Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les femmes dans le monde du travail dans les Amériques

 | 
Gérard Gómez
, 
Donna Kesselman

Introduction

Donna Kesselman et Gérard Gómez

Texte intégral

1L’Institut des Amériques (IDA), en partenariat avec le Centre Aixois d’Études Romanes (CAER) et avec le soutien de l’Institut des Études politiques (IEP) d’Aix-en-Provence, du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA) et du Laboratoire interdisciplinaire de droit des médias et des mutations sociales (LID2MS), a proposé pour la 11e édition de son congrès annuel de réfléchir sur la thématique « Femmes dans les Amériques ». Ce congrès s’est déroulé entre le 4 et le 6 décembre 2013 dans les locaux de la Maison de la Recherche d’Aix-Marseille Université.

2Nous avons eu l’honneur de codiriger l’axe portant sur le thème « Les femmes et le monde du travail dans les Amériques ». Par-delà les oppositions classiques et les stéréotypes, cet axe, comme les autres axes du congrès, s’est attaché à analyser les permanences et les mutations des rôles et des statuts des femmes dans les Amériques. Il s’agissait d’une approche entrelaçant les domaines disciplinaires et les aires culturelles du continent, dans une perspective épistémologique résolument comparatiste entre le Nord et le Sud des Amériques, voire transaméricaniste. Ce congrès a abouti à la publication de nombre de travaux scientifiques portant sur le thème précédemment cité, et ce grâce au concours du service de publication d’Aix-Marseille Université.

3Les recherches et analyses au sujet des femmes mettent en exergue que malgré les méfaits de la crise économique mondiale sur l’ensemble des continents américains — que l’on ressent encore —, la hausse de la participation des femmes au marché du travail reste significative. Aux États-Unis, plus de la moitié des salariés sont aujourd’hui des femmes, les mères de famille en représentant désormais 25 %. Alors que dans la plupart des pays européens, le temps de travail s’avère un facteur de distinction de l’emploi selon le sexe (les hommes travaillant beaucoup plus à temps complet, et les femmes plus souvent à temps partiel car endossant les charges domestiques, le manque de crèches, etc.), il n’en est rien aux États-Unis où ces dernières travaillent surtout à temps complet. Dans le cas latino-américain, les femmes latino-américaines prennent une place de plus en plus importante dans le monde professionnel (environ 53 % d’entre elles font partie de la population active). Leur contribution a collaboré à rehausser le niveau de vie des ménages et ce sont les femmes qui, en moyenne, bénéficient, dans ces pays du Sud, du revenu le plus élevé dans le foyer. Le nombre de femmes chefs de famille s’est accru avec les crises financières de ces dernières années.

4Mais il faut relativiser les acquis de cette « féminisation du travail » car le phénomène n’a pas été accompagné d’une amélioration significative de leur statut social. Force est de constater à quel point elles endossent encore, d’une part, la majeure partie du travail précaire ou non rétribué. Malgré les réformes mises en place en matière d’évolution professionnelle, des inégalités considérables persistent et s’aggravent. Elles sont plus facilement licenciées (mariage, grossesse) et la plupart des employeurs partent de l’idée qu’elles tolèrent plus docilement des conditions de travail difficiles. En outre, il existe encore, sur l’ensemble du continent américain, des inégalités criantes au niveau du salaire entre les hommes et les femmes, bien que dans des proportions moindres au Canada et aux États-Unis. D’autre part, les inégalités se creusent également entre elles : dans tous les pays des femmes, notamment les plus instruites, accèdent à des positions de hautes responsabilités. Il s’agit donc d’un processus de polarisation, en relation avec les transformations en cours concernant le rôle de l’État et des politiques publiques, l’économie, le travail lui-même, ainsi que les valeurs que portent les femmes à l’égard de leur vie au comme du travail. Ces transformations donnent lieu à des formes émergentes de configurations du travail (Azaïs 2014) qui, pour des femmes notamment, peuvent être autant prometteuses que risquées en termes de santé, de dangerosité, de trajectoire de vie.

5En même temps, dans certains pays, de nouveaux droits protecteurs se mettent en place. En effet, depuis quelques années, aux États-Unis et au Canada (de même que dans certains pays latino-américains), les femmes exercent davantage des fonctions politiques et aussi d’encadrement dans les entreprises, ayant accédé aux métiers qualifiés de haut niveau. Aussi, l’expansion du secteur des services — et notamment dans ce qu’on appelle en anglais FIRE (finances, insurances/assurances, real estate/immobilier) — leur a entrouvert des alternatives inattendues. En Amérique latine, les femmes reconstruisent de nouveaux espaces de travail solidaire. Dans le contexte de crise économique et sociale, elles tiennent un rôle de plus en plus déterminant, dans la mesure où elles s’investissent dans des initiatives économiques émergentes qui se mettent en place entre l’espace privé et l’espace public.

6Le panorama que propose ce recueil d’articles ancré dans le cadre de la globalisation et de ses racines historiques offre une perspective particulièrement intéressante à l’égard de ces réalités, un regard acéré vis-à-vis des diversités et des similarités concernant les situations vécues par ces femmes, souvent mal connues. Ledit recueil dessine par ailleurs une vision d’ensemble d’exception de leur vie au travail, aussi bien en Amérique du Nord qu’en Amérique latine.

7Ayant eu lieu durant l’année de commémoration du cinquantenaire de la publication de The Feminine Mystique de Betty Friedan, l’Institut des Amériques s’est joint à cet hommage. Suite à la première vague qui s’était battue pour le droit de vote et de citoyenneté des femmes, l’ouvrage est cité comme déclencheur de la « deuxième vague du féminisme », soulevant avant tout le défi des femmes devant leur vie professionnelle. L’axe « Les femmes et le monde du travail dans les Amériques » a pour ainsi dire établi une mise au point après ces 50 ans de luttes pour l’égalité, un bilan sur ces femmes des Amériques qui ont évoluées dans le milieu souvent ardu du travail.

8Cette sélection d’articles se structure en trois sections différentes. Tout d’abord, certain(e)s auteur(e)s se sont penché(e)s sur le « Long processus d’acquisition des droits des travailleuses ».

9La réflexion s’ouvre ici par un récit captivant sur la mise en place de métiers typiquement féminins du XXe siècle, à savoir les pink collar, perceptibles aussi bien au nord qu’au sud du continent. L’article de Paola Cappellin sur les Telephone Operators suggère une comparaison entre le Canada et le Brésil ; il relève la combinaison historique complexe entre les intérêts économiques et les symboles culturels qui ont abouti à la ségrégation professionnelle des femmes dans l’industrie, dans ce cas précis, dans le milieu des télécommunications ; ces intérêts furent à l’origine de phénomènes des relations sociales de genre, et qui restent d’actualité. Nombre de femmes sont donc entrées dans le marché du travail en devant accepter qu’on puisse établir une distinction de sexe dans le milieu professionnel, et avant même d’avoir atteint, juridiquement, la majorité civile, car subordonnées aux hommes dans le cadre du mariage. Dans un tour continental d’envergure, Arlette Gautier trace, selon une approche historique comparative et quantitative, l’évolution de ce rapport social spécifique et discriminatoire — le mariage, basé sur l’appropriation du travail de l’épouse — jusqu’à l’institution de codes égalitaires dans tous les pays. Gérard Gómez détermine, quant à lui, les principaux axes de l’évolution de la femme dans la société du Paraguay et son influence marquante au sein de cette société au cours des dernières décennies du XXe siècle et au début du XXIe siècle. Les deux articles suivants traitent de la situation des travailleuses dans le marché du travail en Amérique du Nord, transformé par les luttes du « féminisme de la deuxième vague ». Jaquetta Newman démontre qu’au Canada, c’est la polarisation qui s’impose, clairement, comme trait marquant, suivant la logique néo-libérale du capital humain et la modification du rôle de l’État. Les restructurations industrielles de la dernière génération, qui ont remis en cause les emplois masculins les plus protégés et normalisés, ont laissé place à la nouvelle économie, ce secteur des services caractérisé par de fortes inégalités entre carrière pour les femmes les mieux éduquées et, pour la majeure partie, par le travail à bas salaire. On remarque les mêmes tendances aux États-Unis, mais avec des conséquences sociales plus graves encore, étant donné l’extrême différence de la politique sociale dans ces deux pays, celle du Canada se rapprochant plus du modèle européen. La politique des féministes de la deuxième vague a prôné l’autonomie des femmes et leur égalité avec les hommes en ce qui concerne l’accès à des carrières professionnelles, et ce grâce à l’extension du breadwinner model, ce qui a favorisé avant tout celles des classes moyennes (Fraser 2013). On ne s’est guère préoccupé de la politique publique quant aux problèmes liés à la conciliation entre vie au travail et vie de famille auxquels toutes les femmes, quel que soit leur niveau social, doivent faire face, nous explique Eveline Thevenard. L’article revient sur l’histoire peu connue des campagnes en cours aux États-Unis pour aider les femmes à assurer ce work-family balance et qui ont abouti, dans ce pays si invraisemblable à cet égard, à la création de certains nouveaux droits sociaux pour les travailleurs/euses et leur famille.

10Ensuite, dans une deuxième section, nombre d’intervenants ont choisi de traiter un autre aspect du thème : « Les travailleuses et le difficile accès aux droits ».

11Dans un premier article, la réflexion se situe à la croisée des politiques d’assistance et du développement d’emplois féminisés, dans le secteur du care, formalisés mais précaires en Argentine et au Brésil. Par-delà les différences entre les interventions publiques, Natacha Borgeaud-Garciandía et Isabel Georges traitent et s’interrogent au sujet des travailleuses touchées par ce phénomène, se penchent sur le thème de la précarité des emplois créés, ainsi que sur les formes d’appropriation de la part des « bénéficiaires ». Elsa Cedeño nous offre un récit sur la polarisation de la situation professionnelle des femmes au Venezuela où, comme ailleurs dans les Amériques, le niveau d’éducation permet à certaines d’entre elles d’atteindre les sommets du pouvoir économique et politique, alors que les inégalités et l’informalité pèsent sur les femmes les moins éduquées, à savoir les plus pauvres, d’origine indigène, victimes de discriminations et reléguées souvent au travail domestique. Or dans ce cas précis, le gouvernement socialiste chaviste a pris des mesures visant à améliorer l’intégration de ces femmes, exclues du monde du travail comme de la société. Dans une étude sur les femmes habitant des favelas au Brésil, on découvre les contraintes qui rendent difficile leur adaptation à un mode de vie qui allie les nouvelles conditions d’insertion socio-professionnelle avec leur devenir de mère qui reste, pour une grande majorité d’entre elles, l’idéal suprême du devenir femme. Rodrigo Drozak et Thierry Baubet démontrent que, dans cette situation, l’option de la planification des naissances doit composer avec des moralités contradictoires et qui se superposent. Malgré l’augmentation du taux d’immigration des femmes mexicaines aux États-Unis ces dernières années, elles doivent faire face à un régime législatif non seulement non adapté à leurs besoins et à ceux de leur famille, mais souvent répressif. Melina Juarez retrace cette épreuve à travers le prisme des risques de santé encourus par ces femmes, de leur trajectoire d’immigration jusqu’au lieu de travail, dans ce pays qui leur est si hostile.

12Enfin, dans une troisième et dernière section les intervenants ont exploré le sort de ce qu’on peut appeler « Les travailleuses, les survivantes ».

13C’est comme ultime recours aux moyens de survie que des femmes péruviennes s’engagent dans le trafic de drogue, en tant que « mules ». L’article de Chloé Constant tente de comprendre les spécificités de ces femmes, les causes et conséquences de leur implication et des trajectoires de vie. Parmi les emplois les plus précaires et sous-payés aux États-Unis, c’est bien dans les prisons qu’on les trouve, emplois surtout réservés aux femmes et dont leur situation tragique est largement oubliée. Claude Guillaumaud-Pujol étudie ces prisonnières qui cumulent des critères de discrimination, discriminées même par des législations visant à réduire la disparité entre hommes et femmes mais qui, en milieu carcéral, se retournent contre elles. Le dernier article incarne les études du « féminisme de la troisième vague », ou ce que d’aucuns appellent le post-féminisme, qui rejette l’imposition de toute attente ou stéréotype quant au rôle du genre, des genres. Contrairement aux féministes de la deuxième vague, il ne peut y avoir de paradigme sur ce qui est bon, ou ce qui ne l’est pas, pour les femmes, ni de définition universelle de la féminité. C’est aux femmes elles-mêmes de définir leur propre féminité selon leurs identité, système de croyances et perceptions. Ici on découvre l’univers, à Hermosillo, Mexico, de travailleuses du sexe — les sexoservidoras — que Dominique Gay-Sylvestre fait parler de leur point de vue, de leur métier.

14The Feminine Mystique commence par rendre compte d’un phénomène que Friedan avait qualifié de « problème qui n’a pas de nom » (the problem which has no name), à savoir le malheur qui s’abattait sur la condition des femmes aux États-Unis pendant les années 1950-1960. Ce livre traite de la vie des ménagères qui s’avéraient malheureuses, malgré leur niveau de confort matériel et leur vie de famille. Il serait difficile de regrouper de nos jours et de la sorte le sort des femmes travailleuses dans une seule et unique catégorie, les réalités des femmes au travail et les formes que prennent les luttes pour leurs droits étant sujets désormais à tant de variations au sein de chaque pays, et entre eux. C’était déjà le cas, en fait, lors de la rédaction de l’ouvrage précédemment cité, qui traitait uniquement des femmes blanches de la classe moyenne aux États-Unis.

15Le constat de situations tant diverses que complexes, et de surcroît, des inégalités qui se creusent entre femmes, du fait que les progrès professionnels ayant bénéficié aux plus favorisées n’aient pas été porteurs d’effet d’entraînement conséquent en faveur de celles en bas de l’échelle, participent aux arguments de penseur(e)s qui contestent la notion même de « vagues de féminisme » (Cobble, Gordon, Henry 2014).

16Les transformations générées par la globalisation, avec ses injonctions contradictoires, aboutissent à certains rapports de standardisation mais surtout, dues aux pressions vers toujours plus de flexibilité, d’individualisation, etc., à des différenciations nationales et locales (Azaïs 2014). Ce sont les deux types de rapports qui sont relevés, selon le cas, dans les articles publiés ici. Une tendance forte est représentée par ce qu’une auteure dénomme « La féminisation de l’austérité », car les premières victimes des politiques de privatisation et de démantèlement des institutions sociales, aux États-Unis comme ailleurs, sont des femmes, surtout membres de groupes ethniques minoritaires (Abramovitz 2012).

17Polarisations, situations complexifiées par le marché du travail du XXIe siècle, racines historiques de réalités des plus actuelles… Ce sont autant de phénomènes qui sont documentés dans ce recueil d’articles et soumis à la réflexion de lecteurs en quête d’une meilleure compréhension des mutations en marche.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter