Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique, religion et laïcité

 | 
Christine Peyrard

Laïcisation des Lumières à la Révolution française

Anacharsis Cloots, l’orateur du genre humain

Michel Vovelle

Texte intégral

1On pourrait sourire que les voies de la providence nous aient transmis ce rare exemplaire de « L’orateur du genre humain » d’Anacharsis Cloots par le biais de l’envoi autographe de l’auteur à La Harpe. Sans hésitation sur la personne, nous identifions Jean-François de La Harpe (1739-1803) poète, dramaturge, littérateur engagé dans les années 1760 dans le combat philosophique aux côtés de Voltaire, mais aussi académicien, fondateur du Lycée en 1786, partisan de la Révolution dans ses premières années, jusqu’en 1792, mais emprisonné sous la Terreur, puis dans l’après Thermidor devenu une sommité académique en même temps qu’un des théoriciens de la réaction, célèbre autant par la palinodie qui lui fait renier l’anticléricalisme de ses œuvres de jeunesse lors d’une conversion retentissante, que comme le critique littéraire officiel, dont les leçons eurent une fortune durable. Et c’est dans sa bibliothèque, par des voies que je ne connais pas, que, tel un diable sorti de sa boîte, Anacharsis Cloots nous propose un texte sulfureux, expression non seulement d’un anticléricalisme prononcé, mais d’une utopie révolutionnaire débridée. N’exagérons pas le paradoxe de cette rencontre : en 1791, ni l’un ni l’autre ne sont au terme de carrières divergentes, qui s’achèvent en 1794 tragiquement pour Cloots et 1803 pour La Harpe pour sa part comblé d’honneurs.

2Forçant le trait, on pourrait évoquer un autre malentendu en poussant plus avant : « L’orateur du genre humain ou dépêche du prussien Cloots au prussien Hertzberg » (à Paris, 1791, l’an deux de la rédemption). Non qu’il y ait erreur sur la personne, mais à cette date l’interlocuteur pris à partie pour avoir critiqué Cloots avec ironie, comme aussi au titre de (ci-devant) compatriote, est en passe de disparaître de la scène politique. Le comte Ewald Friedrich von Hertzberg (1725-1795) a été un des principaux conseillers puis longuement ministre des affaires étrangères du roi de Prusse Frédéric II à partir de 1763. Fidèle à la ligne frédéricienne, il a tenté en 1789 de faire prévaloir son plan dans le guêpier des conflits en Europe Centrale et Orientale…, jusqu’à l’Empire Ottoman où la guerre oppose Russes, Autrichiens et Turcs : une partie dans laquelle sont engagés l’Empereur, la Tzarine, le roi de Prusse, l’Angleterre, mais aussi la Suède, la Pologne, voire l’Espagne. En mai 1791, Hertzberg, mis à l’écart par son roi Frédéric Guillaume, est disgracié, c’est probablement en ces temps que Cloots l’invective sans le savoir, ni se douter que les puissances vont désormais commencer à se tourner délibérément vers la France en Révolution. Dans ses considérations sur ce qu’il appelle « la politique étroite des vizirs » (c’est-à-dire des ministres et de leurs souverains) au début comme à la fin de son ouvrage, Cloots apparaît à la fois bien et mal informé, attentif à la géopolitique et aux combinaisons diplomatiques mais en même temps irréaliste, persuadé non seulement que les puissances ne prendront pas l’offensive contre la France, mais que l’expansion révolutionnaire va faire disparaître les despotes.

  • 1 Anarchasis, prince scythe du VIe siècle avant J.C. serait venu à Athènes où il aurait fréquenté So (...)

3Voilà une illusion partagée avec beaucoup d’autres, mais qui a le mérite de nous permettre, par recoupement, de dater assez précisément notre texte et ainsi de l’inscrire dans le cheminement personnel du héros principal, Anacharsis Cloots, tel qu’il décide de se dénommer désormais1, et sur qui il convient de concentrer nos regards. En se référant avec minutie aux différents événements comme aux allusions qui dessinent le contexte de cette proclamation, tant en France qu’à l’étranger, il me semble légitime de la dater des premiers mois de 1791, sans cacher qu’elle a dû connaître des retouches, visibles tant dans le texte que dans des notes d’ampleur démesurée. Mais d’évidence, il est antérieur à la fuite du roi à Varennes (20 juin 1791) et sans doute même aux mois d’avril-mai où manquent quelques repères (le roi empêché de faire ses pâques, le mannequin du pape brûlé en avril). Par contre, les premiers troubles liés à la mise en place de la constitution civile du clergé s’y devinent. Ce terminus proposé avec prudence, permet de comprendre les incertitudes et les ambiguïtés dans les prises de position de Cloots, à ce moment de sa trajectoire d’« Orateur du genre humain ».

4Cette dignité autoproclamée, il s’en est emparé depuis le mois de juin 1790, lorsqu’il s’est projeté spectaculairement sur la scène publique en se présentant à la barre de l’Assemblée Nationale Constituante le 19 juin à la tête d’une députation composée « d’Anglais, de Prussiens, de Siciliens, de Hollandais, de Russes, de Polonais, d’Allemands, de Suédois, d’Italiens, d’Espagnols, de Brabançons, de Liégeois, d’Avignonnais, de Suisses, de Genevois, d’Indiens, d’Arabes, de Chaldéens… » à titre d’« orateur du comité des étrangers pour demander de prendre place à la fête de la Fédération qui se prépare pour le 14 juillet », gage de « la délivrance prochaine de leurs malheureux concitoyens. » Ce coup d’éclat qui laisse l’opinion française et étrangère partagée entre sympathie pour les uns, et indignation ou dérision pour beaucoup, a marqué une étape décisive dans sa carrière, il en est le premier persuadé.

5Jean-Baptiste Cloots (24/06/1755 - 24/03/1794) est né à Gnadenthal près de Clèves, territoire prussien contigu des Pays-Bas, d’où sont venus ses ancêtres, enrichis par le commerce maritime des Indes, son père a été fait baron par Frédéric II. Après des études en France, puis un passage à Berlin, dès 1776 le jeune baron prussien bien argenté est devenu parisien, fréquentant les philosophes, membre du Lycée Français. Engagé avec ardeur dans la Révolution dès les journées d’Octobre 1789, il cherche et fraie sa voie, aux Jacobins, aux Cordeliers, mais aussi dans des cercles plus sélects : au nouveau Lycée, il côtoie Sieyès, Lavoisier et Lafayette… Il publie de nombreuses brochures ; on peut avec Albert Mathiez le désigner alors comme un opportuniste vaniteux « désireux d’attirer sur lui l’attention par des idées neuves et extraordinaires » voire « faire la roue devant le public ».

6Ce jugement sévère, en écho à celui de plus d’un témoin de la démonstration du 19 juin 1790, se trouve-t-il confirmé par le texte que nous présentons et qui moins d’un an plus tard répond aux critiques, en présentant sur près de 200 pages la première profession de foi développée de Cloots ? Quels que soient ses aspects conjoncturels ou opportunistes, elle est une référence majeure car si Cloots exhumera plus tard pour le présenter à la Convention en frimaire an Il, son essai antireligieux des années 70 sur « Les preuves du mahométisme », et si le 21 avril 1792 il a repris et élargi ses thèmes dans la « République universelle, ou adresse aux tyrannicides », une bonne partie s’en esquisse déjà en 1791. Non point tous cependant, malgré la prolixité d’un discours qui reste, soit dit avec toute la sympathie que sa fougue sollicite - verbeux, incontrôlé, truffé de digressions, retours en arrière, anathèmes proférés ou envols dans l’utopie.

7Sans prétendre en rendre compte en quelques pages, on peut tenter d’en esquisser quelques lignes de force – et leurs limites. Cloots, en ce printemps 1791, est acquis à la Révolution comme subversion sans retour, rupture bénéfique avec l’oppression féodale et monarchique. Sur ce point, il connaît ses adversaires idéologiques, apôtres de la contre-révolution : Hertzberg, son contradicteur précis mais aussi Calonne et surtout Burke qui viennent de publier leurs dénonciations. Cette révolution assumée, comment la conçoit-il ? On sait par ailleurs que jusqu’alors il a navigué, d’une sympathie fayettiste à celle qu’il porte à Lameth, ou à Barnave dont il justifie assez cyniquement le soutien aux milieux esclavagistes. C’est le moment où meurt Mirabeau, il en salue la mémoire. Un modéré ? Sans doute, mais il apostrophe avec violence le parti des « Noirs » à l’Assemblée, émanation d’une aristocratie qu’il exècre, avec un acharnement particulier contre l’abbé Maury, défenseur de la théocratie comme de la monarchie (qu’il engage les artistes à portraiturer dans toutes les postures de l’Arétin !).

8Il n’en est pas pour cela un partisan de la violence populaire - à l’exception de la Bastille, événement fondateur lumineux, dans l’attente d’une seconde Bastille à venir. Ou plutôt il la croit inévitable, voire nécessaire, ainsi les massacres et les têtes coupées. Mais s’il exalte dans l’abstrait le peuple libre, c’est sans chaleur : « les lumières politiques ne seront jamais le lot de la multitude » et il n’est pas avare de conseils sur la manipulation des masses par de faux raisonnements, comme par une politique volontariste de désintoxication religieuse. Ce n’est pas de la base qu’il attend le progrès de la Révolution… Quant à la classe politique, écoutons-le : « C’est vraiment un prodige que le parti national du Corps Constituant n’ait pas succombé sous les efforts de tout le côté droit et des ministériels de la gauche, et des fourbes de la gauche, et des oisons de la gauche, et de la secte de Rome et de la secte de Jansénius et de la secte de Rousseau dont la gauche offrait le funeste mélange ».

9Le mot est lâché, ou presque : le péché de la gauche, chez beaucoup de ses membres, c’est d’être restée fidèle à une idéologie religieuse, sous une forme ou sous une autre. Robespierre n’est pas nommé mais sa silhouette s’esquisse en creux. Les responsables sont Mably et Rousseau, celui-ci surtout, esprit faux qui a suscité des sectaires, leurs héritiers actuels se rencontrent au Cercle Social, dans les discours de l’abbé Fauchet, à la fois mystique et subversif de l’ordre de la société. L’enjeu essentiel se situe sur le terrain de la religion.

10Dans ce débat, que représente le roi ? Acharné à dénoncer les despotes à travers l’Europe en annonçant leur perte, Cloots peut sembler alors étrangement indulgent - pour nous peut-être qui savons la suite et Varennes dans peu de mois : devenu « un prince immuable », Louis XVI occupe une place éminente, « chère aux amis de la liberté, inaccessible aux démagogues, funeste aux séditieux »… « la fleur de lys reste l’étoile polaire ». Si Cloots emploie le terme de république pour le nouveau régime de la France, ce n’est pas encore comme une alternative à la royauté. Là encore, pour qui connaît la suite et son attitude régicide sans réserves lors du futur procès du roi, il serait trop facile de gloser sur la versatilité de l’Orateur du genre humain. Cloots au printemps 1791 n’est pas moins républicain que Robespierre et bien d’autres.

11Et l’on aboutit à un tableau à la fois souvent cynique, et en même temps d’un optimisme étonnant : la Révolution est faite, elle repose sur deux conquêtes irréversibles, l’une effective l’Assemblée, organe de la représentation nationale, l’autre à venir : la Constitution, qui mettra définitivement les choses en place.

12La Révolution n’en est pas pour autant « terminée » il s’en faut : elle commence pour l’orateur du genre humain, sur deux fronts, au demeurant liés : l’éradication des Églises et des idées religieuses, l’établissement d’une République universelle.

13Le problème religieux revient dans ce texte en incessant leitmotiv. On pourrait croire au début que Cloots en minimise sinon la portée (la raison et la nature » sont désormais les législatrices de la France ») du moins les périls. Au moment où l’on entre dans les difficultés de l’application de la constitution civile du clergé, il sous-estime les troubles de Nîmes ou Montauban, regrette qu’on n’ait pas été plus radical en attendant le tarissement spontané de la superstition.

14Au fil du texte, le ton monte : « nous délivrerons les esprits du joug des prêtres comme nous avons délivré les vassaux du joug des seigneurs. » La séparation de l’Église et de l’État ne suffit pas : il convient dans la grande République à venir de proclamer haut et fort que le ciel est aussi étranger à la terre que la mort à la vie. » L’existence de Dieu est le dernier souci d’un peuple législateur. « La mort serait inconnue aux vivants si les jongleurs et les théologiens ne s’étaient immiscés dans nos travaux journaliers…, avec ces principes tous les peuples jouiraient de la Révolution par excellence. »

15Tous les peuples ? Voilà la grande idée sur laquelle débouche le torrent impétueux de l’éloquence de Cloots. « Bataves, Belges et Savoisiens… » provisoirement maintenus dans l’esclavage, ne vous plaignez pas de l’apparent égoïsme des Français, repliés sur eux-mêmes. « Le jour viendra où nous pourrons nous livrer au penchant de notre cour en délivrant tous les blancs et tous les noirs du joug de l’oppression ». Habité d’un délire messianique, Anacharsis Cloots se livre à son rêve, et les petitesses ou les aspects déplaisants de sa vision du monde : le maintien de l’esclavage nécessaire à la prospérité du commerce, l’inégalité sociale, car les riches assurent la subsistance du pauvre, semblent s’évanouir. Dans la France libre, une population florissante « fera reculer les mers et les montagnes, repoussera les fleuves dans leur lit et les tyrans loin de nos frontières »… Mais d’ailleurs quelle France ? L’assemblée nationale de France sera l’Assemblée Nationale du Monde, Paris à égale distance de l’équateur et du pôle en sera la capitale. « Ma République universelle ne redoutera point les Sylla, les Marius… » pas plus que les satrapes et les pachas, puisque l’abolition des nations et de tous les appareils intermédiaires mettra tous les hommes à égalité « ni sujets, ni alliés, ni provinces, ni colonies, ni blancs ni noirs, ni blonds ni bruns, ni bourgeois ni paysans, ni catholiques ni non catholiques, ni ennemis ni étrangers ».

16Quand la seconde bataille sera gagnée, on pourra dire « le monde est ma patrie, le monde est à moi ». Anacharsis Cloots attend la guerre avec confiance, le sort des tyrans est scellé. Il fait des offres de service, prêt à se retirer si la majorité des citoyens le déclare indigne de la tribune universelle.

17Nous savons la suite, dans le cours de l’histoire : Cloots député à la Convention Nationale, débordant d’activité à la commission des affaires étrangères, en conflit avec les girondins qu’il trouve trop timorés, sans pour autant s’intégrer au parti montagnard, puis l’apogée sans doute de sa carrière, à l’hiver de l’an II qui le voit présider les jacobins, alors que flambe la déchristianisation violente dont il est l’un des promoteurs. Mais nous savons aussi le coup d’arrêt donné par Robespierre, la victoire éphémère de l’Être Suprême sur la Raison dans le cours du printemps de l’an II, en même temps que l’élimination des factions et la mise au pas du mouvement populaire. « Amalgamé » au dossier des Hébertistes avec lesquels il n’avait guère en commun que cette fureur iconoclaste, Anacharsis Cloots a été emprisonné, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire et exécuté le 4 germinal an II.

18Quand on se plonge dans la lecture de l’Orateur du Genre Humain, que tant de manuels évoquent de loin sans en avoir une connaissance directe, on se retire submergé et perplexe, affronté à la mégalomanie et parfois au délire d’un tempérament incontrôlé, dérouté plus d’une fois là où l’on escomptait un généreux philanthrope de buter sur les « visions fumeuses », « l’activité brouillonne » et le « cynisme de nanti » pour reprendre les termes dans lesquels l’expédie Marcel Dorigny (Dictionnaire de la Révolution française, Soboul - Suratteau et alii, p. 234).

19Comment Michelet a-t-il pu parler de « L’infortuné, l’innocent, le pacifique Anacharsis Cloots » ? C’est encore Jaurès sans doute, parce que son internationalisme chaleureux le plaçait en posture de sympathie à l’égard de Cloots, qui a pu évoquer avec le plus de justesse cette « Universalité du droit, universalité de l’échange, universalité de la croyance : une sorte de panthéisme juridique, moral et cosmique enveloppera dans son unité les libres diversités humaines ». Albert Soboul, plus réticent, tenait à corriger l’étiquette d’« internationalisme prolétarien » dont on a parfois gratifié Cloots en « cosmopolitisme bourgeois », ce qui n’est pas la même chose. Mais lui-même, tout en soulignant comme on le faisait en son temps les « limites historiques » d’un personnage parfois équivoque, ne lui déniait pas le mérite d’avoir « ouvert les voies de l’avenir ». Car, qui nous refuserait le droit de rêver à la République universelle ?

Notes

1 Anarchasis, prince scythe du VIe siècle avant J.C. serait venu à Athènes où il aurait fréquenté Solon. Considéré parfois comme l’un des sept sages de la Grèce, il est surtout connu, si l’on peut dire, par son descendant fictif le « jeune Anacharsis » dont l’écrivain érudit, l’abbé Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795) a retracé « le voyage…, en Grèce dans le milieu du IVe siècle avant l’ère chrétienne », tableau de civilisation d’une remarquable pédagogie paru en 1788 et qui eut d’emblée un grand succès en France et en Europe. Barthélemy, qui avait été l’ami de Choiseul, était entré à l’Académie en 1789. si Cloots n’avait pas de raison personnelle de sympathie pour cet ecclésiastique, il est incontestable qu’il a été contaminé par l’engouement pour un héros à la mode grecque à laquelle sacrifiera aussi bien son ami « Anaxagore » Chaumette.

Auteur

Université Paris I - Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540