Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les femmes dans le monde du travail dans les Amériques

 | 
Gérard Gómez
, 
Donna Kesselman

Le long processus d’acquisition des droits des travailleuses

La femme au Paraguay

Progressions, vicissitudes et contributions

Gérard Gómez

Résumé

Pendant très longtemps, la femme paraguayenne n’a pu avoir qu’une perception claustrophobe du système politique, culturel et économique de son pays et cela ne lui a laissé aucune autre perspective dans une communauté extrêmement conservatrice, fondée sur un rapport dominant-dominé et synonyme de pouvoirs et de privilèges. Partant de là, nous nous appliquerons dans ce travail à déterminer les principaux axes de l’évolution de la femme dans la société du Paraguay et son influence marquante au sein de ladite société au cours des dernières décennies du XXe siècle et au début du XXIe siècle.

La mujer paraguaya tuvo durante mucho tiempo una percepción claustrofóbica del sistema político, cultural y económico de su país. La perspectiva que tuvo de la sociedad del Paraguay pasó a través del filtro de una comunidad extremadamente conservadora, corolario de un contexto marcado por la relación dominante-dominado, sinónimo de poderes y privilegios. Por consiguiente, en este trabajo intentaremos establecer los principales ejes de la evolución de la mujer dentro de la sociedad del Paraguay y su influencia dentro de ésta a lo largo de las últimas décadas del siglo XX y comienzo del siglo XXI.

The Paraguayan woman has long had a claustrophobic perception of the political, cultural and economic system in her country. This left her no prospect in a very conservative community based on a dominant-dominated relationship, synonym of power and of privileges. From this statement we will apply to determine the main lines regarding the woman evolution in the Paraguayan society, as well as her significant influence in this society during the last decades of the 20th century and the beginning of the 21st century.

Texte intégral

La femme paraguayenne, entre histoire, politique, culture et monde du travail

Mujer de manos claras, en tus ojos hay lunas y detenidas lágrimas.

  • 1 Juan Manuel Marcos et Carlos Noguera, A la Residenta, Asunción, 1973.

No olvides que tu hijo te está esperando allá, muy lejos, debajo de la tierra1.

1Aux temps de la Conquête, le contact régulier des femmes guarani aves les Espagnols fut l’une des principales spécificités de la province du para-guay (« l’eau par laquelle les hommes arrivent de la mer »). Ce contact fut établi dès 1537 avec l’arrivée dans la baie de Lambaré (actuelle Asunción, capitale du Paraguay) des conquistadors espagnols, alors sous le commandement de Juan de Salazar. Comme cela fut le cas lors de la conquête du Mexique en 1519, ils reçurent en guise de pacte d’alliance des femmes de la part des Indiens guarani (du groupe ethnique des Carios). Comme le précise Paola Domingo :

  • 2 Paola Domingo, Naissance d’une société métisse. Le métissage biologique au Paraguay du XVIe siècle, (...)

Francisco González Paniagua craignait que le comportement des Espagnols, contraire aux préceptes de l’Église catholique, n’attire la colère divine sur cette province déjà pauvre et isolée des Indes Occidentales. Il importait donc de faire venir un grand nombre de femmes espagnoles, afin que les conquistadores du Río de la Plata puissent se marier et abandonner les pratiques du concubinage et de la polygamie2.

2Mais le faible nombre de femmes de la Péninsule ibérique qui débarquèrent quelques temps après sur ce qui est aujourd’hui port de Nuestra Señora Santa María de la Asunción ne bouleversèrent guère les pratiques « coraniques » de la région. La polygamie entre Espagnols et femmes guarani entra donc dans les mœurs du para-guay et on commença peu à peu à parler de la « Babylone des Indes » ou encore du « Paradis de Mahomet », en raison des harems que s’étaient octroyés les conquistadors avec les Indiennes. Deux siècles plus tard, la Province paraguayenne — devenue puissante grâce aux Réductions mises en place par les Jésuites — s’imposa comme la colonne vertébrale de la politique coloniale espagnole au sud du continent américain, mais l’expulsion de ces missionnaires en 1767 eut comme conséquence fâcheuse la politisation à outrance de la société.

3Cette phase de l’histoire paraguayenne a par conséquent généré des injustices sociales et culturelles, notamment à l’égard des femmes (aussi bien mestizas que criollas). Ces injustices étaient essentiellement définies par les mesures de la Couronne espagnole, à l’avenir sous l’emprise des Bourbons. Après le processus d’indépendance, le Paraguay a connu — notamment après la Guerre de la Triple Alliance (1864-1870) — une évolution politique chaotique qui n’a pas manqué non plus d’influencer la conversion des femmes, surtout dans le secteur du travail urbain. Ce conflit a laissé le Paraguay dans une situation peu enviable : la population masculine a pratiquement été exterminée et tous les progrès culturels, techniques et artisanaux réalisés durant la période du gouvernement de Carlos Antonio López (1842-1864) ont été totalement anéantis. La génération consécutive au conflit (1870-1890) a ainsi évolué dans une société où pratiquement 90 % de la population était féminine et quasiment monolingue, ne parlant pratiquement que le guarani, la langue vernaculaire du Paraguay. En ces temps-là, le Paraguay était surnommé le « pays des femmes ». Il a donc fallu repeupler le pays et la polygamie fut cette fois admise par l’Église catholique. Une culture machiste, voire misogyne, s’est alors développée : durant très longtemps, on a considéré que la femme devait être éduquée avant tout pour procréer.

  • 3 « Malgré cette mauvaise gestion de l’économie, le Paraguay a continué à encourager une politique to (...)
  • 4 « Ce pays a connu une forte immigration variée dans la mesure où l’on y trouve aussi bien des Argen (...)

4Toutefois, ces éléments n’ont pas eu par la suite d’incidence sur le monde du travail car la démographie paraguayenne s’est équilibrée entre 1890 et 19103, période pendant laquelle le pays a connu une phase d’immigration substantielle4. Aussi, étant donné le nombre peu important d’apports culturels étrangers (messagers d’idéaux nouveaux), ces femmes se sont nourries de leurs propres entrailles et n’ont pas fait appel aux idées ou aux opportunités sociopolitiques des communautés voisines ou lointaines. Par ailleurs, les processus d’industrialisation menés de front par les deux révolutions industrielles en Angleterre durant le XIXe siècle sont arrivés trop tard au Paraguay ; cela a eu un effet négatif sur sa société de par une création d’emplois quasi inexistante. Cette situation, accompagnée du fait qu’on s’est livré à une corruption impénitente après la guerre du Chaco (1932-1935), a donné lieu à une saturation économique et politique. En toute logique, les femmes paraguayennes de la période post-chaqueña n’ont pas pu assumer, ni individuellement ni collectivement, un rôle important dans le milieu du travail fortement secoué, nous l’avons dit, par les conflits nationaux et internationaux. L’idéologie nationaliste a fini par atteindre un niveau inquiétant dans le pays sous le gouvernement du général Higínio Morínigo (1940-1948). En effet, sous l’enseigne révolutionnaire de façade, le peuple et les femmes en particulier ont dû endurer plusieurs années d’oppression, conduisant à des conflits politiques, sociaux et économiques. L’issue en a été la guerre civile de 1947. Par ailleurs, si à cette époque les femmes n’ont pu jouer un rôle conséquent dans le secteur du travail, elles ont tenté de revendiquer une pensée antinationaliste. C’est ce qu’explique Renée Fregosi :

  • 5 Renée Fregosi, Le Paraguay au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 175.

Dès 1946, alors que le gouvernement de Morínigo hésitait entre ouverture démocratique et durcissement fascisant, l’« Unión Democrática de Mujeres » rassembla des femmes de tous les partis pour rejeter les tentatives autoritaires, s’engager dans la voie démocratique et réclamer le retour des exilés. Certes, cette organisation lancée à l’initiative de femmes du Parti Libéral, sous la présidence de Beatriz Mernes de Prieto, conservait le caractère élitiste des premières mobilisations féministes urbaines du début du siècle5.

  • 6 En 1954, le dictateur Stroessner a dirigé un coup d’État, fait changer la Constitution et assumé la (...)

5Cependant, cette prise de position féminine a rapidement défailli. Par la suite, après de nombreux coups d’État, le général Alfredo Stroessner a pris le pouvoir et ce sera le début d’une des plus longues dictatures que l’Amérique latine ait connues. En effet, l’ère stroniste (1954-1989) a eu un impact décisif sur la société paraguayenne6. Sa réélection pendant les élections de 1968, avec la participation de tous les partis de l’opposition, peut être considérée comme le début de la consolidation de la dictature sous la forme d’un gouvernement de démocratie représentative de façade, connue comme une « démocratie sans communisme ».

6Tous ces aspects historiques ont provoqué un esprit civique instable sans véritable fondement démocratique. Cela a donné naissance à un nationalisme assez marqué mais aussi, paradoxalement, à une inaptitude à définir correctement l’aspect civique de cette société. Ainsi, il a toujours existé une discorde historique entre les cycles totalitaires et les cycles démocratiques, ces différentes périodes étant définies par un militarisme au caractère néfaste et dont l’incidence est encore de nos jours très forte dans l’inconscient collectif. En effet, la caractérologie évolutive du Paraguay, souvent définie de manière controversée à travers le processus de formation de l’« Autre », a également pris conscience du prolongement de l’action d’ascendance militaire au cœur de l’évolution politico-sociale du pays, entraînant inéluctablement une profonde perturbation chez la femme paraguayenne. Durant la période stroniste, le pouvoir politico-militaire a planifié le contour spécifique de cette communauté en déformant totalement les principaux traits de sa physionomie. Signalons également que sur le plan purement formel, la femme paraguayenne de l’ère stroniste a dû évoluer dans un contexte marqué par une idéologie bureaucratique exclusivement fondée sur la loyauté personnelle et non sur une norme dictée par une loi démocratique. L’État paraguayen a mené cette politique entre 1954 et 1989, infiltrant le tissu politico-culturel d’un élan despotique qui a empêché l’évolution normale des différentes organisations sociopolitiques. Ainsi, le système économique dans lequel la femme a tenté de s’insérer a lourdement été affecté et il y a eu comme un dédoublement à tous les niveaux de la société.

7Malgré cette politique ouvertement despotique et patriarcale, le parti conservateur (Colorado) a saisi l’importance que pouvait avoir l’image de la femme dans la politique. C’est pourquoi il n’a pas hésité à nommer certaines femmes à des postes administratifs sensibles. Ainsi, elles pouvaient encadrer les ligas dans lesquelles la présence féminine était nombreuse. En ce sens, la « Liga Paraguaya de los Derechos de la Mujer », une sorte d’organisation dépendant du parti conservateur, a tenté de contrôler le secteur féministe des années 1960. Cette organisation a promulgué en juin 1961 la loi n° 704 qui a défini les droits politiques des femmes paraguayennes tout au long de la dictature. Par la suite, les autorités de l’époque en ont payé les conséquences car à la fin des années 1960, les mobilisations déclenchées par les femmes ont manifestement dérangé le gouvernement qui avait de plus en plus de mal à les accepter. Malgré donc la dictature, on pouvait saisir une « fibre » politique féminine qui animait — sans trop le montrer — les espaces politisés de la bourgeoisie de la capitale (ces mouvements ne touchant pas encore les secteurs ruraux).

8C’est alors qu’un événement important a troublé la posture du gouvernement à l’égard des femmes : l’avènement de la « théologie de la Libération » en 1968, qui n’a rien été de moins qu’un déchiffrage drastique de l’Évangile par l’exhortation de nombre de concepts somme toute assez connus du discours marxiste envers la communauté (le rôle du peuple, l’existence de la lutte des classes ou encore l’idéologie dominante…). Cette nouvelle approche d’une certaine couche du pouvoir ecclésiastique a alors fortement influencé Ismael Rolón Silvero, évêque d’Asunción. En effet, non seulement ce dernier adhérait (sans jamais le reconnaître ouvertement) audit mouvement contestataire, mais il critiquait surtout la posture de la dictature stroniste. Ce changement de position de la part de l’Église catholique paraguayenne, par son engagement aux côtés des couches les plus déshéritées, a eu une conséquence inattendue : l’apparition de nombreux organismes pro-catholiques dirigés essentiellement par des jeunes femmes qui se sont par la suite regroupées dans la « Juventud Obrera Católica » (JOC). Cet organisme, surveillé de près par le gouvernement, a joué un rôle important en ce sens qu’il a mis en place une politique de protection vis-à-vis des ouvrières et surtout des employées domestiques. Faisant allusion à cette phase de l’histoire paraguayenne, marquée donc par une sorte de « réveil » féminin, Renée Fregosi confirme :

  • 7 Renée Fregosi, op. cit., p. 176.

À cette époque pour la première fois, apparaît le féminisme dans sa conception la plus actuelle, c’est-à-dire exprimant l’idée de changement des modèles de relation entre hommes et femmes, tant dans le noyau familial, que dans le travail et la politique. C’est alors que les conflits classiques entre différentes tendances féministes vont se développer : certaines veulent privilégier l’action politique, tandis que d’autres insistent sur le travail de terrain dans les syndicats et les associations, et que d’autres encore se consacrent à la réflexion pure sur la situation des femmes, leur oppression, cela sous l’angle sociologique, historique voire psychanalytique. Mais à travers ces divergences, se renforce globalement la prise de conscience féministe et la mobilisation des femmes dans toutes les sphères de la société7.

9C’est en effet durant cette période que nombre de syndicats, sous l’initiative des membres du JOC, ont été fondés. Citons ainsi la « Central Cristiana de Trabajadores » (CCT) et le « Sindicato de Empleadas del Hogar » (SEH), qui n’ont pas manqué de faire contrepoids au syndicat officiel du gouvernement, la « Confederación Paraguaya de Trabajadores » (CPT). Cette nouvelle dynamique a eu le mérite d’inciter certaines femmes paraguayennes comme Carmen de Lara Castro (qui a fondé en 1967 la « Comisión de Derechos Humanos del Paraguay ») à se soucier de la cause des exilés politiques qui avaient été contraints de fuir le Paraguay. Précisons cependant que si ces organismes ont eu une influence relativement importante tout au long des années 1970, paradoxalement, les femmes de la capitale se méfiaient des mouvances dites « féministes » alors en vogue en Amérique latine. De même, les mouvements sociaux féminins tels que les « Poblaciones » à Santiago de Chili, le « Comité del vaso de leche » à Lima, ou encore les revendications des « Madres de la Plaza de Mayo » à Buenos Aires n’ont pas eu — ou n’ont pas pu avoir — de véritable impact sur lesdits organismes.

  • 8 Aujourd’hui du reste, eu égard à cette évolution des années 1980, on ne conçoit plus un État qui ne (...)

10Stroessner, pour se faire réélire président en 1977, a dû à nouveau changer la Constitution. Dès lors, l’agacement de la population est allé en grandissant. En 1983, il a été réélu président de la République mais a été déchu le 3 février 1989 par un coup d’État dirigé par son ancien bras droit, le général Andrés Rodríguez, qui a organisé à la fin de son mandat les premières véritables élections démocratiques du Paraguay depuis bien longtemps. Par conséquent, cette société a dû, en ce qui concerne les échanges de pouvoir, se fonder sur l’équilibre idéologique de l’appareil gouvernemental. Un équilibre social, plus ou moins stable, s’est alors établi à la fin du XXe siècle sur la fusion objective de la société civile et de l’État. L’union (ou en tout cas la tentative de fusion) entre certains partis politiques est parvenue à définir une société en voie de démocratisation qui par ailleurs a dû cautionner des échanges sociopolitiques au sein même de l’État. En effet, au début du XXIe siècle, le Paraguay s’est trouvé profondément marqué par l’évolution de sa société et une pensée collective s’est peu à peu formée à travers une fixation progressive, mais efficace, d’une conscience culturelle active8. Dans la mise en place de cette conscience collective, les femmes ont une fois encore joué un rôle très important.

  • 9 « Cependant, les événements politiques de mars 1999 ont bien failli interrompre le processus démocr (...)

11La lutte pour l’instauration du suffrage universel a été longue et coûteuse après la chute de Stroessner et l’élan du système politique paraguayen du début des années 1990 n’a pu se fonder que sur l’instauration effective de ce principe de droit. Il est certain que sans l’extension progressive du droit de vote, les rouages de la machine se seraient grippés. Il est significatif de remarquer que l’opposition du Paraguay avec les pays industrialisés européens avant 1989 tenait au fait que la propagation des droits politiques ne s’était pas doublée d’un véritable mécanisme d’unification sociale. Sous la période stroniste, l’accord de l’armée en faveur du droit de vote n’a été obtenu qu’en échange d’une déclaration d’amnistie, ce qui a affaibli la réforme d’un pouvoir judiciaire libre. À la fin du XXe siècle, le processus démocratique a semblé se mettre définitivement en place9. Après la chute du dictateur, un certain nombre de mouvements culturels, voire politiques, dirigés par des femmes, ont surgi dans la capitale paraguayenne et ce malgré la forte emprise de la mentalité patriarcale du pays. La particularité de ces mouvements résidait dans le fait qu’ils étaient composés de femmes issues de tous milieux sociaux (bourgeoisie, couches moyennes, etc.). D’autres femmes, pour revendiquer un nouvel ordre social, sont allées jusqu’à rédiger des manifestes, dont le plus connu a été la « Coordination des femmes du Paraguay ». Le point le plus important dudit manifeste était celui qui affirmait l’indépendance des femmes vis-à-vis de quelque idéologie que ce soit. Il a également été suggéré au nouveau gouvernement alors dirigé par Rodríguez (1989-1993) de mettre en place des mesures sociales, culturelles, économiques et politiques pour encourager l’épanouissement des femmes. Autour de cette déclaration se sont regroupées treize associations féminines dont la plupart ont tenté de prendre en charge l’éducation civique des femmes les plus délaissées par la société (en grande majorité celles qui, en quête de travail, arrivaient de la campagne, souvent très jeunes, ou les femmes indigènes, pour la plupart analphabètes). Il fallait apprendre les principes du plébiscite et connaître les droits civiques les plus rudimentaires. D’autres associations se sont penchées sur le problème de la violence envers les femmes. Cependant, ces groupements de femmes ne sont pas parvenus à traiter la question du divorce (et encore moins celui de l’avortement), sujets encore tabous aujourd’hui. Pourtant, le Paraguay a signé la Convention rédigée en 1981 par l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui s’est penchée sur la question de la lutte contre toute forme de discrimination à l’égard de la femme. Cela n’a pas empêché la création du « Grupo de Estudios de la Mujer Paraguaya » (GEMPA) qui, d’après Odile Gordon-Lennox,

  • 10 Odile Gordon-Lennox, Le Paraguay, un vent de liberté, 1989, p. 2.

… commençait alors à faire un travail de révision de toutes les lois discriminatoires et organisait des séminaires d’informations sur le sujet. Toutes ces activités ont fait l’objet de nombre d’articles dans la presse, d’émissions de radio et de télévision. Une nouvelle revue « Informativo Mujer » est venue s’ajouter au non moins sérieux « Enfoques de mujer »10.

12L’apparition de ces revues est allée de pair avec l’une des périodes les plus intéressantes de l’écriture féminine. En effet, la fin du siècle précédent avait vu l’éclosion d’un nombre très important de femmes écrivains. La littérature féminine a alors fait un bond étonnant. On a vu apparaître sur la scène littéraire quatre femmes écrivains formidables, à savoir Neida de Mendoça (née en 1933), Raquel Saguier (née en 1940), Renée Ferrer (née en 1944) et Lourdes Espínola (née en 1954). Ces femmes écrivains ont tenté d’aller vers une introspection, une introspection à la recherche d’une identification identitaire. Lourdes Espínola, par exemple, a laissé de côté tous les tabous sociaux et familiaux propres à la période stroniste pour écrire une poésie sensuelle, formulant ainsi les plus intimes sensations. Ces femmes en transition étaient des femmes en crise, des femmes accablées par des valeurs imposées ; d’une certaine manière, elles ont récupéré leur identité féminine à travers la subversion de l’écriture et par l’écriture. Par ailleurs, leur conscience sociale s’est fondée sur des éléments sociopsychiques, faisant ainsi de cette littérature féminine l’un des fondements culturels le plus importants de la période post-stroniste. Il est alors devenu de plus en plus évident que les intellectuelles paraguayennes commençaient à se transformer en messagères sociales en ce sens que leurs écrits s’employaient à être un authentique élément d’interprétation des différentes sphères de la réalité paraguayenne. À cette époque, les femmes d’Asunción ont donc souvent été le fer de lance des mobilisations culturelles. Sans compter que les rassemblements des paysannes commençaient également à avoir une influence non négligeable. Ainsi, la « Coordinación de Mujeres Campesinas » n’a pas hésité, dès 1985, à réclamer ses droits en matière de santé et d’instruction. Au vu de toutes ces données, il n’est pas exagéré d’affirmer qu’au Paraguay, peut-être plus encore que partout ailleurs en Amérique latine, les femmes ont assumé un rôle social et culturel particulièrement important.

  • 11 Ce consensus porte essentiellement sur la nécessité de mettre en œuvre une série de réformes : disc (...)
  • 12 Les débats sur le régime monétaire et des changes le plus adapté pour faire face à l’instabilité fi (...)
  • 13 En Argentine et au Pérou, on a libéralisé le commerce, les terres agricoles ont été privatisées, on (...)

13L’engagement social et culturel va toujours de pair avec un engagement économique. Ce constat nous pousse à nous tourner vers la condition socio-économique de la femme paraguayenne. L’économie de ce pays a connu une croissance remarquable grâce d’une part à l’élan donné par l’ouverture de la frontière aux exploitants brésiliens, qui ont développé l’exploitation du soja sur le territoire paraguayen, et d’autre part grâce aux bénéfices provenant du barrage hydraulique d’Itaipú (avec le Brésil). Mais la recrudescence du nombre de femmes dans le monde du travail n’a pas été en relation directe avec la croissance économique. Au contraire, on peut même certifier que cette hausse a surtout pu être observée lors des phases de crise de l’économie du pays. La période la plus tendue correspond à l’avènement des règles imposées par le « Consensus de Washington11 » en 1989. Quelques temps après, l’Argentine de Carlos Menem ou le Pérou d’Alberto Fujimori, fortement endoctrinés par les directives du Fonds Monétaire International (FMI), n’ont guère hésité à mettre en place un processus de dollarisation12 de leur économie tout en prêchant une philosophie néo-libérale définie par un individualisme notoire13. Au Paraguay, au contraire, nombre d’entreprises ont préféré adopter une politique économique fondée sur le collectivisme. Cela a eu l’inconvénient d’enlever un certain dynamisme à l’économie paraguayenne (comme nous le verrons, ce dynamisme reprendra des couleurs grâce au Mercosur). C’est bien ce contexte socio-économique difficile — qui n’a duré que trois ou quatre ans — qui a poussé les femmes paraguayennes évoluant alors dans des secteurs aisés de la société à chercher du travail. L’idée que seul l’homme (surtout dans les milieux aisés d’Asunción) pouvait subvenir aux besoins de la famille semblait brusquement s’éloigner.

14La période venant après la dictature stroniste a donc mis en avant un fait nouveau : il s’agissait désormais de réfléchir à une stratégie de survie reposant non plus sur le chef de famille, mais sur le couple. Par la suite, notamment après 1995, l’évolution de la femme dans le secteur du travail a clairement été définie par plusieurs facteurs bien connus des économistes : la recherche d’un emploi dépend de l’âge, du niveau d’instruction et du contexte géographique ; les demandes de qualification et le type d’emploi proposé ne sont pas les mêmes si la femme vit dans une grande ville (emplois publics) ou si elle évolue dans un monde rural (emplois souvent saisonniers). Ce fait a fortement conditionné la recherche d’emploi des femmes tout au long des années 1990 : cette recherche a fini par définir le nouveau rôle que devait tenir la femme paraguayenne de la fin du XXe siècle dans la famille. En effet, les responsabilités familiales n’ont alors plus été les mêmes, et le nombre d’enfants et l’état civil de la femme ont fini par déterminer le secteur dans lequel elle devait rechercher un emploi (plus le nombre d’enfants était élevé, moins la rémunération financière était importante).

  • 14 L’Union européenne craignait — au début des années 1990 — que la région du Cône Sud soit attirée pa (...)
  • 15 Soulignons que depuis sa création, cet accord a été marqué par un déséquilibre indiscutable, associ (...)

15Cependant, la dernière décennie du XXe siècle a été influencée par une ouverture économique non négligeable, surtout à partir du 26 mars 1991, date à laquelle a été signé le « Traité d’Asunción » qui a donné naissance au Mercosur. Sur le plan politique, cet accord a contribué à la défense collective de la démocratie et a projeté la région du Cône Sud sur la scène internationale, comme l’a prouvé la signature de l’accord-cadre avec l’Union européenne en 199514. Malgré un début quelque peu chaotique et de nombreux obstacles, le Mercosur est peu à peu devenu un processus régional prometteur15 : de nombreux emplois ont été créés et les femmes paraguayennes ont pu en bénéficier (notamment dans le secteur tertiaire qui touche le domaine bancaire et même le fonctionnariat). La contribution de la femme a également été visible dans le secteur primaire (qui concerne notamment la récolte et l’exploitation de richesses naturelles). D’après le Centro de Estudios para la Preparación y Evaluación Socioeconómica de Proyectos (CEPEP), si entre 1962 et 1992 le taux de participation de la femme dans le marché du travail au Paraguay était de 51 %, à partir de 2002, grâce au Mercosur, on a pu constater un accroissement très significatif de ce taux. L’augmentation de l’offre d’emplois féminins dans les villes (surtout à Asunción, à Encarnación et à Ciudad del Este) est allée de pair avec un nombre de femmes diplômées de plus en plus important (travaillant donc dans les secteurs dépendant directement dudit accord).

16Signalons que cette recrudescence s’explique par le fait que le Paraguay a réussi à mettre en place une politique d’alphabétisation très efficace. Le taux d’analphabétisme chez les femmes est passé de 34 % au moment où Stroessner est devenu président en 1954 à seulement 6 % lorsque Nicanor Duarte Frutos a pris les rênes du pouvoir en 2003. Cette lutte contre l’illettrisme a logiquement eu un impact sur le secteur du travail car les femmes ont non seulement davantage bénéficié d’offres d’emploi, mais elles ont aussi été mieux rétribuées financièrement. Cependant, durant la première décennie du XXIe siècle, seulement 20 % d’entre elles ont entrepris des études supérieures. Par conséquent, le nombre de femmes-cadres a été peu important dans les entreprises et celles qui ont obtenu des diplômes de haut niveau ont souvent pris l’initiative de partir à l’étranger (Brésil, États-Unis), un exil féminin qui a eu une incidence sur l’évolution de l’économie paraguayenne. Cependant, malgré cette victoire contre l’illettrisme, certaines femmes ont continué à cette même période à assumer des tâches souvent très ingrates comme par exemple le travail domestique en ville. Soulignons que dans ce secteur, les femmes ont non seulement continué à percevoir un salaire très bas, mais qu’elles n’ont par ailleurs été nullement couvertes par la sécurité sociale. Malheureusement, rien n’a vraiment changé depuis. Les lois du travail sont toujours hautement discriminatoires envers les muchachas. Celles-ci, la plupart du temps très jeunes, souvent analphabètes, continuent encore à arriver de la campagne pour travailler en tant qu’employées de maison, percevant un salaire dérisoire contre nourriture et logement. Pire encore, il n’est pas rare qu’elles soient abusées sexuellement. L’arrivée de ces jeunes filles a débuté à la fin des années 1960, une période dans laquelle on a vu surgir une technologie de pointe qui a eu pour conséquence la mécanisation du secteur de l’exploitation agricole ; dès lors, les grands propriétaires fonciers ont commencé à avoir besoin d’une main-d’œuvre qualifiée. En toute logique, ces femmes, sans aucune formation, se sont « exilées » vers les villes à la recherche d’un emploi. D’après les sondages effectués par le ministère du Travail, près de quarante mille femmes travaillent de nos jours en tant que domestiques chez des particuliers à Asunción, mais aussi à Encarnación, à Concepción, à Villarrica et à Ciudad del Este. Selon ces mêmes sources, dans le secteur agricole — désormais en grande partie contrôlé par des exploitants brésiliens —, les femmes œuvrent en moyenne plus de 12 heures par jour (notamment celles qui sont dans la tranche d’âge entre vingt et trente ans), alors que les hommes ne travaillent en moyenne que dix heures.

17Néanmoins, l’apport effectif de la femme paraguayenne dans le secteur de l’emploi est devenu tangible depuis une vingtaine d’années. L’image du foyer où les femmes s’occupaient des enfants et au sein duquel seul le chef de famille pouvait « arrondir » les fins de mois fait désormais partie d’un passé révolu pour faire place à des structures sociales moins traditionalistes : familles monoparentales, femmes séparées éduquant leurs enfants tout en étudiant ou en travaillant. Ainsi, la représentation de la femme au foyer a changé. De plus, si dans les années 1990 l’âge des femmes en quête de travail pouvait avoir une certaine influence, ce facteur a clairement été déterminant plus tard, durant les premières années du XXIe siècle. En effet, il y a une dizaine d’années, les femmes jeunes (pour la plupart célibataires et sans enfants) ayant tout juste un brevet professionnel ou une formation universitaire dite « courte » ont trouvé un travail relativement sans difficulté. Cependant, comme c’est souvent le cas, les femmes déjà mariées ou ayant des enfants ont eu moins de proposition d’emplois. D’après des études réalisées par le CEPEP en 2002, ce constat a mis en avant les deux phases critiques de la recherche d’emploi chez les femmes : la première se situant avant l’accouchement du premier enfant, et la seconde juste après la période où ce premier enfant intègre un établissement scolaire (ou du dernier enfant, en ce qui concerne les femmes plus âgées).

18Si nous nous référons donc aux données établies par le CEPEP, si l’âge de la femme est décisif pour trouver un emploi, ce sont avant tout les périodes de grossesse et de scolarisation (notamment du premier et du dernier enfant) qui déterminent l’évolution de la carrière professionnelle des femmes paraguayennes. Mais ces données peuvent être trompeuses car, si on regarde de près les chiffres donnés par le CEPEP, ce sont bien les femmes mariées avec enfants — celles de la génération du début du Mercosur — qui sont les plus nombreuses à travailler (47 %), alors que les célibataires sans enfants ne représentent que 36 % du marché de l’emploi. Cependant, ces chiffres ne montrent pas la réalité sociale et économique des femmes paraguayennes. En effet, selon les chiffres proposés par le ministère de l’Économie, en 2006 le taux de chômage (hommes et femmes confondus) s’élevait à 7 %, deux tiers de ces personnes sans emploi étant des femmes, notamment dans le secteur rural. Le taux de fécondité élevé des femmes paraguayennes a aggravé le contexte économique, déjà difficile. En 2004, 73 % des femmes entre quinze et quarante-quatre ans utilisaient un moyen de contraception (la plupart de celles qui n’en utilisaient pas étaient issues d’un milieu rural), un pourcentage peu élevé si l’on compare à celui d’autres pays du Cône Sud. Au début du XXIe siècle, il y a donc eu dans les campagnes paraguayennes un rapport direct entre le taux de naissances et le taux de chômage : plus le nombre d’accouchements était élevé, plus le nombre d’emplois réservés en principe aux femmes diminuait. La principale conséquence de ce processus réside dans le fait que le Paraguay est le pays qui a le taux le plus élevé de jeunes femmes au monde. En effet, d’après le dernier recensement de la population effectué par le Censo Nacional de Población y Viviendas en 2012 :

  • 16 Dirección General de Estadísticas, Censo Nacional de Población y Viviendas, Asunción, 2012.

63,9 % des femmes (49 % de la population totale du pays) ont moins de 30 ans. De ces 63,9 %, 36,6 % vivent dans les principales villes du pays et 41,1 % dans les zones rurales. Autrement dit, la répartition féminine sur le territoire paraguayen est très homogène16.

19Cette jeunesse féminine — véritable potentiel pour la suite dans le secteur de l’emploi — est néanmoins depuis toujours entravée par la corruption qui gangrène la société paraguayenne, notamment depuis le début des années 1970, marquées par la construction du barrage hydraulique d’Itaipú. Une corruption fondée sur le népotisme et sur un clientélisme particulièrement bien organisé. Rappelons que le Paraguay est l’un des pays les plus corrompus au monde et où la contrebande règne en maître. Ciudad del Este, à la frontière avec le Brésil, est (avec Ciudad Juárez au Mexique) l’une des villes les plus dangereuses au monde.

Il est aussi important de noter qu’au cours de cette période — dans laquelle les difficultés n’ont pas manqué — s’est mis en marche un nouvel élan économique dû en grande partie à la politique d’intégration régionale mise en place par les pays du Cône Sud. Les facteurs socio-économiques qui ont joué un rôle important dans cette nouvelle impulsion ont sans doute été ceux qui ont un rapport avec le domaine de la transmission des informations et des savoirs. En effet, l’image de la femme a beaucoup évolué depuis le début du XXIe siècle grâce à l’accès aux systèmes de communication les plus performants et les plus modernes. L’exemple le plus significatif est bien évidemment la télévision. Durant la période stroniste du début des années 1970, la télévision ne remplissait pas du tout son rôle d’information (et encore moins son rôle éducatif). Seulement 7 % de la population possédait un poste de télévision et il n’existait qu’une seule chaîne, Canal 9, véritable porte-parole du gouvernement. Elle proposait par ailleurs une image « contrôlée » de la femme en général. En effet, il n’était pas rare de tomber sur des émissions consacrées à la vie quotidienne exemplaire des femmes, des femmes au foyer et des mères attentionnées montrées à travers des clichés souvent grotesques, voire stéréotypés : dociles (en vérité soumises) et affectives (en vérité résignées à la mentalité machiste du pays). C’était aussi l’époque des telenovelas : des épisodes de Simplemente María — venant directement de Buenos Aires — étaient commentés par la bourgeoisie féminine asunceña dans les salons de thé.

20Trente ans plus tard, les choses ont bien changé. En 2002, selon les sources du ministère des communications, 72 % des foyers avaient accès à la télévision et, en plus des huit chaînes nationales, à des centaines de chaînes à travers le monde. En outre, l’arrivée d’Internet a également bouleversé l’image des femmes et a eu, on s’en doute, une influence importante pour celles qui étaient en quête d’un emploi. Cette fenêtre ouverte au monde a fait qu’elles sont sorties du simple cadre du foyer et l’arrivée de ce moyen de communication a changé leur vie en ce sens qu’elles sont désormais moins soumises à un cadre marqué par des stéréotypes culturels.

Quelques pistes de réflexions…

  • 17 Un détail frappe tous les étrangers qui arrivent au Paraguay : le nombre étonnant de personnes qui (...)

21Tout étranger arrivant dans ce pays enclavé — cette « île entourée de terres » comme aimait à le dire l’écrivain Augusto Roa Bastos — prend tout de suite conscience de l’importance de l’image de la femme. Lorsqu’il roule vers le centre d’Asunción, sur la route de l’aéroport, il découvre à son grand étonnement une statue démesurée représentant une femme au geste intimidant, tenant par la main son enfant, se tenant tous deux près d’un homme manifestement en train de mourir (image qui contraste avec la réalité…). Le chauffeur de taxi qui le conduit ne manque jamais d’expliquer avec orgueil, tout en lui proposant de goûter à son tereré17 glacé, que c’est un monument à la pérennité de la femme paraguayenne, qui a rebâti le pays après le conflit sanglant de la Triple Alliance. En réalité, il fait allusion à La Residenta. Tout Paraguayen ayant vécu au Paraguay durant les années 1960 ou 1970 — comme ce fut notre cas — a entendu parler de Beatriz Rodríguez, femme engagée du Partido liberal. Elle avait rédigé, en mars 1970 dans La Tribuna, un journal d’Asunción, une série d’articles qui ont déclenché une véritable polémique. Elle proposait en effet l’édification de cette statue pour honorer les agricultrices paraguayennes qui avaient su relancer de leurs propres mains l’économie agricole du pays après l’hécatombe de la Triple Alliance (il s’agissait d’ériger une statue pour célébrer le centenaire de la fin du conflit). La réaction des représentants conservateurs du Partido Colorado (parti de Stroessner) fut immédiate. S’ils trouvaient le projet louable, il était surtout question de montrer la femme paraguayenne comme une combattante. Les travaux sur ce thème de Barbara Pottasth et de Thomas Whigham sont bien connus. Toutefois, il faut se pencher sur le travail de Capucine Boidin sur ce sujet pour saisir la portée symbolique de La Residenta. Dans son travail, elle revient sur la posture des deux partis politiques traditionnels à l’égard de cette figure féminine. À en juger par ses propos :

  • 18 Capucine Boidin, « Residentas ou Reconstructoras ? Les deux visages de “LaMater dolorosa de la Pa (...)

Le projet libéral parle de renaissance à une vie totalement nouvelle. La femme est, par deux fois, présentée comme une orpheline et veuve, signifiant que ses liens de filiation ascendants sont brisés et ses liens d’alliance amputés. Et pourtant elle engendre. Deux métaphores mythiques et religieuses sont mobilisées pour penser cette renaissance : celle du Phénix et celle du Christ, qui donnent une place paradoxalement plus centrale et forte à la Maternité politique de la femme paraguayenne. Celle-ci a malgré tout fait renaître la patrie de ses cendres […]. Selon le mythe, le Phénix vivait, unique et seul, à peu près cinq cents ans, puis mettait feu à son nid, l’attisait avec ses ailes et se brûlait. De ses braises surgissait un nouveau Phénix. Mortel comme individu et immortel comme espèce, étant l’un et l’autre à la fois, il est un cas rare où individualité et espèce coïncident. Il n’a pas de sexe ou alors les deux à la fois. Il est père et mère, père et fils, mère et fille. À son image, le Paraguay, un peu moins de cinq cents ans après la colonisation, aurait mis feu à son nid pour ressurgir de ses braises par l’intermédiaire de la femme paraguayenne qui engendre seule, devenant père et mère […]. La capacité reproductrice miraculeuse de La Reconstructora est aussi comparée à la puissance de résurrection du Christ, tandis que le sacrifice est assimilé à sa crucifixion18.

  • 19 Ibid., p. 245.

22Le thème de la représentation de la femme — à travers l’édification d’une simple statue — a déchaîné les conversations dans les clubs huppés (El Centenario, El Unión Club…) aussi bien que dans les quartiers déshérités d’Asunción. Le groupe musical alors en vogue Vocal Dos a même enregistré un titre intitulé A la Residenta, devenu un tube à l’époque. Avec le recul nous nous rendons compte que ce débat, totalement stérile, résumait une vérité : la bourgeoisie chic d’Asunción ou les résidents des quartiers pauvres de la chacarita n’avaient jamais réussi, ni les uns ni les autres, à comprendre le rôle joué par la femme paraguayenne tout au long de l’histoire de ce pays. Force est de constater qu’à travers ce monument très connu de la capitale paraguayenne, les réflexions des libéraux ou des conservateurs ont proposé une représentation « faussée » de la femme, jusqu’à la transformer en entité historique « sans visage et sans sexe ». Capucine Boidin atteste en ce sens : « Si La Reconstructora est une agricultrice à la maternité miraculeuse, au moyen d’une identité hermaphrodite (phénix) voire masculine (christique), La Residenta présente le visage d’une mère soldat qui défend, les armes à la main, l’“hérédité” reçue et perpétuée. Dans les deux cas, la mère incorpore en elle-même des attributs masculins, que ce soit pour défendre ou pour réengendrer sa patrie19. » D’ailleurs, le débat de l’époque a rapidement laissé de côté l’initiatrice du projet, Beatriz Rodríguez, pour n’être abordé que par les personnalités masculines. La femme propose, les hommes disposent. La statue a fini par être sculptée seulement en 1980 par Francisco Javier Báez Rolón. Elle a sans aucun doute été inspirée du tableau d’Eugène Delacroix de 1830, La Liberté guidant le peuple. Soulignons que celui qui a servi de modèle pour la sculpture de l’enfant ne fut autre que Juan Carlos Maneglia, cinéaste paraguayen qui jouit aujourd’hui d’une grande notoriété en Amérique latine. Il est en tout cas difficile de trouver meilleur exemple de la misogynie ambiante qui caractérisait la période de la dictature stroniste.

23Les choses ont évolué depuis. De nos jours, certaines femmes paraguayennes — notamment celles qui vivent dans la capitale —, lassées peut-être par tant d’années de dévouement familial et parfois professionnel, désirent (bien loin du cliché de La Residenta) donner une image plus positive, voire plus libérée, de leur personne, quitte à tomber parfois dans la caricature. Les agences de publicité d’Asunción — reproduisant toutes les techniques publicitaires réalisées en Europe ou aux États-Unis — l’ont d’ailleurs bien compris. Il s’agit avant tout de donner une certaine image de la femme, celle d’une femme plus moderne, plus émancipée. Cependant, dans la vie quotidienne, les femmes continuent à être considérées seulement comme des femmes au foyer, alors qu’elles sont souvent — les statistiques le prouvent — plus érudites, au vu des certificats ou des diplômes obtenus, que les hommes. D’après les informations officielles du gouvernement, sept Paraguayens sur dix ne sont pas reconnus à la naissance par leur géniteur. Si certains hommes ne désirent pas endosser leur rôle de père, il est aussi très fréquent qu’ils ne soient tout simplement pas informés de leur paternité, le découvrant parfois bien des années plus tard. De nombreuses mères célibataires souhaitent en effet — et c’est un phénomène tout à fait nouveau — assumer seules les charges du foyer. Elles seraient entre 25 et 30 % dans cette situation. Ce pourcentage très élevé montre bien l’évolution de la mentalité de la femme paraguayenne. Il y a encore une trentaine d’années, les femmes qui auraient accepté ce type de situation étaient extrêmement peu nombreuses, les codes sacrés de la morale de l’Église catholique reprenant toujours le dessus.

  • 20 « Aujourd’hui les procès de reconnaissance de paternité se multiplient mais les tests ADN coûtent t (...)
  • 21 Gérard Gómez, « Fernando Lugo, contre vents et marais », in Encyclopédie de l’état du monde, Paris, (...)

24Il est vrai que ce sujet est moins sacré depuis que Fernando Lugo, président du pays entre 2008 et 2012, a admis être le père d’un enfant qu’il n’avait pas reconnu. Cet ancien évêque, adepte de la « théologie de la Libération », a même été contraint de passer des tests de paternité après la requête juridique établie par d’autres femmes alléguant avoir donné naissance à des enfants du président20. Par ailleurs, ce président, certes atypique, a réussi en peu de temps à fixer les principes d’une réforme agraire (malgré l’opposition des propriétaires fonciers) et l’accès aux hôpitaux est devenu gratuit. Il en a été de même pour le secteur économique : non seulement la dette extérieure est passée à moins de 15 % du PIB en 2010 (contre 48 % en 2004), mais l’inflation s’est stabilisée autour de 5 %21. Cela n’a pas empêché les femmes d’Asunción de continuer à percevoir un salaire inférieur pour un travail égal et à occuper beaucoup moins de positions de cadres. Mais aujourd’hui, la capitale paraguayenne fait partie des villes où, dans le secteur privé, la différence de salaire entre l’homme et la femme est le moins élevée avec un écart moyen de 11,1 %, loin devant Santiago du Chili (17 %) et surtout, fait surprenant, loin devant Paris (20 %). Rappelons en outre que les problèmes rencontrés par les femmes paraguayennes ne sont pas inhérents au Paraguay ; ils sont également tangibles non seulement dans toute l’Amérique latine mais aussi sur d’autres continents, y compris en Europe.

  • 22 Le riche entrepreneur Horacio Cartés a remporté l’élection présidentielle contre le candidat libéra (...)
  • 23 Actuellement, les Indiens du groupe ethnique Mbyà, par exemple, ne veulent signer aucun document ou (...)

25Aussi, de très nombreux efforts ont été réalisés depuis la mise en place de la nouvelle Constitution de 1992 pour améliorer la condition de la femme et soutenir sa participation dans la vie politique. Rappelons la candidature de Blanca Ovelar, représentante du parti conservateur, lors des élections présidentielles de 2008. Citons également le parti féministe, Kuña Pyrenda, fondé en 2010, qui a proposé lors des dernières élections présidentielles d’avril 201322 un projet notamment fondé sur la lutte contre la corruption et la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (dans un pays très conservateur et catholique où les avortements clandestins sont la principale cause de mortalité maternelle). La candidate du parti, Lilian Soto, médecin-chirurgien et diplômée en études politiques de l’université nord-américaine de l’Ohio, n’a pas manqué lors de la campagne présidentielle d’affirmer qu’il était désormais indispensable qu’au Paraguay un parti féministe de gauche descende dans l’arène politique pour débattre des inégalités sociales et de genre, thèmes systématiquement ignorés par les partis traditionnels. Si Lilian Soto n’a attiré, selon les résultats, que quelques milliers d’adhérentes — étudiantes, paysannes, mais aussi femmes de la bourgeoisie de la capitale —, elle a eu le mérite de mettre en avant des sujets aujourd’hui encore tabous au Paraguay, à savoir l’avortement, le mariage entre personnes du même sexe, l’homosexualité, le harcèlement envers les femmes et surtout le sort des femmes indiennes, toujours exploitées par les riches propriétaires fonciers de l’intérieur du pays, qui détiennent 95 % des terres paraguayennes23. Ne rentrant nullement dans le « moule », elle a été stigmatisée par l’Église catholique (célibataire, sans enfant, parlant d’homosexualité, d’avortement…) et critiquée par la presse.

  • 24 Nous précisions dans un travail de recherche précédent le point suivant, important nous semble-t-il (...)

26Durant cette campagne présidentielle, Lilian Soto a été secondé par Magui Balbuena, femme engagée et responsable de la « Coordination nationale des femmes rurales et indigènes ». Les discours tenus par cette dernière à l’égard de la condition sociale et économique des femmes indigènes paraguayennes ont eu un impact certain. En effet, les questions de l’Indien et de l’« Autre » sont toujours des thèmes porteurs de débats, non seulement au Paraguay mais aussi dans toute l’Amérique latine. Si l’on veut saisir l’évolution de l’économie et de la place de la femme indigène dans la société paraguayenne, il faut avant tout connaître l’histoire des Indiens guarani, composante clé de la société paraguayenne caractérisée par le phénomène de l’hybridité culturelle24. Ce groupe vernaculaire, l’un des plus importants de l’Amérique du Sud, a été marqué par la politique économique dictée par l’Occident. Au cours de la période coloniale, les Guarani avaient sauvegardé une partie de leurs terres et réussi à préserver leur organisation sociale, religieuse et politique (en grande partie grâce à la protection des missionnaires jésuites). Les choses se sont dégradées lorsque le Paraguay est entré, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, dans un système économique de type capitaliste.

27Ce sont surtout les femmes autochtones qui ont été touchées de plein fouet par ce changement radical, jugées inaptes à s’accommoder aux nouveaux processus économiques. C’est peut-être pour cette raison qu’elles ne peuvent plus aujourd’hui avoir une vision d’elles-mêmes qu’à travers l’entrelacement complexe et confus de leurs rapports avec les individus d’origine européenne. De ce fait, leur pensée et leur culture, bouleversées et adaptées au Paraguay actuel, sont prises dans les filets du discours idéologique du gouvernement (sauf peut-être durant les quelques années de pouvoir de Fernando Lugo). Les campesinas paraguayennes ont des problèmes pour se situer dans le monde moderne, sans pour autant saisir, par désillusion certainement, les subtilités de leur propre histoire culturelle. Des mots tels qu’« identité », « unification » ou « acculturation » ont acquis un sens erroné pour elles car dans leur esprit, ces définitions les entraînent vers la vision d’autrefois, celle qu’avait l’Espagnol du XVIe siècle manifestement dérangé par l’élément vernaculaire. Par conséquent, l’Indienne historique, chantée par les guaranias, décrite par la littérature et l’art comme co-fondatrice de la nation, demeure à cent lieues de l’Indienne « résiduelle ». Il est certain donc que la mentalité « coloniale » est demeurée sous-jacente aux politiques indigénistes développées par le Paraguay. Les discours des personnages politiques à l’égard des paysannes le prouvent. L’idéologie de l’intégration nationale et l’octroi de la citoyenneté à ces dernières ont eu pour effet de les assimiler à la classe la plus déshéritée de la société. En toute logique, elles se méfient et doutent de leur propre entité, tout en étant orgueilleuses de leur origine ancestrale, ce qui rend de nos jours leur situation ambiguë. C’est en ce sens que les discours de Magui Balbuena sont très intéressants car elle est revenue sur tous ces aspects. Enfin, nous pourrions rappeler que la section « Femmes » du « Centro de Documentación y Estudios » (CDE) continue de nos jours à apporter une assistance civique aux femmes ; par ailleurs son engagement politique n’est plus à prouver, son objectif étant d’aller contre toute forme de sectarisme patriarcal et son rôle essentiel d’œuvrer dans des domaines variés (politique ou juridique, assistance sociale, syndicats, lutte contre la violence, etc.).

Conclusion

28La spécificité du monde du travail paraguayen, tout comme la sensibilité singulière à l’égard de l’élément féminin, nous ont poussé à établir une vision sociopolitique et identitaire très particulière à celui-ci. La situation géographique enclavée du Paraguay, au cœur de l’Amérique du Sud, y est pour beaucoup. Sans conteste, pendant très longtemps, la femme paraguayenne n’a pu avoir qu’une perception claustrophobe du système politique et économique de son pays et cela ne lui a laissé aucune autre perspective que celle de la politisation exagérée de cette société, fondée sur un rapport dominant-dominé et synonyme de pouvoirs et privilèges. En dépit des difficultés sociales et de la crise économique très grave qu’a subie le pays depuis le début du XXIe siècle, le Paraguay a cherché d’autres schémas culturels, politiques et diplomatiques. Il s’est notamment appuyé sur l’alternative concevable d’instaurer et d’élargir des conceptions légales dans l’ensemble, en s’interdisant de céder à quelque forme de domination dictatoriale que ce soit.

29Il est certain que la femme a joué et continuera à jouer un rôle de premier plan au Paraguay. À travers cette modeste esquisse de ses progressions, vicissitudes et contributions durant ces dernières décennies, nous avons tenté de mettre en exergue le fait qu’elle a marqué l’histoire de son pays de façon très singulière. Dans ce « pays des femmes », jadis la « Babylone des Indes » et le « Paradis de Mahomet », où même les évêques ont des enfants et deviennent présidents de la République, sa « présence » historique est aujourd’hui plus forte que jamais. Au Paraguay, tout le rappelle. Si le doute subsiste, il suffira d’aller poser la question au chauffeur de taxi d’Asunción… il se lancera une fois encore dans un interminable monologue tout en vous proposant de vous rafraîchir avec du tereré qu’il ne faudra surtout pas refuser, car il aura été préparé avec abnégation par sa femme…

Bibliographie

ARDITI B., « Élections et partis dans un Paraguay en transition » in La Nouvelle Revue Socialiste, n° 12, Grenoble, 1991, p. 181-195.

AUZIAS Dominique et LABOURDETTE Jean-Paul, Paraguay, Country Guide, Paris, 2011.

BARRY O., « Une démocratisation difficile », in Espaces Latinos, n° 99, Villeurbanne, 1993, p. 10-12.

BOIDIN Capucine, « Residentas ou Reconstructoras ? Les deux visages de “LaMater dolorosa de la Patrie paraguayenne », in Maternités, Françoise Thébaud et Michelle Perrot, Paris, Clio, 2005.

BRITEZ Edwin, CABALLERO Esteban, MORÍNIGO José Nicolás et al., Paraguay: Transición, Diálogo y Modernización política, Asunción, El Lector, 1987.

Censo Nacional de Población y Viviendas, Dirección General de Estadísticas, Asunción, 2012 — Carvalho Neto Paulo, Folklore del Paraguay, Asunción, El Lector, 1996.

DOMINGO Paola, Naissance d’une société métisse. Le métissage biologique au Paraguay du XVIe siècle, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2006.

ESPÍNOLA Lourdes, Literatura femenina en el Paraguay de la transición, Asunción, 1998.

FOURNIAL Georges, « Brève histoire du Paraguay », in Revue d’Europe, « Littérature du Paraguay », n° 494, Paris, Europe-Messidor, 1970, p. 5-14.

FREGOSI Renée, Le Paraguay au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997.

GAMARRA Aníbal Rafael, Paraguay: entre la realidad y la ficción, Asunción, Litocolor, 1996.

GARCÍA Avarado José María et GUTIERREZ Puebla Javier, Paraguay, Madrid, Ediciones Anaya, 1988.

GÓMEZ Gérard, « Fernando Lugo, contre vents et marais », in Encyclopédie de l’état du monde, Paris, 2011.

GÓMEZ Gérard, Rubén Bareiro Saguier ou l’hybridité culturelle paraguayenne, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence (P.U.P.), 2006.

GÓMEZ Gérard, « Le processus d’immigration des Mennonites au Paraguay. De leur arrivée jusqu’à la fin du conflit chaqueño. (1921-1935) », in Mobilités, imaginaires et territoires en Amérique depuis les indépendances aux années 1930, Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Institut des Amériques et son pôle régional Sud-Ouest, 2012.

GORDON-LENNOX Odile, Le Paraguay, un vent de liberté, 1989.

MORÍNIGO José Nicolás, « Nuevo gobierno o nuevo Estado », in Paraguay: transición, diálogo y modernización política, Asunción, El Lector, 1987.

RUDEL Christian, « Le Paraguay, des retrouvailles difficiles avec la démocratie », in Espaces latinos, n° 132, Villeurbanne, 1997, p. 11-13.

Notes

1 Juan Manuel Marcos et Carlos Noguera, A la Residenta, Asunción, 1973.

2 Paola Domingo, Naissance d’une société métisse. Le métissage biologique au Paraguay du XVIe siècle, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2006, p. 1.

3 « Malgré cette mauvaise gestion de l’économie, le Paraguay a continué à encourager une politique tournée vers l’immigration. Pendant la présidence d’Eduardo Schaerer (1912-1916), un nombre important de Paraguayens vivant alors en Argentine ont en effet décidé de rentrer dans leur pays. Le gouvernement leur a offert des terres dans les régions frontalières avec l’Argentine et des facilités pour pouvoir exporter les produits cultivés (yerba mate et coton notamment). Mais au début des années 1920, les échecs successifs du gouvernement pour réhabiliter l’agriculture et une petite industrie ont laissé le pays totalement dépendant de l’apport financier des puissances étrangères ainsi que des importations de produits manufacturés proposés par ces dernières, y compris, comble de l’ironie pour un pays aux terres fertiles, de produits alimentaires. Toutefois, l’année 1921 a marqué un tournant important dans le processus d’immigration du Paraguay avec l’arrivée d’une première délégation de Mennonites. » Cf. Gérard Gómez, « Le processus d’immigration des Mennonites au Paraguay. De leur arrivée jusqu’à la fin du conflit chaqueño (1921-1935) », in Mobilités, imaginaires et territoires en Amérique depuis les indépendances aux années 1930, Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Institut des Amériques et son pôle régional Sud-Ouest, 2012, p. 3.

4 « Ce pays a connu une forte immigration variée dans la mesure où l’on y trouve aussi bien des Argentins, des Brésiliens, des Allemands, des Italiens, des Coréens qu’une importante proportion d’habitants d’origine juive. En ce sens la population nouvelle a introduit des formes inédites de culture et a encouragé une classe moyenne d’un niveau culturel très varié. » Cf. Gérard Gómez, Rubén Bareiro Saguier ou l’hybridité culturelle paraguayenne, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence (P.U.P), 2006, p. 53.

5 Renée Fregosi, Le Paraguay au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 175.

6 En 1954, le dictateur Stroessner a dirigé un coup d’État, fait changer la Constitution et assumé la présidence. Aussi, pour « normaliser » son long mandat, il a convoqué en 1967 la Convention Nationale pour ratifier à nouveau la Constitution. La réforme constitutionnelle avait ouvert au régime la possibilité de réorganiser les partis politiques d’opposition dans l’espace parlementaire, comme opposition fonctionnelle à l’hégémonie politico-idéologique de la bureaucratie civico-militaire, menée par le président. Selon José María García Alvarado et Javier Gutierrez Puebla : « le pouvoir s’appuie sur l’armée, sur la police, sur les fonctionnaires de l’administration et sur les grands propriétaires ruraux, tous affiliés dans sa quasi-totalité au Parti Colorado ». Cf. José María García Avarado et Javier Gutierrez Puebla, Paraguay, Madrid, Ediciones Anaya, 1988, p. 47.

7 Renée Fregosi, op. cit., p. 176.

8 Aujourd’hui du reste, eu égard à cette évolution des années 1980, on ne conçoit plus un État qui ne serait pas intégré à la société car il est bien le reflet de celle-ci. Si l’on s’en tient aux déclarations des spécialistes — comme Paul H. Lewis ou Domingo Laino —, c’est cette rencontre entre État et groupes sociaux qui a tant manqué à la société paraguayenne entre les années 1970 et 1980, car l’État n’a pas su garantir une union socio-économique et culturelle si nécessaire à la société, désireuse de progrès.

9 « Cependant, les événements politiques de mars 1999 ont bien failli interrompre le processus démocratique. On a assisté à une crise qui n’a cessé de s’envenimer depuis l’investiture, en août 1998, du président Raúl Cubas Grau. Elle s’est focalisée sur la personne du général Lino Oviedo, emprisonné pour une tentative d’un coup d’État en 1996 contre le président de l’époque, Juan Carlos Wasmosy. L’officier n’avait pu se présenter aux élections présidentielles de 1998, mais fort de sa popularité, avait fait élire à sa place Raúl Cubas Grau. De fait, dès son entrée en fonction, celui-ci a fait libérer Lino Oviedo qui dirigeait le pays en coulisses. On a ensuite déclaré l’amnistie du général, ce qui était contraire à la Constitution et qui a conduit le vice-président de la république Luis María Argaña à déclencher une procédure d’empêchement contre le président. Cependant, l’assassinat du vice-président en mars 1999 a précipité les événements. Après des émeutes sanglantes, Raúl Cubas Grau dut démissionner (sous la pression du gouvernement américain et de l’Église) et quitter le pays (tout comme le général Oviedo). » Cf. Gérard Gómez, Rubén Bareiro Saguier ou l’hybridité culturelle paraguayenne, op. cit., p. 55.

10 Odile Gordon-Lennox, Le Paraguay, un vent de liberté, 1989, p. 2.

11 Ce consensus porte essentiellement sur la nécessité de mettre en œuvre une série de réformes : discipline fiscale, rigueur dans les dépenses publiques, réforme fiscale, libéralisation financière, unification des taux de change, libéralisation commerciale, investissement étranger direct, privatisation et respect de la propriété privée.

12 Les débats sur le régime monétaire et des changes le plus adapté pour faire face à l’instabilité financière ont d’ailleurs occupé une place de choix dans les débats récents sur les économies latino-américaines. La proposition de dollarisation totale de l’économie, lancée par l’ancien président argentin Carlos Menem à la suite de la dévaluation du real brésilien en janvier 1999, est à l’origine de ces discussions.

13 En Argentine et au Pérou, on a libéralisé le commerce, les terres agricoles ont été privatisées, on a imposé une réforme du système bancaire et les grandes entreprises publiques ont été pour la plupart achetées par des capitaux étrangers. Tout cela a eu de lourdes conséquences. Dans les années 1990, période néo-libérale, le FMI a privilégié une politique fondée sur le colonialisme de marché qui n’a fait qu’accentuer les inégalités au sein des différentes sociétés du tiers-monde. Les pays les plus pauvres se sont enfoncés dans une spirale sans fond en ce sens qu’ils ont dû rembourser des dettes énormes.

14 L’Union européenne craignait — au début des années 1990 — que la région du Cône Sud soit attirée par la proposition économique des États-Unis, perdant ainsi un marché très important. En effet, en 1994, le président nord-américain de l’époque Bill Clinton avait proposé lors du sommet de Miami l’implantation de l’Association de Libre-Échange des Amériques (ALCA), un plan très ambitieux qui aurait dû fusionner (d’un point de vue économique) les trois Amériques (Nord, Centre et Sud). Pour contrer l’initiative américaine, l’Union européenne décida d’aider financièrement et techniquement les pays du sud de l’Amérique latine à mettre en place une sorte de Marché commun (qui deviendra donc plus tard le Mercosur). Rappelons que ce Mercosur envoie à l’Europe 52,4 % de ses importations et qu’à son tour le Mercosur reçoit 54 % des exportations européennes.

15 Soulignons que depuis sa création, cet accord a été marqué par un déséquilibre indiscutable, associant le Brésil, qui représente aujourd’hui à lui seul 70 % du PIB du Mercosur, l’Argentine, un pays de taille moyenne qui se débat depuis 2001 pour sortir d’une crise économique sans précédent, l’Uruguay, un petit pays dont l’économie ne se porte guère mieux que son voisin rioplatense, et le Paraguay, encore plus précaire d’un point de vue économique. Par ailleurs, rappelons que le Paraguay, suite à la destitution de Fernando Lugo en juin 2012 (due à un coup d’État constitutionnel), a temporairement été suspendu de l’accord par les autres membres. Un coup dur pour Asunción qui s’emploie depuis quelques années déjà à développer un accord de libre-échange avec la Chine.

16 Dirección General de Estadísticas, Censo Nacional de Población y Viviendas, Asunción, 2012.

17 Un détail frappe tous les étrangers qui arrivent au Paraguay : le nombre étonnant de personnes qui marchent dans la rue avec un thermos à la main — ou qui l’emmènent avec eux dans les bureaux, les banques, les centres administratifs… — rempli d’eau glacée. Il s’agit du tereré, la boisson la plus consommée dans le pays. C’est une infusion d’herbe de maté qui se déguste fraîche au Paraguay.

18 Capucine Boidin, « Residentas ou Reconstructoras ? Les deux visages de “LaMater dolorosa de la Patrie paraguayenne », in Maternités, Françoise Thébaud et Michelle Perrot, Paris, Clio, 2005, p. 243-244.

19 Ibid., p. 245.

20 « Aujourd’hui les procès de reconnaissance de paternité se multiplient mais les tests ADN coûtent très cher et la résignation prend souvent le dessus. Des réformes législatives pour une paternité responsable ont été proposées mais n’ont jamais vu le jour. Le Congrès est en effet majoritairement composé d’hommes à qui une telle loi pourrait, un jour ou l’autre, porter préjudice. » Cf. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Paraguay, Country Guide, Paris, 2011, p. 44.

21 Gérard Gómez, « Fernando Lugo, contre vents et marais », in Encyclopédie de l’état du monde, Paris, 2011.

22 Le riche entrepreneur Horacio Cartés a remporté l’élection présidentielle contre le candidat libéral Efrain Alegre, ramenant ainsi au pouvoir le parti Colorado, qui avait déjà gouverné le Paraguay de 1947 à 2008.

23 Actuellement, les Indiens du groupe ethnique Mbyà, par exemple, ne veulent signer aucun document ou traité car à leurs yeux, seuls sont recevables les engagements verbaux, à savoir la parole solennellement rapportée qui perpétue de siècle en siècle les accords oraux autrefois conclus par leurs caciques. Bien entendu, cette pratique favorise les Blancs qui « négligent » soudainement leurs engagements, dédaignant de la sorte de délimiter les terres indiennes. Si l’on analyse objectivement la situation socio-économique de la femme indigène dans le monde paraguayen, on constate un certain malaise dans le domaine de l’égalité et de la stabilité socioculturelle, car certaines tribus ont été sous l’oppression du gouvernement (notamment durant la période stroniste). Cela s’explique par le fait que le métissage a perturbé l’évolution rationnelle de la société paraguayenne. Désormais les femmes indigènes du Paraguay continuent à lutter en tant que paysannes et travailleuses pour des conflits de classes, phénomène qui peut d’ailleurs être observé dans la plupart des pays latino-américains.

24 Nous précisions dans un travail de recherche précédent le point suivant, important nous semble-t-il pour saisir la société paraguayenne : « S’il est vrai que les transferts culturels aboutissent assurément à des phénomènes de métissage biologique, les facteurs culturels transférés subissent aussi des recontextualisations : ils prennent d’autres dimensions, acquièrent de nouveaux usages, changent de sens et finissent, comme c’est le cas au Paraguay, par fusionner. Leur métamorphose est une manière de marquer une appropriation. Ces facteurs ne prennent leur signification véritable qu’à travers une pensée collective qui, au nom d’une mémoire commune, les interprète comme étant les fondements de son identité. Cette approche ne se contente pas de mettre en avant la rencontre de deux cultures, mais elle rapporte la connexité tangible des divers éléments culturels qui font la particularité de cette société. C’est l’assimilation de ces éléments qui a entraîné non seulement des reconfigurations culturelles, mais aussi des redéfinitions des individus et des groupes sociaux dans cette communauté. Ces phénomènes se déroulent dans un contexte qui n’est nullement neutre, mais au contraire conflictuel. Le recours constant à un double système de références — avec les difficultés et les ambiguïtés que cela implique — a toujours caractérisé le concept de l’hybridité culturelle qui particularise l’individu paraguayen. » Cf. Gérard Gómez, Rubén Bareiro Saguier ou l’hybridité culturelle paraguayenne, op. cit., p. 1.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter