forcément sanguinaires. La conclusion en est que « si nous voulons être, de ce fait, plus heureux que nos aînés et éviter par la même occasion l’anarchie ; si nous ne voulons pas que tous les sacrifices faits à cette époque mémorable soient vains et stériles, il nous faut bâtir notre bonheur sur des bases solides en œuvrant pour le bien général de l’état, ce à quoi doivent contribuer toutes les classes en faisant fi des intérêts particuliers »12. Plus loin, il est précisé que « la véritable liberté peut exister dans une monarchie limitée par une bonne constitution, et une république tyrannique en être dépourvue »13. En conséquence et pour plus d’efficacité l’objectif premier de l’article sera ainsi résumé : « nous les Espagnols, nous voulons être libres sans être républicains ; nous voulons des réformes, politiques, civiles et ecclésiastiques sans bouleverser les fondements de cette société civile et sans altérer la sainte religion que nous pratiquons et adorons »14.

28Assurément, le contenu de ce texte du Semanario Patriótico résume en grande mesure ce qu’était alors la perception du changement politique en cours de gestation ; pour lors la réforme du système politique semble être la base de tout le processus, et elle doit nécessairement déboucher sur la création d’une constitution et de lois garantissant des droits ainsi que la suppression de toute velléité d’abus de pouvoir, ce qui suppose implicitement le passage d’une Monarchie Absolue à une Monarchie Constitutionnelle.

  • 15 Le Político Imparcial, parut peut-être également ce mois-là mais on ne peut l’affirmer avec certitu (...)

29D’autres périodiques, de moindre importance, étaient également publiés à Cadix en mai 1811, comme le Zelador Patriótico (de fin 1810 à novembre 1811), la Gazeta de Cádiz (1er février-avant le 11 juillet 1811), la Triple Alianza (29 janvier-juillet 1811), El Robespierre Español (n° 1-n° 10, 21 mars-20 juin 1811, Isla de León ; n° 11-n° 29, 27 septembre-avril 1812, Cadix ; n° 30-n° 34, juillet-août 1812, Cadix), et le Duende Político (mars-juillet 1811)15.

30On serait amené à penser que la date qui nous occupe serait célébrée dans ces périodiques. Mais il n’en fut pas ainsi, ce qui n’implique nullement qu’on n’y fasse pas référence.

31Ainsi nous voyons comment dans le numéro 6 du Duende político, après avoir souligné la passivité dont firent preuve ceux qui permirent la proclamation de Joseph Bonaparte, l’accent est mis sur le courage des habitants de Madrid pour conclure ensuite :

« La patrie est en danger : Madrid se meurt victime de la perfidie française. Espagnols, venez tous la sauver. 2 mai 1808. Le maire de Móstoles.

  • 16 « La patria está en peligro : Madrid perece víctima de la perfidia francesa. Españoles, acudid todo (...)

Que l’Espagnol qui en entendant ces paroles ne sente pas ses yeux s’emplir de larmes, et bouillir dans son cœur le grandiose enthousiasme de la vertu et de la gloire, et ne soit pas impatient de voler au combat, qu’il sache celui-là qu’il n’est pas digne d’avoir une patrie, et bien moins encore de participer au saint effort de notre lutte. Comparons la conduite des chefs et des tribunaux les plus importants de la nation à celle du maire de cette petite localité… Quelle différence ! Quel étonnant contraste ! »16

32Dans le numéro XXIV du Robespierre Español, nous allons également trouver mention de ce que décrétèrent les Cortès, à l’article « Infracción de la orden de S. M. del 5 de Mayo de 1811 » en date du 3 janvier 1812, où E. C. de G. dénonce le fait que, malgré l’existence du décret, dans aucun des calendriers de 1812 qu’il a achetés, ne figure, comme cela devrait être : « La conmemoración de los difuntos primeros mártires de la libertad española en Madrid ».

33À l’opposé dans l’ultraconservateur Zelador Patriótico la moindre commémoration est passée sous silence, ce qui annonce déjà ce que sera la dynamique suivie par les publications conservatrices.

34La Triple Alianza ne publie pas non plus le moindre texte célébrant le Deux Mai et se limite à évoquer les faits afin de déterminer s’il convient ou non de maintenir en poste ceux qui se montrèrent loyaux à l’égard du gouvernement intrus, en se mettant à la disposition de Murat et Joseph après que, lors du « mémorable Deux mai, Madrid a donné le signal de la liberté ».

35Comme on peut l’observer, en 1811, les hommages rendus dans la presse aux victimes du Deux Mai ne sont pas légion et le Semanario Patriótico (édité par Quintana) est pour ainsi dire le seul à ouvrir le numéro dudit jour par un texte où les faits revêtent une dimension mythique. On en conclura que l’institutionnalisation de cette date est une initiative politique, prise par les Cortès et solennisée par la Régence grâce à la plume de Quintana, et qui n’émane ni de la presse, ni de l’opinion publique. Il s’agit donc d’une opération politique ayant pour but de forger un emblème de la liberté.

36Dès lors et de manière définitive le Deux Mai était devenu une date essentielle et incontournable lorsqu’il s’agissait de célébrer la liberté nationale et de rappeler l’héroïsme de ceux qui périrent en son nom.

Le Deux Mai en 1812 et 1813. Consolidation de l’emblème et usage politique

37L’approbation de la Constitution modifia considérablement le panorama journalistique. De manière synthétique, les principaux changements sont les suivants : diversification de l’offre, notable incursion de la satire dans le traitement des questions politiques et recrudescence de la bataille dialectique entre libéraux et serviles.

38Tous ces éléments vont se répercuter dans l’interprétation du Deux Mai livrée dans les périodiques parus à partir de mars 1812. On y trouvera une analyse de tous les changements, l’accent étant mis, en fonction de la couleur politique du journal, sur la nécessité de les poursuivre ou de les freiner.

39Pour ce qui est du mois de mai 1812, il convient de signaler que les périodiques imprimés à Cadix n’étaient pas très nombreux, en raison de l’importante récession qui eut lieu après la promulgation de la Constitution. Cependant, et à la différence de ce qui se produisit en 1811, les références au Deux Mai, du fait de son institutionnalisation en tant que jour de célébration, seront abondantes.

40On peut ainsi observer que tous les périodiques qui virent le jour dans le courant de ce mois publièrent des textes relatifs à cet événement, exception faite de la Gazeta de la Regencia, qui, il est vrai, ne parut pas ce jour-là.

  • 17 Ces textes peuvent être consultés dans Francisco Bravo Liñán, La poesía en la prensa del Cádiz de l (...)

41Le Diario Mercantil ouvre son édition en indiquant dans sa manchette qu’il s’agit d’un jour de fête nationale et offre à la suite deux sonnets s’y rapportant17.

  • 18 Francisco Bravo Liñán, op. cit., p. 246-247.

42El Conciso du même jour publiera également une chanson en éloge des martyrs, signée L.18, dont le refrain dit ce qui suit :

« Des vaillants martyrs de Mai

N’oublions pas le courage immortel,

Et, en suivant leur exemple conquérons

  • 19 « De los mártires fuertes de Mayo/El valor inmortal recordemos,/Y, su ejemplo imitando, logremos/Nu (...)

Notre auguste et heureuse liberté »19

43Quelques jours plus tard, le 7 mai, et toujours en suivant la tendance à faire l’éloge des héros du conflit, sera publié un sonnet consacré à un enfant navarrais, Lorenzo Goñi, qui, âgé de seulement 14 ans, fut fait prisonnier par un hussard français.

  • 20 Dans le n°234 publié le 3 mai, on trouve un résumé des deux articles du Diario Mercantil et le refr (...)

44Pour sa part, El Redactor General20 ouvre son numéro sur un long éditorial où il dépeint dans un style larmoyant les événements dont Madrid fut alors le théâtre et met en évidence la vertu de ceux qui versèrent leur sang pour gagner leur liberté. Le texte s’achèvera sur un appel à tous les Espagnols, afin qu’ils s’efforcent de faire disparaître de manière définitive le despotisme du panorama politique du pays. Dans ce but les martyrs sont présentés de la sorte :

  • 21 « […] El amor a nuestra patria, el respeto a nuestras instituciones, el odio a la tiranía nos hizo (...)

« […] L’amour de notre patrie, le respect de nos institutions, la haine de la tyrannie nous ont fait préférer la mort à une vie dégradée et honteuse ; nous avons été les premiers à tout sacrifier afin de sauvegarder l’honneur de la patrie, et laisser à nos enfants l’indépendance que nos parents nous ont acquise. De notre sang jaillira l’arbre fécond de la liberté, à l’ombre bénéfique duquel ne vivent pas les esclaves, les lâches et les scélérats qui font passer leur bien avant celui de la patrie bien aimée ; que ni la crainte, ni la défiance ne vous fassent faiblir sur le chemin de la gloire sur lequel vous vous êtes lancé ; battez-vous… et en attendant d’être couronnés par la victoire, prévenez les abus du despotisme, en limitant avec prudence et circonspection les facultés de ceux qui vous commanderont ; ne permettez pas que l’autorité, que seule la loi peut leur donner, puisse dégénérer en une domination injuste et arbitraire, et qu’ils se préparent à vous passer à nouveau les fers que nous nous efforçons de rompre… le sentier de l’honneur et de la prospérité vous a été préparé par nous ; ne galvaudez pas le don que vous offre la Providence ; affrontez avec sérénité l’assaut des malheurs ; et érigez sur votre courage et vos mérites l’auguste édifice de l’indépendance et de la liberté de l’Espagne ; n’oubliez pas que les peuples incapables de saisir la chance qui leur est donnée d’être libres sont dignes de l’opprobre de l’esclavage »21.

45Alors que, dans les publications que nous venons de citer, l’éloge des martyrs est une constante, les périodiques serviles imprimés en mai 1812, Diario de la Tarde et Censor General, ne font pas la moindre référence à cette date, bien qu’elle ait été déclarée fête nationale en 1811. Bien loin de ce à quoi l’on aurait pu s’attendre, le Diario de la Tarde de ce jour-là ne fait même pas état des précisions apportées par Capmany et consacre la quasi-totalité du numéro à exposer comment en Angleterre la Chambre des Lords châtie les catholiques dont les droits sont limités, sans doute dans le but de faire savoir que quelque chose de similaire pourrait survenir en Espagne dans un proche avenir. El Censor, quant à lui, continuera à consacrer ses pages à la critique du contenu des publications libérales.

46En mai 1813 nous retrouverons une situation semblable. Bien souvent, les publications libérales rendront un hommage appuyé à cette date si remarquable alors que dans le clan servil elle sera plus ou moins passée sous silence.

  • 22 Sur cet auteur et sa collaboration au Diario Mercantil voir Fernando Durán López, « Prosas y versos (...)

47Ainsi le Diario Mercantil, conformément aux dispositions des Cortès, ouvrira le numéro de ce jour en indiquant que l’on commémore les martyrs et qu’il s’agit d’une Fête Nationale et le conclut par l’insertion d’un sonnet signé F.P.U.22 et intitulé « A la sombra de Daoiz y Velarde ». On y insiste en tout premier lieu sur le fait que tous deux tracèrent le sentier « du courage et de la gloire », l’accent étant finalement mis sur la détermination avec laquelle il faut, coûte que coûte, veiller au maintien de la liberté :

« Mort ou liberté fut le serment :

Mai le vit accomplir ; et du glacial

  • 23 « O muerte o libertad fue el juramento :/Mayo le vio cumplir ; y del helado/Sepulcro suena : o libe (...)

Sépulcre résonne : la liberté ou la mort »23

48Pour sa part, El Conciso mettra en avant dans son titre la date du Deux Mai, mais il attendra un jour de plus pour publier le texte en honneur de Daoiz et Velarde, où, après avoir exalté leur courage et celui des Espagnols qui se soulevèrent contre Napoléon, seront loués les avantages de la Constitution, garante des libertés.

49À la fin du texte figure également une description des célébrations qui eurent lieu à Cadix :

  • 24 « Éste tan memorable día que a un mismo tiempo despierta en nuestra memoria, unas tras otras, las i (...)

« Cette journée si mémorable qui éveille dans notre mémoire, les uns après les autres, les sentiments de tristesse, de compassion, d’horreur, d’étonnement, de haine, de joie, de noble orgueil et d’admiration, a été célébrée à Cadix avec toute la solennité possible par une cérémonie religieuse (en présence des trois régents du royaume), prise d’armes, salves de l’infanterie et de l’artillerie, divers divertissements publics, &c. »24

50El Redactor General ouvre le numéro de ce jour avec un texte à l’éloge des martyrs du Deux Mai, dont il salue la détermination à refuser la soumission à tout tyran, pour indiquer ensuite qu’avec une telle attitude ils ouvrirent le chemin de l’indépendance et de la liberté que les autres Espagnols doivent maintenant s’efforcer de conserver. Dans ce but il s’adresse directement aux représentants de la nation en ces termes :

  • 25 « ¡Representantes de la nación española! que no se malogre la sangre de los mártires del DOS DE MAY (...)

« Représentants de la nation espagnole ! On ne saurait galvauder le sang des martyrs du DEUX MAI ; de lui jaillit le feu divin de l’enthousiasme qui enflamma le cœur de tous les hommes de bien pour aller au combat ; et c’est sur lui que doit être bâti le monument des droits que nous avait usurpés l’audacieux despotisme. Soutenez-le, vous, d’une main-forte et mettez à profit le conflit auquel le tyran a été contraint, par son ambition démesurée, le courage des alliés et la constance du peuple espagnol, afin de renverser une bonne fois pour toutes le monstre informe des erreurs et des abus qui nous ont perdus, et pour aplanir le chemin de la gloire et de la prospérité nationales qui doivent découler du respect rigoureux du code sacré auquel les peuples ont prêté serment avec tant d’allégresse »25.

51Outre ces publications déjà anciennes qui, de 1811 à 1812, réserveront quelque espace à la commémoration du Deux Mai, d’autres titres libéraux célébreront pour la première fois cette date. Ainsi dans le n° 233 de La Abeja Española figure un long texte intitulé « Dos de Mayo ». On y trouvera un éloge de l’attitude des Madrilènes, la description des atrocités du combat, une nuance étant apportée en conclusion où il est dit que de cette lutte :

  • 26 « Brotó aquel entusiasmo generoso que dio triunfos sin intermisión a los patriotas ; a ella se debi (...)

« […] jaillit cet enthousiasme généreux qui donna sans cesse la victoire aux patriotes ; on lui doit l’indépendance de la patrie et l’instauration de ces saintes lois, de cette Constitution bénéfique, sous les auspices de laquelle nous sommes libres, vertueux, courageux et heureux »26.

52Dans le Tribuno del Pueblo, qui ne fut pas publié ce jour-là, il n’y est pas fait référence, tout comme cela avait été le cas pour la Gazeta de la Regencia.

  • 27 Parmi les passages les plus significatifs de ce texte on peut citer : « ¡Qué es esto, estoy soñando (...)

53Pour ce qui est des périodiques serviles (Diario de la Tarde, Censor General et Procurador General) il faut souligner qu’ils omettront de nouveau de célébrer cette journée et ne publieront aucun hommage aux victimes. Seul le dernier insérera la formule établie par Capmany et publiera le 5 mai un article où figure la référence au Deux Mai, mais elle sera là utilisée pour condamner la conduite des libéraux qui, selon l’auteur, fomentent une guerre contre la religion27. Il ridiculisera ensuite le gouvernement et censurera la conduite des libéraux parmi lesquels figurent, soutient-il, toutes sortes de « Vermines » (sabandijas).

54Aux côtés des périodiques serviles on trouvera d’autres titres moins réguliers comme El Sol de Cádiz (29 septembre 1812-16 septembre 1813), qui s’efforcera de dénoncer, sur un ton quelque peu obscur, les francs-maçons de Cadix et, plus particulièrement, ceux qui siègent aux Cortès et pour qui le moindre changement constitue attaque contre la religion. Et c’est sans doute pourquoi il défendra le maintien de l’Inquisition et s’opposera à la suppression des ordres religieux. Ces deux derniers points seront également abondamment traités dans De Pronto (avril-août 1813), périodique qui comme le précédent dut publier quelques numéros en mai 1813.

  • 28 Il convient également d’indiquer que les publications libérales vont toutes réaliser à partir du 19 (...)

55Comme on le voit dans le Procurador, le silence révélateur des publications du clan conservateur sur le Deux Mai ou le fait de débattre alors, comme si de rien n’était, sur des questions comme l’utilité de l’Inquisition ou les préjudices pouvant découler de la réforme du clergé régulier, montrent bien comment alors que les libéraux se plaisent à célébrer le Deux Mai perçu comme le début d’une nouvelle époque marqué par l’obtention de libertés, les serviles quant à eux ne mentionnent cette date que pour mettre en avant le courage des combattants et insister au passage sur ce qu’ils firent pour le Roi et la Religion28.

56Il apparaît donc que pendant cette période les références directes aux événements de mai 1808 sont bien plus variées que précédemment. En fait, on tend alors, soit à prendre en compte les progrès réalisés et à plaider en faveur de la modernisation de l’État, soit à préconiser le rétablissement du système antérieur, dans un contexte où s’impose le débat politique entre libéraux et serviles. Et l’on notera que si pour les libéraux cette date (utilisée pour vanter les mérites du régime constitutionnel) est synonyme de liberté, en revanche elle revêt pour les serviles un tout autre sens.

Le Deux Mai en 1814. Face à l’imminent retour de l’absolutisme

57L’un des moments où le processus de changement initié en mai 1808 fut le plus fréquemment évoqué est celui qui eut pendant le débat sur le transfert des Cortès à Madrid et les mois suivants. Alors, le Deux Mai, symbole de la liberté garantie par la Constitution, redevient aussi l’emblème de la détermination du peuple à lutter contre l’oppression.

  • 29 Sur ces périodiques on pourra consulter Beatriz Sánchez Hita, « El Traslado de las Cortes de Cádiz (...)

58En général, les éphémères périodiques parus à Cadix à partir de juillet 1813 (à la seule exception de La Barbería qui ne s’oppose pas au transfert, considérant que si cette décision a été prise c’est qu’aucun danger ne menace le Congrès Souverain) sont persuadés que le transfert aura de funestes conséquences pour le système politique récemment instauré. Ainsi, des publications comme La Campana del Lugar, le Defensor Acérrimo de los Derechos del Pueblo, El Centinela de la Constitución ou le Clarín de la Libertad29 vont s’ériger en garants des intérêts du peuple et en gardiens de la Constitution. Dans cette optique, contre toute attente et avec un ton bien plus aguerri et révolutionnaire qu’auparavant, ils se monteront même disposés à prendre les armes à la condition que les libertés ne soient pas outragées. Pour ce faire, il s’agit de toucher le peuple et de le mobiliser afin qu’il s’oppose au transfert des Cortès et soit en état de combattre pour la Constitution si elle en venait à être menacée.

59Dans ce contexte le Deux Mai est à nouveau utilisé pour exalter les Espagnols et les conduire, si nécessaire, au combat. Comme le dira le Clarín de la Libertad lors de sa première livraison « les hommes capables d’être libres ont toujours pour devise triompher ou périr ».

60Ainsi Daoiz, Velarde et les martyrs du Deux Mai seront à nouveau utilisés comme emblèmes de la liberté et instrument de mobilisation du peuple. C’est en ce sens qu’ils seront employés dans la quatrième livraison de El Centinela de la Constitución, publication qui, comme en témoigne son titre, s’érige en gardienne de la Constitution. Il en va sensiblement de même dans le n° 4 (20-IX-1813) de La Campana del Lugar où celui qui signe en utilisant la formule « Celui qui pense ainsi » lance une diatribe dans laquelle il exalte la liberté dont firent montre les Espagnols et conclut en affirmant :

  • 30 « Gloriémonos los que hemos nacido en esta época españoles ; y si es preciso vivir siempre luchando (...)

« Espagnols, réjouissons-nous, nous qui sommes nés à cette époque ; et s’il faut vivre en luttant sans cesse contre la tyrannie, luttons sans cesse, car cette guerre, cette désolation et cette mort, sont mille fois préférables à une paix infâme. N’acceptons plus jamais que nous soit arraché notre gouvernement légitime et n’admettons jamais d’autre souveraineté que la nôtre »30.

  • 31 « el pueblo que emprendió la revolución política de España está y no puede menos de estar en oposic (...)

61Pour sa part, El Defensor Acérrimo de los Derechos del Pueblo met en avant las avancées réalisées depuis le début de la révolution pour exposer ensuite qu’il faudra peut-être faire couler le sang afin de préserver la liberté car : « le peuple qui entreprit la révolution politique d’Espagne est, et ne peut qu’être en opposition avec ceux contre qui il l’a entreprise »31. Quelques paragraphes plus loin les rédacteurs se livreront à un examen du passé du pays afin de dégager les avantages inhérents au système constitutionnel et exhorter le peuple à reproduire si de besoin « deux et mille fois la scène du Deux Mai ».

62Face à ces périodiques, qui s’efforcèrent de s’attirer les faveurs du peuple, se positionna El Amante de la Libertad Civil. Dans le même but, il s’adresse aux « représentants de la Nation » qu’il invite constamment, malgré le transfert des Cortès à garantir la sécurité de Cadix et La Isla (où elles s’étaient établies dans la nuit du 16 septembre). Il souligne également tout ce que les autres nations d’Europe doivent à l’Espagne, car c’est elle qui les a libérées de la domination de Bonaparte ; il a également recours à l’histoire et remonte à 1808 pour mettre en avant les bénéfices dus à l’établissement de la sage Constitution.

63En 1814, les Cortès étant établies à Madrid, l’univers journalistique de Cadix change de manière radicale car nombre des titres les plus anciens sont transférés à Madrid. C’est là que reparaîtront El Tribuno del Pueblo, le 1er février ; La Abeja Madrileña (préalablement espagnole), qui du 16 janvier au 7 mai sera diffusée dans la capitale, et El Conciso qui amorcera également son étape madrilène le 16 janvier, soit le lendemain de l’ouverture des Cortès.

  • 32 Avec cette interruption précoce, peut-être en vue des changements qui, deux mois plus tard, allaien (...)

64De ce fait, au début de 1814 ne demeureront à Cadix, pour ce qui est des publications libérales, que le Diario Mercantil, le Redactor General et le El Duende de los Cafés, fondé le 1er août 1813 ; le Diario de la Tarde et El Diario Patriótico pour les serviles ; cohabitent avec ces titres, sans jamais chercher la polémique, le Periódico Mercantil et le Diario Marítimo del Vigía, exclusivement consacrés aux questions commerciales. Tous ces périodiques, excepté le Diario Mercantil (qui se retirera de la scène le 15 mars 181432), seront édités jusqu’en mai 1814.

65Les textes publiés sur le Deux Mai dans ces périodiques laissent apparaître le changement politique qui allait se produire et l’on peut ainsi constater que, si dans les imprimés libéraux le Roi est invité à prêter serment à la Constitution, un refus pouvant provoquer une guerre civile, en revanche, les publications serviles font l’éloge du Bourbon et présentent l’éventualité de la guerre comme la preuve du rejet par certains de ce système politique.

66El Redactor General rendra hommage aux victimes du Deux Mai dans le numéro publié à cette date. Il y est par ailleurs précisé que le roi ne sera pas reconnu comme tel tant qu’il n’aura pas prêté serment à la Constitution et l’on peut y voir comment il apparaît que ceux qui ont appuyé Joseph Bonaparte souhaitent maintenant que Ferdinand VII ne prête pas serment.

67Les extraits les plus significatifs de cet article qui ouvre le numéro sont les suivants :

68DEUX MAI

« Les victimes sacrifiées à Madrid par la perfidie française clament depuis les sépulcres où ils reposent : « luttant contre la tyrannie et les abus du despotisme ; celui qui n’aura pas le courage de défendre la liberté juste de la patrie est indigne du glorieux nom d’espagnol, que nous avons honore avec dignité jusqu’à la mort ».

Aux hommes qui aiment la Constitution et le Roi :

le roi ne sera pas tenu pour libre, et de ce fait il ne lui sera pas prêté obéissance tant qu’il n’aura pas prêté serment devant le Congrès national à l’article 173 prescrit par la Constitution – [Décret des Cortès du 2 février 1814]

Les hommes lâches et corrompus qui ont jeté Ferdinand VII dans les griffes du tyran maintenant déchu ; ceux qui se sont soumis par la suite au gouvernement de l’infâme Joseph […] voudraient maintenant que Ferdinand VII ne jurât point la Constitution politique de la monarchie […]

  • 33 DOS DE MAYO
    « Las víctimas sacrificadas en Madrid por la perfidia francesa están clamando desde los (...)

Alors que presque toutes les nations sont gouvernées sous des constitutions adaptées à leurs us et coutumes ; alors que même la France libre vient de se donner une constitution […], le bon et idolâtré Ferdinand voudrait, guidé par les conseils iniques de ceux qui n’ont commis que des bassesses, et peut-être des trahisons, il voudrait, disons-nous, se refuser à jurer une Constitution, sage, modérée et juste, alors que sans ce serment il n’est pas Roi, conformément à l’article précité ? […] »33

69La déception provoquée par ce qui devait arriver par la suite est évidente. Le moment venu El Redactor disparaîtra sans faire trop de vagues. Par ailleurs, dans les jours qui précédèrent sa disparition, il modifia son contenu, la priorité étant donnée aux affaires commerciales, préfigurant ainsi ce que sera la ligne de conduite du Mercurio del Comercio, qui le remplacera.

70Dans le n° 275 (2-V-1814) d’El Duende de los Cafés figure un article signé par El Español Campanero où il est fait l’éloge des victimes du Deux Mai qui commence ainsi :

  • 34 « Seis años hace hoy que la ilustre villa de Madrid capital de la heroica nación española tuvo la i (...)

« Voilà six ans aujourd’hui que l’illustre ville de Madrid, capitale de l’héroïque nation espagnole eut l’immense satisfaction d’arborer, avant que toute autre peuple, l’étendard de la liberté au beau milieu des nombreuses troupes du tyran Bonaparte ; voilà également six ans que les victimes sacrées sacrifiées sur le délicieux Prado par la férocité et la pétulance de nos ennemis, décrétèrent, de manière claire et formelle, au dernier souffle de leurs précieuses vies, la ruine totale ce monstre, la mort du noir despotisme et de la cruelle tyrannie, et la gloire de la patrie pour toute l’éternité »34

71Les derniers mots de ce fragment sont fort révélateurs de l’attitude que El Duende de los Cafés s’efforcera de promouvoir les jours suivants : un total refus de la perte des libertés acquises. Cela est d’autant plus évident si l’on prend en compte certains passages de l’article qui suit et est signé par El enemigo de los tiranos, dont l’intervention débute de la sorte :

« Espagnols : la patrie réclame les droits d’une mère angoissée. Se trouvera-t-il un citoyen qui ne brandira pas le poignard ou l’épée en sa défense ? La sainte religion que nous professons nous ordonne de tout lui sacrifier… Peut-il y avoir un Roi s’il n’y a pas de patrie ? Cette dernière est préférable à un Roi… Concitoyens : les ennemis intérieurs conspirent contre notre liberté et notre indépendance ; que ces hommes iniques soient confondus, que tremblent les lâches. Avec du sang, des vies et de l’argent nous avons réussi à rompre l’horrible chaîne de l’esclavage… Ils veulent à nouveau nous y assujettir ! Mais qui est donc l’impudent despote qui prétend submerger l’invincible peuple dans le chaos d’une guerre civile ? L’innocent et désiré Ferdinand peut-il oublier la triste fin de Louis XVI ? […]

  • 35 « Españoles : la patria reclama los derechos de una madre angustiada ; ¿habrá ciudadano que no tome (...)

Mémorable Deux Mai ! Victimes immolées dans le Retiro de Madrid prêtez attention, écoutez, examinez posément les atroces projets de fils sacrilèges de la patrie […] Profanateurs tenez-vous pour dit que celui qui s’attaque de manière directe ou indirecte à la liberté et à l’indépendance de la patrie est indigne du nom d’Espagnol ! Nous voulons des lois, nous voulons la religion, nous voulons un Roi… : mais il doit l’être en conformité avec la constitution sacrée que volontairement et unanimement nous avons jurée et proclamée sur la place San Antonio (aujourd’hui appelée de la Constitution) de cette ville invaincue, le seul point de toute la péninsule affranchi des balles de l’ennemi, qui sauva la nation et la couronne d’un Ferdinand réduit en esclavage »35.

72Ce texte met clairement en évidence la détermination des libéraux les plus farouches à ne pas permettre l’anéantissement de l’œuvre constitutionnelle. Dans ce but le Deux Mai est alors présenté comme un modèle de réaction populaire. Ainsi, les références à cette date sont utilisées afin de lancer aux Espagnols un nouvel appel aux armes. Mais avec une différence. Il ne s’agit plus de fomenter la lutte contre l’envahisseur. L’objectif affiché est le maintien de la liberté et du système politique né en l’absence de Ferdinand VII. Le peuple en armes redevient le fondement du mythe, mais il s’agit désormais d’un peuple qui lutte contre tout type de tyrannie.

73Les textes publiés dans les derniers numéros du Duende de los Cafés illustrent parfaitement l’usage qui est fait de cette date historique pour exhorter les citoyens au maintien de la Constitution. Par exemple, Miguel Cabrera dans l’article qui ouvre l’avant-dernier numéro du périodique (n° 286, 13-V-1814) déclare sans ambages : « A mort ceux qui détruisent la Constitution ! » Cet écrit est suivi de deux autres textes signés par D. C. où, après avoir spécifié que Séville avait déjà succombé à la tyrannie, un appel est lancé aux habitants de Cadix afin qu’ils luttent pour leur liberté et fassent « […] trembler et tomber le trône de celui qui voudra ou prétendra s’ériger en souverain despotique pour les tyranniser »

74La véhémence dont fait là montre El Duende de los Cafés dans la défense de la liberté fut également, d’une certaine façon, la devise de divers périodiques éphémères nés en 1814 comme Grito Patriótico, El Servil Desengañado y Arrepentido, El Liberal, El Clarín de los Liberales, Rayo de Andalucía, parus au mois d’avril, exception faite des deux derniers qui virent le jour en mai.

75C’est ainsi que dans le premier numéro du Grito Patriótico en obsequio del reinado constitucional del señor Don Fernando VII de Borbón il sera fait référence au sang versé par les Espagnols afin de promouvoir l’adhésion du monarque à la Constitution :

  • 36 « ¡Fernando, Fernando! Conoce a tu enemigo ; mira en la Constitución el arma que destruye sus plane (...)

« Ferdinand, Ferdinand ! Connais ton ennemi ; vois dans la Constitution l’arme qui détruit ses projets et défend ton Trône ; comprends que ses lettres sont des ruisseaux de sang versé pour toi et jure-la sans réticence »36.

76El Liberal ira plus loin et n’hésitera pas à attaquer dans le premier de ses numéros Ferdinand VII avec cette formule « Ferdinand en Espagne et voilà la Constitution foulée », ce qui lui vaudra d’être qualifié de séditieux.

77Pour sa part, le Rayo de Andalucía, comme en atteste le compte rendu paru dans le Rédactor General du 8 mai 1814 (n° 129), exigeait de

  • 37 « energía a las Cortes, proponiendo que sin pérdida de momento, y por vía de precaución, nombren 30 (...)

« l’énergie aux Cortès, en proposant que, sans perdre un instant et par principe de précaution, elles nomment en leur sein 30 députés ou plus qui seront transférés à Cadix pour que, avec les pouvoirs requis, ils y représentent la nation en cas de profanation de l’inviolabilité du Congrès »37.

78Le ton adopté par ces périodiques contribuera assurément à accroître la véhémence avec laquelle le Deux Mai est alors revendiqué. À ce moment plus qu’à tout autre, elle reflète la charge symbolique que cette date a progressivement acquise. De ce fait, face à l’imminence du rétablissement de l’absolutisme le Deux Mai sera brandi comme preuve de la cohésion de tous les Espagnols face à Napoléon et utilisé afin de défendre pour la énième fois les valeurs du nouvel ordre social dans une dernière et désespérée tentative de dissuader Ferdinand VII de, comme on le murmure, renoncer à la Constitution et à l’œuvre des Cortès. C’est ainsi que l’on trouvera dans les imprimés cités un authentique appel, plus ou moins voilé selon les cas, à la révolution, reposant sur la nécessité de préserver le nouvel ordre politique. De ce fait, et tout comme au début du conflit, le peuple est à nouveau pris en compte.

79L’attitude de ces publications contraste fortement avec le ton quasi triomphaliste employé dans les périodiques serviles alors diffusés dans la ville : El Diario de la Tarde et El Diario Patriótico. Une simple approche des textes que tous deux publièrent le deux mai suffit pour s’en convaincre.

  • 38 Les poèmes auxquels nous faisons référence sont les suivants :
    1). « SONETO / ¡Cuántos Dídimos hay q (...)

80Ainsi, le premier, loin de commémorer les victimes, ouvre son numéro avec le compte rendu de l’ouvrage La Monarquía (publié dans ses pages par livraison depuis des mois) pour ensuite se faire l’écho de ce que le Diario de Valencia avait fait paraître sur l’accueil réservé par la ville à Ferdinand VII, puis faire figurer à la suite un sonnet et deux dizains en éloge du monarque38. Notons que, porté par son élan triomphaliste, le journal omet toute référence au Deux Mai.

81El Diario Patriótico, quant à lui, insérera dans ses pages un long texte à l’éloge des victimes du Deux Mai, mais tout en insistant dans un article aussi long qu’ennuyeux sur le fait que ces « héroïques martyrs » avaient lutté pour leur Roi et la Monarchie pour conclure de la sorte :

  • 39 « ¿Con que, si Fernando no jura habrá una guerra civil? Miradlo bien. Porque si es cierto y fundado (...)

« Donc, si Ferdinand ne prête pas serment il y aura une guerre civile ? Réfléchissez-y bien. Car si votre crainte est bel et bien fondée, je vous assure que, sans supputer maintenant lequel des deux partis l’emporterait, le résultat en serait assurément la perte de la liberté espagnole, et même son indépendance serait fortement compromise. Mais passant outre une chose qui, Dieu le veuille, n’arrivera pas, je m’arrêterai sur ce qui est notoire ; et c’est le fait que, si le Roi ne prête pas serment aussi vite qu’on le souhaite, une terrible guerre civile éclatera et que des fleuves ou des rivières (ce qui revient ici au même) de sang seront déversés. Et donc si cela vient aux oreilles du Roi, S. M. C. ne percevra pas qu’existent des clans, et des clans si contraires et si puissants qu’ils ne pourront jamais s’entendre et qu’il n’y aura d’autre option que la guerre ? Et quelle conclusion en tirera le monarque ? Précisément que la Constitution ne fait pas l’unanimité et que si elle répugne à un si grand nombre, elle ne pourra être acceptée que par la force, au prix d’une victoire qui aura fait couler tant de sang […] »39

82Cela dit, l’accent est mis sur le fait que sans la confiance du Roi il ne saurait y avoir de constitution et que donc le retour du monarque ne doit pas être entravé. Dans les numéros suivants les rédacteurs continueront à inciter les Espagnols à ne pas se laisser aller à l’exaltation, ce qui conforterait Ferdinand VII dans sa détermination à ne pas jurer la constitution et à annuler les décrets promulgués par les Cortès, en particulier celui de la liberté de presse, comme il apparaît dans les numéros du 22 au 24 mai où est reproduit le manifeste de Ferdinand VII. Dans ce texte figurent à nouveau des références au Deux Mai ainsi qu’à Daoiz et Velarde, dépeints comme des héros de la patrie ayant combattu au nom du roi, de la religion et de la patrie. C’est ainsi que ceux qui furent autrefois les champions de la liberté sont présentés comme de farouches monarchistes.

En guise de conclusion

83À la lumière de ce qui a été dit, il apparaît que l’interprétation du Deux Mai faite par la presse de Cadix au temps de la Guerre d’Indépendance varie au gré des circonstances historiques. Ainsi, comme le stipule le titre de cet article, le Deux Mai utilisé afin d’exalter le patriotisme et pousser au combat deviendra le symbole d’un profond changement social et politique ayant conduit à l’obtention de libertés garanties en mars 1812 par la Constitution.

84Dès lors toute infraction à ce texte est présentée par les libéraux comme une trahison envers les martyrs de la Patrie. De ce fait, ils en appelleront constamment au peuple pour qu’il préserve ses droits. Les serviles, quant à eux, célébreront rarement le Deux Mai et les références faites aux champions de la lutte contre Napoléon n’ont d’autre but que d’indiquer qu’ils combattirent pour leur Roi et la Religion. Et c’est sans doute qu’au fil du temps il apparaissait de plus en plus clairement que ce qui impliqua initialement la réforme du pays (la presse évite généralement le terme régénération car c’était celui qu’utilisaient Napoléon et les afrancesados), se transformait progressivement et de toute évidence en un authentique processus révolutionnaire, les libéraux aux idées les plus avancées étant partisans de mesures extrêmes si quelqu’un en venait à profaner la Constitution et les décrets pour imposer la monarchie absolue comme système de gouvernement.

85Sur ce point les discours parus dans les périodiques publiés de juillet 1813 à mais 1814 revêtent un intérêt particulier. Une fois de plus on y appellera le peuple aux armes, poussant de la sorte à une véritable révolution ayant pour but d’anéantir les projets de Ferdinand VII, El Deseado, et des partisans du retour à la situation politique d’avant mai 1808. Surgissent alors les imprimés les plus aguerris et audacieux de toute la période qui ne pourront que constater que le peuple demeure sourd à leur appel, que les serviles gagnent du terrain et que l’échec du système constitutionnel est chaque jour plus proche, à la plus grande satisfaction des journaux conservateurs. À la mi-mai 1814 les prévisions les plus noires sont devenues réalité. Ferdinand VII déclare nulle et non avenue l’œuvre des Cortès, les presses sont pour ainsi dire réduites au silence et seuls le commerce et la littérature ont quelque place dans un univers où ne demeurent que les périodiques serviles. De nombreux journalistes libéraux seront emprisonnés et d’autres devront s’exiler. Le Deux Mai d’un seul coup de plume se voyait privé en grande partie de sa charge symbolique en tant qu’emblème de la liberté contre tout type de tyrannie et en tant que pierre angulaire de tout un processus de régénération sociale qui était presque devenu une révolution.

Notes

1 Ces 74 titres sont les suivants : Abeja Española (12 septembre 1812-31 août 1813), El Amante de la Libertad Civil (12 août -1er décembre 1813), Amenidades Literarias (mars 1814), El Amigo de las Damas (1er-13 mars 1813), Los Amigos de Ballesteros (Isla de León, mai 1813), El Argos (avril 1814), El Articulista Español (fin 1812, Prospectus, 2-27 janvier 1813), La Barbería (20 septembre/mi-octobre 1813), El Buen Español (novembre 1810), El Buen Patriota (février 1811), La Campana del Lugar (30 août-16 décembre 1813), El Censor General (24 août 1811 jusqu’à quelque temps avant le 12 janvier 1813 avec quelques interruptions), El Centinela de la Constitución (29 juillet 1813-16 septembre 1813), La Centinela de la Patria (21 juin-22 août 1810), Clarín de la Libertad (12 et 14 décembre 1813), El Clarín de los Liberales (avril-mai 1814), El Conciso (24 août 1810-24 décembre 1813), Correo Político y Económico de la Península e Islas Adyacentes (1er janvier 1813-décembre 1813), Correo Político y Mercantil de la ciudad de Cádiz (1808-1810), De pronto (avril-août 1813), La Década (10-30 janvier 1812), Declamación contra el despotismo militar (août 1811), El Defensor acérrimo de los derechos del pueblo (8 août-30 septembre 1813), El Despertador (1810), Diario de la Aurora (1er-31 décembre 1811), Diario de las Cortes (Prospectus publié à Cadix en décembre 1810, janvier 1811-1813), Diario Gaditano (mars 1814), Diario Marítimo de la Vigía de Cádiz, Diario Mercantil de Cádiz (1er novembre 1802-15 mars 1814), Diario de la Tarde (24 août 1811-24 octobre 1814 et du 1er au 28 janvier 1815 au moins), Diario Patriótico de Cádiz (11 août 1813-24 mai 1814 au moins), El Duende (mi-juillet-fin septembre ou début octobre 1811), El Duende periódico cuyo objeto es propagar las buenas ideas y combatir las preocupaciones (octobre 1811), El Duende de los Cafés (1er août 1813-14 mai 1814), Duende Político o la Tertulia Resucitada (premier semestre 1811, probablement fin mars-fin juillet), El Eco de las Cortes (décembre 1810-janvier 1811), El Entretenimiento (mai 1813), El Español Libre (mai 1813-avril 1814), Estafeta de la Serranía de Ronda (janvier 1811), Gazeta de Cádiz (1er févrer 1811- avant le 11 juillet 1811), Gaceta del Comercio (1808-29 janvier 1810), Gazeta de la Regencia de España e Indias (13 mars 1810-30 décembre 1813), Gacetilla nocturna (1811), Grito patriótico (avril 1814), El Imparcial (1er- 31 octobre 1812), El Liberal (avril 1814), El Mentor o Ilustrador Popular (Prospectus en janvier, 3 février-7 avril 1811), Mercurio Gaditano (9 mai 1814-23 octobre 1814), El Observador (16 juillet-1er décembre 1810), Papeleta Deseada (avril 1813), El Patriota en las Cortes. Diario Crítico de sus Debates (10 décembre 1810-7 mars 1811), Periódico Mercantil de la Plaza de Cádiz (5 février 1813-30 décembre 1814 au moins), Periódico Militar del Estado Mayor General (9 janvier-fin juin 1812), Periódico titulado La Instrucción (mars 1814), El Poeta Andaluz (novembre 1811), El Político Imparcial (1811), El Procurador General de la Nación y el Rey (1er octobre 1812-31 décembre 1813), El Rayo de Andalucía (mai 1814), El Recopilador Americano (mai 1814), El Redactor General de Cádiz (15 juin 1811-18 mai 1814), El Revisor Político (3 juillet 1811-25 mars 1812), El Robespierre Español (n° 1-n° 10, 21 mars-20 juin 1811, Isla de León ; n° 11-n° 29, 27 septembre-avril 1812, Cadix ; n° 30-n° 34, juillet-août 1812, Cadix), Semanario Patriótico (troisième époque qui commence avec le n° XXXIII du jeudi 22 novembre 1810 et se termine avec le n° CII, du jeudi 19 mars 1812), El Servil Desengañado y Arrepentido (avril 1814), El Sol de Cádiz (29 septembre 1812-16 de septembre de 1813), El Telégrafo Americano (10 octobre 1811-31 mars 1812), El Telégrafo Mexicano (28 février-octobre 1813), El Telescopio Político (après novembre 1810-1811), Tertulia Patriótica de Cádiz (17 octobre 1810-15 février 1811), El Tribuno del Pueblo Español (publié à Cadix où il eut deux périodes : 3 novembre 1812-9 juillet 1813 ; 13 juillet -5 novembre 1813), La Triple Alianza (29 janvier-juillet 1811), Los Zapateros (1813), Zelador del Buen Orden (juillet 1811), Zelador patriótico (1810-1811). Nous ne justifierons pas ici le fait d’avoir inclus certains titres et d’en avoir exclu d’autres. Cf. Beatriz Sánchez Hita, Los periódicos del Cádiz de la Guerra de la Independencia. Catálogo comentado, Cádiz, Diputación de Cádiz, Colección Bicentenario, 2008.

2 Pedro Riaño de la Iglesia, La Imprenta en la Isla Gaditana (1598-1897). Ensayo bibliográfico documentado (libros, folletos, hojas volantes), ed. de José Manuel Fernández Tirado y Alberto Gil Novales, Ediciones del Orto, Madrid, 2004.

3 Un périodique semblable, le Correo del otro mundo, également cité par Pedro Riaño de la Iglesia, op. cit., t. I, p. 148-150, connut aussi une ample difusión.

4 « No hemos hallado este santo en nuestro almanaque ; pero es de creer se le coloque en él, así que nuestras tropas canonicen a Napoleón a sablazos ».

5 Précisément : « Habiendo perdido madama Francia un ama de leche muy robusta llamada María España, la cual por no morir extenuada se ha deshecho de su cría ; y no pudiendo los hijitos de tan buna (sic) madre pasarse sin un muy abundante y substancioso alimento, se solicita otra nodriza, sea de Turquía, de Rusia o de donde se halle ; con la precisa condición que no ha de recibir salario alguno, que se ha de dejar chupar hasta la sangre, y que cuando muera desustanciada se le echará a un basurero por inútil : la nación a quien acomoden estas condiciones, puede entenderse con el señor Champagni, Director de la gran fábrica de embustes napoleónicos, en el palacio de las Tullerías de París » (1808, p. 7).

6 « En el gran teatro del mundo se representa la famosa comedia El Segundo Luzbel Napoleón Bonaparte, con mudanzas de teatro, vistosísimas decoraciones y tramoyas nunca vistas. Hace el papel de Luzbel o primer galán el bondadoso Napoleón, Godoy de traidor y de tercer galán, Dupont el gracioso, Murat el arlequín y tramoyista ; Taillerant pinta las decoraciones y junto con Champagni y comparsa de senadores, mueve las máquinas del teatro. Habrá además dos operetas traducidas del italiano titulado (sic) : la primera La hija de Escipión, y la segunda La sombra de Bruto ; seguirá el entremés de fuisteis por lana y salisteis trasquilado, o los gabachos en la ratonera, concluyéndose la función, que se espera sea de la aceptación del respetable público, con un fin de fiesta, en el que la andalucita y la aragonesa bailarán el zapateado con suma soltura sobre las tripas del gracioso. Todo nuevo y de subida ».

7 Outre les nombreux imprimés qui circulèrent, le théâtre de même que les reproductions de scènes dans des objets d’usage courant comme les éventails, les céramiques, les boîtes d’allumettes, les jeux de cartes participèrent à l’exaltation du patriotisme et on peut y voir la même évolution que dans la presse où de cette exaltation du patriotisme on passe à la défense et diffusion de la Constitution. Sur cette utilisation du théâtre, cf. Mercedes Romero Peña, El teatro en Madrid durante la Guerra de la Independencia y Luis Martìn Pozuelo, « ¿ Queréis recordar el Dos de Mayo ? Estampas populares de la Guerra de la Independencia », in Ch. Demange, P. Géal, R.. Hocquellet, S. Michonneau, M. Salgues (Eds.), Sombras de Mayo, Collection de la Casa Velázquez (99), Madrid, 2007, p. 321-344..

8 Pedro Riaño de la Iglesia, op. cit., t. I, p. 126-127 : « A la guerra, a la guerra Españoles / Muera Napoleón, / Y viva el rey Fernando / La Patria y la Religión ».

9 Sur cet important éditeur on pourra consulter : Lucienne Domergue, Tres Calas en la censura dieciochesca, Toulouse-Le Mirail, 1981, p. 146 ; Beatriz Sánchez Hita, « Prensa para mujeres en Cádiz después de 1791 : el Correo de las Damas (1804-1807) y El Amigo de las Damas (1813) », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo, Revista del Grupo de Estudios del Siglo xviii de la Universidad de Cádiz, n° 11, 2003, p. 111-147 ; et Elisabel Larriba, « Le baron de la Bruère : un patron de presse au temps des “Don Quichotte du monde philosophique” », El Argonauta Español, n° 4, 2007, http ://argonauta. imageson.org/document91.html

10 « El Sr. Aznárez : No quería, Señor, singularizarme en recordar a V. M. que mañana es Dos de Mayo. Día que es y será siempre el día grande de España, el cual se pronunciará siembre con tanto respeto como admiración por todas las generaciones futuras, las cuales lo mirarán como uno de los más apreciables de su libertad, gloria y heroísmo. Yo tengo muy presente que la Junta Central, dándole la importancia, dignidad y memoria a que es acreedor, resolvió su perpetua celebridad y solemnidad en uno de los días de mes de Mayo, mediante un decreto que publicó y circuló a toda España, interesándola en la memoria, luto y júbilo de tan señalado día. Yo, señor, espectador que fui en Madrid de aquel día, lleno de luto y de no menor gloria, no he podido resistirme a los impulsos de mi corazón, del cual es una efusión mi súplica actual, reducida a que la nación española reunida en las presentes Cortes extraordinarias y generales, y teniendo presente el indicado decreto de la Junta Central, se digne confirmarlo, sancionando su perpetua celebridad y solemnidad, en virtud de nuevo decreto de V. M., digno de su grandeza, sabiduría y del heroísmo incomparable y nunca bastantemente celebrado de la nación española, el cual será testimonio más justo y solemne de su soberano aprecio, y le dará el único realce que le falta.
Estos son mis sinceros deseos, ruego a V. M. se digne acceder a ellos, y así lo espero con absoluta confianza, porque su voluntad justa, generosa y heroica es el carácter de toda la nación. Pidió el Sr. Pérez que el decreto que sobre esto se diese fuese extensivo a las Américas, porque siendo éstas parte integrante de la Monarquía española, es muy justo que celebren y solemnicen el aniversario de la restauración de España. Quedó el Sr. Aznárez en presentar el día siguiente la minuta del expresado decreto ».

11 Certains des passages les plus représentatifs de cet écrit sont les suivants (p. 2 et 8) : « Luce por tercera vez, españoles, el memorable día en que desde el fango de la servidumbre y el desaliento se elevó la nación a la majestad de independencia. […] ¡Dos de Mayo! El que al pronunciar estas palabras no sienta en su pecho todos los impulsos del valor y toda la consagración del patriotismo ; el que no se encuentre animado a imitar las virtudes de aquel día, y no aspire con ansia a hacer florecer las esperanzas que entonces se sembraron, ése no se diga español, ni se llame patriota, ni ose alzar la frente delante de los que amen la gloria y la virtud. […]
Sí, españoles, puesto que el dos de mayo ha vuelto a renacer ante nuestros ojos, y nos encuentra lidiando con igual tesón que al principio, repitamos fieramente en él a los esclavos de Bonaparte, que se engañó torpemente el tirano en los cálculos que hizo en Bayona. Los inocentes sacrificios de Madrid no pudieron sumergirnos en la estupidez del terror. Por ellos empezó una guerra que quizá durará siglos. Millares de millares de guerreros serán inmolados a nuestra venganza. ¿ Qué importa que la disciplina y la pericia militar les den victorias ? Su suerte no por eso será mejor en este infausto país. Vencedores, vencidos, hoy en corto, mañana en gran número, cuantos pasaren el Pirineo irán tarde o temprano a acompañar las trescientas mil víctimas que ya hemos dado en holocausto al dos de mayo ; y España, semejante al pozo de la eternidad, recibirá los franceses en su seno, y no los dejará escapar de él. »

12 « Si queremos, pues, ser más afortunados que nuestros mayores y evitar al mismo tiempo la anarquía ; si no han de ser vanos y estériles tantos sacrificios hechos en esta época memorable, cimentemos nuestra felicidad sobre sólidas bases concurriendo al bien general del estado todas las clases de él con desprendimiento de sus particulares intereses ».

13 « La verdadera libertad puede existir en una monarquía limitada con una buena constitución, y no hallarse en una república tiránica ».

14 « Los españoles, queremos ser libres sin ser republicanos ; queremos reformas políticas, civiles y eclesiásticas sin trastornar los fundamentos de esta sociedad civil ni alterar la santa religión que seguimos y adoramos ».

15 Le Político Imparcial, parut peut-être également ce mois-là mais on ne peut l’affirmer avec certitude.

16 « La patria está en peligro : Madrid perece víctima de la perfidia francesa. Españoles, acudid todos a salvarle. Mayo 2 de 1808. El Alcalde de Móstoles.
El Español que al oír estas palabras no sienta arrastrarse en lágrimas sus ojos, y hervir en su pecho el entusiasmo grandioso de la virtud y la gloria, ansiando por volar a los combates ; sepa que no es digno de tener patria, y mucho menos de cooperar al empeño santo de nuestra lucha. Compárese la conducta de los primeros jefes y tribunales de la nación con la del Alcalde de aquel pequeño lugar… ¡Qué diferencia! ¡Qué asombroso contraste!»

17 Ces textes peuvent être consultés dans Francisco Bravo Liñán, La poesía en la prensa del Cádiz de las Cortes 1810-1813, Biblioteca de las Cortes 4, Ayuntamiento de Cádiz, 2005, p. 86-87. Pour le premier : « Soneto / ¿ Qué la heroica gente al pálido tirano / Présaga fue de su espantosa ruina /Y cuando el orbe a yugo vil destina / Destrozarlo intentó con fuerte mano ? / ¿A quién de su atroz hueste el inhumano / Pendón postrado con rubor se inclina ? ¿ Contra quién las potencias amotina ? / ¿ Contra quién se estrelló su orgullo insano ? / Contra ti, noble España : las naciones /Ante el rabioso déspota abatidas / Quieres sacar de su letal desmayo ; / Y a triunfar del tirano y sus legiones / Con tu glorioso ejemplo las convidas ; ¿ Quién es cobarde oyendo el dos de mayo ? » ; pour le second : « A las víctimas del dos de mayo / Del sepulcro, que os tiene en asechanza / de esos tigres de sangre amancillados, / nos gritan vuestros manes irritados / con dolorosa, y fuerte voz ¡Venganza ! / ¡ Mártires del honor ! ¡esa esperanza / por siempre conservad !… seréis vengados ; / y nunca nuestros cuellos subyugados ; / del tirano a la bárbara pujanza. / No… contra el monstruo y su brutal intento / el odio avivará en nuestros pechos / la fiel memoria de tan triste día. / ¿ Cómo podrá caber el desaliento / en ánimo español, si vuestros hechos / recuerda y del francés la alevosía ? / L. »

18 Francisco Bravo Liñán, op. cit., p. 246-247.

19 « De los mártires fuertes de Mayo/El valor inmortal recordemos,/Y, su ejemplo imitando, logremos/Nuestra augusta y feliz libertad. »

20 Dans le n°234 publié le 3 mai, on trouve un résumé des deux articles du Diario Mercantil et le refrain paru dans El Conciso.

21 « […] El amor a nuestra patria, el respeto a nuestras instituciones, el odio a la tiranía nos hizo preferir la muerte a una vida degradada y afrentosa ; nosotros hemos sido los primeros en sacrificarlo todo por sostener el honor patrio, y dejar a nuestros hijos la independencia que nos ganaron nuestros padres. De nuestra sangre brotará el fecundo árbol de la libertad, a cuya benéfica sombra no viven los esclavos, los cobardes y los malvados que posponen su bien al bien de la amada patria ; no el temor ni la desconfianza os hagan desmayar en el camino de gloria que habéis emprendido ; pelead… y mientras la victoria os corona, prevenid los desafueros del despotismo, limitando con prudencia y circunspección las facultades de los que os manden ; no sea que degenerando la autoridad, que sólo puede darles la ley, en una dominación injusta y arbitraria os preparen otra vez los grillos que procuramos romper… La senda del honor y la prosperidad se os ha preparado por nosotros ; no malogréis el don con que os brinda la Providencia ; arrostrad con serenidad el embate de las desgracias ; y levantad sobre vuestro valor y merecimientos el edificio augusto de la independencia y libertad española ; acordaos que los pueblos que no aprovechan la ocasión de ser libres, son dignos del oprobio de la esclavitud ».

22 Sur cet auteur et sa collaboration au Diario Mercantil voir Fernando Durán López, « Prosas y versos de un periodista olvidado : las colaboraciones de F. P. U. en el Diario Mercantil de Cádiz (1812-1813) », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo, n° 12, 2004, p. 139-178 ; et « Cincuenta fábulas políticas en el Cádiz de las Cortes : las colaboraciones de F. P. U. en el Diario Mercantil de Cádiz (1812-1813) », Nación y Constitución. De la Ilustración al Liberalismo, (ed.) Cinta Canterla, Sevilla, 2006, p. 421-450.

23 « O muerte o libertad fue el juramento :/Mayo le vio cumplir ; y del helado/Sepulcro suena : o libertad o muerte ».

24 « Éste tan memorable día que a un mismo tiempo despierta en nuestra memoria, unas tras otras, las ideas de tristeza, de compasión, de horror, de asombro, de odio, de indignación, de gozo, de noble orgullo y de admiración, ha sido celebrado en Cádiz con toda la posible solemnidad de función de iglesia (con asistencia de los tres regentes del reino), formación de la tropa, salva de fusilería y artillería, varias diversiones públicas, &c ».

25 « ¡Representantes de la nación española! que no se malogre la sangre de los mártires del DOS DE MAYO ; de ella brotó el fuego divino del entusiasmo que inflamó los corazones de todos los buenos para correr a los combates ; y sobre ella debe cimentarse el monumento de los derechos que nos había usurpado el atrevido despotismo. Sostenedlos vosotros con mano fuerte y aprovechad el conflicto a que han reducido al tirano su desmedida ambición, el valor de los aliados y la constancia del pueblo español, para derrocar de una vez el monstruo informe de los errores y abusos que nos han perdido, y allanarnos el camino de la gloria y la prosperidad nacional, que deben derivarse de la puntual observancia del sagrado código que con tanto júbilo han jurado los pueblos ».

26 « Brotó aquel entusiasmo generoso que dio triunfos sin intermisión a los patriotas ; a ella se debió la independencia de la patria, y el establecimiento de estas leyes santas, de esa Constitución benéfica, bajo cuyos auspicios somos libres, virtuosos, valientes y felices ».

27 Parmi les passages les plus significatifs de ce texte on peut citer : « ¡Qué es esto, estoy soñando, o despierto, estoy frenético, o en mi razón! ¡Qué diablos de guerra es esta! ¿A quién intentamos destruir? La nación se ha levantado contra los franceses, o contra los enemigos de los franceses ? Cuando se enarboló el estandarte Español en la Capital el 2 de Mayo, y los benditos Madrileños sostuvieron los derechos de su libertad y de su Santa Religión. […]
¿Pues qué trastorno tan desgraciado ha sobrevenido a unos principios tan venturosos? ¿Se ha mudado el teatro donde la España iba a representar tan gran papel? ¿Se ha convertido aquella guerra tan cacareada en bu de papelón y de farsa? ¿Es esta por ventura la casa de María Monserga que no tiene más que facha? No señor, ésta es una guerra mucho más noble que la que declaramos a los franceses cuerpo a cuerpo, es una lucha espiritual, de entendimiento, de voluntad semejante a la que declaró Luzbel contra el mismo Dios. […]
Cuando teníamos el quebranto de estar bajo el yugo tirano, y leíamos las noticias de sus papeles, nos irritábamos contra nuestros opresores, porque deshonraban al gobierno de Cádiz y a los publicistas, tratándolos de débiles, mezquinos y mentecatos ; porque teniendo a su vista el inminente peligro de ser presas del sitiador, y de sufrir la nación los más lacrimosos desastres, gastaban el tiempo en frivolidades, en escribir unos contra otros, dividiendo la nación en muchos partidos […] Confieso mi verdad que siempre que leía un tabardillo no contra los escritores de Cádiz, sino contra los franceses, que se atrevían a insultar el heroísmo español […] atribuía este modo de escribir a la intriga y la perfidia, para desacreditar el Gobierno, y fomentar la rebelión. Pero ahora vemos que los embusteros dicen alguna vez la verdad […] »

28 Il convient également d’indiquer que les publications libérales vont toutes réaliser à partir du 19 mars 1812 un véritable travail de propagande en faveur du système constitutionnel. En particulier El Articulista del Pueblo Español (fin 1812, Prospectus. 2-27 janvier 1813) et El Amigo de las Damas (1-18 mars 1813). Dans le premier, on passa en revue les événements écoulés de 1808 à la promulgation de la Constitution. On peut ainsi voir dans les 26 articles publiés dans les huit numéros de ce périodique que ce qui commença par être une lutte armée contre la domination de Napoléon en vint à être le moteur d’une profonde régénération du pays. En peu d’années, une fois passé le fracas du début, on se mit à adopter des mesures pour réformer et moderniser le pays et donner consistance à la nouvelle situation engendrée par l’absence des Bourbons. Pour sa part, El Amigo de las Damas insiste pour que l’on donne aux femmes le rôle de garantes des réformes entreprises dans le cadre domestique.

29 Sur ces périodiques on pourra consulter Beatriz Sánchez Hita, « El Traslado de las Cortes de Cádiz y su Reflejo en la Prensa », in Redes y espacios de la opinión pública. XII Encuentros de la Ilustración al Romanticismo. 1750-1850, (ed.) Marieta Cantos Casenave, Cádiz, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2006, p. 159-185.

30 « Gloriémonos los que hemos nacido en esta época españoles ; y si es preciso vivir siempre luchando contra la tiranía, luchemos siempre, que tal guerra, tal desolación y tal muerte, es mil veces preferible a una paz ignominiosa. No volvamos a consentir que se nos arranque el gobierno legítimo ni reconozcamos jamás otra soberanía que la nuestra ».

31 « el pueblo que emprendió la revolución política de España está y no puede menos de estar en oposición con aquellos miembros contra quienes la emprendió ».

32 Avec cette interruption précoce, peut-être en vue des changements qui, deux mois plus tard, allaient affecter la création journalistique, La Bruère se propose d’« ensayar otro nuevo [periódico] con el título de Amenidades literarias », spécifiquement destiné au Beau sexe et consacré à l’exposition de traits moraux, à l’histoire et aux belles lettres. L’exemple de la Bruère sera suivi par quelques journaux qui tenteront de s’affirmer en renonçant, au moins en partie, à traiter des affaires politiques, comme El Diario Gaditano ou La Instrucción (tous deux du mois de mars) ou en centrant leur attention sur l’Amérique comme El Argos o El Recopilador Americano, qui virent le jour respectivement en avril et en mai.

33 DOS DE MAYO
« Las víctimas sacrificadas en Madrid por la perfidia francesa están clamando desde los sepulcros donde descansan : « Por los desafueros del despotismo peleando contra la tiranía ; quien no tenga valor para defender la justa libertad de la patria es indigno del honroso nombre de español, que supimos distinguir condignidad hasta la muerte ».
À los hombres amantes de la Constitución y el Rey :
…no se reconocerá por libre al rey, y por lo tanto se le prestará obediencia, hasta que en el seno del Congreso nacional preste juramento al prescrito artículo 173 de la Constitución – [Decreto de las Cortes del 2 de febrero de 1814]
Los hombres cobardes y corrompidos que llevaron a Fernando VII a las garras del ya destronado tirano ; los que se sometieron después al gobierno del infame José […] quisieran ahora que Fernando VII no jurase la Constitución política de la monarquía […] Cuando casi todas las naciones son gobernadas bajo constituciones arregladas a sus costumbres ; cuando la misma Francia libre acaba de darse una constitución […] ¿querría el bueno e idolatrado Fernando, arrastrado por los inicuos consejos de los que no han hecho más que bajezas, y acaso traiciones ; había de querer, decimos, resistirse a jurar una Constitución sabia, moderada y justa, sin cuyo juramento no es Rey, conforme al tenor del decreto que hemos citado? […]»

34 « Seis años hace hoy que la ilustre villa de Madrid capital de la heroica nación española tuvo la incomparable satisfacción de tremolar, primero que ningún otro pueblo, el estandarte de la libertad en medio de los numerosos ejércitos del tirano Bonaparte ; seis años hace también que las sagradas víctimas sacrificadas en aquel delicioso Prado por la ferocidad y petulancia de nuestros enemigos, decretaron expresiva y terminantemente lanzado el último aliento de sus preciosas vidas la total ruina de aquel monstruo, la muerte del negro despotismo y cruel tiranía, y la gloria de la patria para toda una eternidad. […] »

35 « Españoles : la patria reclama los derechos de una madre angustiada ; ¿habrá ciudadano que no tome el puñal o la espada en su defensa? La religión santa que profesamos nos manda que todos nos sacrifiquemos por ella… ¿Puede haber Rey si no hay patria? Ésta es preferible al Rey… Conciudadanos : los enemigos domésticos conspiran contra nuestra libertad e independencia ; confúndanse los inicuos ; atérrense los cobardes. Con sangre, vidas y haciendas hemos logrado romper la horrorosa cadena de la esclavitud… ¡Otra vez nos quieren amarrar a ella ! ¿Pero quién es el déspota atrevido que pretende sumergir al pueblo invencible en el espantoso caos de una guerra civil? ¿Podrá el inocente y deseado Fernando desentenderse de los tristes recuerdos del desgraciado fin de Luis XVI? […]¡Memorable dos de mayo! víctimas inmoladas en el retiro de Madrid, atended ; oíd, mirad con reflexión los atroces proyectos de los hijos sacrílegos de la patria […] ¡Profanos ! tened entendido que es indigno del nombre español el que ataca directa o indirectamente la libertad e independencia de la patria ; queremos leyes, queremos religión, queremos Rey… : pero que éste lo sea con arreglo a la sagrada constitución que voluntaria y unánimemente hemos jurado y proclamado en medio de la plaza de San Antonio (hoy de la Constitución), de esta invicta ciudad donde se salvó la nación y la corona del esclavizado Fernando, único punto que se hallaba libre de las balas de los enemigos en toda la península […] »

36 « ¡Fernando, Fernando! Conoce a tu enemigo ; mira en la Constitución el arma que destruye sus planes y defiende tu Trono : refleja que sus letras son arroyos de sangre derramada en tu obsequio y júrala benigno ».

37 « energía a las Cortes, proponiendo que sin pérdida de momento, y por vía de precaución, nombren 30 o más diputados de su seno que se trasladen y constituyan en Cádiz con poderes bastantes para representar la nación en caso de profanada la inviolabilidad del Congreso ».

38 Les poèmes auxquels nous faisons référence sont les suivants :
1). « SONETO / ¡Cuántos Dídimos hay que descreyeron / los prodigios que absortos admiramos! / ¡cuántos que al paso que los anunciamos / como de boberías se rieron! / Mas buen chasco se llevan, pues ya vieron / que jamás visionarios deliramos, / y al objeto que hoy nos obsequiamos, / también humildes parias le rindieron. / Dichoso aquel, que libre de pasiones, / la antorcha de la Fe tuvo encendida, / y arrostrando a perversas sugestiones. / Su apoyo buscó en Dios, y su guarida ; / de esa suerte creyó lo que ve ahora : / El triunfo de FERNANDO a quien adora ». /A. B. C. »
2). « DÉCIMA /Vivan Patria y Religión / viva el amado FERNANDO, / que la España gobernando / hará feliz a la nación / más heroica y venturosa ; / cuya constancia asombrosa / su reinado premiará, / y en la historia formará / época la más gloriosa / de un FERNANDO venturosa ».
3). « OTRA / Dos sietes, sueltos y unidos, / harán un catorce año, / tan benéfico y tamaño / como por Dios escogidos : / a los males nunca oídos, / que ha causado el gran tirano / en lo divino y lo humano, / empezarán los remedios, / siendo estos siete medios / por un modo soberano ».

39 « ¿Con que, si Fernando no jura habrá una guerra civil? Miradlo bien. Porque si es cierto y fundado ese temor vuestro, yo os aseguro, que sin calcular ahora cuál de los dos partidos triunfaría, la pérdida de la libertad española era lo que se conseguiría indudablemente, y aun la independencia se vería muy comprometida. Pero sin detenernos en una cosa, que yo espero en Dios no sucederá, sólo me detengo en lo que es público ; y es la manifestación de que habrá, si el Rey no jura y tan pronto como se quiera, una guerra civil, y durísima, y que correrán ríos o arroyos, que para el caso es lo mismo, de sangre. Y bien, si esto llega a oídos del Rey ¿no advertirá S.. M. C. que hay partidos, y partidos tan contrarios y tan poderosos, que no se podrán avenir, y que será indispensable la guerra viva? ¿Y de aquí que sacará el monarca por consecuencia? Precisamente, que la Constitución no es querida generalmente, y que si es repugnada por aquella parte tan considerable, que no podrá hacerse convenir en ella, sino a la fuerza de una victoria, conseguida, después de correr tanta sangre […]»

Notes de fin

1 Ce travail fait partie des résultats obtenus dans le cadre des programmes de recherches : « Prensa y Publicística en las Cortes de Cádiz », del Plan Andaluz de Investigación de la Consejería de Innovación, Ciencia y Empresa. P06-HUM-01398 ; Proyecto de Investigación de Excelencia : « Las Cortes de Cádiz y el primer liberalismo en Andalucía. Elites políticas, ideologías, prensa y literatura (1808-1868) » ; Plan Andaluz de Investigación de la Junta de Andalucía. Référence HUM-549 et le programme HUM2007-64853 / FILO du Plan Nacional de Investigación del Ministerio de Ciencia y Tecnología cofinancé par le FEDER : « La littérature dans la presse espagnole des Cortès de Cadix ». On pourra consulter une version en espagnol de cet article (incluant bibliographie et appendice documentaire) : « Mayo en 1808 en la prensa gaditana de la Guerra de la Independencia. De la llamada a las armas al diseño de un nuevo orden político » dans le numéro spécial El Argonauta español, 2008, livraison juin (n° 5), http://argonauta.imageson.org/document114.html

Auteur

Universidad de Cádiz

Rosa Mateu (Traducteur)

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540