Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique, religion et laïcité

 | 
Christine Peyrard

Préface

Bernard Cousin

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de l’image reproduite en couverture. Elle provient du Musée Jean Jaurès de Castres ; ell (...)

1L’image1 est construite comme un ex-voto peint, en deux espaces, l’un terrestre, l’autre céleste. Mais dans le ciel, symbolisé par quelques nuages, en lieu et place d’un saint protecteur, nous voyons apparaître l’effigie de Voltaire, qui tend les mains en direction du personnage central de la scène humaine, son geste protecteur étant souligné par des rais de lumière. Ce personnage, irradié par les lumières voltairiennes, est un petit homme, tout habillé de rouge, ce qui lui donne l’allure d’un diablotin ; il brandit une énorme francisque avec laquelle il s’apprête à trancher le nœud gordien d’une corde. Les contemporains n’avaient pas de peine à reconnaître dans ce petit homme chauve, plein d’énergie, aux sourcils broussailleux, à la barbiche et aux larges moustaches blanches et tombantes, le radical Émile Combes, président du Conseil de mai 1902 à janvier 1905. La corde qu’il s’apprête à trancher enlace à la taille, d’un côté, une jeune femme coiffée du bonnet phrygien, qui soulève d’une main sa robe rouge et blanche, dévoilant un jupon bleu et qui d’un geste vers l’avant, tend la corde attachée, de l’autre côté, à un ecclésiastique grimaçant, vêtu de blanc, qui tient un calice de la main gauche, et qui marche à l’aveuglette, avec un immense couvre-chef trop grand dont la visière lui tombe sur le nez. Le spectateur n’a pas de mal à identifier ces personnages comme d’une part, Marianne, incarnant la France, et de l’autre, le pape, dont la vue est obstruée par la tiare pontificale aux trois couronnes. Au premier plan, à droite, un moine grassouillet est allongé à terre ; il dort, suite à des libations, qu’évoque la bouteille qu’il tient sous le bras, et le verre gravé sur son crucifix. Le pape aussi semble rendre hommage à la dive bouteille, puisque la croix suspendue à son chapelet, est en fait un tire-bouchon.

2Nous manquons de renseignements sur l’auteur de cette image anticléricale, et aussi de précision sur la date de sa réalisation : 1904. Or la loi de Séparation des Églises et de l’État ne fut votée que l’année suivante, sous la présidence du Conseil de Maurice Rouvier, le 3 juillet à la Chambre des députés, puis le 6 décembre au Sénat, et publiée au Journal Officiel le 11 décembre 1905. Et l’homme politique qui resta associé au vote de cette loi ne fut pas Émile Combes, mais Aristide Briand, rapporteur de la commission parlementaire créée en 1903, et qui défendit le projet devant les députés. Notre image, qui assigne à Combes le rôle essentiel, est donc très marquée par sa date de composition que l’on peut situer dans la deuxième moitié de l’année 1904, après la rupture des relations officielles entre la France et le Saint-Siège, intervenue le 30 juillet 1904, et sans doute au moment du dépôt, le 10 novembre, devant la commission et au nom du gouvernement, d’un projet de Séparation, par Émile Combes. À ce moment, Combes, qui sent son ministère menacé par l’affaire « des fiches », voit dans la Séparation, devant laquelle il a longtemps hésité, l’acte ultime d’une politique anticléricale qu’il mène depuis trois ans, visant à réduire l’influence de l’Église catholique en France. Il peut apparaître, aux yeux du dessinateur et d’une partie de l’opinion, comme celui qui va rompre ce lien séculaire.

  • 2 Charles Péguy, « Notre Patrie », 22 octobre 1905, cité par Jean-Marie Mayeur, La Séparation de l’É (...)

3Le projet de la Commission Briand fut longuement examiné et discuté par la Chambre des députés, et voté à une assez large majorité (341 contre 233). Charles Péguy, saluant le travail des parlementaires, estimait que « la loi avait abouti à un premier programme sérieux de liberté mutuelle organisée ; en un mot qu’elle n’avait point été combiste, mais beaucoup plus républicaine »2.

4Certes l’opposition du Pape Pie X, puis les incidents au moment des Inventaires ont rendu difficile, dans les premiers temps, l’application de la loi. Celle-ci a connu quelques ajustements par la suite, mais, plus d’un siècle après, elle apparaît comme un des piliers de la laïcité à la française. Les débats récents autour d’une possible révision ont montré l’attachement des Français, y compris des catholiques, au compromis qu’elle a su mettre en place dans un pays où la question des rapports de la religion et de l’État a longtemps été au cœur des affrontements politiques.

Notes

1 Il s’agit de l’image reproduite en couverture. Elle provient du Musée Jean Jaurès de Castres ; elle est anonyme et datée de 1904. Elle est également reproduite et analysée par Alain Boscus sur histoire-image.org, site internet de la RMN réalisé en partenariat avec la Direction des musées de France et la Direction des Archives de France.

2 Charles Péguy, « Notre Patrie », 22 octobre 1905, cité par Jean-Marie Mayeur, La Séparation de l’Église et de l’État, collection « Archives », Paris, Julliard, 1966, p. 43.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540