Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Espagne en 1808

 | 
Gérard Dufour
, 
Elisabel Larriba

I - Conception et perceptions du projet impérial pour l’Espagne

Négociants et fanatiques. Les limites de la politique régénérationiste de Napoléon en Catalogne (1808-1814)*

Luís Ferran Toledano González
Traduction de Rosa Mateu

Texte intégral

Une Catalogne moderne et cléricale

  • * Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche HUM2005-01118 de la Direction Générale d (...)

1On ne saurait étudier la politique de Napoléon dans un territoire sans en connaître les caractéristiques, les principaux traits de son économie et de sa société ainsi que ses traditions politiques. Il semble peu raisonnable, voire impossible, d’examiner la complexité des projets de Napoléon sans prendre en compte leurs variantes militaires, l’évolution des événements et les influences personnelles. Ou sans prendre en considération les avantages et inconvénients qu’offraient les Catalans dans la mise en œuvre de ces politiques. Pour autant que les ordres venus de Paris ou donnés depuis une Barcelone occupée fussent de type vertical, la violence de la politique militaire se heurtait à une réalité plus prosaïque, pleine de difficultés quotidiennes, avec une collaboration imposée et une fiscalité prédatrice.

  • 1 Une excellente synthèse dans Jordi Maluquer de Motes I Bernet, Història econòmica de Catalunya, se (...)

2Située à la frontière des Pyrénées, la Catalogne était une des clés d’accès à l’Espagne péninsulaire. Le pays n’atteignait pas le million d’habitants et traversait une crise profonde qui affectait la vieille société seigneuriale. Il ne faut pas oublier non plus que la province de Catalogne connaissait depuis la fin du XVIIe siècle une importante transformation qui en faisait la zone la plus dynamique du royaume, sur le plan démographique et économique (il y avait beaucoup plus de personnes employées dans l’industrie que dans toutes les autres régions d’Espagne) quand bien même on notait, comme partout, des signes d’essoufflement au début du XIXe siècle1.

3En même temps, la modernisation de la société catalane ne débouchait pas sur une alternative politique claire à la société traditionnelle. Le fait que des négociants et des propriétaires crussent la croissance économique de type capitaliste compatible avec un modèle politique où l’État assurait un cadre général de réformes contrôlées n’était qu’une contradiction apparente. L’Église et ses intérêts ne pouvaient être absents d’un tel modèle. Bien au contraire, ils participaient à l’orientation des réformes économiques. Ce comportement apparut clairement chez les élites catalanes tant parmi les députés qui siégèrent aux Cortès de Cadix que parmi les membres des juntes locales. Leurs attitudes politiques s’inscrivirent dans un vaste éventail qui va des lumières tardives (Antonio de Capmany) au libéralisme politique modéré (Felip d’Aner), en passant par les plus réactionnaires qui pensèrent pouvoir contrôler le processus de réformes économiques et fiscales en voulant prendre de nouvelles élites dans les tentacules politiques de la monarchie, mais eurent finalement peur du changement et optèrent pour le rétablissement de l’ancien régime (Ramón Lázaro de Dou).

4Telle était une partie du monde politique avec lequel l’armée française entra en contact en 1808, non sans surprise et perplexité. Ces militaires purent même en venir à penser qu’ils affrontaient une Vendée espagnole et que les guérilleros n’étaient que des brigands, comme les autorités françaises qualifièrent les somatenes qui illuminaient de leurs foyers les montagnes qui entourent Barcelone. Assurément, bien des résistants firent fi des principes humanistes des Lumières et de la Révolution française. La résistance catalane ne constitua pas un mouvement d’idées cohérent et uni, mais on ne peut en revanche affirmer qu’elle constitua une opposition contre-révolutionnaire qui ne se souciait que de restaurer le trône et l’autel. Il est à remarquer que bien des Catalans furent considérés comme de furieux fanatiques chez qui l’atavisme religieux allait de pair avec une culture économique avancée. Les Français trouvèrent une société jeune, qui, des décennies auparavant, avait introduit de nouvelles formes d’exploitation économique en profitant des ressources naturelles et de la force du travail, avec une tendance à la spécialisation qui permettait un remarquable développement commercial, fruit d’une économie capitaliste naissante.

  • 2 L’œuvre bien connue de Pierre Vilar, Catalunya dins l’Espanya moderna. Recerques sobre els foaname (...)
  • 3 Les travaux du professeur Antoni Moliner Prada se situent dans le cadre d’un ample programme de re (...)
  • 4 Nous nous référons aux travaux de Joan Mercader Riba, Barcelona durante la ocupación francesa (180 (...)
  • 5 Nous nous référons aux travaux de Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic (Ca (...)
  • 6 Antoni Moliner Prada, Catalunya contra Napoleó : la Guerra del Francès (1808-1814), Lleida, Pagès (...)

5Toute analyse de la nature de la politique de Napoléon en Catalogne qui perdrait de vue ces paramètres se situerait en dehors de la réalité historique et du résultat de plus de trente ans de production historiographique, depuis que l’œuvre célèbre de Pierre Vilar2 a porté ses fruits sous forme de divers projets de recherches et de thèses doctorales. De toute façon, les difficultés que rencontre l’historien pour évaluer le caractère régénérationiste ou révolutionnaire des projets de Napoléon s’expliquent par le vide historiographique relatif qui caractérise encore la Guerre d’Indépendance. Certes, nous disposons des travaux remarquables d’Antoni Moliner sur la politique de la Junte et la résistance3, ainsi que des études classiques de Joan Mercader sur l’administration napoléonienne4. Et fort heureusement, la politique militaire de Napoléon et les élites catalanes ont fait récemment l’objet d’une étude détaillée de la part de Maties Ramisa5. Il n’en reste pas moins que notre méconnaissance du sens profond de la politique de cette époque reste patente, quelle que soit l’importance du sujet considéré6.

6En un certain sens, en accordant moins d’importance à l’influence des constituants de Cadix et des idées libérales sur l’ensemble de la population, on a pu considérer la guerre contre Napoléon comme une occasion manquée. Ce qui, compte tenu du mauvais état des affaires, de la crise alimentaire qui précéda les événements et des turbulences de la Cour, rendit impossible tout changement de type révolutionnaire. De ce point de vue, la guerre et son dénouement freinèrent, plus qu’ils ne l’entraînèrent, un processus de changement qui aurait été profond s’il avait pu mûrir. Au fond, ce n’était peut-être que la première conséquence du discours du faible et incomplet processus libéral que connut l’Espagne.

7Comme chacun sait, en 1808, le contrôle de ce territoire ne fut pas l’objectif initial ni le principal des mouvements de Napoléon qui visa l’ensemble de la péninsule, Espagne et Portugal. De toute façon, par prudence stratégique, il n’était pas inutile de s’assurer le contrôle de la rive gauche de l’Ebre et de protéger ainsi le flanc sud de la France. En ce sens, l’occupation de la Catalogne, dans la mesure où elle représentait l’un des chemins de passage vers l’Espagne, exigeait la maîtrise de ses voies de communication pour assurer dans les meilleures conditions l’acheminement des troupes vers Saragosse ou Madrid, Valence ou l’Andalousie et les Français firent tout pour que cela fut ainsi. En outre, le port de Barcelone pouvait parfaitement jouer un rôle non négligeable dans le contrôle du commerce du bassin méditerranéen et Barcelone constituait également une excellente tête de pont pour le commerce transocéanique vers l’Amérique. Il s’agissait de profiter des avantages qu’offraient les compagnies de commerce familiales installées dans les différents ports de la côte catalane, selon une tradition commerciale de leadership d’une grande partie du commerce espagnol avec l’Amérique. Toutefois, ces derniers temps, cette tendance s’était quelque peu inversée, augmentant ainsi l’importance relative de ces réseaux commerciaux sur le marché intérieur espagnol de la péninsule.

8Nous nous proposons donc, à partir de ces prémices, de caractériser la portée et les limites du projet et de l’action de Napoléon dans un contexte de permanente instabilité du résultat des opérations militaires. Pour y parvenir, il nous semble pertinent de faire une première approche à partir du degré de connaissance de la Catalogne qu’avaient le haut commandement français et les hauts fonctionnaires envoyés dans la principauté. Cette image et représentation de la scène catalane parmi les occupants constituent une pièce fondamentale pour juger des décisions prises et l’arrière-plan politique des tentatives de rapprochement avec la société occupée. Le reste du texte sera consacré à analyser les politiques successives menées par les généraux, préfets et employés de l’Empire ainsi que les obstacles qui déterminèrent la réalisation effective desdits projets.

  • 7 Un exemple dans El viatge de Henry Swinburne a Catalunya i el País Valencià, edición de Alfons Gin (...)

9Au début du XIXe siècle, les nouvelles qui circulaient sur les habitants de la péninsule, tout en étant peu nombreuses, suffisaient pour brosser un tableau sommaire de leur caractère. Certaines de ces informations provenaient des rapports rédigés par le consulat de France à Barcelone et par des agents commerciaux. D’autres émanaient de la littérature de voyage (relativement peu développée, en comparaison avec celle concernant le reste de l’Europe) écrite par des jeunes gens de condition aisée de nationalité anglaise, italienne ou française qui, à l’occasion de leur Grand Tour initiatique, communiquaient à l’opinion publique cultivée du continent des images et des stéréotypes nationaux. Parfois, le voyage en Catalogne n’était qu’un appendice au périple dans le sud de la France, non prévu d’avance, et qui permettait de pousser une pointe jusqu’à Barcelone. Le circuit du voyage pouvait aussi apporter des contrastes significatifs entre chaque région d’Espagne. Comme on sait, c’est le cas pour Arthur Young, Joseph Townsend et Henry Swinburne (les récits de ces deux derniers ayant connu une édition en français). En France, on notera particulièrement le succès de livres comme ceux de Jean-Marie-Jérôme Fleuriot Voyage de Figaro en Espagne (1784-1803) qui connut neuf éditions, rien qu’en français, ou celui de Jean-François de Bourgoing Nouveau voyage d’Espagne qui vit le jour en 1788. Ces récits présentaient un peuple singulier, qui s’intéressait à l’agriculture et au commerce. Les Catalans étaient des gens sensés, mais sauvages, des gens qui se glorifiaient de leurs anciennes lois et de leur liberté perdue, fiers de leur personnalité et d’être différents des Castillans, sans parler de leurs liens avec l’Espagne et sa monarchie. Un pays, en somme, plein de possibilités s’il se laissait éclairer par les autres peuples civilisés d’Europe, malgré des traditions religieuses trop vives et sa soumission à l’Église7. Un récit qui finalement coïncide avec la longue liste de rapports, études et mémoires rédigés par les officiers de l’armée impériale et les administrateurs du nouveau régime.

  • 8 E. Vigo, La política catalana del Gran Comité de Salut Publica, Barcelona, Institut d’Estudis Cata (...)

10L’ensemble des dirigeants français avait une longue expérience militaire et politique, mais seul un petit nombre d’entre eux connaissait le théâtre des opérations en Catalogne et en Espagne. C’était le cas d’Antoine Nogués, originaire de Tarbes, et surtout celui du maréchal Charles Augereau, qui, fin 1793, avait participé à la campagne de l’Ampurdan comme général de division. À coup sûr, il y avait de nombreux antécédents sous forme de mémoires et de projets relatifs au tracé de la frontière émanant du corps diplomatique français et qui parfois contenaient de surprenantes propositions sur le futur statut de la Catalogne par rapport à l’Espagne. Aussi serait-il quelque peu ingénu de penser qu’ils se trouvaient perdus dans un territoire entièrement nouveau et inconnu. C’est un point dont nous devrons tenir compte en nous référant à ce que l’on appelle la « politique d’attraction de la Catalogne » d’Augereau, en 1810. Toutefois, si nous faisons un bref bilan (obligatoirement provisoire), la connaissance directe et personnelle de la situation en Catalogne que devait avoir le haut commandement français devait être encore très faible en 18088.

11En maintes circonstances, on se proposa de découvrir le caractère et l’esprit des habitants afin d’être mieux à même de les convaincre, les séduire ou tout simplement, les assimiler. Pour cela, il convenait de trouver les mesures les plus susceptibles de les convaincre. Presque tous les rapports rédigés par des fonctionnaires ou des officiers pour être envoyés à Paris insistent sur ce point. On y trouve moult références à la psychologie sociale, à l’histoire, la géographie et à la situation économique et politique du territoire concerné. Comme l’ont fait observer divers auteurs, la volonté de produire des statistiques correspondait à la nécessité de fournir des informations (capitales pour l’intendance) sur la population ou l’économie locales. Mais elle correspondait aussi à une préoccupation qualitative sur l’état politique du territoire, selon une pratique héritée des Lumières et diffusée dans tout l’Empire

  • 9 Nous insistons de nouveau sur la valeur de la documentaton publiée par Maties Ramisa Verdaguer, El (...)

12Évidemment, il existe plusieurs types de descriptions. Mais il y a des coïncidences entre elles. Comme le montrent abondamment les témoignages recueillis et analysés par Maties Ramisa9, le caractère des Catalans allait conditionner le projet de Napoléon. Ses partisans furent toujours parfaitement conscients de l’évidente entité géographique, historique et linguistique que constituait la Catalogne. Cette singularité amena à la considérer comme un objectif militaire spécifique à l’intérieur de l’Espagne. Les mémoires et rapports envoyés à Paris ne firent que rarement l’amalgame dans leurs commentaires entre la principauté et les régions voisines et ne qualifièrent que fort rarement ses habitants d’Espagnols. Généralement, ces documents insistent sur trois traits fondamentaux de la psychologie collective des Catalans : la dualité mer/montagne, leur bellicisme et fanatisme, et enfin, leur sentiment d’indépendance. Examinons ces aspects point par point puisque ces observations offrent une vision assez complète des difficultés auxquelles se heurtaient les officiers de Napoléon quand il s’agissait de mettre en œuvre sa politique de réformes ou de changements radicaux.

  • 10 Nous disposons de deux études minutieuses : celle de Joan Mercader Riba, « Una memoria estadística (...)

13Une première description partait de la distinction (quasiment générale) entre les habitants de la côte et de la plaine et ceux des montagnes. On retrouve souvent cet antagonisme dans les descriptions du reste de l’Espagne et de l’Europe et le fait n’a rien d’original. Les premiers étaient plus ouverts au changement et aux idées nouvelles, tandis que les seconds étaient rudes, fiers et indomptables. Mais des nuances apparaissent dans la façon de décrire chaque groupe. Le portrait le plus complet a été fourni par le préfet des Bouches-de-l’Ebre – vaste territoire qui comprenait les anciens corregimientos de Lérida, Tarragone et Tortosa – Jean-Paul-Alban de Villeneuve Bargemont10. Commerçants et navigateurs, tout en ayant quelque peu changé, étaient toujours austères. Ils étaient plus ouverts sur les autres, et soucieux de gagner de l’argent, mais leurs connaissances techniques restaient faibles. Peu sensibles au sentiment national, selon l’expression de Villeneuve, ces commerçants se contentaient d’un marché captif comme celui des colonies ou de maintenir de bonnes relations avec les Anglais, sans être obligés d’améliorer la qualité de leurs produits. Seul le haut clergé était d’un niveau intellectuel appréciable, mais l’Église en général devait au plus vite faire l’objet de réformes.

  • 11 Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 349-352.

14Le deuxième point que l’on soulignait était le bellicisme et le fanatisme des habitants, élément clé de la personnalité des Catalans selon la plupart des informateurs. Le commissaire de police résidant à Barcelone, Beaumont de Brivazac, qualifiait la Catalogne de joli volcan et de paradis sur terre habité par des diables. Le ministre de l’Intérieur expliquait également que les Catalans étaient de tempérament soumis quand ils se considéraient faibles, mais extrêmement fiers et cruels quand ils se sentaient sûrs d’eux. Un autre témoignage, celui d’Alban de Villeneuve, à qui il a déjà été fait référence, les définissait comme un peuple irréductible, passionné et entêté, toujours prêt à se rebeller contre un acte qu’il jugeait arbitraire, religieux et intéressé par le négoce. Pour sa part, le capitaine de hussards, M. de Rocca, assurait que le caractère des Espagnols de ces provinces ne ressemblait en rien à celui des autres nations européennes. Son patriotisme était tout fait de religion, comme chez les anciens11.

15Le troisième élément reposait sur un fort sentiment d’orgueil national. Tous les rapports convergent sur ce point. On observait partout un fort sentiment d’indépendance manifesté tout au long de l’histoire, un orgueil national fondé sur les us et coutumes du pays, une antipathie notoire à l’égard des peuples voisins, castillan et surtout français. Le général Foy assurait que nulle part ailleurs dans la péninsule il n’existait un tel désir de liberté et d’indépendance et un autre chef de la police à Barcelone affirmait que cette volonté était partagée par des personnes provenant de toutes les classes sociales. Dans un rapport rédigé en 1813, le commissaire Beaumont se demandait :

  • 12 Op.cit., p. 360-361.

« S’ils sont Espagnols, beaucoup se sentiront mal à l’aise. S’ils sont Français, il y aura beaucoup de mécontents. S’ils restent Catalans indépendants de toutes les autres puissances du continent, cette situation flattera leur vanité. Mais les plus avisés et les plus intelligents sentent bien qu’ils sont trop faibles pour former à eux seuls un état souverain ; il faut laisser aux Catalans l’illusion de l’indépendance et la province sera vite pacifiée »12.

La nature politique des projets de Napoléon

  • 13 Voir l’étude remarquable d’Esteban Canales Gili, « Patriotismo y deserción durante la Guerra de la (...)

16Depuis le début de la guerre, seules Figueras et Barcelone furent constamment sous le joug des troupes impériales. La domination française parvint à son apogée au terme des opérations comprises entre 1809 et 1811, et l’issue des sièges tragiques de Gérone et de Tarragone. Pour sa part, la résistance concentrée autour de la Junte Supérieure passa d’une ville à l’autre tandis que la Catalogne intérieure restait sous la menace constante des guérillas et des corps de l’armée affectés par la désertion13.

  • 14 Un des textes pionniers est dû à Frederic Camp y Llopis, Contribución al estudio de la administrac (...)

17L’historiographie distingue généralement cinq essais ou étapes de la politique de Napoléon en Catalogne. De façon schématique, on a d’abord celle qu’incarna le général Duhesme, de février 1808 à janvier 1810 ; l’étape d’attraction du général Augereau, très courte, jusqu’en mai 1810 ; la troisième, que l’on qualifie d’étape afrancesada qui correspond aux gouvernements du maréchal Macdonald et du général Maurice Mathieu, du printemps 1810 à la fin 1811 ; la quatrième phase, celle de l’annexion à l’Empire, sous la direction du général Decaen, couvre toute l’année 1812 jusqu’au printemps 1813. Enfin, la cinquième et dernière étape, sous le commandement direct de Suchet, se caractérise par l’érosion de la présence française14.

  • 15 Pierre Vilar, « Ocupació i resistència durant la Guerra Gran i en temps de Napoleó », in id., Assa (...)

18Dans tous les cas, il s’agit d’une politique d’occupation en temps de guerre, où les impératifs militaires l’emportent sur le politique, mais où l’on a aussi tenté d’appliquer un programme de réformes. Pierre Vilar15 a souligné que les décisions prises au niveau local par les généraux de Napoléon furent avant tout déterminées par les besoins quotidiens des armées et la cupidité personnelle des militaires. Pour lui, les initiatives « politiques » originales, comme la brève tentative de « gouvernement catalan » d’Augereau, furent de véritables exceptions. Nous verrons dans les pages qui suivent qu’il conviendrait de nuancer ce propos. À notre avis, la qualité de certaines des propositions faites sous le commandement de Decaen et de ses préfets devrait nous amener à penser que l’on a voulu récupérer un espace spécifique pour la politique au-delà de la simple exécution des ordres reçus par une armée qui s’épuisait à assurer sa subsistance. Voyons maintenant plus en détail chacune de ces étapes.

19Le général Philibert-Guillaume Duhesme, qui franchit la frontière le 9 février 1808 à la tête du Corps d’Observation des Pyrénées Orientales, fut le premier militaire désigné par l’Empereur pour occuper la principauté de Catalogne. Son gouvernement ne s’étendit pas au delà de la ville de Barcelone et dura, comme nous l’avons déjà dit, jusqu’en janvier 1810. Il conserva au début les autorités et l’administration espagnoles et maintint en fonction le général Ezpeleta. Mais bien vite, la plupart des autorités locales s’enfuirent – comme ce fut le cas de plusieurs juges de l’Audience – ou furent arrêtées. Duhesme établit un régime de police militaire. Il s’employa à percevoir les contributions fiscales et à nommer de nouvelles autorités dans ce que Pierre Conard a appelé, il y a longtemps déjà, « un gouvernement improvisé ».

20La municipalité de la ville constitue un exemple des intérêts réciproques existant entre autorités locales et occupants qui avaient besoin d’interlocuteurs et d’une administration efficace. Les Français furent toujours conscients des irrégularités commises par cet organisme, de l’importance des intérêts particuliers qui se jouaient des contrôles et passaient outre le monopole de divers services comme l’hôtel de la monnaie, l’approvisionnement en pain et en viande, la production des moulins de la ville et des environs. Malgré tout, le consistoire continua à représenter les bonnes familles de la ville, son patriciat, en maintenant une relation harmonieuse avec les Français. Une des plus importantes nouveautés de cette année-là fut la création d’une Commission de Subsistance composée par les élites catalanes locales et dont la mission consistait à fournir l’armée.

  • 16 Joan Mercader, Catalunya i l’imperi napoleònic..., op. cit., p. 42-44.

21Toutefois, les besoins croissants des troupes et le désir de lucre personnel entraînèrent des événements en chaîne qui, en fin de compte, allaient être préjudiciables à Duhesme lui-même et qui en arrivèrent à provoquer, selon l’expression de Joan Mercader, un « coup d’État »16 qui lui conféra l’autorité suprême. Les réquisitions légales ne suffisant plus à satisfaire les besoins de l’armée, il fit face à la situation en publiant le 13 septembre 1808 un décret par lequel il légitima la prise d’otages et la réquisition des biens des familles qui fuyaient la ville. La panique, la terreur policière et les réquisitions arbitraires décidées par une « commission d’émigrés » vidèrent complètement Barcelone. Selon les statistiques françaises, une ville qui avait atteint les 140 000 habitants n’en compta plus qu’un tiers. Pendant ce temps-là, en novembre, Barcelone fut encerclée par un cordon de troupe qui reliait entre elles les diverses localités entourant la ville. Ce n’était pas un siège en règle, mais cela contribua à affaiblir davantage la domination française.

22En 1809, l’arrivée du nouveau général en chef Gouvion Saint-Cyr relégua Duhesme au rang de gouverneur de Barcelone et on le suspecta de corruption. Les mois suivants, il s’attacha à destituer les employés publics issus de l’ancienne administration espagnole. Théoriquement, le général en chef Saint-Cyr fut aidé par une nouvelle junte administrative dont le rôle fut plus qu’effacé. Une nouvelle administration émergeait petit à petit, comme le prouve la nomination au poste de secrétaire du gouvernement de la ville, d’un jeune français, François Guinard, qui était en rapport avec un établissement commercial de Barcelone. Tout aussi significative est la nomination de l’avocat Ramón Casanova, comme directeur de la nouvelle police napoléonienne. Première personnalité civile de la ville occupée, il se montra fort efficace en mettant à jour de nombreuses conspirations.

  • 17 Voir les articles écrits sur ce personnage par Carles Rahola, Girona i Napoleó…, op. cit., p. 354- (...)

23En somme, jusqu’en 1810, seule Barcelone connut un gouvernement français. Figueras ou Rosas vécurent sous le commandement de chefs militaires sans connaître de changements institutionnels d’importance ni de modifications significatives dans leur organisation politique. Comme d’autres chefs militaires, les généraux Duhesme et Lechi, qui se comportèrent en véritables dictateurs, eurent à Barcelone la même attitude à l’égard des délégués de Joseph I que d’autres chefs militaires et ils écartèrent les commissaires royaux qui leur furent envoyés. Ce fut le cas de Josep Garriga, scientifique de quelque prestige qui avait représenté la Catalogne à Bayonne, dont on ne reconnut pas la qualité de commissaire royal quand il se présenta dans la principauté. On l’éloigna près de la frontière, dans l’Ampurdan, à Figueras afin qu’il y puisse au moins participer à l’administration de l’armée. En moins d’un an, il organisa quelque 300 municipalités, refit fonctionner les douanes et les contributions et créa un corps de gendarmerie chargé de poursuivre les patriotes. Les résultats furent maigres. Il ne réussit pas à récolter l’argent nécessaire et ses subordonnés ne parvinrent pas à se faire respecter. Quelque peu démoralisé, réprimandé par ses supérieurs, Garriga abandonna définitivement la cause des Français en 1811. Le rapide échec de partisans des Français comme lui n’était qu’une des manifestations des difficultés que devait rencontrer le projet de Napoléon dans toute l’Espagne17. Duhesme fut finalement relevé de sa charge en raison de la dureté de sa politique répressive et de l’opacité de son administration dans le domaine financier. Le nouveau gouverneur général fut le maréchal Augereau, qui prit ses fonctions en octobre 1809, et il remplaça à son tour Saint-Cyr dans le long siège de Gérone, avec pour mission de mettre un terme à l’étape antérieure de gouvernement personnel.

24L’étape du « gouvernement catalan », comme l’a appelée Pierre Vilar, du général Pierre François Charles Augereau, duc de Castiglione, bien que brève, de janvier à mai 1810, fut sans doute la plus spectaculaire. Elle coïncida pratiquement avec l’intervention de Napoléon et les décrets du 8 février, complétés par ceux du 29 mai 1810 créant au nord de la péninsule divers Gouvernements militaires placés sous le commandement de généraux dépendant directement de l’Empereur : la Catalogne, l’Aragon, la Navarre et la Biscaye, ainsi que les districts de Burgos et de Valladolid soustraits à l’autorité de Joseph. Il faudrait aussi ajouter le royaume de Valence qui échappa au contrôle du Roi après avoir été conquis par Suchet en 1812. L’étape d’Augereau se caractérise également par un essai d’épuration et de moralisation de l’administration afin de mettre un terme aux abus et à la corruption des Français puisqu’il envoya en prison 200 employés, dont le commissaire Casanova. Une politique qui entraîna son affaiblissement dans les cercles de pouvoir parisiens et même auprès de l’Empereur.

25Le décret du 8 février de création des « gouvernements particuliers » en vertu duquel le duc de Castiglione se voyait confier les plus hauts pouvoirs dans le domaine politique et militaire fit supposer qu’une telle déclaration correspondait à la volonté d’annexer en fin de compte la Catalogne à la France. Malgré les protestations du roi Joseph, le Gouvernement de Catalogne fut solennellement proclamé par Augereau à Gérone. Mais ce ne fut qu’une façade car en réalité toute communication avec le gouvernement de Madrid fut interrompue et l’on organisa une principauté en marge de l’Espagne. Augereau acquit ensuite une réputation de dureté. Mais en réalité, il pratiqua un mélange de dureté, de politique paternaliste de persuasion et de flatterie envers la population. Il faut mettre à son actif qu’à son entrée dans Gérone il n’y eut aucune de ces exécutions arbitraires qui eurent lieu après les sièges de Lérida et de Tarragone. Il voulait s’attirer les bonnes grâces de la population en embellissant les rues et les édifices, en améliorant la santé publique ainsi que l’approvisionnement et en limitant la pression fiscale.

  • 18 Lluís Maria de Puig I Oliver, Tomàs Puig : catalanisme i afrancesament, Barcelona, Institut d’Estu (...)

26L’introducteur du maréchal en Catalogne fut un afrancesado de Figueras, capitale d’une région qui devait briller, tout au long du XIXe siècle par sa tradition démocratique et fédérale, l’une des plus solides de la Catalogne et de l’Espagne. Tomás Puig fut l’afrancesado le plus notoire de toute la Catalogne par l’importance des charges auxquelles il parvint, mais aussi le plus atypique de par sa personnalité et son œuvre. Dans sa jeunesse, à 22 ans, il fut capitaine de somatenes contre les armées de la Convention et par la suite, il suivra toujours une ligne idéologique libérale audacieuse, mais modérée sur le plan de la doctrine. Il était issu d’une famille de propriétaires terriens aisés qui lui permit de suivre une formation en droit civil et droit canon dans les universités de Cervera et Huesca. Au fil du temps, il devint l’un des hommes les plus riches de la région. Bras droit du Maréchal, homme de confiance des partisans de Napoléon pendant ces premiers mois, il mena avec Augereau ce que l’historiographie a qualifié de politique d’attraction de type « catalanisante »18. En fait, les afrancesados ne constituèrent pas un groupe homogène, avec programme et orientation bien définis. Du point de vue politique, il n’y eut pas de coordination entre eux et ils n’eurent pas de chef visible, même si le groupe d’avocats de Barcelone fut en contact avec celui des édiles de la ville. On doit donc ajouter à leur liste Josep Pujol, corrégidor, et Antoni de Ferrater, alcade de Barcelone, Ramón de Manresa, alcade de Gérone, le commissaire royal Josep Garriga, dont nous avons déjà parlé, et bon nombre d’hommes d’affaires et d’industriels comme Erasme de Gónima ou Gaspar de Remisa.

  • 19 L’expression est de Pierre Vilar, « Ocupació i resistencia… », op. cit., p. 127. Son analyse est f (...)
  • 20 Ce volumineux et intéressant document daté de Barcelone, le 25 mars 1810, a été publié par Joan Me (...)

27Comme nous l’avons dit, Augereau, conseillé par Tomás Puig, pratiqua une politique que Pierre Vilar qualifia de « catalaniste »19. En ce sens, le juriste ampurdanais imagina un projet qui fut minutieusement appliqué à partir du décret du 6 mars 1810 : un plan d’organisation de la Principauté à partir d’une nouvelle division territoriale en quatre corregimientos. Il démantelait ainsi les réseaux de Duhesme, confisquait les biens du clergé régulier, supprimait la dîme et allégeait la pression fiscale. Il fit du catalan la langue officielle et il fit paraître un nouveau journal dans cette langue. Augereau publia quelques proclamations particularistes et patriotiques, comme celle du 18 mars, rédigée par Tomás Puig, où l’on trouvait des références historiques qui exaltaient l’identité du pays : la fierté des qualités économiques et industrielles, l’attribution au gouvernement central de l’imperfection des services publics, le souvenir des temps glorieux où les Catalans « assistaient à la messe au Panthéon » en référence à l’expansion catalane en Méditerranée au Moyen Âge, la préférence pour le commerce avec l’Orient ou l’attribution de la décadence démographique catalane à la découverte de l’Amérique. Ces mots étaient parfois vides de sens, car le commerce se faisait alors avec l’Amérique. Peut-être s’agissait-il d’une façon d’augmenter l’estime qu’avait d’elle-même la classe des patriciens dans un contexte où le capitaine général espagnol de la principauté, Enrique O’Donnell, avait voulu implanter le système de la conscription. Une décision qui entraîna sans doute une profonde aversion envers ce genre de pratique considérée comme contraire aux traditions militaires locales et l’expression invétérée de la domination castillane. Dans le rapport secret qu’il adressa au ministre des Affaires étrangères de Napoléon, Charles Blondel, confirma d’ailleurs ce point de vue20.

28Pour Vilar, la vision de l’histoire du futur catalanisme était en quelque sorte contenue dans ces lignes quand bien même, comme il ne l’ignorait pas, cette vision historiciste se trouvait déjà chez Antonio de Capmany et serait ensuite reprise par la première vague d’historiens de la Renaixença et très largement par la génération des politiques libéraux de Ba-rcelone du Triennat libéral. Parmi les réalisations, il convient de remarquer la transformation du Diario de Barcelona, fondé en 1792, en Diari del Gobern de Cataluña i de Barcelona et la publication postérieure de la Gaseta del Corregiment de Girona. Décrets et proclamations devinrent bilingues, le catalan et le français, réputés plus proches entre eux qu’avec le castillan, ayant été conjointement déclarés langues officielles. Les actes des municipalités et le papier timbré commencèrent à être rédigés en catalan et les armes de la Catalogne furent symboliquement placées à côté du drapeau. Une nouveauté qui surprit quelque peu les afrancesados de Barcelone qui semblaient plus disposés à maintenir les liens avec le roi Joseph.

  • 21 Joan Mercader Riba, « Las divisiones territoriales napoleónicas en el Principado de Cataluña », in (...)

29Un autre point significatif de la politique réformiste d’Augereau consista dans sa tentative de modifier la division administrative du territoire de la Catalogne. Cette mesure, inspirée elle aussi par Tomás Puig, fit l’objet du décret du 6 mars 1810 et devait avoir d’importantes conséquences. On passait ainsi des 12 corregimientos antérieurs à quatre seulement, dont les chefs-lieux étaient Gérone, Barcelone, Reus et la Seo de Urgell. Cette décision avait été prise pour des raisons de rationalité dans le domaine économique et de plus grande facilité d’exécution des décisions politiques. Chaque corregimiento était divisé en trois sous-corregimientos, dont un correspondait au chef-lieu. Eux-mêmes se divisaient en cantons composés de municipalités. Cette décision fut publiée début avril, mais seulement en ce qui concerne les départements de Barcelone et Gérone21.

  • 22 Telle est la conclusion à laquelle arrive, après avoir examiné la correspondance entre les plus ha (...)

30À tout cela s’ajoutait un réseau politique et administratif encore plus complexe qui rendait vraisemblable le projet d’Augereau de mener à bien un redécoupage total de ce gouvernement particulier. Il était prévu que chaque corregimiento ait un conseil composé de représentants élus par les délégués successivement désignés au niveau des cantons, puis des sous-corregimientos. Ce système de représentation, ainsi que les aspects militaires que contenait le décret, ne semble pas avoir eu l’assentiment de certains chefs de l’armée et de la partie de la population la plus favorable à la présence française déconcertée par les conséquences de ce plan22.

31Toutefois, Augereau eut la volonté de venir à bout de la corruption interne et son affrontement avec les différents clans de l’administration napoléonienne entraîna sa disgrâce. Il faut ajouter à cela une certaine négligence en ce qui concerne les opérations militaires alors que sa politique d’attraction des Catalans ne donnait pas de résultats immédiats. À sa demande, et avec l’accord de Napoléon, le duc de Castiglione fut remplacé par le maréchal Macdonald, duc de Tarente, qui donna une nouvelle orientation au Gouvernement de la Catalogne à partir de mai 1810. Dans un certain sens, il mit en œuvre un lent processus de francisation et de préparation à la future annexion à l’Empire en vertu de quoi on a considéré, de manière simpliste, son gouvernement comme une simple transition.

32Pendant deux ans (de mai 1810 à fin 1811), le maréchal Macdonald fut à la tête de la Catalogne. Son objectif initial était de reprendre l’initiative des opérations militaires, de rétablir les communications et de ne s’occuper qu’après cela de l’organisation interne du pays. Sur ordre direct de Napoléon, le modèle impérial prit le pas sur les essais antérieurs de construire un modèle spécifique. Les corregimientos furent remplacés par des intendances, encore que la Basse Catalogne fut provisoirement cédée au maréchal Suchet, et le fonctionnement de la justice, des douanes et des finances fut en gros calqué sur le modèle français. Toutefois, le nouveau système administratif resta à l’état embryonnaire et ne prit véritablement forme qu’en 1812.

33Macdonald s’occupa surtout (et avec succès) des opérations militaires et laissa l’administration de Barcelone au général Maurice Mathieu. Sa politique, directement dictée, comme nous l’avons vu, par l’Empereur fut discrète et efficace et il rétablit même la procession de la Fête-Dieu et promit de faire réparer les églises. Renonçant aux arguments de type historique, ses discours furent pleins de références aux désastres et aux malheurs de la guerre. En échange de la soumission, il promettait d’en finir avec les bandits et l’insécurité au moyen d’une garde nationale, d’imposer la discipline aux soldats, et de châtier ceux qui se livreraient à des réquisitions iniques et lèveraient des impôts exorbitants, le tout sans oublier de promettre de favoriser le commerce et l’agriculture. L’amélioration qu’il annonçait passait par le rétablissement d’une bonne administration et de l’ordre.

34Entre autres réalisations, il créa une cour d’appel. Tomás Puig (qui, comme nous le verrons, n’avait pas été totalement écarté) fut pressenti pour la présider. Le régime fiscal du cadastre fut radicalement modifié et transformé en un système de cinq impôts de base. Les municipalités afrancesadas furent rétablies. Afin de s’attirer les sympathies de ce secteur, on réorganisa également la Junte de Commerce qui avait pris une si grande importance dans le développement économique du XVIIIe siècle. Toutefois, on abandonna petit à petit le catalan dans les secteurs officiels au profit du français et du castillan, ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où ils avaient plus de prestige auprès des classes privilégiées comme langues de culture et de pouvoir.

  • 23 Cf. Petit dictionnaire des Hommes qui on figuré en Catalogne depuis le mois de février de 1808 et (...)
  • 24 Joan Mercader Riba, Catalunya i l’imperi napoleònic…, op.cit., p. 148.

35Au cours de cette phase les Catalans perdirent le contrôle des corregimientos, des tribunaux et du commerce. Cette politique permit l’apparition d’une foule de négociants du Midi qui, à la faveur de la diminution des droits de douane, introduisirent des produits français. En cela, le plus déterminant fut l’arrivée d’un groupe important de fonctionnaires impériaux qui allait prendre le contrôle administratif du district23. En 1811, le contexte dans lequel se trouvaient les cercles politiques et religieux du pays avec les victoires militaires (incendie de Manresa, conquête de Tortosa, Tarragone et Montserrat) permit d’envisager la future incorporation de la Catalogne à l’Empire français. Macdonald fut appelé en France à la fin de l’année et fut remplacé dans ses fonctions par le général Charles Decaen, qui allait devenir la principale autorité militaire et politique de la Principauté pendant l’annexion. Le point le plus important du bilan de cette phase est sans doute la régularisation et la simplification des services de l’administration civile24. Les compétences de chaque fonctionnaire furent mieux définies et il fut mis un terme aux ingérences entre institutions. Cette simplification, selon l’historien Joan Mercader, conduit à considérer les nouveaux responsables administratifs comme l’antécédent des gouverneurs civils des décennies postérieures.

36L’étape suivante embrasse les années 1812 et 1813, période pendant laquelle le commandement fut assuré par le général de division Charles Decaen. Dans sa jeunesse, cet homme agréable avait fréquenté les girondins. Il poursuivit la politique de pacification et de bonne administration selon le système de son prédécesseur. Son style fut celui du général Macdonald, et non pas celui d’Augereau. Il invita ses subordonnés à se montrer prudents, subtils, efficaces dans leur gestion et le maintien de l’ordre, même s’il ne put améliorer la situation militaire. Tout cela se passait sous le regard intéressé des familles des négociants les plus fortunés qui se rapprochaient des autorités françaises qu’elles ne manquaient pas de flatter au cours de fêtes. Les victoires de Suchet dans le royaume de Valence et le succès des campagnes de Napoléon contribuaient à cette ambiance qui permit de prendre des décisions importantes comme la création d’une nouvelle division administrative et l’établissement du régime civil napoléonien qui firent l’objet des deux grands décrets en janvier et en février 1812.

37Le pas décisif fut franchi par Napoléon en annexant de facto la Catalogne à l’Empire français par le décret du 26 janvier 1812 établissant une nouvelle division territoriale et complété par celui du 2 février correspondant à l’organisation administrative et judiciaire. De facto, car le mot d’annexion ne figura pas dans le décret qui ne fut pas présenté au Sénat impérial pour approbation formelle. Toutefois, il ne s’agit pas d’une mesure provisoire mais définitive. La Catalogne était ainsi intégrée au Grand Empire qui comptait 130 départements et 45 millions d’habitants, sans parler des états vassaux et alliés. Le système continental suivait les « frontières naturelles » du Rhin, des Alpes et des Pyrénées, encore qu’en réalité l’Empire reflétait davantage l’Europe de Charlemagne, avec la marche hispanique au sud définitivement ôtée à la souveraineté de Joseph.

38Joan Mercader a décrit tout le processus d’annexion. Le premier décret faisait disparaître l’organisation d’Augereau de 1810, et créait d’un coup de plume quatre départements ; le Ter, avec Gérone comme chef-lieu ; le Sègre, chef-lieu la petite bourgade de Puigcerdà ; celui de Montserrat, chef-lieu Barcelone, et les Bouches-de-l’Ebre, avec Lérida comme chef-lieu. Le décret impliquait un remodelage territorial important avec la réunion de la Catalogne et de l’Andorre tandis que le Val d’Aran était réuni au département de la Haute-Garonne tandis que l’enclave frontalière de Llívia était intégrée dans le département du Sègre.

  • 25 Comme l’indique cet auteur, l’envoi des fonctionnaires et l’organisation financière, judiciaire et (...)

39L’organigramme politique qui en découlait était le suivant : les départements du Ter et du Sègre, qui correspondaient à l’intendance de la Haute-Catalogne, restaient sous le commandement du baron de Gérando. Les départements des Bouches-de-l’Ebre et de Monserrat furent intégrés dans l’intendance de la Basse-Catalogne sous les ordres du comte Chauvelin. Gérone et Barcelone furent les chefs-lieux des deux intendances et tout le personnel fut placé sous l’autorité du gouverneur général de la Catalogne, le général Decaen. Comme l’a signalé Maties Ramisa, la différence la plus importante de cette nouvelle politique consistait en ce que ce serait le pouvoir civil qui dirigerait l’administration et fournirait ses fonctionnaires au nouvel organigramme. Toutefois, logiquement, il existait encore des situations de subordination des autorités civiles aux militaires25.

40Napoléon envoya une brillante équipe de civils pour introduire la législation française, apporter des modifications dans les comportements et tout faire pour convaincre les Catalans d’embrasser la cause impériale. Il nomma intendants deux conseillers d’État pour diriger les finances et l’administration. Il plaça sous leur responsabilité quatre préfets et quatre sous-préfets. Il nomma également de nombreux fonctionnaires, chefs de service, employés ou inspecteurs, français pour la plus grande partie d’entre eux. D’après leurs propres déclarations, les nouveaux fonctionnaires envoyés en mars et avril furent bien reçus par une population qui espérait voir sa situation s’améliorer en même temps que diminueraient les exactions des militaires et la corruption dont un exemple nous est fourni en la personne même du directeur des douanes de Barcelone, le général de brigade Guillet qui avait déjà été destitué pour détournement de fonds après sa campagne en Dalmatie et s’était maintenant acoquiné avec les principales entreprises de contrebande. Les officiers de Napoléon, en revanche, accueillirent les nouveaux venus avec un mélange d’envie par rapport à leurs privilèges (bons salaires et travail moins fatiguant que le leur) et de suspicion quant à une fort probable intromission de leur part dans leurs affaires. Aussi l’intendant Prudence-Guillaume Roujoux déclara-t-il à la fin de 1812 que la nouvelle administration reçut un accueil « abominable » à son arrivée en Catalogne.

41Le pilier sur lequel s’appuyait principalement le régime administratif fut l’intendance. Les différents services étaient les contributions, les douanes, l’enregistrement et les domaines, les droits réunis, les hôtels de la monnaie, les ponts et chaussées, et les commissariats de police. Chaque service avait un directeur général, des administrateurs, contrôleurs, auxiliaires, traducteurs, inspecteurs, procureurs et employés aux écritures. La plupart des fonctionnaires, comme nous l’avons dit, venaient de France. Des deux intendances, seule celle de Haute Catalogne fonctionna pleinement. Les départements de Montserrat et des Bouches-de-l’Ebre furent constamment en état de guerre et ne furent que peu affectés par les réformes. En 1813, quand les Français commençaient de toute évidence à perdre la guerre, les deux intendances furent réunies en une seule. Le nouveau régime administratif perdit alors toute énergie et se contenta de faire face au plus pressé. On peut en quelque sorte parler d’une année de politique créatrice et d’une autre d’activité routinière.

42Napoléon, sur les conseils de ses propres collaborateurs en Catalogne, ne voulut pas y implanter le code civil. Il considérait que, par ses caractéristiques sociales et historiques, ou encore en raison de la psychologie de ses habitants, elle n’était pas apte à recevoir tout d’un coup la réforme de l’ensemble du régime civil. Il voulut être prudent. Avec une Église si forte et si omniprésente, il fallait s’attendre à ce que le divorce, la reconnaissance des enfants naturels, l’abolition du clergé régulier et d’autres sujets encore ne fussent pas acceptés par la population. Les partisans de l’Empereur voulurent avancer dans ces domaines. Mais ils n’en eurent pas le temps. La modification de l’institution de l’hereu (aîné) aurait créé de grands problèmes en matière de succession et de transmission de la propriété, alors que le système en vigueur avait permis le développement d’une classe agraire relativement riche qui gérait de façon moderne ses exploitations sur le plan économique.

  • 26 Marie Costa, « Mujeres y divorcio en Cataluña, antes y después de la “guerra del francés” », comun (...)

43Toutefois, comme l’ont montré des recherches récentes, le nombre de séparations informelles a augmenté à Barcelone sous l’occupation française alors que diminuait le nombre de demandes de séparations légales. Pendant ces années, malgré les difficultés, une nouvelle conception du mariage commença à s’imposer progressivement. Preuve en est qu’alors que c’était la femme qui prenait généralement l’initiative de demander la séparation, on peut constater à partir de 1814 une véritable « réaction patriarcale », puisque ce fut le mari qui prit désormais l’initiative. Malgré les limites de l’implantation du régime civil, les autorités françaises servirent d’arbitres dans les conflits, en arrivant même à faire arrêter les maris ou à éviter la mort ou la maltraitance des épouses. Un cas rocambolesque d’arbitrage est celui que sollicita Isabel Biderman, qui fit appel au général Decaen en personne pour dénoncer son mari qui était « très partisan des Espagnols » afin de pouvoir vivre avec son nouveau compagnon26.

44La dernière phase de la présence napoléonienne fut marquée par les revers en Russie du printemps de 1813 ce qui obligea à réduire les effectifs militaires et administratifs dans la péninsule. Un décret du 7 mars fondit les deux intendances en une seule, sous le commandement de l’intendant Chauvelin, et le nombre des préfets et employés fut réduit de moitié. En outre, on fit disparaître les sous-préfectures que l’on ne pouvait pas occuper (Vic, Manresa ou Vilafranca) : l’administration civile en tant que telle avait disparu et il ne restait qu’une sorte d’intendance militaire dans un pays en guerre. La Basse-Catalogne passa sous le commandement direct du maréchal Suchet et était administrée comme les provinces d’Aragon et de Valence. Seule la partie septentrionale de la Catalogne, dont le centre se trouvait à Gérone, conserva les caractéristiques formelles de l’annexion.

45De fait, l’érosion du projet de régime civil avait commencé pendant les mois précédents quand les officiers de l’armée demandaient tout bonnement son abrogation car ils la jugeaient incompatible avec le cours de la guerre. Les nécessités de l’armée s’imposaient dans une situation chaque jour plus compromise par les événements. Après le départ du baron de Gérando, véritable alma mater du régime civil dans les territoires où il jouissait d’une relative tranquillité, aucune autre autorité ne voulut se charger d’assumer la mise en œuvre des réformes. Chauvelin, pour sa part, poursuivit l’œuvre de Gérando, mais avec moins d’ambition et de qualités politiques. Les responsables du régime civil en Catalogne expédièrent à Paris de sombres rapports où ils examinaient les maigres résultats obtenus dans différentes branches de l’administration malgré l’hostilité des habitants et aussi des militaires impériaux. En pratique, on vivait dans un régime provisoire, à mi-chemin entre les anciennes dispositions légales et l’application des lois de l’Empire. Cela nous amène à une réflexion intéressante de l’intendant Gérando. Pour lui, il existait deux voies pour réaliser les projets de Napoléon. Soit on administrait un pays en guerre et occupé militairement comme un pays conquis. Soit on l’administrait comme un pays soumis qu’il convenait d’organiser. Et ce n’est que dans ce second cas qu’une administration civile avait des chances de réussir. En revanche, dans le premier cas, un système militaire plus simple était amplement suffisant. Telle était également l’opinion de l’intendant Roujoux : l’administration civile ne fonctionnait pas et ne pouvait pas fonctionner et tous ses efforts étaient inutiles si l’on n’évitait pas l’intromission des militaires dans les affaires. Mais cela ne pouvait pas marcher non plus en raison de la mauvaise volonté des habitants. Gérando, en faisant le bilan du régime civil, soulignait quelques aspects positifs, mais sans triomphalisme. Dans une lettre aux autorités impériales, il reconnaît :

  • 27 Lettre datée du 4 avril 1813 et publiée par Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napo (...)

« J’avouerai franchement à son Excellence que, de toutes les missions que Sa Majesté a daigné me confier, c’est celle-ci qui a donné les plus mauvais résultats. Mais j’oserai dire que c’est à elle que j’ai eu le bonheur de me consacrer le plus entièrement ; je crois qu’il aurait été impossible de faire davantage »27.

46Fin 1813, Suchet se replia définitivement à l’intérieur de la Catalogne pour négocier un armistice avec lord Wellington, armistice qui fut signé le 19 avril 1814 et entraîna l’évacuation successive de toutes les places tout au long du mois de mai.

Une lecture plus attentive des projets de Napoléon

47Nous nous proposons dans ce paragraphe de nous pencher sur certains des projets et réalisations les plus importants dont on retrouve la trace dans les documents conservés. Nous y retrouverons des personnages avec lesquels nous avons déjà fait connaissance, comme Tomás Puig, l’intendant Gérando et le préfet Villeneuve. Cette approche nous permettra de mieux apprécier la portée des politiques de réforme.

  • 28 Rapport présenté à son excellence, le Maréchal d’Empire Macdonald, Duc de Tarente, Gouverneur Géné (...)

48En ce qui concerne l’afrancesado Tomás Puig, nous disposons d’un Rapport qu’il adressa en mai 1810 au maréchal Macdonald, en qualité de corrégidor de Gérone. Dans ce travail, il suivait fidèlement les idées qu’il avait déjà exposées trois mois auparavant à Augereau dans son Projet d’un plan d’Organisation Politique de la Catalogne, qui avait été adressé au gouvernement de l’Empereur. Ce nouveau et long exposé de mai avait entre autres objectifs celui de voir la Catalogne annexée à l’Empire avec la France et Napoléon comme chef de la souveraineté continentale de la grande fédération européenne. Il proposa l’urgente nécessité d’abolir les droits féodaux, réduire le nombre des membres du clergé, et confisquer ses biens. Il tenait aussi pour nécessaire l’introduction du code Napoléon et un système administratif semblable à celui de la France. Du point de vue économique, il réclamait la réactivation et la modernisation de l’agriculture et de l’industrie qu’il convenait d’améliorer tout en respectant la liberté du commerce et en favorisant l’entrée des produits textiles français. Il prônait aussi l’unification des poids et mesures et un système de fiscalité rationnel comme en France. L’exposé se poursuivait par la mise à jour des infrastructures et l’amélioration radicale du système public d’assistance et d’enseignement. Il envisageait également la création d’une garde nationale et d’un corps de police, ce que reprirent par la suite Macdonald et ses successeurs. L’un des plus notoires afrancesados catalans reprenait donc entièrement à son compte le programme de régénération de Napoléon qui, pour un certain nombre d’individus, constituait une véritable révolution, au-delà du simple réformisme si on le compare aux textes de Bayonne et de Cadix. Telle est du moins l’opinion du biographe de Tomás Puig28.

49Si l’on se situe maintenant du point de vue des divers fonctionnaires français arrivés en Catalogne, ils se montrèrent d’entrée optimistes et désireux de faire des réformes. Ils tentèrent de mettre en place une administration impartiale, efficace et paternaliste, sans aucun rapport avec la caste des militaires. Comme il était arrivé tout au long de l’Empire, les intendants et les préfets avaient été formés à l’époque de la République. Plus jeunes, les militaires cherchaient pour leur part à monter en grade et faire une carrière politique. L’intendant baron de Gérando peut être un bon exemple de l’attitude de ces fonctionnaires avides de changements. Intelligent et homme d’expérience, il réalisa un travail considérable dans le département du Ter, celui qui offrait le plus de possibilités, avec sa capitale Gérone et ses 400 agglomérations. Il y fut exemplaire, et il se montra très désireux d’améliorer la situation économique et sociale des habitants, sans négliger l’urbanisme, la culture et l’enseignement. On tint compte de son opinion à Paris quand il demanda que le code civil ne fût pas appliqué tant que la situation militaire ne le permettrait pas et quand il recommanda de rendre la justice en catalan. Ceux qui perçurent le mieux la réalité sociale du territoire qu’ils avaient à gouverner furent Gérando et ses préfets, le chevalier Roujoux (du Ter) ou L. de Viefville des Essars (préfet du Sègre).

  • 29 Voir à ce sujet le travail de Florence Gauthier, « Jacobinisme, terror, dictadura, centralització, (...)

50Voyons un aspect concret qui peut provoquer une certaine perplexité : sa défense de l’utilisation du catalan pour traduire les lois françaises et dans les tribunaux. Ce point fut abordé dans des rapports aussi denses que divers envoyés au duc de Massa, ministre de la Justice. Les raisons que produisait Gérando (qui coïncidait en cela avec Tomás Puig) en faveur de l’utilisation de la langue vernaculaire étaient d’ordre historique et « naturel », étant donné que cette langue avait été employée jusqu’à la guerre de Succession et que le peuple continuait massivement à l’utiliser. Elles étaient aussi d’ordre pratique, car les notaires continuaient de s’en servir pour les transactions, dans les contrats de mariage et les testaments. Il y avait même des raisons politiques car cela renforcerait le lien des habitants avec la France tout en réparant une injustice. Toutefois, depuis presque un siècle, la justice se rendait en castillan et des générations d’étudiants en droit étaient passées par l’université de Cervera, qui avait été créée pour châtier les Catalans et avait détruit tout le système antérieur. Aussi, la réponse d’une commission de juristes catalans consista à défendre l’usage du castillan dans les prétoires étant donné qu’il s’agissait de la langue officielle du monde de la politique et de l’enseignement et qu’il n’y avait pas de gens capables d’utiliser convenablement le catalan et enfin, parce que, comme la Catalogne devait appartenir à la France, il était inutile d’effectuer un tel changement. Quoi qu’il en soit, ce témoignage nous montre la complexité des politiques réformistes et culturelles à cette période et la nécessité de revoir l’équivalence automatique entre projets révolutionnaires et la centralisation. La réponse du ministre de la Justice fut de tenir compte des us et coutumes du pays, mais il demanda une analyse plus approfondie de la question et que l’on s’inspire, en tout état de cause, de ce qui avait été stipulé dans les décrets d’abolition des droits féodaux dans les départements hanséatiques29.

  • 30 Joan Mercader Riba, « Algunos aspectos de la administración napoleónica en tierras de Lérida », in (...)

51Par ailleurs, les fonctionnaires provenaient de véritables dynasties administratives. C’est le cas, pour ce qui nous concerne, du meilleur des quatre préfets, celui des Bouches-de-l’Ebre, Jean-Paul Alban de Villeneuve Bargemont (1784-1850)30. Fils d’un marquis provençal, dont la famille ne se déclara pas entièrement hostile à la Révolution malgré la confiscation d’une partie de ses biens, il devint en 1806 secrétaire de son frère, alors préfet du Lot-et-Garonne, et en 1810 il rejoignit le Conseil d’État en qualité d’auditeur. Il devint ensuite sous-préfet de la lointaine Zierikzee (dans la province de Limburg, en Hollande) avant d’être envoyé en Espagne. Il se mit au travail sans le moindre répit, en amassant les informations dans les domaines économique, social et politique, afin de disposer d’un tableau complet de la situation. Il se renseigna sur l’histoire, la géographie, l’esprit des habitants, les possibilités et les besoins de réformes. Tout au long de 1812, il enverra de longs rapports à Paris, au Conseil d’État et au ministre de l’Intérieur. Villeneuve fut, semble-t-il, un fonctionnaire honnête et cultivé, tout particulièrement soucieux de l’instruction publique et de la réforme de la justice :

  • 31 Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 257.

« S’il faut régénérer quelque partie de l’organisation sociale de ce pays, dit-il, c’est assurément l’administration de la Justice »31.

  • 32 Sur Villeneuve, Maties Ramisa Verdaguer, « El Departament de les Boques de l’Ebre… », op.cit., p.  (...)

52Placé dans une situation totalement différente puisqu’il ne contrôlait qu’une partie du territoire, Villeneuve fut conscient de ses besoins et il les exposa dans un très long rapport dans lequel il détailla les innovations qu’il fallait introduire : le Mémoire statistique, historique et administratif, etc., de janvier 1813, dont nous avons déjà parlé. Parmi les problèmes qu’il signala figurait celui du dépeuplement puisqu’il indiqua que, depuis 1808, le département, qui comptait alors 300 000 habitants, en avait perdu le quart. Une autre difficulté consistait dans le grand nombre d’ecclésiastiques et la grande quantité de terres non-exploitées. Notre préfet souligna également l’importance de la personnalité sociale et politique des Catalans et les difficultés qu’elle entraînait : ils sont sobres et apprécient la justice (notait Villeneuve) mais sont intraitables et sauvages : « L’histoire des siècles passés prouve à quel point le fanatisme Religieux ou National peuvent l’égarer et avec quelle violence »32.

53Les fonctionnaires français s’accordent à reconnaître le rapport extrêmement fort des Catalans à leurs coutumes et anciennes constitutions, le tout sur un fond de sentiment national qui les conduit à détester leurs voisins, alors qu’ils ignorent les idées éclairées en raison de leur soumission à l’Église et qu’ils cherchent à gagner de l’argent par tous les moyens. Ils ne veulent ni des Castillans, ni de la Cour de Madrid, bien qu’ils haïssent davantage encore les Français. Pour ce qui est du commerce, ils se distinguent des autres Espagnols, mais le blocus continental et les diverses crises leur ont porté préjudice. Devant ce tableau, le projet du préfet et de ses collaborateurs consistait à développer efficacement un programme de réformes alliant progrès économique et bien-être social par l’élimination des résidus archaïques du féodalisme et l’amélioration de l’instruction publique qui adoucirait le caractère aussi renfermé des Catalans. La première priorité consistait à adoucir l’occupation, ce qui signifiait entrer en conflit avec les militaires. Villeneuve lui-même envoya à Paris un rapport dans lequel il dénonçait durement la cruauté du gouverneur militaire à Lérida, Henriod, qui dévastait les campagnes et maltraitait la population. Comme l’écrivait de Cervera Armand Chevalier, c’était une « conduite impolitique » qui ruinait la politique d’attrait des civils. Villeneuve proposait une amnistie générale pour tous ceux qui respecteraient ses ordres, de bien traiter les religieux, d’organiser la gendarmerie et de mettre en place un système convenable d’instruction publique. La stabilité politique entraînerait l’amélioration de l’économie. La suppression des ordres religieux et des biens de mainmorte permettrait d’augmenter les possibilités d’acheter des terres. La rationalisation et la simplification des impôts permettraient d’en répartir la charge entre toutes les fortunes et les professions. Telles étaient du moins ses intentions.

54D’autres mesures consistaient à empêcher le recrutement de jeunes gens pour la guérilla, à restituer les terres à leurs propriétaires au cas où la confiscation se révélerait injuste, à créer des ateliers pour les chômeurs et les vagabonds, à supprimer la dîme ou à développer de nouvelles cultures, comme celle de la pomme de terre. En toute honnêteté, les huiles de Catalogne, soigneusement élaborées, rivalisaient avec les meilleures de la Provence. C’était donc un projet qui permettrait d’établir un gouvernement éclairé et paternel qui permettrait la croissance économique, comme en témoignait l’amélioration de l’organisation des douanes dont on entendait tirer un grand bénéfice. Sur le plan social, Villeneuve reconnaissait que l’armée occupait les établissements de charité et que pour cette raison beaucoup de malades et d’enfants abandonnés se trouvaient dans une situation désespérée. Sur ce point, il faut ajouter que Gérando déplorait également dans ses rapports la situation d’un grand nombre de pauvres à Gérone et à Barcelone et affirmait qu’il fallait trouver une solution.

55En ce qui concerne l’instruction publique, Villeneuve préconisa le rétablissement de l’université de Barcelone et la création de lycées dans les chefs-lieux de district. C’est là sans doute l’un des premiers projets modernes de réorganisation de la carte universitaire et des études supérieures en Catalogne. Le projet prévoyait également une réduction considérable du nombre d’ecclésiastiques, essentiellement, parmi le clergé régulier (de 4000, on passerait dans le département à 450), qui devraient se montrer partisans des nouvelles institutions et œuvrer à ce que le peuple les accepte plus volontiers. Enfin, les réformes touchaient également le domaine judiciaire avec l’installation d’un tribunal de première instance dans chaque district et d’un tribunal de commerce, entre autres, à Reus. Il fallait appliquer avec prudence la législation française parce que :

  • 33 Ibid., op.cit., p. 46.

« Le Code Napoléon renferme plusieurs dispositions contraires aux anciennes coutumes établies, relatives aux droits de cens, droits feudaux, etc. l’on sentira, peut-être, la nécessité de modifier ces dispositions. Il seroît à désirer surtout qu’il n’eut point d’effet rétroactif sur ce que [sic] existe déjà »33.

56De façon fort significative, ce point de vue coïncidait très précisément avec celui de Gérando. En un certain sens, ce dernier pensait que la « permissivité » des pratiques catalanes féodales favorisait l’introduction des lois de l’Empire, même si les privilèges de certaines bourgades ou villes ou ceux dont jouissait le clergé en rendraient l’application difficile, sans parler des problèmes entraînés par la reconnaissance du divorce ou l’abolition du droit d’aînesse. La réalité toutefois dépassait ces calculs. La logique de la guerre exigeait une extraordinaire pression fiscale imposée par la violence à des populations qui n’avaient plus rien. Les sommes prélevées correspondaient à quatre ou cinq fois les montants habituels. Un tel système, disait le préfet, fortifiait l’insurrection en ruinant la population et, en étant une véritable catastrophe pour l’agriculture et ce qui procurait sur le champ des ressources importantes à l’armée, annihilait « toutes les Ressources de l’avenir ». Dans un tel contexte, les partisans de Napoléon avaient les plus grandes difficultés à pourvoir les charges municipales. Les deux départements du Sud étaient pratiquement incontrôlés et la corruption sévissait partout, surtout dans les douanes. Les confiscations de terres se faisaient sans être officiellement enregistrées et pour parer au plus pressé. Aussi, pendant l’été de 1812, ce qui semblait devoir être un grand processus de réformes et de modernisation mené par les émissaires de l’administration impériale se heurtait à toute sorte d’obstacles. L’amélioration de l’instruction et de l’assistance publiques demeura un vœu pieu. Les travaux publics étaient réalisés par des ouvriers réquisitionnés. Les impôts étaient levés à la force des armes, sans intervention de l’administration civile. Villeneuve ne put installer des municipalités afrancesadas qu’à Tortosa et ses alentours, Tarragone et Lérida, pas plus que des organismes comme les conseils de préfecture ou les collèges électoraux. Comme partout en Catalogne, il ne put publier les lois napoléoniennes. Au printemps de 1813, les noirs nuages de la guerre apportaient de mauvaises nouvelles du front de l’Europe orientale. La préfecture de Bouches-de-l’Ebre était supprimée et l’on avait le sentiment de n’avoir parcouru que la moitié du chemin qui séparait les projets de réformes audacieux et pleins d’espoir et la réalité la plus prosaïque.

Un bilan provisoire de l’expérience napoléonienne

57L’occupation napoléonienne se caractérisa finalement par la rapacité avec laquelle elle fit payer à la population les frais d’occupation, et arracha butin et récompenses pour les officiers supérieurs. Une rapacité que rendit plus évidente encore la résistance des Catalans. Le pouvoir réel fut aux mains des gouverneurs militaires qui n’eurent aucune considération pour l’appareil politique et administratif du nouveau régime. Cette politique militaire comportait une importante contradiction car elle rendait plus difficile l’intégration des élites, aussi bien celles des groupes aisés que de celles qui formaient l’opinion publique ainsi que celles des paysans en général. Les problématiques conjoncturelles obligèrent donc à laisser de côté les réformes les plus importantes. Les principales difficultés vinrent de l’évolution du cours de la guerre et de l’épuisement fiscal de la population. L’efficacité des instruments administratifs en fut affectée et, face à cette situation, l’élite française ne parvint pas à se mettre d’accord, alors même qu’apparut un manque de concordance entre les priorités des politiques et des militaires. Dans un tel contexte, les efforts des administrateurs civils furent en grande partie réduits à néant par le comportement et les exigences des militaires. Le cas du projet du préfet Villeneuve en est un bon exemple, tout comme les limites de la politique d’Augereau et des intendants et préfets de la Haute-Catalogne. Cet effort fut conditionné, au reste, par les particularités de la Catalogne au sein de l’ensemble du royaume de Joseph et aussi au sein de l’ensemble de l’Espagne résistante.

58L’attitude des officiers et des soldats, représentait l’aspect le plus critiquable et le plus répréhensif de la politique de l’Empereur avec leurs abus de pouvoir, leur cruauté, les destructions et les sévices envers la population civile comme par exemple quand la cavalerie faisait manger à ses chevaux les céréales avant qu’elles ne soit fauchées. Les chefs de l’armée, soucieux de la pacification du territoire, eurent les plus grandes difficultés à accepter l’administration civile, à affecter des soldats à des escortes et à renoncer aux tribunaux militaires. Alors que les mesures prises dans le domaine de l’administration civile pouvaient susciter l’opposition ou simplement l’indifférence, celles prises par les militaires engendraient la haine de la majorité de la population.

  • 34 Deux exemples dans Francisco Miranda Rubio, « Tributación francesa en Navarra durante la Guerra de (...)

59Dans ce bilan des projets de Napoléon, nous insistons sur le fait que l’effort administratif fut surtout consacré à récolter les impôts et assurer directement l’approvisionnement des troupes. Cela a été suffisamment prouvé par les analyses réalisées dans une perspective micro34. L’ensemble de ces projets constitue un essai éphémère qu’il faut toutefois apprécier à sa juste mesure par l’ampleur de l’effort de mise en œuvre et de reconstruction. Par exemple, le système fiscal français fut en vigueur à Barcelone et dans certains points de la Haute Catalogne et l’on voulut l’étendre à toute la principauté. Mais cela ne fut pas possible et les essais pour évaluer la richesse selon le système napoléonien furent infructueux. En revanche, furent bel et bien abolis les privilèges de la noblesse et du clergé qui durent payer l’impôt comme tout citoyen. Mais la guerre vint encore perturber ce processus d’afrancesamiento. Seul le département du Ter fut entièrement contrôlé par les fonctionnaires et cela, jusqu’au milieu de 1813.

60Dans un autre ordre d’idées, il est vrai que l’on créa une institution judiciaire, une audience de type français, et un corps de police, le premier de son espèce. Alban de Villeneuve considérait la « régénération de la justice » comme un sujet qui, avant toute autre chose, réclamait une solution immédiate. Pour cela, les Français n’hésitèrent pas à penser que l’application concrète des lois de l’Empire passait par une certaine adaptation à la réalité sociale et à la tradition juridique catalanes. Mais là encore, tous les projets furent reportés à la pacification complète du territoire. Il en va de même en matière d’indigence, d’hôpitaux et de centres d’assistance, de l’ouverture de nouvelles routes et de la remise en état des communications, de l’amélioration de l’hygiène et de la salubrité dans les agglomérations, la création d’un service de ramassage des ordures et de la vaccination obligatoire. Outre les projets de réforme de l’instruction publique, on développa le théâtre, on créa des bibliothèques, des jardins et des promenades et l’on voulut faire disparaître des villes les traces horribles des combats les plus récents qui, soit dit en passant, causèrent les plus grands dégâts. Cependant le point noir restait l’économie, malgré la réglementation sur les marchés et les poids et mesures. On eut beau rétablir la Junte de Commerce et attirer les patriciens de Barcelone par des prébendes, le prix à payer était trop élevé : le libre commerce et la pénétration sans taxe des produits français. De ce point de vue, l’option du marché méditerranéen (naguère contrôlé) n’avait pas de sens quand on la comparait à la sûreté qu’offraient les liens étroits avec le marché américain et un marché intérieur espagnol dynamique.

61Reste à savoir en quelle mesure la population civile collabora avec les Français. Certains affirment qu’elle le fit plus qu’on ne l’imagine. Cette collaboration put être plus importante au niveau local qu’au niveau général. Par exemple, là où fut mise en œuvre la réforme de l’administration locale comme on peut le voir dans un certain nombre de localités de l’intendance du Ter. Les nouveaux conseils communaux et municipalités furent composés de notables du monde du commerce, de riches propriétaires et de professionnels, au delà donc des formes de représentation de l’ancien régime. Toutefois, c’est un point qui devrait faire l’objet d’une recherche spécifique. L’institution la plus afrancesada fut la municipalité, appelée “mereria”, d’après une exécrable traduction du mot mairie. C’était une institution importante, directement située sous le préfet dans la pyramide hiérarchique, qui disposait d’amples pouvoirs sur l’administration de la ville puisqu’elle assumait les fonctions des anciens corrégidors et doyens municipaux. Une autre nouveauté consista dans l’élaboration, pour la première fois, d’un budget annuel de revenus et dépenses qui devait être contrôlé par les autorités économiques supérieures.

62Toutefois, la précarité de la situation militaire et politique empêcha l’implantation du régime civil dont les bases ne purent même pas être consolidées. Pour qu’il puisse fonctionner, il fallait que le pays fût soumis et prêt à être réorganisé et non pas qu’il fût administré comme un pays conquis et en état de guerre permanent. La première (et définitive) rupture avec le régime civil survint en mars 1813, précisément quand Suchet, avec l’accord de Paris, mit un terme à l’organisation administrative de la Catalogne et sépara les territoires du sud pour les regrouper avec le district militaire de l’Aragon.

63Dans un autre ordre d’idées, malgré les problèmes et les limites de l’exercice, il conviendrait de nuancer le schéma interprétatif qui découle des excellents essais de Pierre Vilar et de la biographie (passionnée et passionnante) de Lluís Maria de Puig. Peut-être faudrait-il remettre sur le tapis les idées de ce dernier quand il affirme que le programme de l’afrancesado Tomás Puig allait bien au delà d’un décalogue d’idées éclairées. Puig proposa une véritable transformation de la société catalane, à l’ombre et sous la tutelle bénéfique de l’Empire français, qui aurait entraîné une véritable révolution politique et sociale. Non seulement il voulut abolir les privilèges de la noblesse et implanter le code civil de Napoléon. Il refusa catégoriquement de maintenir le Saint-Office et il se montra beaucoup plus radical que bien d’autres envers l’Église. Il voulut lui aussi en limiter l’influence en la plaçant sous le contrôle de l’État, recommanda la suppression des ordres religieux et la réduction du nombre de membres du clergé. Il ne faut pas oublier l’importance capitale que Tomás Puig et tous les observateurs français accordèrent au fanatisme religieux et notre personnage se montra même, en la circonstance, moins disposé à composer que les autorités impériales. On ne trouve dans sa pensée aucune trace de ce type de libéralisme espagnol que l’historiographie a qualifié de partisan d’un modèle de « nation catholique ».

  • 35 Pierre Vilar, « Ocupació i resistència… », op.cit., p. 127. Le ton provocateur et salutaire du maî (...)

64Toutefois, l’historiographie catalane a sans doute uniquement retenu la tentative d’administration civile d’Augereau en opposition à la dimension prise par les projets de régime civil de 1812 et l’implication personnelle de Gérando, Villeneuve ou Decaen. On s’est également trop focalisé sur le « gouvernement catalan » d’Augereau, alors que son attitude n’a pas été aussi exceptionnelle que cela. Nous retrouvons les mêmes positions historicistes et particularistes dans les débats des Cortès de Cadix dans la bouche de députés comme Capmany et Felip d’Aner. Ce n’était pas non plus la première fois que la France offrait à la Catalogne un status différent de l’Espagne comme on peut le voir dans les propositions que firent les républicains en 1794, c’est-à-dire en pleine guerre. En fait, il s’agit d’une problématique qu’il faut appréhender dans son ensemble comme le fait l’historiographie depuis plusieurs années en considérant le cycle 1793-1814. Toutefois, il est beaucoup plus périlleux de soutenir encore aujourd’hui que les idées de Tomás Puig annonçaient l’histoire du catalanisme ou qu’il était un lointain précurseur du théoricien conservateur catalan du début du xxe siècle, Prat de la Riba35. En tout état de cause, les idées de Tomás Puig étaient des idées libérales formulées dans un contexte extrêmement précis, qui ne correspondaient pas obligatoirement au concept de nation politique, mais se rapprochaient en revanche davantage de celui de « nation de nations ».

  • 36 Une excellente synthèse de la période in Esteban Canales Gili, La Europa Napoleónica, 1792-1815, M (...)

65La Catalogne ne fut pas le seul exemple de la précarité des réformes de Napoléon. Il s’en faut de beaucoup. Le code civil ne fut pas appliqué de façon uniforme en Europe et partout il faut faire la différence entre promulgation et application réelle. Le duché de Varsovie, où la corvée ne fut jamais abolie, en fournit un exemple extrême. À Baden, on approuva le code civil en 1808, mais tout en maintenant le régime féodal. En Hollande, on maintint la dîme. Par ailleurs, l’expérience bien connue du laboratoire que constitua le Royaume de Westphalie ne peut pas être extrapolée à l’ensemble de la Confédération du Rhin, même si elle devait servir de modèle36.

  • 37 Lluís Roura Aulinas, Subjecció i revolta en el segle de la Nova Planta, Vic, Eumo, 2005, et l’édit (...)

66En Catalogne, la réalisation des projets de Napoléon n’a rien à voir avec la bonne ou mauvaise réception de ceux-ci par les élites, leur bonne ou mauvaise volonté pour appliquer le code civil ou assumer les changements comme ce fut semble-t-il le cas dans d’autres pays d’Europe. En ce qui concerne la Catalogne, une mesure comme le service militaire, ou la levée en masse, n’avait pas de sens en fonction de ses traditions militaires comme on put le voir avec la grande révolte de 1773 quand on voulut imposer la conscription37. Cette mesure entraînait un rejet extraordinaire, ce que savaient parfaitement les autorités françaises et faut-il le dire ? - espagnoles. C’est qu’au delà des proclamations et de la rhétorique de propagande, les uns et les autres durent affronter la réalité quotidienne qu’imposait une société qui luttait pour sa survie tandis que d’autres avaient recours au sommâtes, à la guérilla ou souvent à la désertion pour fuir leur infortune.

Notes

1 Une excellente synthèse dans Jordi Maluquer de Motes I Bernet, Història econòmica de Catalunya, segles XIX i XX, Barcelona, Proa, 1998, et dans Josep Fontana Lázaro, La fi de l’Antic Règim i la industrialització, 1787-1868, Barcelona, Edicions 62, 1988.

2 L’œuvre bien connue de Pierre Vilar, Catalunya dins l’Espanya moderna. Recerques sobre els foanaments econòmics de les estructures nacionals, Barcelona, Edicions 62, 1964-1968.

3 Les travaux du professeur Antoni Moliner Prada se situent dans le cadre d’un ample programme de recherche sur les Juntes. On se reportera tout particulièrement à La Catalunya resistent a la dominació francesa (1808-1812), Barcelona, Edicions 62, 1989 ; il convient également de signaler un récent congrès qui s’est tenu à Barcelone en 2005, dans une perspective espagnole et catalane, Antoni Moliner Prada (coord.), Ocupació i resistencia a la guerra del francès, 1808-1814. Barcelona, L’Avenç, 2007.

4 Nous nous référons aux travaux de Joan Mercader Riba, Barcelona durante la ocupación francesa (1808-1814), Madrid, CSIC, Instituto Jerónimo Zurita 1949, et à sa Catalunya i l’imperi napoleònic, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1978. Un texte pionnier est celui de Pierre Conard, Napoleón et la Catalogne (1808-1810), París, Félix Alcan, 1910. Un autre classique réédité récemment est la recompilation des écrits publiés entre 1910 et 1938 par Carles Rahola, Girona i Napoleó. La dominació francesa a Girona i altres estudis napoleònics, edición y prólogo de Lluís Maria de Puig, Girona, Fundació Valvi, 2007.

5 Nous nous référons aux travaux de Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic (Catalunya vista pels oficials de l’exèrcit de Napoleó), Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1995, et du même auteur, Polítics i militars a la Guerra del Francès (1808-1814), Lleida, Pagès editors, 2008.

6 Antoni Moliner Prada, Catalunya contra Napoleó : la Guerra del Francès (1808-1814), Lleida, Pagès editors, 2008, et Josep Fontana Lázaro, La guerra del Francès, 1808-1814, Barcelona, Pòrtic, 2008.

7 Un exemple dans El viatge de Henry Swinburne a Catalunya i el País Valencià, edición de Alfons Ginés y Enric Dolz, Simat de Valldigna, La Xara, 2006, 124 págs. Voir aussi l’édition de l’Histoire de Jenni, de Voltaire, publiée en 1775, où il exprime sa vision négative des Espagnols et souligne le caractère sauvage et non dépourvu de fanatisme religieux des Catalans dans le contexte de la Guerre de Succession (1714).

8 E. Vigo, La política catalana del Gran Comité de Salut Publica, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1956, et plus récemment Jean-René Aymes, La guerra de España contra la Revolución Francesa (1793-1795), Alicante, Instituto de Cultura “Juan Gil-Albert”, 1991, et Lluís Roura I Aulinas, Guerra Gran a la ratlla de França. Catalunya dins la guerra contra la Revolució Francesa, 1793-1795, Barcelona, Curial, 1993.

9 Nous insistons de nouveau sur la valeur de la documentaton publiée par Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit.

10 Nous disposons de deux études minutieuses : celle de Joan Mercader Riba, « Una memoria estadística del Prefecto napoleónico de Lérida. Alban de Villeneuve », in Aportación al estudio de la Guerra de la Independencia en Lérida, Lleida 1947, p. 9-43, et celle de Maties Ramisa Verdaguer, « El departament de les Boques de l’Ebre », en DDAA, Guerra Napoleónica a Catalunya (1808-1814). Estudis i documents, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1996, p. 39-50. Il s’agit de la Mémoire statistique, historique et administratif, présentant le Tableau du Département des Bouches de l’Ebre, avant la guerre, les chángements qu’elle a éprouvé depuis la guerre et sa situation, de janvier 1813, 100 p.

11 Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 349-352.

12 Op.cit., p. 360-361.

13 Voir l’étude remarquable d’Esteban Canales Gili, « Patriotismo y deserción durante la Guerra de la Independencia en Cataluña », in Revista Portuguesa de Historia, Coimbra, vol. XXIII, 1988, p. 271-300.

14 Un des textes pionniers est dû à Frederic Camp y Llopis, Contribución al estudio de la administración de Barcelona por los franceses (1808-1814), Barcelona, Escuela Salesiana, 1920 ; le livre de Joan Mercader Riba, José Bonaparte, rey de España, 1808-1813. Estructura del estado español bonapartista, Madrid, CSIC, 1983 a constitué un apport à cette question ; cf. également Maties Ramisa Verdaguer, « La administración bonapartista », et Antoni Moliner Prada (ed.), La Guerra de la Independencia en España (1808-1814), Barcelona, Ed. Nabla, 2007, p. 355-384.

15 Pierre Vilar, « Ocupació i resistència durant la Guerra Gran i en temps de Napoleó », in id., Assaigs sobre la Catalunya del segle XVIII, Barcelona, Curial, 1979, p. 93-131, en particulier, p. 113.

16 Joan Mercader, Catalunya i l’imperi napoleònic..., op. cit., p. 42-44.

17 Voir les articles écrits sur ce personnage par Carles Rahola, Girona i Napoleó…, op. cit., p. 354-362, et de nouveau Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 193-194. En ce domaine, on dispose de l’ouvrage classique de Miguel Artola, Los afrancesados, Madrid, CSIC, 1953, et de celui, plus novateur, de Juan López Tabar, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1808-1833), Madrid, Biblioteca Nueva, 2001.

18 Lluís Maria de Puig I Oliver, Tomàs Puig : catalanisme i afrancesament, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1985. Un essai de synthèse dans Enric Riera Fortiana, Els afrancesats a Catalunya, Barcelona, Curial, 1994 (première édition, en castillan, 1975). Lluís Maria de Puig a fait partie du courant d’interprétation générale représenté par H. Juretschke, Los afrancesados en la guerra de la independencia : su génesis, desarrollo y consecuencias históricas, Madrid, Rialp, 1962.

19 L’expression est de Pierre Vilar, « Ocupació i resistencia… », op. cit., p. 127. Son analyse est fidèlement suivie par Lluís Maria de Puig.

20 Ce volumineux et intéressant document daté de Barcelone, le 25 mars 1810, a été publié par Joan Mercader Riba, Catalunya i l’imperi napoleònic…, op. cit., p. 126-129.

21 Joan Mercader Riba, « Las divisiones territoriales napoleónicas en el Principado de Cataluña », in Estudios Geográficos, núm. 35, Madrid, (mayo 1949), p. 198-251. Il y eut une autre division (élaborée par le mathématicien José de Lanz, qui ignorait tout de la situation en Catalogne) qui fut approuvée le 17 avril 1810 par le gouvernement de Joseph I et fit l’objet d’une publication. La Catalogne y était divisée en quatre préfectures. Cette décision n’eut aucune influence sur les gouvernements particuliers décrétés par l’Empereur. Voir Jesús Burgeño, Història de la divisió comarcal, Barcelona, Rafael Dalmau, 2003.

22 Telle est la conclusion à laquelle arrive, après avoir examiné la correspondance entre les plus hautes autorités, Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 203-204.

23 Cf. Petit dictionnaire des Hommes qui on figuré en Catalogne depuis le mois de février de 1808 et de ceux qui y figurent aujourd’hui, mars 1811.

24 Joan Mercader Riba, Catalunya i l’imperi napoleònic…, op.cit., p. 148.

25 Comme l’indique cet auteur, l’envoi des fonctionnaires et l’organisation financière, judiciaire et administrative des départements furent contrôlés par le Conseil d’État et le Ministère de l’Intérieur. Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 223.

26 Marie Costa, « Mujeres y divorcio en Cataluña, antes y después de la “guerra del francés” », comunication non publiée présentée au congrès La Guerra del Francès als territoris de Parla Catalana (1808-1814), le Bruc, 23, 24 et 25 mai 2008.

27 Lettre datée du 4 avril 1813 et publiée par Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op.cit., p. 276.

28 Rapport présenté à son excellence, le Maréchal d’Empire Macdonald, Duc de Tarente, Gouverneur Général de Catalogne : par le Docteur, Don Thomas Puig, Corrégidor du Corrégiment de Geronne, en Mai, 1810, reproduit par Lluís Maria de Puig I Oliver, Tomàs Puig : catalanisme i afrancesament…, op.cit., p. 137-156.

29 Voir à ce sujet le travail de Florence Gauthier, « Jacobinisme, terror, dictadura, centralització, sobiranisme. La Revolució Francesa és un monstre polític ? », in CCEPC, Republicans i republicanisme a le terres de parla catalana, Barcelona, Cossetània edicions, 2008, p. 37-52, où l’auteur défend une conception jacobine de centralisation du pouvoir politique en matière législative tandis que l’exécution et le contrôle des lois se ferait de façon décentralisée à l’échelon municipal. Notions de caractère politique et non culturel. Sur ce débat, cf. Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op.cit., p. 258-260 ; ce thème avait déjà été abordé par Joan Mercader Riba, Catalunya i l’imperi napoleònic…, op.cit., p. 232-235.

30 Joan Mercader Riba, « Algunos aspectos de la administración napoleónica en tierras de Lérida », in Ilerda, núm. 8, Lleida (1947), p. 51-72.

31 Maties Ramisa Verdaguer, Els catalans i el domini napoleònic…, op. cit., p. 257.

32 Sur Villeneuve, Maties Ramisa Verdaguer, « El Departament de les Boques de l’Ebre… », op.cit., p. 42.

33 Ibid., op.cit., p. 46.

34 Deux exemples dans Francisco Miranda Rubio, « Tributación francesa en Navarra durante la Guerra de la Independencia », in Antoni Moliner Prada (coord.), La Guerra de la Independencia…, op.cit., p. 425-485 et Maties Ramisa Verdaguer, La Guerra del Francès al Corregiment de Vic (1808-1814), Vic, Eumo, 1993.

35 Pierre Vilar, « Ocupació i resistència… », op.cit., p. 127. Le ton provocateur et salutaire du maître Pierre Vilar n’exclut pas que, bien des années après, il faille le relire et formuler des nuances critiques.

36 Une excellente synthèse de la période in Esteban Canales Gili, La Europa Napoleónica, 1792-1815, Madrid, Càtedra, 2008.

37 Lluís Roura Aulinas, Subjecció i revolta en el segle de la Nova Planta, Vic, Eumo, 2005, et l’édition de Precauciones contra alborotos, motines y rebeliones en la plaza de Barcelona, de Pedro de Lucuce, Vic, Eumo/Institut Universitari d’Història Jaume Vicens Vives, 2002.

Notes de fin

* Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche HUM2005-01118 de la Direction Générale de Recherche du MEC espagnol.

Auteur

Universidad Autónoma de Barcelona

Rosa Mateu (Traducteur)

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540