Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Espagne en 1808

 | 
Gérard Dufour
, 
Elisabel Larriba

I - Conception et perceptions du projet impérial pour l’Espagne

Le projet politique de Joseph I

Gérard Dufour

Texte intégral

  • 1 Roederer (comte), Bonaparte me disait… Conversations notées par le comte P.L. Roederer [préface de (...)
  • 2 Ibid., p. 120
  • 3 Bertrand (général, grand maréchal du Palais), Cahiers de Sainte-Hélène. Journal 1818-1819. Manuscri (...)
  • 4 Louis-Joseph-Amour Bouillé (marquis de), Souvenirs et fragments pour servir aux mémoires de ma vie (...)
  • 5 Bernard Narbonne, Joseph Bonaparte. Le Roi philosophe, Paris, Hachette, 1949.
  • 6 Gabriel Girod de l'Ain, Joseph Bonaparte. Le roi malgré lui, Paris, Librairie Académique Perrin, 19 (...)
  • 7 Henri Beyle Journal, vendredi 11 octobre 1811, in Stendhal, Œuvres intimes de Stendhal, texte établ (...)
  • 8 Stanislas Girardin, Mémoires, Journal et Souvenirs, deuxième édition, Paris, chez Moutardier, libra (...)

1« Ils ne veulent pas de lui », dit Napoléon à Roederer en parlant de son frère Joseph qu’il avait installé sur le trône d’Espagne, « Ils le regardent comme incapable. Ils ne veulent pas d’un roi qui est toujours avec les femmes à jouer à cache-cache »1. Ce ne fut pas la seule fois où l’Empereur s’emporta contre le peu d’intérêt qu’aurait manifesté son aîné pour les affaires publiques et les mémoires de Roederer abondent en jugements tout aussi définitifs. Même s’il l’accusa d’avoir voulu être « tout à fait roi »2, pour lui, Joseph Bonaparte n’avait pas l’étoffe d’un souverain et était même « le plus mauvais chef de gouvernement possible ». Les Cahiers de Sainte-Hélène du général Bertrand, qui a recueilli cette qualification pour le moins sévère, constituent eux aussi un florilège de jugements peu flatteurs de l’ex-empereur des Français sur les qualités de son aîné comme homme d’État et comme militaire3. Cette opinion fut partagée par la plupart des officiers supérieurs qui prirent part à la guerre d’Espagne4 et les historiens ne se sont guère montrés plus charitables à son égard. Et pour Bernard Narbonne, qui le qualifia de roi malgré lui5 et pour Gabriel Girod de l’Ain, qui vit en lui un roi philosophe6, il ne fit aucun doute que Joseph Bonaparte ne s’était pas montré intéressé par l’exercice du pouvoir. Certes, comme le nota avec admiration et énormément d’envie Henri Beyle dans son journal, Joseph Bonaparte, malgré le poids des couronnes sut « s’amuser », « chose assez rare », ajoutait-il, « chez MM. les rois »7. Cela ne l’empêcha pas d’avoir « une certaine idée » de ce qu’impliquait sa fonction de souverain et même un programme politique pour le royaume d’Espagne quand il accepta, sans doute plus volontiers que l’on a l’habitude de le dire8, d’être « roi d’Espagne et des Indes » par la grâce de Dieu, de la Constitution … et de son frère.

La monarchie constitutionnelle

  • 9 « Traité signé à Bayonne le 7 juillet 1808 entre l’Empereur Napoléon et son frère Joseph pour l’avè (...)
  • 10 « Traité conclu à Bayonne le 15 juillet 1808 entre l’Empereur Napoléon et le Grand Duc de Berg et d (...)
  • 11 Article VI de la Constitution de Bayonne : « Juro sobre los santos evangelios respetar y hacer resp (...)
  • 12 « Vitoria, 12 de julio de 1809. Subiendo al trono, cuento con almas generosas que me ayuden a que e (...)
  • 13 Bibliothèque de l’Institut de France, Mss 5569, Joseph Bonaparte et Julie Clary, document 93 (de la (...)

2Parmi les principes politiques de Joseph Bonaparte figure au premier plan son attachement pour un régime constitutionnel. De ce point de vue, il est très significatif de constater qu’il ne laissa pas à son successeur, Murat, le soin de promulguer la constitution qu’il avait fait élaborer pour le royaume de Naples et des Deux Siciles, mais qu’il tint à la publier lui-même, à Bayonne, alors même que sa nomination comme roi d’Espagne et des Indes avait été non seulement annoncée par Napoléon, mais reconnue par les députés aux Cortès ou Assemblée nationale espagnole réunie dans cette ville. Comme s’il ne pouvait achever son règne napolitain sans avoir accompli cette sorte de mission. Cette constitution revêtait à ses yeux une telle importance que l’Empereur s’engagea à la maintenir et à la faire appliquer. Une première fois, dans le traité qu’il signa avec Joseph le 7 juillet 1808 pour lui transférer ses « droits » sur la couronne d’Espagne et des Indes en échange du royaume de Naples et des Deux Siciles. La seconde, le 15 du même mois, en signant un traité semblable avec le grand-duc de Berg et de Clèves pour lui céder le trône que venait de lui restituer son frère. Dans ces deux textes, si semblables, on note toutefois une différence. Dans le premier, la paternité de la constitution du royaume de Naples est partagée entre l’Empereur et Joseph9. Dans le second, elle est attribuée exclusivement à Joseph, Napoléon n’apparaissant que comme celui qui s’était borné à approuver un texte qui lui avait été proposé10. Dans le cas de la constitution de Bayonne, l’affaire est claire et l’initiative en revint exclusivement à l’Empereur. Mais pour Napoléon, la Constitution n’engageait, comme les promesses, que ceux qui croyaient en elle. Et donc pas lui. Joseph, lui, s’estima engagé par cette constitution qu’il avait signée et qui l’obligeait à conserver l’intégrité et l’indépendance de l’Espagne et de ses territoires, respecter et faire respecter la liberté individuelle et la propriété, et gouverner dans le seul intérêt, du bonheur et de la gloire de la nation espagnole11. Il s’y référa explicitement lors de la première proclamation qu’il adressa aux Espagnols de Vitoria le 12 juillet 180812. Mais surtout, il tint à renouveler son serment de fidélité à la constitution à l’occasion du Te Deum auquel il assista lors de sa rentrée dans Madrid, le 23 janvier 1809. Ce geste, et le discours qui l’accompagna, provoquèrent l’admiration de la reine Julie et de la reine mère qui la lui témoignèrent dans des lettres aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’Institut de France13. Mais le renouvellement de son serment de Bayonne provoqua aussi la fureur de Napoléon, qui estimait que la rébellion contre Joseph avait rendu caduc tout ce qui avait été établi antérieurement et qu’il détenait désormais exclusivement du droit de conquête la couronne d’Espagne qu’il venait de céder à nouveau à son frère. Mais Napoléon eut beau manifester son mécontentement et sa désapprobation en faisant interdire toute allusion à ce fait dans les journaux, Joseph n’en persista pas moins, et, jusqu’à la fin, il continua à signer tous ses actes en qualité de « roi d’Espagne et des Indes par la grâce de Dieu et la Constitution ».

Recommencer les réformes faites à Naples

3Nous ignorons ce que savait ou ne savait pas Joseph de l’Espagne quand il accepta d’en être le roi. Sans doute n’était-il pas mieux informé que l’Empereur. Mais pour lui, la tâche qui l’attendait était exactement la même que celle qu’il avait trouvée à son arrivée à Naples, notamment en matière de finances publiques. Il le dit très clairement dans une lettre qu’il adressa de Bayonne à Roederer le 17 juin 1808 pour lui annoncer que l’Empereur avait l’intention de faire de lui son ambassadeur à Madrid :

  • 14 P. L. Roederer, Œuvres du comte P. L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, publiées par (...)

« les abus et les réformes à faire en Espagne seront les mêmes qu’à Naples [lui disait-il] tout est à peu près dans le même état, et je compte sur votre assistance pour payer les dettes et mettre les finances de ce pays en bon état. Portez dans ce but tout ce que vous jugerez pouvoir vous être utile dans ce but ; il faut vous imaginer que ce sont les finances de Naples à recommencer »14.

  • 15 « Avec Joseph, l’expédition d’Espagne était impraticable. Il ne voulait pas faire ni laisser faire. (...)
  • 16 Suplemento a la gazeta de Madrid del martes 21 de junio de 1808, p. 621.
  • 17 « Escribió [Jovellanos] al rey José, dándole gracias, diciendo que no podía aceptar por falta de sa (...)
  • 18 Gazeta de Madrid del jueves 21 de julio de 1808, n° 93, p. 856-860
  • 19 « Las principales miras que nos han dirigido en este trabajo han sido : 1°/ la conservación de nues (...)
  • 20 Relación general sobre la situación del reino de Nápoles en los años de 1806 y 1807, presentada al (...)
  • 21 Gazeta de Madrid del lunes 2 de enero de 1809, p. 12.

4De l’aveu même de Napoléon, Joseph n’avait « pas trop mal réussi à Naples », même s’il estimera en fin de compte, que Murat s’était montré supérieur à lui15. Il arrivait en Espagne précédé d’une flatteuse réputation de réformateur. Azanza y fit allusion lors de l’Assemblée nationale de Bayonne en remerciant l’Empereur d’avoir donné comme roi aux Espagnols, en la personne de Joseph Napoléon, un prince juste et bon qui, à Naples, avait fourni des preuves indubitables de sa volonté de ne se soucier que du bonheur de ses sujets16. Jovellanos lui-même (du moins, selon Juan Antonio Llorente) se fit l’écho d’une telle réputation dans la réponse qu’il adressa au roi pour décliner l’offre qu’il lui avait faite de le nommer ministre de l’Intérieur17. Pour Joseph, son bilan à Naples était son programme pour l’Espagne. Il le manifesta lors de son éphémère premier règne en faisant paraître un long article (de cinq pages) sous la rubrique « Reino de Nápoles » dans la Gazeta de Madrid du 21 juillet 180818. On y trouvait notamment la proclamation qu’il avait adressée le 2 juillet à ses sujets napolitains pour leur communiquer la constitution qu’il leur léguait. On pouvait ainsi prendre connaissance des principes qui l’avaient guidé : respect de la religion ; création d’un trésor public distinct du patrimoine royal ; création d’un corps intermédiaire et d’un parlement national dont la mission était d’éclairer le souverain ; mise en place d’une justice indépendante devant laquelle tous les citoyens seraient égaux ; mise en place d’une administration municipale et consolidation des organismes créés afin d’apurer la dette publique19. Et, quand il put envisager de s’installer de nouveau comme souverain dans le palais royal de Madrid, fin décembre1808, Joseph revint sur son bilan napolitain, en faisant publier un état de la situation du royaume de Naples en 1806 et 1807 que lui avait ou aurait adressé son ministre de l’intérieur, Miot de Mélito, le 28 mars 180820. L’ouvrage, traduit de l’italien, fit l’objet d’un tirage in-quarto (dont on ne conserve pas, semble-t-il, d’exemplaire) et les Madrilènes purent en faire l’acquisition au bureau de la Gazeta de Madrid au prix de cinq réaux l’exemplaire21. Mais en fait, personne n’eut à débourser cette somme (d’ailleurs fort élevée pour une plaquette qui ne comptait pas plus d’une vingtaine de pages), car avant même d’annoncer la mise en vente de cet opuscule, la Gazeta de Madrid en avait publié le texte intégral dans divers suppléments, gratuitement distribués aux abonnés et acheteurs du numéro du jour.

  • 22 Suplemento a la Gazeta de Madrid del jueves 25 de diciembre de 1808, p. 1695-1698; Suplemento a la (...)
  • 23 Ibid., Gazeta de Madrid del viernes 30 de diciembre de 1808, n° 170, p. 1702, « Habitantes de Madri (...)
  • 24 « Exposición de la situación del Imperio francés presentada por S. E. el ministro de lo Interior al (...)

5La publication de ce bilan sous forme de feuilleton dans la Gazeta de Madrid s’étendit du 29 décembre1808 au 2 janvier 180922. C’est-à-dire aussi, au moment où, Napoléon ayant quitté la capitale le 21 décembre, Joseph, tout en étant toujours confiné au Pardo retrouvait un espace politique et rappelait à ceux qui pourraient légitimement en douter qu’il était toujours roi d’Espagne en faisant publier également dans la Gazeta de Madrid, un appel de son ministre de l’Intérieur, Manuel Romero, aux habitants de Madrid pour qu’ils s’engageassent dans les gardes civiques dont l’Empereur avait décidé la création23. On peut d’ailleurs s’interroger sur les sentiments qui animèrent alors le comte de La Forest, à qui Napoléon avait confié le contrôle de la Gazeta de Madrid, puisque (dans une sorte de réponse du berger à la bergère), la publication du bilan du règne de Joseph à Naples fut immédiatement suivie de celle d’un état de l’empire présenté par le ministre de l’Intérieur au corps législatif le 2 novembre 1808 et qui, par comparaison, rendait bien ternes et bien modestes les réalisations du frère aîné de Napoléon24.

  • 25 Suplemento a la Gazeta de Madrid del jueves 29 de diciembre de 1808, p. 1695.
  • 26 « No me niego a ceder mis derechos de conquista al rey », in Gazeta de Madrid del viernes 16 de dic (...)

6La première livraison de l’état général de la situation du royaume de Naples en 1806 et 1807 commençait, logiquement, par un rappel des principes qui avaient guidé le roi Joseph dans son action politique. L’auteur insistait tout particulièrement sur la prudence d’un souverain à l’écoute de son peuple, qui entendait constater par lui-même quels étaient ses besoins, n’hésitait pas à prendre conseil auprès de personnes qualifiées, et savait faire preuve de clémence mais aussi se montrer inexorable quand les circonstances et notamment la tranquillité publique l’exigeaient. C’était là eau bénite de cour qui n’apportait guère de précision sur ce qu’entendait faire Joseph. En revanche, un point de l’exposé pouvait apparaître aux yeux des lecteurs comme un espoir, voire une promesse : quand l’auteur affirmait que Joseph avait su renoncer aux droits que lui conférait la conquête du royaume (« Habéis renunciado a todos los derechos que da la conquista »25). Ce trait de générosité était d’autant plus important à souligner que, le 15 décembre, dans sa réponse aux représentants de la ville de Madrid qui lui demandaient de leur rendre le roi Joseph, Napoléon avait bien spécifié que, s’il réinstallait son frère sur le trône, ce serait en lui cédant ses droits de conquête26. Le bilan de l’action de Joseph à la tête du royaume de Naples laissait entendre qu’il n’userait pas de ces droits et était bien de nature à rassurer les Madrilènes.

7Pour celui qui avait été son ministre de l’Intérieur à Naples, il ne faisait aucun doute que Joseph avait su régénérer le royaume en particulier en s’inspirant du modèle français. La recomposition d’une armée, le développement de la marine, la refonte de la justice, la restauration des finances publiques par la vente de biens nationaux provenant de couvents supprimés, le développement de l’instruction publique, depuis les écoles publiques gratuites dans les villages jusqu’à l’Université, des Beaux-arts et des travaux publics, tout cela formait le bilan du règne de Joseph à Naples et un programme pour l’Espagne.

  • 27 Gazeta de Madrid del martes 12 de septiembre de 1809, n° 256, p. 1131.
  • 28 Gazeta de Madrid del martes 31 de octubre de 1809, n° 305, p. 1335.
  • 29 Gazeta de Madrid del sábado 2 de febrero de 1811, n° 33, p. 131.
  • 30 Gazeta de Madrid del viernes 22 de diciembre de 1809, n° 357, p. 1569.
  • 31 Gazeta de Madrid del viernes 22 de diciembre de 1809, n° 357, p. 1554.

8Même si les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances, Joseph s’attacha effectivement à réaliser en Espagne les mêmes réformes qu’à Naples. Et effectivement, il suffit de parcourir la liste des lois et décrets publiés sous son règne pour s’en convaincre, qu’il s’agisse, par exemple, de l’enseignement (décrets du 12 septembre 1809 sur l’enseignent primaire27 et du 26 octobre de la même année portant création des lycées28 ou du 31 décembre1811 créant la commission d’instruction publique29), de la suppression des juridictions particulières (décret du 16 décembre abolissant les tribunaux ecclésiastiques30), ou des Beaux-arts (avec la création d’un musée national par décret du 20 décembre180931). De fait, jamais l’Espagne ne connut un rythme aussi rapide de réformes dans tous les domaines que sous le règne de Joseph I et, indubitablement, il prit très au sérieux la mission régénératrice que lui avait confiée (ou avait semblé lui confier) son frère.

Reconstituer une armée et mettre un terme au déficit des finances publiques

9Parmi les mesures qu’il avait déjà prises à Naples, et qu’il reprendra en Espagne, deux nous semblent mériter une attention particulière : celle concernant la reconstitution de l’armée et celle relative aux finances publiques.

  • 32 Francisco Luis Diaz Torrejón, José Napoleón I en el sur de España. Un viaje regio por Andalucía (en (...)
  • 33 Roederer, Bonaparte me disait, op. cit., p. 158.
  • 34 Bibliothèque de l’Institut de France, mss 5669, Joseph Bonaparte et Julie Clary, document 313 : « P (...)
  • 35 Clermont-Tonnerre, cité par Francisco Luis Diaz Torrejón, op. cit., p. 260.
  • 36 Lettre de Joseph à Napoléon, Madrid, 19 février 1809 : « Sire, je n’ai pas deux partis à prendre. J (...)
  • 37 Roederer, Bonaparte me disait, op.cit., p. 126.
  • 38 Mémoires du général Bigarré aide de camp du roi Joseph 1776-1813, Paris, Ernest Kolb éditeur, 8 rue (...)
  • 39 Julie à Joseph, « Mortefontaine, 24 octobre 1810 […] surtout, si tu lui écris, n’oublie pas d’y met (...)
  • 40 Joseph à Napoléon, Madrid, 7 mars 1809, Mémoires et correspondance, op. cit., VI, p. 70.
  • 41 Journal de l’Empire du 24 juin 1808 : « Sa Majesté a daigné répondre à ce discours en langue espagn (...)
  • 42 Roederer, Bonaparte me disait, op. cit., p. 136 ; Marmont (maréchal), Mémoires du maréchal Marmont, (...)
  • 43 Marbot (général baron de), Mémoires, Paris, typ. de E. Plon, Nourrit et Cie, rue. Garancière 8, 189 (...)
  • 44 Mémoires et correspondance militaire du roi Joseph, op. cit., VII, p. 1 (Correspondance de Joseph à (...)
  • 45 Lettre de Joseph I au comte de Cabarrús, in Francisco Luis Diaz Torrejón, Cartas Josefinas. Epistol (...)

10L’armée de Joseph I n’a pas fait jusqu’à présent l’objet de l’étude qu’elle mérite. Et pourtant, le frère de Napoléon attacha la plus grande importance à pouvoir disposer d’une force autonome distincte des troupes impériales. La recomposition d’une armée espagnole digne de ce nom fut chez lui une préoccupation constante, pour ne pas dire obsessionnelle et ce souci apparaît nettement dans les nombreux décrets que Joseph prit à ce sujet lors de son séjour en Andalousie comme l’a fort justement souligné Francisco Luiz Díaz Torrejón dans le remarquable ouvrage qu’il vient de faire paraître sur le voyage de Joseph en Andalousie de janvier à mai 181032. La profusion de détails concernant l’habillement que l’on trouve dans les décrets n’eut d’autre but que de permettre cette distinction et, au dire de généraux français comme Lannes, les Espagnols en général et les guérilleros en particulier ne manquèrent pas de faire33. La reine Julie n’ignorait pas le poids qu’attachait Joseph à son armée et, par exemple, lorsqu’elle fut informée de succès remportés sur El Empecinado dans la province de Guadalajara en février 1812, elle ne manqua pas de lui demander si c’étaient bien ses troupes qui avaient remporté cette victoire34. En tentant de se constituer l’armée la plus importante possible, Joseph visait deux objectifs. D’abord, seule une armée espagnole à son service pouvait garantir l’indépendance de son royaume par rapport à l’Empire. Un principe qui lui était cher et qui, par exemple, lui fit ordonner dès son arrivée à Grenade le 16 mars 1810 d’amener le drapeau tricolore pour hisser la bannière espagnole, malgré la réticence, pour ne pas dire plus, des militaires français35. Même s’il dut amèrement reconnaître qu’il n’était roi que par la force des armes de son frère36, Joseph prétendit être un souverain espagnol indépendant. Au grand dam de l’Empereur qui déclara à Roederer qu’il reprochait à son frère de s’être fait espagnol, car il fallait que le roi fût français, car c’était pour la France, avec son sang, ses armes et son or qu’il avait conquis l’Espagne37. Le général Bigarré fut tout surpris d’entendre Joseph déclarer publiquement au comte de La Forest « que si son frère voulait le traiter comme un préfet, il était prêt à déposer la couronne qu’il avait mise sur sa tête »38. Malgré la prudence que lui recommandait son épouse39, Joseph n’hésita pas à écrire à Napoléon que « le ministre de la police de France n’a[vait] rien à dire au Roi d’Espagne » et qu’il était prêt à sacrifier la couronne à ce principe40. Cette volonté de se « faire espagnol » apparut dès la deuxième séance de l’Assemblée de Bayonne quand Joseph s’adressa aux députés dans leur langue41. L’armée était le symbole même de l’impossible indépendance à laquelle prétendit Joseph. Mais Joseph entendait également faire de l’armée un instrument de « pénétration pacifique » en y accueillant tous les Espagnols qui, faits prisonniers de guerre, préféraient s’enrôler sous sa bannière plutôt que d’être déportés en France. Cette possibilité qu’offrit Joseph aux vaincus exaspéra l’Empereur et la plupart des militaires français42. De fait, il y eut tant de désertions avec armes et bagages que dans les rangs de l’armée impériale, on en vint à surnommer le roi Joseph le « capitaine d’habillement » des insurgés43. Joseph se rendit compte parfois de son erreur44. Mais il eut bien du mal à considérer que l’enrôlement des prisonniers volontaires pour le servir n’était pas un moyen très sûr « d’épargner le sang français et espagnol »45.

  • 46 « Ninguno podrá obtener empleos públicos, civiles y eclesiásticos, si no ha nacido en España o no h (...)

11En arrivant en Espagne, Joseph entendait mettre en œuvre la même politique qu’à Naples en matière de finances. Roederer, son ministre des finances, avait annoncé à Joseph un bilan de son action similaire à celui établi par le ministre de l’Intérieur. Mais s’il commença à rédiger ce document, il semble bien qu’il ne l’acheva jamais, nous privant ainsi de précieux renseignements sur sa gestion des affaires. La constitution lui interdisant (par son article CXLI) d’employer des ministres étrangers46, Joseph ne put confier à Roederer les mêmes fonctions qu’à Naples et il dut se rabattre sur Cabarrús, dont les qualités furent diversement appréciées. (Napoléon disait de lui qu’il avait « la tête catin »…) Mais, comme nous l’avons vu, Joseph entendait bien utiliser en sous-main les compétences de Roederer et si Napoléon préféra finalement envoyer à Madrid un homme moins proche de Joseph, c’est bien la politique de Roederer qui fut suivie en matière de finances. Celle-ci étant fondée sur la vente de Biens nationaux provenant de la suppression d’ordres monastiques, cela pose, évidemment, la question de la politique religieuse de Joseph.

  • 47 Moïna ou la Villageoise du Mont Cenis, à Paris, de l’imprimerie de Honnert, an VII, in 18, 103 p. O (...)
  • 48 Gazeta de Madrid del jueves 14 de julio de 1808, n° 86, p. 803.
  • 49 Gazeta de Madrid del miércoles 25 de enero de 1809, n° 25, p. 150.
  • 50 Stanislas Girardin, de, Mémoires, Journal et Souvenirs, deuxième édition, Paris, chez Moutardier, l (...)
  • 51 Gazeta extraordinaria de Madrid del domingo 12 de junio de 188, n° 56, p. 561 : « S. M. les dijo qu (...)
  • 52 Voir notre article, « ¿Cuándo fue abolida la Inquisición en España ? », Cuadernos de Ilustración y (...)

12Quels étaient, in peto, les sentiments de Joseph en matière de foi ? Nul ne saurait le dire. Ce qui est sûr, c’est que le négociateur du concordat était intimement persuadé de l’importance de la religion dans les relations sociales. Il suffit de lire la nouvelle bucolique qu’il composa en 1799, Moïna ou La Villageoise du Mont Cenis, pour s’en convaincre47. Sa volonté de se concilier les bonnes grâces du clergé apparaît nettement dans le premier acte qu’il fit dès qu’il pénétra en Espagne : se rendre à l’église à Saint-Sébastien et faire un don de 6 000 réaux au curé de la paroisse48. Et ce n’est pas un hasard si son premier geste lorsqu’il rentra dans Madrid en janvier 1809 fut d’assister à un Te Deum et de le faire savoir par voie de presse à tout un chacun, et en particulier au clergé49. La messe quotidienne de six heures du matin qu’il imposa à la cour à Madrid sembla même à Girardin une affectation aussi ennuyeuse qu’inutile50. Mais avant même d’entrer en Espagne, à Bayonne, Joseph avait manifesté sa réticence à l’égard de l’Inquisition en saluant les membres du Saint-Office en tant que « représentants du clergé » et en trouvant une formule alambiquée dans laquelle, tout en se réjouissant que la seule religion tolérée en Espagne fût la véritable, il laissait percer sa déception devant l’intolérance dont étaient victimes les autres51. Même si l’article abolissant l’Inquisition fut retiré de la constitution de Bayonne après l’intervention du membre du Conseil Suprême du Saint-Office, Ettenhard, Joseph n’entendait pas être à la tête d’un pays d’inquisiteurs. Et à la première occasion, c’est-à-dire lors de la nomination des membres du nouveau Conseil d’État, le 25 juillet 1808, il manifesta qu’il tenait le tribunal du Saint-Office pour aboli en n’incluant pas dans la liste l’inquisiteur général Ramón José de Arce52. Ainsi, par rapport à l’abolition de l’Inquisition et des ordres monastiques, Joseph ne s’est pas contenté d’appliquer les décrets de Chamartín, c’est-à-dire la politique de son frère. Il avait d’emblée une vision claire et précise de ce qu’il entendait faire en Espagne en matière de discipline ecclésiastique, comme l’on disait alors.

Conclusion

13En quittant le royaume de Naples et des Deux Siciles pour Bayonne, Joseph avait donc un véritable projet politique pour l’Espagne. Il s’agissait purement (mais pas simplement) de refaire à Madrid ce qu’il avait fait à Naples. Cela n’est pas sans rappeler le parcours de Charles III qui passe pour le monarque le plus éclairé que connut l’Espagne et la commémoration, en 1988, du bicentenaire de sa mort tourna même parfois à l’hagiographie pure et simple. Sans donner dans un tel travers, la commémoration du bicentenaire du début de la Guerre d’Indépendance devrait au moins permettre de rappeler que, des deux souverains espagnols ayant d’abord régné à Naples, le plus réformateur des deux fut incontestablement Joseph.

Notes

1 Roederer (comte), Bonaparte me disait… Conversations notées par le comte P.L. Roederer [préface de Maximilien Vox], Paris, Horizons de France, 1942, p. 183.

2 Ibid., p. 120

3 Bertrand (général, grand maréchal du Palais), Cahiers de Sainte-Hélène. Journal 1818-1819. Manuscrit déchiffré et annoté par Paul Fleuriot de Langle, Paris, Éditions Albain Michel, 1959, t. 2, p. 42. Parmi les jugements de Napoléon sur Joseph consignés dans cet ouvrage, on retiendra, notamment, celui exprimé t. II, p. 226-228.

4 Louis-Joseph-Amour Bouillé (marquis de), Souvenirs et fragments pour servir aux mémoires de ma vie et de mon temps, 1769-1812, publiés pour la Société d’Histoire contemporaine par P.-L. de Kermaingant, t. III, mars 1808-novembre 1812, Paris, Alphonse Picard et Fils, Libraires de la Société d’Histoire contemporaine, rue Bonaparte, 89, 1911, III, 233, Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse de 1792 à 1841, imprimés sur le manuscrit original de l’auteur, Paris, [s. n.], 1830, t. IV. p. 68 et 71. Jourdan, qui ne partageait pas cette opinion, la rapporte cependant, Mémoires militaires du maréchal Jourdan (Guerre d’Espagne) écrits par lui-même publiés d’après le manuscrit original par M. le vicomte de Grouchy, Paris, Ernest Flammarion, éditeur, 26, rue Racine, près l’Odéon, s. f., p. 172.

5 Bernard Narbonne, Joseph Bonaparte. Le Roi philosophe, Paris, Hachette, 1949.

6 Gabriel Girod de l'Ain, Joseph Bonaparte. Le roi malgré lui, Paris, Librairie Académique Perrin, 1970.

7 Henri Beyle Journal, vendredi 11 octobre 1811, in Stendhal, Œuvres intimes de Stendhal, texte établi et annoté par Henri Martineau ; Paris, La Pléiade, 1956, p. 1185.

8 Stanislas Girardin, Mémoires, Journal et Souvenirs, deuxième édition, Paris, chez Moutardier, libraire, rue Gît-le-Cœur, n° 4, 1829, II, p. 68.

9 « Traité signé à Bayonne le 7 juillet 1808 entre l’Empereur Napoléon et son frère Joseph pour l’avènement de ce dernier au trône d’Espagne » : « Art 10 : ‘S. M. l’Empereur garantit la mise à exécution et le maintien de la Constitution qu’il a arrêtée de concert avec SM le Roi Joseph pour le royaume de Naples et de Sicile », in Recueil des traités de la France publié sous les auspices de M. C. Fraycinet, président du Conseil, ministre des Affaires Etrangères, par M. de Clercq, ancien ministre plénipotentiaire. Tome deuxième, 1808-1815, Paris, A. Durand et Pedone-Laurial, éditeurs-libraires de la Cour d’Appel et de l’Ordre des Avocats, G. Pedone-Lauriel successeur, 13 rue Soufflot, 1880, p. 26.

10 « Traité conclu à Bayonne le 15 juillet 1808 entre l’Empereur Napoléon et le Grand Duc de Berg et de Clèves pour la cession du trône de Naples » : « Ar t. 6 : S. A. I. et R. le Grand Duc de Berg prend l’engagement, tant en son nom qu’au nom des ses successeurs au trône des Deux Siciles, d’exécuter et de maintenir la Constitution du Royaume des Deux Siciles élaborée par S. M. l’Empereur et Roi, et dont copie sera annexée au présent traité », in Recueil des traités…, op. cit., p. 264.

11 Article VI de la Constitution de Bayonne : « Juro sobre los santos evangelios respetar y hacer respetar nuestra santa religión, observar y hacer respetar la Constitución, conservar la integridad y la independencia de España y sus posesiones, respetar y hacer respetar la libertad individual y la propiedad, y gobernar solamente con la mira del interés, de la felicidad y de la gloria de la nación española ».

12 « Vitoria, 12 de julio de 1809. Subiendo al trono, cuento con almas generosas que me ayuden a que esta nación recobre su antiguo esplendor. La Constitución, cuya observancia vais a jurar, asegura el ejercicio de nuestra santa religión, la libertad civil y política, establece una representación nacional, hace revivir vuestras antiguas Cortes, mejor establecidas ahora; instituye un Senado que, siendo el garante de la libertad individual y el sostén del trono en las circunstancias más críticas, será también, por su propia reunión, el asilo honroso, con cuyas plazas se verán recompensados los mas eminentes servicios que se hagan al Estado.
Los tribunales, órganos de la ley, impasibles como ella misma, juzgaran con independencia de todo otro poder.
El mérito y la virtud serán los solos títulos que sirvan para obtener empleos
Si mis deseos no me engañan, pronto florecerá vuestra agricultura, y vuestro comercio, libres para siempre de las trabas fiscales que le destruyeron.
Queriendo reinar con leyes, seré el primero que enseñe con mi ejemplo el respeto que se les debe ». Prontuario de las leyes y decretos del Rey Nuestro Señor Don José Napoleón I desde el año de 1808. Tomo I, segunda edición. De orden superior, Madrid, en la imprenta Real, año de 1810, p. 45-46.

13 Bibliothèque de l’Institut de France, Mss 5569, Joseph Bonaparte et Julie Clary, document 93 (de la reine Julie), Paris, 6 février 1809 : « Tout le monde ici a trouvé parfaitement bien le discours que tu as prononcé le tour de ton entrée à Madrid. Effectivement, mon ami, on te reconnais [sic] bien dans tout ce que tu as dit » et Mss 5670, Lettes à Joseph Bonaparte (1), document 124 : « Parigi, li 20 fibroso [sic] : non posso exprimarchi abastanza quanto sea stata la consolazione que il moi cuore ha provato nel leggera la vostra entrata a Madrid e il vostro discorso que fa cosi bene conoceré tutte la bontá della vostra anima ».

14 P. L. Roederer, Œuvres du comte P. L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, publiées par son fils le baron A. M. Roederer, ancien pair de France, tant sur les manuscrits inédits de l’auteur, que sur les éditions partielles de ceux de ses ouvrages qui ont déjà été publiés, avec les corrections et les changements qu’il y a faits postérieurement, Paris, Typographie de Firmin Didot frères, fils et Cie, imprimeurs de l’Institut, rue Jacob, 56, 1856, t. IV, p. 18.

15 « Avec Joseph, l’expédition d’Espagne était impraticable. Il ne voulait pas faire ni laisser faire. A Naples, certainement, il ne réussit pas trop mal. Il était inférieur à Murat, ce qu’il n voulait pas croire… Joseph aimait trop le plaisir et les femmes ». Bertrand, op. cit., p. 138-139.

16 Suplemento a la gazeta de Madrid del martes 21 de junio de 1808, p. 621.

17 « Escribió [Jovellanos] al rey José, dándole gracias, diciendo que no podía aceptar por falta de salud y añadiendo que felicitaba a SM por su feliz arribo a la corte, y a la nación española por la buena suerte que le había caído en ser gobernada por un rey sabio, acreditado en Nápoles », in Memorias para la historia de la revolución de España, con documentos justificativos, recogidas y compiladas por D. Juan Nellerto [Juan Antonio Llorente], I, París, imprenta de M. Plassan, 1814, p. 90.

18 Gazeta de Madrid del jueves 21 de julio de 1808, n° 93, p. 856-860

19 « Las principales miras que nos han dirigido en este trabajo han sido : 1°/ la conservación de nuestra Santa Religión; 2°/ la creación de un tesoro público distinguido y separado del patrimonio de la corona; 3°/ la creación de un cuerpo intermediario y un parlamento nacional, capaz de iluminar al Príncipe y hacerle preciosos servicios, haciéndose útil a la Nación; 4°/ una organización judicial que haga las decisiones de los tribunales independientes de la voluntad del Príncipe y que iguale a todos los ciudadanos delante de la ley; 5°/ una administración municipal que no sea la propiedad de ninguno y sea la obligación de todos; 6°/ la garantía de los establecimientos que hemos hecho, por cuyo medio los acreedores del estado sean puntualmente pagados de sus haberes y consiguientemente dentro de poco pueda realizarse la esperanza que hemos concebido de ver enteramente pagadas las deudas con que hemos gravado el estado a nuestra llegada al trono ».

20 Relación general sobre la situación del reino de Nápoles en los años de 1806 y 1807, presentada al Rey y su consejo de Estado por el ministro de lo Interior el 28 de marzo de 1808, traducida del italiano al castellano.

21 Gazeta de Madrid del lunes 2 de enero de 1809, p. 12.

22 Suplemento a la Gazeta de Madrid del jueves 25 de diciembre de 1808, p. 1695-1698; Suplemento a la Gazeta de Madrid del viernes 30 de diciembre de 1808, p. 1703-1706; Suplemento a la Gazeta del sábado 31 de diciembre de 1808, p. 1707-1710; Suplemento a la Gazeta de Madrid del 1° de enero de 1809, p. 5-8; Gazeta de Madrid del lunes 2 de enero de 1809, p. 9-12.

23 Ibid., Gazeta de Madrid del viernes 30 de diciembre de 1808, n° 170, p. 1702, « Habitantes de Madrid », appel daté du 29 décembre 1808.

24 « Exposición de la situación del Imperio francés presentada por S. E. el ministro de lo Interior al cuerpo legislativo el 2 de noviembre de 1808 » in Suplemento a la Gazeta de Madrid del miércoles 4 de enero de 1809, p. 25-28, Suplemento a la Gazeta de Madrid del viernes 6 de enero de 1809, p. 37-40, Suplemento a la Gazeta de Madrid del sábado 7 de enero de 1809, p. 45-46, Suplemento a la Gazeta de Madrid del lunes 9 de enero de 1809, p. 61-64, Suplemento a la Gazeta de Madrid del miércoles 11 de enero de 1809, p. 73-76, Suplemento a la Gazeta de Madrid del jueves 12 de enero de 1809, p. 81-84 et Suplemento a la Gazeta de Madrid del viernes 13 de enero de 1809, p. 89-91.

25 Suplemento a la Gazeta de Madrid del jueves 29 de diciembre de 1808, p. 1695.

26 « No me niego a ceder mis derechos de conquista al rey », in Gazeta de Madrid del viernes 16 de diciembre de 1808, n° 176, p. 1645.

27 Gazeta de Madrid del martes 12 de septiembre de 1809, n° 256, p. 1131.

28 Gazeta de Madrid del martes 31 de octubre de 1809, n° 305, p. 1335.

29 Gazeta de Madrid del sábado 2 de febrero de 1811, n° 33, p. 131.

30 Gazeta de Madrid del viernes 22 de diciembre de 1809, n° 357, p. 1569.

31 Gazeta de Madrid del viernes 22 de diciembre de 1809, n° 357, p. 1554.

32 Francisco Luis Diaz Torrejón, José Napoleón I en el sur de España. Un viaje regio por Andalucía (enero - mayo 1810). Prólogo de Jean-René Aymes, Córdoba, Publicaciones Obra Social y Cultural Casasur, 2008.

33 Roederer, Bonaparte me disait, op. cit., p. 158.

34 Bibliothèque de l’Institut de France, mss 5669, Joseph Bonaparte et Julie Clary, document 313 : « Paris, 29 février 1812. J’ai reçu ta lettre du 11, mon bon ami, qui m’apprend la destruction des troupes qui infestaient la province de Guadalaxara. Tu ne me dis pas si c’est une partie de ta garde qui a fait cette expédition ou si ce sont les troupes espagnoles à ton service ».

35 Clermont-Tonnerre, cité par Francisco Luis Diaz Torrejón, op. cit., p. 260.

36 Lettre de Joseph à Napoléon, Madrid, 19 février 1809 : « Sire, je n’ai pas deux partis à prendre. Je ne suis Roi d’Espagne que par la force de vos armes ; je pourrais le devenir par l’amour des Espagnols », in Mémoires et correspondance politique et militaire du roi Joseph, publiés, annotés et mis en ordre par A. du Casse, aide de camp de S.A.I. le prince Jérôme Napoléon, Paris, Perrotin, libraire-éditeur, 41 rue Fontaine Molière, 1854, VI, p. 60.

37 Roederer, Bonaparte me disait, op.cit., p. 126.

38 Mémoires du général Bigarré aide de camp du roi Joseph 1776-1813, Paris, Ernest Kolb éditeur, 8 rue Saint-Joseph [1933], p. 280.

39 Julie à Joseph, « Mortefontaine, 24 octobre 1810 […] surtout, si tu lui écris, n’oublie pas d’y mettre beaucoup de calme et de douceur » (Bibliothèque de l’Institut de France, Mss 5669, doc 276).

40 Joseph à Napoléon, Madrid, 7 mars 1809, Mémoires et correspondance, op. cit., VI, p. 70.

41 Journal de l’Empire du 24 juin 1808 : « Sa Majesté a daigné répondre à ce discours en langue espagnole ».

42 Roederer, Bonaparte me disait, op. cit., p. 136 ; Marmont (maréchal), Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse de 1792 à 1741, imprimé sur le manuscrit original de l’auteur, [s. n.], 1830, IV, p. 97 ; Jean de Rocca, Mémoires sur la guerre des Français en Espagne par M. de Rocca, officier de hussards et chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur, seconde édition, Paris, Gide fils, libraire rue Saint-Marc, n°. 20, H. Nicolle, à la librairie stéréotype, rue de Seine, n° 12, 1814, p. 189.

43 Marbot (général baron de), Mémoires, Paris, typ. de E. Plon, Nourrit et Cie, rue. Garancière 8, 1891, II, p. 481.

44 Mémoires et correspondance militaire du roi Joseph, op. cit., VII, p. 1 (Correspondance de Joseph à Soult du 27 novembre 1809.

45 Lettre de Joseph I au comte de Cabarrús, in Francisco Luis Diaz Torrejón, Cartas Josefinas. Epistolario de José Bonaparte al conde de Cabarrús (1808-1810), Sevilla, Fundación Genesian, 2003, p. 198.

46 « Ninguno podrá obtener empleos públicos, civiles y eclesiásticos, si no ha nacido en España o no ha sido naturalizado ».

47 Moïna ou la Villageoise du Mont Cenis, à Paris, de l’imprimerie de Honnert, an VII, in 18, 103 p. On pourra consulter l’édition bilingue (en français avec traduction en italien) présentée par François Forray, Torino, Centro Studi piamontesi, 2001, et notre prologue à la traduction en espagnol réalisée par María Angeles Casado Sánchez, Universidad de Alicante, 2008.

48 Gazeta de Madrid del jueves 14 de julio de 1808, n° 86, p. 803.

49 Gazeta de Madrid del miércoles 25 de enero de 1809, n° 25, p. 150.

50 Stanislas Girardin, de, Mémoires, Journal et Souvenirs, deuxième édition, Paris, chez Moutardier, libraire, rue Gît-le-Cœur, n° 4, 1829, I, p. 57.

51 Gazeta extraordinaria de Madrid del domingo 12 de junio de 188, n° 56, p. 561 : « S. M. les dijo que tenía la mayor satisfacción en ver la diputación del clero, que la religión era la basa de la moral y de la prosperidad pública y que aunque hay países en que se admiten muchos cultos, sin embargo debía considerar a la España como feliz porque no se honraba en ella sino al verdadero ».

52 Voir notre article, « ¿Cuándo fue abolida la Inquisición en España ? », Cuadernos de Ilustración y romanticismo, n° 13 (2005), p. 94-98.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540