Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Espagne en 1808

 | 
Gérard Dufour
, 
Elisabel Larriba

Présentation

Gérard Dufour et Elisabel Larriba

Texte intégral

1Napoléon avait promis aux Espagnols de régénérer leur vieille monarchie. Leur réponse fut la série d’insurrections qui, à partir du 2 mai 1808, éclata dans tout le pays. La situation était-elle pour autant révolutionnaire ? La Junte Suprême de Séville le nia avec force. Plus finement (ou plus naïvement) un député aux Cortès de Cadix déclarera plus tard qu’en Espagne il n’y avait pas de révolution, mais qu’on « les avait révolutionnés ».

  • 1 Cartas del Hotentote dirigidas a Napoleón, emperador de los franceses, insertas en los Diarios de (...)

2Le responsable était évidemment Napoléon et ses projets de régénération. Parmi les patriotes, on se gaussait volontiers de ce concept. Ainsi, dans des « lettres de l’Hotentot à Napoléon, empereur des Français » initialement publiées dans les journaux de Saint-Jacques de Compostelle les 10 et 11 juillet 1808 et qui firent, au moins, l’objet de deux éditions à Madrid en tant qu’opuscule, pouvait-on lire cette définition : « régénération : nouvel ordre de choses, nouvelles idées, nouvelle morale, nouveau tout »1. C’est bien ce qu’entendaient les afrancesados qui voyaient dans la nouvelle dynastie la possibilité d’appliquer (enfin) réellement tous les projets de réformes qui avaient vu le jour depuis le règne de Charles III et étaient restés à l’état de chimère. Mais les plus farouches défenseurs des droits de Ferdinand VII eux-mêmes n’avaient-ils pas manifesté leur désir de voir la monarchie espagnole se régénérer quand ils avaient applaudi avec enthousiasme aux événements d’Aranjuez et à l’abdication de Charles IV en faveur de son fils ?

3Les afrancesados voulaient la régénération sans la révolution. Parmi les patriotes, les uns voulaient la régénération par la révolution ; les autres ni de révolution, ni même de régénération. Mais même ces derniers ne purent échapper à la situation révolutionnaire qui découla des renonciations au trône de Charles IV et de Ferdinand VII à Bayonne.

4Le Colloque international qui s’est tenu les 24 et 25 avril 2008 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence avait pour objet d’approfondir ce rapport entre régénération et révolution en 1808, au début de la Guerre d’Indépendance. Pour cela, deux axes ont été retenus. D’abord, l’appréhension des projets de l’Empereur pour l’Espagne par les différents belligérants (Français, Espagnols afrancesados, Italiens, d’une part et, d’autre part, Espagnols patriotes, Britanniques et Portugais). Ensuite (et toujours avec le même souci d’embrasser la globalité des pays en guerre), l’analyse des médias qui ont formé l’opinion publique et donc les acteurs non seulement du conflit militaire qui opposa les troupes impériales à l’armée hispano-luso-britannique et à la population espagnole, mais aussi aux luttes politiques qui eurent lieu dans l’Espagne non occupée et en Grande Bretagne.

5Ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme de recherches de l’UMR TELEMME sur Culture politique et opinion publique en Europe méridionale (des Lumières à nos jours) ainsi que du projet qui a valu l’honneur à la co-signataire de ce texte d’être nommée membre junior de l’Institut Universitaire de France. Il n’aurait pu avoir lieu si nos collègues, sollicités aux quatre coins de l’Espagne en cette année de bicentenaire du début de la Guerre d’Indépendance, n’avaient généreusement répondu à notre invitation. Il n’aurait pas pu se tenir non plus sans l’aide financière de notre alma mater, l’Université de Provence, et de la Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales. Que tous trouvent ici l’expression de notre gratitude. Mais nous ne saurions conclure cette brève présentation sans rendre un hommage particulier à la Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, organe du Ministère Espagnol de la Culture : son appui généreux et enthousiaste à notre entreprise montre que la collaboration entre Espagnols et Français sur un sujet naguère jugé aussi épineux que la Guerre d’Indépendance est désormais non seulement possible, mais normale. Tous ceux qui ont connu d’autres temps et d’autres mœurs ne peuvent que s’en réjouir.

Conception et perceptions du projet impérial pour l'Espagne

Conception et perceptions du projet impérial pour l'Espagne

Francisco Goya y Lucientes, Alegoría de Madrid, 1810.
Huile sur toile, 260 x 195 cm. © Museo Municipal de Madrid.

Notes

1 Cartas del Hotentote dirigidas a Napoleón, emperador de los franceses, insertas en los Diarios de Santiago del 10 y 11 de julio de 1808. Segunda edición, con superior permiso, Madrid, 1808, p. 9 : « regeneración es un nuevo orden de cosas, nuevas ideas, nueva moral, nuevo todo » (Archives Nationales de France, AF IV 1610, 2).

NB : Les articles remis en espagnol (ceux d’Emilio La Parra López, Maximiliano Barrio Gozalo, Luis Ferrán Toledano González, Antonio Ventura, Manuel Moreno Alonso, Vicente León Navarro et Beatriz Sánchez Hita) ont été traduits par Rosa Mateu ; celui de Charles Esdaile a été traduit de l’anglais par Audrey Coussy.

Table des illustrations

Titre Conception et perceptions du projet impérial pour l'Espagne
Légende Francisco Goya y Lucientes, Alegoría de Madrid, 1810.Huile sur toile, 260 x 195 cm. © Museo Municipal de Madrid.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

Auteurs

UMR TELEMME, Université de Provence

UMR TELEMME, Université de Provence
 

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540